Stage M2 recherche Sciences Mécanique Physique et Ingénierie Spécialité acoustique RAPPORT DE STAGE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Stage M2 recherche Sciences Mécanique Physique et Ingénierie Spécialité acoustique RAPPORT DE STAGE"

Transcription

1 Ynn Doh Unverstés d Ax Mrselle Stge M recherche Scences Mécnque Physque et Ingénere Spéclté coustque RAPPORT D STAG «MODL D ATTNUATION INTR-FRQUNTILL POUR L STIMATION D LA DISTANC D PROPAGATION SOURC- RCPTUR» Orgnsme d ccuel : Lbortore des Scences de l Informton et des Systèmes Unversté du Sud Toulon Vr ncdrnt : Pr. Hervé Glotn (IUF) Année / Certnes nformtons de ce rpport sont confdentelles. Il ne pourr être rendu publc, s consultton n est utorsée qu ux rpporteurs.

2 INTRODUCTION... 3 I. GÉNÉRALITÉS SUR L GRAND CACHALOT... 4 I. crctérstques morphologques générles et hbtudes socles... 4 I. Mode producton sonore : le b-pôle coustque... 4 I.3 Drectvté et contenu fréquentel... 8 II. LÉMNTS D ACOUSTIQU GÉNÉRAL... 9 II. qutons de bse de l coustque... 9 II.. qutons fondmentles de l coustque... 9 II.. Lnérston des équtons consttutves... II..3 qutons de propgton... II. Phénomènes d tténuton de l énerge... II.. Phénomènes d tténuton de l énerge en trnsmsson... II.. Atténuton u pssge des nterfces... 3 II.3 Propgton du son en mleu océnque... 5 II.3. Profls de célértés du son en mleu mrn... 5 II.3. Trjectore des ryons en mleu mrn... 6 III. PROPOSITION D UN MODÈL D ATTÉNUATION INTR FRÉQUNTIL (AIF) POUR L STIMATION D LA DISTANC SOURC - RÉCPTUR... 8 III. Nssnce de l dée et hypothèses de déprt... 8 III. xpresson théorque de l tténuton nter fréquentelle... 9 IV. MATÉRIL T NRGISTRMNTS... 3 IV. nregstrement ux Bhms... 3 IV. nregstrements embrquées u sud des Iles de Hyères... 4 V. RÉSULTATS PRÉLIMINAIRS... 6 V. Condtonnement des enregstrements V. Chox des bndes de fréquences... 7 V. Applcton sur les données BAHAMAS... 9 V.3 Applcton sur l un de nos enregstrement rélsé à Port Cros... 3 VI. CONCLUSION T DISCUSSION BIBLIOGRAPHI : ANNXS... 36

3 Introducton Depus longtemps, les cétcés susctent l ntérêt de l homme. Il les chsse, les étude et les protège. Ces objectfs prfos opposés ont un élément en commun : l loclston et le repérge des nmux. Le premer moyen, le plus rchïque ms encore très utlsé, est bsé sur l observton et l reconnssnce vsuelle (trnsect). Le succès de cette méthode est très létore cr ces nmux pssent l mjorté du temps sous l eu. Le «tggge», méthode plus récente, consste à mrquer un nml d une blse ARGOS. Ce procédé est coûteux, dffcle à mettre en œuvre et source de stress chez l nml. Compte tenu de l qulté de propgton du son en mleu lqude, les méthodes les plus prometteuses et ntéressntes sont donc tournées vers l coustque. Les cétcés dsposent d un vértble sonr bologque consttunt leur seule «vson» à des profondeurs que l lumère n ttent ps. Leur sensblté ccrue ux ondes coustques proscrt de ft l utlston de méthode type SONAR ctfs u rsque de perturber grvement les nmux. L utlston de système de détecton et de loclston pr coustque pssve semble déle et requse pour ce type de stuton. Toutefos le chox du mode pssf rend l tâche dffcle. n effet, les condtons ntles du sgnl éms (dte et forme ntle) et le mleu de trnsmsson sont en prte nconnus. De plus, l est dffcle et coûteux de rélser des cmpgnes de mesures pour vlder les méthodes. Depus 5, LSIS-DYNI développe une prte de ses recherches en coustque pssve pour l détecton et l loclston des mmmfères mrns, notmment fn de fournr de préceuses données ux cétologues et prtcper à l lutte contre les collsons entre cétcés et nvres. L équpe développé des procédés de trjectogrphe fondés des trtements sttstques orgnux de données mult cpteurs [, 8, 4 et 5] dont un brevet nterntonl est en cours de mturton. Les contrntes logstques, fnncères et sptles poussent à mgner des systèmes mono-cpteur ou bse courte. Le lbortore souhte lors ugmenter l rchesse des nlyses mono-hydrophone pr l prse en compte des phénomènes dus à l propgton coustque. Une espèce retendr notre ttenton pour ses qultés de bo-sonr : le cchlot. Nous commencerons pr une descrpton générle du cchlot, Pus nous nous concentrerons sur son orgne de producton sonore. Cel nous permettr d étblr l structure des sgnux éms et leurs proprétés. Pus, nous étblrons les équtons fondmentles de l coustque qu consttuent l bse théorque. Nous borderons les condtons prtculères de l propgton du son en mleu mrn et ses conséquences. nfn, nous conscrerons l dernère prte u trtement des enregstrements dns lquelle nous testerons notre modèle pour l estmton de l dstnce entre l nml et l hydrophone. Nous présenterons notmment son pplcton sur des enregstrements dont DYNI clculé les trjectores ssocées [8 et 5]. 3

4 I. Générltés sur le grnd cchlot I. crctérstques morphologques générles et hbtudes socles Le grnd cchlot (Physeter mcrocephlus) ft prte du sous ordre des odontocètes (Cchlots, blenes à bec, duphns, mrsouns, globcéphles, orques et Bélougs) qu se dstnguent des mystcètes (blenes à fnons) pr l présence de dents leur permettnt de se nourrr de proes de tlles moyennes à grndes : possons, céphlopodes et cétcés. Le cchlot est le plus grnd représentnt des odontocètes. Les mles souvent soltres, mesurent jusqu à 8 mètres pour 45 tonnes. Qunt ux femelles, celles-c mesurent jusqu à mètres pour seulement tonnes et se regroupent en untés socles de tlle vrble d en moyenne ndvdus comprennt femelles et progéntures. Mlgré leur grnde tlle, les cchlots sont vctmes de prédteurs tel que les orques et certns grnds requns, ce qu nfluence leur comportement et l orgnston socle. Les cchlots dépensent une grnde prte de leur temps à l chsse, prfos jusqu à h/4h. Ils lternent phses de plongée, lors desquelles ls émettent des sgnux coustques, et phse de resprton/repos, durnt lesquelles ls n émettent plus. Fgure : llustrton et durées typque des phses de plongées et repos/resprton en surfce [5] I. Mode producton sonore : le b-pôle coustque Les odontocètes dsposent d un pprel de producton sonore ssocé à un système écholoctf très développé contenu dns le complexe nso-frontl []. Cette pttude à utlser les ondes coustques tnt pour l chsse que pour l communcton entre ndvdus est probblement à l orgne de leur succès écologque. Ils peuplent tous les océns, l pluprt des mers et certnes régons fluvles. Prm le genre des odontocètes, le cchlot présente une tlle dsproportonnée et le plus hut nveu de perfectonnement de l orgne de producton coustque (/3 de l msse et de l tlle totle de l nml). Les lèvres phonques sont composées de tssus conjonctfs en communcton vec les poumons et l évent. n régme de plongée, les lèvres phonques fonctonnent en crcut fermé vec les poumons et peuvent nter une vbrton coustque orentée vers l rrère du complexe nso-frontl [3]. Ce système est composé d un premer module grsseux ppelé 4

5 orgne à spermcet, d un réflecteur coustque nommé sc frontl et d un second module grsseux, le junk, jount offce de foclseur coustque. L nml projette un sgnl drectf devnt lu de pussnce vrble. Le complexe nso-frontl est un vértble bpôle coustque bologque [4] L écho est reçu et trnsms u cerveu pr le bs de l mâchore nféreure dssocé de l prte supéreure sur le pln osseux. Une représentton schémtque du complexe nso-frontl est donnée en fgure. Fgure : représentton schémtque du complexe nso-frontl du cchlot [4]. Le cchlot émet des sgnux trnstores ppelés clcs. Certns sont destnés à l communcton entre ndvdus d utres servent à l écholocton. Ces derners font l objet de notre ntérêt (fgure 3). L'ntervlle entre les clcs est ppelé Inter Clc Intervl (ICI). Celu-c vre u cours du temps en foncton de l'ctvté de l'nml : l dmnue à mesure qu'l se rpproche de s proe (phse de «burst»). On remrque qu une réducton d ICI s ccompgne d une dmnuton de l énerge des sgnux éms [8]. n effet, l nml est lmté physologquement pr l constnte de temps de son orgne de producton sonore et le ft qu l fonctonne en crcut fermé. 5

6 ICI Fgure 3 : extrt d un enregstrement de clcs d écholocton du cchlot échntllonné à 33 khz, durée totle : s et ICI~s [5] cod burst slence Fgure 4 : durée nterclcs lors d un «burst» [5,8] enregstré pr DYNI en 9, montrnt un burst de prédton vers s pus une reprse de type cod de communcton L contrcton des lèvres phonque ntlse une vbrton coustque (P) fblement drectve de pussnce moyenne. Une prte de cette onde se propge dns le mleu mrn. L utre est trnsmse à trvers l orgne à spermcet vers l rrère du complexe nso-frontl et se réflécht sur le sc frontl. A ce stde, le sgnl effectue 3 trjets coustques dfférents. Une prte ryonne drectement dns le mleu (PF). Une utre est trnsmse dns le junk, composé de msses grsseuses et ssurnt un rôle de lentlle coustque. Le sgnl y subt une foclston le rendnt plus énergétque et drectf vnt d être éms vers l vnt de l nml (PJ). Une dernère prte du sgnl réfléch sur le sc frontl trverse l orgne à spermcet vers le sc dstl. Une prte ryonne dns l envronnement (P) l utre est réfléche de nouveu vers l rrère et ccomplt un nouveu cycle PF, PJ, P [4]. Les sgnux de type PJ ne serent observbles unquement dns le cs où l hydrophone est plcé proche de l xe du cchlot («on xs»). L fgure 5 llustre ces étpes et l fgure 6 montre l ntéreur d un clc mesuré sur un hydrophone. 6

7 Fgure 5 : représentton de l coupe sgttle de l tête du cchlot et trjets ssus de l vbrton ntle P responsbles de l structure «multpulsée» montrée en fgure 6 [4] Fgure 6 : structure «multpulsée» d un clc de cchlot [4] Les clcs présentent une structure typque dte multpulsée conséquence du mode de producton sonore ns décrte. On constte vsuellement en fgure 5 que l vbrton ntle P est mplfée et que l phse été ugmentée. L modélston d un tel résonteur sert ntéressnte à étuder. Cel nécesstert une connssnce ntomque suffsnte du complexe nso-frontl (nterfces, réflecteurs, géométre, mpédnce coustque des mleux trversés ). Ce qu reste un sujet de recherche ctuellement. 7

8 I.3 Drectvté et contenu fréquentel Les pulstons ssues de ce mode de producton dffèrent pr leur contenu fréquentel, leur drectvté et leur ntensté. L pulston drectve PJ, présente une fréquence centroïde d envron 5 KHz pour un nveu de 4 db re : μp [6]. Les utres pulstons peu drectves montrent une centroïde de l ordre de quelques KHz pour un nveu d envron 8 db re : μp [7]. L'effccté des sgnux éms en terme d'écholoclston est entre utres condtonnée pr leur fréquence. n effet, celle-c dot correspondre à une longueur d'onde nféreure à l tlle des proes. Un ntervlle de fréquence de à 5 KHz permet de loclser des proes de cm à,5 m. Ce qu semble correspondre à son régme lmentre. Le nveu sonore globl en sorte de l nml présente un dgrmme de drectvté représenté en fgure 7. Fgure 7 : représentton du dgrmme de drectvté des émssons sonores du cchlot dns un pln longtudnl [8] Comme nous l vons vu précédemment les pulstons mesurées provennent de réflexons successves dns l tête du cchlot. Les dfférences de temps d rrvée entre P et P, P et P sont constntes et correspondent u temps ms pr le son pour prcourr un ller retour dns l tête. L mesure de ces retrds et l connssnce de l célérté du son dns le spermcet peuvent permettre d évluer l tlle de l tête. Ce retrd est bptsé Inter Pulses Intervl (IPI). n supposnt que l célérté du son dns le spermcet est proche de celle du son dns l eu de mer C, l tlle de l tête est donnée pr : IPI.C/. Une lo d échelle permet de retrouver l tlle de l ndvdu (bques) [9]. 8

9 II. léments d coustque générle II. qutons de bse de l coustque Le but de ce chptre est de donner les équtons fondmentles de l coustque régssnt l propgton du son. Une onde coustque est une onde mécnque se trdusnt pr des vrtons de fble d mpltude des fonctons décrvnt l étt d un flude compressble, utour d une poston d équlbre mécnque (hypothèse des petts déplcements et des pettes déformtons). Le flude est supposé prft. Cel mplque que l on néglge les effets de l vscosté, l dsspton d énerge ssocée et ses spects non lnéres. Cette consdérton mportnte v nous permettre de lnérser ces équtons. L étt du flude en un pont x et à l nstnt t est crctérsé pr l vtesse prtculre v(x,t), l densté de msse ρ(x,t) et l presson p(x,t). II.. qutons fondmentles de l coustque - lo de contnuté ou de conservton de l msse : On consdère un volume V de l espce et S l surfce l entournt. n S V ds Fgure 8 : Volume élémentre de flude sur lequel on pplque les los de conservton L vrton temporelle de msse de flude totle contenue dns ce volume est : t V dv. L conservton de l msse permet de dre que cette quntté est égle à l quntté de msse sortnte pr unté de temps à trvers l surfce S entournt V : 9

10 t V dv vds dv( V ) dv. s On obtent l forme locle de l équton de contnuté : v. t - lo de conservton de l quntté de mouvement : V n utlsnt l relton fondmentle de l dynmque pplquée à un volume élémentre de flude et l équton de contnuté, on obtent : v v v p. t j j j n y joutnt l équton d étt thermodynmque, relnt l presson à l densté on obtent ns un système de 3 équtons. On suppose que l onde coustque ndut de fble vrton de presson utour d une presson p à l équlbre. Du pont de vue thermodynmque, on consdère que les cycles de compresson dltton des éléments de flude sont sentropques. Ce qu permet d dmettre que l presson ne dépend ps de l entrope. lle est foncton unquement de l densté. Dns ces condtons, effectuons un développement lmté de p en P utour de ρ jusqu à l ordre p p p p,! où le terme p est homogène à une vtesse u crré, l ser noté C pr l sute. II.. Lnérston des équtons consttutves Les équtons que nous venons d étblr sont non lnéres. lles peuvent être lnérsées sous certnes condtons. L onde coustque ne provoque que de fbles vrtons des grndeurs physques pr rpport à leur vleur à l équlbre, elles sont désgnées pr l ndce. On pose lors : v v p p p le flude est supposé ntlement u repos,

11 tel que où v C p ; p p ; p v ; C v ; C nombre de Mch coustque L lnérston des équtons est rsonnble s le nombre de Mch est nféreur à -3. Suvnt ces hypothèses on peut néglger les termes des équtons consttutves d ordre supéreur à ε, et on obtent : - lnérston de l équton d uler : tv j p. - lnérston de l équton de contnuté : t v. -lnérston de l équton d étt p C. II..3 qutons de propgton L équton de propgton se dédut pr une combnson de l dvergence de l équton d uler et l dérvée temporelle de l équton de contnuté. lle se présente c en foncton de l presson, ms l vtesse et le potentel sont uss soluton de l équton d onde. Pr l sute on omettr l ndce p p où C t représente l opérteur Lplcen. Dns le cs où l dépendnce temporelle de p est de type e j t l opérteur C t peut être remplcé pr k. C Nous llons mntennt donner l expresson d une soluton dns l espce 3D. D bord, écrvons l équton de propgton en coordonnées sphérques : r r r k r p r

12 L soluton de cette équton dfférentelle se présente sous l forme : p r jkr e A. r On trouve l expresson d une onde sphérque dont l mpltude présente une décrossnce typque en /r. II. Phénomènes d tténuton de l énerge II.. Phénomènes d tténuton de l énerge en trnsmsson Lors de l propgton, l onde coustque subt des pertes d énerge d orgnes multples. - Les pertes pr dvergence géométrque : L'onde sphérque, u fl de s propgton, vot son énerge se réprtr sur des surfces de front d'onde de plus en plus grndes. Pour des rsons de conservton de l'énerge, on observe une décrossnce de celle-c en r. Ce qu est en ccord vec le terme r obtenu pour l soluton de l équton d onde en 3D. - Les pertes pr tténuton fréquentelle dues ux nterctons entre l'onde et le mleu de Propgton. Pluseurs modèles ont bout sur des reltons emprques (Leroy, Thorp, Frncos et Grsson) décrvnt cet mortssement en foncton des prmètres physcochmque du mleu (slnté, tempérture, Ph, presson...). Pour l Médterrnée, le modèle le plus dpté semble être celu de Leroy. Leroy donne l formule du coeffcent d tténuton en fréquence en db/km suvnte [] : 3 f r f f 6. f.6, f f r Avec f r. 6KHz détermné de fçon emprque [].

13 Fgure 9 : coeffcent d tténuton fréquentel selon le modèle de Leroy d près l expresson donnée c-dessus L réunon de ces fcteurs de pertes ns décrts est ppelée nveu TL (Trnsmsson Loss). Il est exprmé en db et dépend donc de l fréquence. r P TL log p TL log( r) f r où P r est le nveu presson reçue à une dstnce r de l source. et p est le nveu de presson à m de l source pr conventon. II.. Atténuton u pssge des nterfces Au cours de s propgton dns l océn, l onde coustque rencontre des nterfces du gude d onde formé pr l surfce (lqude/lqude) et le fond (lqude/solde). Les phénomènes qu en résultent sont lors dfférents (converson onde P en onde S pr exemple dns le cs de l nterfce lqude/solde). Nous ne trterons que le cs lqude/lqude. 3

14 Fgure : pssge d une onde à l nterfce lqude/lqude. Représentton dns le pln sgttl []. On désgne respectvement pr P,P t réfléches. et P r, l presson des ondes ncdentes, trnsmses et P exp j c Pt T.exp j c P r R.exp j c x cos z sn exp jt x cos z sn exp jt x cos z sn exp jt On pplque les condtons de contnuté à l nterfce pour l presson et l vtesse. P P z en z =. On ntrodut l mpédnce coustque du mleu homogène pr Z P v c. cos Après quelques clculs pour l résoluton de ce système, on peut étblr l expresson de l lo de Snell-Descrtes : 4

15 cos c cos. c t trouver l expresson des coeffcents de réflexon R et de trnsmsson T : Z R Z R T Z Z et T Z Z Z Les réflexons sur l surfce de l eu sont crctérsées pr une mportnte rupture d mpédnce coustque entre l eu de mer (célérté :5 m/s, msse volumque : Kg/m 3 ) et l r (célérté :34 m/s, msse volumque :. Kg/m 3 ). Le coeffcent de réflexon et de trnsmsson devennent R ~ - et T ~. Peu d énerge est trnsmse dns l r, l essentel est réfléch sous l eu et l onde subt un déphsge de π. L nterfce eu/r gt comme un mror qus-prft fce ux ondes coustques. Notons que cette pproxmton n est vérfée que lorsque l mer est clme. Les réflexons sur le fond sont plus complexes à trter. n effet, les mpédnces coustques sont souvent du même ordre. Une prte de l énerge ncdente est donc trnsmse et réfléche en proporton de R et T suvnt les ngles décrts pr l relton de snell-descrtes. Il exste toutefos un ngle d ncdence crtque pour lequel le coeffcent de réflexon devent complexe. Alors l essentel de l énerge est réfléch, on dt qu l y réflexon totle. L ngle crtque est donné pr l relton : c rcsn c. c II.3 Propgton du son en mleu océnque II.3. Profls de célértés du son en mleu mrn L vtesse du son dépend surtout de l tempérture, de l presson et de l slnté. Or en mleu océnque, ces prmètres vrent en foncton de l profondeur et subssent l nfluence des ssons. L célérté du son sut donc un profl selon z, propre à chque régon. On observe souvent 4 zones prtculères. L premère est ppelée couche de surfce. lle est exposée u ryonnement solre, ux vrtons de tempértures nocturne/durne et chhutée pr les vgues, bulles, vent L célérté du son y est très fluctunte sur de courtes échelles de temps. L husse de presson nfluence prncplement l célérté. Celle-c ugmente vec l profondeur. L deuxème est l thermoclne ssonnère. Cette couche subt encore l nfluence des ssons. L trosème est l thermoclne prncple. L tempérture décroît vec l profondeur et surpsse l nfluence de l presson. L célérté décroît jusqu à l couche sothermle profonde. L tempérture est lors constnte pendnt que l presson ugmente toujours. L célérté ugmente de nouveu jusqu u fond. 5

16 Fgure : profls de célérté typque [] II.3. Trjectore des ryons en mleu mrn L onde coustque se propge donc dns un mleu dont l célérté vre contnûment. Cette stuton peut être trtée prtellement en ntrodusnt l expresson de l presson telle que l mpltude A et l phse S dépendent de l dstnce de propgton : Sr r Ar e P, où A et S sont réels. n njectnt cette expresson dns l équton d Helmholtz, on obtent deux équtons : - l équton de trnsport régssnt l mpltude des ondes en mleux d ndce vrble - l équton konle décrvnt le comportement des ondes dns un tel mleu. Après quelques clculs et pproxmton sur l deuxème équton on boutt à : cos c z z constnte, où θ(z) est l ngle entre le ryon de l onde et l surfce à l profondeur z, c(z) l célérté du son à l profondeur z. Cette relton correspond à l générlston de l lo de Snell-Descrtes. n effet, Cette stuton peut s pprocher en consdérnt que l onde se propge dns un mleu à n nterfces d ndce vrble. Selon l lo de Snell-Descrtes chcune d elle v déver l drecton d un ryon. L propgton d un ryon n est plus rectlgne. Toutefos l pproxmton rectlgne reste vlble pr petts fonds. C'est-à-dre lorsque h<λ, vec λ l longueur d onde. 6

17 Les stutons de profl de célérté présentnt des mnm locux engendrent des chenux de propgton. Ce sont de vértbles gudes d onde, où l énerge coustque est cnlsée sur de longues dstnces. Le profl décrt c présente mnm crént un chenl de surfce et un chenl de propgton profond. L fgure présente un exemple de trjet de ryon et l fgure 3 montre une smulton de lncé de ryon. Fgure : exemple de trjets multples en mleu océnque [] Fgure 3 : Profl de célérté et trcé de ryons typques de l mer Médterrnée. L source est stuée à une profondeur de mètres et est llustrée pr un cercle. On peut remrquer l présence de ryons réfrctés (trts plens), de ryons réfrctés et réfléchs en surfce (trts hchurées) et de ryons réfrctés, réfléchs fond et surfce (trts pontllés hchurés) [] 7

18 III. Proposton d un modèle d Atténuton Inter Fréquentel (AIF) pour l estmton de l dstnce source - récepteur III. Nssnce de l dée et hypothèses de déprt Les méthodes mono hydrophone d estmton des dstnces source récepteur les plus courntes sont fondées sur le trtement mult-trjet des sgnux (réflexon sur le fond et sur l surfce). [] [] et l théore des hydrophones vrtuels. Or cette stuton n est ps toujours vérfée. Nous vons donc cherché à trer le mxmum d nformtons sur l dstnce de propgton à prtr du sgnl ssu du trjet drect. Pour cel nous vons utlsé l relton connue entre les pertes pr trnsmsson et l dstnce de propgton. Toutefos cel repose sur l connssnce de l pussnce du sgnl à l émsson (SL). Or le cchlot n émet ps de sgnux à énerge constnte. Celu-c vre en foncton de l tlle de l nml et de l ICI. De plus le nveu à l source dépend de l drectvté de l orgne de producton sonore. Une vrton de nveu du sgnl mesuré peut donc provenr de 3 cuses dfférentes : une vrton de dstnce entre l nml et l hydrophone, une vrton de l ngle entre l nml et l hydrophone, une vrton d énerge du sgnl à l orgne. Nous vons pensé que l on pouvt se défre d une prte de l dépendnce ux condtons ntles en étudnt un rpport d énerge du sgnl reçu pour des bndes de fréquence dfférentes. Le développement de cette dée est bsé sur une correspondnce entre l énerge coustque et l énerge du sgnl mesuré. L énerge coustque se défne comme l vrton d énerge ndute pr le pssge de l onde dns un flude homogène et u repos. L densté totle d énerge est donnée pr : w p v. v. C On reconnît à guche, un premer terme d énerge cnétque lée l vtesse des prtcules de fludes utour de leur poston d équlbre. Le deuxème terme exprme l énerge potentelle lée ux effets de compressblté du flude. Pour une onde sphérque, l relton l énerge potentelle et cnétque : w p v. v. C v p n permet de monter l équprtton de C L énerge coustque est proportonnelle u crré de l presson. L mpltude du sgnl mesurée est lée à l presson pr une relton lnére. L énerge du sgnl reçu pr l hydrophone est donc proportonnelle à l presson u crré. Pr conséquent, l énerge du sgnl devrt être proportonnelle à l énerge coustque. 8

19 III. xpresson théorque de l tténuton nter fréquentelle Rppelons l expresson du nveu TL (trnsmson loss) en db r TL log r, r l dstnce de propgton. α le coeffcent d tténuton fréquentelle de Leroy ou Thorp suvnt le modèle chos. Nous effectuons le rto d énerge entre bndes de fréquence dfférentes : - bnde = [F : Fb] d energe, - bnde = [Fd : Fc] d énerge. On consdère les sgnux éms comme lrge bnde. Ils peuvent être décomposés en somme de sgnux monochromtques. Chque fréquence que contennent les bndes d énerge subssent leur propre décrossnce et on peut exprmer l énerge totle en db de l bnde pr : F b F F b logr r F TL Où est l énerge à l orgne pour une fréquence. D un pont de vue trtement du sgnl, on évlue ces énerges à prtr du sgnl reçu s [n] de durée N échntllonné à l fréquence Fe, qu correspond à un clc de cchlot. s[n] et s[n] serent respectvement les versons fltrées psse bnde de s[n] pour les fréquences pprtennt ux bndes et. On : N n N n s s n n Ce qu d près Prsevl donne N N b k d k c S S k k Où S[k] est le spectre du sgnl clculé pr fft,b,c et d les ndces fréquentels correspondnts ux bornes des bndes et Alors on peut écrre : log log log / log ref / ref / log / log / / db db ref ref 9

20 n utlsnt l expresson de l énerge en db décrte plus hut, on : r c d f r r b f r r r r r d c b d c b log log / log log log / log S les longueurs de bndes et sont égles lors les termes en log(r) dsprssent et l reste : r b d c d c b / log. nfn, dns un premer temps, pplquons l hypothèse que les énerges à l orgne sont égles pour toutes les fréquences (type mpulson drc). On donc r b d c / log. Anlyse dmensonnelle : m m dbdb m r b d c.. / log Le clcul de ce rto pour chque clc permet d y ssocer une dstnce de propgton. On obtent une quntté qu ne dépend n des énerges à l orgne n des pertes pr dvergence géométrque. Seul les effets de l tténuton pr fréquence sont prs en compte. Compte tenu de l ordre de grndeur des vleurs de l tténuton pour les fréquences de nos sgnux (.5 db/km à Hz), est-l possble de détecter ces vrtons de mnère sgnfctves? L hypothèse de l églté des énerges à l orgne pour les bndes consdérées n est-elle ps trop smplste? Au quel cs notre estmteur sert de l forme : r b d c b d c / log Ce qu mposert de tenr compte de l dfférence d énerge à l orgne pour les bndes consdérées.

21 Voc une représentton (fgure 4 et 5) de l foncton relnt l dstnce de propgton et l vleur du rto pour des bndes d énerge égles à l orgne. Les coeffcents d tténuton fréquentelle ont été clculés selon le modèle de Leroy. Fgure 4 : Modèle d estmton des dstnce pr tténuton nter fréquentelle du sgnl Lrgeur de bnde vrbles, écrt entre les bndes fxe (6Hz) Fgure 5 : Modèle d estmton des dstnce pr tténuton nter fréquentelle du sgnl écrt entre les bndes vrbles, lrgeur de bnde bndes fxe

22 Ces représenttons mettent en évdence l dépendnce de l estmteur à l lrgeur des bndes choses et de leur écrt fréquentel. L llure de cette courbe est condtonnée pr s tngente à l orgne et vut. d b c Lorsque cette vleur est grnde l courbe s pltt rpdement. Dns cette zone, l estmteur prt peu sensble ux vrtons du rto. On estmer donc l même dstnce pour des rtos dfférents. Il ser préférble d utlser un modèle d estmteur dont l courbe présente une vrton sgnfctve en foncton du rto, pour des dstnces vrsemblbles ( à 5 km). Il fudr donc s possble prvléger le chox de bndes proches et de longueur de l ordre de l centne de Hertz.

23 IV. Mtérel et enregstrements Ce chptre est conscré à l descrpton du cdre dns lesquels les sgnux de cchlot ont été enregstrés. IV. nregstrement ux Bhms L équpe DYNI du LSIS développé des modèles orgnux et performnts de détecton et de trjectogrphe de cétcés. Ils ont été vldés sur pluseurs séres d'enregstrements réels. Il s'gt notmment de données de l'autc / US Nvy (st Bhms). Cnq hydrophones de type 4 voes et lrge bnde ont été déployés (fgure 6). L cquston est rélsée à l cdence de 48 khz. Sur ce jeu de données, un même nml est détecté et trjectogrphé durnt 5 mnutes. Ces enregstrements et nlyses sont une rchesse, ls consttuent notre «vérté terrn», utle pour vlder ou nfrmer certnes de nos hypothèses. Fgure 6 : nlyse trjectogrphque dns le pln (x,y), et postons des hydrophones à - 5 m. Postons exprmées pr rpport à un pont de l côte. L nml se drge vers l hydrophone (BAHAMAS Jeu de données ) [, 5, 8] 3

24 IV. nregstrements embrquées u sud des Iles de Hyères Les mesures sont effectuées à bord de nvres pr l équpe DYNI conjontement vec le Prc Ntonl de Port Cros. Les sortes sont rélsées en tennt compte du profl bthymétrque de l zone. Les cchlots vennent régulèrement se nourrr dns le cnyon des Stoechdes profond d envron 5 m. Un dspostf d cquston moble (fréquence d échntllonnge de 48 khz) été développé utour d un hydrophone C55, 3 à 5 m de câble et d un ordnteur portble. Il est possble de déployer le système lors d rrêts régulers ou en cours de nvgton. Un GPS, connecté u système d cquston ssoce utomtquement l poston du pont de mesure à l enregstrement. L stblté et le mnten de l poston de l hydrophone sont ssurés pr un lestge dpté. Il fut noter que les mesures en stuton de nvgton sont sujettes à un prstge pr le brut des moteurs et les effets de trînée du bteu. Ans les mesures précses sont ftes à l rrêt. Les hydrophones C55 sont lrge bnde et présentent une sensblté lnére entre et 44 khz. Ce qu est stsfsnt pour nous u regrd du tux d échntllonnge utlsé. n terme de drectvté ces hydrophones sont consdérés comme omndrectonnels jusqu à khz. Au-delà, ls devennent très drectonnels : à khz, l lrgeur à -3 db du lobe prncpl est un ngle solde de 5. Fgure 7 : photos d un hydrophone C55 et profl bthymétrque de l régon des îles de Hyères [5] 4

25 Fgure 8 : réponse en fréquence de l hydrophone C55 [Cetcen Reserch web ste] 5

26 V. Résultts prélmnres V. Condtonnement des enregstrements. L premère opérton rélsée sur les enregstrements consste à détecter les clcs, les extrre vec leur temps d rrvée. Le sgnl brut est de qulté vrble et présente prfos de fbles RSB. n mleu mrn, les cuses de brut sont multples : trfc mrtme, houle, possons, brut de chîne et coque Ces sgnux prstes sont en générl bsse fréquence, nous fltrons donc le sgnl pr pssehut. Une fréquence de coupure comprse entre Hz à 5 Hz permet de fre suffsmment émerger les clcs. Notre strtége pour l reconnssnce d un clc consste à prcourr le sgnl à l de d une fenêtre glssnte d une durée envron 4 ms et à clculer le nveu d énerge d un événement dépssnt un de seul de brut fxé. L comprson vec un nveu d énerge et un étlement spectrl de référence vlde l détecton d un clc qu est recentré dns l fenêtre, pus provsorement stocké vec son temps d rrvée. Notons que l étpe du fltrge n ntervent que pour l détecton du clc et qu l est ensute stocké brut pour ne ps dénturer son contenu bsse fréquence. L fgure 9 llustre cette étpe sur un sgnl de bonne qulté (RSB = 75 db) extrt des enregstrements rélsés u Bhms. Fgure 9 : xtrt du sgnl brut échntllonné à 48 khz et exemple d un clc centré relsé à prtr des données de BAHAMAS hydrophone 7 Sur le sgnl brut, on perçot entre les clcs un sgnl réguler d mpltude 4 à 5 fos plus fble. Il présente une dfférence de temps d rrvée d envron.5 ce qu correspond à une dfférence de mrche d envron 8 m. Nous l nterprétons comme une réflexon du sgnl sur 6

27 l surfce de l eu ou sur le fond. Ils sont volontrement gnorés ms peuvent être récupérés s beson. nfn chque clc est ssocé à son spectre clculé pr une fft sur 6384 ponts. Cel ssure une résoluton fréquentelle d envron 3 Hz pour un sgnl échntllonné à 48 khz. Fgure : module du spectre d un clc de cchlot échntllonné à 48 khz, clculé pr fft sur 6384 ponts, enregstrement BAHAMAS V. Chox des bndes de fréquences Comme nous l vons vu en prte III., l nous fut chosr des bndes de fréquence pour pplquer notre théore. On évter de les chosr en dessous de 5 khz. n effet, l fut être sûr que les composntes fréquentelles consdérées soent ssues du clc du cchlot et non du brut. De plus, l fut être suffsmment hute fréquence pour espérer observer une tténuton fréquentelle sgnfctve tout en restnt nféreure à Fe/ pour respecter le crtère de shnnon. L comprson des spectres du brut de fond et des spectres de chque clc révèle une forte densté spectrle utour de 8 khz propre u clc. Nous chosrons donc bndes utour de cette fréquence. Pour rester cohérent vec notre modèle, l énerge de l bnde dot être supéreure u nveu de l bnde de sorte que le rpport des énerges sot toujours supéreur à. n prtque, l vrblté du contenu fréquentel d un clc à l utre rend cette condton dffcle à vérfer strctement. Cel peut s explquer en prte pr le modèle de producton sonore décrt en prte I. [4]. Le clc est l somme de pluseurs «pulses» et chcun possède s propre drectvté et contenu fréquentel. Le spectre d un clc complet fluctue donc vec l ngle entre le cchlot et l hydrophone. On peut uss émettre l hypothèse que le cchlot modfe volontrement le spectre de ses clcs en foncton de l stuton : lrge bnde dns une phse 7

28 de prospecton, resserrement utour d une fréquence propce à l détecton d une proe de tlle dentfée. Fgure : chox des bndes, en hut l énerge de l bnde est toujours supéreure à l énerge de l bnde. Cel n est ps le cs en bs. Sttstquement on trouve que ce crtère de chox des bndes est vérfé dns /3 des clcs pour l bnde : [8434 : 8493] et l bnde : [877 : 8786]. L écrt fréquentel entre les bndes est fble comme on l suggéré dns l prte III.. n foncton de cet écrt et de l longueur des bndes choses, on utlser le modèle d estmteur présenté en fgure. Suvnt le théorème de Prsevl, l énerge des bndes pour chque clc est clculée à prtr des spectres entre les bornes défnes. Cette étpe morce l estmton de dstnce v le rto entre les énerges clculées selon l formule étble précédemment. 8

29 Fgure : courbe de l estmteur retenu pour évluer l dstnce entre le cchlot et l hydrophone. V. Applcton sur les données BAHAMAS Les résultts de l pplcton de l méthode AIF sur 5 mnutes de l un des enregstrements de BAHAMAS jeu de donnée, sont présentés en fgure 3. Fgure 3 : estmton des dstnces entre l nml et l hydrophone sur 5 mn pour chque clc en rouge, lssge des estmtons en bleu, et nlyse trjectore du DYNI en nor. 9

30 Les crox rouges correspondent à l estmton d une dstnce pour un clc. L densté de clc n est ps régulère et présente des «vdes» correspondnts à des pérodes de slence coustque. n bleu, est représenté un premer trtement sttstque. Il s gt d un lssge des résultts selon une moyenne glssnte : chque pont est moyenné pr rpport à ses 5 clcs vosns de guche et de drote. Cette foncton présente des nomles sur les bords et n est donc ps vlble sur ces zones. n nor, fgure l dstnce eucldenne, selon x, y et z, clculée à prtr les coordonnées données pr l nlyse trjectogrphque de l enregstrement. Dns un premer temps, on constte que les vleurs de dstnce sont très dspersées (entre et 6 km). Pour utnt, le lssge des ponts est un ndcteur du bs de notre estmteur et montre que les vleurs fluctuent utour de l grndeur à estmer. Ce qu est encourgent. Cel peut s explquer en prte pr l mperfecton du détecteur de clc. n effet, certns échos sont prs pour des clcs lorsque leurs crctérstques (mpltude, énerge et étlement spectrl) dépssent les seuls mposés u détecteur. Ces échos correspondent à des trjets coustques supéreur ux trjets des clcs ssus du trjet drect. Ils ont donc sub une décrossnce énergétque plus mportnte que les clcs orgnux. C est l rson pour lquelle l estmteur les ssocert à des dstnces de propgton plus mportntes. D utre prt, nous vons vu que le contenu spectrl vrt d un clc à un utre. Celu-c est relé à l ngle entre l xe de l nml et l hydrophone. Cel semble se vérfer u regrd de l trjectore de l nml (vor fgure 6, 5 mnutes correspondent envron à 3/5 de l trjectore). L ngle en queston est mportnt u début, pus se rédut jusqu à devenr qus nul en mleu et fn des 5 mnutes. Il semble que l dsperson de nos estmtons se réduse ux mêmes moments. De plus, les spectres de certns clcs sont tels que nous nous retrouvons dns une stuton de muvs chox de bnde (prte V.) et nous renvoent une vleur de dstnce totlement berrntes. On peut uss revenr sur l hypothèse d églté de l énerge des bndes consdérées en sorte de l nml et s nterroger sur s vldté. Nous vons néglgé le terme : d b. c Il est certn que cel ntrodut de l erreur dns nos estmtons. Nos résultts sont trnsltés et s écrtent de l dstnce à estmer. nfn l estmton de l dstnce est fondée sur une smple propgton rectlgne des ryons coustques. Alors que les pertes d énerge sont reltves u trjet coustque dns un mleu à célérté vrble. On pproxme donc une trjectore curvlgne pr une drote. L dstnce source-recepteur ns dédute est pr conséquent supéreure à l dstnce réelle. Quel est l ordre de grndeur de cette erreur? Cel mérte d être étudé vec précson selon le profl bthycélérmétrque de l zone, l poston de l source et l poston de l hydrophone. 3

31 Un derner trtement sttstque consste à détermner l probblté moyenne des dstnces estmées Pour cel nous construsons un hstogrmme de mnère à estmer les probbltés des dstnces estmées à l ntéreur de cellules de 5 m et contennt 5 clcs consécutfs. L ntégrton dns le temps de ces hstogrmmes donne l probblté moyenne pour chque dstnce de à m, à 5 m près (fgure 4). Cette représentton présente un mxmum en 4 m. Ce qu est en ccord vec les dstnces nnoncées pr les nlyses de trjectore de DYNI [, 5, 8]. On trouve deux mxm secondres en 5 m et 5 m. Ces dstnces ne se retrouvent ps sur nos résultts de vldtons et n ont ps d explctons pour le moment. Probblté moyenne des dstnces estmées pour Bhms hydrophone Fgure 4 : probblté pour chque dstnce d être estmée à 5 m près. nregstrement BAHAMAS, hydrophone. 3

32 V.3 Applcton sur l un de nos enregstrement rélsé à Port Cros L même méthodologe est pplquée dns le cdre des enregstrements de Port Cros. Cette fos l n y ps de trjectore clculée pour vlder les estmtons cr ce sont des enregstrements mono-hydrophone. Fgure 5 : estmton des dstnces entre l nml et l hydrophone pour chque clc en rouge, lssge des estmtons en bleu Les premères secondes montrent une pérode de slence coustque. L estmton de dstnce n est ps fble dns cette zone. L dstrbuton des estmtons semble mons dspersée que les résultts de BAHAMAS. Le lssge des estmtons suggère que l nml s élogne pus se rpproche de l hydrophone. Les mesures ont été rélsées u bord d un cnyon, l est probble que l nml effectue un vet-vent le long du relef sous-mrn [4]. L fgure 6 montre les plus fortes probbltés de dstnce pour m et m. L qulté, en terme de nveu sonore, de l enregstrement (bon RSB) lsse penser que les sgnux ont été modérément tténués. De plus les dstnces estmées coïncderent vec notre poston pr rpport u cnyon lors des mesures (vor nnexes). A noter tout de même que durnt une heure l surfce de l mer été observée sns vsulser l nml resprer, ce qu suggère qu l se stut à plus d un km. 3

33 Probblté moyenne des dstnces estmées pour les enregstrements de Port Cros Fgure 6 : probblté pour chque dstnce d être estmée à 5 m près. nregstrement de Port Cros 33

34 VI. Concluson et dscusson Nous vons étbl un modèle d estmton des dstnces à prtr de mesures monohydrophone. Il semble nouveu, à notre connssnce et reste en cours de vldton. S mturton et ses premères pplctons sur des données réelles sont récentes. Le développement théorque reste à pprofondr. Nos premers résultts mértent une nlyse plus précse. n effet, pour l nstnt, celle-c est surtout qulttve. J espère vor l possblté de le fre dns le cdre d un doctort fnncé. Les tests prélmnres nous montrent que ce modèle peut être grndement méloré : - Il fudrt trter les échos et réflexons en les ntégrnt u modèle s ceux-c peuvent pporter de l nformton. Ou ben les élmner de nos détectons dns le cs contrre. - Le chox des bndes de fréquences dot être stndrdsé, utomtque et fble dns tous les cs. - Afn d ffner ce modèle, l est ndspensble de prendre en compte l forme des spectres et leur contenu fréquentel en sorte de l nml. - Nous devons uss ben comprendre quels sont les effets des vrtons de l ngle entre l xe du cchlot et l hydrophone sur le contenu fréquentel des clcs et donc sur notre modèle. - nfn l sert ntéressnt de quntfer l erreur sur l estmton des dstnces, ndute pr l pproxmton de trjectores rectlgnes des ryons. Cel mplquert de prtquer des smultons de lncés de ryons en mleu mrn. Le sujet de ce stge étt ntlement très ouvert. Nous vons convergé vers ce modèle orgnl, ms d utres restent ctuellement en queston. Il me reste encore mos pour trvller à l vldton de ce modèle et l pplquer sur d utres «vértés terrn» et enregstrements récents. Lors de ce stge, j coopéré vec l équpe DYNI du LSIS sur un sujet pssonnnt. Ce qu fut très enrchssnt pour mo et m poussé à contnuer sur cette voe. Je recherche d lleurs un fnncement pour une thèse. 34

35 Bblogrphe : [] P. Grudet, H. Glotn, «Rel-tme 3D trckng of whles by precse nd echo-robust TDOAs of clcks extrcted from 5 bottom-mounted hydrophones records of the AUTC». n : Appled Acoustcs, Vol. 67 (-), pp. 6-7, 6. [] W.W.L. Au. «The sonr of dolphns». New York Sprnger-Verlg, 993. [3] W.W.L. Au, D. Pwlosk, P.. Nchtgll, M. Blonz et R.C.Gsner. «cholocton sgnls nd trnsmsson bem pttern of flse kller Whle». J. Acoust. Soc. Am, 98 : 5_59, 995. [4] C. Lplnche, «tude pr coustque pssve du comportement de chsse du grnd cchlot». PhD thess, Unversté Prs XII Vl-de Mrne, 5. [5] S. Lrn, M. Cstellote, F. Cudl, A. Monnn & H. Glotn, «Suv pr coustque pssve des cétcés u nord du sncture». Rpport de recherche du Prc Ntonl de Port Cros, 9, 8 p [6] B. Mohl, M. Whlberg et P.T. Mdsen. «Sperm whle clcks : drectonlty nd source level revsted». J. Acoust. Soc. Am, 7 : , [7] W.M. Zmmer, P.L. Tyck, Johnson M.P., «Three-dmensonl bem pttern of regulr sperm Whle clcks confrms bent-horn hypothess». J. Acoust. Soc. Am, 7 : , 5 [8] F. Bénrd, H. Glotn, «Automtc ndexng for content nlyss of whle recordngs nd xml representton». URASIP Journl on dvnces n Sgnl Processng,. [9] J.C. Goold, «Sgnl processng technques for coustcs mesurement of sperm whle body lengths». J. Acoust. Soc. Am, : , 996 [] C. Leroy. «Sound ttenuton between nd cps mesured long sngle pths». Techncl report, Sclnt ASW Reserch Center, 965. [] F.B. Jensen,W.A. Kupermn, M.B. Porter, nd H. Schmdt. «Computtonl Ocen Acoustcs». AIP Press, New York, 994, 994. [] N. Josso, «Crctérston des mleux sous-mrns en utlsnt des sources mobles d opportunté». PhD thess, Unversté de Grenoble, [3] W. Au nd M. Hstngs. «Prncples of mrne bocoustcs, Modern Acoustcs nd Sgnl Processng». Sprnger, 8. [4] Hervé Glotn, P. Grudet, F. Benrd, «Procédé de trjectogrphe en temps réel de pluseurs cétcés pr coustque pssve». Brevet déposé à l'insttut Ntonl de l Proprété Intellectuelle n 7/66 (sept 9) + extenson PCT n 9/7 (9). [5] H. Glotn, F. Benrd, P. Grudet, «Whles cocktl prty: rel-tme trckng of multple whles». n : Interntonl Journl Cndn Acoustcs, Vol. 36 (), pp , mr 8 ISSN

36 Annexes Pont de mesure s cnyon Trjet de l sorte en bteu à l est de Port Cros (m ). 36

Chapitre 2 : Les déterminants des taux d'intérêt

Chapitre 2 : Les déterminants des taux d'intérêt Chptre 2 : Les détermnnts des tux d'ntérêt I. Dstncton entre tux nomnux et tux réels : l relton de Fsher II. Les détermnnts des tux courts : l poltque monétre et les nterdépendnces nterntonles III. Les

Plus en détail

TRAITEMENT des IMAGES. VISION par MACHINE

TRAITEMENT des IMAGES. VISION par MACHINE TRAITEENT des IAGES et VISION pr ACHINE ASTER PRO INFO / Jen-rc Vézen Jen-rc.Vezen@lms.fr Jen-rc Vezen Vson pr chne IV. CORRECTION D IAGES Jen-rc Vezen Vson pr chne IV. CORRECTION D IAGES Avnt trtement

Plus en détail

Tests du khi-carré dans les enquêtes à base de sondage double

Tests du khi-carré dans les enquêtes à base de sondage double o 1-001-X u ctlogue ISS 171-5685 Technques d enquête Tests du h-crré dns les enquêtes à bse de sondge double pr Yn Lu Dte de dffuson : 19 décembre 014 Comment obtenr d utres rensegnements Pour toute demnde

Plus en détail

Ajustement sttstque Dns l prte conscree l sttstque descrptve, nous vons exmne le len entre deux vrbles en utlsnt un grphque en forme de nuge de ponts et en clculnt le coecent de correlton. Nous voulons

Plus en détail

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes :

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes : Ste: http://gene.ndustrel.aa.free.fr LES POMPES Les pompes sont des apparels permettant un transfert d énerge entre le flude et un dspostf mécanque convenable. Suvant les condtons d utlsaton, ces machnes

Plus en détail

Etude par simulation de l effet d isolation thermique d une pièce d un habitat dans la région de Ghardaïa

Etude par simulation de l effet d isolation thermique d une pièce d un habitat dans la région de Ghardaïa Revue des Eneres Renouvelbles Vol. 0 N 2 (2007 28 292 Etude pr smulton de l effet d solton thermque d une pèce d un hbtt dns l réon de Ghrdï.M.A. Bekkouche, T. Benouz 2 et A. Cheknne 3 Unté de Recherche

Plus en détail

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010.

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010. Master 1ère année de Mathématques Analyse Numérque - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen fnal, en Janver 2010. CMI, Unversté de Provence Année 2009-2010 Ce qu vous est demandé : Rédger les

Plus en détail

1 Projection tache Airy sur mode propre capillaire

1 Projection tache Airy sur mode propre capillaire 1 Projection tche Airy sur mode propre cpillire Dns l pproximtion prxile (petits ngles) le chmp électrique d une onde de fréquence ω polrisée rectilignement suivnt ~u x se propgent à l intérieur d un cpillire

Plus en détail

Chapitre 2 LES EMPRUNTS INDIVIS

Chapitre 2 LES EMPRUNTS INDIVIS Chptre LES EMPRUNTS INDIVIS.1 Actulsto de flux Actvté.1.1 : O dspose de chffres cocert l évoluto du chffre d ffres de l socété FLORIS depus 1985. E 1985, le Chffre d ffres étt de 1 Mllo de Frcs, e 1990

Plus en détail

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006 Mjortions de l erreur dns les clculs clssiques de vleurs pprochées d intégrle Notes pour l préprtion u CAPES - Strsbourg- février 00 On trouve dns différents ouvrges élémentires des démonstrtions à coup

Plus en détail

À partir de la demi-période comprise entre les points C et D de la figure 2, mesurer u L, de la bobine. calculer et en déduire la valeur de L.

À partir de la demi-période comprise entre les points C et D de la figure 2, mesurer u L, de la bobine. calculer et en déduire la valeur de L. se 2004 ÉTUD XPÉIMNTL D'UN BOBIN (6 ponts) 1.5. On néglge dans la sute le terme fasant ntervenr r dans l'expresson de u L ans que les arronds des crêtes de l'ntensté. 1 - Détermnaton expérmentale de l'nductance

Plus en détail

Calculs financiers. Auteur : Philippe GILLET

Calculs financiers. Auteur : Philippe GILLET Clculs fcers Auteur : Phlppe GILLET Le tux d térêt Pour l empruteur qu e dspose ps des fods écessres, l représete le prx à pyer pour ue cosommto mmédte. Pour le prêteur, l représete le prx ecssé pour l

Plus en détail

uur uur u ur Remarque : la superposition d'une lumière naturelle et d'une lumière totalement polarisée est une lumière partiellement polarisée.

uur uur u ur Remarque : la superposition d'une lumière naturelle et d'une lumière totalement polarisée est une lumière partiellement polarisée. T OLRITION RECTILIGNE DE L LUMIERE 1 - Descrpton de l'onde lumneuse naturelle : Une lumère naturelle résulte de la désectaton d'atomes qu émettent alors des vbratons (ou trans d'onde) de pérode de l'ordre

Plus en détail

L'INDUCTION ON5WF (MNS)

L'INDUCTION ON5WF (MNS) 'IDUCTIO ème parte / O5WF (MS) Dans la ère parte de cet artcle, nous avons vu qu'un courant électrque donnat leu à un champ magnétque (expérence d'oersted). ous avons ensute vu comment Faraday, après avor

Plus en détail

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL Préceptort de Mécnique Quntique 1 ère nnée Florent Krzkl, PCT, Bureu F.3-14 LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL I-1/ Soit une brrière de

Plus en détail

SPE PSI DEVOIR LIBRE N 9 pour le 04/01/12. Phénomènes d induction et conversion électromécanique:

SPE PSI DEVOIR LIBRE N 9 pour le 04/01/12. Phénomènes d induction et conversion électromécanique: SPE PSI DEVOIR LIBRE N 9 pour le 04/01/12 Phénomènes d nducton et converson électromécanque: 1/ Inductance propre et nductance mutuelle. 11/ Défntons et proprétés : 11a/ Défnr l'nductance propre L d un

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 7 Le transformateur triphasé. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition 03/06/2010

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 7 Le transformateur triphasé. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition 03/06/2010 ELECTOTECHNIQUE Életromgnétsme hel PIOU Chptre 7 Le trnsformteur trphsé Édton 03/06/00 Extrt de l ressoure en lgne gnelepro sur le ste Internet Tle des mtères TNSFOTEU TIPHSE EN EGIE LINEIE Le rut mgnétque

Plus en détail

FACULTÉ DES SCIENCES LMD : 1 IÈRE ANNÉE DE L INGÉNIEUR. e II. Chapitre. I. Rappel sur le. Champ

FACULTÉ DES SCIENCES LMD : 1 IÈRE ANNÉE DE L INGÉNIEUR. e II. Chapitre. I. Rappel sur le. Champ ACULTÉ D CINC D L INGÉNIUR CTION TRON COUN LD LD : IÈR ANNÉ Cous Phsque : lectcté et gnétsme Chte e II Chm et Potentel lectque I Rel su le chm et otentel gvttonnel Chm Il est ben étbl qu'une msse m, stuée

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3 UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV Lcence 3 ère année Econome - Geston Année unverstare 2006-2007 Semestre 2 Prévsons Fnancères Travaux Drgés - Séances n 3 «Les Crtères Fondamentaux des Chox d Investssement»

Plus en détail

I. Fonctionnalités du tableur

I. Fonctionnalités du tableur Olver Coma Macro MRP pour Excel Decembre 1999 I. Fonctonnaltés du tableur I.1. Feulle «Nomenclature «Le tableur propose pluseurs optons à l ouverture du fcher. Cnq boutons apparassent à drote de la feulle

Plus en détail

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle Mrors spérques Doptres spérques Nous allons mantenant aborder des systèmes optques un peu plus complexes, couramment utlsés pour produre des mages. Nous allons commencer par étuder un mror spérque de façon

Plus en détail

Cet article est disponible en ligne à l adresse : http://www.cairn.info/article.php?id_revue=reco&id_numpublie=reco_594&id_article=reco_594_0843

Cet article est disponible en ligne à l adresse : http://www.cairn.info/article.php?id_revue=reco&id_numpublie=reco_594&id_article=reco_594_0843 Cet rtcle est dsponble en lgne à l dresse : http://www.crn.nfo/rtcle.php?id_revuereco&id_numubliereco_594&id_articlereco_594_0843 Les prdoxes de Lucs et Romer pr hlppe DARREAU et Frnços IGALLE resses de

Plus en détail

chapitre 2 interférences non localisées entre deux ondes monochromatiques cohérentes

chapitre 2 interférences non localisées entre deux ondes monochromatiques cohérentes nterférences non loclsées de deu ondes cohérentes chptre nterférences non loclsées entre deu ondes onochrotques cohérentes. epérence, condton d'nterférence, contrste. epérence des rors de Fresnel, et des

Plus en détail

Chapitre II : Introduction Thermodynamique des machines de compression (compresseurs) et de détente (turbines).

Chapitre II : Introduction Thermodynamique des machines de compression (compresseurs) et de détente (turbines). Chaptre II : Introducton hermodynamque des machnes de compresson (compresseurs) et de détente (turbnes). II. : Introducton. On s'ntéresse dans ce chaptre à l'ntroducton thermodynamque des compresseurs

Plus en détail

CHAPITRE 2. La prévision des ventes

CHAPITRE 2. La prévision des ventes CHAPITRE La prévson des ventes C est en foncton des prévsons de ventes que l entreprse détermne la producton, les achats et les nvestssements nécessares. La prévson des ventes condtonne l ensemble de la

Plus en détail

Quantification et échantillonnage

Quantification et échantillonnage numérique à l et échntillonnge Signl physique (onde lumineuse, onde sonore) : vrition d une grndeur physique (éclirement, pression) en temps et/ou espce Sénce 4 et échntillonnge Contrintes de l représenttion

Plus en détail

Lois de probabilité à densité

Lois de probabilité à densité Lois de probbilité à densité Christophe ROSSIGNOL Année scolire 0/03 Tble des mtières Loi à densité sur un intervlle I. Deux exemples pour comprendre..................................... Densité de probbilité...........................................3

Plus en détail

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b Les intégrles Introduction Etnt donnée une fonction positive f définie sur un intervlle borné [, b], on veut évluer l ire comprise entre l e des bscisses, l courbe représentnt f et les verticles = et =

Plus en détail

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie Exo7 Zéros des fonctions Vidéo prtie 1. L dichotomie Vidéo prtie. L méthode de l sécnte Vidéo prtie 3. L méthode de Newton Dns ce chpitre nous llons ppliquer toutes les notions précédentes sur les suites

Plus en détail

(Licence L1 /Durée 3H) Stand d étude de l'effort tranchant dans une poutre Règle Des accroches poids

(Licence L1 /Durée 3H) Stand d étude de l'effort tranchant dans une poutre Règle Des accroches poids (Lcence L1 /Durée 3H) Objectfs : Se famlarser avec l apparel d étude de l'effort tranchant dans une poutre (les pèces consttutves, mode d emplo...) Ben matrser les étapes qu mènent à l élaboraton des dfférents

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques G 2007 / 12. Aléa moral en santé : une évaluation dans le cadre du modèle causal de Rubin

Direction des Études et Synthèses Économiques G 2007 / 12. Aléa moral en santé : une évaluation dans le cadre du modèle causal de Rubin Drecton des Études et Synthèses Économques G 2007 / 12 Alé morl en snté : une évluton dns le cdre du modèle cusl de Rubn Vlére ALBOUY - Bruno CRÉPON Document de trvl Insttut Ntonl de l Sttstque et des

Plus en détail

(surface d'un cercle : S = pd2 4 )

(surface d'un cercle : S = pd2 4 ) Les cordes sont de dimètres vribles. Si on les remplce pr deux cordes de même dimètre, le dimètre moyen, le résultt devrit être le même. Ici le résultt, c est sns doute l résistnce qui est proportionnelle

Plus en détail

Recherche des paramètres de préréglage en injection. 1 COURS SUR LA RECHERCHE DES PARAMETRES POUR LE CHOIX ET LE PREREGLAGE DES PRESSES A INJECTER

Recherche des paramètres de préréglage en injection. 1 COURS SUR LA RECHERCHE DES PARAMETRES POUR LE CHOIX ET LE PREREGLAGE DES PRESSES A INJECTER Recherche des prmètres de préréglge en injection. 1 COURS SUR LA RECHERCHE DES PARAMETRES POUR LE CHOIX ET LE PREREGLAGE DES PRESSES A INJECTER Appliction et utilistion des préréglges : Les données de

Plus en détail

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007 C.P.G.E-TSI-SAFI edressement non commandé 2006/2007 edressement non commandé Introducton : es réseaux et les récepteurs électrques absorbent de l énerge sous deux formes, en contnus ou en alternatfs. Pour

Plus en détail

LE RESEAU RECIPROQUE solution

LE RESEAU RECIPROQUE solution LE RESEU RECIPROQUE solution L pge 85 de votre poly de physique est conscrée à l définition du réseu réciproque, un concept initilement introduit pr J.W. Gibbs (189-190). Ce concept, plutôt bstrit, est

Plus en détail

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg Prospection électrique Guy Mrquis, EOST Strsbourg Le 9 Avril 005 Chpitre Bses physiques L prospection électrique est l une des plus nciennes méthodes de prospection géophysique. S mise en oeuvre est reltivement

Plus en détail

Primitive et intégrale d une fonction continue

Primitive et intégrale d une fonction continue Primitive et intégrle d une fonction continue O. Simon, Université de Rennes I 24 mi 2005 Avertissement : Ceci n est ps le contenu d une leçon de CAPES. Dns le progrmme 2002 de terminles S, on introduit

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type EAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Questons à Chox Multples (QCM). Cochez la bonne réponse Classer ces statstques selon leur nature (ndcateur de poston

Plus en détail

= L.a DVD 2.D et l = L.a BR. l DVD 2.D. .l BR. = 4,8 3,0 405 = 6,5 102 nm. 1 = 3,5.10 4 m 1 ; = 2,0.10 2 rad) 2.D L BR = L DVD. l BR 2.D.

= L.a DVD 2.D et l = L.a BR. l DVD 2.D. .l BR. = 4,8 3,0 405 = 6,5 102 nm. 1 = 3,5.10 4 m 1 ; = 2,0.10 2 rad) 2.D L BR = L DVD. l BR 2.D. Corretion exerie. Évolution des idées sur l lumière.. es ondes méniques néessitent un milieu mtériel (solide, liquide ou gz) pour se propger tndis que les ondes lumineuses peuvent se propger en l bsene

Plus en détail

Les pourcentages. b) Exprimer une augmentation sous la forme d un %. c) Exprimer une diminution sous la forme d un %.

Les pourcentages. b) Exprimer une augmentation sous la forme d un %. c) Exprimer une diminution sous la forme d un %. Les pourcentges. 1. Clculer un %. ) Cs générl. b) Exprmer une ugmentton sous l orme d un %. c) Exprmer une dmnuton sous l orme d un %. 2. Applquer un % 3. Augmentton exprmée sous l orme d un % ) Clculer

Plus en détail

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION 6.1 STRUTURES PLES FOREES DE POUTRES RELTIOS ETRE HRGES ET ELEETS DE REDUTIO Les vritions des éléments de réduction,,, lorsqu'on psse d'une section à l'utre, sont liées pr des reltions fondmentles que

Plus en détail

Banque d exercices pour le cours de "mise à niveau" de statistique de M1 AgroParisTech

Banque d exercices pour le cours de mise à niveau de statistique de M1 AgroParisTech Banque d exercces pour le cours de "mse à nveau" de statstque de M1 AgroParsTech Instructons pour les exercces 1. Lorsque ren n est précsé, on suppose que la dstrbuton étudée est gaussenne. Pour les exercces

Plus en détail

La méthode CALPHAD : principe, outils et possibilités

La méthode CALPHAD : principe, outils et possibilités Déprtement CPS Equpe 6 Surfce et Interfce : Réctvté Chmque des Mtéru L méthode CALPHAD : prncpe, outls et possbltés Ncols DAVID Jen-Mrc FIORANI Mchel VILASI Insttut Jen Lmour UMR 798 Unversté de Lorrne

Plus en détail

Partie I: Différences finies avec centrage partiel

Partie I: Différences finies avec centrage partiel U. PARIS VI et ÉCOLE POLYTECHNIQUE 7 anver 04 Spécalté Probablté et Fnance du Master de Scences et Technologe EXAMEN DU COURS ANALYSE NUMÉRIQUE DES ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES EN FINANCE verson 03/0/04

Plus en détail

Electronique TD1 Corrigé

Electronique TD1 Corrigé nersté du Mane - Faculté des Scences! etour D électronque lectronque D1 Corrgé Pour un sgnal (t) quelconque : 1 $ (t) # MOY! (t) dt 1 FF! (t) dt (t) MX MOY mpltude crête à - crête mpltude Mn Pérode t emarque

Plus en détail

1. Contribution au raccordement

1. Contribution au raccordement TARIFS 215 CHAUFFAGE A DISTANCE CONTRIBUTIONS AU RACCORDEMENT 1. Contribution u rccordement 1.1 L contribution u rccordement est clculée en fonction des kw th souscrits dns le cdre des puissnces normlisées.

Plus en détail

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS CHAPITRE 1 STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS Objectifs Comme les liquides et les gz, les solides jouent un rôle très importnt en chimie. Or l pluprt des solides sont des solides cristllins.

Plus en détail

1. Introduction : Contexte et Etat de l Art O. MALOBERTI 1, G. FRIEDRICH 1, K. EL-KADRI-BENKARA 1, L. CHARBONNIER 1, A. GIMENO 1

1. Introduction : Contexte et Etat de l Art O. MALOBERTI 1, G. FRIEDRICH 1, K. EL-KADRI-BENKARA 1, L. CHARBONNIER 1, A. GIMENO 1 Électrotechnque du Futur 14&15 décebre 211, Belfort Anlyse Therque 3D d un Alternteur à Grffes : Modélston, Sulton et Identfcton Expérentle de l convecton lbre du odèle en rége therque étbl. O. MALOBERTI

Plus en détail

Synthèse de cours PanaMaths (Terminale S) Les nombres complexes

Synthèse de cours PanaMaths (Terminale S) Les nombres complexes Snthèse de cours PanaMaths (Termnale S) L ensemble des nombres complees Défntons n pose tel que = 1 { } L ensemble des nombres complees, noté, est l ensemble : z /(, ) = + Le réel est appelé «parte réelle

Plus en détail

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux 1/29 Théorie des Lngges Formels Chpitre 5 : Automtes minimux Florence Levé Florence.Leve@u-picrdie.fr Année 2014-2015 2/29 Introduction Les lgorithmes vus précédemment peuvent mener à des utomtes reltivement

Plus en détail

Cours 6 : Tableaux de contingences et tests du χ 2

Cours 6 : Tableaux de contingences et tests du χ 2 PSY 14 Technques d nlyses en psychologe Cours 6 : Tbleux de contngences et tests du χ Tble des mtères Secton 1. Attrbut moyen vs. réprtton d'ttrbuts... Secton. Test non prmétrque sur les fréquences....1.

Plus en détail

Résumé sur les Intégrales Impropres & exercices supplémentaires

Résumé sur les Intégrales Impropres & exercices supplémentaires L-MATH II-(25-26). Résumé sur les Intégrles Impropres & eercices supplémentires Une fonction définie sur un intervlle I est dite loclement intégrble sur I si f est Riemnnintégrble sur tout intervlle [,

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

Chapitre 3: Stockage et distribution

Chapitre 3: Stockage et distribution I- Défntons Chaptre 3: Stockage et dstrbuton Réseau de desserte = Ensemble des équpements (canalsatons et ouvrages annexes) achemnant de manère gravtare ou sous presson l eau potable ssue des untés de

Plus en détail

ICNA - SESSION 2009 ÉPREUVE OPTIONNELLE DE PHYSIQUE CORRIGÉ

ICNA - SESSION 2009 ÉPREUVE OPTIONNELLE DE PHYSIQUE CORRIGÉ ICNA - SESSION 9 ÉPREUVE OPTIONNEE DE PHYSIQUE CORRIGÉ Diffusion thermique dns un câble électrique.. puissnce volumique dissipée pr effet Joule dns le conducteur est donnée pr P. Je J J.E e γ I e vecteur

Plus en détail

Rappels Mathématiques

Rappels Mathématiques Chptre I Rppels Mthémtques I. Générltés sur les grndeurs physques On dstngue deux types de grndeurs - grndeurs physques repérles - grndeurs physques mesurles. Grndeurs physques repérles Une grndeur physque

Plus en détail

Effets de la dépendance entre différentes branches sur le calcul des provisions

Effets de la dépendance entre différentes branches sur le calcul des provisions Effets de l dépendnce entre dfférentes brnches sur le clcul des provsons Thème ASTIN : Contrôle des rsques Gllet Antonn Commsson de Contrôle des Assurnces 54, rue de Châteudun 75009 PARIS ntonn.gllet@cc.fnnces.gouv.fr

Plus en détail

Ajustement affine par les moindres carrés

Ajustement affine par les moindres carrés 1. Nveau Termnales STG et ES Ajustement affne par les mondres carrés 2. Stuaton-problème proposée Introducton à la méthode des mondres carrés. 3. Support utlsé Tableur et calculatrce. 4. Contenu mathématque

Plus en détail

DISTANCES DE LA TERRE A LA LUNE ET AU SOLEIL

DISTANCES DE LA TERRE A LA LUNE ET AU SOLEIL Première Distnces de l Terre à l Lune et u Soleil Pge 1 TRAVAUX DIRIGES DISTANCES DE LA TERRE A LA LUNE ET AU SOLEIL -80 II ème siècle p J-C 153 1609 1666 1916 199 ARISTARQUE de Smos donne une mesure de

Plus en détail

Project number Numéro de projet. IEC/TC or SC: CE 56 IEC/CE ou SC: Date of circulation Date de diffusion 2015-03-06

Project number Numéro de projet. IEC/TC or SC: CE 56 IEC/CE ou SC: Date of circulation Date de diffusion 2015-03-06 www.ngexpert.om : ps de ommentre C0-34R Blos-dgrmmes de flté Rellty lok dgrms R NF EN 6078 vnt-projet de norme soums à enquête pulque jusqu u : 0/05/05 Informtons omplémentres : Est destnée à rempler l

Plus en détail

STI2D - 1N5 - FONCTION DERIVEE ET APPLICATIONS COURS (1/5)

STI2D - 1N5 - FONCTION DERIVEE ET APPLICATIONS COURS (1/5) www.mthsenlgne.com STI2D - 1N5 - FNCTIN DERIVEE ET APPLICATINS CURS (1/5) PRGRAMMES CAPACITES ATTENDUES CMMENTAIRES Dérvton Nomre dérvé d une foncton en un pont. Le nomre dérvé est défn comme lmte du f(

Plus en détail

N - ANNEAUX EUCLIDIENS

N - ANNEAUX EUCLIDIENS N - ANNEAUX EUCLIDIENS Dans ce qu sut A est un anneau untare, mun de deux opératons notées addtvement et multplcatvement. Le neutre de l addton est noté 0, celu de la multplcaton est noté e. On pose A

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON Durée : 4 heures Les clcultrices sont utorisées. Le sujet comprend qutre exercices indépendnts qui peuvent être trités dns l'ordre que

Plus en détail

Ater Lucis. La lumière maîtrisée

Ater Lucis. La lumière maîtrisée Ater Lucis L lumière mîtrisée 09/2009 Contenu A propos de Bonhomme Bâtiments Industriels Ater Lucis Démrche Qulités Focus pr modèle Circeo Xelios Arboris A propos de Bonhomme Bâtiments Industriels Bonhomme

Plus en détail

Chapitre 5: La programmation dynamique

Chapitre 5: La programmation dynamique Chaptre 5: La programmaton dynamque. Introducton La programmaton dynamque est un paradgme de concepton qu l est possble de vor comme une améloraton ou une adaptaton de la méthode dvser et régner. Ce concept

Plus en détail

TP 10 : Lois de Kepler

TP 10 : Lois de Kepler TP 10 : Lois de Kepler Objectifs : - Estimer l msse de Jupiter à prtir de l troisième loi de Kepler. - Utiliser Stellrium, un simulteur de plnétrium «photo-réel». Compétences trvillées : - Démontrer que,

Plus en détail

Feuilles de style CSS

Feuilles de style CSS Feulles de style CSS 71 Feulles de style CSS Les standards du web Les langages du web : le HTML et les CSS Depus la verson 4 de l'html (décembre 1999), le W3C propose les feulles de style en cascade, les

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d Secton 4. Olgopole et stratége publctare 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle 2) Monopole et dépenses d publctares 3) Olgopole et dépenses d publctares 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle

Plus en détail

Transformations géodésiques en France Métropolitaine

Transformations géodésiques en France Métropolitaine Trnsformtions géodésiques en Frnce Métropolitine 1 Processus de chngement de système... 1.1 Définitions... 1. Similitude 3D à 7 prmètres... 1.3 Modèle «à 7 prmètres»... 3 1.4 Coordonnées géogrphiques (,,h)

Plus en détail

Cours de Calcul numérique MATH 031

Cours de Calcul numérique MATH 031 Cours de Calcul numérque MATH 03 G. Bontemp, A. da Slva Soares, M. De Wulf Département d'informatque Boulevard du Tromphe - CP22 http://www.ulb.ac.be/d Valeurs propres en pratque. Localsaton. Méthode de

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION) Chme Termnale S Chaptre Travaux Pratques n a Correcton SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION) 1 PRINCIPE On dose une espèce chmque (réact ou produt du système chmque) à ntervalle de temps réguler

Plus en détail

Calcul du coût du MWh d électricité à la production 1

Calcul du coût du MWh d électricité à la production 1 Clcul du coût du MWh d électrcté à l producton Hervé fenecer Résumé Le coût de producton du MWh résulte de l ddton de tros contrbutons : un coût d nvestssement, un coût de fonctonnement fxe, ndépendnt

Plus en détail

Bien débuter avec Illustrator

Bien débuter avec Illustrator CHAPITRE 1 Ben débuter avec Illustrator Illustrator est un logcel de dessn vectorel. Cela sgnfe qu'l permet de créer des llustratons composées avec des objets décrts par des vecteurs. Une telle défnton

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Mesures en tension continue & alternative

Mesures en tension continue & alternative Manp. Elec.1' Mesures en tenson contnue & alternatve E1.1 BUT DE LA MANIPULATION Cette manpulaton vse prncpalement à vous famlarser avec les apparels & nstruments de mesure utlsés en électrcté. Vous apprendrez

Plus en détail

Paramétrer le diaporama

Paramétrer le diaporama PowerPont 2013 - Fonctons avancées Daporama Daporama PowerPont 2013 - Fonctons avancées Paramétrer le daporama Le daporama est la projecton de la présentaton à l écran. Ouvrez la présentaton à projeter.

Plus en détail

EXERCICES AVEC SOLUTIONS (STATIQUE)

EXERCICES AVEC SOLUTIONS (STATIQUE) EXEIES VE SLUINS (SIQUE) Eercce 1 : Détermner les tensons des câbles dns les fgures suvntes : 4 7 4N 1 Soluton : Fgure 1 : u pont nous vons : + + L projecton sur les es donne : cos 4 + cos sn 4 + sn 6Kg

Plus en détail

Détecteur de mouvement extérieur

Détecteur de mouvement extérieur Crctéristiques Portée 1 m Angle de détection 90 Huteur de fixtion 0,80 m 1,0 m Autoprotégé à l ouverture Utilistion en extérieur Indice de protection IP 5 Tempérture de fonctionnement -0 C à +50 C Type

Plus en détail

Equations d'état, travail et chaleur

Equations d'état, travail et chaleur Equtions d'étt, trvil et chleur Exercice On donne R 8, SI. ) Quelle est l'éqution d'étt de n moles d'un gz prfit dns l'étt,,? En déduire l'unité de R. ) Clculer numériquement l vleur du volume molire d'un

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2013. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2013. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Excel 2013 Collecton Référence Bureautque Extrat Tableaux de données Tableaux de données Excel 2013 Créer un tableau de données Un tableau de données, auss appelé lste de données (dans les ancennes

Plus en détail

10.1 INTRODUCTION CHAPITRE 10 INTERACTION SOL STRUCTURE

10.1 INTRODUCTION CHAPITRE 10 INTERACTION SOL STRUCTURE CHAPITRE 10 INTERACTION SOL STRUCTURE 10.1 INTRODUCTION Les chaptres précédents ont perms d'évaluer les efforts, provenant des forces d'nerte développées dans la structure lorsqu'elle est soumse à un mouvement

Plus en détail

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H)

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) TS jn 2014 Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) Nom:...... LES EXERIES SNT INDEPENDANTS ALULATRIE AUTRISEE PHYSIQUE : ETILE BINAIRE /20 1. Le télescope 8 Les 3 prties sont indépendntes. Document 1 : L

Plus en détail

- Tracer une droite dans le plan repéré. - Interpréter graphiquement le coefficient directeur d une droite.

- Tracer une droite dans le plan repéré. - Interpréter graphiquement le coefficient directeur d une droite. www.mathsenlgne.com 2G3 - EQUATINS DE DRITES CURS (1/5) CNTENUS CAPACITES ATTENDUES CMMENTAIRES Drote comme courbe représentatve d une foncton affne. - Tracer une drote dans le plan repéré. - Interpréter

Plus en détail

). La force de Coulomb qui s exerce sur la charge q placée en M s écrit f (M) = qe(m) OM

). La force de Coulomb qui s exerce sur la charge q placée en M s écrit f (M) = qe(m) OM Électrostatque Lo de Coulomb dans le vde charges ponctuelles q et q placées dans le vde en des ponts M et M fxes et dstants de r exercent l une sur l autre des forces opposées telles que la force exercée

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise

Université de Cergy-Pontoise Unversté de Cergy-Pontose THESE Dscplne : Géne cvl Présentée par : Salma HASSANI-MANAI Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITE DE CERGY-PONTOISE Sujet : ETUDE ET MODELISATION DE LA STABILITE DES

Plus en détail

Formation et Analyse d'images. La Vision Stéréoscopique

Formation et Analyse d'images. La Vision Stéréoscopique Formtion et Anlyse d'imges Jmes L. Crowley ENSIMAG 3 Premier Bimestre 2007/2008 Sénce 11 21 décemre 2007 Pln de l Sénce : L Vision Stéréoscopique L Vision Stéréoscopique...2 Les Techniques d'appriement...2

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX *

LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX * LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX * "W.J.M. LEVELT et R. PLOMP (Insttute for Percepton R.V.O.-T.N.O., SOESTERBERG, PAYS-BAS) Introducton Il est ntéressant de savor de quelle manère

Plus en détail

Petit utilitaire de l apprenti marin

Petit utilitaire de l apprenti marin Petit utilitire de l pprenti mrin Voilà des phrses bien étrnges qui peuvent être dites pr: Le cpitine: - u second : un grin rrive, fites reduire l voilure - u cnonnier : chrgez l btterie bâbord à mitrille,

Plus en détail

Marc Chemillier Master M2 Atiam (Ircam), 2011-2012

Marc Chemillier Master M2 Atiam (Ircam), 2011-2012 MMIM Modèles mthémtiques en informtique musicle Mrc Chemillier Mster M2 Atim (Ircm), 2011-2012 Notions théoriques sur les lngges formels - Définitions générles o Mots, lngges o Monoïdes - Notion d utomte

Plus en détail

Exercices Électrocinétique

Exercices Électrocinétique ercces Électrocnétque alculs de tensons et de courants -21 éseau à deu malles Détermner, pour le crcut c-contre, l ntensté qu 1 2 traverse la résstance 2 et la tenson u au bornes de la résstance 3 : 3

Plus en détail

Contrôle du mardi 29 novembre 2016 (50 minutes) 1 ère S1. II. (6 points : 1 ) 1 point ; 2 ) 1 point + 1 point ; 3 ) 3 points)

Contrôle du mardi 29 novembre 2016 (50 minutes) 1 ère S1. II. (6 points : 1 ) 1 point ; 2 ) 1 point + 1 point ; 3 ) 3 points) ère S ontrôle du mrd 9 novembre 06 (50 mnutes) Prénom et nom : Note : / 0 I (5 ponts : ) ponts ; ) ponts) On dspose de tros scs S, S, S contennt des jetons mrqués chcun pr une lettre Le sc S content tros

Plus en détail

L effet de la position du seuil d injection sur le refroidissement d un polymère dans un moule d injection

L effet de la position du seuil d injection sur le refroidissement d un polymère dans un moule d injection L effet de l position du seuil d injection sur le d un polymère dns un moule d injection Hmdy HASSAN, Nicols REGNIER, Cédric LEBOT, Guy DEFAYE Université Bordeux I ; CNRS ; UMR 8508, Lbortoire TREFLE,

Plus en détail

TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE

TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE TARIFICATION, PROVISIONNEMENT ET PILOTAGE D UN PORTEFEUILLE DÉPENDANCE Mre-Pscle Deléglse, Chrstn Hess, Sébsten Nouet To cte ths verson: Mre-Pscle Deléglse, Chrstn Hess, Sébsten Nouet. TARIFICATION, PROVISION-

Plus en détail

Estimation sur petits domaines

Estimation sur petits domaines Estmton sur petts domnes Un perçu Pscl Ardlly Insee - Drecton de l méthodologe M 0 Pscl Ardlly - INSEE M 0 Problémtque Sot une populton fne U et une sous-populton N Y Y? Echntllon s tré dns U (pln complexe)

Plus en détail