Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook"

Transcription

1 Gilles Huguet Réunion de familles Publibook

2 Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires PARIS France Tél. : +33 (0) IDDN.FR R.P Cet ouvrage a fait l objet d une première publication aux Éditions Publibook en 2011

3

4

5 Introduction En 1997, A. Bruel Président du Tribunal pour Enfants de Paris écrivait dans l introduction de son rapport 1 : «Il existe une contradiction entre une domination masculine qui imprègne encore fortement nos mentalités et un effacement apparent de l homme moderne dans sa propre famille avec un rôle éducatif devenu inconsistant au point de ne plus même susciter d opposition.» Cette ambiguïté était déjà au sein des débats sur l éducation et la société. Alors que les derniers textes sur l autorité parentale redonnent au père une place plus importante en cas de concubinage et repositionnent le couple à part égale dans son rôle éducatif, E. Badinter tentait, déjà en 1992, d analyser l évolution de la paternité et la place de l homme dans la société occidentale, partagée entre ses valeurs passées et son présent. En mai 1998, M. André dans son rapport sur La vie quotidienne des familles, 2 parlait de l évolution des mentalités et des représentations, et disait : «il convient d aider les parents, et plus particulièrement les pères, à assurer leur rôle parental et notamment la fonction d autorité qui lui est attachée.» 1 Bruel, A., Un avenir pour la paternité? Jalons pour une politique de la paternité. Rapport présenté au Ministère de l Emploi et de la Solidarité, 24/06/97. 2 Rapport à Madame la Ministre de l emploi et de la solidarité, Conférence de la famille, La vie quotidienne des familles,

6 Le danger de ce qui est dit dans ces rapports, comme dans les livres qui ont traité ce sujet, est la généralisation. On y lit que les pères n assurent plus leur rôle parental et par conséquent que tous les hommes ont perdu leur place dans la société, qu ils n assurent plus ni leur rôle, ni leur fonction et s en remettent aux femmes, qui doivent tout assumer. Il est vrai cependant que les rapports entre les hommes et les femmes ont changé, mais de là à affirmer que l apparition de ce nouveau concept a entraîné une perte du rôle de l homme, n est-ce pas conclure un peu vite? Le père réunionnais ne s occupe pas ou que très peu de son enfant ; cette tache est celle de la mère. Les structures familiales réunionnaises font que le père est souvent absent du domicile, absent parce que manquant ou absent symboliquement. Les familles monoparentales sont nombreuses. Souvent la présence d un homme au foyer n est pas synonyme de structure familiale stable, car l absence de reconnaissance de l homme fait que ce dernier ne peut prétendre à avoir une place à part entière au sein du domicile maternel. «De toute évidence le père n occupe plus la place qui lui revient dans notre société moderne. En conséquence il ne peut, ou ne veut, pas remplir la fonction naturelle qui est la sienne.» 3 Telles, sont les réflexions et les idées reçues que l on entend le plus souvent sur l homme réunionnais. Même si les mentalités ont évolué, l approche de la paternité reste à mon sens problématique encore aujourd hui dû à la différence entre la réalité et sa représentation. 3 Raymond CAZAL, in En vie de famille. Au nom du père? Au nom de la mère? Aux noms d ici et d ailleurs, Actes du colloque international, Saint-Denis, Université de la Réunion, ARSPY, 1994, p

7 La société réunionnaise du fait de sa diversité géographique, ethnique et humaine ne peut se réduire qu à un seul fonctionnement, et la plupart des travaux effectués sur ce sujet ne permettent pas de généraliser leurs conclusions. Ce que E. Wolf (1989) a mis en évidence dans Quartier de vie 4, n est valable que pour la population du Chaudron au moment où elle l a étudiée. Les conclusions de B. Biros (1979) ou C. Petit (1995) ne sont valables que pour la population qu ils ont observée, à savoir une population suivie dans le cadre de la cure thérapeutique. «Depuis la départementalisation chez les cafres et les métis, l image dominante de la femme-mère persiste en face du père, ancien esclave «sous homme» et est valorisée par le renforcement de sa valeur économique dans le couple, en particulier par la perception directe par la mère des allocations familiales.» 5 Ces réflexions, qui sont valables pour un type de population, ont cependant été généralisées par les médias ; ces derniers ayant fait en général du père réunionnais un homme absent, démissionnaire Cependant, même si les idées sur ce sujet évoluent, l absence et surtout le manque d étude globale concernant la famille réunionnaise ou les familles réunionnaises, ne permettent pas de dresser un tableau exhaustif de la réalité du fait de la diversité de cette île au niveau culturel. L évolution que la Réunion a connue à partir des années , a amené des bouleversements dans ses structures économiques, sociales et familiales. Aujourd hui, nous pouvons mettre en opposition les villes, qui connaissent une urbanisation et une modernisation 4 Wolf, E., Quartiers de vie, ARCA/CIIRF, Université de la Réunion, Saint-André, Graphica, Biros, B., Essai sur l identité créole à l Ile de la Réunion, Thèse de doctorat en médecine, 1979, p

8 accélérées et les écarts qui n ont connu les avances de la modernité que plus tardivement. Si cela a permis à la population rurale de conserver des valeurs qui semblent avoir disparu chez les citadins ou du moins être en régression, ce décalage est de moins en moins visible du fait de l accélération des déplacements. Le père, compte tenu des diversités ethniques et des situations géographiques, n a pas le même rôle, la même place et de ce fait, la famille n a pas le même fonctionnement. De nos jours il existe encore des familles qui ont gardé une structure «traditionnelle», ce pour diverses raisons. Ainsi, le sud sauvage de l île qui a connu un développement moins rapide que le nord, semble avoir préservé ces valeurs. Ainsi, si nous pouvons trouver à la Réunion des familles où l absence physique ou symbolique du père entraîne des dysfonctionnements, cependant il existe des familles qui ont gardé une structure équilibrée où chacun occupe une place définie au sein du foyer, répondant à des facteurs externes et/ou internes. Dans un premier temps, nous étudierons la famille à travers différentes approches complémentaires que sont l anthropologie, l histoire, la sociologie, la psychologie et la psychanalyse. Cela nous permettra de prendre en compte le rôle de chacun des membres de cette structure sociale et ainsi de voir les rapports existants entre eux au fil des siècles. Cette approche historique nous informe sur la famille qui n est pas figée et se situe dans une évolution dynamique, même si certaines fonctions symboliques mises en avant par la psychologie et la psychanalyse sont immuables. L étude des pères évoque le rôle des membres de la famille avec plus de précision et complète l approche globale de la famille. 12

9 Après cet apport général sur la famille et ses membres, nous évoquerons la Réunion et l origine de ses premiers habitants. Cela permettra de situer les bases de la culture créole, car elle s est construite des premiers apports de ses habitants, même si elle a évolué avec le temps. Parmi les notions abordées, la Kour est un terme qui revient souvent dans les échanges concernant la famille. Si elle est proche de la notion de clan, elle a quand même une particularité. L étude des différentes ethnies de la Réunion dans leur migration et leur culture familiale nous aidera à comprendre de la complexité de la société réunionnaise. Ce texte n est pas un travail achevé face à la complexité de la famille. Cette dernière évolue et elle amène la société à changer, cependant les deux cheminent simultanément. Du fait de la départementalisation, la Réunion a connu une «accélération» de son temps qui jusque-là pouvait être qualifié d agricole et de colonial. Elle est aujourd hui une société tertiaire informatisée qui connaît les mêmes évolutions que la métropole, avec cependant encore des particularités locales. 13

10

11 La famille C est une évidence que la famille se trouve au cœur de toutes les sociétés. Cependant en fonction des lieux et des périodes de l histoire elle n a pas la même forme, ne répond pas aux mêmes règles sociales, montrant ainsi non seulement son universalité dans le concept, mais en même temps sa spécificité par rapport à son groupe d appartenance. Nous pouvons observer à travers les études réalisées sur ce sujet la part de plus en plus importante de la prise en compte de l individu face au groupe. La famille est formée de deux, trois, voire plusieurs personnes, mais l individu reste au milieu de cette structure, répondant à des règles de fonctionnements, mais les faisant également évoluer. Ainsi, le père n existe qu à travers la famille, qui lui donne son statut social, tout comme la mère et ce statut est généré par l apparition de l enfant. En fonction des disciplines, nous n observons pas les mêmes faits, mais toutes permettent de mieux comprendre l évolution et la spécificité de cette structure sociale de base de la société. 15

12

13 Anthropologie Aborder la famille en anthropologie implique de s interroger sur les types d alliances, les règles de choix du conjoint ou plus simplement la notion et la définition de la cellule familiale. Les approches peuvent donc être multiples. Les dénominations des membres de la famille À partir des noms que les Iroquois utilisaient pour dénommer leurs parents, L. Morgan a élaboré le premier système de parenté. Par la suite, il recueillit le même type de données à travers le monde et put ainsi établir les 5 grands types de dénominations familiales à partir desquels nous pouvons classer tous les autres. Aujourd hui ces types sont toujours utilisés. Le type hawaïen. Le même terme désigne les hommes et femmes d un même degré de parenté. Ainsi toutes les personnes de la génération des parents seront dénommées «père ou mère», ceux de la génération d Ego (c est-à-dire de la personne à partir de laquelle nous nous situons) seront «frère ou sœur», ceux des enfants d Ego seront «fils ou fille». Ce système de parenté classe non pas les individus en fonction de leur position par rapport à Ego, mais par 17

14 rapport à la génération. Ce système permet non seulement une filiation indifférenciée, puisque les côtés maternel et paternel ont autant d importance, mais également une prise en compte de la famille étendue. Le type eskimo Pour les Eskimos, il y a une distinction entre les sœurs et les cousins croisés 6 ou parallèles, ces derniers ayant la même dénomination. En anthropologie, le type eskimo est la référence pour la famille dite nucléaire, c est-à-dire un père, une mère, et un enfant ou plusieurs. Ce système implique une filiation indifférenciée. Le type iroquois Chez les Iroquois, où il y a filiation matrilinéaire, il existe une assimilation entre les individus. En effet, tous les enfants assimilent les sœurs de leur mère à leur mère, et de même pour les frères de leur père. Cependant une distinction existe entre les cousins parallèles et croisés. Les enfants de la sœur de la mère auront la même dénomination que les sœurs réelles, tandis qu une distinction sera faite pour les filles des oncles maternels. En résumé, nous pouvons dire que la règle de dénomination est d appliquer le même terme de parenté pour tous les membres de même sexe, d un même groupe, excluant ainsi les cousins croisés du côté maternel et paternel. 6 Cousin croisé : fils de la sœur du père ou du frère de la mère. Cousin parallèle : fils de la sœur de la mère ou du frère du père. 18

Pratique du marketing opérationnel en Afrique : Étude de cas multiples des PME gabonaises

Pratique du marketing opérationnel en Afrique : Étude de cas multiples des PME gabonaises Ruphin Ndjambou Pratique du marketing opérationnel en Afrique : Étude de cas multiples des PME gabonaises Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

LE GUIDE DU MAUVAIS MANAGER

LE GUIDE DU MAUVAIS MANAGER Gilles Roux LE GUIDE DU MAUVAIS MANAGER Pourquoi tant de chefs sont-ils nuls? Mon Petit Éditeur en collaboration avec les Éditions Majarogi Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :

Plus en détail

PMU Analyses et logiques pour bien jouer!

PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Dany Jurdeczka PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est

Plus en détail

Le Mystère de la dame des sables

Le Mystère de la dame des sables Roland Ducrocq Le Mystère de la dame des sables Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

Education-civique. Chapitre n L enfant

Education-civique. Chapitre n L enfant Education-civique Chapitre n L enfant I) L enfant : une personne mineure Problématiques : Comment est définie l identité de l enfant? Qu est-ce que l autorité parentale? A/ L enfant acquiert une identité

Plus en détail

Panorama de la méthode en organisation

Panorama de la méthode en organisation Albert Moundosso Panorama de la méthode en organisation Les différents visionnaires, concepteurs et praticiens de l organisation du travail Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions

Plus en détail

La Crise, ses causes, ses conséquences, les voies de sortie

La Crise, ses causes, ses conséquences, les voies de sortie Désiré Loth La Crise, ses causes, ses conséquences, les voies de sortie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions

Plus en détail

ENQUETE ESS. Introduction

ENQUETE ESS. Introduction ENQUETE ESS Introduction L European Social Survey (ESS) est une étude en série reconduite tous les deux ans. Cette enquête est conçue afin de mesurer les attitudes sociales contemporaines des européens

Plus en détail

Délires et tendances dans l Éducation nationale

Délires et tendances dans l Éducation nationale Dany-Jack Mercier Délires et tendances dans l Éducation nationale Filières scientifiques en péril Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte

Plus en détail

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Flore Berlingen Sciences Po, Conférence d Histoire Si son domaine de prédilection est l adolescence, ce n est

Plus en détail

CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie

CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie CHAPITRE 2 Genre, structure du ménage et conditions de vie Le type de ménage dans lequel vit une personne peut avoir une influence sur son accès aux ressources, telles que la nourriture, les médicaments,

Plus en détail

Principes de management de la maintenance

Principes de management de la maintenance Jean-Paul Raoul Illustrations : Hervé Baudry Principes de management de la maintenance Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié

Plus en détail

En 2011, 483 000 enfants de

En 2011, 483 000 enfants de Octobre 13 N 411 Une diversité des familles à, avec plus de foyers monoparentaux qu ailleurs et moins de familles Population A, 32 enfants de moins de 25 ans, soit 7 % des enfants parisiens, vivent dans

Plus en détail

LE CHOIX DU CONJOINT

LE CHOIX DU CONJOINT LE CHOIX DU CONJOINT Introduction La notion de choix dans la recherche d un conjoint est une notion récente. Elle naît au 19è siècle pour certains, avec l apparition d une forme de littérature romantique,

Plus en détail

BÂTIMENT 3 Mon Petit Éditeur

BÂTIMENT 3 Mon Petit Éditeur Sarahta K. BÂTIMENT 3 Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités

Plus en détail

La Vie est un bouquet de fleurs Publibook

La Vie est un bouquet de fleurs Publibook Pulchérie Abeme Nkoghe La Vie est un bouquet de fleurs Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CONTRAT DE TRAVAIL?

QU EST-CE QU UN CONTRAT DE TRAVAIL? PARTIE 1 QU EST-CE QU UN CONTRAT DE TRAVAIL? Le droit du travail est avant tout un droit protecteur visant à définir et garantir les droits du salarié face à l entreprise. De ce fait, c est un droit impératif

Plus en détail

Yuliana Fransani. Une aventure à Paris. Publibook

Yuliana Fransani. Une aventure à Paris. Publibook Yuliana Fransani Une aventure à Paris Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois

Plus en détail

Les Défis du développement du tourisme et l intelligence économique des territoires

Les Défis du développement du tourisme et l intelligence économique des territoires Sous la direction de Paul Roselé Chim Joël Raboteur Réseaux de travaux de recherche 2014 Les Défis du développement du tourisme et l intelligence économique des territoires Villes sur mer et en terre Actes

Plus en détail

Profil sociodémographique

Profil sociodémographique Édition janvier 2013 Données sociodémographiques Population Âge Sexe Accroissement naturel Familles Ménages État matrimonial Langues Photo de la page couverture : Denis Labine Ce profil sociodémographique

Plus en détail

Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010

Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010 Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010 Etude réalisée par Préambule L analyse de la littérature et des

Plus en détail

La problématique de l argent au sein du. CHRS, centre d hébergement et de réinsertion sociale Noz-Deiz de Dinan

La problématique de l argent au sein du. CHRS, centre d hébergement et de réinsertion sociale Noz-Deiz de Dinan La problématique de l argent au sein du CHRS, centre d hébergement et de réinsertion sociale Noz-Deiz de Dinan Pauline Gouzerh, étudiante en deuxième année de master professionnel d'ingénieur social à

Plus en détail

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Mémoire présenté par les Organismes communautaires du secteur Famille : Association des haltes-garderies communautaires du Québec (AHGCQ)

Plus en détail

Jardin de ville, jardin de campagne, quel rôle dans l émergence d un mode d habiter durable

Jardin de ville, jardin de campagne, quel rôle dans l émergence d un mode d habiter durable Jardin de ville, jardin de campagne, quel rôle dans l émergence d un mode d habiter durable Conférence de Nicole Mathieu Au Colloque international Jardins, espaces de vie, de connaissances et de biodiversité

Plus en détail

Saidatou Dicko. Les Différentes conceptions du rôle d un conseil d administration

Saidatou Dicko. Les Différentes conceptions du rôle d un conseil d administration Saidatou Dicko Les Différentes conceptions du rôle d un conseil d administration Analyse théorique et pratique Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION. Requête n o 6190/11 présentée par Francine BONNAUD et Patricia LECOQ contre la France introduite le 8 janvier 2011

CINQUIÈME SECTION. Requête n o 6190/11 présentée par Francine BONNAUD et Patricia LECOQ contre la France introduite le 8 janvier 2011 CINQUIÈME SECTION Requête n o 6190/11 présentée par Francine BONNAUD et Patricia LECOQ contre la France introduite le 8 janvier 2011 EXPOSÉ DES FAITS EN FAIT Les requérantes, M mes Francine Bonnaud et

Plus en détail

N 344 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 344 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 344 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 7 novembre 2012. PROJET DE LOI ouvrant le mariage aux couples de

Plus en détail

En France, les mathématiques attendent plus de femmes. 1 L enseignement supérieur et la recherche publique

En France, les mathématiques attendent plus de femmes. 1 L enseignement supérieur et la recherche publique matapli89 2009/5/20 19:33 page 29 #29 En France, les mathématiques attendent plus de femmes par Laurence Broze et Véronique Lizan, femmes & mathématiques Les 20 ans de l association femmes et mathématiques

Plus en détail

Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999

Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999 RECENSIONS Comprendre et construire les groupes Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999 En commençant à rédiger ce commentaire, je me suis rappelé une réflexion d un

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Introduction «Je n ai pas fait exprès», «je n avais pas toute ma tête», «ce n était pas moi» : autant

Plus en détail

Compte rendu de l atelier Les jeunes en région

Compte rendu de l atelier Les jeunes en région Compte rendu de l atelier Les jeunes en région Marie Legaré, étudiante UQAR 1) La pièce de théâtre La pièce de théâtre met en scène une jeune qui doit décider, une fois ses études complétées, si elle reste

Plus en détail

Statistiques Appliquées Rôle des femmes dans la société

Statistiques Appliquées Rôle des femmes dans la société Statistiques Appliquées Rôle des femmes dans la société Denis Schelling Semestre d automne 2012 Résumé A partir de données concernant le rôle des femmes dans la société, nous avons effectué une analyse

Plus en détail

Bob Ngamoe. L Anti-marketing. Publibook

Bob Ngamoe. L Anti-marketing. Publibook Bob Ngamoe L Anti-marketing Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Organiser un évènement sport - santé - bien-être

Organiser un évènement sport - santé - bien-être Didier Pereira Organiser un évènement sport - santé - bien-être Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

RECHERCHE. Étude SIG de la corrélation entre exposition indirecte à l amiante et asbestose. Introduction. Les données utilisées

RECHERCHE. Étude SIG de la corrélation entre exposition indirecte à l amiante et asbestose. Introduction. Les données utilisées Étude SIG de la corrélation entre exposition indirecte à l amiante et asbestose Perrine de Crouy-Chanel, Ingénieur SIG, Département Santé Environnement / USIS INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE 12 rue du Val

Plus en détail

1. CE QUI LES SÉPARE : DEUX DOMAINES DE RECHERCHE

1. CE QUI LES SÉPARE : DEUX DOMAINES DE RECHERCHE 10 Communication internationale et communication interculturelle RÉSUMÉ La communication interculturelle et la communication internationale constituent deux domaines particuliers d étude dans le champ

Plus en détail

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Michel Duée, Fella Nabli* On voit en moyenne un peu plus souvent sa famille que ses amis. En 2006, 51 % des personnes de 16 ans ou plus voient

Plus en détail

Joseph Irénée Carcany. Plaine de poésie. Hommage à mon village. Publibook

Joseph Irénée Carcany. Plaine de poésie. Hommage à mon village. Publibook Joseph Irénée Carcany Plaine de poésie Hommage à mon village Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

Synthèse de rapport. La gouvernance des sociétés cotées

Synthèse de rapport. La gouvernance des sociétés cotées Synthèse de rapport La gouvernance des sociétés cotées (Version française) Rapport pour la Commission Européenne, remis par la Fondation pour le droit continental et rédigé par Michel Germain, Véronique

Plus en détail

Ni coach, ni thérapeute, ni gourou! L accompagnateur spirituel, un guide fraternel...

Ni coach, ni thérapeute, ni gourou! L accompagnateur spirituel, un guide fraternel... Comment articuler «accompagnement spirituel» et «sciences humaines»? Un livre de Christine Aulenbacher et Robert Moldo Ni coach, ni thérapeute, ni gourou! L accompagnateur spirituel, un guide fraternel...

Plus en détail

AVIS. Objet : Note d orientation relative à la réforme de la Police de l Environnement. Réf. : CWEDD/06/AV.1209 Liège, le 14 septembre 2006

AVIS. Objet : Note d orientation relative à la réforme de la Police de l Environnement. Réf. : CWEDD/06/AV.1209 Liège, le 14 septembre 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.1209 Liège, le 14 septembre 2006 Objet : Note d orientation relative à la réforme de la Police de l Environnement Rue du Vertbois 13c 4000 Liège tél. 04 / 232 98 47 fax 04 / 232

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Père, mère et enfant Le défi de faire rouler un triangle!

Père, mère et enfant Le défi de faire rouler un triangle! Père, mère et enfant Le défi de faire rouler un triangle! Diane Dubeau La coparentalité, au cœur de ce défi Université du Québec en Outaouais Département de psychoéducation et psychologie 8 ème SuPÈRE

Plus en détail

La stérilisation contraceptive et la réalisation du désir d enfant

La stérilisation contraceptive et la réalisation du désir d enfant La stérilisation contraceptive et la réalisation du désir d enfant Laurence Charton Université Marc Bloch Strasbourg, France Evelyne Lapierre-Adamcyk Université de Montréal Colloque Le nouveau contrat

Plus en détail

Repères. L'isolement des adultes. novembre 2014. Chiffres clés de Rezé

Repères. L'isolement des adultes. novembre 2014. Chiffres clés de Rezé Repères Rezé novembre 2014 L'isolement des adultes Jeunes adultes, couples séparés, personnes âgées : de plus en plus de personnes vivent seules. Pour certains c est un choix assumé qui n empêche pas d

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3117 Convention collective nationale IDCC : 843. BOULANGERIE-PÂTISSERIE (Entreprises

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Méthodes employées Outils utilisés Type de données obtenues. -Photos -Journal de terrain intégrant les échanges chercheur/informateur

Méthodes employées Outils utilisés Type de données obtenues. -Photos -Journal de terrain intégrant les échanges chercheur/informateur Une approche psycho-anthropologique des savoirs à l école de la vie chez des adultes peu ou pas scolarisés au Brésil Thèse de Candy Laurendon-Marques (Université d Angers et Universidade Federal do Rio

Plus en détail

LES MÉTIERS DE LA PSYCHOLOGIE

LES MÉTIERS DE LA PSYCHOLOGIE LES MÉTIERS DE LA PSYCHOLOGIE Micheline Décaudain Rodolphe Ghiglione LES MÉTIERS DE LA PSYCHOLOGIE 3 e édition revue et actualisée Dunod, 1998, 2010, 2016 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com

Plus en détail

Les évolutions de la famille actuelle

Les évolutions de la famille actuelle Les évolutions de la famille actuelle Vérifier les acquis Cerner les formes de la famille Exercice 1 L évolution du mariage du Pacs et du divorce Exercice 2 Exercice 3 Les facteurs explicatifs de cette

Plus en détail

3. Analyse exploratoire

3. Analyse exploratoire Bilan de l étude de faisabilité «prévention des traumatismes d origine accidentelle» Mouloud Haddak, INRETS-UMRESTTE 1 / Handicap International 1. Préambule Il faut d abord souligner que cette étude de

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP

PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP RAPPEL HISTORIQUE C est au travers de l histoire de l ADAP et notamment les raisons qui ont motivé sa création, les transformations de son activité et de son fonctionnement

Plus en détail

Beaux-parents : un statut en devenir?

Beaux-parents : un statut en devenir? Beaux-parents : un statut en devenir? Analyse - décembre 2015 Le vendredi 30 octobre 2015, la CODE a participé au speed-meeting organisé par un de ses membres, la Ligue des familles, afin de débattre sur

Plus en détail

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez PRÉVOYANCE Suralia Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez Suralia pour protéger votre famille et votre patrimoine Pour vous, il n y a rien de plus important que votre famille. Vous souhaitez

Plus en détail

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010 Chapitre 1. Tableau à double entrée Exercices : solutions Texte provisoire. Merci pour les remarques, commentaires, suggestions Exercice 1 1.a. Population de Bruxelles selon le sexe et la nationalité Hommes

Plus en détail

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3 Septembre 2009 Sommaire Avant-propos... 3 Précisions méthodologiques... 4 Qu est-ce que l indice de défavorisation matérielle et sociale?...4 Limites dans l interprétation des résultats... 5 Résultats...

Plus en détail

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Novembre 2009 Dans le cadre d une recherche doctorale en Management de l innovation

Plus en détail

L approche des nombres en maternelle

L approche des nombres en maternelle L approche des nombres en maternelle I. Du côté théorique et didactique: A. Le nombre ça sert à quoi? a) Les nombres servent à mémoriser les quantités et à construire ainsi des collections ayant le même

Plus en détail

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi Direction départementale des Territoires de la Analyse sociodémographique de la N 2 Juillet 2015 (version actualisée) C É A S Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs

Plus en détail

CRITÈRES D ÉLIGIBILITÉ

CRITÈRES D ÉLIGIBILITÉ CRITÈRES D ÉLIGIBILITÉ Les artistes de tous les pays, toutes les spécialités ou disciplines artistiques sont éligibles. Les critères examinés dans les dossiers de candidature sont les capacités artistiques,

Plus en détail

Quelques mois après la naissance d un bébé,

Quelques mois après la naissance d un bébé, Naître en France L organisation familiale après la naissance L organisation du couple, puis de la famille, est modifiée par la naissance d un enfant. Comment les parents se répartissent-ils les rôles?

Plus en détail

SITUATION DES JEUNES EN TUNISIE. Tunis 13 novembre 2012

SITUATION DES JEUNES EN TUNISIE. Tunis 13 novembre 2012 SITUATION DES JEUNES EN TUNISIE Tunis 13 novembre 2012 Introduction La jeunesse est un stade qui sépare l enfance de l âge adulte de l individu, vécu différemment d une personne à une autre où chacun organise

Plus en détail

Conférence-débat : synthèse «Pérennité de l information : vers une solution et une réalisation»

Conférence-débat : synthèse «Pérennité de l information : vers une solution et une réalisation» Conférence-débat : synthèse «Pérennité de l information : vers une solution et une réalisation» e-babel info@e-babel.org 25 novembre 2009 Avec la participation de : Mme Véronique Sordet : 7ème Programme

Plus en détail

L encadrement des sondages et l élection présidentielle (dissert.)

L encadrement des sondages et l élection présidentielle (dissert.) L encadrement des sondages et l élection présidentielle (dissert.) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La loi du 19 Juillet 1977 : une réglementation originelle mise en cause...

Plus en détail

Violence conjugale vécue par les aînées 1

Violence conjugale vécue par les aînées 1 Violence conjugale vécue par les aînées 1 7 À ce jour, l intervention en matière de violence La violence psychologique, conjugale auprès des femmes aînées a été peu abordée. «Ça fait son chemin et ça On

Plus en détail

Parcours de vie et parcours scolaire des jeunes de moins de 18 ans fréquentant un Centre d éducation des adultes

Parcours de vie et parcours scolaire des jeunes de moins de 18 ans fréquentant un Centre d éducation des adultes Parcours de vie et parcours scolaire des jeunes de moins de 18 ans fréquentant un Centre d éducation des adultes Présentation d un projet de recherche en cours de réalisation Par Danielle Maltais, Ph.D.

Plus en détail

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Octobre 2009

PROJET ASSOCIATIF. Octobre 2009 APAJH 78 Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés des Yvelines 11, rue Jacques Cartier 78280 GUYANCOURT 01.61.37.08.00-01.61.37.08.01 - APAJH-YVELINES@wanadoo.fr site internet : www.apajh78.org PROJET

Plus en détail

«Travailler avec les communautés», Retour sur la soirée-débat du 26 mai 2011

«Travailler avec les communautés», Retour sur la soirée-débat du 26 mai 2011 «Travailler avec les communautés» 12/09/2011 Photo : Sybille d Orgeval «Travailler avec les communautés», Retour sur la soirée-débat du 26 mai 2011 Projection du film «travailler avec les communautés»

Plus en détail

ou recherche sur la personne biomédicale la recherche GUIDE À L USAGE DES PERSONNES CONCERNÉES

ou recherche sur la personne biomédicale la recherche GUIDE À L USAGE DES PERSONNES CONCERNÉES GUIDE À L USAGE DES PERSONNES CONCERNÉES la recherche biomédicale ou recherche sur la personne p4 p6 p6 p8 p 10 p 10 p 11 p 12 Quoi? Pourquoi? Comment? Étape par étape Pour préparer la recherche Lorsque

Plus en détail

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant? «Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?» Intervention de Madame Mireille Colin, formatrice et psychopraticienne. Pourquoi

Plus en détail

La Convention de La Haye du 29 mai 1993 Analyse juridique

La Convention de La Haye du 29 mai 1993 Analyse juridique La Convention de La Haye du 29 mai 1993 Analyse juridique Par Isabelle Lammerant Centre International de Référence pour la Protection de l'enfant dans l'adoption - SSI L analyse juridique de la Convention

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 La maison de l Automne se veut être un lieu de vie, et depuis sa création, n a de cesse de repenser ses actions afin d apporter des réponses adaptées

Plus en détail

Le collectif jeune cinéma : un acteur de la vie du cinéma expérimental et. différent

Le collectif jeune cinéma : un acteur de la vie du cinéma expérimental et. différent Emmanuelle Corson Janvier 2007 Année universitaire 2006/2007 Le collectif jeune cinéma : un acteur de la vie du cinéma expérimental et différent Cours de Production et diffusion audiovisuelle et cinématographique

Plus en détail

Activités extrascolaires afin de renforcer les motivations dans l apprentissage du et en français

Activités extrascolaires afin de renforcer les motivations dans l apprentissage du et en français Résumé: Activités extrascolaires afin de renforcer les motivations dans l apprentissage du et en français DA G Thi Thanh Thuy Département de langue et de civilisation françaises École supérieure de langues

Plus en détail

La sortie au spectacle vivant

La sortie au spectacle vivant Direction générale de la création artistique La sortie au spectacle vivant Présentation générale Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique -

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Extrait de la publication

TABLE DES MATIÈRES. Extrait de la publication TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le choc psychologique de la séparation... 19 L importance de comprendre le passage difficile de la séparation... 19 Un choc psychologique...21 Les émotions

Plus en détail

REMERCIEMENTS INTRODUCTION

REMERCIEMENTS INTRODUCTION REMERCIEMENTS INTRODUCTION Ces dernières années, une enquête a été réalisée par la Direction des Hôpitaux. Nous savons désormais que chaque année en France, 1.4 millions d enfants sont hospitalisés. Leur

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50 Paris, le Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 rela tive au Défenseur

Plus en détail

jeunesse cœur du Québec

jeunesse cœur du Québec P O L I T I Q U E Q U É B É C O I S E D E L A J E U N E S S E La jeunesse au cœur du Québec S O M M A I R E Le présent document a été réalisé par le Secrétariat à la jeunesse. 875, Grande Allée Est, bureau

Plus en détail

HISTOIRE LOUIS XIV ET LA MONARCHIE ABSOLUE

HISTOIRE LOUIS XIV ET LA MONARCHIE ABSOLUE HISTOIRE LOUIS XIV ET LA MONARCHIE ABSOLUE CYCLE 3 NIVEAU : CM1 PERIODE : selon programmation de cycle DOMAINE D APPRENTISSAGE : histoire OBJECTIFS : Situer le siècle de Louis XIV dans le temps à partir

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et caractéristiques des personnes hébergées via le 115 et les EMA en 2011

Activité du 115 de Paris et caractéristiques des personnes hébergées via le 115 et les EMA en 2011 Activité du 115 de Paris et caractéristiques des personnes hébergées via le 115 et les EMA en 2011 Lorsqu une personne joint le 115, une série de renseignements relatifs à la demande et aux caractéristiques

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD 2013-260

Décision du Défenseur des droits n MLD 2013-260 Décision du Défenseur des droits n MLD 2013-260 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus d embauche discriminatoire présentations observations devant la Cour d Appel Domaine de compétence

Plus en détail

La protection juridique du jeune majeur

La protection juridique du jeune majeur La protection juridique du jeune majeur Alexandra GREVIN Avocat à la Cour PARIS Journées D étude CRAIF, 7 Et 8 Mars 2014 Choix difficile, lourd. Mon objectif, aujourd hui : Vous informer, vous donner des

Plus en détail

La scolarisation des élèves handicapés

La scolarisation des élèves handicapés LA SCOLARISATION DES ÉLÈVES HANDICAPÉS 57 La scolarisation des élèves handicapés Un an après le vote de la loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté

Plus en détail

Incohérences au niveau de la modélisation

Incohérences au niveau de la modélisation Incohérences au niveau de la modélisation Software Group Claudio Grolimund: Il importe d identifier et éliminer les incohérences à l échelle des modèles, a souligné le professeur Alexander Egyed dans le

Plus en détail

LA VIE QUOTIDIENNE A TOULOUSE

LA VIE QUOTIDIENNE A TOULOUSE LA VIE QUOTIDIENNE A TOULOUSE Ouvertures et fragmentations Olivier Philippe Chercheur au LaSSP-Sciences Sciences-Po Toulouse Parti pris méthodologiquem Faire «émerger» indirectement les inégalit galités

Plus en détail

Accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les hommes et les femmes au sein de CNP Assurances

Accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les hommes et les femmes au sein de CNP Assurances Accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les hommes et les femmes au sein de CNP Assurances S appuyant sur les directives européennes, l ensemble des dispositifs législatifs et l accord

Plus en détail

DOCUMENT DE PRÉSENTATION DE LA

DOCUMENT DE PRÉSENTATION DE LA DOCUMENT DE PRÉSENTATION DE LA Tournée régionale de sensibilisation à la diversification des choix professionnels OBJECTIF GÉNÉRAL ET CLIENTÈLE VISÉE La Tournée régionale est un projet mis sur pied pour

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

10 UN ENFANT À DÉCOUVRIR

10 UN ENFANT À DÉCOUVRIR TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...13 CHAPITRE 1: MON ENFANT EST DIFFÉRENT DES AUTRES...19 Devenir parents...21 Devenir les parents d un enfant avec une déficience... 23 Réactions à cette situation...24

Plus en détail

Gérer son entreprise

Gérer son entreprise Jean-Claude Robert Gérer son entreprise avec la théorie des cinq éléments Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions

Plus en détail

LA FAMILLE ET LA PLACE DES GRANDS-PARENTS DANS CETTE FAMILLE

LA FAMILLE ET LA PLACE DES GRANDS-PARENTS DANS CETTE FAMILLE LES ANALYSES DE 2 0 1 1 / 1 3 DE L ACRF LA FAMILLE ET LA PLACE DES GRANDS-PARENTS DANS CETTE FAMILLE Que de questions se posent à nous aujourd hui au sujet de la famille. Quand notre fils se marie et fonde

Plus en détail

LA PREMIÈRE AURORE Mon Petit Éditeur

LA PREMIÈRE AURORE Mon Petit Éditeur Chandeleur Bélanston LA PREMIÈRE AURORE Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par

Plus en détail

CONCOURS Cuisinez comme une star Courez la chance de gagner une nouvelle cuisine de Cuisines Action d une valeur pouvant aller jusqu à 7 500 $

CONCOURS Cuisinez comme une star Courez la chance de gagner une nouvelle cuisine de Cuisines Action d une valeur pouvant aller jusqu à 7 500 $ RÈGLEMENTS OFFICIELS CONCOURS Cuisinez comme une star Courez la chance de gagner une nouvelle cuisine de Cuisines Action d une valeur pouvant aller jusqu à 7 500 $ MODE DE PARTICIPATION Pour participer

Plus en détail

Le droit d auteur à l ère du numérique

Le droit d auteur à l ère du numérique Le droit d auteur à l ère du numérique Conseil canadien des normes Ottawa, septembre 2004 ISBN 0-920360-50-5 Imprimé au Canada sur papier recyclé et recyclable Les nouvelles technologies nous réservent

Plus en détail

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES Myriam Lemonchois Université de Montréal Selon Dewey (2010), l expérience esthétique est l expression et l organisation de nos désirs en fonction

Plus en détail

Fiche Informative sur l action

Fiche Informative sur l action Fiche Informative sur l action Titre de l action : Bienvenue au collège,accueil des 6èmes par les 4èmes Académie de Poitiers Collège Isaac de Razilly 2, Rue Albert Renaud 86330 Saint-Jean de Sauves tel

Plus en détail