Eau Chaude Solaire. Manuel pour la conception, le dimensionnement et la réalisation des installations collectives. Avril 2002 A D E M E

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Eau Chaude Solaire. Manuel pour la conception, le dimensionnement et la réalisation des installations collectives. Avril 2002 A D E M E"

Transcription

1 Eau Chaude Solaire Manuel pour la conception, le dimensionnement et la réalisation des installations collectives Avril 2002 A D E M E Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Energie

2 Résumé Ce manuel pour la conception, le dimensionnement et la réalisation des installations solaires de production d eau chaude sanitaire précise les règles simples, mais éprouvées, tirées des expériences réalisées à ce jour et ayant fait l objet d un suivi des performances en suivant cinq principes essentiels : simplicité des installations, sécurité d utilisation, intégration dans le cadre bâti, performance et efficacité énergétiques, suivi. Un intérêt particulier est porté à la conception globale des installations, à l intégration architecturale des capteurs solaires dans les constructions et à l évolution de la réglementation sanitaire. Le choix des composants, leur mise en œuvre selon les règles de l art et les règles professionnelles sont complétés par des recommandations et des commentaires détaillés pour le dimensionnement des éléments de l installation et le calcul des performances prévisionnelles. 2

3 Sommaire Eau Chaude Solaire...1 Résumé...2 Sommaire Introduction Principes généraux Les données climatiques de base Le gisement solaire La température de l'eau du réseau Le vent et la neige Les besoins d'eau chaude sanitaire La température de distribution de l eau chaude sanitaire L analyse des besoins Le chauffage de l eau par l énergie solaire Le captage Le transfert de l énergie et le stockage L appoint La démarche projet...erreur! Signet non défini. 3.1 L étude préalable...erreur! Signet non défini L évaluation des besoins en eau chaude...erreur! Signet non défini L exposition énergétique solaire du site...erreur! Signet non défini L étude d implantation des capteurs...erreur! Signet non défini Les liaisons entre les capteurs...erreur! Signet non défini Les tuyauteries...erreur! Signet non défini Le stockage et l appoint...erreur! Signet non défini. 3.2 L étude détaillée...erreur! Signet non défini Le dimensionnement des équipements solaires...erreur! Signet non défini Évaluation des performances d une installation solaire...erreur! Signet non défini Outils de calcul des performances d un système solaire ECS...Erreur! Signet non défini Méthodologie de définition et dimensionnement...erreur! Signet non défini Pré-dimensionnement de l installation...erreur! Signet non défini Ajustement des données relatives aux capteurs et au stock...erreur! Signet non défini Dimensionnement de l échangeur...erreur! Signet non défini Dimensionnement du circuit primaire : tuyauteries et pompes.erreur! Signet non défini Dimensionnement des accessoires de sécurité...erreur! Signet non défini. 3.3 L évaluation du projet...erreur! Signet non défini L évaluation technico-économique...erreur! Signet non défini La Garantie de Résultats Solaires...Erreur! Signet non défini L impact environnemental...erreur! Signet non défini. 4. Exploitation et maintenance...erreur! Signet non défini. 4.1 Remplissage...Erreur! Signet non défini. 4.2 Mise en service...erreur! Signet non défini. 4.3 Réception de l installation...erreur! Signet non défini. 4.4 Entretien périodique...erreur! Signet non défini Périodicité et contenu des interventions d entretien...erreur! Signet non défini Justification des contrôles et des opérations d entretien...erreur! Signet non défini Limites de la prestation d entretien...erreur! Signet non défini. 4.5 Le télésuivi...erreur! Signet non défini. 5. Pour en savoir plus...erreur! Signet non défini. 3

4 6. Exemples de réalisations d installations collectives...erreur! Signet non défini. 4

5 1. Introduction Utiliser le soleil pour chauffer l eau sanitaire est une idée qui paraît d une logique implacable. Le principe des chauffe-eau solaires est simple et la technique est aujourd hui fiable et éprouvée. Non polluante et inépuisable à l échelle humaine, l énergie solaire permet de respecter l environnement et de préserver la santé. Elle permet de préserver les ressources énergétiques, sans produire de déchets ni d émissions polluantes, notamment du gaz carbonique. Au-delà des enjeux environnementaux et de l impact sur la production de gaz à effet de serre, l eau chaude représente une part non négligeable de la facture énergétique d un bâtiment, qui peut être réduite grâce à l utilisation de l énergie solaire. En constante amélioration depuis plus de 20 ans, les technologies du solaire thermique sont arrivées à un haut niveau de maturité. Plus de m2 de capteurs ont été installés en France (métropole et DOM) et l ensemble des applications dans lesquelles ils sont utilisés dispose maintenant de références. Des produits de haute qualité sont disponibles, les systèmes thermiques sont fiables, et leur productivité peut être garantie. grâce : aux procédures de qualification et de certification des équipements (Avis Technique, marquage CSTBat), aux outils de calcul et dimensionnement (SOLO, Polysun, TRNSys, logiciel PSD-Maison individuelle ), au contrôle et au suivi des opérations (télé contrôle). Les conditions d un bon fonctionnement durable ont été progressivement créées, et les garanties ont été fiabilisées dans le cadre de contrats de "GRS" (Garantie de Résultat Solaire) pour les applications collectives. Avec le chauffage des piscines, qui ne concerne qu environ 15 % de la surface de capteurs installés à ce jour, la quantité d énergie solaire captée pour la production d eau chaude ou le chauffage de bâtiments par des systèmes actifs représente près de 750 Térajoules (ou 208 GWh) pour l ensemble du territoire français (hors départements d outre-mer). 5

6 2. Principes généraux 2.1 Les données climatiques de base Le gisement solaire Le soleil constitue une source d'énergie gratuite et non polluante, dont l apport annuel moyen sur le sol de la France est évalué à plus de kwh/m2/an, ce qui représente pour l ensemble du territoire un potentiel énergétique annuel de plus de millions de tonnes équivalent pétrole (tep). Rayonnement solaire global quotidien moyen en kwh/m2 pendant l'année. (Orientation Sud avec pente égale à la latitude) Source : Atlas européen du Rayonnement Solaire. Volume II : Surfaces inclinées. W.Palz, Commission des Communautés Européennes; Direction Générale Science, Recherche et Développement. Le rayonnement solaire est un rayonnement thermique qui se propage sous la forme d ondes électromagnétiques. Il produit à la lisière, mais en dehors de l atmosphère terrestre, un éclairement énergétique à peu près constant et égal à W/m2, appelé de ce fait : constante solaire Ics. Pour atteindre chaque point de la surface éclairable du globe terrestre, les rayons solaires traversent l atmosphère qui dissipe une partie de l énergie provenant du soleil par : - Diffusion moléculaire (en particulier pour les radiations U.V.) - Réflexion diffuse sur les aérosols atmosphériques (gouttelettes d eau, poussières ) - Absorption sélective par les gaz de l atmosphère. L atténuation correspondante du rayonnement solaire dépend de l épaisseur de l atmosphère traversée, celle-ci dépendant à son tour de la latitude du lieu considéré et du temps. 6

7 Constante solaire W/m2 Rayonnement solaire absorbé ou diffusé Rayonnement solaire sur la terre Propagation du rayonnement solaire dans l atmosphère Avant son arrivée dans l atmosphère terrestre, le rayonnement solaire est dirigé. Il se présente sous la forme d un faisceau à peu près parallèle. Seule une partie de ce rayonnement direct traverse l atmosphère et atteint le sol. Une autre partie du rayonnement est diffusée et répartie à peu près uniformément dans toutes les directions de l espace. Ce rayonnement diffus, lorsqu il atteint le sol terrestre, semble ainsi provenir de l ensemble des directions de la voûte céleste. A la surface de la terre, le rayonnement solaire global est la somme des rayonnements : direct, ayant traversé l atmosphère, diffus, en provenance de toutes les directions de la voûte céleste. Une surface exposée reçoit ainsi du rayonnement direct et diffus, mais elle reçoit en plus une partie du rayonnement global réfléchi par les objets environnants, en particulier par le sol, dont le coefficient de réflexion est appelé «albédo». 7

8 Rayonnement réfléchi Rayonnement diffus Rayonnement direct Rayonnement réfléchi Le rayonnement solaire à la surface de la terre 8

9 2.1.2 La température de l'eau du réseau En France, 70% de l'eau potable distribuée est puisée dans les nappes souterraines, par forage ou aux sources. Le reste provient des eaux de surface : lacs et rivières. Tous ces gisements sont renouvelables : la pluie et la neige contribuent à les remplir, à raison de 200 milliards de m3 par an. La consommation d énergie pour la production de l eau chaude sanitaire dépend doublement de la température de l eau froide : plus l eau est froide, plus il faut d énergie pour la porter à une température donnée (consigne du stockage par exemple), et plus il faudra d eau chaude, en volume, pour qu au mitigeage on assure une température constante. 9

10 Lieu Latitude Jan Fév Mar Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Abbeville 50.13øN 6,6 6,9 8,3 9, ,5 7,1 Agen 44.18øN 8,6 9, Ajaccio 41.90øN Ambérieu 45.98øN 6,1 6, ,5 6,6 Auxerre 47.80øN 6,7 7,1 9, ,6 7,2 Bastia 42.55øN Batz (Ile de) 48.75øN 9,3 9, ,9 Beauvais 49.45øN 6,2 6,6 8,1 9, ,1 6,7 Besançon 47.25øN 5,8 6,4 8, ,1 6,2 Biarritz 43.50øN Bordeaux 44.80øN 8,9 9, ,2 Bourges 47.05øN 7,1 7,6 9, ,5 Bréhat (Ile de) 48.85øN 9,3 9, ,9 Brest 48.45øN 8,5 8,4 9, ,9 8,9 Caen 49.20øN 7,4 7,5 8,7 9, ,8 Carpentras 44.10øN 9,2 9, ,6 Cazaux 44.50øN 9,5 9, ,9 Chambéry 45.60øN 6,4 7,4 8, ,8 Château-Chinon 47.10øN 5,2 5,4 7,7 8, ,7 7,4 5,6 Clermont-Ferrand 45.80øN 6,9 7,4 9, ,9 7,3 Colmar 47.55øN 5,1 5,8 7,9 9, ,6 5,6 Dijon 47.38øN 6 6,7 8, ,3 6,5 Embrun 44.60øN 4,9 5,9 7,9 9, ,5 5,4 Gourdon 44.75øN 8,3 8, ,6 Grenoble 45.40øN 6,2 7,1 9, ,7 6,6 Langres 47.85øN 4,7 5,2 7,3 8, ,4 6,9 5,2 La Rochelle 46.15øN 9,3 9, ,8 Le Mans 47.95øN 7,5 7,8 9, ,3 7,8 Le Puy 45.05øN 5,1 5,7 7,4 8, ,6 7,4 5,6 Lille 50.55øN 6,2 6,5 8,1 9, ,1 6,7 Limoges 45.90øN 7 7, ,8 7,3 Lyon 45.70øN 6,9 7,6 9, ,2 7,4 Mâcon 46.30øN 6,4 7 9, ,6 6,9 Marignane 43.45øN 9, Metz 49.10øN 5,2 5,6 8 9, ,7 7,4 5,6 Millau 44.12øN 6 6,5 8,2 9, ,1 6,4 Mont de Marsan 43.90øN 9 9, ,3 Montpellier 43.60øN 9, Montélimar 44.58øN 8,5 9, ,9 Nancy 48.68øN 5,3 5,8 7,7 9, ,8 7,5 5,8 Nantes 47.20øN 8,3 8,5 9, ,8 8,6 Nevers 47.00øN 6,7 7,1 8, ,5 7,1 Nice 43.65øN Nîmes 43.87øN Odeillo 42.48øN 6 6,1 6,7 7, ,7 7,5 6 Orléans 47.90øN 6,7 7,2 8, ,6 7,2 Paris (Le Bourget) 48.97øN 7 7,4 9, ,9 7,5 Pau 43.38øN 9 9, ,2 Perpignan 42.70øN Poitiers 46.60øN 7,6 8 9, ,4 8 Reims 49.30øN 6,1 6,5 8,3 9, ,2 6,6 Rennes 48.10øN 8,1 8,4 9, ,7 8,4 Rostronen 48.25øN 7,2 7,3 8,5 9, ,8 7,6 Rouen 49.40øN 6,8 7,1 8,6 9, ,5 7,3 Saint-Girons 43.00øN 8 8, ,9 8,3 Saint-Quentin 49.80øN 5,9 6,4 8,1 9, ,5 Strasbourg 48.55øN 5,3 5,8 7,7 9, ,8 7,5 5,8 Toulon 43.10øN Toulouse 43.63øN 8,6 9, Tours 47.45øN 7,6 8 9, ,4 8 Trappes 48.80øN 6,4 6,7 8,4 9, ,3 6,8 Vichy 46.17øN 6,8 7,3 9, ,9 7,3 Température moyenne mensuelle de l eau froide du réseau (Source : Tecsol) 10

11 2.1.3 Le vent et la neige Le vent Par convention, en météorologie, le vent moyen est un vent moyenné sur 10 minutes et mesuré à une hauteur de 10 mètres. Les bulletins météorologiques français font toujours référence au vent moyen. Les rafales peuvent dépasser de 50 % la valeur du vent moyen. F r é q u e n c e Vitesse (m/s) Figure 4 : histogramme des vitesses La direction est une des deux grandeurs qui, avec la force, caractérisent le vent horizontal. En météorologie, on donne toujours la direction d'où vient le vent, repérée par rapport aux points cardinaux (nord, est, sud, ouest) ou par l'angle de cette direction par rapport au Nord (par exemple, un vent de sud sera de secteur 180 ; un vent d'ouest sera de secteur 270 ). Nord Ouest Est Sud Figure 5 : Rose des vents 11

12 La neige La neige peut influer sur les constructions, et en particulier sur les toitures, de plusieurs façons. Une forte accumulation de neige peut causer l'effondrement d une toiture. La formation de barrières de glace peut entraîner des fuites d'eau sous les bardeaux et sur les solins. Des glissements de neige sur les toits en pente et les lanterneaux peuvent créer un risque pour les piétons. De l'eau peut pénétrer à l'intérieur des bâtiments par suite de l'infiltration de neige soufflée par le vent. Les charges de neige sur les toitures varient selon les climats des diverses régions. Elles varient aussi selon l'exposition au vent et selon la forme des toits. Pas de vent Vent Protection Vent Neige poussée par le vent Vent ou pas de vent Charge non équilibrée Neige ayant glissé 12

13 L évaluation des charges climatiques La neige et le vent sont deux facteurs naturels qui requièrent une conception appropriée des bâtiments pour la sécurité et le confort des occupants. Les Règles NV 65 définissent les effets de la neige et du vent sur les constructions. La nouvelle édition (mars 2001) intègre les derniers modificatifs et permet d établir la correspondance entre les indications figurant dans les DTU 40 et 43 relatifs aux travaux de couvertures et d étanchéité et les dispositions des règles Neige et Vent en vigueur. La carte des vents donnée dans ces règles est une carte de transition vers l'eurocode qui définit la vitesse du vent sur une base probabiliste : le vent «cinquantenal». 13

14 2.2 Les besoins d'eau chaude sanitaire La température de distribution de l eau chaude sanitaire Dans les installations de production d eau chaude sanitaire par l énergie solaire, un complément d énergie fourni par un équipement d appoint est rendu nécessaire pour : Le maintien d un niveau de température permettant d assurer les besoins en eau chaude sanitaire, puisque les équipements solaires sont généralement dimensionnés pour n en couvrir qu une partie. Le maintien d un niveau de température propre à éviter la prolifération de bactéries, notamment de légionelles. D une manière générale, pour limiter le développement des bactéries, il est recommandé d éviter les situations de stagnation de l eau, dans des bras morts ou des canalisations borgnes. La température de l eau chaude distribuée doit être au minimum de 60 C au départ des stockages, et dans le cas où l installation comporte une boucle de recirculation, la température de l eau, au retour, doit être au minimum de 50 C. Dans tous les cas, les utilisateurs doivent être protégés contre les risques de brûlures aux points de puisage, où la température de l eau puisée ne doit pas dépasser 50 C. Les circulaires DGS 97/131 du 24 avril 1997 et DGS 98/771 du 31 décembre 1998 définissent les règles de bonnes pratiques pour l entretien des réseaux d eau dans les établissements de santé, la désinfection des circuits et les moyens de prévention dans les installations à risques et dans celles des bâtiments recevant du public. EC. 50 C Bouclage M MA MA Ballon Ballon SOLAIRE D'APPOINT RECHAUFFEUR CIRCUIT DE BOUCLE SOLAIRE CHAUDIERE Canne plongeante Canne plongeante EF Manchette Témoin Vanne à boisseau sphérique normalement ouverte Filtre à tamis Vanne à boisseau sphérique normalement fermée MA Manomètre M Mitigeur Circulateur Schéma n Clapet anti retour Soupape de sécurité Compteur volumétrique à émetteur d'impulsions tecsol.fr BP Technosud Perpignan Cédex Tel : Fax : André-JOFFRE Schéma d'appoint Exemple d appoint séparé par une chaudière, et distribution par boucle de recirculation avec maintien en température par un réchauffeur 14

15 2.2.2 L analyse des besoins La production d eau chaude est parmi les applications les plus performantes de l énergie solaire, en particulier dans les installations collectives des bâtiments résidentiels et tertiaires caractérisés par des besoins d eau chaude importants et réguliers. C est le cas en particulier des bâtiments de l habitat collectif, des hôtels, et des établissements de santé. Les besoins modernes des collectivités (résidences, hôtels, hôpitaux..) conduisent à utiliser l eau chaude en quantité toujours croissante, non seulement pour les usages sanitaires mais aussi pour des travaux et des tâches domestiques. L aptitude à l emploi d une installation de production d eau chaude est caractérisée entre autres choses par la disponibilité de l eau, en quantité suffisante à une température donnée, au moment voulu et à un prix de revient aussi bas que possible. Les besoins d ECS en habitat collectif Avec le chauffage, l eau chaude constitue le premier poste de dépense des charges liées au logement. En logement social, elle peut varier de F à F par an pour une surface de 65 m 2. Selon les régions, le recours à l énergie solaire permet d envisager des économies d énergie de l ordre de 40 à 70 %. On compte en France environ 10 millions de logements collectifs dont 3 millions sont des logements sociaux. Quelques valeurs indicatives Dans le secteur résidentiel, les besoins énergétiques dans un immeuble, peuvent être calculés par l expression : Becs = S 1,16. Vecs. DT. lp Avec : Becs = somme au niveau de l immeuble des consommations de chaque logement (Wh) Vecs = 35 litres par jour et par occupant. T = 45 K lp = nombre de personnes vivant dans le logement Nombre de pièces du logement Consommation (litre/jour) à 60 C Répartition mensuelle des consommations Utilisation Jan Fév Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc 1,25 1,20 1,10 1,05 1,00 0,80 0,50 0,60 0,90 1,05 1,15 1,40 (Source EDF : Eau chaude électrique Résidentiel et Tertiaire Mars 1987) Les valeurs suivantes ont été mesurées sur un par d environ 700 logements Jan Fév Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Litres/jour/log à 55 C (Source EDF : Eau chaude électrique Résidentiel et Tertiaire Mars 1987) 15

16 Les besoins d ECS dans les hôtels Selon la catégorie d hôtel, la consommation journalière d eau chaude est de 70 à 160 litres par chambre et d environ 8 à 15 litres d eau chaude en cuisine, par couvert. La clientèle devient de plus en plus sensible à la protection de l environnement et l installation d équipements solaires dans un hôtel contribue à son image. En revanche, l intérêt des installations solaires dépend fortement du taux de remplissage de l établissement. Quelques valeurs indicatives: Type d établissement Observation Consommation d eau à 60 C Hôtel 1 * Douche collective 70 l / jour /chambre (1 pour 4 chambres) Hôtel 2/3 * Baignoire l / jour /chambre Hôtel 4/5 * Baignoire + douche 160 l / jour /chambre Hôtel 2 * Neige Baignoire 160 l / jour /chambre (Source : Calculs pratiques de plomberie sanitaire. Editions Parisiennes) Besoins d ECS en litres/jour/chambre à 60 C Utilisation Jan Fév Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc 4 saisons Vacances d été Vacances d hiver Coefficient correcteur à appliquer Nombre d étoiles Sans 0,65 * 0,75 ** 1,00 *** 1,35 **** 1,50 Lieu géographique Montagne 1,35 Mer 1,00 Campagne 1,00 Ville 1,00 Présence d une laverie Oui 1,25 Non 1,00 (Source EDF : Eau chaude électrique Résidentiel et Tertiaire Mars 1987) Les établissements de santé et les résidences pour personnes âgées La France dispose d un système hospitalier dense et diversifié. Les 1061 établissements publics côtoient 2721 hôpitaux privés et cliniques, soit 3782 établissements au total, représentant lits et places. En 1995, tous secteurs confondus, la France offrait un accueil des personnes âgées dans établissements représentant 19 millions de m2 et environ lits. Ces établissements ont des besoins d eau chaude importants. Ils sont sensiblement constants tout au long de l année. La consommation journalière est d environ 60 litres par lit, auxquels s ajoutent les besoins des cuisines (8 à 15 litres par repas) et ceux des buanderies (6 litres par kg de linge). Quelques valeurs indicatives: Type d établissement Observation Consommation d eau à 60 C Hôpital et clinique Hors restauration et 60 l / jour /lit buanderies Maison de retraite Hors restauration et 60 l / jour /lit buanderies (Source : Calculs pratiques de plomberie sanitaire. Editions Parisiennes) 16

17 Autres établissements Type d établissement Observation Consommation d eau à 60 C Foyers Lavabo + douche 60 l / jour /chambre (Chambres individuelles) WC collectif Cuisine collective Ecole Majorité d élèves en 1/2 5 l / jour /élève pension Caserne et internat Hors restauration et 30 l / jour /personne buanderie Camping 4 * Sanitaire collectif + 60 l / jour /emplacement lavage vaisselle Usine (Vestiaire) Hors process, pour les 20 l / jour /personne employés Bureaux 5 l / jour /personne (Source : Calculs pratiques de plomberie sanitaire. Editions Parisiennes) Autres usages (A ajouter selon les cas) Type d établissement Observation Consommation d eau à 60 C Gymnases Vérifier la nature des 30 l / utilisateur sports pratiqués (Football ou rugby : + 50 %) Restaurant Repas ordinaire Repas luxe Petit déjeuner 8 l / repas 12 à 20 l / repas 2 l / repas Cantine Cuisine de réchauffage Repas normal 3 l / repas 5 l / repas Buanderie Hôtel 4/5 * Cycle court Cycle automatique (Source : Calculs pratiques de plomberie sanitaire. Editions Parisiennes) 7 l / kg de linge 6 l / kg de linge 5 l / kg de linge Répartition mensuelle du nombre de repas en restauration Utilisation Jan Fév Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc 4 saisons 0,85 0,78 0,77 0,73 0,78 1,05 1,24 1,25 1,28 1,28 1,00 0,99 Vacances d été 0 0,23 0,27 1,24 1,43 1,8 2,05 2,23 1,72 1, Vacances d hiver 0,70 1,79 0,9 1,79 0,9 1,34 1,68 1,68 1, ,22 (Source EDF : Eau chaude électrique Résidentiel et Tertiaire Mars 1987) 17

18 2.3 Le chauffage de l eau par l énergie solaire Une installation de production d eau chaude sanitaire par l énergie solaire comporte en général 5 sous-ensembles : un sous ensemble de captage, un sous-ensemble de transfert, un sous-ensemble de stockage, un sous-ensemble d appoint, un sous-ensemble de distribution. La réduction des consommations d énergie par rapport à une installation classique, dépend du climat, du lieu d implantation des capteurs solaires, du dimensionnement et de la conception du système, ainsi que du choix des composants et de leur maintenance. Il est donc nécessaire, lors de l étude d un projet, de rechercher le meilleur ajustement économique de la taille des équipements solaires aux besoins à satisfaire, ainsi qu une conception optimale des sous-systèmes, de manière à : optimiser le captage et le stockage de l énergie solaire, dissocier l énergie solaire et l énergie d appoint, consommer en priorité l énergie solaire, conserver à l énergie d appoint un caractère de stricte complémentarité. Captage Transfert Stockage Distribution Régulation Appoint 18

19 La régulation Batterie de Capteurs solaires Le captage RD Vers Circuit Appoint E.C.H L appoint TH Stockage TH RT Le stockage Le transfert TH MA MA Déflecteur MA EF VE Raccordement vidange Manchette Témoin La distribution Vanne à boisseau sphérique normalement ouverte Vanne à boisseau sphérique normalement fermée MA TH Manomètre Thermomètre Vanne d'équilibrage Sonde de régulation Clapet anti retour Soupape de sécurité Purgeur d'air automatique RD Vase d'expansion Régulateur différentiel Circulateur tecsol.fr BP Technosud Perpignan Cédex Tel : Fax : Schéma n André-JOFFRE Schéma de principe eau chaude sanitaire 19

20 2.3.1 Le captage Une installation de production d eau chaude sanitaire par l énergie solaire est généralement constituée de capteurs solaires plans à circulation de liquide qui effectuent la conversion du rayonnement électromagnétique émis par le soleil, en chaleur et permettent le transfert de cette énergie calorifique en la cédant à un fluide caloporteur Principes de fonctionnement Un capteur solaire plan est essentiellement constitué d une surface absorbante exposée au rayonnement solaire, qui échange avec un fluide caloporteur, les calories produites par absorption du rayonnement incident, et émet en s échauffant un rayonnement thermique de plus grande longueur d onde (Loi de Stefan-Boltzman). Puissance émise 5800 K λ(µ m) Rayonnement 0,5 1 solaire 2 3 UV Visible Infra Rouge 0,4 0,8 Puissance émise émise 450 C 150 C Rayonnement thermique λ(µ m) Rayonnement solaire Rayonnement thermique Si cet absorbeur est en contact direct avec l air environnant, en plus des pertes par rayonnement, les pertes par convection peuvent être importantes. Il s établit alors un équilibre thermique entre l absorbeur et le milieu ambiant. On capte ainsi peu d énergie. Pour réduire les pertes par la face arrière du capteur, l absorbeur est placé à l intérieur d un coffre dont les parois internes sont recouvertes d un isolant thermique (laine de verre ou mousse synthétique, par exemple). L isolation thermique de la face avant est réalisée en interposant entre l absorbeur et l air, un matériau opaque au rayonnement thermique, mais transparent au rayonnement solaire. Les verres et certains matériaux synthétiques sont transparents pour le rayonnement solaire, et opaques pour le rayonnement infrarouge lointain. Ils sont donc utilisés en tant que couvertures transparentes des capteurs solaires. Dans un capteur équipé d une couverture transparente, le rayonnement thermique émis par l absorbeur est absorbé par la couverture transparente qui s échauffe et rayonne à son tour par les deux faces. En première approximation, on peut considérer qu une moitié du rayonnement se disperse dans le milieu extérieur et que l autre moitié, réémise vers l absorbeur est à l origine de l effet de serre. 20

21 C o. n Cv o n v e x i o n 15 C 1000 Pertes avant (347) Pertes optiques Pertes thermiques (121) (226) R a y o n R. a y o n. Flux incident 35 C Couverture C Absorbeur 819 Flux utile 543 (Flux en W/m2) Pertes arrières 50 Les couvertures ont également pour rôle de limiter les pertes par convection, étant donné que les échanges thermiques entre deux plaques séparées par une lame d air immobile, se font essentiellement par conduction et qu il est connu que l air immobile est un bon isolant thermique. Cet effet d isolation croît avec l épaisseur de la lame d air séparant les deux surfaces, tant que le phénomène de transfert reste conductif (2 à 3 cm d épaisseur). Au delà, les effets de la convection naturelle viennent contrarier l effet recherché. 1 : couverture transparente 2 : ailette 3 : grille tubulaire 4 : isolant thermique Coupe d un capteur solaire plan Une autre méthode pour réduire les pertes du capteur est la réalisation, sur la surface de l absorbeur, d un revêtement sélectif, présentant un coefficient d absorption le plus élevé possible pour les longueurs d onde du spectre solaire (inférieures à 2,5 µm) tout en ayant 21

22 une émissivité la plus faible possible dans le domaine de l infrarouge correspondant au rayonnement de l absorbeur (longueurs d onde supérieures à 2,5 µm). De tels revêtements sélectifs sont réalisés par dépôt chimique ou par traitement électrochimique de la surface absorbante. Enfin les capteurs sous vide permettent de réduire les pertes par convection en plaçant l absorbeur à l intérieur d une enceinte en verre dans laque lle un vide d air à été fait. Tube sous vide Tube en Pyrex Coupe d un capteur sous vide Vide Tube en cuivre 22

23 Bilan énergétique global En régime permanent de fonctionnement, on obtient l équation caractéristique d un capteur solaire plan en écrivant son bilan énergétique global. Q u = Q a _ Q p Expression dans laquelle : Q u est la puissance cédée au fluide caloporteur, Q a est la puissance solaire absorbée, Q p est la puissance correspondant aux pertes thermiques. Pour évaluer l énergie absorbée par le capteur, il faut théoriquement distinguer dans l énergie incidente, les parts du rayonnement direct et du rayonnement diffus, en les affectant de coefficients de transmission et d absorption appropriés. Toutefois, dans la pratique, on considère la composante normale au plan du capteur, du rayonnement solaire global incident. Dans ces conditions, la puissance absorbée, en Watts, est donnée par l expression: Q a = A. τ s. α s. G Dans laquelle : - A est la surface d entrée du capteur en m 2, - τ s et α s sont les valeurs moyennes des coefficients de transmission de la couverture transparente et d absorption de l absorbeur sur l ensemble du spectre solaire, - G est l éclairement énergétique global en W/m 2 (de surface d entrée), mesuré dans le plan du capteur. Compte tenu de l épaisseur relativement faible d un capteur plan, on peut, en première approximation, négliger les pertes par les parois latérales et ne considérer que les pertes par les faces avant et arrière. La puissance correspondante est alors : Q p = Q AV + Q AR Ramenées à l unité de surface de l absorbeur, toutes les pertes, qui sont des flux thermiques du capteur vers l extérieur, peuvent être exprimées en fonction de la différence de température qui les provoque, par : Q AV / A = U AV (T m -T a ) et Q AR / A = U AR (T m -T a ) Soit : Q A / A = U (T m -T a ) Avec : U = U AV + U AR U AV = coefficient de déperditions thermiques par la face avant (W/m2. K) U AR = coefficient de déperditions thermiques par la face arrière (W/m2. K) T m = température moyenne de l absorbeur T a = température ambiante moyenne 23

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

CHAUFFE-EAU SOLAIRES COLLECTIFS AVEC STOCKAGE EN EAU MORTE

CHAUFFE-EAU SOLAIRES COLLECTIFS AVEC STOCKAGE EN EAU MORTE P R O G R A M M E D A C C O M P A G N E M E N T D E S P R O F E S S I O N N E L S www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr RAPPORT CHAUFFE-EAU SOLAIRES COLLECTIFS AVEC STOCKAGE EN EAU MORTE CONCEPTION

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Centre de Développement des Energies Renouvelables Caractéristiques techniques des Chauffe-eau eau solaires M. Mohamed El Haouari Directeur du Développement et de la Planification Rappels de thermique

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Le capteur solaire thermique : un exemple concret

Le capteur solaire thermique : un exemple concret Le capteur solaire thermique : un exemple concret Une utilisation possible du soleil est le chauffage de l eau sanitaire, utilisée pour se laver, pour faire la vaisselle ou encore le ménage. Il s agit

Plus en détail

ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite. Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0

ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite. Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0 ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0 Nouvelle solution eau chaude solaire auto-vidangeable estampillée NF CESI et Bleu Ciel

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire Principe de fonctionnement Les Capteurs Les ballons Les organes de sécurité Les besoins L ensoleillement dimensionnement Comment

Plus en détail

Soltherm 2014. Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014.

Soltherm 2014. Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014. Soltherm 2014 Annexe technique à partir du 1 er juin 2014 Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014. Ce document doit être complété et signé par

Plus en détail

Brochure technique. Installations solaires collectives

Brochure technique. Installations solaires collectives Brochure technique Installations solaires collectives L énergie solaire est écologique, gratuite et rentable. A la condition que l on possède une installation solaire Viessmann composée de capteurs hautes

Plus en détail

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous?

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous? SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne un choix chaleureux le chauffe-eau solaire Un chauffe-eau solaire chez vous? HUIT BONNES RAISONS HUIT BONNES RAISONS D INSTALLER UN D INSTALLER UN CHAUFFE-EAU

Plus en détail

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE Les solutions solaires pour l Eau Chaude Sanitaire ou le Chauffage ficie z d'u Auréa n it Crédpôt d'imn la loi deueur Béné Solar Keymark N 011-7S841 F Chauffe-Eau Solaire selo s en vig ce finan Système

Plus en détail

Soltherm Personnes morales

Soltherm Personnes morales Soltherm Personnes morales Annexe technique Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er janvier 2015 ou dans des maisons unifamiliales/appartements dont la déclaration

Plus en détail

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires Infos pratiques Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique La production d eau chaude instantanée concerne principalement les chaudières murales à gaz. Lors d un

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES collecteurs solaires 9.1 11.2008 F I C H E T E C H N I Q U E plus de produit AVANTAGES POUR L INSTALLATION ET L'ENTRETIEN COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES Le collecteur solaire CS 25

Plus en détail

Primes énergie - Régime 2015-2017 Installation d un chauffe-eau solaire Annexe technique H

Primes énergie - Régime 2015-2017 Installation d un chauffe-eau solaire Annexe technique H Primes énergie - Régime 2015-2017 Installation d un chauffe-eau solaire Annexe technique H Ce document constitue une annexe technique au formulaire de demande de prime. Il doit être rempli par l entrepreneur

Plus en détail

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique.

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. ROTEX E-SolarUnit : Accumulateur d eau chaude sanitaire avec option solaire et générateur de chaleur électrique. ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. E-SolarUnit - Chaleur du soleil

Plus en détail

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010 SOLUTIONS D EAU CHAUDE SANITAIRE En 2010, le marché de l ECS en France représente 2 195 257 ballons ECS de différentes technologies. Dans ce marché global qui était en baisse de 1,8 %, les solutions ENR

Plus en détail

HRC 15% 23% haute température 70 C AUER 1892-2012. - 120 ans d innovations. Le chauffage garanti même par grands froids! www.auer.fr.

HRC 15% 23% haute température 70 C AUER 1892-2012. - 120 ans d innovations. Le chauffage garanti même par grands froids! www.auer.fr. AUER 1892-2012 1892-2012 - 120 ans d innovations www.auer.fr 70 HRC modulante haute température 70 C é néficiez 15% de Le chauffage garanti même par grands froids! ou que t d e tr a énéficiez va u x 23%

Plus en détail

CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE

CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE Condensol Chaudière sol gaz à condensation CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE 3 MODÈLES DE 24, 28 ET 34 KW CHAUFFAGE AVEC EAU CHAUDE SANITAIRE INTÉGRÉE VERSION VENTOUSE/CHEMINÉE* CONDENSATION GARANTIE 3 ANS *

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

UNE FABRICATION SCANDINAVE

UNE FABRICATION SCANDINAVE STOCKAGE D ENERGIE Hydro-accumulateur Série S Ballon tampon sans ballon ECS(O) Ballon tampon avec ballon ECS(B) Ballon tampon avec ballon ECS et échangeur solaire(bs) 500/750 (O) 500/750 (B) 500/750 (BS)

Plus en détail

cubefrance www.cubefrance.fr

cubefrance www.cubefrance.fr cubefrance www.cubefrance.fr Pourquoi investir dans un chauffe-eau solaire? Pour réduire son empreinte carbone sur la planète et contribuer à limiter les conséquences du changement climatique Pour se préparer

Plus en détail

Production D'Eau chauffage aux Energies concepts de Chauffage chaude sanitaire renouvelables Electrique

Production D'Eau chauffage aux Energies concepts de Chauffage chaude sanitaire renouvelables Electrique Production D'Eau chauffage aux Energies concepts de Chauffage chaude sanitaire renouvelables Electrique LE SOLEIL BRILLE POUR TOUS UTILISEZ L'énergie gratuite de la nature SANS ÉMISSION DE CO 2. ÉCONOMISEZ

Plus en détail

Enveloppe performante

Enveloppe performante Enveloppe performante Quelle approche pour le chauffagiste? Quel type de producteur de chaleur choisir? SANYDRO MAINTENANCE Enveloppe performante - quelle attitude 1 Structure exposé : 1/ Rappel : le surdimensionnement

Plus en détail

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Chaudières et chaufferies fioul basse température 2 Chaudières et chaufferies fioul basse température Olio 1500 F. La qualité et la robustesse au meilleur prix. Les chaudières

Plus en détail

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr.

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr. Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole 01/10/2014 www.udppc.asso.fr Page 1 sur 11 ÉTUDE DE L EMPREINTE ENVIRONNEMENTALE DE QUELQUES DISPOSITIFS

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

À DRAINAGE GRAVITAIRE

À DRAINAGE GRAVITAIRE LE CHAUFFE-EAU SOLAIRE INDIVIDUEL À DRAINAGE GRAVITAIRE ET CIRCUIT HERMÉTIQUE LE DOMOSOL : AIDE AU CHAUFFAGE SE SOLAR HEAT Naturelle, renouvelable, inépuisable ~ L'énergie solaire n'est pas sujette aux

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

VERSION 2011. Ce document doit être complété et signé par l installateur agréé Soltherm ayant réalisé les travaux

VERSION 2011. Ce document doit être complété et signé par l installateur agréé Soltherm ayant réalisé les travaux VERSION 2011 Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt du 1 er janvier 2011. Ce document doit être complété et signé par l installateur agréé Soltherm ayant réalisé

Plus en détail

Œrtli POWERSUN PERFECTSUN. Économie et écologie

Œrtli POWERSUN PERFECTSUN. Économie et écologie Œrtli POWERSUN Économie et écologie Les chauffe-eau solaires pour la production d eau chaude sanitaire POWERSUN en PER Le soleil est une source d énergie inépuisable qui envoie 1,4 kw/m 2 sur notre planète,

Plus en détail

http://energie.wallonie.be

http://energie.wallonie.be KOSTPRIJS UITGESPAARDE BRANDSTOF 8 7 kostprijs uitgespaarde brandstof (c /kwh) 6 5 4 3 2 kost uitgespaarde brandstof kost kwh electricity kost kwh gas kost kwh mazout 1 0 0 5000 10000 15000 20000 25000

Plus en détail

BP/BL 150 à 500, B 650 à 1000

BP/BL 150 à 500, B 650 à 1000 BP/BL à, B 6 à PRÉPARATEURS D EAU CHAUDE SANITAIRE INDÉPENDANTS BP Préparateurs ecs indépendants Performance, capacité de à litres BL Préparateurs ecs indépendants, capacité de à litres B Préparateurs

Plus en détail

Formulaire standardisé pour un chauffe-eau solaire

Formulaire standardisé pour un chauffe-eau solaire 1. Coordonnées du demandeur Nom du demandeur Adresse de l installation Rue : N :. Code Postal : Commune : Age du bâtiment : - plus de 5 ans - moins de 5 ans 2. 2. Coordonnées de l installateur agréé 1

Plus en détail

Formulaire standardisé pour un chauffe-eau solaire

Formulaire standardisé pour un chauffe-eau solaire Formulaire standardisé pour un chauffe-eau solaire Annexe au formulaire de demande de prime 1. Coordonnées du demandeur Nom du demandeur Adresse Adresse de l installation Rue : N : Code Postal : Commune

Plus en détail

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS 1 SITUATION DE L ÉTUDE Les données météorologiques sont des données primordiales pour le bon déroulement des calculs et pour avoir des résultats les plus proches de la réalité.

Plus en détail

ROTEX Solaris - Energie solaire pour la production d eau chaude sanitaire et le chauffage. Le Chauffage!

ROTEX Solaris - Energie solaire pour la production d eau chaude sanitaire et le chauffage. Le Chauffage! ROTEX Solaris : Utiliser l énergie solaire gratuite. ROTEX Solaris - Energie solaire pour la production d eau chaude sanitaire et le chauffage. Le Chauffage! L énergie solaire - gratuite et inépuisable.

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Initia Plus HTE Chaudière murale gaz à condensation

Initia Plus HTE Chaudière murale gaz à condensation Initia Plus HTE Chaudière murale gaz à condensation Simplicité et performance : Tant en nouvelles constructions qu'en remplacement La nouvelle gamme de chaudières gaz à condensation Initia Plus a été spécialement

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

La terre comme source de chaleur: des solutions fiables.

La terre comme source de chaleur: des solutions fiables. ÉNERGIES RENOUVELABLES La terre comme source de chaleur: des solutions fiables. Pompes À chaleur SAUMURE eau pompes à chaleur eau eau Source d énergie inépuisable et efficace Rendement élevé et constant

Plus en détail

Géothermie CIAT : Ageo et Ageo caleo. Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient Ageo. une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur

Géothermie CIAT : Ageo et Ageo caleo. Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient Ageo. une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur 16 pompes à chaleur de 7 à 36 Géothermie CIAT : Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient et caleo une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur Nouveau design Haute température pour la rénovation

Plus en détail

Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains. Valentin TRILLAT-BERDAL, Bernard SOUYRI, Gilbert ACHARD

Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains. Valentin TRILLAT-BERDAL, Bernard SOUYRI, Gilbert ACHARD Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains Synthèse du projet GEOSOL: Intégration énergétique dans les bâtiments par l utilisation combinée de l énergie solaire et de la géothermie basse température

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

pmpasbl CALCUL DE LA CONSOMMATION DE CHAUFFAGE, D EAU CHAUDE S A N I T A I R E E T A U X I L I A I R E S E N E N E R G I E P R I M A I R E

pmpasbl CALCUL DE LA CONSOMMATION DE CHAUFFAGE, D EAU CHAUDE S A N I T A I R E E T A U X I L I A I R E S E N E N E R G I E P R I M A I R E ANNEXE AU VADE MECUM RESIDENTIEL 2009 (VM consolidé 2011) CALCUL DE LA CONSOMMATION DE CHAUFFAGE, D EAU CHAUDE S A N I T A I R E E T A U X I L I A I R E S E N E N E R G I E P R I M A I R E pmpasbl Page

Plus en détail

POMPES À CHALEUR DOUBLE- SERVICE EN HABITAT INDIVIDUEL

POMPES À CHALEUR DOUBLE- SERVICE EN HABITAT INDIVIDUEL www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES POMPES À CHALEUR DOUBLE- SERVICE EN HABITAT INDIVIDUEL CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT, INSTALLATION ET MISE EN SERVICE, ENTRETIEN

Plus en détail

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau olivier.correc@cstb.fr Nouveaux Documents Techniques Unifiés DTU 60.1 Plomberie sanitaire pour

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

SOLAIRE THERMIQUE. Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective

SOLAIRE THERMIQUE. Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective SOLAIRE THERMIQUE Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective OBJECTIFS - Connaître le principe de fonctionnement d'une installation individuel CESI - Maitriser le principe de fonctionnement

Plus en détail

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02 FR Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02 Sommaire 1 Introduction...4 1.1 Symboles utilisés...4 1.1.1 Symboles utilisés dans la notice...4 1.1.2

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Tc Le système solaire combiné (SSC) Domosol de ESE est basé sur le Dynasol 3X-C. Le Dynasol 3X-C est l interface entre les

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique.

ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique. ROTEX Sanicube : combinaison de l accumulateur et du chauffe-eau instantané. ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique. Le Chauffage! Autant d eau chaude sanitaire que vous voulez.

Plus en détail

Avanttia Solar. Chaudière Hybride CONDENSATION. L innovation qui a du sens

Avanttia Solar. Chaudière Hybride CONDENSATION. L innovation qui a du sens Chaudière Hybride CONDENSATION GAZ AVEC CHAUFFE- EAU-SOLAIRE INTÉGRÉ www.marque-nf.com CIRCUIT SOLAIRE FONCTIONNANT EN AUTOVIDANGE PRÉPARATEUR SOLAIRE EN INOX CAPTEUR SOLAIRE - DRAIN L innovation qui a

Plus en détail

Le chauffe eau à accumulation électrique

Le chauffe eau à accumulation électrique Le chauffe eau à accumulation électrique I) Composition d un chauffe eau électrique Leurs constitutions sont sensiblement les mêmes entre chaque fabriquant : Habillage Départ eau chaude Isolant Cuve Anode

Plus en détail

PSD + CESI + PAC Par Stéphane Barré (29) steph.barre (at) free.fr

PSD + CESI + PAC Par Stéphane Barré (29) steph.barre (at) free.fr PSD + CESI + PAC Par Stéphane Barré (29) steph.barre (at) free.fr Tous les travaux dans la rénovation de cette maison, à l exception de la pose de la PAC (manipulation de fluides frigorigènes), ont été

Plus en détail

Manuel de schémas THE FUTURE OF ENERGY. www.sonnenkraft.com

Manuel de schémas THE FUTURE OF ENERGY. www.sonnenkraft.com anuel de schémas THE FUTURE OF ENERGY www.sonnenkraft.com Remarque : Ce manuel de schémas (version n 080108-S-FR) annule et remplace les versions antérieures. 2 THE FUTURE OF ENERGY Version n : 080108-S-FR

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation 300028223-001-03

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation 300028223-001-03 FR Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL Notice d utilisation 300028223-001-03 Sommaire 1 Consignes de sécurité et recommandations...4 1.1 Consignes de sécurité...4 1.2 Recommandations...4

Plus en détail

Energies renouvelables. Leader mondial en systèmes solaires thermiques

Energies renouvelables. Leader mondial en systèmes solaires thermiques Energies renouvelables Leader mondial en systèmes solaires thermiques Un choix de 3 collecteurs Tous nos collecteurs fonctionnent selon le système plug and play (branchez et ça marche) et sont disponibles

Plus en détail

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS Réchauffage de l eau d un circuit de chauffage Chaudières gaz à condensation PRESTIGAZ Chaudières gaz basse température EFFIGAZ Echangeurs

Plus en détail

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

Module de fonction. SM10 Module solaire pour EMS. Instructions de service 6 720 801 042 (2012/02) FR

Module de fonction. SM10 Module solaire pour EMS. Instructions de service 6 720 801 042 (2012/02) FR Module de fonction SM10 Module solaire pour EMS Instructions de service FR Sommaire 1 Sécurité.......................................3 1.1 Remarque...................................3 1.2 Utilisation conforme.............................3

Plus en détail

LE CHAUFFAGE CENTRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULATION

LE CHAUFFAGE CENTRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULATION LE CHAUFFAGE CENRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULAION Descriptif de la technologie L association d une chaudière turbo bois et d un ballon d hydroaccumulation est aujourd hui le meilleur système de chauffage

Plus en détail

AUDIT DES CONSOMMATIONS D ELECTRICITE DE LA CHAUFFERIE DE LA RESIDENCE LOUIS RIGAL (328 et 330 avenue BERTHELOT 69 008 Lyon)

AUDIT DES CONSOMMATIONS D ELECTRICITE DE LA CHAUFFERIE DE LA RESIDENCE LOUIS RIGAL (328 et 330 avenue BERTHELOT 69 008 Lyon) OPAC DU GRAND LYON AUDIT DES CONSOMMATIONS D ELECTRICITE DE LA CHAUFFERIE DE LA RESIDENCE LOUIS RIGAL (328 et 33 avenue BERTHELOT 69 8 Lyon) Rapport final 2616 Félines/Rimandoule - France Tél : +33-4 75

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

Les équipements performants dans l habitat

Les équipements performants dans l habitat Les équipements performants dans l habitat Ventilation performante La ventilation mécanique contrôlée (VMC) Pour une maison performante et saine, il est indispensable d opter pour une VMC. Le principe

Plus en détail

Installations de production d Eau Chaude Sanitaire Collective. La Garantie de Résultats Solaires (GRS)

Installations de production d Eau Chaude Sanitaire Collective. La Garantie de Résultats Solaires (GRS) Installations de production d Eau Chaude Sanitaire Collective La Garantie de Résultats Solaires (GRS) Document réalisé avec le soutien technique de la Introduction Les installations concernées par la Garantie

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

La chaleur qui vient du froid LE SYSTEME INTEGRAL DE CHAUFFAGE

La chaleur qui vient du froid LE SYSTEME INTEGRAL DE CHAUFFAGE La chaleur qui vient du froid LE SYSTEME INTEGRAL DE CHAUFFAGE L ORIGINE C est dans les pays où il fait froid que l on sait mieux qu ailleurs produire et conserver la chaleur. Depuis plus de vingt ans

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

Prévisions ensoleillées

Prévisions ensoleillées ROTEX Solaris Prévisions ensoleillées Le système solaire haute performance ROTEX Solaris utilise l énergie du soleil pour l eau chaude et l appoint chauffage. Hygiénique, efficace et économique. «Tout

Plus en détail

produit De l eau chaude sanitaire à volonté Préparateurs ECS et accumulateurs d énergie Weishaupt

produit De l eau chaude sanitaire à volonté Préparateurs ECS et accumulateurs d énergie Weishaupt produit Information sur les préparateurs d eau chaude sanitaire De l eau chaude sanitaire à volonté Préparateurs ECS et accumulateurs d énergie Weishaupt Hygiène et propreté pour votre eau chaude sanitaire

Plus en détail

aurocompact Chaudière murale gaz condensation mixte Pourquoi Vaillant? Pour une solution de chauffage compacte qui combine condensation et solaire

aurocompact Chaudière murale gaz condensation mixte Pourquoi Vaillant? Pour une solution de chauffage compacte qui combine condensation et solaire Chaudière murale gaz condensation mixte aurocompact Pourquoi Vaillant? Pour une solution de chauffage compacte qui combine condensation et solaire aurocompact les avantages d une solution 2 en 1 Compacité

Plus en détail

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Principaux symboles d appareils thermiques utilisés pour différents schémas Page 1/11 I) Les radiateurs

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps Isofast 21 Condens Isotwin Condens Isomax Condens condens Chaudières murales gaz condensation accumulées dynamiques Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps La gamme Iso à condensation est la

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

PANNEAUX SOLAIRES THERMIQUES

PANNEAUX SOLAIRES THERMIQUES PANNEAUX SOLAIRES THERMIQUES SYSTEMES A CIRCULATION FORCEE Eau Chaude Sanitaire et Chauffage Panneaux solaires BLUETECH 2500 de 2,5 m² Panneaux solaires TITANIUM de 2 m² Panneaux solaires TITANIUM O de

Plus en détail

Eau chaude sanitaire

Eau chaude sanitaire 4 rue du maréchal FOCH, 68 460 LUTTERBACH 03 89 50 06 20 ou eie68@alteralsace.org La lettre d information d Alter Alsace Energies dans le cadre du défi des familles éco-engagées : N 8 Janvier 2013 Eau

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

le chauffe-eau solaire individuel

le chauffe-eau solaire individuel Performant et économique, le chauffe-eau solaire individuel L HABITAT INDIVIDUEL Performant et économique, le chauffe-eau solaire individuel SOMMAIRE Un chauffe-eau solaire... Pourquoi?..................................

Plus en détail

le chauffe-eau solaire individuel

le chauffe-eau solaire individuel Performant et économique, le chauffe-eau solaire individuel L HABITAT INDIVIDUEL Performant et économique, le chauffe-eau solaire individuel SOMMAIRE Un chauffe-eau solaire... Pourquoi?...3 Comment ça

Plus en détail

DOSSIER RESSOURCES. Dossier RESSOURCES. Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 12. 1406-TIS T Session 2014

DOSSIER RESSOURCES. Dossier RESSOURCES. Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 12. 1406-TIS T Session 2014 DOSSIER Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 12 1 Synoptique de principe Chaufferie 8 7 5 2 6 3 4 Durée : 4h Coefficient : 3 Page 2 / 12 Plan d implantation Conduits de ventilation et de chauffage. Durée

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX ALFÉA HYBRID BAS NOX POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT FIOUL INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

PRÉPARATEURS D EAU CHAUDE SANITAIRE INDÉPENDANTS

PRÉPARATEURS D EAU CHAUDE SANITAIRE INDÉPENDANTS BPB-BLC /BEPC /B /FWS PRÉPARATEURS D EAU CHAUDE SANITAIRE INDÉPENDANTS BPB : Préparateurs ecs indépendants Performance, capacité de à litres BLC : Préparateurs ecs indépendants Confort, capacité de à litres

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 SOMMAIRE Contexte de la mission confiée à ARTELIA Synthèse des audits Satisfaction usagers Implantation Mise en œuvre des capteurs et cuves Circuits

Plus en détail

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire.

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Patrick DUPEYRAT 1,2*, Yu BAI 3,4, Gérald KWIATKOWSKI 5, Gilles FRAISSE 3 Christophe MENEZO 2,3 et

Plus en détail