PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011"

Transcription

1 PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin

2 INTRODUCTION L accès aux soins de premier recours est une des composantes majeures du droit fondamental à la santé. Or, des Français de plus en plus nombreux renoncent aux soins ou les retardent, au risque de voir leur santé se dégrader. Dans le contexte de crise économique et sociale qui est le nôtre, les inégalités de santé - géographiques, sociales, financières, socio-culturelles - s accentuent et prennent une ampleur alarmante. Paris, du fait d un nombre très important de professionnels de santé sur son territoire, s est longtemps cru à l abri des phénomènes de désertification médicale. Pourtant, la réalité est beaucoup plus nuancée et préoccupante. En effet, l offre de soins parisienne se caractérise par un ratio généralistes/spécialistes déséquilibré, une forte part d exercice particulier (acupuncture, homéopathie, etc.) et une fréquence et un niveau de dépassements tarifaires très importants. Ainsi, en ce qui concerne les médecins généralistes, si l on ne prend en compte que les médecins ne pratiquant ni dépassements d honoraires ni exercices particuliers, la densité médicale parisienne est d ores et déjà inférieure à la moyenne nationale (9 médecins pour habitants à Paris contre 9,7 au plan national). Une situation similaire est constatée pour l accès à de nombreuses spécialités médicales et aux soins infirmiers. Dans les arrondissements du Nord-Est parisien (18 e, 19 e, 20 e ), ce déficit est encore plus net (7,6 médecins pour habitants). Cette difficulté d accès aux soins de premier recours se traduit d ailleurs par un recours aux urgences hospitalières à la croissance exponentielle, ce qui explique leur engorgement. En outre, les perspectives de la démographie médicale devraient venir aggraver encore cette pénurie d offre de soins en ville. On peut estimer que 15 % des médecins prendront leur retraite d ici à 2015, alors que dans le même temps les jeunes médecins optent de moins en moins pour une installation dans la médecine de ville et souhaitent très largement un exercice regroupé. Si rien n est fait, la pénurie actuelle est donc susceptible de se muer en une crise sanitaire profonde, alors que la demande de soin continue à évoluer quantitativement et qualitativement, notamment sous l influence du vieillissement de la population et du développement des maladies chroniques. Cette crise n est pas inéluctable. Elle peut être conjurée si l ensemble des pouvoirs publics se mobilise pour une véritable refondation de l organisation de la médecine de ville, sous toutes ses formes, libérales comme salariées. Pour ce faire, la Ville de Paris a décidé de mettre en œuvre un programme de développement de la médecine de premier recours accessible sur son territoire. A cette fin, un groupe de travail pluraliste, constitué à la demande du Maire de Paris et animé par Jean-Marie Le Guen, rassemblant l ensemble des groupes politiques siégeant au Conseil de Paris, s est réuni pour étudier, analyser et débattre de ces transformations sanitaires importantes. 2

3 De janvier à avril 2010, ce groupe de travail a mené des visites de terrain et des auditions associant les élu(e)s, l Etat, les administrations municipales, des universitaires, des gestionnaires mutualistes et associatifs, des représentants des médecins, des salariés et des usagers. A l issue de ces travaux, le programme parisien de développement de l offre de soins accessible de premier recours se structure sur les axes stratégiques et les préconisations suivantes : 1. Assurer un socle de soins accessibles de premier recours sur l ensemble du territoire et concentrer l effort sur les zones les plus gravement déficitaires. Les déséquilibres territoriaux de l offre de soins sur Paris, la relative désorganisation de la médecine libérale, la faible densité de la médecine générale à Paris et l importance des dépassements d honoraires sont des facteurs majeurs qui compromettent l accès aux soins de premier recours pour les Parisiens. La Ville de Paris entend promouvoir un accès à des soins accessibles sur tout son territoire. Pour ce faire, elle se mobilise pour pérenniser, favoriser, renforcer, développer, valoriser et accompagner la modernisation de l ensemble des composantes de l offre de soins de premier recours : consultations hospitalières, permanences d accès aux soins de santé (PASS), centres de santé, centres médicosociaux, maisons de santé, cabinets de groupe et activité de médecine libérale aux tarifs opposables à la sécurité sociale. Cette action doit, en outre, être renforcée à destination des territoires les plus gravement déficitaires et notamment le Nord-Est parisien (18 e, 19 e, 20 e ). 2. Soutenir la modernisation et la création de nouveaux Centres de santé, de Maisons de santé et de Pôles de santé Au sein de l ensemble de l offre de soins de premier recours accessibles, la Ville de Paris entend privilégier les formes coordonnées et regroupées de l exercice médical dans leur diversité: centres de santé (associatifs, mutualistes, municipaux), maisons de santé, pôles de santé. En effet, ces structures sont porteuses d un modèle d avenir car elles peuvent mettre en œuvre un projet médical et social d accès aux soins, d actions de prévention, de santé publique et d éducation thérapeutique. Elles offrent aux professionnels comme aux patients les avantages d un exercice coordonné, et de la continuité de la prise en charge. Elles constituent, enfin, un lieu de formation et un levier pour favoriser le maintien voire l implantation de nouveaux professionnels. La Ville de Paris se mobilise donc pour mettre en place un réel maillage et accompagner la modernisation et la création de nouveaux de nouvelles structures de médecine coordonnée et regroupée. 3

4 Pour se faire, la Ville de Paris se propose de mobiliser 2 millions d euros supplémentaires d ici à la fin de la mandature, pour soutenir des projets de centres de santé, de maisons de santé et de pôles de santé. L Agence régionale de santé et la Région seront également sollicitées pour participer à ce plan de renforcement. 3. Créer un label «Paris Santé» La Ville de Paris va créer un label «Paris santé». Ce label sera octroyé aux structures signataires de la charte «Paris Santé». Cette charte comportera un certain nombre d engagements au service du public pour les structures signataires : secteur 1, tiers payant, coordination, continuité et parcours de santé, informatisation, démarche qualité, accès aux droits, élaboration d un projet médical, actions de prévention et d éducation thérapeutique, développement de programmes de recherche et de coopération avec les hôpitaux En contrepartie, les structures signataires pourront bénéficier des actions de la collectivité parisienne pour soutenir, coordonner et valoriser leur action, notamment : - un engagement politique pour défendre et promouvoir la médecine coordonnée et regroupée - un soutien méthodologique à la prospection foncière, à l élaboration d un projet médical et d un projet de gestion durable visant l équilibre économique, - un soutien financier adapté à certains projets prioritaires de modernisation et développement - la recherche de loyers minorés en lien avec une activité d intérêt général - une participation aux actions de communication et de promotion engagées par la Ville - une participation aux initiatives de coordination 4. Développer la coordination, les échanges et le réseau entre les centres, les maisons de santé et les pôles de santé A l issue du travail d analyse approfondie réalisé par la Ville de Paris, il apparaît que les centres de santé à Paris - quels que soient leur gestionnaire (associatifs, mutualistes, municipaux, etc.) - souffrent d une insuffisante connaissance réciproque et pourraient grandement bénéficier d un environnement pérenne d échange, de coopération et de mutualisations. Paris a donc décidé de mettre en place et de financer une coordination de l ensemble des centres de santé sur son territoire. Cette coordination travaillera prioritairement sur les questions suivantes : - la création de partenariats, réseaux et filières de soins - les outils de communication (communication électronique, signalétique, journées d échanges, etc.) - les relations avec l assurance maladie - l impact de la nouvelle législation sur la biologie dans les centres de santé - l informatisation 4

5 Cette coordination assurera également un soutien à la création de groupements de coopération et d achat entre les centres de santé. Parallèlement, une plate-forme parisienne pour les maisons de santé sera créée. Cette plateforme aura pour missions d assurer l élaboration des diagnostics locaux de l offre de soins, un soutien à la construction des projets médicaux et de gestion, à la prospection foncière et à la constitution des équipes médicales. Enfin, une action spécifique de mise en réseau et coordination sera menée en faveur de l accès aux soins des personnes très précaires et désocialisées, avec notamment les Centres médico-sociaux, les PASS et les associations spécialisées. 5. Développer des projets stratégiques médicaux répondant à des priorités de santé publique Le rôle essentiel que sont appelés à jouer les structures de médecine regroupée dans les prochaines années pour le maintien d une offre de soin de premier recours à Paris doit nécessairement s accompagner de la mise en œuvre de projets médicaux innovants et stratégiques pour répondre à des priorités identifiées de santé publique. La Ville de Paris, par l intermédiaire de la coordination parisienne, entend favoriser et soutenir la réflexion sur ces problématiques émergentes de santé publique, l élaboration de ces projets médicaux d établissement, et la mise en place de commissions médicales d établissement. Les premières priorités de santé publique identifiées à ce jour sont : L accessibilité à un socle de soins primaires sur l ensemble du territoire ; La prise en charge des pathologies chroniques, en liaison avec les structures spécialisées (notamment diabète, obésité, cardio-vasculaire, cancer, gériatrie, IST, etc.) ; L offre gynécologique et le suivi des grossesses non risquées pendant les deux premiers trimestres ; L offre de soins pédiatriques ; L accès à la contraception et à l IVG médicamenteuse ; L accès aux soins pour les personnes en situation de handicap physique ou mental. Afin de renforcer l intérêt et l attractivité de la pratique médicale dans ces structures, les projets médicaux de ces établissements devront également, lorsque cela est possible, et en lien avec l université et l Inserm, comporter un volet d expérimentation, de formation et de recherche clinique. 5

6 6. Participer à la permanence des soins La permanence des soins, qui permet l accès à des soins le soir et le week-end, doit être une des composantes de ces nouvelles synergies entre les établissements de médecine regroupée, les hôpitaux et la médecine libérale. A Paris, le nombre de Maisons médicales de garde (MMG) progresse mais demeure insuffisant - on en dénombre 5 sur la capitale pour répondre à la demande de soins «non programmée» et permettre un désengorgement des urgences hospitalières. La coordination parisienne entend donc mobiliser les centres et les maisons de santé pour accueillir un maillage renforcé de la permanence des soins sur Paris. L information du public sur l existence et les implantations géographiques de ces MMG doit également être renforcée. 7. Porter des préconisations communes vis-à-vis des pouvoirs publics Les établissements de médecine coordonnée et regroupée sont confrontés au défi d une fragilité financière structurelle, liée notamment à leurs obligations et à leurs missions d intérêt général. Dans ce contexte, et avec le souci du renforcement de ce maillon indispensable de l offre de soins, Paris donne également comme mission à la coordination parisienne de faire émerger une plateforme commune de préconisation et de négociation vis-à-vis des pouvoirs publics, et de participer activement aux futurs débats, législatifs, régionaux et locaux. En effet, les atouts, les spécificités et les contraintes de cette médecine coordonnée et accessible doivent être davantage connus, reconnus et pris en compte (gestion du tiers payant, financement de la coordination et de l informatisation, expérimentation de la délégation de taches et des nouveaux modes de rémunération, soutien aux actions de prévention et d éducation thérapeutique) 8. Moderniser et investir dans les centres de santé à gestion municipale La Ville de Paris doit également participer à cette mise en dynamique de l offre regroupée en tant que gestionnaire de centres, pour développer d un point de vue quantitatif et qualitatif son offre de soin, et mieux répondre aux besoins de santé des Parisiens. Les centres municipaux sont en effet dans des situations très contrastées. Certains sont confrontés à de profondes difficultés, liées au caractère exigu ou inadapté des locaux, à l offre médicale et aux horaires, d autres présentent un potentiel de développement considérable. La collectivité parisienne s engage donc dans un programme de modernisation et de développement de son offre, qui repose sur une politique d investissement 6

7 soutenu dans ses centres (restructuration des locaux, achat de matériel et de fauteuils dentaires, etc.), l élargissement des horaires dans les centres à forte file active pour offrir un service adapté aux rythmes de vie du public, des redéploiements d équipes sans suppression d effectifs pour permettre ces élargissements d horaire et l élaboration de projets médicaux d établissements ambitieux et de partenariats avec l AP-HP et les autres offreurs de soins. Les locaux libérés par ces redéploiements dans le 11 ème et le 17 ème arrondissements seront ainsi réaffectés par le Centre d action sociale de la Ville de Paris pour offrir aux arrondissements concernés de nouvelles prestations médico-sociales. Une nouvelle offre médicale, conforme aux standards de qualité d accueil et de soins que nous voulons promouvoir, sera par ailleurs développée pour garantir aux populations une continuité et un accroissement de l offre de soins de premier recours. 9. Nouer des partenariats ambitieux avec l hôpital Une synergie plus forte doit être tissée, entre les centres de santé et l hôpital, notamment l AP HP. La Ville de Paris s engage à favoriser et accompagner l émergence et le renforcement de liens organiques entre ces différentes structures de soins, notamment : - en matière d adressage et de filières de soins lisibles entre les structures et les services de l AP-HP ; - dans le cadre de formations professionnelles communes, et d expérimentations des transferts de charges et de compétences - de coopérations en matière de recherche clinique ; - dans le cadre de la mise en place d outils informatiques partagés. 10. Créer un guichet unique pour l accompagnement des installations et le regroupement de professionnel de santé L installation des médecins de ville à Paris, fortement déclinante aujourd hui, doit être favorisée. Pour ce faire, la Ville de Paris engagera, avec la Région, l ARS et des représentants des professionnels de santé, une réflexion pour créer un guichet unique à destination des professionnels de santé. Ce guichet unique aura pour missions principales d informer les médecins et les professions para-médicales en formation et de promouvoir auprès d eux l installation en ville, d accompagner les démarches de diagnostic local, de prospection foncière et d installation et de soutenir méthodologiquement le portage des projets d installation, notamment sous forme regroupée. 7

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013 Dossier de Presse Mercredi 10 juillet 2013 Pacte territoire santé Provence-Alpes-Côte d Azur Un pacte, pour quoi faire? Le pacte territoire santé vise à garantir et à renforcer l accès aux soins, en particulier

Plus en détail

Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés

Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés Les préconisations du rapport se situent à trois niveaux Au niveau local : promouvoir les «équipes citoyennes» qui agissent

Plus en détail

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Date de dépôt des candidatures : 1 er juillet 30 septembre 2014 1 er janvier 31 mars 2015 APPEL A PROJETS DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Cahier des charges

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

Le Conseil général de la Loire s associe à la. Journée mondiale de la maladie d Alzheimer

Le Conseil général de la Loire s associe à la. Journée mondiale de la maladie d Alzheimer M e r c r e d i 2 1 s e p t e m b r e 2 0 1 1 Dossier de presse Le Conseil général de la Loire s associe à la Journée mondiale de la maladie d Alzheimer par Claude BOURDELLE, vice-président du conseil

Plus en détail

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Action 1 : Améliorer l accessibilité à l offre de soins pour les personnes âgées et personnes en situation de handicap isolées notamment

Plus en détail

Les maisons de santé de proximité en Languedoc-Roussillon

Les maisons de santé de proximité en Languedoc-Roussillon Les maisons de santé de proximité en Languedoc-Roussillon Signature de la convention régionale relative aux maisons de santé de proximité Mercredi 16 juillet 2008 Georges Frêche, Président de la Région

Plus en détail

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent PLAN NATIONAL 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l accompagnement en fin de vie SYNTHESE RAPPEL DES 4 AXES AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui

Plus en détail

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Si les conditions physiques telles que l âge, les antécédents, mais aussi des facteurs sociaux, psychiques et culturels influencent

Plus en détail

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations:

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations: PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE ET LA REGION CENTRE POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN DES METIERS DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL I : Contexte: Le schéma régional des

Plus en détail

territ Contact : Ministère Bureau.scf

territ Contact : Ministère Bureau.scf Le «Pacte Bureau.scf territ oire-santé» Pour lutter contre les déserts médicaux 13 décembree 2012 DOSSIER DE PRESS SE Contact : Ministère des Affaires sociales et de la santé 01 40 56 60 65 Communiqué

Plus en détail

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N

Plus en détail

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020.

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. 2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. Mesdames, Messieurs, Projet de délibération Exposé des motifs Fin 2015, grâce à l effort

Plus en détail

12 engagements pour lutter contre les déserts médicaux

12 engagements pour lutter contre les déserts médicaux 12 engagements g g pour lutter contre les déserts médicaux 1 pacte, 3 objectifs, 12 engagements Changer la formation et faciliter l installation des jeunes médecins engagement 1 Un stage en médecine générale

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

LES ESPACES INTERRÉGIONAUX 2014-2020 EN FRANCE

LES ESPACES INTERRÉGIONAUX 2014-2020 EN FRANCE LES ESPACES INTERRÉGIONAUX 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE les programmes européens Les massifs montagneux, ainsi que les bassins fluviaux, sont des territoires qui se caractérisent par des enjeux de développement

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

«Résidences de la réussite»

«Résidences de la réussite» «Résidences de la réussite» REFERENTIEL NATIONAL MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE L'enseignement supérieur privé: CODIR du 7 mars 2014 1 Les résidences

Plus en détail

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N Page 1 sur 8 PROJET SELECTIONNE PAR LE CCAH EMPLOI ET FORMATION APF INITY, le réseau favorisant l insertion professionnelle (Gard Languedoc Roussillon) La Délégation départementale APF du Gard crée et

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

Actionsdes MUTUELLES

Actionsdes MUTUELLES 10 Actions des MUTUELLES POLITIQUE DE LA MUTUALITE FRANÇAISE EN FAVEUR DES SOINS DE PREMIER RECOURS FACILITER L ACCÈS AUX SOINS ET RÉDUIRE LES RESTES À CHARGE Comment rendre l accès aux soins plus facile?

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE janvier 2014 Décembre 2015 NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé propose aux acteurs de l acccompagnement des structures une série

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Région Haute-Normandie DIAGNOSTIC TERRITORIAL - FICHE DE SYNTHESE STRATEGIQUE

Région Haute-Normandie DIAGNOSTIC TERRITORIAL - FICHE DE SYNTHESE STRATEGIQUE DIAGNOSTIC TERRITORIAL - FICHE DE SYNTHESE STRATEGIQUE La région Haute-Normandie présente des atouts multiples et variés, qu ils soient d ordre sociodémographique, économique, géographique ou environnemental.

Plus en détail

Le numérique au service de l École

Le numérique au service de l École Le numérique au service de l École L essentiel > Notre monde connaît aujourd hui avec le numérique une rupture technologique aussi importante que celle de l invention de l imprimerie au XV e siècle. La

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Emplois d avenir : signature de 4 contrats à la mairie de Castelnau-le-Lez le 14 mai 2013 à 15 h 30

DOSSIER DE PRESSE Emplois d avenir : signature de 4 contrats à la mairie de Castelnau-le-Lez le 14 mai 2013 à 15 h 30 PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE Emplois d avenir : signature de 4 contrats à la mairie de Castelnau-le-Lez le 14 mai 2013 à 15 h 30 Les Emplois d'avenir en Languedoc-Roussillon en quelques chiffres

Plus en détail

Lancement du chantier Eurartisanat. Monsieur François REBSAMEN Ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social

Lancement du chantier Eurartisanat. Monsieur François REBSAMEN Ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Lancement du chantier Eurartisanat Monsieur François REBSAMEN Ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social 22 mai 2015 DISCOURS Seul le prononcé fait foi Monsieur

Plus en détail

L approche territoriale pour répondre à la demande et à l organisation des soins de premier recours

L approche territoriale pour répondre à la demande et à l organisation des soins de premier recours Direction adjointe de l'offre ambulatoire et de la coordination des acteurs Pôle organisation des soins Juin 2012 Affaire suivie par : Arnaud GANNE L approche territoriale pour répondre à la demande et

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF TERRITORIAL 2013-2015

PROJET ÉDUCATIF TERRITORIAL 2013-2015 PROJET ÉDUCATIF TERRITORIAL 2013-2015 Entre les soussignés LE DÉPARTEMENT DE LA SEINE-SAINT-DENIS Hôtel du Département 93006 Bobigny Cedex Représenté par Monsieur Stéphane Troussel, Président du Conseil

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail

Projet de Loi de Santé. Réunion d'information. Caen jeudi 11 décembre

Projet de Loi de Santé. Réunion d'information. Caen jeudi 11 décembre Projet de Loi de Santé Réunion d'information Caen jeudi 11 décembre 1 Avec le soutien de l ensemble des syndicats et représentants de la médecine libérale en Basse-Normandie 2 57 articles dont la plupart

Plus en détail

Plateforme commune. Etat- Régions : ensemble pour l emploi

Plateforme commune. Etat- Régions : ensemble pour l emploi Plateforme commune Etat- Régions : ensemble pour l emploi L Etat et les Régions s allient pour mener la bataille de l emploi et impulsent une nouvelle façon de travailler ensemble par la signature d une

Plus en détail

Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant

Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant La présence artistique en Ile-de-France est constituée par la présence régulière et perceptible au sein des lieux du spectacle vivant,

Plus en détail

Conclusions de la journée de mobilisation pour l apprentissage du 19 septembre 2014

Conclusions de la journée de mobilisation pour l apprentissage du 19 septembre 2014 Conclusions de la journée de mobilisation pour l apprentissage du 19 septembre 2014 La Grande conférence sociale des 7 et 8 juillet 2014 a rappelé le rôle de l apprentissage pour l intégration des jeunes

Plus en détail

Le Schéma Départemental en faveur des Personnes Agées. Réunion de lancement de la démarche d Actualisation 29 mars 2012

Le Schéma Départemental en faveur des Personnes Agées. Réunion de lancement de la démarche d Actualisation 29 mars 2012 Le Schéma Départemental en faveur des Personnes Agées Réunion de lancement de la démarche d Actualisation 29 mars 2012 Le schéma: outil de planification Document opposable, adopté pour 5 ans par le Conseil

Plus en détail

COMMUNAUTE URBAINE DE CHERBOURG

COMMUNAUTE URBAINE DE CHERBOURG CONSEIL REGIONAL DE BASSE NORMANDIE PREFECTURE DE LA REGION BASSE NORMANDIE COMMUNAUTE URBAINE DE CHERBOURG Contrat d'agglomération en application de l'article 29 de la loi du 25 juin 1999 Entre et - l'état,

Plus en détail

SANOFI, UNE ENTREPRISE STRATÉGIQUE AU CARREFOUR DES ENJEUX DE COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE

SANOFI, UNE ENTREPRISE STRATÉGIQUE AU CARREFOUR DES ENJEUX DE COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE SANOFI, UNE ENTREPRISE STRATÉGIQUE AU CARREFOUR DES ENJEUX DE COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE Engagé dans une compétition internationale, Sanofi a fait le choix de la France pour y baser ses principales activités

Plus en détail

Evolution des structures de formation, un enjeu pour l avenir. Martine SOMMELETTE Présidente CEFIEC

Evolution des structures de formation, un enjeu pour l avenir. Martine SOMMELETTE Présidente CEFIEC Evolution des structures de formation, un enjeu pour l avenir Martine SOMMELETTE Présidente CEFIEC Des éléments de réflexion préalable Profession d infirmier et d infirmière Spécifique du domaine de la

Plus en détail

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme :

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme : Mesdames et Messieurs, Au regard d une analyse de la situation des aidants sur le plan national, au regard des rencontres avec les principaux acteurs de l accompagnement des aidants familiaux en Maine

Plus en détail

Signature de la convention P.N.R.Q.A.D entre la Ville de Sedan et l Etat

Signature de la convention P.N.R.Q.A.D entre la Ville de Sedan et l Etat Signature de la convention P.N.R.Q.A.D entre la Ville de Sedan et l Etat Mardi 16 octobre 2012 Dossier de Presse 1 SOMMAIRE Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés page 3 Un

Plus en détail

Appel à projets d économie sociale et solidaire «Structurer et augmenter les temps de travail des intervenants du secteur des services à la personne».

Appel à projets d économie sociale et solidaire «Structurer et augmenter les temps de travail des intervenants du secteur des services à la personne». Appel à projets d économie sociale et solidaire «Structurer et augmenter les temps de travail des intervenants du secteur des services à la personne». Contexte de l appel à projets Quelques caractéristiques

Plus en détail

Projet Éducatif Territorial 2013-2015

Projet Éducatif Territorial 2013-2015 Entre les soussignés LE DÉPARTEMENT DE LA SEINE-SAINT-DENIS Hôtel du Département 93006 Bobigny Cedex Représenté par Monsieur Stéphane Troussel, Président du Conseil général de la Seine- Saint-Denis agissant

Plus en détail

Partenariat ADECA75/ASV13

Partenariat ADECA75/ASV13 Journée d'information et d'échanges organisée dans le cadre du partenariat Acsé/INCa : Accompagner la lutte contre les cancers dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville Partenariat ADECA75/ASV13

Plus en détail

la Ville de Meaux entame une transformation sans précédent favorisant la croissance démographique de notre territoire

la Ville de Meaux entame une transformation sans précédent favorisant la croissance démographique de notre territoire ÉDITO Mesdames, Messieurs les professionnels de santé, Depuis plusieurs années, la Ville de Meaux entame une transformation sans précédent favorisant la croissance démographique de notre territoire. Dans

Plus en détail

ACCORD CADRE entre. le secrétariat d Etat chargé de l Enseignement supérieur et de la recherche SCHNEIDER ELECTRIC FRANCE

ACCORD CADRE entre. le secrétariat d Etat chargé de l Enseignement supérieur et de la recherche SCHNEIDER ELECTRIC FRANCE ACCORD CADRE entre le secrétariat d Etat chargé de l Enseignement supérieur et de la recherche ET SCHNEIDER ELECTRIC FRANCE La secrétaire d Etat chargée de l enseignement supérieur et de la recherche Le

Plus en détail

www.vision-2018.org - 25 -

www.vision-2018.org - 25 - www.vision-2018.org - 25 - La navigation intérieure est un mode de transport dynamique et tourné vers l avenir. Par la «Vision 2018», la Commission Centrale pour la Navigation du Rhin (CCNR) se fixe pour

Plus en détail

Les Contrats éducatifs

Les Contrats éducatifs Les Contrats éducatifs locaux en 2010 31 CEL (39 en 2009) 110 500 de participation de l Etat 103 porteurs pour 270 actions 31 collectivités et 72 associations A - La subvention d Etat Dispositif 2010 -

Plus en détail

Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires

Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires PROPOSITIONS D AMENDEMENTS DE L UNASEA L UNASEA est favorable à l objectif affiché

Plus en détail

AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales

AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales AMO Elaboration du Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales Groupe de travail 4.1 : Universitarisation des formations paramédicales et de sages-femmes Dijon, le jeudi 14 mars 2013 Personnes

Plus en détail

Démarche de mise en œuvre Territoire Touristique Adapté support du label national Destination pour tous

Démarche de mise en œuvre Territoire Touristique Adapté support du label national Destination pour tous Démarche de mise en œuvre Territoire Touristique Adapté support du label national Destination pour tous PROCEDURE HERAULT TOURISME Mars 2012 Maison du Tourisme, av. des Moulins, 34184 Montpellier Cedex

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Un pôle social au côté des pôles de compétitivité

Un pôle social au côté des pôles de compétitivité Bruxelles, le 13 novembre 2015. POSITION DU BUREAU DE L IW Un pôle social au côté des pôles de compétitivité L exemple de la politique wallonne en réponse au défi du vieillissement de la population 1.

Plus en détail

Lien hôpital ville. - douleur chronique

Lien hôpital ville. - douleur chronique Lien hôpital ville - douleur chronique 1 ere année Cette labellisation vise à distinguer des expériences exemplaires et des projets innovants traduisant l'engagement dans la promotion des droits des patients.

Plus en détail

Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne

Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne Permettre aux personnes en situation d exclusion, de retrouver leur autonomie, leur dignité et leur place dans la société; faciliter et encourager le retour

Plus en détail

Charte Bois Construction Rénovation Environnement Basse-Normandie

Charte Bois Construction Rénovation Environnement Basse-Normandie Charte Bois Construction Rénovation Environnement Basse-Normandie Un programme pour l environnement, par le développement de la Filière Bois Construction & Rénovation en Région Basse-Normandie 2015 2020

Plus en détail

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Si le projet de loi «hôpital, patients, santé, territoires» a pour ambition

Plus en détail

Loi de Financement de la sécurité sociale pour 2014

Loi de Financement de la sécurité sociale pour 2014 Loi de Financement de la sécurité sociale pour 2014 Eléments de contexte : Compte tenu d une croissance du PIB de 0,9% et de la masse salariale privée de 2,2% attendues en 2014, le déficit de la sécurité

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Aide sociale à l enfance. Paris lance un nouveau programme d actions (2010-2014) en faveur de 26 000 enfants et jeunes en difficulté

Aide sociale à l enfance. Paris lance un nouveau programme d actions (2010-2014) en faveur de 26 000 enfants et jeunes en difficulté DOSSIER DE PRESSE Février 2010 Aide sociale à l enfance Paris lance un nouveau programme d actions (2010-2014) en faveur de 26 000 enfants et jeunes en difficulté sous la responsabilité de Myriam El Khomri

Plus en détail

AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE

AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE ORIENTATIONS STRATEGIQUES N 10 : Animer et développer la production touristique : produits, équipements et hébergements N 11 : Favoriser la professionnalisation

Plus en détail

Union Nationale des Entreprises Adaptées

Union Nationale des Entreprises Adaptées Union Nationale des Entreprises Adaptées Une valeur ajoutée humaine et sociale «La manière dont une société favorise l insertion des personnes handicapées est révélatrice de son degré d humanité» L Entreprise

Plus en détail

AVIS DU CIUF. 14 juin 2011. La formation initiale des enseignants

AVIS DU CIUF. 14 juin 2011. La formation initiale des enseignants AVIS DU CIUF 14 juin 2011 La formation initiale des enseignants La formation des enseignants en Communauté française Prise de position du CIUF 1. Préambule L allongement de la formation initiale des enseignants

Plus en détail

Jeunes Entreprises & Les grandes entreprises s engagent à investir durablement dans la formation et l emploi des jeunes

Jeunes Entreprises & Les grandes entreprises s engagent à investir durablement dans la formation et l emploi des jeunes Jeunes Entreprises & Les grandes entreprises s engagent à investir durablement dans la formation et l emploi des jeunes Jeunes & Entreprises Les grandes entreprises s engagent à investir durablement dans

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Arrêté du 4 mai 2011 fixant le cahier des charges relatif au label national «Orientation pour tous - pôle

Plus en détail

PLAN NATIONAL 2015-2018

PLAN NATIONAL 2015-2018 PLAN NATIONAL 2015-2018 pour le DEVELOPPEMENT des SOINS PALLIATIFS et l ACCOMPAGNEMENT en FIN DE VIE 1 Sommaire PREFACE.....6 SYNTHESE... 8 LES AMBITIONS DU PLAN..10 LES ACTIONS DU PLAN......11 AXE 1 -

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL PRÉAMBULE En concluant le Protocole du 17 juillet 1981 relatif au temps de travail,

Plus en détail

PLAN D ACTIONS RELATIF A LA DISPONIBILITE DES SAPEURS-POMPIERS VOLONTAIRES. 1. Introduction

PLAN D ACTIONS RELATIF A LA DISPONIBILITE DES SAPEURS-POMPIERS VOLONTAIRES. 1. Introduction PLAN D ACTIONS RELATIF A LA DISPONIBILITE DES SAPEURS-POMPIERS VOLONTAIRES 1. Introduction Plusieurs dispositions ont été adoptées pour conforter l'engagement des 200 000 sapeurs - pompiers volontaires.

Plus en détail

PLAN REGIONAL POUR DES EXPERIMENTATIONS D ACTIONS EN FAVEUR DES JEUNES DE 16 A 25 ANS «PERDUS DE VUE»

PLAN REGIONAL POUR DES EXPERIMENTATIONS D ACTIONS EN FAVEUR DES JEUNES DE 16 A 25 ANS «PERDUS DE VUE» PLAN REGIONAL POUR DES EXPERIMENTATIONS D ACTIONS EN FAVEUR DES JEUNES DE 16 A 25 ANS «PERDUS DE VUE» REGION ALSACE 1 CAHIER DES CHARGES FINALITES - Développer des actions d accompagnement des jeunes «perdus

Plus en détail

REGLEMENT DU CONCOURS D IDEES : IMAGINEZ LA BIBLIOTHEQUE UNIVERSITAIRE DU XXIème SIECLE

REGLEMENT DU CONCOURS D IDEES : IMAGINEZ LA BIBLIOTHEQUE UNIVERSITAIRE DU XXIème SIECLE REGLEMENT DU CONCOURS D IDEES : IMAGINEZ LA BIBLIOTHEQUE UNIVERSITAIRE DU XXIème SIECLE Date d ouverture : lundi 2 mars 2015 Date limite de dépôt des projets: vendredi 29 mai 2015 Comité de sélection :

Plus en détail

Valérie Létard, Secrétaire d Etat à la Solidarité DOSSIER DE PRESSE

Valérie Létard, Secrétaire d Etat à la Solidarité DOSSIER DE PRESSE Valérie Létard, Secrétaire d Etat à la Solidarité DOSSIER DE PRESSE Le gouvernement remet un rapport au Parlement sur la mise en œuvre de la politique du handicap, 4 ans après le vote de la loi du 11 février

Plus en détail

Préparation du projet de loi «Patients, santé, territoire» DDGOS/DAS/DPREV 1

Préparation du projet de loi «Patients, santé, territoire» DDGOS/DAS/DPREV 1 Préparation du projet de loi «Patients, santé, territoire» DDGOS/DAS/DPREV 1 4 Missions pour moderniser le système de santé 4 missions ont été commanditées par le gouvernement et menées avec l appui du

Plus en détail

Séance du Conseil Métropolitain du 23 janvier 2014

Séance du Conseil Métropolitain du 23 janvier 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE Séance du Conseil Métropolitain du 23 janvier 2014 Lyon, le 23 janvier 2014 Le Conseil Métropolitain, réunissant les élus de la communauté urbaine de Lyon et des communautés d'agglomération

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Dans cet objectif, le présent rapport d activité est organisé comme suit : Programme Hôpital numérique Rapport d activité 2013

AVANT-PROPOS. Dans cet objectif, le présent rapport d activité est organisé comme suit : Programme Hôpital numérique Rapport d activité 2013 AVANT-PROPOS Lancé fin novembre 2011 avec la publication du guide des indicateurs des pré-requis et des domaines fonctionnels prioritaires, le programme Hôpital numérique, plan stratégique de développement

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Contribution de la CPCA Centre à la préparation du Contrat de Plan Etat Région 2014-2020

Contribution de la CPCA Centre à la préparation du Contrat de Plan Etat Région 2014-2020 Contribution de la CPCA Centre à la préparation du Contrat de Plan Etat Région 2014-2020 Porteuses d une autre approche du développement, les associations ont depuis toujours inscrit leur action au plus

Plus en détail

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 De l infirmier du travail à l infirmier spécialisé en santé au travail : reconnaître l infirmier comme

Plus en détail

Santé Les propositions du Manifeste des Entreprises du Médicament pour l avenir de la France

Santé Les propositions du Manifeste des Entreprises du Médicament pour l avenir de la France 2007 Priorité Santé Les propositions du Manifeste des Entreprises du Médicament pour l avenir de la France Au nom des 25 000 chercheurs de nos entreprises dans les Sciences de la vie Au nom des 300 000

Plus en détail

CPRDFP : LE TABLEAU DE BORD

CPRDFP : LE TABLEAU DE BORD CPRDFP : LE TABLEAU DE BORD au 30 juin 2013 «Pour être efficaces les politiques conduites doivent être coordonnées et complémentaires. Le pilotage coordonné des dispositifs de l État, de la Région, des

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Le Gouvernement a fait le choix d une loi d orientation et de programmation, inscrivant la totalité

Plus en détail

Syndicat National des Médecins de Protection Maternelle et Infantile (S.N.M.P.M.I.) Ouvrir de nouveaux horizons pour la PMI

Syndicat National des Médecins de Protection Maternelle et Infantile (S.N.M.P.M.I.) Ouvrir de nouveaux horizons pour la PMI Union Confédérale des Médecins Salariés de France Siège social, secrétariat : 65-67 rue d Amsterdam 75008 Paris Tél : 01.40.23.04.10 Fax : 01.40.23.03.12 Mél : contact@snmpmi.org Site internet : www.snmpmi.org

Plus en détail

Plan Stratégique 2010-2014

Plan Stratégique 2010-2014 Plan Stratégique 2010-2014 Sommaire 1. Introduction : l AP-HP demain, une institution qui sait s adapter aux évolutions des besoins et du système de santé 1.1. Les défis pour l'ap-hp de demain 1.2. Des

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Synthèse programme PS / Enseignement

Synthèse programme PS / Enseignement Synthèse programme PS / Enseignement L école reste un des principaux leviers pour assurer le bien-être des citoyens. Elle doit permettre de développer des compétences qui permettront à chacun de s épanouir

Plus en détail

L organisation des services médicaux de première ligne à Montréal

L organisation des services médicaux de première ligne à Montréal Trousse d information L organisation des services médicaux de première ligne à Novembre 2004 L organisation des services médicaux de première ligne à Centre de santé et de services sociaux de La Petite

Plus en détail

Nouveau Contrat de Ville

Nouveau Contrat de Ville Nouveau Contrat de Ville La Loi du 21 février 2014, dite Loi Lamy, a considérablement modifié la politique de la ville afin de la rendre plus lisible, plus cohérente et plus efficace. Une nouvelle génération

Plus en détail

LA REFORME DE NOTRE SYSTEME DE SANTE SE MET EN PLACE l UDAF 37 s organise en conséquence

LA REFORME DE NOTRE SYSTEME DE SANTE SE MET EN PLACE l UDAF 37 s organise en conséquence LA REFORME DE NOTRE SYSTEME DE SANTE SE MET EN PLACE l UDAF 37 s organise en conséquence La loi hôpital, patients, santé et territoires (loi HPST) du 21 juillet 2009 modifie en profondeur l organisation

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A :

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A : Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l enfance et de la famille Bureau Famille et parentalités Personnes chargées

Plus en détail

dossier de presse par, président du conseil général de la Loire La prise en charge des enfants et adolescents : 2 La prise en charge des adultes : 3

dossier de presse par, président du conseil général de la Loire La prise en charge des enfants et adolescents : 2 La prise en charge des adultes : 3 s a m e d i 2 3 j u i n 2 0 0 7 dossier de presse par, président du conseil général de la Loire La prise en charge des enfants et adolescents : 2 La prise en charge des adultes : 3! Les activités financées

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

Clinique Juridique Paris 8 CHARTE DE FONCTIONNEMENT

Clinique Juridique Paris 8 CHARTE DE FONCTIONNEMENT Clinique Juridique Paris 8 CHARTE DE FONCTIONNEMENT 1 Charte de la Clinique juridique de l Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis La Clinique juridique de Paris 8 permet la validation d Unité d Enseignement

Plus en détail

ACCORD-CADRE DE COOPERATION

ACCORD-CADRE DE COOPERATION ACCORD-CADRE DE COOPERATION ENTRE Le Groupe AREVA 27-29 rue Le Peletier 75433 Paris cedex 09 Représenté par son Directeur des Ressources Humaines, Philippe VIVIEN Le ministère de l emploi, de la cohésion

Plus en détail

Charte de partenariat du CLIC Métropole Nord Ouest Renseignements et informations : Monsieur Olivier MILOWSKI, Directeur, CLIC Métropole Nord Ouest, 100 rue du Général Leclerc 59350 SAINT ANDRE Téléphone

Plus en détail