AIDE- Message du directeur MÉMOIRE. Intervention préventive. auprès des personnes atteintes d une infection transmissible sexuellement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AIDE- Message du directeur MÉMOIRE. Intervention préventive. auprès des personnes atteintes d une infection transmissible sexuellement"

Transcription

1 Message du directeur de la protection de la santé publique Les infections transmissibles sexuellement (ITS) touchent chaque année des milliers de Québécoises et de Québécois. Le phénomène est d ailleurs en recrudescence. Ainsi, depuis la fin des années quatre-vingt-dix, l incidence de l infection à Chlamydia trachomatis, de l infection gonococcique et de la syphilis est à la hausse. Non traitées, les ITS qui sont souvent asymptomatiques peuvent entraîner de graves complications. Pour briser la chaîne de transmission de ces maladies, l intervention ne doit pas se limiter au traitement de la personne atteinte qui se présente au cabinet du médecin ; les partenaires de cette personne doivent aussi être traités. Cette recommandation touche non seulement les partenaires actuels, mais également certains partenaires passés. Le traitement précoce des partenaires présente non seulement l avantage de prévenir les complications chez ces derniers, il permet aussi d éviter la réinfection du patient par un partenaire non traité et de limiter la propagation de l infection dans la communauté. Les partenaires d une personne atteinte doivent donc être informés de leur exposition à une ITS et être incités à consulter un médecin. L intervention préventive auprès des partenaires des personnes atteintes d une ITS auparavant appelée notification aux partenaires est un moyen efficace de lutte contre les ITS. Inscrite au Programme national de santé publique , cette action est reconnue depuis de nombreuses années par l Organisation mondiale de la santé, par les Centers for Disease Control and Prevention aux États-Unis et par Santé Canada. Elle est aussi au cœur des activités de contrôle des ITS dans de nombreux pays. Ce type d intervention peut être exigeant pour la personne infectée elle-même, mais également pour les professionnels de la santé, notamment pour le médecin traitant. Ce dernier peut toutefois compter sur l aide des professionnels de la santé publique, surtout dans les cas considérés comme prioritaires. Les bénéfices possibles de ce type d intervention justifient assurément que les professionnels de la santé y consacrent le temps nécessaire. AIDE- MÉMOIRE à l intention des professionnels de la santé Intervention préventive auprès des personnes atteintes d une infection transmissible sexuellement et auprès de leurs PARTENAIRES Pour briser la chaîne de transmission, TRAITER LES PARTENAIRES Horacio Arruda, M.D.

2 Cas prioritaires En raison de la nature de l infection, des données épidémiologiques ou des caractéristiques des personnes infectées ou de leurs partenaires, un encadrement soutenu de la personne atteinte d une ITS, en vue de l intervention auprès de ses partenaires, est recommandé dans les cas suivants, qui sont des maladies à déclaration obligatoire et qui sont désignés ici comme cas prioritaires : syphilis infectieuse (primaire, secondaire ou latente précoce) ; syphilis latente tardive, lorsque le titre du test non tréponémique est élevé (1 : 32 et plus) ; infection gonococcique ; infection génitale à Chlamydia trachomatis, lorsque diagnostiquée chez une personne de 19 ans ou moins, une personne présentant des ITS à répétition, une femme ayant eu plus d une interruption volontaire de grossesse, une femme ayant une atteinte inflammatoire pelvienne, une femme enceinte ou un homme dont la partenaire est enceinte, une personne ayant de multiples partenaires, une personne dont les partenaires sont difficiles à joindre ; chancre mou ; lymphogranulomatose vénérienne ; granulome inguinal. Dans les autres cas, la responsabilité de l intervention préventive est généralement laissée au clinicien. Les volets de l intervention préventive L intervention préventive auprès d une personne atteinte d une ITS et auprès de ses partenaires comprend : le counselling général offert au patient (cas-index), qui vise à créer chez lui des conditions favorables au succès du traitement de son infection, à lui éviter des complications éventuelles et à empêcher toute récidive de la maladie. Cela inclut la promotion de la fidélité au traitement, des conseils visant à favoriser l adoption et le maintien de pratiques (sexuelles ou autres) sécuritaires et l offre de vaccination contre l'hépatite B et, si indiqué, contre l'hépatite A ; le counselling relatif à l intervention préventive auprès des partenaires, qui vise à amener la personne atteinte à reconnaître l importance que ses partenaires soient prévenus, à obtenir sa collaboration et à faire en sorte que tous ses partenaires pour lesquels l intervention est requise soient identifiés en vue de les informer de leur exposition à une ITS ; la notification aux partenaires et l intervention préventive auprès d eux, qui vise à ce que ces derniers soient informés de leur exposition à une ITS et de la nécessité qu ils soient traités et examinés, puis à leur donner des conseils préventifs et à les diriger vers les ressources appropriées. 2

3 Les approches possibles L intervention préventive auprès des partenaires peut être effectuée selon deux approches : l approche négociée : après entente entre la personne infectée et un professionnel de la santé, chacun des partenaires est joint, dans un délai de quelques jours, soit par la personne infectée elle-même, soit par le professionnel (habituellement un professionnel de la santé publique). Cette approche, qui exige un suivi afin de vérifier si tous les partenaires devant être joints par la personne infectée l ont été effectivement dans les délais convenus, est recommandée pour tous les cas prioritaires ; l approche passive : la personne infectée, encouragée et soutenue par un professionnel de la santé, informe elle-même chacun de ses partenaires de la possibilité qu il soit infecté et de la nécessité qu il soit traité et examiné. Le professionnel de la santé n intervient pas auprès des partenaires, mais conseille la personne infectée quant à la démarche à suivre. Cette approche exige moins d implication de la part des professionnels de la santé que l approche négociée. Mais, aucun suivi systématique n étant réalisé auprès de la personne infectée afin de s enquérir des résultats de son intervention, il est plus difficile d en évaluer l efficacité. Ceci peut être acceptable pour les cas autres que prioritaires. Traitement et examen des partenaires Le traitement épidémiologique consiste à administrer un traitement aux partenaires même si les résultats des tests ne sont pas encore disponibles ou se révèlent négatifs. Il ne s agit donc pas de traiter sans procéder à des épreuves diagnostiques, mais plutôt de traiter sans égard aux résultats obtenus. Les épreuves diagnostiques sont utiles notamment pour confirmer la présence d une infection, ce qui permet de poursuivre la démarche de notification aux partenaires, et pour détecter d autres ITS concomitantes. Le traitement épidémiologique des partenaires est recommandé lorsque la personne infectée est atteinte : d une infection génitale à Chlamydia trachomatis, d une infection gonococcique, du chancre mou, de lymphogranulomatose vénérienne, d une syphilis primaire, secondaire, latente précoce, ou latente tardive lorsque le titre du test non tréponémique est élevé (1 : 32 et plus) et que le partenaire a été exposé dans les 90 jours précédant le diagnostic chez la personne infectée ou que le partenaire a été exposé plus de 90 jours avant le diagnostic chez la personne infectée (cas-index), que les résultats des tests du partenaire ne seront pas disponibles à très brève échéance et/ou que la probabilité de revoir ce partenaire est faible. Les autres partenaires d une personne atteinte de l un ou l autre de ces types de syphilis qui ont été exposés plus de 90 jours avant le diagnostic chez la personne infectée doivent être traités en fonction de leur examen clinique et sérologique. Les partenaires de la personne atteinte de granulome inguinal seront traités s ils ont des symptômes de la maladie. 3

4 QUI FAIT QUOI? En règle générale, les responsabilités relatives à l intervention préventive auprès d une personne atteinte d une ITS et auprès de ses partenaires peuvent être réparties selon le tableau ci-après. Dans certains cas, le médecin traitant, après entente avec les services de la santé publique, pourra assumer lui-même cette démarche auprès d un patient atteint d une ITS prioritaire. Exceptionnellement, un professionnel de la santé publique interviendra, à la demande du médecin traitant, auprès de personnes atteintes d une ITS autre que prioritaire. Le clinicien (dans tous les cas) À la première rencontre avec le patient Aborder la question de l intervention préventive auprès des partenaires. Cela constitue un des éléments essentiels du counselling à l occasion du dépistage d une ITS. À la suite d un diagnostic d ITS Counselling général offert au patient Communiquer rapidement au patient son diagnostic. Lui donner de l information sur son infection et les complications qui peuvent en découler. Lui prescrire le traitement approprié, conforme aux lignes directrices, et planifier le suivi si indiqué 1. Promouvoir la fidélité au traitement prescrit. Faire connaître le programme de gratuité des médicaments contre les ITS. Faire connaître la disponibilité de la vaccination gratuite contre l hépatite B et, si indiqué, contre l hépatite A, selon le programme d immunisation du Québec. Donner des conseils favorisant l adoption et le maintien de pratiques (sexuelles et autres) sécuritaires 2. Discuter avec le patient de l importance de l intervention préventive auprès de ses partenaires : le sensibiliser aux avantages qu il peut en retirer (éviter d être réinfecté, être perçu comme une personne responsable) ; le sensibiliser à la responsabilité et à la solidarité sociales (droit de la personne exposée d avoir accès au traitement et aux mesures préventives et ainsi réduire les risques de complications, éviter que le partenaire transmette l infection à quelqu un d autre tout en demeurant asymptomatique, etc.). L informer sur les services offerts pour l appuyer dans sa démarche. Prévenir le patient qu un professionnel de la santé publique pourrait communiquer avec lui afin de lui offrir un soutien pour la démarche à faire auprès de ses partenaires. N. B. : À moins d une demande spéciale formulée par le clinicien, seuls les cas considérés comme prioritaires pourront bénéficier d un tel soutien. Informez-vous auprès de la Direction de santé publique afin de connaître les services offerts dans votre région. Démarche auprès de la Direction de santé publique Faire la déclaration obligatoire (MADO) à la Direction de santé publique (DSP) et, s il y a lieu, collaborer avec le professionnel de la DSP pour l enquête épidémiologique et l intervention préventive 1. Communiquer avec la DSP ou avec le service désigné par elle lorsqu un cas prioritaire pour une intervention préventive ne peut être décelé sur la base des renseignements fournis par la déclaration (MADO) (p. ex. la personne atteinte ou sa partenaire est enceinte) 1. Appuyer l intervention préventive offerte par la DSP ou le service désigné par elle pour le faire. Responsabilités du clinicien Responsabilités de la DSP 1. Acte réservé au médecin ou responsabilité médicale selon la loi. 2. Voir «Conseils préventifs visant à favoriser l adoption et le maintien de pratiques sécuritaires». 3. Voir «Les partenaires à joindre en fonction de la période de contagiosité». 4. Voir «Comment préparer la personne atteinte à aviser ses partenaires». 4

5 Intervention auprès du patient relativement à l intervention préventive auprès de ses partenaires La Direction de santé publique dans les cas prioritaires Intervention selon l approche négociée N. B. : Si l intervention n est pas réalisée par un professionnel de la santé publique, il est important que le clinicien offre cet encadrement à son patient, puisqu il est alors la seule personne pouvant le faire. Après entente avec le clinicien concernant l intervention préventive auprès des partenaires, compléter les conseils préventifs favorisant l adoption et le maintien de pratiques (sexuelles et autres) sécuritaires 2 ; compléter l information sur l infection ; offrir la vaccination gratuite contre l hépatite B, et si indiqué, contre l hépatite A ; dresser avec la personne atteinte la liste de tous les partenaires devant être joints en fonction de la période de contagiosité propre à chaque infection 3 ; établir une entente pour aviser les partenaires de leur exposition et réaliser l intervention préventive auprès d eux ; faire parvenir à la personne atteinte les documents pertinents ; préparer la personne atteinte à sa démarche auprès des partenaires qu elle choisit de joindre elle-même 4 ; après une période maximale d une semaine, vérifier l état d avancement des démarches de la personne atteinte et établir avec elle, si nécessaire, une nouvelle entente afin d aviser les partenaires qui n auraient pas été joints. Notification aux partenaires et intervention préventive auprès d eux Obtenir les coordonnées complètes des partenaires devant être joints ; communiquer avec tous les partenaires ou certains d entre eux, selon l entente établie avec la personne atteinte ; informer les partenaires de leur exposition à une ITS et de la nécessité qu ils soient traités et examinés ; leur fournir de l information sur l ITS en cause et sur les autres ITS ; leur donner des conseils sur les moyens de diminuer le risque de contracter ou de transmettre l infection 2 ; les diriger vers les ressources appropriées pour : un traitement épidémiologique et un examen médical, un dépistage, la vaccination gratuite contre l hépatite B et, si indiqué, contre l hépatite A ; effectuer un suivi auprès du partenaire, si cela semble requis. Le clinicien dans les autres cas L approche passive est acceptable N. B. : Pour les cas autres que prioritaires, l encadrement de la démarche du patient revient au clinicien. Communiquer à la Direction de santé publique toute situation où la personne atteinte semble avoir besoin d un encadrement soutenu 1. Afin d aider la personne atteinte dans sa démarche auprès de ses partenaires : dresser avec elle la liste de tous les partenaires à joindre en fonction de la période de contagiosité propre à chaque infection 3 ; lui remettre les documents pertinents ; la préparer à sa démarche auprès de ses partenaires 4. Le suivi de la démarche est réalisé en même temps que le suivi clinique. La personne atteinte communique avec ses partenaires afin de : les informer de leur exposition à une ITS et de la nécessité qu ils soient traités et examinés ; leur donner de l information de base sur l ITS en cause. 5

6 Conseils favorisant l adoption et le maintien de pratiques sécuritaires Identifier les principaux facteurs de risque et en discuter avec la personne (contexte de rencontre des partenaires, consommation de drogues ou d alcool, etc.). Identifier les principales pratiques sexuelles de la personne (p. ex. relations orales protégées ou non, pénétrations vaginales ou anales protégées ou non) et les niveaux de risque qui y sont associés. Sensibiliser la personne aux risques liés à son comportement sexuel ou à ses habitudes de vie. Souligner les risques associés au partage de tout matériel d injection, seringue et aiguille, contenant de préparation de la drogue (sac, cuiller, etc.), filtre, garrot, etc. Encourager la personne à adopter des comportements à moindre risque : utiliser de façon systématique et constante des condoms ou préservatifs et lubrifiants à base d eau lors des relations sexuelles anales et vaginales, ne pas partager ses accessoires sexuels, réduire le nombre de ses partenaires sexuels, simultanés et successifs, éviter les relations sexuelles fortuites, anonymes et non protégées, avoir des rapports sexuels sans pénétration, à moindre risque, toujours utiliser des aiguilles stérilisées ou neuves et ne jamais partager des seringues ou du matériel d injection. Rappeler le mode d utilisation des condoms masculin et féminin et s assurer que la personne sait où se les procurer. Discuter des avantages de la double protection (contraceptifs oraux et condom). L informer sur les autres méthodes barrières telles que digues dentaires et méthodes nécessitant l application de spermicide sur le dispositif (diaphragme, cape cervicale, éponge contraceptive Protectaid). Rappeler les risques associés à l utilisation du Nonoxynol-9. Évaluer les obstacles à l utilisation du condom (ou autres méthodes barrières) et soutenir la personne dans sa recherche de solutions. «Cela diminue le plaisir.» Inciter la personne à l essayer avant de conclure, ajouter une goutte de lubrifiant hydrosoluble dans le bout du condom, utiliser un condom plus mince, etc. «Cela enlève la spontanéité.» Mettre le condom durant les préliminaires. «Le condom est trop grand ou trop petit.» Il existe des condoms de différents formats. Rappeler aux personnes infectées et aux partenaires l importance d attendre la fin de leur traitement avant d avoir des relations sexuelles non protégées (7 jours après la prise d une dose unique ou à la fin d un traitement de 7 jours ou plus). Recommander des tests de dépistage réguliers aux personnes ayant des comportements à haut risque. 6

7 Comment préparer la personne atteinte à aviser ses partenaires Dans le cas où la personne atteinte avise elle-même ses partenaires, le succès de l intervention, c.-à-d. l orientation des partenaires vers les services de santé, dépend de la motivation et de l habileté de cette personne atteinte, de la compréhension et de la motivation des partenaires ainsi que de la qualité du counselling dont la personne atteinte a bénéficié. Bien conseiller cette personne est donc essentiel à une intervention efficace. Il faut s assurer que la personne infectée a toute l information requise et qu elle la transmettra à ses partenaires. Donner l information pertinente (nom de la maladie, symptômes, modes de transmission, complications possibles en l absence de traitement, etc.) afin qu elle puisse elle-même informer adéquatement ses partenaires. Lui faire bien comprendre que les partenaires doivent être traités et examinés, et non seulement avisés. S assurer qu elle comprend l importance que ses partenaires consultent rapidement un médecin (idéalement dans les 48 heures) même s ils ne présentent aucun symptôme. Discuter avec elle de la façon dont elle s y prendra concrètement pour avertir chacun d eux. Lui présenter les difficultés et les solutions possibles (p. ex. face à une réaction de blâme de la part d un partenaire, faire valoir qu elle fait la démarche parce qu elle se préoccupe de sa santé). L aider à prévoir les réactions du partenaire (p. ex. en se basant sur sa réaction antérieure à une mauvaise nouvelle). Discuter avec elle de la stratégie à adopter pour aviser ses partenaires : privilégier un environnement confortable et sécuritaire ; choisir le meilleur moyen selon la situation (lors d une rencontre ou par téléphone) ; dans certains cas, suggérer de se faire accompagner d un ami ou d un parent pour l annonce. La renseigner sur les ressources régionales où elle pourra obtenir de l information supplémentaire sur la maladie. Lui indiquer les services disponibles dans la région pour l examen et le traitement des partenaires. Lui remettre la documentation requise pour lui faciliter la tâche (p. ex. brochure sur la maladie et sur la notification aux partenaires). Le clinicien joue un rôle essentiel auprès de son patient : en le sensibilisant à l importance que ses partenaires soient traités ; en le soutenant directement dans sa démarche auprès de ses partenaires ; en communiquant avec les professionnels de la santé publique lorsque les renseignements fournis lors de la déclaration de la maladie ne permettent pas de déceler qu il s agit d un cas prioritaire ; en collaborant avec les professionnels de la santé publique pour favoriser la réalisation de l intervention préventive auprès de la personne atteinte et auprès de ses partenaires. Ces éléments font partie de la prise en charge adéquate d une personne atteinte d une ITS. auprès des partenaires qui sont dirigés vers lui : en les traitant et en les examinant. 7

8 Les partenaires à joindre en fonction de la période de contagiosité Les intervalles indiqués ci-après sont ceux qui sont habituellement recommandés. Ils constituent des intervalles minimaux. Comme il est difficile de déterminer le moment précis où l infection a été contractée et que les périodes d incubation sont généralement des estimations pouvant comporter une marge d incertitude, il peut être justifié, dans certaines situations, de prolonger la période indiquée. Infection Partenaires à joindre Syphilis primaire Les partenaires qui ont eu un contact sexuel avec la personne infectée : jusqu à 90 jours avant le début des symptômes ou le moment du diagnostic ; pendant la durée des symptômes. Syphilis secondaire Les partenaires qui ont eu un contact sexuel avec la personne infectée : jusqu à 6 mois avant le début des symptômes ou le moment du diagnostic; pendant la durée des symptômes. Syphilis latente Les partenaires qui ont eu un contact sexuel avec la personne précoce infectée jusqu à un an avant le moment du diagnostic. Syphilis latente Les partenaires présents ou passés qui ont eu une relation de longue durée tardive et autres avec la personne infectée devraient être dirigés vers les services appropriés pour un examen clinique et sérologique. Si le titre de VDRL est élevé (1 : 32 ou plus), il est plus prudent d agir comme s il s agissait d une syphilis latente précoce et de rechercher tous les partenaires de la dernière année. Infection génitale à Les partenaires qui ont eu un contact sexuel avec la personne infectée dans les Chlamydia trachomatis 60 jours précédant le début des symptômes ou le moment du diagnostic ; et infection s il n y a aucun partenaire sexuel dans les derniers 60 jours précédant gonococcique le début des symptômes ou le moment du diagnostic, le plus récent partenaire sexuel de la personne infectée ; les partenaires qui ont eu un contact sexuel avec la personne infectée avant que celle-ci ait terminé son traitement ou moins de 7 jours après un traitement unidose ; les partenaires qui ont eu un contact sexuel avec la personne infectée symptomatique. Chancre mou Les partenaires qui ont eu un contact sexuel avec la personne infectée jusqu à 10 jours avant le début des symptômes. Lymphogranulomatose Les partenaires qui ont eu un contact sexuel avec la personne infectée vénérienne jusqu à 30 jours avant le début des symptômes. Granulome inguinal Les partenaires qui ont eu un contact sexuel avec la personne infectée jusqu à 60 jours avant le début des symptômes. Édition produite par la Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir un exemplaire de ce document, faites parvenir votre commande par télécopieur : (418) par courriel : ou par la poste : Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction des communications 1075, chemin Sainte-Foy, 16 e étage Québec (Québec) G1S 2M1 Le présent document est disponible à la section documentation, sous la rubrique publications du site Web du ministère de la Santé et des Services sociaux dont l adresse est : Le genre masculin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes. Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, 2004 Bibliothèque nationale du Canada, 2004 ISBN Toute reproduction totale ou partielle de ce document est autorisée, à condition que la source soit mentionnée. Gouvernement du Québec,

CHARTEOK.COM. CHARTE OK : Une charte d engagement

CHARTEOK.COM. CHARTE OK : Une charte d engagement k CHARTEOK.COM CHARTE OK : Une charte d engagement ACRONYMES HARSAH : Hommes ayant des relations sexuelles avec d autres hommes ITSS : Infection transmissible sexuellement et par le sang Édition 2015 TABLE

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Qu est-ce que le VPH? Qu est-ce que le VPH? Quels sont les signes et les symptômes d une infection à VPH? Le VPH cause-t-il

Plus en détail

CHARTEOK.COM CHARTE OK : Une charte d engagement 2011

CHARTEOK.COM CHARTE OK : Une charte d engagement 2011 CHARTEOK.COM CHARTE OK : Une charte d engagement 2011 TABLE DES MATIÈRES Lexique La Charte OK en bref Introduction La Charte OK Engagement mutuel Engagement de l établissement Matériel de protection Matériel

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Adoptée : Le 1 er janvier 2005 1. Préambule HEC Montréal reconnaît le droit de tout membre de la communauté

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

CADRE DE TRAVAIL POUR LA GESTION DES PROBLÈMES D EXERCICE DE LA PROFESSION ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU NOUVEAU-BRUNSWICK

CADRE DE TRAVAIL POUR LA GESTION DES PROBLÈMES D EXERCICE DE LA PROFESSION ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU NOUVEAU-BRUNSWICK CADRE DE TRAVAIL POUR LA GESTION DES PROBLÈMES D EXERCICE DE LA PROFESSION ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU NOUVEAU-BRUNSWICK NOTRE MANDAT L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick

Plus en détail

Note d orientation sur la mise en œuvre de coupe-circuits pour titre individuel

Note d orientation sur la mise en œuvre de coupe-circuits pour titre individuel Avis sur les règles Note d orientation RUIM Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Haute direction Institutions Pupitre de négociation Personne-ressource : James E. Twiss

Plus en détail

Entre caresses et baisers, une ITS. s est faufilée. Il faut en parler

Entre caresses et baisers, une ITS. s est faufilée. Il faut en parler Entre caresses et baisers, une ITS s est faufilée Il faut en parler Le présent document est une adaptation d un texte produit antérieurement par la Direction de santé publique de Montréal sous le titre

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit :

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit : 1 : DU DONNEUR AU RECEVEUR UN OUVRAGE SUR L ACTIVITÉ TRANSFUSIONNELLE AU CANADA Robert Barr et Ted Alport Le système canadien d approvisionnement en sang est complexe, solidement intégré et rigoureusement

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme d études du Manitoba

Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme d études du Manitoba Enseignement postsecondaire et Alphabétisation Éducation Entreprenariat, Formation professionnelle et Commerce Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme

Plus en détail

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011 Normes pour les services à la clientèle Mai 2011 Commission de révision des paiements effectués aux médecins Secrétariat des conseils de santé Plan de formation Membres (onglet 6) Le présent document doit

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements

Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements JUIN 2005 1. Objectif Ce document propose des lignes directrices à mettre en

Plus en détail

Programme de reconnaissance de produits

Programme de reconnaissance de produits Association canadienne des ergothérapeutes Programme de reconnaissance de produits Rapport d évaluation de la barre d appui Handybar Publié au www.caot/productrecognition Programme de reconnaissance de

Plus en détail

Retrait d enfants placés

Retrait d enfants placés Page 1 de 10 Retrait d enfants placés Cette section contient les normes et les principes directeurs provinciaux qui régissent le retrait d un enfant du foyer nourricier où il a été placé. Elle s applique

Plus en détail

Séquence 2 : Prévenir une grossesse non désirée. Séance 1 : Les moyens de contraception.

Séquence 2 : Prévenir une grossesse non désirée. Séance 1 : Les moyens de contraception. Objectif général de la séquence : être capable d avoir un comportement responsable en matière de sexualité, prenant en compte la maîtrise de la natalité. Objectif général de la séance : Etre capable de

Plus en détail

Transmettez vos résultats. (infection transmissible sexuellement)

Transmettez vos résultats. (infection transmissible sexuellement) Transmettez vos résultats Et non votre ITS (infection transmissible sexuellement) Une infection transmissible sexuellement (ITS) est une infection qui se transmet d une personne à l autre lors de rapports

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Mai 2007 Fiche entreprise Société Générale Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Présentation de l entreprise - Secteur d activité : Banque-Finance - Statut : Société Anonyme - Effectif

Plus en détail

Opération Vigilance. Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans

Opération Vigilance. Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans Opération Vigilance Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans Certains parents hésitent à parler de sécurité personnelle avec leur enfant par crainte de l effrayer ou d affecter sa

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Traitements NORMES CLINIQUES

Traitements NORMES CLINIQUES NORMES CLINIQUES Traitements L optométriste doit présenter à son patient les différentes alternatives de traitement, lui faire des recommandations et élaborer un plan de traitement qui peut inclure : le

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

POSTE À POURVOIR - - OBJECTIF DU POSTE :

POSTE À POURVOIR - - OBJECTIF DU POSTE : POSTE À POURVOIR Titre : directeur de la communication Département : communications Responsable hiérarchique : directeur exécutif Subordonnés directs : attachés de presse (2), agents des communications

Plus en détail

Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE)

Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE) Services à la famille et Logement Manitoba Programme de garde d enfants du Manitoba Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE)

Plus en détail

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Le plan d intervention au service de la réussite de l élève Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Objectif de la présentation Présenter les orientations ministérielles qui sous-tendent

Plus en détail

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 MISE À JOUR DE L ENQUÊTE À L ÉTABLISSEMENT KENT (mars 2014) La gestion des ressources

Plus en détail

Le 22 décembre 2014. Avis aux professionnels de la santé,

Le 22 décembre 2014. Avis aux professionnels de la santé, Santé Canada affiche des avertissements concernant l innocuité des produits de santé, des avis de santé publique, des communiqués de presse et d autres avis provenant de l industrie à titre de service

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles SOMMAIRE QU EST-CE QU UNE IST? p. 5 La Blennorragie gonococcique p. 7 La Chlamydiose p. Les Condylomes p. L Hépatite B p. L Herpès génital p. Les Mycoplasmes

Plus en détail

Informations express sur la prévention du VIH

Informations express sur la prévention du VIH Informations express sur la prévention du VIH Où se trouve le VIH? On peut trouver le VIH dans de nombreux fluides corporels tels que le sang, le sperme, les fluides vaginaux et le lait maternel. Comment

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE à être produit par le comité des secrétaires généraux de la Montérégie et de l Estrie Mario Champagne Francine Julien Daniel

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Les renseignements contenus dans le présent document sont fournis uniquement à titre d information. Bien que le gouvernement du Manitoba

Plus en détail

DEMANDE DE CANDIDATURES

DEMANDE DE CANDIDATURES DEMANDE DE CANDIDATURES lancé par la Société Parkinson Canada / Parkinson Society Canada PROGRAMME DE BOURSES CLINIQUES EN TROUBLES DU MOUVEMENT 17 novembre 2014 : Date de publication 2 février2015 (à

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

Collège universitaire dominicain/ Dominican University College

Collège universitaire dominicain/ Dominican University College Collège universitaire dominicain/ Dominican University College Politique sur la soutenance des thèses Table des matières Préambule Partie 1 Thèse de maîtrise Partie 2 Thèse de doctorat Documents supplémentaires

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE Code : OC - 16 Date d émission : 7 juillet 2010 ORDONNANCE COLLECTIVE Date de révision : juillet 2013 Référence à un protocole de soins infirmiers OUI NON Objet : Activités de dépistage et détection des

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail

e soutien aux familles

e soutien aux familles Le soutien aux familles e soutien aux familles Le soutien aux familles a pour principal objectif de soutenir les familles dans leurs responsabilités en regard de leur enfant présentant une déficience intellectuelle.

Plus en détail

Gestion des envois retournés de façon à orienter les dons des organismes sans but lucratif

Gestion des envois retournés de façon à orienter les dons des organismes sans but lucratif Vos affaires peuvent aller plus loin Juillet 2008 Gestion des envois retournés de façon à orienter les dons des organismes sans but lucratif Les organismes sans but lucratif de toutes sortes se débattent

Plus en détail

Approche intégrée à l'égard de la prévention et du contrôle des infections transmissibles sexuellement et par le sang

Approche intégrée à l'égard de la prévention et du contrôle des infections transmissibles sexuellement et par le sang Approche intégrée à l'égard de la prévention et du contrôle des infections transmissibles sexuellement et par le sang Dana Paquette Agence de la santé publique du Canada Plan Justification d'une approche

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

Visez le ciel grâce. aux services en nuage SURF. Guide pratique de Rogers sur les services en nuage et votre entreprise

Visez le ciel grâce. aux services en nuage SURF. Guide pratique de Rogers sur les services en nuage et votre entreprise Visez le ciel grâce aux services en nuage Guide pratique de Rogers sur les services en nuage et votre entreprise Visez le ciel grâce aux services en nuage... 01 L histoire et l évolution des services en

Plus en détail

Les Français et la perception du respect de l interdiction de fumer dans les cafés, bars et restaurants...p.3

Les Français et la perception du respect de l interdiction de fumer dans les cafés, bars et restaurants...p.3 Perception des Français du respect de l interdiction de fumer dans les cafés et bars, et dans les restaurants, un an après son application Résultats de deux enquêtes Dossier de presse 7 janvier 2009 1

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Infections à. Chlamydia. Épidémiologie... 1. Prévention et contrôle... 2. Manifestations... 2. Diagnostic... 3. Prise en charge... 5. Traitement...

Infections à. Chlamydia. Épidémiologie... 1. Prévention et contrôle... 2. Manifestations... 2. Diagnostic... 3. Prise en charge... 5. Traitement... Infections à Chlamydia Mise-à-jour : janvier 2010 Étiologie... 1 Épidémiologie... 1 Prévention et contrôle... 2 Manifestations... 2 Diagnostic... 3 Prise en charge... 5 Traitement... 5 Prise en considération

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

NOUVEAU CODE DE DÉONTOLOGIE : UNE LIGNE DE CONDUITE POUR LE PHARMACIEN CLÉ DE CORRECTION

NOUVEAU CODE DE DÉONTOLOGIE : UNE LIGNE DE CONDUITE POUR LE PHARMACIEN CLÉ DE CORRECTION ACTIVITÉ DE FORMATION CONTINUE NOUVEAU CODE DE DÉONTOLOGIE : UNE LIGNE DE CONDUITE POUR LE PHARMACIEN CLÉ DE CORRECTION Les bonnes réponses sont identifiées en rouge. QUESTION 1 Une patiente ayant récemment

Plus en détail

Le 1 er Décembre 2007 Journée Mondiale de lutte contre le Sida.

Le 1 er Décembre 2007 Journée Mondiale de lutte contre le Sida. Trimestrielle N 7 / Novembre 2007 (Numéro spécial Sida) La lettre du Centre Documentaire du CoDES Des Alpes de Haute Provence Le 1 er Décembre 2007 Journée Mondiale de lutte contre le Sida. Les documents

Plus en détail

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ Analyse des dispositions de la Loi sur l Instruction publique (LIP), de la Politique générale pour l établissement des services éducatifs à offrir aux élèves en difficulté d

Plus en détail

PROMOTION PLANÈTE ROSE DE TEKSAVVY POUR LE CANCER DU SEIN (la «Promotion») RÈGLES ET CONDITIONS OFFICELLES (les «règles et conditions»)

PROMOTION PLANÈTE ROSE DE TEKSAVVY POUR LE CANCER DU SEIN (la «Promotion») RÈGLES ET CONDITIONS OFFICELLES (les «règles et conditions») Cette promotion est valide seulement au Canada et est ouverte aux résidents du Canada qui ont atteint l âge de la majorité dans leur province ou leur territoire de résidence seulement. Veuillez ne pas

Plus en détail

Lignes Directrices Comité d éthique et d intégration

Lignes Directrices Comité d éthique et d intégration Lignes Directrices Comité d éthique et d intégration Horaire Le comité est sensible au fait que nous pratiquons tous une profession libérale et qu à ce titre, aucune limitation ne peut être imposée quant

Plus en détail

«JE PASSE LE TEST» Rapport d étape Octobre 2005 à novembre 2006

«JE PASSE LE TEST» Rapport d étape Octobre 2005 à novembre 2006 «JE PASSE LE TEST» Rapport d étape Octobre 2005 à novembre 2006 Le Québec connaît depuis quelques années une hausse importante des cas de chlamydiose. Cette infection transmissible sexuellement touche

Plus en détail

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main Aidez vos employés à prendre leur santé en main Programme contre le diabète CibleSANTÉ Financière Sun Life Si la tendance se maintient, un Canadien sur trois sera diabétique ou prédiabétique d ici 2020

Plus en détail

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE. PROCÉDURES POUR COMPLÉTER LE PORTFOLIO ÉLECTRONIQUE ET DÉFINITION DES COMPÉTENCES TRANSVERSALES (version 2015)

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE. PROCÉDURES POUR COMPLÉTER LE PORTFOLIO ÉLECTRONIQUE ET DÉFINITION DES COMPÉTENCES TRANSVERSALES (version 2015) École de réadaptation Programme de physiothérapie DOCUMENT DE RÉFÉRENCE PROCÉDURES POUR COMPLÉTER LE PORTFOLIO ÉLECTRONIQUE ET DÉFINITION DES COMPÉTENCES TRANSVERSALES (version 2015) Préparé par Direction

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

1.2 L intervenant est habile à relever les forces de la personne au lieu de se centrer uniquement sur les déficits de celle-ci :

1.2 L intervenant est habile à relever les forces de la personne au lieu de se centrer uniquement sur les déficits de celle-ci : Les compétences attendues des intervenants au SIV Cet outil clinique rédigé par le CNESM s inspire du «Strengths Model Core Competencies Evaluation Tool», tiré du livre de Rapp et Goscha (2012), The Strengths

Plus en détail

UNIL Stages de Master en psychologie

UNIL Stages de Master en psychologie UNIL Stages de Master en psychologie Contacts coordinatrices des stages : Mme Coralie Magni-Speck (Coralie.Magni@unil.ch) Mme Eva Clot-Siegrist (Eva.Clot-Siegrist@unil.ch, pour l orientation «conseil et

Plus en détail

Catastrophe soudaine ou crise latente

Catastrophe soudaine ou crise latente Défis et changements Dans l œil du cyclone diriger en situation de crise Par Brian Ferguson, CA Président, Conseil sur la gestion des risques et la gouvernance L Institut Canadien des Comptables Agréés

Plus en détail

Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières

Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières Texte original Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières 0.811.21 Conclu à Strasbourg le 25 octobre 1967 Signé par la Suisse le 25 septembre 1968 Approuvé par l Assemblée fédérale

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA GESTION INTÉGRÉE DE LA PRÉSENCE AU TRAVAIL

POLITIQUE SUR LA GESTION INTÉGRÉE DE LA PRÉSENCE AU TRAVAIL POLITIQUE SUR LA GESTION INTÉGRÉE DE LA PRÉSENCE AU TRAVAIL SERVICE DES RESSOURCES HUMAINES Adoption : Amendement : C.C.-086-030127 \\cssamares.qc.ca\administration\savl001\lorraine\politique - Loi - Règlement\Politiques\Politique

Plus en détail

Mise en œuvre dans des circonstances spécifiques

Mise en œuvre dans des circonstances spécifiques Mise en œuvre dans des circonstances spécifiques Un point de contact national contribue à la résolution des questions soulevées par la mise en œuvre des principes directeurs dans des circonstances spécifiques

Plus en détail

Les successions et la fiscalité

Les successions et la fiscalité Ministère du Revenu du Québec www.revenu.gouv.qc.ca Les successions et la fiscalité Cette publication vous est fournie uniquement à titre d information. Les renseignements qu elle contient ne constituent

Plus en détail

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective Renouvellement de la tarification de l assurance collective au 1 er janvier 2016 2015-12-15 Table des matières Introduction... 2 Établissement de la tarification... 2 Assurance maladie... 3 Hausse de 1,18

Plus en détail

André Caron Conseiller pédagogique

André Caron Conseiller pédagogique Par André Caron Conseiller pédagogique Le chemin de l école 3 La Commission scolaire de la Baie-James 3 Les services éducatifs 3 Mécanismes d accès 3 Inscription 3 Classement de l enfant : Adaptation scolaire

Plus en détail

POLITIQUE DE SUIVI DE L ÉLÈVE 2013 2014 CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE MARIE ROLLET. Modifié le 3 septembre 2013

POLITIQUE DE SUIVI DE L ÉLÈVE 2013 2014 CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE MARIE ROLLET. Modifié le 3 septembre 2013 POLITIQUE DE SUIVI DE L ÉLÈVE 2013 2014 CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE MARIE ROLLET Modifié le 3 septembre 2013 Objectifs de la politique Accompagner dans son cheminement pédagogique et social. Assurer

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799 Montréal, le 23 février 2015 Madame Secrétariat du Conseil du Trésor a/s de Madame 875, Grande-Allée E., bureau 4.09 Québec (Québec) G1R 5R8 Madame Responsable de l accès aux documents Centre de services

Plus en détail

Représentant national 1

Représentant national 1 Représentant national 1 Lieu de travail : Supérieur immédiat : Statut : REMARQUE : Échelle salariale : Exigences linguistiques : Yaounde, Cameroun Chef des programmes pour l Afrique centrale et occidentale

Plus en détail

Comment déclarer un décès au Directeur de l état civil. Version 2013

Comment déclarer un décès au Directeur de l état civil. Version 2013 Comment déclarer un décès au Directeur de l état civil Version 2013 Table des matières Introduction... 5 1. La langue du formulaire utilisé et la délivrance des documents d état civil... 6 2. Le constat

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-2015-066

Décision du Défenseur des droits MDE-2015-066 Paris, le 29 avril 2015 Décision du Défenseur des droits MDE-2015-066 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Cahier de bord de l entreprise de transport et des conducteurs d autobus scolaire Consignes et directives

Cahier de bord de l entreprise de transport et des conducteurs d autobus scolaire Consignes et directives Cahier de bord de l entreprise de transport et des conducteurs d autobus scolaire Consignes et directives table des matières Présentation...1 1 Les cartes de transport scolaire...2 2 Présence de parents

Plus en détail

Elaborer une Stratégie de Plaidoyer

Elaborer une Stratégie de Plaidoyer Elaborer une Stratégie de Plaidoyer Tenant compte du temps et des ressources limités des responsables de mise en œuvre de programmes, les outils de la série Straight to the Point (Droit au But) de Pathfinder

Plus en détail

Le Petit Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Petit Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Petit Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire > Qu est-ce qu une IST p 5 > La Blennorragie gonococcique p 7 > La Chlamydiose p 8 > Les Condylomes p 9 > L Hépatite B p 10 > L Herpès

Plus en détail

Administration de votre régime d assurances 01 GF10811C GL 12-2012. 2012 Standard Life

Administration de votre régime d assurances 01 GF10811C GL 12-2012. 2012 Standard Life Table des matières 03 Introduction 04 Rôle et responsabilités de l administrateur du régime 05 Rôle et responsabilités de la Standard Life 06 Protection des renseignements personnels 07 Comment se procurer

Plus en détail

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE)

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) POUR L AVANCEMENT ET L INNOVATION EN ENSEIGNEMENT Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) Information générale et processus de mise en candidature Miser sur l innovation en formation pour

Plus en détail

Honoraires payés par demande de paiement autre que bourse (SRH-75)

Honoraires payés par demande de paiement autre que bourse (SRH-75) Service des finances INFO-FINANCES BULLETIN NUMÉRO 31 FÉVRIER 2013 Introduction Ce bulletin est un instrument complémentaire à notre site Web que vous pouvez consulter en tout temps à l adresse : http://www.sf.ulaval.ca/

Plus en détail

COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO)

COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO) Strasbourg, le 22 juin 2015 DH-BIO/INF (2015) 7 COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO) Document de travail relatif à la protection des droits de l Homme et de la dignité des personnes atteintes de troubles mentaux

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE INITIER ET ADMINISTRER LA CONTRACEPTION HORMONALE D URGENCE (COU) Date d entrée en vigueur Date de révision Février 2007 17 mars 2015 Professionnels habilités à exécuter l ordonnance

Plus en détail

BROSSAGE DES DENTS CHAPITRE 4 PRATIQUES DE BASE

BROSSAGE DES DENTS CHAPITRE 4 PRATIQUES DE BASE Pour que le brossage des dents devienne une habitude de santé buccodentaire durable, il est important de créer un climat agréable et d encourager les efforts des enfants. Le brossage des dents au moins

Plus en détail

INFORMATION ET FORMULAIRE DE DÉPÔT POUR LA PRÉSENTATION D UN PROJET DE PROGRAMMATION À LA CORPORATION DES FÊTES DU 200 e DE DRUMMONDVILLE

INFORMATION ET FORMULAIRE DE DÉPÔT POUR LA PRÉSENTATION D UN PROJET DE PROGRAMMATION À LA CORPORATION DES FÊTES DU 200 e DE DRUMMONDVILLE INFORMATION ET FORMULAIRE DE DÉPÔT POUR LA PRÉSENTATION D UN PROJET DE PROGRAMMATION À LA CORPORATION DES FÊTES DU 200 e DE DRUMMONDVILLE 1 MISE EN CONTEXTE La Corporation des fêtes du 200 e de Drummondville

Plus en détail

STAGIAIRE - DEMANDE D INSCRIPTION AU STAGE JUGE - DEMANDE D AUTORISATION D AGIR COMME MAÎTRE DE STAGE

STAGIAIRE - DEMANDE D INSCRIPTION AU STAGE JUGE - DEMANDE D AUTORISATION D AGIR COMME MAÎTRE DE STAGE STAGIAIRE - DEMANDE D INSCRIPTION AU STAGE JUGE - DEMANDE D AUTORISATION D AGIR COMME MAÎTRE DE STAGE Articles 26, 27, 28 et 29 du Règlement sur la formation professionnelle des avocats Ce formulaire doit

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

Insémination artificielle

Insémination artificielle Insémination artificielle En quoi consiste l insémination artificielle? L insémination artificielle est une technique de reproduction assistée qui consiste à introduire des spermatozoïdes, préalablement

Plus en détail

Exigences d obtention d un diplôme secondaire pour étudiants adultes

Exigences d obtention d un diplôme secondaire pour étudiants adultes Exigences d obtention d un diplôme secondaire pour étudiants adultes 2003 Éducation et Jeunesse Manitoba Enseignement postsecondaire et Formation professionnelle Manitoba Données de catalogage avant publication

Plus en détail

MIEUX LES CONNAÎTRE POUR MIEUX LES ÉVITER...

MIEUX LES CONNAÎTRE POUR MIEUX LES ÉVITER... MIEUX LES CONNAÎTRE POUR MIEUX LES ÉVITER... tu connais sans doute le sida, c'est la maladie transmissible sexuellement la plus connue à travers le monde. Mais sais-tu quelles sont les MTS les plus fréquentes

Plus en détail

Guide concernant les sympathisants. Hil el ipsa dolo cus aliassi modiatur

Guide concernant les sympathisants. Hil el ipsa dolo cus aliassi modiatur Guide concernant les sympathisants Hil el ipsa dolo cus aliassi modiatur Sympathisants introduction Le Parti libéral du Canada ouvre ses portes à tous les Canadiens qui désirent créer des liens et s engager

Plus en détail

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines.

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines. INFLUENZA INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L influenza est une infection virale aiguë saisonnière très contagieuse, qui peut être prévenue annuellement par la vaccination. La maladie est causée par le

Plus en détail

Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature

Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature Le Programme des chaires de recherche du Canada s engage à favoriser l excellence de la

Plus en détail

Remarques et conseils à propos du stage long 2

Remarques et conseils à propos du stage long 2 Remarques et conseils à propos du stage long 2 Zentrum für schulpraktische Studien: Stand April 2012 INSTITUT DE FORMATION DES MAÎTRES DE FRIBOURG Département pour la formation professionnelle scolaire

Plus en détail

Suspension et. renvoi : Ce que les parents devraient savoir

Suspension et. renvoi : Ce que les parents devraient savoir Suspension et Ce que les parents devraient savoir renvoi : Un climat positif à l école et un milieu d apprentissage et d enseignement sécuritaire sont indispensables à la réussite scolaire des élèves.

Plus en détail

L essentiel. Complément québécois

L essentiel. Complément québécois L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF À L INTENTION DES FOURNISSEURS DE SERVICES DE PSYCHOTHÉRAPIE

GUIDE ADMINISTRATIF À L INTENTION DES FOURNISSEURS DE SERVICES DE PSYCHOTHÉRAPIE GUIDE ADMINISTRATIF À L INTENTION DES FOURNISSEURS DE SERVICES DE PSYCHOTHÉRAPIE Ce document est réalisé par la Direction de l indemnisation des victimes d actes criminels (IVAC), en collaboration avec

Plus en détail

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 15 avril 2009 Objet: Projet de loi n 5975 portant création d une Ecole de la 2 e Chance. (3438JJE) Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008)

Plus en détail

Politique institutionnelle concernant le bien-être des animaux utilisés en enseignement, en recherche et dans les tests

Politique institutionnelle concernant le bien-être des animaux utilisés en enseignement, en recherche et dans les tests Politique institutionnelle concernant le bien-être des animaux utilisés en enseignement, en recherche et dans les tests L application de cette politique est sous la responsabilité de la Direction générale

Plus en détail