le rôle de la réassurance dans le calcul du SCR Cat Journées IARD de l Institut des Actuaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "le rôle de la réassurance dans le calcul du SCR Cat Journées IARD de l Institut des Actuaires"

Transcription

1 31 Mars 2011 le rôle de la réassurance dans le calcul du SCR Cat Journées IARD de l Institut des Actuaires Emmanuel Dubreuil Eric Paire

2 Plan Petit rappel de l évolution du SCR Cat entre QIS4 et QIS5 Analyse Critique du calcul du SCR Cat Traitement de la réassurance Résultats du QIS5 Critiques du QIS5 Enjeux et perspectives Un exemple d évolution : PERILS 1

3 le rôle de la réassurance dans le calcul du SCR Cat Rappel de l évolution du SCR Cat entre QIS4 et QIS5 Analyse Critique du calcul du SCR Cat Traitement de la réassurance Résultats du QIS5 Critiques du QIS5 Enjeux et perspectives Un exemple d évolution : PERILS 2

4 Rappel Historique En vertu des CP48 et CP50, l EIOPA a proposé l'élaboration de scénarios standardisés pour l'estimation de la charge des risques de catastrophe requis en vertu de l'article (c) de la directive Solvabilité II. En effet, la méthode proposée lors du QIS4 avait de multiples problèmes, notamment de standardisation, et suscité nombre de critiques. L EIOPA a donc proposé la création d'une Catastrophe Task Force (CTF) en conjonction avec des participants externes. Son objectif était de fournir à l EIOPA des conseils sur la mise en place et l'étalonnage des scénarios catastrophe Non-Vie et Santé en ligne avec les recommandations des CP48 et CP50. La proposition a été bien accueillie et soutenue par la Commission européenne. En Juillet 2009, l EIOPA a envoyé une lettre à un certain nombre d'intervenants pour les inviter à faire partie de la CTF. La CTF a été créé à la fin du mois d'août

5 Membres de la CTF Swiss Re Lloyd s of London Munich Re CCR SCOR The Actuarial Profession Health & Care Practice Executive Committee Willis RMS CEIOPS FinReq members 4

6 Le traitement retenu pour le risque Catastrophe dans le QIS5 Evolutions principales Logique par «péril» plus que par «branche» Scénarios européens beaucoup plus étoffés que dans le QIS 4 Solvabilité II va exiger de connaître ses expositions de manière beaucoup plus détaillée qu auparavant (par exemple à l échelle de la zone CRESTA ou département pour la France) Catastrophes naturelles Tempête, Inondations, Tremblement de terre, Grêle, Subsidence, DOM/ TOM inclus Valeurs assurées par zone (Cresta): Agregation par pays Méthode «2» utilisable seulement pour expositions hors de l Europe Catastrophes d origine humaine Incendie, Auto, Marine, Aviation, Responsabilité civile, Crédit / caution, Terrorisme Approches variables selon les périls (scénarios, facteurs ) Catastrophes Santé Stades, Grandes concentrations, Pandémies Approche par scénarios et part de marché 5

7 En résumé. SCR Adj BSCR Op Market Health Default Life Non-life Intang Interest rate SLT Health CAT Non-SLT Health Mortality Premium Reserve Equity Property Spread Mortality Longevity Disability Morbidity Premium Reserve Lapse Longevity Disability Morbidity Lapse Lapse CAT Currency Concentration Illiquidity Lapse Expenses Revision Expenses Revision CAT = adjustment for the loss-absorbing capacity of technical provisions under the modular approach 6

8 le rôle de la réassurance dans le calcul du SCR Cat Rappel de l évolution du SCR Cat entre QIS4 et QIS5 Analyse du calcul du SCR Cat Traitement de la réassurance Résultats du QIS5 Critiques du QIS5 Enjeux et perspectives Un exemple d évolution : PERILS 7

9 Approches retenues Exemple du Risque NAT CAT Deux approches abordées par le CTF : Footprint (multiple trajectoires de tempêtes) : subjectif quant au choix du scenario du footprint actuel, difficile d éviter les biais, difficile de refléter la cohérence entre pays, nécessité de se détacher des modèles actuels de footprints. Hazard Map moins subjectif,. matrice de corrélation/diversification difficile à calibrer, mais réalisable. Méthode retenue Hazard Map avec une optique forte de prise en compte de la diversification géographique. 8

10 Approches retenues Risque NAT CAT exemple du VENT Formellement : WTIV ZONE = F ZONE * TIV ZONE CAT Windstorm_ctry = Q CTRY Avec CAT Windstorm_ctry : l estimation du capital requis pour une tempête brute dans un pays donné, Q CTRY : le facteur 200al pour chaque pays, F ZONE : les facteurs relatifs à chaque zone par pays, pays, zone. : les colonnes et les lignes de la matrice d agrégation AGG par : les valeurs assurées totales pondérées par 9

11 Approches retenues Risque NAT CAT Si on considère le cas de la France divisée en Zones Cresta. Cette formule peut être réécrite de façon matricielle de la façon suivante : Avec C est une : : taux de dommage défini par mesure de l intensité du hasard dans la région, mesure de la vulnérabilité des bâtiments et des concentrations de l exposition du risque. 10

12 Approches retenues par la CTF Risque NAT CAT Exemple des taux de dommage pour le vent Taux de dommage en Europe 11

13 Approches retenues par la CTF Risque NAT CAT : facteurs de calibrage (facteurs d endommagement) de chaque zone Cresta. Double impact : mise en avant du facteur Aléa : point d impact d une tempête. mise en avant du facteur Vulnérabilité : Paris est une zone moins vulnérable que les Yvelines, alors que la trajectoire est normalement la même (pour un tempête d Ouest en Est) ; un immeuble est moins vulnérable qu un pavillon. 12

14 Approches retenues par la CTF Risque NAT CAT : ajustement des TIV par les facteurs de calibrage 13

15 Approches retenues par la CTF Risque NAT CAT : matrice de corrélation entre les zones Cresta. Agrégation/diversification entre les zones Cresta. Plus le facteur est proche de 1, plus les zones concernées sont corrélées, donc susceptibles d être impactées par un même sinistre. : ce calcul permet de récupérer une assiette de TIV ajustées, reflétant les corrélations entre zones Cresta. 14

16 Approches retenues par la CTF Risque NAT CAT Vision européenne pour la TEMPETE 15

17 Risque Man Made Dans le sous-module " Man-made catastrophes, NL_CATMan-made ", sept scénarios différents susceptibles de mettre en danger la pérennité d'une entreprise d'assurance sont définis pour calculer le capital nécessaire suivant la méthode 1. Les scénarios catastrophe pour les branches d assurance suivantes et leur couverture de réassurance correspondantes sont prises en compte: Incendie: exposition brute calculée comme le produit de la somme assurée pour la plus grande concentration de risques connus dans un rayon de 150 mètres par un facteur d endommagement de 100%. RC automobile: exposition représentée par des événements tels que sinistre Selby, sinistre Tunnel du Mont-Blanc ou un accident extrêmement grave. Un événement de 200 ans est déterminée à l'aide d'une extrapolation de Pareto. Marine: 2 périls principaux, collision de navires et dommage aux plates-formes pétrolières. Le premier comprend l'exposition brute maximale en Corps pour les pétroliers, la RC marine, la RC pollution par les hydrocarbures et les corps de navires de croisière. Les expositions brutes maximales pour diverses sous-couvertures rentrent également en ligne de compte pour les plates-formes. Assurance crédit caution: Seul le montant net de capital sous risque doit être calculé. Aviation: 2 principaux périls, corps aériens et RC aviation RC: Approche factorielle utilisée prenant prend en compte les volumes bruts en RC professionnelle, RC générale, la responsabilité des employeurs et la responsabilité des mandataires sociaux, ainsi que divers facteurs de risque. Terrorisme: Comme pour l incendie, calcul découlant du produit de la somme assurée pour la plus grande concentration de risques connus dans un rayon de 300 mètres par un facteur d endommagement de 50 %. 16

18 Risque Health Risque «Cat»: Scénario «grand stade» Scénario «concentration» Health SLT SCR Health Health CAT Health Non SLT Scénario «pandémie» Mortality risk Longevity risk Premium & reserve risk Lapse Expense risk Disability - morbidity risk Revision risk = Adjustment for the loss-absorbing capacity of technical provisions SLT = Similar to Life insurance Technics Non-SLT = Not Similar to Life insurance Technics Lapse risk 17

19 Risque Health Concernant les catastrophes, le QIS5 est doté d un sous-module séparé pour les Cat en Health. Les scénarios standards retenus pour le sous-module CAT sont : Catastrophe en grand stade (mort accidentelle, invalidité totale permanente, invalidité à court et long terme),médical/blessures Scénario concentration (risque d exposition concentrée, dont l expo. principale est touchée par une catastrophe. Ex : catastrophe en immeuble de bureaux densément peuplé au sein d un quartier d affaires) Scénario pandémie (pandémie causant des sinistres non mortels) 18

20 le rôle de la réassurance dans le calcul du SCR Cat Rappel de l évolution du SCR Cat entre QIS4 et QIS5 Analyse Critique du calcul du SCR Cat Traitement de la réassurance Résultats du QIS5 Critiques du QIS5 Enjeux et perspectives Un exemple d évolution : PERILS 19

21 Traitement de la réassurance Pour le calcul de la charge «catastrophe» en non vie 2 étapes de calcul: scénarios «bruts» de réassurance Puis application du programme de réassurance: chaque programme est spécifique, donc pas de formule simple pour passer du «brut» au «net»: il faut simuler l application des traités (quelques exemples simples inclus dans TS) 20

22 le rôle de la réassurance dans le calcul du SCR Cat Rappel de l évolution du SCR Cat entre QIS4 et QIS5 Analyse Critique du calcul du SCR Cat Traitement de la réassurance Résultats du QIS5 Critiques du QIS5 Enjeux et perspectives Un exemple d évolution : PERILS 21

23 Résultats du QIS5 22

24 Résultats du QIS5 23

25 le rôle de la réassurance dans le calcul du SCR Cat Rappel de l évolution du SCR Cat entre QIS4 et QIS5 Analyse Critique du calcul du SCR Cat Traitement de la réassurance Résultats du QIS5 Critiques du QIS5 Enjeux et perspectives Un exemple d évolution : PERILS 24

26 Critiques du QIS5 En général Trop complexe, trop simpliste Incohérences Trop généraliste (spécificités nationales, branches, voire polices) Sur le calcul du SCR NL Cat Résolution géographique (la zone CRESTA est trop grossière, surtout en inondation/subsidence). Pas de différenciation des branches (résidentiel, commercial, agricole ou industriel), des types de bâtis, etc. Unicité de la fonction d endommagement, pas de différenciation des garanties (bâti, contenu, frais indirects, perte d exploitation). Application des franchises et limites de garanties? 25

27 Critiques du QIS5 Sur l application de la réassurance Logique par «péril» plus que par «branche», en général les programmes de réassurance sont plutôt conçus autour de la «branche» Préconisation de l EIOPA : modèle interne partiel Sur l utilisation de modèles CAT x 1,7 AIR EQE RMS QIS5 Montant 200al OEP (Gross Loss) simulé pour chacun des trois modèles commerciaux et pour le QIS 5, en EUR milliards 200al

28 Fréquence annuelle des tempêtes Afin de voir si les événements propres à chaque modèle avaient les mêmes profils, la charge sinistre pour l événement 200al a été extraite à l échelle de la CRESTA pour EQE, RMS et QIS5. Taux de destruction (%) < 0.05% 0.05% - 0.1% 0.1% - 0.2% 0.2% % > 0.35% 27

29 le rôle de la réassurance dans le calcul du SCR Cat Rappel de l évolution du SCR Cat entre QIS4 et QIS5 Analyse Critique du calcul du SCR Cat Traitement de la réassurance Résultats du QIS5 Critiques du QIS5 Enjeux et perspectives Un exemple d évolution : PERILS 28

30 Enjeux et perspectives Impact des modèles sur le capital requis Standard Approach Comparison of Vendor Models with QIS 5 scenarios 1 in 200 year OEP modelled event loss [Mio. EUR] Negative Portion of Earnings Distribution AKA "Capital Consumed" 0 Windstorm Flood Hail Earthquake Probability 0.1 QIS 5 RMS EQECAT Capital Consumed (Partial) Internal Model 29

31 Enjeux et perspectives Le risque de catastrophe est un facteur clé pour le besoin en capital en vertu de Solvabilité II, et donc les courtiers et modélisateurs doivent aider les assureurs à tirer le meilleur parti des diverses exigences : hypothèses, modèles, réglementation, situation de marché Il devient presque indispensable de se doter d un modèle interne partiel en la matière, afin de déterminer une charge de capital dédiée au risque Cat la plus appropriée. La réassurance revient largement au centre des débats 30

32 le rôle de la réassurance dans le calcul du SCR Cat Rappel de l évolution du SCR Cat entre QIS4 et QIS5 Analyse Critique du calcul du SCR Cat Traitement de la réassurance Résultats du QIS5 Critiques du QIS5 Enjeux et perspectives Un exemple d évolution : PERILS 31

33 PERILS La création de PERILS AG a été initiée au sein du «Chief Risk Officer Forum» et la société a été fondée par des assureurs, des réassureurs et des courtiers français et européens Allianz, AXA, Generali, Groupama,, Munich Re, Partner Re, Swiss Re, Zurich. PERILS est une organisation dédiée à l industrie de l assurance, installée en Suisse à Zurich. Les produits de PERILS lancés au début 2010 sont destinés aux marchés français, européens et internationaux. 32

34 PERILS PERILS fournit des données d exposition et de perte marché pour le risque de tempête. C est la 1ère source indépendante capable de fournir de telles données. Les 2 produits proposés par PERILS sont : Une base de données d exposition et de perte marché Un indice de perte marché 33

35 Credibilité: test sur Xynthia 34

36 Couverture de réassurance sur base PERILS La technique du CWIL Portefeuille Marché PERILS par zone CRESTA (i) Portefeuille ABC par zone CRESTA (i) Optimisation du Calcul de la part de marché ABC par zone CRESTA (i) λ i Il est aujourd hui possible de se couvrir contre la tempête, au niveau français comme européen, par une couverture sur base d indice PERILS (couverture privée, collatéralisée voire Cat Bond) Sinistre Marché Layer: Indice PERILS S i GC CWIL Limit xxx par zone CRESTA (i) Retention xxx Layer Loss: UNL CWIL AAL 4,734,972 4,757,190 Std Dev 43,368,013 43,439,969 CV % % LOL 1.052% 1.057% Calcul des dommages assurés ABC qui déclenche la transaction S= λ i *S i Basis Risk: E[BR] (ALL) 22,218 All UNL Hits# 569 Std Dev (ALL) 2,650,183 All CWIL Hits# 572 Positive BR 87,744 CWIL given UNL also Hits# 560 Negative BR (65,526) Loss Below Layer# 12 Layer RSQ 99.61% Positive BR Events# 159 Max BR 127,166,550 Negative BR Events# 118 Min BR (108,396,774) Layer Total Misses # 9 Layer AAL Split Bases on Company Loss (UNL) Thresholds: Company CWIL Efficiency Fitting Status: Losses Below UNL Layer 7,658 Number of iteration 100,000 Fitting Statistics: Total Within UNL Layer Limit 4,734,972 4,749, % Update frequency 20 Mean Loss Std. Deviation Losses Above UNL Layer 3,305,322 3,293, % Iteration Residual SS E E+18 Total in UNL Layer 1,429,650 1,455, % Speed(iter/sec) RMS 12,823,391 9,025,783 1st Half of UNL Layer 483, , % Residual (F) R Square 99.87% 99.59% 2nd Half of UNL Layer 946, , % df/f Correlation 99.94% 99.80% UNL Layer Loss >1/2 Limit 4,251,323 4,252, % 35

37 Risque de Base Le Consultation Paper CP 52: Draft L2 Advice on SCR Standard Formula Reinsurance mitigation du CEIOPS comporte l indication suivante sur les transactions indicielles (comme une couverture sur base PERILS) : For risk mitigation techniques where payout is linked to an index, no allowance shall be made unless the undertaking can demonstrate that the basis risk is not material compared to the mitigation effect. If allowance is made, it should allow for basis risk commensurate with the 99.5th percentile level La quantification du risque de base n est pas seulement indispensable pour la définition de la structure. Dans l environnement Solvabilité II, les assureurs devront justifier avec l aide de leurs conseils de l évaluation du risque de base et démontrer l efficacité de la transaction. 36

38 Evolutions de la réassurance à la lumière du QIS5 Couverture de réassurance sur base PERILS Avantages Suppression du risque de crédit Accès à de nouveaux marchés Inconvénients Ne fonctionne actuellement que pour le vent Traitement du Risque de Base Attrait des investisseurs pour les périls en Europe Résultats éprouvés du montage Montage pluriannuel 37

39

QUANTIFICATION DU RISQUE

QUANTIFICATION DU RISQUE QUANTIFICATION DU RISQUE Journées d études de Deauville, le 16 septembre 2011 OPÉRATIONNEL 1.Solvabilité 2 et le Risque Opérationnel 2.La gestion du Risque Opérationnel 3.Les méthodes de quantification

Plus en détail

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011 Quantitative Impact Study 5 Résultats & Conclusions Luxembourg - 29 avril 2011 1 Participation Principales difficultés / divergences Ratios de solvabilité Provisions techniques Fonds propres SCR : Capital

Plus en détail

Annexes Solvabilité 2 Compte rendu 2011 Réassureurs et captives de réassurances

Annexes Solvabilité 2 Compte rendu 2011 Réassureurs et captives de réassurances Annexes Solvabilité 2 Compte rendu 2011 Réassureurs et captives de réassurances Luxembourg - 3 juin 2013 Marc Comes / Valérie Scheepers 1 Introduction Bilan sous Solvabilité 2 BSCR Annexes 2012 les nouveautés

Plus en détail

AVERTISSEMENTS. Document de travail traduit du manuel du CEIOPS mis en ligne sur le site du CEIOPS

AVERTISSEMENTS. Document de travail traduit du manuel du CEIOPS mis en ligne sur le site du CEIOPS 1 er Septembre 2010 AVERTISSEMENTS Document de travail traduit du manuel du CEIOPS mis en ligne sur le site du CEIOPS Merci de noter que ce manuel ne fait pas partie de la documentation officielle du QIS5

Plus en détail

Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement

Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement www.pwc.com Journées d études IARD de l Institut des Actuaires Risques de souscription / provisionnement Reims 31 mars 2011 Agenda Section Description 1 Une compagnie d assurance peut-elle faire faillite?

Plus en détail

Vers une meilleure maîtrise des engagements Dommages aux Biens

Vers une meilleure maîtrise des engagements Dommages aux Biens Vers une meilleure maîtrise des engagements Dommages aux Biens Adam SENIO, Fabrice TAILLIEU Le montant des biens endommagés lors d un sinistre est généralement estimé par les experts mandatés par l assureur

Plus en détail

Réglementation parasismique: intérêts pour l assureur

Réglementation parasismique: intérêts pour l assureur Réglementation parasismique: intérêts pour l assureur CFMS, demi-journée technique du 4 octobre 2006 (14h-18h30) ENPC rue des Saints Pères (Amphi Caquot) Guillaume Pousse Assurer contre une catastrophe

Plus en détail

Travaux 2008 & plans d action 2009 des Comités

Travaux 2008 & plans d action 2009 des Comités ASSEMBLEE GENERALE MARS 2009 Travaux 2008 & plans d action 2009 des Comités COMITES Comités Technique, I. Hux- Swiss Re Juridique et financier,y. Besnard SCOR Administratif, O. Monmoton Hannover Re International,

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

Enjeux juridiques, économiques et sociaux des catastrophes naturelles

Enjeux juridiques, économiques et sociaux des catastrophes naturelles Enjeux juridiques, économiques et sociaux des catastrophes naturelles Qu est-ce que CCR? Société anonyme de réassurance créée en 1946 entièrement détenue par l Etat français. Réassureur avec garantie de

Plus en détail

ATELIER A01. Financement des risques catastrophiques : nouvelle vie de l'alternative Risk Transfer?

ATELIER A01. Financement des risques catastrophiques : nouvelle vie de l'alternative Risk Transfer? ATELIER A01 Financement des risques catastrophiques : nouvelle vie de l'alternative Risk Transfer? 1 Atelier 01 Intervenants Marine CHARBONNIER Directeur Département Financement des Risques marine.charbonnier@grassavoye.com

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Table des matières... Préface... 1. Introduction... 3

TABLE DES MATIÈRES. Table des matières... Préface... 1. Introduction... 3 TABLE DES MATIÈRES Table des matières....................................... VII Préface................................................ 1 Introduction........................................... 3 1. La

Plus en détail

L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels

L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels Mercredi 12 juin 2013, AG de l AFPS L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels Michel LUZI 2 Segmentation des risques Le Régime des Catastrophes Naturelles Dommages

Plus en détail

Utilisation d un Système d Information Géographique pour la cartographie des risques sur un portefeuille d entreprise d assurances

Utilisation d un Système d Information Géographique pour la cartographie des risques sur un portefeuille d entreprise d assurances Utilisation d un Système d Information Géographique pour la cartographie des risques sur un portefeuille d entreprise d assurances VERSAILLES 31 SEPTEMBRE 2009 Nicolas Theuray - Mathieu Grenier Alexandra

Plus en détail

Orientations sur l'application d'ententes de cession en réassurance au sousmodule «risque de souscription en nonvie

Orientations sur l'application d'ententes de cession en réassurance au sousmodule «risque de souscription en nonvie EIOPA-BoS-14/173 FR Orientations sur l'application d'ententes de cession en réassurance au sousmodule «risque de souscription en nonvie» EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany

Plus en détail

JOURNEE DES COMMISSIONS TABLE RONDE

JOURNEE DES COMMISSIONS TABLE RONDE Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise JOURNEE DES COMMISSIONS TABLE RONDE «LES EVENEMENTS NATURELS» AMRAE JOURNEE DES COMMISSIONS- 20/05/2011 Partie 1 : Evénements

Plus en détail

Scénarios économiques en assurance

Scénarios économiques en assurance Motivation et plan du cours Galea & Associés ISFA - Université Lyon 1 ptherond@galea-associes.eu pierre@therond.fr 18 octobre 2013 Motivation Les nouveaux référentiels prudentiel et d'information nancière

Plus en détail

Le rôle de CCR dans le régime d indemnisation des catastrophes naturelles. Séisme de Lambesc (1909 - Sud-est de la France)

Le rôle de CCR dans le régime d indemnisation des catastrophes naturelles. Séisme de Lambesc (1909 - Sud-est de la France) Le rôle de CCR dans le régime d indemnisation des catastrophes naturelles. Séisme de Lambesc (1909 - Sud-est de la France) MACIF le 12 mai 2013 1 Rôle de la réassurance fractionner les risques afin de

Plus en détail

Assurabilité des Risques à grande échelle

Assurabilité des Risques à grande échelle Assurabilité des Risques à grande échelle Erwann Michel-Kerjan The Wharton School, Center for Risk Management, Philadelphie École Polytechnique, Laboratoire d économétrie, Paris Institut du Développement

Plus en détail

Assurance et prévention des risques naturels David BOURGUIGNON - MRN

Assurance et prévention des risques naturels David BOURGUIGNON - MRN 25 juin 2015 - Merlimont Assurance et prévention des risques naturels David BOURGUIGNON - MRN Eléments d introduction La Mission Risques Naturels association entre FFSA et GEMA 2 www.mrn.asso.fr 3 Les

Plus en détail

Le Marché de la Réassurance en 2008

Le Marché de la Réassurance en 2008 Le Marché de la Réassurance en 2008 International et France- Annexes Conférence de presse, Paris 9 juillet 2009 APREF F.Vilnet - Président FFSA B.Spitz - Président 1 Annexes Le marché mondial de la réassurance

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2010

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2010 LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2010 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes de la Direction des études et des statistiques FFSA-GEMA.

Plus en détail

La réassurance des catastrophes naturelles. Quels enjeux en terme de modélisation? Colloque SCM «La gestion des risques naturels» 25 janvier 2011

La réassurance des catastrophes naturelles. Quels enjeux en terme de modélisation? Colloque SCM «La gestion des risques naturels» 25 janvier 2011 La réassurance des catastrophes naturelles. Quels enjeux en terme de modélisation? Colloque SCM «La gestion des risques naturels» 25 janvier 2011 PRESENTATION DE LA CCR Créée en 1946, la CCR est une société

Plus en détail

Les outils de couverture des risques majeurs alternatifs à l assurance et à la réassurance conventionnelles

Les outils de couverture des risques majeurs alternatifs à l assurance et à la réassurance conventionnelles Les outils de couverture des risques majeurs alternatifs à l assurance et à la réassurance conventionnelles André SCHMITT et Sandrine SPAETER BETA, Université de Strasbourg HEC Paris, 25 octobre 2013 Couverture

Plus en détail

Affaires dommages en Suisse

Affaires dommages en Suisse Affaires dommages en Suisse 15 Primes émises Total des primes Assurance accidents* 2 762 2 821 2 818 Assurance maladie* (sans assurance de base) 6 323 6 318 8 687 Assurance RC et de véhicules automobiles

Plus en détail

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Rencontres L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Vincent Régnier Directeur technique, financier et des risques MutRé 2015 Arnaud Chevalier

Plus en détail

Présentation APREF. Décembre 2009. Association des Professionnels professionnels de la Réassurance réassurance en France

Présentation APREF. Décembre 2009. Association des Professionnels professionnels de la Réassurance réassurance en France Présentation APREF Décembre 2009 1 Sommaire page Organisation et missions APREF 3 Actions et vision 2009 APREF 17 Place de Paris réassurance 19 2 Création L APREF a été fondée en 2005 par la fusion de

Plus en détail

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne Solvabilité II: Bilan et enjeux pour l investissement de long terme Conférence EIFR; Paris, 7 avril 2011 Benoît Hugonin Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services,

Plus en détail

Atelier A1. Intervenants. Modérateur. Véronique MÉAUTTE-EVANS. Frédéric Lucas. Guy-Antoine de LA ROCHEFOUCAULD. Michel BLANC

Atelier A1. Intervenants. Modérateur. Véronique MÉAUTTE-EVANS. Frédéric Lucas. Guy-Antoine de LA ROCHEFOUCAULD. Michel BLANC Atelier A1 Intervenants Véronique MÉAUTTE-EVANS Senior Underwriter Special Enterprise Risks Frédéric Lucas Directeur du Développement Guy-Antoine de LA ROCHEFOUCAULD Modérateur Michel BLANC Directeur Général

Plus en détail

Panorama du marché chinois de l assurance et de la réassurance

Panorama du marché chinois de l assurance et de la réassurance Panorama du marché chinois de l assurance et de la réassurance 中 国 保 险 和 再 保 险 市 场 概 况 Conférence Annuelle de PLURI ELLES 14 octobre 2014 à La FFSA Zeying ZHAO-PEUILLET Adjoint au COO, SCOR Global Life

Plus en détail

Maroc : Analyse des risques de catastrophes naturelles

Maroc : Analyse des risques de catastrophes naturelles Maroc : Analyse des risques de catastrophes naturelles Maroc : Analyse des risques de catastrophes naturelles Préface Entre 2008 et 2012, le Ministère des Affaires Générales et de la Gouvernance a travaillé

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES ASSURANCE ET REASSURANCE EL AURASSI le 10 juin 2007 Alger LA REASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES EN ALGÉRIE Expérience de la CCR Présentation de la CCR Historique de la

Plus en détail

Chiffres et faits 2015. du secteur de l assurance privée

Chiffres et faits 2015. du secteur de l assurance privée Chiffres et faits 2015 du secteur de l assurance privée 2 Impressum Editeur Association Suisse d Assurances ASA Conrad-Ferdinand-Meyer-Strasse 14 Case postale CH-8022 Zurich Tél. +41 44 208 28 28 Fax +41

Plus en détail

Note Conflagration. Janvier 2010

Note Conflagration. Janvier 2010 Janvier 2010 Note Conflagration De nombreux sinistres de caractère événementiel dans le monde mettent en jeu plusieurs risques en Dommages, sans qu il s agisse d évènements naturels. On parle en général

Plus en détail

Une opération sui generis : La Réassurance «Finite»

Une opération sui generis : La Réassurance «Finite» 1 COLLOQUE AIDA-AJAR JEUDI 27 SEPTEMBRE 2012 Une opération sui generis : La Réassurance «Finite» ASSURANCES ET BANQUES LE SECTEUR FINANCIER ENTRE COHERENCE ET CONFUSION Bénédicte DOLLFUS 2 REASSURANCE

Plus en détail

L assurabilité des risques. François Bucchini - Assurabilité Club APREF 1 er mars 2012

L assurabilité des risques. François Bucchini - Assurabilité Club APREF 1 er mars 2012 L assurabilité des risques Club APREF 1 er mars 2012 Introduction : (1/2) Les conséquences des problèmes d assurabilité sont connues : Protection des biens des individus, difficultés d entreprendre, d

Plus en détail

De ces 6 blocs, le Groupe OFI est concerné par les blocs marché et défaut relatifs aux investissements financiers.

De ces 6 blocs, le Groupe OFI est concerné par les blocs marché et défaut relatifs aux investissements financiers. Calcul du SCR marché Rappel : Dans le cadre de la nouvelle réglementation de l assurance Solvabilité 2, le premier pilier quantitatif définit les normes de calcul des fonds propres réglementaires. Le SCR

Plus en détail

Conférence de presse du 3 mars 2015

Conférence de presse du 3 mars 2015 Conférence de presse du 3 mars 2015 Aperçu annuel 2014 Zoom sur les assurances dommages et catastrophes naturelles L assurance de groupe dans un contexte de taux d intérêts faibles 1 03/03/2015 Ordre du

Plus en détail

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles Final Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270 Conseil des normes actuarielles Janvier 2011 Document 211005 This document is available

Plus en détail

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE DANS LE CADRE DU REGIME D ASSURANCE DES RISQUES DE CATASTROPHES NATURELLES EN FRANCE. Casablanca - 13 novembre 2006 1

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE DANS LE CADRE DU REGIME D ASSURANCE DES RISQUES DE CATASTROPHES NATURELLES EN FRANCE. Casablanca - 13 novembre 2006 1 PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE DANS LE CADRE DU REGIME D ASSURANCE DES RISQUES DE CATASTROPHES NATURELLES EN FRANCE Casablanca - 13 novembre 2006 1 Rappel des principes du régime d indemnistation des victimes

Plus en détail

Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires

Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires 1 er a v r i l 2 0 1 1 Dan Chelly Directeur Métier "Risk management, Audit et Contrôle interne" SOMMAIRE Partie 1 Définition des risques

Plus en détail

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2013

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2013 LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2013 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques FFSA-GEMA et concernent les sociétés d

Plus en détail

Norme définitive. Conseil des normes actuarielles. Janvier 2014. Document 214006

Norme définitive. Conseil des normes actuarielles. Janvier 2014. Document 214006 Norme définitive Normes définitives Révocation des normes de pratique actuelles intitulées Recommandations Calculs et projections de participations et Notes explicatives sur certaines recommandations avec

Plus en détail

UN NOUVEAU PARADIGME POUR LA

UN NOUVEAU PARADIGME POUR LA GESTION RÉSILIENTE DU RISQUE: UN NOUVEAU PARADIGME POUR LA MODÉLISATION DES CATASTROPHES Dr. Laurent Marescot Director, Model Product Management Risk Management Solutions LES INNOVATIONS FACE AU DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

L entrée en vigueur de Solvabilité 2 est maintenant imminente et les derniers

L entrée en vigueur de Solvabilité 2 est maintenant imminente et les derniers FOCUS PRESSE RECHERCHE MARS 2015 Solvabilité 2 : focus sur le dampener actions Par Noémie Hadjadj-Gomes Ingénieure Recherche Responsable des projets taux et assurance L entrée en vigueur de Solvabilité

Plus en détail

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II FIXAGE Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II Deauville - 21 septembre 2012 Emmanuel TASSIN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick - 75008 Paris - France Téléphone : 33 (1) 53 83 83 93 - Télécopie : 33

Plus en détail

Modélisa)on des risques opéra)onnels dans le cadre de Solvency II Ins)tut des Actuaires & S.A.C.E.I Le 18 Septembre 2009

Modélisa)on des risques opéra)onnels dans le cadre de Solvency II Ins)tut des Actuaires & S.A.C.E.I Le 18 Septembre 2009 Modélisa)on des risques opéra)onnels dans le cadre de Solvency II Ins)tut des Actuaires & S.A.C.E.I Le 18 Septembre 2009 1. Objectifs de la quantification des risques opérationnels 2. Définition du capital

Plus en détail

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2012

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ. Données clés 2012 LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2012 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes de la Direction des études et des statistiques FFSA-GEMA.

Plus en détail

SOMMAIRE INTRODUCTION... 3

SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I - PRESENTATION DE L ENQUETE... 5 A - OBJECTIFS DE L ENQUETE...5 B - CHAMP DE L ENQUETE...5 C - DETERMINATION DES «GROUPES» DE SOCIETES...6 II - VUE D ENSEMBLE DES CESSIONS...

Plus en détail

Modélisation du risque opérationnel dans le secteur de l assurance

Modélisation du risque opérationnel dans le secteur de l assurance Avril 2011 N 14 Modélisation du risque opérationnel dans le secteur de l assurance Par Julie Gamonet Centre d études actuarielles Lauréate du prix du jeune actuaire 2010 Un texte paraissant dans SCOR Papers

Plus en détail

cadre du pilier 1 assurance Février 2012

cadre du pilier 1 assurance Février 2012 Mortalité, longévité, pandémie : Construire un générateur de scénarios Choix des économiques hypothèses en dans le assurance cadre du pilier 1 Version 1.2 Version 1.0 Septembre 2012 Février 2012 Frédéric

Plus en détail

LA SITUATION PRUDENTIELLE D UN ORGANISME D ASSURANCE : DE SOLVABILITÉ 1 À SOLVABILITÉ 2

LA SITUATION PRUDENTIELLE D UN ORGANISME D ASSURANCE : DE SOLVABILITÉ 1 À SOLVABILITÉ 2 LA SITUATION PRUDENTIELLE D UN ORGANISME D ASSURANCE : DE SOLVABILITÉ 1 À SOLVABILITÉ 2 LA NÉCESSITÉ D UNE RÈGLEMENTATION PRUDENTIELLE Pourquoi une règlementation prudentielle? Les produits d assurance

Plus en détail

Logiques des acteurs. Gestion du risque : «logiques des compagnies d assurances»

Logiques des acteurs. Gestion du risque : «logiques des compagnies d assurances» Séminaire du Groupe de Travail «Services Spatiaux Environnementaux» 14 et 15 décembre 2011 Logiques des acteurs Gestion du risque : «logiques des compagnies d assurances» Roland NUSSBAUM, Directeur de

Plus en détail

L'indemnisation des Catastrophes Naturelles en France. Paris 1910 - Chambre des Députés

L'indemnisation des Catastrophes Naturelles en France. Paris 1910 - Chambre des Députés L'indemnisation des Catastrophes Naturelles en France. Paris 1910 - Chambre des Députés Quels périls menacent la France? Tempêtes (Métropole) et cyclones (DOM/TOM) Coût estimé des tempêtes Lothar et Martin

Plus en détail

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 I. Environnement économique 2009 SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) 31 625 Taux de croissance de l'économie 3,00% II. Environnement Institutionnel

Plus en détail

Solvabilité II un changement de paradigme

Solvabilité II un changement de paradigme Réglementation Solvabilité II un changement de paradigme En Europe, près de 7 700 milliards d euros d actifs sont gérés par des investisseurs institutionnels qui ont un horizon d investissement de long

Plus en détail

Orientations Nationales Complémentaires aux Spécifications Techniques pour l exercice 2013 de préparation à Solvabilité II

Orientations Nationales Complémentaires aux Spécifications Techniques pour l exercice 2013 de préparation à Solvabilité II Orientations Nationales Complémentaires aux Spécifications Techniques pour l exercice 2013 de préparation à Solvabilité II V1.0 SOMMAIRE 1. Remarques préliminaires... 2 2. Le calcul du Best Estimate Vie...

Plus en détail

Solvabilité II Modèle interne AXA

Solvabilité II Modèle interne AXA Solvabilité II Modèle interne AXA Université d été Institut des Actuaires Strasbourg 22 juillet 2011 service.solvabilite2@axa.fr Solvabilité II AXA et AXA France Organisation du Projet Solvabilité II Le

Plus en détail

BENFIELD PARIS ETUDE 2008 Renouvellement des programmes de réassurance Catastrophe Décès Invalidité en France

BENFIELD PARIS ETUDE 2008 Renouvellement des programmes de réassurance Catastrophe Décès Invalidité en France Benfield Paris a le plaisir de vous présenter les résultats de la cinquième édition de son étude sur le renouvellement des protections Catastrophe Décès Invalidité sur le marché français. Notre échantillon

Plus en détail

Assurance : Notions de bases IMA 2011 Claire PELTIER. 07/07/2012 Claire PELTIER 1

Assurance : Notions de bases IMA 2011 Claire PELTIER. 07/07/2012 Claire PELTIER 1 Assurance : Notions de bases IMA 2011 Claire PELTIER 07/07/2012 Claire PELTIER 1 IMA 2011 1-VOCABULAIRE L assurance peut être définie comme une «opération par laquelle une partie (l assureur) s engage

Plus en détail

Conférence EIFR du 5 octobre Impact de solvabilité 2 sur l Asset Management. Marie-Agnès NICOLET Présidente de Regulation Partners 06 58 84 77 40

Conférence EIFR du 5 octobre Impact de solvabilité 2 sur l Asset Management. Marie-Agnès NICOLET Présidente de Regulation Partners 06 58 84 77 40 Conférence EIFR du 5 octobre Impact de solvabilité 2 sur l Asset Management Marie-Agnès NICOLET Présidente de Regulation Partners 06 58 84 77 40 2 Contexte : Contribution des OPCVM aux fonds propres des

Plus en détail

Aviso Ré. Introduction à la réassurance. Technique de réassurance. Programme. Pour progresser : modules T2 et T3

Aviso Ré. Introduction à la réassurance. Technique de réassurance. Programme. Pour progresser : modules T2 et T3 T 1 Découvrir les différents rôles joués par la et son impact sur le développement de l'assurance Comprendre l'impact de la sur la gestion des assureurs Débutants en, toutes fonctions Cadres opérationnels

Plus en détail

Prévention et Assurance : Comment agir face aux risques de catastrophes naturelles

Prévention et Assurance : Comment agir face aux risques de catastrophes naturelles Conférence publique à Barcelonnette Centre Seolane - 24 juin 2013 Prévention et Assurance : Comment agir face aux risques de catastrophes naturelles Roland Nussbaum Directeur Mission des sociétés d assurances

Plus en détail

Assurance & Réassurance des risques de Catastrophes Naturelles L EXPERIENCE ALGERIENNE. Par Mr. Abdelmadjid OULMANE Chargé Des CAT NAT

Assurance & Réassurance des risques de Catastrophes Naturelles L EXPERIENCE ALGERIENNE. Par Mr. Abdelmadjid OULMANE Chargé Des CAT NAT Assurance & Réassurance des risques de Catastrophes Naturelles Par Mr. Abdelmadjid OULMANE Chargé Des CAT NAT L EXPERIENCE NNE Àla Compagnie Centrale de Réassurance -Algérie ALGERI E I- Brève présentation

Plus en détail

Activation des classes d actifs traditionnels avec des investissements alternatifs

Activation des classes d actifs traditionnels avec des investissements alternatifs Activation des classes d actifs traditionnels avec des investissements alternatifs Coninco Master Class 2-3 novembre 2009 A member of the Man Group Le présent document est publié par Man Investments. La

Plus en détail

Passer de la Formule Standard au Modèle Interne

Passer de la Formule Standard au Modèle Interne Passer de la Formule Standard au Modèle Interne EMB Igloo Stéphane Chappellier Fabien Faivre 27 mars 2010 2008-2010 EMB. Tous droits réservés. Slide 1 Sommaire Le réseau global EMB EMB Igloo Introduction

Plus en détail

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise?

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? Conseil en Organisation et Management secteur assurance L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? 24 novembre 2010 Sommaire Ce qui se dit sur l ORSA L ORSA et le modèle

Plus en détail

Assurance et Catastrophes Naturelles en France

Assurance et Catastrophes Naturelles en France Assurance et Catastrophes Naturelles en France Il est tout à fait envisageable que l électricité solaire soit compétitive sans subvention sur les principaux marchés européens à l horizon 2015 2020. - Et

Plus en détail

SECTEUR MAROCAIN DES ASSURANCES. Situation Liminaire Exercice 2005

SECTEUR MAROCAIN DES ASSURANCES. Situation Liminaire Exercice 2005 SECTEUR MAROCAIN DES ASSURANCES Situation Liminaire Exercice 2005 Mars 2006 FAITS MARQUANTS 2005 Campagne de Communication sur les délais de recouvrement des primes Suite à l entrée en vigueur des nouvelles

Plus en détail

Formation et conseil en réassurance

Formation et conseil en réassurance Formation et conseil en réassurance Formation personnalisée Formation-conseil Strada Conseil, spécialiste reconnu des secteurs de l assurance et de la réassurance depuis 2002, complète sa gamme de prestations

Plus en détail

Prise de Position de L AMRAE concernant le livre vert sur les assurances contre les catastrophes d origine naturelle et humaine.

Prise de Position de L AMRAE concernant le livre vert sur les assurances contre les catastrophes d origine naturelle et humaine. L Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise rassemble 820 membres appartenant à 520 entreprises françaises publiques et privées (dont 38 des 40 entreprises du CAC 40).

Plus en détail

Ne négligez surtout pas les assurances. de votre entreprise

Ne négligez surtout pas les assurances. de votre entreprise Ne négligez surtout pas les assurances de votre entreprise Animé par : Valérie Cadiou, Responsable Commerciale GROUPAMA et Maître Emmanuel Ergan Cabinet LEPORZOU DAVID ERGAN Un diagnostic assurance indispensable

Plus en détail

Catastrophes naturelles : prévention et assurance

Catastrophes naturelles : prévention et assurance CDRNM 10 octobre 2013 Préfecture de Lille Catastrophes naturelles : prévention et assurance Philippe HERREYRE TOURNEMAINE MRN Sommaire 2 1. Les CATastrophes NATurelles en chiffres 1. La composante assurance

Plus en détail

Régime des catastrophes naturelles

Régime des catastrophes naturelles actuel Contexte Dans la constitution de l après guerre, le principe de solidarité et d égalité entre les français est inscrit comme une règle d or. C est ce principe qui s applique au régime des catastrophes

Plus en détail

INSTRUCTIONS RELATIVES

INSTRUCTIONS RELATIVES INSTRUCTIONS RELATIVES AUX TABLEAUX SUR LES SINISTRES ET INDICES DE PERTE Les Tableaux sur les sinistres et indices de perte sont exigés afin de pouvoir constituer une base de données et une présentation

Plus en détail

QIS5: Petites concessions entre assureurs et régulateurs? Avril 2010 L BAILLY H DOUARD

QIS5: Petites concessions entre assureurs et régulateurs? Avril 2010 L BAILLY H DOUARD QIS5: Petites concessions entre assureurs et régulateurs? Avril 2010 L BAILLY H DOUARD ALTIA 76, rue de la Victoire, 75009 Paris Tél : +33 (0)1 42 97 91 70 - Fax : +33 (0)1 42 97 91 80 Site : www.altia.fr

Plus en détail

Communication aux entreprises d assurances concernant la procédure de «pre-application» pour Solvency II

Communication aux entreprises d assurances concernant la procédure de «pre-application» pour Solvency II Communication _2011_08 du 18 février 2011 Communication aux entreprises d assurances concernant la procédure de «pre-application» pour Solvency II a) Mise à jour du questionnaire «Intentions Modèles» b)

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 1 er octobre 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX SOCIÉTÉS D ASSURANCE ET AUX FONDS DE PENSION DE LA ZONE EURO DEUXIÈME TRIMESTRE 2015 Au deuxième trimestre

Plus en détail

Experts for Finality and Run-off

Experts for Finality and Run-off Profil d entreprise Experts for Finality and Run-off Une activité de pionnier DARAG, Deutsche Versicherungs- und Rückversicherungs-AG est une compagnie d assurance spécialisée dans le Run-off. Nous sommes

Plus en détail

Enjeux et défis en assurance habitation Marc-Olivier Faulkner 18 novembre 2011

Enjeux et défis en assurance habitation Marc-Olivier Faulkner 18 novembre 2011 Enjeux et défis en assurance habitation Marc-Olivier Faulkner 18 novembre 2011 Aviva plc AGENDA Assurance habitation des particuliers: quelques constats. Problèmes en assurance habitation. Solutions à

Plus en détail

IV Forum des Assurances d Alger 28/29 novembre 2005 HOTEL EL-AURASSI - ALGER. Tarification en situation d insuffisance de données :

IV Forum des Assurances d Alger 28/29 novembre 2005 HOTEL EL-AURASSI - ALGER. Tarification en situation d insuffisance de données : IV Forum des Assurances d Alger 28/29 novembre 2005 HOTEL EL-AURASSI - ALGER Tarification en situation d insuffisance de données : Approche du risque CAT-NAT par la méthode des scores Par Mounir GHERNOUTI,

Plus en détail

interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2?

interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2? interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2? Pierre AURELLY Anne- Charlotte BONGARD 4 octobre 2012 Sommaire 2 de ce mémoire est des institutions de prévoyance interprofessionnelles sous de la gouvernance

Plus en détail

COMMISSARIAT AUX ASSURANCES ANNEXE AU RAPPORT ANNUEL

COMMISSARIAT AUX ASSURANCES ANNEXE AU RAPPORT ANNUEL COMMISSARIAT AUX ASSURANCES ANNEXE AU RAPPORT ANNUEL 2012 /2013 2012 /2013 Sommaire 5 13 6 1 - Sommaire Statistiques générales Tab 2.1 Nombre d entreprises établies suivant leur spécialisation 16 Tab

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

La connaissance des risques naturels par la «sinistralité assurances» Inondations de juin 2013 dans les Pyrénées Barèges (65) Qu est-ce que CCR?

La connaissance des risques naturels par la «sinistralité assurances» Inondations de juin 2013 dans les Pyrénées Barèges (65) Qu est-ce que CCR? La connaissance des risques naturels par la «sinistralité assurances». Inondations de juin 2013 dans les Pyrénées Barèges (65) 1 Qu est-ce que CCR? Société anonyme de réassurance créée en 1946 (à l époque

Plus en détail

Table des matières. Préface... 1. Introduction... 1. 2. Le marché de la réassurance... 5

Table des matières. Préface... 1. Introduction... 1. 2. Le marché de la réassurance... 5 Table des matières Préface................................................ IX 1. Introduction......................................... 1 2. Le marché de la réassurance............................ 5 3.

Plus en détail

Les risques d entreprises

Les risques d entreprises Les risques d entreprises Assureur depuis 1962 entre terre et océan Une dynamique de compétences au service des entreprises et des particuliers Êtes-vous prêt? Des solutions d assurances à votre service.

Plus en détail

Dépendance & Solvabilité 2 Journée d études IA & SACEI Deauville 3 octobre 2013

Dépendance & Solvabilité 2 Journée d études IA & SACEI Deauville 3 octobre 2013 Dépendance & Solvabilité 2 Journée d études IA & SACEI Deauville 3 octobre 2013 Anne-Charlotte Bongard anne-charlotte.bongard@actuaris.com Le risque dépendance sous Solvabilité 2 Classification du risque

Plus en détail

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2014

LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2014 LES ASSURANCES DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Données clés 2014 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques AFA et concernent les sociétés d assurances

Plus en détail

Introduction à la Théorie des Valeurs Extrêmes Applications en actuariat

Introduction à la Théorie des Valeurs Extrêmes Applications en actuariat JJ Mois Année Introduction à la Théorie des Valeurs Extrêmes Applications en actuariat Armelle Guillou (Université de Strasbourg ) & Alexandre You (Société Générale Insurance) 1. Calibrage de la sinistralité

Plus en détail

FrontERM. Solution de Pilotage Global des Risques pour le secteur de l assurance Contexte : Solvabilité II

FrontERM. Solution de Pilotage Global des Risques pour le secteur de l assurance Contexte : Solvabilité II FrontERM Solution de Pilotage Global des Risques pour le secteur de l assurance Contexte : Solvabilité II efront - Présentation Nos valeurs CA en M SATISFACTION CLIENT 31% Croissance organique 37 48,0

Plus en détail

Luxembourg, le 24 janvier 2006

Luxembourg, le 24 janvier 2006 Luxembourg, le 24 janvier 2006 Lettre circulaire 06/3 du Commissariat aux Assurances relative aux exigences de qualification professionnelle pour agents et sous-courtiers d assurances L'article 105 paragraphe

Plus en détail

Guide pratique. But. I. Principes. concernant

Guide pratique. But. I. Principes. concernant Guide pratique concernant les conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité en Suisse ou à partir de la Suisse pour les entreprises d assurances dommages avec siège social hors de l Union

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 21 mars 2013 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES

CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels WWW.mrn-gpsa.org Une association créée en 2000 entre : Mission

Plus en détail