CEG4566/CSI4541 Conception de systèmes temps réel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CEG4566/CSI4541 Conception de systèmes temps réel"

Transcription

1 CEG4566/CSI4541 Conception de systèmes temps réel Chapitre 6 Vivacité, sécurité (Safety), fiabilité et tolérance aux fautes dans les systèmes en temps réel 6.1 Introduction générale aux notions de sécurité et de vivacité Une propriété de sécurité indique que rien de mauvais ne peut arriver. Une propriété de vivacité indique qu une bonne chose peut éventuellement arriver. En pratique ses notions sont implémentées par l utilisation des threads et des moniteurs. Notre objectif : Est de s assurer que les deux propriétés ci-dessus sont satisfaites dans notre système en temps réel. 6.2 Vivacité Définition Il est possible que deux processus n'arrivent jamais à se synchroniser pour une raison ou pour une autre. Ceci peut conduire à l'absence de réalisation d'un objectif fixé sans pour autant qu'il y ait interblocage. Exemple: Pour réparer un chauffe-eau électrique, le plombier peut demander que l alimentation électrique soit correctement installée: il faut donc l'intervention préalable de l'électricien; l'électricien peut lui exiger de ne faire les travaux que lorsque il n y ai plus de risques et que les problèmes de fuites d'eau seront résolus : il faut au préalable l'intervention du plombier Les deux processus sont actifs (ils viennent régulièrement) mais ils ne font pas progresser les choses : on est face à une activité non constructive et donc un problème de vivacité Propriétés de la vivacité Soit l exemple suivant (d après Jeff Magee). Un passage sur un pont à sens unique ne peut laisser passer les voitures que sur une seule voie. Les voitures ne peuvent avancer concurremment que ci elles vont dans la même direction. Chapitre VI - CEG4566/CSI4541 RNM SIGE UOttawa Hiver

2 On a un problème si deux voitures avançant dans deux directions différentes entrent sur le pont en même temps. Model : - Événements ou actions intéressantes? Entrer et Sortir - Processus? Voitures et Pont - Propriétés? Sens unique - Définir chaque processus et les interactions entre processus (structure) - const N = 3 //nombre de chaque type de voiture - Range T = 0..N //comptage de voiture - Range ID= 1..N //Identité de la voiture La question est : Est-ce chaque voiture a éventuellement une chance de traverser le pont? On dit qu elle progresse. La propriété de progression indique qu il est toujours possible qu une action va éventuellement s exécuter. La progression est le contraire de la famine (nom donné à une situation où une action n a aucune de s exécuter). Choix équitable : Si un ensemble de transitions est exécuté indéfiniment souvent, alors chaque transition de cet ensemble doit être exécutée indéfiniment souvent. Exemple : Jeter indéfiniment une pièce en l air, les deux faces de la pièce (pile, face) vont sortir indéfiniment souvent. Si on applique le principe du choix équitable à notre exemple de pont, il y aura toujours progression. progress BLUECROSS = {blue[id].enter} progress REDCROSS = {red[id].enter} Aucune violation de la progression détectée. Pour détecter des violations de la règle de progression, il faut soumettre le système à des situations où le choix équitable n est plus possible. Par exemple, une congestion du pont. Dans ce cas on impose une règle d ordonnancement adaptée pour éviter la famine et assurer la progression. Chapitre VI - CEG4566/CSI4541 RNM SIGE UOttawa Hiver

3 Exemple d algorithme (d après Jeff Magee) : Le problème est qu il se peut que des voitures attendent aux deux extrémités du pont et que le pont n autorisent ni les voitures bleues ni rouges à le traverser. Si on suppose qu on a 3 voitures rouges et 3 bleues qui attendent, on aura le cas suivant : red.1.request red.2.request red.3.request blue.1.request blue.2.request blue.3.request Solution? Introduire une certaine asymétrie dans le problème sous la forme d une variable booléenne (bt) qui casse le blocage en indiquant si c est le tour des bleues ou des rouges de traverser. Arbitrairement on initialise bt à 1 ce qui donne la priorité au bleues. Chapitre VI - CEG4566/CSI4541 RNM SIGE UOttawa Hiver

4 6.3 Sécurité (safety) Définitions Aptitude d une entité à maintenir un niveau d acceptabilité d événement à priori redoutés pouvant mettre en cause immédiatement ou à terme la vie de l homme, l intégrité de ses biens, son environnement (c est la probabilité que le système puisse faire apparaitre des événements définis comme redoutés avec un niveau de risque inacceptable). Par contre, la sureté de fonctionnement : Caractérise l aptitude pour un système, un produit ou une activité de satisfaire l ensemble des performances opérationnelles requise pour une mission donnée. Quand on dit que la sécurité indique que rien de mauvais ne peut arriver, on sous-entend que : - Pas d ARRET ou de BLOCAGE (aucune transition possible) - Pas d ERREUR dans la détection d un comportement erroné du système. - Aucun état ERREUR/ARRET qui soit un état puits du système (voir RdP, chapitre II) Exemple Dans l exemple précédent du pont à sens unique, une erreur dans la détection du comportement erroné du système peut provoquer des conséquences catastrophiques. Des solutions s imposent : - Synchronisation - Priorité - Exclusion mutuelle Les conditions d erreur indiquent ce qui n est par requis par le système (ex : les exceptions) Dans les systèmes complexes et critiques, on préfère spécifier clairement toutes les exigences de sécurité on indiquant ce qui est requis par le système. Souvent on fait ce qu on appelle une analyse de sécurité. Remarque : En plus d assurer la sécurité on doit assurer aussi la vivacité du système et une certaine sureté de fonctionnement. Chapitre VI - CEG4566/CSI4541 RNM SIGE UOttawa Hiver

5 6.4 Fiabilité et tolérance aux fautes Mise en situation Dans les systèmes à grande présence de logiciel (des millions de ligne de code): - Pour chaque million de lignes de code erreurs (bugs) - 90% des erreurs sont détectées lors des tests logiciels erreurs vont apparaitre lors de la première année d utilisation erreurs vont rester non détectées. - Et le pire c est les erreurs dormantes! Définitions Fiabilité du logiciel : - On ne peut pas vraiment parler de fiabilité quand in s agit de logiciel, la fiabilité est plutôt réserver au matériel. - Certain la définissent comme une mesure du succès qu a un système à se conformer à certaines exigences de son comportement. Défaillance du logiciel : - C est une déviation du système par rapport aux exigences pour lesquelles il a été développé. - Les défaillances résultent de problèmes internes au système qui se manifestent dans le comportement externe du système. - Ces problèmes sont appelés erreurs et les algorithmes qui les causent sont appelés fautes. - 4 Sources de fautes qui peuvent conduire à la défaillance du système : o Spécification (exigences) incorrectes. o Erreurs de conception du logiciel. o Erreurs matériel (processeur) o Erreurs de communication entre sous-systèmes. Classification des fautes : - Transitoire : Elle apparait une fois puis disparait. - Intermittente : Elle est transitoire et apparait périodiquement. - Permanente : Continue d exister jusqu au moment où on répare la composante fautive. Types de défaillance : - Crash : Un serveur s arrête de fonctionner mais jusque là il fonctionne correctement. - Omission : Un serveur omet de répondre à une demande. - Timing : La réponse est en dehors des limites temporelles imposées par le système en temps réel. - Réponse incorrect. Chapitre VI - CEG4566/CSI4541 RNM SIGE UOttawa Hiver

6 - Défaillance arbitraire (Byzantine) : Des réponses arbitraires sont produites à des temps arbitraires. Classification des modes de défaillance Mode défaillance Domaine valeur Domaine temps Aléatoire (Incontrollable) Erreur de contrainte Erreur de valeur En avance Omission En retard Défaillance sourde Arrêt Défaillance contrôlée Risques et sécurité - dans le cadre des systèmes informatiques, la sécurité doit couvrir aussi bien les nuisances de nature aléatoire (les dangers) que les nuisances de nature volontaire (les menaces). - Pour bien marquer cette distinction, les spécialistes de gestion des risques informatiques utilisent les termes de : o Sécurité-innocuité dans le premier cas (Safety) o Sécurité-confidentialité dans le second cas (Security) La sécurité-innocuité : - Elle concerne l aptitude du système à ne pas connaitre d événements catastrophiques. - Les dangers sont des défaillances du matériel, les défaillances du logiciel et les erreurs humaines non intentionnelles (non malicieuses). - Ces aspects sont traités dans le cadre de la sureté de fonctionnement. La sécurité-confidentialité : - Elle concerne l aptitude du système à se prémunir de la manipulation non-autorisée de l information à des fins malveillantes. - Ces aspects sont traités dans le cadre de la sécurité des systèmes informatiques. Note : Dans notre cours de système en temps réel, on ne regarde que les aspects de sureté de fonctionnement (safety) Chapitre VI - CEG4566/CSI4541 RNM SIGE UOttawa Hiver

7 Exercice : Cocher la bonne case : Sécurité-innocuité? ou confidentialité? Tolérance aux fautes Les systèmes embarqués, critiques et en temps réel sont toujours conçus comme étant des systèmes tolérants aux fautes. La tolérance aux fautes est fortement liée aux notions suivantes : Disponibilité, fiabilité, sécurité, sureté, maintenabilité. C est ce qu on appelle la dépendabilité. Dépendabilité Prêt à l usage Continuité de délivrance du service Pas de conséquences catastrophiques Pas d accès non autorisé à l information Pas d altération de l information Aptitude à être réparé Disponible Fiable Sécuritaire Confidentiel Intègre Maintenable Chapitre VI - CEG4566/CSI4541 RNM SIGE UOttawa Hiver

8 Exemple : Une attaque cybernétique : Comment construire un système en temps réel tolérant aux fautes? Réponse 1 : Il faut construire un système sûr de sa conception à sa validation. Un système sûr de sa conception à sa validation Évitement des fautes Élimination des fautes Tolérance aux fautes Prévision des fautes Chapitre VI - CEG4566/CSI4541 RNM SIGE UOttawa Hiver

9 Réponse 2 : Il faut prévoir des dispositions à la sécurité Réponse 3 : Il faut intervenir à différentes étapes de la conception pour démontrer une assurance de la conception et une assurance qualité. Chapitre VI - CEG4566/CSI4541 RNM SIGE UOttawa Hiver

10 6.5 Étude de cas, Pompe à insuline pour personnes diabétiques (D après Ian Sommerville, Software Engineering 8th edition) Introduction Les systèmes médicaux intègrent de plus en plus des systèmes informatiques qui sont souvent critiques. La défaillance de ces systèmes peut causer un danger pour la santé ou la vie des patients. La sécurité des patients dépend du bon fonctionnement de ces équipements ainsi que de leur exacte réponse dans le temps. Contrairement aux systèmes industriels, ces instrumentations biomédicales sont souvent fortement intégrées et nécessitent une très grande précision Mise en situation Les personnes soufrant de diabète ne sécrètent plus d hormones naturelles pour le métabolisme du glucose. La fonction du pancréas est remplacée par une insuline artificielle. D où dans certains cas la nécessité d utiliser des pompes à insuline. La pompe utilise un capteur qui mesure la quantité de glucose dans le sang à des intervalles de temps réguliers. L insuline sera injectée à des quantités qui ramènent le taux de glucose au taux normal. On observe donc, qu on a des contraintes de temps et de précision. Les attributs de ce type de système sont nécessairement : - La disponibilité. - La fiabilité - La sécurité - La vivacité Question : Justifier ces trois attributs. Chapitre VI - CEG4566/CSI4541 RNM SIGE UOttawa Hiver

11 6.5.3 Architecture du système Insulin reservoir Needle assembly Pump Clock Sensor Controller Alarm Display1 Display2 Power supply Le flux de données pour un tel système peut se représenté comme suit : Blood Blood sugar sensor Blood parameters Blood sugar analysis Blood sugar level Insulin Insulin pump Pump control commands Insulin delivery controller Insulin requirement Insulin requirement computation Algorithme - Mesurer le taux de glucose dans le sang - Comparer des mesures successives. - Si le niveau de glucose augmente, alors injecter de l insuline - Maintenir un niveau stable de glucose - Répéter. Chapitre VI - CEG4566/CSI4541 RNM SIGE UOttawa Hiver

12 Note : L injection de l insuline ne dépend pas seulement de la quantité de glucose dans le sang mais aussi des injections précédentes car l action de l insuline n est pas instantanée. L algorithme de décision d injecter de l insuline et sa quantité est assez complexe Scénarios d injection d insuline Niveau De glucose Injecter Région indésirable Injecter Ne pas injecter Ne pas injecter Ne pas injecter Région sécuritaire Région non sécuritaire t1 t2 t3 Temps Travail personnel Étudier et analyser en détail cette pompe à insuline. Décrire des architectures logicielles et matérielles qui respectent les attributs de ce système en temps réel, embarqué et critique. Chapitre VI - CEG4566/CSI4541 RNM SIGE UOttawa Hiver

Systèmes et algorithmes répartis

Systèmes et algorithmes répartis Systèmes et algorithmes répartis Tolérance aux fautes Philippe Quéinnec Département Informatique et Mathématiques Appliquées ENSEEIHT 4 novembre 2014 Systèmes et algorithmes répartis V 1 / 45 plan 1 Sûreté

Plus en détail

Sûreté de fonctionnement. Cyber-sécurité et sécurité informatique Similitudes d approche avec la sécurité fonctionnelle

Sûreté de fonctionnement. Cyber-sécurité et sécurité informatique Similitudes d approche avec la sécurité fonctionnelle Sûreté de fonctionnement Cyber-sécurité et sécurité informatique Similitudes d approche avec la sécurité fonctionnelle Sommaire Evolution des réseaux industriels et conséquences Modèle de prévention selon

Plus en détail

Introduction à la sécurité des systèmes embarqués

Introduction à la sécurité des systèmes embarqués RMLL 2007 Introduction à la sécurité des systèmes embarqués email web : kadionik@enseirb.fr : http://www.enseirb.fr/~kadionik http://www.enseirb.fr/cosynux/ Patrice KADIONIK ENSEIRB - IMS pk/enseirb/2007-1-

Plus en détail

Exclusion Mutuelle. Arnaud Labourel Courriel : arnaud.labourel@lif.univ-mrs.fr. Université de Provence. 9 février 2011

Exclusion Mutuelle. Arnaud Labourel Courriel : arnaud.labourel@lif.univ-mrs.fr. Université de Provence. 9 février 2011 Arnaud Labourel Courriel : arnaud.labourel@lif.univ-mrs.fr Université de Provence 9 février 2011 Arnaud Labourel (Université de Provence) Exclusion Mutuelle 9 février 2011 1 / 53 Contexte Epistémologique

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Évaluation EAL 2 + du produit Data Loss Prevention Version 11.1.1 Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications Canada à titre d organisme de certification dans

Plus en détail

Introduction aux systèmes temps réel. Iulian Ober IRIT ober@iut-blagnac.fr

Introduction aux systèmes temps réel. Iulian Ober IRIT ober@iut-blagnac.fr Introduction aux systèmes temps réel Iulian Ober IRIT ober@iut-blagnac.fr Définition Systèmes dont la correction ne dépend pas seulement des valeurs des résultats produits mais également des délais dans

Plus en détail

PLAN. Synchronisation des Processus: Exclusion Mutuelle. Problème de synchronisation: Exemple. Spécification du Problème

PLAN. Synchronisation des Processus: Exclusion Mutuelle. Problème de synchronisation: Exemple. Spécification du Problème PLAN Synchronisation des Processus: Exclusion Mutuelle N.Hameurlain http://www.univ-pau.fr/~hameur Spécification du problème Section Critique () Exclusion Mutuelle Principe Propriétés Réalisation d exclusion

Plus en détail

Meilleures pratiques de l authentification:

Meilleures pratiques de l authentification: Meilleures pratiques de l authentification: mettre le contrôle à sa place LIVRE BLANC Avantages d un environnement d authentification totalement fiable : Permet au client de créer son propre token de données

Plus en détail

Notions de sécurités en informatique

Notions de sécurités en informatique Notions de sécurités en informatique Bonjour à tous, voici un article, vous proposant les bases de la sécurité informatique. La sécurité informatique : Vaste sujet, car en matière de sécurité informatique

Plus en détail

Annexe 5. Kaspersky Security For SharePoint Servers. Consulting Team

Annexe 5. Kaspersky Security For SharePoint Servers. Consulting Team Annexe 5 Kaspersky Security For SharePoint Servers Consulting Team 2015 K A S P E R S K Y L A B Immeuble l Européen 2, rue 1 Joseph Monier 92859 Rueil Malmaison Cedex Table des matières Table des matières...

Plus en détail

Partie 6 : Ordonnancement de processus

Partie 6 : Ordonnancement de processus INF3600+INF2610 Automne 2006 Partie 6 : Ordonnancement de processus Exercice 1 : Considérez un système d exploitation qui ordonnance les processus selon l algorithme du tourniquet. La file des processus

Plus en détail

Vulnérabilités et sécurisation des applications Web

Vulnérabilités et sécurisation des applications Web OSSIR 09/09/2002 Vulnérabilités, attaques et sécurisation des applications Web Pourquoi les firewalls sont impuissants patrick.chambet@edelweb.fr http://www.edelweb.fr http://www.chambet.com Page 1 Planning

Plus en détail

Processus d Informatisation

Processus d Informatisation Processus d Informatisation Cheminement de la naissance d un projet jusqu à son terme, deux grandes étapes : Recherche ou étude de faisabilité (en amont) L utilisateur a une idée (plus ou moins) floue

Plus en détail

> livre blanc. Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger?

> livre blanc. Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger? > livre blanc Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger? QU EST-CE QUE CELA SIGNIFIE? VOTRE ENTREPRISE N EST PAS TROP GRANDE NI TROP PETITE POUR ÊTRE PIRATÉE Revenons dix ans en arrière,

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

La gestion du diabète lors des sports : apports des nouvelles technologies

La gestion du diabète lors des sports : apports des nouvelles technologies U S D Union Sports & Diabète La gestion du diabète lors des sports : apports des nouvelles technologies Journées nationales des diabétiques qui bougent, Vichy 17-18-19 mai 2013 Docteur Muriel TSCHUDNOWSKY

Plus en détail

MASTER SIS PRO : logique et sécurité DÉTECTION D INTRUSIONS. Odile PAPINI, LSIS. Université de Toulon et du Var. papini@univ-tln.

MASTER SIS PRO : logique et sécurité DÉTECTION D INTRUSIONS. Odile PAPINI, LSIS. Université de Toulon et du Var. papini@univ-tln. MASTER SIS PRO : logique et sécurité DÉTECTION D INTRUSIONS Odile PAPINI, LSIS. Université de Toulon et du Var. papini@univ-tln.fr Plan Introduction Généralités sur les systèmes de détection d intrusion

Plus en détail

Cible de sécurité CSPN

Cible de sécurité CSPN Cible de sécurité CSPN Dropbear 2012.55 Ref 12-06-037-CSPN-cible-dropbear Version 1.0 Date June 01, 2012 Quarkslab SARL 71 73 avenue des Ternes 75017 Paris France Table des matières 1 Identification 3

Plus en détail

Cours. Plan. Définitions. Objectifs. Chapitre 4: Analyse de risques. Définitions et objectifs. Méthodes d analyse de risques. Méthode du NIST 8000-30

Cours. Plan. Définitions. Objectifs. Chapitre 4: Analyse de risques. Définitions et objectifs. Méthodes d analyse de risques. Méthode du NIST 8000-30 Plan Définitions et objectifs Cours Sécurité et cryptographie Chapitre 4: Analyse de risques Méthodes d analyse de risques Méthode Méhari Méthode du NIST 8000-30 Méthode Conclusion Hdhili M.H Cours sécurité

Plus en détail

Julien MATHEVET Alexandre BOISSY GSID 4. Rapport RE09. Load Balancing et migration

Julien MATHEVET Alexandre BOISSY GSID 4. Rapport RE09. Load Balancing et migration Julien MATHEVET Alexandre BOISSY GSID 4 Rapport Load Balancing et migration Printemps 2001 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 SYNTHESE CONCERNANT LE LOAD BALANCING ET LA MIGRATION... 4 POURQUOI FAIRE DU LOAD BALANCING?...

Plus en détail

M2 TIIR (2013-2014) Bilel Derbel

M2 TIIR (2013-2014) Bilel Derbel M2 TIIR (2013-2014) Bilel Derbel Notre but est de concevoir une application générique sur grid5000 qui permet de déployer des calculs parallèles de façon transparente Plus précisément, nous nous plaçons

Plus en détail

La sécurité intelligente intégrée pour protéger vos données critiques

La sécurité intelligente intégrée pour protéger vos données critiques IBM Software Livre blanc sur le leadership éclairé Avril 2013 La sécurité intelligente intégrée pour protéger vos données critiques Exploitez des informations décisionnelles afin de réduire les risques

Plus en détail

Tolérance aux pannes

Tolérance aux pannes Tolérance aux pannes Arnaud Labourel Université de Provence 15 mars 2012 Arnaud Labourel (Université de Provence) Tolérance aux pannes 15 mars 2012 1 / 55 Présentation Tolérances aux pannes Pannes Définition

Plus en détail

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission.

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission. Fiche n 68 164 Parfois les sapeurs-pompiers, sont amenés pour porter secours à entrer par effraction soit par la fenêtre ou par la porte. Cette action est appelée «ouverture de porte». Textes de référence

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications à titre d organisme de certification dans le cadre du Schéma canadien d évaluation et de certification selon les critères

Plus en détail

Windows Internet Name Service (WINS)

Windows Internet Name Service (WINS) Windows Internet Name Service (WINS) WINDOWS INTERNET NAME SERVICE (WINS)...2 1.) Introduction au Service de nom Internet Windows (WINS)...2 1.1) Les Noms NetBIOS...2 1.2) Le processus de résolution WINS...2

Plus en détail

Architectures logicielles pour les systèmes embarqués temps réel

Architectures logicielles pour les systèmes embarqués temps réel ETR 07 4 septembre 2007 Architectures logicielles pour les systèmes embarqués temps réel Jean-Philippe Babau, Julien DeAntoni jean-philippe.babau@insa-lyon.fr 1/31 Plan Architectures logicielles pour les

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère ou Terminale Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Sous-thème : 3.2 Les systèmes vivants utilisent deux grandes voies de communication

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Évaluation EAL 2 + du système d exploitation Data Domain version 5.2.1.0 Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications Canada à titre d organisme de certification

Plus en détail

MEAD : temps réel et tolérance aux pannes pour CORBA

MEAD : temps réel et tolérance aux pannes pour CORBA MEAD : un intergiciel temps-réel et tolérant aux pannes pour CORBA Master 2 Informatique Recherche Université de Marne-la-Vallée Vendredi 3 mars 2006 Plan 1 Introduction 2 Solutions existantes 3 Concilier

Plus en détail

Solutions de sécurité des données Websense. Sécurité des données

Solutions de sécurité des données Websense. Sécurité des données Sécurité des données Data Security Suite Data Discover Data Monitor Data Protect Data Endpoint Solutions de sécurité des données Sécurité des Données: l approche de permet d assurer l activité de l entreprise

Plus en détail

Informatique industrielle A7-19571 Systèmes temps-réel J.F.Peyre. Partie I : Introduction

Informatique industrielle A7-19571 Systèmes temps-réel J.F.Peyre. Partie I : Introduction Informatique industrielle A7-19571 Systèmes temps-réel J.F.Peyre Partie I : Introduction Plan de la première partie Quelques définitions Caractéristiques communes des applications temps-réel Exemples d

Plus en détail

Claude Kaiser Paradigmes de la concurrence SRI_B PASSAGE DE TÉMOIN

Claude Kaiser Paradigmes de la concurrence SRI_B PASSAGE DE TÉMOIN PASSAGE DE TÉMOIN coopération par division du travail entre les processus 4) Rendez-vous à 2, symétrique, avec ou non une écriture ou un envoi de message (avec acquittement) Rendez-vous multiple : m processus

Plus en détail

Algorithmes probabilistes. Références: Fundamentals of Algortihms de Gilles Brassard et Paul Bratley Note de cours de Pierre McKenzie

Algorithmes probabilistes. Références: Fundamentals of Algortihms de Gilles Brassard et Paul Bratley Note de cours de Pierre McKenzie Algorithmes probabilistes Références: Fundamentals of Algortihms de Gilles Brassard et Paul Bratley Note de cours de Pierre McKenzie Mise en contexte: Indices: Vous êtes à la recherche d un trésor légendaire

Plus en détail

Bibliographie. Gestion des risques

Bibliographie. Gestion des risques Sécurité des réseaux informatiques Bernard Cousin Université de Rennes 1 Sécurité des réseaux informatiques 1 Introduction Risques Attaques, services et mécanismes Les attaques Services de sécurité Mécanismes

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification McAfee Enterprise Mobility Management 12.0 Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications Canada à titre d organisme de certification dans le cadre du Schéma canadien

Plus en détail

Sécurité et sûreté des systèmes embarqués et mobiles

Sécurité et sûreté des systèmes embarqués et mobiles Sécurité et sûreté des systèmes embarqués et mobiles Pierre.Paradinas / @ / cnam.fr Cnam/Cedric Systèmes Enfouis et Embarqués (SEE) Plan du cours Sécurité des SEMs La plate-forme et exemple (GameBoy, Smart

Plus en détail

Présentation CERT IST. 9 Juin 2009. Enjeux et Mise en Œuvre du DLP. Alexandre GARRET Directeur des Opérations ATHEOS agarret@atheos.

Présentation CERT IST. 9 Juin 2009. Enjeux et Mise en Œuvre du DLP. Alexandre GARRET Directeur des Opérations ATHEOS agarret@atheos. Présentation CERT IST 9 Juin 2009 Enjeux et Mise en Œuvre du DLP Alexandre GARRET Directeur des Opérations ATHEOS agarret@atheos.fr Sommaire Constats, Riques & Enjeux Qu'est ce que le DLP? Quelle Démarche

Plus en détail

Cours de Génie Logiciel

Cours de Génie Logiciel Cours de Génie Logiciel Sciences-U Lyon Diagrammes UML (2) http://www.rzo.free.fr Pierre PARREND 1 Avril 2005 Sommaire Les Diagrammes UML Diagrammes de Collaboration Diagrammes d'etats-transitions Diagrammes

Plus en détail

Atelier de travail sur la résilience d une organisation. Comment diagnostiquer un potentiel de résilience à l interne d une organisation?

Atelier de travail sur la résilience d une organisation. Comment diagnostiquer un potentiel de résilience à l interne d une organisation? Atelier de travail sur la résilience d une organisation Comment diagnostiquer un potentiel de résilience à l interne d une organisation? 1 RÉSILIENCE Aptitude d un système à maintenir ou à rétablir un

Plus en détail

RÈGLEMENT DU CONCOURS. MES RECETTES, MON PAYS! («Concours») du 9 février minuit au 28 février 2015 à 23 h 59 («Durée du Concours»)

RÈGLEMENT DU CONCOURS. MES RECETTES, MON PAYS! («Concours») du 9 février minuit au 28 février 2015 à 23 h 59 («Durée du Concours») RÈGLEMENT DU CONCOURS MES RECETTES, MON PAYS! («Concours») du 9 février minuit au 28 février 2015 à 23 h 59 («Durée du Concours») Radio-Canada (Organisateur du concours) 1. MODALITÉS DE PARTICIPATION Aucun

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Effets des hormones sur la glycémie du rat

Effets des hormones sur la glycémie du rat UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc Licence Biologie des Organismes Travaux Pratiques de Physiologie Animale : Effets des hormones sur la glycémie du rat . La glycémie est une

Plus en détail

Conditions de Maintenance et Service Après-Vente

Conditions de Maintenance et Service Après-Vente Conditions de Maintenance et Service Après-Vente Durée de garantie et durée de vie des dispositifs Le tableau ci-après présente pour chaque dispositif médical distribué par la société Pentaferte France,

Plus en détail

Précis de système d exploitation Synchronisation des processus

Précis de système d exploitation Synchronisation des processus Précis de système d exploitation Synchronisation des processus 2ième Année Informatique et Mathématiques Appliquées Gérard Padiou 4 septembre 2007 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Hypothèses de

Plus en détail

LIVRE BLANC. Mise en œuvre d un programme efficace de gestion des vulnérabilités

LIVRE BLANC. Mise en œuvre d un programme efficace de gestion des vulnérabilités Mise en œuvre d un programme efficace de gestion des vulnérabilités Sommaire Les défis de la gestion des vulnérabilités 3 Identification des principales faiblesses 3 Développement d un programme efficace

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Évaluation EAL 3 + du produit Symantec Risk Automation Suite 4.0.5 Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications Canada à titre d organisme de certification dans

Plus en détail

Système d'information Page 1 / 7

Système d'information Page 1 / 7 Système d'information Page 1 / 7 Sommaire 1 Définition... 1 2 Fonctions du système d information... 4 2.1 Recueil de l information... 4 2.2 Mémorisation de l information... 4 2.3 Traitement de l information...

Plus en détail

Ma ligne de conduite (le «Concours»)

Ma ligne de conduite (le «Concours») RÈGLEMENT DU CONCOURS Ma ligne de conduite (le «Concours») de 15h00 HAE le 27 octobre 2014 à 23h59 HE le 7 décembre 2014 («Durée du Concours») Radio-Canada et la Société de l assurance automobile du Québec

Plus en détail

s é c u r i t é Conférence animée par Christophe Blanchot

s é c u r i t é Conférence animée par Christophe Blanchot s é c u r i t é i n f o r m a t i q u e La sécurité des systèmes d information Conférence animée par Christophe Blanchot Tour de table Présentation Nom, prénom, promotion Entreprise et fonction Expérience(s)

Plus en détail

Validation des processus de production et de préparation du service (incluant le logiciel)

Validation des processus de production et de préparation du service (incluant le logiciel) Validation des processus de production et de préparation du service (incluant le logiciel) Traduction non officielle du document Réponses et décisions de EK-Med 3.9 B 18 publié sur le site Web de l organisme

Plus en détail

Cours A7 : Temps Réel

Cours A7 : Temps Réel Cours A7 : Temps Réel Pierre.Paradinas / @ / cnam.fr Cnam/Cedric Systèmes Enfouis et Embarqués (SEE) Organisation des cours 12 prochaines séances 6 janvier au 24 mars, Partiel le 27 janvier, Les 3 et 24

Plus en détail

Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne

Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne Entrée en vigueur le 18 juin 2010 Préparé et sous la responsabilité de la Direction des services juridiques Section affaires juridiques Approuvé

Plus en détail

Differential Synchronization

Differential Synchronization Differential Synchronization Neil Fraser Google 2009 BENA Pierrick CLEMENT Lucien DIARRA Thiemoko 2 Plan Introduction Stratégies de synchronisation Synchronisation différentielle Vue d ensemble Dual Shadow

Plus en détail

Vers l'orchestration de grilles de PC par les mécanismes de publicationsouscription

Vers l'orchestration de grilles de PC par les mécanismes de publicationsouscription Vers l'orchestration de grilles de PC par les mécanismes de publicationsouscription Présentée par Leila Abidi Sous la direction de Mohamed Jemni & Christophe Cérin Plan Contexte Problématique Objectifs

Plus en détail

Vérification Formelle des Aspects de Cohérence d un Workflow net

Vérification Formelle des Aspects de Cohérence d un Workflow net Vérification Formelle des Aspects de Cohérence d un Workflow net Abdallah Missaoui Ecole Nationale d Ingénieurs de Tunis BP. 37 Le Belvédère, 1002 Tunis, Tunisia abdallah.missaoui@enit.rnu.tn Zohra Sbaï

Plus en détail

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333)

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) Cours #7 Hiver 2012 Ordre du jour Gestion des risques Introduction Concepts & définitions Processus d analyse Outils & méthodes Résultats Pause de 15 minutes Suivit des coûts

Plus en détail

Eléments de spécification des systèmes temps réel Pierre-Yves Duval (cppm)

Eléments de spécification des systèmes temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Eléments de spécification des systèmes temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Ecole d informatique temps réel - La Londes les Maures 7-11 Octobre 2002 - Evénements et architectures - Spécifications de performances

Plus en détail

Normalisation et sûreté de fonctionnement : Panorama, tendances et diversité. Patrice KAHN (KSdF-Conseil / SECTOR)

Normalisation et sûreté de fonctionnement : Panorama, tendances et diversité. Patrice KAHN (KSdF-Conseil / SECTOR) Normalisation et sûreté de fonctionnement : Panorama, tendances et diversité Patrice KAHN (KSdF-Conseil / SECTOR) Systèmes & Logiciels pour les NTIC dans le Transport Transports & Sûreté de Fonctionnement

Plus en détail

Concilier mobilité et sécurité pour les postes nomades

Concilier mobilité et sécurité pour les postes nomades Concilier mobilité et sécurité pour les postes nomades Gérard Péliks Responsable Marketing Solutions de Sécurité EADS TELECOM 01 34 60 88 82 gerard.peliks@eads-telecom.com Pouvoir utiliser son poste de

Plus en détail

Validation temporelle de réseaux embarqués critiques et fiables pour l automobile

Validation temporelle de réseaux embarqués critiques et fiables pour l automobile N d ordre : Année 2004 Thèse Validation temporelle de réseaux embarqués critiques et fiables pour l automobile Présentée devant l Institut National des Sciences Appliquées de Lyon Pour obtenir le grade

Plus en détail

Vulnérabilités et sécurisation des applications Web

Vulnérabilités et sécurisation des applications Web Rencontres SPIRAL 25/02/03 Vulnérabilités et sécurisation des applications Web Pourquoi les firewalls sont impuissants face à certaines attaques patrick.chambet@edelweb.fr http://www.edelweb.fr http://www.chambet.com

Plus en détail

Ce document fait office d introduction au cryptage des données ainsi qu aux solutions de stockage à cryptage fiable proposées par LaCie.

Ce document fait office d introduction au cryptage des données ainsi qu aux solutions de stockage à cryptage fiable proposées par LaCie. Livre blanc : CRYPTAGE Au regard du formidable succès des disques durs externes pour le stockage et la sauvegarde des données personnelles, commerciales et organisationnelles, le besoin de protection des

Plus en détail

Partie 7 : Gestion de la mémoire

Partie 7 : Gestion de la mémoire INF3600+INF2610 Automne 2006 Partie 7 : Gestion de la mémoire Exercice 1 : Considérez un système disposant de 16 MO de mémoire physique réservée aux processus utilisateur. La mémoire est composée de cases

Plus en détail

PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE

PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE «Nos valeurs et nos règles» pour nos partenaires commerciaux Code de conduite pour le partenaire commercial de MSD [Édition 1] MSD est engagée dans une démarche

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

EXIGENCES TECHNIQUES RELATIVES À L INTÉGRATION DES CENTRALES AU RÉSEAU DE TRANSPORT D HYDRO-QUÉBEC

EXIGENCES TECHNIQUES RELATIVES À L INTÉGRATION DES CENTRALES AU RÉSEAU DE TRANSPORT D HYDRO-QUÉBEC EXIGENCES TECHNIQUES RELATIVES À L INTÉGRATION DES CENTRALES AU RÉSEAU DE TRANSPORT D HYDRO-QUÉBEC EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES RELATIVES À LA PRODUCTION ÉOLIENNE MAI 2003 1. Contexte Le document «Exigences

Plus en détail

(Third-Man Attack) PASCAL BONHEUR PASCAL BONHEUR@YAHOO.FR 4/07/2001. Introduction. 1 Domain Name Server. 2 Commandes DNS. 3 Hacking des serveurs DNS

(Third-Man Attack) PASCAL BONHEUR PASCAL BONHEUR@YAHOO.FR 4/07/2001. Introduction. 1 Domain Name Server. 2 Commandes DNS. 3 Hacking des serveurs DNS Détournement de serveur DNS (Third-Man Attack) PASCAL BONHEUR PASCAL BONHEUR@YAHOO.FR 4/07/2001 Introduction Ce document traite de la possibilité d exploiter le serveur DNS pour pirater certains sites

Plus en détail

Sécurité informatique : sensibiliser votre personnel

Sécurité informatique : sensibiliser votre personnel En bref : Les politiques strictes de sécurité informatique et les avancées techniques ne suffisent pas à elles seules à assurer la protection des entreprises. Les mécanismes de protection sont souvent

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Évaluation EAL 2+ du produit McAfee Enterprise Mobility Management 9.7 Préparé par : Centre de la sécurité des télécommunications Canada Organisme de certification Schéma canadien

Plus en détail

Ordonnancement temps réel

Ordonnancement temps réel Ordonnancement temps réel Laurent.Pautet@enst.fr Version 1.5 Problématique de l ordonnancement temps réel En fonctionnement normal, respecter les contraintes temporelles spécifiées par toutes les tâches

Plus en détail

Métriques de performance pour les algorithmes et programmes parallèles

Métriques de performance pour les algorithmes et programmes parallèles Métriques de performance pour les algorithmes et programmes parallèles 11 18 nov. 2002 Cette section est basée tout d abord sur la référence suivante (manuel suggéré mais non obligatoire) : R. Miller and

Plus en détail

A propos de la sécurité des environnements virtuels

A propos de la sécurité des environnements virtuels A propos de la sécurité des environnements virtuels Serge RICHARD - CISSP (IBM Security Systems) serge.richard@fr.ibm.com La virtualisation, de quoi parlons nous «Virtualiser» un objet informatique, ou

Plus en détail

5 Bonnes raisons de sécuriser vos données de Santé

5 Bonnes raisons de sécuriser vos données de Santé www.enovacom.fr Sécurité 5 Bonnes raisons de sécuriser vos données de Santé SOMMAIRE 1/ L année de tous les dangers 3 2/ Bonne raison N 1 : l explosion des données de santé 4 3/ Bonne raison N 2 : les

Plus en détail

Tolérance aux fautes - 1 Introduction, techniques de base

Tolérance aux fautes - 1 Introduction, techniques de base Tolérance aux fautes - 1 Introduction, techniques de base Sacha Krakowiak Université Joseph Fourier Projet Sardes (INRIA et IMAG-LSR) http://sardes.inrialpes.fr/~krakowia Plan! Objectifs, définition, problèmes

Plus en détail

Synchronisation par. Rappels. Plan. Conditions et moniteurs (1/7) Inf 431 Cours 11. jeanjacqueslevy.net

Synchronisation par. Rappels. Plan. Conditions et moniteurs (1/7) Inf 431 Cours 11. jeanjacqueslevy.net Rappels Inf 431 Cours 11 un processus t (Thread) est un programme qui s exécute Synchronisation par mémoire partagée tstart lance l exécution concurrente de la méthode trun de t tinterrupt signale qu on

Plus en détail

Projet Informatique. Philippe Collet. Licence 3 Informatique S5 2014-2015. http://deptinfo.unice.fr/twiki/bin/view/linfo/projetinfo201415

Projet Informatique. Philippe Collet. Licence 3 Informatique S5 2014-2015. http://deptinfo.unice.fr/twiki/bin/view/linfo/projetinfo201415 Projet Informatique Philippe Collet Licence 3 Informatique S5 2014-2015 http://deptinfo.unice.fr/twiki/bin/view/linfo/projetinfo201415 Réalisation d'un développement de taille conséquente? r Firefox? Ph.

Plus en détail

Le génie logiciel. maintenance de logiciels.

Le génie logiciel. maintenance de logiciels. Le génie logiciel Définition de l IEEE (IEEE 1990): L application d une approche systématique, disciplinée et quantifiable pour le développement, l opération et la maintenance de logiciels. Introduction

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Évaluation EAL 4 + du produit VMware ESX 4.0 Update 1 and vcenter Server 4.0 Update 1 Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications Canada à titre d organisme de

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Le développement des effacements

Le développement des effacements Le développement des effacements LA CAPACITE, OU COMMENT GARANTIR LA SECURITE D APPROVISIONNEMENT Afin d assurer la sécurité d alimentation en électricité, l UFE milite depuis plusieurs années pour la

Plus en détail

PCI (Payment Card Industry) DSS (Data Security Standard )

PCI (Payment Card Industry) DSS (Data Security Standard ) PCI (Payment Card Industry) DSS (Data Security Standard ) Jean-Marc Robert Génie logiciel et des TI PCI-DSS La norme PCI (Payment Card Industry) DSS (Data Security Standard) a été développée dans le but

Plus en détail

Gestion des comptes à privilèges (PIM: Privileged Identity Management)

Gestion des comptes à privilèges (PIM: Privileged Identity Management) Gestion des comptes à privilèges (PIM: Privileged Identity Management) 2013 by Lieberman Software Corporation Comptes à privilèges A tous les niveaux de l'entreprise et du Cloud Système d exploitation

Plus en détail

www.netexplorer.fr contact@netexplorer.fr

www.netexplorer.fr contact@netexplorer.fr www.netexplorer.fr 05 61 61 20 10 contact@netexplorer.fr Sommaire Sécurité applicative... 3 Authentification... 3 Chiffrement... 4 Traçabilité... 4 Audits... 5 Sécurité infrastructure... 6 Datacenters...

Plus en détail

Virtualisation et sécurité Retours d expérience

Virtualisation et sécurité Retours d expérience Virtualisation et sécurité Retours d expérience Hervé Hosy Sylvain Pouquet 8 juin 2009 Forum Cert-IST - Virtualisation et sécurité Page 1 Agenda 2 retours d expérience abordés Client bancaire : étude de

Plus en détail

Chap. I : Introduction à la sécurité informatique

Chap. I : Introduction à la sécurité informatique UMR 7030 - Université Paris 13 - Institut Galilée Cours Sécrypt Les exigences de la sécurité de l information au sein des organisations ont conduit à deux changements majeurs au cours des dernières décennies.

Plus en détail

BONNE NOUVELLE, À PARTIR DE DEMAIN 15 AOÛT 2014, l inscription en ligne sera disponible à partir du site de l ARO.

BONNE NOUVELLE, À PARTIR DE DEMAIN 15 AOÛT 2014, l inscription en ligne sera disponible à partir du site de l ARO. ARO Inscription en ligne, Automne 2014 BONNE NOUVELLE, À PARTIR DE DEMAIN 15 AOÛT 2014, l inscription en ligne sera disponible à partir du site de l ARO. À partir de cette date, vous n aurez qu à vous

Plus en détail

Appliances et logiciels Email Security

Appliances et logiciels Email Security Install CD Appliances et logiciels Protection puissante et facile d utilisation contre les menaces véhiculées par les e-mails et la violation des règles de conformité Les e-mails sont essentiels à la communication

Plus en détail

ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001

ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001 ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001 PLAN Introduction Générale Introduction MEHARI L'analyse

Plus en détail

Sécurité des Systèmes d Information Une politique simple pour parler à la Direction Générale De la théorie à la pratique

Sécurité des Systèmes d Information Une politique simple pour parler à la Direction Générale De la théorie à la pratique Sécurité des Systèmes d Information Une politique simple pour parler à la Direction Générale De la théorie à la pratique Sommaire Fondements d une politique de sécurité Les 9 axes parallèles d une politique

Plus en détail

Wi-Fi en entreprise : Application et Sécurité

Wi-Fi en entreprise : Application et Sécurité Wi-Fi en entreprise : Application et Sécurité Benjamin CHARLES 15 janvier 2008 benjamin [at] polkaned [dot] net Plan Concepts Mise en œuvre Analyse de la sécurité 2 Plan Concepts Mise en œuvre Analyse

Plus en détail

Architecture Logicielle

Architecture Logicielle Architecture Logicielle Chapitre 3: UML pour la description et la documentation d une architecture logicielle Année universitaire 2013/2014 Semestre 1 Rappel L architecture d un programme ou d un système

Plus en détail

16 Le paiement en ligne

16 Le paiement en ligne INTRODUCTION Selon Marie Curie 1, «dans la vie, rien n est à craindre, tout est à comprendre». Dès lors, pourquoi le fait de payer sur les réseaux inquiète-t-il encore aujourd hui à une époque où les relations

Plus en détail

Fiche Technique. Cisco Security Agent

Fiche Technique. Cisco Security Agent Fiche Technique Cisco Security Agent Avec le logiciel de sécurité de point d extrémité Cisco Security Agent (CSA), Cisco offre à ses clients la gamme de solutions de protection la plus complète qui soit

Plus en détail

CIBLE DE SECURITE CSPN DU PRODUIT PASS. (Product for Advanced SSO)

CIBLE DE SECURITE CSPN DU PRODUIT PASS. (Product for Advanced SSO) CIBLE DE SECURITE CSPN DU PRODUIT PASS (Product for Advanced SSO) Préparé pour : ANSSI Préparé par: Thales Communications & Security S.A. 4 Avenue des Louvresses 92622 GENNEVILLIERS CEDEX France This document

Plus en détail

Ce guide n a pas vocation à se substituer à une démarche de certification PCI DSS.

Ce guide n a pas vocation à se substituer à une démarche de certification PCI DSS. Guide à l attention des développeurs / hébergeurs de sites web marchands sur le niveau minimum de sécurité pour le traitement de numéros de cartes bancaires Préambule Ce guide n a pas vocation à se substituer

Plus en détail

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Académie d Orléans-Tours Février 2007 Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Partie 2 : L activité économique DROIT BTS 1 ère année Durée : 4 heures et les mécanismes

Plus en détail

Manuel programmation QUESTOR

Manuel programmation QUESTOR QUESTOR Programmation et activation AS 271 et AS 270 Document: KSW3s527.0003 / fr 2010.08 Edition: Août 2010 QUESTOR TABLE DES MATIÉRES 1 Description du produit FR-4 1.1 Application.... FR-4 1.1.1 Logiciel

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

La sécurité informatique d'un centre d imagerie médicale Les conseils de la CNIL. Dr Hervé LECLET. Santopta

La sécurité informatique d'un centre d imagerie médicale Les conseils de la CNIL. Dr Hervé LECLET. Santopta La sécurité informatique d'un centre d imagerie médicale Les conseils de la CNIL Dr Hervé LECLET Tous les centres d'imagerie médicale doivent assurer la sécurité informatique de leur système d'information

Plus en détail