PERSPECTIVES ALLOCATION

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PERSPECTIVES ALLOCATION"

Transcription

1 PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels La patience de la Fed bientôt à bout? Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients A lors que la grande majorité des banques centrales dans le monde est engagée dans un mouvement d assouplissement monétaire, il en est une qui s apprête à mettre un terme à six années de politique de taux zéro (graphique 1): la Réserve Fédérale américaine (Fed). Consciente des risques macroéconomiques (impact sur la croissance du reste du monde) et financiers (risque de sorties de capitaux des émergents ), la Fed a multiplié les précautions oratoires pour démontrer que le mouvement se ferait avec la plus grande prudence. Néanmoins, les conditions domestiques justifient pleinement une inflexion du discours de l institution, ce qui ne manquera pas d influencer les marchés financiers. Graphique 1 Etats-Unis : taux directeur de la Réserve Fédérale Américaine Source : Datastream 1

2 Après plus de six années d une reprise décevante, la Fed peut désormais entrevoir une solide embellie du marché du travail américain : le taux de chômage est retombé à 5,7% (graphique 2), soit à quelques dixièmes de point du taux de plein-emploi (estimé entre 5 et 5,5%), et les salaires, longtemps léthargiques, donnent enfin des signes de frémissement. Certes, l inflation affiche un taux décevant de 0,8%, mais ce niveau s explique par la contribution fortement négative du pétrole, qui s est effondré au second semestre Retraitée des évolutions erratiques de l énergie et de l alimentation, l inflation sous-jacente affiche un taux de 1,6%, proche de la cible de 2% de la Fed. En outre, la Fed semble poussée vers la normalisation par des considérations liées à la stabilité financière : après avoir dénoncé la surévaluation des petites capitalisations et des valeurs de biotechnologie début 2014, la Fed s inquiète désormais de la valorisation tendue de l ensemble du marché actions. Les conditions d un début de normalisation des taux d intérêt semblent donc réunies. Graphique 2 Etats-Unis : taux de chômage Source : Datastream La Fed continue néanmoins de faire preuve de patience : le terme est employé dans sa communication pour caractériser sa volonté de prendre son temps avant de sortir des taux zéro. Pourquoi une telle prudence? On peut évoquer plusieurs familles de réserves. D un point de vue domestique, la Fed peut vouloir s assurer de la solidité de la reprise avant de passer à l acte. Le flux statistique de ces dernières semaines s est notamment inversé, les déceptions s accumulant sur le front de l investissement productif (effondrement de l investissement dans le secteur de l énergie), de la production industrielle (enquêtes des Réserves fédérales de la côte Est), et du commerce extérieur (creusement du déficit commercial) : trois aspects d une même réalité, la force du dollar, qui pèse sur la compétitivité industrielle du pays et aggrave la chute du prix du pétrole. La Fed sait pertinemment que si la rémunération des placements en dollar augmente, 2

3 dans un contexte de taux zéro (voire négatifs) généralisés dans le reste du monde, le billet vert connaîtra une nouvelle accélération de son appréciation sur le marché des changes. Bien que l économie américaine soit relativement fermée (les exportations représentent 12% du PIB seulement), la hausse du dollar (graphique 3) représente déjà en elle-même un resserrement des conditions monétaires intérieures. Graphique 3 Evolution du taux de change effectif du dollar Source : Datastream En outre, la Fed a exprimé ses inquiétudes sur l environnement international : la croissance dans le reste du monde est à la peine, les pressions déflationnistes sont toujours présentes en Asie et en Europe, et enfin, certains risques géopolitiques menacent de dégénérer en crises financières ouvertes (Russie, Grèce, Moyen-Orient ). La Fed doit donc intégrer ces risques dans son évaluation de la solidité de la reprise domestique en cours. La seconde famille de réserves est d ordre macro-financière. Même si elle ne le verbalise pas, la Fed pourrait s inquiéter de l impact négatif d une hausse des taux américains sur la stabilité financière de certains pays émergents. L annonce de mai 2013 par Ben Bernanke, alors président de la Fed, de la fin programmée des injections de liquidité, avait provoqué une vague de sorties de capitaux massives des pays émergents, et des dépréciations violentes de certaines monnaies asiatiques et latino-américaines. De fait, six années de taux zéro ont incité nombre d entreprises émergentes à contracter des dettes obligataires en dollar. En cas de renchérissement du coût de ses dettes et d une accélération de l appréciation du dollar contre devises émergentes, une vague de défauts 3

4 obligataires pourrait se matérialiser, comme le met en garde la Banque des Règlements Internationaux. La Fed craint donc, en remontant ses taux, de rejouer le scénario du printemps 2013, dans un environnement mondial encore plus vulnérable. L économie américaine en subirait, en boomerang, le contrecoup via une baisse de ses exportations et une fragilisation de ses banques, très implantées dans les pays émergents. L environnement international dégradé justifie donc la prudence de la Fed. Mais la réponse-même des autorités monétaires dans le reste du monde à cet environnement déflationniste procure à la Fed une assurance contre le risque de surréaction des marchés de taux à sa sortie des taux zéro. En effet, la Banque Centrale Européenne et la Banque du Japon sont toutes deux engagées dans des opérations massives d assouplissement quantitatif. Ces opérations consistent à acheter de grandes quantités d obligations publiques par création monétaire. L écrasement des taux longs qui en résulte incite les institutions financières domestiques (banques, fonds de pension, assureurs ) à aller rechercher du rendement à l étranger. Le marché de la dette américaine est notamment l alternative privilégiée pour ces investisseurs en mal de rendement sur des titres liquides. Dès lors, on peut s attendre à ce que la hausse de taux de la Fed ne provoque pas de hausse sensible des taux longs américains : si les rendements longs se tendent significativement, les investisseurs étrangers afflueront en masse pour profiter de rendements attractifs sur la courbe américaine. Les taux longs seront ainsi plafonnés par l appétit des acheteurs japonais et européens. Le mouvement le plus probable de la courbe des taux américains est donc un aplatissement, ce qui réduit les risques de secousses sur les marchés émergents. La Fed devrait donc, dans les mois qui viennent, durcir son discours pour préparer les esprits à une sortie des taux zéro. Plus particulièrement, le terme patience devrait être retiré du communiqué officiel en mars ou avril. La Fed devrait faire preuve de suffisamment de prudence et de souplesse pour que ce changement de paradigme intervienne sans heurt sur les marchés financiers. Néanmoins, la hausse du coût du capital dans un contexte de rebond des salaires pénalisera les marges des entreprises américaines, déjà écornées par la force du dollar. Cette évolution justifie donc de conserver une exposition neutre aux actions américaines, malgré la bonne santé de l économie domestique. Rédigé le 27 février

5 Orientations tactiques Le fil rouge des statistiques macroéconomiques semble confirmer nos espoirs d un rebond de la croissance mondiale dans les prochains mois et nous conduit à conserver notre stratégie favorable à la surpondération en actions. Taux : Les anticipations de durcissement prochain de la politique monétaire de la Fed qui a déjà fait remonter les taux US à 10 ans d'environ 50 bps depuis la mijanvier, devraient avoir des répercussions sur les taux core européens. Cette hausse sera toutefois limitée en zone euro, malgré des niveaux historiquement très bas, compte tenu de le politique très accommodante de la BCE. Actions : Nous maintenons notre vision favorable aux actions de la zone Euro qui continuent de bénéficier des effets de la baisse de l'euro sur les prévisions de bénéfices des sociétés et d'une conjoncture macroéconomique plus favorable. La forte performance réalisée depuis le début d'année (plus de 17% pour les petites capitalisations) plaide cependant pour des prises de bénéfices partielles. Devises : Depuis l action de la BCE en janvier, la parité /$ semble avoir atteint un plancher vers le niveau de Entre temps les indicateurs macroéconomique ont continué de s améliorer en zone euro, l incertitude sur la situation grecque est décalée dans le temps et la situation au Etats-Unis semble marquer le pas, ainsi nous envisageons une consolidation du mouvement sur la parité. Matières premières : L amélioration macro-économique en Europe, la baisse de la perception du risque sur les situations de la Grèce et de l Ukraine, ainsi que les multiples baisses de taux des banques centrales, notamment en Chine, ont permis aux secteurs cycliques de retrouver des couleurs en février, au détriment des métaux précieux. Le prix du Brent semble se stabiliser autour des 60$, mais l excédent d offre pourrait encore peser sur les prix à court terme. Vues tactiques par classes d actifs 1 vue très positive sur la classe d actifs sélectionnée 1 vue positive sur la classe d actifs sélectionnée 1 vue neutre sur la classe d actifs sélectionnée 1 vue négative sur la classe d actifs sélectionnée 1 vue très négative sur la classe d actifs sélectionnée 5

6 Annexe : Portefeuille modèle théorique * couvert contre le risque de change ** non-couvert contre le risque de change *** dette émise en dollar couverte contre uro Les vues utilisées pour construire le portefeuille modèle sont cohérentes avec celles des spécialistes, mais peuvent aboutir à des pondérations relatives au benchmark différentes de celles des portefeuilles modèles mono-classe d actif. Retrouvez ce thème dans la vidéo de Flash Marchés sur la web TV de Natixis AM 6

7 Natixis Asset Management Société anonyme au capital de ,76 Agrément AMF n GP RCS Paris n , quai d Austerlitz Paris cedex 13 - Tél Ce document est destiné à des clients professionnels au sens de la Directive MIF. Il ne peut être utilisé dans un but autre que celui pour lequel il a été conçu et ne peut pas être reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans le consentement préalable et écrit de Natixis Asset Management. Aucune information contenue dans ce document ne saurait être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document est produit à titre purement indicatif. Il constitue une présentation conçue et réalisée par Natixis Asset Management à partir de sources qu elle estime fiables. Natixis Asset Management se réserve la possibilité de modifier les informations présentées dans ce document à tout moment et sans préavis et notamment en ce qui concerne la description des processus de gestion qui ne constitue en aucun cas un engagement de la part de Natixis Asset Management. Natixis Asset Management ne saurait être tenue responsable de toute décision prise ou non sur la base d une information contenue dans ce document, ni de l utilisation qui pourrait en être faite par un tiers. Les analyses et les opinions mentionnées dans le présent document représentent le point de vue de l auteur référencé, sont à la date indiquée et sont susceptibles de changer. Il n y aucune garantie que les développements futurs correspondront à ceux prévus dans le présent document. Lorsque la réglementation locale l exige, ce document est fourni uniquement sur demande écrite. Aux pays francophones de l UE, le présent document est fourni aux Clients Professionnels par NGAM S.A. ou sa succursale sous-mentionnée. NGAM S.A. est une société de gestion luxembourgeoise qui est autorisée par la Commission de Surveillance du Secteur Financier, constituée conformément à la loi luxembourgeoise et immatriculée sous le numéro B Siège social de NGAM S.A. : 2, rue Jean Monnet, L-2180 Luxembourg, Grand-Duché de Luxembourg. France : NGAM Distribution (n RCS Paris). Siège social: 21 quai d Austerlitz, Paris. En Suisse, le présent document est fourni aux Investisseurs Qualifiés (Qualified Investors) par NGAM, Switzerland Sàrl. Les entités susmentionnées sont des unités de développement commercial de Natixis Global Asset Management, la holding d un ensemble divers d entités de gestion et de distribution de placements spécialisés présentes dans le monde entier. Bien que Natixis Global Asset Management considère les informations fournies dans le présent document comme fiables, elle ne garantit pas l exactitude, l adéquation ou le caractère complet de ces informations. Ce document est publié par la direction de la Communication de Natixis Asset Management.

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Le pétrole, victime collatérale de la guerre des monnaies? Raphaël Gallardo Stratégiste Pôle Investissement et solutions clients M algré l accumulation des tensions géopolitiques

Plus en détail

FLASH MARCHÉS. Brexit Le Royaume-Uni a voté pour une sortie de l Union Européenne. Macro-économie - L analyse de Philippe Waechter

FLASH MARCHÉS. Brexit Le Royaume-Uni a voté pour une sortie de l Union Européenne. Macro-économie - L analyse de Philippe Waechter FLASH MARCHÉS Document destine aux clients non-professionnels Brexit Le Royaume-Uni a voté pour une sortie de l Union Européenne Macro-économie - L analyse de Philippe Waechter Directeur de la recherche

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Sous le signe des taux Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients L e rally sur les marchés actions des pays

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Guerre des changes : fin de l acte II? Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients D ans un monde marqué par un

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

30 avril 2010 N. 204

30 avril 2010 N. 204 avril 1 N. Conséquences probables de la crise des dettes souveraines dans la zone euro : ni un défaut, ni une restructuration, ni la sortie de l euro, ni l inflation, mais le retour en récession de la

Plus en détail

Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens?

Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens? Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens? 11 JANVIER 2016 Par Yves Maillot Directeur gestion actions européennes Natixis Asset Management S uite au fort

Plus en détail

IDEES GESTION TAUX AVRIL 2015. www.nam.natixis.com

IDEES GESTION TAUX AVRIL 2015. www.nam.natixis.com IDEES GESTION TAUX Document destiné aux clients professionnels AVRIL 2015 L évolution du marché des ABS européens ÉLÉMENTS-CLÉS uro crisis unveiled credit risk in government bonds Investors faced with

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Inflation américaine % Chômage américain %

Inflation américaine % Chômage américain % FLASH MARCHÉS Rédigé le 17 juin 2013 Violent décrochage de la dette émergente : l opportunité d accroître ses positions? Le point avec Brigitte Le Bris, directeur taux internationaux et devises, Clothilde

Plus en détail

Seeyond Europe MinVariance 1 : bilan 2014 et perspectives

Seeyond Europe MinVariance 1 : bilan 2014 et perspectives Destiné aux clients professionnels au sens de la directive MIF Seeyond Europe MinVariance 1 : bilan 214 et perspectives 12 Performance cumulée en 214 Volatilité 3 mois glissants en 214 (%) 25 6 115 113.37

Plus en détail

Phase de «décumulation» : quelle approche?

Phase de «décumulation» : quelle approche? Phase de «décumulation» : quelle approche? Avril 2012 Forum International d Epargne Retraite Allocation Globale & ALM Les différents étapes de l épargne 2 Phase de restitution En phase de restitution,

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012 Perspectives et stratégie de placement 2012 Premier trimestre 2012 Macro-économie générale & marchés obligataires Les perspectives économiques mondiales se sont significativement détériorées depuis cet

Plus en détail

L ère post-lehman : les interventions des banques centrales reloaded?

L ère post-lehman : les interventions des banques centrales reloaded? 16 Septembre 211 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu 14 Europe: indice du secteur bancaire européen

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Le marché des actions de la zone euro est-il vraiment bon marché?

Le marché des actions de la zone euro est-il vraiment bon marché? avril 7 - N Le marché des actions de la zone euro est-il vraiment bon marché? Si on regarde le PER actions dans la zone euro, ou la prime de risque actions, on conclut sans hésiter que les actions de la

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Politique monétaire de la Chine : une approche normative RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Politique monétaire de la Chine : une approche normative RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 18 janvier 216 N 64 Politique monétaire de la Chine : une approche normative Nous adoptons ici non pas une approche positive (que vont faire les autorités chinoises?) mais

Plus en détail

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 PERFORMANCE DES MARCHÉS ACTIONS EN 2014 (EN EURO) PERFORMANCE DES MARCHÉS OBLIGATAIRES EN 2014 (DEVISES LOCALES) Monde 19,5%

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Croissance en zone euro mais toujours pas d'inflation. Des politiques monétaires toujours accommodantes

Croissance en zone euro mais toujours pas d'inflation. Des politiques monétaires toujours accommodantes CONVICTIONS Conclusions du comité d investissement mensuel de Natixis Asset Management Avril 2015 ANALYSE MACROECONOMIQUE Croissance en zone euro mais toujours pas d'inflation. Des politiques monétaires

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14 Edition du 07 décembre 2015 Actualités du 31 novembre au 04 décembre 2015 Marchés Actions 04/12/15 CAC 40 4691-4,9% -5,2% 9,8% Eurostoxx 50* 3310-5,1% -3,8% 5,2% S&P 500 2050-1,9% -2,5% -0,50% Marchés

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Si cette modification vous convient, vous n avez aucune action à entreprendre.

Si cette modification vous convient, vous n avez aucune action à entreprendre. Objet : votre épargne salariale Evolution du FCPE ETOILE SELECTION 75 [Civilité], Nous souhaitons vous informer d une modification au sein du Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) ETOILE SELECTION

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVEE JANVIER 2016 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 1/10 EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 2/10 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture internationale... 5 Obligations...

Plus en détail

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %.

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %. LE RAPPORTEUR PERSPECTIVES 2015 Le jeu des prévisions est inévitable et toujours très captivant. Toutefois, avec les années, nous avons appris à les mettre en perspective, particulièrement les prévisions

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE Dashboard Economique de la zone Euro Notre tableau de bord vise à aider les investisseurs à comprendre l état de santé économique de la zone Euro. Ce document ne saurait et n a pas vocation à prédire la

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin 6 N 68 Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie La Réserve Fédérale et la BCE, probablement parce que cela rend leur communication

Plus en détail

Panorama macroéconomique. allocation des actifs

Panorama macroéconomique. allocation des actifs Panorama macroéconomique mondial et allocation des actifs Par Andreas Koester, Head of Asset Allocation & Currency, Global Investment Solutions (GIS) En tant qu investisseurs multi-actifs, nous consacrons

Plus en détail

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie BANQUE ET ASSURANCES Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie données au 30/06/2011 La garantie d un groupe solide BNP Paribas Cardif BNP Paribas Cardif conçoit et commercialise une large gamme de produits

Plus en détail

Stratégie d investissement

Stratégie d investissement Stratégie d investissement SG Private Banking Lettre de la Stratégie d Investissement AVRIL 2009. N 26 Éditorial Il est désormais acquis que l activité connaît dans les pays développés une récession sans

Plus en détail

49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C

49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C 49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C -SOCIÉTÉ DE GESTION DE PORTEFEUILLE AGRÉMENT N GP95012 TVA

Plus en détail

Le ralentissement de la croissance économique et des bénéfices des entreprises n altère pas notre optimisme pour l année à venir

Le ralentissement de la croissance économique et des bénéfices des entreprises n altère pas notre optimisme pour l année à venir Le ralentissement de la croissance économique et des bénéfices des entreprises n altère pas notre optimisme pour l année à venir Janvier 2008 Philipp Vorndran Senior Investment Strategist, Multi-Asset

Plus en détail

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession FICHE PAYS PECO : LE DANGER RUSSE Marion Cochard Département analyse et prévision Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession pour certains pays de la zone, la croissance a repris progressivement

Plus en détail

Stratégie d investissement

Stratégie d investissement #14 août/septembre 2007 Stratégie d investissement Comité du 27/07 et comités exceptionnels des 10 & 17/08/2007 Tendances n En dépit de la crise actuelle sur les crédits subprime américains qui secoue

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

BILLET D HUMEUR BOURSIERE PAR JEAN-MARC DIEHL

BILLET D HUMEUR BOURSIERE PAR JEAN-MARC DIEHL BILLET D HUMEUR BOURSIERE PAR JEAN-MARC DIEHL LES PERFORMANCES L année 2013 va sans doute s achever par une performance boursière de l indice CAC 40 d environ 17,90% après un plus haut à 4356,28 pts et

Plus en détail

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière NOTRE SCENARIO Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre Conjoncture économique Conjoncture financière juin 2015 Philippe Brossard David Hennequin Synthèse Les dividendes de la baisse

Plus en détail

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015 L a situation économique de Taiwan au ème semestre 1 Résumé L économie taiwanaise subit un ralentissement prononcé au ème trimestre, qui conduit le gouvernement à diviser par deux sa prévision de croissance

Plus en détail

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014 PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 30 Juin 2014 Paramètres de marché au 30 juin 2014 Malgré la publication de chiffres de croissance du 1 er trimestre décevants en zone euro et, plus encore, aux Etats-Unis,

Plus en détail

BCE : «et croyez-moi, ce sera suffisant»

BCE : «et croyez-moi, ce sera suffisant» Aperiodique n 16/075 15 mars 2016 BCE : «et croyez-moi, ce sera suffisant» La BCE a annoncé qu elle augmentait le montant du QE de 20 Mds EUR par mois et qu elle ajoutait certaines obligations d entreprises

Plus en détail

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar?

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? LETTRE DE PROSPECTIVE MAI 2009 - NUMERO 15 L ors du récent sommet du G20, les autorités chinoises ont

Plus en détail

La parité des risques

La parité des risques 24 La parité des risques La pertinence des stratégies de parité des risques Si l on devait résumer la notion de «parité des risques» (ou Risk Parity en anglais) en un seul mot, le terme de «diversification»

Plus en détail

FLASH MARCHÉS. La prochaine crise sur les marchés financiers risque d être encore plus violente que celle de 2008-2009 RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH MARCHÉS. La prochaine crise sur les marchés financiers risque d être encore plus violente que celle de 2008-2009 RECHERCHE ÉCONOMIQUE MARCHÉS RECHERCHE ÉCONOMIQUE décembre N 99 La prochaine crise sur les marchés financiers risque d être encore plus violente que celle de -9 Nous pensons que la prochaine crise sur les marchés financiers

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Votre patrimoine est une histoire qui s écrit. Macroéconomie. novembre 2015. Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant. Mob.

Votre patrimoine est une histoire qui s écrit. Macroéconomie. novembre 2015. Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant. Mob. Votre patrimoine est une histoire qui s écrit Macroéconomie novembre 2015 Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant Mob. 06 25 83 20 79 SYNTHESE Les fondamentaux économiques restent positifs aux Etats-Unis

Plus en détail

Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012. Economie Finance et Stratégie

Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012. Economie Finance et Stratégie Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012 I. Les changements règlementaires 1. Les changements règlementaires concernent non seulement les banques mais aussi l ensemble du système

Plus en détail

GT Opportunités RAPPORT 2014

GT Opportunités RAPPORT 2014 GT Opportunités RAPPORT 2014 Code ISIN : FR0010308783 (Parts A) Dénomination : GT Opportunités Forme juridique : Fonds commun de placement de droit français Classification : OPCVM de fonds alternatif Objectif

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

Investir dans la volatilité :

Investir dans la volatilité : Investir dans la volatilité : un nouvel horizon pour les solutions traditionnelles de diversification des portefeuilles Destiné aux clients professionnels au sens de la directive MIF www.seeyond-am.com

Plus en détail

Document annuel d information Du 1 er janvier 2014 au 31 décembre 2014. Skylar Origin

Document annuel d information Du 1 er janvier 2014 au 31 décembre 2014. Skylar Origin Document annuel d information Du 1 er janvier 2014 au 31 décembre 2014 Skylar Origin 71-73 avenue des Champs Élysées - 75008 Paris Tél : 01.56.59.63.63 - Fax : 01.56.59.69.64 Société de gestion de portefeuille

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre L évolution du marché des OPCVM à fin novembre Après avoir enregistré une belle progression en octobre, le marché des fonds de droit français voit son encours se replier de -0,2%, l équivalent de 1,6 milliard

Plus en détail

Eclairage sur les PME et ETI

Eclairage sur les PME et ETI Avril 14 Eclairage sur les PME et ETI Un certain nombre d éléments semblent aujourd hui favorables aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI). L amélioration

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts Philippe Waechter Directeur de la recherche économique de Natixis AM L a dynamique de l'économie française est-elle franchement différente de celle

Plus en détail

Evaluation de l'impact réel de la crise financière

Evaluation de l'impact réel de la crise financière Evaluation de l'impact réel de la crise financière Jacques SAPIR Directeur d Études à l EHESS I. Les racines réelles de la crise financière Une crise qui vient de loin L endettement des ménages américains

Plus en détail

GEMAST OBLIG COURT TERME

GEMAST OBLIG COURT TERME Fonds commun de placement GEMAST OBLIG COURT TERME Exercice du 01/07/2014 au 30/06/2015 Commentaires de gestion Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels 1 L'objectif de gestion Cet OPCVM

Plus en détail

Is small beautiful?* Petites capitalisations

Is small beautiful?* Petites capitalisations Petites Is small beautiful?* Six années après l éclatement de la crise financière, et en dépit de perspectives de croissance qui restent au mieux modérées, l économie mondiale semble enfin sortir la tête

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Contexte de marché au 30 juin 2010

Contexte de marché au 30 juin 2010 DeriveXperts Spécialiste de la valorisation indépendante des produits structurés Contexte de marché au 30 juin 2010 Le second trimestre 2010 a vu se développer une crise dont le déclenchement a été une

Plus en détail

INDEPENDANT PATRIMOINE

INDEPENDANT PATRIMOINE INDEPENDANT PATRIMOINE RAPPORT SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2013 FR0010077917 IPA Rapport de Gestion Semestriel 2013-06 1/11 Société de gestion : AMILTON ASSET MANAGEMENT 49, avenue Franklin D. Roosevelt 75008

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Essentiel Cliquet. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements

Essentiel Cliquet. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Essentiel Cliquet Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Instrument financier garanti en capital à l échéance* Une durée d investissement conseillée de 8 ans Indexation à l indice de référence

Plus en détail

Perspectives et stratégies d investissement: les enjeux de 2015?

Perspectives et stratégies d investissement: les enjeux de 2015? NEWSLETTER 14 JANVIER 2015 Atelier NGAM Perspectives et stratégies d investissement: les enjeux de 2015? La conjonction de plusieurs événements favorables permet d anticiper de bonnes surprises» A l occasion

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC Brochure destinée aux investisseurs particuliers p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente 5 Prix d exercice 5 Échéance 5 4. Possibilités pour

Plus en détail

BRYAN GARNIER CREDIT FUND

BRYAN GARNIER CREDIT FUND BRYAN GARNIER CREDIT FUND L'investisseur est invité à consulter la page 6 de ce document, qui contient une définition des facteurs de risque du fonds. L investisseur est également invité à consulter la

Plus en détail

BAROMETER. La Fed ouvre la voie à un rallye des actions. Asset Management

BAROMETER. La Fed ouvre la voie à un rallye des actions. Asset Management Asset Management perspectives d investissement mensuelles à trois mois Janvier 2016 BAROMETER La Fed ouvre la voie à un rallye des actions classes d actifs Nous relevons l exposition aux actions à surpondérée,

Plus en détail

ACTIONS REPORTING MENSUEL 30/11/2015 Ecureuil Bénéfices Em ploi (EUR)

ACTIONS REPORTING MENSUEL 30/11/2015 Ecureuil Bénéfices Em ploi (EUR) C FR0010609552 D FR0010612838 OBJECTIF DE GESTION PERFORMANCES NETTES DE FRAIS DE GESTION (%) Le fonds est un fonds nourricier du fonds Insertion Emploi Début 1 mois 3 mois 1 an 3 ans 5 ans Dynamique.

Plus en détail

Adequity Référence 8,5 %

Adequity Référence 8,5 % Adequity Référence 8,5 % Fonds à formule à capital non garanti à l échéance FCP de droit français conforme aux normes européennes, agréé par l AMF le 27/04/2009 Placement privé ADEQUITY, une offre haut

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

UN NOUVEAU FONDS POUR VOTRE ÉPARGNE

UN NOUVEAU FONDS POUR VOTRE ÉPARGNE UN NOUVEAU FONDS POUR VOTRE ÉPARGNE CROISSANCE EUROPE 2022 Commercialisé du 19 janvier au 29 avril 2016 dans les contrats d assurance vie et/ou de capitalisation (jusqu au 13 mai 2016 en PEA et en Compte

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE)

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) 1. En temps normal, lorsque le taux d intérêt à un jour s approche du taux d escompte, la Banque du Canada: a) retire des fonds déposés

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

CA Oblig Immo (Sept. 2013)

CA Oblig Immo (Sept. 2013) Titre obligataire émis par Amundi Finance Emissions, véhicule d émission ad hoc de droit français Souscription du 17 septembre au 23 octobre 2013 Bénéficier d un rendement fixe et régulier et participer

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Après neuf trimestres consécutifs de baisse du PIB, le dernier

Après neuf trimestres consécutifs de baisse du PIB, le dernier FICHE PAYS ITALIE : UNE LUEUR AU BOUT DU TUNNEL? Département analyse et prévision Après neuf trimestres consécutifs de baisse du PIB, le dernier trimestre de 2013 apporte une lueur d espoir à l Italie.

Plus en détail

SwissLife Dynapierre Un placement immobilier souple pour diversifier vos actifs

SwissLife Dynapierre Un placement immobilier souple pour diversifier vos actifs SwissLife Dynapierre Un placement immobilier souple pour diversifier vos actifs Organisme de placement collectif immobilier (OPCI) géré par la société de gestion Swiss Life REIM (France) Avertissement

Plus en détail

Natixis Global Risk Parity un an après : une performance au rendez-vous dans le cadre d une approche équilibrée en risque

Natixis Global Risk Parity un an après : une performance au rendez-vous dans le cadre d une approche équilibrée en risque DOCUMENT RESERVE EXCLUSIVEMENT AUX CLIENTS PROFESSIONNELS AU SENS DE LA DIRECTIVE MIF Natixis Global Risk Parity un an après : une performance au rendez-vous dans le cadre d une approche équilibrée en

Plus en détail

PREVISIONS DE RENDEMENTS

PREVISIONS DE RENDEMENTS Perspectives PREVISIONS DE RENDEMENTS 2015-2019 Perspectives «L avenir est comme un couloir dans lequel nous ne voyons que grâce à la lumière venant de derrière.» Cette citation d Edward Weyer Jr. résume

Plus en détail

Document destiné principalement à des professionnels I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr

Document destiné principalement à des professionnels I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr Stratégie & Recherche économique N 50 14 au 18 décembre 2015 I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr > L essentiel de la semaine Etats-Unis : Première hausse de fed funds depuis 2006. Léger rebond

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

Donner du sens à votre investissement

Donner du sens à votre investissement Donner du sens à votre investissement Une offre de fonds Développement Durable pour une épargne socialement responsable Les fonds Développement Durable investissent dans les entreprises qui ont mis en

Plus en détail

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Direction de la Recherche Economique Auteur : Philippe Waechter L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Le premier point cette semaine porte sur la croissance modérée de la zone Euro au dernier

Plus en détail

TVK FINANCE Les enseignements de la conjoncture en 2014

TVK FINANCE Les enseignements de la conjoncture en 2014 Février 2015 INFORMATION La Lettre TVK FINANCE Les enseignements de la conjoncture en 2014 Dans les pays développés, la conjoncture a semblé se normaliser avec une affirmation de la croissance aux Etats-Unis

Plus en détail

FRUCTIFONDS VALEURS EUROPEENNES FCP de droit français Actions des pays de la Communauté européenne

FRUCTIFONDS VALEURS EUROPEENNES FCP de droit français Actions des pays de la Communauté européenne FRUCTIFONDS VALEURS EUROPEENNES FCP de droit français Actions des pays de la Communauté européenne Code ISIN C : FR0000976292 Code ISIN I : FR0010160507 Code ISIN F : FR0010456590 Publication semestrielle

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. L anticipation de l action des Banques Centrales l emporte sur les mécanismes normaux de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. L anticipation de l action des Banques Centrales l emporte sur les mécanismes normaux de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE er juillet N 78 L anticipation de l action des Banques Centrales l emporte sur les mécanismes normaux de l économie L exemple présent du Royaume-Uni montre à nouveau le rôle

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin 1 N 1 L écart entre la croissance et la croissance potentielle dans la période récente comme mesure de l efficacité des politiques économiques stimulantes Nous regardons

Plus en détail

Assurance Vie & Capitalisation

Assurance Vie & Capitalisation Assurance Vie & Capitalisation > Porphyre Mai 2015 Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance. Support en unités de compte d un contrat

Plus en détail

Mais pas la fin des turbulences

Mais pas la fin des turbulences Point conjoncturel d avril d 2009 Le creux de la récession r semble proche Mais pas la fin des turbulences Conférence de presse Wavre, le 22 avril 2009 1 Point conjoncturel avril 2009 Messages-cl clé Wallonie

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail