Rencontre avec les médias Vendredi, le 24 juin 2011, h Business Center Vatter, Berne. Le mythe de l «agriculture suisse écologique»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rencontre avec les médias Vendredi, le 24 juin 2011, 10.30 h Business Center Vatter, Berne. Le mythe de l «agriculture suisse écologique»"

Transcription

1 Rencontre avec les médias Vendredi, le 24 juin 2011, h Business Center Vatter, Berne Le mythe de l «agriculture suisse écologique»

2 Rencontre avec la médias sur le mythe de l «agriculture suisse écologique» Berne, le 24 juin 2011 Résumés L USP rend un mauvais service à l agriculture suisse Rico Kessler, Chef de la division Politique et affaires internationales, Pro Natura tél , , «Chaque habitant de la Suisse paie 354 francs par année pour les prestations d intérêt général de l agriculture. La facture est payée régulièrement, mais la livraison se fait attendre. Inventaires et analyses le montrent clairement: la biodiversité et la protection de l environnement continuent de (trop) mal se porter dans les terres cultivées. Les espèces typiques et les habitats diversifiés des terres cultivées continuent de disparaître. La dégradation du paysage provoquée par les épandages de trop grandes quantités d engrais se poursuit. Le bilan énergétique de l agriculture suisse est mauvais. Les cercles paysans conservateurs et une partie de l USP continuent de ne pas reconnaître les signes des temps: au lieu d étudier les solutions proposées, ils encensent la situation écologique, polémiquent contre la nécessité de faire des progrès dans le domaine de l écologie et rêvent du haut de leur haute opinion du «taux d auto-approvisionnement» à de superbes tracteurs importés fonctionnant au pétrole. Pour agir contre le problème du mitage du paysage, les milieux agricoles et la tête de l USP proposent même d ouvrir la forêt à l urbanisation tout en refusant en même temps de soutenir des solutions réelles comme par exemple l Initiative pour le paysage. Cette mentalité du self-service sur le dos de la caisse de l État n est pas seulement une preuve d effronterie à l égard de la société, c est aussi un coup dans le dos des paysannes et des paysans qui prennent la Constitution au sérieux et veulent combiner écologie et économie.» PA : le cadre financier dépend des prestations Otto Sieber, Secrétaire central, Pro Natura tél , , «Ceux qui ne regardent qu en arrière finiront inévitablement par trébucher. En matière de politique agricole, ceux qui veulent revenir à une agriculture principalement productiviste menacent la base politique de la politique agricole. Pourquoi? Parce que le mandat constitutionnel réclame une agriculture respectueuse de l environnement. Mais une agriculture qui continue d évincer des espèces animales et végétales, qui se défait de ses surplus d éléments nutritifs dans la nature et qui n a aucun scrupule à utiliser des produits chimiques problématiques ne remplit pas cette exigence. Le système actuel de l arrosoir utilisé pour la répartition des paiements directs est à l évidence inefficace, donne des

3 des paiements directs est à l évidence inefficace, donne des incitations contre-productives et favorise unilatéralement la production. À long terme, les cercles conservateurs ne réussiront pas à masquer ces faits en invoquant le mythe de la durabilité de l agriculture suisse. La PA peut poser les bases de paiements directs mieux orientés vers les objectifs définis et mieux liés à des prestations réelles. Elle est une chance pour l agriculture suisse. Si même cette étape somme toute modeste des réformes devait échouer au cours du processus politique, Pro Natura ne comprendrait plus pourquoi il faudrait continuer d accorder chaque année 2.8 milliards de francs à l agriculture suisse. Le consensus politique de base en faveur d une rémunération généreuse des prestations multifonctionnelles de l agriculture avec des fonds publics, qui existe entre les cercles agricoles conservateurs et les cercles, partis et groupes d intérêts tournés vers l écologie, deviendrait alors caduc. Or l USP, avec sa politique rétrograde, fait courir ce risque aux paysannes et aux paysans de ce pays. Pro Natura voulait expressément attirer votre attention sur ce fait.»

4 Entretien avec les médias concernant le mythe d'une «agriculture suisse écologique» Berne, le 24 juin 2011 Politique agricole : ce qui est bien et ce qui doit être amélioré «L'agriculture écologique suisse» que les milieux paysans conservateurs se plaisent à vanter est un mythe. Il n'y a pratiquement plus eu de progrès écologiques depuis la nouvelle Loi fédérale sur l'agriculture de Et cela, malgré des incitations financières cumulées de plus de CHF 30 milliards. Il faut des réformes claires pour justifier à l'avenir les CHF 2.8 milliards de versements par an que cela coûte actuellement aux contribuables. Pro Natura est par principe favorable à un développement du système de payements directs tel que présenté dans le rapport du Conseil fédéral du 6 mai Le concept présenté dans ce rapport, avec les 6 catégories de prestations sur lesquelles il porte (sécurité de l'approvisionnement, paysage cultivé, biodiversité, qualité du paysage, systèmes de production et efficience en ressources) et la suppression des contributions générales pour la garde d'animaux, est propre à obtenir une meilleure focalisation et une meilleure performance des payements directs. Mais des éléments décisifs du système doivent encore être nettement améliorés pour être en mesure d'atteindre les objectifs qu'elle s'est fixée. Nous pensons que les améliorations suivantes sont indispensables pour que l'agriculture suisse puisse faire face dans de bonnes conditions aux défis de l'avenir en matière d'érosion de la biodiversité, de perte de terres arables, de changements climatiques, de pénurie d'énergie et de ressources, et d'engagements internationaux. Revendications : Fixer les Objectifs environnementaux pour l'agriculture comme objectif intermédiaire pour 2017 Le Conseil fédéral doit fixer des objectifs intermédiaires claires pour montrer comment et jusqu'à quand les prescriptions légales et les engagements internationaux doivent être respectés. Les Objectifs environnementaux pour l'agriculture (OEA) que l'office fédéral de l'environnement (OFEV) et l'office fédéral de l'agriculture (OFAG) ont publiés en 2008 doivent en être la base. Introduire une taxe d'incitation sur les engrais artificiels et les pesticides 1 Développement du système des paiements directs ; Rapport du Conseil fédéral en réponse à la motion du 10 novembre de la Commission de l'économie et des redevances du Conseil des Etats, 6 mai 2009

5 Les objectifs fixés dans la PA 2002 particulièrement dans le domaine des surfaces de compensation écologique dans les régions de plaine, de la réduction des excédents en azote et en phosphore et des pesticides dans les eaux souterraines n'ont été atteints que de façon absolument insuffisante. On voit que la stratégie d'incitation appliquée a failli. Pro Natura pense qu'il n'est pas possible de continuer sans objectifs de surface et de qualité pour les surfaces de compensation écologique pour toutes les zones, ainsi qu'avec des sanctions et des programmes de réduction ciblés comme une taxe d'incitation sur les engrais artificiels et les pesticides. Des fonds fédéraux sont actuellement octroyés à des programmes qui n'atteignent leurs objectifs que de façon insatisfaisante. Les contributions pour la plupart des surfaces de compensation écologique 2 et les programmes de ressources 3 ont bien eu de l'effet, mais seulement de façon absolument insuffisante. Pas de contribution de base pour la sécurité de l'approvisionnement sans libre échange Pro Natura ne peut pas soutenir les moyens alloués aux contributions pour la sécurité de l'approvisionnement, en particulier le montant de base de CHF Le rapport du Conseil fédéral sur la PA ne montre pas de façon concevable quelles sont les prestations pour lesquelles plus d'un milliard de francs devrait être versé dans le pot des contributions sous le nom de sécurité de l'approvisionnement. Ces montants ne changeraient sans doute pas grand-chose avec les prix de production actuels et avec un protectionnisme élevé. Il faut au contraire allouer ces montants à la biodiversité et aux systèmes de production. De la production et de l'écologie partout Pro Natura ne peut pas soutenir la séparation de fait dans l'extension de la production par l'importance des moyens financiers que le Conseil fédéral propose dans la consultation sur la PA avec toutes les conséquences écologiques que cela comporte dans les régions de plaines et le maintien avec réticence de la biodiversité dans les régions de montagne. La production et l'écologie doivent aller ensemble et partout! C'est la seule façon de réaliser une stratégie de qualité avec un bonus Swissness rentable à la caisse des magasins. Etendre la formation et la formation continue, la recherche et le conseil Il faut accompagne le développement du système des payements directs par des adaptations de la formation et de la formation continue, la recherche et le conseil. Dans la formation, le conseil et la recherche, les questions concernant les prestations multifonctionnelles doivent avoir la même place que les questions concernant la production et la garde des animaux. 2 Les types se trouvent ici: 3 Conformément aux articles 77a et 77b de la Loi fédérale sur l'agriculture (LAgr)

6 Conclusion Le Conseil fédéral propose de mettre à disposition 11'264 millions pour des payements directs durant la période Pro Natura ne peut être d'accord avec cette enveloppe financière que si la PA de claires améliorations des prestations. Il faudrait réduire substantiellement l'enveloppe financière, si les contributions générales à la garde d'animaux ne sont pas supprimées et que des objectifs environnementaux clairs ne sont pas présentés. Un projet insuffisant remet donc en jeu à la légère une consensus sur la politique agricole qui fonctionne et dont la majorité des paysan-ne-s ont bénéficié jusqu'à présent. L'Union suisse des paysans (USP) est directement concernée. Son attitude menace le consensus politique sur l'agriculture, et donc aussi l'enveloppe financière. L'USP est aussi consciente de travailler contre les paysan-ne-s accordant une valeur élevée à l'exploitation écologique de leur domaine, conformément à ce que leur demande la constitution. Pour plus d'informations, veuillez contacter : Marcel Liner Pro Natura, chargé de projet en politique agricole Tél

7 Le mythe de l «agriculture suisse écologique» Rencontre avec la presse, 24 juin 2011, Berne

8 Les fleurs ne mentent pas!"#$"%&'"()*+,-)).)/'001)!2&$34&(5)!"#$"%&'"()67*7)).)8&9):452&4);):45340'")<"%"="1) 2

9 Les fleurs ne mentent pas 3

10 Les paysages ne mentent pas Jura tabulaire BL E92&#"F)8&9DG)H042A)IG)BJ40(K)'%)L4#345)MG)"5)40G)N67*7OF)) P/4%("0)("&)!'9('="&A'5Q5)'%)("&)E#3J"'R)A"'5)*+77S) 4

11 Le mythe de l «agriculture suisse écologique»!"#$%&'("$)*)+%,-.'( U"AW#'("A) /0($)12030%')4(56(7( 8&304+.3(%")?9%5&") 42#2%")A2U&V?4W") V#909X'Y2")(")04)0VX'A04W9%) A2'AA")

12 Le mythe de l «agriculture suisse écologique» Constitution fédérale, art. 104 : «La Confédération veille à ce que l agriculture, par une production répondant à la fois aux exigences du développement durable et à celles du marché, contribue substantiellement: a. à la sécurité de l approvisionnement de la population; b. à la conservation des ressources naturelles et à l entretien du paysage rural; c. à l occupation décentralisée du territoire.»! La PA 2002 avait difini explicitement le «développement durable» comme étant la protection de l environnement! La conservation des ressources naturelles doit être un but explicite de la Confédération Et pourtant :! Les déficits stagnent depuis plus de 10 ans dans de nombreux domaines environnementaux. Une importante partie du mandat constitutionnel défini par l art. 104 CF n est donc pas remplie! 6

13 Biodiversité et paysage /9"&0&(:.'(2)2-*0;)4'(:9)%'.0-<(4%$=.-3'(3.'&.( $3%;,-.(:04'(*.'(&.33.'($-*;>".'( \B[)])BAU^#"A) #4&4#5V&'AWY2"A)"5) Z%('#") [%%V") Source : Station ornithologique suisse de Sempach, Photos M. Jenny C*)-.D.(:.'($=012'(E(F*.D+0-(G6(

14 Biodiversité et paysage /%H>3.'(I3-4'(E(F*.D+0-(G6J( K=)&)L(MN(O.44P( Source: D après Holzgang et al. 2005, in: Lachat T. et al. (2010): Wandel der Biodiversität in der Schweiz seit 1900

15 Surplus d azote, en tonnes par année CQ)&.( CQ)&.( Source: Agroscope Reckenholz-Tänikon, ART 9

16 Immissions d azote dans les écosystèmes sensibles Unité : kg d azote par hectare et par année) E92&#"F)\_B`;a"5"95"A5)67*7) 10

17 Utilisation de pesticides Évolution des ventes de produits phytosanitaires ce n est pas la quantité de matières actives qui est décisive mais leur toxicité. Cette dernière a massivement augmenté ces 20 dernières années (ex. : les néonicotinoïdes sont 5000 fois plus efficaces que le DDT (DL 50 pour les abeilles)?.4&.'(:.(23):-%&'(2=p&)'04%&0%3.'( U)44.'(:.( 10;H3.'(0$;>.'( R4'.$;$%:.'( S):.4;$%:.'( S"+-*0&.-3'(:.( $3)%''04$.( T)4+%$%:.'( 6.3I%$%:.'( 11

18 Comparaison : Suisse / Pays voisins b!l4)e2'aa")%c"a5)u4a)?"'00"2&") U"AW#'("A)U4&)34)E[dK) V09'X%"?"%5)("A)#92&A)(c"42TK) U9002W9%)4R95V")"5#G) 12

19 Comparaison des densités d animaux agricoles entre la Suisse et l étranger 5)12030%')4(%4&.340;)40*.(:.'(:.4'%&"'(:.'($=.2&.*'(0+3%$)*.'(.&("1%''%)4(:.(V6W(:.(*90+3%$-*&-3.( B4%&"'(:.(+3)'(I"&0%*(203(=0(GCB( 81%''%)4'(:.(V6W(:.(*90+3%$-*&-3.(:.'( 20P'(.-3)2".4'(XY&0&(Z[[\]( 13

20 Conclusions! Les prestations écologiques de l agriculture suisse stagnent depuis le début de l introduction de la nouvelle loi sur l agriculture en L agriculture suisse provoque d importants déficits dans 13 domaines environnementaux.! La comparaison des prestations écologiques de l agriculture suisse avec celles des pays voisins fait l effet d une douche froide. La Suisse ne ressort jamais avec des prestations vraiment positives. En particulier, les trop grands effectifs d animaux provoquent de mauvaises conditions d élevage avec toutes les conséquences négatives que cela comporte.! La Politique agricole manque d objectifs écologiques clairs. Les buts actuels sont même édulcorés.

21 SBV auf Konfrontationskurs mit der Natur )8&9(2#W9%)#9%5&")V#909X'"F «Les agriculteurs doivent gagner leur argent avec une production durable de denrées et non pas avec des paiements directs versés pour ne rien faire. ( ) Les fleurs sauvages de nos jachères, aux si jolies couleurs, ne pourront pas venir agrémenter notre menu!» CN Jacques Bourgeois, Directeur de l Union Suisse des Paysans USP, I9%DV&"%#")(") U&"AA")4%%2"00")67**) )H2052&04%()X"X"%)/40(F) )!"#$%#&'#()&%*)+#*,-'.%#,*)&%-)+#,%-%**%#/0$1('#()'#&)2-.3(4567'#()%5#%-) 15

22 Merci! ))))))))))>2)U4'%)"5)("A)f"2&A)N<3"'%540)67**O) 16

Analyse du coût de production du lait biologique

Analyse du coût de production du lait biologique Analyse du coût de production du lait biologique Evolutions 2007 2009 Jérôme Pavie Institut de l Elevage Analyse des coûts de production en lait biologique Méthode Institut de l Elevage Réseaux d Elevage

Plus en détail

ACV des produits agricoles sélectionnés en comparaison avec des importations

ACV des produits agricoles sélectionnés en comparaison avec des importations Résumé ACV des produits agricoles sélectionnés en comparaison avec des importations Contexte et objectifs Etant donné le dynamisme du commerce de produits agricoles, la compétitivité écologique du secteur

Plus en détail

CIPEL Plan d action 2011-2020 Tableau de bord technique 2014

CIPEL Plan d action 2011-2020 Tableau de bord technique 2014 Objectifs du plan d action 2011-2020 Dans le domaine agricole, le plan d action vise principalement à réduire les apports en phosphore dans les eaux par ruissellement ou érosion et à limiter les apports

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

L agriculture, un secteur moderne

L agriculture, un secteur moderne L agriculture, un secteur moderne La modernisation de son agriculture a permis à la France de se propulser au rang de premier producteur européen et de premier exportateur mondial de produits agroalimentaires

Plus en détail

Politique agricole 2014-2017: pour une agriculture productive et durable

Politique agricole 2014-2017: pour une agriculture productive et durable Département fédéral de l'économie DFE Politique agricole 2014-2017: pour une agriculture productive et durable Berne, 23.03.2011 - En mettant en oeuvre la politique agricole PA 14-17, le Conseil fédéral

Plus en détail

Prise de position sur la révision de l ordonnance sur la protection des eaux

Prise de position sur la révision de l ordonnance sur la protection des eaux Office fédéral de l environnement Division Eaux 3003 Berne Direktion Berne, le 3 mars 05 tr Weststrasse 0 Postfach CH-3000 Bern 6 Telefon 03 359 5 Telefax 03 359 58 5 smp@swissmilk.ch www.swissmilk.ch

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Ordonnance sur les parcs d importance nationale

Ordonnance sur les parcs d importance nationale Projet du 0 janvier 007 Ordonnance sur les parcs d importance nationale (Ordonnance sur les parcs, OParcs) du... Le Conseil fédéral suisse, vu les art. k et 6 de la loi fédérale du er juillet 966 sur la

Plus en détail

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement Une population de neuf milliards d'humains est prévue au XXIème siècle. Nourrir la population mondiale est un défi majeur qui ne peut

Plus en détail

Berne, le 29 août 2012

Berne, le 29 août 2012 L'Office fédéral de la communication Consultation concernant la révision partielle de la loi sur la radio et la télévision Zukunftstrasse 44 Case Postale 2051 Bienne Berne, le 29 août 2012 Prise de position

Plus en détail

Ordonnance concernant l assurance-accidents et la prévention des accidents dans l agriculture 1)

Ordonnance concernant l assurance-accidents et la prévention des accidents dans l agriculture 1) Ordonnance concernant l assurance-accidents et la prévention des accidents dans l agriculture 1) du 6 décembre 1978 L'Assemblée constituante de la République et Canton du Jura, vu les articles 98, 99,

Plus en détail

Lettre de rappel sur HODUFLU

Lettre de rappel sur HODUFLU Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Office fédéral de l agriculture Secteur Paiements directs - Programmes Département fédéral de l environnement, des transports,

Plus en détail

M 1412. Secrétariat du Grand Conseil

M 1412. Secrétariat du Grand Conseil Secrétariat du Grand Conseil M 1412 Proposition présentée par les députés: M mes et MM. Nelly Guichard, Luc Barthassat, Claude Blanc, Hubert Dethurens, Henri Duvillard, Pierre Marti, Etienne Membrez, Michel

Plus en détail

Initiative pour des denrées alimentaires produites de manière durable (Initiative sur les denrées alimentaires)

Initiative pour des denrées alimentaires produites de manière durable (Initiative sur les denrées alimentaires) Initiative pour des denrées alimentaires produites de manière durable (Initiative sur les denrées alimentaires) Projet à l intention de l examen juridique La version allemande fait foi. Texte de l initiative

Plus en détail

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION Pourquoi les élu-es EELV au Conseil Régional ne voteront pas le Plan Bio Midi-Pyrénées 2014-2020 en l état? Plan Bio Midi-Pyrénées, un plan sans

Plus en détail

916.010 Ordonnance sur l aide à la promotion des ventes de produits agricoles

916.010 Ordonnance sur l aide à la promotion des ventes de produits agricoles Ordonnance sur l aide à la promotion des ventes de produits agricoles (Ordonnance sur la promotion des ventes de produits agricoles, OPVA) du 9 juin 2006 (Etat le 1 er janvier 2014) Le Conseil fédéral

Plus en détail

Ordonnance sur la vulgarisation agricole et la vulgarisation en économie familiale rurale

Ordonnance sur la vulgarisation agricole et la vulgarisation en économie familiale rurale Ordonnance sur la vulgarisation agricole et la vulgarisation en économie familiale rurale (Ordonnance sur la vulgarisation agricole) 915.1 du 26 novembre 2003 (Etat le 22 décembre 2003) Le Conseil fédéral

Plus en détail

API : amélioration du potentiel pollinisateur des abeilles

API : amélioration du potentiel pollinisateur des abeilles API : amélioration du potentiel pollinisateur des abeilles Version du 16 mars 2015 Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementaux et climatiques 1. Description du type d opération

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

Rapport agricole 2014. Résumé. Rapport agricole 2014

Rapport agricole 2014. Résumé. Rapport agricole 2014 Rapport agricole 214 Résumé Rapport agricole 214 Rapport agricole 214 Editeur Office fédéral de l agriculture (OFAG) CH-33 Berne Tél. : +41 58 462 25 11 Fax : +41 58 462 26 34 Internet : www.blw.admin.ch

Plus en détail

Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable

Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable Introduction : photo Ile DE Pâques p 188, exemple d une civilisation effondrée en raison d une mauvaise gestion de ses ressources

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Première semaine de la session de printemps 2007

Première semaine de la session de printemps 2007 Session de printemps : 1ère semaine 12 mars 2007 Première semaine de la session de printemps 2007 Au cours de la première semaine de session, les deux Chambres ont examiné les divergences qui les opposent

Plus en détail

Chapitre 2 : Nourrir les hommes

Chapitre 2 : Nourrir les hommes Chapitre 2 : Nourrir les hommes Caricature de Kal et Plantu PBL= De quelle manière la mise en place d une agriculture durable permet-elle de nourrir l humanité? I- Etude de cas : «Les paradoxes de l agriculture

Plus en détail

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

LE COUT ECONOMIQUE DE L UTILISATION DES PESTICIDES EN SUISSE COMPTE PILOTE

LE COUT ECONOMIQUE DE L UTILISATION DES PESTICIDES EN SUISSE COMPTE PILOTE Greenpeace, Pro Natura, SVS/BirdLife Schweiz, WWF LE COUT ECONOMIQUE DE L UTILISATION DES PESTICIDES EN SUISSE COMPTE PILOTE Résumé Zurich, 17 avril 2014 Remo Zandonella, Daniel Sutter, Rahel Liechti,

Plus en détail

Le BourgEon dessus, dedans

Le BourgEon dessus, dedans Le BourgEon dessus, bio dedans Le Bourgeon Les deux tiers des consommatrices et consommateurs suisses mangent régulièrement bio. Et ils sont de plus en plus nombreux à apprécier le naturel, la saveur authentique

Plus en détail

2013-2018. D I N T E R V E N T I O N de l Agence de l eau Rhin-Meuse DOSSIER DE PRESSE. 10 ème Programme DOSSIER DE PRESSE 2013-2018

2013-2018. D I N T E R V E N T I O N de l Agence de l eau Rhin-Meuse DOSSIER DE PRESSE. 10 ème Programme DOSSIER DE PRESSE 2013-2018 10 ème Programme Vendredi 12 octobre 2012 Agence de l eau Rhin-Meuse 9h30 >13h00 Contact presse : Dominique Frechin / tél. 03 87 34 48 59 1 Les priorités Les avancées L état des eaux Les causes et les

Plus en détail

1ère séance: Audit des programmes environnementaux

1ère séance: Audit des programmes environnementaux 1ère séance: Audit des programmes environnementaux Conférenciers: Kikis Kazamias Barbara Hurst Klaus Mayramhof Valeryi I. Khripun Victor Eiff (modérateur) Présentation du rapport de la CdCE sur le programe

Plus en détail

Grenelle de l environnement. Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative

Grenelle de l environnement. Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative Grenelle de l environnement Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative 1. Projet de loi Grenelle 1 Le Groupe Chambres d agriculture propose, concernant le projet de loi Grenelle

Plus en détail

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES Fonds pour l environnement mondial 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES INTRODUCTION 1. Les systèmes écologiques ou écosystèmes sont responsables des fonctions de

Plus en détail

Chapitre 11 : la production agricole végétale et animale

Chapitre 11 : la production agricole végétale et animale Chapitre 11 : la production agricole végétale et animale L approvisionnement de l humanité en nourriture constitue un enjeu planétaire majeur pour le 21 ème siècle. Depuis les années 1950, la modernisation

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Mémoire de l'union paysanne. Stratégie de développement durable du gouvernement du Québec

Mémoire de l'union paysanne. Stratégie de développement durable du gouvernement du Québec Mémoire de l'union paysanne Stratégie de développement durable du gouvernement du Québec Octobre 2007 L Union paysanne est un syndicat agricole citoyen qui s est donné pour mission de promouvoir et développer

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

R_38 Créer des parcs naturels régionaux

R_38 Créer des parcs naturels régionaux PLAN DIRECTEUR CANTONAL FICHE DE COORDINATION R_38 Créer des parcs naturels régionaux Etat d'information création : 23.05.11 actualisation : Version adoptée par le CE / juin 2011 But Créer des parcs naturels

Plus en détail

Résolution XII.10. Label Ville des Zones Humides 1 accréditée par la Convention de Ramsar

Résolution XII.10. Label Ville des Zones Humides 1 accréditée par la Convention de Ramsar 12 e Session de la Conférence des Parties à la Convention sur les zones humides (Ramsar, Iran, 1971) Punta del Este, Uruguay, 1 er au 9 juin 2015 Résolution XII.10 Label Ville des Zones Humides 1 accréditée

Plus en détail

Politique énergétique suisse / Actualités Etat : Septembre 2015 Nicole Zimmermann, Cheffe de section, Office fédéral de l énergie

Politique énergétique suisse / Actualités Etat : Septembre 2015 Nicole Zimmermann, Cheffe de section, Office fédéral de l énergie Politique énergétique suisse / Actualités Etat : Septembre 2015 Nicole Zimmermann, Cheffe de section, Office fédéral de l énergie Cité de l énergie, Le Mont sur Lausanne 15.09.2015 COO.2207.110.3.959423

Plus en détail

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Véme Session du Conseil de la Présidence de l UMA Nouakchott, 11 novembre 1992 1 INTRODUCTION A notre époque, les questions

Plus en détail

Instructions concernant la prise en compte des aliments appauvris en éléments nutritifs dans le cadre du Suisse-Bilanz

Instructions concernant la prise en compte des aliments appauvris en éléments nutritifs dans le cadre du Suisse-Bilanz Instructions concernant la prise en compte des aliments appauvris en éléments nutritifs dans le cadre du Suisse-Bilanz Edition 1.8 Les principaux changements sont marqués avec dans la marge. Module complémentaire

Plus en détail

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement.

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement. LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Constats et enjeux En un siècle, l impact de l homme sur la nature a bouleversé l environnement. Nos modes de production et de consommation sont en cause, ainsi que nos choix énergétiques.

Plus en détail

Agriculture biologique

Agriculture biologique Agriculture biologique Guide des possibilités de soutien aux producteurs biologiques en Europe Agriculture et développement rural La présente publication est un document d information destiné aux agriculteurs,

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Nos arguments en faveur du bioéthanol

Nos arguments en faveur du bioéthanol Nos arguments en faveur du bioéthanol France Betteraves Passion Céréales SNPAA Le 13 novembre 2007 P 1 / 10 Fiche ENERGIE EN BREF Une part raisonnable de 10 % dans le bouquet énergétique Le bilan énergétique

Plus en détail

Argumentaires Contre

Argumentaires Contre Parlamentsdienste Services du Parlement Servizi 13.095 del Parlamento Servetschs dal parlament Argumentaires Contre Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l énergie. Initiative populaire

Plus en détail

Règlement pour le sous-groupement du groupement professionnel Floriculture relative à l'exemption de la taxe sur le CO 2

Règlement pour le sous-groupement du groupement professionnel Floriculture relative à l'exemption de la taxe sur le CO 2 Règlement pour le sous-groupement du groupement professionnel Floriculture relative à l'exemption de la taxe sur le CO 2 I. NOM, SIÈGE ET BUT 1 Sous la dénomination de «Groupe CO 2», existe au sein du

Plus en détail

Stratégie fiscale Imposition des véhicules routiers

Stratégie fiscale Imposition des véhicules routiers Contexte L imposition des véhicules routiers est réglée par la loi du 12 mars 1998 sur l imposition des véhicules routiers (LIV, RSB 761.611). Sont soumis aux taxes sur la circulation routière les véhicules

Plus en détail

Souverainetéalimentaire(SA)

Souverainetéalimentaire(SA) Souverainetéalimentaire(SA) AllianceAgraire, décisiondu 1 er février2011 Définition d après la Via Campesina Souveraineté alimentaire Décrit le droit de la population d un pays ou d une union de se prononcer

Plus en détail

Créer une AMAP. Les autres "paniers" S informer et agir! www.defipourlaterre.org. Qu'est-ce que c'est? Le principe est simple :

Créer une AMAP. Les autres paniers S informer et agir! www.defipourlaterre.org. Qu'est-ce que c'est? Le principe est simple : S informer et agir! Créer une AMAP Qu'est-ce que c'est? L'AMAP est une Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne (marque déposée), dont l'objet principal est de "mettre en lien paysans et

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Le développement durable en question : Sens du concept du point de vue des agriculteurs

Le développement durable en question : Sens du concept du point de vue des agriculteurs Le développement durable en question : Sens du concept du point de vue des agriculteurs Élisabeth Michel-Guillou & Lise Bihannic CRPCC EA 1285 Centre de Recherches en Psychologie, Cognition et Communication

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

Expériences en cas de grands projets dans le domaine de la construction bois

Expériences en cas de grands projets dans le domaine de la construction bois Expériences en cas de grands projets dans le domaine de la construction bois Bref rapport de la Haute école spécialisée bernoise, Institut de la construction bois, des structures et de l architecture Projet

Plus en détail

PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées

PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementaux et climatiques Version du 3 février 2015 1. Description du

Plus en détail

Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter

Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter En 2007, un groupe d experts réunis par l Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO) a publié un rapport soulignant

Plus en détail

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Daniel Büchel, Vice-directeur, directeur du programme SuisseEnergie Politique énergétique: de quoi s agit-il? Sécurité de l approvisionnement Sécurité technique

Plus en détail

PSADER du Haut-Bugey. du programme d actions. Comité PRADR Vendredi 7 janvier 2011

PSADER du Haut-Bugey. du programme d actions. Comité PRADR Vendredi 7 janvier 2011 PSADER du Haut-Bugey Présentation du programme d actions Comité PRADR Vendredi 7 janvier 2011 Territoire du Haut-Bugey Un bassin de 60 000 habitants (géographiquement très concentrés) Deux «capitales»

Plus en détail

Vingt ans d expérience : Investir dans les services écosystémiques et l adaptation au changement climatique pour assurer la sécurité alimentaire

Vingt ans d expérience : Investir dans les services écosystémiques et l adaptation au changement climatique pour assurer la sécurité alimentaire RÉSUMÉ ANALYTIQUE Vingt ans d expérience : Investir dans les services écosystémiques et l adaptation au changement climatique pour assurer la sécurité alimentaire CONTEXTE GÉNÉRAL La production agricole

Plus en détail

Hausse des coûts = hausse des primes

Hausse des coûts = hausse des primes o Fait N 1 Les caisses-maladie payent pour 23 milliards de francs de factures par an. Lorsqu on est malade, on veut pouvoir bénéficier de la meilleure médecine possible et on est content que ce soit l

Plus en détail

Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT Le défi du changement climatique Glaciers en fonte, élévation du niveau de la mer, diminution des ressources

Plus en détail

Stratégie ALPDS 2012 2015

Stratégie ALPDS 2012 2015 VZLS Verband Zahntechnischer Laboratorien der Schweiz ALPDS Association des Laboratoires de Prothèse Dentaire de Suisse ALPDS Associazione dei Laboratori di Protesi Dentaria Svizzeri Stratégie ALPDS 2012

Plus en détail

Treize mesures pour une agriculture écologique. Document de position des Verts suisses

Treize mesures pour une agriculture écologique. Document de position des Verts suisses Treize mesures pour une agriculture écologique Document de position des Verts suisses Adopté par l assemblée des délégué-e-s du 19 septembre 2009 Selon l article 104 de la Constitution fédérale, l agriculture

Plus en détail

Plan d action pour le développement de l agriculture biologique dans le canton de Fribourg

Plan d action pour le développement de l agriculture biologique dans le canton de Fribourg Plan d action pour le développement de l agriculture biologique dans le canton de Fribourg Document soutenu par : - la Direction des institutions, de l agriculture et des forêts - Bio Fribourg - Bio Suisse

Plus en détail

OMD 7 - Assurer un environnement durable

OMD 7 - Assurer un environnement durable OMD 7 - Assurer un environnement durable Garantir à la population un environnement durable et sain constitue le socle du septième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). Cet objectif cible

Plus en détail

Emplois verts Perspectives pour le développement durable. Moustapha Kamal Gueye gueye@ilo.org

Emplois verts Perspectives pour le développement durable. Moustapha Kamal Gueye gueye@ilo.org Emplois verts Perspectives pour le développement durable Moustapha Kamal Gueye gueye@ilo.org Vue d ensemble 1. Les risques des modèles de développement actuels pour le développement durable 2. Economie

Plus en détail

La crise mondiale des revenus agricoles

La crise mondiale des revenus agricoles Le marché a perdu la clé des champs André D Beaudoin Secrétaire Général UPA DI La crise mondiale des revenus agricoles Forum Souveraineté alimentaire Niamey/ novembre 2006 Depuis plus de quatre décennies:

Plus en détail

Motion n 1125 Glyphosates, trop toxiques

Motion n 1125 Glyphosates, trop toxiques Motion n 1125 Glyphosates, trop toxiques Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs Le 20 mars 2015, l OMS a classé cinq pesticides dont le glyphosate, "cancérogènes probables pour l Homme". Le glyphosate

Plus en détail

Une brève histoire du lait et de ses quotas

Une brève histoire du lait et de ses quotas Note du service d études d ECOLO 03/2015 Une brève histoire du lait et de ses quotas Le 31 mars 2015 marquera la fin de 31 années de quotas laitiers. Une véritable révolution dans le monde agricole européen,

Plus en détail

Excellences, Mesdames, Messieurs

Excellences, Mesdames, Messieurs Excellences, Mesdames, Messieurs Permettez-moi d abord de vous présenter les salutations chaleureuses de Son Excellence Paul BIYA,Président de la République du Cameroun, qui aurait tant voulu prendre personnellement

Plus en détail

Optimiser le dispositif des AMM

Optimiser le dispositif des AMM Avril 2010 RECONNAISSANCE MUTUELLE EUROPEENNE Optimiser le dispositif des AMM Légumes de France Légumes de France : Syndicat national majoritaire des producteurs de Légumes de France. Représente l ensemble

Plus en détail

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure :

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure : OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneu et autres végétau indésirables Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementau et climatiques

Plus en détail

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Ministère de l Environnement l et du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Expert National Statisticien/Economiste

Plus en détail

VERS LE RÉTABLISSEMENT DU CARIBOU FORESTIER!

VERS LE RÉTABLISSEMENT DU CARIBOU FORESTIER! MÉMOIRE DÉPOSÉ À ENVIRONNEMENT CANADA DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION SUR LE PROGRAMME DE RÉTABLISSEMENT DE LA POPULATION BORÉALE DU CARIBOU DES BOIS (RANGIFER TARANDUS CARIBOU) AU CANADA VERS LE RÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

L eau, élément de vie

L eau, élément de vie L eau, élément de vie brochet, Jura, France Le brochet, poisson prédateur Le brochet est, en tant que prédateur, une pièce essentielle des écosystèmes d eau douce. Le fonctionnement d un écosystème est

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Analyse de développement durable de la production industrielle de sucre Version abrégée du rapport de projet de l EPF Zurich

Analyse de développement durable de la production industrielle de sucre Version abrégée du rapport de projet de l EPF Zurich Analyse de développement durable de la production industrielle de sucre Version abrégée du rapport de projet de l EPF Zurich 1 Objectif de l étude 2 Cadre d investigation Afin d obtenir des données globales

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Coordonner la planification des équipements sportifs et de loisirs

Coordonner la planification des équipements sportifs et de loisirs Coordonner la planification des équipements sportifs et de loisirs A13 Objectifs Intensifier la coordination intercommunale pour la réalisation de nouveaux équipements sportifs et maîtriser l impact des

Plus en détail

Ecotaxe poids lourds

Ecotaxe poids lourds Ecotaxe poids lourds Une exonération indispensable pour les filières bétail et viandes ARGUMENTAIRE CHIFFRE Mission d information sur l écotaxe poids lourds Audition du 16/01/14 L écotaxe poids lourds,

Plus en détail

BIODIVERSITÉ ET PROJET

BIODIVERSITÉ ET PROJET BIODIVERSITÉ ET PROJET FERROVIAIRE, COMMENT INTÉGRER LES GRANDS ENJEUX ÉCOLOGIQUES? FNE Pays de la Loire Xavier METAY 18 novembre 2014 Redon FNE et LNOBPL, quels liens? Le mouvement associatif lié à France

Plus en détail

Réforme de la Politique agricole commune. www.verts-ale.eu J A M A I S

Réforme de la Politique agricole commune. www.verts-ale.eu J A M A I S Réforme de la Politique agricole commune M A I N T E N A N T www.verts-ale.eu ou J A M A I S LES VERTS au Parlement européen appellent à: UNE PAC PLUS JUSTE 20% des exploitations agricoles accaparent 80%

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

LE DESSOUS DES CARTES

LE DESSOUS DES CARTES Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 Description... 2 Principaux thèmes abordés... 2 Contenus... 3 Niveaux, disciplines, compétences... 3 Textes de référence... 3 Notions... 3 Vocabulaire... 4

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

La territorialisation des scénarios de gestion de la biodiversité

La territorialisation des scénarios de gestion de la biodiversité La territorialisation des scénarios de gestion de la biodiversité Xavier Poux, Jean-Baptiste Narcy, Blandine Ramain AScA Laurent Godé, Anne Philipczyk, Anne Vivier, PNRL Séminaire final DIVA 2 5-7 avril

Plus en détail

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Anne Baehler Bech "Effets de l'épargne-logement défiscalisée sur les finances vaudoises"

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Anne Baehler Bech Effets de l'épargne-logement défiscalisée sur les finances vaudoises MARS 2012 11_INT_573 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Anne Baehler Bech "Effets de l'épargne-logement défiscalisée sur les finances vaudoises" Rappel Rappel de l'interpellation Le 11 mars 2012,

Plus en détail

Agriculture traditionnelle et développement durable

Agriculture traditionnelle et développement durable Agriculture traditionnelle et développement durable La problématique générale : quels sont les enjeux de l agriculture traditionnelle aujourd hui? Montrer que l agriculture traditionnelle dans le monde

Plus en détail

GONDWANA: LA SEULE SOCIÉTÉ CONSEIL SPÉCIALISTE DE LA BIODIVERSITÉ

GONDWANA: LA SEULE SOCIÉTÉ CONSEIL SPÉCIALISTE DE LA BIODIVERSITÉ GONDWANA: LA SEULE SOCIÉTÉ CONSEIL SPÉCIALISTE DE LA BIODIVERSITÉ 1 GONDWANA PRINCIPAUX : LE OBJlElCTIFS PARTENAIRE BIODIVERSITÉ DES ENTREPRISES Société indépendante créée en 2005 ; Gondwana est une société

Plus en détail

Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21

Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21 A. Définition Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21 En juin 1992, 173 pays sont présents à la conférence des Nations Unies à Rio pour discuter sur l Environnement et le Développement. Des déclarations

Plus en détail

(Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO)

(Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO) Kafo Jiginew (Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO) Salon de financement de l agriculture à Sikasso du 06 au 08 mars 2014 THEME : «Le financement

Plus en détail

Prise de position de la fondation Gen Suisse sur la modification de la loi sur le génie génétique et l ordonnance sur la coexistence.

Prise de position de la fondation Gen Suisse sur la modification de la loi sur le génie génétique et l ordonnance sur la coexistence. Office fédéral de l agriculture OFAG Mattenhofstrasse 5 3003 Berne Zurich, le 14 Mai 2013 Prise de position de la fondation Gen Suisse sur la modification de la loi sur le génie génétique et l ordonnance

Plus en détail

Atelier 4 Gestion des ressources naturelles biodiversité agriculture - Contribution citoyenne

Atelier 4 Gestion des ressources naturelles biodiversité agriculture - Contribution citoyenne Atelier 4 Gestion des ressources naturelles biodiversité agriculture - Contribution citoyenne Ressources naturelles : l eau Impact des boues de STEP (épandue) sur la qualité de l eau : des mesures au préalable

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Un budget en baisse PAC 2007-2013 PAC 2014-2020 420,7 milliards

Plus en détail

Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG)

Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG) Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG) conformément à l article 20 de la loi EEG - Projet du BMU - Résumé 5.7.2007 1 Résumé du projet du BMU de compte rendu d activité

Plus en détail

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n P r é s e n t a t i o n Séminaire RDI 2015 Séminaire RDI2015 La politique RDI au service de la gestion de l eau et des milieux aquatiques : point d étape et perspectives Les finalités opérationnelles des

Plus en détail