Dans le cadre de l Accord de libre-échange

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dans le cadre de l Accord de libre-échange"

Transcription

1 Absences du travai en 1998 es écarts seon e secteur Ernest B. Akyeampong Dans e cadre de Accord de ibre-échange nord-américain (ALÉNA), e Canada, es États-Unis et e Mexique ont adopté un nouveau système de cassification des industries, soit e Système de cassification des industries de Amérique du Nord (SCIAN). Ses principaux objectifs consistent à faciiter a comparaison entre es membres de ALÉNA, à tenir compte des branches d activité apparues au cours des deux dernières décennies et à reconnaître importance croissante du secteur des services. Le présent artice porte sur es taux d absence du travai seon e SCIAN (voir Comparaison entre a CTI de 1980 et e SCIAN) 1 pour année I contient un bref aperçu des niveaux d absence de 1997 et de 1998 ainsi qu un examen détaié des écarts seon e secteur observés en (L anayse porte essentieement sur e temps perdu par travaieur, mais es taux de fréquence et d inactivité sont tout de même présentés dans e graphique et e tabeau 2.) Le nombre d absences du travai a augmenté en 1998 La proportion de travaieurs à temps pein qui se sont absentés du travai pour des raisons personnees («maadie ou incapacité» et «obigations personnees ou famiiaes») au cours de chaque semaine a augmenté entre 1997 et 1998, de même que a moyenne de jours perdus par travaieur au cours de année (voir Source des données et définitions). En 1998, environ 5,7 % des empoyés à temps pein (ce qui représente travaieurs) se sont absentés du travai pour des raisons personnees pendant une partie ou a totaité d une semaine donnée, contre 5,5 % année précédente (tabeau 1). À cause de ces absences, e nombre habitue d heures de travai hebdomadaire perdu (taux d inactivité) en 1998 a aussi Ernest B. Akyeampong est au service de a Division de anayse des enquêtes sur e travai et es ménages. On peut e joindre au (613) ou à Source des données et définitions La présente étude est fondée sur es moyennes annuees de Enquête sur a popuation active (EPA). L anayse porte sur es travaieurs à temps pein qui occupaient un seu empoi. Les travaieurs à temps partie, es travaieurs autonomes et es travaieurs famiiaux non rémunérés sont excus du champ de étude parce que eur horaire de travai eur aisse généraement pus de temps pour s acquitter de eurs obigations personnees ou famiiaes. De même, es personnes cumuant des empois ne sont pas prises en compte parce qu i est impossibe de déterminer, à partir des données de EPA, à ques empois précis sont associés e temps perdu et a raison des absences. Les femmes en congé de maternité sont égaement excues. Par contre, on tient compte des personnes occupées en congé de ongue durée (pus d un an) pour cause de maadie ou d incapacité 3. Les absences pour raisons personnees sont divisées en deux catégories : «maadie ou incapacité» et «obigations personnees ou famiiaes» (soin des enfants, soin d un parent âgé et autres obigations personnees ou famiiaes). Ces deux types d absence représentaient environ 26 % des heures de travai perdues chaque semaine en 1998 chez es travaieurs rémunérés à temps pein. Les vacances, qui représentaient environ 46 % du temps non consacré au travai, ne sont pas considérées comme des absences pour es besoins de a présente étude, de même que es jours fériés, qui représentaient 13 % du tota des absences. Les congés de maternité et d autres motifs représentaient respectivement 7 % et 9 % des absences. La fréquence des absences est a proportion de travaieurs rémunérés à temps pein ayant décaré une absence au cours de a semaine de référence. Dans cette mesure, a durée de absence importe peu, que ce soit une heure, une journée ou une semaine entière. Le taux d inactivité représente a proportion d heures perdues par rapport au nombre habitue d heures hebdomadaire de travai des travaieurs rémunérés à temps pein. Cette mesure tient compte de a fréquence et de a durée des absences durant a semaine de référence. Le nombre de jours perdus par travaieur est cacué en mutipiant e taux d inactivité par e nombre estimatif de jours de travai dans année (250). 34 / Automne 1999 PERSPECTIVE Statistique Canada -n o XPF au cataogue

2 Absences du travai en 1998 es écarts seon e secteur égèrement grimpé, partant de 3,0 % à environ 3,1 %. Cette augmentation se traduit par une hausse de près d une demi-journée par travaieur à temps pein, à savoir de 7,4 à 7,8 jours. Autrement dit, es travaieurs ont perdu environ 72 miions de jours de travai en 1998 pour des raisons personnees, contre 66 miions en L augmentation de a fréquence (0,2 point de pourcentage) au cours de a période, de même que a hausse de 0,4 point du nombre de jours perdus par travaieur, est entièrement attribuabe à a maadie ou à incapacité (i s agit de a hausse a pus importante pour cette raison depuis 1980). En 1998, e taux d absence du travai chez es travaieurs à temps pein pour cause de maadie ou d incapacité s est fixé à 4,3 %, et e nombre moyen de jours perdus pour cette raison, à 6,6. À opposé, en 1997 et en 1998, e taux d absence et e temps de travai perdu par travaieur en raison d obigations personnees ou famiiaes s étabissaient respectivement à 1,4 % et à 1,2 jour. Le taux d absence : en hausse chez es hommes et stabe chez es femmes L augmentation de a fréquence gobae des absences et du nombre de jours de travai perdus en 1998 est presque entièrement attribuabe à a hausse du nombre d absences chez es hommes pour cause de maadie ou d incapacité. Magré cea, es hommes ont continué à s absenter du travai moins souvent que es femmes, et à perdre moins de temps, que ce soit pour cause de maadie ou d incapacité ou encore d obigations personnees ou famiiaes. Par exempe, es hommes travaiant à temps pein ont perdu en moyenne 6,9 jours de travai (5,9 pour cause de maadie ou d incapacité et 1,0 en raison d obigations personnees ou famiiaes), contre une moyenne de 9,2 jours chez es travaieuses à temps pein durant a même année (7,7 et 1,5 respectivement) (tabeau 1). Temps de travai perdu : écarts seon e secteur La nature et es exigences d un empoi, a répartition des effectifs et e pourcentage de travaieurs syndiqués ou protégés par une convention coective font varier es taux d absence du travai seon e secteur. En généra, pus empoi est exigeant sur e pan physique ou dangereux, pus e taux d absence pour cause de maadie ou d incapacité est éevé (Haggar- Guénette, 1988 et Haggar-Guénette et Proux, 1992). De pus, comme on peut e déduire d après es observations antérieures, pus es femmes sont nombreuses au sein d un secteur, pus a fréquence des absences est Tabeau 1 : Taux d absence chez es travaieurs à temps pein seon e sexe en 1997 et en 1998 Taux Nombre de jours perdus Fréquence* d inactivité** annueement par travaieur Obigations Obigations Obigations Maadie person- Maadie person- Maadie personou nees ou ou nees ou ou nees ou Tota incapacité famiiaes Tota incapacité famiiaes Tota incapacité famiiaes % % jours Les deux sexes ,5 4,1 1,4 3,0 2,5 0,5 7,4 6,2 1, ,7 4,3 1,4 3,1 2,6 0,5 7,8 6,6 1,2 Hommes ,6 3,4 1,2 2,5 2,1 0,4 6,3 5,3 0, ,9 3,7 1,2 2,8 2,3 0,4 6,9 5,9 1,0 Femmes ,7 5,1 1,7 3,7 3,0 0,6 9,1 7,6 1, ,7 5,1 1,6 3,7 3,1 0,6 9,2 7,7 1,5 Source : Enquête sur a popuation active * Nombre de travaieurs absents divisé par ensembe des travaieurs. ** Nombre d heures d absence divisé par e nombre d heures habitueement travaiées. Taux d inactivité mutipié par e nombre de jours de travai dans une année (250). Statistique Canada -n o XPF au cataogue Automne 1999 PERSPECTIVE / 35

3 Absences du travai en 1998 es écarts seon e secteur Comparaison entre a CTI de 1980 et e SCIAN Le nouveau système de cassification (SCIAN) diffère de a Cassification type des industries (CTI de 1980) sur pusieurs points importants. Contrairement à ancienne cassification, i regroupe es casses d activité seon es intrants et es processus communs, et non seon a production. De pus, i tient compte des branches d activité apparues depuis a fin des années 70. Enfin, e secteur des services, qui représente environ es trois quarts de empoi et compte pour une arge part de a production nationae, occupe une pus grande pace dans a nouvee cassification. On trouvera une description détaiée du SCIAN à adresse Internet de Statistique Canada : francais/subjects/standard/index_f.htm. Le nouveau système de cassification comporte six niveaux. Cependant, EPA s en tient à quatre, présentant ainsi un niveau de détai assez comparabe à ceui de a CTI de Les deux cassifications ont une structure hiérarchique et sont divisées en secteurs, en sous-secteurs, en groupes et en casses d industries. Au niveau d agrégation e pus éevé, e SCIAN compte 20 secteurs, contre 18 divisions dans a CTI de Ce niveau est encore trop détaié pour fournir des estimations désaisonnaisées fiabes pour toutes es provinces. L EPA regroupe certains secteurs (divisions), ce qui donne ieu à 16 catégories pour a pubication des données mensuees désaisonnaisées. Si certains groupes du SCIAN et de a CTI portent e même titre, es branches d activité désignées sont cependant différentes. La construction, par exempe, correspond à une division de a CTI de 1980 et à un secteur du SCIAN. Dans a CTI de 1980, ee comprend inspection des bâtiments et aménagement paysager, mais non a réparation des rues et des routes. Dans e SCIAN, ee excut inspection des bâtiments et aménagement paysager, mais comprend a réparation des rues et des routes. Par conséquent, on ne peut étabir de comparaisons directes. (On trouvera des tabeaux de comparaison dans Akyeampong, 1999). Données industriees désaisonnaisées tirées de Enquête sur a popuation active CTI de 1980 Secteur des biens Agricuture Autres industries primaires Expoitation forestière et services forestiers Pêche et piégeage Mines, carrières et puits de pétroe Services pubics Construction Fabrication Secteur des services Transport, entreposage et communications Commerce De gros De détai Finances, assurances et immobiier Services communautaires, personnes et aux entreprises Soins de santé et services sociaux Services personnes et aux entreprises Hébergement, aiments et boissons Administrations pubiques SCIAN Secteur des biens Agricuture Foresterie, pêche, extraction minière, de pétroe et de gaz Services pubics Construction Fabrication Secteur des services Transport et entreposage Commerce Finance, assurances, immobiier et ocation Information, cuture et oisirs Soins de santé et assistance sociae Services professionnes, scientifiques et techniques Gestion, administration et soutien Hébergement et restauration Autres services Administrations pubiques éevée, tant pour cause de maadie ou d incapacité qu en raison d obigations personnees ou famiiaes. Enfin, e nombre de jours de travai perdus pour cause de maadie ou d incapacité chez es travaieurs syndiqués (esques ont presque tous droit à des congés de maadie payés) est près de deux fois supérieur à ceui chez es travaieurs non syndiqués (Akyeampong, 1998). Compte tenu de ces généraités, quees tendances a-t-on observées dans es grands secteurs en 1998? Au niveau d agrégation e pus éevé, a fréquence des absences du travai tant dans es secteurs des biens et des services était identique en Chaque semaine, environ 5,7 % des travaieurs à temps pein de chaque secteur se sont absentés pour des raisons personnees (tabeau 2). Toutefois, comme es travaieurs du secteur des biens (notamment ceux de a fabrication) ont perdu pus de temps de travai pour cause de maadie ou d incapacité, a moyenne de jours perdus pour cette raison était supérieure à cee enregistrée dans e secteur des services (6,9 contre 6,5). Enfin, chaque secteur ayant perdu 1,2 jour par travaieur en raison d obigations personnees ou famiiaes, e nombre tota de jours de travai perdus pour es deux raisons chez es travaieurs à temps pein du secteur des biens (8,1 jours) était supérieur à ceui enregistré chez eurs homoogues du secteur des services (7,7). 36 / Automne 1999 PERSPECTIVE Statistique Canada -n o XPF au cataogue

4 Absences du travai en 1998 es écarts seon e secteur Tabeau 2 : Absences pour raisons personnees chez es travaieurs rémunérés à temps pein seon e secteur en 1998 Taux Nombre de jours perdus Fréquence* d inactivité** annueement par travaieur Obigations Obigations Obigations Maadie person- Maadie person- Maadie personou nees ou ou nees ou ou nees ou Tota incapacité famiiaes Tota incapacité famiiaes Tota incapacité famiiaes % % jours Tous es secteurs 5,7 4,3 1,4 3,1 2,6 0,5 7,8 6,6 1,2 Secteur des biens 5,7 4,2 1,5 3,2 2,8 0,5 8,1 6,9 1,2 Agricuture 4,5 3,0 -- 2,3 1,9 -- 5,8 4,7 -- Foresterie, pêche et extraction minière, de pétroe et de gaz 4,8 3,7 1,1 2,8 2,4 0,4 7,1 6,0 1,1 Services pubics 5,5 4,0 1,5 2,7 2,3 0,4 6,8 5,8 1,0 Construction 5,3 3,9 1,4 3,1 2,6 0,5 7,6 6,5 1,1 Fabrication 6,0 4,5 1,5 3,4 2,9 0,5 8,5 7,3 1,2 Biens durabes 6,1 4,5 1,5 3,4 2,9 0,5 8,5 7,3 1,2 Biens non durabes 6,0 4,4 1,6 3,4 2,9 0,5 8,6 7,3 1,3 Secteur des services 5,7 4,3 1,3 3,1 2,6 0,5 7,7 6,5 1,2 Commerce 4,9 3,7 1,3 2,6 2,1 0,4 6,4 5,4 1,1 De gros 5,0 3,7 1,3 2,5 2,1 0,4 6,2 5,2 1,0 De détai 4,9 3,7 1,2 2,6 2,2 0,4 6,5 5,4 1,1 Transport et entreposage 5,7 4,4 1,3 3,8 3,2 0,5 9,4 8,1 1,3 Finance, assurances, immobiier et ocation 5,2 3,8 1,4 2,5 2,1 0,4 6,3 5,2 1,1 Finance et assurances 5,2 3,9 1,3 2,6 2,2 0,4 6,6 5,5 1,1 Immobiier, ocation et ocation à bai 4,9 3,5 1,4 2,2 1,8 0,4 5,4 4,5 0,9 Services professionnes, scientifiques et techniques 4,8 3,2 1,6 1,8 1,4 0,5 4,6 3,4 1,2 Gestion, administration et soutien 5,4 4,0 1,4 2,9 2,4 0,5 7,4 6,0 1,4 5,5 4,3 1,2 3,0 2,5 0,6 7,6 6,2 1,4 Soins de santé et assistance sociae 8,2 6,7 1,4 5,1 4,5 0,6 12,8 11,3 1,6 Information, cuture et oisirs 5,0 3,6 1,3 2,4 2,0 0,4 6,1 5,1 1,0 Hébergement et restauration 4,3 3,3 0,9 2,3 1,9 0,4 5,7 4,8 0,9 Autres services 5,1 3,7 1,5 2,7 2,2 0,5 6,8 5,4 1,4 Administrations pubiques 6,9 5,3 1,5 3,8 3,2 0,5 9,4 8,0 1,4 Fédérae 8,0 6,0 2,0 4,1 3,4 0,6 10,2 8,5 1,6 Provinciaes 7,0 5,7 1,3 4,0 3,5 0,5 10,1 8,9 1,2 Locaes et autres 5,7 4,3 1,3 3,3 2,7 0,5 8,2 6,9 1,3 Source : Enquête sur a popuation active * Nombre de travaieurs absents divisé par ensembe des travaieurs. ** Nombre d heures d absence divisé par e nombre d heures habitueement travaiées. Taux d inactivité mutipié par e nombre de jours de travai dans une année (250). Statistique Canada -n o XPF au cataogue Automne 1999 PERSPECTIVE / 37

5 Absences du travai en 1998 es écarts seon e secteur Graphique : En 1998, a fréquence des absences pour des raisons personnees était a pus éevée dans e secteur de soins de santé et assistance sociae. Soins de santé et assistance sociae Administrations pubiques Fabrication Transport et entreposage Services pubics Gestion, administration et soutien Construction Finance, assurances, immobiier et ocation Autres services Information, cuture et oisirs Commerce Foresterie, pêche, extraction minière, de pétroe et de gaz Services professionnes, scientifiques et techniques Agricuture Hébergement et restauration Source : Enquête sur a popuation active Au niveau des grands secteurs (2 chiffres), on observe queques variations importantes. Ainsi, es travaieurs à temps pein qui ont perdu e pus de temps (12,8 jours) pour es deux raisons combinées appartenaient au secteur de soins de santé et assistance sociae, secteur très syndicaisé reconnu pour être reativement stressant et constitué d une proportion éevée de travaieuses. Viennent ensuite e transport et entreposage, secteur reativement dangereux et fortement syndicaisé (9,4), es administrations pubiques, secteur % égaement très syndicaisé et comptant une forte concentration de travaieuses (9,4), et a fabrication (8,5). Les travaieurs qui ont perdu reativement peu de temps appartenaient aux services professionnes, scientifiques et techniques (4,6 jours), aux services d hébergement et de restauration (5,7) et à agricuture (5,8). Ces variations sont attribuabes en majeure partie à a maadie ou à incapacité. En 1998, es travaieurs dans e secteur de soins de santé et assistance sociae ont perdu 11,3 jours de travai pour cette raison, tandis que ceux du secteur du transport et de entreposage en ont perdu 8,1, ceux des administrations pubiques, 8,0, et ceux de a fabrication, 7,3. Par contre, es travaieurs des services professionnes, scientifiques et techniques (3,4 jours), en agricuture (4,7) et du secteur de hébergement et des services de restauration (4,8) ont perdu e moins de temps de travai. Le nombre de jours de travai perdus en raison d obigations personnees ou famiiaes variait entre 0,9 et 1,6, dans bon nombre de grands secteurs ayant enregistré aux aentours de 1,1 jour perdu. Les secteurs suivants ont perdu un nombre de jours supérieur à a moyenne : soins de santé et assistance sociae (1,6 jour) ainsi que gestion, administration et soutien, services d enseignement et administrations pubiques (1,4 jour dans chaque cas). À opposé, es secteurs suivants ont perdu un nombre de jours inférieur à a moyenne : hébergement et restauration (0,9 jour), information, cuture et oisirs ainsi que services pubics (1,0 jour dans es deux cas). Dans certains sous-secteurs (correspondant au niveau à 3 chiffres), es travaieurs à temps pein œuvrant dans a fabrication de biens durabes et non durabes ont perdu, dans es deux cas, environ 8,5 jours de travai en 1998 (tabeau 2). Les travaieurs du commerce de détai ont perdu un peu pus de temps que ceux du commerce de gros (6,5 jours contre 6,2). De même, ceux du secteur de a finance et des assurances ont perdu pus de temps de travai (6,6 jours) pour des raisons personnees que eurs homoogues des services immobiiers, de ocation et de ocation à bai (5,4). Dans es administrations pubiques, es 38 / Automne 1999 PERSPECTIVE Statistique Canada -n o XPF au cataogue

6 Absences du travai en 1998 es écarts seon e secteur Motifs d absence du travai seon EPA L EPA d avant 1997 considérait es motifs suivants à appui des absences pendant une partie ou a totaité de a semaine : maadie ou incapacité obigations personnees ou famiiaes mauvais temps (absence pendant une partie de a semaine) confit de travai vacances jour férié (absence pendant une partie de a semaine) travai à temps réduit (absence pendant une partie de a semaine) mise à pied au cours de a semaine début d un nouve empoi au cours de a semaine entreprise saisonnière (absence pendant toute a semaine) autres Des études fondées sur es données antérieures à 1997 cassaient es deux premiers motifs d absence comme étant d ordre personne. Les motifs d absence pour cause de maadie ou d incapacité comprennent es rendez-vous chez e médecin ou e dentiste et es autres absences temporaires iées à a santé. Les absences en raison d obigations personnees ou famiiaes comprennent es absences pour prendre soin des enfants, assister à des funéraies, comparaître devant un tribuna, faire partie d un jury et prendre soin d un membre maade de a famie. Sont aussi incuses es absences proongées comme es congés de maternité. L EPA remaniée, dont on utiise ici es estimations de 1998, considère es motifs d absence suivants : maadie ou incapacité de enquêté(e) soins à donner à ses enfants soins à donner à un parent âgé (60 ans ou pus) congé de maternité (femmes seuement) autres obigations personnees ou famiiaes vacances confit de travai (grève ou ock-out) mise à pied temporaire due à a conjoncture économique jour férié (civi ou reigieux) mauvais temps début ou fin d empoi durant a semaine travai à temps réduit (en raison du manque d équipement, de entretien ou de a réparation de usine, par exempe) autres Les motifs iés à a maadie ou à incapacité sont es mêmes, tandis que es obigations personnees ou famiiaes comprennent maintenant e soin des enfants, e soin d un parent âgé et d autres obigations personnees ou famiiaes. travaieurs à temps pein des administrations fédérae et provinciaes ont perdu respectivement un peu pus de 10 jours en 1998, ce qui est bien supérieur aux 8,2 jours perdus par ceux des administrations ocaes et autres. Résumé Le nombre de jours de travai perdus chez es travaieurs à temps pein pour des raisons personnees est passé de 7,4 en 1997 à 7,8 en Cette hausse est entièrement attribuabe à augmentation du temps perdu pour cause de maadie ou d incapacité; e nombre de jours de travai perdus en raison d obigations personnees ou famiiaes est demeuré stabe, à 1,2 jour. Si es hommes ont compté pour a totaité de augmentation au cours de année, es femmes ont continué de s absenter pus souvent que es hommes au cours d une semaine de travai donnée et de perdre pus de temps de travai au cours de année, dans un rapport d environ trois contre deux. Les grands secteurs qui ont perdu beaucoup pus de temps que es autres par travaieur à temps pein pour des raisons personnees sont ceux des soins de santé et assistance sociae, des administrations pubiques ainsi que du transport et de entreposage. Ceux qui ont perdu reativement peu de jours de travai sont es services professionnes, scientifiques et techniques, hébergement et a restauration ainsi que agricuture. Perspective Statistique Canada -n o XPF au cataogue Automne 1999 PERSPECTIVE / 39

7 Absences du travai en 1998 es écarts seon e secteur n Notes 1 Des études antérieures parues dans a présente pubication (Akyeampong, 1992, 1995, 1996 et 1998) et aieurs (Akyeampong, 1988 et Akyeampong et Usacas, 1998) ont traité des écarts entre es taux d absence des travaieurs en fonction de a Cassification type des industries de Bien que EPA a produit des données historiques remontant à 1987 seon e SCIAN, e présent artice se concentre sur 1998 pour deux raisons. Premièrement, EPA a été remaniée en 1997 de sorte que e congé de maternité qui n est manifestement pas un facteur d «absentéisme» ne soit pas pris en compte dans es taux d absence du travai (voir Motifs d absence du travai dans EPA). Autrement dit, i existe une interruption de continuité dans a série chronoogique à partir de 1997, ce qui rend moins pertinente a comparaison avec es données des années antérieures. Deuxièmement, on trouve dans une pubication connexe (Akyeampong, 1999) des séries chronoogiques détaiées couvrant a période de 1987 à 1998 (avec des renseignements antérieurs et postérieurs au remaniement de EPA de 1997) par secteur (SCIAN) et par profession, seon e nouveau système de cassification des professions de 1991, ainsi qu en fonction d autres variabes socio-démographiques : sexe, âge, niveau d instruction, province, taie du ieu de travai, secteurs pubic et privé, etc. 3 Certains gestionnaires de ressources humaines excuent de eurs statistiques sur a gestion des présences es personnes en congé de ongue durée (pus d un an) pour cause de maadie ou d incapacité. Toutefois, Statistique Canada tient compte de ces travaieurs dans ses estimations des absences s is se décarent occupés (c est-à-dire qu is continuent de recevoir une rémunération totae ou partiee de eur empoyeur). En 1998, a moyenne de travaieurs occupés qui se sont absentés pour cause de maadie ou d incapacité de ongue durée n était que de au cours d une semaine normae. Leur excusion aurait fait passer de 4,3 % à 4,1 % a fréquence des absences hebdomadaires pour cause de maadie ou d incapacité, de 2,6 % à 2,5 % e taux d inactivité et de 6,6 à 6,2 e nombre de jours perdus par travaieur. n Documents consutés AKYEAMPONG, E.B. Taux d absence du travai, 1987 à 1998, n o MPB, n o 10 au cataogue, Statistique Canada, Ottawa, «Nouvees données sur es absences du travai», L empoi et e revenu en perspective, n o XPF au cataogue, vo. 10, n o 1, Statistique Canada, Ottawa, printemps 1998, p «Taux d absence du travai, 1995», L empoi et e revenu en perspective, n o XPF au cataogue, vo. 8, n o 3, Statistique Canada, Ottawa, automne 1996, suppément «S absenter du travai», L empoi et e revenu en perspective, n o XPF au cataogue, vo. 7, n o 1, Statistique Canada, printemps 1995, p «L absentéisme : une mise à jour», L empoi et e revenu en perspective, n o XPF au cataogue, vo. 4, n o 1, Statistique Canada, printemps 1992, p «Les absences du travai pour motifs personnes», La popuation active, n o XPB au cataogue, vo. 44, n o 5, Statistique Canada, Ottawa, mai 1988, p AKYEAMPONG, E.B. et J. USALCAS. Taux d absence du travai, 1980 à 1997, n o MPB, n o 9 au cataogue, Statistique Canada, Ottawa, HAGGAR-GUÉNETTE, C. «Les accidents du travai au Canada, 1982 à 1986», La popuation active, n o XPB au cataogue, vo. 44, n o 3, Statistique Canada, Ottawa, mars 1988, p HAGGAR-GUÉNETTE, C. et J. PROULX. «Les ésions au dos subies au travai, », L empoi et e revenu en perspective, n o XPF au cataogue, vo. 4, n o 3, Statistique Canada, Ottawa, automne 1992, p STATISTIQUE CANADA. Taux d absence du travai, 1977 à 1994, n o MPB, n o 7 au cataogue, Ottawa, Nous invitons es ecteurs à nous communiquer eurs impressions sur e contenu de L empoi et e revenu en perspective. Toutes observations sur es données seront es bienvenues; toutefois, pour être pubiées, ces communications doivent être factuees et anaytiques. Nous invitons égaement es ecteurs à nous faire part de eurs travaux de recherche en cours et à nous signaer es nouvees pubications, es sources de données et es événements à venir qui concernent a main-d œuvre et e revenu. Statistique Canada se réserve e droit de séectionner et de réviser es informations reçues avant de es pubier. Toute correspondance, dans une ou autre angue officiee, doit être adressée à : Bruce Rogers «Quoi de neuf?», L empoi et e revenu en perspective, immeube Jean-Taon, 9 e étage, Statistique Canada, Ottawa, K1A 0T6. On peut aussi communiquer avec ui par tééphone au (613) ou par téécopieur au (613) , ou encore par e biais du courrier éectronique : 40 / Automne 1999 PERSPECTIVE Statistique Canada -n o XPF au cataogue

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOVIE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2013 INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI PRIMOVIE est une SCPI qui a pour objectif d accompagner es différentes étapes de a vie

Plus en détail

Comment s installer aux Canaries

Comment s installer aux Canaries Comment s instaer aux Canaries Aide institutionnee Le gouvernement des Canaries soutient activement es investissements réaisés dans es secteurs stratégiques canariens. Pour ce faire, e département de Investir

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2011 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOVIE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2012 INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI PRIMOVIE est une SCPI qui a pour objectif d accompagner es différentes étapes de a vie

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2012 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

La nouvelle carrière du personnel judiciaire

La nouvelle carrière du personnel judiciaire La nouvee carrière du personne judiciaire 1 2 Avant-propos Cher ecteur, La manière dont es cours et tribunaux sont administrés est en peine évoution. Une poitique moderne du personne est donc d une extrême

Plus en détail

Guide Fiscal 2013. Impôt sur le revenu

Guide Fiscal 2013. Impôt sur le revenu Suppément gratuit au Faire Face n 718 d avri 2013. Mis à jour par Juie Charpin, conseière technique au service juridique droit des personnes et des famies, sous a direction de Linda Aouar, directrice juridique

Plus en détail

NOTRE MISSION NOTRE APPROCHE NOTRE ÉQUIPE NOTRE MARCHÉ. Confiance. Professionnalisme. Confidentialité

NOTRE MISSION NOTRE APPROCHE NOTRE ÉQUIPE NOTRE MARCHÉ. Confiance. Professionnalisme. Confidentialité www.cobus.net NOTRE MISSION Fournir à nos cients des soutions appropriées, sécurisées et bénéfiques Mettre en pace des soutions restant rentabes sur e ong terme et faciitant ensembe du processus de gestion

Plus en détail

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères cés Les chiffres du commerce 0 Étude réaisée par a Chambre de commerce et d industrie de Essonne n Repères n Urbanisme commercia n évoution n bian démographique n consommation des ménages n commerce de

Plus en détail

à des commissions d enquête

à des commissions d enquête Protocoe sur a nomination de juges à des commissions d enquête Adopté par e Consei canadien de a magistrature août 2010 Sa Majesté a Reine du chef du Canada, 2010 Numéro du cataogue : JU14-21/2010 ISBN

Plus en détail

UNICEF/92-5221/Toutounji

UNICEF/92-5221/Toutounji UNICEF/92-5221/Toutounji Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur L aaitement materne Un bébé nourri au sein est moins souvent maade et mieux nourri qu un bébé à qui on

Plus en détail

Le Conseil général, acteur de l insertion

Le Conseil général, acteur de l insertion Le Consei généra, acteur de insertion éditoria Le Consei généra est e chef de fie des poitiques de soidarités dans e Va d Oise. A ce titre, i est notamment responsabe du revenu de soidarité active (RSA)

Plus en détail

Outlook. Apprenez exactement ce dont vous avez besoin Progressez à votre rythme Téléchargez les exercices. Joan Lambert et Joyce Cox

Outlook. Apprenez exactement ce dont vous avez besoin Progressez à votre rythme Téléchargez les exercices. Joan Lambert et Joyce Cox Outook Microsoft 2010 Maîtrisez rapidement Outook 2010 avec e ivre officie de Microsoft Press Apprenez exactement ce dont vous avez besoin Progressez à votre rythme Tééchargez es exercices Joan Lambert

Plus en détail

Une. Centre --------------

Une. Centre -------------- 59 Une Médiathèque Centre Socia (a cuture du ien socia) -------------- Émiie Dauphin Émiie Dauphin est bibiothécaire à a Médiathèque Centre Socia Yves Coppens, une structure hybride, à vocation sociae

Plus en détail

ARTENARIAT. 59 e Congrès. 28 octobre 1 er novembre

ARTENARIAT. 59 e Congrès. 28 octobre 1 er novembre Vaence ARTENARIAT 2015 59 e Congrès 28 octobre 1 er novembre En 2015, e congrès de UIA se tient à Vaence du 28 octobre au 1 er novembre sur es thèmes suivants : 2015 59 e Congrès 28 octobre au 1 er novembre

Plus en détail

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010? Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010? Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu

Plus en détail

Notice d information VCF EQUILIBRE ÉDITION 2015 NON CADRES

Notice d information VCF EQUILIBRE ÉDITION 2015 NON CADRES Notice d information VCF EQUILIBRE ÉDITION 2015 NON CADRES LES DISPOSITIONS GÉNÉRALES // OBJET Le présent contrat a pour objet de rembourser, dans e cadre d une couverture d entreprise, tout ou partie

Plus en détail

Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012

Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012 Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociae Prof ABDELKADER SALMI 2012 Actuaire L étymoogie du mot "actuaire" est atine (comptabe, rédacteur des ivres de comptes acta), ce terme n'apparaît

Plus en détail

Informations multilingues sur la vie quotidienne

Informations multilingues sur la vie quotidienne 1 Impôts (1) Vie et Impôts A partir d un certain niveau de revenus, tous es étrangers résidant au Japon depuis pus d un an sont obigés de payer des impôts comme es Japonais. D abord, voyons comment marche

Plus en détail

MUTUELLES DE SANTÉ ET ASSOCIATIONS DE MICRO-ENTREPRENEURS GUIDE

MUTUELLES DE SANTÉ ET ASSOCIATIONS DE MICRO-ENTREPRENEURS GUIDE MUTUELLES DE SANTÉ ET ASSOCIATIONS DE MICRO-ENTREPRENEURS GUIDE Copyright Organisation internationae du Travai 2001 Première édition 2001 Les pubications du Bureau internationa du Travai jouissent de a

Plus en détail

UIDE DU DOCTORANT 2010-2011

UIDE DU DOCTORANT 2010-2011 Pôe de recherche et UIDE DU DOCTORANT d enseignement supérieur Cité Descartes Champs-sur-Marne 77454 Marne-a-Vaée, Cedex 2 Tééphone : 01 60 95 79 00 Téécopie : 01 64 15 32 87 www.univ-paris-est.fr 2010-2011

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 2/03 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 2 Administration Générae et Personne Commission n 7 Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds immobiier canadien CIBC Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le présent

Plus en détail

UIDE DU DOCTORANT Pôle de recherchee t d enseignement supérieur 2011-2012

UIDE DU DOCTORANT Pôle de recherchee t d enseignement supérieur 2011-2012 Pôe de recherche et UIDE DU DOCTORANT d enseignement supérieur 2011-2012 L ÉDITO DU PRÉSIDENT Doctorants, vous êtes engagés dans a préparation d une thèse au sein de une des six écoes doctoraes du Pôe

Plus en détail

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr Rejoignez e No 1 mondia de a franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY www.subwayfrance.fr *SUBWAY est e numéro 1 mondia de a restauration, en nombre de restaurants. 2015 Doctor s Associates

Plus en détail

Le coût social de l alcool, du tabac et des drogues illicites en 2000

Le coût social de l alcool, du tabac et des drogues illicites en 2000 addictoogie Le coût socia de acoo, du tabac et des drogues iicites en 2000 Phiippe Fenogio Maître de conférences à université de Nancy II Véronique Pare Maître de conférences à université de Panthéon-Sorbonne

Plus en détail

SOMMAIRE. Vous souhaitez embaucher dans votre entreprise un ou plusieurs apprenti(e)s. INFOS APPRENTISSAGE 04. 06.

SOMMAIRE. Vous souhaitez embaucher dans votre entreprise un ou plusieurs apprenti(e)s. INFOS APPRENTISSAGE 04. 06. SOMMAIRE INFOS APPRENTISSAGE 04. 06. 07. L APPRENTISSAGE INDUSTRIEL LE PARCOURS DE L APPRENTISSAGE INDUSTRIEL LES MÉTIERS ET DIPLÔMES PRÉPARÉS DANS LES CENTRES DE FORMATION DE LA BRANCHE EN ÎLE-DE-FRANCE

Plus en détail

Face au deuil, Vous n êtes pas seul(e) Ce guide vous est proposé par la Caf de Meurthe-et-Moselle et les Associations Deuil Espoir et Favec.

Face au deuil, Vous n êtes pas seul(e) Ce guide vous est proposé par la Caf de Meurthe-et-Moselle et les Associations Deuil Espoir et Favec. Face au deui, Vous n êtes pas seu(e) Ce guide vous est proposé par a Caf de Meurthe-et-Mosee et es Associations Deui Espoir et Favec. 1 Edition 2011 ÉDITO Soutenir et accompagner Soutenir a fonction parentae

Plus en détail

Document normalisé de construction ACC

Document normalisé de construction ACC Document normaisé de construction ACC 82 2004 ignes directrices sur es moisissures pour industrie canadienne de a construction Association canadienne de a construction 2004 Copyright Document normaisé

Plus en détail

Un guide du bailleur : pourquoi?...3

Un guide du bailleur : pourquoi?...3 édition 2012 SOMMAIRE Un guide du baieur : pourquoi?...3 Avant a ocation Que type de ocation puis-je proposer ou accepter?...4 Quees conditions pour mon ogement mis en ocation?...5 Quees aides pour améioration

Plus en détail

APPROCHE DE LEUR DEPENDhNCE ECONOMIQUE. (indication de l 'emploi total et de la branche économique)

APPROCHE DE LEUR DEPENDhNCE ECONOMIQUE. (indication de l 'emploi total et de la branche économique) LES GRANDES ENTREPRISES DU CANTON DE GENEVE EN 975 APPROCHE DE LEUR DEPENDhNCE ECONOMIQUE Commentaires de Genève, en 975. 400 p ersonnes dans e canton Tabeau : Entreprises occupant pus de Tabeau 2 Tabeau

Plus en détail

ENQUETE PERMANENTE AUPRES DES MENAGES * EN COTE D'IVOIRE (EPAM) 1985-88. Informations de base pour les usagers

ENQUETE PERMANENTE AUPRES DES MENAGES * EN COTE D'IVOIRE (EPAM) 1985-88. Informations de base pour les usagers Banque mondiae/ Institut nationa de a statistique de Côte d'ivoire ENQUETE PERMANENTE AUPRES DES MENAGES * EN COTE D'IVOIRE (EPAM) 1985-88 Informations de base pour es usagers 8 août 1996 * En angais:

Plus en détail

Création. d Entreprises. Offres immobilières. les opportunités à saisir en ZUS et ZFU. (Vente & Location)

Création. d Entreprises. Offres immobilières. les opportunités à saisir en ZUS et ZFU. (Vente & Location) Création d Entreprises Offres immobiières es opportunités à saisir en ZUS et ZFU (Vente & Location) Location & Vente en Zone Franche Urbaine Quartier du Neuhof Strasbourg Disponibiité : immédiate Activité

Plus en détail

13 1 3cas cas de de GRH

13 1 3cas cas de de GRH 13 cas de GRH management sup management - ressources humaines 13 cas de GRH Études de cas d entreprises avec corrigés détaiés Eine Nicoas Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-058736-0 Sommaire Tabeau synoptique

Plus en détail

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins Anayse et Conception 4. Cas d Utiisation et a phase de acquisition des besoins Petko Vatchev Université de Montréa Septembre 2003 2 Sommaire Cas d Utiisation? Structure d CdU Techniques UML Mise en œuvre

Plus en détail

DT n 26. Document de travail Working paper. Thierry Debrand (Irdes) Nicolas Sirven (Irdes) Juin 2009

DT n 26. Document de travail Working paper. Thierry Debrand (Irdes) Nicolas Sirven (Irdes) Juin 2009 Document de travai Working paper Quees sont es motivations des départs à a retraite en Europe : situation personnee, famiiae, professionnee, ou rôe de a protection sociae? Thierry Debrand (Irdes) Nicoas

Plus en détail

Cemont lance SILVER CF une nouvelle gamme de brasures d'argent sans cadmium pour la plomberie, le sanitaire, le froid, la climatisation

Cemont lance SILVER CF une nouvelle gamme de brasures d'argent sans cadmium pour la plomberie, le sanitaire, le froid, la climatisation Saint Ouen 'Aumône, e 19 février 2008 Cemont ance une nouvee gamme de brasures d'argent sans cadmium pour a pomberie, e sanitaire, e froid, a cimatisation Contacts : Direction de a Communication Georges

Plus en détail

Le recours à l Aide complémentaire santé : les enseignements d une expérimentation sociale à Lille

Le recours à l Aide complémentaire santé : les enseignements d une expérimentation sociale à Lille Document de travai Working paper Le recours à Aide compémentaire santé : es enseignements d une expérimentation sociae à Lie Sophie Guthmuer (LEDa-LEGOS, Université Paris-Dauphine) Forence Jusot (LEDa-LEGOS,

Plus en détail

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE 01 STAGE 03 STAGE 02 STAGE 04 STAGE 05 STAGE I I I - - I Le système de management intégré : es normes ISO 9001/ISO 14001/ OHSAS 18001 Le système de management de quaité : a norme ISO 9001 (Exigences- Audit

Plus en détail

Guide des applications Lexmark ESF

Guide des applications Lexmark ESF Guide des appications Lexmark ESF Aidez vos cients à tirer peinement profit du potentie de eurs équipements Lexmark. Les appications Lexmark ont été conçues pour aider es entreprises à capturer et gérer

Plus en détail

UNE NOUVELLE OFFRE DE FORMATION

UNE NOUVELLE OFFRE DE FORMATION SE FORMER POUR AGIR UNE NOUVELLE OFFRE DE FORMATION 3 Dans cette période compexe, de nombreux défis nous attendent dans es entreprises et es administrations. Pour y faire face, a formation est un des

Plus en détail

LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS

LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS Guide de préparation d un programme de promotion du avage des mains au savon BANQUE MONDIALE The Internationa Bank for Reconstruction and Deveopment/The Word

Plus en détail

Salon Moto Légende 2015

Salon Moto Légende 2015 Saon Moto Légende 2015 20, 21 et 22 novembre 2015 - Parc Fora de Paris (Château de Vincennes) COMMANDE EXPOSANTS À retourner avant e 22 octobre 2015 à : SALON MOTO LÉGENDE - EXPOSANTS - BP 40419-77309

Plus en détail

N o 71-544-XIF au catalogue. Produits et services de l Enquête sur la population active

N o 71-544-XIF au catalogue. Produits et services de l Enquête sur la population active N o 71-544-XIF au catalogue Produits et services de l Enquête sur la population active 2006 Comment obtenir d autres renseignements Toute demande de renseignements au sujet du présent produit ou au sujet

Plus en détail

ATLAS FORESTIER INTERACTIF DU GABON VERSION PILOTE Document de Synthèse

ATLAS FORESTIER INTERACTIF DU GABON VERSION PILOTE Document de Synthèse MINISTÈRE DE L ECONOMIE FORESTIÈRE, DES EAUX, DE LA PÊCHE ET DE L AQUACULTURE RAPPORT WRI ATLAS FORESTIER INTERACTIF DU GABON VERSION PILOTE Document de Synthèse Atas forestier interactif du Gabon (version

Plus en détail

Salon Moto Légende 2015

Salon Moto Légende 2015 CLUBS Saon Moto Légende 2015 20, 21 et 22 novembre 2015 - Parc Fora de Paris (Château de Vincennes) Inscription CLUBS À retourner avant e 22 octobre 2015 à : saon moto égende - Cubs - BP 40419-77309 Fontainebeau

Plus en détail

En 1999, on dénombrait 3,6 millions de

En 1999, on dénombrait 3,6 millions de Non-syndiqués assujettis à une convention collective Ernest B. Akyeampong En 1999, on dénombrait 3,6 millions de travailleurs syndiqués au Canada. On comptait en outre plus d un quart de million d employés

Plus en détail

Au fil de Cap au Sud. Collection Nausicaá Fiche pédagogique - Collège CREATAS DIGITALVISION CREATAS

Au fil de Cap au Sud. Collection Nausicaá Fiche pédagogique - Collège CREATAS DIGITALVISION CREATAS Au fi de Cap au Sud C Coe ge CREATAS Cette fiche pédagogique est associée à a fiche découverte Au fi de Cap au Sud Ee est conçue pour permettre une approche du concept du déveoppement durabe et voontairement

Plus en détail

Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE. COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice 2002 2003 289

Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE. COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice 2002 2003 289 Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice 2002 2003 289 1. Les conventions de services bancaires au Royaume-Uni

Plus en détail

UIDE DU DOCTORANT 2014 2015

UIDE DU DOCTORANT 2014 2015 UIDE DU DOCTORANT 2014 2015 ÉDITO Doctorants, Vous êtes engagés dans a préparation d une thèse au sein d une écoe doctorae d Université Paris-Est (UPE). Vous postuez ainsi au dipôme e pus éevé en France

Plus en détail

Conception et réalisation d une sectorisation

Conception et réalisation d une sectorisation Conception et réaisation d une sectorisation OBJECTIF : mise en pace d un outi cohérent permettant de mesurer es voumes transitant dans e système de manière fiabe Une attention particuière doit être portée

Plus en détail

Dossier-guide sur la redevabilité des programmes. Une ressource de Save the Children

Dossier-guide sur la redevabilité des programmes. Une ressource de Save the Children Dossier-guide sur a redevabiité des programmes Une ressource de Save the Chidren Save the Chidren travaie dans pus de 120 pays. Nous sauvons des vies d enfants. Nous nous battons pour eurs droits. Nous

Plus en détail

E.2.14 ACTIVITES ECONOMIQUES

E.2.14 ACTIVITES ECONOMIQUES E.2.14 ACTIVITES ECONOMIQUES Source : JLR-Conseis, 2006 E.2.14.1 Données gobaes Zone éargie L activité économique en zone éargie (cf. paragraphe «présentation des zones d études» au début de état initia)

Plus en détail

DE COMMERCE ET DE GESTION

DE COMMERCE ET DE GESTION Institut DE COMMERCE ET DE GESTION Administration et Direction des Admissions : 9, rue Saint-Lambert 75015 Paris Té. (33) 01 45 58 17 33 Fax. 01 45 58 61 59 Métro Boucicaut (igne 8) ou Convention (igne

Plus en détail

5 u u u 1 To 20 r u u u ont B o arcelona u u Ne D w ub Y li o n rk u u London u u Vive les langues

5 u u u 1 To 20 r u u u ont B o arcelona u u Ne D w ub Y li o n rk u u London u u Vive les langues 5 u 20 1 Toronto u u Barceona Dubin New York London u u Vive es angues Chers parents, chers futurs participants Eh, dis, as-tu repéré es pictogrammes d Edi? 5 Voyage train/avion accompagné. Voyage train

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds d actions américaines de croissance Renaissance Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 28 février 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf

Plus en détail

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

l EXCLUSION, INCLUSION m

l EXCLUSION, INCLUSION m EXCLUSION, INCLUSION m education permanente CULTURE ÉDUCATION PERMANENTE «I y a eu une invention de accessibiité comme nouvee forme sociae révéatrice d une conception du traitement de atérité dans notre

Plus en détail

Durée d arrêt de travail, salaire et Assurance maladie : application microéconomique à partir de la base Hygie

Durée d arrêt de travail, salaire et Assurance maladie : application microéconomique à partir de la base Hygie Document de travai Working paper Durée d arrêt de travai, saaire et Assurance maadie : appication microéconomique à partir de a base Hygie Mohamed Ai Ben Haima (Irdes) Thierry Debrand (Irdes) DT n 42 Septembre

Plus en détail

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest Compte-rendu de a réunion pubique d information dans e cadre de a concertation sur e Pan de Prévention des Risques Technoogiques de Saint-Priest (CREALIS et SDSP) 2 juiet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds Chine pus Renaissance Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 28 février 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le présent

Plus en détail

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

Fête & Buvette Un équilibre à trouver. A l attention des maires, présidents d associations, responsables de débit de boissons temporaires, bénévoles

Fête & Buvette Un équilibre à trouver. A l attention des maires, présidents d associations, responsables de débit de boissons temporaires, bénévoles Fête & Buvette Un équiibre à trouver A attention des maires, présidents d associations, responsabes de débit de boissons temporaires, bénévoes Edition : Février 2011 Nous sommes ensembe responsabes! La

Plus en détail

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011 Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes directrices et pan d action 2008 2011 Rapport du 16 avri 2008 Impressum Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes

Plus en détail

Manuel d'utilisation de Wapam

Manuel d'utilisation de Wapam Manue de 'utiisateur de Wapam Tabe des matières 1Wapam, une recherche de motifs par automates pondérés...3 2Tutorie : un exempe simpe d'utiisation...3 Utiisation avec Rdisk...3 Utiisation sans Rdisk...6

Plus en détail

La Luxembourg School for Commerce (LSC)

La Luxembourg School for Commerce (LSC) _2 La Luxembourg Schoo for Commerce (LSC) Pour faire face à un marché de empoi et un environnement économique en constante évoution, a formation professionnee tant initiae que continue doit s adapter aux

Plus en détail

Semestre I / 2012. Catalogue G E R C E. Formation professionnelle continue

Semestre I / 2012. Catalogue G E R C E. Formation professionnelle continue G R C Cataogue Semestre I / 2012 Formation professionnee continue Cataogue Semestre I / 2012 Formation professionnee continue Formation professionnee continue _2 _3 Préface Magré un environnement économique

Plus en détail

www.kaeser.com Compresseurs à pistons secs Série DENTAL Débit 65 à 950 l/min Pression 10 bar

www.kaeser.com Compresseurs à pistons secs Série DENTAL Débit 65 à 950 l/min Pression 10 bar www.kaeser.com Compresseurs à pistons secs Série DENTA Débit 65 à 950 /min Pression 10 bar Pourquoi des compresseurs dentaires KAESER? Ce qui importe e pus aux utiisateurs de compresseurs dentaires, c'est

Plus en détail

REÉDITION Avril 2012

REÉDITION Avril 2012 REÉDITION Avri 2012 www.onisep.fr/tououse www.onisep.fr Un achat à notre ibrairie Venez découvrir toutes nos pubications du undi au vendredi de 13h00 à 17h00 es mercredi et vendredi matins de 10h00 à 12h00

Plus en détail

Ne pas envoyer le livret de famille : celui-ci vous sera demandé par le Service Central de l'etat Civil à Nantes après transcription de l'adoption.

Ne pas envoyer le livret de famille : celui-ci vous sera demandé par le Service Central de l'etat Civil à Nantes après transcription de l'adoption. PARQUET DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE NANTES Quai François Mitterrand 44921 NANTES CEDEX 9 Service des Adoptions Internationaes Liste des pièces à fournir à 'appui d'une demande de vérification d'opposabiité

Plus en détail

Les enjeux environnementaux des options de passage

Les enjeux environnementaux des options de passage Les enjeux environnementaux des options de passage Pour connaître es caractéristiques physiques, naturees, humaines et patrimoniaes des territoires aquitains, RFF a fait inventaire, pour chaque option

Plus en détail

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes - Préfecture de a région d'ie-de-france Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciiennes Programme d Investissements d avenir (PIA) e PIA 2 éargit es

Plus en détail

La transformation du centre informatique. Les enjeux économiques, écologiques et métiers des centres informatiques

La transformation du centre informatique. Les enjeux économiques, écologiques et métiers des centres informatiques La transformation du centre informatique Les enjeux économiques, écoogiques et métiers des centres informatiques IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique Savez-vous que? La mise

Plus en détail

Structures dynamiques Listes chaînées

Structures dynamiques Listes chaînées TC Informatique Structures de données abstraites PC N 4 30 Novembre 2000 François Siion Structures dynamiques Listes chaînées http://w3.edu.poytechnique.fr/informatique Représenter un ensembe d'ééments

Plus en détail

Pleine- page. Activités 2009. Architecture. Urbanisme. Paysage. Environnement. Économie d énergie. C.A.U.E de la Seine-Maritime - Mai 2010

Pleine- page. Activités 2009. Architecture. Urbanisme. Paysage. Environnement. Économie d énergie. C.A.U.E de la Seine-Maritime - Mai 2010 Peine- page C.A.U.E de a Seine-Maritime - Mai 2010 Activités 2009 Architecture Paysage Urbanisme Environnement Économie d énergie Peine -page Éditoria Som maire Depuis sa création en 1978, e C.A.U.E était

Plus en détail

Juillet 2013 N 19. L école est finie et les travaux commencent! (p.6) Pendant l été, vos rues se transforment (p.12) Votre ville se modernise (p.

Juillet 2013 N 19. L école est finie et les travaux commencent! (p.6) Pendant l été, vos rues se transforment (p.12) Votre ville se modernise (p. N 19 L écoe est finie et es travaux commencent! (p.6) Pendant été, vos rues se transforment (p.12) Votre vie se modernise (p.4) SOMMAIRE n Edito (3 (4-5 n Focus Services municipaux Quartiers à a oupe Dossier

Plus en détail

Rendez-vous à Tchirozérine du 9 au 16 juillet 2012

Rendez-vous à Tchirozérine du 9 au 16 juillet 2012 NUMERO 8358 LUNDI 9 Juiet 2012 150 FCFA Point de presse du ministre de a Jeunesse, des Sports et de a Cuture sur a 6 ème édition du Camp des jeunes Rendez-vous à Tchirozérine du 9 au 16 juiet 2012 P.10

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA La gestion de a reation cient au sein de a PME Laurent Warichet 2006 SOGID. Tous droits réservés Le CRM outi pour es PME? Contenu de a présentation Qu est-ce que e CRM? Pourquoi a gestion cient? CRM :

Plus en détail

2. Ordinaire ou domestique, nous en sommes tous responsables

2. Ordinaire ou domestique, nous en sommes tous responsables MAGAZINE DE LA FÉDÉRATION DES PARCS NATURELS RÉGIONAUX DE FRANCE - DÉCEMBRE 2010 - N 66 U N E A U T R E V I E S I N V E N T E I C I FOCAL Année internationae de a biodiversité : 2. Ordinaire ou domestique,

Plus en détail

Sommaire. Édito. > Les mots-clés 49 > Les adresses utiles 51 CIO, SCUIO, vie étudiante, Crous 51 Accueil des étudiants en situation de handicap 52

Sommaire. Édito. > Les mots-clés 49 > Les adresses utiles 51 CIO, SCUIO, vie étudiante, Crous 51 Accueil des étudiants en situation de handicap 52 Édito VOTRE guide est arrivé. A partir de à, horizon de vos études supérieures s écaire! Enfin tout reste à faire quand même : identifier vos points forts, faire e bian de vos intérêts, et séectionner

Plus en détail

De la caractérisation à l identification des langues

De la caractérisation à l identification des langues De a caractérisation à identification des angues Séection de conférences données ors de a 1 ère journée d étude sur identification automatique des angues, Lyon, 19 janvier 1999 avec e soutien de Association

Plus en détail

Sécurité Lexmark pour les imprimantes et MFP compatibles avec les solutions

Sécurité Lexmark pour les imprimantes et MFP compatibles avec les solutions Sécurité Lexmark pour es imprimantes et MFP compatibes avec es soutions Améioration de a sécurité de vos documents et vos données d entreprise En terme de sécurité, votre organisation doit être assurée

Plus en détail

Nouveaux modules encastrables Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques

Nouveaux modules encastrables Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques Nouveaux modues encastrabes Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques Queque soit votre projet - Restaurant d Entreprise ou d Université, Restauration commerciae, vente à emporter,

Plus en détail

Bouclier sanitaire : choisir entre égalité et équité?

Bouclier sanitaire : choisir entre égalité et équité? Document de travai Working paper Boucier sanitaire : choisir entre égaité et équité? Une anayse à partir du modèe ARAMMIS Thierry Debrand (Irdes) Christine Sorasith (Irdes) DT n 32 Juin 2010 Reproduction

Plus en détail

LA GAMME JCB TELETRUK JCB INDUSTRIE

LA GAMME JCB TELETRUK JCB INDUSTRIE LA GAMME JCB TELETRUK JCB INDUSTRIE Le chariot éévateur industrie e pus poyvaent au monde Prenez un chariot éévateur industrie compact. Ajoutez une fèche téescopique et une transmission hydrostatique.

Plus en détail

Comment établir de vraies collaborations entre parcs et villes portes? LE DÉBAT FOCAL PUBLICITÉ ET PAYSAGE : VERS UNE RÉSOLUTION DU CONFLIT

Comment établir de vraies collaborations entre parcs et villes portes? LE DÉBAT FOCAL PUBLICITÉ ET PAYSAGE : VERS UNE RÉSOLUTION DU CONFLIT MAGAZINE DE LA FÉDÉRATION DES PARCS NATURELS RÉGIONAUX DE FRANCE MARS 2009 - N 62 U N E A U T R E V I E S I N V E N T E I C I FOCAL PUBLICITÉ ET PAYSAGE : VERS UNE RÉSOLUTION DU CONFLIT LE DÉBAT Comment

Plus en détail

REVUE DE PRESSE Juillet - Août - Septembre 2009

REVUE DE PRESSE Juillet - Août - Septembre 2009 Sécuriser / Optimiser / Anayser utiisation intern REVUE DE PRESSE Jui - Août - Septembre 2009 Contacts presse CYMBIOZ OLFEO Laëtitia Berché Emiie Neige aitiaberche@cymbiozcom eneige@ofeocom Té : 01 42

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

de l'économie à l'aménagement du territoire Rapport d'activités Société Financière Lorient Développement Capital investissement

de l'économie à l'aménagement du territoire Rapport d'activités Société Financière Lorient Développement Capital investissement de 'économie à 'aménagement du territoire Rapport d'activités 2011 Société Financière Lorient Déveoppement Capita investissement AUDELOR, outi d action outi de réfexion La production d un rapport d activité

Plus en détail

Dossier de veille de l IFÉ

Dossier de veille de l IFÉ n 102 Juin 2015 Sommaire Page 2 : Les difficutés des éèves révéées par es évauations Page 7 : À a recherche d une pus grande maitrise des pratiques d enseignement Page 17 : L apprentissage des mathématiques

Plus en détail

Le s e cte ur autom obil e s indus trie s conne xe s

Le s e cte ur autom obil e s indus trie s conne xe s Le s e cte ur autom obi e et e s indus trie s conne xe s Portraitrégionade ce s activités e n p e ine m utation Dans un conte xte de m ondia is ation e t de concurre nce accrue, indus trie autom obi e

Plus en détail

DECLARATION NOMINATIVE ANNUELLE

DECLARATION NOMINATIVE ANNUELLE 927548 Y 2014 927548 Y SARL LITION EMO EMOLITION, TERRASSEMENTS 226 CHEMIN E L ANCIEN VALLON 06670 LEVENS ECLARATION NOMINATIVE ANNUELLE M E S S A G E S :.. Veuiez ire IMPERATIVEMENT a notice expicative

Plus en détail

Location et location à bail de matériel automobile

Location et location à bail de matériel automobile N o 63-242-X au catalogue. Bulletin de service Location et location à bail de matériel automobile 2006. Faits saillants Le total des revenus des sociétés de location et de location à bail du matériel automobile

Plus en détail

Rapport d activités 2013

Rapport d activités 2013 Rapport d activités 213 1 1 1.1 Sudoc... p. 5 Nouvee convention de participation au Sudoc... p. 5 Sudoc professionne... p. 5 Sudoc pubic... p. 5 Ouverture de Coodus pour une simpification de exemparisation...

Plus en détail

Languedoc-Roussillon. rentrée. ministère de l'éducation nationale l ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche

Languedoc-Roussillon. rentrée. ministère de l'éducation nationale l ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche Languedoc-Roussion rentrée 2011 ministère de 'éducation nationae ministère de 'enseignement supérieur et de a recherche édito La sortie du guide «Après e BAC» régiona est devenue un rendezvous tout à fait

Plus en détail

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto. GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST Té. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mai : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.com Votre tééphonie d entreprise : convergence fixe & mobie Depuis

Plus en détail

Les écarts des coûts hospitaliers sont-ils justifiables? Réflexions sur une convergence tarifaire entre les secteurs public et privé en France

Les écarts des coûts hospitaliers sont-ils justifiables? Réflexions sur une convergence tarifaire entre les secteurs public et privé en France Document de travai Working paper Les écarts des coûts hospitaiers sont-is justifiabes? Réfexions sur une convergence tarifaire entre es secteurs pubic et privé en France Zeynep Or (Irdes) Thomas Renaud

Plus en détail

Préparation au financement climatique

Préparation au financement climatique Programme des Nations Unies pour e déveoppement A servicio de as personas y as naciones Préparation au financement cimatique Un cadre pour comprendre ce que signifie être «prêt» à utiiser e financement

Plus en détail

Modélisation du stockage et déstockage d énergie dans un composite chargé avec un matériau à changement de phase

Modélisation du stockage et déstockage d énergie dans un composite chargé avec un matériau à changement de phase Modéisation du stockage et déstockage d énergie dans un composite chargé avec un matériau à changement de phase Moussa AADMI *1, Mustapha KARKRI 2, Abedewaheb TRIGUI 2, Mimoun ELHAMMOUTI 1, Magai FOI 2

Plus en détail