DE LA SITUATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DANS L ÉDUCATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DE LA SITUATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DANS L ÉDUCATION"

Transcription

1 Mémoire de fin d études, présenté en vue de l obtention du titre d Expert en Informatique et Systèmes d Information soutenu à la session de décembre 2010 Sébastien VITA (45776) DE LA SITUATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DANS L ÉDUCATION Organisme : Collège Émile Zola Nom du responsable : Richard BATIFOULIÉ, Chef d établissement Encadré par : Patricia BERNON, Chef d établissement Adjointe Adresse : 19 rue de Los Heros, LE HAILLAN Téléphone : Télécopie :

2 REMERCIEMENTS Je remercie tous les membres de l équipe de direction du collège Émile Zola pour leur accueil et leur écoute. Ils auront toujours été là pour répondre à mes sollicitations. Je tiens à exprimer toute ma gratitude envers Richard BATIFOULIÉ, Patricia BERNON et Thierry LAUNAY qui m ont fait partager quotidiennement leur vision critique des choses, leur savoir-faire et leur savoir être ; également à Aurore DELAHAYE et Sylvie BERNINI, qui m ont permis de rapidement m intégrer au contexte dans lequel se déroulaient mes différentes missions. Je ne peux passer cette occasion sans avoir une pensée particulière pour toutes les personnes de SUPINFO avec lesquelles j ai pu travailler durant ces cinq années et qui ont rendu ma scolarité attrayante et unique. En particulier Pascal GRAZIANI qui m aura insufflé cette motivation pour gérer des équipes, des processus, des projets. Je me dois également d exprimer toute ma gratitude envers ma famille, mes proches et mes amis pour leur soutien tout au long de mes études. Merci aux membres du jury d avoir accepté d évaluer ce travail. Enfin, je tiens à remercier tous ceux qui ont aidé, de près comme de loin, au bon déroulement de mes différentes missions dans ce stage ; à tous ceux qui m ont assisté, soutenu, guidé dans la réalisation de ce mémoire. ii De la situation des TIC dans l Éducation

3 TABLE DES ABREVIATIONS ACL : Liste de contrôle d accès (Access Control List) AGRIATES : Accès Généralisé aux Réseaux Intranets Académiques et Territoriaux pour les Établissements Scolaires AREN : Accès aux Ressources de l Éducation Nationale ASSR : Attestation Scolaire de Sécurité Routière B2i : Brevet Informatique et Internet BCDI : Bibliothèque Centre de Documentation et d Information BEE : Base Élèves Établissement BIV : Business Internet Voice BSR : Brevet de Sécurité Routière C2I : Certificat Informatique et Internet CAO : Conception Assistée par Ordinateur CATICE : Centre Académique aux Technologies de l Information et de la Communication pour l Éducation CDI : Centre de Documentation et d Information CFAO : Conception et Fabrication Assistées par Ordinateur CMS : Système de gestion de contenu (Content Management System) CNDP : Centre National de Documentation Pédagogique CPE : Conseiller Principal d Éducation CRDP : Centre Régional de Documentation Pédagogique CRIA : Centre Relais Informatique Académique CUB : Communauté Urbaine de Bordeaux De la situation des TIC dans l Éducation iii

4 DMZ : Zone démilitarisée (DeMilitarized Zone) DNB : Diplôme National du Brevet DEP : Direction de l Évaluation et de la Prospective ENT : Espace Numérique de Travail EOLE : Ensemble Ouvert Libre Évolutif EPCP : Élément de Prévision de la Commande Publique EPLE : Établissement Public Local d Enseignement ESEN : École Supérieure de l Éducation Nationale ExAO : Expérimentation Assistée par Ordinateur FTP : Protocole de transfert de fichiers (Files Transfert Protocol) GFC : Gestion Financière et Comptable GFE : Gestion Financière Élève GIBII : Gestion Informatisée du Brevet Informatique et Internet GLPI : Gestion Libre de Parc Informatique IDD : Itinéraires De Découvertes IUFM : Institut Universitaire de Formation des Maîtres MAPA : Marché À Procédure Adaptée MÉLIA : Modèle d Évaluation Linguistique Informatisée Adaptable MEN : Ministère de l Éducation Nationale MESR : Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche OCS Inventory NG : Nouvelle génération d inventaire libre d ordinateurs et logiciels (Open Computer and Software Inventory Next Generation) PABX : Autocommutateur téléphonique privé (Private Automatic Branch exchange) PAF : Plan Académique de Formation iv De la situation des TIC dans l Éducation

5 PAI : Projet d Accueil Individualisé PHP : Langage de script (Hypertext Preprocessor) PMB : PhpMyBibli PPRE : Programme Personnalisé de Réussite Éducative PPS : Projet Personnalisé de Scolarisation PSC : Prévention et Secours Civiques RACINE : Réseau d Accès et de Consolidation des Intranets de l Éducation RNIS : Réseau Numérique à Intégration de Services S2i2e : Services Internet/Intranet pour les Établissements scolaires et les Écoles SCÉRÉN : Services Culture, Éditions, Ressources pour l Éducation Nationale SDA : Sélection Directe à l Arrivée SDSL : Ligne d abonné numérique à débit symétrique (Symmetric Digital Subscriber Line) SDTICE : Sous-direction des Technologies de l Information et de la Communication pour l Éducation SIG : Systèmes d Information Géographiques SIGB : Système Intégré de Gestion de Bibliothèque SLV : Serveur Linux Vidéo SSH : Ligne de commande sécurisée (Secure Shell) SSO : Service d identification unique (Single Sign On) STP : Paire torsadée blindée (Shield Twisted Pair) STS : STructure et Services SVT : Sciences de la Vie et de la Terre TBI : Tableau Blanc Interactif De la situation des TIC dans l Éducation v

6 TIC : Technologies de l Information et de la Communication TICE : Technologies de l Information et de la Communication pour l Éducation TNI : Tableau Numérique Interactif TNT : Télévision Numérique Terrestre VDI : Vidéos Données Images VLC : Video Lan Club VPN : Réseau privé virtuel (Virtual Private Network) ZAP : Zone d Animation Pédagogique vi De la situation des TIC dans l Éducation

7 TABLE DES MATIERES Remerciements... ii Table des abréviations... iii Table des matières... vii Avant-propos... x Introduction Collège Émile Zola : une collectivité à objectif d éducation Le collège unique Organisation Les principaux profils de postes Des interventions auprès de tous les acteurs Malgré une forte demande, l éducation reste pauvre en TIC Du matériel disparate et mal utilisé Les solutions pédagogiques répondant aux besoins La formation des utilisateurs Un besoin de communication La problématique Une remise à niveau s appliquant à plusieurs domaines Un pôle technique La structure du réseau de l établissement Solstice Le réseau physique de l établissement PRONOTE De la situation des TIC dans l Éducation vii

8 Les autres serveurs Le matériel des salles Les outils collaboratifs Le VDI réorganisé Un pôle communication En interne Avec l extérieur Un pôle formation Droits, devoirs et sécurité Formation du personnel Formation des élèves Un pôle administration et management Mise en place d outils Gestion des ressources Développement durable Evaluation des usages et effets des TIC sur l éducation L utilisation des TICE dans les processus d enseignement Les objectifs des TICE Exemples d usages dans les disciplines Les usages hors de la classe La subsistance de freins à la généralisation des TICE Les effets de l usage des TIC Sur les pratiques enseignantes viii De la situation des TIC dans l Éducation

9 Sur le comportement et les performances des élèves Des indicateurs engageants Au niveau national Au niveau local Conclusion Bibliographie Table des figures Index Lexique Annexes... I Annexe 1 : MAPA d un marché de location et de maintenance de deux photocopieurs noir et blanc... II Annexe 2 : Demande de subvention auprès du conseil général... V De la situation des TIC dans l Éducation ix

10 AVANT-PROPOS Ma scolarité à SUPINFO a débuté en J étais alors un étudiant de première année, passionné par l informatique. Alors que je possédais peu de connaissances en management d équipes et de projets, SUPINFO m a proposé de devenir responsable du pôle «Relations publiques», pour l organisation des salons étudiants et des journées portes ouvertes. Une expérience professionnelle comme manager pour une grande chaîne américaine est venue enrichir mes compétences en gestion d équipes, avec une forte contrainte de rendement et peu de droit à l erreur. En troisième année à SUPINFO, je suis devenu formateur dans les technologies Oracle, m offrant ainsi de nouvelles perspectives de carrière, avec la formation. Après plusieurs années, j ai obtenu de nouvelles responsabilités dans ce laboratoire, en gérant le site Internet, les projets des deux cents membres, et en organisant les formations des différents campus. En cinquième année, je suis devenu professeur référent dans les technologies Oracle. J ai dû faire preuve de compétences supplémentaires dans la communication. Aujourd hui, je ne mets pas seulement en avant mes capacités en informatique mais aussi ma formation d ingénieur. Elle m ouvre des horizons divers dans lesquels je pourrai mettre en œuvre toutes les compétences acquises avec plaisir en management, savoir-transmettre et communication. x De la situation des TIC dans l Éducation

11

12 INTRODUCTION Les Technologies de l Information et de la Communication (TIC) prennent une proportion de plus en plus importante dans la société actuelle. À l heure où nous sommes pleinement entrés dans l ère du numérique et de la communication, et où nous ne pouvons plus nous passer de ces innovations techniques dans la vie quotidienne, il est intéressant de constater que ces mêmes technologies ne sont encore que partiellement intégrées au système éducatif actuel. Il devient donc important de se demander quels pourraient être les impacts du déploiement de ces nouveaux outils sur l environnement scolaire. Dans un contexte où les habitudes sont difficiles à faire évoluer, il est nécessaire de justifier ces changements de fonctionnement par des améliorations de la formation des élèves et des personnels. Le collège Émile Zola, équipé dans la moyenne nationale, ne répond pas encore aux recommandations techniques du ministère de l Éducation nationale : l installation de nouveaux outils, l actualisation des ressources disponibles et une offre de formation des utilisateurs sont donc nécessaires. Pour résoudre le problème de l inclusion d un système technologique moderne dans un établissement scolaire, nous nous appuierons sur une évaluation du contexte. Celle-ci portera sur les acquis du collège au niveau du matériel, de la structuration et sur les possibilités humaines. Une telle évaluation permettra en outre d analyser les différentes erreurs qui ont pu être commises, tout comme les réussites apportées, dans le cadre de l implantation des TIC dans un réseau scolaire particulier. Il se dégagera, une fois ce travail effectué, des propositions de modifications, puis une réflexion sur les réalisations concrètes de ces propositions dans l optique de fournir un usage performant des ressources. Enfin, notre observation permettra d émettre un constat sur l évaluation, positive ou négative, de l impact des TIC sur le système éducatif dans sa globalité. Il s agira en effet de dégager une tendance de réussite, ou au contraire d échec, sur les finalités d une telle évolution dans une institution dont les fondements reposent sur des siècles d expérience. 2 De la situation des TIC dans l Éducation

13 1- COLLEGE ÉMILE ZOLA : UNE COLLECTIVITE A OBJECTIF D EDUCATION Le collège Émile Zola est une collectivité locale d enseignement secondaire, particulièrement destiné aux jeunes de 10 à 15 ans. De taille moyenne, cet établissement accueille jusqu à 600 élèves de la 6 e à la 3 e, formés par une cinquantaine d enseignants. Le collège compte également une trentaine de personnes dont les missions se situent au sein de l administration, de l encadrement ou de l entretien LE COLLEGE UNIQUE Depuis la réforme du collège unique, et en particulier la loi Haby (L'apprentissage et la formation professionnelle : loi Haby, 1975), le collège est un passage obligé pour tous les jeunes de moins de 16 ans. Les cours dispensés font partie du premier cycle du secondaire, qui sera suivi par le deuxième cycle au lycée. Tous les enfants reçoivent dans les collèges une formation secondaire. Celle-ci succède sans discontinuité à la formation primaire en vue de donner aux élèves une culture accordée à la société de leur temps. Elle repose sur un équilibre des disciplines intellectuelles, artistiques, manuelles, physiques et sportives et permet de révéler les aptitudes et les goûts. Elle constitue le support de formations générales ou professionnelles ultérieures, que celles-ci la suivent immédiatement ou qu'elles soient données dans le cadre de l'éducation permanente. [ ] Figure 1 - Loi du 11 juillet 1975 relative à l'éducation, dite loi Haby, art. 4, extrait L enseignement au collège est réparti en trois cycles (Ministère de l'éducation nationale, 2010) : - Cycle d adaptation (classe de 6 e ) ; l élève s adapte à un nouveau milieu scolaire, similaire durant tout le secondaire. - Cycle central (classes de 5 e et 4 e ) ; pendant ce cycle d apprentissage, la formation dispensée repose sur le socle commun de compétences, les élèves commencent également les Itinéraires De Découvertes (IDD). - Cycle d orientation (classe de 3 e ) ; l élève est confronté à un stage d observation en milieu professionnel et se prépare au Diplôme National du Brevet (DNB). De la situation des TIC dans l Éducation 3

14 Des diplômes et attestations, reconnus au niveau national, sont délivrés aux élèves de collège (Ministère de l'éducation nationale, 2009) : - Le Brevet Informatique et Internet (B2i) sanctionne les élèves ayant les compétences requises à l utilisation des Technologies de l Information et de la Communication. - Les Attestations Scolaires de Sécurité Routière (ASSR), de premier et second niveau, sanctionnent respectivement les élèves de cinquième et de troisième sur leurs connaissances des règles de sécurité routière. L ASSR1 est nécessaire pour passer le Brevet de Sécurité Routière (BSR), permettant de conduire un cyclomoteur à partir de 14 ans. L ASSR2 est obligatoire quant à elle pour le passage du permis de conduire. - Le niveau A2 en langue vivante étrangère (A2), doit être validé par les élèves au vu de leurs compétences en langue vivante. - Le certificat de Prévention et Secours Civiques de niveau 1 (PSC1) peut être attribué aux élèves suivant une formation «prévention et secours civiques» de la filière «actions citoyennes de sécurité civile». - Le livret personnel de compétences devient obligatoire pour la session de juin 2011 du Diplôme National du Brevet (DNB). Les collégiens doivent valider les sept compétences de niveau 3 (le niveau 1 étant validé en fin de CE1 et le niveau 2 en fin de CM2), incluant le B2i, l ASSR et l A2. - Le Diplôme National du Brevet (DNB) vient valider les quatre années de formation du collégien. Il atteste la maîtrise du socle commun de compétences de palier 3. Il est également composé d une évaluation continue sur l année de 3 e et d épreuves ponctuelles écrites ou orales (français, mathématiques, histoire & géographie et histoire des arts) ORGANISATION Le collège Émile Zola, anciennement collège Nationalisé est un Établissement Public Local d Enseignement (EPLE). Les EPLE ont le statut d établissement public à caractère administratif (Ministère de l'éducation nationale, 2010) 1. Il est placé sous la responsabilité d un chef d établissement, et géré par un conseil d administration qui dispose d une certaine autonomie administrative, financière et pédagogique. 1 Initialement établi par le décret n du 30 août De la situation des TIC dans l Éducation

15 Les EPLE sont partagés entre différentes tutelles : - L État, via le ministère de l Éducation nationale, représenté par l Inspection Académique et le Rectorat. - Les collectivités territoriales, via le Conseil général (pour les collèges uniquement, les lycées étant gérés par le Conseil régional). La structure hiérarchico-fonctionnelle (staff and line) de la collectivité est la suivante : Figure 2 - Structure hiérarchico-fonctionnelle du collège Cette structure est utilisée afin de conserver l unité de commandement, en prenant appui sur les organes spécialisés qui aident à la prise de décision. Les décisions stratégiques sont donc prises par le personnel de direction (en rouge) : - Le chef d établissement, qui dirige le collège 2. - La chef d établissement adjointe, habilitée à prendre toutes décisions nécessaires en cas de carence avérée du chef d établissement. Les fonctions opérationnelles sont attribuées au personnel d encadrement. Outre le personnel de direction, s ajoute (en bleu) : Le Gestionnaire, qui, par délégation, s occupe de toutes les tâches financières. 2 Article R421-8 du code de l Éducation De la situation des TIC dans l Éducation 5

16 1-3- LES PRINCIPAUX PROFILS DE POSTES - Le chef d établissement est nommé par le ministre chargé de l éducation. Ses missions lui sont attribuées par le code de l éducation, articles R421-8 à R En particulier, en qualité d organe exécutif 3 et en qualité de représentant de l État au sein de l établissement 4. Il organise les élections des représentants des instances qu il préside telles que le conseil d administration, la commission permanente ou le conseil de discipline. Il désigne les membres du conseil pédagogique. Il est ordonnateur des recettes et des dépenses de l établissement. Il a autorité sur l ensemble des personnels affectés ou mis à disposition de l établissement. Le chef d établissement rend compte de sa gestion au conseil d administration et en informe l autorité académique et la collectivité locale de rattachement (Ministère de l'éducation nationale, 2010). - Le chef d établissement adjoint est également nommé par le ministre chargé de l éducation ou par l autorité académique habilitée à cet effet. Il remplacera le chef d établissement en son absence pour la présidence des instances de l établissement. - Le gestionnaire seconde le chef d établissement dans ses tâches de gestion matérielle, financière et administrative. Il est chargé des relations avec les collectivités territoriales pour les questions techniques et organise le travail des personnels techniques et de service, des ouvriers. 3 Article R421-9 du Code de l éducation 4 Article R De la situation des TIC dans l Éducation

17 1-4- DES INTERVENTIONS AUPRES DE TOUS LES ACTEURS C est en relation avec tous les acteurs de la collectivité qu il est possible de mener à bien les différentes missions attribuées au stagiaire. Secrétariat Le chef d'établissement L'adjoint CE Intendance Enseignants Restauration Le stagiaire Élèves Services médicoscolaires et orientation Familles CDI Vie scolaire CRIA/ CATICE Figure 3 - Le stagiaire au cœur de tous les processus - Avec le Chef d établissement : o Définitions des besoins o Propositions de solutions o Remontées d évaluations - Avec l Adjointe du Chef d établissement : o Mise en place des processus fonctionnels o Gestion des ressources pédagogiques - Avec les enseignants o Formation aux divers outils mis à disposition - Avec les élèves o Formation au Brevet Informatique et Internet (B2i) o Support technique sur place ou par courriel De la situation des TIC dans l Éducation 7

18 - Avec les familles o Mise en place de solutions techniques o Amélioration de la communication externe o Support technique par courriel - Avec la vie scolaire o Mise en place des processus de communication interne et externe o Utilisation des outils de gestion de vie scolaire o Formation aux divers outils mis à disposition - Avec le Centre de Documentation et d Information (CDI) o Informatisation du fond documentaire et du prêt o Mise en place d un serveur de flux vidéo - Avec les services médico-scolaires & d orientation o Synchronisation des informations sur les élèves o Exploitation des dossiers scolaires numériques - Avec la restauration o Remontée en temps réel du nombre de repas en fonction des absences - Avec l intendance o Politique de réduction des coûts o Définition des marchés o Rédaction des appels d offres o Informatisation du prêt des manuels scolaires o Acquisition et renouvellement d équipements - Avec le secrétariat o Coordination des processus fonctionnels o Centralisation des informations 8 De la situation des TIC dans l Éducation

19 2- MALGRE UNE FORTE DEMANDE, L EDUCATION RESTE PAUVRE EN TIC Plusieurs domaines ont été à prendre en compte en arrivant au collège Émile Zola. Les champs d action variés demandent entre autres du matériel adapté DU MATERIEL DISPARATE ET MAL UTILISE Tout d abord, malgré du matériel de bonne qualité dans le VDI (Vidéos Données Images), le peu d équipement de l établissement s avère disparate et parfois très ancien. Le matériel en panne depuis plusieurs mois attend que quelqu un le répare, le matériel neuf qu on l installe. Le réseau physique est pourtant correct, avec un câble de catégories 5 ou 5e et se trouve réparti de manière logique par rapport aux activités exercées. Le collège Émile Zola est composé de plusieurs bâtiments : - Le bâtiment administratif - Le bâtiment pédagogique - Le bâtiment de technologie - La demi-pension - Les préfabriqués Tous les bâtiments sont reliés aux réseaux informatique et téléphonique de l établissement, hormis les préfabriqués voués à disparaître. L ensemble des bâtiments a connu plusieurs phases de restructuration depuis les dix dernières années. La reconstruction du bâtiment de technologie, récemment démoli, sera la dernière phase de cette restructuration. Les différentes étapes de cette dernière, les différents maîtres d œuvres, des objectifs pédagogiques qui évoluent, sont autant de raisons qui permettent d expliquer la disparité de l équipement. Ainsi, avant mon arrivée, certaines salles ou bureaux n étaient pas «brassés» pour accéder au réseau du collège, ou n avaient que le téléphone. Ils étaient pourtant équipés de prises RJ11 et RJ45 murales. L établissement ne possède pas de matériel numérique interactif. Seuls des vidéoprojecteurs sont ponctuellement utilisés par les professeurs. Leur usage est en effet compliqué puisqu ils sont sur des chariots mobiles avec un ordinateur. De la situation des TIC dans l Éducation 9

20 L encombrement des salles rend leur déplacement difficile et les branchements sont une perte de temps LES SOLUTIONS PEDAGOGIQUES REPONDANT AUX BESOINS Avoir du matériel est une chose, pouvoir l utiliser avec des logiciels appropriés en est une autre. Le Rectorat, à travers le Centre Académique aux Technologies de l Information et de la Communication pour l Éducation (CATICE), propose quelques applications intégrées à plusieurs Espaces Numériques de Travail (ENT). Dans le contexte politique et financier actuel, la réduction de postes et la privatisation des services de l État empêchent une exploitation de qualité de ces applications. De même, leur maintenance par le Centre Relais Informatique Académique (CRIA) se trouve inefficace, ne permettant pas une utilisation aisée des matériels mis à disposition. De ce fait, aucun logiciel ne permet la gestion des dossiers des élèves, leurs absences et retards, leurs notes ou encore leurs cahiers de textes. Quelques outils peuvent néanmoins se cumuler pour obtenir une partie de ces fonctionnalités. Pour remédier à cette défaillance, les utilisateurs reprennent la gestion papier, ou au mieux des feuilles de calculs informatisées, réparties sur les différents postes du collège, sans transmission des informations d un ordinateur à l autre. Le Centre de Documentation et d Information (CDI) n est pas équipé lui non plus. Un logiciel sous Microsoft Windows 98 permettait de gérer une partie du fonds documentaire. Cependant, l ordinateur concerné ne démarre plus mais est conservé afin de pouvoir remettre en place cette solution, voire de l améliorer ultérieurement LA FORMATION DES UTILISATEURS Malgré le Plan Académique de Formation (PAF) pour les personnels d enseignement, d éducation et d orientation, les utilisateurs sont pour la plupart dans l incapacité d utiliser les outils mis à leur disposition. Malgré les nombreuses demandes, aucune formation interne n est organisée. Le personnel enseignant n optimise pas toutes les ressources qu il peut trouver dans l établissement. 10 De la situation des TIC dans l Éducation

21 En revanche, les élèves, dans le cadre du Brevet Informatique et Internet (B2i), sont formés afin de valider les compétences du socle commun. La validation de ces compétences est d ailleurs réalisée sur un autre outil de l ENT proposé par le Rectorat de Bordeaux. Seuls quelques professeurs ont les connaissances nécessaires pour évaluer les élèves dans ce domaine. Les établissements disposaient de personnes «ressources» : un professeur maintenait opérationnel le réseau pédagogique de l établissement et dispensait la formation aux utilisateurs. Le collège Émile Zola a abandonné cette initiative. Seul un professeur de technologie assurait le bon fonctionnement des ordinateurs des salles spécifiques (technologique et informatique) UN BESOIN DE COMMUNICATION Une des volontés de l État est de moderniser et de décloisonner le service public en offrant des services de proximité ainsi qu une meilleure communication. Cependant, un audit de 2009 sur la communication interne et externe à l établissement, réalisé par des chargés de mission de l Inspection Académique, montre plusieurs points noirs. On peut notamment relever l absence de processus définis au sein de l établissement pour gérer les différentes situations. Les informations circulent mal entre les différents services, ce qui crée des tensions inutiles. Le site Internet de l établissement n est plus maintenu depuis plusieurs mois et les parents ne peuvent obtenir les dernières informations que par le carnet de correspondance, plus ou moins bien renseigné par l élève. Sauf pour les cas les plus importants, les parents ne sont informés de la situation scolaire de leurs enfants qu à la fin de chaque trimestre et sont parfois étonnés des décisions d orientation prises en fin d année LA PROBLEMATIQUE Le projet d établissement de 2005 à 2010 avait plusieurs objectifs dont certains peuvent être partiellement atteints grâce à l utilisation des Technologies de l Information et de la Communication pour l Éducation (TICE) : - Prendre en charge les élèves en difficulté. - Rendre l élève autonome et responsable. De la situation des TIC dans l Éducation 11

22 - Améliorer la communication au sein de la communauté éducative du collège ; tendre vers l interactivité. Rendu obligatoire par la loi d'orientation du 10 juillet 1989, le projet d'établissement définit, au niveau de l'eple, les modalités particulières de mise en œuvre des objectifs et des programmes nationaux, ainsi que du projet académique. Inscrit dans le cadre de l'autonomie des EPLE, le projet d'établissement fixe la politique éducative de l'établissement. Le conseil pédagogique est l'instance privilégiée de cette démarche. Il sert à exprimer la volonté collective d'une communauté particulière et à assurer la cohérence de ses actions avec ses valeurs. Figure 4 - Le projet d'établissement défini par l'école Supérieure de l Éducation Nationale (ESEN) Le «Rapport annuel sur le fonctionnement pédagogique de l établissement et ses conditions matérielles de fonctionnement de l année scolaire 2009/2010», qui doit répondre au projet d établissement, fixe comme objectifs prioritaires pour l année scolaire suivante : - D assurer un suivi plus précis des élèves ayant des besoins particuliers ou différents par des Projets Personnalisés de Scolarisation (PPS), Projets d Accueil Individualisés (PAI) et Programmes Personnalisés de Réussite Éducative (PPRE). - D acquérir et améliorer l utilisation des nouveaux moyens d enseigner : tableaux numériques, vidéoprojecteurs, utilisation numérique du CDI. - D améliorer la communication aux familles des résultats scolaires de leurs enfants, via Internet. - D augmenter la formation interne et externe des professeurs pour le B2i, l ASSR et les nouvelles technologies ainsi que la mise en place de l évaluation des livrets de compétences. Il s est donc avéré nécessaire de mettre en œuvre plusieurs solutions pour répondre aux finalités du projet d établissement. Mais la problématique concerne aussi divers points comme l impact des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) sur l Éducation et sur la formation, en particulier des collégiens, ou la manière de familiariser les élèves avec les usages des TICE et d encourager l innovation. 12 De la situation des TIC dans l Éducation

23 Tous ces outils doivent permettre l amélioration de la scolarité des élèves, sans pour autant pénaliser ceux qui n ont pas d ordinateur à leur domicile : on parlera alors de «Fracture numérique» et «d Égalité des chances vis-à-vis du numérique». Dans tous les cas, il est important de s approcher au maximum du référentiel Services Intranet/Internet d Établissements scolaires et d Écoles (S2i2e) mis en place par le ministère de l Éducation nationale ; celui-ci permet d organiser en commun les réseaux et services numériques des établissements. La note de cadrage émise par la Sous-direction des Technologies de l Information et de la Communication pour l Éducation (SDTICE) recouvre douze services : - Service d authentification - Service d annuaire - Service de sécurisation et d accès au réseau - Service de stockage utilisateur - Service de communication asynchrone (messagerie, forums ) - Service de communication temps réel - Service de publication - Service de recherche documentaire - Service de sauvegarde - Service de régénération et de configuration de stations - Service de gestion des journaux - Service de supervision et d exploitation de l infrastructure De la situation des TIC dans l Éducation 13

24 3- UNE REMISE A NIVEAU S APPLIQUANT A PLUSIEURS DOMAINES Bien que les diverses actions entreprises dans l établissement puissent souvent répondre à plusieurs enjeux, il est possible de les regrouper dans quatre pôles différents : - Un pôle technique - Un pôle communication - Un pôle formation - Un pôle administration / management 3-1- UN POLE TECHNIQUE Le matériel réseau et les serveurs sont installés dans le VDI. Cet espace climatisé n est accessible que par les personnes autorisées. Avant la réorganisation de ce VDI, la plupart du matériel était entreposé sur des tables. Figure 5 - Le VDI avant intervention 14 De la situation des TIC dans l Éducation

25 LA STRUCTURE DU RESEAU DE L ETABLISSEMENT L utilisation pédagogique des TICE dans le collège fonctionne au quotidien grâce au réseau local de l établissement. Un réseau d établissement est constitué : - D un réseau administratif destiné à l Administration, la Vie Scolaire et tous les services techniques. - D un réseau pédagogique utilisé par les enseignants et leurs élèves. - D accès externes sur la zone démilitarisée (DMZ). Figure 6 - Le système d'information du collège Émile Zola Il est important de bien séparer ces différentes zones pour éviter toute intrusion. Une solution classique aurait pu être l installation de pare-feux, ou bien la configuration de listes de contrôle d accès (ACL) sur le matériel réseau. On peut ainsi rediriger les connexions entrantes vers la DMZ ; permettre aux utilisateurs du réseau administratif d accéder au réseau pédagogique et non l inverse. Une initiative ministérielle, initialement portée par l académie de Dijon, consiste au développement du projet collaboratif Ensemble Ouvert Libre et Évolutif (EOLE). De la situation des TIC dans l Éducation 15

26 L objectif initial était de partager dans les établissements scolaires, en toute sécurité, un accès Internet unique. (Pôle de compétence "Logiciels libres" du MEN) Figure 7 - Présentation EOLE EOLE est maintenant constitué de huit modules : - AMON : Pare-feu qui permettra le partage de la connexion au sein de l établissement - SCRIBE : Contrôleur de domaine pour le réseau pédagogique (non utilisé) - HORUS : Contrôleur de domaine pour le réseau administratif - ECLAIR : Serveur permettant la mise en place rapide de clients sous Linux (non utilisé) - SPHYNX : Permet la mise en place de réseaux privés virtuels (VPN) lorsque plusieurs établissements distants utilisent le même AMON, ou pour l Intranet académique - ZEPHIR : Solution de déploiement, surveillance et maintenance des modules EOLE - SENTINELLE : Outils graphiques permettant la supervision des serveurs - SESHAT : Permet la mise en place centralisée d applications sur plusieurs serveurs SCRIBE d une académie (non utilisé) Le collège Émile Zola n utilise pas les huit modules d EOLE. Seuls les modules AMON et HORUS sont réellement nécessaires dans l établissement. Ils sont partiellement supervisés par le Centre Relais Informatique Académique (CRIA) grâce aux outils ZEPHIR et SENTINELLE. Les clients du réseau administratif ont accès à RACINE- AGRIATES, l Intranet de l académie de Bordeaux grâce à SPHYNX. C est donc le pare-feu AMON qui séparera les différents sous-réseaux de l établissement. Installé sur un serveur dédié, équipé de quatre interfaces réseau, il permet d organiser l ensemble du réseau et ses principales fonctionnalités sont : - Filtrage des connexions entrantes - Détection d intrusions - Partage de la connexion Internet entre les différents sous-réseaux - Filtrage des sites Internet interdits - Connexion VPN à l Intranet RACINE-AGRIATES 16 De la situation des TIC dans l Éducation

27 - Service de cache Web - Statistiques d utilisation de la bande passante - Serveur DNS - Serveur DHCP Grâce à lui, les utilisateurs du réseau administratif peuvent par exemple accéder aux ressources du réseau pédagogique. Ils peuvent également accéder au portail d Accès aux Ressources de l Éducation Nationale (AREN). Pour le réseau administratif, HORUS sert de serveur de fichiers, serveur d applications, contrôleur de domaine, serveur d impression et serveur DHCP. Comme il utilise le noyau Linux Ubuntu, aucune acquisition de licence n est nécessaire. À terme, il remplacera les anciens serveurs de l établissement : - Un serveur de fichier et d application sous Novell - Un contrôleur de domaine sous Microsoft Windows NT Plusieurs applications nationales utilisées en EPLE sont installées sur le serveur. Une des plus utilisées est «Gestion Financière et Comptable» (GFC). Figure 8 - HORUS en serveur d'impression, serveur de fichier, serveur d'applications financières et service d'annuaire Le réseau pédagogique est géré grâce à un contrôleur de domaine sous Microsoft Windows 2003 Server Enterprise Edition. Il se charge de diverses missions : - Service d annuaire - Serveur d impression - Serveur de fichiers - Serveur d application De la situation des TIC dans l Éducation 17

28 Ce réseau pédagogique a l obligation d accueillir près de 600 élèves et une cinquantaine de professeurs sur un parc maintenant composé de près de 120 ordinateurs dispersés dans plusieurs salles. D après le projet S2i2e, tout utilisateur doit être authentifié de façon unique avant d accéder aux ressources mises à disposition dans l établissement. Ces ressources comprennent les espaces de stockage individuels et communs, les services de messagerie, de communication en temps réel, de publication, de recherche documentaire, l accès à Internet et à toutes les applications du réseau. De plus, toute tentative d authentification, réussie ou non, doit être tracée. (Ministère de l'éducation nationale, Sous-direction des TICE, 2008) Figure 9 - Emile01 en serveur d'impression, serveur de fichiers, serveur d'applications et service d'annuaire Il est donc nécessaire de créer un compte d identification pour chaque utilisateur du réseau. La solution la plus simple dans l environnement Microsoft du collège est l utilisation d Active Directory. Cet annuaire doit être alimenté à partir du système d information, notamment au travers de l annuaire fédérateur académique. Dans les établissements secondaires, l accès est rendu possible grâce à ScoNet Base Élèves Établissement (BEE) et STructures et Services sur le Web (STS-Web) pour les professeurs. Cet annuaire doit être mis à jour massivement à chaque rentrée scolaire, mais également en cas d arrivée ou de départ d utilisateurs en cours d année. Cette mise à jour doit donc être simple et adaptée aux personnes autorisées. Le cadre de référence des S2i2e indique que «Le service d annuaire DOIT proposer une interface d administration graphique [ ]». 18 De la situation des TIC dans l Éducation

29 Dans le cadre de leurs activités pédagogiques, les utilisateurs ont besoin d espaces de stockage adaptés aux usages. Les services de stockage offrent les mécanismes et les procédures permettant de mettre à disposition des espaces de stockage personnels et partagés pour les utilisateurs. L utilisation nomade des TIC oblige la mise à disposition d espaces de stockage sur des serveurs accessibles de n importe quel poste. Pour éviter toute perte de données et tout problème d accès, les utilisateurs ne pourront pas stocker de documents sur les postes à leur disposition. Le cadre législatif et réglementaire impose des règles en termes de traçabilité des actions de chaque utilisateur. Les événements tracés sont enregistrés dans des journaux qui sont également utiles à des fins de supervision et d exploitation. Bien que la création et la mise à jour de l annuaire puissent se faire manuellement ou via des scripts en batch par exemple, un outil graphique adapté est nécessaire pour répondre aux attentes du cadre de référence des S2i2e. Le service de stockage doit aider à la définition de règles précises sur les conventions de nommage des espaces personnels et partagés sur les serveurs. Il doit également permettre la définition de quotas et restreindre l accès par utilisateur ou par groupe d utilisateurs. C est à cet effet qu un outil est développé par le Rectorat de Bordeaux pour permettre de gérer ces fonctionnalités de manière assistée SOLSTICE SOLSTICE, pour SOLution au Service des TICE, est un ensemble d outils facilitant considérablement la gestion du réseau informatique d un établissement scolaire. Initialement développé pour le réseau du lycée Louis Barthou de Pau, cet ensemble de programmes est depuis devenu la solution de référence pour les réseaux pédagogiques de l académie de Bordeaux. Il est principalement composé de deux parties : un serveur et un client. Côté serveur, cet outil propose entre autre : - Création, gestion et suppression automatiques des comptes élèves (à partir de ScoNet-BEE) et professeurs (à partir de STS-Web). Des comptes spéciaux peuvent également être créés (test, déverrouillage de postes, utilisateur exceptionnel). De la situation des TIC dans l Éducation 19

30 - Création automatique d un répertoire pour chaque utilisateur sur le serveur, accessible uniquement par cet utilisateur. Les professeurs d une division peuvent accéder au répertoire personnel de chaque élève de la division. - Création de répertoires spéciaux pour chaque classe et chaque niveau avec les permissions correspondantes : o Ressources : en lecture/écriture pour les professeurs et lecture seule pour les élèves o Partages : en lecture/écriture pour les professeurs et les élèves pour les travaux communs o Logiciels : en lecture seule pour permettre l accès aux logiciels du serveur d application o Projets : répertoire destiné à accueillir des dossiers créés automatiquement à la demande des utilisateurs pour faciliter le travail en groupe (comme le club journal ou l atelier micro-fusées) - Journaux de connexion permettant un suivi par poste ou par utilisateur, avec les ouvertures/fermetures de sessions, les ressources utilisées sur le serveur et les adresses Internet consultées - Statistiques d utilisation (nombre de connexions, temps d utilisation Internet et taille des répertoires) - Gestion des postes, permettant de définir facilement les propriétés de différents emplacements du réseau. Il est en particulier possible de définir des profils spécifiques pour certains postes ou groupes de postes offrant la possibilité d obtenir un traitement particulier lors de la connexion. Côté client : - Chargement de profils utilisateurs obligatoires lors de la connexion - Montage des différents répertoires accessibles par l utilisateur en tant qu emplacements réseaux : o o o o o Répertoire personnel T:\ Ressources R:\ Partages P:\ Logiciels L:\ Projets G:\ 20 De la situation des TIC dans l Éducation

31 - Compteur Internet limitant le temps de connexion mensuel de chaque élève. Les professeurs peuvent interdire ponctuellement l utilisation d Internet dans une salle ou au contraire la rétablir en-dehors du quota élève pour une utilisation pédagogique. - Accueil personnalisé à la connexion : o Nom de l utilisateur o Date et lieu de la dernière connexion o Taille du répertoire o Temps d utilisation d Internet et crédit restant o Message général ou spécifique éventuel - Exécution des scripts «postes» de mise à jour définis par l administrateur. Cet outil est déployé sur tout le réseau pédagogique de l établissement et en permet une gestion centralisée. Figure 10 - Structure Active Directory avec Solstice 5 5 Les éléments créés automatiquement par Microsoft Windows 2003 Server sont nommés en anglais. Ceux créés par Solstice sont en français. De la situation des TIC dans l Éducation 21

32 Une Unité Organisationnelle (OU) est automatiquement créée, contenant quatre autres OU : - «Elèves» qui contient tous les élèves par niveau, puis par classe : o 100 pour les élèves de sixième o 200 pour les élèves de cinquième o 300 pour les élèves de quatrième o 400 pour les élèves de troisième - «Groupes» pour tous les groupes créés automatiquement - «Professeurs» pour tous les professeurs - «Ordinateurs» qui contient tous les ordinateurs par salle LE RESEAU PHYSIQUE DE L ETABLISSEMENT Pour répondre aux nouveaux besoins de l établissement, le câblage physique en place a dû être revu. Figure 11 - La baie de brassage avant et après intervention 22 De la situation des TIC dans l Éducation

33 La baie de brassage présente au VDI contient : - Trois switches D-Link DES Quatre switches D-Link DES-1024D - Plusieurs panneaux de distribution totalisant 225 arrivées RJ45 Dans l état initial, seule une cinquantaine de prises murales étaient brassées. L état du câblage ne permettait pas de continuer à brasser les autres prises murales pour que toutes les salles soient reliées au réseau. Pour éviter toute interruption de service, un service dégradé a été maintenu jusqu aux vacances scolaires, pendant lesquelles aucune activité pédagogique n avait lieu dans l établissement. Pour faciliter l accès de cette baie aux personnes habilitées, un code couleur très simple est mis en place : - Câbles verts : les quatre principaux câbles de l installation, qui relient le modem à AMON, pour les switches de chaque sous-réseau (pédagogique, administratif et DMZ) - Câbles rouges : câblage des serveurs - Câbles bleus : pour toutes les prises murales câblées sur le réseau administratif - Câbles jaunes : réseau téléphonique - Câbles gris : réseau pédagogique Tous les câbles utilisés sont composés de quatre paires torsadées blindées (U/FTP, anciennement STP). Chaque paire torsadée est entourée d une couche conductrice de blindage, pour une meilleure protection contre les interférences. Ils sont tous de catégorie 5 au minimum : - Catégorie 5 : réseau téléphonique (câbles jaunes) - Catégorie 5e : brassage des prises murales (câbles bleus et gris) - Catégorie 6 : serveurs et modem (câbles rouges et verts) Pour réaliser ce travail, et en l absence de plan, un repérage initial des prises de l établissement a été nécessaire. - Les prises numérotées entre 1 et 99 sont au rez-de-chaussée - Les prises numérotées entre 100 et 199 sont au premier étage - Les prises numérotées entre 200 et 299 sont au deuxième étage De la situation des TIC dans l Éducation 23

34 Quelques cas particuliers sont ressortis : - Le bâtiment de technologie n étant pas encore restructuré, seule une rocade Ethernet le reliait au réseau du collège. Trois switches dans les salles de cours permettaient de relier l ensemble du matériel. Une fois les travaux terminés, une baie de brassage spécifique sera mise en place dans ce bâtiment. - Les salles des professeurs, d arts plastiques et d éducation musicale ont été restructurées bien avant la création du VDI. Une rocade Ethernet y alimente une deuxième baie de brassage. - Les logements de fonction en cours de rénovation étaient identifiables dans le VDI, mais vont être intégrés au bâtiment de technologie. - Le bâtiment de restauration n était équipé que du réseau téléphonique, identifiable dans le VDI. Des câbles ont dû être tirés dans le faux-plafond pour équiper les bureaux d Internet. La baie de brassage de la salle des professeurs a également dû être refaite. En plus d être mal câblée, elle utilisait un commutateur analogique pour brancher des téléphones avec prises gigognes ou prises RJ11, ce qui n est plus utilisé dans l établissement. Le commutateur a été changé par un panneau de brassage, les prises murales par des prises RJ45 et les câbles en mauvais état ont été remplacés PRONOTE Une application nationale nommée Sélène permettait de saisir les notes des élèves et d éditer des bulletins. L outil Sélène Saisie Déportée pouvait être installé chez les professeurs qui pouvaient alors travailler depuis leur domicile et rendre leurs fichiers de notes par clés USB. Ces dernières étaient souvent perdues ou infectées de virus. Une autre application, ScoNet Absences, permettait de saisir quotidiennement les absences des élèves. L accès en était réservé au CPE ou au personnel administratif ayant reçu la délégation par le chef d établissement. Cette solution a été abandonnée au profit de PRONOTE. Ce système de gestion de vie scolaire, édité par Index Éducation, apporte plusieurs nouveautés dans le fonctionnement de l établissement : - Accès de n importe quel endroit via un client ou une interface Web, grâce à des identifiants uniques 24 De la situation des TIC dans l Éducation

35 - Plus de clés USB, le travail se fait entièrement en réseau - Sur le réseau pédagogique, l installation du client est centralisée, seule l icône est ajoutée au profil des professeurs - Gestion intégrée des absences et retards, du cahier de textes, des notes et compétences, de l orientation, publipostage des courriers Figure 12 - Installation de PRONOTE Le serveur, la base et le client sont installés sur le serveur S-PRONOTE, relié au réseau pédagogique. Le Relais qui permet les connexions via un client depuis l extérieur de l établissement et PRONOTE.net pour l interface Web sont sur le serveur-passerelle P- PRONOTE, sur la DMZ. Enfin, sur le réseau administratif, le client est installé sur tous les postes qui en ont besoin. De la situation des TIC dans l Éducation 25

36 Les parents et les élèves peuvent se connecter à PRONOTE grâce à l interface Web depuis n importe quel ordinateur connecté à Internet ou un mobile. Ils peuvent ainsi consulter le dossier de vie scolaire de l élève : - Absences et retards - Punitions et sanctions - Notes, appréciations et compétences Les identifiants attribués aux élèves sont initialement les mêmes que pour l accès au réseau pédagogique. Par la suite, ils deviennent indépendants. Il est envisageable à moyen-terme d installer l application PRONOTEcas qui, couplée à un Espace Numérique de Travail (ENT), permettrait d avoir les mêmes identifiants partout. Le Cadre de Référence des S2i2e recommande l utilisation d un service de connexion unique (SSO). Tout mécanisme de SSO (Single Sign On) DOIT être privilégié. Il s agit de simplifier la tâche de l utilisateur dans la chaîne suivante : accès au poste de travail / accès aux services communs tels que la messagerie / accès au système d information métier (gestion ou pédagogie). (Ministère de l'éducation nationale, Sous-direction des TICE, 2008) Figure 13 - Déscription du service d'authentification avec SSO EDT est un autre outil de la suite Index Éducation utilisé au collège. Il permet la gestion des ressources pour la création des emplois du temps des classes, des professeurs et des salles. Il gère également les absences des professeurs. La base de PRONOTE est créée à partir des données récupérées dans EDT. Les élèves et leurs responsables sont créés grâce à une importation des données de ScoNet BEE. Les outils PRONOTE et EDT sont liés grâce à la synchronisation automatique mise en place. Toute modification d emploi du temps est directement répercutée sur PRONOTE. Cela change ainsi les listes d appel, la saisie du cahier de textes. Les élèves et leurs familles peuvent voir ces changements sur leurs espaces Internet. 26 De la situation des TIC dans l Éducation

37 Figure 14 - Installation de EDT De même que pour PRONOTE, le serveur, le client et la base d EDT sont installés sur le serveur S-PRONOTE. Le relais est installé sur le serveur-passerelle P-PRONOTE, sur la DMZ LES AUTRES SERVEURS D autres serveurs ont été nécessaires pour ajouter de nouvelles fonctionnalités au sein du système d information. LE SERVICE DE RECHERCHE DOCUMENTAIRE Le problème le plus frappant était l informatisation du fonds documentaire du CDI qui n était plus en fonction depuis deux ans. L ancienne base, issue de BCDI version 2, était sur un vieux poste sous Microsoft Windows 98, qui ne fonctionnait plus. L établissement ayant d ores-et-déjà acquis BCDI version 3, un serveur a été installé dans le VDI pour remettre l application en marche. De la situation des TIC dans l Éducation 27

38 BCDI est un Système Intégré de Gestion de Bibliothèque (SIGB) développé par le Centre Régional de Documentation Pédagogique (CRDP) de Poitou-Charentes. La version 3 datant de 2006, deux options se présentaient : - Renouveler la licence de BCDI - Changer de SIGB Le renouvellement était onéreux puisque l établissement était considéré comme nouveau client du fait de l ancienneté de la précédente licence. PhpMyBibli (PMB) est un autre SIGB qui a retenu notre attention. Ce logiciel libre, sous licence CEA CNRS INRIA Logiciel Libre (CeCILL), est entièrement développé avec des technologies Web, sur une plateforme Apache, PHP et MySQL. En test par le professeur-documentaliste et son assistant, ce logiciel s est avéré très complet, mais légèrement trop complexe pour les élèves. De plus, aucun autre professeur-documentaliste de la Zone d Animation Pédagogique (ZAP) n a souhaité suivre le projet avec l établissement. Le projet s est donc conclu par un renouvellement de BCDI, en version Le serveur BCDI et le client sont installés sur le serveur S-BCDI, sur le réseau pédagogique. La consultation du fonds documentaire est donc possible de tous les postes de l établissement. En plus des recherches documentaires, BCDI permet d informatiser la gestion du fond documentaire du CDI. La gestion du prêt et des réservations est possible grâce à un import de la liste des élèves depuis ScoNet BEE et des professeurs depuis STS- Web. Le logiciel intègre également des outils de publipostage (réservations disponibles, retards, ), de suivi des commandes auprès des fournisseurs, d inventaire, Pour la rentrée scolaire 2010, BCDI a également été utilisé pour gérer le prêt des manuels scolaires. Au total près de manuels ont été enregistrés et identifiés par codes barres pendant l été. 28 De la situation des TIC dans l Éducation

39 LES FLUX VIDEO La généralisation des équipements dans les salles de cours a permis d enrichir le contenu pédagogique des cours des professeurs avec des vidéos. Ces vidéos initialement diffusées sur des cassettes magnétiques ou des DVD s usaient rapidement en plus de poser des problèmes de disponibilité des différents supports et du matériel de lecture. Côté matériel, il est complexe de brancher un magnétoscope ou un lecteur DVD nomade à un vidéoprojecteur fixé au plafond. Pour résoudre ces problèmes, les vidéos ont été encodées au format DivX et stockées sur le serveur vidéo S-VIDEOS du réseau pédagogique. Ce serveur a été installé sous Linux, la distribution Mandrake 10.2, avec un protocole HTTP, le support de PHP et OpenSSH-server. Cette installation a été simplifiée par une initiative de l académie de Toulouse proposant une distribution Serveur Linux Vidéo (SLV) déjà configurée. Les utilisateurs peuvent directement ouvrir les vidéos grâce à leur adresse réseau, sur un logiciel comme Video Lan Club (VLC). LE SERVICE DE PUBLICATION WEB Le site Internet de l établissement, développé sur Microsoft FrontPage 97 n était plus maintenu. Les informations transmises aux visiteurs n étaient plus à jour et l allure du site n était pas du tout professionnelle. Plusieurs solutions étaient possibles : - Remettre à jour le site avec des pages Web statiques - Commander un site dynamique à un prestataire extérieur - Développer un nouveau site dynamique en interne Les pages statiques n étaient pas envisageables car la maintenance n en était pas à la portée de tous : il aurait fallu avoir accès au serveur FTP pour mettre le site à jour. Le problème initial n aurait été que reporté à court terme. Les pages dynamiques sont donc une très bonne alternative. Bien qu il ne soit pas envisageable de passer par un prestataire extérieur pour un site Internet sur mesure, le rectorat de Bordeaux propose un service d hébergement des sites des De la situation des TIC dans l Éducation 29

40 établissements avec le système de gestion de contenu (CMS) Typo3. Dans un premier temps, cette solution fut adoptée. L interface d administration de Typo3 n était pas du tout intuitive, les contraintes dictées par le CATICE empêchaient plusieurs utilisateurs de mettre le site à jour, et la maintenance était chronophage. Très rapidement, un développement interne, basé sur le CMS Spip2.1, a permis d obtenir un site dynamique convivial, pouvant être mis à jour par des utilisateurs non qualifiés. Ce site est hébergé dans l établissement, sur le serveur S-WEB sur la DMZ publique. Le cahier des charges de ce site Internet a été défini avec l équipe d administration du collège. LE SERVICE DE SAUVEGARDE Garantir la qualité de service passe par la préservation des données manipulées. Le service de sauvegarde offre les mécanismes et les procédures (fréquences, volumes, supports, lieux de stockage, ) permettant de sauvegarder et de restaurer les données des utilisateurs et les données techniques sensibles. Le cadre de référence des S2i2e stipule : Les solutions de sauvegarde centralisée doivent être préférées chaque fois que les usages et les débits le permettent. (Ministère de l'éducation nationale, Sousdirection des TICE, 2008) Figure 15 - Description du service de sauvegarde Le service le plus simple et le moins onéreux à mettre en œuvre était l utilitaire de sauvegarde et de restauration fourni par Microsoft Windows Server Grâce aux tâches planifiées, cet utilitaire permet en effet de sauvegarder l ensemble des données des serveurs présents dans l établissement et les fichiers systèmes. Le serveur S-BACKUP est installé sur le réseau administratif afin de pouvoir accéder à tous les sous-réseaux de l établissement. 30 De la situation des TIC dans l Éducation

41 LE MATERIEL DES SALLES Afin de répondre à deux points du projet d établissement, l équipement de toutes les salles en matériel informatique était nécessaire : Acquérir et améliorer l utilisation des nouveaux moyens d enseigner : tableaux numériques, vidéoprojecteurs, utilisation numérique du CDI. Améliorer la communication aux familles des résultats scolaires de leur(s) enfant(s), via Internet. Figure 16 - Rappel des points du projet d'établissement PRONOTE permet d informer les familles en temps réel de tous les événements de la vie scolaire concernant leurs enfants, notamment les absences et les retards. Ainsi, les professeurs doivent faire l appel à chaque début de cours directement sur PRONOTE. Toutes les salles ont donc été équipées d un ordinateur relié au réseau pédagogique de l établissement. Pour profiter de ce nouveau matériel et fournir des nouveaux moyens d enseigner, certaines salles ont également été équipées de vidéoprojecteurs. Une salle de mathématiques a été équipée quant à elle d un tableau numérique. Le Tableau Numérique Interactif (TNI) permet aux professeurs d utiliser plusieurs types de médias (sons, images, vidéos, textes). La surface tactile de ce tableau permet une ergonomie et une simplicité d utilisation sans équivalent. Les élèves sont d ailleurs très souvent disposés à passer au tableau pendant les cours. L acquisition de manuels numériques permet d ajouter des activités de groupe grâce à ce tableau. Le déploiement d une telle quantité de matériel a eu plusieurs impacts techniques importants : - Il est devenu impératif d utiliser des images générées avec Sysprep pour installer rapidement les nouveaux postes, les renouveler, ou les réparer. - Un inventaire plus précis a été nécessaire. Les images générées avec Sysprep permettent de déployer rapidement des postes avec Microsoft Windows XP Pro ou Microsoft Windows 7 Pro et tous les logiciels De la situation des TIC dans l Éducation 31

42 utilisés dans l établissement. Sysprep est l utilitaire Microsoft permettant le déploiement du système d exploitation Windows. Cependant cette solution n est pas encore pérenne. Il demeure nécessaire de passer du temps sur chaque poste nouvellement installé pour finir de le configurer. Le cadre de référence des S2i2e définit : Le service [de régénération et de configuration de stations] offre les mécanismes et les procédures permettant de régénérer (automatiquement ou selon la nécessité) la configuration système d une station de travail, en local ou à distance. (Ministère de l'éducation nationale, Sous-direction des TICE, 2008) Figure 17 - Description du service de régénération et de configuration de stations Le service de supervision et d exploitation de l infrastructure, défini par le cadre de référence des S2i2e, doit inclure un outil d inventaire automatisé et de gestion de parc. Ce service n est cependant pas encore mis en place, seul un inventaire manuel via une base de données Access est actuellement utilisé pour lequel l unique assesseur est le responsable informatique de l établissement. Le déploiement d Open Computer and Software Inventory Next Generation (OCS Inventory NG) est en cours d étude. Cette solution libre permet à la fois un inventaire automatisé de tous les périphériques connectés au réseau ainsi que le déploiement de logiciels et scripts de configuration sur les ordinateurs. Interfacé avec le logiciel Gestion Libre de Parc Informatique (GLPI), il serait ainsi possible de gérer l état du matériel, les demandes d intervention, les réservations de matériel nomade ou encore les informations commerciales et financières (achat, garantie et extension, amortissement). 32 De la situation des TIC dans l Éducation

43 LES OUTILS COLLABORATIFS TELEPHONIE & INTERNET Actuellement, le collège est équipé de plusieurs lignes téléphoniques : - La ligne principale pour la téléphonie et les télécopies avec un réseau numérique à intégration de services (RNIS), abonnement Numéris de France Telecom, supportant quatre canaux simultanés de voix. - La ligne support Internet avec un deuxième télécopieur, le modem SDSL 1Mbps, la machine à affranchir. - Une ligne dédiée à l ascenseur en cas de panne. - Une ligne dédiée à la chaufferie pour les services de télémaintenance. La ligne principale est connectée à un autocommutateur téléphonique privé (PABX). Cet autocommutateur a plusieurs fonctions : - Relier des postes numériques et analogiques à un réseau exclusivement numérique grâce à plusieurs interfaces. - Relier plus de lignes internes qu il n y a de lignes externes (32 lignes internes au collège pour seulement 4 canaux externes). - Permettre des appels entre postes internes sans passer par le réseau public. - Programmer des droits d accès au réseau public pour chaque poste interne (les postes non administratifs ne pourront accéder au réseau public sans passer par le standard). - Proposer un ensemble de services téléphoniques (conférences, transferts d appel, renvois, messagerie, pré-décroché, standard automatique). - Gérer les Sélections Directes à l Arrivée (SDA), plus communément appelées «lignes directes». L analyse d une récente étude de marché va permettre à l établissement de moderniser l équipement téléphonique et Internet à compter du 1 er janvier L offre Business Internet Voice (BIV) de France Télécom va donner lieu au remplacement d un matériel usé et devenu instable. Les téléphones Alcatel datant de 2001 vont eux aussi être remplacés par des postes numériques de dernière génération. Le débit Internet va être augmenté à 2Mbps contre 1Mbps De la situation des TIC dans l Éducation 33

44 actuellement. De nouveaux forfaits téléphoniques vers les fixes et mobiles vont permettre d adapter le service aux nouveaux besoins de l établissement. SUITE DE LOGICIELS COLLABORATIFS Le rectorat de Bordeaux fournit déjà à tous les personnels attachés au ministère de l Éducation nationale une adresse Cette adresse, dite académique, ne fournit aucun autre service que l envoi et la réception de courriels. Avec une gestion drastique des quotas et des serveurs de messagerie vraisemblablement sous-dimensionnés, ces adresses ne présentent guère d avantages. Le collège a donc souscrit aux services Google Apps Édition Éducation. Ces services, gratuits pour les établissements secondaires, ont permis de créer pour le collège Émile Zola, une adresse personnalisée pour chaque utilisateur du réseau (personnel administratif, professeurs, élèves, ). Cette adresse est couplée à un compte utilisateur permettant d accéder à tous les services de Google Apps : - Une messagerie accessible depuis n importe quel endroit avec 7Go de quota - Un agenda en ligne pouvant être synchronisé avec les logiciels de calendrier - La messagerie instantanée avec son et vidéo - L édition et le partage de documents - La création assistée de sites intranet - L hébergement de vidéo - La gestion de groupes de discussion Tous ces services déployés en test au sein de l administration de l établissement seront étendus auprès de tous les élèves et enseignants dans le courant du quatrième trimestre Les outils fournis par Google permettent de créer tous les comptes utilisateurs directement grâce au contenu d Active Directory. La messagerie électronique, les groupes de discussion et la messagerie instantanée permettent de répondre partiellement aux exigences du cadre de référence des S2i2e : 34 De la situation des TIC dans l Éducation

45 - Service de communication asynchrone (messagerie, forums, ) - Service de communication en temps réel Le portail web pédagogique Argos est un ENT mis à disposition des élèves et des enseignants par le CATICE. Il permet d accéder à différents services : - Ilias pour le partage de documents et les classes virtuelles - Gestion Informatisée du B2i (GIBII) - Modèle d Évaluation Linguistique Informatisée Adaptable (MÉLIA) - Gépi pour le cahier de textes Tous ces services étant présents sur PRONOTE, l ENT Argos a été abandonné cette année LE VDI REORGANISE Le collège proposant de plus en plus de services et un nombre croissant d équipements, il était nécessaire d avoir des bases stables. Outre la réorganisation logicielle déjà présentée, il était important d aménager le VDI afin de garantir une qualité de service optimale. Plus aucun matériel n est entreposé sur (ou sous) des tables, le matériel inutilisé a été enlevé, la baie de brassage a été re-câblée. Des onduleurs équipent toutes les baies et des répartiteurs permettent d utiliser les écrans, claviers et souris pour plusieurs serveurs à la fois. Le matériel est réorganisé en trois zones. La première zone contient la baie de brassage et une autre baie polyvalente. Elle reçoit la connexion Internet avec le modem, la ligne téléphonique avec l autocom et le système vidéo de l établissement. Ce système, très peu utilisé, permet de recevoir la Télévision Numérique Terrestre (TNT) et la télévision satellite dans les salles de cours, mais également de lire une cassette magnétique ou un DVD. Les serveurs AMON et HORUS n ayant pas d interface graphique (hors interfaces Web), trouvent naturellement leur place à côté de cette baie. De la situation des TIC dans l Éducation 35

46 Figure 18 - À gauche la baie de brassage, au centre l'autocom et les services vidéos, à droite AMON et HORUS La deuxième zone contient les deux serveurs «Emile» dont Emile02 est la duplication du serveur Emile01 et qui sont tous deux les serveurs pédagogiques. On retrouve également dans cette zone le serveur de backup et le serveur de PRONOTE et EDT. Figure 19 - À gauche les serveurs PRONOTE et de backup, à droite les serveurs pédagogiques Emile01 et Emile02 Enfin, la troisième zone contient les derniers serveurs pédagogiques et les serveurs de la DMZ. On y retrouve donc le serveur de flux vidéo, de gestion documentaire, la passerelle pour PRONOTE et EDT ainsi que le serveur Web du site de l établissement. 36 De la situation des TIC dans l Éducation

47 Figure 20 - À gauche les serveurs S-VIDEO et S-BCDI, à droite les serveurs de la DMZ Le VDI est climatisé à 20 C. Un tableau électrique spécialisé permet de contrôler l alimentation électrique du local UN POLE COMMUNICATION Un gros travail sur la communication était nécessaire, à la fois en interne, mais également avec les personnes extérieures à l établissement EN INTERNE Un document unique reprenant toutes les procédures en les modernisant a été écrit en partenariat avec tous les personnels de l établissement. Celui-ci sera abordé plus en détail dans le pôle management ci-après. Pour compléter ce guide il a été essentiel de mettre en place de nouveaux modèles de documents, et en particulier des formulaires à disposition des professeurs pour toute demande particulière (changement de salle, modification d emploi du temps, sorties pédagogiques, punitions, ). Ces documents ont chacun un processus qui leur est attribué avec un destinataire principal, les actions à effectuer et les destinataires de l information. PRONOTE et EDT facilitent largement le traitement de l information puisque toute modification est répliquée en temps réel pour tous les utilisateurs. Les informations sont dorénavant transmises entre les services par courriel afin de garder une trace de chaque échange. De la situation des TIC dans l Éducation 37

48 Pour diffuser les informations internes importantes aux professeurs, un écran est installé en salle des professeurs avec des textes défilants. Cet écran présente plusieurs avantages : - Gestion centralisée des informations - Mise à jour en quelques secondes - Impact plus important que l affichage classique sur les panneaux - Économie de temps et de papier par rapport à la distribution des notes dans les casiers des professeurs Le support technique des utilisateurs a également été formalisé avec l envoi de courriels. Cette solution étant encore incomplète, le support sera intégré à GLPI pour tous les problèmes techniques internes à l établissement uniquement AVEC L EXTERIEUR Deux outils très importants ont été mis en place pour communiquer avec les personnes extérieures à l établissement, en particulier les familles : - Le site Internet - PRONOTE Grâce au site Internet, les parents sont informés de tous les événements du collège avec les brèves. Des articles plus complets présentent les activités et projets pédagogiques en cours dans l établissement. Ce site s adresse aussi à toute personne extérieure souhaitant découvrir le collège. On y trouve principalement : - Les brèves - Les informations pratiques d accès et de contact - Les activités pédagogiques de chaque discipline - Les projets en relation avec les écoles primaires - Une présentation des TICE dans l établissement PRONOTE est une réelle innovation pour les élèves et les parents. Mis en place progressivement, seuls les parents pouvaient y accéder pour consulter les notes et appréciations de leurs enfants. Depuis la rentrée 2010, les élèves y ont également accès. La consultation des notes a été complétée par les absences et retards, le cahier de textes, l orientation, les punitions et sanctions, 38 De la situation des TIC dans l Éducation

49 Dans le cadre de la rédaction des nouveaux processus de l établissement, une nouvelle charte graphique a été mise en place. Elle définit non seulement un nouveau logo et les manières de l utiliser, mais aussi tout un panel de modèles de documents : - Courriers types - Télécopies - Notes d information - Rapports de réunion - Dossiers - Formulaires - Bordereaux d envois - Bons de commandes Chaque document est numéroté afin d être retrouvé facilement dans le guide des processus et ainsi obtenir toutes les règles d utilisation et de formatage du modèle. Tous les documents utilisés à l extérieur de l établissement ont, sur la première page, une colonne réservée qui reprend toutes les coordonnées de l établissement, le nom du service expéditeur, les horaires d ouverture et la personne assurant le suivi. Pour adapter et améliorer notre communication, une campagne de recensement a été effectuée auprès des familles pour savoir quels foyers avaient la possibilité d utiliser les services en ligne ou non. Des adaptations ont été faites en conséquence. Par exemple, les relevés de notes de mi-trimestre ont été envoyés par courriel aux familles équipées et collés sur les carnets de correspondance des enfants des autres. La configuration du PABX a permis d améliorer la qualité de nos services téléphoniques. Les appelants sont maintenant accueillis par un pré-décroché leur annonçant qu ils sont bien au collège. En cas d absence de l hôtesse d accueil, un standard automatique permet de choisir grâce au clavier du téléphone le service qu ils souhaitent joindre. Des boîtes vocales permettent de laisser des messages en cas d indisponibilités des correspondants. Enfin, tous ces services nécessitent un support particulier de chaque utilisateur. Actuellement, un simple formulaire sur le site Internet demande quelques De la situation des TIC dans l Éducation 39

50 informations (nom, prénom, courriel, sujet) et permet aux utilisateurs d exposer leur problème. Afin d améliorer le suivi du support des utilisateurs et pouvoir constituer rapidement une base de connaissance consultable par les internautes, une solution de support va être mise en place dans les semaines à venir. Il s agit d Open Source Ticket (OS Ticket). Ce système libre permet de gérer des tickets via une interface Web très complète. Les demandes de support peuvent être envoyées par courriel ou par un formulaire en ligne. Les tickets sont suivis avec différents statuts («ouvert», «en cours», «en attente», «fermé») UN POLE FORMATION Pour une bonne utilisation des outils, pour le respect des droits individuels et la sécurité de chacun, il est important que tous les utilisateurs du réseau reçoivent une formation adéquate DROITS, DEVOIRS ET SECURITE LA CHARTE INFORMATIQUE La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. (Assemblée nationale, 1789) Figure 21 - Article 11 de la Déclaration des droits de l'homme de 1789, préambule de la Constitution de 1958 En complément du règlement intérieur de l établissement, une charte «élève» d utilisation de l Internet, des réseaux et des services multimédias a été écrite et validée par le conseil d administration. Cette charte, imprimée dans le carnet de correspondance et signée par l élève et ses responsables légaux, définit les conditions générales de l utilisation des services liés aux TIC ainsi que les droits et devoirs de chacun. Bien que cette charte soit adaptée à une lecture par un collégien, elle est lue et expliquée avec le professeur principal en début d année. Lors d activités pédagogiques dans les salles équipées, les professeurs peuvent être amenés à réexpliquer certaines consignes qui, dans tous les cas, sont affichées dans la salle. 40 De la situation des TIC dans l Éducation

51 La connaissance de cette charte est intégrée au domaine 2 du B2i («Adopter une attitude responsable»), dont le premier item est «Je connais les droits et devoirs indiqués dans la charte d usage des TIC et la procédure d alerte de mon établissement». LA SECURITE DES UTILISATEURS L informatique doit être au service de chaque citoyen, elle ne doit porter atteinte, ni à l identité humaine, ni aux droits de l homme, ni à la vie privée, ni aux libertés individuelles ou publiques. (Conseil d'état, 2004) Figure 22 - Loi n du 6 août 2004 modifiant la loi n du 6 janvier 1978 Chaque utilisateur doit être conscient à la fois de ses droits et de ses devoirs. Mais il reste important de sensibiliser les jeunes internautes et les adultes lors de l utilisation d Internet. Depuis plusieurs années, tant au niveau national qu européen, la protection de l enfance et la prévention des risques associés aux usages de l Internet font l objet de rapports et recommandations qui soulignent tous la nécessité des politiques de sensibilisation et d information du grand public. L Internet offre des libertés, des potentialités nouvelles aux élèves. On ne peut plus revenir en arrière et imaginer un monde sans le réseau. Si celui-ci est porteur de nouveaux risques, il est essentiel de les mesurer et d organiser des plans de prévention. La loi fait obligation de veiller à ce que les mineurs ne soient pas mis en présence de contenus qui leur soient préjudiciables : - Sites aux contenus inappropriés (pornographie, violence, atteinte à la dignité) - Sites de rencontres - Sites illégaux (incitation à commettre des délits, sites révisionnistes ou racistes ) Cette protection est assurée par AMON qui filtre les connexions sortantes et bloque les accès aux sites sensibles. AMON fonctionne sur le principe des listes noires et listes blanches, dont la gestion centralisée est effectuée par une équipe de l académie de Toulouse. Il est néanmoins possible de les modifier localement pour les adapter De la situation des TIC dans l Éducation 41

52 au mieux aux besoins pédagogiques, sous la responsabilité du chef d établissement qui demeure la «personne juridiquement responsable» à ce niveau-ci. Les élèves ont pu assister à plusieurs conférences pour les sensibiliser à leurs droits et devoirs, et aux risques auxquels ils s exposent. Parmi elles, une «conférence-théâtre» a été présentée par la compagnie Digame : «Enfants, adolescents et Internet Les risques et les dangers». Concernant la diffusion d informations, il est primordial de sensibiliser élèves et professeurs sur l importance de vérifier les droits d auteur ou les droits à l image. Une pratique courante dans l établissement a d ailleurs été abandonnée : demander une autorisation parentale pour la publication d images d élèves sur le site Internet. Cette autorisation ne permet pas de publier des photos sur un site Internet. Le site Internet de l établissement ne doit pas permettre à un internaute d identifier un élève mineur. En conséquence, la publication sur le site Internet du nom de famille et de l image des élèves est proscrite. Seule la publication sur un espace sécurisé (extranet) est possible. Toutefois, elle est soumise à certaines conditions : - Les photos des élèves doivent être prises dans le cadre d une activité pédagogique. - Une autorisation écrite doit être demandée au représentant légal de l enfant, qui aura pris connaissance de l image. La conservation des données de connexion est obligatoire pendant un an de par la loi sur la Confiance dans l Économie Numérique 6, la loi sur la Sécurité Quotidienne 7 article 29 et le Code des postes et des communications électroniques 8. L enregistrement des journaux de connexion est réalisé au niveau du serveur pédagogique de l établissement, grâce à Solstice. Le chef d établissement est le propriétaire et le responsable juridique des données de connexion de l établissement. 6 N du 21 juin N Articles R à 10-14, inséré par le décret n du 24 mars De la situation des TIC dans l Éducation

53 FORMATION DU PERSONNEL Suite aux nombreuses innovations de la rentrée 2010, une formation des enseignants a été indispensable. Tous les enseignants sont concernés par l usage des outils propres aux TIC et leur intégration dans les pratiques pédagogiques. L utilisation de PRONOTE appartient pleinement à leur quotidien. Des sessions de formation ont également été mises en place régulièrement afin d apprendre aux personnels l utilisation du nouveau matériel : vidéoprojecteurs, tableaux numériques. Enfin, le support quotidien du personnel administratif ou pédagogique est obligatoire. Il n est pas rare que les professeurs en salle informatique demandent de l aide pour mener à bien leurs activités pédagogiques. Il est à noter que de nos jours, tout nouvel enseignant doit avoir acquis les compétences d usage et de maîtrise raisonnée de l information et de la communication dans sa pratique professionnelle. Ces compétences sont validées par l obtention du Certificat Informatique et Internet (C2i) de niveau 2 «enseignants» FORMATION DES ELEVES Au-delà de la prévention des risques sur Internet, les élèves sont également formés à l utilisation des TIC. Dans le cadre du B2i, les élèves doivent acquérir des compétences dans cinq domaines : - Domaine 1 : S approprier un environnement informatique de travail - Domaine 2 : Adopter une attitude responsable - Domaine 3 : Créer, produire, traiter, exploiter des données - Domaine 4 : S informer, se documenter - Domaine 5 : Communiquer, échanger Afin de valider ces différents domaines, l élève est formé tout au long de sa scolarité au collège. Le B2i fait partie des sept compétences du socle commun nécessaire à l obtention du Diplôme National du Brevet. De la situation des TIC dans l Éducation 43

54 Des sessions de formation spécifiques au niveau des élèves sont organisées avec les professeurs. Les élèves de sixième travaillent particulièrement le premier domaine. Dès qu ils ont leur identifiant, il est nécessaire de leur apprendre à le gérer et l utiliser. Ils peuvent ainsi découvrir un environnement de travail en réseau avec la notion d espaces de stockage et d accès à des logiciels communs. Des cours de bureautique sur OpenOffice sont dispensés par les professeurs de technologie puis, en quatrième, par les professeurs en charge des IDD. L utilisation des feuilles de calculs se fait également pendant les cours de sciences et de mathématiques. Les élèves sont formés à faire des recherches documentaires dès la sixième. Sur des sujets de plus en plus complexes, ils devront être capables de conjuguer les recherches encyclopédiques grâce à BCDI et les recherches numériques sur Internet (des travaux pratiques ont par exemple été mis en place en utilisant le site de l Onisep, spécialisé dans la formation et l orientation). Lorsqu ils utilisent Internet, ils doivent être capables de connaître l origine de l information et ainsi faire un tri dans les résultats d une recherche. Pour finir, les élèves sont formés pour passer les ASSR1 (cinquième) et ASSR2 (troisième). La partie théorique est dispensée par les professeurs d éducation civique, et par la suite les élèves doivent s entraîner sur divers outils en ligne et logiciels installés sur le réseau. L évaluation de leurs connaissances se fait sur ordinateur UN POLE ADMINISTRATION ET MANAGEMENT Même si le management de certains projets, la mise en place de processus ou une politique de réduction des coûts n influent pas directement sur l usage des TIC ou l enseignement qui en découle, ils sont très souvent liés MISE EN PLACE D OUTILS La mise en place d outils a été une préoccupation constante afin de pérenniser les processus réalisés dans l établissement, améliorer la communication, ou mettre en place les nouvelles directives ministérielles. 44 De la situation des TIC dans l Éducation

55 Le guide des processus était un travail nécessaire pour le fonctionnement global de l établissement. Il a été conçu en s appuyant sur les outils mis à disposition ou envisageables grâce aux TICE. En consultant ce guide, tous les membres du personnel du collège sont capables de répondre à chaque situation de la même manière, l information est diffusée au bon moment et aux bonnes personnes, et le suivi est réalisé au fur et à mesure. Ce guide s appuie en partie sur l utilisation de PRONOTE et EDT qui ont largement simplifié la gestion de la vie scolaire des élèves et des professeurs. Les élèves sont réellement suivis, pour leurs absences, pour leurs notes, ainsi les problèmes scolaires sont repérés très rapidement. PRONOTE permet également de gérer toutes les compétences du socle commun, dont la validation est indispensable pour l obtention du DNB. On y retrouve en particulier la validation du B2i et de l A2. Il n est donc plus nécessaire d utiliser GIBII ou MÉLIA qui imposaient trop de contraintes, tant aux professeurs qu aux élèves. Les parents ont de plus obtenu une visibilité directe sur ces validations. Bien qu un maximum d actions gérées grâce aux TICE aient évolué, il est important de ne pas disperser excessivement les outils GESTION DES RESSOURCES Pour le bon fonctionnement du collège et donc par extension de l enseignement dispensé aux élèves, il est nécessaire de bien gérer les ressources à disposition de l établissement. Un important travail a été réalisé lors de l élaboration des emplois du temps des classes, des professeurs et des salles de cours. Cette réalisation, assistée par le logiciel EDT, permet de réaliser à quel point la gestion des contraintes des différentes ressources est complexe, en particulier pour les ressources humaines. Les emplois du temps sont disponibles pour chaque élève sur son espace PRONOTE. Ils sont calculés à la semaine, tiennent compte des options des élèves et des absences des professeurs. Les élèves peuvent ainsi s organiser beaucoup plus facilement. De la situation des TIC dans l Éducation 45

56 Les emplois du temps ont pu être réalisés grâce aux données extraites des applications nationales telles que ScoNet BEE pour les élèves et STS-Web pour les professeurs. Les données de ces deux applications ont donc dû être saisies et vérifiées de manière scrupuleuse. Une fois les emplois du temps élaborés, une remontée vers STS-Web permet plusieurs choses : - Préparer la mise en paiement des professeurs - Compléter les dossiers scolaires des élèves avec leurs groupes - Calculer les effectifs des divisions et des options pour les prévisions nationales Les ressources financières sont également à prendre en compte pour l équipement en TICE. Une politique gouvernementale de réduction des coûts étant en place, il a été indispensable d optimiser les dépenses par domaine. En ce qui concerne l équipement, le lancement de plusieurs Marchés À Procédures Adaptées (MAPA) a été nécessaire. Les MAPA bénéficient de modalités librement fixées par le pouvoir adjudicateur (le chef d établissement), en fonction de la nature et des caractéristiques du besoin à satisfaire, du nombre ou de la localisation des opérateurs économiques susceptibles d y répondre, ainsi que des circonstances de l achat. (Conseil d'état, 2004) Leurs objectifs sont : - La liberté d accès à la commande publique - L égalité de traitement des candidats - La transparence des procédures De ce fait, les collectivités doivent suivre des engagements : - Interdiction de favoriser un opérateur économique - Respect de délais raisonnables entre le rejet d une offre et la signature du contrat. 46 De la situation des TIC dans l Éducation

57 Toutefois, les marchés de travaux, de fournitures et de services d un montant inférieur à EUR HT [4 784 EUR TTC] peuvent être passés sans publicité ni mise en concurrence préalables. (Conseil d'état, 2004) Figure 23 - Décret n du 26 novembre 2004 Les MAPA organisés au collège concernaient plusieurs projets, par exemple : - Équipement des salles de cours avec 14 ordinateurs - Équipement des salles de cours avec 1 Tableau Blanc Interactif (TBI) - Marché de location d un copieur couleur multifonctions pour le CDI - Marché de location de deux copieurs noir et blanc multifonctions pour l administration et les professeurs Le premier MAPA, concernant l équipement des 14 ordinateurs permet de soulever un nouveau point. Le partenariat établi avec la société Cybertek Computers autorise l établissement à acquérir une configuration complète d ordinateur (unité centrale, écran plat, clavier, souris) pour 320 EUR TTC l un, soit pour 14 ordinateurs EUR TTC, ce qui est inférieur au seuil obligeant le lancement d un MAPA. Cependant, l Élément de Prévision de la Commande Publique (EPCP) de 2010, voté au conseil d administration de l établissement, prévoyait l acquisition de matériel informatique pour un montant total de EUR TTC. Cette prévision de commande, supérieure au seuil légal, obligeait l établissement à lancer un MAPA. Une étude de cas intéressante concerne le MAPA du marché de location de deux copieurs noir et blanc multifonctions (cf. annexe 1). Le nouveau marché envisage une durée de location de 36 mois (contre 60 mois pour les marchés précédents). La mise en concurrence a permis d obtenir des tarifs inférieurs à ceux du précédent contrat tout en améliorant la gamme de matériel loué. Le coût annuel total de 2009 était de EUR TTC. Le nouveau coût envisagé sera seulement de EUR TTC, sans diminuer le nombre de copies réalisées. Ce matériel récent apporte également plusieurs avantages : - Impression de documents à partir des ordinateurs ou d une clé USB - Numérisation vers courriel, dossier de partage ou télécopie - Agrafage et piqûres à cheval pour les dossiers distribués aux élèves De la situation des TIC dans l Éducation 47

58 D autres projets vont faire l objet de nouveaux MAPA. Il est par exemple prévu, pour le dernier trimestre de 2010, d équiper toutes les salles de l établissement de matériel de projection (vidéoprojecteurs et TBI). Ce projet onéreux est à l origine d une demande de subvention auprès du conseil général (cf. annexe 2). Le montant total du projet, incluant deux TBI, est estimé à EUR TTC. La subvention du conseil général serait de EUR TTC DEVELOPPEMENT DURABLE D après l étude réalisée par Dekra le 21 septembre 2009, la consommation énergétique de l établissement le classe niveau C (selon une grille graduée de A à G), et pour le rejet de gaz à effet de serre également. Figure 24 Diagnostic de performance énergétique du 21 septembre 2009 Les utilisateurs de l établissement sont invités autant que possible à contribuer à la diminution de la consommation d énergie au quotidien, en particulier de l énergie électrique. Mais cette démarche écologique n était pas suffisante. La mise en place d une politique d équipement TIC dans un établissement doit intégrer un volet développement durable, qui prend en considération tous les aspects de la gestion des équipements et du fonctionnement des TIC. Lorsque le matériel est désuet, il doit être remplacé. Il est essentiel de considérer chaque équipement sur l ensemble de son cycle de vie. Le développement de l usage des TIC conduit à un accroissement des consommables associés (cartouches d encre, toner, papier pour les impressions, supports de stockage de données). 48 De la situation des TIC dans l Éducation

59 Afin de diminuer ces consommations et augmenter le recyclage, le collège a mis en place plusieurs plans d action : - Économie de papier avec la diffusion numérique des informations (courriel, site Internet, PRONOTE, ) ou l utilisation avancée des nouveaux copieurs (la piqûre à cheval avec réduction des originaux de 70 % permet d imprimer quatre pages d un document sur une feuille recto-verso). - Recyclage du papier avec des corbeilles dédiées dans les salles de cours, en partenariat avec Paprec qui valorise les ressources de la planète en produisant les nouvelles matières premières dont l industrie a besoin. - Économie d énergie avec l extinction automatique de tous les ordinateurs du collège en-dehors des heures d ouverture. - Collecte de piles et batteries usagées en partenariat avec Screlec qui fournit les bacs de collecte et des outils de sensibilisation pour les élèves. - Récupération des cartouches d encre et toners usagés dans les bacs fournis par le groupe LMS. Des interventions de sensibilisation sont actuellement prévues avec l aide de la mairie du Haillan, bureau «Environnement et développement durable» et de la Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB). Pour réduire le nombre d impressions parfois inutiles, chaque périphérique d impression et copieur est accompagné d un affichage précisant les divers coûts des impressions et les effectifs par classe. Il a été attribué aux professeurs des quotas de copies en fonction de leur discipline et des classes rattachées à leurs emplois du temps. Pour éviter les commandes massives de manuels scolaires en fin d année, le collège a acquis des manuels numériques. Cette nouvelle initiative permettra d économiser environ 500 manuels par an. Quand les éditeurs le proposent, le collège a également investi dans la version «petit format» qui, plus légère, consomme moins de papier à la fabrication. De la situation des TIC dans l Éducation 49

60 4- EVALUATION DES USAGES ET EFFETS DES TIC SUR L EDUCATION Plusieurs études montrent que le développement des TICE atteint aujourd hui un niveau globalement satisfaisant. (Ministère de l'éducation nationale, 2006) Présentes aux différents niveaux d enseignement, les TIC tiennent une place croissante tant dans les disciplines que dans les dispositifs transversaux L UTILISATION DES TICE DANS LES PROCESSUS D ENSEIGNEMENT LES OBJECTIFS DES TICE Les TIC se développent correctement en France avec une moyenne, en collège, de 8,1 élèves par ordinateur (Ministère de l'éducation nationale, 2009) contre 9,3 dans les autres pays de l Union Européenne (Inspections générales, 2007) 9. Au-delà des objectifs matériels, des objectifs pédagogiques peuvent être tirés de cet équipement en TICE. D après la Direction de l Évaluation et de la Prospective (DEP) du ministère de l Éducation nationale, les objectifs les plus communément assignés à l utilisation des TIC sont : - Développer l autonomie et accroître la motivation des élèves - Conforter les apprentissages Par l utilisation raisonnée des TIC, les établissements d enseignements secondaires souhaitent accroître l autonomie des élèves, les familiariser au monde de demain et renforcer leur motivation. Ces objectifs sont menés par diverses actions dépendantes des disciplines enseignées au collège. Toutes les disciplines sont susceptibles de tirer profit d un accès au réseau de l établissement et à Internet, de l usage d un vidéoprojecteur ou d un TBI, de la salle informatique ou de l espace multimédia du CDI. 9 D après le même document, en 2007, les collèges français étaient équipés d une moyenne de 8,8 ordinateurs par élèves 50 De la situation des TIC dans l Éducation

61 EXEMPLES D USAGES DANS LES DISCIPLINES L utilisation des ordinateurs et des ressources numériques s est développée dans toutes les disciplines, avec des spécificités qui sont liées aux objectifs des programmes et aux supports disponibles. L usage des TICE permet une implication personnelle des élèves dans des activités variées. Ils deviennent donc acteurs de leur formation et n en sont que plus motivés et attentifs. Les élèves peuvent être engagés dans des usages : - individuels : poursuivre une progression, remédier à une difficulté - collectifs : sens des responsabilités, travail en équipe Seule une utilisation directe par les élèves leur permettra d acquérir la maîtrise des TIC qui constitue une des exigences du socle commun de compétences. Cette maîtrise est progressivement validée par les professeurs dans le cadre des activités qu ils organisent, à travers les différents items du B2i, requis pour l obtention du Diplôme National du Brevet depuis la session ARTS PLASTIQUES L art visuel est une discipline exclusivement pratique. L utilisation d un matériel informatique associé à un matériel vidéo peut permettre diverses activités : - Création d images (créations directes, retouches de photos, montages vidéo, ) - Culture artistique et recherche documentaire Plusieurs logiciels spécifiques sont installés sur les postes : - Gimp - Photofiltre - PaintShop Pro - Google Sketchup - Pinnacle Studio - VirtualDub De la situation des TIC dans l Éducation 51

62 ÉDUCATION MUSICALE Une configuration matérielle intéressante serait de relier les divers équipements sonores (chaîne Hi-fi, piano numérique, micro) avec un ordinateur. Si les supports gravés contenant du son et/ou de l image sont depuis longtemps utilisés par les professeurs et les élèves, la multiplication des ressources en ligne ouvre de nouvelles perspectives. On peut faire écouter par un simple clic différents types de fichiers sons ou accéder à des extraits sonores instantanément. Avec des séquenceurs, il est possible de montrer aux élèves les différents plans sonores d une œuvre musicale : son orchestration, sa structure Les élèves peuvent apprendre à faire des montages sonores, créer des sons et mélodies. Des casques permettent aux élèves d écouter leur montage au fur et à mesure du projet. HISTOIRE GEOGRAPHIE Les programmes d histoire géographie font explicitement référence à l usage des TICE. Il est notamment précisé que «les TIC doivent, chaque fois que possible, être mises à contribution pour conduire la recherche, l exploitation et le travail critique sur les documents». (Ministère de l'éducation nationale, 2008) Les ressources en histoire ne manquent pas sur Internet, grâce à des encyclopédies en ligne ; le collège permet en outre un accès à Universalis Junior en ligne dans le cadre de l ENT. En géographie, les élèves utilisent couramment les Systèmes d Information Géographiques (SIG) comme les cartes routières en ligne, les images satellitaires L utilisation de Google Earth est également répandue. Les manuels numérisés, voire numériques et interactifs, permettent une nouvelle approche de la discipline. Les séquences d animations affichées sur un TBI attirent beaucoup plus l attention des élèves. 52 De la situation des TIC dans l Éducation

63 LANGUES VIVANTES L apprentissage des langues vivantes est favorisé par l écoute de documents audio ou audio-visuels disponibles sur Internet. L élève est ainsi familiarisé avec des voix et des accents différents, ainsi que des débits authentiques. L élève peut également s enregistrer afin de comparer sa prestation avec un document sonore, écrire des textes ou entrer en contact avec des élèves étrangers (utilisation de la messagerie électronique ou de la webcam pour les visioconférences). L usage d outils nomades comme les baladeurs, mis à disposition des élèves, leur permet d emporter chez eux les fichiers sons et de prolonger leurs activités hors du temps scolaire. Cette nouvelle méthode s appelle la «balado-diffusion». Grâce à un vidéoprojecteur et des caissons sonores, le professeur peut exploiter toutes sortes de documents authentiques (sons, images, vidéos) et actuels (presse écrite, radiophonique et télévisée). Plusieurs items du B2i peuvent être évalués grâce à l utilisation des TICE en langues vivantes. En particulier dans le domaine de la communication (domaine 5). MATHEMATIQUES Les mathématiques permettent aisément d intégrer les TICE dans leur apprentissage. Grâce à des logiciels de géométrie dynamique, les élèves entrent dans une démarche d investigation, en déléguant les calculs au logiciel. Ils peuvent ainsi identifier un problème, expérimenter des résolutions, conjecturer un résultat, bâtir une argumentation, contrôler les résultats obtenus et évaluer leur pertinence. Les TICE permettent donc de développer l autonomie et la prise d initiative des élèves. Les professeurs de mathématiques utilisent fréquemment les TBI. Ces outils leur permettent de faire travailler une classe sur la résolution d un problème en réalisant en temps réel leurs propositions, en revenant en arrière en cas d erreur ou d oubli. Ils permettent également de faciliter le travail de correction d un devoir en affichant la copie d un élève. De la situation des TIC dans l Éducation 53

64 L utilisation de tableur, pour les graphiques ou les statistiques, permet aux élèves de valider les items du B2i correspondant au traitement des données (domaine 3). SCIENCES EXPERIMENTALES Qu il s agisse des Sciences de la Vie et de la Terre (SVT) ou de la physique chimie, les TICE peuvent permettre les utilisations spécifiques suivantes : - faire des recherches sur Internet pour compléter les observations faites au même moment sur le réel - utiliser des capteurs d Expérimentation Assistée par Ordinateur (ExAO) et imprimer des résultats - exploiter des bases et traiter des données - visualiser des images satellites ou des photographies aériennes Pour les élèves, l utilisation d un tableur, l acquisition et le traitement informatisé des données expérimentales, la numérisation et le traitement des images, la simulation d expériences, la recherche en ligne et la réalisation de comptes rendus illustrés doivent être mis en œuvre régulièrement. TECHNOLOGIE Les TICE sont particulièrement utilisées en technologie. Les élèves sont confrontés à plusieurs activités : - Réalisation de pages de garde (formation à l utilisation des logiciels de traitement de texte) - Conception de dossiers (expérimentations, recherches documentaires) - Utilisation de logiciels de Conception Assistée par Ordinateur (CAO) comme AutoCAD, SolidWorks, Google Sketchup (réalisation de bâtiments en 3D) L utilisation de Charlyrobot (fraiseuse numérique permettant les usinages en 3D) nécessite l emploi de logiciels de Conception et Fabrication Assistée par Ordinateur (CFAO) comme Charlygraal. Les élèves acquièrent ainsi les connaissances nécessaires pour valider l item du B2i «Je sais utiliser un outil de simulation (ou de modélisation) en étant conscient de ses limites» (domaine 3). 54 De la situation des TIC dans l Éducation

65 LES USAGES HORS DE LA CLASSE L utilisation pédagogique des TIC en dehors de la classe est nécessaire pour la pleine maîtrise des outils par les élèves. Ce sera par exemple le cas dans des travaux transversaux comme les IDD. Les élèves seront régulièrement confrontés à des activités : - de recherche documentaire afin d acquérir une méthodologie et un esprit critique vis-à-vis des résultats qu ils peuvent trouver - de production de documents - d entraînement sur des exercices interactifs propres à une discipline, qui leur permettent d aller plus loin ou pour un suivi individualisé En dehors de la classe, différents lieux de l établissement sont particulièrement concernés par l usage des TICE. LE CENTRE DE DOCUMENTATION ET D INFORMATION Le CDI est un véritable centre multimédia destiné aux élèves et à leurs professeurs. L élève apprend à devenir autonome et à développer son esprit critique afin de ne pas confondre information et connaissance. Pour la recherche documentaire, il apprendra à : - Interroger des bases de données locales (BCDI) ou en ligne - Traiter l information et la comprendre - Produire des documents numériques grâce aux logiciels de traitement de texte LA VIE SCOLAIRE ET LE FOYER DES ELEVES Comme les TIC deviennent un outil quotidien de la formation des élèves, il est important de mettre à disposition des points d accès «libres» en dehors des heures de cours. Cela permettra également à ceux ne disposant pas d équipement personnel d avoir accès à ces outils et donc de favoriser l égalité des chances face au numérique et d éviter la «fracture numérique». Grâce au cahier de textes en ligne, les élèves peuvent ainsi retravailler certains points du cours ou s améliorer dans certains domaines. De la situation des TIC dans l Éducation 55

66 LA SUBSISTANCE DE FREINS A LA GENERALISATION DES TICE Comme le précise la loi d orientation, la maîtrise par l ensemble des jeunes des TIC fait maintenant partie des objectifs fondamentaux assignés à l Éducation nationale. Cependant, certaines faiblesses subsistent et freinent la généralisation de l usage des TICE. ÉQUIPEMENTS ET PRODUITS INADAPTES La fiabilité et la disponibilité des équipements et des services numériques sont aujourd hui des enjeux majeurs si l on souhaite développer l utilisation des TICE. Malgré une baisse notable du nombre d élèves par postes 10, la difficulté d accès au matériel reste un facteur limitant. Cette difficulté n est pas exclusivement due à un nombre insuffisant de machines, mais également à l implantation des matériels : - Le regroupement des machines dans une salle multimédia présente l avantage de pouvoir répartir les élèves en binôme sur les postes, ce qui ne serait pas possible dans une salle de cours banalisée par manque de place. En revanche, cela oblige les enseignants à s inscrire dans une mécanique complexe de réservation de salle et de déplacement de classes que ne peuvent parfois pas justifier les quelques minutes d utilisation des TICE dans la séquence pédagogique. - La répartition du matériel dans les salles banalisées permettrait d y accéder plus facilement pendant un cours, mais se limiterait à un nombre restreint d utilisateurs. De plus, toutes les salles ne peuvent pas encore être équipées, ce qui pourrait pénaliser certains élèves. Une telle implantation des matériels implique une absence de garantie de pouvoir utiliser les ressources au moment où le besoin s en fait sentir. À cela s ajoute les indisponibilités temporaires pouvant survenir en cas de panne de machines et du réseau, surtout si aucune assistance professionnelle et réactive n a été prévue Au collège Émile Zola, une analyse interne montre une diminution de 7,8 élèves par poste en septembre 2009 à 6,4 élèves par poste en septembre Cette même analyse montre que 91 % des problèmes étaient résolus dans la journée et 6 % entraînaient l intervention d un prestataire extérieur (renouvellement de matériel) 56 De la situation des TIC dans l Éducation

67 Le marché des logiciels éducatifs est également une barrière au développement de l usage des TICE. La durée de vie incertaine des programmes des disciplines et l engouement non garanti des professeurs justifient parfois l hésitation des éditeurs privés à s engager dans cette voie. Dans les secteurs mal fournis en ressources numériques, l État doit régulièrement contribuer à ces développements. C est pourquoi le réseau Services Culture, Éditions, Ressources pour l Éducation Nationale Centre National de Documentation Pédagogique (Scérén-CNDP) joue le rôle d éditeur public. (Ministère de l'éducation nationale, 2006) INCONFORT TECHNIQUE ET PEDAGOGIQUE L inconfort technique peut être expliqué par plusieurs composantes. Tout d abord l entretien insuffisant du matériel entraîne un manque de fiabilité, des pannes aléatoires. Le professeur se retrouve alors confronté à un manque d assistance réactive. Outre la perte de temps difficilement conciliable avec la lourdeur des programmes, le temps de résolution est souvent facteur d agitation dans la classe. Par ailleurs, une demande récurrente de formation de la part des professeurs a abouti à une mise en place de formations en interne 12 ou dans le cadre du PAF. Néanmoins, l absence d assistance, d accompagnement et de suivi sur l usage des TIC empêche une mise en confiance et démotive les professeurs qui se retrouvent en position d infériorité face à des élèves ayant parfois une meilleure maîtrise de ces technologies. Les nouveaux enseignants reçoivent une formation à l Institut Universitaire de Formation des Maîtres (IUFM). Ils doivent être capables de valider les compétences requises par le C2i. En revanche, les enseignants plus anciens se retrouvent déstabilisés par les nouvelles méthodes d enseignements portées par les TICE, les changements de conditions d enseignement et d objectifs. Bien que parfois volontaires, ils sont souvent catégorisés comme réticents. CONVAINCRE DE LA PLUS-VALUE Certains professeurs se posent encore la question de l efficacité des TICE dans leurs habitudes d enseignement. Même lorsqu elles sont présentes dans les programmes 12 Depuis la rentrée 2010, six formations internes ont été organisées concernant PRONOTE, le site Internet de l établissement et le matériel de vidéo projection De la situation des TIC dans l Éducation 57

68 et que leur utilité est relayée par les corps d inspection, certains professeurs préfèrent conserver un enseignement plus traditionnel 13. Pour l ensemble des professeurs, il semble évident que le temps et la difficulté de préparation de séquences pédagogiques avec usage des TICE ne se justifient qu avec l amélioration de la réussite des élèves ou, a minima, par une facilitation de l acte d enseignement. De leur côté, les élèves sont des utilisateurs réguliers des TIC à leur domicile, pour des activités ludiques (réseaux sociaux, jeux vidéo, ). L École est là pour les amener à y trouver un autre intérêt : les TIC ne sont pas à considérer uniquement comme une distraction, mais aussi comme un outil de travail à fort potentiel. Les élèves sont rarement réticents aux activités organisées grâce à l usage des TIC, si elles sont interactives et qu ils ressentent une qualité technique et visuelle. Les outils à leur disposition leur permettent une individualisation de l enseignement avec des exercices en fonction des besoins, de difficultés croissantes, où ils peuvent avancer à leur rythme. Les élèves eux-mêmes sont conscients de l acquisition de autonomie face aux TICE. leur Les parents quant à eux, aiment trouver des informations précises et actualisées concernant la scolarité de leurs enfants telles que les notes et le cahier de textes, mais aussi l emploi du temps, le suivi des absences et les actualités de l établissement 14. D après les statistiques de fréquentation de l espace parents de PRONOTE depuis la rentrée 2010, les pages les plus visitées concernent de très loin les résultats (56 % de la fréquentation), suivi du cahier de textes (19 % de la fréquentation). Mais le principal problème est plutôt l inégalité d accès, pour des raisons sociales ou géographiques Sur les 54 professeurs du collège, 6 se refusent à toute utilisation des TICE durant leurs cours, 11 professeurs déclarent ne plus pouvoir s en passer 14 Une étude de satisfaction des parents est en cours ; parmi les 237 réponses reçues au moment de la rédaction de cette note, 100 % des parents ayant accès à Internet considèrent que la mise en ligne de ces informations est un plus dans la scolarité de leurs enfants. 15 Cette même étude montre que 7 % des élèves (soit 17 élèves sur la population de 237) n ont pas accès à Internet à leur domicile. 58 De la situation des TIC dans l Éducation

69 IMPLICATION INEGALE DE L ENCADREMENT ET ENJEUX NON MAITRISES L implication de l encadrement (corps d inspection, chefs d établissement et leurs adjoints) dans le développement des TIC joue un rôle majeur, que ce soit en termes d incitation, d impulsion, d organisation ou d évaluation. Au-delà des enjeux pédagogiques, de vrais enjeux de société, tant dans la modernisation du système éducatif que dans la préparation des élèves à une vie sociale et professionnelle largement concernée par les TIC, restent trop souvent inaperçus. Le XXI e siècle est marqué par la révolution du numérique et de la communication. Or, l accès à ces ressources et services n est pas encore acquis partout et pour tous. Il est donc important de prendre en compte les familles non équipées et de pallier ce manque pour une égalité des chances des élèves face au numérique LES EFFETS DE L USAGE DES TIC SUR LES PRATIQUES ENSEIGNANTES Dans l établissement, la collaboration se développe, au sein des pratiques innovantes faisant usage des TIC, entre enseignants de même discipline. L utilisation des TIC donne également lieu à de nouveaux échanges entre les établissements, à travers des sites ministériels ou académiques 16. Il est également courant de retrouver les travaux numériques proposés par des professeurs sur les sites Internet des établissements 17. Ces échanges permettent aux professeurs d améliorer quotidiennement les supports mis à disposition des élèves. Le rôle de l enseignant évolue lorsqu il encadre une séance de cours grâce aux TICE : - Il devient la «personne ressources», qui ne détient pas toute la vérité et développe chez les élèves le besoin d aller rechercher de l information ailleurs qu en passant inlassablement par le professeur. 16 Exemples : ou 17 Exemple au collège Émile Zola : De la situation des TIC dans l Éducation 59

70 - Il prend également le rôle de «tuteur» auprès des élèves, seuls ou en groupes, en suggérant des activités diverses selon les besoins de chaque élève. Le professeur n est plus devant le tableau, au centre de toute l attention, il peut passer parmi les élèves qui sont face aux les écrans. La distanciation par rapport à l enseignant et au savoir tend à faire baisser les tensions inhérentes à une telle situation de transmission, sans pour autant remettre en cause la relation enseignantélève. Sortis du cadre habituel de la salle de classe, les échanges entre les élèves et le professeur sont favorisés. Une séance de cours au CDI aura forcément une atmosphère différente, en raison de la disposition spatiale, de la présence des documentalistes et d élèves d autres classes SUR LE COMPORTEMENT ET LES PERFORMANCES DES ELEVES L utilisation des TIC aide à renforcer la motivation des élèves en rendant l apprentissage plus attrayant. Le cadre différent et les méthodes innovantes sont certainement des points positifs pour les élèves. Le travail d équipe est également développé lorsque les élèves travaillent en binôme devant les ordinateurs. Grâce à une plus grande liberté dans l organisation de leur travail personnel, les élèves deviennent plus autonomes. Leurs responsabilités se trouvent également accrues et ils deviennent acteurs de leur apprentissage grâce aux outils de simulation qui leur permettent de tester directement les idées de chacun. L intérêt des élèves est donc stimulé par un apprentissage plus actif. Pour les élèves en difficultés, l acquisition de compétences techniques peut cependant également être un handicap supplémentaire, mais l élève pouvant avancer à son rythme, il reçoit une formation individualisée qui peut l aider à reprendre confiance. Finalement, l impact des TIC sur les élèves semble pouvoir davantage être mesuré en termes d amélioration des comportements, due à l intérêt que les élèves portent à la tâche à effectuer, qu en termes d acquisition de nouvelles connaissances. 60 De la situation des TIC dans l Éducation

71 4-3- DES INDICATEURS ENGAGEANTS AU NIVEAU NATIONAL Le ministère de l Éducation nationale publie tous les ans les Repères Et Références Statiques sur les enseignements, la formation et la recherche (RERS). Un premier volet reprenant les réponses à une enquête annuelle permet d obtenir des statistiques sur l équipement à usage pédagogique de collèges publics en France métropolitaine et DOM. Le second volet reprend les services proposés par ces mêmes établissements. Ces statistiques sont comparées avec la situation du collège Émile Zola en septembre 2009 puis en septembre Nombre d ordinateurs recensés Équipement à usage pédagogique Nombre moyen de vidéoprojecteurs Nombre moyen de TBI Nombre moyen d élèves par ordinateurs % d établ. ayant un projet comprenant un volet TIC Nombre moyen d enseignants impliqués dans la validation du B2i National ,1 0,6 8,1 76,6 10,4 É. Zola ,8 Oui 9 (sur 43) É. Zola ,4 Oui 39 (sur 45) Figure 25 - Statistiques sur l'équipement à usage pédagogique dans les collèges % d établissements ayant accès à Internet pour des usages pédagogiques L accès à Internet % d établissements utilisant un dispositif de protection des réseaux % d établissements disposant d une charte de bon usage d Internet 18 % d établissements utilisant un dispositif de filtrage et/ou de contrôle a posteriori des sites visités National 99,3 95,3 86,5 89,0 É. Zola 09 Oui Oui Non Oui É. Zola 10 Oui Oui Oui Oui Figure 26 - Statistiques sur l'accès à Internet et sa sécurité dans les collèges 18 Par rapport au nombre d établissements ayant accès au réseau Internet De la situation des TIC dans l Éducation 61

72 Une messagerie interne % d établissements proposant Un site Web Internet Un site Web Intranet Un espace de travail numérique Informations de vie scolaire accessibles en ligne National 40,0 65,3 36,4 40,7 23,4 É. Zola 09 Non Oui, non représentatif Non Oui Non É. Zola 10 Oui Oui Non Oui Oui Figure 27 - Statistiques sur les services proposés par les collèges Notes Absences Parmi les informations de vie scolaire 19 Emploi du temps Cahier de textes de la classe Carnet de correspondance des élèves Agenda de l établissement Autres National 27,6 16,8 22,1 19,8 1,7 30,8 28,0 É. Zola 09 Non Non Non Non Non Non Non É. Zola 10 Oui Oui Oui Oui Non Oui Oui Figure 28 - Statistiques sur les informations de vie scolaire fournies par les collèges Ces statistiques mettent en évidence que le collège Émile Zola est mieux équipé que la moyenne nationale. Les services proposés correspondent aux attentes puisque seuls le site Intranet et le carnet de correspondance des élèves en ligne sont manquants. Cependant, les résultats obtenus par le collège restent en-dessous des recommandations fournies pour un collège de 600 élèves (Rectorat de Toulouse, 2010). Il est ainsi préconisé l équipement de 195 ordinateurs à usage pédagogique, avec 27 vidéoprojecteurs et 6 TBI, soit un ratio de 3,1 élèves par ordinateur AU NIVEAU LOCAL D autres statistiques intéressantes ont été récupérées localement et permettent de constater l influence des innovations techniques mises en place dans l établissement. CONSULTATION DE PRONOTE Les statistiques de fréquentation des différents espaces de PRONOTE permettent d obtenir de bons indicateurs. Tout d abord, du côté des professeurs, alors qu ils se 19 Par rapport au nombre d établissements proposant des informations de vie scolaire en ligne 62 De la situation des TIC dans l Éducation

73 sont tous déjà connectés à partir du logiciel client, très peu utilisent le service en ligne, moins complet. Seuls 17 professeurs sur les 45 s y sont déjà connectés au moins une fois. Viennent ensuite les élèves, beaucoup plus demandeurs. Eux n ont pas de client, uniquement l interface en ligne. Au 30 octobre 2010, 508 élèves sur les 578 de l établissement (soit 87,9 %) s y sont déjà connectés au moins une fois. Les élèves ont totalisé connexions entre le 14 septembre et le 30 octobre Ce nombre montre à la fois un grand intérêt pour les outils mis en place, mais laisse supposer que certains élèves n ont pas accès à Internet de leur domicile, puisque 70 d entre eux ne se sont jamais connectés. L enquête en cours à destination des familles devrait bientôt confirmer cette hypothèse. Les élèves se connectent principalement en semaine avec des pics allant jusqu à 211 élèves connectés par jour. Leur intérêt se porte essentiellement sur leurs résultats (48 % de la fréquentation) et le cahier de textes de la classe (27 % de la fréquentation). Pour finir, les parents sont également investis dans la scolarité de leurs enfants. Le portail n a été disponible qu à partir du 9 octobre 2010 et 320 parents se sont déjà connectés au moins une fois sur les 930 responsables légaux ayant reçu leur identifiant (soit 34,4 %). Cette différence de fréquentation entre les espaces élèves et parents vient sans doute de l utilisation unique des identifiants des élèves, plus simples à retenir (par défaut, la date de naissance de l élève). Ces 320 parents ont tout de même totalisé 919 connexions entre le 9 et le 30 octobre Les parents consultent essentiellement les résultats de leurs enfants (56 % de la fréquentation) et le cahier de textes (19 % de la fréquentation). Tant pour les espaces élèves que parents, les diagrammes de connexions journalières montrent une nette diminution des consultations pendant les vacances scolaires. De la situation des TIC dans l Éducation 63

74 FREQUENTATION DU SITE DE L ETABLISSEMENT En plus des informations pratiques relativement figées dans le temps, le nouveau site de l établissement permet de tenir informés tous les acteurs du collège (parents, élèves, professeurs, personnels, tutelles, visiteurs) des actualités de l établissement. Depuis son lancement début septembre, le nombre de visites et de visiteurs uniques ne cesse de croître. L architecture du site permet aux visiteurs de trouver rapidement l information qu ils cherchent et implique une diminution continue du nombre de pages consultées par visite (3,81 au lancement, contre 2,67 au 24 octobre 2010). Figure 29 - Statistiques de fréquentation du site du collège Émile Zola Les pages les plus visitées sont les brèves (43,6 % de la fréquentation), puis les informations concernant PRONOTE (26,4 % de la fréquentation). Le fort taux de rebond de la page PRONOTE (63,8 %) montre que les gens accèdent à leur espace privé pour y consulter leurs données personnelles. 64 De la situation des TIC dans l Éducation

75 CONCLUSION Aujourd hui, les usages généralisés des TIC s inscrivent dans une volonté nationale, et en particulier dans l éducation. Il s agit réellement, pour les établissements, d une priorité de développer en leur sein ces usages afin d améliorer la formation des élèves. Si la nécessité de ces nouvelles technologies n est plus à prouver pour la gestion d un établissement, il reste important d en définir les principaux atouts et les limites dans l enseignement dispensé aux élèves. On constate encore un grand retard dans l équipement en matériel des établissements, ainsi que des réticences et une carence importantes dans la formation des personnels. Les TIC jouent un rôle majeur dans la personnalisation de l enseignement et le suivi des élèves. Ainsi, l implémentation des TICE dans le collège a permis de répondre à la fois au projet d établissement mais également aux objectifs prioritaires fixés par le rapport annuel de fonctionnement pour l année scolaire Ces critères atteints, le collège s est en outre rapproché des pré-requis établis par le ministère de l Éducation nationale dans le cadre de référence du S2i2e. Cependant des améliorations techniques sont encore en cours et ce travail de restructuration devra être poursuivi tout en veillant à ce que l implémentation des TIC ne devienne pas synonyme d augmentation irraisonnée des consommables associés. Que l on considère une organisation différente des processus en place ou bien une nouvelle acquisition de matériels et logiciels, les professeurs se retrouvent avec les atouts nécessaires pour mettre en place une pédagogie plus novatrice et améliorer l organisation spatiale des salles de classe. Cette nouvelle forme d éducation n est cependant pas à considérer comme un vecteur d apprentissage amélioré d un point de vue des connaissances, mais plutôt comme une amélioration des comportements dans un contexte scolaire. Partant des différentes missions qui m ont été confiées, il m a fallu faire preuve d ingéniosité dans différents domaines. J ai ainsi pu acquérir des compétences De la situation des TIC dans l Éducation 65

76 spécifiques dans des domaines techniques, stratégiques ou encore de gestion humaine. Ces acquisitions ont pu se faire grâce à mon intégration au sein de l établissement et auprès des équipes pédagogiques et administratives. Force de propositions dans les divers projets et bénéficiant d une grande liberté de décisions, nombre de ces projets ont été adoptés et mis en place actuellement. Ainsi, les diverses solutions qu il m a fallu trouver m ont amené à faire preuve d une constante innovation. Celle-ci, associée à l obligation de travailler en équipe tout en ayant une autonomie importante, m a conforté dans mes perspectives professionnelles, l Éducation nationale étant demandeuse dans le secteur de l informatique, pour le développement de ses technologies dans l éducation. 66 De la situation des TIC dans l Éducation

77 BIBLIOGRAPHIE AEFC SAS. (s.d.). Consulté le octobre 27, 2010, sur Educinfo.info: Assemblée nationale. (1789, août 26). Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de Article 11 et préambule de la Constitution de Conseil d'état. (2004, août 6). Loi n du 6 août 2004, modifiant la loi n du 6 janvier Conseil d'état. (2004). Code des marchés publics. Dispositions applicables aux pouvoirs adjudicateurs, Titre III : Passation des marchés. Conseil d'état. (2004, novembre 30). Décret n du 26 novembre Journal officiel n 278, p Direction de l'information légale et administrative. (1975, juillet 11). L'apprentissage et la formation professionnelle : loi Haby. Consulté le octobre 18, 2010, sur Vie publique : au coeur du débat public: École Supérieure de l'éducation Nationale. (2010, janvier 28). ESEN - Projet d'établissement. Consulté le octobre 15, 2010, sur ESEN - La formation des cadres du MEN et du MESR: Index Éducation. (2010, août). PRONOTE 2010 administration. Inspections générales. (2007, mars). Rapport sur la contribution des nouvelles technologies à la modernisation du système éducatif. Makowski, F. (s.d.). Consulté le octobre 12, 2010, sur Marchés publics: Ministère de l'éducation nationale. (s.d.). Consulté le octobre 10, 2010, sur Ministère de l'éducation nationale: Ministère de l'éducation nationale. (s.d.). Consulté le octobre 15, 2010, sur Éducnet, enseigner avec le numérique: De la situation des TIC dans l Éducation 67

78 Ministère de l'éducation nationale. (2006, septembre). Rapport du groupe de travail pour le développement des TIC dans l'éducation nationale. Ministère de l'éducation nationale. (2009, septembre). Repère et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche. Ministère de l'éducation nationale. (2010, octobre 12). Code de l'éducation. Partie Réglementaire, Livre IV, Titre II : les collèges et les lycées. Ministère de l'éducation nationale. (2010, octobre 13). Code de l'éducation. Partie Réglementaire, Livre IV, Titre II, Chapitre Ier, Section 2 : organisation administrative. Ministère de l'éducation nationale. (2010). Collège - Présentation. Consulté le octobre 18, 2010, sur éduscol : toute l'information pour les professionnels de l'éducation: Ministère de l'éducation nationale. (1989, juillet 10). Loi n du 10 juillet 1989, dite Loi d'orientation sur l'éducation. J. O. du 14 juillet 1989 ; B. O. spécial n 4 du 31 août Ministère de l'éducation nationale. (2009, août 27). Modalités d'attribution du diplôme national du brevet. Bulletin officiel n 31. Ministère de l'éducation nationale. (2008, août 28). Programme d'enseignement d'histoire-géographie-éducation civique pour les classes de sixième, de cinquième, de quatrième et de troisième du collège. Bulletin officiel spécial n 6. Ministère de l'éducation nationale, Direction de l'évaluation et de la prospective. (2003, septembre). Les TIC : éléments sur leurs usages et sur leurs effets. Ministère de l'éducation nationale, Direction générale de l'enseignement scolaire. (s.d.). Consulté le octobre 15, 2010, sur Éduscol, toute l'information pour les professionels de l'éducation: Ministère de l'éducation nationale, Sous-direction des TICE. (2008, décembre). Cadre de référence des S2i2e. Ministère de l'éducation nationale, Sous-direction des TICE. (2009, décembre). Référenciel matériel et organisation des TICE au Collège. 68 De la situation des TIC dans l Éducation

79 Pôle compétence EOLE. (s.d.). Consulté le octobre 23, 2010, sur Ensemble Ouvert Libre Évolutif: Pôle de compétence "Logiciels libres" du MEN. (s.d.). Consulté le octobre 22, 2010, sur Eole - Linux: Rectorat de Bordeaux. (s.d.). Consulté le octobre 22, 2010, sur Site sécurité des systèmes d'information du rectorat de Bordeaux: Rectorat de Bordeaux, Centre Académique aux TICE. (s.d.). Consulté le octobre 22, 2010, sur CATICE: Rectorat de Toulouse. (s.d.). Consulté le octobre 24, 2010, sur Site des TICE de l'académie de Toulouse: Rectorat de Toulouse. (2010, juin 10). Recommandations pédagogiques de l'inspection pédagogique pour l'équipement TICE des collèges. Secrétariat général du Gouvernement. (s.d.). Consulté le octobre 20, 2010, sur Legifrance, le service public de la diffusion du droit: De la situation des TIC dans l Éducation 69

80 TABLE DES FIGURES Figure 1 - Loi du 11 juillet 1975 relative à l'éducation, dite loi Haby, art. 4, extrait... 3 Figure 2 - Structure hiérarchico-fonctionnelle du collège... 5 Figure 3 - Le stagiaire au cœur de tous les processus... 7 Figure 4 - Le projet d'établissement défini par l'école Supérieure de l Éducation Nationale (ESEN) Figure 5 - Le VDI avant intervention Figure 6 - Le système d'information du collège Émile Zola Figure 7 - Présentation EOLE Figure 8 - HORUS en serveur d'impression, serveur de fichier, serveur d'applications financières et service d'annuaire Figure 9 - Emile01 en serveur d'impression, serveur de fichiers, serveur d'applications et service d'annuaire Figure 10 - Structure Active Directory avec Solstice Figure 11 - La baie de brassage avant et après intervention Figure 12 - Installation de PRONOTE Figure 13 - Déscription du service d'authentification avec SSO Figure 14 - Installation de EDT Figure 15 - Description du service de sauvegarde Figure 16 - Rappel des points du projet d'établissement Figure 17 - Description du service de régénération et de configuration de stations Figure 18 - À gauche la baie de brassage, au centre l'autocom et les services vidéos, à droite AMON et HORUS Figure 19 - À gauche les serveurs PRONOTE et de backup, à droite les serveurs pédagogiques Emile01 et Emile De la situation des TIC dans l Éducation

81 Figure 20 - À gauche les serveurs S-VIDEO et S-BCDI, à droite les serveurs de la DMZ. 37 Figure 21 - Article 11 de la Déclaration des droits de l'homme de 1789, préambule de la Constitution de Figure 22 - Loi n du 6 août 2004 modifiant la loi n du 6 janvier Figure 23 - Décret n du 26 novembre Figure 24 Diagnostic de performance énergétique du 21 septembre Figure 25 - Statistiques sur l'équipement à usage pédagogique dans les collèges Figure 26 - Statistiques sur l'accès à Internet et sa sécurité dans les collèges Figure 27 - Statistiques sur les services proposés par les collèges Figure 28 - Statistiques sur les informations de vie scolaire fournies par les collèges Figure 29 - Statistiques de fréquentation du site du collège Émile Zola De la situation des TIC dans l Éducation 71

82 INDEX ASSR, iii, 4, 12 B2i, iii, 4, 7, 11, 12, 34, 40, 43, 44, 61 BCDI, iii, 27, 28, 36, 43, 55 charte, 38, 40, 61 communication, x, 7, 11, 12, 13, 14, 18, 31, 34, 36, 39, 40, 42, 44, 53, 59 déploiement, 16, 31, 32 développement durable, 48, 49 équipement, 9, 30, 33, 45, 46, 60, 62 formation, x, 3, 4, 10, 11, 12, 14, 39, 42, 43, 51, 54, 55, 57, 60 Haby, 3 MAPA, iv, 45, 46, 47 pare-feu, 15, 16 projet d établissement, 11, 12, 30 PRONOTE, 24, 25, 26, 27, 31, 34, 35, 36, 37, 38, 42, 44, 45, 48, 57, 58, 62, 64 réseau, 9, 11, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 39, 41, 43, 44, 50, 56, 61, 73 S2I2E, v, 13, 18, 19, 26, 30, 31, 32, 34, 73 ScoNet, 18, 19, 24, 26, 28, 45, 73, 74 site Internet de l établissement, 11, 29, 41, 57 socle commun de compétences, 4, 51 SOLSTICE, 19 Statistiques, 16, 20, 61, 63 support, 3, 29, 32, 37, 39, 42 VDI, vi, 9, 14, 22, 24, 27, 34, 35, De la situation des TIC dans l Éducation

83 LEXIQUE AGRIATES : Réseau intranet des services administratifs couvrant l ensemble des collèges et lycées. Le réseau RACINE est en partie formé de l interconnexion des réseaux AGRIATES de chaque académie. BEE : Base de données d informations sur les élèves scolarisés dans les établissements. La BEE est un des modules de ScoNet. CATICE : Service du rectorat qui a en charge l informatique de gestion de l enseignement scolaire dans une académie. CRDP : Dans chaque académie, un centre régional de documentation pédagogique assure, à destination des enseignants, des missions de production et de diffusion de documentation. EPCP : Permet au chef d établissement de signer et exécuter immédiatement tout marché recensé sans soumettre à l autorisation du conseil d administration chaque contrat ou commande. L EPCP doit être présenté tous les ans au conseil d administration, en même temps que le budget et les décisions budgétaires modificatives. ENT : Dispositif global fournissant à un utilisateur un point d accès à travers les réseaux à l ensemble des ressources et des services numériques en rapport avec son activité «métier». L ENT doit favoriser la mutualisation des services et des ressources. GFC : Application nationale destinée aux établissements pour la gestion de leur comptabilité. GFE : Module de ScoNet destiné à la gestion d éléments financiers de la scolarité des élèves. RACINE : Service d interconnexion des services académiques avec l administration centrale. Ce réseau comprend notamment l interconnexion des réseaux AGRIATES de chaque académie. S2i2e : Programme d action du ministère de l Éducation nationale, de l Enseignement supérieur et de la Recherche destiné à assurer la cohérence des services Internet et Intranet dans les établissements scolaires. De la situation des TIC dans l Éducation 73

84 ScoNet : Application nationale destinée à gérer la scolarité des élèves du second degré. Le renseignement des bases ScoNet est obligatoire. Les données sont répertoriées directement sur les serveurs académiques pour être transmises au niveau national. L application est accessible sur le réseau AGRIATES. STS-Web : Application nationale permettant de gérer l ensemble de la structure pédagogique d un établissement. On y retrouve les services des professeurs, la liste des divisions et les services associés, le calcul des Heures Supplémentaires Académiques (HSA) et Établissement (HSE). L application est accessible sur le réseau AGRIATES. 74 De la situation des TIC dans l Éducation

85 ANNEXES Annexe 1 : MAPA d un marché de location et de maintenance de deux photocopieurs noir et blanc Annexe 2 : Demande de subvention auprès du conseil général De la situation des TIC dans l Éducation I

86 ANNEXE 1 : MAPA D UN MARCHE DE LOCATION ET DE MAINTENANCE DE DEUX PHOTOCOPIEURS NOIR ET BLANC v MARCHE DE LOCATION ET DE MAINTENANCE DE DEUX PHOTOCOPIEURS NOIR & BLANC du 1 er juillet 2010 au 30 juin 2013, soit 3 ans Collège Emile Zola 19 rue de Los Heros LE HAILLAN Téléphone Télécopie Mél Horaires Lu., Ma., Je., Ve. : 9h00 17h00 Mercredi : 9h00 12h00 Personne responsable du marché : Monsieur Richard BATIFOULIE, Principal du collège Emile Zola. Renseignements administratifs : Monsieur Thierry LAUNAY, Gestionnaire. Renseignements techniques : Monsieur Sébastien VITA, Responsable informatique. 1- Objet du marché La présente consultation concerne : - La location de deux photocopieurs multifonction neufs pour 45 pages par minute au minimum, répondant aux caractéristiques techniques ci-dessous (cf. 4) et la maintenance de ces deux photocopieurs pendant la durée de la location, incluant les prestations décrites ci-dessous (cf. 6). - Variante 1 : La location de deux photocopieurs multifonction neufs : un copieur neuf destiné à l administration pour 30 à 35 pages par minute au minimum répondant aux caractéristiques techniques ci-dessous (cf. 4-a), un copieur neuf destiné à la salle des professeurs pour 45 pages par minute au minimum avec caractéristiques techniques ci-dessous (cf. 4-b) et la maintenance de ces deux photocopieurs pendant la durée de la location, incluant les prestations décrites ci-dessous (cf. 6). - Variante 2 : La location de deux photocopieurs : un copieur neuf (cf. 4-a, destiné à l administration, situé à la loge) pour 45 pages par minutes et un copieur reconditionné (cf. 4-b, destiné à la salle des professeurs) pour 45 pages par minute au minimum avec caractéristiques techniques similaires et la maintenance de ces deux photocopieurs pendant la durée de la location, incluant les prestations décrites ci-dessous (cf. 6). II De la situation des TIC dans l Éducation

87 - Variante 3 : la location de deux photocopieurs : un copieur neuf destiné à l administration pour 30 à 35 pages par minute au minimum répondant aux caractéristiques techniques cidessous (cf. 4-a), un copieur reconditionné destiné à la salle des professeurs pour 45 pages par minute au minimum avec caractéristiques techniques (cf. 4-b) et la maintenance de ces deux photocopieurs pendant la durée de la location, incluant les prestations décrites cidessous (cf. 6). 2- Conditions et délais de livraison Livraison et installation des copieurs susvisés pour le 1 er juillet 2010 en début de matinée. 3- Durée La durée de ce marché est de trois ans, renouvelable expressément chaque année. La première année allant du 1 er juillet 2010 au 30 juin Caractéristiques techniques souhaitées a- Copieur destiné à l administration, implanté à la loge de l établissement, ayant pour caractéristiques : - Copieur laser noir & blanc - Vitesse de copie et impression : 45 pages par minute ou 30 à 35 pages par minute (cf. 1, variantes 1 et 3) - Formats d impression : A4 et A3 - Imprimante TCP/IP - Télécopieur fax-to-mail et pc-to-fax - Module de finition pliage piqûre à cheval - Quatre magasins (3xA4 et 1xA3) pour une autonomie globale au minimum de feuilles - Scanner en TCP/IP et SMTP - Contrôle d accès à la copie pour suivi et limitation des copies par code, à défaut par badge - Moyenne de pages par mois en N&B - Recto/verso automatique - Chargeur automatique de documents b- Copieur implanté dans la salle des professeurs, situé au rez-de-chaussée, ayant pour caractéristiques : - Copieur laser noir & blanc - Vitesse de copie et impression : 45 pages par minutes - Imprimante TCP/IP - Scanner en TCP/IP et SMTP - Deux magasins (1xA4 et 1xA3) pour une autonomie globale au minimum de 500 feuilles - Un magasin de grande capacité de feuilles De la situation des TIC dans l Éducation III

88 - Limitation du nombre de copies par code, à défaut par badge (suivi et limitation) pages par mois en N&B 5- Location : modalités de fixation du prix de la location Les frais relatifs à la location des matériels sont traités à prix global et forfaitaire, ferme et non actualisable. Ils sont réputés complets et comprennent notamment toutes les charges fiscales, parafiscales ou autres frappant obligatoirement la prestation. 6- Maintenance Pendant toute la durée de location du matériel, le prestataire devra assurer la maintenance de celuici incluant obligatoirement : - La formation des utilisateurs à toutes les fonctionnalités de l appareil - Les frais liés au remplacement des consommables (toner) - En cas de panne : les frais de réparation ; les frais de pièces détachées ; les frais de main d œuvre ; les frais de déplacement ; et si nécessaire, le remplacement de l appareil. Le déplacement de l intervenant devra intervenir sous 24 heures maximum à compter du signalement. - Les déplacements trimestriels préventifs incluant : o Le nettoyage o La formation des éventuels nouveaux utilisateurs o Les repérages des éventuels dysfonctionnements La télémaintenance serait appréciée pour les commandes de toner et les relevés compteurs. Le coût de la maintenance sera un coût/copie. L offre prendra la forme d un devis, communiqué au collège pour le mardi 26 mai 2010, qui doit comprendre : - le descriptif du matériel fourni (caractéristiques techniques) - le prix de la location pour deux appareils neufs et le prix de la location pour un appareil neuf et pour un appareil reconditionné - le prix unitaire du «coût/copie» représentant la maintenance. IV De la situation des TIC dans l Éducation

89 ANNEXE 2 : DEMANDE DE SUBVENTION AUPRES DU CONSEIL GENERAL Monsieur le Président du Conseil Général Direction de Collèges Bureau du fonctionnement v Le Haillan, le 10 mars 2010 Collège Emile Zola 19 rue de Los Heros LE HAILLAN Téléphone Télécopie Mél Horaires Lu., Ma., Je., Ve. : 9h00 17h00 Mercredi : 9h00 12h00 Objet : Demande de subvention pour l acquisition de vidéoprojecteurs, d ordinateurs associés et de tableaux numériques interactifs Monsieur le Président, Nous avons pu l an passé équiper en vidéoprojecteurs et micro ordinateurs associés, un certain nombre de salles de cours. Nous avons pour projet : - de généraliser, d une part, cet équipement, pour l ensemble de nos salles de cours pour permettre aux enseignants d optimiser l utilisation des supports pédagogiques disponibles - d acquérir des tableaux numériques interactifs, destinés à équiper les salles de technologie, une salle de sciences et une salle de mathématiques. Ce dernier équipement s inscrit dans le cadre d un projet pédagogique associant plusieurs professeurs dont des professeurs de mathématiques, de sciences physiques, de sciences naturelles et de technologie. Un professeur référent sera désigné et formé à l utilisation de ces outils pour, à son tour, former ses collègues à son utilisation. J ai, en conséquence, l honneur de solliciter de votre part une subvention permettant d acquérir : - 11 vidéoprojecteurs - 12 ordinateurs - 15 écrans de projection à fixer au mur - 18 supports plafond De la situation des TIC dans l Éducation V

«écosystème» TIC en EPLE

«écosystème» TIC en EPLE «écosystème» TIC en EPLE Séminaire DUNE «Numérique responsable» Académie de Créteil Février 2013 Document publié sous licence D un point de vue C2i2e Domaine A1 «Maîtrise de l'environnement numérique professionnel»

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE DES SERVICES INTRANET / INTERNET D ETABLISSEMENTS SCOLAIRES ET D ECOLES

NOTE DE CADRAGE DES SERVICES INTRANET / INTERNET D ETABLISSEMENTS SCOLAIRES ET D ECOLES NOTE DE CADRAGE DES SERVICES INTRANET / INTERNET D ETABLISSEMENTS SCOLAIRES ET D ECOLES SDTICE/SDITE Version : 1.0 - Date création : 09/01/09 1. Périmètre des S2i2e Les S2i2e ont pour objectif principal

Plus en détail

Projet EOLE. Mars 2009. Panorama Eole NG

Projet EOLE. Mars 2009. Panorama Eole NG Projet EOLE Mars 2009 Panorama Eole NG Le pôle EOLE Une envie, Des Idées, Un projet Périmètre Eole Le ministère de l'education Nationale 12 millions d élèves 1,2 millions d enseignants et personnels ingénieurs,

Plus en détail

La solution Eole NG dans l'enseignement catholique de Bretagne. Présentation à l Atelier Technique n 2 des référents réseaux-informatiques

La solution Eole NG dans l'enseignement catholique de Bretagne. Présentation à l Atelier Technique n 2 des référents réseaux-informatiques La solution Eole NG dans l'enseignement catholique de Bretagne Présentation à l Atelier Technique n 2 des référents réseaux-informatiques Mercredi 10/03/09 de 14 à 17h - FIC - Ploërmel La solution Eole

Plus en détail

Gestionnaire de réseaux Linux et Windows

Gestionnaire de réseaux Linux et Windows Gestionnaire de réseaux Linux et Windows LEA.A6, version 2012 Information : (514) 376-1620, poste 7388 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 51

Plus en détail

Architecture du projet Eole

Architecture du projet Eole Architecture du projet Eole Le projet Eole met en œuvre une gamme de 4 serveurs dédiés répartis sur l ensemble du réseau : AMON : Passerelle Internet, Parefeu SCRIBE : Réseau pédagogique HORUS : Réseau

Plus en détail

LE PARE-FEU AMON. http://eole.orion.education.fr Eole@ac-dijon.fr Luc.Bourdot@ac-dijon.fr rene.gomez@ac-montpellier.fr

LE PARE-FEU AMON. http://eole.orion.education.fr Eole@ac-dijon.fr Luc.Bourdot@ac-dijon.fr rene.gomez@ac-montpellier.fr Décembre 2007 LE PARE-FEU AMON. http://eole.orion.education.fr Eole@ac-dijon.fr Luc.Bourdot@ac-dijon.fr rene.gomez@ac-montpellier.fr Ensemble Ouvert Libre Evolutif. Eole répond aux objectifs suivants :

Plus en détail

Intranet, ENT, ENS, Systèmes d information Quelles définitions, quels usages, quelles mises en place?

Intranet, ENT, ENS, Systèmes d information Quelles définitions, quels usages, quelles mises en place? Intranet, ENT, ENS, Systèmes d information Quelles définitions, quels usages, quelles mises en place? A l heure de la généralisation de l informatisation de notre société, notre école subit cette montée

Plus en détail

Amiens, le 24 mars 2004

Amiens, le 24 mars 2004 Amiens, le 24 mars 2004 Rectorat Division Informatique CRIA Affaire suivie par Danièle LIEFFROY Marie-José VANBAELINGHEM Pascal ANDRE Note à l attention de Mesdames et Messieurs les Chefs d Etablissements

Plus en détail

Réunion CFA du 21 mars 2006

Réunion CFA du 21 mars 2006 Réunion CFA du 21 mars 2006 1 LES TIC et L APPRENTISSAGE 1 Les TIC et l Apprentissage : une longue histoire Au plan de la gestion des établissements : Entre 1988 et 1993 : premier plan d informatisation

Plus en détail

D o s s i e r t e c h n i q u e

D o s s i e r t e c h n i q u e A N N E X E A L A C O N V E N T I O N R E L A T I V E A L A M I S E E N Œ U V R E D U N R E S E A U P R I V E P O U R L E S C O L L E G E S D E S Y V E L I N E S D o s s i e r t e c h n i q u e D é f i

Plus en détail

Schéma directeur des réseaux établissement 2012

Schéma directeur des réseaux établissement 2012 N de version 1.0 1.1 Historique des versions Eléments modifiés Date 22/02/2012 Mises à jour 18/04/2012 Page 1 / 14 Rédacteur Christopher BOURGINE Benjamin TALON SOMMAIRE I.Introduction...2 II.Architecture

Plus en détail

Contribution des TICE à l évolution du système éducatif. Anne-Marie BARDI IGEN honoraire

Contribution des TICE à l évolution du système éducatif. Anne-Marie BARDI IGEN honoraire Contribution des TICE à l évolution du système éducatif Anne-Marie BARDI IGEN honoraire Vision d acteur / Vision de chercheur Expérience durable Variété des fonctions Diversité des niveaux et des disciplines

Plus en détail

Préconisations d architecture

Préconisations d architecture Actualisation Septembre 2006 22-09-2006 Académie de Toulouse - Mission TICE/ SIGAT - CRIA 1 Table des matières.!"# $% &%' #"$' (%) % * "$' %+) % +!,-%%./ 01) 2/.!!" #!" $! % 22-09-2006 Académie de Toulouse

Plus en détail

Outiller le Brevet informatique et internet. SERIA Rennes - projets nationaux Octobre 2011

Outiller le Brevet informatique et internet. SERIA Rennes - projets nationaux Octobre 2011 Outiller le Brevet informatique et internet SERIA Rennes - projets nationaux Octobre 2011 1 Le B2I Brevet Informatique et Internet OBii est un produit ministériel qui permet la gestion du B2i des niveaux

Plus en détail

Module 1. Introduction à la gestion de l environnement Windows Server 2008 R2

Module 1. Introduction à la gestion de l environnement Windows Server 2008 R2 Module 1 Introduction à la gestion de l environnement Windows Server 2008 R2 Vue d ensemble du module Rôles serveur Utilisation des outils d administration Microsoft Windows Server 2008 R2 Utilisation

Plus en détail

PARCE QUE L ÉCOLE MÉRITE LE MEILLEUR

PARCE QUE L ÉCOLE MÉRITE LE MEILLEUR Collèges et lycées PARCE QUE L ÉCOLE MÉRITE LE MEILLEUR Depuis 1999, PRONOTE permet à chacun de se familiariser, à son rythme, au numérique à l école. S adressant à toute la communauté éducative, PRONOTE

Plus en détail

Description du réseau informatique pédagogique Samba Edu3 du collège du Moulin de Haut

Description du réseau informatique pédagogique Samba Edu3 du collège du Moulin de Haut Description du réseau informatique pédagogique Samba Edu3 du collège du Moulin de Haut 2013/2014 Philippe PETER administrateur du réseau pédagogique Présentation du réseau informatique pédagogique Le réseau

Plus en détail

EVALUATION DES CANDIDATS SCOLARISES EN CLASSE DE TROISIEME DANS UN ETABLISSEMENT PUBLIC ET PRIVE SOUS CONTRAT

EVALUATION DES CANDIDATS SCOLARISES EN CLASSE DE TROISIEME DANS UN ETABLISSEMENT PUBLIC ET PRIVE SOUS CONTRAT DIPLOME NATIONAL DU BREVET Le diplôme national du brevet évalue les connaissances et les compétences acquises a la fin du collège. Les sujets sont élaborés en fonction des programmes des classes de troisième

Plus en détail

CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES

CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES Sommaire Fiche 1 : Gestion des identités : annuaires et authentification Fiche 2 : Connectez-vous en toute sécurité

Plus en détail

Système d Information Documentaire d un EPLE

Système d Information Documentaire d un EPLE Système d Information Documentaire d un EPLE Novembre 2012 B. Vassent Ndiaye, à partir de Académie de Lyon, Le système d information, juin 2004 et V. Liquète, Le SI(D), IUFM Aquitaine, 2011. 1 Qu est-ce

Plus en détail

Formation SCRIBE EAD

Formation SCRIBE EAD Formation SCRIBE EAD I. Documentations SOMMAIRE II. Architecture des réseaux III. Filtrations AMON (pédagogique) IV. SCRIBE V. Questions I. Documentations Sites de diffusion académique http://diff.ac-nice.fr/

Plus en détail

MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE

MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE République Française MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE ARRÊTÉ portant création et fixant les conditions de délivrance du certificat de spécialisation «technicien conseil en systèmes informatisés

Plus en détail

Séminaire 22 23 Novembre 2006. Bilan et perspectives

Séminaire 22 23 Novembre 2006. Bilan et perspectives Séminaire 22 23 Novembre 2006 Bilan et perspectives Plan Bilan Eole 1 Rappel principe diffusion Point sur les demandes Comité Utilisateurs Eole Nouvelle Génération Présentation générale Principes de diffusions

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Convergence Voix - Données

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Convergence Voix - Données Cahier des Clauses Techniques Particulières Convergence Voix - Données SOMMAIRE - Objet du document et du marché - Contexte et périmètre du projet - Configurations existantes et besoins - Services attendus

Plus en détail

Mémento élèves et parents. Les usages de l ENT. Environnement Numérique de Travail. dans l académie de Montpellier

Mémento élèves et parents. Les usages de l ENT. Environnement Numérique de Travail. dans l académie de Montpellier Mémento élèves et parents Les usages de l ENT Environnement Numérique de Travail dans l académie de Montpellier 2015/2016 I. Des outils et des services pour les e le ves et leurs parents A. Le portail

Plus en détail

L univers des ENT dans les différents établissements. de formation en Région Centre. Au 18/01/2010

L univers des ENT dans les différents établissements. de formation en Région Centre. Au 18/01/2010 L univers des ENT dans les différents établissements de formation en Région Centre Au 18/01/2010 ENT de quoi parle-t-on? (in wikipedia) ENT, une définition de l'éducation nationale : L ENT est le service

Plus en détail

Dans un deuxième temps et avec l expérience de cette observation, un ENT mutualisant la Nouvelle Calédonie verra le jour.

Dans un deuxième temps et avec l expérience de cette observation, un ENT mutualisant la Nouvelle Calédonie verra le jour. Préambule : Actuellement, au collège LUCKY HITT de Plum a lieu une expérimentation pour la mise en place et l observation des usages d un Espace Numérique de Travail. Dans un deuxième temps et avec l expérience

Plus en détail

DESCRIPTION DU CONTEXTE INFORMATIQUE ET MISE EN PLACE DU CONTEXTE

DESCRIPTION DU CONTEXTE INFORMATIQUE ET MISE EN PLACE DU CONTEXTE DESCRIPTION DU CONTEXTE INFORMATIQUE ET MISE EN PLACE DU CONTEXTE Sommaire Description du réseau GSB... 2 Réseau GSB original... 2 Réseau GSB utilisé en PPE... 2 Liste des s de l'infrastructure... 3 Implémentation

Plus en détail

25/08/2013. Vue Nagios. Vue Nagios. Le réseau du lycée

25/08/2013. Vue Nagios. Vue Nagios. Le réseau du lycée Le réseau du lycée 1. Mise en évidence de la complexité du réseau Le réseau vu par les utilisateurs Le réseau vu par le technicien 2. «Architecture matérielle» du réseau Topologie Le switch, élément central

Plus en détail

L informatique au collège Willy Ronis de Champigny sur Marne

L informatique au collège Willy Ronis de Champigny sur Marne L informatique au collège Willy Ronis de Champigny sur Marne Collège Willy Ronis Champigny sur Marne 1 Sommaire Sommaire 1. Le serveur Scribe... 3 1.1 Qu est ce que Scribe?... 3 1.2 Comment se connecter

Plus en détail

Environnement Numérique de Travail (ENT) Des outils pour se former et travailler en réseau

Environnement Numérique de Travail (ENT) Des outils pour se former et travailler en réseau Environnement Numérique de Travail (ENT) Des outils pour se former et travailler en réseau Les TIC au quotidien l utilisation des TIC s amplifie Sommaire I. Les actions mises en place par le Ministère

Plus en détail

Formation Initiale Référent Numérique 6 Novembre 2014

Formation Initiale Référent Numérique 6 Novembre 2014 Rectorat de Lyon Délégation Académique au Numérique pour l' Éducation Formation Initiale Référent Numérique Cédric Frayssinet DANE de Lyon Rectorat de Lyon Délégation Académique au Numérique pour l' Éducation

Plus en détail

Présentation des services

Présentation des services Présentation des services Rèf. : AE-2013-001 Version : 2.1 Date : 11/10/2013 Réalisation Groupe de travail Académique de l'académie de Versailles (Missions TICE départementales et DSI), 3 boulevard de

Plus en détail

L espace numérique de travail des collèges et lycées

L espace numérique de travail des collèges et lycées L espace numérique de travail des collèges et lycées COLLÈGES... LYCÉES RECTORATS... ACADÉMIES... COLLECTIVITÉS... PARENTS... ENSEIGNANTS... ÉLÈVES... PERSONNELS COLLÈGES LYCÉES RECTORATS ACADÉMIES COLLECTIVITÉS

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

Mode operatoire Reseau pedagogique

Mode operatoire Reseau pedagogique Mode operatoire Reseau pedagogique Les fonctionnalités du réseau pédagogique ont évolué cette année. Vous reprenez la main et vous avez la possibilité de réaliser un certain nombre d actions personnelles

Plus en détail

3 ème Concours de technicien de classe normale des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

3 ème Concours de technicien de classe normale des systèmes d information et de communication. «Session 2009» 3 ème Concours de technicien de classe normale des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Etude de cas" Note : 11/20 Thème : réseaux de télécommunication et équipements

Plus en détail

Bureau Application / Cahier de Texte Numérique / Gestion des profils / EAD / Sconet / Mail Académique / Site du collège.

Bureau Application / Cahier de Texte Numérique / Gestion des profils / EAD / Sconet / Mail Académique / Site du collège. Pour pouvoir utiliser l ENT, il faut avoir un profil enregistré sur le serveur SCRIBE. Tout d abord, vous devez avoir accès à l ENT en administrateur. Accédez donc à l ENT : https://clg-gerardcafe.ac-martinique.fr

Plus en détail

Projet d établissement Collège Eugène BELGRAND 10130 Ervy-Le_Châtel

Projet d établissement Collège Eugène BELGRAND 10130 Ervy-Le_Châtel Projet d établissement Collège Eugène BELGRAND 10130 Ervy-Le_Châtel Présentation. Axe 1 : Les élèves, leur scolarité (Axe 2 du projet académique) : Garantir une réussite scolaire pour tous, Prendre en

Plus en détail

Description de l implantation dans le centre d examen (nom du service ou de l outil et caractéristiques techniques)

Description de l implantation dans le centre d examen (nom du service ou de l outil et caractéristiques techniques) ANNEXE VII-1 : modèle d attestation de respect du cahier des charges pour l épreuve E4 (parcours SISR) BTS SERVICES INFORMATIQUES AUX ORGANISATIONS Session 2014 CONTRÔLE DE L ENVIRONNEMENT TECHNOLOGIQUE

Plus en détail

CONFIGURATION P 2 P 3 P 3 P 10 P 11 P 13 P 14 P 16

CONFIGURATION P 2 P 3 P 3 P 10 P 11 P 13 P 14 P 16 CONFIGURATION 1 Présentation 2 Topologie du projet 3 Installation 4 Configuration 4.1 Création de la DMZ publique 4.2 Accès vers l Internet 4.3 Publication d Exchange 4.4 Rapports d activité et alertes

Plus en détail

Gestionnaire de réseaux Linux et Windows

Gestionnaire de réseaux Linux et Windows Gestionnaire de réseaux Linux et Windows LEA.A6, version 2007 Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 52,33

Plus en détail

Découverte de Lcs. Exemples d utilisations pédagogiques du serveur LCS. Phase pilote ENT Année 2009/2010

Découverte de Lcs. Exemples d utilisations pédagogiques du serveur LCS. Phase pilote ENT Année 2009/2010 Découverte de Lcs Exemples d utilisations pédagogiques du serveur LCS Phase pilote ENT Année 2009/2010 1 Contexte de l ENT 2 Contexte de l ENT Qu est-ce qu un ENT? Les enjeux de l ENT La phase pilote Les

Plus en détail

Points de repères pour l élaboration du diagnostic d établissement

Points de repères pour l élaboration du diagnostic d établissement DOCUMENT D AIDE Points de repères pour l élaboration du diagnostic d établissement. Collège Circulaire n 2001-263 du 27 septembre 2001 relative à l évaluation des personnels de direction (extraits) I -

Plus en détail

Services de Bureau à Distance

Services de Bureau à Distance Services de Bureau à Distance 02 février 2015 TABLE DES MATIERES PRESENTATION DU SYSTEME RDS... 2 DEFINITION... 2 MODE DE FONCTIONNEMENTS... 4 AVANTAGES ET INCONVENIENTS... 4 AVANTAGES... 4 INCONVENIENTS...

Plus en détail

Innovation technologique dans les établissements scolaires : l ENT, les impacts sur l organisation du travail et les risques associés

Innovation technologique dans les établissements scolaires : l ENT, les impacts sur l organisation du travail et les risques associés Innovation technologique dans les établissements scolaires : l ENT, les impacts sur l organisation du travail et les risques associés Version destinée aux enseignants qui exercent dans des établissements

Plus en détail

Sommaire AVERTISSEMENT! ENVOIS DE SMS DEPUIS PRONOTEVS

Sommaire AVERTISSEMENT! ENVOIS DE SMS DEPUIS PRONOTEVS 1 Sommaire PRONOTE monoposte................................... 3 ProfNOTE........................................... 4 PRONOTE en réseau.................................... 6 PRONOTE en réseau avec PRONOTE.net.......................

Plus en détail

Modules Horus et Scribe

Modules Horus et Scribe J-EOLE 04-05 Juin 2014 Modules Horus et Scribe Gérald Schwartzmann - Joël Cuissinat Lionel Morin CC BY-NC-SA 2.0 FR Généralités Horus : Scribe : 1ère version : 2002 1ère version : 2004 serveur administratif

Plus en détail

Tutoriel de configuration Interfaçage SSO

Tutoriel de configuration Interfaçage SSO CRDP de l académie de Versailles Tutoriel de configuration Interfaçage SSO Mission TICE Médiapôles mediapoles @crdp.ac-versailles.fr 6 rue Pierre Bourdan 78165 Marly-le-roi Tél. 01 78 64 52 00 Octobre

Plus en détail

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Ce texte, associé au règlement intérieur de l Observatoire de Paris (désigné dans la suite comme l Établissement) et ceux de ses

Plus en détail

IT- NETWORK SYSTEMS ADMINISTRATION TI - GESTION DE RÉSEAUX POST- SECONDARY NIVEAU POSTSECONDAIRE

IT- NETWORK SYSTEMS ADMINISTRATION TI - GESTION DE RÉSEAUX POST- SECONDARY NIVEAU POSTSECONDAIRE CONTEST DESCRIPTION DESCRIPTION DE CONCOURS IT- NETWORK SYSTEMS ADMINISTRATION TI - GESTION DE RÉSEAUX POST- SECONDARY NIVEAU POSTSECONDAIRE 1. L'importance des compétences essentielles dans les métiers

Plus en détail

Présentation des nouveaux services de l ENT Second degré Rentrée scolaire 2015 et fin du 1 er trimestre de l année scolaire 2015-2016

Présentation des nouveaux services de l ENT Second degré Rentrée scolaire 2015 et fin du 1 er trimestre de l année scolaire 2015-2016 Important - Période de fermeture estivale 2015 L installation de la version 8.0 et la réalisation du traitement de bascule d année auront lieu du 10 juillet au soir jusqu à la fin du mois de juillet. Durant

Plus en détail

PROJET TOUR EDUCALL USB par CDPRO

PROJET TOUR EDUCALL USB par CDPRO PROJET TOUR EDUCALL USB par CDPRO MATÉRIEL DE SYNCHRONISATION DE CLES USB ET LE TRAITEMENT DES FICHIERS AUDIO Son interface propose une arborescence de dossiers qui permet non seulement de choisir simplement

Plus en détail

Découverte de Lcs. Exemples d utilisations pédagogiques du serveur LCS. Phase pilote ENT Année 2009/2010

Découverte de Lcs. Exemples d utilisations pédagogiques du serveur LCS. Phase pilote ENT Année 2009/2010 Découverte de Lcs Exemples d utilisations pédagogiques du serveur LCS Phase pilote ENT Année 2009/2010 1 Contexte de l ENT Qu est-ce qu un ENT? Les enjeux de l ENT La phase pilote Les actions dans l établissement

Plus en détail

Rez-de-chaussée HALL. Restaurant (self-service) Infirmerie. Le gymnase Cour de récréation. Arts plastiques. Musique. 1er étage

Rez-de-chaussée HALL. Restaurant (self-service) Infirmerie. Le gymnase Cour de récréation. Arts plastiques. Musique. 1er étage Restaurant (self-service) Rez-de-chaussée Infirmerie Le gymnase Cour de récréation Etude Arts plastiques Vie scolaire HALL Etude Classe ULIS Musique Entrée et sortie pour les externes 1er étage Entrée

Plus en détail

On distingue deux catégories de réseaux : le réseau «poste à poste» et le réseau disposant d un «serveur dédié».

On distingue deux catégories de réseaux : le réseau «poste à poste» et le réseau disposant d un «serveur dédié». Un réseau est un ensemble de connexions entre plusieurs ordinateurs. Il va permettre : - la communication entre utilisateurs à travers les machines - la partage de ressources matérielles - le partage de

Plus en détail

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE HONNEUR FRATERNITE JUSTICE INSPECTION GENERALE D'ÉTAT TERMES DE REFERENCE

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE HONNEUR FRATERNITE JUSTICE INSPECTION GENERALE D'ÉTAT TERMES DE REFERENCE REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE HONNEUR FRATERNITE JUSTICE INSPECTION GENERALE D'ÉTAT TERMES DE REFERENCE POUR LA MISE EN PLACE D UN SYSTEME DE GESTION DES MISSIONS DE L IGE Liste des abréviations IGE

Plus en détail

Table des matières. 1 Vue d ensemble des réseaux... 5. 2 Transmission des données : comment fonctionnent les réseaux... 23. Introduction...

Table des matières. 1 Vue d ensemble des réseaux... 5. 2 Transmission des données : comment fonctionnent les réseaux... 23. Introduction... Table des matières Introduction 1 Structure du livre 2 Nouveautés par rapport à la 3 e édition 2 Conventions typographiques 3 1 Vue d ensemble des réseaux 5 Qu est-ce qu un réseau? 6 Pourquoi créer un

Plus en détail

BIENVENUE AU COLLEGE JEAN JACQUES ROUSSEAU

BIENVENUE AU COLLEGE JEAN JACQUES ROUSSEAU BIENVENUE AU COLLEGE JEAN JACQUES ROUSSEAU Site : http://cothorou.edres74.ac-grenoble.fr/ Adresse mail : Ce.0741227G@ac-grenoble.fr Tel : 04 50 71 01 64 Un établissement engagé Je suis heureux et fier

Plus en détail

PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA. 9 ème FED

PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA. 9 ème FED PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA 9 ème FED TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN DEVELOPPEUR PHP/MySQL POUR LA REALISATION D UNE PLATEFORME DE GESTION DES ACTIVITES DE FORMATION

Plus en détail

Cours n 12. Technologies WAN 2nd partie

Cours n 12. Technologies WAN 2nd partie Cours n 12 Technologies WAN 2nd partie 1 Sommaire Aperçu des technologies WAN Technologies WAN Conception d un WAN 2 Lignes Louées Lorsque des connexions dédiées permanentes sont nécessaires, des lignes

Plus en détail

Fiche d identité produit

Fiche d identité produit Fiche d identité produit Référence DNS-313 Désignation Boîtier de stockage réseau SATA à 1 baie Clientèle cible Particuliers Accroche marketing Proposé à un prix défiant toute concurrence, le boîtier de

Plus en détail

Les plateformes collaboratives au service de l individualisation «Regards croisés» Expérience n 2

Les plateformes collaboratives au service de l individualisation «Regards croisés» Expérience n 2 Les plateformes collaboratives au service de l individualisation «Regards croisés» Expérience n 2 Qui? Chantal Boitel, professeur en économie gestion option comptabilité Où? Au lycée Paul Émile Victor

Plus en détail

La sécurité informatique dans la petite entreprise Etat de l'art et Bonnes Pratiques (2ième édition)

La sécurité informatique dans la petite entreprise Etat de l'art et Bonnes Pratiques (2ième édition) Généralités sur la sécurité informatique 1. Introduction 13 2. Les domaines et normes associés 16 2.1 Les bonnes pratiques ITIL V3 16 2.1.1 Stratégie des services - Service Strategy 17 2.1.2 Conception

Plus en détail

Les missions de la DSI

Les missions de la DSI Les missions de la DSI La direction des systèmes d'information a pour missions de mettre en place les moyens permettant à l Ecole de garantir la maîtrise technique de ses matériels et logiciels et de piloter

Plus en détail

ADMINISTRATION, GESTION ET SECURISATION DES RESEAUX

ADMINISTRATION, GESTION ET SECURISATION DES RESEAUX MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION ADMINISTRATION,

Plus en détail

o Sensibiliser les jeunes et les familles à l'utilisation des TIC, o Permettre le développement de nouveaux usages au sein des établissements.

o Sensibiliser les jeunes et les familles à l'utilisation des TIC, o Permettre le développement de nouveaux usages au sein des établissements. CONTRIBUTIONS ATELIER N 4 EVALUATION DU PRAI (Plan Régional d Actions Innovatrices) de la Région Réunion Plan d action en deux volet un premier volet sur la formation et un second (qui sera l objet de

Plus en détail

Manuel du gestionnaire

Manuel du gestionnaire Manuel du gestionnaire ENT MESTEK v.2010 Ce manuel s adresse à l équipe administrative d un établissement scolaire : principal, principal adjoint, secrétaires dans un collège, proviseur, proviseur adjoint,

Plus en détail

Fourniture. d un système de gestion de messages électroniques. et d outils collaboratifs. d un système de protection anti-virus (en option)

Fourniture. d un système de gestion de messages électroniques. et d outils collaboratifs. d un système de protection anti-virus (en option) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Fourniture d un système de gestion de messages électroniques et d outils collaboratifs d un système de protection anti-virus (en option) Pour le Centre

Plus en détail

La sécurité informatique dans la petite entreprise Etat de l'art et Bonnes Pratiques (3ième édition)

La sécurité informatique dans la petite entreprise Etat de l'art et Bonnes Pratiques (3ième édition) Généralités sur la sécurité informatique 1. Introduction 15 2. Les domaines et normes associés 18 2.1 Les bonnes pratiques ITIL V3 18 2.1.1 La stratégie des services (Service Strategy) 19 2.1.2 La conception

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières COMMUNE DE CHATEAUFORT Marché de services pour le suivi de l environnement Informatique Systèmes et Réseaux Procédure adaptée en vertu des dispositions de l article 28 du Code des Marchés Publics Cahier

Plus en détail

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Prénom Nom : Signature : Date : Service : Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Ce texte, associé au règlement intérieur des entités, a pour objet de préciser la responsabilité

Plus en détail

EPREUVE ECRITE. INTITULE DE L EPREUVE : Traitement de l information (informatique et multimédia)

EPREUVE ECRITE. INTITULE DE L EPREUVE : Traitement de l information (informatique et multimédia) SESSION 2004 PLPA section Technologies de l Informatique et du Multimédia Concours interne EPREUVE ECRITE (Coefficient : 5 - Durée : 4 heures) INTITULE DE L EPREUVE : Traitement de l information (informatique

Plus en détail

Mise en œuvre du livret personnel de compétences

Mise en œuvre du livret personnel de compétences Mise en œuvre du livret personnel de compétences Sommaire 1. Pourquoi un livret personnel de compétences? 2. Qu est-ce que le livret personnel de compétences? 3. Comment valider une compétence? 4. Livret

Plus en détail

SECONDE BAC PROFESSIONNEL Systèmes Electroniques et Numériques. CI3 : Installation et mise en service TP11-DR : Caméra AXIS

SECONDE BAC PROFESSIONNEL Systèmes Electroniques et Numériques. CI3 : Installation et mise en service TP11-DR : Caméra AXIS CI3 : Installation et mise en service TP11-DR : Caméra AXIS Objectif : - Configurer un réseau de deux PC et un switch. - Effectuer l installation matérielle et configurer une caméra IP sur un réseau à

Plus en détail

Déclarer un serveur MySQL dans l annuaire LDAP. Associer un utilisateur DiaClientSQL à son compte Windows (SSO)

Déclarer un serveur MySQL dans l annuaire LDAP. Associer un utilisateur DiaClientSQL à son compte Windows (SSO) LDAP Mise en place Introduction Limitation et Sécurité Déclarer un serveur MySQL dans l annuaire LDAP Associer un utilisateur DiaClientSQL à son compte Windows (SSO) Créer les collaborateurs DiaClientSQL

Plus en détail

9 ème FED TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CONSULTANT-FORMATEUR OU CABINET DE CONSULTANTS SPECIALISE EN NUMERISATION

9 ème FED TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CONSULTANT-FORMATEUR OU CABINET DE CONSULTANTS SPECIALISE EN NUMERISATION PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA 9 ème FED TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CONSULTANT-FORMATEUR OU CABINET DE CONSULTANTS SPECIALISE EN NUMERISATION ET CREATION DE

Plus en détail

Quel ENT pour Paris 5? 1er Juin 2005 (1ère présentation) 1er Juin 2006 (2ème présentation réunion migration ShareObject)

Quel ENT pour Paris 5? 1er Juin 2005 (1ère présentation) 1er Juin 2006 (2ème présentation réunion migration ShareObject) Quel ENT pour Paris 5? 1er Juin 2005 (1ère présentation) 1er Juin 2006 (2ème présentation réunion migration ShareObject) Objectifs et Enjeux Contexte et objectifs du projet Objectifs Mettre à disposition

Plus en détail

PROJET ARCHI WINDOWS SERVER 2008 2010

PROJET ARCHI WINDOWS SERVER 2008 2010 PROJET WINDOWS SERVER 2008 2010 Groupe 79 Etienne Lecubin Michael TE David Vang Amin Zaazoua 1 INDEX I. Présentation 3 II. III. Introduction.4 Architecture EM-SERIOUS..5 1. Plan d adressage réseau 5 2.

Plus en détail

INTERNET A L ECOLE. LA MISE EN PLACE DU BREVET INFORMATIQUE ET INTERNET (B2i) 1.Bilan du projet «Internet à l école» (avril 2002)

INTERNET A L ECOLE. LA MISE EN PLACE DU BREVET INFORMATIQUE ET INTERNET (B2i) 1.Bilan du projet «Internet à l école» (avril 2002) École Château-Gaillard 9 rue Proudhon 69100 Villeurbanne Tel : 04 72 65 39 90 c.gaillard@scolagora.com INTERNET A L ECOLE LA MISE EN PLACE DU BREVET INFORMATIQUE ET INTERNET (B2i) 1.Bilan du projet «Internet

Plus en détail

Licence professionnelle Réseaux et Sécurité Projets tutorés 2012-2013

Licence professionnelle Réseaux et Sécurité Projets tutorés 2012-2013 Licence professionnelle Réseaux et Sécurité Projets tutorés 2012-2013 Sujets proposés à l Université de Cergy-Pontoise 1. Déploiement d'une architecture téléphonique hybride : PC-Asterisk/PABX analogique,

Plus en détail

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique Fiche Technique Cisco Secure Access Control Server Solution Engine Cisco Secure Access Control Server (ACS) est une solution réseau d identification complète qui offre à l utilisateur une expérience sécurisée

Plus en détail

Refonte des infrastructures du Système d Information Cahier des Charges pour l évolution du réseau d interconnexion du Centre Hélène Borel

Refonte des infrastructures du Système d Information Cahier des Charges pour l évolution du réseau d interconnexion du Centre Hélène Borel Refonte des infrastructures du Système d Information Cahier des Charges pour l évolution du réseau d interconnexion du Centre Hélène Borel 1 Sommaire 1) Présentation du contexte technique...3 1.1) Des

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE D INTERCONNEXION DES RÉSEAUX IP

PROBLÉMATIQUE D INTERCONNEXION DES RÉSEAUX IP PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense nationale Direction centrale de la sécurité des systèmes d information Sous-direction scientifique et technique Laboratoire Technologies de l Information

Plus en détail

Réseaux informatiques

Réseaux informatiques Page 1 sur 8 Réseaux informatiques Introduction Matériel Logiciel Internet Introduction Réseau d'ordinateurs: Ensemble de machines connectées par un média leur permettant d'échanger des informations Matériel

Plus en détail

SOMMAIRE. Préambule... 3. 1 - Présentation... 3

SOMMAIRE. Préambule... 3. 1 - Présentation... 3 Académie de Grenoble DSI Division des Systèmes d Information 7, place Bir- Hakeim 38021 Grenoble Cedex CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MARCHE N : 2012-09 OBJET : prestations de maintenance

Plus en détail

1 LE L S S ERV R EURS Si 5

1 LE L S S ERV R EURS Si 5 1 LES SERVEURS Si 5 Introduction 2 Un serveur réseau est un ordinateur spécifique partageant ses ressources avec d'autres ordinateurs appelés clients. Il fournit un service en réponse à une demande d un

Plus en détail

Dossier technique. Autocommutateur évolutif. e.volution d Adep Telecom

Dossier technique. Autocommutateur évolutif. e.volution d Adep Telecom BAC Professionnel Systèmes Electroniques Numériques Dossier technique Autocommutateur évolutif e.volution d Adep Telecom Autocommutateur e.volution I- Mise en situation : Les très petites entreprises (TPE)

Plus en détail

La mise en place de la quarantaine réseau

La mise en place de la quarantaine réseau La mise en place de la quarantaine réseau La quarantaine réseau n est pas une véritable solution de sécurité, mais c est un élément dont l objectif est de maintenir en bonne santé les éléments présents

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR LA CLASSE DE TROISIÈME

ORIENTATIONS POUR LA CLASSE DE TROISIÈME 51 Le B.O. N 1 du 13 Février 1997 - Hors Série - page 173 PROGRAMMES DU CYCLE CENTRAL 5 e ET 4 e TECHNOLOGIE En continuité avec le programme de la classe de sixième, celui du cycle central du collège est

Plus en détail

OUTILS ET SERVICES NUMÉRIQUES DE L UNIVERSITÉ D ORLÉANS. «Faire du numérique un outil pédagogique au service de la vie étudiante»

OUTILS ET SERVICES NUMÉRIQUES DE L UNIVERSITÉ D ORLÉANS. «Faire du numérique un outil pédagogique au service de la vie étudiante» OUTILS ET SERVICES NUMÉRIQUES DE L UNIVERSITÉ D ORLÉANS «Faire du numérique un outil pédagogique au service de la vie étudiante» RÉUNION DE PRÉ-RENTRÉE SEPTEMBRE 2013 Avant de commencer Nous sommes ici

Plus en détail

FORMATION-NUMERIQUE Un Data Center au service des usages pédagogiques des lycées

FORMATION-NUMERIQUE Un Data Center au service des usages pédagogiques des lycées PRESSE (c) Région Limousin - Yves Lahausse FORMATION-NUMERIQUE Un Data Center au service des usages pédagogiques des lycées Mardi 23 septembre 2014 DOSSIER DE PRESSE 1 Communiqué de synthèse - Mardi 23

Plus en détail

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76)

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) 1. Qu est-ce que le SDET : schéma directeur des espaces numériques de travail?

Plus en détail

Olympiades canadiennes des métiers et des technologies

Olympiades canadiennes des métiers et des technologies Olympiades canadiennes des métiers et des technologies Description de concours Niveau postsecondaire 27-30 mai 2015 Saskatoon 1. L'importance des compétences essentielles dans les métiers et les technologies

Plus en détail

Elève en terminal Bac Pro Micro-informatique, Réseaux, Installation et Maintenance (MRIM) au lycée Louis Blériot à TRAPPES

Elève en terminal Bac Pro Micro-informatique, Réseaux, Installation et Maintenance (MRIM) au lycée Louis Blériot à TRAPPES Elève en terminal Bac Pro Micro-informatique, Réseaux, Installation et Maintenance (MRIM) au lycée Louis Blériot à TRAPPES 2006-2008 «BEP MDE» Métiers de l'électronique, Au Lycée Louis Blériot à TRAPPES

Plus en détail

REFONTE DU SYSTEME DE TELECOMMUNICATIONS ET DES ACCES INTERNET

REFONTE DU SYSTEME DE TELECOMMUNICATIONS ET DES ACCES INTERNET CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES ET PARTICULIERES REFONTE DU SYSTEME DE TELECOMMUNICATIONS ET DES ACCES INTERNET LOT 1 : EQUIPEMENT TELEPHONIQUE DE LA MAIRIE DE JACOU VISITE DES SITES OBLIGATOIRE LE 24 JUILLET

Plus en détail