Analyse de l enquête menée auprès des propriétaires des deux sites QUALIGOUV sur le Parc du Luberon

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse de l enquête menée auprès des propriétaires des deux sites QUALIGOUV sur le Parc du Luberon"

Transcription

1 Analyse de l enquête menée auprès des propriétaires des deux sites QUALIGOUV sur le Parc du Luberon Deux sites, deux contextes L étude a été menée sur les deux sites QUALIGOUV choisis sur le territoire du Parc du Luberon. Le premier site, les Ocres de Roussillon (communes de Roussillon, Goult et Gargas), est concerné par une fréquentation touristique importante du fait de la spécificité de son paysage classé. Sa population est en partie néorurale ou ne vient qu une partie de l année en résidence secondaire. La pression foncière y est forte et le mitage urbain également. Le second périmètre étudié concerne deux communes du Luberon oriental, Villeneuve et Niozelles, plus rurales. Le massif forestier est d un seul tenant et la pression foncière légèrement moins forte. Ces deux sites sont sur des départements différents : les Ocres sont dans le Vaucluse et le site Villeneuve-Niozelles dans les Alpes de Haute Provence. On verra que ces deux contextes géographiquement et socioéconomiquement différents influencent en partie le type de propriétaires rencontré.

2 Des situations foncières morcelées Le site des Ocres s étend sur un peu plus de 900 ha, dont la majorité sur la commune de Roussillon (73 %). Celui du Luberon oriental a une surface d environ 600 ha, répartis à 60 % sur Villeneuve et 40% sur Niozelles. Comme une majorité des forêts en France, les deux sites sont concernés par le morcellement foncier. Entre les deux territoires, on remarque cependant une différence d échelle. Les Ocres, et notamment Roussillon, sont concernées par un morcellement particulièrement fort. La surface moyenne des propriétés y est de 1,3 ha contre 2,4 ha sur Villeneuve-Niozelles (la moyenne nationale est de 7 ha). Ce démembrement des parcelles peut s expliquer par l humanisation très ancienne de ces massifs (culture en terrasse, exploitation ocrière). Le cœur du massif de Villeneuve-Niozelles étant plus difficile d accès et moins urbanisé, le morcellement y est légèrement moins fort. Tout propriétaire confondu (indivision, nue-propriété, bien non délimité ), on retrouve ainsi 230 propriétaires sur le Luberon oriental et 880 sur les Ocres. L échelle de travail, tant en surfaces forestières qu en nombre de propriétaires, est donc très importante. Le questionnaire a été diffusé à la totalité des propriétaires, accompagné d une lettre expliquant le projet (voir annexes) nombre de parcelles nombre de propriétaires connus surface nombre de parcelles nombre de propriétaires connus Roussillon Goult Gargas 0 Villeneuve Niozelles surface

3 Départements de résidence 4% Un sincère intérêt pour le projet Les taux de retour des questionnaires ont été très importants sur les deux sites : 25% des propriétaires des Ocres et 38 % de ceux du Luberon oriental ont répondu. Ce sont des chiffres exceptionnels face aux taux de retour habituels de ce type d enquête (maximum 10%). 24% 9% 63% 84 PACA hors 84 reste de la France étranger Le taux plus important de retour sur Villeneuve-Niozelles peut être expliqué par la plus grande proximité des propriétaires. En effet, même si, pour les deux sites, les propriétaires sont en majorité locaux, on remarque, sur les Ocres, une plus grande proportion des propriétaires n habitant pas la région voire installés à l étranger. Une partie des propriétaires ne se considère pas comme «propriétaire forestier» soit parce qu ils ont de toutes petites surfaces (foncier particulièrement morcelé sur Roussillon par exemple), soit qu ils découvrent qu ils ont des parcelles boisées, soit encore qu ils n ont aucune idée de la localisation de ces parcelles. La présence de résidences principales ou secondaires sur les parcelles forestières concourt en revanche à l intérêt que peuvent porter les propriétaires à des projets forestiers. Il semblerait que cette enquête ait éveillé leur intérêt et leur curiosité, voire parfois leurs craintes. 24% Départements de résidence Site Villeneuve-Niozelles 7% 0% 69% 04 PACA hors 04 reste de la France étranger Présence d'habitations sur les espaces forestiers Présence d'habitations sur les espaces forestiers - 80% 13% 4% 3% résidence principale résidence secondaire pas d'habitation 49% 28% résidence principale résidence secondaire pas d'habitation 20% 3%

4 Des propriétaires relativement âgés La moyenne d âge est de 64 ans sur les deux sites. La majorité des propriétaires est à la retraite (entre 59 et 73 % selon le site). On remarque cependant que la proportion d actifs sur les Ocres est très supérieure (près du double) à celui de Villeneuve-Niozelles. Du fait de l âge relativement élevé des propriétaires, beaucoup d entre eux ont effectué une donation partage au bénéfice de leurs enfants : 24% des personnes ayant répondu sur les Ocres sont concernées par ce type de dispositif et le taux descend à 14 % sur Villeneuve-Niozelles. Activités des propriétaires interrogés 0% 5% 59% 4% 32% Etudiant Agriculteur Autre actif Retraité Autre Activités des propriétaires interrogés 0% 5% 73% 5% 17% Etudiant Agriculteur Autre actif Retraité Autre Des activités «plaisirs» ou de récoltes Les propriétaires ont des activités en adéquation avec leur âge. On observe notamment qu ils ne pratiquent que très peu d activités sportives et n ont pas d activités économiques sur leur forêt (accueil du public). Les principales activités des propriétaires privés sont la cueillette des champignons, la récolte de bois de chauffe et la balade ou la randonnée. On remarque la part importante des propriétaires qui n ont aucune activité sur leur forêt, particulièrement sur le site de Villeneuve- Niozelles. La chasse reste une activité pratiquée par les propriétaires, avec une proportion un peu plus forte sur le site plus rural du Luberon oriental. On observe que la vente de bois n est pas très pratiquée, surtout sur le site des Ocres où la proportion est de moins de 2 %. Sur Villeneuve et Niozelles, la vente de bois, et plus particulièrement de bois de chauffe, existe. Cette différence tient en partie au type de peuplements présents sur les deux sites (plus de taillis de chêne sur le Luberon oriental). Les deux sites présentent des différences majeures vis-à-vis de la fréquentation des bois par leurs propriétaires. Les propriétaires du site des Ocres disent fréquenter très régulièrement leurs parcelles forestières (notamment du fait de l implantation de maison sur celles-ci) : 38 % vont y très souvent et 30 % de temps en temps. En revanche, sur Villeneuve et Niozelles, les propriétaires sont seulement 15 % à fréquenter très souvent leurs bois et 33 % avouent n y aller jamais. Ceci peut s expliquer par le nombre moins important de maisons en situation forestière et par une très grande méconnaissance des limites parcellaires (première difficulté citée par les propriétaires dans la gestion de leur forêt).

5 Activités des propriétaires dans leur forêt Fréquentation de la forêt par les propriétaires cueillettes autoconsommation de bois balade aucune randonnée pédestre chasse observations naturalistes VTT randonnée équestre apiculture activité motorisée vente de bois accueil de publics élevage % 12% 30% 38% très souvent de temps en temps rarement jamais Pourcentage des propriétaires ayant répondu Activités des propriétaires dans leur forêt Fréquentation de la forêt par les propriétaires aucune autoconsommation de bois cueillettes balade chasse randonnées pédestre vente de bois observations naturalistes apiculture randonnées équestre VTT élevage accueil de publics activité motorisée 33% 35% 15% 17% très souvent de temps en temps rarement jamais Pourcentage des propriétaires ayant répondu

6 Une vision patrimoniale de la forêt Les propriétaires voient la forêt avant tout comme un héritage à transmettre (à plus de 65 % d entre eux). L importance qu ils accordent à la protection de la biodiversité et à la préservation du cadre paysager confirme cette vision patrimoniale de la forêt. Les espaces boisés sont également vus comme des lieux de loisirs, ce qui fait le lien avec les activités ludiques que les propriétaires disent pratiquer. Il est intéressant de remarquer que l aspect «contrainte» est fortement perçu, puisqu il arrive en 5 ème position : c est lié à la protection contre les incendies (et aux obligations légales de débroussaillement). Les propriétaires n attendent pas de leur forêt qu elle «rapporte» : l idée qu elle puisse être une source de revenus ou un actif dans un portefeuille est très peu développée. Cela s explique en partie par le fait que le bois a une valeur faible dans la région. On remarque des nuances entre les deux sites. Sur les Ocres, les propriétaires sont particulièrement attachés à la spécificité de leur paysage : 50 % d entre eux voient leur forêt comme un cadre de vie (d autant que de nombreux propriétaires habitent sur leurs parcelles forestières). Cette sensibilité est exacerbée par la reconnaissance de la valeur de ce paysage par un classement au titre de la loi paysage. Sur le site du Luberon oriental, les propriétaires sont très sensibles à la protection de la biodiversité, ce qui est étonnant car ils sont très peu concernés par des dispositifs de protection environnementale (seulement quelques dizaines d hectares concernés par Natura 2000 par exemple). patrimoine cadre biodiversité loisir contrainte rêve actif revenu Vision de la forêt par les propriétaires Pourcentage des propriétaires ayant répondu patrimoine biodiversité loisir cadre contrainte rêve revenu actif Vision de la forêt par les propriétaires Pourcentage de propriétaires ayant répondu

7 Une absence de gestion La vulnérabilité des peuplements à l incendie, la faible surface des parcelles et le manque de temps ou l éloignement sont des difficultés fréquemment citées par les propriétaires des deux sites. Le risque d incendies de forêt est effectivement fort sur les deux sites et plus particulièrement sur le site des Ocres du fait des types de peuplements en place et l importance de la présence humaine dans les massifs forestiers. Sur le site de Villeneuve-Niozelles, le principal frein rencontré par les propriétaires est la méconnaissance des limites, voire de la localisation, de leurs parcelles. Ajouté à des contraintes d accès, toutes ces difficultés expliquent le taux très important (64 %) de propriétaires qui disent ne réaliser aucune gestion forestière et n avoir aucun projet. Dans les Ocres, une grande majorité des propriétaires ne rencontrent pas de difficulté mais, pour autant, ne gèrent pas leur forêt. Les coûts de gestion ressortent comme un problème : ils sont liés aux obligations légales de débroussaillement auxquels sont confrontés les propriétaires à proximité d habitations. On observe une méconnaissance des contraintes réglementaires (souvent surestimées) et de celle des mécanismes de gestion forestière (par exemple, 8 % des propriétaires des Ocres disent avoir un Plan Simple de Gestion alors que seul l un d entre eux en est pourvu). Une minorité de propriétaires a des projets forestiers, souvent liés à une diminution de la combustibilité des peuplements ou à une diversification des activités forestières (plantations mellifères ou truffières ). D s envisagent de vendre (très petites surfaces, parcelles inconstructibles, éloignement ou âge élevé) : 27 % sur le Luberon oriental et 13 % sur les Ocres. méconnaissance limites accès difficile risque incendie faible surface manque temps, éloignement aucune difficulté vol de bois mauvaise qualité bois coûts insuffisance conseil contraintes réglementaires nature juridique manque débouchés insatisfaction travaux aucune difficulté risque incendie manque temps, éloignement faible surface coûts accès difficile méconnaissance limites insuffisance conseil contraintes réglementaires mauvaise qualité bois nature juridique vol de bois manque débouchés insatisfaction travaux Difficultés de gestion Pourcentage de propriétaires ayant répondu Difficultés de gestion Pourcentage de propriétaires ayant répondu

8 1% Type de gestion 1% Type de gestion 3% 8% 27% 7% PSG CBPS gérée sans document aucune gestion 21% 18% PSG CBPS gérée sans document 64% 50% aucune gestion Projets forestiers Projets forestiers aucun projet coupes, travaux débroussaillement accueil de publics pâturage sous-bois s plantations mellifères plantations truffières plantations forestières organisation activités travaux biodiversité aucun projet débroussaillement coupes, travaux plantations truffières travaux biodiversité accueil de publics plantations forestières organisation activités plantations mellifères pâturage sous-bois s Pourcentage des propriétaires ayant répondu Pourcentage des propriétaires ayant répondu

9 Préserver la forêt ensemble Il est intéressant de remarquer que les propriétaires des deux sites classent les quatre thématiques qui les intéressent le plus dans le même ordre. On l a vu précédemment, les propriétaires accordent une grande importance à la défense des forêts contre l incendie, la préservation du paysage et la protection de la biodiversité. Ce qui ressort ici est la nécessité de réfléchir à la maîtrise de la fréquentation. Sur Roussillon, site de tourisme estival majeur, si seul 25 % des propriétaires ressentent la fréquentation comme importante ou moyenne, ils sont près de 40 % à la trouver gênante. Cette sensibilité à l accueil non souhaité de public en forêt privé est à peine moindre sur le Luberon oriental. Les propriétaires veulent mieux connaître leur forêt (limite, diagnostics forestiers et écologiques) et sont en demande de conseils techniques pour la gérer. Ils sont également intéressés pour discuter et échanger avec leurs voisins. Ils sont d ailleurs 45% pour les Ocres et 54 % pour le Luberon oriental à être prêts à travailler en association avec d s propriétaires sur des thématiques dépassant l échelle des parcelles individuelles (diminution du risque incendie, préservation de la biodiversité). L image du Parc du Luberon est globalement bonne sur les deux sites. On remarque cependant que 22 % des propriétaires de Villeneuve et Niozelles ne connaissent pas le Parc : l extension du périmètre à ce territoire étant récente. protection incendie paysage biodiversité maîtrise fréquentation aides financières autoconsommation bois conseil technique échanges avec voisins meilleure connaissance vol bois agroforesterie pastoralisme vente bois s protection incendie paysage biodiversité maîtrise fréquentation pastoralisme meilleure connaissance aides financières conseil technique échanges avec voisins vol bois agroforesterie autoconsommation bois vente bois s Thématiques intéressant les propriétaires Classement des thématique par intérêt croissant exprimé par les propriétaires Thématiques intéressant les propriétaires Classement des thématique par intérêt croissant exprimé par les propriétaires

10 Fréquentation perçue Gêne ressentie face à la fréquentation Image du Parc du Luberon 34% 5% 21% importante moyenne faible inexistante 24% 39% oui non 6% 27% 12% 55% bonne neutre mauvaise ne connais pas 10% 30% 37% Fréquentation perçue Gêne ressentie face à la fréquentation Image du Parc du Luberon 43% 9% 25% 20% importante moyenne faible inexistante 29% 40% 31% oui non 3% 22% 28% 47% bonne neutre mauvaise ne connais pas 3%

11 Profilage des propriétaires vis-à-vis de l animation des sites On voit se profiler plusieurs types de propriétaires selon leur réceptivité et leur sensibilité à l animation réalisée sur les sites QUALIGOUV.* Le propriétaire forestier «contre son gré» 25 % Le propriétaire forestier «frileux» 5 % Le propriétaire forestier «suiveur» 50 % Le propriétaire forestier «en recherche de contact» 7,5 % Le propriétaire forestier «entreprenant» 12,5 % Réceptivité / sensibilité à l animation Le propriétaire forestier «contre son gré» Il ne se considère pas comme un propriétaire forestier. Il a une ou deux petites parcelles forestières. Elles sont souvent issues d un achat dans le but de construire mais passées inconstructibles avant qu il ait pu y faire des travaux. Elles peuvent aussi faire partie d une succession ou d une indivision compliquée. Il habite parfois loin, ne connait pas toujours ses limites parcellaires. Il vient rarement, voire jamais, dans sa forêt et n y réalise aucune gestion. Il voit cette propriété comme une contrainte ou s en désintéresse et cherche souvent à vendre. Certains de ces propriétaires sont très âgés et n ont pas d héritiers. Le propriétaire forestier «frileux» C est un propriétaire inquiet et en repli qui s intéresse au projet par crainte. Il a peur de s impliquer dans le projet : inquiétude liée aux coûts ou aux conséquences fiscales, crainte qu on lui impose des décisions et de ne plus être chez lui (ouverture au public) Il a de petites surfaces. Souvent il n a aucune gestion sur sa forêt. Il n a pas toujours une bonne image du Parc. Le propriétaire forestier «suiveur» Il s intéresse au projet mais n est pas force de proposition. Il a souvent de faibles ou des moyennes surfaces forestières. Il n a pas de projet forestier mais est en attente de propositions. Il n habite pas toujours localement et/ou ne fréquente pas forcément souvent ses bois. Il n est pas contre travailler avec ses voisins sur des projets. La majorité des propriétaires ont ce profil. Le propriétaire forestier «en recherche de contact» C est un type de propriétaire proche des propriétaires forestiers «suiveurs» mais plus impliqué. Il est très en demande de contact. Il est souvent très âgé (plus de 80 ans) et à la retraite. Il n est pas obligatoirement le décideur final car il a souvent transféré la nuepropriété de ses parcelles à ses descendants. Les propriétaires de ce type sont peu nombreux. Le propriétaire forestier «entreprenant» C est le propriétaire «moteur». Il a parfois déjà des idées ou des projets pour sa forêt, voire réalise lui-même une gestion simple (souvent sans document d aménagement). Il a des surfaces moyennes voire grandes. Il est souvent impliqué localement et parfois encore actif (donc aussi un peu moins disponible pour des réunions en terme de temps). Il est souvent prêt à travailler en association et a une bonne image du Parc. Il représente une petite minorité de propriétaire mais a la capacité d entraîner les propriétaires forestiers «suiveurs» dans un projet. Le travail d animation devra être axé selon le profil du propriétaire, en entretenant la motivation des «entreprenants», tout en permettant aux «suiveurs» d intégrer le projet et en rassurant les «frileux». * Les pourcentages concernant la répartition des différents types de profils sont donnés à titre indicatif (ils ont vocation à être affinés par le travail d animation et d entretiens en cours).

12 Annexes Exemple du courrier de Villeneuve, signé par le maire et adressé aux propriétaires forestiers, accompagné le questionnaire Questionnaire diffusé à tous les propriétaires des deux sites QUALIGOUV

13

Porter à connaissance foncier du Psader

Porter à connaissance foncier du Psader Porter à connaissance foncier du Psader Réunion de restitution mercredi Service Départemental de la Savoie 40 rue du Terraillet 73190 St Baldoph 04 79 28 74 27 direction@safer73.com Département Etudes

Plus en détail

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural ETAT MEMBRE : FRANCE REGION : Provence-Alpes-Côte d Azur Département des Bouches-du-Rhône INTITULE DU REGIME D AIDE : Fonds Départemental de Gestion de

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

La fiscalité forestière Mode d emploi Novembre 2014

La fiscalité forestière Mode d emploi Novembre 2014 La fiscalité forestière Mode d emploi Novembre 2014 Groupe fiscalité forestière FISCALITÉ FORESTIÈRE Impôts sur le foncier Impôts sur le Revenu Impôts sur la Dépense Impôts sur le Patrimoine DEFI Le DEFI

Plus en détail

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu 5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse Aperçu En Nouvelle-Écosse, la population change; et la proportion des personnes âgées est de plus en plus importante. Entre 2007 et 2033, le nombre d aînés (65

Plus en détail

2. Vers une meilleure maîtrise de l espace rural

2. Vers une meilleure maîtrise de l espace rural 2. Vers une meilleure maîtrise de l espace rural f Petits collectifs à Francheville cellaire minimal de 500 m² et une hauteur maximale de 12 m. La commune veut également concentrer le développement dans

Plus en détail

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Michel Duée, Fella Nabli* On voit en moyenne un peu plus souvent sa famille que ses amis. En 2006, 51 % des personnes de 16 ans ou plus voient

Plus en détail

Montagne et Zones de revitalisation rurale

Montagne et Zones de revitalisation rurale Montagne et Zones de revitalisation rurale Politique, méthodologie, bilan Marie-Aimée BUFFET Master 2 Montagne Photo 1 : Résidence de tourisme Odalys «Les Balcons de la Vanoise» à La Norma (Savoie) Source

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Information, communication, culture de l Université Lille 3 - Sciences humaines et sociales - Charles de Gaulle Vague E 2015-2019

Plus en détail

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA FAMILLE ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES INTRODUCTION Une étude américaine considère que les liens entre frères et sœurs, plutôt affectifs et égalitaires, représentent

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

Elaboration du Plan Local d Urbanisme

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Département de la Corrèze Commune de SAINT-BONNET L ENFANTIER Elaboration du Plan Local d Urbanisme LE PADD : Projet d Aménagement et de Développement Durable «vu pour être annexé à la délibération en

Plus en détail

Partie II : Consommation d espaces naturels, agricoles et forestiers

Partie II : Consommation d espaces naturels, agricoles et forestiers Partie II : Consommation d espaces naturels, agricoles et forestiers 91 Sommaire Partie II A. Analyse de la consommation d espaces naturels, agricoles et forestiers 93 1. Préambule... 93 2. Evolution de

Plus en détail

DIRECTION DU TOURISME

DIRECTION DU TOURISME LA CLIENTELE TOURISTIQUE ALLEMANDE EN LANGUEDOC- ROUSSILLON DIRECTION DU TOURISME DONNEES GENERALES Données économiques et touristiques Population globale : 82,1 millions d habitants Densité de population

Plus en détail

Les seniors : parcours de vie, parcours d épargne

Les seniors : parcours de vie, parcours d épargne 1 Les seniors : parcours de vie, parcours d épargne Une étude qui s appuie sur : Une étude qualitative* réalisée en juin-juillet 2003 (50 entretiens individuels approfondis) segmentés selon l âge, le sexe,

Plus en détail

Le panel de l enquête

Le panel de l enquête Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de Loire-Atlantique en matière d implantation économique, la CCI Nantes St-Nazaire a réalisé une enquête auprès des chefs d entreprise sur leurs

Plus en détail

Le logement, entre contraintes géographiques et concurrence touristique

Le logement, entre contraintes géographiques et concurrence touristique Le logement, entre contraintes géographiques et concurrence touristique D u fait de sa géographie, les zones habitables en région Provence-Alpes-Côte d Azur sont soumises à de fortes contraintes. Le prix

Plus en détail

Ateliers 21 du 6 octobre 2009. Atelier 3: Logement, culture, sport, associations, intergénérationnel...

Ateliers 21 du 6 octobre 2009. Atelier 3: Logement, culture, sport, associations, intergénérationnel... Ateliers 21 du 6 octobre 2009 Atelier 3: Logement, culture, sport, associations, intergénérationnel... Tendre vers un développement à Vincennes suppose de relever quatre défis majeurs et d adopter des

Plus en détail

Communiqué de presse Paris le 27 juin 2013

Communiqué de presse Paris le 27 juin 2013 Communiqué de presse Paris le 27 juin 2013 Sondage Agefa PME / Ifop auprès des dirigeants de PME et des enseignants du secondaire et du supérieur L image de l apprentissage progresse tandis que 93% des

Plus en détail

Parcours d acquisition de la résidence principale :

Parcours d acquisition de la résidence principale : www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité JUIN 2015 sommaire PAGE 02 synthèse PAGE 04 Du rêve à la réalité

Plus en détail

Perception et adoption de l agrosylviculture :

Perception et adoption de l agrosylviculture : Perception et adoption de l agrosylviculture : résultats des enquêtes menées en Gaspésie auprès des agriculteurs, des propriétaires de terres agricoles et de la population résidente Bertrand Anel, coordonnateur

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME P.A.D.D PLAN LOCAL D URBANISME - PLAN LOCAL D URBANISME - UCEL 10 F EVRIER 2010 - Les orientations générales

PLAN LOCAL D URBANISME P.A.D.D PLAN LOCAL D URBANISME - PLAN LOCAL D URBANISME - UCEL 10 F EVRIER 2010 - Les orientations générales 1 COMMUNE D UCEL PLAN LOCAL D URBANISME PLAN LOCAL D URBANISME DEPARTEMENT : CANTON : COMMUNE : Ardèche Vals les Bains Ucel P.A.D.D ( Projet d A ménagement et de Développement D urable) Les orientations

Plus en détail

PROJET D ANIMATION. Résidence Albert AUBRY. Château la Rigaudière 35 240 LE THEIL DE BRETAGNE Tél. 02.99.47.74.00 Fax. 02.99.47.79.

PROJET D ANIMATION. Résidence Albert AUBRY. Château la Rigaudière 35 240 LE THEIL DE BRETAGNE Tél. 02.99.47.74.00 Fax. 02.99.47.79. PROJET D ANIMATION Résidence Albert AUBRY Château la Rigaudière 35 240 LE THEIL DE BRETAGNE Tél. 02.99.47.74.00 Fax. 02.99.47.79.44 Le projet d animation s inscrit dans la politique de la résidence, ainsi

Plus en détail

LA GOUVERNANCE RÉNOVÉE SUR LE MASSIF DE FONTAINEBLEAU

LA GOUVERNANCE RÉNOVÉE SUR LE MASSIF DE FONTAINEBLEAU LA GOUVERNANCE RÉNOVÉE SUR LE MASSIF DE FONTAINEBLEAU Victor Avenas, Chef de Projet Fontainebleau, Forêt d Exception, Office national des forêts. La forêt de Fontainebleau est un massif, qui regroupe trois

Plus en détail

DOSSIER. Comment donner tout en gardant le contrôle?

DOSSIER. Comment donner tout en gardant le contrôle? DOSSIER Comment donner tout en gardant le contrôle? La donation est l un des instruments de planification patrimoniale les plus connus. Afin de donner un coup de pouce financier à leurs enfants et de neutraliser

Plus en détail

Les jardins familiaux sont des groupes de parcelles de potagers gérés par une association loi 1901 et mis à disposition de jardiniers moyennant une

Les jardins familiaux sont des groupes de parcelles de potagers gérés par une association loi 1901 et mis à disposition de jardiniers moyennant une Les jardins familiaux sont des groupes de parcelles de potagers gérés par une association loi 1901 et mis à disposition de jardiniers moyennant une cotisation annuelle versée à l association. Les jardiniers

Plus en détail

Le regard des Français de l'hexagone sur l Outre-Mer

Le regard des Français de l'hexagone sur l Outre-Mer Le regard des Français de l'hexagone sur l Outre-Mer Enquête «miroir» auprès des Français de l'hexagone originaires et non-originaires d Outre-Mer A l occasion de la 5 ème édition de la JOMD (Journée Outre-Mer

Plus en détail

Enquête : les sous-traitants bourguignons

Enquête : les sous-traitants bourguignons Enquête : les sous-traitants bourguignons Octobre 2014 707 établissements bourguignons ont été identifiés comme travaillant en sous-traitance en mécanique générale, assemblage-soudage, chaudronnerie-tôlerie,

Plus en détail

Les jeunes et le Service Civique : connaissance, représentations et potentiel d attractivité

Les jeunes et le Service Civique : connaissance, représentations et potentiel d attractivité Les jeunes et le Service Civique : connaissance, représentations et potentiel d attractivité Les principaux enseignements FD/EP N 113392 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion

Plus en détail

Les chevaux et l agriculture, un mariage moderne et constructif

Les chevaux et l agriculture, un mariage moderne et constructif CAPERN 076M C.G. Livre vert Politique bioalimentaire VERSION RÉVISÉE Mémoire pour la Consultation générale et auditions publiques sur le Livre vert pour une politique bioalimentaire : Donner le goût du

Plus en détail

La protection de vos revenus à votre pension est d une

La protection de vos revenus à votre pension est d une AVEZ-VOUS PROTÉGÉ La pension est certainement le souci majeur de beaucoup d entre vous. C est en tout cas ce que nous avons pu constater de la grande enquête de Vivium réalisée en collaboration avec Moneytalk.

Plus en détail

Résultats de l enquête de satisfaction des clients professionnels - 2012

Résultats de l enquête de satisfaction des clients professionnels - 2012 Page 1 sur 9 Résultats de l enquête de satisfaction des clients professionnels - 2012 Objectifs et méthodologie de l enquête Afin de renforcer sa stratégie d amélioration continue au service du développement

Plus en détail

la transmission d entreprise en nord-pas de calais

la transmission d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 192 avril 2015 la transmission d entreprise en nord-pas de calais étude prospective sur le potentiel d entreprises à transmettre à horizon de 5 ans 4 projets de transmission sur dix

Plus en détail

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Session 2001 Naghmeh ROBIN Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale et de la Recherche Direction de la programmation et du développement

Plus en détail

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Baromètre santé nutrition 2008 Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité

Plus en détail

L ACCUEIL ET LES ATTENTES DES PLAISANCIERS DANS LES PORTS PILOTES DE CORSE

L ACCUEIL ET LES ATTENTES DES PLAISANCIERS DANS LES PORTS PILOTES DE CORSE L ACCUEIL ET LES ATTENTES DES PLAISANCIERS DANS LES PORTS PILOTES DE CORSE SOMMAIRE Page 3-1. La méthodologie, axe de travail. Page 4-2. L enquête Page 11-3. Analyse de l enquête Page 22-4. Enseignements

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Les propriétaires bailleurs personnes physiques

Les propriétaires bailleurs personnes physiques Les propriétaires bailleurs personnes physiques Nb de logements locatifs détenus par des personnes physiques en hausse depuis la fin des années 1990. Entre 1988 et 1996, ce parc, qui comprend des logements

Plus en détail

Réforme de la PAC : mise en place des paiements directs en 2015 et accès à ces paiements pour les jeunes agriculteurs

Réforme de la PAC : mise en place des paiements directs en 2015 et accès à ces paiements pour les jeunes agriculteurs Réforme de la PAC : mise en place des paiements directs en 2015 et accès à ces paiements pour les jeunes agriculteurs Résumé 2015 est l année d entrée en application de la réforme des aides directes de

Plus en détail

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013)

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) 1 «Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) ANALYSE DES RESULTATS : DOCUMENT DE TRAVAIL Enquête INJEP, réalisée en 2013 1 : questionnaire en ligne auprès de 130 répondants (dont

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Durée : 4 heures - Coefficient : 2

Durée : 4 heures - Coefficient : 2 Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Mobilités professionnelles

Mobilités professionnelles Mobilités professionnelles Note de synthèse Mai 2009 CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI Laurence GAUNE Contact TNS Sofres : Département Stratégies d opinion Eric CHAUVET / Raphaël RAYNAUD : 01 40 92 45

Plus en détail

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88 Psychologie Un an après la fin des études, 30 % des psychologues travaillent dans le domaine de la santé, notamment dans les hôpitaux et les cliniques. Par ailleurs, ils se répartissent sur un vaste spectre

Plus en détail

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Juillet 2015 - Occurrence pour CCMO mutuelle Sommaire Contexte et méthodologie 3 2. Appréciation

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

Le rendez-vous de l innovation Le télétravail Mars 2015

Le rendez-vous de l innovation Le télétravail Mars 2015 Le rendez-vous de l innovation Le télétravail Mars 2015 Sondage réalisé par pour le publié et diffusé par et Publié le 27 mars 2015 Levée d embargo le 27 Mars 2015 06H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée

Plus en détail

Résultats des enquêtes terrain secteur bancaire

Résultats des enquêtes terrain secteur bancaire Fonds Social Européen Gestion des âges "Du dire au faire" Résultats des enquêtes terrain secteur bancaire Panels 1374 sur trois banques en France (banques A, B et C) et une banque en Europe (la D) (1).

Plus en détail

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle N 18 Septembre 20 Les grandes aires urbaines d ACAL : la croissance démographique tirée par les couronnes des grands pôles La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines

Plus en détail

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas FERT / Chargé d études sénior 01 44 94 59 62 2 Sondage

Plus en détail

L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins

L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins Synthèse Ipsos / CNOM Jeudi 30 mars 2006 Ipsos Public Affairs Ipsos a interrogé, en parallèle, 949 personnes constituant un échantillon

Plus en détail

Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs

Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs La réforme du congé parental prévue initialement Lors du vote

Plus en détail

INTRODUCTION. Arrêté no. 24 1/20

INTRODUCTION. Arrêté no. 24 1/20 INTRODUCTION Le plan d aménagement municipal se veut l'outil de travail de premier ordre qui permettra au village de Maisonnette de mieux planifier la façon dont va s'orienter le développement au cours

Plus en détail

Observatoire départemental

Observatoire départemental Dossier de presse Janvier 2016 Observatoire départemental Etude relative aux prix pratiqués au sein des pompes funèbres dans le Doubs Contact presse : Marlène Amiotte-Petit : 03 81 88 76 84 Marlene.Amiotte-Petit@famillesrurales.org

Plus en détail

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision.

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision. Les enjeux du territoire Le développement de Pau, de son agglomération et maintenant du Grand Pau rappelle celui de villes, d agglomérations et d aires urbaines sensiblement comparables, avec des logiques

Plus en détail

Les Français et leur retraite

Les Français et leur retraite Département Consommation Marketing 142, rue du Chevaleret 75013 Paris 01 40 77 85 60 Les Français et leur retraite Rapport d étude réalisé pour Décembre 2002 Franck LEHUEDE Sous la Direction de Jean-Pierre

Plus en détail

Association régionale pour la formation, l orientation et l emploi

Association régionale pour la formation, l orientation et l emploi Association régionale pour la formation, l orientation et l emploi PRINCIPAUX RESULTATS Les EHPAD ont un taux de recrutement important : en 2009, 89% des structures enquêtées ont recruté du personnel et

Plus en détail

Halte Pouce - Dépouillement du questionnaire (Période de l enquête de juillet à septembre 2009)

Halte Pouce - Dépouillement du questionnaire (Période de l enquête de juillet à septembre 2009) Halte Pouce - Dépouillement du questionnaire (Période de l enquête de juillet à septembre 2009) 22 questionnaires ont été retournés (dont une personne habitant le département 77). La période estivale est

Plus en détail

COMPORTEMENTS ET ATTITUDES FACE AUX CONTENANTS CONSIGNÉS DE BOISSONS GAZEUSES

COMPORTEMENTS ET ATTITUDES FACE AUX CONTENANTS CONSIGNÉS DE BOISSONS GAZEUSES COMPORTEMENTS ET ATTITUDES FACE AUX CONTENANTS CONSIGNÉS DE BOISSONS GAZEUSES À l été 2006, BGE a confié à Ad hoc recherche le mandat de sonder les comportements et attitudes des Québécois face à la récupération

Plus en détail

Echantillon de 139 personnes 47 hommes / 92 femmes

Echantillon de 139 personnes 47 hommes / 92 femmes Echantillon de 139 personnes 47 hommes / 92 femmes La perception des risques naturels à Saint-Denis Notre enquête fait ressortir que globalement, à Saint-Denis, la population connaît l existence des risques

Plus en détail

Enquête. Pratiques et besoins en formation dans les TPE du commerce interentreprises. Spécial TPE moins de 10 salariés. Enquête réalisée par

Enquête. Pratiques et besoins en formation dans les TPE du commerce interentreprises. Spécial TPE moins de 10 salariés. Enquête réalisée par Enquête Pratiques et besoins en formation dans les TPE du commerce interentreprises Spécial TPE moins de 10 salariés Enquête réalisée par 1 Pourquoi cette enquête? Un contexte Les TPE (Très Petites Entreprises),

Plus en détail

HABITAT : De la forêt vers un habitat moderne et bioclimatique

HABITAT : De la forêt vers un habitat moderne et bioclimatique HABITAT : De la forêt vers un habitat moderne et bioclimatique Augmenter la part du bois alpin dans la construction afin de favoriser la filière bois alpine, relocaliser l économie forestière Union Régionale

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

La gestion forestière

La gestion forestière 1 La gestion forestière multifonctionnelle lif i ll Cas de l agence Centre Val de Loire Jean-Michel SOUBIEUX, Directeur d agence 2 Les enjeux de la gestion multifonctionnelle Prendre en compte, dans la

Plus en détail

La donation. Les renseignements contenus. dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants

La donation. Les renseignements contenus. dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants Les renseignements contenus dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants La donation du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations,

Plus en détail

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE LA GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION Révision : 2008-09, NN GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION 1. EXPLICATION DE CETTE INQUIÉTUDE C est décidé, l officiel en

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

Les publics du Livre Numérique: Les 2 étapes quantitatives. Nobody s Unpredictable

Les publics du Livre Numérique: Les 2 étapes quantitatives. Nobody s Unpredictable Les publics du Livre Numérique: Les 2 étapes quantitatives Nobody s Unpredictable Rappel du plan d études : 3 grandes étapes Nobody s Unpredictable Le plan d études Etape 1 Etude de cadrage Etape 2 Analyse

Plus en détail

PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS

PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS Dans le cadre du projet de territoire Ambition 2020, le Pôle Territorial souhaite soutenir l agriculture et travaille sur le développement des

Plus en détail

Madame, Monsieur, Lieu de dépose du questionnaire : soit au secrétariat de mairie soit dans la boite aux lettres de la mairie

Madame, Monsieur, Lieu de dépose du questionnaire : soit au secrétariat de mairie soit dans la boite aux lettres de la mairie Madame, Monsieur, Depuis plusieurs années la commune de Bierné a montré son engagement vers un développement plus durable en menant un certain nombre de démarches et actions concrètes : réalisation d un

Plus en détail

L investissement en nue-propriété

L investissement en nue-propriété L investissement en nue-propriété Résultats et analyses de l étude réalisée auprès de CGPI, partenaires de PERL PERL - Septembre 2009-1 Les équipes PERL vous remercient de votre confiance et de votre fidélité

Plus en détail

L'offre de soins en dialyse dans la région Champagne Ardenne

L'offre de soins en dialyse dans la région Champagne Ardenne L'offre de soins en dialyse dans la région Champagne Ardenne Remerciements à la coordination : G. ARNOULT, B. DOMISSY BAURY, F. HARDY, H. MAHEUT, A.L. VARNIER, A. WOLAK Document préparé par Florian BAYER,

Plus en détail

«Le Grand emprunt, c est nous qui le paierons. Alors faisons-nous entendre!» RESULTATS DE L ENQUETE DE L UNI SUR LE GRAND EMPRUNT NATIONAL

«Le Grand emprunt, c est nous qui le paierons. Alors faisons-nous entendre!» RESULTATS DE L ENQUETE DE L UNI SUR LE GRAND EMPRUNT NATIONAL «Le Grand emprunt, c est nous qui le paierons. Alors faisons-nous entendre!» RESULTATS DE L ENQUETE DE L UNI SUR LE GRAND EMPRUNT NATIONAL Enquête menée auprès des étudiants dans toute la France, en septembre

Plus en détail

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Si globalement l épidémiologie des cancers (cf. points négatifs) n est pas bonne sur le

Plus en détail

Profil sociodémographique

Profil sociodémographique Édition janvier 2013 Données sociodémographiques Population Âge Sexe Accroissement naturel Familles Ménages État matrimonial Langues Photo de la page couverture : Denis Labine Ce profil sociodémographique

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

XI. Attribution des places aux élèves par la CIRI

XI. Attribution des places aux élèves par la CIRI XI. Attribution des places aux élèves par la CIRI 1. Classement des élèves Alors que chaque établissement ne connait que les élèves pour lesquels elle constitue la 1 ère préférence, la CIRI traite, pour

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI

REPUBLIQUE DU BURUNDI REPUBLIQUE DU BURUNDI Ministère à la Présidence Chargé de la Bonne Gouvernance, de la Privatisation, de l Inspection Générale de l Etat et de l Administration Locale ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE. La prise en compte des impacts environnementaux dans l organisation des manifestations sportives de nature.

RAPPORT D ANALYSE. La prise en compte des impacts environnementaux dans l organisation des manifestations sportives de nature. RAPPORT D ANALYSE La prise en compte des impacts environnementaux dans l organisation des manifestations sportives de nature. Présentation problématique Les activités humaines ont toujours eu un effet

Plus en détail

Les professionnels de la finance et l actionnariat individuel en France Mars 2003

Les professionnels de la finance et l actionnariat individuel en France Mars 2003 Les professionnels de la finance et l actionnariat individuel en France 60 rue de Londres - 75008 Paris - Tél 01 53 04 34 00 - Fax 01 55 30 01 10 - email : tlb@tlbonline.com 1 Méthodologie Enquête réalisée

Plus en détail

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles La Conférence sur «Le développement durable du tourisme des îles», organisée par l OMT (Nations-Unies) et le Gouvernement français à Saint-Denis

Plus en détail

Enquête auprès des pharmaciens titulaires d'officine en Auvergne en 2012

Enquête auprès des pharmaciens titulaires d'officine en Auvergne en 2012 Enquête auprès des pharmaciens titulaires d'officine en Auvergne en 212 M VENZAC, S MAQUINGHEN Juin 214 Les auteurs tiennent à adresser leurs plus vifs remerciements aux pharmaciens titulaires d'officine

Plus en détail

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 SPÉCIAL FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 L État réduit son aide financière aux communes Quelles conséquences pour Meudon et les Meudonnais? La commune reste la collectivité de proximité par excellence

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits L IMPLICATION du COURTIER dans le DEVELOPPEMENT de la MICRO ASSURANCE : CONCEPTION, COMMERCIALISATION et DISTRIBUTION des PRODUITS, COLLECTE des PRIMES et COTISATIONS Présentée par Mme Hermine EKOBE NSEKE,

Plus en détail

COMPARATIF DE L ANALYSE PROSPECTIVE DES METIERS DU BTP ENQUETES EN 2012, 2013 ET 2014

COMPARATIF DE L ANALYSE PROSPECTIVE DES METIERS DU BTP ENQUETES EN 2012, 2013 ET 2014 CPREF BTP ALSACE Commission Paritaire Régionale de l Emploi et de la Formation du Bâtiment et des Travaux Publics d Alsace COMPARATIF DE L ANALYSE PROSPECTIVE DES METIERS DU BTP ENQUETES EN 2012, 2013

Plus en détail

«Démarche participative & Méthodes de concertation» Annexe au guide d Accompagnement à l élaboration du PEDT. Préambule

«Démarche participative & Méthodes de concertation» Annexe au guide d Accompagnement à l élaboration du PEDT. Préambule «Démarche participative & Méthodes de concertation» Annexe au guide d Accompagnement à l élaboration du PEDT Préambule Ce document a été construit en complément du «Guide d accompagnement à l élaboration

Plus en détail

X. Attribution des places aux élèves par l établissement secondaire

X. Attribution des places aux élèves par l établissement secondaire X. Attribution des places aux élèves par l établissement secondaire 1. Classement des élèves Les élèves seront classés automatiquement grâce au logiciel en ligne dans l ordre décroissant de leur indice

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA TRANSMISSION GRAND LYON METROPOLE 9 ENQUETE FORUN DE L'ENTREPRENEURIAT

OBSERVATOIRE DE LA TRANSMISSION GRAND LYON METROPOLE 9 ENQUETE FORUN DE L'ENTREPRENEURIAT OBSERVATOIRE DE LA TRANSMISSION GRAND LYON METROPOLE 9 ENQUETE FORUN DE L'ENTREPRENEURIAT 1. Rappel des objectifs et cadre de l'étude 2. Résultats de l'étude 3. Profil des dirigeants cédants Rappel des

Plus en détail

Termes de Référence - DRAFT

Termes de Référence - DRAFT PROFIAB - PN : 12.2513.5-002.00 Termes de Référence - DRAFT Pour l analyse de la rentabilité des spéculations agricoles à promouvoir par le PROFIAB 1. Contexte et Justification Le pôle d intervention prioritaire

Plus en détail

Extraits du projet pédagogique du chantier de jeunes bénévoles 2010

Extraits du projet pédagogique du chantier de jeunes bénévoles 2010 Extraits du projet pédagogique du chantier de jeunes bénévoles 2010 a. Les chantiers jeunes bénévoles Avant toutes choses, faisons un petit point sur le terme «bénévole» : «Le travail bénévole est un travail

Plus en détail

Votre avis est très important, c est pourquoi nous vous remercions de votre participation. Nous vous garantissons l'anonymat de vos réponses.

Votre avis est très important, c est pourquoi nous vous remercions de votre participation. Nous vous garantissons l'anonymat de vos réponses. Riom Communauté s intéresse à la qualité de vie de ses seniors et plus particulièrement à leurs besoins et à leurs attentes en matière de logement. A l heure actuelle, plusieurs possiblités de logement

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

Synthèse des rencontres des personnes vieillissantes de notre territoire par la commission «bien vieillir» du centre social.

Synthèse des rencontres des personnes vieillissantes de notre territoire par la commission «bien vieillir» du centre social. Synthèse des rencontres des personnes vieillissantes de notre territoire par la commission «bien vieillir» du centre social. Café des Ainés 2015 Page 1 1 Introduction Les membres de la commission «bien

Plus en détail

B.IV.1.2 - Objectifs du plan de gestion relatifs à la conservation des espèces rares et / ou menacées

B.IV.1.2 - Objectifs du plan de gestion relatifs à la conservation des espèces rares et / ou menacées B.IV.1.2 - Objectifs du plan de gestion relatifs à la conservation des espèces rares et / ou menacées B.IV.1.2.1 - Objectifs relatifs au maintien et à l accroissement des populations de tétraonidés a)

Plus en détail

PLU de Saint-Lys Réunion publique et comités participatifs sur les enjeux du nouveau document d urbanisme Le 03/11/2015 ---

PLU de Saint-Lys Réunion publique et comités participatifs sur les enjeux du nouveau document d urbanisme Le 03/11/2015 --- PLU de Saint-Lys Réunion publique et comités participatifs sur les enjeux du nouveau document d urbanisme Le 03/11/2015 --- Sur la base de propositions du bureau d études Novembre 2015 Dossier 150244 Contenu

Plus en détail

Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION»

Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION» Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION» 0 810 001 505 Année 2013 Des procédures d expulsions toujours plus nombreuses qui justifient de renforcer l information et l accompagnement

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

Les Français et les déserts médicaux

Les Français et les déserts médicaux Collectif Inter-associatif Sur la Santé Les Français et les déserts médicaux Octobre 2015 Résultats complets Anne-Laure GALLAY Directrice des études institutionnelles BVA Opinion Thomas Genty Chargé d

Plus en détail