Scientific registration n : 35 Symposium n : 27 Presentation : Poster. SAFAIAN Nosrat, SHOKRI Maryam

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Scientific registration n : 35 Symposium n : 27 Presentation : Poster. SAFAIAN Nosrat, SHOKRI Maryam"

Transcription

1 Scientific registration n : 35 Symposium n : 27 Presentation : Poster Etude de l'influence des activités humaines sur l'érosion du sol dans la zone aride du Sud-Est de l'iran The study of the human activities on soil erosion in arid zone of southern of Iran SAFAIAN Nosrat, SHOKRI Maryam Département de Ressources Naturelles, Université de Mazandaran,B.P.578, Sari - Iran Introduction La cuvette de Lute, située au sud - Est de l' Iran, comprise entre les longitudes 57 a 60 E et les latitudes 28 a 32 N forme un étendue de plus de 160,000 km carrée. Nous avons choisi comme secteur d'étude, Cuvette Takab, la partie sud de la Lute. Cette région est caractérisée par la pauvreté des précipitations, par une sécheresse accrue, par une agitation presque continue de l'air et par une amplitude thermique assez importante. Etude photo - aérienne de la région dans une période de 40 ans ( de 1954 a 1994 ) montre le développement de désert, de 175ha a plus de 3000ha (1). En vue de proposer des solutions pour arrêter le développement de désert et de le contrôler, la connaissance des facteurs favorables et défavorables efficaces la désertification ainsi que la connaissance plantes résistantes et endémiques est très nécessaire. A partir de 1969 les différentes études ont été faites sous la direction d'institut Géographique de l'université de Téhéran en collaboration le C.N.R.S. afin de connaître les régions Arides et Désertes de l'iran (5,7,9,11). Tous les résultats des études récentes montrent le développement de la désertification en Iran. A part les études théoriques, sur le control de la désertification, les différents travaux, comme la plantation malching. ont été également exécutés par les organisations gouvernementales. Nous étudions aussi les approches de ces travaux ainsi que les espèces végétales, en vue de connaître les plus résistantes, et les plus réussies parmi elles. Méthode de l'étude En vue de connaître les facteurs effectifs sur l'érosion du sol et de la désertification, nous avons étudié le climat et le sol en tant que facteurs abiotiques et la végétation, l' homme par ses activités ( culture, pâturage, arrachage ) dans l'unité écologique comme facteurs biotiques.compte tenu des vestiges des activités humaines du passe aussi, nous avons étudie le paléoenvironment de la région. En suite pour ce présent travail, pour 1

2 l'étude de la végétation et du milieu, nous avons applique la méthode proposée par C. E. P. E. / C. N. R. S. (3). Pour déterminer les caractères physiographiques et topographiques, nous avons utilise les photo - aériennes de 1/ En raison de lacune de station climatique dans notre région, nous avons étudies le climat d'après les informations climatiques de stations périphériques, en calculant des gradients,et des relations d une part: température - altitude ; précipitations - altitude d'autre part en procédant le programme Mini - Tab., et pour déterminer le climat, nous avons applique la méthode d' Emberger. En exécutant quelques profils ( 60 cm ) et en faisant des sondage sur le terrain, nous avons évalue Ec et PH du sol et de l'eau et aussi détermine la profondeur du plafond de la nappe. En utilisant la carte Geomorphologique(10) et l'observation du terrain nous avons détermine les caractères géomorphologiques. Les études hydrologiques a été faites en employant les rapports officiels (6). Pour l'étude paléoenvironnement, on s'est servi des sources Mostofi (1972) et Henzlen (1974 ). Etude de la végétation a été faite dans l'unité physionomique et par l'analyse floristique linéaire. Pour connaître la relation de la végétation et du milieu, ainsi que l'étude du Mode d'exploitation et les types d' utilisation des terrains, nous avons emprunte des méthodes proposées par C. E. P. E., C. N. R. S.(3). Les résultats : 1- D'après la méthode d' Emberger il est Arid supérieur chaud. Précipitation annuelle est de 38 mm, Evaporation annuelle est plus de 3500 mm, elle est environs 90 fois plus grande que la précipitation annuelle. Température maximale moyenne est 50, qui s effectue en juillet, Température minimale moyenne est 7 et qui se produit en janvier. Un fort courant d'air chaud et sec venant du nord de la région ( de Lute ) se maintient de juin a octobre. D'après le diagramme pluviothermique de Gaussen et Bagnouls notre région comprend 12 mois durant lesquels les précipitations mensuelles sont plus faibles que la double des températures. 2- La synthèse géologique générale montre que la plaine, a faible pente, est parsemé de cailloux et traversée par un dense réseau hydrographique qui ne sont inondes que pendant les crues et généralement secs avec efflorescence saline et avec les polygones de dessèchement des limons argileux; les tailles des blocs diminuent vers la dépression, au débouches des torrents elles atteignent même 2 a 3 mètres, pour finir aux galets de 5 a 10 cm a la limite de la plaine. 3- Les sols sont peu évolués, souvent on trouve une couche dure et cimente, sales jusqu'a 50cm de profondeur du sol, ils sont salins et alcalins. La quantité de sodium, carbonates, bicarbonates et calcaires de sol est bien élevée. Erosion de sol, hydrique et éolienne, est bien visible. Une sorte d'érosion qui s'appelle klute représente une forte érosion hydro - éolienne et est très remarquable. Le vent et l'eau salée sont les principaux facteurs de formation de cette forme la. 2

3 4- Etude hydrologique montre que l'exploitation de l' eau dans la région est plus grande que son renouvellement. La quantité de puisement d'eau de la région est environ de 65 million mètre cube que durant les années de sécheresse la consommation dépasse de 3million mètre cube la quantité renouvelable. Avec l' augmentation de l'exploitation et le fossoyage des puits profonds, le niveau des minerais dépasse de 800 mg / Lit a 1166 mg / Lit et augmente ainsi la salinte et l'amertume. Dans les régions de basse altitudes le niveau de salinte descend jusqu'a micromohs/cm. 5- Analyse floristique montre que la couverture végétale est plus élevée dans l'endroit ou la profondeur du plafond de nappe est assez élevée. Parmi les espèces végétales qui se trouvent dans cette situation, sont les suivantes: Tamarix Bakhtiarica, Tamarix kermanensis, Tamarix stricta, Prosopis spicigera, Haloxylon spp. Tamaricetum et prosopisetum forment les types végétales dominantes dans la région d'étude. L' analyse floristique dans chaque type montre: une densité moyenne de 68 pieds / ha avec une couverture relative de % 5.3 dans le type de Tamaricetum,et une densité moyenne de 580 pieds / ha avec une couverture relative de % 29 dans le type de prosopisetum spicigera. Regeneratios des plantes sont rarement observées. 6- Etude auto-écologique de certaines espèces végétales montre que la plantation de Tamarix bakhtiarica, Tamarix kermanensis et Haloxylon ammodendron ceux qui sont parmi les espèces endémiques, ont bien réussi a l'endroit ou le niveau de l'eau sous terrain est élevé. Les espèces Haloxylon persicum, Haloxylon aphyllum, Atriplex leucoclada et Tamarix stricta ont été sèche après quelques temps. Prosopis stephaniana semble être une espèce envahissante après chaque dégradation mécanique. cette plante a une forte capacité qui empêche la désertification. Le développement des organes sous - terrain de cette espèce, est environ de 50 fois plus grand que les organes aériens, ce qui prouve ses effort pour trouver de l'eau et les éléments nutritifs. 7- I1 existe plus de 77 villages qui rassemblent 837 familles d'une population de 5042 habitants qui s' occupent de l'agriculture et de l'horticulture et de l'élevage traditionnel (2). Les terrains agricoles sont environs 458 ha.la culture irriguée comprennent: le blé l'orge, la luzerne et henne ( Lawsonia inermis ). 616 ha en jardin, contient les arbres frutières dattier et limonier, citronnier, oranger doux. Animaux domestiques sont têtes: 4000 tête de moutons, 5485 tête de chèvres et 2845 tête de boeuf. Le chauffage des habitants est pourvu par des plantes. 8- Etude préhistorique de ce dernier a fait l'objet de brillantes de couvertes d'art et de civilisation ancienne. Etude paleoenvironment confirme l'existence d'une eau courante et le rassemblement de la population des hommes primaires ( Henzlen 1971). La découverte de certaines industrie lithiques nous démontre que la région été habite par des hommes depuis longtemps et a été couverte par les arbres. Les ruines et les vestiges de l'habitat du passe qui se trouvent a un niveau très peu profond parait très significatif. 3

4 Conclusion: 1) Les conditions climatiques défavorables du sol, de la géologie et la situation géomorphologique constituent les causes principales de la désertification de la région étudiée et l'immigration de la population des habitant vers les marges du désert. 2) Par suite de l'augmentation de la population de la marge du désert et la transformation des pâturages en terrain agricoles, le puisement sous terrain d'eaux ainsi que l'arrachage et l'exploitation intensif des sources naturelles font constamment développer la désertification. 3) Les sols de la région sont devenus salins et alcalins et par la nature et par l' homme. Le manque des matières organiques du sol a affecte et les propriétés chimiques ( la pauvreté nutritive ) et les propriétés physiques ( dureté et rigidité du sol ), de sorte que dans l ensemble les sols fertiles et convenables de la région étudiée sont très rares et existe beaucoup de restrictions pour l'existence et la croissance Végétatives. 4) Erosion hydrique et éolienne dominent la région, une sorte d'érosion hydro - éolienne intensive suscite une formation exceptionnelle des klutes probablement les sables fins déposes de la plus faible altitude de la région étudiée ( Cuvette Takab, sont a l'origine des sables mouvantes. 5) Apparition des vestiges archéologiques de la région montre la propriété du passe de elle - ci et sa disparition est probablement due a la négligence du respect climatique de l'environnement. L'existence de ces vestiges ( cimetières et ossements ) au niveau du sol et de très peu profondeur démontre l'intensité de l'érosion du sol de la région. 6) La baisse du niveau de l'eau est la cause de la sécheresse des plantes suivantes: Tamarix stricta, et Prosopis spicigera pour créer l'espace vert et le développement de la couverture végétale, la culture des espèces suivantes est consaille: Tamarix bakhtiarica, Tamarix kermanensis, Haloxylon ammodendron et Prosopis spicigera 7) Il faut empêcher l'arrachage de Prosopis stephaniana en tant que plante nuisible et son utilisation combustible. La présence active de cette plante fait résister la nature a la désertification. 8) Actuellement la négligence au potentiel écologique de la région et l'utilisation inconvenable de l'eau, du sol et des végétation de la région aura une conséquence désastreuse. Bibliographie : 1. Anjomchoa, R. 1995: Desertification a chahdad, 2em conference national de la desertification, (en farsi). 2. Fecharaki, P., 1977 : Les vilages de la partie sude de la Lute, Universite de Teheran. 3. Godron, M. et al : code pur le releve methodique de la vegetation et du milieu,c.n.r.s., Paris, 292 P. 4. Gorbanli, M. et H. Touraniazad, 1994 : Etude de la germination et resistance du sol de prosopis koelziana, Bultein de science, Universite de Tarbiat-Moalleme. 5. Heinzelin, J., 1974 : Industries Lithiques du Rud - e - fahraj, publication No. 11- Institute de Geography Universite de Teheran. 6. Institute de la recherche du sol et de l'eau, 1995: publication No. 846, Vezarat Nirou, Kerman. 7. Kardavani, p., 1975 : Shadad to Dehsalm publication No.12, Institute de Geography, Universite de Teheran. 4

5 8. Makhdoum, M., 1992 : Fundamental of land use planning, Teheran University 295 P. 9. Moatamed, A.,1974 : Les problemes Geologiques de la cuvette de Lute, publication No. 11, Institue de Geography, Universite de Teheran. 10. Mobayen, S.,1976 : Structure Geobotanique du Lute Acta-ecological Iranica 1 the National Universite of Iran. 11. Mostofi, A.,1972 : Shadad and Historical Geography of Dasht-Lute, publication No.8, Institute de Geography, Universite de Teheran. Mots clés: zone aride, Iran, Kavir, lutte anti-érosive, érosion hydrique, érosion éolienne, biotique, abiotique, Centre L. Emberger, Prosopis stephanian, désertification Keywords : arid zone, Iran, Kavir, erosion fighting, water erosion, wind erosion, biotic, abiotic, L. Emberger Centre, Prosopis and ephanian, desertification 5

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol MAITRISE DE LA SALINITE DES SOLS Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud

Plus en détail

Prise en compte des agricultures en zones humides au sein du 2nd pilier de la PAC

Prise en compte des agricultures en zones humides au sein du 2nd pilier de la PAC Prise en compte des agricultures en zones humides au sein du 2nd pilier de la PAC Journées mondiales des zones humides PNR de Camargue Vendredi 21 février 2014 agro-environnementale des zones humides 1.1

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

PEDOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE MADIAMA

PEDOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE MADIAMA ETUDE MORPHO-PEDOLOGIQUE PEDOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE MADIAMA Dioni Lassana 1 et Oumar Badini 2 1 Institut d Economie Rurale (IER), Sotuba, Mali 2 Washington State University, Pullman, Washington, USA

Plus en détail

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE La ville de Cotonou qui compte environ 700000 habitants selon le recensement général de la population et de l'habitat (RGHP) de février 1992) est située dans son

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole.

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. Par Papa Boubacar Soumaré 12 et Massimo Martini 13 Résumé

Plus en détail

Influence de l'irrigation goutte a goutte par des eaux chargées sur un sol leger

Influence de l'irrigation goutte a goutte par des eaux chargées sur un sol leger Influence de l'irrigation goutte a goutte par des eaux chargées sur un sol leger Ghrab M., Gargour K., Benthaer H. in Camarda D. (ed.), Grassini L. (ed.). Local resources and global trades: Environments

Plus en détail

La ferme expérimentale de l ADRAO

La ferme expérimentale de l ADRAO La ferme expérimentale de l ADRAO ADRAO/WARDA 01 B.P. 2551 Bouaké 01 Côte d Ivoire Téléphone : (225) 31 63 45 14 Télécopie : (225) 31 63 47 14 Page web: http://www.warda.cgiar.org/ Création et localisation

Plus en détail

Filtre à sable vertical drainé. Ce document reprend la norme XP DTU 64.1 de Mars 2007.

Filtre à sable vertical drainé. Ce document reprend la norme XP DTU 64.1 de Mars 2007. Syndicat Interdépartemental de Gestion de l'alagnon et de ses affluents Mise en œuvre des dispositifs d assainissement d non collectif. Filtre à sable vertical drainé. Ce document reprend la norme XP DTU

Plus en détail

Science et technologie ST. Univers Terre et espace. Nom: groupe:

Science et technologie ST. Univers Terre et espace. Nom: groupe: Science et technologie ST Univers Terre et espace Nom: groupe: Tiré d'observatoire, Julie Trottier, Avril 2012 1. Les minéraux Les minéraux (un minéral) sont des éléments ou des composés chimiques qui

Plus en détail

Commune d'annet-sur-marne

Commune d'annet-sur-marne PREFECTURE DE SEINE ET MARNE DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L'EQUIPEMENT PROJET SERVICE ETUDES ET PROSPECTIVE Commune d'annet-sur-marne ------------- Plan de Prévention des Risques Naturels prévisibles (PPR)

Plus en détail

Prospection de zones pour la production de Semence de Pomme de Terre Projet SAGRODEV

Prospection de zones pour la production de Semence de Pomme de Terre Projet SAGRODEV Prospection de zones pour la production de Semence de Pomme de Terre Projet SAGRODEV Introduction Cette étude de diagnostic a été réalisée suite à une demande exprimée par le Président Directeur Général

Plus en détail

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement»

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement» Vous avez un projet dans le domaine de l assainissement et vous souhaitez solliciter l appui technique de l association Toilettes Du Monde? Ce questionnaire va nous permettre de mieux cibler votre demande.

Plus en détail

Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales

Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales Catalogue des bonnes pratiques de gestion des eaux pluviales et de conservation des sols Atelier pour l élaboration d un catalogue

Plus en détail

Requête Présentée par

Requête Présentée par République du Sénégal ------------ Ministère de l Environnement, de la Protection de la Nature, des Bassins de rétention et des Lacs Artificiels Direction de l Environnement et des Etablissement classés

Plus en détail

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace 3 outils complémentaires pour connaître les sols en Alsace La base de données régionale sur les sols d Alsace Le guide des sols d Alsace La base de données régionale sur les sols Le réseau de mesure de

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION EN "GESTION DE TERROIRS ET AGROÉCOLOGIE"

OFFRE DE FORMATION EN GESTION DE TERROIRS ET AGROÉCOLOGIE ASSOCIATION NATIONALE D ACTIONS ENVIRONNEMENTALES (A.N.A.E.) OFFRE DE FORMATION EN "GESTION DE TERROIRS ET AGROÉCOLOGIE" Janvier 2015 Lot II Y 39A Bis Ampasanimalo Antananarivo Tél 020 22 680 36-032 40

Plus en détail

Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire. Description :

Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire. Description : Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire L habitat principal est l habitat qui est en surface le plus représenté dans la zone décrite. L habitat secondaire est décrit

Plus en détail

DEPARTEMENT D ILLE ET VILAINE COMMUNE DE MONTFORT SUR MEU. Inventaire des zones humides sur les futures parcelles urbanisables.

DEPARTEMENT D ILLE ET VILAINE COMMUNE DE MONTFORT SUR MEU. Inventaire des zones humides sur les futures parcelles urbanisables. DEPARTEMENT D ILLE ET VILAINE COMMUNE DE MONTFORT SUR MEU 1 Inventaire des zones humides sur les futures parcelles urbanisables Annexe jointe : atlas cartographique Septembre 2009 2 Etude réalisée par

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif DIRECTION DE L EQUIPEMENT RURAL ET DE L AGRICULTURE Service d Assistance à l Assainissement Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif GÉNÉRALITÉS Demandeur

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

dans le cas de l appareil foliaire d une hauteur de 140 cm (9257m 2 /ha) par rapport à l appareil

dans le cas de l appareil foliaire d une hauteur de 140 cm (9257m 2 /ha) par rapport à l appareil RÉSUMÉ La protection phytosanitaire des vignobles représente une des chaînons les plus importantes des systèmes de production viticole (Enoiu I., 2006, Tomoioagă, 2006). Les dépenses liées aux produits

Plus en détail

COMPTE RENDU DE VISITE DE SITE EOLIEN ETANG SAUMATRE HAITI DU 03 JUIN 2006

COMPTE RENDU DE VISITE DE SITE EOLIEN ETANG SAUMATRE HAITI DU 03 JUIN 2006 COMPTE RENDU DE VISITE DE SITE EOLIEN ETANG SAUMATRE HAITI DU 03 JUIN 2006 Juillet 2006 1 / 17 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 INTRODUCTION... 3 BUT DE LA VISITE DE SITE... 4 SYNTHESE... 5 CONCLUSION... 12 2 /

Plus en détail

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois Protection paysagère Outil de protection du patrimoine paysager I. LA PROCEDURE Les communes non couvertes par un PLU ayant mis en place une carte communale ont la possibilité

Plus en détail

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2-1. Concept du barrage souterrain Le barrage souterrain est un système consistant à retenir des eaux souterraines par un parafouille (corps du barrage) mis en place

Plus en détail

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE Konrad Schreiber Institut de l Agriculture Durable 1 2 LA MISE À NU DES SOLS POSE D ÉNORMES PROBLÈMES ENVIRONNEMENTAUX

Plus en détail

Séance technique du CFGI

Séance technique du CFGI Séance technique du CFGI La géothermie de minime importance du 21 mai 2015 Xavier du CHAYLA Directeur de GEOTHER 2/20 rue Salvador Allende 92 000 Nanterre Tel : 01 55 17 16 10 Document protégés par Copyright.

Plus en détail

Fiche HYDRAULIQUE. Pourquoi un caniveau. Pour évacuer rapidement l eau de pluie

Fiche HYDRAULIQUE. Pourquoi un caniveau. Pour évacuer rapidement l eau de pluie Fiche HYDRAULIQUE Pourquoi un caniveau Pour évacuer rapidement l eau de pluie Lors de la réalisation de grands espaces imperméabilisés, les maîtres d œuvre sont confrontés aux problèmes de l évacuation

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol G E N E R A L I T E S Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud Janvier

Plus en détail

DES TOITURES VERDOYANTES... POUR TOUS! Profitez de la diversité.

DES TOITURES VERDOYANTES... POUR TOUS! Profitez de la diversité. DES TOITURES VERDOYANTES... POUR TOUS! Profitez de la diversité. Quiconque accorde sa place à la Nature profite de ses bienfaits. L aménagement des toits en espace vert apporte beaucoup d avantages directs

Plus en détail

Nom : Groupe : La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau.

Nom : Groupe : La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau. Nom : Groupe : Date : THÉORIE UNIVERS TERRE-ESPACE, ST-STE, 4 e secondaire La lithosphère La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau.

Plus en détail

Reliefs et climats du monde

Reliefs et climats du monde Reliefs et climats du monde Matière : Géographie Domaine : Regard sur le Monde Séance 1 Quels sont les reliefs mondiaux? CM2! Objectif(s) de la séance :! Connaître les caractéristiques des reliefs du monde

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

F 11 Terres rouges. Sylvoécorégion

F 11 Terres rouges. Sylvoécorégion Sylvoécorégion F 11 Terres rouges Caractéristiques particulières à la SER Les Terres Rouges, au substratum constitué d argiles rouges de décalcification riches en silex, se distinguent nettement des terrains

Plus en détail

Environnement en milieu urbain

Environnement en milieu urbain Environnement en milieu urbain Professeur Djamel Fadel Editions Al-Djazair FADEL Djamel Professeur d'université Environnement en milieu urbain 3 ème Année Licence Aménagement urbain Cours Editions Al-Djazair

Plus en détail

épandage en terrain pentu. Ce document reprend la norme XP DTU 64.1 de Mars 2007.

épandage en terrain pentu. Ce document reprend la norme XP DTU 64.1 de Mars 2007. Syndicat Interdépartemental de Gestion de l'alagnon et de ses affluents Mise en œuvre des dispositifs d assainissement d non collectif. Tranchées d éd épandage en terrain pentu. Ce document reprend la

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE Schéma d Aménagement et de Gestion et de des Gestion Eaux de Eaux du bassin du bassin du Loir du Loir Demi-journée d information et d échange sur la thématique «zones Bureau humides la» CLE Le 25 avril

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement LES CARACTÉRISTIQUES DU SOL ET DE LA PARCELLE Maggy HOVERTIN MATRIciel Objectifs de la présentation Définir

Plus en détail

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle Méthodes innovantes d amélioration sylvo-pastorale: Le cas du projet de lutte participative contre la désertification et de réduction de la pauvreté dans les écosystèmes arides et semi-arides des hauts

Plus en détail

16- Grand lac Shaw Portrait 2006

16- Grand lac Shaw Portrait 2006 Grand lac Shaw 16- Grand lac Shaw Portrait 2006 16.1 Localisation et description physique du Grand lac Shaw : Municipalité St-Narcisse-de- Rimouski Bassin versant (sous-bassin) Tenure Altitude (m) Latitude

Plus en détail

Estimation de l évapotranspiration à partir des images aéroportées et satellitaires à Montréal. Présentée par LEKOUCH Imad

Estimation de l évapotranspiration à partir des images aéroportées et satellitaires à Montréal. Présentée par LEKOUCH Imad Estimation de l évapotranspiration à partir des images aéroportées et satellitaires à Montréal Présentée par LEKOUCH Imad Pr. Yves Baudouin Le 27-03-2014 Plan INTRODUCTION Évapotranspiration (ETP) Landsat-8

Plus en détail

11- LE MILIEU PHYSIQUE

11- LE MILIEU PHYSIQUE 11- LE MILIEU PHYSIQUE Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 181 11.1 LE RELIEF DE PLAINE ALLUVIALE Clichy est située dans la plaine alluviale de la Seine. C est une commune de configuration

Plus en détail

DRAINER. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3. Les principes de drainage page 2&3. les réseaux de drainage page 4

DRAINER. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3. Les principes de drainage page 2&3. les réseaux de drainage page 4 60.01 DRAINER C O N S E I L C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3 Les principes de drainage page 2&3 les réseaux de drainage page 4 la pose des drains page 4&5 page 1/6 - Fiche Conseil n 60.01

Plus en détail

LES ROCHES. 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G.

LES ROCHES. 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G. LES ROCHES 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G. Cuvelier page 1 b) Les roches, matériaux de construction : Cours de géographie

Plus en détail

16.17 OCCUPATION DES RIVES, DU LITTORAL ET DES PLAINES INONDABLES DES LACS ET COURS D EAU

16.17 OCCUPATION DES RIVES, DU LITTORAL ET DES PLAINES INONDABLES DES LACS ET COURS D EAU 16.17 OCCUPATION DES RIVES, DU LITTORAL ET DES PLAINES INONDABLES DES LACS ET COURS D EAU 16.17.1 Généralité 16.17.2 Objectifs Toutes les rives, le littoral et les plaines inondables des lacs et cours

Plus en détail

Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs

Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs Définition En géomorphologie, l érosion est le processus de dégradation et de transformation du relief qui est causé

Plus en détail

La forêt française. Rhône-Alpes. Les résultats issus des campagnes d'inventaire 2005 à 2009. Les résultats pour la région

La forêt française. Rhône-Alpes. Les résultats issus des campagnes d'inventaire 2005 à 2009. Les résultats pour la région La forêt française Les résultats issus des campagnes d'inventaire 2005 à 2009 Les résultats pour la région Rhône-Alpes 2 TOME Rhône-Alpes : les résultats régionaux Sommaire 1 La région Rhône-Alpes 1.1

Plus en détail

CIPEL Plan d action 2011-2020 Tableau de bord technique 2014

CIPEL Plan d action 2011-2020 Tableau de bord technique 2014 Objectifs du plan d action 2011-2020 Dans le domaine agricole, le plan d action vise principalement à réduire les apports en phosphore dans les eaux par ruissellement ou érosion et à limiter les apports

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

Plus de production avec moins d eau

Plus de production avec moins d eau Equipe du projet : Le fondateur et le gérant de l entreprise Chahtech SA est le Dr. Pr. Chahbani Bellachheb qui est aussi l inventeur du diffuseur enterré. Il a quitté son poste d enseignant chercheur

Plus en détail

ANNEXE 3 RAPPORT D ETUDES AGRO-PEDOLOGIQUES. 18 Décembre 2013

ANNEXE 3 RAPPORT D ETUDES AGRO-PEDOLOGIQUES. 18 Décembre 2013 ANNEXE 3 RAPPORT D ETUDES AGRO-PEDOLOGIQUES 18 Décembre 2013 Etablissement Public Paris-Saclay ARTELIA ZAC du Moulon Délimitation, cartographie et caractérisation pédologique des zones humides Rapport

Plus en détail

DEFINITION D UN RESEAU DE SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX SOUTERRAINES DANS LE PERIMETRE DU N FIS (REGION DE MARRAKECH)

DEFINITION D UN RESEAU DE SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX SOUTERRAINES DANS LE PERIMETRE DU N FIS (REGION DE MARRAKECH) DEFINITION D UN RESEAU DE SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX SOUTERRAINES DANS LE PERIMETRE DU N FIS (REGION DE MARRAKECH) INTRODUCTION ET PROBLEMATIQUE L aménagement hydro agricole du périmètre du N fis (Région

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

Les toitures végétalisées : un apport de biodiversité en ville? Anne-Laure Benoit

Les toitures végétalisées : un apport de biodiversité en ville? Anne-Laure Benoit Les toitures végétalisées : un apport de biodiversité en ville? Anne-Laure Benoit Observatoire Départemental de la Biodiversité Urbaine Département de la Seine-Saint-Denis 1. Eléments de contexte 2. Rappel

Plus en détail

Projet de résolution X.15

Projet de résolution X.15 10 e Session de la Conférence des Parties à la Convention sur les zones humides (Ramsar, Iran, 1971) «Notre santé dépend de celle des zones humides» Changwon, République de Corée, 28 octobre au 4 novembre

Plus en détail

Beaune FRANCE VIEILLES VIGNES. GRÉ g OI R E BICH O T. Beaune. Beaune. Beaune 1 Cru. N uits-saint-g eorges 1 Cru LES CROTS. Chablis

Beaune FRANCE VIEILLES VIGNES. GRÉ g OI R E BICH O T. Beaune. Beaune. Beaune 1 Cru. N uits-saint-g eorges 1 Cru LES CROTS. Chablis Village : Climat classé : Les Bons Feuvres «Vieilles Vignes» Encépagement : Pinot Noir 1 Cru Vignoble : Situé à l ouest des Hospices de (Hôtel-Dieu) proche de la délimitation de l aire d appellation Pommard

Plus en détail

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3 La notion de flux thermique La conductance La résistance La convection Principe physique L'effet thermosiphon Nicolas.ixier@grenoble.archi.fr Architectes

Plus en détail

À la rescousse d un architecte

À la rescousse d un architecte À la rescousse d un architecte Niveaux : 4 e et 6 e année Matières scolaires : sciences de la nature, français Objectifs de l ERE : les connaissances, la prise de conscience, les compétences. Objectifs

Plus en détail

Prénom :... NOM :... Afrique du Sud, Objet souvenir du mois : Le thé Rooibos

Prénom :... NOM :... Afrique du Sud, Objet souvenir du mois : Le thé Rooibos Prénom :................................ NOM :............................... Afrique du Sud, Objet souvenir du mois : Le thé Rooibos Présentation : Le rooibos est un arbuste sud-africain dont les feuilles

Plus en détail

Bulletin Mensuel du Centre de Prévision et d Applications Climatiques de l IGAD avril 2014 1. ACTUALITES

Bulletin Mensuel du Centre de Prévision et d Applications Climatiques de l IGAD avril 2014 1. ACTUALITES Bulletin Mensuel du Centre de Prévision et d Applications Climatiques de l IGAD avril 2014 1. ACTUALITES Des conditions presque normales à humides ont été enregistrées dans une grande partie du secteur

Plus en détail

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris Exploitation et valorisation des données pédologiques pour l aménagement à l échelle régionale Christian THIBAULT, directeur de l environnement urbain et rural à l IAURIF Conférence d orientation du Gis

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Diversité du cortège mycorhizien de deux espèces de peuplier dans la région de la Kabylie(Algérie), en rapport avec certains facteurs écologiques.

Diversité du cortège mycorhizien de deux espèces de peuplier dans la région de la Kabylie(Algérie), en rapport avec certains facteurs écologiques. Diversité du cortège mycorhizien de deux espèces de peuplier dans la région de la Kabylie(Algérie), en rapport avec certains facteurs écologiques. Bournine-Harchaoui Chafia ; Adjoud-saddadou Djamila; Benane-Kadi

Plus en détail

Les Toitures Végétales

Les Toitures Végétales Projet Personnel Encadré Fdgfg Les Toitures Végétales Morgan BENIGAUD Projet Personnel Encadré Année 2013-2014 2013 Conception Préliminaire Introduction sur les toitures végétales La France est un pays

Plus en détail

Techniques culturales de captage des eaux pluviales

Techniques culturales de captage des eaux pluviales KHARMOUCH Mohamed: Ingénieur en Génie Rural Direction de l Irrigation et de l Aménagement de l Espace Agricole Techniques culturales de captage des eaux pluviales PLAN 1- L EAU RESSOURCE RARE 2- PESPECTIVES/LA

Plus en détail

Toitures végétalisées : état de la recherche, des expérimentations et des réalisations (Paris)

Toitures végétalisées : état de la recherche, des expérimentations et des réalisations (Paris) Marie DEHAENE Symposium du 24 octobre 2012 Toitures végétalisées : état de la recherche, des expérimentations et des réalisations (Paris) Yann DUSZA Soutenu par le programme «Ignis mutat res» Un outil

Plus en détail

INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS)

INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS) 1 Géologie, géotechnique, risques naturels, hydrogéologie, environnement et services scientifico-techniques INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS) INTERPRETATION DES

Plus en détail

CHOISISSEZ LA NATURE SUR VOTRE TOIT

CHOISISSEZ LA NATURE SUR VOTRE TOIT Systèmes de toitures vertes CHOISISSEZ LA NATURE SUR VOTRE TOIT Les toits verts offrent un environnement plus sain et plus agréable! Général Les toitures vertes sont des toitures dont la pente ou la plateforme

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

Isolation grâce à l air immobile

Isolation grâce à l air immobile Principes / La structure idéale 44 La structure idéale Schutz im Winter Rücktrocknung im Sommer L efficacité de toutes les isolations thermiques repose sur les inclusions d air dans le matériau isolant

Plus en détail

Conférencier : Matane MRC de La Mitis. Le cadre réglementaire relatif aux milieux riverains du fleuve Saint-Laurent

Conférencier : Matane MRC de La Mitis. Le cadre réglementaire relatif aux milieux riverains du fleuve Saint-Laurent Conférencier : Paul Logo Gingras, MRC de urbaniste Matane MRC de La Mitis Le cadre réglementaire relatif aux milieux riverains du fleuve Saint-Laurent La mise en place des cadres légaux et réglementaires

Plus en détail

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES Service : Contact Courriel: Objet Assainissement Non Collectif Sophie Ramette Vincent Brébant Cahier des charges étude de définition (D3) ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

Plus en détail

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES MINISTÈRE DE L'INDUSTRIE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL B.P. 6(X)9-45060 Orléans Cedex - Tél.: (38) 63.80.01 DEPARTEMENT DE LA CHARENTE CARTE DE VULNERABILITE

Plus en détail

Application des Directives PAP/CAR pour le contrôle de l érosion et de la désertification dans le Bassin Versant de l Oued Ermel (Tunisie)

Application des Directives PAP/CAR pour le contrôle de l érosion et de la désertification dans le Bassin Versant de l Oued Ermel (Tunisie) Application des Directives PAP/CAR pour le contrôle de l érosion et de la désertification dans le Bassin Versant de l Oued Ermel (Tunisie) Travail réalisé par : Attia Rafla, Agrébaoui Sadok, Hamrouni Hédi

Plus en détail

Cadre écologique national pour le Canada (v2.2) Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131

Cadre écologique national pour le Canada (v2.2) Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131 Cadre écologique national pour le Canada (v2.2) Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131 Révision : A Page 1 de 39 Spécifications de contenu informationnel -

Plus en détail

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y 15 Octobre 1954 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES GEOPHYSIQUES

Plus en détail

HAGA AG Naturbaustoffe, Hübelweg 1, CH-5102 Rupperswil Téléphone +41 (0)62 897 41 41, Fax +41 (0)62 897 26 30, info@haganatur.ch, www.haganatur.

HAGA AG Naturbaustoffe, Hübelweg 1, CH-5102 Rupperswil Téléphone +41 (0)62 897 41 41, Fax +41 (0)62 897 26 30, info@haganatur.ch, www.haganatur. HAGA AG Naturbaustoffe, Hübelweg 1, CH-5102 Rupperswil Téléphone +41 (0)62 897 41 41, Fax +41 (0)62 897 26 30, info@haganatur.ch, www.haganatur.ch HAGA BIOTHERM L enduit de fond d isolation, de déshumidification

Plus en détail

Calcul d'un vase d'expansion Flexcon pour des installations de chauffage central avec membrane fixe ou interchangeable

Calcul d'un vase d'expansion Flexcon pour des installations de chauffage central avec membrane fixe ou interchangeable Calcul du vase pour des installations de chauffage central Calcul d'un vase d'expansion Flexcon pour des installations de chauffage central avec membrane fixe ou interchangeable Notions de base pour le

Plus en détail

Plan de prévention des risques de mouvements de terrain (PPRMT) consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols

Plan de prévention des risques de mouvements de terrain (PPRMT) consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols Plan de prévention des risques de mouvements de terrain (PPRMT) consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols Réunion publique du 17 janvier 2012 Le PPRMT actuellement soumis à enquête publique,

Plus en détail

Petits ouvrages hydrauliques et continuité piscicole

Petits ouvrages hydrauliques et continuité piscicole Petits ouvrages hydrauliques et continuité piscicole Choix, dimensionnement, installation et équipement des ouvrages de franchissement hydrauliques (OH) : prescriptions règlementaires, méthodes préconisées

Plus en détail

Présentation des investigations et études géotechniques

Présentation des investigations et études géotechniques Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Présentation des investigations et études géotechniques Frédéric DURAND Journée du 20 octobre 2009 1 Sommaire Préambule sur les modules

Plus en détail

Sable grossier Argile différentes. On peut distinguer : le sable grossier et les petits cailloux ; le sable fin ; le limon ; l argile.

Sable grossier Argile différentes. On peut distinguer : le sable grossier et les petits cailloux ; le sable fin ; le limon ; l argile. Référence 3 Résumé Le sol est souvent le capital principal pour les producteurs en Afrique subsaharienne. Cette référence technique présente les différents types de sol, leurs caractéristiques et des indicateurs

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

Demande d'autorisation pour l'installation d'un dispositif d'assainissement Autonome

Demande d'autorisation pour l'installation d'un dispositif d'assainissement Autonome Commune de : Date de réception du dossier Numéro du dossier : Demande d'autorisation pour l'installation d'un dispositif d'assainissement Autonome G E N E R A L I T E S Demandeur: Nom:...Prénom:... Adresse......

Plus en détail

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise».

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». 4 Intégration du Val d Oise dans la région Situé au nord-ouest de la région Ile de France, le Val

Plus en détail

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol?

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Introduction La vie végétale et animale, telle que nous la connaissons, n'existerait pas sans la terre fertile qui forme à la

Plus en détail

CALCUL DU BILAN D'UNE PISCINE OU D'UN BASSIN

CALCUL DU BILAN D'UNE PISCINE OU D'UN BASSIN CALCUL DU BILAN D'UNE PISCINE OU D'UN BASSIN 1 Objet Calcul du bilan thermique et du dégagement d'eau à la surface d'un bassin ou d'une piscine intérieur ou extérieur. 2 Principe Méthode 2.1 Données 2.1.1

Plus en détail

CHAPITRE 19 USAGES INDUSTRIELS, D INFRASTRUCTURES ET DE CONTRAINTES

CHAPITRE 19 USAGES INDUSTRIELS, D INFRASTRUCTURES ET DE CONTRAINTES CHAPITRE 19 USAGES INDUSTRIELS, D INFRASTRUCTURES ET DE CONTRAINTES 19.1 DIMENSIONS MINIMALES D UN BÂTIMENT PRINCIPAL INDUSTRIEL 19.1.1 Superficie Lorsqu elle n est pas précisée au cahier des spécifications,

Plus en détail

PRESENTATION PHYSIQUE DU SENEGAL

PRESENTATION PHYSIQUE DU SENEGAL PRESENTATION PHYSIQUE DU SENEGAL 1-SITUATION Le Sénégal forme la partie occidentale la plus avancée de l Afrique. Il est situé au sud de la boucle du cours inférieur du fleuve Sénégal qui lui a donné son

Plus en détail

Les zones tampon au sein des bassins versants.

Les zones tampon au sein des bassins versants. Les zones tampon au sein des bassins versants. Diversité, complémentarité et intégration optimale Guy LE HÉNAFF Pour l équipe Pollutions Diffuses IRSTEA de Lyon-Villeurbanne Co-animateur du GT Zones tampons

Plus en détail

LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES

LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES C.F-S.P page 1 Pourquoi l isolation thermique? En 1973 les pays européens subissent le premier choc pétrolier.

Plus en détail

C LIMATISATI O N NA T U RE L LE

C LIMATISATI O N NA T U RE L LE R É D U I R E N O T R E C O N S O M M A T I O N D É L E C T R I C I T É C LIMATISATI O N NA T U RE L LE P A R L ES TOITURES VÉG ÉTA LISÉES Sommaire Sommaire... 1 Travail effectué par... 1 Historique...

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Toutes les eaux usées de votre habitation doivent être dirigées vers une fosse qui assure un prétraitement, avant d'être traitées dans un système

Plus en détail

L entretien du gazon simplement

L entretien du gazon simplement GAZON L entretien du gazon simplement Pour un gazon bien vert et dense, une fumure adaptée et une tonte régulière sont les mesures d entretien les plus importantes. Un gazon bien nourri sera dense et résistant.

Plus en détail