150 ème anniversaire de l arrivée du train. en gare de Frasne. 4 ème partie. Lucien BOLE. En l honneur des cheminots

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "150 ème anniversaire de l arrivée du train. en gare de Frasne. 4 ème partie. Lucien BOLE. En l honneur des cheminots"

Transcription

1 150 ème anniversaire de l arrivée du train en gare de Frasne Les employés PLM de la gare de Frasne vers 1910 (photo Bibi TROUTTET) 4 ème partie Lucien BOLE En l honneur des cheminots

2 La Compagnie PLM achète le droit d eau de l étang de Frasne Au temps des seigneurs, les moulins étaient leurs propriétés, et les habitants de la communauté devaient y faire moudre leurs grains. Dans les archives de la commune j ai relevé quelques délibérations du conseil municipal qui nous donnent des renseignements sur les moulins et leurs fonctions. La délibération du 15 septembre 1823 concernant le classement des propriétés avec l Inspecteur des contributions directes nous précise : «Il existe sur le territoire de la commune de Frasne deux moulins à eau et une scierie en trois établissements sont alimentés par l étang mentionné d autre part. Le premier, le moulin de Louthaud a quatre tournants dont trois pour la mouture des graines et le quatrième consiste dans une ribe à chanvre. Le second est également à quatre tournants dont trois pour les graines et une scie. Le troisième établissement se compose d une double scie. Ces trois usines appartiennent au même propriétaire. Les eaux qui les font mouvoir sont souvent très basses. La conservation du poisson ne permet pas de disposer de la totalité du volume des eaux. De là il arrive que ces usines chaument une grande partie de l année lors des sécheresses et en hiver pendant les gelées et les encombrements des neiges.» Dans les annuaires départementaux du Doubs nous avons aussi quelques indications sur le fonctionnement des moulins comme pour l année 1852 : «Frasne : une scierie à deux lames à l étang de Frasne et ruisseau de Vaudinpropriétaire MM. Carrez et Rémy Chômage les ¾ de l année. On scie 3 à 400 douzaines de planches par an. Moulin à blé à 3 tournants (à l Houtaud). Ce moulin chôme les 2/3 de l année. On moud 5000 doubles décalitres par an. Scierie et scie circulaire à Parois. La scierie chôme les 2/3 de l année. La scie circulaire est de faible importance.» Plus récemment, je peux évoquer la transformation du moulin du Lotaud en une prise d eau pour alimenter la gare de Frasne en eau afin de pouvoir approvisionner les machines à vapeur. Cette nouvelle fonction se fera du temps du PLM, qui plus tard deviendra la SNCF. C est en 1913 que les chemins de fer de Paris Lyon et à la Méditerranée (PLM) ont acquis des immeubles appartenant à M. Charton Victor de Bief du Fourg : «Terrains : 92 ares 15 ca Bâtiments et dépendances de l usine de Lotaud, y compris moteur et transmission Droit d usage de l eau de l étang de Frasne pour le fonctionnement d une machine élévatoire à l usine du Lotaud et l alimentation de la gare de Frasne.» 2

3 Le tout fut acheté pour francs avec entrée en jouissance le 1 er juillet Dans l acte il est précisé que M. Charton pourra enlever dans un délai de trois mois, tout ou partie du matériel et de l outillage de meunerie et de scierie. Il garde le droit aussi de prélever 50 M3 d eau par jour pour la machine à vapeur de son usine de l étang et 500 M3 de glace en hiver. De cette époque des plans ont été dressés situant le ruisseau, la retenue d eau, l emplacement de la conduite jusqu en gare, ainsi que les plans de l intérieur du bâtiment. Pour suivre le fonctionnement de cette usine, le PLM installa sur place des employés. En 1926 il s agit de Luneau Jean Baptiste (30 ans) et son épouse Marguerite Luneau. En 1946 nous trouvons Clément Henri et son épouse Denise et leur fille Marceline. C est cette famille que nous avons connue lorsque nous habitions rue des moulins. Elle a quitté le moulin en 1955 et par la suite se sont des employés du service de l équipement de la gare qui venaient surveiller les installations. Mon père a fait souvent le chemin pour aller au moulin y compris en hiver et ceci jusqu en 1958, année où les premières locomotives électriques ont remplacé les célèbres machines à vapeur. Notre instituteur, Monsieur Michel Dornier nous a fait assister le 25 avril 1958 au voyage inaugural de la première locomotive électrique sur la ligne. Ce jour là il pleuvait, mais je vois encore cette étrange machine entrer en gare avec sur le devant des drapeaux tricolores et au son de ses klaxons. Le château d eau en gare de Frasne, hors service. 3

4 Le moulin étant habité, la commune devait en assurer le déneigement, et ce n était pas une entreprise facile comme le prouve la tournée du triangle le 27 décembre 1940 où douze bœufs ont été attelés pour ouvrir le chemin depuis le village jusqu au moulin. Mais il semble que le fonctionnement du moulin et les problèmes de régularité dans les débits ont conduit la SNCF en 1938 a demandé à la mairie et le nouveau syndicat des eaux de lui fournir 500 m3 d eau par jour pour alimenter le réservoir. Nous mesurons mieux les quantités d eau utilisées par les machines à vapeur, rien qu en gare de Frasne. La commune de Frasne fut contactée début 1962 par la SNCF qui voulait vendre le droit d usage de l eau de l étang, du bâtiment du moulin, de la conduite de refoulement et des terrains d une contenance de 1ha33a12ca pour un prix forfaitaire de nouveaux francs. Il est vrai que l électrification de la ligne avait comme conséquence la suppression des machines à vapeur sur cette ligne. Le conseil donna une suite favorable à ce projet car il pensait pouvoir utiliser l eau dans les chasses d eau installées sur les canalisations des nouveaux égouts. Cet envoi d eau était nécessaire compte tenu de la faible pente du réseau. De cette façon la commune n utiliserait pas l eau potable pour ce nettoyage. En réalité le raccordement n a jamais été fait dans ce sens, et la commune a ensuite décidé de fermer les chasses d eau sur le réseau. D autre part l exutoire des égouts se fait au delà du moulin dans le ruisseau du Lotaud, ce qui exige aussi un certain débit d eau pour entraîner les effluents et les diluer. Il fallait donc pouvoir compter sur l eau de l étang. Séance du 10 janvier 1962 «Le maire fait part à l assemblée d un échange de correspondance relatif à la vente par la SNCF : 1. Du droit d usage de l eau de l étang 2. Du bâtiment du Lothaud 3. De la conduite de refoulement 4. Des terrains avoisinants d une superficie de 1ha33a12ca au prix forfaitaire de NF. L exposé du maire entendu l assemblée considérant : 1. Que la construction du réseau d égouts de Frasne ayant été exécuté avec un minimum de pente exigé du faite de la conformité du territoire communal dans un souci de salubrité publique pouvant être mis en cause par d éventuelles stagnations, a décidé de faire passer dans cette canalisation un courant d eau nécessaire, regrettant toutefois d user à cet effet l eau potable en provenance de ses sources d alimentation. A la proposition de la SNCF mettant à notre disposition de l eau industrielle aplanirait ces difficultés ; il est donc inutile de préciser l intérêt que nous portons à cet achat dont la parfaite destination à l usage de nos égouts s avère indispensable. De plus la chambre de décantation, point terminal de ces égouts voit son exutoire se jeter dans un ruisseau dénommé «Bief du Lothaud» alimenté luimême par ce droit d eau de l étang de Frasne 2. Que le droit d eau de l étang est indispensable à la commune pour la bonne règlementation des eaux afin d éviter toutes inondations sur ses propres terrains et sur les terrains particuliers situés en aval de l étang. D autres amateurs de ce droit d eau vivement intéressés pour un autre but nous priveraient s ils arrivaient à leurs fins : 4

5 De la réglementation des inondations D une façon certaine de la viabilité de nos installations d égouts Raison pour laquelle l assemblée à l unanimité a décidé de l achat des ces installations SNCF. Donne plein pouvoir au maire pour signer la promesse de vente présentée par la SNCF ainsi que l acte d acquisition. Ouvre un crédit de NF à prélever sur les fonds libres de la commune et demande à l autorité de tutelle de bien vouloir accorder l utilité publique sur cette acquisition.» Malgré la construction par la suite d une station d épuration, la qualité de l eau du ruisseau se trouva fortement dégradée et les écrevisses et autres poissons vont rapidement disparaître. La pollution du ruisseau est aussi la conséquence de la présence de la décharge municipale pendant de longues années et qui était à l origine de nombreux écoulements de liquides polluants, voire même dangereux. En mars 1963, le conseil municipal autorisa les agriculteurs à ranger du matériel de culture dans le moulin, mais à leurs risques et périls. Lorsque le moulin fut détruit par un incendie le 31 décembre 1973, les assurances de la commune ayant constaté la présence de vieux matériels dans le bâtiment, voulaient rendre les agriculteurs responsables. Après concertation un accord est intervenu pour une indemnisation de la commune à hauteur de francs et sans poursuite des agriculteurs qui avaient déposé du matériel. Les ruines du moulin furent démolies et aujourd hui nous pouvons voir en période de basses eaux quelques pierres du mur du moulin qui donnait sur la chute. Le moulin du Lotaud dessiné par Lucien BOLE d après une photo de Julien POIX. Après l incendie, la commune a décidé de raser les ruines. Il est regrettable que ce témoin de notre passé lié aux moulins le long du Lotaud ait disparu. Ce lieu aurait pu devenir un équipement en liaison avec notre environnement si riche et si diversifié. 5

6 La construction du «FRASNE VALLORBE» à travers les délibérations des conseils municipaux L histoire de la construction de la ligne de chemin de fer de Frasne à Vallorbe a déjà fait l objet de plusieurs publications et c est pour cette raison que je propose de me limiter aux différentes délibérations des conseils municipaux de Frasne. Le projet va soulever de nombreux problèmes au niveau du territoire communal et vous pourrez constater à la lecture des délibérations que les élus de l époque ont bien géré ce dossier face à la Compagnie du PLM. Voici la composition du conseil municipal élu pour six ans suite aux élections des 5 et 12 mars 1912 : Charles GIROD, maire, Aimé FUMEY, Joseph DESARMENIEN, Jean CHAUTARD, Louis VALOT, Louis LEPEULE, Auguste BARTHELET, Henri NICOLET, Louis NICOLET, Léon PERRIN, Elie BROCARD, Joseph MARMIER. Composition du conseil municipal élu en mai 1908 Charles GIROD maire, Fidèle BOURDIN, Henri NICOLET adjoint, Aimé FUMEY, Georges LANDRY, Auguste BARTHELET, Jean CHAUTARD, Louis LEPEULE, Léon PERRIN, Elie BROCARD, Anselme LAROUE, Omer MAYET. Séance du conseil municipal du 18 juin 1911 à 7h du matin «Le conseil a été convoqué d urgence le dimanche 18 juin 1911 à 7h du matin. Etaient présents tous les membres du conseil excepté M. Laroue. Le maire communique les plans relatifs au passage du «Frasne Vallorbe» sur le territoire de la commune ; Après examen, le conseil voit dans la construction de deux passages à niveau : un sur le chemin vicinal n 6 et un autre sur le chemin de Grande communication n 30 de très sérieux inconvénients et une série de perturbations dans les travaux des cultivateurs, des industriels, de toute la population. Ces inconvénients sont d autant plus évidents que la fréquentation est très grande sur ces routes ; il y a de plus une source continuelle de dangers auxquels il aurait fallu songer au moment de l étude du projet. Le conseil proteste contre l établissement de ces passages et prit les pouvoirs publics chargés de veiller aux intérêts des communes et des populations de vouloir bien inviter la Compagnie PLM à étudier un nouveau projet afin d éviter par tous les moyens qui sont certainement à la disposition les inconvénients et les dangers signalés. De plus sur les nouveaux tracés au km 1, la compagnie a prévu pour le passage du bétail dans les pâturages un pont de deux mètres de largeur, c est absolument insuffisant. Il est à remarquer que Frasne est un pays essentiellement agricole, que par conséquent ses troupeaux de bétail sont très importants, que les pâturages traversés par la ligne nouvelle vont être coupés en deux parties d une grande superficie et qu il importe de donner satisfaction à la populations agricole en 6

7 établissant un pont d une largeur d au moins trois mètres en lui adjoignant un aqueduc pour l écoulement facile et rapide des eaux. Le conseil exprime aussi l avis qu un deuxième pont de même nature soit construit vers le point Une copie de la présente sera adressée à M. le Député de l arrondissement et à M. le Conseiller général du canton en vue d obtenir leur précieux concours.» Séance du conseil municipal du 18 juin 1912 à 10h du matin : «Etaient présents tous les membres du Conseil. Le Maire expose au conseil que la Compagnie PLM représentée par M. Lechner, conducteur de la voie à Andelot en Montagne désire acquérir dans le pâturage lieu dit «l Ecoulant» environ 3 hectares de terrain pour l établissement à droite de la ligne du «Frasne Vallorbe» d un réservoir alimenté par divers drains et fossés à établir dans les marais et dont le Conseil a pris connaissance. Après discussion, l assemblée n ayant aucune objection au projet consent la vente amiable à 0.18 F le m2. La quantité à vendre sera déterminée ultérieurement.» Même séance : «Le Maire rappelle que par délibération du 18 juin 1911, le Conseil municipal avait fait un certain nombre de réclamations en ce qui concernait les travaux projetés sur la ligne «Frasne Vallorbe». 1. Protestation d abord contre les deux passages à niveau sur les chemins vicinaux n 6 et les deux autres sur le chemin de grande communication Champagnole Pontarlier. 2. Demande d élargissement de 2 à 3 mètres du pont au Km 1. Satisfaction a été donnée. 3. Construction d un pont sur la ligne au point 1km800. Le Maire espère toujours qu avec l appui du service des Ponts et Chaussées intéressé dans la question, satisfaction sera accordée pour les passages à niveau qui apporteraient de trop nombreux inconvénients dans les travaux des agriculteurs, des industriels et des voyageurs. Mais le pont demandé au km est d une nécessité absolue. Le pâturage d une grandeur considérable est coupé en deux par la ligne. La construction de ce pont est d une nécessité absolue tant pour la règlementation des terrains communaux que pour la population agricole, comme pour beaucoup d autres intérêts trop longs à énumérer. Le Conseil, l exposé du maire entendu à l unanimité prie à nouveau les pouvoirs publics chargés de veiller aux intérêts de la commune de vouloir bien inviter la Compagnie PLM à construire le pont tant désiré d une nécessité indiscutable et qui ne parait pas devoir être une source de grandes dépenses. L assemblée, une fois la construction décidée apportera pour la vente des terrains communaux à la Compagnie PLM une grande modération.» 7

8 Séance du 24 juillet 1912 «Le Maire expose que par suite d un oubli involontaire la délibération relative à la vente de terrain communal à la Compagnie PLM pour agrandissement de la gare, prise le 26 avril n a pas été portée au registre. En conséquence il demande à ce qu elle y soit inscrite aujourd hui. Le Conseil donne un avis favorable. La teneur de ladite délibération est la suivante : Le Maire fait connaître à l assemblée que la Compagnie PLM demande à acheter pour l agrandissement de la gare deux parcelles de terrain communal : l une lieu dit «Les Contours» d environ deux ares et l autre lieu dit «Patet» d environ 16 ares. Le Maire entendu, le conseil l autorise à traiter avec la Compagnie au prix de 110 francs l are.» Voici la délibération qui donne satisfaction à la commune puisqu elle confirme la décision de construire les ponts à la sortie du village pour enjamber les deux lignes et ainsi supprimer des passages à niveau (PN) dangereux. Séance du 17 novembre 1912 «Le Conseil municipal, vu la communication du Ministre des travaux publics en date du 13 novembre 1912 portant «offre» par la Compagnie PLM de la construction aux frais de celle ci de 2 passages supérieurs devant remplacer deux passages à niveau prévus sur la ligne «Frasne Vallorbe» et les deux passages à niveau existants déjà sur la ligne «Frasne Pontarlier» à condition que la commune cède gratuitement les terrains communaux servant à l établissement de la ligne «Frasne Vallorbe» Déclare accepter cette offre et s engage à la dite cession de terrains, étant entendu, selon les termes d une conversation verbale qui a eu lieu le 15 novembre 1912 entre M. Mauris, directeur de la Compagnie PLM et M. Girod, député représentant les intérêts de la commune de Frasne et mandaté par celle ci, qu il ne s agit pas des terrains communaux servant à l assiette de la ligne «Frasne Vallorbe» et que notamment les terrains dits «Patet et l Ecoulant» qui ont fait l objet d une convention antérieure avec le service de la voie PLM, ne sont pas compris dans cette cession. Le Conseil regrette que la Compagnie PLM n ait pu établir un pont supérieur au point 1km800 ainsi qu il avait été demandé.» Elle rappelle aussi le rôle important joué par Adolphe Girod, député du Doubs comme négociateur au nom de la commune. Voici copie de la lettre d Adolphe GIROD au directeur du PLM. L implication du Général a été rapidement suivie d effet : «Frasne le 26 juillet 1912 Monsieur le Directeur, Je vous serais très vivement reconnaissant de vouloir donner réponse dans le plus bref délai possible, à la question écrite que j ai posée à M. le Ministre des Travaux publics 8

9 sous le n 2094, et qu il vous a aussitôt transmise pour observation, ainsi que l indique le Journal Officiel du 24 juillet, page 6, point 679. J ai très vivement regretté Monsieur le Directeur de n avoir pas été averti assez tôt de votre présence, dimanche dernier, dans la région du Frasne Vallorbe. En outre du plaisir personnel que j aurai éprouve à vous faire les honneurs de notre beau pays, j aurais pu vous montrer, sur le terrain même, la situation singulière dans laquelle se trouve, et la commune de Frasne et les nombreux voyageurs, commerçants et touristes qui y passent, au regard des travaux effectués actuellement sur notre territoire, et quel préjudice leur serait causé si le vœu que j ai l honneur de faire voter au Conseil général du Doubs, avec mon distingué collègue M. Vandel, ne recevait satisfaction. Quelle est donc cette situation? Alors que tous les travaux qu elle effectue sur son réseau, la Compagnie PLM s efforce à la fois dans son propre intérêt et dans celui des populations de supprimer dans toute la mesure du possible, les passages à niveau, voici que sur le Frasne Vallorbe, presque en plein village, elle en accumule quatre dans un espace si restreint que toute circulation deviendra impossible et que les accidents, impossibles à éviter, ne pourront que se multiplier lors de l exploitation simultanée des deux lignes principales Frasne Vallorbe Lausanne et Frasne Pontarlier Berne. Les horaires sur les deux lignes, pour les express et les trains omnibus, devant être forcément différents, les barrières de l une et l autre voie seront fermées de façon permanente et l accès de la campagne desservie par les chemins qu elles gardent sera interdit à la fois aux attelages et aux troupeaux qui s y rendent. Je connais trop Monsieur le Directeur, votre esprit de justice pour ne pas savoir que je puis compter en la circonstance sur votre diligence. Les travaux se continuent chaque jour sur les chantiers et le tunnel du Laveron s achève. Vous ne pouvez pas plus longtemps laisser nos populations dans l attente, et il ne saurait vous convenir de laisser se prolonger pour elles une situation extrêmement pénible d incertitude et de craintes, qui constituerait à la fois une injustice et un danger permanent.» A cette époque la commune n a toujours pas de réseau d eau potable. Parmi de nombreuses solutions elle a retenu d acquérir des sources sur la commune de Labergement Sainte Marie et du Brey. Le projet devait se poursuivre par la construction d une conduite jusqu à Frasne en passant par Vaux et Chantegrue et Bonnevaux. La percée du tunnel du Mont d Or a créé beaucoup de problèmes au niveau des sources souterraines et le Professeur Fournier avec raison attirait l attention sur la baisse de capacité des sources achetées par la commune. Séance du 25 janvier 1913 «Le maire communique au conseil un rapport de M Fournier, professeur de géologie à Besançon dans lequel il prévoit que dans un temps plus ou moins long les sources «du Capucin» sur la commune de Labergement Sainte Marie et celles de «la Beaume» sur la commune du Brey, subiront une déperdition d eau par suite du 9

10 percement du Mont d Or. Ces sources appartiennent à Frasne, les premières à la suite d un arrangement avec l Etat, les secondes par suite de plusieurs achats. De nombreux travaux ont déjà été exécutés par la commune pour le captage de ces sources en vue de l exécution d un projet d adduction d eau actuellement à l étude en Ministère de l agriculture. Si les prévisions de M. Fournier venaient à se réaliser, ce serait pour la commune un préjudice considérable. Il importe donc de faire de sérieuses réserves auprès de la Compagnie PLM pour les dommages qui pourraient être causés, et le Conseil à l unanimité prie Monsieur le Préfet de vouloir bien faire ces réserves dans les formes voulues devant le Conseil de Préfecture du Doubs.» Finalement le projet a été abandonné au profit de celui du captage des sources à La Rivière Drugeon, dès Séance du 10 mai 1913 «A l unanimité l assemblée autorise le maire à vendre à la Compagnie PLM pour prise d eau destinée à l alimentation des machines du «Frasne Vallorbe» environ 52 ares de terrain communal aux abords du Moulin de Lotaud (parcelles n 87p, 176 et 177p) à raison de 20 F l are.» Afin d alimenter un château d eau en gare de Frasne, la Compagnie PLM va acquérir en 1913 le droit d eau sur l étang de Frasne avec une station de pompage dans le moulin du Lotaud et la construction d une conduite jusqu en gare pour alimenter un château d eau. Le fonctionnement des locomotives à vapeur était très exigeant en eau. Séance du vendredi 9 janvier 1914 : «Etaient présents tous les conseillers municipaux sauf M. Valot. M. Nicolet Henri a été nommé secrétaire. M. le Maire expose que par délibération du 17 novembre 1912, le conseil s est engagé à céder gratuitement les terrains nécessaires à la construction de la ligne Frasne Vallorbe en compensation de la suppression aux frais de la Compagnie PLM des PN du chemin vicinal n 6 et du chemin de Grande communication n 30. Cette délibération n ayant pu être approuvée par M ; le Préfet que le 19 juillet 1913, la compagnie a dû faire fixer par le jury d expropriation qui s est réuni le 25 novembre 1912 pour la ligne entière, l indemnité représentative des 5ha 85a 15ca cédés par la commune de Frasne, cette indemnité a été fixée par défaut à la somme de F. Au cours des travaux, par suite de modifications de détail et surtout en raison de l établissement des Passages supérieurs des emprises supplémentaires d une contenance totale de 40 ares 85ca ont été nécessaires ; un plan et le bulletin de cession ci joints donnent le détail de ces emprises supplémentaires. La Compagnie PLM demande aujourd hui la régularisation de la cession de terrains communaux, c est à dire : 1. L abandon de la somme de F fixé par le jury d expropriation du 25 novembre 1912 et des intérêts de la dite somme. 10

11 2. La cession gratuite de la surface supplémentaire de 40a 85ca dont il est question ci dessus. Le Conseil considérant que la demande faite par la Compagnie est conforme aux engagements pris par le conseil dans sa délibération du 17 novembre 1912, Décide l abandon de la somme de F et la cession gratuite de la surface supplémentaire de 40a85ca et autorise le Maire à signer les actes y relatifs.» Je n ai pas trouvé de délibération du conseil municipal concernant l inauguration de la ligne «Frasne Vallorbe» qui a eu lieu le 16 mai 1915, en pleine guerre mondiale, époque où plus aucun train international ne passait les frontières. La reprise du trafic international Paris Italie par le Simplon Orient Expresse se fera le 11 avril Il est utile à ce niveau de rappeler quelques dates et réalisations de ce vaste projet : 15 juin 1901 : création d une commission française pour étudier les trois variantes pour l accès au Simplon. 14 octobre 1902 : signature d un traité entre la Compagnie du PLM et le Jura Simplon pour les conditions d exécution d une ligne à double voie passant sous le Mont d Or. 19 octobre 1907 : le Conseil d Etat du canton de Vaud prend l engagement de participer aux frais de construction. 18 juin 1909 : signature de la convention à Berne. 20 janvier 1910 : la construction de la ligne Frasne Vallorbe est déclarée d utilité publique par le gouvernement français. 14 novembre 1910 : début du percement du tunnel du Mont d Or côté Suisse. 20 juillet 1911 : début percement du tunnel côté France. 2 octobre 1913 : les deux équipes de mineurs se rencontrent. 1 novembre 1913 : percement du tunnel du Bouquet de 993m. 16 mai 1915 : inauguration officielle de la ligne Frasne Vallorbe. Quelques ouvrages de la ligne qui a une longueur totale de km : Tunnel du Bouquet : 992m Tunnel des Oies : 115m Tunnel du Martinet : 237m Tunnel de Labergement : 523m Tunnel du Mont d Or : 6 099m 11

12 Aménagement de la place de la gare Après la construction des rues pour l accès à la gare, d autres problèmes vont se poser et en particulier l aménagement de la place de la gare, d autant plus qu il a été décidé d édifier le Monument aux morts à cet endroit. Dans sa séance du 25 avril 1921 le conseil a voté un crédit de F pour l érection d un Monument aux morts dont le projet est confié à Georges Laithier, sculpteur à Besançon. Face à l augmentation du trafic autour de la gare avec la mise en place du TGV, il a été décidé de déplacer le Monument aux morts et de l installer sur la place de l église, ce qui a été réalisé en Séance du 29 août 1921 : «Agrandissement de la place de la gare vote de 9 500F. Le Maire soumet au conseil municipal un projet dressé sur sa demande par les agents du service vicinal pour l agrandissement de la cour de la gare de manière à procurer un dégagement suffisant autour du monument aux Morts de la guerre qui doit être édifié sur cette place dans l axe de la rue de la gare. Lequel projet se monte à F y compris la somme à valoir. Le maire soumet en outre une soumission par laquelle M. Lambert Charles s engage à exécuter les dits travaux moyennant un rabais d un centime par franc. Le conseil reconnaissant l utilité et l urgence des travaux vote la somme de F à prendre sur les fonds libres de la commune et propose l acceptation de la soumission de M. Lambert Charles. Les frais de timbre et d enregistrement sont à la charge de la commune. Ouverture d un crédit de F pour frais d acquisition de 2 parcelles de terrain pour l agrandissement de la place de la gare.» C est dans la séance du 25 avril 1921 que le projet pour la construction du monument aux Morts est voté pour un coût global de F dont le transport des pierres par le train. Le marché prévoit que le Monument aux Morts sera terminé pour le 1 er novembre Je ne reviendrai pas sur toute la polémique qui a suivi la première manifestation devant le Monument du fait de l absence d une croix sur l édifice. La place de la gare ne pouvant s agrandir, bien vite des problèmes de stationnement vont se poser, sans parler de l accès pour les cars et les taxis. L arrivée du TGV va accentuer les difficultés et la commune va proposer l aménagement d un parking derrière la poste, puis un second derrière l église. L avenue des marronniers alors en sens unique a permis aussi le stationnement dans toute sa longueur sur un côté. Il faut aussi évoquer dans le cadre de la place de la gare, les activités qui s y rattachent plus ou moins. Je veux parler de l Hôtel de la gare, des scieries et du moulin Turberg avec embranchement SNCF. Ces activités se sont développées au cours du siècle précédent grâce à la présence de la gare et au trafic de voyageurs et de marchandises. 12

13 Aujourd hui la famille TURBERG a développé un autre commerce avec presse, bureau de tabacs et divers services, qui est apprécié des voyageurs et de la population. Un autre de leur bâtiment est occupé par un salon de coiffure. La poste a été installée dans l ancienne mairie et l ancienne gendarmerie a été achetée par le Docteur Chesnel. Les assurances GROUPAMA et l agence FIONA occupent des locaux communaux, anciens garages de la gendarmerie. Par contre l Hôtel de la gare qui avait beaucoup d activités a progressivement perdu de son importance et aujourd hui c est une boulangerie qui y est installée et plusieurs appartements. A noter aussi que les moulins TURBERG ont cessé leurs activités. La place de la gare avec le Monument aux morts vers Un projet important qui n est pas allé à son terme Un projet, qui aurait pu avoir des conséquences importantes pour le village, consistait à construire un autre pont pour desservir tout un secteur au delà des voies. Ce pont pouvait partir du carrefour vers la gendarmerie actuelle qui a été construite sur l ancien chantier de la scierie Louvrier Bourdin puis il traversait les voies au bout du quai de chargement. Une première délibération évoque ce projet le 3 mai 1956 «Le maire fait part à l assemblée d un projet de la SNCF relatif à la construction d un pont au dessus des voies ferrées en remplacement des deux passages à niveau 10 et 13

14 11. Ce projet prévoit un pont partant du chantier Louvrier Bourdin au lieu dit «Derrière la gare». Deux devis ont été dressés, l un prévoyant un pont de 4.30m de large pour un montant de F, l autre un pont de 5.50m de large de F, la participation de la SNCF étant de F, la différence restant à la charge de la commune. Après en avoir délibéré l assemblée donne un avis favorable au deuxième devis c està dire un pont de 5.50m de large mais demande à la SNCF de réviser le côté financier du projet, la participation de la commune étant beaucoup trop élevée.» La SNCF propose un tel projet dans le cadre aussi de l électrification de la ligne Mouchard Pontarlier. La construction d un pont aurait des conséquences sur la construction des caténaires. Séance du 14 août 1956 «Le maire donne connaissance d une lettre de M. Roussel ingénieur SNCF et d un nouveau plan du pont supérieur prévu par la SNCF en vue de la suppression future des PN 10 et PN. Après en avoir délibéré, l assemblée à l unanimité donne son accord pour la construction future de ce pont, toutefois la création de ce pont va obliger la commune de Frasne à réfectionner les voies d accès se trouvant au nord de ce pont, occasionnant ainsi une lourde dépense à la commune de Frasne. En conséquence le conseil municipal serait désireux de voir la SNCF prendre une plus large participation à la dépense envisagée, d autant plus que la participation de la SNCF ne comprend que le coût de la suppression des PN 10 et PN 11 et de la réfection du chemin depuis le PN10 jusqu au pont de Béviaux. L assemblée demande en autre s il ne serait pas possible de faire passer la dépense totale au plan d investissement national.» L électrification de la ligne nécessite que les ponts à la sortie de Frasne, côté Dompierre, soient surélevés. La commune profite de cette situation pour à nouveau solliciter la SNCF pour élargir ces ponts à l extérieure de la chaussée pour créer un passage pour les piétons et les cyclistes. C est dans une délibération du 10 septembre 1956 que cette demande est faite auprès du Sous préfet. Cette demande ne recevra pas un avis favorable comme l enregistre la séance du 8 décembre Dans sa séance du 13 octobre 1956, le conseil municipal fait une nouvelle proposition à la SNCF. «Dans une lettre adressée au maire Monsieur Roussel ingénieur SNCF demande à la municipalité de prendre position au sujet du passage supérieur devant supprimer les PN. Après avoir délibéré l assemblée s engage : 1. Vu le refus de subvention du département 2. Vu le refus de subvention de la part de l Etat 3. Vu le refus de M. le Sous préfet de Pontarlier de faire un emprunt communal pour la réalisation de ce pont. 4. Vu les difficultés budgétaires Propose à la SNCF une somme forfaitaire de F payable comme suit : F en 1957, F en 1958, F en L assemblée demande 14

15 en outre à la SNCF que si cette proposition n est pas retenue par les services compétents de bien vouloir réserver pour l avenir l emplacement de ce pont à la mise en place des pylônes électriques.» Ces sommes sont loin de ce qui était demandé par la SNCF et nous comprenons à partir de là que ce projet ne pouvait pas aboutir surtout avec le refus du Sous préfet pour que la commune réalise un emprunt. Je pense qu aujourd hui un tel projet serait soutenu par les collectivités. Pour la SNCF, le projet est resté d actualité puisqu en novembre 1969 un nouveau plan pour la construction du pont est présenté à la commune. Le conseil municipal ne donne pas suite à ce nouveau projet toujours pour des raisons financières. Nous pouvons facilement imaginer que si ce pont avait été construit, le village se serait développé dans le secteur au delà des voies, peut être au détriment de bonnes terres agricoles. Electrification de la ligne Par contre le chantier d électrification de la ligne est allé à son terme. Mes souvenirs d enfant me renvoient en particulier vers la présence à Frasne de nombreux ouvriers venus d Afrique du Nord pour l implantation des poteaux le long de la ligne. A Frasne ils vivaient regroupés dans la maison qui appartient aujourd hui à la famille Nicolet, vers la place Girod. Inutile de préciser qu il y avait beaucoup de tension entre eux et que nous les enfants de l époque nous n étions pas rassurés. Pour l électrification de la ligne, c est un courant de volts, alternatif, qui a été retenu. Les travaux ont débuté en 1954 pour être terminés au début de L inauguration a eu lieu le 25 avril Tous les enfants des écoles de Frasne étaient présents sur les quais pour cet événement. Tous nous avons été impressionnés par cette nouvelle machine qui entrait en gare décorée de drapeaux : la BB L électrification va entrainer la création d un autre service en gare que nous appelons «les caténaires» et qui sera chargé de l entretien et de la surveillance des lignes. Dans le cadre des travaux d électrification des installations nouvelles sont prévues comme la station de Moremboz, vers le pont de Casse cul. Le conseil municipal dans sa séance du 2 février 1957 autorisa le passage sur le territoire d une ligne de volts en provenance de Champagnole pour alimenter la station. La commune a reçu une indemnité de 6 315F. Dès 1954 la commune louait un terrain entre les voies à la SNCF pour entreposer tout le matériel nécessaire à la construction des caténaires. 15

16 Un autre bâtiment a été construit à l époque en bordure de la cour de la gare, appelée sousstation ou répétiteur. Les premières locomotives électriques : les BB 12000, baptisées «Fer à repasser». Les interventions sur les caténaires méritent une attention toute particulière car les agents peuvent être victimes d accidents plus ou moins graves. En gare de Frasne en 1960, quatre agents sont blessés dont un assez gravement puisqu il restera handicapé et avec un bras en moins, il s agit de M. Schwartz qui décéda en C est très justement que la commune proposa à son épouse d être la marraine du TGV lors de son baptême aux couleurs de Frasne le 12 septembre Un autre accident a eu des conséquences encore plus graves le 30 juin 1982 au niveau le l usine des sciures sur la voie de Vallorbe. Grièvement électrocuté, Serge Delacroix est décédé quatre jours plus tard. Serge était très apprécié au village avec son fort investissement au sein des associations. Enfin un autre blessé avec Paul Trouttet sur la ligne avant Mouchard qui a chuté alors qu il remettait en place une ligne caténaire mais sans être électrocuté. La mise en ciculation des locomotives électriques aura pour conséquence la disparition progressive des machines à vapeur. La commune souhaitait que le château d eau de la gare reste opérationnel mais la SNCF refuse de le maintenir en service : délibération du conseil du 17 avril

17 En1961,deslocomotivesàvapeurfréquententencorelaligne. La«Micheline»resteralongtempsenfonctionaprèsl électrification. 17

18 Création du lotissement de Pré Melon Le nombre d employés à la SNCF devenant de plus en plus important, la commune a envisagé la création d un lotissement au delà des voies qui sera baptisé : «lotissement de Pré Melon». Aujourd hui pour désigner ce secteur du village nous parlons plus souvent de «quartier des cités». Dès 1954 les parcelles sont en vente et la commune vend du terrain à la SNCF le 8 décembre 1956 pour la construction de logements. C est ainsi que seront édifiées les trois cités de deux logements chacune, ainsi que la «grande cité» avec six logements à charge pour la SNCF d assumer la construction des réseaux d eau, d égouts et d électricité (délibération du 6 janvier 1956). La SNCF s engagea le 19 août 1957 à créer les égouts nécessaires pour rejoindre ceux de la rue de Patet en passant sous les voies ferrées. Dans sa délibération du 21 septembre 1960 le conseil reprend à sa charge les égouts ainsi créés et va en assurer l entretien. Le 17 mai 1961, le conseil accepte que le terrain de 11a 99ca qu il a vendu à Emile Laroue en 1949 pour installer ses ruches d abeilles puisse être destiné à autre chose. En effet le terrain avait été vendu avec une close qui précisait qu il ne serait utilisé que pour l installation d un rucher. Emile Laroue pourra vendre ce terrain pour la construction de maisons particulières. De la même façon, d autres propriétaires vont vendre du terrain à bâtir dans les secteurs constructibles. Depuis quelques années deux autres lotissements ont été créés qui occupent des zones constructibles inscrites au Plan Local d Urbanisme PLU. D une seule maison en 1859, celle appartenant à Louis PETITE, nous en sommes aujourd hui à 44 maisons et immeubles pour une soixantaine de logements et il reste des parcelles à construire dans le dernier lotissement en cours d occupation. Mais les habitants de ce quartier se sont toujours sentis un peu isolés et le 17 janvier 1968 ils ont présenté au conseil municipal une pétition pour demander la création d un passage souterrain : «Suite à la pétition des habitants de Pré Melon relative aux dangers encourus en traversant les voies, le maire donne quelques détails sur le prix approximatif de la création d un passage inférieur : Coût= F, participation de la SNCF= F, à la charge de la commune= F. D autre part la commune devrait financer la totalité des travaux, le remboursement SNCF n intervenant qu après exécution de ceux ci qui pourraient débuter en 1968 en cas de financement. Faute de crédit l assemblée remet sa décision à une date ultérieure.» Il faudra attendre l arrivée du TGV sur la ligne en 1984 pour obtenir la création d un passage souterrain au niveau de la gare. 18

19 Le TGV s arrête en gare de FRASNE Pour retracer l historique des arrêts du TGV en gare de Frasne, je reprends les éléments qui figurent dans la revue «Haut Doubs Magazine» de septembre 1981 : «On se souvient de l époque où des élus par stupidité refusaient le passage des antiques locos à vapeur dans leurs pâturages. Pensez donc! Leur pays allait être pollué. C est ainsi que certaines villes dépérirent d année en année ; A Frasne, les élus connaissaient leur histoire et étaient prêts à se battre pour que le TGV ne se contente pas de traverser la commune. Jean TURBERG, tel Don Quichotte s élança contre la Citadelle de la SNCF. Dans son entreprise, il ne se contenta pas d un Sancho Pança et fit équipe avec son Conseiller général Louis PHILIPPE et bien sûr avec un technicien de talent Jacques CHATELAIN. Ce n est pas au premier voyage que le résultat fut positif. Il fut même nécessaire de faire préparer un dossier par le Centre d Etude Economique régional pour émouvoir les technocrates décideurs. C est ainsi qu après bien des vicissitudes, Jean TURBERG reçut un télégramme l informant que le TGV s arrêterait à Frasne, deux fois par jour dans chaque sens. En guise de remerciement la SNCF proposa de faire porter le blason de Frasne par une des premières rames du TGV. Ainsi le samedi 12 septembre, la place de la gare fut envahie par une foule comme il est peu fréquent d en voir à Frasne. De nombreuses personnalités étaient présentes, les discours furent nombreux.» Il me semble important de retenir quelques éléments du discours de Jean TURBERG prononcé sur le quai de la gare face à la rame n 6 du TGV. «Cette manifestation en ce jour, est, pour le représentant de la commune de Frasne, un privilège et un symbole. L événement exceptionnel de ce jour c est l arrêt du TGV et le baptême de cette rame qui portera dans toute la France le nom de notre village. Mais c est aussi le symbole du changement. Je vous ferai une confidence : c est un maire heureux qui s exprime aujourd hui et pour moi le bonheur existe dans la vie publique. Le TGV est un instrument de développement. Les élus ont eu des difficultés, ils ont exprimés leurs besoins, l administration a ouvert ses dossiers, l objectif a été atteint dans un dialogue constructif.» Le même jour, le maire et son conseil profitaient de la présence des personnalités et de toute la population pour inaugurer la nouvelle mairie. 19

20 Frasne avait une nouvelle mairie bien adaptée à ses besoins et qui va devenir un lieu de vie important,placéaudébutde«laruedelagare».ilfautsesouvenirquelamairieaoccupébiendes lieuxdifférentsdanslevillage:deslocauxlouésàdesparticuliers,lamaisoncommuneversl église, l ancienneposte,l anciennegendarmeriepourfiniràlacureavantlaconstructionnouvelle. La ligne TGV est entrée en activité le 22 janvier 1984 après un voyage inaugural en présence du MinistredestransportsM.Fitermannetdenombreusespersonnalités. L arrivée du TGV va entrainer d importants travaux en gare de Frasne au niveau des quais mais surtout la construction d un passage souterrain qui va désenclaver le quartier des Cités. En contre partielepassageàniveausurlarueduchâteaud eauaétédéfinitivementfermé.laplacedelagare sera de plus en plus utilisée d où la décision du transfert du Monument aux Morts sur la place de l église. Pour le TGV, Frasne va devenir le point de départ des personnels chargés d assurer le service de restaurationdanslestrains.différentescompagniesserontconcernéesaufildesannéesoffrantainsi plusde20postesdetravailàdupersonnelsurtoutféminindusecteur. La question reste posée de savoir si notre village a suffisamment exploité l arrivée du TGV? En construisant un immense centre d accueil, nous pensions offrir une structure qui profiterait des services du TGV et ainsi attirer des groupes dans notre commune. Il faut bien reconnaître que le résultatn estpasceluiescompté. Aumomentdefêterle150èanniversairedel arrivéedutrainàfrasne,noussommestousinquiets sur le devenir de cette ligne et surtout sur la poursuite de la circulation des TGV. Beaucoup de rumeurs nous inquiètent sur le maintien du service au niveau actuel. Faut il lancer une nouvelle offensivecommeen1980pourgagnerunenouvellebatailledurail? 20

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP DEPARTEMENT DES ALPES MARITIMES (Arrondissement de NICE) REPUBLIQUE FRANCAISE MAIRIE DE DRAP SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007 COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 Lecture est donnée du

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

Rapport du Conseil communal au Conseil général

Rapport du Conseil communal au Conseil général République et Canton de Neuchâtel COMMUNE DE L A T E NE Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant l achat de parcelles de terrain et une demande de crédit de 138'000 francs pour l aménagement

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL Séance du 24 février 2011 PRESSE

CONSEIL MUNICIPAL Séance du 24 février 2011 PRESSE CONSEIL MUNICIPAL Séance du 24 février 2011 PRESSE Traverse du bourg : travaux d alimentation en eau potable Il y a lieu de procéder à des travaux en matière d eau potable pour remplacer des canalisations

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR SALLE ASSOCIATIVE DE SAINT GEORGES DU BOIS

REGLEMENT INTERIEUR SALLE ASSOCIATIVE DE SAINT GEORGES DU BOIS REGLEMENT INTERIEUR SALLE ASSOCIATIVE DE SAINT GEORGES DU BOIS TITRE I DISPOSITIONS GENERALES Article 1 Objet Le présent règlement a pour objet de déterminer les conditions dans lesquelles doit être utilisée

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 NOVEMBRE 2006

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 NOVEMBRE 2006 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 NOVEMBRE 2006 L an deux mille six, le jeudi 23 novembre à 20 heures 30, le Conseil Municipal, convoqué le 17 novembre, s est réuni en ses lieux habituels

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA VIDANGE ET L ÉTANCHÉITÉ DES INSTALLATIONS SEPTIQUES

RÈGLEMENT SUR LA VIDANGE ET L ÉTANCHÉITÉ DES INSTALLATIONS SEPTIQUES RÈGLEMENT NUMÉRO 276 RÈGLEMENT SUR LA VIDANGE ET L ÉTANCHÉITÉ DES INSTALLATIONS SEPTIQUES ATTENDU QUE le conseil municipal estime qu il est dans l intérêt de la Municipalité d adopter un règlement établissant

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL D HISTOIRE NATURELLE

MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL D HISTOIRE NATURELLE MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL D HISTOIRE NATURELLE CONVENTION D UTILISATION COMMUNE DES INSTALLATIONS DETECTION-INCENDIE et INTRUSION 2 MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL

Plus en détail

RÉUNION PUBLIQUE DE PRÉSENTATION DU PROJET D ASSAINISSEMENT DU 23 NOVEMBRE 2013

RÉUNION PUBLIQUE DE PRÉSENTATION DU PROJET D ASSAINISSEMENT DU 23 NOVEMBRE 2013 MAIRIE DE BAZINCOURT/THIERCEVILLE RÉUNION PUBLIQUE DE PRÉSENTATION DU PROJET D ASSAINISSEMENT DU 23 NOVEMBRE 2013 Mairie de BAZINCOURT sur EPTE et THIERCEVILLE 6, rue de la Mairie 27140 Bazincourt sur

Plus en détail

SÉANCE EXTRAORDINAIRE DU 9 MAI 2011

SÉANCE EXTRAORDINAIRE DU 9 MAI 2011 264 SÉANCE EXTRAORDINAIRE DU 9 MAI 2011 TABLE DES MATIÈRES 1. OUVERTURE DE LA SÉANCE EXTRAORDINAIRE... 265 2. 2011 05 116 RENONCEMENT À L AVIS DE CONVOCATION... 265 3. 2011 05 117 ACCEPTATION DE L ORDRE

Plus en détail

ATTENDU QU un comité d urbanisme a été constitué, conformément aux articles 146 et 147 de la Loi sur l aménagement et l urbanisme (LRQ, ch. A-19.

ATTENDU QU un comité d urbanisme a été constitué, conformément aux articles 146 et 147 de la Loi sur l aménagement et l urbanisme (LRQ, ch. A-19. PROVINCE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE BOILEAU MRC PAPINEAU RÈGLEMENT NUMÉRO 01-065 RÈGLEMENT SUR LES DÉROGATIONS MINEURES AUX RÈGLEMENTS D URBANISME ATTENDU QUE la Municipalité de Boileau a adopté un règlement

Plus en détail

Conseil Municipal du 10 avril 2013

Conseil Municipal du 10 avril 2013 Conseil Municipal du 10 avril 2013 Etaient présents : J-M. Mairey, F. Castro, Stéphane FRAYSSINHES, D. Gruber, R. Napoleone, E. Petit, P. Geistel, G. Pierlot, E. Bonneaud, D. Jacquin, M. Domon, B. Laurent,

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 15 DECEMBRE 2005

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 15 DECEMBRE 2005 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 15 DECEMBRE 2005 L an deux mille cinq, le jeudi 15 décembre à 20 heures 30, le Conseil Municipal, convoqué le 9 décembre, s est réuni en ses lieux habituels

Plus en détail

V I L L E D E C H A T E L - ST- D E N I S

V I L L E D E C H A T E L - ST- D E N I S V I L L E D E C H A T E L - ST- D E N I S Message pour le Conseil général No. 21 Objet : Installation de la société Marvinpac SA au «Pré aux Oies» - Achat de la parcelle 6818 Crédit d investissement -

Plus en détail

1958 2008 50 ans déjà

1958 2008 50 ans déjà 1958 2008 50 ans déjà 1 Jusqu en 1942 le personnel des services municipaux de la ville de Rouen ne bénéficiait d aucun régime d assurances sociales. Ce n est que le 1 er mars 1942 que fut créé un régime

Plus en détail

Délibération au Conseil Municipal du lundi 29 avril 2013

Délibération au Conseil Municipal du lundi 29 avril 2013 9 Délibération au Conseil Municipal du lundi 29 avril 2013 Désaffectation et déconstruction d'un bâtiment municipal -Théatre du maillon à Hautepierre. Avis de la Ville de Strasbourg sur le déclassement

Plus en détail

Le conseil municipal a voté courant juillet la révision du plan local d urbanisme (PLU). Cette révision devra être terminée au plus tard le 1 er

Le conseil municipal a voté courant juillet la révision du plan local d urbanisme (PLU). Cette révision devra être terminée au plus tard le 1 er Le conseil municipal a voté courant juillet la révision du plan local d urbanisme (PLU). Cette révision devra être terminée au plus tard le 1 er janvier 2017. Le conseil après en avoir délibéré a fixé

Plus en détail

COMMUNE DE MOLLAU PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 28 juin 2012 ----------------------------------------------

COMMUNE DE MOLLAU PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 28 juin 2012 ---------------------------------------------- COMMUNE DE MOLLAU PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 28 juin 2012 ---------------------------------------------- Sous la présidence de M. NICKLER Raymond, Maire Nombre de Conseillers

Plus en détail

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 Objet : Demande de subvention Chaufferie bois Conseil Régional du Limousin FEDER DETR Le Maire expose au Conseil Municipal qu'il

Plus en détail

REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE SAINT BAUZELY SEANCE DU JEUDI 26 MAI 2011

REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE SAINT BAUZELY SEANCE DU JEUDI 26 MAI 2011 REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE SAINT BAUZELY SEANCE DU JEUDI 26 MAI 2011 Date convocation : 21/04/11 L an deux mille onze et le jeudi vingt-six mai à vingt et une heures,

Plus en détail

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c.

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c. Cour de cassation - chambre civile 3 Audience publique du 28 mars 2012 Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c./ Société civile immobilière Domaine de Champigny Décision attaquée

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU MERCREDI 04 NOVEMBRE 2015 (Convocation du 26/10/2015)

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU MERCREDI 04 NOVEMBRE 2015 (Convocation du 26/10/2015) SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU MERCREDI 04 NOVEMBRE 2015 (Convocation du 26/10/2015) L an deux mil quinze, le mercredi quatre novembre à vingt heures trente minutes, le conseil municipal de la commune

Plus en détail

COMMUNE DE LADINHAC COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 13 JUILLET 2015

COMMUNE DE LADINHAC COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 13 JUILLET 2015 COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 13 JUILLET 2015 Le conseil municipal de LADINHAC s est réuni le lundi 13 juillet 2015 à 20H30 à la mairie de LADINHAC sur la convocation de Monsieur Clément ROUET,

Plus en détail

REMBOURSEMENT DES DÉPENSES APPLICABLES AUX MEMBRES

REMBOURSEMENT DES DÉPENSES APPLICABLES AUX MEMBRES REMBOURSEMENT DES DÉPENSES APPLICABLES AUX MEMBRES 1. Principes généraux Le Syndicat de l Enseignement De La Jonquière (SEDLJ-CSQ) remboursera à la personne mandatée 1 dans l exercice de ses fonctions,

Plus en détail

Je demande à la Municipalité d étudier les points suivants :

Je demande à la Municipalité d étudier les points suivants : Commune de Lutry Direction des travaux Préavis municipal no 1190/2013 Concernant l aménagement d un trottoir le long de la route de la Conversion entre les chemins de Fénix et d Orzens et réponse à la

Plus en détail

Mire L A N C Y 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0

Mire L A N C Y 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 Mire L A N C Y 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 Message de bienvenue par M.Lorenzini Conseiller administratif Présentation du concept d assainissement Par M. Dubois service des travaux et de l urbanisme Par M. Martin

Plus en détail

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et recommandations Le Pont des Trous constitue un des rares exemples

Plus en détail

Règlementation pour l utilisation des bâtiments communaux par les associations Commune de Montfleur

Règlementation pour l utilisation des bâtiments communaux par les associations Commune de Montfleur Règlementation pour l utilisation des bâtiments communaux par les associations Commune de Montfleur 1 1 Réglementation pour la commune de Montfleur L attribution annuelle sera faite par demande écrite

Plus en détail

PROCES VERBAL DE SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 17 JANVIER 2013

PROCES VERBAL DE SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 17 JANVIER 2013 PROCES VERBAL DE SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 17 JANVIER 2013 Les membres du Conseil municipal se sont réunis le jeudi 17 janvier 2013, salle de la mairie, sous la présidence de Monsieur André RAULT,

Plus en détail

Réunion publique du 12 Juillet 2013. Dossier Assainissement collectif de

Réunion publique du 12 Juillet 2013. Dossier Assainissement collectif de Réunion publique du 12 Juillet 2013 Dossier Assainissement collectif de La fin de la réunion du 30-11-12 La décision finale? Après les résultats des études économiques, l analyse des avantages et inconvénients

Plus en détail

COMMUNE DE LADINHAC I. APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 27 FEVRIER 2015

COMMUNE DE LADINHAC I. APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 27 FEVRIER 2015 COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 1 er AVRIL 2015 Le conseil municipal de LADINHAC s est réuni le mercredi 1 er Avril 2015 à 20H30 à la mairie de LADINHAC sur la convocation de Monsieur Clément ROUET,

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL ÉTAIENT PRÉSENTS : IL Y A QUORUM ÉTAIENT ÉGALEMENT PRÉSENTS : ABSENCE : Conseil de quartier Notre-Dame-des-Laurentides

PROCÈS-VERBAL ÉTAIENT PRÉSENTS : IL Y A QUORUM ÉTAIENT ÉGALEMENT PRÉSENTS : ABSENCE : Conseil de quartier Notre-Dame-des-Laurentides ÉTAIENT PRÉSENTS : PROCÈS-VERBAL Procès-verbal de la deuxième séance du conseil de quartier Notre-Dame-des-Laurentides, mercredi 2 février 2011, au chalet Notre-Dame-des-Laurentides, 55, rue Moïse-Verret.

Plus en détail

VOUS N ARRIVEZ PLUS À PAYER VOTRE LOYER? des conseils, des aides

VOUS N ARRIVEZ PLUS À PAYER VOTRE LOYER? des conseils, des aides VOUS N ARRIVEZ PLUS À PAYER VOTRE LOYER? des conseils, des aides Vous n avez pas payé votre loyer depuis deux mois > Des frais supplémentaires de relance facturés sur quittance > Deux lettres de rappel

Plus en détail

COMPTE RENDU SOMMAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL

COMPTE RENDU SOMMAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL COMPTE RENDU SOMMAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du mercredi 10 Décembre 2014 Après avoir approuvé le compte rendu de la réunion du 12 novembre 2014, le conseil municipal a examiné les dossiers et pris

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 JUIN 2015

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 JUIN 2015 COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 JUIN 2015 L an deux mille quinze, le mercredi vingt-quatre juin à 20 H 30, le Conseil Municipal de MAISSE s est réuni en Mairie en séance ordinaire sous la Présidence

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION CULTUELLE DE L ÉGLISE PROTESTANTE ÉVANGÉLIQUE DE LA GARENNE COLOMBES

STATUTS DE L ASSOCIATION CULTUELLE DE L ÉGLISE PROTESTANTE ÉVANGÉLIQUE DE LA GARENNE COLOMBES STATUTS DE L ASSOCIATION CULTUELLE DE L ÉGLISE PROTESTANTE ÉVANGÉLIQUE DE LA GARENNE COLOMBES Texte des statuts votés à l Assemblée Générale Constitutive du 25 janvier 2008. Article 1 : Titre de l Association

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL du 23 Mai 2015

CONSEIL MUNICIPAL du 23 Mai 2015 CONSEIL MUNICIPAL du 23 Mai 2015 Délib. 23.05.15.001 OBJET : EDIFICATION DU MONUMENT AUX MORTS DE LA GUERRE 1914-1918 DEMANDE D UNE SUBVENTION EXCEPTIONNELLE M. Le Maire expose qu à l occasion de la commémoration

Plus en détail

Archives départementales du Doubs. Archives communales déposées MONCLEY. Inventaire établi par Eric Froissart

Archives départementales du Doubs. Archives communales déposées MONCLEY. Inventaire établi par Eric Froissart Archives départementales du Doubs Archives communales déposées MONCLEY Inventaire établi par Eric Froissart 2001 Documents antérieurs à 1790 Biens communaux Eaux et forêts 161 DD 1 Délimitation et bornage

Plus en détail

DOSSIER D ENQUETE PUBLIQUE. Aménagement De la place de la Gare de Clamart Dans le cadre de l arrivée de la ligne 15 Grand Paris Express

DOSSIER D ENQUETE PUBLIQUE. Aménagement De la place de la Gare de Clamart Dans le cadre de l arrivée de la ligne 15 Grand Paris Express Ville de CLAMART DOSSIER D ENQUETE PUBLIQUE Aménagement De la place de la Gare de Clamart Dans le cadre de l arrivée de la ligne 15 Grand Paris Express RELATIF AU DECLASSEMENT D UNE EMPRISE COMMUNALE située

Plus en détail

RECULER L A7 POUR RÉAMÉNAGER LE QUARTIER SAINT-CHARLES / PORTE D AIX

RECULER L A7 POUR RÉAMÉNAGER LE QUARTIER SAINT-CHARLES / PORTE D AIX Dossier de presse - juin 2009 RECULER L A7 POUR RÉAMÉNAGER LE QUARTIER SAINT-CHARLES / PORTE D AIX Les phases de travaux 2009/2013 Contact : Anthony Abihssira anthony.abihssira@euromediterranee.fr Tél.

Plus en détail

Ligne Paris Granville

Ligne Paris Granville Ligne Paris Granville Travaux entre Dreux et Surdon 11/06/2015 Frédéric Davanture Ingénieur Consultant Table des matières 1. Introduction... 3 2. Travaux prévus en Dreux et Surdon... 3 2.1. Description

Plus en détail

SAINT VAAST ET LA LIGNE DE CHEMIN DE FER PARIS-DIEPPE

SAINT VAAST ET LA LIGNE DE CHEMIN DE FER PARIS-DIEPPE SAINT VAAST ET LA LIGNE DE CHEMIN DE FER PARIS-DIEPPE La ligne de chemin de fer Paris-Dieppe, concédée à la Compagnie des Chemins de Fer de l Ouest par décret du 18 juin 1859, est prévue en trois étapes

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE/ROUYN-NORANDA

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE/ROUYN-NORANDA CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE/ROUYN-NORANDA 7 janvier 2014 À une séance spéciale du conseil municipal tenue au lieu habituel des délibérations, mardi le 7 janvier 2014 à 18h30, à laquelle

Plus en détail

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth Charlène Reynaud Licence IUP Université jean Monnet Rapport de fin de séjour Stage Bournemouth A. Vie pratique Mon séjour s est déroulé à Bournemouth, ville de 163900 située à 2h00 de Londres. Bournemouth

Plus en détail

ECOLE DE MUSIQUE HENRI REBER REGLEMENT INTERIEUR. Le fonctionnement de l Ecole de Musique doit se conformer aux statuts de l Association.

ECOLE DE MUSIQUE HENRI REBER REGLEMENT INTERIEUR. Le fonctionnement de l Ecole de Musique doit se conformer aux statuts de l Association. ECOLE DE MUSIQUE HENRI REBER REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : BUT, FONCTIONNEMENT ET ORGANISATION Article 1 Le fonctionnement de l Ecole de Musique doit se conformer aux statuts de l Association. Article

Plus en détail

Guide pratique. INFORMEZ votre assureur des dégâts:

Guide pratique. INFORMEZ votre assureur des dégâts: Guide pratique INFORMEZ votre assureur des dégâts: Prenez des photos en l état des locaux, matériels et marchandises avant tout nettoyage et/ou débarrassage Etablissez un inventaire de tous les dommages

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

0.631.252.934.952.3 Echange de lettres des 23 janvier/7 février 1996

0.631.252.934.952.3 Echange de lettres des 23 janvier/7 février 1996 Echange de lettres des 23 janvier/7 février 1996 entre la Suisse et la France relatif à la création d un bureau à contrôles nationaux juxtaposés en gare de Genève-Cornavin et aux contrôles en cours de

Plus en détail

COMPTE RENDU SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 FEVRIER 2011

COMPTE RENDU SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 FEVRIER 2011 COMPTE RENDU SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 FEVRIER 2011 PRESENTS : MM. Robert BERGERO, Francis ABADIE, Jean-Marc BOYA, Bernard CALVET, Didier DUBOSC, Christian EYMARD, Carine GUITTARD, Gérard HERNANDEZ,

Plus en détail

2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature.

2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature. Direction des Finances Direction de l Urbanisme 2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature. PROJET DE DÉLIBÉRATION

Plus en détail

COMMUNE D ' YEVRES COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL. séance du 17 décembre 2008

COMMUNE D ' YEVRES COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL. séance du 17 décembre 2008 COMMUNE D ' YEVRES COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL séance du 17 décembre 2008 Le 17 décembre, à 20 Heures 30, le Conseil Municipal de la commune d'yèvres s est réuni, en Mairie, sous la Présidence de

Plus en détail

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Du 9 MARS 2010

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Du 9 MARS 2010 REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Du 9 MARS 2010 L'an deux mil dix, le NEUF MARS à 20 heures 30, Le conseil municipal de la Commune de Dolmayrac, dûment convoqué, s'est réuni en session ordinaire à la Mairie,

Plus en détail

Présences : Monsieur Réjean Barras Monsieur André Bouchard Monsieur François Bergeron Monsieur Claude Descôteaux

Présences : Monsieur Réjean Barras Monsieur André Bouchard Monsieur François Bergeron Monsieur Claude Descôteaux Compte rendu de la rencontre du 13 mai 2011 avec les mandataires de la Société d aménagement du lac Clair et les administrateurs de l Association des propriétaires du la Clair Vendredi 13 mai à 14 heures

Plus en détail

Conditions d accès. Plan du site. Par les transports en communs. Par la route

Conditions d accès. Plan du site. Par les transports en communs. Par la route Conditions d accès Plan du site Par les transports en communs Métro : Ligne 12, station Porte de Versailles Ligne 8, station Balard Bus : Ligne 39, Porte de la Plaine Ligne 42, Balard Ligne 80, Porte de

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

A. Procéder à la description des conditions de conservation (annexe 1).

A. Procéder à la description des conditions de conservation (annexe 1). Introduction Les prochaines élections municipales, en mars 2008, vont s accompagner d une procédure réglementaire, le récolement des archives de la commune. Cette opération revêt un caractère obligatoire,

Plus en détail

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE JM Préavis n 19 28 avril 2005 RAPPORT AU CONSEIL COMMUNAL D'YVERDON-LES-BAINS concernant le rachat par la Commune des créances détenues par le Crédit Suisse contre

Plus en détail

A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination?

A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination? A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination? La transformation d un garage attenant à une habitation ne constitue pas un changement de destination en vertu

Plus en détail

Association Sénégalaise de Soutien aux Diabétiques (ASSAD)

Association Sénégalaise de Soutien aux Diabétiques (ASSAD) Association Sénégalaise de Soutien aux Diabétiques (ASSAD) Association Sénégalaise de Soutien aux Diabétiques (ASSAD) STATUTS Adoptés à l unanimité par l Assemblée générale constitutive du 17 décembre

Plus en détail

3- DECISION MODIFICATIVE N 4 DU BUDGET PRINCIPAL 2014 (délibération n 2015-02)

3- DECISION MODIFICATIVE N 4 DU BUDGET PRINCIPAL 2014 (délibération n 2015-02) RÉUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE PÉAULT Compte- rendu du 20 janvier 2015 Date de la convocation : 15 janvier 2015. PRÉSENTS : Mme Lisiane Moreau, M. Gérard Commarieu, Mme Roselyne Le Du, MM. Thibaud Renaudeau,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

S.N.C.F Nuisances et problèmes de voisinage

S.N.C.F Nuisances et problèmes de voisinage S.N.C.F Nuisances et problèmes de voisinage Le Centre Ville de Sartrouville est au carrefour de nombreuses liaisons SNCF dont le trafic est sans cesse croissant Ligne Paris / le Havre («grandes lignes»)

Plus en détail

REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE SAINT BAUZELY SEANCE DU MERCREDI 27 NOVEMBRE 2013

REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE SAINT BAUZELY SEANCE DU MERCREDI 27 NOVEMBRE 2013 REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE SAINT BAUZELY SEANCE DU MERCREDI 27 NOVEMBRE 2013 Date convocation : 15/11/13 L an deux mille treize et le mercredi vingt sept novembre

Plus en détail

2.1 Permettre à l UQAT d exercer ses responsabilités en matière de circulation et de stationnement sur ses terrains.

2.1 Permettre à l UQAT d exercer ses responsabilités en matière de circulation et de stationnement sur ses terrains. RÈGLEMENT 9 - CIRCULATION ET STATIONNEMENT SUR LES TERRAINS DU CAMPUS DE L UQAT À ROUYN-NORANDA ADOPTÉ 304-S-CA-3155 (07-06-2011) MODIFIÉ 345-S-CA-3695 (19-08-2014) ARTICLE 1 - DOMAINE D APPLICATION ET

Plus en détail

Plan de Vidéoprotection pour Paris

Plan de Vidéoprotection pour Paris LA PRÉFECTURE DE POLICE la préfecture de police Plan de Vidéoprotection pour Paris Information sur le dispositif RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité À quoi sert la vidéoprotection? Les caméras

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11259-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11259-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11259-A Date de dépôt : 8 octobre 2013 Rapport de la Commission des droits politiques et du règlement du Grand Conseil chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat

Plus en détail

MATHEYSINE DEVELOPPEMENT ASSEMBLEE GENERALE DU 6 JUIN 2013 Barrage du Sautet - CORPS

MATHEYSINE DEVELOPPEMENT ASSEMBLEE GENERALE DU 6 JUIN 2013 Barrage du Sautet - CORPS MATHEYSINE DEVELOPPEMENT ASSEMBLEE GENERALE DU 6 JUIN 2013 Barrage du Sautet - CORPS Rapport moral de Fabrice MARCHIOL, Président de Matheysine-Développement (SMIME + ADM) (Peut être seulement) pour quelques

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION au TOGO. Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE

RAPPORT DE MISSION au TOGO. Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE RAPPORT DE MISSION au TOGO Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE Du 1 er au 31 Juillet 2o12 I) INTRODUCTION Etudiante en Ecole d Ingénieur en Biologie industrielle, il

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail

LANCEMENT DES TRAVAUX DOSSIER DE PRESSE

LANCEMENT DES TRAVAUX DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT DES TRAVAUX 10 septembre 2015 DOSSIER DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Renaissance de la ligne ferroviaire Belfort Delle : lancement des travaux en gare de Delle Delle, le 10 septembre 2015 Un

Plus en détail

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections 1 Une bibliothèque publique est un Etablissement Recevant du Public (ERP) Les réglementations en vigueur prévoient des

Plus en détail

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 Article 1 : Dénomination. Il est fondé, entre les personnes morales adhérentes aux présents statuts,

Plus en détail

SEANCE DU 26 MARS 2009

SEANCE DU 26 MARS 2009 SEANCE DU 26 MARS 2009 Le vingt six mars deux mil neuf, à dix huit heures trente minutes, les Membres du Conseil Municipal, légalement convoqués se sont réunis en séance publique à la Mairie sous la présidence

Plus en détail

Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011

Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011 Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011 Etaient présents : Mme Alexandre, Mr Carlotti, Mr Champagnat, Mr Guinaudeau, Mme Janssen, Mr Joubert, Mme Pascal-Baujoin, Mme Picault, Mr Pidancier,

Plus en détail

Secrétaire de séance : Bruno MARMOUX est nommé Secrétaire de séance RECONDUCTION OUVERTURE DE CREDIT REGIE ELECTRIQUE

Secrétaire de séance : Bruno MARMOUX est nommé Secrétaire de séance RECONDUCTION OUVERTURE DE CREDIT REGIE ELECTRIQUE COMPTE RENDU SOMMAIRE DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU Lundi 03 Octobre 2011 A la salle de réunion «La Ciamarella» à 20h30 A L Ouverture de la séance, Présents : Marc KONAREFF, Véronique ANSELMET,

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE D ESPIET SEANCE DU 08/11/2010

CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE D ESPIET SEANCE DU 08/11/2010 CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE D ESPIET SEANCE DU 08/11/2010 L an deux mil dix le 08 novembre à 20 heures, le Conseil Municipal s est réuni en session ordinaire au lieu habituel de ses séances sous la

Plus en détail

Bulletin municipal de la Commune de Rougegoutte

Bulletin municipal de la Commune de Rougegoutte Bulletin municipal de la Commune de Rougegoutte Rougegout Info Janvier Février 2013 Mairie de Rougegoutte 16 rue des Ecoles 90200 Rougegoutte 03 84 27 12 67 03 84 29 59 75 mairie-rougegoutte@wanadoo.fr

Plus en détail

COMMUNE DE ROSET-FLUANS PROCES VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL

COMMUNE DE ROSET-FLUANS PROCES VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL COMMUNE DE ROSET-FLUANS PROCES VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du 25 MAI 2012 L an deux mil douze, le vingt cinq mai, le Conseil municipal de la commune de Roset- Fluans dûment convoqué, s est

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

DEMANDE D AIDE A LA MISE EN CONFORMITE DES RACCORDEMENTS AUX EAUX USEES

DEMANDE D AIDE A LA MISE EN CONFORMITE DES RACCORDEMENTS AUX EAUX USEES DEMANDE D AIDE A LA MISE EN CONFORMITE DES RACCORDEMENTS AUX EAUX USEES Cadre réservé à l administration Date de dépôt N dossier Mairie des Herbiers Direction des services techniques 6 rue du Tourniquet

Plus en détail

Approbation du précédent compte-rendu

Approbation du précédent compte-rendu Compte-rendu de séance du Conseil Municipal du lundi 16 mars 2009 Le Conseil Municipal, régulièrement convoqué, s est réuni en Mairie en séance publique, lundi 16 mars 2009 à 21h00 sous la présidence du

Plus en détail

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE Des règles différentes peuvent s appliquer dans le cas d un commerce. Informez-vous

Plus en détail

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 22 JUIN 2007

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 22 JUIN 2007 REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 22 JUIN 2007 La présente convocation a été adressée à tous les conseillers municipaux le 18 juin 2007 "Je vous prie de bien vouloir assister à la séance ordinaire du conseil

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

2) TRAVAUX SUR LES MONUMENTS PROTEGES IMMEUBLES CLASSES

2) TRAVAUX SUR LES MONUMENTS PROTEGES IMMEUBLES CLASSES 2) TRAVAUX SUR LES MONUMENTS PROTEGES IMMEUBLES CLASSES L'immeuble classé ne peut être détruit ou déplacé, même en partie, ni être l'objet d'un travail de restauration, de réparation ou de modification

Plus en détail

dos. 1625 Orbe, le 6 septembre 2011 Préavis no 05/11 : Augmentation des effectifs du personnel communal

dos. 1625 Orbe, le 6 septembre 2011 Préavis no 05/11 : Augmentation des effectifs du personnel communal MUNICIPALITE D ORBE Secrétariat : tél. 024/442.92.10 fax 024/442.92.19 Hôtel de Ville - 1350 Orbe greffe@orbe.ch Au Conseil communal dos. 1625 Orbe, le 6 septembre 2011 Préavis no 05/11 : Augmentation

Plus en détail

Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries

Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries La procédure suivante précise les dispositions à prendre lorsque les conditions climatiques

Plus en détail

CONVENTION ENTRE ELECTRICITE RESEAU DISTRIBUTION FRANCE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU SUD GOELO

CONVENTION ENTRE ELECTRICITE RESEAU DISTRIBUTION FRANCE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU SUD GOELO Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 022-242200848-20131003-D_2013_10_123-DE Accusé certifié exécutoire Réception par le préfet : 09/10/2013 CONVENTION ENTRE ELECTRICITE RESEAU DISTRIBUTION FRANCE

Plus en détail

Chaque location fait l objet d un contrat établi par la Mairie sur la base d une requête écrite du locataire.

Chaque location fait l objet d un contrat établi par la Mairie sur la base d une requête écrite du locataire. Règlement des salles de réunions et autres locaux communaux, adopté par le Conseil administratif de Chêne-Bougeries en application de ses compétences découlant de l article 48, lettres a) et v), de la

Plus en détail

COMPTE RENDU DE l ASSEMBLEE GENERALE DE LA MUTUELLE DU PERSONNEL DE L ASSEMBLEE NATIONALE LE 10 JUIN 2011 à 13 HEURES

COMPTE RENDU DE l ASSEMBLEE GENERALE DE LA MUTUELLE DU PERSONNEL DE L ASSEMBLEE NATIONALE LE 10 JUIN 2011 à 13 HEURES COMPTE RENDU DE l ASSEMBLEE GENERALE DE LA MUTUELLE DU PERSONNEL DE L ASSEMBLEE NATIONALE LE 10 JUIN 2011 à 13 HEURES La séance est ouverte à 13 h 00 Le quorum n étant pas atteint, la Présidente convoque

Plus en détail

ORDRE DU JOUR DU MARDI 8 SEPTEMBRE 2015

ORDRE DU JOUR DU MARDI 8 SEPTEMBRE 2015 ORDRE DU JOUR DU MARDI 8 SEPTEMBRE 2015 1. Ouverture de la séance 2. Ordre du jour 3. Approbation des procès-verbaux du mois d août 2015 4. Approbation de la liste des comptes fournisseurs 5. Lecture de

Plus en détail

SEANCE DU 10 JUILLET 2012

SEANCE DU 10 JUILLET 2012 SEANCE DU 10 JUILLET 2012 Convocation du 02 juillet 2012 L an deux mil douze le 10 juillet à 19h30, le Conseil Municipal s est réuni en séance ordinaire, à la Mairie, sous la Présidence de M. Philippe

Plus en détail

VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE

VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLI CACHETE D une propriété appartenant à la ville de Vauréal située : 28 RUE DES LONGUES TERRES 95 490 VAUREAL AVIS D APPEL A CANDIDATURE I. OBJET La commune de Vauréal (95

Plus en détail

Le marché de l entreprise PREVOSTO passera donc de 91 093,95 HT soit 108 948.36 TTC à 98 672,13 HT soit 118 011.87 TTC (avenant n 2)

Le marché de l entreprise PREVOSTO passera donc de 91 093,95 HT soit 108 948.36 TTC à 98 672,13 HT soit 118 011.87 TTC (avenant n 2) 2013-01-9/1 (1) AVENANT N 2 LOT 1 NOUVELLE MAIRIE ENTREPRISE PREVOSTO DEMOLITION MUR ELARGISSEMENT BAIE-PORTE LOCAL ARCHIVES MASSIF PORTE-DRAPEAU Monsieur le Maire présente au Conseil Municipal, un devis

Plus en détail

La vidange est d ailleurs prévue par la loi (Code de la Santé Publique, article 1331-1), et doit être effectuée en moyenne tous les 4 ans.

La vidange est d ailleurs prévue par la loi (Code de la Santé Publique, article 1331-1), et doit être effectuée en moyenne tous les 4 ans. Objet : entretien assainissement individuel Madame, Monsieur, Votre habitation est équipée d un système d assainissement non collectif pour le traitement de vos eaux usées. Le bon fonctionnement de cet

Plus en détail