LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION"

Transcription

1 LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas du projet individuel, en m appuyant sur l expérience des appuis techniques et méthodologiques auprès des équipes dans le cadre de l élaboration de leur projet. Malgré tout je voudrais commencer par revenir sur le rapport entre le projet et le contrat, car derrière cela se trouve la question de la place du droit, du rapport entre le juridique et les orientations stratégiques ou philosophiques incarnées par des valeurs. En réalité le projet d établissement ou de service a comme point d appui ce sur quoi la loi fait silence. Je veux dire par là que beaucoup d équipes n ont pas encore intégré la différence fondamentale entre un projet institutionnel tel qu il était défini avant la loi du 2 janvier 2002 et tel qu il est défini par celle-ci. Il y a deux différences fondamentales entre ces deux types de projet : - dans les nouveaux projets se pose la question de la coordination et de la coopération, c est à dire la capacité au sein des équipes à repérer et gérer sur le long terme ses relations avec des partenaires pour s adapter aux nécessités que peuvent avoir certaines des personnes accueillies de relever de différentes formes de prise en charge ; - dans les nouveaux projets se pose aussi la question de l évaluation de l activité. En réalité l article 12 de la loi regroupe trois éléments. Le premier, les objectifs d organisation, était déjà présent avant la loi. Deux autres éléments qui eux n étaient pas présents précédemment et qui sont ces consignes de coordination/coopération et d évaluation/amélioration de la qualité. La question des valeurs n est donc pas abordée. Pourtant, notamment dans l article 6, la notion de charte est évoquée : une première, celle des droits et des libertés (déjà produite) ; et une autre qui concerne les règles déontologiques et éthiques qui devraient être communes aux professionnels (pas encore élaborée). Un des problèmes que nous avons par rapport au projet d établissement est celui de son statut. Est-il un outil supplémentaire par rapport à la multiplication des documents exigés par la loi ou peut-il être investi d une manière tout à fait différente? Je pense qu il faut prendre acte d un changement historique dans notre secteur en notant une certaine déconsidération des valeurs intemporelles. Il y a une certaine méfiance vis-à-vis d un discours sur les valeurs. Ce terme évoque une tradition spiritualiste et a bien souvent été l objet de critiques au nom

2 d une approche à la fois sociologique et juridique. Un des problèmes qui doit être aujourd hui travaillé avec les équipes est le fait de considérer que l élaboration du projet est tout aussi importante que le projet lui-même. En effet, ce qui fait la caractéristique principale d un projet à mon sens est qu il soit un document fédérateur. La question du projet renvoie à la question du collectif, et se traite donc à la fois à l intérieur de chacune des structures mais aussi au niveau des professions elles-mêmes. A partir de 1994 se sont mises en place dans le champ de la santé les conférences de consensus, inspirées des pratiques anglosaxonnes. Le principe de ces conférences est de réunir un certain nombres de spécialistes face à un jury afin d aborder des questions difficiles et de les trancher. La première conférence de consensus a eu lieu autour de la question des schizophrènes, et une autre plus récente a porté sur la liberté de circulation dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Cela veut dire que, dans notre secteur, nous sommes face à un certain nombre de problèmes qui nécessitent des débats. L élaboration du projet, c est de ce fait que je dis qu il s agit d un document fédérateur, est l occasion de prendre à plein bras des débats qui doivent traverser les équipes et le secteur professionnel. D une certaine façon, on retient de la loi du 2 janvier 2002 son aspect «outillage». Pour la première fois le législateur donne une définition de l action sociale et médico-sociale. Or, que donne-t-il comme définitions dans les articles 2 et 3? Il donne une série de définitions autour de couples d opposition pronomatiques, qui font que le législateur ne peut pas trancher sur un certain nombre de problèmes. On va justement demander aux équipes, à l occasion de l élaboration des projets de service, de dire comment chacune d elle entend se positionner par rapport à ces couples d opposition. Si nous reprenons rapidement certains couples, il y a par exemple l utilisation à la fois du terme d usager et de celui de citoyen. Le terme de citoyen renvoie à la question du droit commun et à la reconnaissance des droits de chaque personne comme étant en droit des citoyens à part entière, alors que celui d usager implique que l on reste dans une relation de dépendance vis-à-vis du service qui a été donné, même si la contractualisation est une façon d atténuer cette relation de dépendance. Cela veut dire que dans notre société, et en particulier en France, est en débat la question de la place de la différence. Un autre exemple serait celui de l utilisation des mots autonomie et protection. Au moment de l élaboration de la loi du 2 janvier 2002 il n y avait que le terme d autonomie qui était mis en avant. Assez rapidement ce concept a été interrogé en se demandant s il ne risquait pas d aboutir aussi à l abandon de la personne à sa propre responsabilité, à son sort (on évoquera notamment la clochardisation d un certain nombre de personnes qui étaient dans des foyers aux Etats-Unis, ou ce qu on a aussi pu connaître à une certaine époque en Italie). Par conséquent, au moment de la

3 discussion de la loi, certaines personnes ont donc voulu contre-balancer ces dérives possibles de l autonomie en introduisant la notion de protection. Bien entendu la notion de protection peut entraîner une réduction de la citoyenneté, justifiable lorsqu une personne est sous tutelle mais présentant l inconvénient dans d autres conditions de maintenir la personne dans une situation d assistance Quand la loi dit que pour six outils il y aura un texte réglementaire, mais que pour le projet il faut se débrouiller cela signifie qu il faut pouvoir mettre en débat au sein de chaque équipe ces couples d opposition. Je voudrais encore évoquer deux de ces couples : celui d égalité et d équité, qui évoque d une part une conception très républicaine de l égalité face à la loi et d autre part une vision beaucoup plus anglosaxonne de celle-ci ; celui de l opposition entre les droits et les devoirs, avec une section qui évoque les droits des usagers mais se pose évidemment la question des devoirs. Et c est là que devient tout à fait utile la distinction qui est faite entre le projet et le règlement de fonctionnement, puisque cette question des devoirs est principalement au cœur de la question du règlement. Autrement dit, lorsque je suis amené à intervenir auprès d équipe, je m assure qu il y ait un repérage de ces différents enjeux car c est dans la compréhension de ce discours tenu par le législateur qu on pourra ensuite, ou non, avoir un impact des valeurs dans l organisation. A partir du moment où je considère qu il y a place pour un débat, et que face à une déconsidération ancienne des valeurs intemporelles il faut revaloriser la question des valeurs et réintroduire du débat et des espaces de discussion, cela signifie que l organisation ne peut plus être pensée comme étant modélisée sur une construction mécanique et que l on fasse une différence très claire entre des valeurs et des normes. La question du rapport entre valeurs et organisation est un peu celle du rapport que l on peut avoir entre une philosophie de l action et une approche un peu mécaniste qui serait celle d une construction étroitement managériale. C est dans cet esprit que plusieurs centres de formation au travail social ont redonné de la place non pas à l enseignement de la philosophie mais en tout cas à des espaces où des intervenants philosophes peuvent être présents. La question du management ne se pose pas dans une démarche purement technique mais a aussi à voir avec la façon dont on se positionne sur cette question des valeurs. Un autre élément qui me semble important d évoquer est la question du pluriel. On parle du projet, mais il s agit également des projets. Toute notre construction institutionnelle a reposé sur ce qu on pourrait appeler la «logique de la pile». Le fonctionnement général de notre secteur est de considérer qu il y a des populations cibles, des populations homogènes pour lesquelles on construit des réponses elles-mêmes ciblées, et qu à partir

4 de ces réponses on aurait pu avoir des institutions voire même des catégories professionnelles spécifiques. Or une personne, même lourdement handicapée, est une personne qui n est pas privée d historicité. Elle peut avoir des parcours multiples et complexes qui font qu elle échappe à la classification habituelle. Il y a depuis quelques années des réflexions qui se mènent sur la nécessité d avoir des approches beaucoup plus transversales et beaucoup plus souples. Or, nous sommes confrontés au problème que l ensemble de notre législation est elle-même conçue de manière segmentée. Peu de temps après la loi du 2 janvier 2002, la loi du 4 mars 2002 relative au droit des malades et à la qualité du système de santé vient définir des droits des usagers de manière différente. Ceci signifie que, alors qu on partage des valeurs humanistes fortes et que l on considère que l on a affaire à des personnes ou à des sujets, l on est en réalité systématiquement confrontés à ce problème de segmentation dans nos réalités législatives et institutionnelles. Je vais ainsi revenir sur la question du projet institutionnel puisqu on nous demande aujourd hui, dans les projets, à la fois de définir des principes d organisation et de dire comment on va coopérer et se coordonner avec les autres. Cette question de la coordination a à voir avec celle du passage de relais, du passage de main. Il est important de nous rappeler que nous ne sommes pas propriétaires des personnes pour lesquelles nous intervenons. Nous sommes mandatés pour intervenir dans le cadre d une mission clairement définie, et se pose alors la question des limites des compétences de chacun des professionnels et de chacune des institutions. Le projet d établissement ou de service est l occasion de tenir un discours sur les valeurs mais aussi sur nos propres limites. A partir de quel moment je dois passer la main? Je ne dois pas être dans une position défensive, qui consiste souvent à dire que mes lois sont des lois de contrainte et que mes limites sont systématiquement marquées par d autres. Ce pose donc ici le problème du chaînage des dispositifs, c est à dire le chaînage des lois mais aussi des pratiques et des cultures professionnelles. Je voudrais maintenant aborder la question de l impact du projet sur l organisation. L impact dépend d abord du temps que l on se donne pour traiter de ces questions. Une des nouveautés de la loi du 2 janvier 2002 est d introduire une temporalité, en disant qu un projet de service a une durée de vie maximum de cinq ans, et suppose donc qu il y ait d abord un temps où l on puisse se confronter à la question des valeurs et à celle de leur lien avec l organisation. Cela a à voir avec ce que l on peut vulgairement appeler une culture d entreprise. On se posera à chaque fois la question du lien entre la façon dont on définit les valeurs dans une structure et la façon dont elles sont définies dans la société dans laquelle nous sommes. Il y a, à mon sens, au moins trois registres qu il faut traiter.

5 D abord, du point de vue des valeurs, le problème d ordre philosophique de savoir comment traiter le problème de l altérité? On se pose toujours la question de savoir qui est l autre qu on a en face de soi. Ensuite il y a la question des valeurs sociétales c est à dire de la façon dont une société comme la nôtre se prononce sur les questions qui nous concernent, compte tenu de son évolution actuelle et notamment de la montée de l individualisme. Et puis il y a la question des valeurs professionnelles au sens des référents théoriques qui structurent l action. Je crois que le projet renvoie à toutes ces notions, à une certaine conception de l organisation et à une certaine conception de la formation des professionnels qui font vivre les organisations.

Empowerment : L expérience Agir Café - ses enseignements

Empowerment : L expérience Agir Café - ses enseignements Empowerment : L expérience Agir Café - ses enseignements Corinne Iehl Dominique Gaudron Présentation au séminaire CRDSU 25 juin 2013 27/06/13 1 Déroulement Du groupe EMPOWERMENT à Agir Café : historique

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire Démarche sur l aide financière aux participantes Marie-Lourdes Pas beaucoup d argent pour tout ce qu il faut

Plus en détail

Travail social et nouvelles technologies

Travail social et nouvelles technologies Travail social et nouvelles technologies Didier Dubasque 1. Présentation L objet de l intervention. Lien avec les réflexions des instances professionnelles et du CSTS. 2. Le contexte dans lequel évolue

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES DE TRAITEMENT DE DONNÉES PERSONNELLES DE L ORGANISATION UNIVERSITAIRE INTERAMÉRICAINE

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES DE TRAITEMENT DE DONNÉES PERSONNELLES DE L ORGANISATION UNIVERSITAIRE INTERAMÉRICAINE MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES DE TRAITEMENT DE DONNÉES PERSONNELLES DE L ORGANISATION UNIVERSITAIRE INTERAMÉRICAINE Article 1: Cadre normatif Le présent Manuel contient les dispositions appliquées

Plus en détail

CONGRES UNIMEV 2013 DE NANTES

CONGRES UNIMEV 2013 DE NANTES ACTES THÉMATIQUES 1 CONGRES UNIMEV 2013 DE NANTES Actes thématiques ACTES THÉMATIQUES 2 Les événements sont des plateformes, des plateformes de liens, de rencontres, d interactions, de flux, d échanges,

Plus en détail

Manager le changement

Manager le changement Une vraie démarche structurée pour réussir le changement Le changement? Une opportunité mais aussi un risque. Dans un contexte de plus en plus fluctuant, la capacité à bien gérer les transitions est devenue

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

Allocution de Monsieur Denis MATHEN, Gouverneur de la province de Namur. Congrès de la Fédération wallonne des Secrétaires de CPAS Anhée le 26/04/2012

Allocution de Monsieur Denis MATHEN, Gouverneur de la province de Namur. Congrès de la Fédération wallonne des Secrétaires de CPAS Anhée le 26/04/2012 Allocution de Monsieur Denis MATHEN, Gouverneur de la province de Namur Congrès de la Fédération wallonne des Secrétaires de CPAS Anhée le 26/04/2012 Monsieur le Bourgmestre, Monsieur le Président de CPAS

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011 CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 7 novembre 20 «L Association des Maisons de quartier de Reims a pour objet le développement, le

Plus en détail

Statuts de l association Entre Dhuis et Marne

Statuts de l association Entre Dhuis et Marne Statuts de l association Entre Dhuis et Marne Les soussignés et toutes personnes qui auront adhéré aux présents statuts forment par les présentes une association, conformément à la loi du 1er juillet 1901

Plus en détail

Le Parrainage à la Croisée des Chemins Lundi 30 janvier 2012

Le Parrainage à la Croisée des Chemins Lundi 30 janvier 2012 Le Parrainage à la Croisée des Chemins Lundi 30 janvier 2012 Unapp - Apei de Lens et environs (www.apei-lens.org) L Apei de Lens et environs «Le Parrainage est une aventure humaine et une expérience unique»

Plus en détail

BILAN SOCIETAL DE L ACCORD DE NOUMÉA

BILAN SOCIETAL DE L ACCORD DE NOUMÉA BILAN SOCIETAL DE L ACCORD DE NOUMÉA L accord de Nouméa à déjà 11 ans durant lesquels les mutations profondes et irréversibles ont touché ce pays. Faire le bilan de l accord c est regarder globale et lire

Plus en détail

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Discours de Marylise LEBRANCHU Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Jeudi 17 octobre 2013 Je suis heureuse de pouvoir commencer,

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

CONCOURS PHOTOS APPEL AUX ARCHIVES

CONCOURS PHOTOS APPEL AUX ARCHIVES CONCOURS PHOTOS APPEL AUX ARCHIVES «LA SEPR DANS SON QUARTIER DE VIE» DANS LE CADRE DES 150 ANS DE SA CREATION, LA SEPR ORGANISE DIFFERENTS EVENEMENTS. PARMI EUX, UNE EXPOSITION DE PHOTOGRAPHIES AUTOUR

Plus en détail

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA MINISTÈRE DE LA DÉFENSE M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA A Toulouse, le 9 juillet 2015 Seul le prononcé fait foi Page 1 sur

Plus en détail

Rapport de Hélène Poivey-Leclercq. Membre du conseil de l Ordre

Rapport de Hélène Poivey-Leclercq. Membre du conseil de l Ordre RAPPORT SUR LA RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE DE L AVOCAT MANDATAIRE JUDICIAIRE A LA PROTECTION DES MAJEURS ET SUR LA QUESTION DU MANIEMENT DES FONDS Rapport de Hélène Poivey-Leclercq Membre du

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Les bases du modèle systémique de Palo-Alto

Les bases du modèle systémique de Palo-Alto Les bases du modèle systémique de Palo-Alto Notre objectif dans cet article est d éclairer nos visiteurs sur ce modèle de façon synthétique. Nous sommes disponibles pour répondre aux questions que vous

Plus en détail

RESSOURCES & TERRITOIRES propose - en partenariat avec le CNFPT - le. «Et les habitants?! De l usager spectateur au citoyen acteur.

RESSOURCES & TERRITOIRES propose - en partenariat avec le CNFPT - le. «Et les habitants?! De l usager spectateur au citoyen acteur. RESSOURCES & TERRITOIRES propose - en partenariat avec le CNFPT - le SEMINAIRE HABITANTS! «Et les habitants?! De l usager spectateur au citoyen acteur.» Vous habitez un quartier objet d un Projet de Rénovation

Plus en détail

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas La compréhension en lecture, SILVA Fanny Compréhension 29 Lecture pas à pas 1. Description de l expérience : Suite aux deux hypothèses à vérifier énoncées dans notre préambule, j ai proposé d organiser

Plus en détail

Travail comparatif des chartes de l'animation socioculturelle

Travail comparatif des chartes de l'animation socioculturelle Travail comparatif des chartes de l'animation socioculturelle Module E10 Avril 2015 Anouche Haroutunian Sara Karlen Natacha Petrocchi Laura Hernandez Seco Tableau synoptique La CESASC, Animation socioculturelle

Plus en détail

Atelier thématique : Se préparer à l évaluation externe Les grandes étapes - Les pistes de réflexion. 24 Mai 2012 Ardennes - Marne

Atelier thématique : Se préparer à l évaluation externe Les grandes étapes - Les pistes de réflexion. 24 Mai 2012 Ardennes - Marne Atelier thématique : Se préparer à l évaluation externe Les grandes étapes - Les pistes de réflexion 24 Mai 2012 Ardennes - Marne PROGRAMME 1) Identifier les grandes étapes de préparation à l évaluation

Plus en détail

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Jean-Paul Bouchet Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Le cadre juridique ne peut pas tout régler. Pour permettre aux managers de tenir leur rôle, il faut s interroger sur la finalité

Plus en détail

SOMMAIRE. 4 Différentes modalités d utilisation p 19 4.1 En groupe p 19 4.2 En individuel p 20

SOMMAIRE. 4 Différentes modalités d utilisation p 19 4.1 En groupe p 19 4.2 En individuel p 20 GUIDE PEDAGOGIQUE DE L ACCOMPAGNATEUR ZOOM 2 CHOOSE 1 SOMMAIRE Qu est-ce que Zoom2Choose (Z2C)? 1. L outil p.3, 4 1.1 Quels sont les objectifs de l outil? p 5 1.2 Description de Z2C : - Parcours dans l

Plus en détail

ORDINE DEGLI AVVOCATI D IVREA

ORDINE DEGLI AVVOCATI D IVREA ORDINE DEGLI AVVOCATI D IVREA Introduction Les italiens divorcent depuis peu de temps. En effet le divorce a été introduit dans la législation italienne par la loi n 898 du 1er décembre 1970 sur la dissolution

Plus en détail

En quoi le jeu est-il une pratique qui favorise l émancipation des individu.es?

En quoi le jeu est-il une pratique qui favorise l émancipation des individu.es? LE JEU, UNE PRATIQUE ÉMANCIPATRICE? PRÉSENTATION D E L ATELIER ORGANISATION Atelier de Construction Collective, 3 h. Atelier animé par Mani ISAAC, Le Poulpe Pirate. Secrétariat assuré par Ludovic LABRUNE

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Réglementation en matière d encadrement, d enseignement et d animation

Réglementation en matière d encadrement, d enseignement et d animation 0 Réglementation en matière d encadrement, d enseignement et d animation La Fédération Française de Course d Orientation organise régulièrement la formation de ses cadres pour donner à chacun les compétences

Plus en détail

Intervention de Monsieur Clément DUHAIME Administrateur de l OIF

Intervention de Monsieur Clément DUHAIME Administrateur de l OIF Conférence sur le futur de la gouvernance de l Internet Siège de l OIF, Paris, 30 juin 2014 Intervention de Monsieur Clément DUHAIME Administrateur de l OIF Seul le texte prononcé fait foi 1 Discours de

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD Renato SAIU (2009). En ligne sur detour.unice.fr Master 2 de psychologie clinique et gérontologique Résumé : La formation professionnelle du personnel en EHPAD

Plus en détail

Le droit constitutionnel réinterprété

Le droit constitutionnel réinterprété Le droit constitutionnel réinterprété Jérémy MERCIER Selon le philosophe du droit Riccardo Guastini, le droit n est pas un ensemble hiérarchisé de normes mais un langage, utilisé ou manipulé par de nombreux

Plus en détail

Info Parcours psy EDITO. N 4 2 août 2013. Le mot de Francis JAN Pilote associé. Francis JAN, Co-Pilote du parcours

Info Parcours psy EDITO. N 4 2 août 2013. Le mot de Francis JAN Pilote associé. Francis JAN, Co-Pilote du parcours EDITO Un point fort et original de la démarche du parcours des personnes en situation de handicap psychique est la place faite aux regards et aux questions des familles et des personnes concernées par

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

Élève 1 Nombre total Prestation globale de points Devoir 1: Peut répondre de façon structurée et précise en développant ses Entretien idées.

Élève 1 Nombre total Prestation globale de points Devoir 1: Peut répondre de façon structurée et précise en développant ses Entretien idées. Élève 1 Nombre total de points 2 (77%) Devoir 1: Entretien 5 points Devoir 2 : Jeu de rôle 5 points Devoir 3 : Commentaire 4 points Transcription du commentaire (Temps de production 1:32 min) Prestation

Plus en détail

Le lean et l anguille : comment cuisiner le lean?

Le lean et l anguille : comment cuisiner le lean? Le lean et l anguille : comment cuisiner le lean? Journées de Bordeaux sur la pratique de l ergonomie / Mars 2011 Introduction Bonjour, je vais commencer par me présenter rapidement à vous : je suis Emmanuelle

Plus en détail

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT.

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. Gérard SERVANT, Personnel de Direction, Académie d Aix-Marseille, Docteur en Sciences

Plus en détail

IV - QUESTIONS PROFESSIONNELLES ET ECONOMIQUES

IV - QUESTIONS PROFESSIONNELLES ET ECONOMIQUES IV - QUESTIONS PROFESSIONNELLES ET ECONOMIQUES Demande d expertise libre sur l évolution de la maintenance et de l ingénierie et des conséquences sur l emploi RATP CRE 24 mars 1999 M. JICQUEL : Depuis

Plus en détail

Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e

Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e Extrait du Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e déposé auprès de la Mission Numérique pour l'enseignement Supérieur par l Institut Catholique de Paris (ICP) - Mars 2011 Au cours du semestre,

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Introduction : Chapitre X. L égalité, un principe républicain

Introduction : Chapitre X. L égalité, un principe républicain Introduction : Chapitre X. L égalité, un principe républicain 1. Docs. 1 et 2 : Quels textes officiels affirment l égalité de tous? Doc. 1. L égalité Art. 1er. Les hommes naissent libres et égaux en droits.

Plus en détail

Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes

Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes Les données personnelles (ou nominatives) sont les informations

Plus en détail

Conference Introductory Keynote

Conference Introductory Keynote Conference Introductory Keynote Mr. Christian Waeterloos, European Commission Director, Directorate General Energy and Transport Nuclear Safety and Safeguards La place de l énergie nucléaire L énergie

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE. Association Loi 1901

FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE. Association Loi 1901 FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE Association Loi 1901 STATUTS REFONDUS PAR DECISIONS DE L'ASSEMBLEE GENERALE DU 12 mars 2014 1 ARTICLE 1 ER : CONSTITUTION

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Philosophie, psychanalyse de l Université Paul-Valéry Montpellier 3 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

C est donc Keolis qui a conduit Rennes Métropole à son entrée dans le mouvement Open Data?

C est donc Keolis qui a conduit Rennes Métropole à son entrée dans le mouvement Open Data? Christophe MILLOT Innovation numérique au service de l information voyageur Keolis Rennes Vous avez piloté la 1ère ouverture des données de transport en France. Pour quelles raisons Keolis s est-elle engagée

Plus en détail

Forums et ateliers Éléments saillants

Forums et ateliers Éléments saillants Forums et ateliers Éléments saillants Atelier n 9 : Faire réseau : pourquoi? Comment? Animateur : Johan CHANAL, Carrefour des Pays Lorrains Intervenante : Sarah BOYRIE, présidente de l'association des

Plus en détail

Document réalisé avec le soutien de

Document réalisé avec le soutien de Document réalisé avec le soutien de Directeur de la publication : Cédric MAMETZ Responsable de la rédaction : Céline SIMONIN, Chargée de projets Nous Aussi Conception graphique : La Suite + Co et Lauriane

Plus en détail

Diplôme Conservateur Bibliothèques

Diplôme Conservateur Bibliothèques de des Diplôme Conservateur Bibliothèques Livret de formation à destination des élèves conservateurs 23 e promotion 1 er janv. 2014 30 juin 2015 Ce livret a un double objectif : vous présenter la formation

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

La Nouvelle Controverse. Pour sortir de l impasse

La Nouvelle Controverse. Pour sortir de l impasse La Nouvelle Controverse Pour sortir de l impasse controverse_001-176.indd 3 06/01/14 11:23 «La voie prise depuis deux siècles ne peut que conduire à une impasse tragique». Hans Jonas Le Principe Responsabilité.

Plus en détail

Stratégies marketing. Augmenter sa créativité en période de changement. Journée d information sur les cultures ornementales en serre Novembre 2009

Stratégies marketing. Augmenter sa créativité en période de changement. Journée d information sur les cultures ornementales en serre Novembre 2009 Stratégies marketing Augmenter sa créativité en période de changement Journée d information sur les cultures ornementales en serre Novembre 2009 La présentation Marketing en temps de crise Quelques principes

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

ACTES COMITE PARTENARIAL. Marseille le 07 Décembre 2010

ACTES COMITE PARTENARIAL. Marseille le 07 Décembre 2010 ACTES COMITE PARTENARIAL Marseille le 07 Décembre 2010 1 Gaby Olmeta : «Nous invitons Manuel Pinto, Directeur des petits frères des Pauvres. Les petits frères des Pauvres, c est 17 salariés, 350 bénévoles

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens Page 1 Première clef La démocratie participative est une aide à la prise de décision publique.

Plus en détail

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat de Conseiller en Economie Sociale Familiale DECESF

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat de Conseiller en Economie Sociale Familiale DECESF Notice d accompagnement Diplôme d Etat de Conseiller en Economie Sociale Familiale DECESF ((( Cette notice a pour objectif principal de vous aider à remplir votre livret de présentation des acquis de

Plus en détail

Faire une étude de marché (Partie I)

Faire une étude de marché (Partie I) CENTRE D ENTREPRENEURIAT ESG UQÀM Faire une étude de marché (Partie I) Par Michel Grenier, MBA Partenaire principal: Au menu ce midi Étude de marché Que feriez-vous et comment? Environnement PESTEL La

Plus en détail

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD)

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Le Cercle de c oopération des organisations non g ouvernementales de développement La Plateforme éducation à l environnement et au développement durable

Plus en détail

Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit?

Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit? Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit? - Penser : a) avoir des idées, des opinions b) raisonner,

Plus en détail

Problématique : En quoi le parcours d élaboration d une loi est-il un gage de la démocratie?

Problématique : En quoi le parcours d élaboration d une loi est-il un gage de la démocratie? SITUATION PROBLEME 1: La loi de réforme des collectivités territoriales de 2010 Problématique : En quoi le parcours d élaboration d une loi est-il un gage de la démocratie? Compétences du socle commun

Plus en détail

Document de réflexion

Document de réflexion Document de réflexion RESPECT DE L INTIMITE DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET ACCOMPAGNEMENT DANS LEUR VIE AFFECTIVE ET SEXUELLE. Préambule Depuis 50 ans, l APAJH, par son action militante, œuvre

Plus en détail

Dispositions transversales : Le projet d établissement et la concertation

Dispositions transversales : Le projet d établissement et la concertation Dispositions transversales : Le projet d établissement et la concertation La Charte de l'enseignement artistique spécialisé en danse, musique et théâtre de 2001 prévoyait que le directeur "conçoit, organise

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DES ETCHEMINS GESTION DES RESSOURCES MATÉRIELLES POLITIQUE RI-1 POLITIQUE DE SÉCURITÉ DE L INFORMATION ANNEXE A FONDEMENTS JURIDIQUES Cette annexe présente les principales

Plus en détail

COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC H.M. ALAOUI 1

COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC H.M. ALAOUI 1 COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC H.M. ALAOUI 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION: ANALYSE SEMANTIQUE II. CONTENU ET ELEMENTS DE LA COMMUNICATION III. PRINCIPALES QUESTIONS A SE POSER

Plus en détail

2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009

2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009 L apport de la sociologie des professions 1 à une définition positive des professions libérales. Il est très difficile de trouver une définition «positive» des professions libérales, souvent les professions

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

Les ateliers d Éducaloi. Guide de l enseignant SAVOIR C EST POUVOIR

Les ateliers d Éducaloi. Guide de l enseignant SAVOIR C EST POUVOIR Les ateliers d Éducaloi Guide de l enseignant SAVOIR C EST POUVOIR La présentation de l atelier Ce qu'il faut savoir Durée : Niveau : Matériel requis (enseignant) : Objectifs de l activité : Environ 120

Plus en détail

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée.

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée. Protection des données; examen périodique des applications informatiques; CONDITIONS GÉNÉRALES (également valables lors de recours à des sociétés d audit) 1 Quiconque souhaite charger une société d audit

Plus en détail

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Référentiel des activités professionnelles Dans le cadre de l exercice et de la promotion des droits des publics, le titulaire

Plus en détail

COMMENT REALISER VOTRE DOSSIER?

COMMENT REALISER VOTRE DOSSIER? Élève en section ASSP, je dois à la fois : ECONOMIE GESTION DOSSIER «PROJET PROFESIONNNEL» COMMENT REALISER VOTRE DOSSIER? me rendre compte des compétences professionnelles demandées au sein de ma section,

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

La dernière fois que nous nous sommes vus, c était le 4 octobre 2014, pour le lancement de la concertation.

La dernière fois que nous nous sommes vus, c était le 4 octobre 2014, pour le lancement de la concertation. Seul le prononcé fait foi Présentation de la stratégie numérique du gouvernement Gaité Lyrique 18 juin 2015 Allocution de Manuel VALLS, Premier ministre Mesdames, messieurs les ministres, Mesdames, messieurs

Plus en détail

Les acteurs de la carte d'achat

Les acteurs de la carte d'achat CHAPITRE 3 Les acteurs de la carte d'achat Pour mettre en œuvre une exécution des marchés publics par carte d achat, l acheteur et le gestionnaire public vont devoir s adresser à un fournisseur de services

Plus en détail

Synthèse des ateliers co-habitat de Bègles -21 mars 2013-

Synthèse des ateliers co-habitat de Bègles -21 mars 2013- Synthèse des ateliers co-habitat de Bègles -21 mars 2013- La difficulté principale de mise en place d un co-habitat tient à la gestion du temps. Tant que les choses sont réversibles, il n y a pas de marque

Plus en détail

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis,

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis, Discours de Madame Bineta Diop Cérémonie de remise de la Légion d honneur Mercredi 17 septembre 2012. Résidence de France à Genève Monsieur Nicolas NIEMTCHINOW, Ambassadeur et représentant permanent de

Plus en détail

A PLUS FINANCE. A 7 mois des Présidentielles, Réforme fiscale 2007 : Quel accueil par les particuliers? Quelle place pour la fiscalité dans le débat?

A PLUS FINANCE. A 7 mois des Présidentielles, Réforme fiscale 2007 : Quel accueil par les particuliers? Quelle place pour la fiscalité dans le débat? A PLUS FINANCE A Plus Finance A 7 mois des Présidentielles, Réforme fiscale 2007 : Quel accueil par les particuliers? Quelle place pour la fiscalité dans le débat? 26 septembre 2006 Philippe TABOUIS :

Plus en détail

Le partage d informations dans l action sociale et le travail social

Le partage d informations dans l action sociale et le travail social Ministère des affaires sociales et de la santé DIRECTION GÉNÉRALE DE COHÉSION SOCIALE CONSEIL SUPÉRIEUR DU TRAVAIL SOCIAL 7 e mandature Rapport au ministre des affaires sociales et de la santé Le partage

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

Union Régionale des Francas Pays de La Loire

Union Régionale des Francas Pays de La Loire «La famille d aujourd hui n est ni plus ni moins parfaite que celle de jadis: elle est autre, parce que les milieux où elle vit sont plus complexes, voilà tout.» E. Durkheim 1888 Accompagnement à la fonction

Plus en détail

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE 18/04/2011 MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DIPLOME D'ETAT DE CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE NOTICE D ACCOMPAGNEMENT 18/04/2011 Cette

Plus en détail

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Service de Presse Paris, le 25 octobre 2012 ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Mesdames, Messieurs, Je suis très heureuse que les organisateurs

Plus en détail

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE.

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. Si la loi du 3 janvier 1968, encore aujourd hui pierre angulaire de la protection juridique des majeurs, est restée très discrète sur la notion de protection

Plus en détail

Consultation de la Commission européenne sur un éventuel statut pour une Société Privée Européenne (SPE) Réponse du CCBE

Consultation de la Commission européenne sur un éventuel statut pour une Société Privée Européenne (SPE) Réponse du CCBE Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Consultation de la Commission européenne sur un éventuel statut pour une Société Privée Européenne (SPE) Réponse du CCBE Consultation de

Plus en détail

Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53. Les jeudis de l hémicycle

Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53. Les jeudis de l hémicycle Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53 Les jeudis de l hémicycle Parlement Francophone Bruxellois Le 29 novembre 2012 1 Deux

Plus en détail

www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts

www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts Sommaire Préface...p.3 Définition et types de conflit d intérêts...p.4 Comment identifier un conflit d intérêts...p.6 Exemples

Plus en détail

Ariane Moffatt : Je veux tout

Ariane Moffatt : Je veux tout Ariane Moffatt : Je veux tout Paroles et musique : Ariane Moffatt Sony Music France Thèmes La relation amoureuse, les enfants gâtés. Objectifs Objectifs communicatifs : Exprimer un sentiment. Exprimer

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

Crédit immobilier. > Bilan d activité 2012 : une excellente année malgré un contexte économique difficile > Perspectives 2013 > À propos de ACE crédit

Crédit immobilier. > Bilan d activité 2012 : une excellente année malgré un contexte économique difficile > Perspectives 2013 > À propos de ACE crédit Crédit immobilier BAROMETRE DES TAUX DU MOIS DE MARS 2013 EVOLUTION DES TAUX DEPUIS 10 ANS LE PORTRAIT-ROBOT DE L EMPRUNTEUR EN ILE-DE-FRANCE ET EN PROVINCE QUELLES PERSPECTIVES POUR LES MOIS A VENIR?

Plus en détail

La présentation de ce texte n est délibérément pas doctrinale. Elle répond de manière illustrée aux premières questions qu il faut se poser.

La présentation de ce texte n est délibérément pas doctrinale. Elle répond de manière illustrée aux premières questions qu il faut se poser. DROIT INTERNATIONAL PRIVE 64/2012 ROME III : LE NOUVEAU DIVORCE EUROPÉEN Le Règlement (UE) n 1259/2010 du Conseil du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi

Plus en détail

LA CAPACITE DU MINEUR Ai-je le droit d agir seul en tant que mineur?

LA CAPACITE DU MINEUR Ai-je le droit d agir seul en tant que mineur? Droit civil LA CAPACITE DU MINEUR Ai-je le droit d agir seul en tant que mineur? Peux-tu effectuer des achats dans un magasin ou ailleurs? Peux-tu ouvrir un compte bancaire et en retirer de l argent? Pourras-tu

Plus en détail

TCF : les différentes épreuves

TCF : les différentes épreuves TF : les différentes épreuves Les items du TF sont conçus par des équipes de rédaction habilitées par le IEP et expérimentés avant diffusion. Ils se présentent tous sous la forme de QM et sont au nombre

Plus en détail

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas?

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas? Première scène Il est assis sur le bord du lit. En boxer-short et en tee-shirt. Il fait visiblement de grands efforts pour se réveiller. Elle est dans la cuisine. On ne la voit pas encore. Quel temps fait-il?

Plus en détail