Famille et automobile dans les travaux de l École de Chicago. Un chapitre oublié de la recherche sociologique sur la motorisation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Famille et automobile dans les travaux de l École de Chicago. Un chapitre oublié de la recherche sociologique sur la motorisation"

Transcription

1 Networks and Communication Studies NETCOM, vol. 19, n 3-4, 2005 p Famille et automobile dans les travaux de l École de Chicago. Un chapitre oublié de la recherche sociologique sur la motorisation Pierre Lannoy 1 Résumé. La place de l automobile dans la transformation et l accomplissement des mobilités familiales est aujourd hui l objet d un nombre croissant de recherches à caractère sociologique. Le traitement de cette question par la sociologie n est cependant pas récent, comme le montre notre exploration des travaux produits aux États-Unis par les animateurs de l École de Chicago entre 1915 et Centré, d un point de vue conceptuel, autour de la notion de mobilité et fondé, d un point de vue méthodologique, sur l enquête empirique, le paradigme écologique développé à Chicago va donner lieu à une interprétation cohérente et instructive du processus de motorisation des pratiques familiales. Passant en revue les principales notions définissant ce paradigme, nous montrons que même si le phénomène automobile resta un sujet d analyse marginal pour les sociologues de Chicago, il n en ressort pas moins de leurs travaux un cadre interprétatif heuristique et complexe susceptible d éclairer la recherche actuelle sur la famille motorisée. Mots-clés. Automobile, Changement social, École de Chicago, Écologie humaine, Mobilité Abstract. The Family and the Car in the Works of the Chicago School. A Forgotten Chapter in the Sociology of Motorization. The role of the motorcar in transforming and sustaining familial mobilities is nowadays under serious sociological scrutinity. But surveying such a phenomenon is not new, as will demonstrate our investigation of the works produced between 1915 and 1945 by the so-called Chicago School of sociology. The ecological paradigm they exposed, centered around the theoretical notion of mobility and grounded in social empirical research, led them to produce a comprehensive and useful interpretation of the motorization process of family activities. Being a review of the principal notions used by the Chicago sociologists, the paper progressively drive the contemporary reader to the conclusion that their works present a complex and useful framework to be mobilized in the current research dealing with family automobilities. Keywords. Chicago School of Urban Sociology, Human ecology, Mobility, Motorcar, Social change 1. Unité d anthropologie et de sociologie. Université catholique de Louvain, Place Montesquieu 1, 1348 Louvain-la-Neuve, Belgique. Tél , Fax Courriel: Communication présentée au 2 e colloque du GT23 de l AISLF, Lausanne /10/02.

2 142 NETCOM, vol. 19, n 3-4, 2005 INTRODUCTION «Les nouveaux modes de transport, comme l automobile par exemple, ont déjà profondément transformé les conditions et le caractère de la vie moderne.» Robert Park, Sociology, Community and Society, Interroger aujourd hui les mobilités quotidiennes des familles occidentales, c est inévitablement poser la question des rapports qui se nouent entre familles, mobilités et modes de transport. Plus de 80% des ménages français étant motorisés et l automobile représentant en moyenne le deuxième poste de leurs dépenses, on peut affirmer que la voiture est devenue un élément aussi consubstantiel à l équipement des familles que ne le sont le téléphone, la télévision ou les instruments ménagers. Le défi, pour le sociologue, est alors de transformer ce constat en une véritable problématique sociologique et de s interroger sur la nature des relations entre la famille et l automobile ainsi que sur la manière de les interpréter. Pour ma part, je voudrais apporter ma contribution à cette construction sociologique de la question des automobilités familiales non pas en proposant un cadre théorique nouveau ou en exposant des données de recherche inédites, mais en explorant ce que certains sociologues célèbres ont déjà pu dire sur le sujet. À suivre Régis Debray, cette tâche devrait rapidement se réduire à sa plus simple expression, les sociologues n ayant selon lui porté que très peu d intérêt à l automobile (Debray, 2001, p. 67). Il suffit cependant de prendre le cas de l École de Chicago pour démentir l impression générale dont l affirmation un peu rapide de Debray est une expression particulièrement explicite. L expression «École de Chicago» recouvre l ensemble des travaux de sociologie produits, entre 1915 et 1940, par des enseignants 2 et des étudiants de l Université de Chicago et partageant une même posture paradigmatique généralement désignée sous l expression d écologie humaine (Coulon, 1992, p. 3). De nos jours, l École de Chicago est généralement reconnue pour ses contributions à la recherche en sociologie de la déviance ou des relations ethniques, mais surtout pour ses avancées dans le champ de la sociologie urbaine, avec des textes aussi célèbres que l article sur la ville de Robert Park publié dès 1915, «The City : Suggestions for the Investigation of Human Behavior in the City Environment», ou celui de Louis Wirth, «Urbanism As a Way of Life», paru en 1938, 2. Il s agit en l occurrence de William I. Thomas, Robert Park, Ernest Burgess, Louis Wirth, pour citer les plus connus, auxquels s ajoute également Roderick McKenzie, le gendre de Robert Park. Pour une introduction à leurs œuvre respectives, on se rapportera utilement aux ouvrages publiés dans la collection «The Heritage of Sociology» des Presses de l Université de Chicago et qui regroupent pour chacun d eux leurs principaux textes (Thomas, 1966 ; Park, 1967 ; McKenzie, 1968 ; Burgess, 1973 ; Wirth, 1964). Pour les recueils, on pourra lire en anglais celui de Short (1971) et en français celui de Grafmeyer et Joseph (1990).

3 FAMILLE ET AUTOMOBILE DANS LES TRAVAUX DE L ÉCOLE DE CHICAGO 143 le premier constituant en quelque sorte le manifeste de l École et le second son testament. Par contre, les apports des sociologues de Chicago sur la problématique des rapports entre famille et automobile semblent presque, sinon complètement, ignorés du moins si l on en juge par la rareté des références faites à leurs travaux dans les recherches actuelles. Pourtant, ceux-ci ont écrit beaucoup de choses sur l automobile, et en particulier sur les rapports entre automobile et famille. Certes, il est vrai que cette question n est pas un sujet constitué en tant que tel dans les productions de Chicago, et que si l on recherche des textes qui y sont explicitement consacrés, on ne trouve que des paragraphes dans des articles ou des chapitres de livres. Il s agit donc de propos relativement marginaux, mais qui à force d être répétés par leurs auteurs, prennent la forme de connaissances partagées au sein d un certain réseau de sociologues. Ce sont ces savoirs, dans leur diversité, qui seront présentés ici et qui, de la sorte, pourront être versés au programme d une sociologie des automobilités familiales. En exposant alors ces contributions, je ne souhaite pas faire un travail uniquement historiographique (et surtout pas hagiographique), mais simplement jeter quelque lumière sur un pan oublié de la tradition sociologique, lequel pourrait encore être, du moins je le pense, une source de réflexion pour les animateurs actuels de la recherche sociologique sur les mobilités familiales quotidiennes. Si une histoire de la sociologie a un sens, c est bien celui de contribuer aux débats du présent (Simon, 1991). LA FAMILLE AUTOMOBILE ET SES ÉCOLOGIES En parcourant les pages de l ouvrage collectif The City publié en 1925 (lequel fera la célébrité de l école chicagolaise de sociologie urbaine), on rencontre d emblée cette affirmation de Park: «Les méthodes modernes de transport et de communication le tramway électrique, l automobile, le téléphone et la radio ont transformé de manière silencieuse et rapide l organisation sociale et économique de la ville» (1925a, p. 23). Puis, quelques dizaines de pages plus loin, le même Park écrit : «Avec le mouvement et le changement entraînés par la multiplication des moyens de transport et de communication, les formes anciennes de contrôle social représentées par la famille, le voisinage, et la communauté locale ont été affaiblies et leur influence grandement diminuée. [ ] Il est probable que l outil le plus meurtrier et le plus démoralisateur de la civilisation contemporaine soit l automobile» (Park, 1925b, p. 107). À l analyse neutre, voire fascinée, des transformations de la ville sous l effet, notamment, de l automobile, se substitue donc une interprétation critique de ce qui apparaît comme les conséquences néfastes de la motorisation de la société américaine. Faut-il alors conclure, comme le fait Hawkins (1986), que les sociologues de Chicago se sont limités à une analyse purement déterministe des effets de l automobile et de sa diffusion, et qu ils n ont pas dépassé la simple condamnation morale de la motorisation? Une lecture attentive de leurs textes révèle deux

4 144 NETCOM, vol. 19, n 3-4, 2005 éléments qui nous empêchent d avaliser une telle conclusion. D une part, même si aucun d eux n est consacré en tant que tel à l automobile, la plupart de ces travaux ne manqueront pas, paradoxalement, de discuter les effets de la motorisation par rapport à l organisation sociale en général et par rapport à la vie de ce «groupe primaire» qu est la famille en particulier. Attirés, d un point de vue conceptuel, par les phénomènes de changement (ou de mobilité, pour reprendre leurs propres termes) et attentifs, d un point de vue méthodologique, à leurs manifestations concrètes, les sociologues de Chicago conféreront de facto à l automobile ce statut intermédiaire non pas d objet mais bien de véhicule de l analyse. Leur sensibilité théorique et empirique les a en effet transformés en témoins privilégiés de la motorisation, particulièrement fulgurante à l époque, de la famille et de la société américaines. Ainsi, au travers des nombreuses recherches qu ils vont mener, les sociologues de Chicago vont progressivement donner forme, par touches successives, à une interprétation pleinement sociologique du phénomène automobile. D autre part, une lecture transversale de leurs travaux nous fait découvrir que ce raisonnement sociologique est plus nuancé qu il n y paraît au premier abord car ouvert au caractère complexe des relations entre matérialité et socialité, entre technique et symbolique, entre «condition» et «caractère» de la «vie moderne» pour reprendre les mots de Park cités en épigraphe. Si, en lui-même, cet effort de récolte et de structuration n est pas sans intérêt, puisqu il permet de donner une visibilité à des réflexions fortement éparpillées et par là même fort peu connues, il rend en outre possible leur mise en perspective et leur évaluation moins en regard de l état actuel de nos connaissances théoriques et épistémologiques que de la cohérence interne de l extraordinaire entreprise sociologique dont Chicago fut le siège. C est pourquoi nous passerons en revue les principales notions constitutives du cadre conceptuel développé par Park et ses collègues et exposerons les interprétations que leur usage a produites dans le cadre de l étude des relations entre famille et automobilité. La famille à l ère automobile : une «histoire naturelle» de la motorisation La notion d histoire naturelle fut très largement utilisée par les sociologues de Chicago. De nombreux domaines ont en effet fait l objet d une investigation en termes d histoire naturelle, notion utilisée pour la première fois par Robert Park en 1923 dans son étude sur la presse quotidienne. Furent ainsi écrites des histoires naturelles des révolutions, des gangs, des quartiers de Chicago, etc. 3 Par cette expression, il était entendu un motif de développement temporel d une institution humaine ayant une structure logique ou régulière dans le sens où ce développement 3. W.C. Reckless, The Natural History of Vice Areas in Chicago (Ph.D., 1925) ; L. Edwards, The Natural History of Revolution (1927) ; F.M. Thrasher, The Gang, dont la première partie est intitulée «The Natural History of the Gang» (1927) ; C.R. Shaw & M.E. Moore, The Natural History of a Delinquent Career (1931). De nombreuses études ont recours à la notion, sans cependant la mentionner dans leur titre (par exemple Zorbaugh, 1929).

5 FAMILLE ET AUTOMOBILE DANS LES TRAVAUX DE L ÉCOLE DE CHICAGO 145 exhiberait des tendances inhérentes à l institution, quelle que soit sa forme concrète (Alihan, 1938, p. 182). Autrement dit, les institutions sociales ont une histoire naturelle dans le sens où elles ont une logique de développement caractérisée et indépendante de la conscience des acteurs. Constituées par leurs actions, elles suivent cependant une logique qui leur est propre et qui ne se réduit pas aux logiques que les acteurs endossent explicitement ou implicitement. La famille, en tant qu institution sociale, a elle aussi une «histoire naturelle» aux yeux des sociologues de Chicago, mais dans laquelle et c est cela qui nous intéresse l automobile occupe une place centrale. Ainsi Burgess consacre-t-il plusieurs pages du premier chapitre de son ouvrage Engagement and Marriage (Burgess & Wallin, 1953, p ) à distinguer ce qu était la vie familiale avant et après la diffusion de l automobile. La famille communautaire, religieuse et sédentaire du XIX e siècle a laissé la place, au moment même où se répandait massivement l usage de l automobile, à la famille individualisée, sécularisée et mobile du XX e siècle. La voiture avait d ailleurs déjà servi à Burgess comme analyseur des transformations familiales dans son précédent ouvrage, The Family (Burgess & Locke, 1945, p ), ainsi que dans un de ses articles consacrés aux moyens de communication et dans lequel il écrivait : «L effet de la croissance phénoménale de la motorisation est d avoir rendu possible, plus que tout autre moyen de transport, la liberté de mouvement de la famille et de l individu. Cette mobilité, par ailleurs, est en train de transformer rapidement la vie sociale de toutes les communautés, grandes et petites» (Burgess, 1928b, p. 120). Mais si elle permet à cette mobilité ou à ce changement culturel de s exprimer, l automobile en est moins la cause que le support. Dans l introduction à son ouvrage de 1927 sur les transformations familiales, Mowrer souligne en effet le caractère long du mouvement d individualisation des comportements dont l engouement pour l automobilité est une des expressions contemporaines. Selon lui, à la sécularisation du mariage mise en place par la Réforme, puis à la diffusion du caractère romantique de l union des deux sexes (c est-à-dire la valorisation du choix du partenaire selon le critère des sentiments amoureux au-delà des autres considérations), succèdent les conséquences de la révolution industrielle, dont la mobilité, la superficialité et l éphémérité des relations urbaines sont les signes les plus tangibles. Cette conception est d ailleurs largement répandue chez les sociologues de Chicago qui, dans leur ensemble, considèrent la motorisation comme un marqueur temporel, comme un critère de périodisation de l évolution de la société américaine en général, et de la famille en particulier. L ère automobile constitue à leurs yeux un «régime de transport» caractéristique produisant ou renforçant des tendances structurelles : individualisation, mobilité, suburbanisation, développement des loisirs, sécularisation, etc. Park, par exemple, proposant une périodisation de l histoire économique de la région de Chicago, présente l époque dans laquelle il vit, selon lui la troisième, comme «celle de l automobile» (1929b, p. 79). Décrivant plus en détail les mutations caractéristiques de cette période, il précise: «un facteur contextuel qui

6 146 NETCOM, vol. 19, n 3-4, 2005 explique les changements en cours, particulièrement dans les villes situées dans des régions au caractère rural marqué, est bien sûr l importantissime automobile [the allimportant automobile]» (id., p. 72). Dans un texte publié la même année, McKenzie recourait à une tripartition identique de l histoire de la région du Puget Sound qu il avait étudiée, caractérisant l époque postérieure à 1910 de «période de l automobile, de l organisation de marché et de la métropolisation» (1929, p. 230). À chaque fois, l automobile est envisagée comme rendant possible la réalisation d une aspiration collectivement partagée, aspiration à une mobilité entendue comme prise de distance par rapport aux anciennes allégeances et aux anciens modes de contrôle social fondés sur la proximité, la communauté et l immobilité. Mais en aucun cas celle-ci n est la cause de ce mouvement ; à tout le moins le renforce-t-elle, voire l accélère-t-elle. Si donc l histoire naturelle de la famille américaine est de s inscrire dans ce «grand mouvement vers l individualisation» (Mowrer, 1927, p. 4), la motorisation n en est qu une expression matérielle particulièrement typique. Wirth (1925, p. 196) sera d ailleurs très clair à ce sujet: «Alors que le sociologue n a pas d intérêt intrinsèque pour des dispositifs techniques tels que l automobile, ceux-ci deviennent des objets d étude lorsqu ils peuvent être considérés comme des facteurs influençant le problème de la mobilité de la population citadine». Si l on précise que, selon Park, «la mobilité pour un individu ou pour une population n est pas d abord mesurée par un changement de localisation, mais plutôt par le nombre et la variété des stimulations auxquelles l individu ou la population répond» (1925a, p ), la motorisation apparaît bien sociologiquement importante dans la mesure où elle constitue un moyen d accès à des «stimulations» nouvelles pour un nombre croissant d individus. La ville, comme le montreront les sociologues de Chicago, constituera un lieu privilégié d expression de ce phénomène. La famille et les «aires naturelles» de l automobile La notion d histoire naturelle que nous venons d évoquer trouve son équivalent spatial dans le concept d aire naturelle, entendue comme entité géographique possédant une homogénéité non pas administrative ou politique, mais sociale, économique ou culturelle. Les éléments qui y appartiennent tiennent leurs caractéristiques précisément du fait qu ils sont situés en son sein (et non ailleurs) et, par là même, en viennent à se distinguer des autres entités qui les entourent 4. L incarnation la plus célèbre de cette notion est sans aucun doute le schéma concentrique de la 4. L explication que donne Zorbaugh de la notion est particulièrement explicite : «La ville est divisée en de nombreuses zones de plus petite taille, que nous pouvons appeler aires naturelles dans le sens où elles sont des produits non planifiés ou naturels de la croissance urbaine. Les chemins de fer et les zones industrielles, le système des parcs et des boulevards, les lacs et les cours d eau font fonction de frontières de ces aires naturelles, tandis que leurs centres sont généralement situés à l intersection de deux ou de plusieurs rues commerçantes. Par les effets de la proximité de certaines industries, d activités commerciales, d infrastructures de transport ou d avantages naturels, chacune de ces aires acquiert une individualité propre» (1929, p. 231).

7 FAMILLE ET AUTOMOBILE DANS LES TRAVAUX DE L ÉCOLE DE CHICAGO 147 croissance urbaine proposé par Burgess en Chaque cercle constitue une aire naturelle définie par un type social de communauté. Ce qui est intéressant pour notre propos, c est le fait que vont être associées à ces espaces une série de caractéristiques, telles que le type résidentiel, le type familial ou le moyen de transport privilégié par les occupants de chaque zone. Mowrer, dans son ouvrage de 1927 sur la désorganisation familiale, reprend le schéma de Burgess auquel il associe les types familiaux que distingue son analyse. Les commentaires qu il fournit au sujet de cette «écologie de la vie familiale» (1927, p. 110) mentionnent en outre le type de déplacement associé à chaque aire naturelle. Si l on y ajoute les précisions apportées plus tard par Burgess (Burgess & Locke, 1945, p. 117), on peut résumer ces associations dans le tableau ci-dessous 5. N Type social Type résidentiel Type familial Type de transport I Population active (jour) marginaux (nuit) bureaux sans-abris zone sans famille idem tous marche à pied II Nouveaux immigrés, ghettos, colonies maisons de rapport idem famille émancipée famille semi-paternelle marche à pied transport public III Immigrés établis, ouvriers, petits employés habitat détérioré «two-flat area» famille paternelle idem idem idem IV Classe moyenne maisons à appartements famille égalitaire transport public + auto + train V Classe aisée maisons unifamiliales famille maternelle auto + train Figure 1. Associations typiques : espaces, groupes, résidences, familles, transport Comme on le voit, la zone V la plus extérieure de la ville zone suburbaine ou zone des pendulaires («commuters zone») entretient un rapport écologique tout à fait privilégié avec l automobile. Son développement et surtout son expansion sont liés explicitement par Burgess et par Mowrer au phénomène de la motorisation : «Le cercle le plus extérieur est celui de la famille maternelle. Les maisons y sont des habitations unifamiliales construites majoritairement selon un code architectural contraignant. L automobile et les trains de banlieue [the commuters Special ] y sont les principaux modes de transport utilisés» (Mowrer, 1927, p. 113). «La zone des pendulaires comprend les quartiers suburbains de la ville combinant l atmosphère d un village avec l accès au centre-ville par transport 5. Les informations incluses dans ce tableau sont reprises de Burgess (1925a, 1928a), Mowrer (1927), Burgess & Locke (1945). Les chiffres romains renvoient à la première classification proposée par Burgess (1925a). Pour la définition de chacun des types familiaux, voir Mowrer (1927, p ).

8 148 NETCOM, vol. 19, n 3-4, 2005 public rapide ou par automobile pour le travail, la consommation et les loisirs. Résider dans ces communautés suburbaines privilégiées implique un niveau économique suffisant pour acquérir un bungalow généralement onéreux et une voiture de type respectable» (Burgess, 1928a, p. 108) 6. À cette typologie générale, on peut ajouter un certain nombre d études de communautés plus particulières qui aboutissent à des résultats convergents. Ainsi, McKenzie (1922, p. 495) fait remarquer que dans le quartier central de la ville de Columbus qu il étudie, le taux de possession d automobiles est très faible (1 véhicule pour 56,8 habitants), notamment si on le compare avec les taux moyens de l époque au niveau de l État de l Ohio (1 pour 10,4) et au niveau de la nation américaine (1 pour 14,2). Or, ce quartier situé en bordure de la gare et où se trouvent de nombreuses entreprises manufacturières, est habité en majorité par une population à faible revenu et relativement instable; la majorité des logements y sont exigus et occupés en grande partie par des personnes vivant seules (id., p. 502). En conséquence, conclut McKenzie, les habitants du quartier se voient beaucoup plus dépendants des services et équipements de proximité que ne le sont les autres résidents de la ville, et notamment ceux qui possèdent une automobile. Dans sa célèbre étude sur deux quartiers contrastés de Chicago, Zorbaugh (1929) montre de son côté les affinités symboliques qui lient les membres des familles aisées de la «Côte dorée» («Gold Coast») à l automobile: celle-ci constitue le véhicule idéal, c est-à-dire indispensable, à l entretien d un réseau social qui se veut avant tout étanche aux éléments provenant de milieux jugés inférieurs. Ainsi une femme du monde confie-t-elle au sociologue: «Il est malvenu de se rendre à ses activités en tramway ou en taxi. Certains garages louent des voitures, semblables à des voitures privées, qui peuvent être utilisées pour toute occasion mondaine [social occasions]. La plupart des gens que je connais ne se rendraient jamais à l opéra en taxi. Et il est superflu de dire que personne n emprunterait le tramway, même en journée» (Zorbaugh, 1929, p. 59). Cette remarque nous indique que la diffusion de l automobile n est pas un phénomène purement déterministe, mais qu elle est médiatisée par une série de processus symboliques au travers desquels l usage de la voiture acquiert une signification autre que purement utilitaire aux yeux de ses usagers. Si les sociologues de Chicago cherchent incontestablement à montrer que chaque aire naturelle, abritant chacune des types de familles différents, entretient des rapports particuliers avec l automobile, ils vont également associer le succès de certaines institutions ou activités socio-économiques au développement de la motorisation. À Chicago, les sociologues observent ainsi les convergences entre la motorisation et le développement des chaînes commerciales à succursales, des cinémas ou des «public dance-halls», ces établissements où les hommes 6. Il est à noter ici que la version publiée en 1973 dans le recueil de textes de Burgess ne reprend pas le passage original où celui-ci décrit les différentes zones urbaines, passage où est incluse la présente citation.

9 FAMILLE ET AUTOMOBILE DANS LES TRAVAUX DE L ÉCOLE DE CHICAGO 149 pouvaient louer les faveurs de compagnes pour la danse. Comme le fait remarquer Burgess, «l automobile autant que le réseau général de transport public jouent un rôle central dans le fait que la clientèle de ces lieux d amusement provienne de toute la ville» (1929b, p. 127), ce qui, comme nous le verrons, sera considéré par ailleurs comme un indicateur d une transformation générale des comportements sexuels. De son côté, Roderick McKenzie évoque explicitement la question du développement de la mobilité spatiale dans son étude de l évolution de la région du Puget Sound, fjord de la côte ouest des États-Unis bordant Seattle. Il notait ainsi: «En plus de transformer les vieux bourgs et villages, la motorisation de la région entraîne un nouveau modèle de distribution de la population et de centralité communale» (McKenzie, 1929, p. 239). Dans le même temps, de nouvelles activités (touristiques, sportives, récréatives), de nouveaux services (garages, commerces de bord de route, stations services), de nouveaux rythmes (lait et légumes sont apportés à Seattle tous les jours) se développent en liaison avec l automobile, modifiant l expérience quotidienne des habitants de la région (id., p. 240). Enfin, une autre étude très approfondie de ce point de vue est celle que les Lynd consacrent à cette ville moyenne de l Amérique rurale qu ils baptiseront Middletown. Les auteurs 7 y rapportent cette réflexion d un de leurs interlocuteurs locaux : «Pourquoi vous fatiguezvous à rechercher ce qui est en train de changer cet endroit? Je peux vous dire ce qui se passe en seulement quatre lettres: A-U-T-O!» (1929, p. 251). Les chercheurs y montrent que la famille est une des institutions particulièrement sensibles à l introduction et à la diffusion de l automobile. La motorisation vient en effet modifier tant ses relations internes (comme nous le verrons plus bas) que ses rapports à l espace et au temps. Elle favorise notamment un accroissement de l intensité et de l étendue spatio-temporelles des loisirs, activités qui par excellence reposent sur des mobilités familiales. De manière plus générale, c est toute la culture de Middletown qui se met en mouvement avec la motorisation. De manière générale, on peut donc dire que les modes de transport, et notamment l automobile, constituent aux yeux des sociologues de Chicago des éléments fondamentaux pour la compréhension écologique des phénomènes sociaux: alors que Park parle à leur sujet de «facteurs primaires dans l organisation écologique de la ville» (1925a, p. 2), McKenzie écrit : «L introduction d un nouveau mode de transport, tel que l automobile, perturbe complètement l équilibre écologique et appelle un réajustement selon une nouvelle échelle des distances» (1926, p. 27). On saisit clairement ici la teneur de la notion de contexte dans la sociologie de Chicago : loin d être un élément de décor, la transformation des modes de transport, par 7. Les Lynd ne font pas partie à proprement parler de l École de Chicago : aucun d eux n enseigna, ne travailla ou ne publia à Chicago. Cependant, leur proximité thématique et méthodologique avec les sociologues de Chicago les amena à être fréquemment cités par ceux-ci. Sur les différences qui les séparent néanmoins, on se rapportera utilement aux chapitres 23 et 24 du livre de Simon (1991).

10 150 NETCOM, vol. 19, n 3-4, 2005 exemple, joue un rôle sociologique fondamental dans la mesure où elle modifie l espace physique et social dans lequel évoluent les individus et les groupes, participant ainsi à la redéfinition de leurs frontières (processus que les sociologues de Chicago désignent sous le terme de «désorganisation») et de leurs poids respectifs, comme nous allons le voir maintenant. Automobile et carrières familiales L apport de l École de Chicago ne se limite pas à l étude des influences écologiques voire macrosociales de l automobile sur la réalité familiale ; elle a également développé une approche plus ethnographique des processus d intégration conjugale et de la place qu y occupe le recours à l automobile. Sans doute retrouve-t-on ici une des problématiques les plus connues de la sociologie de Chicago, celle qui aborde les phénomènes sociaux, dont les réalités familiales, en termes de désorganisation. Comme le fait remarquer Hawkins (1986), un observateur contemporain, les sociologues de Chicago semblent porter un jugement très négatif sur l automobile. Plusieurs interprétations de cet ordre se retrouvent en effet dans les écrits des membres de l École. Ainsi, alors que W.I. Thomas souligne que «l automobile avive plus de désirs que la ville tout entière» (1923, p. 71), H.W. Zorbaugh remarque plus précisément que «la mobilité croissante de la seconde génération [d immigrés à Chicago], celle du garçon conduisant son camion ou son taxi comme celle de la fille travaillant dans le quartier des affaires, soustrait celle-ci de la communauté ancienne pour la placer dans des situations que cette dernière ne contrôle pas, c est-à-dire la met en contact avec des standards et des comportements divergents» (1929, p. 176). Si Hawkins rattache alors ce qui lui apparaît comme un dédain moral à l idéologie prétendument «pastorale» des sociologues de l époque, sorte de «biais» axiologique amenant ceux-ci à condamner plus qu à expliquer les phénomènes représentatifs de la transformation urbaine, une lecture moins polémique de leurs travaux nous amène à constater qu ils semblent s entendre sur cette idée d une diminution, sous l effet du développement de la mobilité, du contrôle social exercé par les groupes primaires sur leurs membres. Dans le cadre familial, la plus grande liberté de mouvement rendue possible notamment par l automobile met les individus en contacts plus fréquents avec des milieux sociaux plus ou moins proches de leur milieu d origine, leur autorise l accès à des activités jusque là interdites ou inconnues, modifient leurs pratiques quotidiennes en matière de consommation, de comportement religieux, de loisirs, de sociabilité, de sexualité. Parmi les tendances étudiées par les sociologues de Chicago dans le cadre de cette problématique, on notera : en matière de délinquance juvénile, l automobile, on vient de le voir, est considérée comme un facteur favorisant la perte de contrôle de l unité familiale et plus généralement de la communauté sur ses membres (Burgess, 1929b, p. 169). Par conséquent, elle semble entretenir une relation privilégiée avec la délinquance

11 FAMILLE ET AUTOMOBILE DANS LES TRAVAUX DE L ÉCOLE DE CHICAGO 151 (Park, 1925b, p. 107) : non seulement certaines bandes font du vol de voitures leur activité principale, mais l automobile semble être un moyen privilégié par lequel des délits de toutes natures sont commis. Comme l écrit Thrasher, «les bonnes routes et les voitures puissantes ont engendré une mobilisation impressionnante des criminels» (1927, p. 446). Si cette attirance de la jeunesse pour l automobile en tant que moyen d accès à des activités situées hors du contrôle parental voire complètement illicites se marque surtout dans le cas des garçons, la disponibilité automobile joue également un rôle dans la caractérisation que propose Burgess de ce qu il appelle «la délinquance des jeunes filles». Il distingue ainsi trois types de triangles dont les sommets sont l habitation de la fille, celle de l homme et le lieu de leur délit. Dans le premier type, les trois sommets se situent tous à l intérieur du même cercle, celui du voisinage ; dans le second (appelé «triangle de mobilité»), le lieu du délit est extérieur au quartier, ce qui est rendu possible par une plus grande liberté de mouvement ; enfin, le troisième triangle, dit «de promiscuité», voit ses trois sommets situés en des espaces différents, ce qui peut donner lieu à une relation totalement anonyme (Burgess, 1925b, p. 152). L automobile est implicitement présentée comme favorisant cette extension spatiale du «triangle délictueux». Dans le même ordre d idées, les Lynd font remarquer qu une portion importante des «délits sexuels commis par des femmes» à Middletown le sont dans des automobiles ; aussi concluent-ils «que l automobile apparaît comme une «ennemie» du foyer et de la société» (1929, p. 258). Comme on le voit, l expérience délinquante, telle que vécue par ses protagonistes, voit ses formes se modifier suite au développement de la motorisation ; en matière de relations sexuelles, il en va d ailleurs de même, nous disent les sociologues de Chicago. Outre les formes considérées comme délinquantes déjà évoquées, une «invention sociale», la pratique du «dating» (du rendez-vous) entre homme et femme, voit son intensité largement accrue par la diffusion de l automobile. La famille est ici à nouveau concernée dans la mesure où le «dating» consiste pour un jeune homme à venir chercher chez elle une jeune fille pour l emmener en sortie. Autrement dit, la famille perd le contrôle spatial sur sa fille et sur ses fréquentations, lesquelles débutaient précédemment dans la maison familiale, pour à présent s étendre sur un espace plus large : «l automobile brisa le voisinage proche comme unité sociale de fréquentation, écrit Burgess. Elle a également agrandi l espace de mouvement dans lequel les jeunes pouvaient nouer des contacts sociaux, ce qui constituait une condition préalable pour la pratique du rendez-vous» (Burgess & Wallin, 1953, p. 63 ; voir aussi Lynd & Lynd, 1929, p. 254). Mais les sociologues de Chicago sont loin d ignorer que ces aspects désignés comme contribuant à une désorganisation de l unité familiale ne constituent qu un versant du processus plus général d individualisation des comportements (Zorbaugh, 1929, p. 245), y compris en matière familiale (Burgess & Locke, 1940, p. 532), ce qui les amène à souligner les relations ambivalentes qui se nouent entre automobilités et familles. Néanmoins, quelle que soit la pertinence de leurs

12 152 NETCOM, vol. 19, n 3-4, 2005 analyses 8, celles-ci montrent clairement que c est bien toute la séquence de la carrière familiale qui est affectée par l automobile, dans la mesure où chacune de ses étapes (sélection des partenaires, intégration conjugale, éducation des enfants, gestion ménagère, relations avec l extérieur, choix résidentiels, loisirs, etc.) prend une forme nouvelle sous l influence de la machine à quatre roues. Pour grossir le trait, on pourrait dire ainsi que, d un point de vue sociologique, c est l automobile qui demande des déplacements familiaux, et non l inverse, déplacements regroupés par les sociologues de Chicago sous l expression générique de «désorganisation». LES ENSEIGNEMENTS DE L ÉCOLE DE CHICAGO S il est vrai, comme l affirme Debray, que l automobile «s est habilement faufilée entre les mailles du filet encyclopédique» (2001, p. 67), cela ne signifie cependant pas que la sociologie n en ait jamais rien dit. Ainsi, nous avons tenté de récolter quelques vestiges de la production sociologique de l École de Chicago relative à cet objet et essayé de restituer l architecture générale dans laquelle ils s inscrivaient. Nous avons ainsi montré que les sociologues de cette école ne sont pas restés silencieux face au phénomène de la motorisation tant de la société que de la famille américaines. À bien y regarder, comme nous l avons fait, on peut même dire qu ils ont identifié et interprété de nombreux aspects de ce processus. Leur inclinaison à fonder leur analyse sur les caractéristiques spatio-temporelles ou contextuelles des phénomènes ce que certains ont dénoncé comme leur orientation empirique les a amenés à poser la question de la motorisation et à intégrer l automobilité dans leurs interprétations. Il en ressort clairement cette idée selon laquelle les mobilités familiales quotidiennes, dans toute leur banalité, ne sont pas un phénomène négligeable mais constituent bien un fait social total, pour reprendre une expression qui n est pas de Chicago. Elles engagent en effet, comme le montrent toutes les études qui ont été présentées ici, les diverses dimensions de la réalité sociale : interviennent dans leur définition tant des aspects morphologiques ou écologiques que culturels, symboliques, pratiques ou moraux. Surtout, elles démontrent qu une analyse sociologique des mobilités quotidiennes ne peut éviter de prendre en considération les différentes temporalités et les différentes échelles spatiales qui les constituent en tant que phénomènes sociaux : de la transformation du régime spatio-temporel d une société aux évolutions des pratiques amoureuses des individus, le regard des sociologues de Chicago a éclairé les mouvements familiaux qu a facilités la mobilité automobile, même si cette analyse s est trouvée exprimée dans un vocabulaire conceptuel aujourd hui désuet. Problématiser et analyser sociologiquement les mobilités familiales quotidiennes exige du chercheur actuel de se situer dans un espace de recherche 8. En matière de «dating» par exemple, les analyses des sociologues de Chicago semblent largement confirmées par les historiens contemporains (Berger, 1987 ; Bailey, 1988 ; Ling, 1989).

13 FAMILLE ET AUTOMOBILE DANS LES TRAVAUX DE L ÉCOLE DE CHICAGO 153 foncièrement pluridisciplinaire et donc de définir sa spécificité. Par rapport à ce défi, l enseignement le plus fondamental de l École de Chicago se situe moins dans le contenu de ses productions que dans leur matrice : en tant que science des relations, la sociologie a pour tâche de montrer le caractère relatif des phénomènes sociaux, dont sont les mobilités familiales. Sans doute peut-on retenir de la lecture de la sociologie de Chicago qu il n y a pas «de la mobilité» mais des mobilités, qu il n y a pas «la famille» mais des familles, qu il n y a pas «l automobile» mais des automobilités. Certes, cette école n a pas produit de théorie systématique des mobilités familiales quotidiennes, telle qu il en existe aujourd hui (Kaufmann, 2000), et des incohérences apparaissent certainement dans l usage conjoint de notions au caractère parfois malléable ; mais assistant, sans doute avec ambiguïté, à l avènement de la famille automobile, les sociologues de Chicago furent incontestablement les premiers à engager ce programme de recherche qui a pris aujourd hui une forme plus consistante: décrire et comprendre «la mesure dans laquelle l automobile est devenue une partie intégrante de l environnement culturel dans lequel nous nous considérons comme humains» (Miller, 2001, p. 2). RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES ABBOTT Andrew (1999). Department & Discipline : Chicago Sociology at One Hundred. Chicago : University of Chicago Press, 249 p. ALIHAN Milla (1938). Social Ecology : A Critical Analysis. New York : Cooper Square, 267 p. BAILEY Beth (1988). From Front Porch To Back Sea : Courtship in Twentieth-Century America. Baltimore : The John Hopkins University Press, 182 p. BERGER Michael (1987). «The Car s Impact on the American Family». The Car and the City : The Automobile, the Built Environment, and Daily Urban Life. Ann Arbor : University of Michigan Press, p BURGESS Ernest (1925a). «The Growth of the City. An Introduction to a Research Project». The City. Chicago : University of Chicago Press, p BURGESS Ernest (1925b). «Can Neighborhood Work Have a Scientific Basis?». The City. Chicago : University of Chicago Press, p BURGESS Ernest (1926). «The Romantic Impulse and Family Disorganization». The Basic Writings of Ernest W. Burgess. Chicago: Community and Family Study Center, p BURGESS Ernest (1928a). «Residential Segregation in American Cities». The Annals of the American Academy of Political and Social Science, vol. CXXXX, n 229, p BURGESS Ernest (1928b). «Communication». American Journal of Sociology, vol. 34, n 1, p BURGESS Ernest (1929a). «Communication». American Journal of Sociology, vol. 34, n 6, p BURGESS Ernest (1929b). «Urban Areas». Chicago : An Experiment in Social Science Research. Chicago : University of Chicago Press, p

14 154 NETCOM, vol. 19, n 3-4, 2005 BURGESS Ernest (1929c). «Studies of Institutions», Chicago : An Experiment in Social Science Research. Chicago : University of Chicago Press, p BURGESS Ernest (1930). «Communication». American Journal of Sociology, vol. 35, n 6, p BURGESS Ernest (1973). On Community, Family, and Delinquency. Chicago : University of Chicago Press, 311 p. BURGESS Ernest & LOCKE Harvey (1945). The Family : From Institution to Companionship. New York : American Book Company, 800 p. BURGESS E. & WALLIN P. (1953). Engagement and Marriage. Chicago : Lippincott. CHAPOULIE Jean-Michel (2001). LaTradition sociologique de Chicago. Paris : Seuil, 496 p. COULON Alain (1992). L École de Chicago. Paris : PUF, 127 p. CRESSEY Paul (1932). The Taxi Dance-Hall : A Sociological Analysis in Commercialized Recreation and City Life. Chicago : University of Chicago Press. DEBRAY Régis (2001). Les Diagonales du médiologue. Paris : Bibliothèque nationale de France, 80 p. DUPUY Gabriel (1995). Les Territoires de l automobile. Paris : Anthropos, 216 p. GRAFMEYER Yves & JOSEPH Isaac (1990). L école de Chicago : Naissance de l écologie urbaine. Paris : Aubier Res, 378 p. HAWKINS Richard (1986). «A Road Not Taken : Sociology and the Neglect of the Automobile». California Sociologist, n 9, p KAUFMANN Vincent (2000). Mobilité quotidienne et dynamiques urbaines. Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romandes, 252 p. LING Peter (1989). «Sex and the Automobile in the Jazz Age». History Today, n 39, p LOCKE Harvey (1940). «Mobility and Family Disorganization». American Sociological Review, vol. 5, n 4, p LOCKE Harvey (1968). «Burgess, Ernest W.». International Encyclopedia of the Social Sciences, n 2, p LYND Robert & LYND Helen (1929). Middletown : A Study in Contemporary American Culture. London : Constable, 550 p. MCKENZIE Roderick (1922). «The Neighborhood : A Study of Local Life in the City of Columbus, Ohio». American Journal of Sociology, vol. 27, n 4, p MCKENZIE Roderick (1924). «The Ecological Approach to the Study of the Human Community». On Human Ecology, p MCKENZIE Roderick (1926). «The Scope of Human Ecology». On Human Ecology, p MCKENZIE Roderick (1927). «Spatial Distance and Community Organization Pattern». Social Forces, vol. V, n 4, p MCKENZIE Roderick (1929). «Ecological Succession in the Puget Sound Region». On Human Ecology, p MCKENZIE Roderick (1933a). «The Rise of the Metropolitan Community», Recent Social Trends in the United States, n 1, p MCKENZIE Roderick (1933b). The Metropolitan Community. New York : McGraw-Hill. MCKENZIE Roderick (1968). On Human Ecology. Chicago: University of Chicago Press, 308 p. MILLER Daniel (2001). Car Cultures. Oxford: Berg, 250 p.

15 FAMILLE ET AUTOMOBILE DANS LES TRAVAUX DE L ÉCOLE DE CHICAGO 155 MOWRER Ernest (1927). Family Disorganization. Chicago : University of Chicago Press, 318 p. PARK Robert (1915). «The City : Suggestions for the Investigation of Human Behavior in the City Environment». American Journal of Sociology, vol. 20, n 5, p PARK Robert (1923). «The Natural History of the Newspaper». American Journal of Sociology, n 29, p PARK Robert (1925a). «The City : Suggestions for the Investigation of Human Behavior in the Urban Environment». The City. Chicago : University of Chicago Press, p PARK Robert (1925b). «Community Organization and Juvenile Delinquency». The City. Chicago : University of Chicago Press, p PARK Robert (1929b). «Urbanization As Measured by Newspaper Circulation». American Journal of Sociology, vol. 35, n 1, p PARK Robert (1929c). «Sociology, Community and Society». Human Communities. Glencoe : Free Press, p PARK Robert (1967). On Social Control and Collective Behavior. Chicago : University of Chicago Press, 274 p. SHELLER Mimi & URRY John (2000). «The City and the Car». International Journal of Urban and Regional Research, vol. 24, n 4, p SIMON Pierre-Jean (1991). Histoire de la sociologie. Paris : PUF, 524 p. SHORT James (1971). The Social Fabric of the Metropolis. Chicago : University of Chicago Press, 320 p. SMITH TV & WHITE LD (1929). Chicago : An Experiment in Social Science Research. Chicago : University of Chicago Press. THOMAS William (1923). The Unadjusted Girl. Boston : Little Brown. THOMAS William (1966). On Social Organization and Social Personality. Chicago : University of Chicago Press, 311 p. THRASHER Frederic (1927). The Gang. Chicago : University of Chicago Press, 571 p. ZORBAUGH Harvey (1929). The Gold Coast and the Slum. Chicago : University of Chicago Press, 288 p. WIRTH Louis (1925). «A Bibliography of the Urban Community», The City. Chicago. University of Chicago Press, p WIRTH Louis (1964). On Cities and Social Life. Chicago : University of Chicago Press.

Le Nouvel urbanisme et la promotion de la «nouvelle banlieue» : le cas du projet Bois-Franc à Saint-Laurent

Le Nouvel urbanisme et la promotion de la «nouvelle banlieue» : le cas du projet Bois-Franc à Saint-Laurent Le Nouvel urbanisme et la promotion de la «nouvelle banlieue» : le cas du projet Bois-Franc à Saint-Laurent Communication présentée dans le cadre du colloque de l ACFAS, 12-13 mai 2004 Sébastien Darchen,

Plus en détail

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p.

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. 315 MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. Sophie Chevalier Université de Franche-Comté France Voici un ouvrage qui débute par ses conclusions!

Plus en détail

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL NOVEMBRE 2007 Montréal, le 23 novembre 2007 À l attention de Madame Jocelyne Beaudet, Présidente Commission de l Office de consultation publique

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Bernadette Charlier Université de Fribourg (Suisse) Bernadette.charlier@unifr.ch Notre contribution présente et discute

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Titre de la thèse : «L Inde vécue. De l objet à la société, les Français à Pondichéry au XVIII e siècle - 1700-1778»

Titre de la thèse : «L Inde vécue. De l objet à la société, les Français à Pondichéry au XVIII e siècle - 1700-1778» LE DOUDIC Kévin Doctorant en Histoire Moderne Document actualisé le 03/01/2015 THÈMES DE RECHERCHES Titre de la thèse : «L Inde vécue. De l objet à la société, les Français à Pondichéry au XVIII e siècle

Plus en détail

Bologne à l EPFL. Réforme de Bologne Implications pour l EPFL. Prof. Dominique Bonvin, Doyen Bachelor-Master

Bologne à l EPFL. Réforme de Bologne Implications pour l EPFL. Prof. Dominique Bonvin, Doyen Bachelor-Master Bologne à l EPFL Réforme de Bologne Implications pour l EPFL Prof. Dominique Bonvin, Doyen Bachelor-Master EPFL Quelques chiffres 6 600 Etudiants, 23% femmes, 38% étrangers, 109 nationalités 1 400 Doctorants

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain Objectif de la formation Ce master propose une formation de haut niveau en histoire moderne et contemporaine. Il a pour objectif

Plus en détail

KnowledgeManagement : Repartir de l individu.

KnowledgeManagement : Repartir de l individu. KnowledgeManagement : Repartir de l individu. Olivier Le Deuff Ater. Université de Lyon 3 www.guidedesegares.info Le knowledge management (KM ) est un domaine souvent considéré comme récent et dont certains

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

Smart Cities :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen?

Smart Cities :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen? :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen? Jacques Teller! Urbanisme et d aménagement du territoire! Université de Liège, LEMA!! Colloque SMART Village et territoire RURAL Quelques éléments

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé

Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé Laurie Guimond Coordonnatrice de recherche, INRS Doctorante en géographie, U. d Ottawa Myriam Simard Professeure, INRS Atelier

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree French Programme of Studies (for courses commencing October 2009 and later) YEAR ONE (2009/10) Year (These units start in and continue in.) FRE1001 Linguistique théorique 1 4 credits Non Compensatable

Plus en détail

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark Campus Paris Saclay L enquête en ligne Les déplacements : des spécificités par statut L équipement : un intérêt marqué pour les transports doux et les services pratiques Le logement : des attentes et des

Plus en détail

UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201

UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201 UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201 Plan de cours Cataldo Zuccaro, MBA, Ph.D. Département

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Descriptif de la Bourse: Ce programme autrefois appelé «Fulbright

Plus en détail

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière?

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière? L autopartage en trace directe : quelle alternative à la particulière? Résultats de la première enquête sur l impact d un service d autopartage en trace directe (le cas d Autolib ) Cette étude réalisée

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Liste des pe riodiques e lectroniques de sociologie en ligne

Liste des pe riodiques e lectroniques de sociologie en ligne Liste des pe riodiques e lectroniques de sociologie en ligne Tout étudiante ou lecteur/lectrice intéressée par les revues de sociologie disponibles sur internet est invité à consulter en premier lieu le

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I Loi n 98-11 du 29 Rabie Ethani 1419 correspondant au 22 août 1998 portant loi d Orientation et de Programme à Projection Quinquennale sur la Recherche Scientifique et le Développement Technologique 1998-2002

Plus en détail

altervilles.universite-lyon.fr MASTER ALTERVILLES Alternatives politiques et stratégiques pour les villes et les métropoles

altervilles.universite-lyon.fr MASTER ALTERVILLES Alternatives politiques et stratégiques pour les villes et les métropoles altervilles.universite-lyon.fr MASTER ALTERVILLES Alternatives politiques et stratégiques pour les villes et les métropoles Sarah Guilbaud Concevoir des politiques nouvelles pour les villes et les métropoles

Plus en détail

Des cartes pour comprendre un monde complexe

Des cartes pour comprendre un monde complexe Des cartes pour comprendre un monde complexe Propositions de séquences en TES/L et en TS sur le cours introductif de géographie par Damien LOQUAY, EEMCP2 en Tunisie Ce que disent les programmes Terminale

Plus en détail

Pour citer cet article : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article : -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- THÈSES (RÉSUMÉS) Armand Colin Revue d'économie Régionale & Urbaine 2006/4 - octobre pages 661 à 664 ISSN 0180-7307 Article disponible en ligne à l'adresse: http://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2006-4-page-661.htm

Plus en détail

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG EVALUATION D IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DANS LES VILLES. INTRODUCTION La ville

Plus en détail

Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1

Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1 La présentation d un article de recherche de type théorique 1 Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1 Gilles Raîche, professeur Université du Québec à Montréal

Plus en détail

PRIMAIRE. 1er cycle, 2e année. Les tâches familiales. Planification des activités

PRIMAIRE. 1er cycle, 2e année. Les tâches familiales. Planification des activités DES OUTILS DE PROMOTION ET DE PRÉVENTION EN MATIÈRE DE SEXUALITÉ JEUNESSE SITUATION D APPRENTISSAGE ET D ÉVALUATION EN MATHÉMATIQUE Les tâches familiales Planification des activités PRIMAIRE 1er cycle,

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

Théories criminologiques I CRM 2701 A. Justin Piché, PhD Automne 2014

Théories criminologiques I CRM 2701 A. Justin Piché, PhD Automne 2014 Département de criminologie Department of Criminology 120 Université / 120 University, Ottawa, ON K1N 6N5 Théories criminologiques I CRM 2701 A Justin Piché, PhD Automne 2014 Exposés en classe : Mercredi,

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

OLIVIER BOBINEAU : L APPROCHE SOCIOLOGIQUE DES RELIGIONS

OLIVIER BOBINEAU : L APPROCHE SOCIOLOGIQUE DES RELIGIONS OLIVIERBOBINEAU:L APPROCHESOCIOLOGIQUEDESRELIGIONS Nousestimerionsquenosrecherchesneméritentpasune heuredepeinesiellesnedevaientavoirqu unintérêt spéculatif Durkheim,LaDivisionduTravailSocial,Introduction(1895).

Plus en détail

Partie II Approche théorique

Partie II Approche théorique Partie II Approche théorique De nombreux phénomènes ont été mis en évidence lors des différentes enquêtes, nous amenant à diverses interrogations pouvant être résumées et transcrites en une problématique.

Plus en détail

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT NOTE DE LECTURE Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT par André TURCOTTE «Pourquoi s intéresser au téléphone public?» En posant cette question dès le début de son livre,

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail

Une discipline scolaire

Une discipline scolaire Les éléments constitutifs d une discipline scolaire Selon Michel Develay, De l apprentissage à l enseignement, Paris ESF éditeur, 1992, 2004 6, p. 32, «une discipline scolaire peut être définie par objets

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

L analyse de processus au service de la gestion des risques

L analyse de processus au service de la gestion des risques L analyse de processus au service de la gestion des risques 1. Pourquoi faire? 2. L analyse des processus : une notion clé Définition Typologie et cartographie Niveaux d approche 3. Une approche pour identifier

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

1.1.2 L'architecte, un professionel

1.1.2 L'architecte, un professionel 1.1 La profession d'architect 1.1.2 L'architecte, un professionel 1.1.2 Manuel canadien de pratique de l architecture 1.1.2 Introduction Professionnalisme Principes du professionnalisme Expertise Autonomie

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

DÉTERMINANTS COMPORTEMENTAUX DE LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE DES JEUNES EN MILIEU URBAIN

DÉTERMINANTS COMPORTEMENTAUX DE LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE DES JEUNES EN MILIEU URBAIN DÉTERMINANTS COMPORTEMENTAUX DE LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE DES JEUNES EN MILIEU URBAIN Analyse secondaire des données des enquêtes démographiques et de santé réalisées au Bénin et à Madagascar Avril

Plus en détail

Master mention Ethnologie, année 2015-2016

Master mention Ethnologie, année 2015-2016 Master mention Ethnologie, année 2015-2016 Le master mention «Ethnologie» propose une formation à deux domaines d activités : les métiers de la recherche et ceux relatifs aux projets de valorisation des

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX CONCERNANT LE LIVRE BLANC SUR LA CRÉATION D UNE ASSURANCE AUTONOMIE NOVEMBRE

Plus en détail

Théories criminologiques II (CRM 3701)

Théories criminologiques II (CRM 3701) Département de criminologie Department of Criminology Richard DUBÉ Courrier électronique : rdube@uottawa.ca Téléphone au bureau : 562-5800 poste 8861 Disponibilités : jeudi de 16h à 18h (pavillon des sciences

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Perceptions de perte de confiance dans la littérature récente: des exemples

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à la sagesse qu il lui faut, avant tout, adapter ses

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Dossier artistique Rebecca Bowring

Dossier artistique Rebecca Bowring Dossier artistique Rebecca Bowring Mon travail est non seulement un travail de photographie, mais également un travail qui traite de photographie. De la photographie comme technique et technologie et les

Plus en détail

L IMPACT DES RESEAUX SOCIAUX SUR LES COMPORTEMENTS DES JEUNES CONSOMMATEURS

L IMPACT DES RESEAUX SOCIAUX SUR LES COMPORTEMENTS DES JEUNES CONSOMMATEURS Magdalena Grębosz Jacek Otto Ecole Polytechnique de Lodz, Pologne L IMPACT DES RESEAUX SOCIAUX SUR LES COMPORTEMENTS DES JEUNES CONSOMMATEURS L Introduction L Internet est actuellement le plus grand réseau

Plus en détail

Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l

Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l agglomération de Montréal Novembre 2014 Mémoire sur le

Plus en détail

INVENTAIRE ET LIAISON DES BASES DE ÉTUDE DES RELATIONS ENTRE LE LIEU ET LA SANTÉ DANS LES INSTALLATIONS URBAINES

INVENTAIRE ET LIAISON DES BASES DE ÉTUDE DES RELATIONS ENTRE LE LIEU ET LA SANTÉ DANS LES INSTALLATIONS URBAINES INVENTAIRE ET LIAISON DES BASES DE DONNÉES POUR L ÉL ÉTUDE DES RELATIONS ENTRE LE LIEU ET LA SANTÉ DANS LES INSTALLATIONS URBAINES (Montréal) Louise Potvin Katherine Frohlich Pierre Hamel Marie-France

Plus en détail

REPÈRES POUR UNE HISTOIRE DE L ERGONOMIE FRANCOPHONE

REPÈRES POUR UNE HISTOIRE DE L ERGONOMIE FRANCOPHONE Comptes rendus du congrès SELF-ACE 200 Les transformations du travail, enjeux pour l ergonomie Proceedings of the SELF-ACE 200 Conference Ergonomics for changing work REPÈRES POUR UNE HISTOIRE DE L ERGONOMIE

Plus en détail

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services 69 Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services M. Bakhouya, J. Gaber et A. Koukam Laboratoire Systèmes et Transports SeT Université de Technologie de Belfort-Montbéliard

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Ellen Hertz. Née à Boston, U.S.A., le 25 juin 1960 Citoyennetés: américaine par naissance; suisse par Mariée, deux enfants

CURRICULUM VITAE. Ellen Hertz. Née à Boston, U.S.A., le 25 juin 1960 Citoyennetés: américaine par naissance; suisse par Mariée, deux enfants CURRICULUM VITAE Ellen Hertz Grand-Fontaine 32 CH-1700 Fribourg Tél.: 026/321 36 65 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX mariage Née à Boston, U.S.A., le 25 juin 1960 Citoyennetés: américaine par naissance; suisse

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII 9. L autolib à Lyon Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM Rédaction Frédérique Gella, CAVILAM

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Les sciences de l éducation et les sciences de la. en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du

Les sciences de l éducation et les sciences de la. en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du Les sciences de l éducation et les sciences de la communication en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du dispositif empirique à l objet de recherche,

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Le géomarketing - Page 1 sur 7

Le géomarketing - Page 1 sur 7 Le géomarketing - Page 1 sur 7 LES DOSSIERS MADWATCH.net méthodes Le Géomarketing Novembre 2003 Nb de pages : 7 Le géomarketing - Page 2 sur 7 Créé dans les années 80, la plupart des applications du géomarketing

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Un milieu de vie à définir > imaginer

Un milieu de vie à définir > imaginer Programme particulier d urbanisme Secteur Henri-Bourassa Ouest Un milieu de vie à définir > imaginer > intégrer > partager > créer Cahier du participant ateliers de réflexion mai 2013 Introduction Le Plan

Plus en détail

Code d'éthique de la recherche

Code d'éthique de la recherche Code d'éthique de la recherche Ce texte reprend le code d'éthique de la FPSE de l'université de Genève, avec une adaptation des références aux instances académiques. Cette version est plus particulièrement

Plus en détail

La finance, facteur d inégalités

La finance, facteur d inégalités La finance, facteur d inégalités Olivier GODECHOT Cette étude montre que, contrairement aux idées reçues, les PDG et des superstars du sport ou du divertissement ne sont pas les premiers responsables de

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

Certification Appreciative Inquiry Accompagnement des Transformations dans les Organisations

Certification Appreciative Inquiry Accompagnement des Transformations dans les Organisations Certification Appreciative Inquiry Accompagnement des Transformations dans les Organisations Ce programme a été conçu par les professeurs de la Weatherhead School of Management de la Case Western Reserve

Plus en détail

7. Aide aux étudiants (bourses, allocations, soutien) (2 lignes maximum)

7. Aide aux étudiants (bourses, allocations, soutien) (2 lignes maximum) Code : 11L1ANG11FOM. Libellé : Anglais : Thème & Grammaire Maîtrise des fondamentaux de la langue. Pratique de la traduction au travers d une maîtrise des enjeux linguistiques fondamentaux. a) Thème et

Plus en détail

REGLES DE PRESENTATION D UNE

REGLES DE PRESENTATION D UNE REGLES DE PRESENTATION D UNE BIBLIOGRAPHIE 1.INTRODUCTION La bibliographie d un ouvrage est un outil qui permet - au lecteur de disposer des mêmes sources que celles utilisées par l auteur pour la rédaction

Plus en détail

Quel avenir pour les centres commerciaux «historiques»?

Quel avenir pour les centres commerciaux «historiques»? Quel avenir pour les centres commerciaux «historiques»? 29/06/2012 Thierry Orban DEVIMO CONSULT Quel avenir pour les centres commerciaux «historiques»? 1. Pourquoi un gestionnaire de centre est-il à même

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Bénévolat et dons encadrés et informels : Modèles régionaux et communautaires au Canada

Bénévolat et dons encadrés et informels : Modèles régionaux et communautaires au Canada Bénévolat et dons encadrés et informels : Modèles régionaux et communautaires au Canada Rapport de recherche par Paul B. Reed et L. Kevin Selbee Statistique Canada et Université Carleton avec l aide de

Plus en détail

Être agriculteur aujourd'hui

Être agriculteur aujourd'hui Être agriculteur aujourd'hui Jacques ABADIE sociologue INP-ENSAT Action conduite avec le concours financier de : l'adar VIVEA l'union Européenne FEOGA Etre agriculteur aujourd hui Comprendre ce qu est

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne)

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) Réf. : n 2010-61 PARTIE A INFORMATIONS ESSENTIELLES 1 RÉSUMÉ La motorisation individuelle, qui a presque 150 ans d histoire, a donné naissance

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets

Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets Programme Ministériel 2015 de la GSMA : compte-rendu de session Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets Lundi 2 mars 2015 Session animée par

Plus en détail