16 février Le monde pourrait être entré dans une période de plus grande stabilité des prix du pétrole,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "16 février 2014. Le monde pourrait être entré dans une période de plus grande stabilité des prix du pétrole,"

Transcription

1 16 février 2014 PGA / 8 ENTRETIEN Le monde porrait être entré dans ne période de pls grande stabilité des prix d pétrole, déclare a PGA Jean-Lois Schilansky, président de l UFIP Les marchés pétroliers ont traversé les crises politiqes de 2013 sans trop de difficltés La transition énergétiqe demere nécessaire d fait d danger d changement climatiqe. La recherche d ne pls grande efficacité énergétiqe doit rester n axe stratégiqe essentiel. Le point d éqilibre por l indstrie eropéenne d raffinage porrait être nettement pls bas qe ses capacités de prodction actelles. Nos pensons q il existe n potentiel significatif d hydrocarbres de schiste en France. [Ci-dessos le texte d n entretien avec M. Jean-Lois Schilansky, le président de l Union Française des Indstries Pétrolières (UFIP - voir son CV page 10). L interview a e lie le 5 février a siège de l UFIP à Paris. Le PGA avait précédemment pblié n entretien avec M. Schilansky dans son édition d 16 avril 2013]. Pétrole et Gaz Arabes : Les prix d pétrole brt, en particlier celi d Brent de la mer d Nord, se sont établis dans ne forchette entre $100 et $110 par baril a cors des trois dernières années ( ) et vos avez soligné qe ces cors ainsi qe cex des prodits raffinés avaient été moins volatiles en 2013 qe par le passé. Comment pet-on expliqer ce phénomène? Est-on entré dans ne période de pls grande stabilité après les années folles de la dexième moitié de la décennie 2000? Copyright : O. Thillier, AgriAgency. n Jean-Lois Schilansky : Cette moindre volatilité intervient alors qe l écart entre la capacité de prodction pétrolière mondiale et la demande s est rédit de façon importante dans les dernières années. Il était estimé à 1,8 million de barils par jor en 2013, contre 3 Mb/j en 2012 et 5 Mb/j en Or, dans le passé, pls ce cossin de sécrité était faible, pls la volatilité des prix était élevée, ce qi se comprend aisément. En 2013, il semble q il y ait e n retornement de sitation malgré la chte de la prodction de brt de la Libye et de la Syrie. Les marchés pétroliers ont traversé ces tempêtes politiqes sans trop de difficltés. Ils voient donc des raisons d apaisement et celles-ci sont por l essentiel a nombre de trois : la perspective d retor de l Iran sr le marché pétrolier si n accord est concl sr le programme ncléaire de ce pays ; le maintien par l OPEP d n nivea de prodction adapté ax conditions d marché ; et la croissance de la prodction pétrolière des Etats-Unis.

2 PGA / 9 16 février 2014 Demande pétrolière mondiale (Mb/j) Sorces : AIE, BP, Rexecode. Evoltion d prix d Brent de 2011 à 2013

3 16 février 2014 PGA / 10 Avec ne certaine prdence, on pet penser qe, si ces trois facters devaient perdrer, le monde porrait être entré dans ne période de pls grande stabilité des prix d pétrole. Certains évoqent ne possible chte brtale des cors dès 2014 mais ce scénario paraît pe probable dans la drée car les coûts de prodction d brt sont de pls en pls élevés et l OPEP, notamment l Arabie Saodite, ne resterait sans dote pas l arme a pied dans ne telle hypothèse. Por les mêmes raisons, ne forte hasse des prix semble pe probable également saf événements politiqes majers. La pls grande stabilité des prix qe nos constatons porrait donc se révéler strctrelle. La montée en pissance des prodctions dans les zones non-opep et hors Moyen-Orient Etats-Unis, Canada, Brésil, Kazakhstan participe à cette stabilité. PGA : Por la première fois depis de nombreses années, il existe ne probabilité significative de levée des sanctions économiqes contre l Iran, qi est ne pissance pétrolière et gazière majere en termes de réserves provées. C est ne donnée novelle dont l importance potentielle est considérable. n J.-L. S. : Cette perspective et son éventelle concrétisation constitent d abord n facter de stabilisation por le marché pétrolier international. C est sans dote n facter baissier mais il fat garder à l esprit qe le retor effectif de l Iran sr les marchés demandera beacop de temps. Cela dit, on ne va pas vers ne insffisance de l offre pétrolière mondiale, bien a contraire. La page d pétrole est vraiment loin d être tornée srtot à n moment où la Chine, dexième La page d pétrole est vraiment loin d être tornée consommater mondial de pétrole derrière les Etats-Unis, semble pe à pe réssir à décopler croissance économiqe et croissance de sa demande pétrolière. Por le gaz natrel, les pressions baissières porraient être pls fortes qe por le pétrole > Jean-Lois Schilansky Président de l Union Française des Indstries Pétrolières depis jin 2008 L Union Française des Indstries Pétrolières (UFIP) est n syndicat professionnel qi rassemble les entreprises exerçant en France ne activité dans l n des trois grands secters de l indstrie pétrolière : exploration et prodction de pétrole et de gaz natrel, raffinage et distribtion. WHO S WHO Délégé général de l UFIP entre 2001 et jin 2008, Jean-Lois Schilansky a été nommé président de ce syndicat le 18 jin Il est le porte-parole de cette organisation qi rénit près de 30 entreprises adhérentes. Jean-Lois Schilansky a débté sa carrière chez Mobil. Il a été responsable des activités de diversification, pis directer régional d résea de Mobil France, directer général de Mobil Chypre, analyste planning à New York, directer plan et approvisionnements à Londres, directer d raffinage et d marketing France et vice-président de Mobil Erope à Londres. En 1998, il est nommé président de Mobil Erope à Londres pis, en 2000, directer por l Erope d ExxonMobil, basé à Brxelles. Diplômé de l Ecole nationale spériere des Mines, Jean-Lois Schilansky est, depis 2004, membre d Conseil Economiqe, Social et Environnemental où il préside, depis 2010, la section des activités économiqes. Il est président d Comité Energie d Medef - qi se présente comme le pls grand gropement d entreprises de France - et il est également président d Medef Paris. Sorce : UFIP.

4 PGA / février 2014 car le monde se dirige vers ne abondance de cette sorce d énergie. Il existe notamment n pls grand potentiel a nivea mondial por le gaz de schiste qe por le pétrole de schiste, qi sppose des conditions géologiqes très particlières. Les Etats-Unis seront n exportater net de gaz dans les prochaines années. Et, por le gaz conventionnel, de noveax prodcters vont émerger en Afriqe sbsaharienne et a Proche-Orient. Por l Iran, le potentiel gazier est considérable mais il fadra beacop d investissements et la mise en place de lordes et coûteses infrastrctres. PGA : Lors de la conférence de presse annelle de l UFIP ce matin, en évoqant la transition énergétiqe en France, vos avez semblé indiqer q elle ne serait pls vraiment nécessaire d fait de l abondance des ressorces de combstibles fossiles. Povez-vos préciser votre opinion sr ce sjet? J.-L. S. Cette relative abondance rend certainement pls difficilement compréhensible par le grand pblic la nécessité de la transition énergétiqe. Celle-ci demere d fait de la menace qe le changement climatiqe représente por le monde. A cet égard, la recherche d ne pls grande efficacité énergétiqe doit rester n axe stratégiqe essentiel. Por les énergies renovelables, la sitation est pls complexe car on doit tenir compte de la hasse des coûts de l énergie qe ler développement génère, d poids des sbventions et de la qestion d stockage de l électricité. L intermittence des énergies éolienne et solaire pose des problèmes techniqes et économiqes qe l on ne pet pas passer sos silence et constite n facter qi limite le potentiel de développement de ces sorces renovelables. Qant à la biomasse, il fat s orienter vers des biocarbrants de dexième génération qi n entrent pas en concrrence avec les besoins alimentaires de la planète. La transition énergétiqe est indispensable et, ce, dans tos les pays et pas selement en France. Il fat avancer sr cette voie mais le faire de façon raisonnée et non idéologiqe, avec le bon timing et en tenant compte des coûts associés. PGA : A propos d raffinage eropéen, vos avez soligné qe les marges sont faibles, qe cette indstrie est prise dans ne tenaille de compétitivité entre les novelles raffineries en Asie et a Moyen-Orient et les raffineries des Etats-Unis et qe les conditions d exploitation sont fort difficiles. Vos avez ajoté qe la restrctration d raffinage eropéen n était pas achevée et qe d atres fermetres de raffineries interviendraient à l avenir. En bref, nos ne sommes pas sortis d tnnel mais voyons-nos le bot de celi-ci? J.-L. S. : Je crains qe nos ne soyons pas encore dans cette sitation. Les conditions économiqes d exploitation restent très défavorables par rapport à nos principax concrrents et il se pet qe le point d éqilibre por cette indstrie soit nettement pls bas qe ses capacités de prodction actelles. PGA : Nettement pls bas? Oi à la transition énergétiqe mais de façon raisonnée J.-L. S. : On ne pet pas l exclre. Les considérations de sécrité des approvisionnements pevent cependant contriber à arrêter o ralentir le processs de restrctration à n certain moment et à n certain nivea. PGA : La marge brte de raffinage en Erope était de 18 eros par tonne en moyenne en 2013, soit la moitié de son nivea de 2012 (36 eros par tonne). On a retrové la moyenne des années 2009 à 2011 (15, 21 et 14 eros/tonne) mais cette marge est nettement infériere à la moyenne qi

5 16 février 2014 PGA / 12 Copyright : O. Thillier, AgriAgency. était de 23 eros par tonne. Selon l UFIP, l indstrie française d raffinage arait perd 700 millions d eros l an dernier. Qel est le nivea de marge qi permettrait à cette indstrie de ne pls perdre d argent? J.-L. S. : Por éqilibrer ses comptes, notre indstrie a besoin d ne marge de 32 eros par tonne environ. Un tel nivea li permettrait de covrir ses coûts d exploitation, non compris les amortissements. PGA : La baisse de la demande pétrolière française s est porsivie en Elle était de 75 millions de tonnes l an dernier, contre 76 Mt en 2012 et 89 Mt en A-t-on atteint le plancher? J.-L. S. : Non, je ne le crois pas. La lente érosion de la consommation française devrait se porsivre sos l effet d ne pls grande efficacité énergétiqe dans tos les secters, ce qi est d aillers ne évoltion bénéfiqe por l économie française dans son ensemble. PGA : Face à cette demande de 75 Mt en 2013, la capacité disponible de raffinage en France ne dépasse pas 69 Mt avec hit raffineries en activité sr notre territoire. Nos sommes donc en soscapacité globale. Théoriqement, on ne devrait donc pls avoir à fermer de raffineries en France. J.-L. S. : Effectivement, il n y a pls de srcapacités de raffinage en France. Mais notre indstrie reste vlnérable car sa compétitivité est globalement moindre qe celle de nos concrrents non eropéens. Clairement, le nivea de pertes enregistré en 2013 n est pas spportable por cette indstrie.. Le nivea de pertes enregistré par les raffiners français en 2013 n est pas spportable PGA : Vos avez relevé ne légère dimintion de la part d gazole à 70% dans les novelles immatriclations en France en janvier Vos avez cependant par minimiser l impact positif por le raffinage français de cette tendance dans l hypothèse où elle se confirmerait dans la drée. Dans la mesre où la France importe 56% d gazole dont elle a besoin et où elle exporte 40% de l essence q elle prodit, n éventel rééqilibrage à terme serait fort important. J.-L. S. : Ce serait ne boffée d oxygène por le raffinage français et cela porrait conforter qelqes raffineries dans notre pays. Mais ne telle évoltion n améliorerait pas significativement les marges de raffinage. PGA : Où en est-on por l exploration en mer profonde a large de la Gyane française? J.-L. S. : Après n premier forage positif en 2011 sr le permis de Gyane Maritime, opéré par Shell, le consortim détenant ce bloc a foré qatre pits d appréciation qi se sont tos révélés négatifs. Une pase dans les travax d exploration a été décidée por 2014.

6 PGA / février 2014 L ensemble des données disponibles fera l objet d étdes approfondies avant ne possible relance des travax d exploration à partir de PGA : La France est considérée comme n pays ayant n certain potentiel en matière d hydrocarbres de schiste. Il fadrait bien sûr des activités d exploration por le confirmer o l infirmer mais partagez-vos cette opinion dans l état actel de nos connaissances? J.-L. S. : Nos pensons q il existe n potentiel significatif de gaz de schiste dans le sdest de la France et d hile de schiste dans le bassin parisien. PGA : Vos avez vigoresement défend le recors à la fractration hydraliqe, qi est ajord hi la sele méthode tilisée à ne échelle indstrielle por l exploitation des hydrocarbres de schiste. L UFIP semble sr ce terrain beacop pls ferme qe dans n passé récent. J.-L. S. : Les choses ont beacop évolé dans ce domaine et plsiers visites ax Etats-Unis m ont permis de le vérifier sr le terrain. Les opératers qi tilisent la fractration hydraliqe dans ce pays, et qi sont de pls en pls de grandes compagnies pétrolières, ont fait beacop de progrès sr le plan de la protection de Les risqes environnementax de la fractration hydraliqe sont bien maîtrisés l environnement et sa prise en compte. Il n y a pas e de cas avéré de polltion des nappes phréatiqes ; on sait récpérer la qasi-totalité de l ea tilisée lors de la fractration hydraliqe et les additifs sont de pls en pls isss de l indstrie agro-alimentaire. Les risqes environnementax de cette techniqe sont ajord hi bien maîtrisés et, sr ce sjet, il est important d apporter des faits à l opinion pbliqe française et ax déciders politiqes. PGA : D après des informations pbliées par l hebdomadaire Le Canard enchaîné, le ministre français d Redressement prodctif, M. Arnad Monteborg, tenterait de posser en avant la fractration à l heptafloropropane por essayer de contorner l interdiction en France de la fractration hydraliqe. Q en pensez-vos? J.-L. S. : Nos salons l intérêt d ministre por les hydrocarbres de schiste et por ce qe ler développement porrait apporter à l indstrie et à l économie françaises mais il fat d abord rappeler q il ne fat pas stigmatiser la fractration hydraliqe qi a largement fait ses preves. Cependant, n effort de recherche sr d atres flides possibles est bien sûr nécessaire et il est évident qe d atres techniqes apparaîtront. PGA : L ne de vos inqiétdes en France porte sr l attribtion de noveax permis de recherche d hydrocarbres. En 2013, dex permis ont été octroyés mais 112 atres demandes restent bloqées et vos avez évoqé ce problème avec les atorités concernées. Le fait q n processs de réforme d code minier soit en cors porrait jstifier ces retards mais vos ne semblez pas totalement convainc par cette explication. J.-L. S. : On répond effectivement à nos préoccpations par l argment de la réforme d code minier. Nos povons entendre cet argment dans ne certaine mesre mais il pet assi être tilisé comme n prétexte. Il demere de l intérêt essentiel de la France d intensifier l exploration d hydrocarbres sr son territoire.

Journal syndical. Sommaire. Mot du président 2. Les dossiers de l heure 3. Comité d évaluation et de catégorisation des emplois 5

Journal syndical. Sommaire. Mot du président 2. Les dossiers de l heure 3. Comité d évaluation et de catégorisation des emplois 5 Jornal syndical 2051 Sommaire Mot d président 2 Les dossiers de l here 3 Comité d évalation et de catégorisation des emplois 5 Comité de perfectionnement 6 Le point sr les griefs 9 Comité de retraite et

Plus en détail

Generika News. Le dangereux principe du prix le plus bas pour les médicaments entre dans la dernière ligne droite parlementaire

Generika News. Le dangereux principe du prix le plus bas pour les médicaments entre dans la dernière ligne droite parlementaire Generika News Information actelle de l association Intergenerika Septembre 2010 Le dangerex principe d prix le pls bas por les médicaments entre dans la dernière ligne droite parlementaire La ltte parlementaire

Plus en détail

La Communauté d Agglomération agit pour le Développement Durable. Petit guide des éco-gestes au bureau

La Communauté d Agglomération agit pour le Développement Durable. Petit guide des éco-gestes au bureau gide_eco:gide eco-gest 07/12/2010 10:40 Page 1 La Commnaté d Agglomération agit por le Développement Drable Petit gide des éco-gestes a brea gide_eco:gide eco-gest 07/12/2010 10:40 Page 2 Épisement des

Plus en détail

Les qualifications INSTALLATEURS ÉNERGIES RENOUVELABLES. Forage géothermique. Solaire thermique. Aérothermie et géothermie

Les qualifications INSTALLATEURS ÉNERGIES RENOUVELABLES. Forage géothermique. Solaire thermique. Aérothermie et géothermie INSTALLATEURS ÉNERGIES RENOUVELABLES Les qalifications Edition jillet 2014 Solaire thermiqe Forage géothermiqe Solaire photovoltaïqe Bois énergie Aérothermie et géothermie Les énergies renovelables : des

Plus en détail

PETIT RECUEIL DES QUESTIONS LES PLUS FREQUEMMENT POSEES. u u p CONTENU DE LA POUBELLE / TRI DES DECHETS

PETIT RECUEIL DES QUESTIONS LES PLUS FREQUEMMENT POSEES. u u p CONTENU DE LA POUBELLE / TRI DES DECHETS PETIT RECUEIL DES QUESTIONS LES PLUS FREQUEMMENT POSEES p CONTENU DE LA POUBELLE / TRI DES DECHETS q 1. Qelle qantité de déchets compostables ne personne jette t-elle par an? 2. Qe faire des hiles de fritres

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR, DE L'OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Connaître Rédire Aménager Informer

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CONTRAT

PRÉSENTATION DU CONTRAT PRÉSENTATION DU CONTRAT 2 L ASSURANCE VIE UN FANTASTIQUE OUTIL DE GESTION PATRIMONIALE Le fait qe l assrance vie soit, depis plsiers décennies, le placement préféré des Français n est certes pas le frit

Plus en détail

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention Petite enfance Risqes professionnels et qalité de vie a travail dans les crèches : les pratiqes de prévention Rédaction : Emmanelle PARADIS, Chef de projet «Prévention des risqes professionnels», por CIDES

Plus en détail

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention Petite enfance Risqes professionnels et qalité de vie a travail dans les crèches : les pratiqes de prévention Rédaction : Emmanelle PARADIS, Chef de projet «Prévention des risqes professionnels», por CIDES

Plus en détail

Maitrise Statistique des Procédés

Maitrise Statistique des Procédés Maitrise Statistiqe des Procédés Yannick Monnier ENSIBS-2-GI 2011/2012 Y Monnier () ENSIBS-2-GI v2012-01-18 1 / 66 Plan d cors 1 Introdction 2 Variabilité des procédés de fabrication 3 La Loi Normale 4

Plus en détail

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Catalogue des formations

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Catalogue des formations Votre expert en flx docmentaires et logistiqes Cataloge des formations Qelles qe soient les entreprises, les salariés pevent sivre, a cors de ler vie professionnelle, des actions de formation professionnelle

Plus en détail

LIRE LES RECHERCHES SUR LA LECTURE Jean Foucambert

LIRE LES RECHERCHES SUR LA LECTURE Jean Foucambert Les Actes de Lectre n, mars - Lire les recherches... LIRE LES RECHERCHES SUR LA LECTURE Jean Focambert Les partis pédagogiqes qi s affrontent ator de la lectre tentent assi de se présenter en hérats scientifiqes.

Plus en détail

La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS. Un nouveau service pour faciliter les paiements

La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS. Un nouveau service pour faciliter les paiements La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS TIPI Titres Payables par Internet Un novea service por faciliter les paiements Un moyen de paiement adapté à la vie qotidienne TIPI :

Plus en détail

Note synthétique sur le problème des libéralités

Note synthétique sur le problème des libéralités Note synthétiqe sr le problème des libéralités Note réalisée à partir d Rapport sr les conditions de travail illégales des jenes cherchers, remis le 6 février 2004 à madame Haigneré, ministre délégée à

Plus en détail

OPTIONS MODELISATIONS

OPTIONS MODELISATIONS DSCG OPTIONS MODELISATIONS Notions préliminaires. La loi binomiale La loi binomiale s appliqe ans le cas : ne expérience aléatoire à ex isses, cette expérience étant répétée n certain nombre e fois (n

Plus en détail

Les livraisons des fabricants ont augmenté de 0,9 % en mars,

Les livraisons des fabricants ont augmenté de 0,9 % en mars, Le vendredi 22 mai 1998 APERÇU Les livraisons reprennent ler viger Le nivea des livraisons des fabricants s est redressé en mars grâce à ne reprise dans l indstrie des aéronefs. Les prix des biens et services

Plus en détail

Email Academy 2012. Florence Consultant 231 Route des Camoins 13011 Marseille Siret : 43214620700035 - N formateur : 93130994113

Email Academy 2012. Florence Consultant 231 Route des Camoins 13011 Marseille Siret : 43214620700035 - N formateur : 93130994113 Email Academy 2012 L'emailing et les noveax canax internet La législation de l'emailing et des bases de données Vendre par l'emailing Améliorer la délivrabilité de ses emailing Développer son email en

Plus en détail

Journal syndical. Sommaire. nous le savons... nous le disons! Volume 11 numéro 1510 // NOVEMBRE janvier 2009 2011. Mot de la vice-présidente 2

Journal syndical. Sommaire. nous le savons... nous le disons! Volume 11 numéro 1510 // NOVEMBRE janvier 2009 2011. Mot de la vice-présidente 2 nos le savons... nos le disons! Volme 11 nméro 1510 // NOVEMBRE janvier 2009 2011 Jornal syndical 2051 Sommaire Mot de la vice-présidente 2 J arriiiiive! 3 Hommage à Loise Provencher 4 Novelle chroniqe

Plus en détail

L e mobilier, le matériel et le linge au r estaurant

L e mobilier, le matériel et le linge au r estaurant Technologie (baccalaréat Professionnel) L e mobilier, le matériel et le linge a r estarant 1 : L e m o b i l i e r 1. 1 - L e m o b i l i e r d e s t i n é à l a c l i e n t è l e 1.1.1 - Dimensions et

Plus en détail

Les jumelages institutionnels du programme PHARE

Les jumelages institutionnels du programme PHARE Les jmelages instittionnels d programme PHRE La contribtion française MINISTÈRE DES FFIRES ÉTRNGÈRES Le Programme PHRE PHRE est n programme commnataire de coopération créé en 1989 qi est deven, depis la

Plus en détail

cigref r0jl , (jj)irfp[i CLUB INFORMATIQUE DES GRANDE?.ENTREPRISES FRANÇAISES \V. a ll ~ 21. avenue de Messone. 75008 Pa"' telephone 47 64 24,.

cigref r0jl , (jj)irfp[i CLUB INFORMATIQUE DES GRANDE?.ENTREPRISES FRANÇAISES \V. a ll ~ 21. avenue de Messone. 75008 Pa' telephone 47 64 24,. rr rjl, (jj)irfp[i CLUB INFORMATIQUE DES GRANDE?.ENTREPRISES FRANÇAISES \V. a ll ~ 21. avene de Messone. 758 Pa"' telephone 47 64 24,. Réf. 88 153 cigref RAPPORT APPORT PRODUCTIF DE L 1 1NFORMATIQUE Mars

Plus en détail

Accompagner les familles d aujourd hui

Accompagner les familles d aujourd hui Mtalité Française et petite enfance Accompagner les familles d ajord hi ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mtalité Française en matière de petite enfance La Mtalité Française est

Plus en détail

GUIDE DU PROPRIETAIRE SOLIDAIRE

GUIDE DU PROPRIETAIRE SOLIDAIRE GUIDE DU PROPRIETAIRE SOLIDAIRE En Rhône-Alpes les clés por ne location sereine et solidaire Edito «J ai n logement, qe je sohaite loer, mais je vex l assrance d ne bonne gestion par n organisme et srtot

Plus en détail

AVEC LA DOUANE PRODUIRE EN FRANCE. # produireenfrance. Présentation des entreprises participant aux tables rondes. Octobre 2014 - Bercy

AVEC LA DOUANE PRODUIRE EN FRANCE. # produireenfrance. Présentation des entreprises participant aux tables rondes. Octobre 2014 - Bercy 16 Octobre 2014 - Bercy PRODUIRE EN FRANCE AVEC LA DOUANE Présentation des entreprises participant ax tables rondes # prodireenfrance Live tweet sr le compte officiel de la doane @doane_france la doane

Plus en détail

Plan de formation pour l Ordonnance sur la formation professionnelle initiale réalisateur publicitaire

Plan de formation pour l Ordonnance sur la formation professionnelle initiale réalisateur publicitaire 79614 Plan de formation por l Ordonnance sr la formation professionnelle initiale réalisater pblicitaire Partie A Compétences opérationnelles Partie B Grille horaire Partie C Procédre de qalification Partie

Plus en détail

Guide AFEI - FBF. de mise en œuvre des procédures de déclaration de soupçon d abus de marché

Guide AFEI - FBF. de mise en œuvre des procédures de déclaration de soupçon d abus de marché Gide AFEI - FBF de mise en œvre des procédres de déclaration de sopçon d abs de marché Préamble Sommaire 1. ORGANISATION & PROCéDURE INTERNE 1 A. QUELLE ORGANISATION? 1 A.1 Modèle d organisation interne

Plus en détail

L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE FRANÇAISE EN 2013 ET PERSPECTIVES 2014

L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE FRANÇAISE EN 2013 ET PERSPECTIVES 2014 L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE FRANÇAISE EN 2013 ET PERSPECTIVES 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE DU 5 FÉVRIER 2014 5 mars 2014: Mise à jour de certaines données 2013 estimées. 1 SOMMAIRE 1 LE MARCHÉ PÉTROLIER EN 2013

Plus en détail

Halte-garderie du Faubourg

Halte-garderie du Faubourg Halte-garderie d Faborg Plan d'affaires MODÈLE Noémie Dprès 1212, d Faborg Belleville (Qébec) Z2C 4Z4 Présenté à Monsier X Caisse Poplaire de Belleville Le 13 jin 2000 T able des matières 1. Le sommaire

Plus en détail

Téléphone analogique. Guide d utilisation. Téléphone analogique à touches pour le système de communication MD110

Téléphone analogique. Guide d utilisation. Téléphone analogique à touches pour le système de communication MD110 Téléphone analogiqe Téléphone analogiqe à toches por le système de commnication MD110 Gide d tilisation Cover Page Graphic Place the graphic directly on the page, do not care abot ptting it in the text

Plus en détail

Edition spéciale sur... la Semaine du Respect!

Edition spéciale sur... la Semaine du Respect! - Le jornal d collège Lcie Abrac- Avril 2009 Nméro 6 Sommaire Edition spéciale sr... la Semaine d Respect! Un novea clb a collège : le Clb Scientifiqe!...p.3 Zoom sr le recylage...p.4 Le qizz d respect...p.7

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2 EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2 Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12347.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié en Mai, 2014

Plus en détail

Pour la garde d enfants à domicile, référencez le leader incontesté des recrutements de qualité

Pour la garde d enfants à domicile, référencez le leader incontesté des recrutements de qualité Por la garde d enfants à domicile, référencez le leader incontesté des recrtements de qalité Depis 2005, Edcazen propose ax familles d enfants de 0 à 12 ans des nonos fiables recrtées selon le processs

Plus en détail

«Si l air m était compté...?»

«Si l air m était compté...?» > N 7 > Janvier 2006 > ] «Si l air m était compté...?» Manqerions-nos d air pr à ce point por oser ne telle qestion? Osons! Sans omettre ne atre interrogation indissociable : "Qe pis-je faire, por ma part,

Plus en détail

La Cinémathèque de Toulouse. Page 1. logo de la Cinémathèque de Toulouse. La bibliothèque du cinéma. bibliothèque du. cinéma

La Cinémathèque de Toulouse. Page 1. logo de la Cinémathèque de Toulouse. La bibliothèque du cinéma. bibliothèque du. cinéma Page 1 logo de la Cinémathèqe de Tolose La Cinémathèqe de Tolose < < < < < < < < < < La bibliothèqe d cinéma La bibliothèqe d cinéma La Cinémathèqe de Tolose La bibliothèqe d cinéma Fondée en 1964 par

Plus en détail

Musique jeune public. Du vinyl au numérique

Musique jeune public. Du vinyl au numérique Msiqe jene pblic D vinyl a nmériqe Alain Schneider Hervé Shbiette «Le nmériqe permet n lien direct avec les gens, et n dialoge immédiat. Chose qi n existait pas à l écote d n disqe chez soi.» Paroles d

Plus en détail

ECOLE POLYTECHNIQUE DE THIES

ECOLE POLYTECHNIQUE DE THIES REPBLIQE D SENEGAL ECOLE POLYTECHNIQE DE THIES TITRE: GESTION DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES. D BATIMENT ET DES TRAV~X PBLICS DATE: Jillet 99 ATER: OMAR GINDO DIRECTER: NGOR SARR CO-DIRECTER: AONE

Plus en détail

COLLOQUE. Accueil de Monsieur de Forges Directeur Général Adjoint AG 2R La Mondiale

COLLOQUE. Accueil de Monsieur de Forges Directeur Général Adjoint AG 2R La Mondiale La borse ajord hi : qelle attractivité por les entreprises mais assi les épargnants? Évoltion de la réglementation, qête de sens, pédagogie... Qelles réformes por l avenir de la place financière de Paris?

Plus en détail

pour toute la famille

pour toute la famille La gamme santé solidaire por tote la famille CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ Nos sommes ne vraie mtelle à bt non lcratif. À tot moment, nos vos en donnons les preves : pas de sélection à l entrée

Plus en détail

COLLABORATION ENTRE LES ACTEURS POUR ACCROÎTRE LA PROFITABILITÉ: ÉTUDE DE CAS DANS L INDUSTRIE FORESTIÈRE

COLLABORATION ENTRE LES ACTEURS POUR ACCROÎTRE LA PROFITABILITÉ: ÉTUDE DE CAS DANS L INDUSTRIE FORESTIÈRE COLLABORATION ENTRE LES ACTEURS POUR ACCROÎTRE LA PROFITABILITÉ: ÉTUDE DE CAS DANS L INDUSTRIE FORESTIÈRE Momen Ellech, Nadia Lehox, Lc Lebel, Sébastien Lemiex To cite this version: Momen Ellech, Nadia

Plus en détail

Maires - Élus - Promoteurs. Des lieux de vie collectifs adaptés aux retraités : une solution attractive pour les territoires

Maires - Élus - Promoteurs. Des lieux de vie collectifs adaptés aux retraités : une solution attractive pour les territoires Maires - Éls - Promoters Des liex de vie collectifs adaptés ax retraités : ne soltion attractive por les territoires Sommaire Un logement adapté ax besoins des seniors Les différentes formles de liex de

Plus en détail

JE LÈGUE À L ŒUVRE DES VOCATIONS POUR FORMER NOS FUTURS PRÊTRES NOS RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES LEGS, DONATIONS, ASSURANCES VIE

JE LÈGUE À L ŒUVRE DES VOCATIONS POUR FORMER NOS FUTURS PRÊTRES NOS RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES LEGS, DONATIONS, ASSURANCES VIE Diocèses de Paris, Nanterre, Créteil et Saint-Denis JE LÈGUE À L ŒUVRE DES VOCATIONS POUR FORMER NOS FUTURS PRÊTRES NOS RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES LEGS, DONATIONS, ASSURANCES VIE FAITES DE VOS BIENS

Plus en détail

Étudier si une famille est une base

Étudier si une famille est une base Base raisonnée d exercices de mathématiqes (Braise) Méthodes et techniqes des exercices Étdier si ne famille est ne base Soit E n K-espace vectoriel. Comment décider si ne famille donnée de vecters de

Plus en détail

Réalisez des simulations virtuelles avec des outils de test complets pour améliorer vos produits

Réalisez des simulations virtuelles avec des outils de test complets pour améliorer vos produits SOLIDWORKS Simlation Réalisez des simlations virtelles avec des otils de test complets por améliorer vos prodits SOLUTIONS DE SIMULATION SOLIDWORKS Les soltions de simlation SOLIDWORKS permettent à tot

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SQL SERVER 2012

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SQL SERVER 2012 EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SQL SERVER 2012 Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12307.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés.

Plus en détail

ScanSoft Inc. 9 Centennial Drive Peabody, MA 01960 U.S.A.

ScanSoft Inc. 9 Centennial Drive Peabody, MA 01960 U.S.A. D R O I T S D A U T E U R Copyright 2002 ScanSoft, Inc. Tos droits réservés. Acne partie de cette pblication ne pet être transmise, transcrite, reprodite o stockée dans n système de récpération de données,

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE DES AGENCES BANCAIRES : UNE APPLICATION DE LA MÉTHODE DEA

MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE DES AGENCES BANCAIRES : UNE APPLICATION DE LA MÉTHODE DEA MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE DES AGENCES BANCAIRES : UNE APPLICATION DE LA MÉTHODE DEA Ade Hbrecht, Fabienne Gerra To cite this version: Ade Hbrecht, Fabienne Gerra. MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT EXCHANGE 2013

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT EXCHANGE 2013 EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT EXCHANGE 2013 Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12306.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié en Mai,

Plus en détail

Journal syndical. Numéro spécial audiences publiques. Sommaire NOUS LE SAVONS... NOUS LE DISONS! VOLUME 11 NUMÉRO 10 5 / OCTOBRE JANVIER 2009

Journal syndical. Numéro spécial audiences publiques. Sommaire NOUS LE SAVONS... NOUS LE DISONS! VOLUME 11 NUMÉRO 10 5 / OCTOBRE JANVIER 2009 VOLUME 11 NUMÉRO 10 5 / OCTOBRE JANVIER 2009 Jornal syndical 2051 Nméro spécial adiences pbliqes Sommaire Avenir de la Télé-niversité 2 Proposition «amendée» d SCFP 2051 3 Proposition d SCFP 2051 5 Résoltion

Plus en détail

Groupe CM4-CIC. Comptes consolidés 2008

Groupe CM4-CIC. Comptes consolidés 2008 Grope CM4-CIC Comptes consolidés 2008 Grope Crédit Mtel Centre Est Erope Sd-Est Ile-de-France Savoie-Mont Blanc et CIC Comptes consolidés 2008 Rapport de gestion consolidé..............................

Plus en détail

Villa L Orée du Parc. MASSY n ESSONNE

Villa L Orée du Parc. MASSY n ESSONNE Villa L Orée d Parc n ESSONNE Villa l Orée d Parc Une résidence de standing Une attention particlière a été portée à l aménagement paysager par l Agence Française de Paysage avec la mise en place d ne

Plus en détail

AUTODATA ONLINE. Les nouveautés d'online 3. NOUVEAU: Courroies d`accessoires. Débranchement et rebranchement de la batterie hybride

AUTODATA ONLINE. Les nouveautés d'online 3. NOUVEAU: Courroies d`accessoires. Débranchement et rebranchement de la batterie hybride BR_EU_SWISSFRENCH_13V3_Layot 1 11/1/01 13:41 Pae 1 AUTODATA ONLINE Les noveatés d'online 3 NOUVEAU: Corroies d`accessoires Post-traitement des az d`échappement diesel Déanchement et reanchement de la batterie

Plus en détail

Global Votre assurance complémentaire individuelle

Global Votre assurance complémentaire individuelle Global Votre assrance complémentaire individelle Assrance de base Le minimm légal L assrance obligatoire des soins (LAMal) vos garantit ne covertre de base des frais de santé. Elle prend en charge les

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SHAREPOINT 2013

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SHAREPOINT 2013 EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SHAREPOINT 2013 Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12308.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié en

Plus en détail

La VISTA. La VISTA. Banques. Entreprises. Une connexion possible?

La VISTA. La VISTA. Banques. Entreprises. Une connexion possible? Edition jin 2010 La VISTA La VISTA Reve d Information de l Entreprener Landais Banqes Entreprises Une connexion possible? MEDEF Landes Banqes & Entreprises, où en est-on? Dites-nos la vérité, tote la vérité!

Plus en détail

Marché à procédure adaptée (Article 28 du CMP)

Marché à procédure adaptée (Article 28 du CMP) Marché à procédre adaptée (Article 28 d CMP) Rénovation de la salle Egène DELACROIX Marché 08/203 02/05/203 Nom et adresse de l organisme acheter Chambre de Métiers et de l Artisanat d Val d Oise avene

Plus en détail

Hôtellerie Restauration

Hôtellerie Restauration Hôtellerie Restaration les métiers et les formations en Avergne Septembre 2011 2/14 Sommaire 3 Le secter 5 Zoom sr les métiers de la cisine et d service en salle 6 L emploi dans la région 7 Interviews

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR END USER COMPUTING WITH VMWARE HORIZON VIEW

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR END USER COMPUTING WITH VMWARE HORIZON VIEW EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR END USER COMPUTING WITH VMWARE HORIZON VIEW Version 1.2 Gide de conception et de mise en œvre H12388.2 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié

Plus en détail

Sur la route, je gère ma sécurité. Dossier pédagogique A L INTENTION DES ENSEIGNANTS DU TROISIÈME DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE

Sur la route, je gère ma sécurité. Dossier pédagogique A L INTENTION DES ENSEIGNANTS DU TROISIÈME DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Sr la rote, je gère ma sécrité Dossier pédagogiqe A L INTENTION DES ENSEIGNANTS DU TROISIÈME DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Table des matières 1 Introdction 5 1.0 Les objectifs édcatifs 5 1.1 Les liens

Plus en détail

itrak Éliminez vos frais mensuels de géolocalisation GPS

itrak Éliminez vos frais mensuels de géolocalisation GPS TM Enterprise Soltion Éliminez vos frais mensels de géolocalisation GPS Offrez-vos les avantages spplémentaires d'ne soltion personnalisée par rapport à ne soltion hébergée Renforcez la sécrité des informations

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX PRIVATE CLOUDS

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX PRIVATE CLOUDS EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX PRIVATE CLOUDS Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12387.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié en Mai, 2014 EMC estime

Plus en détail

L intégrité du positionnement dans les transports terrestres

L intégrité du positionnement dans les transports terrestres L intégrité d positionnement dans les transports terrestres David Bétaille (Ifsttar/MACS) Form Photogrammétrie - Positionnement et Mesres de Déformation, ENSG, le 0 mars 01 1 Plan de la présentation 1.

Plus en détail

La complémentaire santé. des 16-30 ans CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ. adaptée à vos besoins pour faciliter votre accès aux soins :

La complémentaire santé. des 16-30 ans CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ. adaptée à vos besoins pour faciliter votre accès aux soins : La complémentaire santé des 16-30 ans CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ la réponse santé adaptée à vos besoins por faciliter votre accès ax soins : avec le tiers payant por ne pls avancer vos frais

Plus en détail

1973-1974 ENQUETE 'SUR LES TRANSPORTS LLI QUESTIONN!,IRE B " AUTOMOBILES ;,

1973-1974 ENQUETE 'SUR LES TRANSPORTS LLI QUESTIONN!,IRE B  AUTOMOBILES ;, REPUBLIQUE FRANÇAISE INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES 29, qai Branly, PARJS (,e) Direction Régionale:....._... ~- ENQUETE 'SUR LES TRANSPORTS 1973-1974 QUESTIONN!,IRE B " AUTOMOBILES

Plus en détail

Maximisation du débit des systèmes OFDM multicast dans un contexte de courant porteur en ligne

Maximisation du débit des systèmes OFDM multicast dans un contexte de courant porteur en ligne MajecSTIC 2009 Avignon, France, d 6 a 8 novembre 2009 Maximisation d débit des systèmes OFDM mlticast dans n contexte de corant porter en ligne Ali Maiga, Jean-Yves Badais et Jean-François Hélard Laboratoire

Plus en détail

SABATIER. xxxxx. Learning Games apprendre en jouant! Dossier Spécial Patrimoine. PAUL magazine scientifique MARS 2015. n 35. www.univ-tlse3.

SABATIER. xxxxx. Learning Games apprendre en jouant! Dossier Spécial Patrimoine. PAUL magazine scientifique MARS 2015. n 35. www.univ-tlse3. MARS 2015 PAUL magazine scientifiqe SABATIER n 35 xxxxx Learning Games apprendre en joant! Dossier Spécial Patrimoine Délégation Midi-Pyrénées Délégation régionale Midi-Pyrénées, Limosin Avec la participation

Plus en détail

En un coup d œil Nos prestations d assurance maladie

En un coup d œil Nos prestations d assurance maladie En n cop d œil Nos prestations d assrance maladie Assrance de base Le minimm légal L assrance obligatoire des soins (LAMal) vos garantit ne covertre de base des frais de santé. Elle prend en charge les

Plus en détail

ADMISSIONS. sciencespobordeaux.fr

ADMISSIONS. sciencespobordeaux.fr L I V R E T ADMISSIONS r e n t r é e 0 sciencespobordeax.fr Vivre à Bordeax Capitale de l Aqitaine, Bordeax est jstement considérée comme l ne des pls belles villes d XVIII e siècle en Erope. Le classicisme

Plus en détail

DOCTRINE. Rapport sur la titrisation et le financement des ETI et larges PME Remis le 27 avril 2015 à la Commission européenne 1,

DOCTRINE. Rapport sur la titrisation et le financement des ETI et larges PME Remis le 27 avril 2015 à la Commission européenne 1, Rapport sr la titrisation et le financement des ETI et larges PME Remis le 27 avril 2015 à la Commission eropéenne 1, 17 propositions, Clb Praxis Yann Coatanlem Président d Clb Praxis, Directer de la recherche

Plus en détail

par Jacques RICHALET Directeur société ADERSA

par Jacques RICHALET Directeur société ADERSA Commande prédictive par Jacqes RICHALET Directer société ADERSA 1. Les qatre principes de la commande prédictive... R 7 423 2 1.1 Modèle interne... 2 1.2 Trajectoire de référence... 3 1.3 Strctration de

Plus en détail

DIVAR IP 6000 1U. Vidéo DIVAR IP 6000 1U. www.boschsecurity.fr. Configuration RAID-5, solution d'enregistrement tout-en-un jusqu'à 128 voies

DIVAR IP 6000 1U. Vidéo DIVAR IP 6000 1U. www.boschsecurity.fr. Configuration RAID-5, solution d'enregistrement tout-en-un jusqu'à 128 voies Vidéo DIVAR IP 6000 1U DIVAR IP 6000 1U www.boschsecrity.fr Configration RAID-5, soltion d'enregistrement tot-en-n jsq'à 128 voies Soltion de stockage IP préinstallée et préconfigrée, dotée d'ne capacité

Plus en détail

Microphones d appels Cloud avec message pré-enregistrés intégré

Microphones d appels Cloud avec message pré-enregistrés intégré Microphones d appels Clod avec message pré-enregistrés intégré Clearly better sond Modèles PM4-SA et PM8-SA Description générale Les microphones d appels nmériqes Clod de la gamme PM-SA ont été développés

Plus en détail

Politique africaine n 122 - juin 2011 217 La revue des livres

Politique africaine n 122 - juin 2011 217 La revue des livres Politiqe africaine n 122 - jin 2011 217 La reve des livres Absharaf (Rogaia Mstafa) Transforming Displaced Women in Sdan. Politics and the Body in a Sqatter Settlement Chicago/Londres, The University of

Plus en détail

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES OLIVIER BARBARY LUZ MARY PINZON SARMIENTO L analyse harmoniqe qalitative et son application à la typologie des trajectoires individelles Mathématiqes et sciences hmaines,

Plus en détail

concernant la déclaration d impôt Impôt cantonal et communal Impôt fédéral direct

concernant la déclaration d impôt Impôt cantonal et communal Impôt fédéral direct CANTON DE VAUD Administration cantonale des impôts GUIDE 2013 concernant la déclaration d impôt Impôt cantonal et commnal Délai por le renvoi de la déclaration : 15 mars 2014 Impôt fédéral direct Simplifiezvos

Plus en détail

Agenda de l exposition Facing time

Agenda de l exposition Facing time Agenda de l exposition Facing time Mars 2015 Dimanche 29 mars - 10h30 à 12h30 - Maison de la Cltre Art Dimanche : visite de l exposition en compagnie de Jean-Philippe Theyskens Art Dimanche consiste en

Plus en détail

Le choix d un contrat d assurance maladie entre traitement et compensation.

Le choix d un contrat d assurance maladie entre traitement et compensation. Le choix d n contrat d assrance maladie entre traitement et compensation. F.YAFIL Avril 3 Résmé : L objectif de cet article est de prendre en considération les différentes formes qe pevent revêtir les

Plus en détail

La location de camping-cars

La location de camping-cars www.motorhomerent.fr TARIFS 2013,! La meillere formle d évasion Règlement chèqes-vacances accepté. ,! La location de camping-cars, Motorhome Rent vos accompagne sr les rotes de vos vacances! Vos sohaitez

Plus en détail

Demande de subsides de formation

Demande de subsides de formation Service des sbsides de formation SSF Amt für Asbildngsbeitrage ABBA Rote-Neve 7, Case postale, 1701 Friborg T +41 26 305 12 51, F +41 26 305 12 54 borses@fr.ch, www.fr.ch/ssf Demande de sbsides de formation

Plus en détail

DIVISION APPROVISIONNEMENTS ET MARCHES

DIVISION APPROVISIONNEMENTS ET MARCHES DIVISION APPROVISIONNEMENTS ET MARCHES APPEL D OFFRES OUVERT SUR OFFRES DE PRIX N 11-2011 DU 14/06/2011 à 09H RELATIF A LA FOURNITURE DE CONSOMMABLES INFORMATIQUES (en ve de la conclsion d n marché cadre)

Plus en détail

Mars 2013. Les solutions de formation Esri France

Mars 2013. Les solutions de formation Esri France Mars 2013 Les soltions de formation Esri France -1- La formation chez Esri France La formation est essentielle à la mise en œvre réssie d n système d information géographiqe (SIG). C est porqoi chez Esri

Plus en détail

Conception optimale des moteurs à réluctance variable à commutation électronique pour la traction des véhicules électriques légers

Conception optimale des moteurs à réluctance variable à commutation électronique pour la traction des véhicules électriques légers Conception optimale des moters à rélctance variable à commtation électroniqe por la traction des véhicles électriqes légers Dan Ilea To cite this version: Dan Ilea. Conception optimale des moters à rélctance

Plus en détail

Partir 13. (1.1.2) Place Sainctelette 2 1080 BRUXELLES 02/421 86 20 www.eurodyssee.net m.delsaux@mrw.wallonie.be

Partir 13. (1.1.2) Place Sainctelette 2 1080 BRUXELLES 02/421 86 20 www.eurodyssee.net m.delsaux@mrw.wallonie.be Partir Commission for Edcational Exchange (1.2.1) Bolevard de l Emperer 4 1000 BRUXELLES 02/519 57 72 www.flbright.be adviser@flbright.be Programme proposé Between the USA, Belgim and Lxemborg Programme

Plus en détail

annexes circulaire interministérielle n DGUHC 2007-53 du 30 novembre 2007

annexes circulaire interministérielle n DGUHC 2007-53 du 30 novembre 2007 annexes circlaire interministérielle n DGUHC 2007-53 d 30 novembre 2007 relative à l accessibilité des établissements recevant d pblic, des installations overtes a pblic et des bâtiments d habitation Annexes

Plus en détail

La formation continue se réinventeenligne

La formation continue se réinventeenligne niversités &grandes écoles ILLUSTRATIONS :STEPHANE KHIEL La formation contine se réinventeenligne Le sccès des MOOC, ces cors interactifs, illstre la métamorphose de la formation contine. Mais l efficacité

Plus en détail

Mesures générales de prévention pour l utilisation des fardeleuses

Mesures générales de prévention pour l utilisation des fardeleuses la fardelese Les fardeleses, machines semi-atomatiqes d emballage de palettes, assi nommées palettisers o «wrapeses» sont d sage corant dans le secter de l imprimerie. On s en sert por envelopper d ne

Plus en détail

Des acteurs au service des personnes âgées

Des acteurs au service des personnes âgées GUIDE C L I C Des acters a service des personnes âgées Résea d CLIC Sd Oest Côtes d Armor des acters a service des personnes âgées Édito La solidarité en Côtes d Armor n est pas n vain mot. Les problématiqes

Plus en détail

Mesures générales de prévention pour l utilisation des compacteurs

Mesures générales de prévention pour l utilisation des compacteurs Le compacter Les compacters servent à compresser les matières récpérées (ex. papier, plastiqe). Ils sont d sage corant dans le secter de l imprimerie. Les compacters doivent être mnis de dispositifs de

Plus en détail

Montages à plusieurs transistors

Montages à plusieurs transistors etor a men! ontages à plsiers transistors mplificaters à plsiers étages Dans de nombrex amplificaters, on cerce à obtenir n grand gain, ne impédance d entrée élevée (afin de ne pas pertrber la sorce d

Plus en détail

DIVAR IP 7000 1U. Vidéo DIVAR IP 7000 1U. www.boschsecurity.fr. Solution de gestion vidéo complète tout-en-un jusqu'à 64 voies

DIVAR IP 7000 1U. Vidéo DIVAR IP 7000 1U. www.boschsecurity.fr. Solution de gestion vidéo complète tout-en-un jusqu'à 64 voies Vidéo DIVAR IP 7000 1U DIVAR IP 7000 1U www.boschsecrity.fr Soltion de gestion vidéo complète tot-en-n jsq'à 64 voies Soltion de gestion vidéo IP prête à l'emploi avec ne capacité de stockage maximale

Plus en détail

À VOS CÔTÉS QUI COMPTENT DANS LES MOMENTS RAPPORT D ACTIVITÉ 2014-2015 DEVELOPPONS ENSEMBLE L ESPRIT D EQUIPE

À VOS CÔTÉS QUI COMPTENT DANS LES MOMENTS RAPPORT D ACTIVITÉ 2014-2015 DEVELOPPONS ENSEMBLE L ESPRIT D EQUIPE À VOS CÔTÉS DANS LES MOMENTS QUI COMPTENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2014-2015 DEVELOPPONS ENSEMBLE L ESPRIT D EQUIPE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE INSURANCE EST AU CŒUR DE LA STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT DU GROUPE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE,

Plus en détail

Unités d'extension de disques durs iscsi DSA E-Series

Unités d'extension de disques durs iscsi DSA E-Series Vidéo Unités d'extension de disqes drs iscsi DSA E-Series Unités d'extension de disqes drs iscsi DSA E-Series www.boschsecrity.fr Soltion de stockage résea extensible : contrôler doté de 12 disqes drs

Plus en détail

Analyse fréquentielle des systèmes analogiques

Analyse fréquentielle des systèmes analogiques Analyse fréqentielle des systèmes analogiqes L'analyse fréqentielle d'n système consiste principalement dans la détermination de sa fonction de transfert harmoniqe, pis en l'étde de son modle G( et son

Plus en détail

TRANSLATION ET VECTEURS

TRANSLATION ET VECTEURS TRNSLTION ET VETEURS 1 sr 17 ctivité conseillée ctivités de grope La Translation (Partie1) http//www.maths-et-tiqes.fr/telech/trans_gr1.pdf La Translation (Partie2) http//www.maths-et-tiqes.fr/telech/trans_gr2.pdf

Plus en détail

Poste-publication 41027522

Poste-publication 41027522 Poste-pblication 41027522 DANS CE NUMÉRO... SPÉCIAL 10 E ANNIVERSAIRE PAGE 4 Mot d directer PAGE 5 Mot de la présidente PAGES 6-7 Le RQOH d hier à ajord hi PAGES 8-9 Le défricher PAGE 10 Le pionnier PAGE

Plus en détail

Intervention à domicile des équipes de psychiatrie Retour d expériences

Intervention à domicile des équipes de psychiatrie Retour d expériences METTRE EN ŒUVRE ET PARTAGER Intervention à domicile des éqipes de psychiatrie Retor d expériences kj JANVIER 2015 Les pblications de l ANAP s inscrivent dans 3 collections, por transmettre ax professionnels

Plus en détail

Etude Net.imp@ct 2. www.iabfrance.com. sur la publicitž sur internet. Principaux RŽsultats. Ipsos-ASI. IAB France. Monique BENSIMON Fran ois GUERIN

Etude Net.imp@ct 2. www.iabfrance.com. sur la publicitž sur internet. Principaux RŽsultats. Ipsos-ASI. IAB France. Monique BENSIMON Fran ois GUERIN IAB France 2001 - Reprodction atorisž mention obligatoire : sorce Etde NetImpa@ct IAB-Ipsos ASI Septembre 2001 Etde Net.imp@ct 2 sr la pblicitž sr internet Principax RŽsltats Ipsos-ASI IAB France Moniqe

Plus en détail

La consolidation des comptes

La consolidation des comptes Infos pratiqes p Lie : Commniqé sr le blletin d inscription en annexe. p Heres : 9h à 17h. p Matériel : Se mnir d ne calclatrice de poche. p Prix : Les prix s entendent par personne, comprennent les pases-café,

Plus en détail

Être plus efficient pour mieux servir MTE 93 GRETA MTE 93. Manuel Qualité. Orientation et formation tout au long de la vie à l éducation nationale

Être plus efficient pour mieux servir MTE 93 GRETA MTE 93. Manuel Qualité. Orientation et formation tout au long de la vie à l éducation nationale MTE 93 Être pls efficient por miex servir GRETA MTE 93 Manel Qalité Orientation et formation tot a long de la vie à l édcation nationale P03/MQ/A/23.01.2014 SOMMAIRE I. La FORMATION CONTINUE à l EDUCATION

Plus en détail

& ENTREPRISE groupe monassier france

& ENTREPRISE groupe monassier france grope monassier france Après sept ans de déprime, les signes de reprise dans l immobilier ne manqent pas : les délais de vente raccorcissent; les promesses et les compromis agmentent; les investissers

Plus en détail