LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION"

Transcription

1 LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas du projet individuel, en m appuyant sur l expérience des appuis techniques et méthodologiques auprès des équipes dans le cadre de l élaboration de leur projet. Malgré tout je voudrais commencer par revenir sur le rapport entre le projet et le contrat, car derrière cela se trouve la question de la place du droit, du rapport entre le juridique et les orientations stratégiques ou philosophiques incarnées par des valeurs. En réalité le projet d établissement ou de service a comme point d appui ce sur quoi la loi fait silence. Je veux dire par là que beaucoup d équipes n ont pas encore intégré la différence fondamentale entre un projet institutionnel tel qu il était défini avant la loi du 2 janvier 2002 et tel qu il est défini par celle-ci. Il y a deux différences fondamentales entre ces deux types de projet : - dans les nouveaux projets se pose la question de la coordination et de la coopération, c est à dire la capacité au sein des équipes à repérer et gérer sur le long terme ses relations avec des partenaires pour s adapter aux nécessités que peuvent avoir certaines des personnes accueillies de relever de différentes formes de prise en charge ; - dans les nouveaux projets se pose aussi la question de l évaluation de l activité. En réalité l article 12 de la loi regroupe trois éléments. Le premier, les objectifs d organisation, était déjà présent avant la loi. Deux autres éléments qui eux n étaient pas présents précédemment et qui sont ces consignes de coordination/coopération et d évaluation/amélioration de la qualité. La question des valeurs n est donc pas abordée. Pourtant, notamment dans l article 6, la notion de charte est évoquée : une première, celle des droits et des libertés (déjà produite) ; et une autre qui concerne les règles déontologiques et éthiques qui devraient être communes aux professionnels (pas encore élaborée). Un des problèmes que nous avons par rapport au projet d établissement est celui de son statut. Est-il un outil supplémentaire par rapport à la multiplication des documents exigés par la loi ou peut-il être investi d une manière tout à fait différente? Je pense qu il faut prendre acte d un changement historique dans notre secteur en notant une certaine déconsidération des valeurs intemporelles. Il y a une certaine méfiance vis-à-vis d un discours sur les valeurs. Ce terme évoque une tradition spiritualiste et a bien souvent été l objet de critiques au nom

2 d une approche à la fois sociologique et juridique. Un des problèmes qui doit être aujourd hui travaillé avec les équipes est le fait de considérer que l élaboration du projet est tout aussi importante que le projet lui-même. En effet, ce qui fait la caractéristique principale d un projet à mon sens est qu il soit un document fédérateur. La question du projet renvoie à la question du collectif, et se traite donc à la fois à l intérieur de chacune des structures mais aussi au niveau des professions elles-mêmes. A partir de 1994 se sont mises en place dans le champ de la santé les conférences de consensus, inspirées des pratiques anglosaxonnes. Le principe de ces conférences est de réunir un certain nombres de spécialistes face à un jury afin d aborder des questions difficiles et de les trancher. La première conférence de consensus a eu lieu autour de la question des schizophrènes, et une autre plus récente a porté sur la liberté de circulation dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Cela veut dire que, dans notre secteur, nous sommes face à un certain nombre de problèmes qui nécessitent des débats. L élaboration du projet, c est de ce fait que je dis qu il s agit d un document fédérateur, est l occasion de prendre à plein bras des débats qui doivent traverser les équipes et le secteur professionnel. D une certaine façon, on retient de la loi du 2 janvier 2002 son aspect «outillage». Pour la première fois le législateur donne une définition de l action sociale et médico-sociale. Or, que donne-t-il comme définitions dans les articles 2 et 3? Il donne une série de définitions autour de couples d opposition pronomatiques, qui font que le législateur ne peut pas trancher sur un certain nombre de problèmes. On va justement demander aux équipes, à l occasion de l élaboration des projets de service, de dire comment chacune d elle entend se positionner par rapport à ces couples d opposition. Si nous reprenons rapidement certains couples, il y a par exemple l utilisation à la fois du terme d usager et de celui de citoyen. Le terme de citoyen renvoie à la question du droit commun et à la reconnaissance des droits de chaque personne comme étant en droit des citoyens à part entière, alors que celui d usager implique que l on reste dans une relation de dépendance vis-à-vis du service qui a été donné, même si la contractualisation est une façon d atténuer cette relation de dépendance. Cela veut dire que dans notre société, et en particulier en France, est en débat la question de la place de la différence. Un autre exemple serait celui de l utilisation des mots autonomie et protection. Au moment de l élaboration de la loi du 2 janvier 2002 il n y avait que le terme d autonomie qui était mis en avant. Assez rapidement ce concept a été interrogé en se demandant s il ne risquait pas d aboutir aussi à l abandon de la personne à sa propre responsabilité, à son sort (on évoquera notamment la clochardisation d un certain nombre de personnes qui étaient dans des foyers aux Etats-Unis, ou ce qu on a aussi pu connaître à une certaine époque en Italie). Par conséquent, au moment de la

3 discussion de la loi, certaines personnes ont donc voulu contre-balancer ces dérives possibles de l autonomie en introduisant la notion de protection. Bien entendu la notion de protection peut entraîner une réduction de la citoyenneté, justifiable lorsqu une personne est sous tutelle mais présentant l inconvénient dans d autres conditions de maintenir la personne dans une situation d assistance Quand la loi dit que pour six outils il y aura un texte réglementaire, mais que pour le projet il faut se débrouiller cela signifie qu il faut pouvoir mettre en débat au sein de chaque équipe ces couples d opposition. Je voudrais encore évoquer deux de ces couples : celui d égalité et d équité, qui évoque d une part une conception très républicaine de l égalité face à la loi et d autre part une vision beaucoup plus anglosaxonne de celle-ci ; celui de l opposition entre les droits et les devoirs, avec une section qui évoque les droits des usagers mais se pose évidemment la question des devoirs. Et c est là que devient tout à fait utile la distinction qui est faite entre le projet et le règlement de fonctionnement, puisque cette question des devoirs est principalement au cœur de la question du règlement. Autrement dit, lorsque je suis amené à intervenir auprès d équipe, je m assure qu il y ait un repérage de ces différents enjeux car c est dans la compréhension de ce discours tenu par le législateur qu on pourra ensuite, ou non, avoir un impact des valeurs dans l organisation. A partir du moment où je considère qu il y a place pour un débat, et que face à une déconsidération ancienne des valeurs intemporelles il faut revaloriser la question des valeurs et réintroduire du débat et des espaces de discussion, cela signifie que l organisation ne peut plus être pensée comme étant modélisée sur une construction mécanique et que l on fasse une différence très claire entre des valeurs et des normes. La question du rapport entre valeurs et organisation est un peu celle du rapport que l on peut avoir entre une philosophie de l action et une approche un peu mécaniste qui serait celle d une construction étroitement managériale. C est dans cet esprit que plusieurs centres de formation au travail social ont redonné de la place non pas à l enseignement de la philosophie mais en tout cas à des espaces où des intervenants philosophes peuvent être présents. La question du management ne se pose pas dans une démarche purement technique mais a aussi à voir avec la façon dont on se positionne sur cette question des valeurs. Un autre élément qui me semble important d évoquer est la question du pluriel. On parle du projet, mais il s agit également des projets. Toute notre construction institutionnelle a reposé sur ce qu on pourrait appeler la «logique de la pile». Le fonctionnement général de notre secteur est de considérer qu il y a des populations cibles, des populations homogènes pour lesquelles on construit des réponses elles-mêmes ciblées, et qu à partir

4 de ces réponses on aurait pu avoir des institutions voire même des catégories professionnelles spécifiques. Or une personne, même lourdement handicapée, est une personne qui n est pas privée d historicité. Elle peut avoir des parcours multiples et complexes qui font qu elle échappe à la classification habituelle. Il y a depuis quelques années des réflexions qui se mènent sur la nécessité d avoir des approches beaucoup plus transversales et beaucoup plus souples. Or, nous sommes confrontés au problème que l ensemble de notre législation est elle-même conçue de manière segmentée. Peu de temps après la loi du 2 janvier 2002, la loi du 4 mars 2002 relative au droit des malades et à la qualité du système de santé vient définir des droits des usagers de manière différente. Ceci signifie que, alors qu on partage des valeurs humanistes fortes et que l on considère que l on a affaire à des personnes ou à des sujets, l on est en réalité systématiquement confrontés à ce problème de segmentation dans nos réalités législatives et institutionnelles. Je vais ainsi revenir sur la question du projet institutionnel puisqu on nous demande aujourd hui, dans les projets, à la fois de définir des principes d organisation et de dire comment on va coopérer et se coordonner avec les autres. Cette question de la coordination a à voir avec celle du passage de relais, du passage de main. Il est important de nous rappeler que nous ne sommes pas propriétaires des personnes pour lesquelles nous intervenons. Nous sommes mandatés pour intervenir dans le cadre d une mission clairement définie, et se pose alors la question des limites des compétences de chacun des professionnels et de chacune des institutions. Le projet d établissement ou de service est l occasion de tenir un discours sur les valeurs mais aussi sur nos propres limites. A partir de quel moment je dois passer la main? Je ne dois pas être dans une position défensive, qui consiste souvent à dire que mes lois sont des lois de contrainte et que mes limites sont systématiquement marquées par d autres. Ce pose donc ici le problème du chaînage des dispositifs, c est à dire le chaînage des lois mais aussi des pratiques et des cultures professionnelles. Je voudrais maintenant aborder la question de l impact du projet sur l organisation. L impact dépend d abord du temps que l on se donne pour traiter de ces questions. Une des nouveautés de la loi du 2 janvier 2002 est d introduire une temporalité, en disant qu un projet de service a une durée de vie maximum de cinq ans, et suppose donc qu il y ait d abord un temps où l on puisse se confronter à la question des valeurs et à celle de leur lien avec l organisation. Cela a à voir avec ce que l on peut vulgairement appeler une culture d entreprise. On se posera à chaque fois la question du lien entre la façon dont on définit les valeurs dans une structure et la façon dont elles sont définies dans la société dans laquelle nous sommes. Il y a, à mon sens, au moins trois registres qu il faut traiter.

5 D abord, du point de vue des valeurs, le problème d ordre philosophique de savoir comment traiter le problème de l altérité? On se pose toujours la question de savoir qui est l autre qu on a en face de soi. Ensuite il y a la question des valeurs sociétales c est à dire de la façon dont une société comme la nôtre se prononce sur les questions qui nous concernent, compte tenu de son évolution actuelle et notamment de la montée de l individualisme. Et puis il y a la question des valeurs professionnelles au sens des référents théoriques qui structurent l action. Je crois que le projet renvoie à toutes ces notions, à une certaine conception de l organisation et à une certaine conception de la formation des professionnels qui font vivre les organisations.

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

Déontologie, une définition. Thierry Desbonnets. www.cadredesante.com. Déontologi(e)s cadre? La cadrature de la déontologie!

Déontologie, une définition. Thierry Desbonnets. www.cadredesante.com. Déontologi(e)s cadre? La cadrature de la déontologie! Déontologi(e)s cadre? La cadrature de la déontologie! Thierry Desbonnets www.cadredesante.com Descriptif : La déontologie se pose de plus en plus comme une des figures imposées des professions. Au delà

Plus en détail

Docteur Michel Legmann

Docteur Michel Legmann 1 Docteur Michel Legmann Président Mme Nora BERRA Secrétaire d Etat aux Aînés 55 rue Saint Dominique 75007 PARIS Nos références à rappeler sur tout échange de correspondance ML/FJ/np/Exercice professionnel

Plus en détail

Rentrée du Barreau de Paris Théâtre du Chatelet 4 décembre 2009 Discours de M. Jean-Louis Debré, Président du Conseil constitutionnel

Rentrée du Barreau de Paris Théâtre du Chatelet 4 décembre 2009 Discours de M. Jean-Louis Debré, Président du Conseil constitutionnel Rentrée du Barreau de Paris Théâtre du Chatelet 4 décembre 2009 Discours de M. Jean-Louis Debré, Président du Conseil constitutionnel «Le Conseil constitutionnel et les droits de la défense» Monsieur le

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Adoptée au comité de Régie interne du 1er mars 2016 1. Introduction Notre système d assurance qualité comprend déjà toutes les composantes

Plus en détail

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.»

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.» Recherche d un problème ouvert en classe de seconde Le produit maximum Stéphane Millet Lycée d Andrézieu-Bouthéon «Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit

Plus en détail

«Handicap et Emploi : Quelle est l utilité de la discrimination positive?» Café débat - mercredi 10 octobre 2012 à 20h - la Chaouée

«Handicap et Emploi : Quelle est l utilité de la discrimination positive?» Café débat - mercredi 10 octobre 2012 à 20h - la Chaouée «Handicap et Emploi : Quelle est l utilité de la discrimination positive?» Café débat - mercredi 10 octobre 2012 à 20h - la Chaouée L intitulé de la rencontre appelle à une définition des termes. Les échanges

Plus en détail

Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada

Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada Au Forum provincial des réseaux de soutien à l immigration francophone

Plus en détail

La représentation des usagers d ESAT par leurs pairs

La représentation des usagers d ESAT par leurs pairs La représentation des usagers d ESAT par leurs pairs Généralités Horaires Temps de pause Repas Questions et informations diverses 2 A l attention des apprenants: Qu attendez vous de cette formation? 3

Plus en détail

Animation pédagogique

Animation pédagogique Animation pédagogique Proposition d un cadre de réflexion Rédaction Jean- Michel Guilhermet à partir des travaux du groupe EPS 38 - mai 2012 Page 1 Le document précise les professionnelles attendues dans

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR CHARTE DU BÉNÉVOLAT «Que chacun, dans son lieu de vie et de travail, participe à cette lutte pour l intégration de tous dans une société de solidarité et de fraternité». «Les exclus» de René LENOIR Les

Plus en détail

2.1 J approfondis ma réflexion

2.1 J approfondis ma réflexion Je sais ce que je veux faire, mais j ai besoin de mieux savoir comment m y prendre. Quelles sont les étapes? Quelles sont les questions à se poser? Qui va pouvoir m aider? 2.1 J approfondis ma réflexion

Plus en détail

Restitution des deux ateliers de travail.

Restitution des deux ateliers de travail. Restitution des deux ateliers de travail. Animés par Nicolas Camphuis, directeur du CEPRI et Louis Hubert, directeur de la stratégie territoriale Agence de l eau Seine-Normandie. Nicolas Camphuis : Il

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

Certificat de compétences Projet CAPE

Certificat de compétences Projet CAPE Certificat de compétences Projet CAPE Introduction L objectif principal du projet CAPE est de «contribuer à la mise en place de critères et de compétences de référence dans le cadre de la Certification

Plus en détail

PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche

PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche DIRECTION DE L ACTION EDUCATIVE ET DE L ENFANCE MCPS/VM 2000/191.11 PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche Préambule MCPS/VM 2000/259.12 La circulaire du 30 novembre 2000 (Bulletin Officiel de

Plus en détail

LE 18 DÉCEMBRE 1996, 8 élèves hellénistes de première du lycée

LE 18 DÉCEMBRE 1996, 8 élèves hellénistes de première du lycée II. L Antiquité pour quoi? TABLE RONDE AUTOUR D ÉLÈVES HELLÉNISTES ET LATINISTES Yvon LOGÉAT LE 18 DÉCEMBRE 1996, 8 élèves hellénistes de première du lycée Zola (Rennes) et 9 latinistes de terminale du

Plus en détail

Je suis ravie et fière d être parmi vous aujourd hui à l occasion des 10 ans de la CNSA.

Je suis ravie et fière d être parmi vous aujourd hui à l occasion des 10 ans de la CNSA. Discours de Ségolène NEUVILLE, Secrétaire d État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l exclusion, à l occasion du 10 ème anniversaire de la Caisse nationale de solidarité pour l autonomie

Plus en détail

Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011

Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011 Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011 39 14 1. Professeur : Je vais le faire au tableau. Moi je n ai placé

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

LE METIER DE JUGE DES ENFANTS

LE METIER DE JUGE DES ENFANTS LE METIER DE JUGE DES ENFANTS Penser le juge des enfants comme un métier, alors qu il s agit d une des fonctions qui s offrent aux magistrats, renvoie à une conception humaniste de ce rôle et sous-entend

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME?

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? Contrat n FR/06/B/P/PP-152512 QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? REUNION DU PARTENARIAT FRANÇAIS : CCCA-BTP, MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, CREDIJ Paris, le 22 janvier 2008 de 10 h à

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

www.youthinfinance.com

www.youthinfinance.com 1 L association en bref Yfinance (prononcer «Why Finance») est une association qui a pour but de mobiliser la population à soutenir activement son Économie en s'appuyant sur les jeunes entrepreneurs, juristes

Plus en détail

Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative. CONFÉRENCE de PRESSE

Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative. CONFÉRENCE de PRESSE Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative CONFÉRENCE de PRESSE «Présentation du nouveau site grippe aviaire» -Jeudi 16 octobre

Plus en détail

5 ème journée d étude 13.12.2013 à l Arifts Compte rendu des différents ateliers de l après-midi

5 ème journée d étude 13.12.2013 à l Arifts Compte rendu des différents ateliers de l après-midi 5 ème journée d étude 13.12.2013 à l Arifts Compte rendu des différents ateliers de l après-midi Les ateliers sont co-animés par des travailleurs sociaux référents professionnels et des formateurs permanents.

Plus en détail

Observations sur l avant projet de circulaire relative au rôle de l institution judiciaire en matière de protection de l enfance.

Observations sur l avant projet de circulaire relative au rôle de l institution judiciaire en matière de protection de l enfance. Observations sur l avant projet de circulaire relative au rôle de l institution judiciaire en matière de protection de l enfance. 1- Un oubli: le rôle central du juge des enfants dans la protection judiciaire

Plus en détail

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale)

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) Pouvez-vous vous présenter? Je suis Philip English, économiste en chef pour 5 pays, notamment le Sénégal, la Gambie, la Mauritanie,

Plus en détail

Mobiliser son CA pour maximiser son apport : les déterminants de la participation. Québec, 14 octobre 2014

Mobiliser son CA pour maximiser son apport : les déterminants de la participation. Québec, 14 octobre 2014 Mobiliser son CA pour maximiser son apport : les déterminants de la participation Québec, 14 octobre 2014 Objectifs et déroulement Objectifs : Réfléchir sur ses pratiques et diagnostiquer le niveau d engagement

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 23 JANVIER 2015

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 23 JANVIER 2015 COMITE D ENTREPRISE ENFANCE ET FAMILLE 3, Rue de l Ancien Hôpital 44600 SAINT-NAZAIRE Tél : 02 40 22 99 33 PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 23 JANVIER 2015 Etaient présents : Mr O. MIRA Directeur Général

Plus en détail

Omar Fassatoui Doctorant FDSPT, Université Tunis El Manar Sciences Po. Aix, Aix Marseille Université

Omar Fassatoui Doctorant FDSPT, Université Tunis El Manar Sciences Po. Aix, Aix Marseille Université Omar Fassatoui Doctorant FDSPT, Université Tunis El Manar Sciences Po. Aix, Aix Marseille Université Les principes et leurs mécanismes d évaluation Définie comme «une réflexion pluridisciplinaire sur les

Plus en détail

Fiche 3. Le mentorat et l accompagnement en gestion : des atouts pour le développement de talents féminins

Fiche 3. Le mentorat et l accompagnement en gestion : des atouts pour le développement de talents féminins Fiche 3 Le mentorat et l accompagnement en gestion : des atouts pour le développement de talents féminins Chaire Claire-Bonenfant Femmes, Savoirs et Sociétés Université Laval Cette recherche a été réalisée

Plus en détail

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales.

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales. Titre: Type de document: Expéditeur: Auteur(s) principal(aux)/ contact(s): Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales Présentation

Plus en détail

Ast & Fischer SA, Wabern

Ast & Fischer SA, Wabern Ast & Fischer SA, Wabern Daniel Troxler, employeur L automne passé, j ai reçu un appel téléphonique lors duquel on m a demandé si j étais intéressé à en savoir plus sur le programme d intégration «Job

Plus en détail

FICHE DE POSTE ASSISTANT DE DIRECTION / RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET FINANCIER

FICHE DE POSTE ASSISTANT DE DIRECTION / RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET FINANCIER FICHE DE POSTE ASSISTANT DE DIRECTION / RESPONSABLE ADMINISTRATIF ET FINANCIER FONCTION Emploi repère CCN : RESPONSABLE DE SECTEUR 1. Assistance de direction : 3.1 Représenter la structure dans le cadre

Plus en détail

RP2 / Lecture publique : empilement des compétences et des financements ou vraies complémentarités?

RP2 / Lecture publique : empilement des compétences et des financements ou vraies complémentarités? RP2 / Lecture publique : empilement des compétences et des financements ou vraies complémentarités? Animateur : Vice-président de l Association des bibliothécaires de France Deux thèmes apparaissent prégnants

Plus en détail

Le management des risques éthiques

Le management des risques éthiques Le management des risques éthiques Yves Boisvert, Ph.D. Professeur titulaire ÉNAP & Responsable du groupe de recherche sur l éthique publique du CERGO 1 Le risque éthique Un risque éthique est une conduite

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

La démocratie participative dans une association d'éducation permanente

La démocratie participative dans une association d'éducation permanente La démocratie participative dans une association d'éducation permanente L'expérience de l'equipe centrale au Cefoc Analyse 3 mai 2015 Centre de Formation Cardijn asbl Rue Saint-Nicolas, 84 5000 NAMUR (Belgique)

Plus en détail

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton CSSS - 002M C.P. P.L. 92 Accroître les pouvoirs de la RAMQ VERSION RÉVISÉE Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec Monsieur Jacques Cotton Commission de

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

«Jean-Claude Cunin est directeur des actions revendicatives

«Jean-Claude Cunin est directeur des actions revendicatives Interview JEAN-CLAUDE CUNIN «Jean-Claude Cunin est directeur des actions revendicatives de l association française contre les myopathies, organisatrice depuis 1987 du Téléthon. Sa longue expérience du

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP

PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP RAPPEL HISTORIQUE C est au travers de l histoire de l ADAP et notamment les raisons qui ont motivé sa création, les transformations de son activité et de son fonctionnement

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE Claire-Françoise Durand INTRODUCTION C est pour moi un grand plaisir et un grand honneur d ouvrir

Plus en détail

Comment évaluer la satisfaction des usagers?

Comment évaluer la satisfaction des usagers? Journée thématique FNARS Comment évaluer la satisfaction des usagers? 1 L évaluation de la satisfaction des usagers Une question éthique et une étape d évolution dans le secteur social et médico-social

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Entretien avec Richard Silver

Entretien avec Richard Silver Entretien avec Richard Silver par Claude Larivière et Sarah Boucher-Guévremont 1. Richard Silver, vous combinez deux domaines de formation professionnelle, le droit et le travail social. Pour plusieurs

Plus en détail

L approche des nombres en maternelle

L approche des nombres en maternelle L approche des nombres en maternelle I. Du côté théorique et didactique: A. Le nombre ça sert à quoi? a) Les nombres servent à mémoriser les quantités et à construire ainsi des collections ayant le même

Plus en détail

Comment créer un lieu de réflexion éthique?

Comment créer un lieu de réflexion éthique? Comment créer un lieu de réflexion éthique? Les professionnels des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux sont de plus en plus souvent confrontés dans leur activité quotidienne à des questions

Plus en détail

CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Il est d usage de considérer que la dialectique accord-loi a été tout à la fois à l origine de la création et le moteur du développement

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé

Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé Paris, le 20 novembre 2015 Contribution du SNICS à la Grande Conférence Santé Le Premier Ministre a initié la Grande conférence de santé, en lien avec les ministres en charge de la santé, de l enseignement

Plus en détail

L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité

L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité FORUM N 5 Président de séance : Christine GENET, Adjointe au Maire de Metz, Vice-Présidente de l UNCCAS. Intervenants : Jean Louis HAURIE, Directeur

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Géométrie de la «boite à chaussures» : un solide simple et des problèmes pouvant s avérer très complexes.

Géométrie de la «boite à chaussures» : un solide simple et des problèmes pouvant s avérer très complexes. 754 ans nos classes PMP éométrie de la «boite à chaussures» : un solide simple et des problèmes pouvant s avérer très complexes. J.-P. Massola et article traite de trois problèmes de distances sur la surface

Plus en détail

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles UE.4 S6 Initiation à la démarche de recherche 6. Évaluation Le moment viendra où le jury mettra fin à l entretien. L épreuve étant terminée, acceptez cette limite même s il ne vous semble pas avoir fait

Plus en détail

Ils participent à leurs premières rencontres

Ils participent à leurs premières rencontres Ils participent à leurs premières rencontres Après avoir voyagé pendant 10 ans à travers le monde et avoir pratiqué des métiers comme ébéniste ou photographe, le fait d avoir des enfants m a donné l envie

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

L art et la manière d intervenir en entreprise

L art et la manière d intervenir en entreprise Michel Crunenberg L art et la manière d intervenir en entreprise Préface d Isabelle Orgogozo Éditions d Organisation, 2004 ISBN : 2-7081-3055-2 Fiche 8 8NOTE POUR CONSULTANTS IMPLIQUÉS DANS UN PROCESSUS

Plus en détail

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages I. Consignes générales Le dossier répond à des critères d exigences qui ont été définies par le référentiel de

Plus en détail

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière A N A L Y S E S 2 0 0 8-1 Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière Contexte Lorsque l on évoque les personnes handicapées et le vote, l on pense presque systématiquement à l accessibilité

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 De l infirmier du travail à l infirmier spécialisé en santé au travail : reconnaître l infirmier comme

Plus en détail

La modernisation de la société québécoise : guide de l enseignant

La modernisation de la société québécoise : guide de l enseignant La modernisation de la société québécoise : guide de l enseignant Niveau et discipline : première année du deuxième cycle du secondaire en histoire et éducation à la citoyenneté Intention éducative : vivre

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

AVIS PRÉSENTÉ. à la Commission des institutions. La Réforme du mode de scrutin au Québec

AVIS PRÉSENTÉ. à la Commission des institutions. La Réforme du mode de scrutin au Québec AVIS PRÉSENTÉ à la Commission des institutions La Réforme du mode de scrutin au Québec FADOQ - Mouvement des Aînés du Québec 4545, av. Pierre-De Coubertin, C.P. 1000, Succ. M, Montréal (Québec) H1V 3R2

Plus en détail

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Le 30 octobre 2006 TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Monsieur le maire. Lors de mes interventions au Conseil, vous m avez indiquez que je mélangeait les choses que je ne comprenais

Plus en détail

Comment rendre compte d un objet dans sa complexité?... 19. Première partie. L évaluation, telle qu elle est pensée

Comment rendre compte d un objet dans sa complexité?... 19. Première partie. L évaluation, telle qu elle est pensée Remerciements.... 9 Préface... 11 Introduction générale.... 15 Méthodologie Comment rendre compte d un objet dans sa complexité?... 19 Articuler plusieurs niveaux d analyse.... 19 Mettre en résonance les

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Questions à Vincent Piron, expert international et Président du Comité PPP de la CCIFR

Questions à Vincent Piron, expert international et Président du Comité PPP de la CCIFR Questions à Vincent Piron, expert international et Président du Comité PPP de la CCIFR Question 1. Comment voyez-vous la situation actuelle du marché des PPP en Russie en ce moment? Réponse. Il faut définir

Plus en détail

Management : De la difficulté d être chef...

Management : De la difficulté d être chef... Management : De la difficulté d être chef... À l hôpital, le cadre infirmier doit échapper au «jeu de la mise en difficulté du responsable» par l équipe soignante, qui réduit son pouvoir décisionnaire.

Plus en détail

Naissance, développement et évolution de l ergonomie Origine du terme «ergonomie»

Naissance, développement et évolution de l ergonomie Origine du terme «ergonomie» Origine du terme «ergonomie» L origine du mot ergonomie est grecque (Ergon = travail, Nomos = lois) et se traduit par la science du travail. Le mot «travail» vient du latin «tripalium» qui désignait à

Plus en détail

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 «Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 Synthèse de présentation du projet Horizon 2015 approuvée par le Conseil d Administration Fédéral Gîtes de France du

Plus en détail

BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE

BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE Dossier Médical Personnel BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE MARS 2012 L AVANCÉE DU DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL EN QUELQUES CHIFFRES - MARS 2012 26 LE NOMBRE DE RÉGIONS DANS LESQUELLES DES PROFESSIONNELS

Plus en détail

PREMIÈRES JOURNÉES NATIONALES D ACTION CONTRE L ILLETTRISME. Discours de Mme George Pau-Langevin, Ministre des outre-mer. - Lundi 8 septembre 2014

PREMIÈRES JOURNÉES NATIONALES D ACTION CONTRE L ILLETTRISME. Discours de Mme George Pau-Langevin, Ministre des outre-mer. - Lundi 8 septembre 2014 PREMIÈRES JOURNÉES NATIONALES D ACTION CONTRE L ILLETTRISME Discours de Mme George Pau-Langevin, Ministre des outre-mer - Lundi 8 septembre 2014 - SEUL LE PRONONCÉ FAIT FOI L illettrisme : un handicap

Plus en détail

Bienvenue dans la grande aventure COALA!

Bienvenue dans la grande aventure COALA! Bienvenue dans la grande aventure COALA! L animation d enfants t intéresse? Tu souhaites développer tes compétences, acquérir des outils... avec un brevet homologué à la clé? Ne lâche pas le morceau, c

Plus en détail

La machine à diviser de Monsieur Pascal

La machine à diviser de Monsieur Pascal prologue La machine à diviser de Monsieur Pascal Àdiviser? vous dites-vous, ne s agit-il pas plutôt de la «Pascaline», la machine à additionner que le jeune Blaise construisit pour soulager son père dans

Plus en détail

L apprentissage : une formation en alternance

L apprentissage : une formation en alternance Formation de formateurs en alternance nouvellement recrutés de CFA-BTP Direction de la formation L apprentissage : une formation en alternance L apprentissage permet une insertion progressive des jeunes

Plus en détail

M. DESCHAMPS Yvon, rapporteur : Avis favorable de la Commission, Monsieur le Maire.

M. DESCHAMPS Yvon, rapporteur : Avis favorable de la Commission, Monsieur le Maire. 2004/3431 - Garantie sollicitée à 50 % par le Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc dans le cadre du réaménagement de sa dette pour un montant total de 62.929.277,36 et pour trois emprunts complémentaires

Plus en détail

Nom :... Date :... ENVOI N 21

Nom :... Date :... ENVOI N 21 Pierre LASSALLE, Biosynergiste Formateur-Conseil en Développement des Ressources Humaines et Communication 56 rue de la Porte 29200 Brest! 02 98 05 25 50 Nom :... Date :... ENVOI N 21 Avertissement : Nous

Plus en détail

Alfred Darmanin, S.J. (MAL) Ancien président de la Conférence des Provinciaux d Europe Dirige des programmes de formation pour managers et leaders

Alfred Darmanin, S.J. (MAL) Ancien président de la Conférence des Provinciaux d Europe Dirige des programmes de formation pour managers et leaders LA FORMATION PERMANENTE DES JÉSUITES Alfred Darmanin, S.J. (MAL) Ancien président de la Conférence des Provinciaux d Europe Dirige des programmes de formation pour managers et leaders N ous encourageons

Plus en détail

Directeur(trice) de la communication

Directeur(trice) de la communication Directeur(trice) de la communication Famille métier : Domaine d intervention : Communication externe Communication interne Relations publics Relations presse En entreprise / organisation Autres appelations

Plus en détail

formation ou un levier politique au service d un projet?» -3 ème Congrès de l AIFRIS- Avril 2009 Hammamet

formation ou un levier politique au service d un projet?» -3 ème Congrès de l AIFRIS- Avril 2009 Hammamet L explicitation des compétences dans le champ du travail social pour les professionnels, les stagiaires, les «se formant», ou encore les candidats à la validation de acquis de l expérience Eric FURSTOS

Plus en détail

90 ème anniversaire de la première session de la CCNR à Strasbourg

90 ème anniversaire de la première session de la CCNR à Strasbourg 90 ème anniversaire de la première session de la CCNR à Strasbourg (Jean-Marie WOEHRLING, Secrétaire Général) Mesdames et Messieurs les délégués, Il y a 90 ans (à quelques jours près), le 21 juin 1920

Plus en détail

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Projet de référentiel complémentaire à la Charte de la Coordination Nationale des Lieux Intermédiaires et Indépendants L analyse comparée

Plus en détail

Entretien avec une aidante «surnaturelle» La nécessité d être créatif pour maximiser le transfert des connaissances

Entretien avec une aidante «surnaturelle» La nécessité d être créatif pour maximiser le transfert des connaissances Entretien avec une aidante «surnaturelle» La nécessité d être créatif pour maximiser le transfert des connaissances Causerie organisée par : La collection Infirmières, communautés et sociétés Presses de

Plus en détail

Un principe fondamental de l'union européenne

Un principe fondamental de l'union européenne A. Discours Introduction Mesdames et Messieurs, Je suis heureux d'être parmi vous aujourd'hui pour célébrer la Journée internationale de la femme. Je voudrais tout d'abord remercier pour l'invitation à

Plus en détail

Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC

Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC Les missions du coordonnateur local du 3 ème cycle se sont diversifiées au cours de ces dernières années, de sorte qu il est apparu nécessaire de clarifier

Plus en détail

PHILOCOURS.COM. Autrui. Sujets les plus fréquents. http://www.philocours.com/bac/sujet/ficheautrui.html

PHILOCOURS.COM. Autrui. Sujets les plus fréquents. http://www.philocours.com/bac/sujet/ficheautrui.html Page 1 sur 5 PHILOCOURS.COM Accueil Cours Corriges Methode Dossiers Liens Aide Perso Fiches Bac Newsletter Contact Programmes Accueil > Les Fiches du Bac > Autrui page 1 2 3 4 Autrui page créée le 01/01/2003

Plus en détail

Cour d'appel fédérale. Federal Court of Appeal LE FONDEMENT DE L ARRÊT GRENIER

Cour d'appel fédérale. Federal Court of Appeal LE FONDEMENT DE L ARRÊT GRENIER Cour d'appel fédérale Federal Court of Appeal LE FONDEMENT DE L ARRÊT GRENIER Allocation prononcée à la Conférence du 40 e anniversaire des Cours fédérales, Ottawa, le 28 octobre 2011 Le fondement de l

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales

Plus en détail

RESSOURCES BIOLOGIQUES : DIVERSITE ET USAGES - ENJEUX SOCIETAUX

RESSOURCES BIOLOGIQUES : DIVERSITE ET USAGES - ENJEUX SOCIETAUX ATELIER 2015 de la RESSOURCES BIOLOGIQUES : DIVERSITE ET USAGES - ENJEUX SOCIETAUX Volet 1 : «Les sources biologiques des microorganismes à l homme», le 09.04.15. Animatrice : Anne CAMBON-THOMSEN Prise

Plus en détail