Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes."

Transcription

1 Système Pommes de terre et légumes. Caractéristiques Variantes de ce système : Il existe près de 150 exploitations de moins de 100 ha qui produisent de la pomme de terre, essentiellement pour une vente locale. 2,3 unités de main d œuvre : 1 chef d exploitation, 1 salarié permanent et des occasionnels (0,3 UMO). SAU : 170 hectares de cultures de vente, sol à potentiel élevé. Quota betteravier : 2100 tonnes. Capacité de stockage : stockage 700 tonnes de pomme de terre. Nombre de DPU : 177. Valeur de DPU moyen : 348. Fréquence du système On dénombre environ 600 exploitations de ce type, elles sont principalement localisées dans la Somme. Répartition du cas-type : Santerre, Saint-Quentinois, Soissonnais Perspectives Ces exploitations très ouvertes sur le marché doivent s adapter en permanence. La possibilité de diversifier les marchés passe par la capacité à adapter les variétés et à répondre aux exigences des acheteurs (signes de qualité). La création des DPU pommes de terre et légumes fait entrer ce types de fermes dans le dispositif du paiement unique. Utilisation des surfaces blé 78 mais grain 5 pois protéagineux 10 betteraves à sucre 27 pommes de terre 41 pois de conserve 10 haricots verts 6 total 177 Atouts Contraintes Technicité et «expérience» des producteurs, encadrement technique et commercial. Sol de fertilité élevée et parcellaire favorable Voies de communication et grands centres urbains peu éloignés Capacité d investissements Les besoins élevées en eau et les réserves hydriques menacées et les nouvelles règlementations font planer des incertitudes qui influenceront le choix des variétés. Niveaux d équipements spécifiques élevés qui rendent ces systèmes peu flexibles : irrigation, matériel de stockage et de conditionnement génèrent un niveau de charges de structure élevé. Fortes pointes de travail saisonnier : besoin en main d œuvre élevé. Fortes variations des cours : la fonction commerciale est très importante. Fatigue des sols, appauvrissement en matière organique. Système Pomme de terre et légumes (Récolte 2013) Page 1

2 Travail Disponibilité : 1 CE + 1 salarié + saisonniers Pointe de travail : plantations, irrigation en été, récoltes et arrachages, réception et stockage (triage, mise en pallox et manutention), déstockage et mise à disposition. SAU / UMO : 74 ha / UMO Temps de traction : 13 heures / ha. Matériels et bâtiments Energie Matériel Traction : 5 tracteurs dont 2 récents (180 et 140 cv). Travail du sol : charrue, déchaumeur, herse rotative + semoir. P Traitement et fertilisation : pulvérisateur, semoir engrais. Plantation : planteuse, butteuse. Récolte des pommes de terre : arracheuse haut de gamme récente. Récolte des légumes : entreprise. Arrachage des betteraves : entreprise. Moisson : entreprise. Matériel spécifique pommes de terre Trémie, mise en pallox, 600 pallox. Irrigation matériel d irrigation (forage, pompe, 2 enrouleurs, tuyaux). Bâtiment bâtiment de stockage en pallox : isolé, ventilé et réfrigéré pour 700 tonnes. bâtiment de tri. Consommation de gazole : 130 litres par ha Consommation électrique : 8 à 75 EQF/ha variable selon conditionnement et irrigation. Consommation d énergie directe : 205 EQF/ha Consommation d énergie indirecte : 212 EQF/ha Production d énergie : si production de Betteraves ou blé éthanol. Stockage des pommes de terre en vrac, bâtiment isolé, ventilé. Stockage et commercialisation Culture Période de vente Céréales Coopérative ou négoce 70% récolte 30% stocké Oléo protéagineux Coopérative ou négoce 100% récolte Betteraves Quota 2100 t sucrerie Récolte Pommes de terre Industrie Stockage éventuel jusqu en avril Légumes Industrie Récolte Part de la production avec garantie de débouchés : betteraves 2100 tonnes. Dépendance au principal acheteur : pomme de terre 48,4 %, céréales 22,3 %, betterave 12 % du produit total. Signe de qualité: sur les pommes de terre selon destination. Système Pomme de terre et légumes (Récolte 2013) Page 2

3 Rotations culturales et système agronomique Irrigation Fertilisation Intervention phytosanitaire Sol à potentiel élevé En limon profond irrigable (150 ha) : betterave pomme de terre blé légumes blé pomme de terre blé betterave blé pomme de terre blé Autres terres et non irrigable (20 ha) : maïs (ou légume) blé pois (ou légume) blé Ces exploitations sont le plus souvent équipées d irrigation avec des consommation d eau de m 3 en année normale. Cultures N P 2 O 5 K 2 O Amendements Blé Mais grain Betteraves Vinasses (3 t/ha) Pois protéagineux Pomme de terre conso Vinasses (3 t/ha) Pois de conserve Haricots verts % en cultures de printemps : 55 % de la SAU. Surface CIPAN pour une couverture de 100%: 87 ha Bilan des minéraux : N P 2 O 5 K 2 O entrées sorties Entrée sorties entrées sorties s u N/ha - 12 u P 2 O 5 /ha 44 u K 2 O /ha Pailles broyées et restituées, tous les autres résidus sont enfouis. Les épandages de boues (parfois de composts) sont interdits ou très déconseillés par les acheteurs. Indice de traitement phytosanitaires: 8.7 Cultures IFT Herbi IFT Hors H IFT total Blé Mais grain Betteraves P. de terre conso Pois de conserve Haricots verts L IFT de référence est égal 8,9, une réduction de 30% correspond à 6,2 et de 50 % à 4,5. Biodiversité Préservation du sol % de la culture principale / surface cultivée: blé 45 % de la surface. Temps consacré à l entretien du milieu / an: 2 jours. Nombre de familles de production : 6. Nombre de cultures à plus de 5 % : 4. SAU en non labour / SAU totale : limitée aux précédents du blé qui ne dégradent pas le sol. Les échanges de parcelles se pratiquent pour éviter le retour trop fréquent de la pomme de terre. Situées en région de grandes cultures ces exploitations, malgré des assolements diversifiés, présentent des aspects paysagers et des critères de biodiversité qui peuvent évoluer dans un sens favorable grâce notamment à la plantation de haies. Cette progression vers une meilleure prise en compte environnementale peut parfois être difficilement compatible avec les exigences des industriels. Système Pomme de terre et légumes (Récolte 2013) Page 3

4 Résultats technico économiques Les résultats dépendent de la conjoncture et sont impactés par la variabilité des produits et des charges. Les fluctuations des prix des céréales et des légumes ont une incidence marquée sur les résultats. Ces exploitations spécialisées sont sensibles aux prix des intrants, en particulier ceux des engrais minéraux et de l énergie. Les charges de structure sont maîtrisées, malgré la diversité des productions, en ayant recours à l entreprise, à la CUMA, à la copropriété ou à l entraide. Les investissements spécifiques sont importants et rendent ces structures moins flexibles. La maîtrise des charges est essentielle à l efficacité économique. La baisse programmée des aides PAC progressive d ici 2019 fragilisera moins l équilibre économique et financier de ces exploitations. Les écarts de charges entre les exploitations montrent des marges de progrès encore importantes principalement sur la mécanisation. La maîtrise des coûts de production, la gestion de trésorerie et l élaboration de stratégies adaptées sont nécessaires pour conforter ces exploitations. Dans un contexte de volatilité des marchés, de baisse attendue des soutiens, d exigences environnementales et règlementaires accrues, la connaissance des prix de revient et la gestion des risques restent fondamentales pour pérenniser les exploitations et pour saisir des opportunités de développement ou de diversification. Repères EBE / Produit Brut en % Très efficace Efficace Efficacité moyenne Très peu efficace Sup. à 40 % 35 à 40 % 25 à 35 % Inf. à 25 % Système Pomme de terre et légumes (Récolte 2013) Page 4

5

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme exploitant agricole Une ferme céréalière 100% bio diversifiée dans la production de légumes de plein champ 12 OrléansLoiret 8 13 Loiret [45] Centre Blois 9 (45) Chartres Loir-et-Cher et-cher [41] (41)

Plus en détail

Sommaire. Système sec 60 ha double actif. Système sec 100 ha fort potentiel. Système sec 150 ha fort potentiel. Système sec 150 ha moyen potentiel

Sommaire. Système sec 60 ha double actif. Système sec 100 ha fort potentiel. Système sec 150 ha fort potentiel. Système sec 150 ha moyen potentiel Sommaire Système sec 60 ha double actif Système sec 100 ha fort potentiel Système sec 150 ha fort potentiel Système sec 150 ha moyen potentiel Système sec 200 ha moyen potentiel Edition 2015 : campagne

Plus en détail

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Etude d un cas type ROSACE 1 Travail réalisé par Richard d Humières, élève AgroParisTech, stagiaire au Pôle économie et

Plus en détail

Description d un système de production

Description d un système de production Edition 2013 : campagne 2011 et conjoncture 2012 Description d un système de production Les systèmes de production décrits dans ce dossier sont présentés de manière identique sous forme de cas types. Chaque

Plus en détail

Performances et rentabilité des cultures principales en Wallonie (années 2009 à 2011)

Performances et rentabilité des cultures principales en Wallonie (années 2009 à 2011) Performances et rentabilité des cultures principales en Wallonie (années 29 à 211) J-M Bouquiaux et J-M. Marsin, Direction de l Analyse Economique Agricole M-H Buron, Centre d Economie Rurale de Marloie

Plus en détail

Doré. Bernard. Fermoscopie réalisée par la Chambre d'agriculture du. Situation de la ferme dans son environnement

Doré. Bernard. Fermoscopie réalisée par la Chambre d'agriculture du. Situation de la ferme dans son environnement Situation de la ferme dans son environnement parcelle d'oignons rouleaux Bernard Doré Polyculture élevage à dominante légumes de plein champ. Tours Eure-et-Loir Eure-et-Loir [28] (28) Auvergne Auvergne

Plus en détail

Référentiel Diversification 2005

Référentiel Diversification 2005 Référentiel Diversification 2005 CHAMBRES D'AGRICULTURE LORRAINE P O M M E S D E T E R R E H o r s f i l i è r e o r g a n i s é e La culture de pommes de terre en Lorraine (surface totale y compris industrielle)

Plus en détail

Maraîchage bio diversifié en circuits courts

Maraîchage bio diversifié en circuits courts fiche Repères 2014 Maraîchage bio diversifié en circuits courts Ces fiches repères ont été réalisées en 2014 par des techniciens spécialisés en maraîchage bio en Poitou-Charentes, sur la base de chiffres

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

Rencontre des partenaires des producteurs de lait de Poitou-Charentes. Résultats économiques des élevages laitiers de Poitou-Charentes.

Rencontre des partenaires des producteurs de lait de Poitou-Charentes. Résultats économiques des élevages laitiers de Poitou-Charentes. Rencontre des partenaires des producteurs de lait de Poitou-Charentes Résultats économiques des élevages laitiers de Poitou-Charentes. Equipe régionale des réseaux d élevage de Poitou-Charentes Contexte

Plus en détail

perspectives en économie de l agroenvironnement

perspectives en économie de l agroenvironnement perspectives en économie de l agroenvironnement un outil d aide à la décision auteur LUC BELZILE, agronome, économiste, M. Sc. Chercheur en économie de l agroenvironnement Volume 1, numéro 1, nov. 2014

Plus en détail

Fiche Technique Filière Développée en Languedoc-Roussillon

Fiche Technique Filière Développée en Languedoc-Roussillon Avril 2008 Haricots Lingots secs Fiche Technique Filière Développée en Languedoc-Roussillon Filière Céréales Rédigée par Gilles BOYER Christophe BONNEMORT Chambre d Agriculture de l Aude Potentiel des

Plus en détail

Des immobilisations importantes

Des immobilisations importantes Des immobilisations importantes Comme dans toute industrie capitalistique, les investissements corporels revêtent une importance particulière, puisqu ils alimentent les immobilisations ; ces dépenses s

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Pomme de terre. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Pomme de terre. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Septembre 2008 Pomme de terre Rédigée par : Nicolas MANSOURI Chambre d Agriculture du Roussillon Potentiel des marchés Production

Plus en détail

Fiche technique POMME DE TERRE. Généralités. Version 1.0

Fiche technique POMME DE TERRE. Généralités. Version 1.0 En bref Période de culture : octobre à février/mars Coût de production : 2.5 millions FCFA/ha environ, soit 100 FCFA/kg Rendement moyen : 20-25 T/ha Besoins de financement : intrants, petits équipements

Plus en détail

Fiche Technique. Septembre 2008

Fiche Technique. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Oléo-Protéagineux Soja Septembre 2008 Rédigée par : Christophe BONNEMORT Chambre d Agriculture de l Aude Potentiel des marchés Production

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE IMPACT AGRONOMIQUE ET ÉCONOMIQUE DES LÉGUMINEUSES DANS LES ROTATIONS AGRICOLES RAPPORT DE RECHERCHE Demandeur : Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) Chercheurs : Adrien

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE «Eau, Nitrate et Agriculture durable» SYNTHESE DE L ATELIER L utilisation des nitrates : Synthèse Résume les différentes situations

Plus en détail

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures Mars 2008 Cette fiche pratique, publiée à l intention des productrices et producteurs céréaliers, fournit des renseignements et des conseils

Plus en détail

LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN. Témoignage de Jean-Paul SAMSON

LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN. Témoignage de Jean-Paul SAMSON LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN Témoignage de Jean-Paul SAMSON 1 Jean Paul SAMSON Lorry-Mardigny (57) 1.3 UTH Types de sol principaux : 75% argilo-calcaire 20% argilo-limoneux SAU 137 ha orge hiver

Plus en détail

Programme RotAB. Connaître, caractériser et évaluer les rotations en systèmes de grandes cultures biologiques

Programme RotAB. Connaître, caractériser et évaluer les rotations en systèmes de grandes cultures biologiques Programme RotAB Connaître, caractériser et évaluer les rotations en systèmes de grandes cultures biologiques Rotations en grandes cultures biologiques sans élevage 8 fermes-types, 11 rotations Repères

Plus en détail

La Pomme de Terre de fécule

La Pomme de Terre de fécule La Pomme de Terre de fécule Enquête technique Récolte 2014 SOMMAIRE Retour sur les conditions climatiques 2014 03 Caractéristiques de la campagne 2014 04 Vous trouverez dans ce document les résultats

Plus en détail

LES CULTURES SOUS SERRE

LES CULTURES SOUS SERRE LES CULTURES SOUS SERRE Chiffres clés du secteur des cultures légumières Les cultures légumières ce sont : - plus de 35 espèces (à l exception des pommes de terre) - une surface totale d environ 329 000

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Avant-propos: Le sol est un milieu vivant et fragile en constante évolution. On pourra l améliorer ou le détruire en fonction des actions que l on effectuera sur

Plus en détail

ORGANIQUE DES SOLS SUR LE LONG TERME : DE NOUVEAUX OUTILS POUR LE CONSEIL

ORGANIQUE DES SOLS SUR LE LONG TERME : DE NOUVEAUX OUTILS POUR LE CONSEIL GÉRER L ÉTAT L ORGANIQUE DES SOLS SUR LE LONG TERME : DE NOUVEAUX OUTILS POUR LE CONSEIL 8émes rencontres GEMAS -COMIFER Blois - 20 & 21 novembre 2007 Annie Duparque GESTION ET CONSERVATION DE L ETAT L

Plus en détail

INVENTAIRE DE STOCKS ET RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES Au 31 décembre 2014

INVENTAIRE DE STOCKS ET RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES Au 31 décembre 2014 NOM: Version 13.00 AS77-11/2013 ADRESSE: Code adhérent : INVENAIRE DE SOCKS E RENSEIGNEMENS COMPLEMENAIRES Au 31 décembre 2014 LES ELEMENS ANNEXES A VORE EXPLOIAION LES MODIFICAIONS PAR RAPPOR A L'EXERCICE

Plus en détail

CANALISATION DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL ARC DE DIERREY. Barèmes d indemnisation des dommages causés aux cultures et aux sols

CANALISATION DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL ARC DE DIERREY. Barèmes d indemnisation des dommages causés aux cultures et aux sols CANALISATION DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL ARC DE DIERREY Barèmes d indemnisation des dommages causés aux cultures et aux sols Canalisation CUVILLY (60) VOISINES (52) page 1 SOMMAIRE Pages 1 Indemnités pour

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

Note de travail avril 2012 Coopération agricole de production

Note de travail avril 2012 Coopération agricole de production Note de travail avril 2012 Coopération agricole de production Volatilité des prix agricoles, nécessité d innover en mutualisant les risques, volonté de mieux organiser le temps de travail, recherche de

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation

Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation - Groupe de travail Etude de la rentabilité des systèmes de culture intégrant de la luzerne Synthèse

Plus en détail

Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers

Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers Prix d équilibre? Coût de production? Prix de revient? Des méthodes différentes d analyse Le prix d équilibre Celui qui permet d équilibrer

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête en ligne sur la gestion de l état structural des sols en Nord-Pas-de-Calais

Synthèse des résultats de l enquête en ligne sur la gestion de l état structural des sols en Nord-Pas-de-Calais Enquête coordonnée par : Contact : c.turillon@agro-transfert-rt.com Synthèse des résultats de l enquête en ligne sur la gestion de l état structural des sols en Nord-Pas-de-Calais Enquête réalisée en partenariat

Plus en détail

Nouvelle réglementation : des leviers pour la culture du soja?

Nouvelle réglementation : des leviers pour la culture du soja? Nouvelle réglementation : des leviers pour la culture du soja? Nathalie Gosselet - FOP 1 La nécessité d un plan protéines Un constat partagé : L UE et la France sont très déficitaires en matière riches

Plus en détail

PAC 2014 : Aide à l'assurance récolte

PAC 2014 : Aide à l'assurance récolte PRÉFET DE L'INDRE DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES Service de la Politique Agricole et du Développement Rural Cité administrative Bd George Sand CS 60616 36020 CHATEAUROUX Cedex ARTICLE DDT 2014

Plus en détail

Rencontre SENAT 31 Mai 2011

Rencontre SENAT 31 Mai 2011 Rencontre SENAT 31 Mai 2011 QUI NOUS SOMMES 1 ER RESEAU ASSOCIATIF DE CONSEIL ET D EXPERTISE COMPTABLE NOTRE METIER SPECIALISTE DU CONSEIL PLURIDISCIPLINAIRE AU CHEF D ENTREPRISE OU SOMMES-NOUS? 700 AGENCES

Plus en détail

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Michael Marx, Centre d investissement Organisation des Nations Unies pour l Agriculture et l Alimentation Date: 18 mars 2015 AgriFin

Plus en détail

Traject ires. Références Techniques Grandes Cultures. Travail sans labour. Quels éléments clés de réussite? Quels résultats économiques?

Traject ires. Références Techniques Grandes Cultures. Travail sans labour. Quels éléments clés de réussite? Quels résultats économiques? Traject ires Références Techniques Grandes Cultures Travail sans labour Quels éléments clés de réussite? Quels résultats économiques? Juin 29 Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Trajectoires

Plus en détail

Fiche Technique. Semences de betterave. Septembre 2008

Fiche Technique. Semences de betterave. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Semences Septembre 2008 Semences de betterave Rédigée par : Thierry PIANETTI Chambre d Agriculture du Gard Définition La dénomination

Plus en détail

EXPLOITATIONS LÉGUMIÈRES. Les surfaces

EXPLOITATIONS LÉGUMIÈRES. Les surfaces EXPLOITATIONS LÉGUMIÈRES Les surfaces Le nombre d exploitations légumières, 3 86 en 1, est en diminution comme l ensemble des exploitations agricoles. Cette baisse a davantage concerné les plus petites

Plus en détail

Historique. GAEC Jardin du Pesquier Alain Leloup et Pascale Cavalier Causseran, 12 580 CAMPUAC. Choix de la Bio

Historique. GAEC Jardin du Pesquier Alain Leloup et Pascale Cavalier Causseran, 12 580 CAMPUAC. Choix de la Bio GAEC Jardin du Pesquier Alain Leloup et Pascale Cavalier Causseran, 12 580 CAMPUAC Alain et Pascale gèrent une exploitation de 3 hectares sur la commune de Campuac. Ils y cultivent une grande diversité

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées

PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementaux et climatiques Version du 3 février 2015 1. Description du

Plus en détail

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement Station Régionale ITV Midi-Pyrénées Approche technicoéconomiques des pratiques respectueuses de l environnement 40 - Viticulture durable et environnement - Décembre 2007 Station Régionale ITV Midi-Pyrénées

Plus en détail

Référentiel photographique lié aux particularités topographiques dans le Département de Saône et Loire.

Référentiel photographique lié aux particularités topographiques dans le Département de Saône et Loire. Référentiel photographique lié aux particularités topographiques dans le Département de Saône et Loire. DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES SERVICE ECONOMIE AGRICOLE 37 Bd Henri Dunant BP 94029-71040

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

L avenir. de la filière du lin. oléagineux Français. Une graine originale pour des marchés spéc. Une graine originale pour des marchés spécifiques

L avenir. de la filière du lin. oléagineux Français. Une graine originale pour des marchés spéc. Une graine originale pour des marchés spécifiques L avenir de la filière du lin oléagineux Français Un diagnostic interprofessionnel a été effectué en 2008 et 2009 sur la filière du lin oléagineux en France. Basé sur des enquêtes réalisées auprès des

Plus en détail

Cultivars de rhubarbe rouge destinée à la transformation. Budget de production

Cultivars de rhubarbe rouge destinée à la transformation. Budget de production Cultivars de rhubarbe rouge destinée à la transformation Budget de production Novembre 2009 canadien de l'agriculture et de l'agroalimentaire (PASCAA). Ce programme d'agriculture et Agroalimentaire Canada

Plus en détail

ETUDES & ANALYSES. Consommation d énergie directe dans les exploitations martiniquaises : Beaucoup de carburants routiers DAAF MARTINIQUE

ETUDES & ANALYSES. Consommation d énergie directe dans les exploitations martiniquaises : Beaucoup de carburants routiers DAAF MARTINIQUE ETUDES & ANALYSES DAAF MARTINIQUE N 2 Novembre 2013 Consommation d énergie directe dans les martiniquaises : Beaucoup de carburants routiers Les carburants routiers représentent 52% de la consommation

Plus en détail

Sortie des quotas en Europe (du Nord): des stratégies nationales divergentes, des trajectoires différentes

Sortie des quotas en Europe (du Nord): des stratégies nationales divergentes, des trajectoires différentes Sortie des quotas en Europe (du Nord): des stratégies nationales divergentes, des trajectoires différentes Investissements et productivité du travail Christophe Perrot département Economie de l Institut

Plus en détail

Calcul de la marge brute de la culture du miscanthus

Calcul de la marge brute de la culture du miscanthus Calcul de la marge brute de la culture du miscanthus Table des matières Table des matières... 1 Table des figures... 1 1. Introduction... 2 1.1. Actualisation des données... 2 1.2. Calcul de la marge brute

Plus en détail

En 2010, près des deux tiers

En 2010, près des deux tiers 283 Agreste Primeur Numéro 283 - juin 212 Exploitations de grandes cultures en France métropolitaine Des grandes cultures dans deux tiers des exploitations 31 exploitations agricoles produisent des grandes

Plus en détail

Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action pour faire face au nouveau contexte énergétique

Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action pour faire face au nouveau contexte énergétique Colloque sur la pomme de terre LA POMME DE TERRE : NOURRIR SON MONDE Le vendredi 14 novembre 2008, Hôtel Québec Inn, Québec Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action

Plus en détail

La culture de la betterave sucrière est très présente en Champagne-Ardenne (87 130 ha et 4 sucreries en

La culture de la betterave sucrière est très présente en Champagne-Ardenne (87 130 ha et 4 sucreries en est-ce possible en Champagne-Ardenne? La culture de la betterave sucrière est très présente en Champagne-Ardenne (87 130 ha et 4 sucreries en 2013). Il s agit de la deuxième région française en termes

Plus en détail

Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais

Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais Soucieux de prévoir l adaptation du vignoble à de nouvelles contraintes, les administrateurs du Syndicat de Défense des Appellations d Origine Muscadet

Plus en détail

Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air. Bilan et perspectives

Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air. Bilan et perspectives Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air Bilan et perspectives Les missions Sensibilisation, communication, formation Acquisition de références Olivier THIERCY Conseillers en maîtrise de l énergie

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

INVENTAIRE DE STOCKS ET RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES Au 31 décembre 2014

INVENTAIRE DE STOCKS ET RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES Au 31 décembre 2014 Version 13.00 AS77-11/2013 ADRESSE: Code adhérent : INVENAIRE DE SOCKS E RENSEIGNEMENS COMPLEMENAIRES Au 31 décembre 2014 LES ELEMENS ANNEXES A VORE EXPLOIAION LES MODIFICAIONS PAR RAPPOR A L'EXERCICE

Plus en détail

Moissonner l Energie avec les Fertilisants

Moissonner l Energie avec les Fertilisants Moissonner l Energie avec les Fertilisants L Agriculture produit de l'énergie et capte du CO 2 atmosphérique. Les Fertilisants améliorent grandement cet effet. European Fertilizer Manufacturers Association

Plus en détail

La stratégie régionale d intervention. pour le développement. de la méthanisation en Ile-de-France

La stratégie régionale d intervention. pour le développement. de la méthanisation en Ile-de-France TEEDIF 22 mai 2014 La stratégie régionale d intervention pour le développement de la méthanisation en Ile-de-France Répondre aux objectifs régionaux : Energie Séance CR du 23 novembre 2012 Approbation

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala Cas-type 71.1 Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala En Ségala, la forte densité des exploitations et l'accés difficile et coûteux au foncier concourent au Conjoncture : 21 développement de

Plus en détail

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture?

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture? Martin Bortzmeyer est chef de bureau au Commissariat Général au développement durable. Le Commissariat est membre de droit du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD). Comment répondre aux

Plus en détail

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace.

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. LES RATIOS 1) GENERALITES 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. 2) utilité Illustrer des informations Mesurer des objectifs

Plus en détail

Dossier de presse Filière bioéthanol

Dossier de presse Filière bioéthanol Dossier de presse Filière bioéthanol Pour plus d informations : France Betteraves Passions céréales Cécile Duval Tel : +33 1 44 69 41 36 Olivia Ruch Tél : + 33 1 44 31 10 36 cduval@cgb-france.fr o.ruch@passsioncereales.fr

Plus en détail

CBA Carrières et Ballastières des Alpes

CBA Carrières et Ballastières des Alpes Carrières et Ballastières des Alpes Etude préalable d intégration du projet de la Carrière de Lardier CBA Carrières et Ballastières des Alpes Commune de Lardier-et-Valença Département des Hautes-Alpes

Plus en détail

www.elephant-vert.com 1

www.elephant-vert.com 1 www.elephant-vert.com 1 L AGRICULTURE FACE À DES DÉFIS INÉDITS 3 L Afrique au cœur d un carrefour stratégique 1. 2. 3. 4. 5. Défi sanitaire: 1 Africain sur 4 souffre encore de malnutrition. Dans les pays

Plus en détail

1 000 ** 4 000 4 000 30 000,00

1 000 ** 4 000 4 000 30 000,00 PVE 2014 Investissements matériels éligibles Zonage Enjeux Tout département Enjeux "ressource en eau" En démarche PAT Roucarié* Enjeux phytosanitaires fertilisation et érosion Hors PAT et en ZEP Taux d'aide

Plus en détail

ANNEXE 2 : liste des matériels à portée environnementale éligibles

ANNEXE 2 : liste des matériels à portée environnementale éligibles ANNEXE 2 : liste des matériels à portée environnementale éligibles Opération 4-1 D & 4-4 I Investissements productifs et non productifs environnementaux 2015-2020 liste des matériels à portée environnementale

Plus en détail

ETUDE ET ANALYSE DU PRIX DE VENTE. Calculs de bénéfice Étude de positionnement commercial Comparaison de plusieurs politiques commerciales

ETUDE ET ANALYSE DU PRIX DE VENTE. Calculs de bénéfice Étude de positionnement commercial Comparaison de plusieurs politiques commerciales ETUDE ET ANALYSE DU PRIX DE VENTE La notion de prix de vente Les objectifs financiers Les objectifs commerciaux Les remises et rabais Exercice et corrigé Calculs de bénéfice Étude de positionnement commercial

Plus en détail

Les perspectives du stockage thermique et de la géothermie pour le chauffage et la climatisation des serres.

Les perspectives du stockage thermique et de la géothermie pour le chauffage et la climatisation des serres. Les perspectives du stockage thermique et de la géothermie pour le chauffage et la climatisation des serres. Sandra Lanini, Madjid Bouzit To cite this version: Sandra Lanini, Madjid Bouzit. Les perspectives

Plus en détail

Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise

Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise Annexe 4 à la délibération n 3 du 28 juillet 2008 Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise Traditionnellement implantée dans le Vallespir et sur le piémont des Albères, la cerise,

Plus en détail

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Pierre MORTREUX Chambre d Agriculture du Nord Pas de Calais PROSENSOLS.EU Chantiers d arrachage de Objectifs? Contexte Sol de limon argileux sur craie

Plus en détail

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Diagnostics de l exploitation Dans cette partie, vous devez réaliser un diagnostic, c est-à-dire que vous devez expliquer ce qui est bien et ce qui ne l

Plus en détail

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque.

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. Cette action de diffusion est cofinancée par l Union européenne avec les Fonds Européen Agricole pour le Développement

Plus en détail

Fiche Technique. Septembre 2008. La production mondiale avoisine 500 000 tonnes.

Fiche Technique. Septembre 2008. La production mondiale avoisine 500 000 tonnes. Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Arboriculture Châtaigne Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Réforme de la PAC 2014-2020. Septembre 2014

Réforme de la PAC 2014-2020. Septembre 2014 Réforme de la PAC 2014-2020 Septembre 2014 1 Les éléments figurant dans ce diaporama sont ceux connus à la date de présentation (Septembre 2014) et peuvent encore évoluer pour certains en fonction des

Plus en détail

y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités

y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités NEGOCE PRODUCTIONS VEGETALES w 396 millions d euros de chiffre d affaires w 220 salariés w 75 centres appro/collecte w 1,02 million

Plus en détail

La filière betteravière

La filière betteravière BCPST Ressources d accompagnement Axe 2. Espaces productifs et dynamiques socio-économiques La filière betteravière La filière betteravière repose sur trois principaux types de plantes, destinées à la

Plus en détail

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA REPÈRES SUR LE POSTE Il comprend : FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION Les bâtiment et équipements d élevage

Plus en détail

Les principales causes d échec d une création d entreprise

Les principales causes d échec d une création d entreprise CHAPITRE 1 Les principales causes d échec d une création d entreprise Introduction «[ ] Échouer, c est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente [ ]» Henry Ford Depuis ces dix dernières

Plus en détail

Fiche Technique. Petits Fruits Rouges. Septembre 2008

Fiche Technique. Petits Fruits Rouges. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Septembre 2008 Petits Fruits Rouges Filière Arboriculture Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon

Plus en détail

Construction et analyse des comptes d acteurs. Livret de l apprenant

Construction et analyse des comptes d acteurs. Livret de l apprenant Projet de Renforcement de l Information des Acteurs des Filières Rizicoles PRIAF RIZ Analyse des filières riz par les organisations professionnelles d Afrique de l Ouest Livret de l apprenant Module 3

Plus en détail

Fiche Technique. Septembre 2008

Fiche Technique. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Amande Septembre 2008 Filière Arboriculture Rédigée par : Eric HOSTALNOU Chambre d Agriculture du Roussillon Potentiel des marchés Production

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR Document unique IDEA diagnostic et projet d exploitation Dispositif régional d Intervention pour le Développement Economique des Entreprises Agricoles, aquacoles, de pêche et d exploitation forestière

Plus en détail

Quelques conseils avant de réaliser son plan de potager

Quelques conseils avant de réaliser son plan de potager Quelques conseils avant de réaliser son plan de potager Avant de passer au plan de jardin, voici quelques éléments importants à prendre en compte Le choix du sol Le sol a un rôle important pour les plantes.

Plus en détail

PLAN DEVELOPPEMENT EXPLOITATION - DESCRIPTION DE L EXPLOITATION REPRISE - 1 Caractéristiques globales LES FACTEURS DE PRODUCTION Productions SAU FONCIER Mécanisé (en %) Irrigué (O/N) Autres Observations

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS 1 DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN MARC THIZY JUSTINE LAGREVOL Journée ARRA Eau et Agriculture 5 Novembre 2013 Le Bassin

Plus en détail

Mise en évidence des facteurs de consommation énergétique de l agriculture : application à la production céréalière de l'eure

Mise en évidence des facteurs de consommation énergétique de l agriculture : application à la production céréalière de l'eure Mise en évidence des facteurs de consommation énergétique de l agriculture : application à la production céréalière de l'eure Olivier PERRIN Enseignant-chercheur en économie rurale Laboratoire LECOR Esitpa

Plus en détail

La méthanisation agricole, une opportunité à saisir!

La méthanisation agricole, une opportunité à saisir! La méthanisation agricole, une opportunité à saisir! Instabilité des prix du marché, nouveaux projet PAC 20142020, baisse des revenus Face à tous ces constats, les exploitations agricoles cherchent à se

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

5ème rencontre internationale de l AFCAS

5ème rencontre internationale de l AFCAS 5ème rencontre internationale de l AFCAS Ile de Réunion du 09 au 15 septembre 2012 B. Meka 16/05/12 www.cs12.re 1 16/05/12 www.cs12.re 2 Versants plus ou moins réguliers 22 000 ha cultivés Forme en croupe

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Plan de Professionnalisation Personnalisé AUTODIAGNOSTIC

Plan de Professionnalisation Personnalisé AUTODIAGNOSTIC Plan de Professionnalisation Personnalisé AUTODIAGNOSTIC Nom : Prénom :. Ce document est destiné à vous présenter et à organiser votre réflexion autour du projet d installation. Il sera transmis aux organismes

Plus en détail

AVIS PRESENTATION DE LA DEMANDE. Anses - Dossier n 2013-1678 - STOCKOSORB 660

AVIS PRESENTATION DE LA DEMANDE. Anses - Dossier n 2013-1678 - STOCKOSORB 660 Maisons-Alfort, le 23 janvier 2015 LE DIRECTEUR GENERAL AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la demande d extension d usage de

Plus en détail

MACROECONOMIE AGRICOLE

MACROECONOMIE AGRICOLE MACROECONOMIE AGRICOLE Arnaud Diemer Institut des Hautes Etudes en Droit Rural et Economie Agricole 2005-2006 1 INTRODUCTION Qu est ce que la macroéconomie agricole? C est l étude des exploitations agricoles

Plus en détail