«Je jure comme Avocat, d exercer mes fonctions avec dignité, confiance, indépendance, probité et humanité»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Je jure comme Avocat, d exercer mes fonctions avec dignité, confiance, indépendance, probité et humanité»"

Transcription

1 OIJJ LONDRES LES JEUNES, LA CRIMINALITE ET LA SOLIDARITE : LES IMPLICATIONS POUR LE CHANGEMENT par Madame Dominique ATTIAS Pour pouvoir exercer, le futur avocat se présente en robe devant le Premier Président de la Cour d Appel et prête en levant la main droite, le serment suivant : «Je jure comme Avocat, d exercer mes fonctions avec dignité, confiance, indépendance, probité et humanité» Ces règles s appliquent tout particulièrement aux avocats d enfants. La présence et le rôle de l avocat sont primordiaux aux côtés de l enfant, dans tous les domaines mais à l heure actuelle encore plus important au niveau pénal. En France, la justice pénale applicable aux enfants est régie par une ordonnance désormais devenue célèbre, l ordonnance du 2 février 1945 promulguée donc par le gouvernement provisoire de la République française et qui part du principe que la République a besoin de tous ses enfants. Le principe est que l enfant délinquant est un enfant dont l éducation s est révélée déficiente et que la société au nom du principe d égalité doit compenser l absence d éducation. La société doit mettre en action une action corrective positive et intégrer l enfant dans un collectif structuré. Cette ordonnance institue donc les tribunaux pour enfants actuels et définit clairement la primauté de l éducatif sur le répressif et ce, dans une perspective de réinsertion sociale. Le juge des enfants a une double casquette, partant du principe que l enfant doit être pris dans sa globalité. Ce juge est le juge de l enfant en danger et également de l enfant en conflit avec la loi : il intervient donc au civil et au pénal. Tous les professionnels qui l entourent doivent être spécialisés : -le Parquet, -les travailleurs sociaux qui travaillent soit à la Protection judiciaire de la jeunesse (organe d Etat), soit dans des associations habilitées, -des avocats dits «avocats d enfants». 1

2 Les tribunaux pour enfants se composent donc, d un juge des enfants spécialisé qui, en général, connait l enfant de longue date ainsi que de deux assesseurs choisis parmi des professionnels de l enfance. L audience, pour protéger l enfant, a lieu en publicité restreinte c'est-à-dire que seules les parties à la procédure, c'est-à-dire : les parents, l enfant et la victime éventuellement, les éducateurs, les avocats mais aussi tous les spécialistes de l enfance, ont droit à avoir accès à la salle. La publicité dans les médias est interdite également. Le but de la justice des mineurs est fondé sur la réinsertion du jeune. Les mesures de réparation ont une grande part. Un temps assez important peut exister entre la mise en examen du jeune, c'est-àdire la première phase de procédure, audience très importante où le juge des enfants prend un certain nombre de mesures à la fois pour connaitre l enfant mais également pour le faire suivre (contrôle judiciaire, placement éventuel, mesures de réparation telles qu indiquées ci-dessus). Un jugement est prononcé à l issue de cette période probatoire : -soit en Cabinet par le Juge seul, s il n envisage que des mesures éducatives, -soit devant le Tribunal pour enfants, pour des sanctions qui peuvent aller jusqu à une éventuelle détention, la détention restant l exception, le Procureur étant alors présent. Il faut rappeler qu «un enfant s entend de tout être humain âgé de moins de 18 ans, sauf si la majorité est atteinte plus tôt en vertu de la législation qui lui est applicable» (article 1 de la CIDE). En droit français, l article 388 du Code civil rappelle que : «le mineur est l individu de l un ou l autre sexe qui n a point encore l âge de 18 ans accomplis». Jusqu en 2002, la justice pénale applicable aux enfants est en parfaite adéquation avec les préconisations de la Convention Internationale des droits de l enfant et notamment de l article 37 qui prévoit une primauté de l action éducative sur le répressif puisque l arrestation, la détention, l emprisonnement d un enfant, doit être en conformité avec la loi, n être qu une mesure de dernier ressort et d être d une durée aussi brève que possible. Mais depuis 2002, la politique pénale s est durcie de manière inquiétante pour trouver son apogée en 2011 où une décision du Conseil Constitutionnel du 8 juillet 2011 et une loi du 10 août 2011 ont transformé cette justice et obligeaient les avocats d enfants à accélérer leur mobilisation. 2

3 En deux mots, le juge des enfants qui connaissait bien le jeune, ne pourra plus le juger s il a connu ce jeune lors de l instruction de son dossier, le principe de continuité du juge dans un but éducatif disparait. Des incriminations nouvelles à l encontre des jeunes à partir de dix ans telles que des sanctions éducatives inscrites sur le casier judiciaire de l enfant sont créées, casier judiciaire qui le suit après sa majorité. Le simple critère du discernement permet de condamner pénalement un enfant, sans âge minimum et ce contrairement aux recommandations internationales. De nouvelles structures d enfermement voient le jour : les centres éducatifs fermés et les établissements pénitentiaires pour mineurs au détriment des foyers. Les peines sont largement aggravées et les jeunes de seize ans sont lourdement stigmatisés. Le sort qui leur est réservé les rapproche de celui des majeurs. Sont créés à leur intention, des tribunaux correctionnels pour mineurs. Deux juges professionnels majeurs siègent depuis le 1 er janvier 2012 avec un juge des enfants où sont présents deux assesseurs citoyens non spécialisés. La récidive des jeunes dès treize ans est lourdement sanctionnée, le Tribunal étant parfois contraint de condamner le jeune à des peines dites «plancher», c est à dire des peines minimales prévues dans le Code pénal à l intention des adultes. La loi du 10 août 2007 encadre les conditions dans lesquelles les juridictions pourront y déroger. L excuse de minorité qui institue que, la peine infligée à un jeune est par principe la moitié de celle infligée à un adulte, est écartée, le juge devant motiver sa décision s il veut faire bénéficier le jeune de cette excuse. Depuis de nombreuses années, face à cette situation, les avocats d enfants se sont mobilisés. La présence de l Avocat dans la justice des mineurs est inscrite dans l Ordonnance du 2 février 1945, dès l origine : «le mineur poursuivi doit être assisté d un avocat» (art.4.1.). Cette règle est dérogatoire à l article 6 de la Convention européenne des Droits de l Homme qui dispose que «tout accusé a droit à se défendre lui-même». 3

4 La présence de l avocat est donc prévue tout au long de la procédure pénale, dès la première comparution devant le Juge et dès lors que le jeune est poursuivi pénalement. La Cour de Cassation sanctionne tout manquement à ce principe (Crim , Bull. Crim, n 254). Depuis le 15 avril 2011, l avocat est présent à côté de son client pour toutes les auditions en garde à vue, mais n a pas accès au dossier comme en Espagne. Ce dernier point fait l objet d un combat actuel pour les avocats. L organisation des groupements d avocats d enfants. Dès 1990 de nombreux Barreaux (Bordeaux, Versailles, Lille, Strasbourg et Marseille, puis Paris), créaient des groupements d avocats d enfants. Certains avocats n ayant pu obtenir le soutien de leur Ordre se sont regroupés en Associations indépendantes. Tout enfant a le choix de son avocat et pour le cas où il n en a pas choisi un, dans la mesure où la présence de l avocat en matière pénale est obligatoire, celui-ci lui est désigné par le Bâtonnier sur la liste de ces groupements. En effet, même s ils sont volontaires, ces avocats ne peuvent s inscrire sur ces listes que s ils ont suivi une formation particulière dans tous les domaines de l enfance : -en assistance éducative (l enfant en danger), -au pénal, -en assistance de l enfant victime, -en techniques d audition de l enfant et en déontologie dans chaque procédure. Au Conseil national des Barreaux qui regroupe tous les Barreaux de France et qui a un pouvoir normatif, j ai obtenu la création d un groupe de réflexion sur le Droit des enfants, que j anime et auquel participent des avocats de terrain venant de toute la France. Nous avons mis au point, ce qui nous a demandé plus de six mois de travail, un kit de formation dans tous les domaines des droits de l enfant, à proposer au niveau national à toutes les écoles de formation, pour que tous les avocats d enfants bénéficient d une formation de qualité unifiée. Lors d une conférence du 25 avril 2008 qui les réunit tous, l ensemble des Bâtonniers de France a adopté «une charte nationale de l avocat d enfants» amenée à être appliquée par tous les Barreaux. 4

5 Est prévu dans cette charte, que serait créé au sein de chaque Barreau, un groupe de défense des mineurs émanant directement de l Ordre des Avocats sur la base du volontariat desdits avocats, l avocat étant rétribué au titre de l aide juridictionnelle pour assurer sa totale indépendance. De nombreux Barreaux disposent de surcroît, de chartes de bonnes pratiques signées par les avocats d enfants reprenant à la fois la déontologie et les textes. Ces chartes ont pour vocation à s appliquer dans tous les domaines de l assistance et de la défense d un mineur. Les groupements d avocats d enfants ont évolué de manière importante entre leur création dans les années 1990 et aujourd hui. De quelques avocats mobilisés, ces groupements sont passés à près de 150 avocats dans les Barreaux importants (Paris, Lyon, Bordeaux, etc ) Les groupements d avocats d enfants assurent des consultations gratuites à destination des enfants, de leur famille et des professionnels qui les entourent à raison en moyenne d une fois par semaine (Lille, Lyon, Marseille, Bordeaux, etc ). Des Barreaux de moindre importance assurent au minimum une ou deux permanences par mois (Besançon, Vannes, etc ). Le Barreau de Paris assure des permanences tous les jours de 14H à 17H du lundi au vendredi inclus. Les permanences de ces barreaux sont gratuites, anonymes et pour la plupart sans rendez-vous. Des permanences sont également assurées dans les Tribunaux pour enfants pour toutes les audiences pénales que ce soit en cabinet ou devant le Tribunal pour enfants et la Cour d Appel des mineurs. Désormais plus de 70% des Barreaux en France bénéficient de groupements d avocats d enfants et tous les jours, on nous annonce, y compris dans des Barreaux de moyenne ou petite importance, comme Chartres, Tours, Dijon, la création de nouveaux groupements. Le Conseil national des Barreaux a également signé un protocole avec le Ministère de la Justice le 8 juillet 2011, pour permettre des formations communes entre les avocats et la Protection Judiciaire de la Jeunesse afin de mieux connaitre les pratiques professionnelles de chacun et pouvoir travailler en multidisciplinarité. De surcroit, le Ministère de la Justice a formé le souhait dans cette Convention, que tout enfant qui se trouve devant un Tribunal pénal, se voit désigné toujours le même avocat pour toutes les procédures. 5

6 Cette défense personnalisée existait déjà dans certains Barreaux comme Marseille et Lyon. Désormais, la plupart des Barreaux dont le Barreau de Paris sont, grâce au système informatique, en train de mettre au point cette pratique. Ce protocole fait l objet d un suivi dans un Comité de pilotage et nous remettrons un rapport fin Tous les ans, les avocats d enfants se réunissent en Assises nationales, un Barreau se proposant chaque année pour les organiser avec un thème d actualité et des ateliers dans chaque domaine du Droit des enfants. S y retrouvent tous les professionnels de l enfance, avocats bien sûr, mais également magistrats, éducateurs, chercheurs. Les avocats d enfants doivent être une force de propositions tant au niveau national qu au niveau européen. Il est impératif afin que tout enfant, quel que soit le pays dans lequel il se trouve, ait droit au même traitement. Pour ce faire, il convient que des avocats d enfants se mettent en place dans tous les pays d Europe. En fonction de l évolution des lois nationales, les avocats d enfants doivent être, en s appuyant sur la convention internationale des droits de l enfant et les divers textes européens et internationaux, des forces de propositions et même d opposition à des lois liberticides qui risquent de nuire gravement aux intérêts des enfants. Il faut aussi que les avocats d enfants puissent être en lien à travers l Europe à la fois pour échanger sur leurs expertises communes et pour assurer l assistance de leurs clients puisque les jeunes sont amenés de plus en plus à circuler hors de leurs frontières d origine. L avocat d enfants est le porte-parole de cet être vulnérable et en devenir qu est l enfant au moins jusqu à 18 ans et même, à mon sens, plus tard. En effet, même si nous parlons des enfants, il ne faut pas oublier les laissés pour compte que sont les jeunes majeurs, qui, en France, sont gravement en danger et les oubliés de notre société actuelle. Avocats porte-parole de celui qui ne vote pas et donc de celui que l on n entend pas, Avocats défenseurs des libertés des plus vulnérables, Voilà ce que doit être l avocat d enfants au niveau national et européen. C est en tous cas ma conviction et mon combat. 6

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT EDUCATION NATIONALE JUSTICE

CONVENTION DE PARTENARIAT EDUCATION NATIONALE JUSTICE Académie de Grenoble Cour d Appel de Grenoble Logo CONVENTION DE PARTENARIAT EDUCATION NATIONALE JUSTICE Le succès de la première convention de collaboration signée le 1 er septembre 1994 invite les partenaires

Plus en détail

BURKINA FASO La patrie ou la mort, nous vaincrons! ----------------- ASSEMBLEE DES DEPUTES DU PEUPLE -----------------

BURKINA FASO La patrie ou la mort, nous vaincrons! ----------------- ASSEMBLEE DES DEPUTES DU PEUPLE ----------------- BURKINA FASO La patrie ou la mort, nous vaincrons! ----------------- ASSEMBLEE DES DEPUTES DU PEUPLE ----------------- LOI N -010/93/ADP PORTANT ORGANISATION JUDICIAIRE AU BURKINA FASO L ASSEMBLEE DES

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

BELLEY TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE TRIBUNAL DE POLICE. Audience solennelle du Mercredi 30 janvier 2008. Données statistiques 2007. Tribunal de police

BELLEY TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE TRIBUNAL DE POLICE. Audience solennelle du Mercredi 30 janvier 2008. Données statistiques 2007. Tribunal de police TRIBUNAL DE POLICE Tribunal de police tribunal de police Jugements Ordonnances pénales Belley 99 78-21,2% 22 6-72,7% TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE Juridiction de proximité BELLEY Jugements Ordonnances pénales

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

Être juge au Maroc et en Espagne.

Être juge au Maroc et en Espagne. Fundación CIDOB - Calle Elisabets, 12-08001 Barcelona, España - Tel. (+34) 93 302 6495 - Fax. (+34) 93 302 6495 - info@cidob.org Être juge au Maroc et en Espagne. Vérité matérielle et garanties dans le

Plus en détail

VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE

VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE Audience solennelle du Mardi 3 Janvier 29 Données statistiques 35, boulevard Gambetta BP 474 69665 PRÉSENTATION DU RESSORT Population : TRIBUNAL DE POLICE

Plus en détail

N 2157 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 9 février 2000. PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR LE SÉNAT

Plus en détail

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Procédure pénale belge Information Instruction Jugement Exécution Peines I. Les alternatives

Plus en détail

Procédures. L extrait de casier judiciaire

Procédures. L extrait de casier judiciaire Vos droits Institutions Acteurs Procédures L extrait de casier judiciaire F i c h e P r a t i q u e Qu est-ce que le casier judiciaire? Le casier judiciaire conserve les condamnations prononcées par les

Plus en détail

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Comprendre le droit pénal canadien Les sources du droit Au Canada, les crimes sont principalement définis par le Code criminel et, dans une moindre mesure, par

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la justice pénale Descriptif Le module Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la

Plus en détail

Intervention d Isabelle AMIOT Chargée de mission auprès de l IA-IPR (8h05-8h10)

Intervention d Isabelle AMIOT Chargée de mission auprès de l IA-IPR (8h05-8h10) STAGE «LA JUSTICE EN NOUVELLE-CALÉDONIE» Éducation civique jeudi 11 octobre 2012 Lieu : salle 120 (Vice Rectorat imm. Flize) Horaires : 08h00-11h15 13h00-16h00 Établissements représentés (25 enseignants)

Plus en détail

Table des matières. Titre I De la Cour d arbitrage à la Cour constitutionnelle

Table des matières. Titre I De la Cour d arbitrage à la Cour constitutionnelle Table des matières Préface 7 Ann Jacobs Postface 9 Paul Martens Introduction générale 1. Le Code d instruction criminelle 14 2. La jurisprudence de la Cour constitutionnelle 17 3. La jurisprudence de la

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 187, alinéa 2, du Code d instruction criminelle, posée par la Cour de cassation.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 187, alinéa 2, du Code d instruction criminelle, posée par la Cour de cassation. Numéro du rôle : 5744 Arrêt n 163/2014 du 6 novembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 187, alinéa 2, du Code d instruction criminelle, posée par la Cour de cassation.

Plus en détail

chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Procédures disciplinaires : le memento CHRONIQUE JURIDIQUE

chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Procédures disciplinaires : le memento CHRONIQUE JURIDIQUE CHRONIQUE JURIDIQUE chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Lors de notre congrès de Lille, une motion a été proposée par la commission «métier» sur les

Plus en détail

ORDINE DEGLI AVVOCATI D IVREA

ORDINE DEGLI AVVOCATI D IVREA ORDINE DEGLI AVVOCATI D IVREA Introduction Les italiens divorcent depuis peu de temps. En effet le divorce a été introduit dans la législation italienne par la loi n 898 du 1er décembre 1970 sur la dissolution

Plus en détail

Diplôme Universitaire Avocat Généraliste

Diplôme Universitaire Avocat Généraliste Diplôme Universitaire Avocat Généraliste Ouverture de la formation Diplôme ouvert en formation continue. Ouvert aux avocats inscrits au tableau. Durée 4 séminaires de 30h, à effectuer au maximum sur 4

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

Strasbourg, le 19 janvier 2007 CCPE-Bu (2007) 05 [ccpe-bu/docs2007/ccpe-bu(2007) 05 fr]

Strasbourg, le 19 janvier 2007 CCPE-Bu (2007) 05 [ccpe-bu/docs2007/ccpe-bu(2007) 05 fr] Strasbourg, le 19 janvier 2007 CCPE-Bu (2007) 05 [ccpe-bu/docs2007/ccpe-bu(2007) 05 fr] BUREAU DU CONSEIL CONSULTATIF DE PROCUREURS EUROPEENS (CCPE-Bu) LES ALTERNATIVES AUX POURSUITES «LES MESURES ALTERNATIVES

Plus en détail

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE Le montant de la rétribution «Aide Juridictionnelle» est déterminé par le nombre d unités de valeur «UV» affectées à la procédure et prévues par l article 90 du décret

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE. : Visioconférence extractions judiciaires

MINISTERE DE LA JUSTICE. : Visioconférence extractions judiciaires R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E MINISTERE DE LA JUSTICE Paris, le 05 février 2009 SECRETARIAT GENERAL Circulaire Note Date d application : immédiate N téléphone: 01 70 69 13 32 N télécopie : 01.44.77.64.32

Plus en détail

Numéro du rôle : 5172. Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5172. Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5172 Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 621 du Code d instruction criminelle, posée par la chambre des mises en accusation

Plus en détail

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Table des matières L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Damien Dillenbourg et Michaël Fernandez-Bertier Introduction 7 Section 1 Contexte de l adoption de la

Plus en détail

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité MARS 2009 Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité Pratique de l aide juridictionnelle Annexe XIV du réglement intérieur du barreau de Paris L avocat a le devoir

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012. M. Éric M. (Discipline des notaires)

Commentaire. Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012. M. Éric M. (Discipline des notaires) Commentaire Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012 M. Éric M. (Discipline des notaires) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 27 octobre 2011 par la Cour de cassation (première chambre civile,

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

Droits et devoirs des parents et enfants

Droits et devoirs des parents et enfants Droits et devoirs des parents et enfants L autorité parentale L autorité parentale désigne l ensemble de droits et des obligations qui pèsent sur les parents. Autrement dit, on peut dire qu ils ont des

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT -

FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT - FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT - DOSSIER DE PRESSE 8 juin 2010 Contacts presse : Stéphanie DUPERIE, assistante des relations presse / stephanie.duperie@justice.fr 05 56 00 10 38 Claire KELLER, Chef

Plus en détail

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large LEXIQUE Accident D une façon générale l accident est un événement fortuit ou involontaire entraînant des conséquences dommageables. En matière de circulation automobile voir implication Pour la sécurité

Plus en détail

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE Document explicatif réalisé à l intention des parents-formateurs 17 novembre 2006 PARCOURS D UN DOSSIER ACCIDENT DE ROULAGE avant l élaboration du

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats)

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Commentaire Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2011 par la première chambre civile

Plus en détail

RÉUNION DES MAGISTRATS RÉFÉRENTS EN MATIÈRE DE RACISME ET DE DISCRIMINATIONS, 20 MAI 2015 PRESENTATION

RÉUNION DES MAGISTRATS RÉFÉRENTS EN MATIÈRE DE RACISME ET DE DISCRIMINATIONS, 20 MAI 2015 PRESENTATION RÉUNION DES MAGISTRATS RÉFÉRENTS EN MATIÈRE DE RACISME ET DE DISCRIMINATIONS, 20 MAI 2015 PRESENTATION La lutte contre le racisme et l antisémitisme, déclarée Grande cause nationale pour l année 2015 par

Plus en détail

L organisation du système judiciaire français et sa place dans le système institutionnel

L organisation du système judiciaire français et sa place dans le système institutionnel L organisation du système judiciaire français et sa place dans le système institutionnel 1 ère partie : le cadre A) Le système institutionnel : La constitution La France est dotée d une constitution portant

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le système correctionnel canadien : un travail d équipe Descriptif Le module Le système correctionnel canadien : un travail d équipe permet

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

COUR PENALE INTERNATIONALE

COUR PENALE INTERNATIONALE ICC-01/04-01/06-917 30-05-2007 1/10 EO PT COUR PENALE INTERNATIONALE Original : Français No : Date de dépôt : 29 mai 2007 LA CHAMBRE PRELIMINAIRE 1 Composée comme suit : M. le Juge Claude Jorda Mme la

Plus en détail

L organisation judiciaire en France FAVREAU & CIVILISE LES JURIDICTIONS JUDICIAIRES. Litiges entre particuliers ou organismes privés

L organisation judiciaire en France FAVREAU & CIVILISE LES JURIDICTIONS JUDICIAIRES. Litiges entre particuliers ou organismes privés F & C INFOS FAVREAU & CIVILISE Avocats a la Cour 8, Place Saint-Christoly 33000 Bordeaux, France Informations røservøes aux clients du cabinet. Gratuit. Ne peut Œtre vendu. L organisation judiciaire en

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

Audit & conseil en tarification AT/MP Recours gracieux & contentieux Réduction des coûts liés aux AT/MP Contestation du caractère professionnel

Audit & conseil en tarification AT/MP Recours gracieux & contentieux Réduction des coûts liés aux AT/MP Contestation du caractère professionnel Les Enjeux Chaque année en France, les accidents du travail et les maladies professionnelles entraînent la perte de 48 millions de journées de travail, ce qui équivaut à la fermeture d'une entreprise de

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte contre les discriminations

Plus en détail

Séance de rentrée de l École du Barreau de Paris. Jean-Louis DEBRÉ Président du Conseil constitutionnel. Paris 3 janvier 2011

Séance de rentrée de l École du Barreau de Paris. Jean-Louis DEBRÉ Président du Conseil constitutionnel. Paris 3 janvier 2011 Séance de rentrée de l École du Barreau de Paris Jean-Louis DEBRÉ Président du Conseil constitutionnel Paris 3 janvier 2011 Monsieur le Bâtonnier, Monsieur le Directeur, Chers amis, Depuis le 1 er mars

Plus en détail

AVIS N 22 / 2000 du 28 juin 2000

AVIS N 22 / 2000 du 28 juin 2000 AVIS N 22 / 2000 du 28 juin 2000 N. Réf. : 10 / SE / 2000 / 012 OBJET : Avis d initiative relatif au traitement de données personnelles par certaines sociétés de renseignement commercial à partir des informations

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : La société face à la métamorphose numérique Junior ESSEC 04/02/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : La société face à la métamorphose numérique Junior ESSEC 04/02/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 4ème journée Compte-rendu de l atelier 7 : «Justice et numérique» Thème de la journée contributive : La société face à

Plus en détail

Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice

Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice MINISTÈRE DE LA JUSTICE DIRECTION DES AFFAIRES CRIMINELLES ET DES GRACES SOUS-DIRECTION DE LA JUSTICE PENALE GENERALE Bureau de la législation pénale générale Circulaire du 2 septembre 2004 Date d application

Plus en détail

Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent?

Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent? Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent? Lorsque l enfant vit au domicile de l un de ces parents, ce qui est,

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

Opposition à une demande de modification d ordonnance familiale

Opposition à une demande de modification d ordonnance familiale Droit de la famille Opposition à une demande de modification d ordonnance familiale Guide pratique sur le droit de la famille 4 photo: www.archbould.com Justice Services judiciaires Sources d information

Plus en détail

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT 2 Les transferts et changements d affectation CHANGER D ÉTABLISSEMENT Un changement d affectation est une décision de transférer un détenu dans un autre établissement. Le transfert est la conduite de la

Plus en détail

Bulletin. d information N 664. 1 er juillet 2007. Diffusion de jurisprudence, doctrine et communications. Publication bimensuelle

Bulletin. d information N 664. 1 er juillet 2007. Diffusion de jurisprudence, doctrine et communications. Publication bimensuelle Bulletin d information Diffusion de jurisprudence, doctrine et communications N 664 Publication bimensuelle 1 er juillet 2007 Les éditions des DIOLH;OR I@@C=C?FM internet Consultez sur www.courdecassation.fr

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Ouverture de la Maison de Justice et de Droit

Ouverture de la Maison de Justice et de Droit Dossier de presse Le 7 septembre 2015 Ouverture de la Maison de Justice et de Droit Noyal- Sommaire Ouverture d une Maison de Justice et du Droit à page 3 Les intervenants page 4 Retour sur l historique

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Détenu, emprisonné, mis sous garde; quelles sont les règles concernant nos adolescents?

Détenu, emprisonné, mis sous garde; quelles sont les règles concernant nos adolescents? Détenu, emprisonné, mis sous garde; quelles sont les règles concernant nos adolescents? Amélie St-Denis, avocate Congrès de l Association des jeunes barreaux du Québec 22 mai 2015 Au-delà du procès et

Plus en détail

Introduction : un contentieux aux trois visages différents

Introduction : un contentieux aux trois visages différents 7 ème assises nationales de la qualité de l environnement sonore Mercredi 15 octobre 2014, 14 h 30-16 h 00 Atelier 16 / SALLE 4 Bruit de voisinage et incivilités sonores : la prévention, la médiation,

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Sicard et Attias pour un barreau pénal digne

Sicard et Attias pour un barreau pénal digne Sicard et Attias pour un barreau pénal digne Anne MOREAUX - publié le 19 mai 2015 - Actualité [1] Envoyer par mail [2] Imprimer Pour leur 8e Bar à Idées, les jeunes avocats du mouvement «BAI» (bousculer-animer-innover),

Plus en détail

Fonctionnement de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (réf. Moniteur #78 du Jeudi 10 novembre 1983)

Fonctionnement de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (réf. Moniteur #78 du Jeudi 10 novembre 1983) II- Décret du 4 novembre 1983 portant organisation et Fonctionnement de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (réf. Moniteur #78 du Jeudi 10 novembre 1983) DECRETE Chapitre premier

Plus en détail

LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO - DISPOSITIONS GENERALES

LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO - DISPOSITIONS GENERALES LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO TITRE I er - DISPOSITIONS GENERALES Article premier : La présente loi est applicable aux commissaires-priseurs, aux clercs de

Plus en détail

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels janvier 2014 SOM MAIRE Après l accident p. 4 Procédure pénale

Plus en détail

COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental

COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental 1 COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental La loi du 25 février 2008 instaurant la rétention de sureté,

Plus en détail

87 PROPOSITIONS CONCRETES. 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice

87 PROPOSITIONS CONCRETES. 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice 87 PROPOSITIONS CONCRETES CREER «L AUDIENCE DES ANNEES 2000» 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice 2) Pour les condamnés absents lors de leur jugement, débuter cette exécution

Plus en détail

Formation spécialisée pour magistrats du tribunal de la famille et de la jeunesse

Formation spécialisée pour magistrats du tribunal de la famille et de la jeunesse Formation spécialisée pour magistrats du tribunal de la famille et de la jeunesse réf.: JUR-011 Public cible juges souhaitant siéger au tribunal de la famille et de la jeunesse magistrats de parquet souhaitant

Plus en détail

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012 Version pré-print pour citer cet article : «Les droits de celui qui décide de se défendre seul et le principe d égalité» (Cons. Const. 23 nov. 2012), Rev. Pén. Dr. Pén. 2012, p. 917, Les droits de celui

Plus en détail

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE LOIS D'APPLICATION DU STATUT Coopération des états membres ITALIE Dispositions relatives à la coopération avec le Tribunal international pour juger les personnes présumées responsables de violations graves

Plus en détail

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences.

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences. 3La responsabilité La responsabilité civile La responsabilité pénale La procédure judiciaire applicable La protection judiciaire pour les jeunes majeurs En devenant majeur-e, vous devenez responsable de

Plus en détail

CONSEIL D'ÉTAT ============== No 50.945 Projet de loi

CONSEIL D'ÉTAT ============== No 50.945 Projet de loi CONSEIL D'ÉTAT ============== No 50.945 Projet de loi portant modification du Code d instruction criminelle et de la loi modifiée du 30 mai 2005 concernant la protection de la vie privée dans le secteur

Plus en détail

AFFAIRES JUDICIAIRES. Article 1

AFFAIRES JUDICIAIRES. Article 1 AFFAIRES JUDICIAIRES CONVENTION Article 1 Les deux Etats instituent un échange régulier d informations en matière d organisation judiciaire, de législation et de jurisprudence. Article 2 Les deux Etats

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

Cour suprême. simulation d un procès. Canada. Introduction génér ale. Comment réaliser une simulation de procès?

Cour suprême. simulation d un procès. Canada. Introduction génér ale. Comment réaliser une simulation de procès? simulation d un procès Introction génér ale Un procès criminel se déroule devant un juge seul, parfois assisté d un jury composé de jurés. L avocat de la défense représente l accusé, qui est présumé innocent,

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

LES DROITS DE L ENFANT

LES DROITS DE L ENFANT LES DROITS DE L ENFANT Maître Viviane SCHMITZBERGER HOFFER Avocat, Ancien Bâtonnier du Barreau de METZ Colloque du 11 octobre 2013 Syndrome du bébé secoué au Ministère de la Santé Mise en garde Article

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

PLAN DE CLASSEMENT DU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE PONTARLIER A COTER 3 U 4

PLAN DE CLASSEMENT DU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE PONTARLIER A COTER 3 U 4 PLAN DE CLASSEMENT DU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE PONTARLIER A COTER 3 U 4 PARQUET GENERALITES Registre de circulaires (1816-1823), vrac salle 36, travée 153, t 2 Statistiques : Statistiques annuelles

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L ASSOCIATION FRANCAISE DES MAGISTRATS DE LA JEUNESSE ET DE LA FAMILLE des 16 et 17 MAI 2014

ASSEMBLEE GENERALE DE L ASSOCIATION FRANCAISE DES MAGISTRATS DE LA JEUNESSE ET DE LA FAMILLE des 16 et 17 MAI 2014 ASSEMBLEE GENERALE DE L ASSOCIATION FRANCAISE DES MAGISTRATS DE LA JEUNESSE ET DE LA FAMILLE des 16 et 17 MAI 2014 LA JUSTICE DES MINEURS : CAP SUR L AVENIR La Garde des Sceaux a lancé une vaste consultation

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

Département fédéral de Justice et Police A l att. de Madame la Conseillère fédérale Madame Simonetta Sommaruga Palais fédéral Ouest 3003 Berne

Département fédéral de Justice et Police A l att. de Madame la Conseillère fédérale Madame Simonetta Sommaruga Palais fédéral Ouest 3003 Berne Département fédéral de Justice et Police A l att. de Madame la Conseillère fédérale Madame Simonetta Sommaruga Palais fédéral Ouest 3003 Berne RR/tm 312 Berne, le 31 mai 2011 Modification de la Constitution,

Plus en détail

Guide méthodologique. Recrutement des assesseurs des tribunaux pour enfants

Guide méthodologique. Recrutement des assesseurs des tribunaux pour enfants Guide méthodologique Recrutement des assesseurs des tribunaux pour enfants SOMMAIRE 1 - Le rappel du cadre 4 A - Les conditions 4 B - Le régime 5 2 - La procédure de désignation 6 A - La constitution du

Plus en détail

Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance de Vitry-le-François. Votre sécurité au quotidien PROTECTION

Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance de Vitry-le-François. Votre sécurité au quotidien PROTECTION Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance de Vitry-le-François Votre sécurité au quotidien PROTECTION Votre sécurité au quotidien Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance

Plus en détail

FRANCE 21 May/mai 2015

FRANCE 21 May/mai 2015 FRANCE 21 May/mai 2015 Dans la perspective de la réunion du DH-GDR des 27 au 29 mai prochain, je vous prie de bien vouloir trouver une présentation des mécanismes de réouverture des procédures civiles

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

La sage-femme expert auprès des tribunaux Comité éditorial de l'uvmaf

La sage-femme expert auprès des tribunaux Comité éditorial de l'uvmaf La sage-femme expert auprès des tribunaux Comité éditorial de l'uvmaf 2013 1 Table des matières 1. Définition... 3 2. Les conditions de candidature et de recrutement des sages-femmes sur la liste d'experts

Plus en détail

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits ou réglementés. Cela concerne toutes les drogues illégales,

Plus en détail

économie Sanctions personnelles et sanctions pécuniaires prises à l encontre de dirigeants lors d une procédure collective (1997-2008)

économie Sanctions personnelles et sanctions pécuniaires prises à l encontre de dirigeants lors d une procédure collective (1997-2008) Claudine ALEXANDRE-CASELLI Rédacteur en chef de La Lettre de l Observatoire consulaire des entreprises en difficultés (OCED) Direction générale adjointe chargée des études, de la prospective et de l innovation

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 19 décembre 2014 de présentation des dispositions applicables à compter du 1 er janvier 2015 de la loi n 2014-535 du 27 mai 2014 portant transposition de la directive 2012/13/UE du Parlement

Plus en détail

Tribunal des conflits. Affaire 4019 M. H. c/ Préfet de la Réunion Renvoi du Conseil d Etat. Rapp. T. Fossier. Séance du 7 septembre 2015

Tribunal des conflits. Affaire 4019 M. H. c/ Préfet de la Réunion Renvoi du Conseil d Etat. Rapp. T. Fossier. Séance du 7 septembre 2015 1 Tribunal des conflits Affaire 4019 M. H. c/ Préfet de la Réunion Renvoi du Conseil d Etat Rapp. T. Fossier Séance du 7 septembre 2015 La question que vous a renvoyée le Conseil d Etat va vous conduire

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

Vu le décret n 53-192 du 14 mars 1953 relatif à la ratification et à la publication des engagements internationaux souscrits par la France ;

Vu le décret n 53-192 du 14 mars 1953 relatif à la ratification et à la publication des engagements internationaux souscrits par la France ; Décret n 65-159 du 25 février 1965 portant publication de la convention d aide mutuelle judiciaire, d exequatur des jugements et d extradition entre la France et le Gabon du 23 juillet 1963. Le Président

Plus en détail

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 M. Karamoko F. (Élection de domicile des étrangers en situation irrégulière sans domicile stable) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 juillet

Plus en détail