Scientific registration n : 35 Symposium n : 27 Presentation : Poster. SAFAIAN Nosrat, SHOKRI Maryam

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Scientific registration n : 35 Symposium n : 27 Presentation : Poster. SAFAIAN Nosrat, SHOKRI Maryam"

Transcription

1 Scientific registration n : 35 Symposium n : 27 Presentation : Poster Etude de l'influence des activités humaines sur l'érosion du sol dans la zone aride du Sud-Est de l'iran The study of the human activities on soil erosion in arid zone of southern of Iran SAFAIAN Nosrat, SHOKRI Maryam Département de Ressources Naturelles, Université de Mazandaran,B.P.578, Sari - Iran Introduction La cuvette de Lute, située au sud - Est de l' Iran, comprise entre les longitudes 57 a 60 E et les latitudes 28 a 32 N forme un étendue de plus de 160,000 km carrée. Nous avons choisi comme secteur d'étude, Cuvette Takab, la partie sud de la Lute. Cette région est caractérisée par la pauvreté des précipitations, par une sécheresse accrue, par une agitation presque continue de l'air et par une amplitude thermique assez importante. Etude photo - aérienne de la région dans une période de 40 ans ( de 1954 a 1994 ) montre le développement de désert, de 175ha a plus de 3000ha (1). En vue de proposer des solutions pour arrêter le développement de désert et de le contrôler, la connaissance des facteurs favorables et défavorables efficaces la désertification ainsi que la connaissance plantes résistantes et endémiques est très nécessaire. A partir de 1969 les différentes études ont été faites sous la direction d'institut Géographique de l'université de Téhéran en collaboration le C.N.R.S. afin de connaître les régions Arides et Désertes de l'iran (5,7,9,11). Tous les résultats des études récentes montrent le développement de la désertification en Iran. A part les études théoriques, sur le control de la désertification, les différents travaux, comme la plantation malching. ont été également exécutés par les organisations gouvernementales. Nous étudions aussi les approches de ces travaux ainsi que les espèces végétales, en vue de connaître les plus résistantes, et les plus réussies parmi elles. Méthode de l'étude En vue de connaître les facteurs effectifs sur l'érosion du sol et de la désertification, nous avons étudié le climat et le sol en tant que facteurs abiotiques et la végétation, l' homme par ses activités ( culture, pâturage, arrachage ) dans l'unité écologique comme facteurs biotiques.compte tenu des vestiges des activités humaines du passe aussi, nous avons étudie le paléoenvironment de la région. En suite pour ce présent travail, pour 1

2 l'étude de la végétation et du milieu, nous avons applique la méthode proposée par C. E. P. E. / C. N. R. S. (3). Pour déterminer les caractères physiographiques et topographiques, nous avons utilise les photo - aériennes de 1/ En raison de lacune de station climatique dans notre région, nous avons étudies le climat d'après les informations climatiques de stations périphériques, en calculant des gradients,et des relations d une part: température - altitude ; précipitations - altitude d'autre part en procédant le programme Mini - Tab., et pour déterminer le climat, nous avons applique la méthode d' Emberger. En exécutant quelques profils ( 60 cm ) et en faisant des sondage sur le terrain, nous avons évalue Ec et PH du sol et de l'eau et aussi détermine la profondeur du plafond de la nappe. En utilisant la carte Geomorphologique(10) et l'observation du terrain nous avons détermine les caractères géomorphologiques. Les études hydrologiques a été faites en employant les rapports officiels (6). Pour l'étude paléoenvironnement, on s'est servi des sources Mostofi (1972) et Henzlen (1974 ). Etude de la végétation a été faite dans l'unité physionomique et par l'analyse floristique linéaire. Pour connaître la relation de la végétation et du milieu, ainsi que l'étude du Mode d'exploitation et les types d' utilisation des terrains, nous avons emprunte des méthodes proposées par C. E. P. E., C. N. R. S.(3). Les résultats : 1- D'après la méthode d' Emberger il est Arid supérieur chaud. Précipitation annuelle est de 38 mm, Evaporation annuelle est plus de 3500 mm, elle est environs 90 fois plus grande que la précipitation annuelle. Température maximale moyenne est 50, qui s effectue en juillet, Température minimale moyenne est 7 et qui se produit en janvier. Un fort courant d'air chaud et sec venant du nord de la région ( de Lute ) se maintient de juin a octobre. D'après le diagramme pluviothermique de Gaussen et Bagnouls notre région comprend 12 mois durant lesquels les précipitations mensuelles sont plus faibles que la double des températures. 2- La synthèse géologique générale montre que la plaine, a faible pente, est parsemé de cailloux et traversée par un dense réseau hydrographique qui ne sont inondes que pendant les crues et généralement secs avec efflorescence saline et avec les polygones de dessèchement des limons argileux; les tailles des blocs diminuent vers la dépression, au débouches des torrents elles atteignent même 2 a 3 mètres, pour finir aux galets de 5 a 10 cm a la limite de la plaine. 3- Les sols sont peu évolués, souvent on trouve une couche dure et cimente, sales jusqu'a 50cm de profondeur du sol, ils sont salins et alcalins. La quantité de sodium, carbonates, bicarbonates et calcaires de sol est bien élevée. Erosion de sol, hydrique et éolienne, est bien visible. Une sorte d'érosion qui s'appelle klute représente une forte érosion hydro - éolienne et est très remarquable. Le vent et l'eau salée sont les principaux facteurs de formation de cette forme la. 2

3 4- Etude hydrologique montre que l'exploitation de l' eau dans la région est plus grande que son renouvellement. La quantité de puisement d'eau de la région est environ de 65 million mètre cube que durant les années de sécheresse la consommation dépasse de 3million mètre cube la quantité renouvelable. Avec l' augmentation de l'exploitation et le fossoyage des puits profonds, le niveau des minerais dépasse de 800 mg / Lit a 1166 mg / Lit et augmente ainsi la salinte et l'amertume. Dans les régions de basse altitudes le niveau de salinte descend jusqu'a micromohs/cm. 5- Analyse floristique montre que la couverture végétale est plus élevée dans l'endroit ou la profondeur du plafond de nappe est assez élevée. Parmi les espèces végétales qui se trouvent dans cette situation, sont les suivantes: Tamarix Bakhtiarica, Tamarix kermanensis, Tamarix stricta, Prosopis spicigera, Haloxylon spp. Tamaricetum et prosopisetum forment les types végétales dominantes dans la région d'étude. L' analyse floristique dans chaque type montre: une densité moyenne de 68 pieds / ha avec une couverture relative de % 5.3 dans le type de Tamaricetum,et une densité moyenne de 580 pieds / ha avec une couverture relative de % 29 dans le type de prosopisetum spicigera. Regeneratios des plantes sont rarement observées. 6- Etude auto-écologique de certaines espèces végétales montre que la plantation de Tamarix bakhtiarica, Tamarix kermanensis et Haloxylon ammodendron ceux qui sont parmi les espèces endémiques, ont bien réussi a l'endroit ou le niveau de l'eau sous terrain est élevé. Les espèces Haloxylon persicum, Haloxylon aphyllum, Atriplex leucoclada et Tamarix stricta ont été sèche après quelques temps. Prosopis stephaniana semble être une espèce envahissante après chaque dégradation mécanique. cette plante a une forte capacité qui empêche la désertification. Le développement des organes sous - terrain de cette espèce, est environ de 50 fois plus grand que les organes aériens, ce qui prouve ses effort pour trouver de l'eau et les éléments nutritifs. 7- I1 existe plus de 77 villages qui rassemblent 837 familles d'une population de 5042 habitants qui s' occupent de l'agriculture et de l'horticulture et de l'élevage traditionnel (2). Les terrains agricoles sont environs 458 ha.la culture irriguée comprennent: le blé l'orge, la luzerne et henne ( Lawsonia inermis ). 616 ha en jardin, contient les arbres frutières dattier et limonier, citronnier, oranger doux. Animaux domestiques sont têtes: 4000 tête de moutons, 5485 tête de chèvres et 2845 tête de boeuf. Le chauffage des habitants est pourvu par des plantes. 8- Etude préhistorique de ce dernier a fait l'objet de brillantes de couvertes d'art et de civilisation ancienne. Etude paleoenvironment confirme l'existence d'une eau courante et le rassemblement de la population des hommes primaires ( Henzlen 1971). La découverte de certaines industrie lithiques nous démontre que la région été habite par des hommes depuis longtemps et a été couverte par les arbres. Les ruines et les vestiges de l'habitat du passe qui se trouvent a un niveau très peu profond parait très significatif. 3

4 Conclusion: 1) Les conditions climatiques défavorables du sol, de la géologie et la situation géomorphologique constituent les causes principales de la désertification de la région étudiée et l'immigration de la population des habitant vers les marges du désert. 2) Par suite de l'augmentation de la population de la marge du désert et la transformation des pâturages en terrain agricoles, le puisement sous terrain d'eaux ainsi que l'arrachage et l'exploitation intensif des sources naturelles font constamment développer la désertification. 3) Les sols de la région sont devenus salins et alcalins et par la nature et par l' homme. Le manque des matières organiques du sol a affecte et les propriétés chimiques ( la pauvreté nutritive ) et les propriétés physiques ( dureté et rigidité du sol ), de sorte que dans l ensemble les sols fertiles et convenables de la région étudiée sont très rares et existe beaucoup de restrictions pour l'existence et la croissance Végétatives. 4) Erosion hydrique et éolienne dominent la région, une sorte d'érosion hydro - éolienne intensive suscite une formation exceptionnelle des klutes probablement les sables fins déposes de la plus faible altitude de la région étudiée ( Cuvette Takab, sont a l'origine des sables mouvantes. 5) Apparition des vestiges archéologiques de la région montre la propriété du passe de elle - ci et sa disparition est probablement due a la négligence du respect climatique de l'environnement. L'existence de ces vestiges ( cimetières et ossements ) au niveau du sol et de très peu profondeur démontre l'intensité de l'érosion du sol de la région. 6) La baisse du niveau de l'eau est la cause de la sécheresse des plantes suivantes: Tamarix stricta, et Prosopis spicigera pour créer l'espace vert et le développement de la couverture végétale, la culture des espèces suivantes est consaille: Tamarix bakhtiarica, Tamarix kermanensis, Haloxylon ammodendron et Prosopis spicigera 7) Il faut empêcher l'arrachage de Prosopis stephaniana en tant que plante nuisible et son utilisation combustible. La présence active de cette plante fait résister la nature a la désertification. 8) Actuellement la négligence au potentiel écologique de la région et l'utilisation inconvenable de l'eau, du sol et des végétation de la région aura une conséquence désastreuse. Bibliographie : 1. Anjomchoa, R. 1995: Desertification a chahdad, 2em conference national de la desertification, (en farsi). 2. Fecharaki, P., 1977 : Les vilages de la partie sude de la Lute, Universite de Teheran. 3. Godron, M. et al : code pur le releve methodique de la vegetation et du milieu,c.n.r.s., Paris, 292 P. 4. Gorbanli, M. et H. Touraniazad, 1994 : Etude de la germination et resistance du sol de prosopis koelziana, Bultein de science, Universite de Tarbiat-Moalleme. 5. Heinzelin, J., 1974 : Industries Lithiques du Rud - e - fahraj, publication No. 11- Institute de Geography Universite de Teheran. 6. Institute de la recherche du sol et de l'eau, 1995: publication No. 846, Vezarat Nirou, Kerman. 7. Kardavani, p., 1975 : Shadad to Dehsalm publication No.12, Institute de Geography, Universite de Teheran. 4

5 8. Makhdoum, M., 1992 : Fundamental of land use planning, Teheran University 295 P. 9. Moatamed, A.,1974 : Les problemes Geologiques de la cuvette de Lute, publication No. 11, Institue de Geography, Universite de Teheran. 10. Mobayen, S.,1976 : Structure Geobotanique du Lute Acta-ecological Iranica 1 the National Universite of Iran. 11. Mostofi, A.,1972 : Shadad and Historical Geography of Dasht-Lute, publication No.8, Institute de Geography, Universite de Teheran. Mots clés: zone aride, Iran, Kavir, lutte anti-érosive, érosion hydrique, érosion éolienne, biotique, abiotique, Centre L. Emberger, Prosopis stephanian, désertification Keywords : arid zone, Iran, Kavir, erosion fighting, water erosion, wind erosion, biotic, abiotic, L. Emberger Centre, Prosopis and ephanian, desertification 5

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole.

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. Par Papa Boubacar Soumaré 12 et Massimo Martini 13 Résumé

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Comprendre la formation et la fertilité des sols

Comprendre la formation et la fertilité des sols Comprendre la formation et la fertilité des sols Un sol est constitué d'éléments minéraux et de matières organiques. Il prend naissance à partir de la roche puis évolue sous l'action du climat et de la

Plus en détail

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU M. KOUASSI Jules Venance Assistant au PCCI (Côte d Ivoire) kouassjv2003@yahoo.fr ATELIER REGIONAL SUR L ADAPTATION ACCRA 21 au 23 septembre 2006 INTRODUCTION

Plus en détail

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective L eau souterraine point au 18 mai 2006 Jacques VARET Direction de la Prospective Les ressources en eau et la demande de l humanité > Planète terre : 97% d eau salée 3 % d eau douce dont : 77,2 % : glaciers

Plus en détail

nutrition humaine (dite "affamés de protéines") et la croissance de la population mondiale enregistrée chaque année. Pour relever ce défi,

nutrition humaine (dite affamés de protéines) et la croissance de la population mondiale enregistrée chaque année. Pour relever ce défi, RÉSUMÉ de la thèse de doctorat "OPTIMISATION DE STRUCTURES DE PRODUCTION EN UNE SOCIÉTÉ INTÉGRÉE DE PRODUCTION DE VIANDE DE POULET" développée par Eng. Codruț CIMPOIAȘ La viande de volaille occupe une

Plus en détail

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET.

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET. Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE Article premier OBJET La présente annexe a pour objet de donner des lignes directrices et d'indiquer les

Plus en détail

Techniques culturales de captage des eaux pluviales

Techniques culturales de captage des eaux pluviales KHARMOUCH Mohamed: Ingénieur en Génie Rural Direction de l Irrigation et de l Aménagement de l Espace Agricole Techniques culturales de captage des eaux pluviales PLAN 1- L EAU RESSOURCE RARE 2- PESPECTIVES/LA

Plus en détail

Prise en compte des agricultures en zones humides au sein du 2nd pilier de la PAC

Prise en compte des agricultures en zones humides au sein du 2nd pilier de la PAC Prise en compte des agricultures en zones humides au sein du 2nd pilier de la PAC Journées mondiales des zones humides PNR de Camargue Vendredi 21 février 2014 agro-environnementale des zones humides 1.1

Plus en détail

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois Protection paysagère Outil de protection du patrimoine paysager I. LA PROCEDURE Les communes non couvertes par un PLU ayant mis en place une carte communale ont la possibilité

Plus en détail

Phytostabilisation des sols contaminés en métaux lourds par industrie d extraction de Cu

Phytostabilisation des sols contaminés en métaux lourds par industrie d extraction de Cu Phytostabilisation des sols contaminés en métaux lourds par industrie d extraction de Cu à Lubumbashi Ngoy Shutcha M1, Kamengwa Kissi C1, Mpundu Mubemba M1, Colinet G2, Faucon MP3, Mahy G4, Visser M5,

Plus en détail

Environnement en milieu urbain

Environnement en milieu urbain Environnement en milieu urbain Professeur Djamel Fadel Editions Al-Djazair FADEL Djamel Professeur d'université Environnement en milieu urbain 3 ème Année Licence Aménagement urbain Cours Editions Al-Djazair

Plus en détail

ORLY-SUR-MORIN PLU PROJET D'AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLES ÉTUDES

ORLY-SUR-MORIN PLU PROJET D'AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLES ÉTUDES ORLY-SUR-MORIN PLU PROJET D'AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLES ÉTUDES Document Établi le 25 juillet 2013 La Loi Engagement National pour l'environnement a défini le contenu du Projet d'aménagement

Plus en détail

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement»

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement» Vous avez un projet dans le domaine de l assainissement et vous souhaitez solliciter l appui technique de l association Toilettes Du Monde? Ce questionnaire va nous permettre de mieux cibler votre demande.

Plus en détail

Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse

Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse Les conditions de la sècheresse et les stratégies de l aménagement au Cabo Verde 1. Les domaines

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

Commune de Alix. Révision du PLU. Réunion Publique du 22 Septembre 2011. Diagnostic et PADD

Commune de Alix. Révision du PLU. Réunion Publique du 22 Septembre 2011. Diagnostic et PADD Commune de Alix Révision du PLU Réunion Publique du 22 Septembre 2011 Diagnostic et PADD Le cadre juridique pour élaborer un PLU - La loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) du 13 décembre 2000 -

Plus en détail

Séance technique du CFGI

Séance technique du CFGI Séance technique du CFGI La géothermie de minime importance du 21 mai 2015 Xavier du CHAYLA Directeur de GEOTHER 2/20 rue Salvador Allende 92 000 Nanterre Tel : 01 55 17 16 10 Document protégés par Copyright.

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs

Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs Définition En géomorphologie, l érosion est le processus de dégradation et de transformation du relief qui est causé

Plus en détail

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace 3 outils complémentaires pour connaître les sols en Alsace La base de données régionale sur les sols d Alsace Le guide des sols d Alsace La base de données régionale sur les sols Le réseau de mesure de

Plus en détail

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble 14A Description du modèle de potentiel archéologique 14A.1 Vue d ensemble Les méthodes classiques de reconnaissance pédestre associées aux sondages souterrains représentent la manière la plus précise et

Plus en détail

L'INTERPRÉTATION DES DONNÉES FONDAMENTALES PROVENANT DU RÉSEAU HYDROGÉOLOGIQUE, DANS LE BUT D'ÉTABLIR LE RÉGIME DES EAUX PHRÉATIQUES

L'INTERPRÉTATION DES DONNÉES FONDAMENTALES PROVENANT DU RÉSEAU HYDROGÉOLOGIQUE, DANS LE BUT D'ÉTABLIR LE RÉGIME DES EAUX PHRÉATIQUES L'INTERPRÉTATION DES DONNÉES FONDAMENTALES PROVENANT DU RÉSEAU HYDROGÉOLOGIQUE, DANS LE BUT D'ÉTABLIR LE RÉGIME DES EAUX PHRÉATIQUES I. ENEA, S. TENU ET E. PÎRVANESCU Institut de Recherches Hydrotechniques

Plus en détail

Reliefs et climats du monde

Reliefs et climats du monde Reliefs et climats du monde Matière : Géographie Domaine : Regard sur le Monde Séance 1 Quels sont les reliefs mondiaux? CM2! Objectif(s) de la séance :! Connaître les caractéristiques des reliefs du monde

Plus en détail

L'EAU SOURCE DE VIE, SOURCE D'ENERGIE CYCLES NATUREL ET INFLUENCE DE L'EAU DANS LE BASSIN DU RHÔNE JUSQU'AU LEMAN

L'EAU SOURCE DE VIE, SOURCE D'ENERGIE CYCLES NATUREL ET INFLUENCE DE L'EAU DANS LE BASSIN DU RHÔNE JUSQU'AU LEMAN Bull. Murithienne 112 (1994): 17-21 173' ASSEMBLÉE ANNUELLE DE L'ASSN VERBIER, 22-26 SEPTEMBRE 199

Plus en détail

Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation alimentaire durable

Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation alimentaire durable Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation durable Présenté par : CHALHOUB Habib Directeur de thèse : P. BELOT Robert Co-encadrante : Mme

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Plan. Introduction : étude géographique

Plan. Introduction : étude géographique Problématique Sur un site côtier situé à 100 km au Sud de Dakar, il s agit d assurer les besoins de rafraîchissement pour la conservation des vaccins et médicaments, assurer l éclairage nocturne et d apporter

Plus en détail

La ferme expérimentale de l ADRAO

La ferme expérimentale de l ADRAO La ferme expérimentale de l ADRAO ADRAO/WARDA 01 B.P. 2551 Bouaké 01 Côte d Ivoire Téléphone : (225) 31 63 45 14 Télécopie : (225) 31 63 47 14 Page web: http://www.warda.cgiar.org/ Création et localisation

Plus en détail

Filtre à sable vertical non drainé. Ce document reprend la norme XP DTU 64.1 de Mars 2007.

Filtre à sable vertical non drainé. Ce document reprend la norme XP DTU 64.1 de Mars 2007. Syndicat Interdépartemental de Gestion de l'alagnon et de ses affluents Mise en œuvre des dispositifs d assainissement d non collectif. Filtre à sable vertical non drainé. Ce document reprend la norme

Plus en détail

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE La ville de Cotonou qui compte environ 700000 habitants selon le recensement général de la population et de l'habitat (RGHP) de février 1992) est située dans son

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol MAITRISE DE LA SALINITE DES SOLS Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud

Plus en détail

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y 15 Octobre 1954 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES GEOPHYSIQUES

Plus en détail

dans le cas de l appareil foliaire d une hauteur de 140 cm (9257m 2 /ha) par rapport à l appareil

dans le cas de l appareil foliaire d une hauteur de 140 cm (9257m 2 /ha) par rapport à l appareil RÉSUMÉ La protection phytosanitaire des vignobles représente une des chaînons les plus importantes des systèmes de production viticole (Enoiu I., 2006, Tomoioagă, 2006). Les dépenses liées aux produits

Plus en détail

Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive

Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive Plan Climat Energie Territorial de l agglomération de Brive Forum d ouverture du Plan Climat 4 décembre 2012 Enjeux Climat Energie La demande mondiale en énergie ne cesse d augmenter pas de solution «miracle»

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21

Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21 A. Définition Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21 En juin 1992, 173 pays sont présents à la conférence des Nations Unies à Rio pour discuter sur l Environnement et le Développement. Des déclarations

Plus en détail

Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales

Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales Catalogue des bonnes pratiques de gestion des eaux pluviales et de conservation des sols Atelier pour l élaboration d un catalogue

Plus en détail

Mékong, la mère. de tous les fleuves. Le Mékong s élargit au sud de Luang Prabang, où il inonde régulièrement la région

Mékong, la mère. de tous les fleuves. Le Mékong s élargit au sud de Luang Prabang, où il inonde régulièrement la région 16 Mékong, la mère de tous les fleuves Quatrième fleuve de l Asie par le débit (après le Yangzi Jiang, le Gange- Brahmapoutre et l Ienisseï), le Mékong naît au Tibet. Après avoir contourné l Himalaya,

Plus en détail

L AMENAGEMENT DES TROIS GORGES ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE DE LA CHINE

L AMENAGEMENT DES TROIS GORGES ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE DE LA CHINE L AMENAGEMENT DES TROIS GORGES ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE DE LA CHINE Le barrage des Trois Gorges assure t il vraiment le développement durable de la Chine? I UN AMENAGEMENT DIGNE DE LA GRANDE MURAILLE

Plus en détail

LES ALPES VADÉMÉCUM. Hommes et défis en montagne : brefs instantanés SOMMAIRE CARTES

LES ALPES VADÉMÉCUM. Hommes et défis en montagne : brefs instantanés SOMMAIRE CARTES LES ALPES Hommes et défis en montagne : brefs instantanés VADÉMÉCUM SOMMAIRE Introduction Les Alpes en bref Les Alpes sans frontières L empreinte de l Homme La diversité alpine L évolution de la population

Plus en détail

DRAINER. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3. Les principes de drainage page 2&3. les réseaux de drainage page 4

DRAINER. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3. Les principes de drainage page 2&3. les réseaux de drainage page 4 60.01 DRAINER C O N S E I L C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3 Les principes de drainage page 2&3 les réseaux de drainage page 4 la pose des drains page 4&5 page 1/6 - Fiche Conseil n 60.01

Plus en détail

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Pierre MORTREUX Chambre d Agriculture du Nord Pas de Calais PROSENSOLS.EU Chantiers d arrachage de Objectifs? Contexte Sol de limon argileux sur craie

Plus en détail

L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada?

L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada? L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada? Aperçu de la leçon L'élève doit répondre à la question problème : «L'énergie éolienne permet-elle d'assurer

Plus en détail

À la rescousse d un architecte

À la rescousse d un architecte À la rescousse d un architecte Niveaux : 4 e et 6 e année Matières scolaires : sciences de la nature, français Objectifs de l ERE : les connaissances, la prise de conscience, les compétences. Objectifs

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

Plan de gestion des milieux humides et hydriques:

Plan de gestion des milieux humides et hydriques: Plan de gestion des milieux humides et hydriques: intégration de paramètres «urbains» dans l évaluation de la valeur écologique Juin 2013 Par Virginie Dumont, biol. 1 Plan de présentation 1. Règlementation

Plus en détail

IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase

IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase Energie Solaire SA Version 16.03.2015 ENERGIE SOLAIRE SA www.energie-solaire.com 1/29 Energie Solaire SA: Fondée

Plus en détail

Les Crastes. et Fossés. Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques

Les Crastes. et Fossés. Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques Les Crastes et Fossés Guide d entretien 2013/2014 Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques L entretien par les services municipaux LA TESTE CENTRE CAZAUX

Plus en détail

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE) DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT DE LA CHARENTE SERVICE DE L URBANISME ET DE L HABITAT DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

Plus en détail

Drainage et aménagements hydro-agricoles

Drainage et aménagements hydro-agricoles Drainage et aménagements hydro-agricoles Améliorer nos rendements grâce à l égouttement des sols Rivière-du-Loup, 9 janvier 2013 Par Yves Bédard, ing. MAPAQ, Chaudière-Appalaches UNE PARCELLE CULTIVÉE

Plus en détail

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de la santé publique Service de l aménagement du territoire Service

Plus en détail

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn 25 & 26 septembre 2014 Cité scientifique - Villeneuve d Ascq Gestion et requalification durable des sites et sols pollués: Expériences en Nord - Pas de Calais Comportement de Miscanthus cultivé sur des

Plus en détail

DES TOITURES VERDOYANTES... POUR TOUS! Profitez de la diversité.

DES TOITURES VERDOYANTES... POUR TOUS! Profitez de la diversité. DES TOITURES VERDOYANTES... POUR TOUS! Profitez de la diversité. Quiconque accorde sa place à la Nature profite de ses bienfaits. L aménagement des toits en espace vert apporte beaucoup d avantages directs

Plus en détail

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2-1. Concept du barrage souterrain Le barrage souterrain est un système consistant à retenir des eaux souterraines par un parafouille (corps du barrage) mis en place

Plus en détail

1. Les puits d'infiltration :

1. Les puits d'infiltration : 1. Les puits d'infiltration : Ces dispositifs assurent le transit des eaux de ruissellement vers les couches perméables du sol. Ils sont utilisés essentiellement pour recevoir les eaux de toitures. Le

Plus en détail

C LIMATISATI O N NA T U RE L LE

C LIMATISATI O N NA T U RE L LE R É D U I R E N O T R E C O N S O M M A T I O N D É L E C T R I C I T É C LIMATISATI O N NA T U RE L LE P A R L ES TOITURES VÉG ÉTA LISÉES Sommaire Sommaire... 1 Travail effectué par... 1 Historique...

Plus en détail

Toitures végétalisées : état de la recherche, des expérimentations et des réalisations (Paris)

Toitures végétalisées : état de la recherche, des expérimentations et des réalisations (Paris) Marie DEHAENE Symposium du 24 octobre 2012 Toitures végétalisées : état de la recherche, des expérimentations et des réalisations (Paris) Yann DUSZA Soutenu par le programme «Ignis mutat res» Un outil

Plus en détail

GÉNÉRALITÉS. Adresse : Téléphone : Adresse : Téléphone :

GÉNÉRALITÉS. Adresse : Téléphone : Adresse : Téléphone : SPANC Tel : 03 80 24 58 79 Fax : 03 80 22 72 84 audrey.gaillard@beaune-cote-et-sud.fr Communauté d agglomération BEAUNE CHAGNY NOLAY Service Assainissement 14 rue P. Trinquet 21200 BEAUNE DEMANDE D AUTORISATION

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

Besoins énergétiques et impact environnemental du chauffage des bâtiments résidentiels au Maroc

Besoins énergétiques et impact environnemental du chauffage des bâtiments résidentiels au Maroc Besoins énergétiques et impact environnemental du chauffage des bâtiments résidentiels au Maroc Rachida IDCHABANI 1 *, Mohamed ELGANAOUI 2, Mohamed GAROUM 1 1 Laboratoire d Energie, Matériaux et Environnement,

Plus en détail

Recommandations du séminaire

Recommandations du séminaire UNION DU MAGHREB ARABE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL RABAT Banque Africaine de Développement Le Secrétariat Général de l`uma, avec l`appui de la BAD, a organisé un Séminaire Maghrébin sur l adaptation de l Agriculture,

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Eléments de présentation de la nouvelle réglementation française pour la géothermie de minime importance

Eléments de présentation de la nouvelle réglementation française pour la géothermie de minime importance 30 juin 2015 Auteurs : J. C. MARTIN, P. DURST, F. JAUDIN avec la collaboration du Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Eléments de présentation de la nouvelle réglementation

Plus en détail

«L'eau, c'est la vie» Puits pour le Burkina Faso. Dans les zones rurales, 1 villageois sur 2 n a pas accès à l eau potable

«L'eau, c'est la vie» Puits pour le Burkina Faso. Dans les zones rurales, 1 villageois sur 2 n a pas accès à l eau potable «L'eau, c'est la vie» Puits pour le Burkina Faso Dans les zones rurales, 1 villageois sur 2 n a pas accès à l eau potable Ensemble, améliorons leurs conditions de vie en construisant des puits Financement

Plus en détail

Récupération de l eau de pluie

Récupération de l eau de pluie Récupération de l eau de pluie La station récupère les eaux de pluie. Acte citoyen en France, mesure obligatoire en Belgique, la récupération des eaux de pluie est une alternative très intéressante pour

Plus en détail

Ressource en Eau. Travaux dirigés. 1. Estimation de la recharge des aquifères par bilan hydrique. 2. Cartes piézométriques

Ressource en Eau. Travaux dirigés. 1. Estimation de la recharge des aquifères par bilan hydrique. 2. Cartes piézométriques L1 SVG - UE «Crises et Ressources de la Terre» Ressource en Eau Travaux dirigés 1. Estimation de la recharge des aquifères par bilan hydrique 2. Cartes piézométriques Aude Naveau MCF IC2MP Hydrasa aude.naveau@univ-poitiers.fr

Plus en détail

LA GESTION DE L ENVIRONNEMENT

LA GESTION DE L ENVIRONNEMENT LA GESTION DE L ENVIRONNEMENT Module UN: Jeunes: comprendre votre cadre de vie et participez à sa gestion durable. TERRE DES JEUNES RDC Formation organisée par PLAN NOTIONS SUR L ENVIRONNEMENT - Qu est-ce

Plus en détail

Requête Présentée par

Requête Présentée par République du Sénégal ------------ Ministère de l Environnement, de la Protection de la Nature, des Bassins de rétention et des Lacs Artificiels Direction de l Environnement et des Etablissement classés

Plus en détail

Des systèmes de chauffage avec pompe à chaleur et accumulateur de chaleur pour les construction dans les zones de montagne.

Des systèmes de chauffage avec pompe à chaleur et accumulateur de chaleur pour les construction dans les zones de montagne. Des systèmes de chauffage avec pompe à chaleur et accumulateur de chaleur pour les construction dans les zones de montagne. Formation à la promotion des énergies renouvelables à CEFIDEC Vatra Dornei Dănuţ

Plus en détail

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris Exploitation et valorisation des données pédologiques pour l aménagement à l échelle régionale Christian THIBAULT, directeur de l environnement urbain et rural à l IAURIF Conférence d orientation du Gis

Plus en détail

Observer pour s adapter L exemple du Languedoc Roussillon. Pampelune 6 novembre 2013

Observer pour s adapter L exemple du Languedoc Roussillon. Pampelune 6 novembre 2013 Observer pour s adapter L exemple du Languedoc Roussillon Pampelune 6 novembre 2013 Un constat: le changement climatique va affecter particulièrement de montagnes: une volonté commune des huit régions

Plus en détail

DESCRIPTION DES CLASSES

DESCRIPTION DES CLASSES SYMBOLES DE LA CARTE Les annotations ont été générées à partir du champ PotentielT présent dans la table des polygones ARDA. Le champ PotentielT est un regroupement des champs Class_a, Percent_a, Subclas_a1,

Plus en détail

Diversité du cortège mycorhizien de deux espèces de peuplier dans la région de la Kabylie(Algérie), en rapport avec certains facteurs écologiques.

Diversité du cortège mycorhizien de deux espèces de peuplier dans la région de la Kabylie(Algérie), en rapport avec certains facteurs écologiques. Diversité du cortège mycorhizien de deux espèces de peuplier dans la région de la Kabylie(Algérie), en rapport avec certains facteurs écologiques. Bournine-Harchaoui Chafia ; Adjoud-saddadou Djamila; Benane-Kadi

Plus en détail

L EAU DOUCE : UN ENJEU LOCAL, UN ENJEU MONDIAL

L EAU DOUCE : UN ENJEU LOCAL, UN ENJEU MONDIAL L EAU DOUCE : UN ENJEU LOCAL, UN ENJEU MONDIAL COLLEGE SALINIS 32 AUCH Itinéraire de découverte - Niveau 4ème 2ème semestre 2010-2011 23 élèves Projet axé sur le développement durable Enseignants : Philippe

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE.

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE. REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L AGRICULTURE CRDA DE KEBILI CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE. LE PROJET DE DESSALEMENT DE L EAU PAR L ÉNERGIE

Plus en détail

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise».

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». 4 Intégration du Val d Oise dans la région Situé au nord-ouest de la région Ile de France, le Val

Plus en détail

Marais d Archine. Programme de préservation en faveur de la biodiversité 2013-2017

Marais d Archine. Programme de préservation en faveur de la biodiversité 2013-2017 Marais d Archine Programme de préservation en faveur de la biodiversité 2013-2017 Un programme de gestion pour préserver la biodiversité La biodiversité constitue une ressource fondamentale pour la collectivité.

Plus en détail

RENCONTRES PROFESSIONNELLES RITTMO 22 avril 2010. Sous-titre - date

RENCONTRES PROFESSIONNELLES RITTMO 22 avril 2010. Sous-titre - date RENCONTRES PROFESSIONNELLES RITTMO 22 avril 2010 Sous-titre - date De la reconstitution des sols à la re-végétalisation Rencontres professionnelles de RITTMO - 22 avril 2010 Etat des besoins des collectivités

Plus en détail

Envoi en RAR Vaux-le-Pénil, le 2 5 NOV. 2014

Envoi en RAR Vaux-le-Pénil, le 2 5 NOV. 2014 liberté ' Égalité Fraterttité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PRÉFET DE SEINE-ET-MARNE Direction départementale des territoires de Seine-et-Marne Service environnement et prévention des risques Affaire suivie par

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE Schéma d Aménagement et de Gestion et de des Gestion Eaux de Eaux du bassin du bassin du Loir du Loir Demi-journée d information et d échange sur la thématique «zones Bureau humides la» CLE Le 25 avril

Plus en détail

Le climat et les problèmes d eau

Le climat et les problèmes d eau CHAPITRE 3 Le climat et les problèmes d eau 3.1 INTRODUCTION Au cours des millénaires, l homme a surtout observé de l eau les phénomènes de précipitation etd écoulementdanslescoursd eau,parcequelapluieluitombaitsurlatêteetquel

Plus en détail

Contrôle du traitement à la chaleur NIMP15 par des sondes dans le bois Gabriel ROBERT Mail : gabriel.robert@fcba.fr Tel : 01.40.19.81.

Contrôle du traitement à la chaleur NIMP15 par des sondes dans le bois Gabriel ROBERT Mail : gabriel.robert@fcba.fr Tel : 01.40.19.81. Contrôle du traitement à la chaleur NIMP15 par des sondes dans le bois Gabriel ROBERT Mail : gabriel.robert@fcba.fr Tel : 01.40.19.81.05 FCBA Institut technologique Forêt Cellulose Bois construction Ameublement

Plus en détail

Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type

Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type Ce document et proposé aux particuliers par le Conseil Général de la Manche afin de les guider dans la réalisation

Plus en détail

Interactions forêt et eau : recommandations de gestion forestière pour la qualitéde l'eau

Interactions forêt et eau : recommandations de gestion forestière pour la qualitéde l'eau Interactions forêt et eau : recommandations de gestion forestière pour la qualitéde l'eau Julien Fiquepron, Centre national de la propriété forestière Olivier Picard, CNPF - Eric Toppan, FPF - Aurélien

Plus en détail

Une étude récente le démontre : «PAVATEX isole durablement»

Une étude récente le démontre : «PAVATEX isole durablement» Communiqué de presse Une étude récente le démontre : «PAVATEX isole durablement» La nouvelle brochure «Construire et habiter avec la nature» démontre les nombreux avantages des matériaux isolants en fibres

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC Alaa Maaref Sommaire Introduction Pourquoi évaluer la santé d un lac? Comment évaluer la santé d un lac? Qui doit le faire? Conclusion UN LAC, c'est un organisme vivant!

Plus en détail

Spécifications de contenu informationnel : Données climatologiques issues de la CISS

Spécifications de contenu informationnel : Données climatologiques issues de la CISS Données climatologiques issues de la cartographie interactive pour la surveillance de la sécheresse (CISS) Spécifications de contenu informationnel produite conformément à la norme ISO 19131 Révision :

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Introduction Introduction Sources d EnR Issues du soleil : biomasse solaire thermique et photovoltaïque éolien hydraulique Issues de la chaleur

Plus en détail

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes.

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes. II/ Traitement des eaux (CDI) 1/ Le traitement des eaux à Aix pour les rendre potables Activité TD 1/ Indiquer une station de traitement des eaux de la ville d Aix. http://www.mairie-aixenprovence.fr/article.php3?id_article=60

Plus en détail

Rappels et nouveautés, partie 2

Rappels et nouveautés, partie 2 Le don écologique comme outil de conservation: Rappels et nouveautés, partie 2 Steeve Morasse, biologiste Direction générale de l écologie et de la conservation Ateliers sur la conservation des milieux

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

Influence de l'irrigation goutte a goutte par des eaux chargées sur un sol leger

Influence de l'irrigation goutte a goutte par des eaux chargées sur un sol leger Influence de l'irrigation goutte a goutte par des eaux chargées sur un sol leger Ghrab M., Gargour K., Benthaer H. in Camarda D. (ed.), Grassini L. (ed.). Local resources and global trades: Environments

Plus en détail

Introduction de sable de déchet de marbre dans le béton hydraulique

Introduction de sable de déchet de marbre dans le béton hydraulique 4 Soumis le : 8 Mars Forme révisée acceptée le : Décembre Email de l auteur correspondant : hebhoubhouria@yahoo.fr Nature & Technologie Houria Hebhoub *, Mouloud Belachia * * Université de Skikda BP 6,

Plus en détail