REPÈRES & STRATÉGIES NOUVELLES STRATÉGIES IL N Y A RIEN DE CONSTANT, SI CE N EST LE CHANGEMENT POUR RÉPONDRE À L ÉMERGENCE DE L ECONOMIE POSITIVE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REPÈRES & STRATÉGIES NOUVELLES STRATÉGIES IL N Y A RIEN DE CONSTANT, SI CE N EST LE CHANGEMENT POUR RÉPONDRE À L ÉMERGENCE DE L ECONOMIE POSITIVE"

Transcription

1 Janvier 2014 REPÈRES & STRATÉGIES IL N Y A RIEN DE CONSTANT, SI CE N EST LE CHANGEMENT SOMMAIRE 1 ZOOM Nouvelles stratégies pour répondre à l émergence de l économie positive 4 SECTEURS Le marché hôtelier : les défis d une rupture digitale Les réseaux sociaux : comment mieux exploiter le potentiel d influence? Distribution : baisser les prix, un rêve impossible? L impression 3D : nouvelle révolution industrielle? 11 EXPERTISES Achats : Le Supplier Relationship Management Organisation et transformation : L engagement des équipes 15 ACTUALITÉS ET AGENDA ZOOM NOUVELLES STRATÉGIES POUR RÉPONDRE À L ÉMERGENCE DE L ECONOMIE POSITIVE Par Greg Rung L «économie positive» 1 est au cœur des préoccupations actuelles et on ne compte plus les initiatives mondiales en faveur d une économie plus vertueuse. Pourtant, selon une étude 2 de TNS Political & Social publiée en avril 2013, 62% des Européens déclarent ne pas avoir le sentiment d être informés sur ce que font les entreprises pour agir de manière responsable vis-à-vis de la société. A un moment où les clients, les actionnaires et autres acteurs reconsidèrent leurs attentes vis-à-vis de la performance des entreprises, celles-ci se doivent d intégrer cette nouvelle tendance à leur stratégie, à leur approche de la gestion des risques ainsi qu à leur communication.

2 Zoom Le concept d économie positive désigne la nécessité de prendre en compte sur le long terme l impact des choix économiques pour maximiser les paramètres aussi bien économiques que sociaux, humains ou environnementaux L ÉVOLUTION NÉCESSAIRE DES PRATIQUES DE RSE L intérêt croissant pour une économie positive est réel. Les entreprises ont bien intégré le fait qu elles sont sujettes à des conséquences néfastes si elles n agissent pas de façon responsable. Cependant, les pratiques de la RSE doivent être repensées car elles ne permettent pas de faire face aux enjeux actuels : La RSE a tendance à être une branche isolée n ayant pas suffisamment de lien avec la réalité des métiers Elle produit des rapports extra-financiers qui ne sont pas intégrés avec les rapports financiers, pouvant laisser penser que les deux ne sont pas liés Son objectivité est parfois discutable car les entreprises imposent leurs propres indicateurs et leurs modes de calcul Le suivi de la RSE doit se faire avec plus de rigueur et les chefs d entreprises ont maintenant à leur disposition de nombreuses méthodologies aux caractéristiques propres à appliquer selon leur organisation. S il semble difficile de mettre en adéquation un grand nombre de variables diversifiées et hétéroclites, beaucoup d entreprises le font déjà avec succès. DES IMPLICATIONS PROFONDÉMENT STRATÉGIQUES Des changements majeurs verront le jour dans un futur proche, et auront forcément des conséquences sur la conduite véritablement stratégique du business. Par exemple : 86% des consommateurs pensent qu il est important que les entreprises aient d autres objectifs que la recherche du profit Le nombre d entreprises du CAC 40 indexant une part variable de la rémunération de leurs dirigeants sur des critères extrafinanciers a presque doublé en cinq ans 3 L affichage obligatoire de l impact environnemental et sociétal des produits verra probablement le jour dans les toutes prochaines années. Ce fut déjà évoqué au Grenelle de l Environnement en France et ce thème fait l objet de débats dans plusieurs pays Une norme ISO permettant de mesurer le respect de normes sociétales dans les processus des entreprises est en cours de rédaction. Elle pourrait servir de référence dans les appels d offres publics ou privés Aujourd hui, les premiers bilans peuvent être faits sur la performance des stratégies socialement responsables. L Université d Harvard a montré que les sociétés ayant des stratégies cohérentes reçoivent de meilleures notations de la part des analystes financiers impactant directement la valeur actionnariale des entreprises. Copyright 2014 Oliver Wyman 2

3 Zoom QUELLES SONT LES PROCHAINES ÉTAPES? Les entreprises doivent s atteler davantage à mettre en place une dynamique en ce sens. Suite à un sondage établi auprès de dirigeants de groupes français, la moitié a répondu qu ils souhaitaient davantage d études économiques et d indicateurs leur démontrant le gain financier de telles démarches. Cet élément ressort comme essentiel pour leur permettre d accélérer dans le domaine de l empreinte sociétale et de convaincre leurs actionnaires et leurs équipes. Cette réponse reflète l approche du cabinet : rationalité financière et RSE vont de pair. Les nouvelles stratégies pour répondre à l émergence de l économie positive doivent donc commencer par la mise en place d un plan d affaires rigoureux. ILLUSTRATION : L ÉVALUATION DES ENJEUX LIÉS À CES DÉFIS À VENIR DÉPASSE LES MILLE MILLIARDS DE DOLLARS DISTRIBUTION PRODUCTION INTÉGRÉE 62 millions de tonnes de CO 2 économisées 18 Mds en réduction des coûts 53 Mds en profit supplémentaire 257 millions de tonnes de CO 2 économisées 44 Mds en réduction des coûts ENERGIE TRAITEMENT DES DÉCHETS 872 millions de tonnes de CO 2 économisées 26 millions de tonnes de CO 2 économisées 226 Mds en réduction de la demande 6 Mds en profit supplémentaire TRANSPORT ET LOGISTIQUE SERVICES FINANCIERS millions de tonnes de CO 2 économisées 710 Mds en opportunités d investissement 241 Mds en réduction des coûts Source : Analyses Oliver Wyman À LIRE Les nouvelles stratégies pour répondre à l émergence de l économie positive 1 En France, un groupe de réflexion présidé par Jacques Attali a remis le 21 septembre 2013 au Président de la République le rapport : Pour une économie positive formulant plus d une quarantaine de recommandations. Oliver Wyman a contribué à ces travaux 2 Eurobaromètre Flash 363 TNS Political & Social «Comment les entreprises influencent notre société : le point de vue des citoyens». Etude terrain en octobre-novembre 2012 / Publication en avril Baromètre annuel Capitalcom Copyright 2014 Oliver Wyman 3

4 Secteurs LE MARCHÉ HÔTELIER LES DÉFIS D UNE RUPTURE DIGITALE Par Bruno Despujol et Bao Dinh Le marché de l hôtellerie fait face depuis cinq ans à une triple rupture qui en rebat profondément les cartes. 1. Le bouleversement complet des comportements d achats : les achats en ligne représentent déjà 35% du marché et se stabiliseront à 50% d ici La prolifération de l information a multiplié les possibilités de comparaison des produits et a contribué à éduquer un consommateur plus sensible au prix et à la qualité de l offre. Avec plus d un milliard de voyageurs connectés, il s agit de coller plus précisément à une demande exigeante et en évolution qui fait payer cher la moindre erreur (une augmentation de 10% d évaluations négatives sur trip advisor se traduit par une baisse de 20% de marge) 2. La bataille du client dans la distribution : les agences en ligne ont conquis plus de 20% de la valeur du marché du tourisme en surfant sur la pénétration d internet et imposent leurs règles du jeu aux hôtels indépendants (50% du marché) qui voient leur marge fondre (-2.5% de marge au cours des trois dernières années aux USA). Le mariage arrangé entre les hôtels et leurs distributeurs en ligne repose sur un rapport de forces dont l équilibre est encore à trouver 3. Un marché en pleine restructuration : le marché de l hôtellerie va croître de plus de 30% d ici 2020 pour atteindre plus de 900 milliards d euros. Il se déplace rapidement vers les pays émergents (Asie, Moyen-Orient, Afrique) dont la part va doubler en sept ans, atteignant près de 40% du marché en particulier sur le segment haut de gamme Ces trois ruptures favorisent largement les chaînes hôtelières au détriment des indépendants qui perdent plus de 10% de parts de marché tous les quatre ans. Cependant, trois défis obligent ces leaders à une transformation rapide et profonde : À LIRE One Ring to Rule Them All: The Next Digital Disruption of Leisure Travel Mettre en place des modèles de croissance accélérée : la rapidité d exécution est un levier décisif. Les chaînes hôtelières doivent prioriser l allocation des ressources en faveur des géographies les plus prometteuses. La refonte de leur modèle de développement vers des modes de détention «asset light», en franchise ou en management transforme le métier d hôtelier en prestataire de services Industrialiser les plateformes de services : afin d accompagner la croissance et faire face à la pression sur les prix, les hôteliers doivent rapidement industrialiser leurs plateformes commerciales (méthodes sophistiquées de pricing dynamique, CRM, pilotage des agences en ligne, etc.) Contrôler la relation client : engagés dans la bataille avec leurs intermédiaires sur le contrôle de la relation client, les hôteliers doivent renforcer leur capacité à capturer et exploiter l information client (clarté du positionnement de marque, programmes de fidélité élaborés, etc.) Les prochaines années seront critiques et les acteurs qui ne sauront pas faire face à ces ruptures seront en grande difficulté. Copyright 2014 Oliver Wyman 4

5 Secteurs LES RÉSEAUX SOCIAUX COMMENT MIEUX EXPLOITER LE POTENTIEL D INFLUENCE? Par Emmanuel Amiot et Denis Burger Depuis quelques années, les réseaux sociaux sont devenus parties prenantes de nos vies quotidiennes. Leur influence sur le comportement des consommateurs est aujourd hui flagrante. Pour les entreprises, ils sont un vecteur de communication au même titre que les médias traditionnels. Utilisés comme outils de communication marketing ou de prospection clients, les réseaux sociaux sont devenus très rapidement le thermomètre par excellence de la relation client pour beaucoup de marques. Mais les entreprises sont encore bien loin d avoir capté le potentiel maximal des réseaux sociaux. Les entreprises et les marques cherchent à atteindre trois objectifs clés : 1. Améliorer leur notoriété et augmenter leur visibilité sur la toile 2. Renforcer une certaine proximité consommateurs, avec de la confiance et du dialogue 3. Dynamiser les ventes grâce à un plus grand nombre de prospects ciblés Parce que chaque membre de la communauté est en mesure de recommander un produit et/ ou une marque et de devenir de façon implicite un ambassadeur de la marque, le potentiel qu offre un réseau social est unique. Cependant, une majorité d entreprises n arrivent toujours pas à conjuguer leurs enjeux dans le e-commerce avec les opportunités offertes par les réseaux sociaux. Trop peu maîtrisent en détail ces modes de fonctionnement nouveaux et si particuliers. Seules 40% d entre elles sont actuellement capables de mesurer le dialogue marques-clients. Elles sont aujourd hui bien loin de pouvoir valoriser le chiffre d affaires ou le retour sur investissement associé ou d anticiper des décisions métiers futures. Mais d autres ont su prendre ce virage stratégique, comme par exemple Stylefruits en Allemagne. Les données collectées et les analyses, faites en temps réel, leur permettent d identifier des tendances marchés plus rapidement, de prévoir des modifications de comportement consommateurs et donc de modifier la production et la gestion des stocks. Force est de constater qu une majorité d entreprises manquent cruellement d expertise et d accompagnement dans ce domaine. Au-delà de la difficulté souvent court-terme de la mesure de ces campagnes marketing via les réseaux sociaux, les entreprises font surtout face à un défi majeur de transformation numérique : Comment intégrer la gestion des réseaux sociaux de façon pérenne dans le modèle opérationnel de l entreprise? Comment mettre en place un processus pour collecter, traiter et analyser les données? Comment s assurer que cette mine d informations récoltées est un gage de compétitivité? À LIRE Social Media Management Apporter des éléments de réponse à ces questions clés permettra certainement aux acteurs les plus innovants de prendre quelques longueurs d avance. Copyright 2014 Oliver Wyman 5

6 Secteurs DISTRIBUTION BAISSER LES PRIX UN RÊVE IMPOSSIBLE? Par Bernard Demeure et Edouard de Mezerac Beaucoup d enseignes ont mené des campagnes de baisses de prix avec l objectif d améliorer leur position sur le marché. Souvent, elles ont détérioré leur rentabilité sans vraiment faire revenir les clients. Parfois, elles n ont réussi qu à déclencher une guerre des prix. C est un challenge de la distribution : baisser les prix est une stratégie gagnante mais difficile à rentabiliser. Pourtant, rentabiliser une baisse des prix est possible. Une grande enseigne, après plusieurs années de baisse de trafic et de stagnation de son chiffre d affaires, a mené avec succès un tel repositionnement. En baissant ses prix de fond de rayon de près de 10%, elle a recréé un cycle de croissance vertueux. Quels éléments ont permis le succès de ce programme? FINANCER LES BAISSES DE PRIX L enseigne souhaitait réduire ses prix afin de les rapprocher de ceux de son plus grand concurrent, ce qui représentait un investissement de un à deux milliards, soit plus que son résultat d exploitation. Il était bien évidemment impossible d investir une telle somme du jour au lendemain. Aussi l enseigne a mis en œuvre un programme de baisses par vagues, chaque nouvelle vague de baisse des prix étant en partie financée par les résultats de la précédente. Mais l effet volume généré par une baisse de prix n est jamais suffisant pour couvrir la totalité de son coût (voir Illustration 1). Illustration 1 : ELASTICITÉ DE COURT TERME ET DE LONG TERME EXEMPLE RÉEL Effet image prix sur l ensemble du magasin Effet de halo sur les autres produits 3 mois 1 an 3 ans Elasticité directe sur les produits en baisse Copyright 2014 Oliver Wyman 6

7 Secteurs L enseigne a donc mis en place différentes initiatives afin de compléter le plan de financement. L assortiment a été revu. L allocation des surfaces en magasin a été optimisée. Le programme promotionnel, très élevé à l origine, a été réduit de moitié, et la majeure partie du financement promotionnel a été réaffectée aux baisses de prix. Des gains supplémentaires ont été générés dans le cadre des négociations avec les fournisseurs. Un plan d amélioration opérationnelle en magasin a également été mis en place. La combinaison de l ensemble de ces initiatives a permis de réunir le financement nécessaire au projet. MINIMISER LA RÉACTION DES CONCURRENTS Le défi consistait à créer un écart de prix suffisant avec les autres concurrents pour améliorer significativement l image prix, en évitant que la baisse des prix ne puisse être copiée trop rapidement. Une action du type «prix cassés sur les 1000 produits phares» était à exclure car trop facilement imitable. L approche a été de procéder allée par allée, en repositionnant tout un secteur du magasin du jour au lendemain, et surtout de combiner la baisse de prix avec les améliorations sur l assortiment, l espace et le plan promotionnel. Ne pouvant suivre un tel chamboulement et encore moins définir une stratégie de réponse rapidement, les concurrents ont fait preuve d un relatif immobilisme, générant ainsi un écart de prix significatif. En termes de résultats, l audace a payé. Les clients ont remarqué et réagi aux baisses de prix successives. L image prix de l enseigne s est améliorée, et les volumes de ventes et le chiffre d affaires sont repartis à la hausse, sans détériorer le résultat. Cette dynamique a eu un impact sur les clients, et a permis de remobiliser les équipes de l enseigne. Illustration 2 : CROISSANCE DES VENTES DE L ENSEIGNE À PÉRIMÈTRE COMPARABLE ECART VS. MOYENNE DES PRINCIPAUX CONCURRENTS EXEMPLE RÉEL 5% Période de mise en œuvre des baisses de prix 0 À LIRE Baisser les prix sans réduire le résultat : exemple d un repositionnement réussi -5% An 1 An 2 An 3 An 4 An 5 A l issue du repositionnement prix, la croissance des ventes à périmètre comparable a commencé à être supérieure à celle de la concurrence Copyright 2014 Oliver Wyman 7

8 Secteurs L IMPRESSION 3D NOUVELLE RÉVOLUTION INDUSTRIELLE? Par Marc Boilard et Jérôme Weill L impression 3D ou «Fabrication Additive» est une technologie qui permet de fabriquer localement différents types d objets à l unité de façon rapide, notamment ayant des architectures complexes. Si aujourd hui, les techniques de production sont encore à améliorer, nous sommes cependant convaincus qu elle va révolutionner plusieurs secteurs industriels. Les acteurs concernés doivent d ores et déjà s y préparer. MARCHÉ DE L IMPRESSION 3D Le marché mondial de l impression 3D est encore émergent, mais se développe rapidement (CAGR : 13,7%), majoritairement soutenu par la demande BtoB (impression de prototypes principalement). Toutefois, la croissance devrait encore s accélérer dans les prochaines années, le marché s ouvrant à la production de produits finis (80% des imprimantes en 2020 selon certains experts). Oliver Wyman prévoit qu il représentera environ 400 milliards de dollars à l horizon Aujourd hui, les Etats-Unis dominent très largement le marché de l impression 3D. Pour exemple, la production des deux leaders US Stratasys et 3D Systems représente déjà 38% des ventes mondiales. Et en ce qui concerne l utilisation, les entreprises américaines regroupent 40% du parc mondial d imprimantes 3D. AVANTAGE DE L IMPRESSION 3D POUR LA PRODUCTION MANUFACTURIÈRE Contrairement à ce que l emballement médiatique laisserait à penser, l impression 3D est encore très loin de révolutionner le manufacturing, principalement parce que cette technique de production n est pas adaptée à la grande série. En revanche, l impression 3D présente des avantages certains pour les petites séries car elle permet de produire une large gamme de produits sans adaptation sur la ligne de production, évitant ainsi des investissements coûteux et des temps d arrêt. QU EST-CE QUE L IMPRESSION 3D? L impression 3D est une technique de production industrielle. L imprimante, contrôlée par un fichier CAO, produit des pièces par dépôt, polymérisation ou fonte de couches successives de matière première organique, minérale ou métallique. Il est ainsi possible de réaliser des pièces dans les matières habituelles telles que le plastique, la céramique, le métal. Copyright 2014 Oliver Wyman 8

9 Secteurs ILLUSTRATION INDUSTRIES IMPACTÉES PAR L IMPRESSION 3D PRODUCTION DE PETITES SÉRIES FORT DEGRÉ D INNOVATION BESOIN DE PERSONNALISATION IMPACT INDIRECT NIVEAU D IMPACT GLOBAL AUTOMOBILE ET TRANSPORT Fabrication de prototypes (R&D) Pièces de rechange AÉRONAUTIQUE ET DÉFENSE Fabrication de prototypes (R&D) Pièces plus légères Petites séries MACHINES ET BIENS D ÉQUIPEMENT Fabrication de prototypes (R&D) Petites séries TEXTILES, MEUBLES, JOAILLERIE, JOUETS Objets personnalisés MATÉRIEL MÉDICAL Prothèses dentaires, implants, organes Instruments médicaux HIGH-TECH Fabrication de prototypes (R&D) CHIMIE Développement de nouvelles matières premières adaptées Couches de revêtement MÉTALLURGIE Développement de nouveaux métaux adaptés Source : Analyses Oliver Wyman Copyright 2014 Oliver Wyman 9

10 Secteurs De plus, puisqu elle ne nécessite pas d outillage lourd, la production peut être localisée à proximité du lieu de consommation, permettant ainsi de réduire la complexité et les coûts logistiques. Dans un futur proche, l impression 3D sera utilisée pour produire un spectre très large de petites séries de produits finis. Biens de consommation customisés, pièces de rechange, pièces miniatures (nanotechnologie), ou encore pièces de haute technicité (légèreté solidité), etc. L impression 3D est également de plus en plus utilisée par les départements de recherche et développement pour produire des prototypes physiques de façon rapide et peu coûteuse, accélerant ainsi le cycle de développement de nouveaux produits. IMPACT SUR L INDUSTRIE Grâce à tous ces avantages, l impression 3D pourrait ainsi impacter significativement plusieurs industries parmi lesquelles l aéronautique, l automobile, les machines-outils, le secteur médical, et indirectement la chimie et le transport. A l heure actuelle, l utilisation de l impression 3D dans les secteurs automobile et aéronautique se limite principalement aux phases de R&D (prototypage), et plus sporadiquement, à la production de quelques pièces spécifiques, ainsi que certains outils d assemblage (BMW notamment). Demain, les imprimantes 3D seront utilisées pour la production d une part beaucoup plus large des pièces : pièces légères (possibilité d ajourer les pièces sans perdre en solidité), de systèmes actifs (batteries, systèmes électriques), de pièces miniaturisées (nanotechnologie), etc. De plus, l impression 3D aura aussi un rôle à jouer en aval de la chaîne de valeur (production de pièces détachées, utilisation de maquettes dans la distribution, etc.). Dans les secteurs les plus impactés se trouvent aussi la production de certains biens de consommation (jouets, bijoux, fournitures, etc.), de machines diverses et d équipement médical. En effet, la nature de ces productions (petites séries, innovation, customisation élevée) devrait faire de l impression 3D une technique particulièrement compétitive. De façon indirecte, le secteur du transport pourrait lui aussi se retrouver transformé. Les volumes de fret devraient diminuer au profit de la messagerie courte distance, puisqu une partie de la production serait relocalisée près du point de consommation. Préparant la transition, UPS vient d ores et déjà d équiper six de ces magasins d imprimante 3D, afin d offrir un service d imprimerie et livraison à la demande. Les chimistes devraient, eux, trouver des opportunités de croissance pour développer de nouvelles matières adaptées à la 3D, aujourd hui encore peu nombreuses. IMPACT DE L IMPRESSION 3D SUR L INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE Comme toute rupture, l impression 3D représente une opportunité et une menace : les industries les plus à risque doivent s y préparer pour garantir leur compétitivité, en commençant par évaluer l impact probable de la 3D sur leur chaîne de valeur et définir la réponse adéquate. Copyright 2014 Oliver Wyman 10

11 Expertises ACHATS LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EFFET D HABILLAGE OU AVANTAGE CONCURRENTIEL? Par Laurent Guerry et Jean-Marc Le Gac La notion de «Supplier Relationship Management» est aujourd hui au centre de l attention de nombreuses entreprises : au-delà de l effet de mode ou d habillage, une démarche SRM bien appréhendée et efficacement déployée peut devenir un levier stratégique de performance et constituer un avantage concurrentiel indéniable. LES ENJEUX : CONTRIBUER AUX OBJECTIFS STRATÉGIQUES! Une démarche SRM doit s ancrer profondément dans les objectifs stratégiques de l entreprise. Elle peut contribuer à réduire les coûts via l optimisation des processus par exemple ou faciliter une meilleure maîtrise des risques que ce soit la sécurisation des approvisionnements ou le maintien de filières d expertises. Elle peut également s inscrire dans un objectif de contribution à la croissance par l innovation et l open innovation, le co-développement produits ou encore la construction d offres conjointes. Néanmoins, la nature de la contribution d une démarche SRM varie d une entreprise à une autre. Le poids de chacune de ces trois dimensions doit être ajusté en fonction des enjeux spécifiques de l entreprise et de son secteur mais également de la maturité de la Fonction Achats au sein de l entreprise. UNE DÉMARCHE STRUCTURÉE Deux étapes sont nécessaires pour structurer efficacement une démarche SRM. Premièrement, il est indispensable de clairement identifier les natures de fournisseurs (stratégiques, partenaires, joint-ventures, PME/ETI, etc.) nécessitant la mise en place d actions spécifiques à travers une démarche collaborative. Ensuite, il faut définir les modalités d animation de ces segments : mise en place d interlocuteurs privilégiés, définition des instances, stratégiques et opérationnelles, d échange et de partage et enfin déploiement d outils, notamment collaboratifs, en soutien à l animation. DES FACTEURS DE SUCCÈS POUR UNE MISE EN ŒUVRE PRAGMATIQUE Réussir une démarche SRM nécessite de trouver un équilibre entre structurer une démarche systématique, sans en faire un fardeau administratif nécessitant de nombreuses ressources pour être opérée. Nous avons identifiés six facteurs pouvant y contribuer : 1 Sortir du quotidien de la gestion opérationnelle pour prendre de la hauteur 2 Donner pour recevoir en partageant des informations clés pour garantir une synchronisation stratégique 3 Apprendre à écouter les fournisseurs et leur écosystème 4 Positionner au bon niveau les échanges clients fournisseurs en impliquant le management et la direction générale 5 Garantir la dimension transversale de la démarche, au-delà de la Fonction Achats, pour s assurer de l alignement des parties au sein de l entreprise 6 Ancrer la démarche dans les mécanismes de management pour garantir la mise en place d un état d esprit et non uniquement d un processus Les établissements financiers focalisent souvent leur démarche SRM sur la gestion des risques là où certaines entreprises industrielles chercheront davantage à accroître leur compétitivité à travers la construction d offres commerciales combinées avec certains fournisseurs Copyright 2014 Oliver Wyman 11

12 Expertises ORGANISATION ET TRANSFORMATION L ENGAGEMENT DES ÉQUIPES LA CLÉ DU SUCCÈS D UNE TRANSFORMATION Par Nathalie Chatelin, Hanna Moukanas et Guillaume Lauridon * LA RÉSISTANCE AU CHANGEMENT Tout dirigeant qui s apprête à bouleverser le quotidien de ses équipes doit tenir compte d une réalité simple : l être humain déteste le changement. La réaction naturelle est la résistance. Elle n est pas toujours manifeste mais nul ne doute qu elle est bel et bien là. La profondeur de cette résistance est proportionnelle à la portée et l intensité du changement prévu. Sachant que la résistance est une réaction courante, il est indispensable d apprendre à la surmonter pour conduire le changement à tous les niveaux de l organisation. Les périodes de transition requièrent des évolutions qu aucun PDG ne peut mener sans le soutien actif des membres de l équipe dirigeante et des managers présents à tous les échelons de l entreprise. David A. Nadler Champions of Change, How CEOs and their Companies are Mastering the Skills of Radical Change Les dirigeants en sont aujourd hui convaincus : ne pas transformer une entreprise au bon moment ou mal gérer le changement peut avoir des conséquences désastreuses pour la performance et la pérennité à long terme de l entreprise. Des groupes jadis prospères, considérés comme «trop puissants pour échouer», ont bel et bien amorcé un déclin faute de traiter les problèmes de performance à temps, de modifier leur stratégie face à des résultats décevants ou tout simplement de faire évoluer les comportements de leurs collaborateurs pour obtenir des résultats durables. Près des deux tiers des projets de transformations n atteignent pas les objectifs fixés, alors même que «la capacité à piloter le changement» est désormais une compétence fondamentale requise pour accéder aux postes de direction. Une telle situation s explique le plus souvent par le fait que l engagement des équipes fait défaut. Les collaborateurs font preuve de résistance et/ou n adoptent pas les nouveaux comportements souhaités. La transformation s avère alors d autant plus pénible et difficile qu elle impose aux équipes de participer à un voyage qu elles n ont pas nécessairement choisi. On peut même observer une chute de productivité, les collaborateurs se focalisant sur les évolutions en cours cherchant à imaginer ce que cela pourrait signifier pour eux. A l inverse, un programme de conduite du changement bien exécuté permet de sécuriser la transformation et contribue à réduire le coût de la transition : l argent et le temps investis mais aussi le coût indirect des effets perturbateurs sur les clients, les collaborateurs, les actionnaires, etc. Selon notre expérience, la probabilité de maintenir le cap et d atteindre la destination souhaitée augmente significativement si les dirigeants prennent en compte les éléments clés suivants pour mener à bien la transformation. * avec la contribution de Scott Durie et Laurent Thomas Copyright 2014 Oliver Wyman 12

13 Expertises ARTICULER VISION, OBJECTIFS ET «RATIONNEL» DU CHANGEMENT Il est difficile de mobiliser des collaborateurs pour conduire un projet de transformation, et a fortiori pour le mener à bien, si ces derniers ne comprennent pas parfaitement le sens, les enjeux du changement, l objectif visé et en quoi l atteinte de cet objectif les concerne. Une vision claire des enjeux business et un argumentaire stratégique et financier robuste sont essentiels pour motiver le changement. Les dirigeants savent généralement pourquoi l entreprise doit changer de cap, mais il leur est souvent difficile de le formuler dans des termes qui résonnent auprès des équipes. Quel est le principal défi visé par la transformation? Un positionnement stratégique obsolète associé à la menace de nouveaux concurrents? Une hausse des coûts tandis que le chiffre d affaires stagne? La perte de compétences clés? L incapacité à innover? Quelle que soit la motivation d une transformation, il est important d établir des objectifs mesurables (et réalisables) qui permettent aux équipes d appréhender concrètement la finalité de ce qui est entrepris. Cette formulation explicite des objectifs permet à chacun non seulement de visualiser la destination et son terme, mais aussi de relier clairement cette vision aux bénéfices attendus par les collaborateurs, les clients et les actionnaires. MOBILISER LES DIRIGEANTS Une transformation profonde nécessite l adhésion et l engagement des dirigeants qui porteront auprès des équipes la dynamique de changement et montreront l exemple. Le moindre soupçon de désaccord entre les dirigeants ou de scepticisme sur l orientation stratégique de la transformation incite les équipes à adopter une posture attentiste et retarde la mise en œuvre des nouveaux modes de fonctionnement. L engagement commence par la participation à la construction d une vision partagée ; il nécessite également un mandat clair, assorti des moyens nécessaires et d une idée précise des résultats attendus. Il requiert la mobilisation de tous les dirigeants qui influeront sur la réalisation du changement et/ou sur la perception qu en auront les collaborateurs. Le cercle d engagement doit être progressivement élargi. Le temps passé avec les managers de terrain préalablement à une communication plus vaste est un investissement judicieux. Les collaborateurs écouteront les messages de la direction générale, mais se tourneront vers les responsables locaux pour savoir ce que ces messages signifient vraiment pour eux. Si leur responsable est pris au dépourvu, ils risquent de se perdre dans des conjectures ou de se demander si la direction maîtrise bien la situation. S ils sont associés à l avance et prêts à répondre aux questions, ces managers deviendront de précieux agents du changement. Copyright 2014 Oliver Wyman 13

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE 4 novembre 2015 Les Echos Business - 04/11/2015 http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/021450570757-s-adapter-ou-se-transformer-les-hesitations-des-entreprises-pre-numeriques-204380.php

Plus en détail

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS Par Jacqueline Codsi Comme le mentionne éloquemment Hervey Sériex, «Autrefois, le changement était l'exception et le statu

Plus en détail

Notre nouveau programme d Entreprise

Notre nouveau programme d Entreprise > Notre nouveau programme d Entreprise Londres, 13 janvier 2005 Présentation à la communauté financière 1 Notre nouveau programme d entreprise Présentation à la communauté financière 2 > notre Vision Présentation

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

BAISSER LES PRIX SANS RÉDUIRE LE RÉSULTAT

BAISSER LES PRIX SANS RÉDUIRE LE RÉSULTAT BAISSER LES PRIX SANS RÉDUIRE LE RÉSULTAT EXEMPLE D UN REPOSITIONNEMENT RÉUSSI AUTHORS Name, Title Name, Title Name, Title BAISSER LES PRIX SANS RÉDUIRE LE RÉSULTAT Nombre d enseignes ont mené des campagnes

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

PEA Consulting Rendre l ingénierie d affaire plus compétitive

PEA Consulting Rendre l ingénierie d affaire plus compétitive R e n d e z - v o u s d E x p e r t PEA Consulting Rendre l ingénierie d affaire plus compétitive L ingénierie à l affaire est un secteur clef de l industrie française. L excellence de ses ingénieurs,

Plus en détail

Présentation du cabinet

Présentation du cabinet Présentation du cabinet Medi Experts Conseil en Management des Organisations Stratégie, Capital Organisation Humain, Organisation, Ressources Humaines et Systèmes d information. Systèmes d Information

Plus en détail

Êtes-vous prêt à devenir un assureur connecté? Quand l'internet des objets (IoT) change les règles du jeu de l assurance

Êtes-vous prêt à devenir un assureur connecté? Quand l'internet des objets (IoT) change les règles du jeu de l assurance Êtes-vous prêt à devenir un assureur connecté? Quand l'internet des objets (IoT) change les règles du jeu de l assurance * Les objets connectés révolutionnent notre mode de vie et deviennent le moteur

Plus en détail

Comment réussir le déploiement de votre communauté B2B et réduire les coûts de votre chaîne logistique?

Comment réussir le déploiement de votre communauté B2B et réduire les coûts de votre chaîne logistique? Comment réussir le déploiement de votre communauté B2B et réduire les coûts de votre chaîne logistique? La chaîne d approvisionnement ne saurait plus fonctionner sans EDI. L enjeu est à présent d accélérer

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

Les fondements d une GPEC

Les fondements d une GPEC Les fondements d une GPEC 4 décembre 2013 Page 1 Les fondements d une GPEC La partie de l'image avec l'id de relation rid2 n'a pas été trouvé dans le fichier. La partie de l'image avec l'id de relation

Plus en détail

LA MODERNISATION DES SYSTÈMES D INFORMATION

LA MODERNISATION DES SYSTÈMES D INFORMATION LA MODERNISATION DES SYSTÈMES D INFORMATION Préparer le système d information à la transformation numérique POINT DE VUE Auteur: ArnaudPercieduSert Senior Manager au sein de la Direction de l Offre et

Plus en détail

Susciter des productivités réciproques auprès des fournisseurs

Susciter des productivités réciproques auprès des fournisseurs «J ai obtenu 15 % il y a deux ans en revoyant à la baisse le cahier des charges. L année dernière, on a encore fait 10 % grâce à l enchère. Mais, cette année, les fournisseurs ne veulent plus faire d enchères

Plus en détail

PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM. Tirer un maximum de plus-value. de la gestion du cycle de vie des produits

PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM. Tirer un maximum de plus-value. de la gestion du cycle de vie des produits SERVICES ET SUPPORT PROCESSUS ET INITIATIVES PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM PRODUITS LOGICIELS SOLUTIONS MÉTIER Tirer un maximum de plus-value de la gestion du cycle de vie des produits La gestion du cycle

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Objectifs pour 2009. Titre du document. 11 mars 2009

Objectifs pour 2009. Titre du document. 11 mars 2009 Objectifs pour 2009 Titre du document 11 mars 2009 Avertissement Certaines déclarations figurant dans ce document ne se rapportent pas à des faits historiquement avérés, mais constituent des projections,

Plus en détail

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance Et si on rapprochait l Homme de l Entreprise! Mondialisation Nouvelles technologies Guerre des talents Course à la performance Cadre réglementaire Génération Y Nathalie LELONG Directrice du cabinet CO

Plus en détail

VOUS INVESTISSEZ DANS DES PROJETS,

VOUS INVESTISSEZ DANS DES PROJETS, «VOUS INVESTISSEZ DANS DES PROJETS, NOUS VOUS ACCOMPAGNONS DANS L ÉVALUATION ET LE PILOTAGE DE LA CROISSANCE DE VOS CIBLES ET PARTICIPATIONS» 16 bis rue Jouffroy d Abbans 75017 Paris +33 (0) 147 661 461

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

Security to be free. Chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l année 2006

Security to be free. Chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l année 2006 Security to be free Chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l année 2006 Olivier Piou Charles Desmartis Directeur Général Directeur Financier Avertissement Le présent document ne constitue ni une offre

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 Accélérateur de croissance DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 Contact presse : Johann Fourmond Tél. : 02 99 65 05 47 - Port. : 06 07 89 09 44 j.fourmond@releasepresse.com Sommaire Communiqué de presse p 3-4

Plus en détail

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale

Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Optimisez votre organisation et vos pratiques Marketing pour réussir la transformation digitale Notre vision des enjeux et notre offre de service Septembre 2015 La révolution digitale est un challenge

Plus en détail

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2009

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2009 Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2009 Chiffre d affaires de 367 millions d euros, conforme aux attentes d un retour à la saisonnalité habituelle Forte croissance du segment Sécurité

Plus en détail

Gestion des clusters : guide pratique

Gestion des clusters : guide pratique Outils d action Gestion des clusters : guide pratique Cluster management? A practical guide, Part A: Overview, GTZ, décembre 2007. Même à l époque où les économies étaient encore largement centrées sur

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Accor : une nouvelle dynamique

Accor : une nouvelle dynamique Communiqué de presse Paris, le 19 mai 2010 Accor : une nouvelle dynamique Accor devient un «pure player» hôtelier concentré sur : Son portefeuille de marques et ses clients Son métier d opérateur et de

Plus en détail

HOTELS ET RESORTS LES DÉFIS D UNE RUPTURE DIGITALE

HOTELS ET RESORTS LES DÉFIS D UNE RUPTURE DIGITALE HOTELS ET RESORTS LES DÉFIS D UNE RUPTURE DIGITALE HOTELS ET RESORTS LES DÉFIS D UNE RUPTURE DIGITALE Le marché de l hôtellerie continue d être secoué par l accélération de la digitalisation du secteur,

Plus en détail

Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec

Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec Février 2015 AluQuébec : vision, mission et objectifs Mission Favoriser la synergie et l arrimage entre

Plus en détail

Trois modèles de croissance

Trois modèles de croissance Trois modèles de croissance Par Jean Berg Senior Vice President, Estin & Co Il existe trois modèles de croissance : la croissance organique, la croissance par acquisition organique, la croissance par acquisition

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

Les grandes entreprises françaises conscientes du chemin qu il reste à parcourir

Les grandes entreprises françaises conscientes du chemin qu il reste à parcourir Le Baromètre des pratiques digitales 2015 Sia Partners - Econocom - Ifop révèle des pratiques très différenciées et des priorités contrastées au sein des grandes entreprises françaises Paris, le 29 septembre

Plus en détail

(epc) Conformité avec les Global Trade

(epc) Conformité avec les Global Trade Des solutions de gestion des informations produit Pour vous aider à atteindre vos objectifs métier IBM WebSphere Product Center Points forts Offre une solution globale de gestion des informations produit

Plus en détail

CHALLENGES NUMERIQUES

CHALLENGES NUMERIQUES Programme d Investissements d Avenir CHALLENGES NUMERIQUES Appel à manifestation d intérêt Cahier des charges ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET https://extranet.bpifrance.fr/projets-innovants-collaboratifs/

Plus en détail

VERS UNE ECONOMIE CIRCULAIRE. Accélérer son adoption à travers les chaînes d approvisionnement mondiales

VERS UNE ECONOMIE CIRCULAIRE. Accélérer son adoption à travers les chaînes d approvisionnement mondiales VERS UNE ECONOMIE CIRCULAIRE Accélérer son adoption à travers les chaînes d approvisionnement mondiales 2 Vers une économie circulaire Introduction Depuis l avènement de l ère industrielle au XIXe siècle,

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Ministère de la Sécurité publique

Ministère de la Sécurité publique 4 Ministère de la Sécurité publique 1 LA GESTION DES RISQUES : UNE DISCIPLINE QUI S IMPOSE La gestion des risques est aujourd hui utilisée dans de nombreux domaines où les risques représentent une préoccupation

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Sept-13 DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Audit commercial Développement de réseau SERVICES Développement commercial Formation vente/négociation Formation management opérationnel Formation communication

Plus en détail

Améliorer l efficacité de votre fonction RH

Améliorer l efficacité de votre fonction RH Améliorer l efficacité de votre fonction RH Des tendances accentuées par un environnement économique et social en constante évolution La fonction RH doit répondre à des exigences croissantes en termes

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight» Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.935.4400 F.508.988.7881 www.idc-ri.com S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

Plus en détail

Pour relier création de valeur et développement durable

Pour relier création de valeur et développement durable Investissement Socialement Responsable Pour relier création de valeur et développement durable banque de grande clientèle / épargne / services financiers spécialisés La performance financière d une entreprise

Plus en détail

Managers de la Banque, de l'assurance et de la Protection Sociale. 10 bonnes pratiques pour développer votre performance opérationnelle

Managers de la Banque, de l'assurance et de la Protection Sociale. 10 bonnes pratiques pour développer votre performance opérationnelle Managers de la Banque, de l'assurance et de la Protection Sociale 10 bonnes pratiques pour développer votre performance opérationnelle Pourquoi cette conférence? Le retour aux fondamentaux Le retour aux

Plus en détail

La carte stratégique, nouvel outil de pilotage de la performance et de la qualité

La carte stratégique, nouvel outil de pilotage de la performance et de la qualité La carte stratégique, nouvel outil de pilotage de la performance et de la qualité Atelier n 12 Bruno LOUVIGNY, Directeur général d Atikal management, Directeur adjoint du SDIS 64 Jean-Luc THUILLER, Professeur

Plus en détail

Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale?

Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale? Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale? Forum d été Supply Chain Magazine 10 Juillet 2012 Transform to the power of digital Les impacts de la globalisation sur la Supply

Plus en détail

Les stratégies gagnantes

Les stratégies gagnantes Les stratégies gagnantes Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co A l occasion des crises, on mesure de façon évidente à quel point les entreprises font face à un cercle vicieux destructeur. Faible

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Talents. 7 pratiques RH à la loupe. Performances. Mobilité. Evaluation. Numérique. Compétences. Réseaux sociaux. Engagement

Talents. 7 pratiques RH à la loupe. Performances. Mobilité. Evaluation. Numérique. Compétences. Réseaux sociaux. Engagement COLLECTION > PRATIQUES RH IN THE BUSINESS OF YOUR SUCCESS TM 7 pratiques RH à la loupe Indicateurs Analyses Expertises Perspectives Evaluation Business intelligence Formation Performances Masse salariale

Plus en détail

Passer d ISO 14001:2004 à ISO 14001:2015

Passer d ISO 14001:2004 à ISO 14001:2015 ISO 14001 Guide de transition Révisions ISO Passer d ISO 14001:2004 à ISO 14001:2015 La nouvelle norme internationale pour les systèmes de management environnemental ISO 14001 - Système de Management Environnemental

Plus en détail

Les clés pour bâtir une stratégie gagnante avec le channel

Les clés pour bâtir une stratégie gagnante avec le channel CONTENT SYNDICATION E-COMMERCE INTEGRATION business integration BUSINESS INTELLIGENCE Les clés pour bâtir une stratégie gagnante avec le channel Automatiser la génération de leads, simplifier vos processus

Plus en détail

Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie

Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie Un Livre Blanc Maxymiser d Oracle Livre Blanc Nov 2015 www.maxymiser.fr À l heure où le mobile est devenu monnaie courante et les services

Plus en détail

Révisions ISO 9001 et ISO 14001 : abordez le virage en 2015! Atelier découverte Rodez mardi 17 novembre 2015

Révisions ISO 9001 et ISO 14001 : abordez le virage en 2015! Atelier découverte Rodez mardi 17 novembre 2015 Révisions ISO 9001 et ISO 14001 : abordez le virage en 2015! Atelier découverte Rodez mardi 17 novembre 2015 1 Objectifs de l atelier Appréhender «l esprit et le sens» des principales évolutions de l ISO

Plus en détail

Mise en œuvre d une DSI agile. Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE

Mise en œuvre d une DSI agile. Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE Mise en œuvre d une DSI agile Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE INTRODUCTION Des problématiques similaires pour des enjeux identiques indépendamment de la taille de l organisation «David contre Goliath» RETOUR

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 ISO 9001 Guide de transition Révisions ISO Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 La nouvelle norme internationale pour les systèmes de management de la qualité ISO 9001 - Système de Management de

Plus en détail

BCBS 239 Repenser la gestion des données Risques

BCBS 239 Repenser la gestion des données Risques 1 BCBS 239 Repenser la gestion des données Risques Etude Ailancy du 19 janvier 2015 2 1. Quelques mots sur Ailancy 2. Présentation de BCBS 239 et de ses impacts pour les Banques QUELQUES MOTS SUR AILANCY

Plus en détail

Accélérer l innovation pour obtenir des résultats commerciaux concrets

Accélérer l innovation pour obtenir des résultats commerciaux concrets IBM Software Avril 2013 Accélérer l innovation pour obtenir des résultats commerciaux concrets Les logiciels sont votre plus grand atout stratégique 2 Une innovation rapide pour des résultats commerciaux

Plus en détail

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation*

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Advisory, le conseil durable Conseil en Management Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Une capacité unique à combiner compétences sectorielles et

Plus en détail

CONSEIL EN STRATÉGIE ET TRANSFORMATION DIGITALE. Leading Digital Together

CONSEIL EN STRATÉGIE ET TRANSFORMATION DIGITALE. Leading Digital Together CONSEIL EN STRATÉGIE ET TRANSFORMATION DIGITALE Leading Digital Together 2 3 Capgemini Consulting, le leader français de la transformation digitale Une force de frappe de 900 consultants en France et de

Plus en détail

LA TRANSFORMATION DIGITALE. La transformation métier à l ère digitale : Enjeux et Opportunités du DSI

LA TRANSFORMATION DIGITALE. La transformation métier à l ère digitale : Enjeux et Opportunités du DSI LA TRANSFORMATION DIGITALE La transformation métier à l ère digitale : Enjeux et Opportunités du DSI VOUS AIDER À PILOTER LA TRANSFORMATION DIGITALE Les nouvelles technologies comme le cloud computing,

Plus en détail

Déploiement d une solution GDT. Muriel Pinel Laurent Tabourot

Déploiement d une solution GDT. Muriel Pinel Laurent Tabourot Déploiement d une solution GDT Muriel Pinel Laurent Tabourot Introduction Le besoin Introduction Les 5 phases de la Gestion de Projet Analyser : Phase d exploration Phase de conception Développer : Phase

Plus en détail

Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs?

Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs? Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs? *La haute performance. Réalisée. Méthodologie de l étude Basée sur un questionnaire construit avec

Plus en détail

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS Distribution MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS METTRE LES RUPTURES SOUS CONTRÔLE Introduction Tout distributeur veut que tous les produits soient bien présents dans ses rayons.

Plus en détail

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds.

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Paris, le 4 novembre 2013 Un regain d optimisme à l échelle

Plus en détail

Generali France optimise la visibilité et la gestion de l ensemble du portefeuille de projets informatiques grâce à la solution PPM de CA Clarity.

Generali France optimise la visibilité et la gestion de l ensemble du portefeuille de projets informatiques grâce à la solution PPM de CA Clarity. PRESENTATION DE LA TECHNOLOGIE : INNOVATION ET TRANSFORMATION DES ACTIVITES Generali France optimise la visibilité et la gestion de l ensemble du portefeuille de projets informatiques grâce à la solution

Plus en détail

CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude

CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude *connectedthinking Démarche de notre étude et profil de notre panel Slide 2 Une étude présentant le panorama des pratiques

Plus en détail

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Dans le monde des services, Lean Six Sigma est en train de s imposer comme démarche d excellence opérationnelle et de progrès permanent. Au

Plus en détail

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE Ensemble, agissons pour des achats responsables CONVICTIONS De l intention à l action systématique André SÉPANIAK Directeur des achats Le

Plus en détail

Le conseil autrement. La force de l engagement

Le conseil autrement. La force de l engagement Le conseil autrement La force de l engagement Conjuguer nos talents Forts d une expérience de plus de quinze ans de conseil en management et en technologies, nous avons résolument pris le parti de favoriser

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Sites multiples. Problèmes multiples. Une opportunité unique.

Sites multiples. Problèmes multiples. Une opportunité unique. Sites multiples. Problèmes multiples. Une opportunité unique. Par David Aponovich, Senior Director of Digital Experience, Acquia Table des matières Introduction 3 Comment déterminer si votre business souffre

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

MAÎTRISER SA MARGE BRUTE

MAÎTRISER SA MARGE BRUTE MAÎTRISER SA MARGE BRUTE 2 MAÎTRISER SA MARGE BRUTE Piloter sa marge brute fait partie des processus de base chez tous les distributeurs et il peut sembler surprenant de vouloir écrire sur le sujet. Toutefois,

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Le règlement REACH. Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité

Le règlement REACH. Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité Le règlement REACH Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité Impacts économiques, risques extra-financiers et opportunités pour les entreprises Résumé de l étude réalisée par EthiFinance,

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ CV315 SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ 1. Identifier les objectifs commerciaux Les 4 objectifs clés du commercial L esprit de conquête, clé de la performance La psychologie du vendeur face à l acheteur 2.

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement

méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement au-delà de l analyse du cycle de vie... L offre responsable, un levier de compétitivité Vous en êtes convaincus : une

Plus en détail

l évidence Acteur décisif sur tous les points stratégiques du devenir des opticiens indépendants, le Groupe All relève les défis de demain.

l évidence Acteur décisif sur tous les points stratégiques du devenir des opticiens indépendants, le Groupe All relève les défis de demain. l évidence Acteur décisif sur tous les points stratégiques du devenir des opticiens indépendants, le Groupe All relève les défis de demain. OCAM, Internet, Compétitivité, Développement, Qualité, face à

Plus en détail

RENFORCE LA CHAÎNE DE VALEUR AJOUTÉE DE SES PARTENAIRES

RENFORCE LA CHAÎNE DE VALEUR AJOUTÉE DE SES PARTENAIRES LA GARANTIE DE L AUTOMOBILE LA COMPAGNIE AUTOMOBILE D ASSURANCE ET DE REASSURANCE ASSOCIÉES est une société de souscription et de gestion en assurance et en réassurance qui RENFORCE LA CHAÎNE DE VALEUR

Plus en détail

Gestion de l activité commerciale

Gestion de l activité commerciale 12 13 Gestion de l activité commerciale Gérez efficacement votre activité de négoce, services ou industrie L activité commerciale, c est le nerf de la guerre : prospection, réalisation de devis, facturation,

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

TPE et PME, construire leur projet d entreprise, luxe ou nécessité?

TPE et PME, construire leur projet d entreprise, luxe ou nécessité? TPE et PME, construire leur projet d entreprise, luxe ou nécessité? Existe-t-il une relation entre la fragilité économique des TPE et PME françaises et le peu de temps qu elles consacrent à la construction

Plus en détail

Marché chinois : quelles opportunités pour les entreprises étrangères?

Marché chinois : quelles opportunités pour les entreprises étrangères? MAI 2012 Marché chinois : quelles opportunités pour les entreprises étrangères? Chunxia Zhu, Manager «Réussir sur les marchés chinois implique au préalable d en maîtriser tant les ressorts économiques

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

Comment enfin gagner de l argent avec son SAV? Laurent Mellah, Cepheus Group Alain Bellange, Keonys

Comment enfin gagner de l argent avec son SAV? Laurent Mellah, Cepheus Group Alain Bellange, Keonys Comment enfin gagner de l argent avec son SAV? Laurent Mellah, Cepheus Group Alain Bellange, Keonys Sommaire Keonys, votre partenaire PLM Le S.A.V avec Cepheus Group Conclusion Q & A 2 Conseil & intégration

Plus en détail

Rid the World of Project Failure

Rid the World of Project Failure La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : Une Visibilité Parfaite, Un Net Avantage Concurrentiel Rid the World of Project Failure Collaboration. Compliance. Control. Qu est-ce que la gestion

Plus en détail

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS)

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Une étude personnalisée de la série Technology Adoption Profile commandée par Bell Canada Juin 2014 Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Introduction

Plus en détail

Energisez votre capital humain!

Energisez votre capital humain! Energisez votre capital humain! Nos outils, notre conseil et nos méthodologies permettent à nos clients «d Energiser leur Capital Humain». Qualintra est l un des leaders européens pour la mesure et le

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats.

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. LE SRM : SOCLE D UN SI ACHATS PERFORMANT Le référentiel fournisseurs ou

Plus en détail