Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales. Analyse Financière des collectivités locales

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales. Analyse Financière des collectivités locales"

Transcription

1 Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales Analyse Financière des collectivités locales Maison de l Elu, Marrakech 23 May 2012 Présenté par: M. Hassan Ameur M. Ameur 1

2 Analyse Financière des collectivités locales Objectifs de la formation Comprendre les principes et les mécanismes de l analyse financière, S approprier des outils pour informer les ordonnateurs et élus sur l état de santé financière de leurs collectivités, Réaliser un diagnostic financier. Documents d appui Guide d analyse financière des collectivités locales, édition 2004

3 Plan Introduction Définition et Intérêt de l Analyse financière Méthodologie de l Analyse financière Mise en œuvre et déroulement de l Analyse financière Etude de cas

4 Introduction Pour réaliser leurs projets d équipement, les Collectivités Territoriales sont amenées à savoir s elles disposent des moyens nécessaires et comment procéder au financement des dits projets. - Faut-il augmenter la fiscalité? - Faut-il rationaliser l utilisation des crédits budgétaires? - Faut-il sacrifier quelques dépenses non obligatoires? - Faut-il contracter des crédits auprès du FEC? - Etc. Pour répondre à ces questions, il convient d analyser la situation financière de l organisme.

5 I- Définition et Intérêt de l analyse financière Définition Méthode permettant de porter une appréciation sur l activité, les performances et la situation financière d une entité publique ou privée. But Permet de calculer les valeurs essentielles d un organisme pour apprécier ensuite sa structure financière, son activité et sa rentabilité ainsi que ses perspectives d évolution.

6 I- Définition et Intérêt de l analyse financière Permet de révéler les forces et faiblesses de la situation financière d un organisme à travers la mesure de la solidité et de l équilibre financier à titre tant rétrospectif que prospectif; - l analyse rétrospective s intéresse à l appréciation de la situation financière passée de l entité, - l analyse prospective s intéresse à l avenir financier de l entité en établissant des projections pluriannuelles afin de simuler les conditions de maintien de l équilibre financier dans les trois ou cinq années à venir.

7 I- Définition et Intérêt de l analyse financière Intérêt de l analyse financière Divers pour: - L élu, - Le citoyen, - L Etat, - le juge des comptes, - Le bailleur de fonds, - L investisseur - Etc.

8 I- Définition et Intérêt de l analyse financière Méthode d évaluation des entreprises: Pour les entreprises, l analyse financière répond à la demande de l investisseur qui cherche à déterminer le prix des actions offertes sur le marché financier d une telle ou telle entreprise. Méthode de présentation d une entité sous l angle financier: L analyse financière permet de rendre concret pour les tiers, l activité, les performances, la situation financière d une entité.

9 I- Définition et Intérêt de l analyse financière Outil d identification des risques: Elle servira à identifier les postes les plus importants, les variations les plus significatives et les zones à risque. Outil de maîtrise de la situation financière: l analyse financière constitue un outil de maîtrise de la situation financière et de pilotage de sa collectivité. C est également un outil de détermination des moyens nécessaires pour réaliser les projets d équipement et de mesure de leur impact financier. Outil d information et de communication: L analyse financière permet aux gestionnaires locaux de communiquer en interne et externe avec les différents partenaires notamment, les autres instances publiques, le secteur privé, et les citoyens.

10 II- Méthodologie Toute méthode d analyse financière doit être adaptée aux objectifs recherchés par les utilisateurs, La méthode la plus souvent adoptée comporte les étapes suivantes:

11 II- Méthodologie 1- Collecte de l information de base sur la collectivité Prise de connaissance préalable de l organisme - Rassembler les principales données extra-comptables sur la situation de la commune dans son environnement, géographique, économique, social, administratif et politique. Documents et information de base: La monographie de l organisme fournit en général l essentiel de ses indicateurs physiques et démographiques, son niveau d équipement, les noms et les fonctions des principaux responsables.

12 II- Méthodologie L organisme Fiche d indentification de l organisme - Nom de l organisme : - Situation par rapport au chef lieu de la Région ; - Population au dernier recensement : - Appartenance aux groupements de communes : - Etc. Les interlocuteurs - Président : nom, autres mandats électifs : - Secrétaire Général : idem -Chef de service de comptabilité : -Comptable de la collectivité -Etc. Les risques financiers - Garanties d emprunts, - Subventions, - risque de diminution des recettes, - Etc.

13 II- Méthodologie Analyse organisationnelle et premier inventaire des charges et risques financiers - Identifier les satellites de la collectivité, - Les classer sur un axe radial d autonomie croissante afin de déterminer le degré de maîtrise des risques juridiques et financiers, Documents et information de base - Budgets, Comptes Administratifs, - Délibérations, - Conventions de partenariat, - Contrats de délégation des services publics locaux (concession, affermage), - Comptes rendus des délégataires, - Décisions d octroi de subventions Cadre d analyse - L idée directrice est d évaluer les charges financières qui pèsent sur le budget local du fait des satellites de l organisme, ainsi que les risques encourus.

14 Schéma d analyse organisationnelle Entreprises Légende Pizzorno - Tecmed Forte dépendance Relation étroite Autonomie financière et personnalité morale Etablissements publics (SDL) RADEEMA Services Internes Services déconcentrés Relation de contrôle Relation de partenariat et/ou d aide direct et indirect AlSA Associations

15 II- Méthodologie 2- Collecte et retraitement de l information financière de l entité - Information réglementée: (budgets, comptes administratifs visés ou en cours) Retraitement de l information financière - Retenez les recettes et les dépenses réelles, - Eliminez les opérations d ordre: versements aux comptes d affectation spéciale, versements aux comptes de dépenses sur dotations, concours aux budgets annexes, versements aux collectivités locales, subventions d équipements à verser aux organismes satellites, versement de l excédent à la deuxième partie, excédent de la première partie,

16 II- Méthodologie 3- Interprétation et synthèse: - L ensemble des calculs, leur comparaison dans le temps, l interprétation qu il sera possible d en faire, doit conduire l analyste à une appréciation motivée sur l entité étudiée.

17 1- le système d information de l analyste financier L analyse financière se base sur un système d information qui repose sur trois types de situations : - Situation Agrégée des Opérations Budgétaires des cl, - Etat des Soldes de Gestion, - Ratios

18 Situation agrégée des opérations des collectivités locales: Il s agit d une situation budgétaire de recettes et de dépenses établie mensuellement ou annuellement. Les situations budgétaires mensuelles permettent de suivre les opérations réalisées tout au long de l année. Les situations annuelles permettent de retracer l évolution de la situation financière sur plusieurs années permettant ainsi, de dégager les tendances d évolutions pluriannuelles. Documents et information de base: - Comptes administratifs, - Autres informations sur : les bases et taux d imposition. L état du personnel. La liste détaillée des organismes bénéficiaires de subventions. L état des dépenses engagées et non mandatées.

19 Cette situation permet de répondre aux questions suivantes: - la gestion est-elle équilibrée? - l organisme dispose t-il d une marge de manœuvre lui donnant les moyens de sa politique? - s enrichit-il ou au contraire, s appauvrit-il? La réponse à ces questions nécessite de: - Calculer des recettes et des dépenses propres à chaque exercice par élimination des reports et des opérations d ordre, - Vérifier que les recettes de fonctionnement couvrent les charges courantes de fonctionnement et le paiement de la dette en principal et intérêt, - Analyser le financement des équipements,

20 Etat des soldes de gestion : Permet de dégager les agrégats fondamentaux de l analyse financière, à savoir: - la marge d autofinancement courant (MAC), - la capacité d autofinancement (CAF), ة( CI ) - la capacité d investissement - le fond de roulement.

21 La Marge d Autofinancement Courant (MAC): C est l épargne courant de la collectivité Correspond à l excédent des recettes de fonctionnement sur les dépenses de fonctionnement, destiné à financer les investissements. MAC = Produits courants de fct. Ŕ charges courantes. La Capacité d Autofinancement (CAF): Représente l ensemble des ressources que peut générer la collectivité pour faire face à ses dépenses d investissement. CAF= MAC + ressources internes d investissement (exception fait des ressources du domaine privé, soldes des comptes spéciaux, excédents des budgets annexes et fonds de concours et participations )

22 III- Mise en Oeuvre et Déroulement de l Analyse Financière La Capacité d Investissement (CI) : - Correspond à la totalité des ressources allouées au financement des dépenses d investissement CI= CAF+Ressources Externes d investissement + TVA + Excédent de l année précédente Fond de roulement: - Correspond à la trésorerie de la collectivité et se mesure par référence au volume moyen des dépenses qu il doit supporter au cours d une période déterminée - Permet d éviter la rupture de la trésorerie du fait qu il constitue une réserve de sécurité face au caractère aléatoire et fluctuant des recettes courantes. - Assure régulièrement la trésorerie nécessaire pour couvrir les dépenses et faire face aux aléas conjoncturels du recouvrement des recettes.

23 Tableau des Agrégats: Ressources de fonctionnement - Charges de fonctionnement = Marge d autofinancement courant + Ressources Internes d investissement = Capacité d autofinancement + Ressources externes d investissement + Excédents antérieurs = Capacité d investissement de l exercice - Investissements = Fond de roulement ou Solde de l exercice

24 Ratios : Le ratio est un rapport significatif entre deux données caractéristiques de l activité ou de la situation financière de l organisme. Il est exprimé sous la forme d un quotient ou d un pourcentage. Il permet d effectuer un check-up (bilan de santé) périodique afin de s assurer de la solidité et de la solvabilité de l organisme. Un ratio ne doit pas s analyser seul. Il doit se calculer sur plusieurs années afin de permettre le suivi de l évolution de l organisme. Il est préférable de le comparer avec celui d une autre entité de même taille de façon à permettre un rapprochement de nature sectorielle. Nota: Il est vivement conseillé de connaître les ratios moyens des collectivités locales afin de pouvoir se situer par rapport aux autres entités similaires.

25 Tableau des Ratios Ratios Signification 1- Autonomie Financière Recettes propres/dépenses de fonctionnement Ce ratio mesure le taux de couverture des dépenses courantes par les recettes propres de fonctionnement. 2- Part de la TVA dans les recettes de fonct. Dotation TVA/recettes de fonctionnement Ce ratio informe sur les recettes propres de la collectivité et par conséquent, complète le ratio d autonomie financière. 3- Part de la fiscalité locale dans les recettes de fonct. Fiscalité locale/recettes de fonctionnement Ce ratio informe sur la part de la fiscalité locale dans le financement du budget. 4- Part du personnel dans les dépenses de fonctionnement Charges du personnel/dépenses de fonct. Ce ratio mesure le poids des charges de personnel dans les dépenses de fonctionnement. 5- Poids du service de la dette dans les charges de fonct. Annuités/dépenses de fonctionnement Ce ratio mesure la part du service de la dette dans les dépenses de fonctionnement

26 Tableau des Ratios (suite) 6- Taux d endettement : Ce ratio mesure le taux d endettement de la collectivité. Annuités/recettes propres 7- Part de l emprunt dans le financement des dépenses d investissement : Ce ratio mesure le taux de financement des investissements par les ressources d emprunt. Emprunts/dépenses d investissement 8- Effort d équipement : Dépenses d équipement/dépenses totales Ce ratio informe sur la part de dépenses d investissement dans les dépenses totales. 9- Taux d épargnes brut : Excédent versé/recettes de fonctionnement 10-Fonds de roulement annuel moyen : (excédent moyen/dépenses totales* 360j Ce ratio mesure la part des recettes de fonctionnement consacrée au financement des investissements. Ce ratio mesure le volume moyen des dépenses que la trésorerie de l organisme doit supporter en terme du temps (mois ou jours)

27 Ratios moyens des collectivités territoriales Ratios Régions Prf/Prov. CR CU Tout type Autonomie Financière 178% 7% 49% 79% 63% Part TVA dans les RF 59% 90% 65% 35% 48% Part de la fiscalité locale 28% 5% 24% 26% 23% Part des charges du personnel 11% 76% 62% 50% 56% Poids de la dette 20% 2% 15% 12% 11% Taux d endettement 5% 1% 10% 10% 8% Part de l emprunt dans les RE 4% 1% 5% 17% 9% Effort d équipement 8% 42% 39% 27% 25% Taux d épargne brute 77% 25% 35% 18% 26% Fond de roulement 838 Jrs. 259 Jrs. 328 Jrs. 210 Jrs. 278 Jrs.

28 2- Evaluation d ensemble de la situation financière: L analyste financier est appelé a apprécier l évolution des principaux tendances, agrégats et ratios en vue d apprécier: - l équilibre de gestion - La MAC - L investissement, - La dette - Le fond de roulement - Etc.

29 Equilibre de Gestion (Autonomie Financière): L équilibre de gestion se définit par la couverture des dépenses réelles par les recettes réelles. L examen simultané du niveau et de l évolution de ce ratio, permettra d apprécier l ampleur des fluctuations autour des points d équilibre. Ratio< 1 signifie que les recettes courantes n arrivent pas à couvrir les charges courantes. Ratio > 1 signifie que l organisme jouit d une autonomie financière assez confortable.

30 En cas de déséquilibre, le premier réflexe doit être le principe d économie: - Réduire les charges courantes de fonctionnement; (Charges de parc auto, charge du personnel, subventions, frais de déplacement, charges d eau, électricité, téléphone, etc.) Si les économies de dépenses sont insuffisantes, il faudra: - Améliorer le recouvrement des recettes en s attaquant au reste à recouvrer, - Elargir l assiette fiscale en cherchant des nouvelles ressources, - L augmentation des taux et tarifs fiscaux est également envisageable.

31 MAC: - L analyste financier est appelé à apprécier le niveau de la MAC et la comparer avec ceux des années précédentes. - Une marge faible indique une gestion difficile, - Une marge négative ou qui s amenuise d une année à l autre signifie que la collectivité vit au dessus de ses moyens. Consulter la situation agrégée annuelle des opérations de la collectivité locale afin de déterminer les raisons de cette situation.

32 MAC: Deux cas de figure se posent: 1- La situation est due à un accroissement des charges courantes; Examiner le niveau et la structure des charges courantes. Une consultation des ratios suivants est recommandée afin de faire le recoupement : Autonomie financière, Part du personnel dans les dépenses de fonctionnement, Poids de la dette dans les charges de fonctionnement, Taux d endettement.

33 MAC: 2- La situation est due à une réduction des recettes courantes; Approfondir l analyse pour certaines recettes, notamment les plus importantes et les plus significatives. Calculer les ratios suivants pour déterminer la part de chaque recette dans les ressources courantes: - Part du produit de la TVA dans les recettes de fonctionnement, - Part du produit de la fiscalité locale dans les recettes de fonctionnement,

34 Investissement : Apprécier l évolution des recettes et des dépenses d investissement à partir de la situation agrégée des opérations de la collectivité. L accroissement des dépenses d investissement est un indicateur de l effort fourni par la collectivité locale dans ce domaine. Le fléchissement des dépenses d investissement est du soit: - Rareté des ressources d équipement, - Retard dans la réalisation des projets.

35 Apprécier la capacité d investissement et Le ratio relatif à l effort d équipement en tant qu indicateur de l effort d investissement. Dans le cas d une diminution significative, il convient de déterminer les modes de financement utilisés dans le passé en examinant sur plusieurs années le Ratio : Part de l emprunt dans le financement des dépenses d équipement. Si ce ratio atteint ou dépasse 50%, cela signifie que la collectivité a financé largement les investissements par le recours à l emprunt. Ce qui justifie l augmentation du Ratio relative au poids du service de la dette dans les charges de fonctionnement.

36 Gestion de la Dette La dette communale peut être une source de risque financier. Mais on ne peut fixer de norme en la matière ; une commune en développement économique, bénéficiant de recettes fiscales en progression constante, pourra se permettre de s endetter en anticipant les rentrées futures ; une commune de même taille dans une situation de déclin devra faire preuve de prudence. S interroger sur la possibilité de la collectivité locale de faire appel à l emprunt pour financer des investissements. Evaluer les conséquences de l emprunt en termes d évolution consécutive de la charge de la dette et de la capacité de remboursement sur la santé financière de l organisme.

37 Rapprocher les annuités d emprunt de la MAC courant afin d apprécier si le rapport entre ces annuités et cette marge courante tend à s améliorer, à se stabiliser ou à se dégrader. - Rapport > 1: taux d endettement elevé et risque de remettre en cause l équilibre financier général de l organisme. - Rapport < 1: MAC suffisante pour assurer non seulement l autofinancement des investissements, mais aussi pour financer l annuité de la dette.

38 Fond de roulement le fond de roulement moyen doit être au moins égal à 90 jours. Un fond de roulement supérieur à 90 jours signifie qu il permet de couvrir trois mois de dépenses totales sans risques de rupture de trésorerie et sans faire appel à de nouvelles recettes. A l inverse, un fond de roulement inférieur à 90 jours signifie un risque de rupture de trésorerie et oblige l entité de procéder à une mobilisation rapide des ressources et d apurer les restes à recouvrer.

39 Etude de cas: Prenons l exemple de la commune x au cours des années 2009, 2010 et 2011, sa situation agrégée annuelle des opérations budgétaire après retraitements comptables, se présente comme suit: Nature de l opération Exercices % 2011 % Budget de fonctionnement Recettes de fonctionnement -Recettes propres -Dotation TVA , , , , , ,00 25% , , ,00-5% Dépenses de fonctionnement -administration générale -affaires sociales -affaires techniques -affaires économiques -domaine de soutien , , , , , , , ,20 19% , , ,6 00, ,06 4% Excédent de fonctionnement , , ,65 Budget d investissement Dépenses d investissement , ,98 48, Besoin /excèdent de financement Recettes d investissement Financement interne : - produit d aliénation d. privé - produits de service - autres Financement externe -emprunts -subventions -fonds de concours Excédents antérieurs 94, , , ,7 00, , , ,07 41, , , ,50 00, ,52 09, , , ,20 00, , , ,43 Solde de fin de gestion 52, , ,00 Travail demandé : Etablissement de l état des soldes de gestion, Détermination des ratios significatifs Commentaire.

40 Merci de votre aimable attention

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

Le compte financier et l analyse financière de l EPLE dans le cadre budgétaire et comptable rénové

Le compte financier et l analyse financière de l EPLE dans le cadre budgétaire et comptable rénové Le compte financier et l analyse financière de l EPLE dans le cadre budgétaire et comptable rénové La règlementation : principes et esprit Le compte financier 2013 : constantes et évolutions L analyse

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

Définition et finalités de l analyse financière

Définition et finalités de l analyse financière Définition et finalités de l analyse financière FICHE I Définition L analyse financière recouvre un ensemble de techniques et d outils visant à traduire la réalité d une entreprise en s appuyant sur l

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Direction générale des collectivités

Plus en détail

Master 1 Droit et Management

Master 1 Droit et Management Master 1 Droit et Management Cours de Management Financier 24 h CM MCC : écrit terminal de 2 h Enseignant : Jean-Marc Bascourret Management Financier Objectif : appréhender et maîtriser les principales

Plus en détail

Commune de Plan d Aups Sainte Baume

Commune de Plan d Aups Sainte Baume Commune de Plan d Aups Sainte Baume Audit de début de mandat Le 23 juillet 2014 Restitution publique Ce document ne peut se lire et s interpréter qu en liaison avec les commentaires apportés oralement

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ Cette étude, réalisée en novembre 2009, porte sur le budget principal de la commune et concerne les années 2004 à 2008. Les données sont exprimées en euros.

Plus en détail

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON NB : Pour réussir cette APS il est indispensable de connaître (et d être capable de définir) les notions relatives à l analyse fonctionnelle du bilan et du compte

Plus en détail

La solvabilité et liquidité financière

La solvabilité et liquidité financière Ce qu il faut retenir sur La solvabilité et liquidité financière LA SOLVABILITE La solvabilité traduit la capacité d une entreprise à faire face à ses engagements financiers c est-à-dire la capacité à

Plus en détail

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE Alerte info COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE JANVIER 2016 Préparation des informations à fournir sur la situation de trésorerie et les sources de financement dans le rapport de gestion Pour

Plus en détail

GERER SON ENTREPRISE Formation en présentiel (21 heures)

GERER SON ENTREPRISE Formation en présentiel (21 heures) Programme détaillé GERER SON ENTREPRISE Formation en présentiel (21 heures) Public : Toute personne assurant ou participant à la gestion d une entreprise (et tout particulièrement d une jeune entreprise

Plus en détail

Royaume du Maroc. Objet : Guide d analyse financière approche rétrospective.

Royaume du Maroc. Objet : Guide d analyse financière approche rétrospective. Royaume du Maroc MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Direction de la Comptabilité Publique Et de la Centralisation Rabat, le 13 mais 2004 Division des Collectivités Locales N 99 /DCL. Note de

Plus en détail

PGE L3 2015/2016 COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS

PGE L3 2015/2016 COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS EXERCICES PARTIE 2 : INTERPRETATION DES ETATS FINANCIERS SKEMA Business School 1/19 Exercice 1 : VRAC 2 En reprenant le bilan comptable de l exercice 1 Partie 1 (VRAC),

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD ANALYSE DE LA SITUATION DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD Document du 26 janvier 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Pierre BEJJAJI Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr

Plus en détail

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay -

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Juin 2014 Sommaire : Introduction 1. Première marge de manœuvre = la fiscalité 2. Deuxième marge de manœuvre = l épargne 3. Troisième

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

Le vote et l exécution du budget

Le vote et l exécution du budget Le vote et l exécution du budget G E S T I O N Le budget primitif est un acte ayant valeur d autorisation prévisionnelle. Il devrait donc être voté avant le début de l exercice auquel il s applique, c

Plus en détail

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat Chapitre 2 L analyse du compte de résultat I- Les soldes intermédiaires de gestion (SIG) A- Intérêt de la mise en place des SIG B- La mise en œuvre des SIG 1- Le tableau des SIG Voir annexe 1 2- L analyse

Plus en détail

«QUEL CONSEIL COMPTABLE POUR UNE MEILLEURE

«QUEL CONSEIL COMPTABLE POUR UNE MEILLEURE QUELLE GESTION FINANCIÈRE DES VILLES? 1 ère table ronde «QUEL CONSEIL COMPTABLE POUR UNE MEILLEURE GOUVERNANCE DES VILLES?» Par M. Lotfi MISSOUM, Directeur du contrôle, de l audit et de l inspection à

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Le bilan = l état du patrimoine à un instant T. Une photographie de ce que la structure a comme ressources et de l utilisation qu

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des éléments de

Plus en détail

LA THEORIE FINANCIERE

LA THEORIE FINANCIERE ANALYSE FINANCIERE DEFINITIONS Ensemble de méthodes et d instruments qui permettent de traiter les informations comptables et de gestion en vue de formuler une appréciation de la situation financière,

Plus en détail

Présentation et éléments de compréhension du Business Plan

Présentation et éléments de compréhension du Business Plan Présentation et éléments de compréhension du Business Plan La préparation, la méthodologie, le fond, la forme et les pièges à éviter 1 Objectifs de la formation Connaitre et comprendre les différentes

Plus en détail

Evolutions réglementaires. du cadre budgétaire et. comptable de l EPLE

Evolutions réglementaires. du cadre budgétaire et. comptable de l EPLE Evolutions réglementaires du cadre budgétaire et comptable de l EPLE 1 Evolutions réglementaires du cadre budgétaire et comptable de l EPLE 1-Les évolutions du plan comptable 2-Le compte financier 2013

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des éléments de

Plus en détail

Diagnostique financier

Diagnostique financier Diagnostique financier Biographie : Analyse financière, Grandguillot, Gualino, Memento LMD Analyse financière, De la Bouleri, Dunot, Gestion-Finance Partie 1 : Analyse financière Analyse financière = Analyse/redécoupage

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Le diagnostic financier» Points clés Etablir un diagnostic financier, c est analyser la situation - passée, présente et future - d une structure d utilité sociale ou

Plus en détail

Bamako - Mali. Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat. et Plan de Trésorerie. Mme Ayawovi Demba Tignokpa

Bamako - Mali. Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat. et Plan de Trésorerie. Mme Ayawovi Demba Tignokpa AFRITAC de louest l Ouest Bamako - Mali Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat Lomé, du 07 au 11 février 2011 Tableau des opérations financières de l Etat actuel (TOFE) et Plan de Trésorerie

Plus en détail

La DGFIP Un partenaire pour vous accompagner au quotidien dans la gestion de votre collectivité

La DGFIP Un partenaire pour vous accompagner au quotidien dans la gestion de votre collectivité La DGFIP Un partenaire pour vous accompagner au quotidien dans la gestion de votre collectivité Création, missions, orientations stratégiques La DGFIP (Direction Générale des Finances Publiques) Créée

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION CENTRE LORRAIN DE GESTION Des Métiers et Professions Indépendantes COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION Siège : 1, Avenue Foch 57000 METZ Tel : 03.87.74.20.51 - Fax : 03.87.36.52.73 * Site Internet : www.cglor.fr

Plus en détail

1. Comment recenser les informations nécessaires. 2. Comment préparer un budget ou le modifier? 3. Comment se traduisent les choix politiques

1. Comment recenser les informations nécessaires. 2. Comment préparer un budget ou le modifier? 3. Comment se traduisent les choix politiques Initiation au budget communal Belfort, le 24/05/12 Frédéric DUPUIS Dexia CL - Directeur des relations institutionnelles Nord et Est 1 INITIATION AU BUDGET COMMUNAL 1. Comment recenser les informations

Plus en détail

-------------------- Travail Liberté Patrie --------------- LOI N 2014 009 PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES

-------------------- Travail Liberté Patrie --------------- LOI N 2014 009 PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES PRESIDENCE DE LA REPLUBLIQUE REPUBLIQUE TOGOLAISE -------------------- Travail Liberté Patrie --------------- LOI N 2014 009 PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES L Assemblée

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

Devenir collaborateur comptable

Devenir collaborateur comptable 15 Jours Devenir collaborateur comptable dans COMPTABILITE - COMPTABILITE GENERALE et ECRITURES DE COMPTE Objectifs de la formation Découvrir le bilan et le compte de résultat Maîtriser l enregistrement

Plus en détail

VOTRE CAMPING AUJOURD HUI... ET DEMAIN!

VOTRE CAMPING AUJOURD HUI... ET DEMAIN! RATIOS DE GESTION VOTRE MPING AUJOURD HUI... ET DEMAIN! Après avoir mis en exergue les caractéristiques intrinsèques du camping diagnostic économique, il y a lieu de quantifier objectivement les potentialités

Plus en détail

ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ

ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2010 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION ÉPREUVE ÉCRITE DE SPÉCIALITE : COMPTABILITÉ ET FINANCE D ENTREPRISE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Chapitre 2 : Analyse du bilan, L approche fonctionnelle... 2 I. Introduction... 2 II. La conception

Plus en détail

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France CPOM 2013-2018 Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France FICHE D AIDE AU DIAGNOSTIC ET A LA NEGOCIATION Annexe 2 Moyens Volet 3

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

Domaine 1 : le haut de bilan

Domaine 1 : le haut de bilan Domaine 1 : le haut de bilan S assurer de l exactitude du bilan La vision patrimoniale est un élément déterminant pour donner une image fidèle de la situation financière de la collectivité. Le bilan à

Plus en détail

Lire et Comprendre Son Bilan

Lire et Comprendre Son Bilan Entrepreneurial Services Lire et Comprendre Son Bilan - Le bilan comme outil de gestion Jean-Jacques Schwab Agent fiduciaire diplômé Organisateur brevet fédéral Sous-directeur Ernst & Young SA Place Chauderon

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION ET DE LA CULTURE

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Version du 18.11.2013 COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Direction Culture et créativité Unité Diversité et innovation culturelles MODÈLE DE CAHIER DES CHARGES POUR

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Comment emprunter dans de bonnes conditions?

Comment emprunter dans de bonnes conditions? Analyser une offre Comment emprunter dans de bonnes conditions? Référence Internet 2166.046 Saisissez la Référence Internet 2166.046 dans le moteur de recherche du site www.weka.fr pour accéder à cette

Plus en détail

Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère

Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère Les 5 C du crédit Comprendre l admissibilité au crédit À B2B Banque, nous savons que vous vous efforcez d offrir à vos clients les bonnes

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

La rentabilité de l entreprise trouve sa source d information dans le compte de résultat. Elle peut-être appréciée à travers :

La rentabilité de l entreprise trouve sa source d information dans le compte de résultat. Elle peut-être appréciée à travers : Pour évaluer la performance financière, l analyste devrait poser trois questions : - Comment évolue la rentabilité de l entreprise. - L entreprise est-elle solvable. - La structure financière de l entreprise

Plus en détail

LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC

LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC De par ses attributions, le Trésor joue le rôle de caissier et de banquier dans la gestion des ressources publiques. Il est l agent financier

Plus en détail

L ENTREPRISE ET LA BANQUE

L ENTREPRISE ET LA BANQUE L ENTREPRISE ET LA BANQUE 1. Le financement bancaire des entreprises L intermédiation bancaire dans les économies modernes peut-être appréhendée à travers les multiples fonctions qui sont assumées par

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

TAXATION ET CAPACITE ADMINISTRATIVE

TAXATION ET CAPACITE ADMINISTRATIVE TAXATION ET CAPACITE ADMINISTRATIVE Brahim KETTANI Directeur de la Législation, des Etudes et de la Coopération Internationale Direction Générale des Impôts - Maroc 14 décembre 2009 1 Plan: Introduction

Plus en détail

Préavis N 19-2011 au Conseil communal

Préavis N 19-2011 au Conseil communal Municipalité Préavis N 19-2011 au Conseil communal Fixation du plafond d'endettement et du plafond pour les cautionnements Responsabilité(s) du dossier : Direction de l administration générale, des finances

Plus en détail

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal :

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : 1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : Toute mission d'audit, quelle qu'en soit sa nature, suppose une démarche et une méthodologie permettant d'atteindre son objectif avec le maximum

Plus en détail

Questionnaire à remplir par l'organisme qui demande à connaître son régime fiscal au regard des impôts commerciaux

Questionnaire à remplir par l'organisme qui demande à connaître son régime fiscal au regard des impôts commerciaux Questionnaire fiscal Questionnaire à remplir par l'organisme qui demande à connaître son régime fiscal au regard des impôts commerciaux (Nos commentaires sont en italiques) I - RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 INSTITUT NATIONAL DU CANCER RAPPORT AU COMITE D AUDIT Page 1 Sommaire I. TRAVAUX DU COMITE D AUDIT EN 2012... 3 II. PLAN ANNUEL D AUDIT 2012... 3 1. CONTEXTE... 3 2.

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- LOI N 008-2013 /AN

----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- LOI N 008-2013 /AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- ASSEMBLEE NATIONALE LOI N 008-2013 /AN PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

Fiche pratique : La fiscalité des associations. 1 Approche globale

Fiche pratique : La fiscalité des associations. 1 Approche globale Fiche pratique : La fiscalité des associations A retenir : l association loi 1901 est par nature non lucrative. Cependant, dans la mesure où beaucoup d associations développent des activités économiques,

Plus en détail

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives Richard Georges SINSIN 1 Objectifs de la présentation Permettre aux participants : de mieux comprendre les politiques publiques mises

Plus en détail

Examen de contrôle continu : Analyse financière 13 juin 2006 (2h)

Examen de contrôle continu : Analyse financière 13 juin 2006 (2h) Examen de contrôle continu : Analyse financière 13 juin 2006 (2h) Vous souhaitez analyser la situation financière de l entreprise Arnault et disposez pour cela de la liasse fiscale de l année N (Bilan

Plus en détail

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création.

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. DU RESULTAT AU FLU DE TRESORERIE Cette étude a pour objet : de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. de faire des simulations à partir d un tableur et

Plus en détail

Les préconisations par type de situation

Les préconisations par type de situation Les préconisations par type de situation Le tableau qui suit a été élaboré en mai 2007 à la suite d une étude sur la situation économique et financière des associations d aide aux personnes à domicile.

Plus en détail

COMITE DU CONSEIL FISCAL ET FINANCIER. 10 septembre 2015

COMITE DU CONSEIL FISCAL ET FINANCIER. 10 septembre 2015 COMITE DU CONSEIL FISCAL ET FINANCIER - 10 septembre 2015 LA SITUATION FINANCIERE DES COMMUNES DE GUADELOUPE Préambule Fonctionnement nominal d une commune : la section de fonctionnement doit permettre

Plus en détail

EVALUATION DES CONSEQUENCES FINANCIERES ET FISCALES DE LA FUSION DES COMMUNAUTES DE COMMUNES DU PAYS OUEST CHARENTE

EVALUATION DES CONSEQUENCES FINANCIERES ET FISCALES DE LA FUSION DES COMMUNAUTES DE COMMUNES DU PAYS OUEST CHARENTE COMMUNAUTE DE COMMUNES DE GRANDE CHAMPAGNE EVALUATION DES CONSEQUENCES FINANCIERES ET FISCALES DE LA FUSION DES COMMUNAUTES DE COMMUNES DU PAYS OUEST CHARENTE MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER

Plus en détail

TRAME DE RAPPORT D ACTIVITE (article R. 314-50 du CASF) Partie I Eléments de contexte

TRAME DE RAPPORT D ACTIVITE (article R. 314-50 du CASF) Partie I Eléments de contexte Uniopss/Keopss/ML H/07032008 TRAME DE RAPPORT D ACTIVITE (article R. 314-50 du CASF) Partie I Eléments de contexte L objectif de cette première partie est de rappeler le cadre réglementaire et les contextes

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA Table des matières 1. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE... 2 1.1 Mission du fond... 2 1.2 Principe... 2 1.3 Support

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 Informations précontractuelles européennes normalisées en matière de crédit immobilier FICHE D INFORMATION STANDARDISÉE

Plus en détail

collectivités territoriales

collectivités territoriales Jean-Marc LE ROUX Enseignant comptabilité - finance et gestion budgétaire Ecole nationale de la Santé publique Département MATIS Jean-Pierre HARDY Chef du bureau de la réglementation comptable budgétaire

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

Anaïs HAMELIN. Gestion Financière

Anaïs HAMELIN. Gestion Financière MASTER 1 DROIT Examen du 2 ème semestre 2014/2015 Première session Anaïs HAMELIN Gestion Financière Durée de l épreuve : 1 heure Matériel autorisé : Calculatrice (Téléphone portable interdit) Document(s)

Plus en détail

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 Au 1 er janvier 2005, la France métropolitaine compte 35 684 communes de moins de 10 000 regroupant 30,7 millions d, soit 51 % de la population

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Études de cas corrigées

Études de cas corrigées Jean-Pierre LAHILLE FINANCE D ENTREPRISE Études de cas corrigées Éditions d Organisation, 2003 ISBN : 2-7081-2941-4 Chapitre 2 LA MÉTHODOLOGIE DE L ANALYSE FINANCIÈRE Il n existe pas une méthode d analyse,

Plus en détail

Valeur ajoutée produite + + Subventions d'exploitation + 74 - Impôts et taxes et versements assimilés - 63 - Charges de personnel

Valeur ajoutée produite + + Subventions d'exploitation + 74 - Impôts et taxes et versements assimilés - 63 - Charges de personnel Analyse de la formation du résultat : le tableau des soldes intermédiaires de gestion 1- Principe et hiérarchie des soldes Pour mieux comprendre la formation du résultat de l'exercice, des résultats partiels

Plus en détail

FORMATION REPRESENTANTS DU PERSONNEL 1/12

FORMATION REPRESENTANTS DU PERSONNEL 1/12 CATALOGUE DES FORMATIONS 2015 1/12 PROGRAMME DES FORMATIONS PROGRAMME 1 Formation économique du CE Pour une analyse pertinente des comptes de l entreprise 2 jours Pages 3 à 4 PROGRAMME 2 Gérer le budget

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les obligations Ce document pédagogique ne constitue pas une incitation à investir et n est pas un conseil en investissement. Le Client qui souhaite un conseil en investissement avant

Plus en détail

CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE

CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE La démarche pour une méthode d aide à la décision d investissement consiste dans un premier temps à élaborer un ensemble d hypothèses relatives aux caractéristiques

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

I- Objectifs et Caractéristiques du projet de la LORLF

I- Objectifs et Caractéristiques du projet de la LORLF Ramadane MOUSSA Conseiller du Ministre des Finances et du Budget Octobre 2012 1 Introduction I- Objectifs et Caractéristiques du projet de la LORLF II- Présentation du projet de la LORLF III- Les changements

Plus en détail

La collecte et le traitement des données sur les Entreprises et la Banque de France

La collecte et le traitement des données sur les Entreprises et la Banque de France La collecte et le traitement des données sur les Entreprises et la Banque de France Yves Nachbaur Directeur des Entreprises Rabat, le 30 Mars 2012 1. La Banque de France et le suivi des Entreprises : quel

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & aveclespme.fr Le nouveau site pratique de la Fédération Bancaire

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé :

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé : REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL & ENVIRONNEMENTAL Session plénière du 25 mai 2011 Avis adopté à l unanimité (-10 abstentions / Groupe CGT) Le Président Gérard MAURICE Avis du Conseil

Plus en détail

COMMUNE DE GRIGNY (91)

COMMUNE DE GRIGNY (91) (091 034 286) 6 ème section N /G/127/n A-08 Séance du 9 avril 2014 RECOMMANDE AVEC A.R COMMUNE DE GRIGNY (91) s 2014 et comptes administratifs 2013 «Ville» annexe de la régie autonome du renouvellement

Plus en détail

Le système fiscal français

Le système fiscal français Le système fiscal français Fiche 1 Objectifs Identifier les sources du droit fiscal, la logique du système fiscal français et son organisation. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs Impôts, taxes,

Plus en détail

Quelles obligations de tenue de comptabilité?

Quelles obligations de tenue de comptabilité? Quelles obligations de tenue de comptabilité? Loide 1901n imposepasàuneassociationlatenued unecomptabilité! Toutefois: Il est concrètement difficile d imaginer qu une association puisse fonctionner sans

Plus en détail

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Communauté de communes Tarn et Dadou Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Présentation du

Plus en détail

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Présentation de la Banque Populaire La Banque Populaire est à la fois une banque de détail et de proximité. De ce fait, les objectifs

Plus en détail