EPP CLINIQUE DE MÉDECINE VASCULAIRE 06/09/10 PLACE DE L ECHO DOPPLER DANS LE SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES. Dr C.SEINTURIER 06/09/2010

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EPP CLINIQUE DE MÉDECINE VASCULAIRE 06/09/10 PLACE DE L ECHO DOPPLER DANS LE SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES. Dr C.SEINTURIER 06/09/2010"

Transcription

1 EPP CLINIQUE DE MÉDECINE VASCULAIRE 06/09/10 PLACE DE L ECHO DOPPLER DANS LE SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES Dr C.SEINTURIER 06/09/2010

2 CAS CLINIQUE Mr H.Gaston 78 ans AAA de 85 mm étendu en IP gche 40 mm BPCO / PR /IC Endoprothèse aortobiliaque Talent Medtronic posée en 07/08 Contrôle immédiat écho doppler : OK 23/O7 : thrombose jambage gauche pontage sus pubien droit gauche 08/08 :scanner à un mois : présence d une fuite due à une réinjection par l AMI, diamètre AAA 54 mm.

3 02/09 et 09/09 : scanner à 6 mois et 12 mois, persistance fuite, diamètre max 53 mm 01/10 : 18 mois : écho doppler : endofuite type 2, anévrysme 53 mm Scanner :anévrysme 54mm, fuite périprothétique iliaque droite (type 1?) 05/10 : CEUS : 2 fuites, type 2, origine mal définie (2 lombaire?) sac 68 mm transverse, 62 antéropost Scanner : type 1 sur jambage droit (augmentation de l anévrysme iliaque sur ancrage distal jambage droit) et type 2 sur artère lombaire, anévrysme 57 mm transverse Mise en place d extension 07/10 CEUS : contrôle immédiat, pas de fuite (sac 57 antéropost, 61 transverse)

4 CAS CLINIQUE 2 Mr C.José 79 ans AAA de 67 mm / cardiopathie sévère Endoprothèse aortobiiliaque Talent Echo doppler post op 02/10: normal Scanner à un mois : endofuite CEUS à trois mois 05/10 : 61 dap, 65 dtransverse mise en évidence de deux fuite type 2

5 06/2010 : Echo doppler : sac stable 62 dap, 66 transverse fuite de type 2 lombaire + fuite de type 1 collet proximal Scanner 30/07: sac 72 mm antéropost fuite type 3 pas de type 2 Intervention 19/08 : fuite type 2 Echo doppler de contrôle fin aout : nl

6 Questions soulevées Surveillance post op cruciale du fait de complications fréquentes Discordances écho scanner Retentissement sur prise en charge Multiplication des examens Quelle association dans la surveillance post op à court, moyen et long terme du scanner et de l écho doppler?

7 AAO et endoprothèses

8 Anévrysme de l aorte abdominale Entre 2 à 6% des sujets de plus de 65 ans Risque de rupture 7/ % de décès après rupture Tt : mise à plat greffe, endoprothèse aortique, tt médical

9 Endoprothèses aortiques Milieu des années 90 AFSSAPS 2001

10 Restrictions d utilisation aux malades à haut risque chirurgical et mise en place d un suivi

11 Endoprothèses aortiques : évaluation clinique Comparaison chirurgie endoprothèse : 2 études : EVAR I et DREAM Diminution de la mortalité précoce à J30 avec endoprothèse (4.6, 4.7% vs 1.6, 1.7%) Moyen terme : pas de différence sur mortalité générale (20,2 vs 18,4%) (ruptures prothétiques) Plus de ré interventions et complications tardives Cout supérieur prise en charge par endoprothèses DREAM NEJM 2010 Résultats similaires à ceux d EVAR 1 6 ans de suivi Pas d avantages en terme de survie (69.9% vs 68.9%)

12

13 Endoprothèses aortiques EVAR 2 (Lancet 2005 / NEJM 2010 résultats à 8 ans) Patients inéligibles à la chirurgie :endoprothèses vs tt médical Mortalité liée à l anévrysme moindre Mortalité globale inchangée Gpe endoprothèses : 48% complications 27% ré interventions

14 HAS 2009 Rapport HAS intermédiaire 2009 Tt pouvant être proposé aux patients à risque chirurgical normal avec des conditions anatomiques favorables Surveillance préconisée :Post op immédiat ou dans les 30j, 6 et 12éme mois puis annuellement

15 Complications endoprothèses EVAR 1 (531 patients avec endoprothèses): 4 ans : 22.3% endofuites (67% type 2), 36% ré interventions, 2.3% migrations EVAR 2 (201 patients avec endoprothèses): 4 ans : 18 % endofuites ( 5.6% de type 1, 2.8% type 3 et 9.5% de type 2) 3.9 % de thromboses, O.6% d infections, 1.1% migrations

16 Endofuites Primaires (30 j) ou secondaires Fréquentes : 9.9 % et 47 % selon les séries Le plus souvent de type 2 : 5.5% et 16.3% Associées à une augmentation du sac anévrysmal (RR 2.5), ré intervention (5.5), conversion (5.3)

17

18 Echo doppler et endoprothèses

19 La surveillance des endoprothèses aortiques par écho cho-doppler et intérêt des produits de contraste O. Pichot, Grenoble Société de Chirurgie Vasculaire Arcachon juin 2006

20 Examen initial standard Mensurations diamètre anévrysme Etude du sac anévrysmal (thrombus, zones hypoéchogénes, flux spontané?) Visualisation prothèse (extrémité supérieure -), artères rénales Flux dans la prothèse, absence de flux dans le sac anévrysmal Limitations : artéfacts couleurs (échos de paroi)

21 Fiche de Standardisation de suivi par Echographie-Doppler des Endoprothèses Aortiques Abdominales EXAMEN : Réalisé le : Par le Dr : Matériel écho-doppler : ENDOPROTHESE : Type et marque : Date d implantation :. ANEVRISME AORTIQUE RESIDUEL Mensurations (mm) : Diamètre max avant endop Ao Diamètre max au dernier contrôle Diamètre antéro-postérieur max Diamètre transverse max Surface max (cm 2 ) Pulsatilité (mode TM) : Non Oui Diamètre max (mm) Diamètre mini (mm) Thrombus : Aspect : Homogène Hétérogène Zones anéchogènes : Non Oui

22 ENDOPROTHESE AORTIQUE Collets : Supérieur aortique : Non vu Normal Pathologique (préciser) : Inf. iliaque droit : Non vu Normal Pathologique (préciser) : Inf. iliaque gauche : Non vu Normal Pathologique (préciser) : Perméabilité Normale Sténose Thrombose (préciser) : VMS aorte (cm/s) VMS axe iliaque D (cm/s) VMS axe iliaque G (cm/s) IPS droit :... IPS gauche :. Autres complications Non Plicature Rupture (préciser) :

23

24 Examen avec CEUS Secondairement Mode contraste embarqué sur la machine (Philips, GE, Siemens) Examen à bas index mécanique (IM ) Enregistrement de la séquence vidéo en données natives pour analyse ultérieure

25 Produits de contraste ultrasonores Microbulles: excellents diffuseurs des US : l intensité du signal en provenance du sang circulant est multiplié par 3 (doppler couleur, énergie) Les micro bulles entrent en résonance lorsqu elles sont soumises à un champ ultrasonore Faible pression de l onde incidente: réponse linéaire, simple renforcement du signal Doppler Emission de fréquences harmoniques >150 kpa - modes d imagerie spécifiques, visualisation petits vaisseaux Haute pression (1MPa): comportement non linéaire transitoire puis destruction - microcirculation, perfusion

26 Sonovue Microbubbles Physique des microbulles SF 6 SF6 SF 6 SF 6 Microbubbles Structure SF 6 SonoVue : : gaz insoluble d hexafluorure de soufre stabilisé par capsule phospholipidique SF 6 SF 6 Elimination pulmonaire unique SF 6 Les microbulles traversent la barriére pulmonaire et sont présentes dans la circulation artérielle Demi vie 6 mn CI : SCA, HTAP... Phospholipids Hydrophobic chain Hydrophilic pole

27 Technique haut index mécanique (IM) Enregistrement réalisé avec une caméra haute vitesse ( images/s) Méthode destructive < 0,2 Méthode conservative Technique bas index mécanique (IM) IM

28 Imagerie en temps réel (RTPI) Permet la visualisation de l arrivée des produits de contraste en TR Meilleure résolution (mode B) et très bonne sensibilité aux agents de contraste Faible destruction des microbulles (IM bas) +/- flash (IM élevé) pour détruire l ensemble des microbulles et étudier la reperfusion

29

30 Endofuite en écho Endofuite : prise de contraste (hyperéchogénicité) dans le sac, en dehors de la prothèse Analyse origine des fuites (dans ou en dehors du sac), flux entrants et sortants, temps de wash in (injection apparition contraste dans le sac) et wash out (injection-disparition du contratse) Prise de contraste définie comme remplissant une cavité ou diffuse

31 Type 1 (7.5%) Attachement incomplet prothèse au niveau distal ou proximal Problème technique (diamètre prothèse) ou anatomique ou migration caudale Réintervention (extension) CEUS : Flux rapide, synchrone avec prise de contraste dans la prothèse

32

33 Type 2 (10-25%) Reperfusion par circulation rétrograde (lombaire, mésentérique inférieure, iliaque interne) Occlusion spontanée possible >50% cas : surveillance simple Si progression du sac : embolisation /angio sélective (thrombine, coils) ou chirurgie

34 Périphérie du sac surtout Mise en évidence d artères collatérales Flux de la périphérie vers le sac Délai d apparition / opacification de la prothése Hyperdynamique : wash in < 100 s Hypodynamique : wash in > 100 s

35

36

37

38

39 Type 3 Défaut d étanchéité entre les éléments -dysjonction déchirure Adjonction prothèse ou conversion CEUS : Fuite adjacente à la prothèse Synchrone avec l opacification de la prothèse

40 Type 4 Prothèse poreuse Diagnostic précoce après l intervention CEUS : comme fuite 3 sur toute la prothése Correction spontanée Diagnostic d exclusion Type 5 Endotension Augmentation de volume sans endofuite décelée Faux de l imagerie?

41 ENDOFUITE Présence d une endofuite en EDC sans agent de contraste : Oui Non Utilisation d un agent de contraste : Oui Non Utilisation d un mode contraste adapté : Oui Non Indication de l épreuve de contraste :... Si endofuite de type I ou III : Entrée : Intermodulaire Collet sup. Collet inf. Indéterminée Autre (préciser) : Si endofuite de type II : Entrée : Art més. inf. Art. lombaire. Indéterminée Sortie : Art més. inf. Art. lombaire. Indéterminée Hémodynamique : VMS max intrasac. (cm/s) : Flux monophasique Flux biphasique

42 CONCLUSIONS Anévrysme résiduel : progression Stable En régression En Diamètre maximal (mm) :... Endofuite : Non Type I Type II Type III Indéterminée Non connue Connue et stable ou régressant Connue et progressant Sténose de l endoprothèse : non oui : non significative significative ( 70 %)

43 Performances CEUS vs CT scan

44 Quelle performance diagnostique? Angioscanner : gold standard Performance écho doppler/ angioscanner Méta analyse Mirza et al. Eur J Endovasc Surg 2010 À propos de 21 études et 2006 patients Se ED 77% /Sp 94% Se CEUS 98%/Sp 88 % Sarlon et al (CHU Marseille / Pr Branchereau) J Mal vasc 2009 Suivi prospectif de 67 patients par échographie et scanner Diamètres sac anévrysmal comparables (CCI 0.96 et 0.98) Se CEUS 88 % (un faux négatif EII, deux faux +)

45 Avantages / bénéfices CT Avantages : Pas de toxicité rénale ni allergie Pas d irradiation Moindre cout Inconvénients: Non standardisé Opérateur dépendant (courbe d apprentissage) Dépend morphotype et préparation du patient Pas d informations sur migration prothétique et kinking

46 Questions en suspens Plusieurs produits disponibles Dose (de 1.2 (clevert) à 2.4 cc (iezzi, deklunder) Pas de standardisation Critères hémodynamiques à affiner Temps de wash in (délai injection-contraste dans le sac) et wash out (disparition contraste) Temps artériel (10-40s) et tardif (90-300s). (Iezzi. Abdom imaging 2010 )

47 Quelle place dans le suivi?

48 Calendrier de suivi HAS 2009 Place de l écho doppler marginale (3éme position) En pratique?

49 Stratégies alternatives de surveillance 82 patients : Scanner et écho < 2 semaines puis 6 et 12 mois puis annuellement équivalence pour mesure de l anévrysme fuites Se ED 71% vs 73%, Sp 99% pour les deux Secondairement 117 patients : scanner initial puis écho seul diminution du cout de 29% pas de rupture, occlusion de jambage ou de migration

50 Etude rétrospective des résultats des examens (ED et scan) avec le scanner comme gold standard ou les constatations per op Capacité d identification des fuites par écho 74%, 42% au scan Se ED pour détecter les fuites menant à l intervention 90%, Sp 81% Se scanner 58%, Sp 87% Bonne sensibilité de l écho doppler pour fuites I et III,

51 Surveillance par écho seul pour patients sélectionnés: Sac anévrysmal de < 4 cm Stable sur deux ans (même avec endofuite stable type 2) 184 patients proposés pour ce suivi à partir de 34 +/_ 24 mois ATCD de fuite 19.5 %, fuite active avec sac stable 7% Apparition de trois fuites dans le suivi : une type 2 non identifiée au scan à trois mois(sac stable), deux type 1 : scanner et extension

52 Quel suivi au CHU? Schéma HAS 2009 dépassé Echo doppler avec contraste systématique en post op (30% faux négatifs avec ED couleur) Scanner à un mois, 6, 12,24 couplé écho? Et ensuite? Comparaison des examens sur un an

53 PHRC niçois Echo-doppler versus scanner injecté pour le suivi des endoprothèses aortiques abdominales N : 3 date de la version : 17/08/2010 Numéro ID RCB : 2010-A Promoteur : CHU de Nice HOPITAL de CIMIEZ - Grand Hôtel 5 eme Etage 4 Avenue Reine Victoria - B.P NICE CEDEX 1

54 Quelques rappels Examen à programmer (voie veineuse, IDE, temps) L examen écho-doppler est réalisé si possible sur un patient à jeun depuis au moins 6h, installé en décubitus dorsal. Le matériel doit être de qualité avec sondes et réglages appropriés à l exploration abdominale. Il est indispensable de disposer des mesures préopératoires de l anévrysme, du compte rendu opératoire et du résultat des examens post-procédure précédemment réalisés dont au moins celui du premier contrôle post-procédure.

place de la radiologie interventionnelle dans le traitement des endofuites

place de la radiologie interventionnelle dans le traitement des endofuites Prothèses couvertes de l aorte l abdominale: place de la radiologie interventionnelle dans le traitement des endofuites R. Loffroy (1), E. Steinmetz (2), B. Kretz (2), B. Guiu (1), R. Brenot (2), F. Ricolfi

Plus en détail

Prévention du risque d ischémie médullaire

Prévention du risque d ischémie médullaire Prévention du risque d ischémie médullaire Philippe Piquet, Jean-Michel Bartoli Services de Chirurgie Vasculaire et d imagerie médicale Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR L

Plus en détail

Anévrysmes Aortiques JFC Paris 2015. Pr JP Becquemin HPPE, Groupe Ramsay GDS Champigny 94500, France

Anévrysmes Aortiques JFC Paris 2015. Pr JP Becquemin HPPE, Groupe Ramsay GDS Champigny 94500, France Anévrysmes Aortiques JFC Paris 2015 Pr JP Becquemin HPPE, Groupe Ramsay GDS Champigny 94500, France Programme de la session 1) Revue générale sur les AAA et les EVAR 2 ) Démonstra:ons opératoires ( vidéo)

Plus en détail

Embolisation et désendothélialisation par gel de chitosan et sotradecol sulfate: faisabilité sur modèle animal

Embolisation et désendothélialisation par gel de chitosan et sotradecol sulfate: faisabilité sur modèle animal Embolisation et désendothélialisation par gel de chitosan et sotradecol sulfate: faisabilité sur modèle animal Pascal Chabrot, Patrizio Delli Fraine, Ahmed Fatimi, Sophie Lerouge, Gilles Soulez Laboratoire

Plus en détail

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Cancers Digestifs : Quelle Imagerie? Philippe Soyer Service de Radiologie Viscérale et Interventionnelle ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Détection ti tumorale Extension locale Extension à distance Surveillance

Plus en détail

Suivi écho des endoprothèses : Quand avoir recours au produit de contraste?

Suivi écho des endoprothèses : Quand avoir recours au produit de contraste? gabrielle.sarlon@ap-hm.fr Suivi écho des endoprothèses : Quand avoir recours au produit de contraste? Gabrielle SARLON, Michel BARTOLI, PE MAGNAN CHU Timone 16/11/2013 - ARMV Lyon 2009 EVAR vs OPEN - USA

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE L ENDOFIBROSE PAR ANGIOSCANNER. Étude comparative ANGIOSCANNER / ARTERIOGRAPHIE

DIAGNOSTIC DE L ENDOFIBROSE PAR ANGIOSCANNER. Étude comparative ANGIOSCANNER / ARTERIOGRAPHIE DIAGNOSTIC DE L ENDOFIBROSE PAR ANGIOSCANNER Étude comparative ANGIOSCANNER / ARTERIOGRAPHIE M. Papillard 1, N. Girouin 1, R. Boutier 1, G. Pagnoux 1, T. Vitry 1, P. Feugier 2, JM. Chevallier 3, O. Rouvière

Plus en détail

Echographie des voies urinaires

Echographie des voies urinaires DIU de techniques de monitorage et d ultrasonographie en me decine pré-hospitalie re et salle d accueil des urgences vitales Session janvier 2015 Echographie des voies urinaires Alexandre MOREAU Division

Plus en détail

Techniques d imagerie et Recherche

Techniques d imagerie et Recherche Techniques d imagerie et Recherche Jean-Christophe Ferré, PH 1- Unité de Neuroradiologie, Département de Radiologie et Imagerie Médicale, CHU RENNES 2- Unité/ Projet Visages U746 INSERM/ INRIA, IRISA,

Plus en détail

Traitement Endovasculaire des Anévrysmes de l Aorte Abdominale

Traitement Endovasculaire des Anévrysmes de l Aorte Abdominale Traitement Endovasculaire des Anévrysmes de l Aorte Abdominale Marc SIROL, MD, PhD Service de Radiologie Vasculaire Interventionnelle Imagerie Cardiaque Hôpital Lariboisière Paris Aucuns Conflits d intérêts

Plus en détail

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations UE 2.4 S1 processus traumatiques Les explorations Plan Introduction 1 ère partie : examens non invasifs 1.1. radiologie 1.2. scanner 1.3. IRM 1.4. échographie des parties molles 2 ème partie : examens

Plus en détail

ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL

ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL Docteur Wolff V., Docteur Bindila D., Unité Neuro-vasculaire, HUS En France, il y a 130 000 nouveaux cas d accident vasculaire cérébral (AVC) par an. Avec 40 000 décès, il

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

Surveillance de l opéré vasculaire. DIU d échographie. L examen pré et postinterventionnel. Surveillance du geste de revascularisation

Surveillance de l opéré vasculaire. DIU d échographie. L examen pré et postinterventionnel. Surveillance du geste de revascularisation DIU d échographie module vasculaire DESC de médecine vasculaire L examen pré et postinterventionnel Gudrun Böge Médecin Vasculaire CHU de Montpellier-Nîmes Surveillance de l opéré vasculaire Surveillance

Plus en détail

2 examens de MN en pratique courante. - TEP-TDM au 18 Fluoro-deoxyglucose (FDG) - Scintigraphie aux leucocytes marqués

2 examens de MN en pratique courante. - TEP-TDM au 18 Fluoro-deoxyglucose (FDG) - Scintigraphie aux leucocytes marqués 2 examens de MN en pratique courante - TEP-TDM au 18 Fluoro-deoxyglucose (FDG) - Scintigraphie aux leucocytes marqués - Scintigraphie au Citrate de Gallium 67 Principes, avantages et inconvénients 2 Mécanisme

Plus en détail

Intérêt de l IRM en post opératoire de la chirurgie de la valve aortique et de l aorte thoracique

Intérêt de l IRM en post opératoire de la chirurgie de la valve aortique et de l aorte thoracique Intérêt de l IRM en post opératoire de la chirurgie de la valve aortique et de l aorte thoracique K. Yasunaga; F. Tempremant; Z. Negaiwi; S. Willoteaux; V. Gaxotte; C. Lions; JP Beregi CHRU LILLE - Hôpital

Plus en détail

Echographie transoesophagienne normale. DIU échocardiographie ouest 5 janvier 2012 Dr Frédéric Rouleau

Echographie transoesophagienne normale. DIU échocardiographie ouest 5 janvier 2012 Dr Frédéric Rouleau Echographie transoesophagienne normale DIU échocardiographie ouest 5 janvier 2012 Dr Frédéric Rouleau Indications Contre-indications Préparation du patient Procédure d introduction de la sonde Déroulement

Plus en détail

ECHOGRAPHIE EN URGENCE DE L APPAREIL URINAIRE

ECHOGRAPHIE EN URGENCE DE L APPAREIL URINAIRE SEMINAIRES DE LA SOCIETE FRANCOPHONE DE MEDECINE D URGENCE ECHOGRAPHIE EN URGENCE DE L APPAREIL URINAIRE Francis JOFFRE, Chef de Service Philippe OTAL, Praticien Hospitalier Sandrine MUSSO, Médecin Attaché

Plus en détail

Sténose de l artère rénale : Diagnostic au quotidien O. Rouvière Service d imagerie Urinaire et Vasculaire Hôpital E. Herriot - Lyon 7 ème Séminaire de Formation Médicale Continue de la Société de Néphrologie

Plus en détail

Julie Morin, t.i.m. Mars 2014

Julie Morin, t.i.m. Mars 2014 Élaboré par : Francine Roy, t.i.m. Julie Morin, t.i.m. Mars 2014 Adopté par le comité d inspection professionnelle : le 12 mars 2014 Adopté par le conseil d administration : le 14 mars 2014 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013

Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013 Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013 Isabelle Morard Service d hépato-gastroentérologie Service de transplantation Juin 2013 J hepatol 2012 Hepatology 2011 CHC: épidémiologie Cibler les populations

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

* La Confiance dans la Performance, Aujourd hui et Demain ** Deploiement Bas Profil

* La Confiance dans la Performance, Aujourd hui et Demain ** Deploiement Bas Profil * ** * La Confiance dans la Performance, Aujourd hui et Demain ** Deploiement Bas Profil Un design de confiance 4 5 1 3 2 Soutenue depuis des années par un grand nombre de données cliniques et commerciales

Plus en détail

ANEVRYSMES DE L AORTE: PLACE DES TRAITEMENTS MINI-INVASIFS ( coelio scopie, endovasculaire)

ANEVRYSMES DE L AORTE: PLACE DES TRAITEMENTS MINI-INVASIFS ( coelio scopie, endovasculaire) ANEVRYSMES DE L AORTE: PLACE DES TRAITEMENTS MINI-INVASIFS ( coelio scopie, endovasculaire) GENERALITE EN EUROPE 700 000 AAA

Plus en détail

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes 11 ème RENCONTRE SUR LES URGENCES ET COMPLICATIONS SEVERES CHEZ LE PATIENT CANCEREUX N Meuleman 16/10/2010 Atteintes pulmonaires et hémopathies malignes

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

Projet d Initiative en Physiologie Humaine :

Projet d Initiative en Physiologie Humaine : Projet d Initiative en Physiologie Humaine : Caractérisation des modifications d'écoulement au niveau des anévrismes : application au traitement des anévrismes cérébraux par embolisation Par : BES Pierre,

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J J. Maladie du sein Sommaire 1 J 2 J 3 J 4 J 5 J 6 J 7 J 8 J 9 J 1 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J Dépistage : femmes de moins de 4 ans sans risque génétique... 1 Dépistage : femmes de 4-49

Plus en détail

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE HOPITAL IBN ROCHD ANNABA ALGERIE SERVICE DE RADIOLOGIE ET D IMAGERIE MEDICALE Journées françaises de Radiologie Paris Octobre 2011 Efficacité des infiltrations péri radiculaires

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT.

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. Régulation Phase pré-hospitalière. Accueil des Urgences. UHCD. I- REGULATION OBJECTIFS : Type d intervention

Plus en détail

MB3: Biophysique Imagerie - Rayonnement Année universitaire 2007-2008

MB3: Biophysique Imagerie - Rayonnement Année universitaire 2007-2008 Imagerie Médicale : Bases techniques Indications, Risques, Bénéfices 1. Imagerie Diagnostique SIM St-Eloi Montpellier J- M BRUEL, B. GALLIX UFR Médecine Montpellier-Nîmes PCEM 2 novembre 2007 1 L'IMAGERIE

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Radiothérapie et Cancer Prostatique Radiothérapie conventionnelle (1) Techniques et complications 65-72 Gy (~ 2 Gy/j - 7 semaines)

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie de l adénocarcinome du pancréas Pr Kafih - Pr Amraoui - Pr Mohsine 1. Introduction Ce référentiel ne traitera que le cancer du pancréas

Plus en détail

BILAN PRÉ OPÉRATOIRE ET SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES. Yann LE BRAS - Nicolas GRENIER CHU PELLEGRIN CAFCIM 23 mars 2013

BILAN PRÉ OPÉRATOIRE ET SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES. Yann LE BRAS - Nicolas GRENIER CHU PELLEGRIN CAFCIM 23 mars 2013 BILAN PRÉ OPÉRATOIRE ET SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES Yann LE BRAS - Nicolas GRENIER CHU PELLEGRIN CAFCIM 23 mars 2013 BILAN PRÉ OPÉRATOIRE DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES TEVA Thérapeutique Endo Vasculaire

Plus en détail

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile Systématisation VCI Fémorale Superf. 3/4 Iliaque Poplitée La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier Mars 2015 Fémorale Sural Difficultés et Pièges: écho-doppler Veineux

Plus en détail

IMAGERIE DE L ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AIGU

IMAGERIE DE L ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AIGU IMAGERIE DE L ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AIGU JUIN 2002 SERVICE EVALUATION DES TECHNOLOGIES JUIN 2002 Imagerie de l accident vasculaire cérébral aigu AVANT-PROPOS La médecine connaît un développement

Plus en détail

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Cellule adipeuse Source de cellules souches Source de facteurs de croissance Possibilité

Plus en détail

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris Erreurs et perte de chance en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Séminaire national du D E S C Marc Pocard Lariboisière Paris Chirurgie cancérologique Erreurs : Essayer une nouvelle idée

Plus en détail

Prise en charge de l incontinence anale de l adulte: comparaison neurostimulation sacrée vs sphincter artificiel. G.

Prise en charge de l incontinence anale de l adulte: comparaison neurostimulation sacrée vs sphincter artificiel. G. Prise en charge de l incontinence anale de l adulte: comparaison neurostimulation sacrée vs sphincter artificiel G. Meurette Nantes Incontinence anale: les rumeurs Affection fréquente? Deux facteurs de

Plus en détail

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé :

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé : Indications des examens d imageried en pathologie thoracique Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit

Plus en détail

ULTRASONS FOCALISÉS DE HAUTE INTENSITÉ. A. Dupré, P. Leduc, D. Melodelima, Y Chen, S. Langonnet, A. Kocot, J-Y. Chapelon, M.

ULTRASONS FOCALISÉS DE HAUTE INTENSITÉ. A. Dupré, P. Leduc, D. Melodelima, Y Chen, S. Langonnet, A. Kocot, J-Y. Chapelon, M. DESTRUCTION DU PANCRÉAS PAR ULTRASONS FOCALISÉS DE HAUTE INTENSITÉ (HIFU) SUR MODÈLE PORCIN A. Dupré, P. Leduc, D. Melodelima, Y Chen, S. Langonnet, A. Kocot, J-Y. Chapelon, M. Rivoire Département de chirurgie

Plus en détail

Imagerie de surveillance des métastases hépatiques après traitement chirurgical ou per cutané

Imagerie de surveillance des métastases hépatiques après traitement chirurgical ou per cutané Imagerie de surveillance des métastases hépatiques après traitement chirurgical ou per cutané Dr. F. Kunstlinger: CHB Hôpital Paul Brousse Samedi 8 Juin 2013 Après chirurgie hépatique Toutes les métastases

Plus en détail

Pose d une PICC Line: technique et intérêts

Pose d une PICC Line: technique et intérêts Journée Scientifique CCLIN-Est/ARLIN Pose d une PICC Line: technique et intérêts Romaric LOFFROY Département de Radiologie Diagnostique et Thérapeutique CHU Bocage Central Dijon Introduction PICC : - Peripheral

Plus en détail

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX Imagerie normale et pathologique - Variations Dr Viviane Ladam-Marcus Service de Radiologie - HRD Système Veineux du membre supérieur Céphalique Basilique Thrombose 2 veines

Plus en détail

Scoliose idiopathique

Scoliose idiopathique Scoliose idiopathique désordre anatomique du rachis dans les 3 plans de l espace non complètement réductible sans cause connue et évoluant durant la croissance Scoliose idiopathique Déformation 3D déviation

Plus en détail

Services de radiologie, Anatomie Pathologique, Chirurgie et Hépatologie- CHU BORDEAUX GREF,Inserm, U889,Université Bordeaux 2 et * Inserm U674, PARIS

Services de radiologie, Anatomie Pathologique, Chirurgie et Hépatologie- CHU BORDEAUX GREF,Inserm, U889,Université Bordeaux 2 et * Inserm U674, PARIS H Laumonier, P Bioulac-Sage, Christophe Laurent, Antonio Sa Cunha, J Zucman-Rossi*, C Balabaud, H Trillaud Services de radiologie, Anatomie Pathologique, Chirurgie et Hépatologie- CHU BORDEAUX GREF,Inserm,

Plus en détail

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes Méthodologie, évaluation des paramètres hémodynamiques VSM = 104+/-25 cm/sec RRA = 1,19+/-0,36 VSM = 93 +/-19 cm/sec RRA = 1,08 +/- 0, 34 Echo Doppler des Artères Rénales Jean Pierre Laroche (Avignon,

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

Traitement chirurgical du canal artériel. A.Bonnard DESC chirurgie pédiatrique, Mars 2015

Traitement chirurgical du canal artériel. A.Bonnard DESC chirurgie pédiatrique, Mars 2015 Traitement chirurgical du canal artériel A.Bonnard DESC chirurgie pédiatrique, Mars 2015 fréquence Inversement corrélé à l âge gestationnel < 1% chez nné > 32 SA 60% chez nné < 28 SA Epicure : 65% des

Plus en détail

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal Neurologie.com 2009 ; 1 (8) : 1-5 Docteur qu est-ce que? Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal.... Jean Chazal Service de neurochirurgie A, CHU de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne

Plus en détail

Indications et stratégies des principaux examens d imagerie

Indications et stratégies des principaux examens d imagerie Indications et stratégies des principaux examens d imagerie Pr Jean- Christophe Ferré CHU Rennes, Service de Radiologie et Imagerie Médicale jean-christophe.ferre@chu-rennes.fr 6 octobre 2014 2 Imagerie

Plus en détail

E11 - Contention. 1. Modes d action

E11 - Contention. 1. Modes d action E11-1 E11 - Contention Le terme de contention est utilisé pour contention compression. Il désigne l utilisation pour la prévention ou le traitement des désordres veineux et lymphatiques de bandes, bas

Plus en détail

MTEV Stratégie Diagnostique

MTEV Stratégie Diagnostique MTEV Stratégie Diagnostique Pr Anne LONG, Médecine Vasculaire Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux Hôpital Edouard Herriot Mars 2015 MTEV TVP et EP : les 2 manifestations aiguës

Plus en détail

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS Smmaire CHAPITRE 1 Bilgie et physilgie cardivasculaire et de l hémstase, par J.-J. Mercadier BASES DE LA CARDIOLOGIE MOLÉCULAIRE APPROCHES GÉNÉTIQUES DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME

Plus en détail

Protocole scanner corps entier intégrant l angioscanner des troncs supra-aortiques aortiques Le point de vue du manipulateur K Medjani, B Aichaoui, S Estrang, H Brunel, Y Ghebiche, M Panuel, K Chaumoître

Plus en détail

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE?

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? DR JÉRÔME CAUDRON IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL PRIVÉ DE L ESTUAIRE, LE HAVRE IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL CHARLES NICOLLE, ROUEN

Plus en détail

EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE.

EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE. EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE. L.Laborie (1), P.Sarliève (1), P.Manzoni (1), N.Méneveau (2), J-C Dalphin (3), B.Kastler

Plus en détail

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants.

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. P. Fajadet, L. Carfagna, O. Loustau, J. Vial, J. Moscovici, J.J. Railhac, N. Sans. Radiologie Interventionnelle

Plus en détail

Prise en charge d un patient avant une chirurgie cardiaque. Dr Aude BOIGNARD Mr Eric BENZIANE Service de Chirurgie Cardiaque CHU GRENOBLE

Prise en charge d un patient avant une chirurgie cardiaque. Dr Aude BOIGNARD Mr Eric BENZIANE Service de Chirurgie Cardiaque CHU GRENOBLE Prise en charge d un patient avant une chirurgie cardiaque Dr Aude BOIGNARD Mr Eric BENZIANE Service de Chirurgie Cardiaque CHU GRENOBLE Types de chirurgie Pontage aorto-coronaire Chirurgie de valvulopathie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 12 septembre 2007 INFRACYANINE 25 mg/10 ml, poudre et solvant pour solution injectable Flacon de 25 mg avec 1 ampoule de solvant de 10 ml (CIP : 360 841-7) Laboratoire

Plus en détail

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires?

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Pr Christian Spaulding duction 2ics ite. Département de cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

LOMBALGIES ET GROSSESSE

LOMBALGIES ET GROSSESSE 2 ème Congrès s National de la SOFMMOO LOMBALGIES ET GROSSESSE Le point de vue de l obstétricien Fritz G.,Boudier E., Nisand I. Département de Gynécologie-Obstétrique CHU Strasbourg. INTRODUCTION Manque

Plus en détail

Anévrismes de l aorte abdominale

Anévrismes de l aorte abdominale Anévrismes de l aorte abdominale Epidémiologie Prévalence des AAA d une population de 65-80ans 4% 7% hommes 2% femmes Circonstances de découverte Découverte fortuite Échographie abdominale TDM abdominal

Plus en détail

Cécile Chougnet. RIV et oncologie endocrinienne Médecine nucléaire Hôpital Saint Louis Paris

Cécile Chougnet. RIV et oncologie endocrinienne Médecine nucléaire Hôpital Saint Louis Paris Cécile Chougnet RIV et oncologie endocrinienne Médecine nucléaire Hôpital Saint Louis Paris Carcinome papillaire : Intra thyroïdien T1, T2, T3 sur la taille (y compris variant folliculaire) Pas d embole

Plus en détail

Prothèse discale lombaire totale Prodisc-L. Conception et résultats étude clinique IDE aux États Unis.

Prothèse discale lombaire totale Prodisc-L. Conception et résultats étude clinique IDE aux États Unis. Étude clinique prospective randomisée et multicentrique. Prothèse discale lombaire totale. Conception et résultats étude clinique IDE aux États Unis. Table des matières Introduction Indications, contre-indications

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Mardi 5 janvier 2010 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Mardi 5 janvier 2010 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2009-2010 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Mardi 5 janvier 2010 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous

Plus en détail

PICC line. Dr Khalil Jabbour. Département d Anesthésie Réanimation. Hôtel-Dieu de France

PICC line. Dr Khalil Jabbour. Département d Anesthésie Réanimation. Hôtel-Dieu de France + PICC line Dr Khalil Jabbour Département d Anesthésie Réanimation Hôtel-Dieu de France + + Introduction PICC line : Peripherally Inserted Central Catheter Depuis le début des années 90, largement utilises

Plus en détail

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe?

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe? Dossier 1 Il est 10 h 00 du matin. Une patiente de 42 ans, droitière, vient aux urgences de votre hôpital pour une hémiparésie gauche apparue brutalement. Elle n a pas d antécédent particulier. Depuis

Plus en détail

TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA

TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA PROTHROMBINE SEPTEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels 2

Plus en détail

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE?

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Dr Marion DEWAILLY, Dr Nathalie FAYE Service d imagerie de la femme Hôpital Jeanne de

Plus en détail

Yves Gandon CANCER DU RECTUM

Yves Gandon CANCER DU RECTUM Yves Gandon CANCER DU RECTUM Enjeux Problème de santé publique: 2 nd K pays développés, 1/3 des CCR 15000 nouveaux cas/ an en France Mauvais pronostic selon : extension locale T, CRM et lymphonoeuds N

Plus en détail

Le pied diabétique. Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015

Le pied diabétique. Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015 1 Le pied diabétique Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015 2 Objectifs Décrire la physiopathologie de l ulcère diabétique et les déformations

Plus en détail

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Traitement du cancer colique gauche en occlusion Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Incidence 70 % des occlusions coliques sont d origine tumorale

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Liste des codes CPAM.v2 les plus fréquents pour la spécialité :

Liste des codes CPAM.v2 les plus fréquents pour la spécialité : Liste des codes CPAM.v2 les plus fréquents pour la spécialité : PATHOLOGIE CARDIO-VASCULAIRE ADC - Acte de chirurgie Tarif x 119,332 DEKA001 1 0 Changement d'un générateur de stimulation implantable ADC

Plus en détail

LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble

LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble Schéma général d une délivrance et de sa réception

Plus en détail

Avis de la HAS du 26 octobre 2011

Avis de la HAS du 26 octobre 2011 Avis de la HAS du 26 octobre 2011 Avis suite à l évaluation de la mise en place des valves aortiques posées par voie transcutanée à l issue de la période d encadrement spécifique prévue à l article L.

Plus en détail

IRM mammaire Indications et non indications

IRM mammaire Indications et non indications IRM mammaire Indications et non indications CAFCIM - 14 Décembre 2013 G.Hurtevent-Labrot S.Ferron, N.Lippa, M.Boisserie-Lacroix, M.Asad-Syed IRM mammaire : Excellente sensibilité/bonne spécificité VPP

Plus en détail

ACCIDENT ISCHÉMIQUE AIGU ET NON OPACIFICATION CAROTIDIENNE SUR L ANGIOSCANNER. VRAIE OU FAUSSE OCCLUSION?

ACCIDENT ISCHÉMIQUE AIGU ET NON OPACIFICATION CAROTIDIENNE SUR L ANGIOSCANNER. VRAIE OU FAUSSE OCCLUSION? ACCIDENT ISCHÉMIQUE AIGU ET NON OPACIFICATION CAROTIDIENNE SUR L ANGIOSCANNER. VRAIE OU FAUSSE OCCLUSION? Gaha Mehdi md, Roy Daniel md, Raymond Jean md, Letourneau Laurent md, Weill Alain md Département

Plus en détail

Insuffisance Veineuse Pelvienne Chronique : Traitement endovasculaire. Dr Frédéric DOUANE Radiologie Interven@onnelle - Hôtel Dieu - CHU Nantes

Insuffisance Veineuse Pelvienne Chronique : Traitement endovasculaire. Dr Frédéric DOUANE Radiologie Interven@onnelle - Hôtel Dieu - CHU Nantes Insuffisance Veineuse Pelvienne Chronique : Traitement endovasculaire Dr Frédéric DOUANE Radiologie Interven@onnelle - Hôtel Dieu - CHU Nantes Introduc@on Insuffisance Veineuse Pelvienne Chronique - Prévalence

Plus en détail

Un chat à vous couper le souffle.

Un chat à vous couper le souffle. Un chat à vous couper le souffle. Quizz en Infectiologie Hentzien M, Robbins A, Bani-Sadr F 1 M.O 66 ans ATCD : Anévrysme Aorte Abdominale, prothèse aorto-bi-iliaque en 2010 Tabagisme AIT en 2009 UGD hémorragique

Plus en détail

Le Nourrisson Vomisseur. Stéphanie FRANCHI-ABELLA et Cindy FAYARD et toute l équipe de radiopédiatrie de l hôpital Bicêtre

Le Nourrisson Vomisseur. Stéphanie FRANCHI-ABELLA et Cindy FAYARD et toute l équipe de radiopédiatrie de l hôpital Bicêtre Le Nourrisson Vomisseur Stéphanie FRANCHI-ABELLA et Cindy FAYARD et toute l équipe de radiopédiatrie de l hôpital Bicêtre Orientation diagnostique l Vomissements régurgitations l Âge, Intervalle libre

Plus en détail

Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain.

Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain. Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain. Mickael Tanter (LOA, ESPCI) Résumé Lors de son séminaire Mickael Tanter nous a parlé d une nouvelle technique

Plus en détail

Imagerie pré-opératoire : Phlébographie àl iode et au CO2

Imagerie pré-opératoire : Phlébographie àl iode et au CO2 Imagerie pré-opératoire : Phlébographie àl iode et au CO2 but Création d un abord natif le plus distal possible BILAN ADAPTE AU PATIENT : selon sa pathologie, son âge et ses ATCDS pourquoi un bilan pré-op?

Plus en détail

Christian LEBARD François ZUCCARELLI. Paris

Christian LEBARD François ZUCCARELLI. Paris MOTORISATION de la TRACTION LORS DE LA DESTRUCTION GRANDE VEINE SAPHENE PAR LASER Christian LEBARD François ZUCCARELLI Hôpital St Joseph Clinique du Parc Monceau Paris 1 Points communs des tt endoveineux

Plus en détail

Benjamin BONNET 16 octobre 2014

Benjamin BONNET 16 octobre 2014 Impact pronostique précoce de la protrusion tissulaire observée après stenting chez les patients présentant un SCA sans sus décalage du ST : étude prospective de tomographie par cohérence optique Benjamin

Plus en détail

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Etude rétrospective de 15 cas T. Sanzalone (1), M. Adham (2), C. Lombard Bohas(3), F. Pilleul (1) (1) Service de radiologie pavillon

Plus en détail

ECMO et ECLS. Olivier PASSOUANT Journées Carolo-Reimoises 24 novembre 2013

ECMO et ECLS. Olivier PASSOUANT Journées Carolo-Reimoises 24 novembre 2013 ECMO et ECLS Olivier PASSOUANT Journées Carolo-Reimoises 24 novembre 2013 Historique 1953 : Fermeture de CIA sous machine de suppléance cardiopulmonaire J.H. Gibbon Fin années 50 : développement de machines

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les La lithiase vésiculaire peut être asymptomatique (ASP, échographie) aucune investigation complémentaire douloureuse (colique hépatique) compliquée (surinfection aiguë ou chronique, migration cholédocienne,

Plus en détail

Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux. Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC

Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux. Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC GPIC Groupe pour la Prévention des Infections en Cancérologie Groupe collaboratif de la

Plus en détail

Traitement endovasculaire des anévrismes intracrâniens

Traitement endovasculaire des anévrismes intracrâniens Traitement endovasculaire des anévrismes intracrâniens R Anxionnat, AL Derelle, S Bracard Service de Neuroradiologie diagnostique et thérapeutique CHU de Nancy Anévrismes artériels intracrâniens Dilatation

Plus en détail

RECHERCHE EN GYNÉCOLOGIE ET OBSTÉTRIQUE

RECHERCHE EN GYNÉCOLOGIE ET OBSTÉTRIQUE COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS & GROUPE DE RECHERCHE EN OBSTÉTRIQUE ET GYNÉCOLOGIE RECHERCHE EN GYNÉCOLOGIE ET OBSTÉTRIQUE SESSION CONJOINTE DES JOURNÉES NATIONALES DU CNGOF

Plus en détail

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO 1 Introduction a IRM : imagerie de l angiogénèse tumorale améliore la sensibilité de détection (> 90 %) par contre faible spécificité (70

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail