L ACTIVITE. Evolution de l'activité industrielle secteur privé. Evolution de l'activité industrielle secteur public

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ACTIVITE. Evolution de l'activité industrielle secteur privé. Evolution de l'activité industrielle secteur public"

Transcription

1 N 729 ENQUETE SUR LA SITUATION ET LES PERSPECTIVES DANS L INDUSTRIE AU - TROISIEME TRIMESTRE L enquête d opinion auprès des chefs d entreprise industrielle, initiée par les services de l ONS couvre plusieurs domaines non traités par les enquêtes traditionnelles (la maind œuvre, la trésorerie, l équipement, la demande et la distribution), mais elle ne les décrit pas de façon quantitative, elle les appréhende à travers un recueil d opinions des chefs d entreprise. Les tendances sont présentées par des courbes, elles traduisent des soldes d opinion ou des proportions (voir page 8). Les points situés au-dessus de la ligne zéro correspondent toujours à des réponses indiquant une augmentation ou un niveau supérieur, les points au-dessous de la ligne zéro traduisent une diminution. L ACTIVITE L activité industrielle est demeurée stable durant ce troisième trimestre 215, selon les chefs d entreprise publique enquêtés. Plus de 72% du potentiel de production du secteur public et 83% de celui du privé ont utilisé leurs capacités de production à plus de 5%. Le niveau d approvisionnement en matières premières a été égal à la demande exprimée pour plus de 88% des enquêtés du privé, tandis qu il a été inférieur pour près de 28% de ceux du public, ce qui a engendré des ruptures de stocks à près de 34% d entre eux, causant des arrêts de travail, allant jusqu à 59 jours. Plus de 2% du potentiel de production du public et plus de 32% de celui du privé ont connu des pannes d électricité causant des arrêts de travail inférieurs à 12 jours pour la majorité des concernés des premiers et inférieur à 6 jours pour la plupart des seconds. Par ailleurs, l approvisionnement en eau a été suffisant selon près de 9% des enquêtés des premiers et plus de 62% des seconds Evolution de l'activité industrielle secteur privé secteur public Directeur de la publication : Mounir Khaled BERRAH Ce numéro est élaboré par la Direction Technique chargée des statistiques des entreprises et du suivi de la conjoncture ISSN Prix = 4 DA décembre 215 Site Web: ONS Avenue Belkacemi Mohamed- ravin de la femme sauvage El Anasser Alger - : : Courriel:

2 2 LA DEMANDE La demande en produits fabriqués poursuit sa tendance à la hausse durant ce troisième trimestre 215 selon les chefs d entreprise publique, tandis qu elle a relativement baissé selon ceux du privé. Près de 59% des chefs d entreprise des premiers et plus 93% des seconds ont satisfait toutes les commandes reçues et il subsiste des stocks de produits fabriqués selon la plupart, situation jugée normale par 67% des concernés publics et 49% de ceux du privé. Plus de 33% des industriels publics ont rencontré des problèmes de transport durant ce trimestre Tendance de la demande secteur privé Tendance de la demande secteur public LA MAIN D ŒUVRE Avec l installation de nouvelles capacités de production et la hausse du volume des commandes, les effectifs ont encore augmenté durant ce troisième trimestre 215. La hausse est plus prononcée pour le secteur public. Près de 72% des chefs d entreprise publique et plus de 74% de ceux du privé jugent le niveau de qualification du personnel suffisant. Toutefois, près de 11% des premiers et près de 59% des seconds déclarent avoir trouvé des difficultés à recruter notamment du personnel d encadrement. Le taux d absentéisme a été inférieur au trimestre précédent selon plus de 47% des enquêtés du secteur public et reste égal selon la majorité de ceux du privé. Prés de 94% des chefs d entreprise publique enquêtés et plus de 53% de ceux du privé déclarent ne pas pouvoir produire davantage en embauchant du personnel supplémentaire. À cause de conflits sociaux, plus de 6% du potentiel de production du secteur public et 2% seulement de ceux du privé ont connu des arrêts de travail, inférieurs à 6 jours. Evolution des effectifs (public) Evolution des effectifs (privé)

3 3 LA TRESORERIE L état de la trésorerie est jugé bon par près de 64% des chefs d entreprise publique et près de 36% de ceux du privé, néanmoins, il reste mauvais selon près de 21% des premiers et 8% des seconds. Toutefois, les charges élevées, l allongement des délais de remboursements continuent d influer sur l état de la trésorerie. Près de 15% du potentiel de production du secteur public et près de 64% de celui du privé ont recouru à des crédits bancaires. Près de 89% des premiers et plus de 32% des seconds n ont pas trouvé de difficultés à les contracter. Evolution de la trésorerie (public) Evolution de la trésorerie (privé) L EQUIPEMENT Pour des raisons essentiellement de vétusté des équipements, près de 6% du potentiel de production du secteur public et plus de 47% de celui du privé ont connu des pannes, engendrant des arrêts de travail atteignant plus de 3 jours pour près de 45% des premiers et jusqu à 13 jours pour la plupart des seconds. Plus de 88% des chefs d entreprise publique ont procédé à des remises en marche de leur équipement après une panne et plus de 76% des concernés des deux secteurs ont procédé à des renouvellements. Plus de 89% des chefs d entreprise du secteur public et plus de 72% de ceux du privé déclarent pouvoir produire davantage en renouvelant l équipement et sans embauche supplémentaire du personnel. PREVISION Pour le prochain trimestre et comparativement au précédent, les chefs d entreprise des deux secteurs prévoient de bonnes perspectives de leur activité, de la demande et des effectifs. Contrairement aux industriels publics qui prévoient une baisse des prix de vente, ceux du privé préconisent une stabilité. Par ailleurs, les chefs d entreprise des deux secteurs prévoient de bonnes perspectives de leur trésorerie Evolution des prix de vente secteur public Evolution des prix de vente secteur privé 7 1t6

4 4 EVOLUTION PAR SECTEUR D ACTIVITE 1- MINES ET CARRIERES Selon l opinion des chefs d entreprise, l activité dans les mines et carrières a baissé durant ce troisième trimestre 215. Les capacités de production utilisées se situent entre 5 et % selon la majorité des concernés. Près de 19% des enquêtés déclarent des commandes en matières premières inférieures à leurs besoins. La consommation d énergie est restée stable. La demande en produits fabriqués a baissé selon l opinion des chefs d entreprise enquêtés. Plus de 81% affirme avoir satisfait toutes les commandes reçues et il leur subsistait des stocks de produits fabriqués, situation jugée anormale. Près de 19% des enquêtés déclarent avoir rencontré des problémes de transport durant ce trimestre. Les effectifs ont baissé durant ce troisième trimestre 215. Plus de 84% des enquêtés sont satisfaits du niveau de qualification du personnel et plus de 78% déclarent avoir trouvé des difficultés à recruter du personnel d encadrement et de maîtrise. La majorité des enquêtés affirme ne pas produire davantage en embauchant du personnel supplémentaire. La majorité des concernés déclare ne pas connaitre de panne d équipement. Par ailleurs, ils affirment pouvoir produire davantage juste en réorganisant le processus de production sans renouvellement ni extension de leurs équipements secteur mines et carrières L état de la trésorerie est jugé normal selon plus de 98% des enquêtés du secteur. Néanmoins, la majorité a recouru à des crédits bancaires, contractés sans difficultés. Pour le prochain trimestre, les entrepreneurs des mines et carrières prévoient une hausse de l activité et de la demande avec une stabilité des prix de vente et des effectifs. Ils prévoient également une meilleure perspective de la trésorerie. 2- ISMMEE L activité industrielle dans les ISMMEE a connu une baisse durant ce troisième trimestre 215 par rapport au trimestre précédent. Près de % du potentiel de production ont utilisé leurs capacités de production à moins de %. Le degré de satisfaction des commandes en matières premières a été inférieur aux besoins exprimés selon plus de 46%, ce qui a engendré des ruptures de stocks pour plus de 57% d entre eux, causant des arrêts de travail allant jusqu à 59 jours. La consommation d énergie a baissé. Prés de 11% du potentiel de production a connu des pannes d électricité, causant des arrêts de travail allant jusqu à 12 jours. L approvisionnement en eau a été suffisant selon prés de 84% des enquêtés. La demande en produits fabriqués a baissé durant ce trimestre. Plus de 51% des chefs d entreprise enquêtés n ont pas satisfait toutes les commandes reçues et il subsiste des stocks de produits fabriqués pour près de 94%, situation jugée normale par près de 88% d entre eux. L état de la trésorerie est jugé bon selon près de 44% des chefs d entreprise enquêtés et est mauvais selon 34%. Les délais de remboursement des prêts et les charges élevées continuent d influer négativement sur l état de la trésorerie. Près de % du potentiel de production ont recouru à des crédits bancaires et 82% d entre eux n ont pas eu des difficultés à les contracter secteur des ISMMEE En raison, essentiellement, de la vétusté de l équipement, près de 78% des chefs d entreprise enquêtés ont connu des pannes, causant des arrêts de travail allant à plus de 3 jours pour près de la moitié d entre eux. Cependant, près de 76% des concernés ont remis en marche leur équipement dont plus de 45% ont procédé à son renouvellement. Près de 84% des chefs d entreprise enquêtés déclarent pouvoir produire davantage avec un renouvellement de l équipement et sans embauche supplémentaire du personnel. Plus de 11% déclarent pouvoir produire davantage juste en réorganisant le processus de production sans renouvellement ni extension. Suite aux difficultés d approvisionnements et à l arrêt de l équipement, les effectifs ont connu une baisse durant ce troisième trimestre 215. Près de 59% des chefs d entreprise enquêtés jugent le niveau de qualification du personnel insuffisant et près de

5 5 29% déclarent avoir rencontré des difficultés à en recruter. Pour des raisons de conflits sociaux, près de 11% des enquêtés du secteur ont connu des arrêts de travail, néanmoins, inférieurs à 6 jours. Pour le prochain trimestre, les chefs d entreprise prévoient une hausse de l activité et des effectifs. Par ailleurs, ils prévoient une baisse de la demande et des prix de vente. 3- MATERIAUX DE CONSTRUCTION Selon l opinion des chefs d entreprise enquêtés, l activité industrielle dans les matériaux de construction poursuit sa tendance à la hausse au cours de ce troisième trimestre 215. Près de l ensemble des enquêtés a utilisé ses capacités de production à plus de %. Le degré de satisfaction des commandes en matières premières a été inférieur à la demande exprimée selon plus de 46%. La consommation d énergie a augmenté durant ce trimestre et l ensemble est satisfait de l approvisionnement en eau. Avec la stabilité des prix de vente, la demande en matériaux de construction continue d augmenter durant ce trimestre, selon l opinion des chefs d entreprise enquêtés. L ensemble des enquêtés déclare avoir satisfait toutes les commandes reçues et il leur reste des stocks de produits, situation jugée anormale par plus de 64% d entre eux. Pour des raisons essentiellement de vétusté, plus de la moitié des enquêtés déclare avoir connu des pannes d équipement, causant des arrêts de travail, allant jusqu à 13 jours. Cependant, la majorité déclare avoir remis en marche l équipement et procédé à des renouvellements. L ensemble de ces derniers déclare pouvoir produire davantage juste avec un renouvellement de l équipement et sans embauche supplémentaire du personnel secteur matériaux de construction Avec la hausse du volume des commandes et l installation de nouvelles capacités de production, les effectifs continuent d augmenter durant ce trimestre selon l opinion des chefs d entreprise enquêtés. Près de 9% des entrepreneurs déclarent être satisfaits du niveau de qualification du personnel et plus de 92% n ont pas trouvé de difficultés à en recruter. Le taux d absentéisme a été inférieur par rapport au trimestre précédent selon 74%. Plus de 88% des enquêtés déclarent ne pas pouvoir produire davantage en embauchant du personnel. L état de la trésorerie est jugé bon selon près de l ensemble des chefs d entreprise enquêtés. Pour le prochain trimestre, les industriels des matériaux de construction prévoient une stabilité de l activité, de la demande et des prix de vente ainsi que des effectifs. Par ailleurs, ils prévoient une bonne perspective de leur trésorerie. 4- CHIMIE Selon l opinion des chefs d entreprise enquêtés, l activité dans l industrie chimique a baissé durant ce troisième trimestre 215. Le degré de satisfaction des commandes en matières premières a été égal à la demande exprimée selon la majorité des concernés. Néanmoins, près de 17% déclarent avoir eu des ruptures de stocks, causant des arrêts de travail allant jusqu à 29 jours. Près de 72% du potentiel de production ont connu des pannes d électricité engendrant des arrêts de travail allant jusqu à 12 jours pour la majorité. Près de 86% déclarent que l approvisionnement en eau a été suffisant durant ce trimestre. Avec la stabilité des prix de vente, la demande en produits fabriqués continue d augmenter durant ce troisième trimestre 215. Près de 33% des enquêtés n ont pas satisfait toutes les commandes reçues et il subsiste des stocks de produis fabriqués pour près de 92%, situation jugée anormale par près de 35% des concernés. Plus de 5% des chefs d entreprise enquêtés ont connu des problèmes de transport durant ce trimestre. Près de 81% des chefs d entreprise enquêtés déclarent avoir connu des pannes d équipement durant ce trimestre, engendrant des arrêts de travail inférieurs à 6 jours pour plus de 67% et allant de 13 à 3 jours pour près de 33%. Cependant, près de 7% ont remis en marche leur équipement et plus de 92% ont procédé à des renouvellements. Près de l ensemble des enquêtés déclare pouvoir produire davantage avec un renouvellement de l équipement et sans embauche supplémentaire du personnel. Avec la hausse du volume des commandes et l installation de nouvelles capacités de production, les effectifs ont augmenté durant ce trimestre selon l opinion des enquêtés. Environ, 95% des chefs d entreprise jugent le niveau de qualification du personnel suffisant et près de 76% déclarent avoir eu des difficultés à recruter, particulièrement, du personnel d encadrement. Le taux d absentéisme a été inférieur durant ce trimestre par rapport au trimestre précédent selon près de 44% secteur de la chimie

6 6 solde d'opinion L état de la trésorerie est jugé bon selon plus de 64% des chefs d entreprise enquêtés et reste mauvais selon plus de 15%. L allongement des délais de recouvrement des créances et la rigidité des prix continuent d influer négativement sur l état de la trésorerie. Près de 22% des enquêtés ont recouru à des crédits bancaires et prés de 93% n ont pas trouvé des difficultés à les contracter. Pour le trimestre prochain et par rapport au précédent, les chefs d entreprise prévoient une baisse de la production et des prix de vente. Par ailleurs, ils prévoient une hausse de la demande et des effectifs, ainsi qu une meilleure perspective de la trésorerie. 5- INDUSTRIES AGROALIMENTAIRES (IAA) Prés de 89% des enquêtés des IAA, ont utilisé leurs capacités de production à plus de 5%. Le degré de satisfaction des commandes en matières premières reste égal aux besoins exprimés selon l opinion de la majorité des enquêtés. Près de 6% ont connu des ruptures de stocks engendrant des arrêts de travail, inférieurs à 1 jours pour la plupart des concernés. Près de 48% ont enregistré des arrêts de travail, à cause des pannes d électricité, néanmoins, inférieurs à 6 jours pour la plupart. Près de 76% déclarent être suffisamment approvisionné en eau. La demande en produits fabriqués poursuit sa tendance à la hausse durant ce troisième trimestre 215 selon l opinion des chefs d entreprise enquêtés. Près de 33% des enquêtés n ont pas satisfait toutes les commandes reçues et il subsiste des stocks de produits fabriqués pour plus de 89%, situation jugée anormale par près de 52% des concernés. Près de 27% des enquêtés déclarent avoir rencontré des problèmes de transport durant ce trimestre. Selon l opinion des chefs d entreprise enquêtés, l état de la trésorerie est jugé bon selon 56% et reste normal selon près de 4%. Plus de 36% des chefs d entreprise ont recouru à des crédits bancaires et 78% n ont pas rencontré de difficultés à les contracter secteur agroalimentaire Avec la hausse du volume des commandes et de la mise en place de nouvelles capacités de production, les effectifs continuent d augmenter durant ce troisième trimestre 215, selon l opinion des chefs d entreprise enquêtés. Plus de % des chefs d entreprise jugent le niveau de qualification du personnel insuffisant et plus de 57% trouvent des difficultés à en recruter notamment le personnel d encadrement. Près de 57% des enquêtés estiment ne pas pouvoir produire davantage en embauchant du personnel supplémentaire. Le taux d absentéisme reste égal au trimestre précédent selon l opinion de la plupart des enquêtés. En raison, essentiellement, de la vétusté de l équipement, 57% du potentiel de production enquêté a enregistré des pannes au cours de ce trimestre, engendrant des arrêts de travail, inférieurs à 13 jours pour la majorité. Plus de 82% ont procédé à des renouvellements de l équipement et plus de 49% déclarent l avoir remis en marche. Près de 8% des enquêtés déclarent pouvoir produire davantage avec un renouvellement de l équipement et sans embauche supplémentaire du personnel. Pour le prochain trimestre et comparativement au précédent, les industriels des IAA prévoient une hausse de l activité, de la demande, des Les effectifs effectifs et sont une stabilité restés stables des prix durant de vente. ce Par ailleurs, ils prévoient de bonnes perspectives de leur trésorerie. trimestre. Plus de 35% des chefs d entreprise jugent que 6- TEXTILES le niveau de ET qualification CUIRS du personnel reste insuffisant et près de 85% juge que les entreprises ne vont Pour les pas industriels produire des davantage textiles, l activité en embauchant est demeurée du stable durant ce troisième trimestre 215, tandis que ceux des cuirs déclarent une hausse. Les capacités de production ont été utilisées à plus de % selon plus de 79% des concernés des textiles et personnel supplémentaire. la majorité de ceux des cuirs. Le degré de satisfaction des commandes en matières premières reste égal à la demande exprimée selon l opinion de la majorité des industriels des cuirs et reste inférieur pour près de 54% de ceux des textiles engendrant ainsi des ruptures de stocks à près de 31% d entre eux et causant des arrêts de travail allant de 1 à 29 jours pour la plupart. Plus de 66% des enquêtés des textiles ont connu des pannes d électricité conduisant à des arrêts de travail, néanmoins inférieurs à 6 jours. L approvisionnement en eau a été satisfaisant selon la majorité des chefs d entreprise des deux secteurs. La demande en produits finis s est stabilisée selon les industriels des textiles et a augmenté selon ceux des cuirs. Plus de 45% des enquêtés des textiles n ont pas satisfait toutes les commandes reçues et il subsiste des stocks de produits fabriqués, selon la majorité, situation jugée normale par plus de 86% des concernés. L état de la trésorerie est jugé bon selon la plupart des industriels des cuirs et est normal selon 71% de ceux des textiles. Toutefois, les charges trop élevées et l allongement des délais de recouvrement des créances ainsi que le remboursement des

7 7 emprunts continuent d influer sur l état de la trésorerie. Cependant, 27% des industriels des textiles ont recouru à des crédits bancaires et la majorité n a pas trouvé de difficultés à les contracter. En raison, essentiellement de la vétusté de l équipement et des problèmes de maintenance, plus de 67% du potentiel de production des textiles et la plupart de celui des cuirs ont connu des pannes d équipement, conduisant à des arrêts de travail allant jusqu à 13 jours. Près de 51% des industriels des textiles et la majorité de ceux des cuirs déclarent avoir remis en marche l équipement après une panne et près de 59% des premiers ont procédé à des extensions. Plus de 66% des enquêtés des textiles et près de 95% de ceux des cuirs déclarent pouvoir produire davantage avec un renouvellement de l équipement et sans embauche supplémentaire du personnel. Par ailleurs, près de 34% des enquêtés des textiles déclarent pouvoir produire davantage juste en réorganisant le processus de production sans renouvellement ni extension. Durant ce trimestre, les effectifs ont augmenté selon l opinion des chefs d entreprise des textiles et sont restés stables selon ceux des cuirs. Plus de 78% des premiers et près de 68% des seconds jugent le niveau de qualification du personnel suffisant. Néanmoins, près de 18% des industriels des textiles ont eu des difficultés à recruter notamment du personnel de maitrise et d exécution. Près de 57% des industriels des textiles et l ensemble de ceux des cuirs déclarent ne pas pouvoir produire davantage en embauchant du personnel supplémentaire. En prévision pour le trimestre prochain et par rapport au précédent, les industriels des textiles et des cuirs prévoient une hausse de l activité, de la demande et des prix de vente. Ceux des cuirs préconisent une stabilité de leurs effectifs et de bonnes perspectives de leur trésorerie, alors que pour les textiles une baisse des effectifs et à prévoir Evolution de l'activité industrielle secteur textiles secteur des cuirs 7 - BOIS, LIEGE ET PAPIER Selon l opinion des chefs d entreprise enquêtés, l activité industrielle dans les bois et papier poursuit sa tendance à la hausse au cours de ce troisième trimestre 215. Les capacités de production ont été utilisées à plus de % par près de 78% des enquêtés. L approvisionnement en matières premières a été supérieur aux besoins exprimés selon l opinion de plus de 58%. Néanmoins, plus de 8% déclarent avoir enregistré des ruptures de stocks engendrant des arrêts de travail, allant de 1 à 3 jours. Plus de % des enquêtés ont connu des pannes d électricité causant des arrêts de travail de moins de 6 jours et l approvisionnement en eau a été insuffisant selon l opinion de 4% des concernés.. Malgré la hausse des prix de vente, la demande en produits fabriqués a augmenté au cours de ce trimestre. Plus de 76% des chefs d entreprise enquêtés ont satisfait toutes les commandes reçues et il subsiste des stocks de produits fabriqués selon 84% d entre eux, situation jugée anormale par plus de 82% des concernés. Plus de 22% des chefs d entreprise enquêtés déclarent avoir rencontré des problèmes de transport durant ce trimestre. Les effectifs ont baissé durant ce trimestre selon l opinion des chefs d entreprise. Plus de 72% des chefs d entreprise enquêtés ne sont pas satisfaits du niveau de qualification du personnel et plus de 87% déclarent avoir rencontré des difficultés à en recruter. Près de 89% des chefs d entreprise estiment pouvoir produire davantage en embauchant du personnel supplémentaire. En raison essentiellement de la vétusté de l équipement, près de 53% du potentiel de production ont connu de pannes, conduisant à des arrêts de travail allant jusqu à 13 jours. Prés de 85% des enquêtés ont remis en marche leur équipement dont près de 24% ont procédé à des extensions. Plus de 74% des chefs d entreprise enquêtés déclarent pouvoir produire davantage avec un renouvellement de l équipement et sans embauche supplémentaire et près de 19% déclarent pouvoir produire davantage juste en réorganisant le processus de production sans renouvellement ni extension. L état de la trésorerie est jugé bon par 27% des enquêtés et reste mauvais par près de 16%. Toutefois, l allongement des délais de recouvrement des créances, les charges trop élevées et le remboursement d emprunts continuent d influer sur l évolution de la trésorerie. Cependant, 61% des chefs d entreprise enquêtés ont recouru à des crédits bancaires et près de 89% n ont pas trouvé de difficultés à les contracter. Pour le trimestre prochain et comparativement au précédent, les industriels du secteur prévoient une hausse de la production, de la demande, des prix de vente et des effectifs. Par ailleurs, ils prévoient de bonnes perspectives de leur trésorerie pour les trois prochains mois.

8 secteur bois et papier Evolution de la consommation d'énergie 2t13 2t12 2t11 2t1 2t9 2t8 2t15 2t14 3t12 3t11 3t1 3t9 3t8 3t7 3t6 Public 3t15 3t14 3t13 Privé LES PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE l ENQUETE DE CONJONCTURE Les enquêtes de conjoncture (enquêtes d opinion) qui sont des enquêtes légères, rapides et qui couvrent aussi les domaines non traités par les enquêtes traditionnelles, sont conçues dans le but : - d une évaluation qualitative des paramètres de la croissance ; - d une connaissance rapide des tendances de l activité ; - de l analyse et de la prévision conjoncturelle. Le champ de l enquête trimestrielle auprès des entreprises industrielles est de 74 entreprises et filiales dont : - 34 entreprises publiques - 4 entreprises privées Le questionnaire traite les différents domaines liés à l activité de l entreprise (le niveau de l activité, la demande et la distribution, la main d œuvre, les équipements et la trésorerie). Les résultats sont disponibles 45 jours après la fin du trimestre avec des taux de réponse variant de 3 à 45%. Solde d opinion Les réponses aux questions posées dans le cadre des enquêtes de conjoncture (enquêtes d opinion) sont à deux modalités (oui - non) ou à trois modalités (hausse - stable - baisse) selon le type de questions posées. Elles sont codées sous forme de notations chiffrées et pondérées en fonction de l importance de chaque entreprise au sein de sa branche d activité (chiffre d affaires de l année précédente) et par les poids respectifs des branches (valeur ajoutée de l année de base (1989) pour le calcul des valeurs synthétiques moyennes aux divers niveaux d agrégation. Les résultats sont tirés sous forme de tableaux statistiques dont les chiffres sont présentés en termes relatifs (%) dégageant ainsi des soldes d opinion pour les réponses à trois modalités et des proportions pour les réponses à deux modalités. Exemple : A la question suivante «Quelle est la tendance de votre production au cours des trois derniers mois?». Trois réponses possibles sont prévues en hausse, stable, en baisse. Le solde d opinion est calculé comme la différence entre la proportion d entreprises qui ont répondu que leur tendance est en hausse et celles pour lesquelles la tendance est en baisse (sans tenir compte de la proportion d entreprises qui ont répondu que leur tendance est stable).

N 731 Les comptes nationaux trimestriels au 3ème trimestre 2015 chainés.

N 731 Les comptes nationaux trimestriels au 3ème trimestre 2015 chainés. N 731 Les comptes nationaux trimestriels au 3 ème trimestre 2015 Cette publication est consacrée à la présentation du PIB trimestriel et des valeurs ajoutées sectorielles. Ces Comptes Nationaux Trimestriels

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Novembre 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

information aux médias

information aux médias Marche des affaires au 3 e trimestre 213 Réserves de travail à un niveau record Les réserves de travail des bureaux d étude ont continué à augmenter et se montent désormais à plus d une année. C est l

Plus en détail

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires Tendances régionales La conjoncture en Midi-Pyrénées Décembre 215 La production industrielle a légèrement progressé dans l ensemble des secteurs. Les carnets de commandes sont toujours jugés de bon niveau.

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 11 - Janvier Edition Lyon Rhône LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE Au cours des derniers mois de l année, le niveau d activité

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Mars 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Suivez l activité des entreprises du Rhône NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre 2014 STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Malgré une fin d année 2013 conclue avec un regain d'activité et des perspectives

Plus en détail

ENTREPRENEURS DE TRAVAUX FORESTIERS (ETF)

ENTREPRENEURS DE TRAVAUX FORESTIERS (ETF) I. CHIFFRE D AFFAIRES Evolution* du chiffre d affaires Au global % 3, - -0, -0, En recul L activité des entrepreneurs de travaux forestiers s oriente à la baisse au cours de l été : - 0,5 % comparé à la

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

OBSERVATOIRE DYNAMIQUE DES METIERS DU NUMERIQUE, DE L INGENIERIE, DES ETUDES & CONSEIL ET DES FOIRES, SALONS & CONGRES SYNTHESE 4 EME TRIMESTRE 2013

OBSERVATOIRE DYNAMIQUE DES METIERS DU NUMERIQUE, DE L INGENIERIE, DES ETUDES & CONSEIL ET DES FOIRES, SALONS & CONGRES SYNTHESE 4 EME TRIMESTRE 2013 OBSERVATOIRE DYNAMIQUE DES METIERS DU NUMERIQUE, DE L INGENIERIE, DES ETUDES & CONSEIL ET DES FOIRES, SALONS & CONGRES SYNTHESE 4 EME TRIMESTRE 213 V2. 17 Mars 214 1 Synthèse des données du 4 ème Trimestre

Plus en détail

Bref. Ingénieurs Polytech Lille : 5 ans après le diplôme. sur l étude. Janvier 2011. Martine CASSETTE Directrice de l OFIP

Bref. Ingénieurs Polytech Lille : 5 ans après le diplôme. sur l étude. Janvier 2011. Martine CASSETTE Directrice de l OFIP 69 Ingénieurs Polytech Lille : 5 ans après le diplôme La situation professionnelle des ingénieurs Polytech 5 ans après l obtention de leur diplôme est très bonne : non seulement % des diplômés sont en

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

LES DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE

LES DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE LES DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE N 12 - AVRIL 2011 Le devenir des diplômés 2007 de licence professionnelle des Universités d Alsace Cheikh Tidiane Diallo, Annie Cheminat Les étudiants ayant obtenu une licence

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

Produit intérieur brut par industrie au Québec

Produit intérieur brut par industrie au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Produit intérieur brut par industrie au Québec Janvier 2015 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

22,7 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS)

22,7 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS) 22,7 % Poids des effectifs de l industrie par rapport à la totalité des effectifs (source : ACOSS-URSSAF-31/12/214)) Industrie La production industrielle a légèrement baissé au mois de septembre. La demande

Plus en détail

BILAN TOUS SECTEURS CONFONDUS BILAN SECTORIEL

BILAN TOUS SECTEURS CONFONDUS BILAN SECTORIEL Baromètre de Conjoncture Tarnais N U M E R O N 27 1 E R TRIMESTRE 2013 La note de conjoncture du Tarn résulte d une enquête réalisée en avril 2013 auprès d un échantillon d environ 1 200 entreprises industrielles,

Plus en détail

Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre 2015 JUILLET 2015

Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre 2015 JUILLET 2015 Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre 2015 JUILLET 2015 RÉSUMÉ DES RÉSULTATS C O M M E A N T I C I P É E PA R L E S C O M M E R Ç A N T S, L A C T I V I T É D E

Plus en détail

Enjeux. Ile-de-France. Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création.

Enjeux. Ile-de-France. Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création. n 182 - mai 2016 L économie en Île-de-France Enjeux Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création En 2013, hors statut de l auto-entrepreneur, les trois

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN Août 29 Tous les commentaires s'appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. LIMOUSIN Tendances régionales Août 29 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Questionnaire satisfaction microfinance

Questionnaire satisfaction microfinance Synthèse des réponses au questionnaire de satisfaction adressé aux partenaires de la Fondation Avril 2013 Au 31 décembre 2012, la Fondation finançait 28 institutions de microfinance partenaires dans 16

Plus en détail

Perspectives 2011. 1 er semestre. Emploi et formation dans les TPE-PME. Cahier spécial. OPCA et réformes de la formation professionnelle

Perspectives 2011. 1 er semestre. Emploi et formation dans les TPE-PME. Cahier spécial. OPCA et réformes de la formation professionnelle Perspectives 2011 1 er semestre Emploi et formation dans les TPE-PME Cahier spécial OPCA et réformes de la formation professionnelle 8 décembre 2010 Perspectives 2011 1 er semestre 1 Perspectives 2011

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE SEPTEMBRE 2009 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Picardie Tendances régionales Numéro 20 Page 1 sur 8 Vue d ensemble

Plus en détail

>> Baisse continue de l activité

>> Baisse continue de l activité 4 ème trimestre 20 Janvier 2013 - N 15 >> continue de l activité Dans les services comme dans l industrie, le climat des affaires reste dégradé au quatrième trimestre 20 et il s établit nettement en dessous

Plus en détail

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 - 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 Objectif(s) : o o Pré requis : o o o Contraintes de production, Optimisation de la gestion de la production. Coût de production, Production sous contraintes,

Plus en détail

UN REGAIN D OPTIMISME

UN REGAIN D OPTIMISME 2015 UN REGAIN D OPTIMISME Activité : reprise en pente douce Emploi : renforcement des effectifs Comme pressenti en novembre dernier, les chefs d entreprise de la région Rhône- Alpes anticipent un développement

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 599 Janvier 5 Conjoncture de l immobilier Résultats au troisième trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS.

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS. ANALYSE ET GESTION FINANCIÈRE Épreuve dominante de spécialisation A.D. 2012 Concours externe et interne Documents autorisés : néant Calculatrice électronique autorisée La famille Saint Louis de Mermoz

Plus en détail

France : enquête sur la trésorerie des grandes entreprises et des ETI

France : enquête sur la trésorerie des grandes entreprises et des ETI France : enquête sur la trésorerie des grandes entreprises et des ETI 14 février 2014 Résultats de l enquête - Février 2014 Graphique du mois... Une tendance à l amélioration de la situation de trésorerie

Plus en détail

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION CENTRE LORRAIN DE GESTION Des Métiers et Professions Indépendantes COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION Siège : 1, Avenue Foch 57000 METZ Tel : 03.87.74.20.51 - Fax : 03.87.36.52.73 * Site Internet : www.cglor.fr

Plus en détail

udesté on it ecl Col

udesté on it ecl Col Collection études LA C EST 49% de la population girondine en 21 * 727 466 habitants (INSEE 21) * 7% de croissance en 1 ans (INSEE) * 27 communes * 4 ème Communauté Urbaine de France (INSEE 28) 53% des

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Thème 11 : La présentation de l entreprise et le rapport de stage... 75

Thème 11 : La présentation de l entreprise et le rapport de stage... 75 Gestion de l entreprise 1 - L ENTREPRISE Thème 1 : L entreprise : unité de production et centre de répartition de revenus... 3 Thème 2 : L entreprise citoyenne et son éthique... 9 Thème 3 : La classification

Plus en détail

UNE CONJONCTURE PLUS FAVORABLE CE TRIMESTRE

UNE CONJONCTURE PLUS FAVORABLE CE TRIMESTRE NOTE DE CONJONCTURE Suivez l actualité des entreprises de la Drôme 2ème trimestre 2015 UNE CONJONCTURE PLUS FAVORABLE CE TRIMESTRE Des indicateurs renforcés ce trimestre en termes de niveau d activité,

Plus en détail

Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT

Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT au deuxième trimestre de 2000 DANS CE NUMÉRO Faits saillants économiques : La forte croissance devrait se poursuivre en l an 2000

Plus en détail

Ajoutons que 13 questions socio-démographiques ont été posées aux courtiers afin de dresser leur profil.

Ajoutons que 13 questions socio-démographiques ont été posées aux courtiers afin de dresser leur profil. Résultats du sondage portant sur les perspectives de croissance et les pratiques commerciales des courtiers immobiliers œuvrant au Québec Août 2013 4e édition Les objectifs du sondage Ce sondage vise à

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires Tendances régionales Les entreprises en Rhône-Alpes Contexte conjoncturel Indicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée de la situation

Plus en détail

SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE

SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE 910006 DCG SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Aucun document n est autorisé. Matériel autorisé : Une calculatrice de poche à fonctionnement

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Conjoncture économique en Loir-et-Cher

Conjoncture économique en Loir-et-Cher Février 0 - N Conjoncture économique en Loir-et-Cher Résultats de l enquête menée entre le er et le 8 février 0 Analyse réalisée sur la base de réponses exploitables La Chambre de et d' de Loir-et-Cher

Plus en détail

Situation économique des entreprises du Grand Lille au 1 er trimestre 2015 AVRIL 2015

Situation économique des entreprises du Grand Lille au 1 er trimestre 2015 AVRIL 2015 Situation économique des entreprises du Grand Lille au 1 er trimestre 2015 AVRIL 2015 RÉSUMÉ DES RÉSULTATS L E P R E M I E R T R I M E S T R E 2 0 1 5 S A C H È V E S U R U N E N O T E P L U T Ô T P O

Plus en détail

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants :

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants : 7 ème baromètre annuel Energie-Info sur l ouverture des marchés, réalisé par le médiateur national de l énergie et la Commission de régulation de l énergie. Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au

Plus en détail

L ARTISANAT EN MOSELLE

L ARTISANAT EN MOSELLE Résultats des enquêtes OPALE L ARTISANAT EN MOSELLE Votre situation économique Situation actuelle Dans les 5 ans Bonne et excellente 27,3% (Lorraine 29%) Amélioration 25,7% (Lorraine 24%) Moyenne 54% (Lorraine

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 49

Bulletin trimestriel de conjoncture n 49 Bulletin trimestriel de conjoncture n 49 Mars 2010 4 ème trimestre 2010 Pour le deuxième trimestre consécutif, stabilisation du chiffre d affaires en entretien-rénovation de logements Au 4 ème trimestre

Plus en détail

L EDITO DU PRESIDENT

L EDITO DU PRESIDENT L EDITO DU PRESIDENT L Observatoire Péï, c est le premier observatoire de tendance économique lancé par l Ordre des Experts-Comptables de La Réunion! L expert-comptable est en prise directe avec l une

Plus en détail

Informations Rapides ISSN 0151-1475 11 février 2009 - n 44 INSEE 2009

Informations Rapides ISSN 0151-1475 11 février 2009 - n 44 INSEE 2009 INSEE CONJONCTURE Informations Rapides ISSN 151-14 11 février 9 - n 44 INSEE 9 Enquêtes européennes trimestrielles de conjoncture* Janvier 9 Thème «International» DANS L'INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE** Au quatrième

Plus en détail

La part des banques dans le financement des entreprises

La part des banques dans le financement des entreprises Le financement bancaire des entreprises en Polynésie française AGENCE DE PAPEETE NUMERO 1 Janvier 08 Note expresse Établissement public Dotation 000 000 - SIRET 78 430 111 0 APE 651 A Siège social : 5

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES DÉCEMBRE 2014 N 10 SOMMAIRE P.2 LA SITUATION AU REGARD DE L EMPLOI VARIE EN FONCTION DE L AIDE P.3 QUATRE BÉNÉFICIAIRES SUR DIX DÉCLARENT AVOIR FAIT DES CONCESSIONS POUR RETROUVER

Plus en détail

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse DAEJ/CAB/2012/55 31 octobre 2012 Note pour le cahier de la Cellule Economique Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse 1- L activité des entreprises

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 58 Juillet Conjoncture de l immobilier Résultats au premier trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière au premier

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

D A K A R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Dakar

D A K A R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Dakar D A K REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Les emplois salariés vacants en Belgique

Les emplois salariés vacants en Belgique 1 Les emplois salariés vacants en Belgique Les emplois salariés vacants en Belgique 1. Les emplois salariés vacants dans le secteur marchand principalement En 2013, 2,6 % des emplois salariés étaient vacants

Plus en détail

Amélioration du chiffre d affaires et du bénéfice

Amélioration du chiffre d affaires et du bénéfice Résultat semestriel 2006 Seul le discours prononcé fait foi Amélioration du chiffre d affaires et du bénéfice. Présentation de Christian Sahli, chef Finances et controlling, lors de la conférence de presse

Plus en détail

Issue du référentiel AFAQ Service Confiance Qualiville, la certification repose sur plusieurs engagements de service, tels que :

Issue du référentiel AFAQ Service Confiance Qualiville, la certification repose sur plusieurs engagements de service, tels que : Résultats de l enquête de satisfaction 2015 1 I. RAPPEL DU CONTEXTE ET DES OBJECTIFS Délivrée par AFNOR (Agence Française de Normalisation), la certification Qualiville a été obtenue par la Mairie Centrale

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Baromètre des PME et TPE du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts- Comptables

Baromètre des PME et TPE du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts- Comptables Baromètre des et du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts- Comptables Principaux résultats Méthodologie de l enquête Méthodologie Enquête réalisée par téléphone. Échantillon Echantillon national de

Plus en détail

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce souhaite familiariser les lecteurs du Merkur à l évolution

Plus en détail

Etude. Fidélisation des salariés : les clés pour l avenir. (France, Allemagne, Italie, Japon, Mexique, Pays-Bas,

Etude. Fidélisation des salariés : les clés pour l avenir. (France, Allemagne, Italie, Japon, Mexique, Pays-Bas, Etude Fidélisation des salariés : les clés pour l avenir Etude internationale menée auprès de 2 627 DRH de huit pays (France, Allemagne, Italie, Japon, Mexique, Pays-Bas, Grande-, ) mai 2002 Contact :

Plus en détail

CONJONCTURE SAISON ESTIVALE 2014

CONJONCTURE SAISON ESTIVALE 2014 CONJONCTURE SAISON ESTIVALE 2014 LA GRANDE-MOTTE NOTE DE TENDANCES L AVIS DES PROFESSIONNELS DU TOURISME GRAND-MOTTOIS TENDANCES GENERALES JUIN 2014 : TENDANCES EQUIVALENTES A CELLES DE 2013 Juin 2014

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

TENDANCE GLOBALE BILAN SECTORIEL

TENDANCE GLOBALE BILAN SECTORIEL Baromètre de Conjoncture Tarnais N U M E R O N 3 4 4ÈME TRIMESTRE La note de conjoncture du Tarn résulte d une enquête réalisée en janvier 2015 auprès d un échantillon d environ 800 entreprises industrielles,

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 e Ofiv Observatoire des Formations, de l Insertion et de la Vie Etudiante Juillet 2015 n 56 Étude Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 Présentation de l étude

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

L emploi dans l Yonne

L emploi dans l Yonne L emploi dans l Yonne 3 ème trimestre 211 : Maintien du niveau de l emploi dans l Yonne. % L emploi icaunais n arrive toujours pas à progresser sur ce 3 ème trimestre. Tout comme la Côte d Or, l Yonne

Plus en détail

1 er trimestre 2016 UN FLECHISSEMENT DE LA SITUATION ECONOMIQUE SUR LE DEBUT D ANNEE 2016

1 er trimestre 2016 UN FLECHISSEMENT DE LA SITUATION ECONOMIQUE SUR LE DEBUT D ANNEE 2016 1 er trimestre 2016 UN FLECHISSEMENT DE LA SITUATION ECONOMIQUE SUR LE DEBUT D ANNEE 2016 Les dirigeants Drômois misent toutefois sur une stabilisation des indicateurs au prochain trimestre. Suivez l actualité

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes n o 28 03 / 2015 études, recherches et statistiques de la Cnav étude Julie Vanriet- Margueron, Cnav Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes Lorsqu un

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2016-05-27 Liens: observatoire

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

La situation économique des Hautes-Pyrénées

La situation économique des Hautes-Pyrénées La situation économique des Hautes-Pyrénées Juillet 2009 CONTEXTE GENERAL Morosité ambiante des chefs d entreprises déjà constatée lors de l enquête de conjoncture en octobre 2008. Hautes-Pyrénées initialement

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats LE FINANCEMENT DES PME ET TPE Synthèse des résultats Le 17 décembre 2007 I- Les besoins de financement des PME et TPE Les besoins de financement des PME et TPE varient fortement en fonction de la taille

Plus en détail

Sciences et techniques de l ingénieur

Sciences et techniques de l ingénieur Sciences et Un an après l obtention de leur diplôme, plus de la moitié des nouveaux diplômés HES en sciences et occupent un emploi dans l industrie, tandis que 3 % travaillent dans les services privés.

Plus en détail

BILLET D HUMEUR BOURSIERE PAR JEAN-MARC DIEHL

BILLET D HUMEUR BOURSIERE PAR JEAN-MARC DIEHL BILLET D HUMEUR BOURSIERE PAR JEAN-MARC DIEHL LES PERFORMANCES L année 2013 va sans doute s achever par une performance boursière de l indice CAC 40 d environ 17,90% après un plus haut à 4356,28 pts et

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Août 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Les architectes et l évolution du métier à l horizon 2030

Les architectes et l évolution du métier à l horizon 2030 Centre d accueil du Mémorial, Thiepval (80), Plan 01 arch. Plan 01 Les architectes et l évolution du métier à l horizon 2030 Nous vous présentons dans cette nouvelle livraison des Cahiers les résultats

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE 2015 UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE Activité : reprise modérée Emploi : contraction des effectifs Contrairement à leurs prévisions de novembre dernier, les PME de la région anticipent un développement

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté Juillet 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 371 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Actif au RSI et retraité au - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Une étude menée en collaboration avec la CNAV C. Bac (Cnav) C. Gaudemer (RSI) Au cours de leur carrière, la plupart

Plus en détail

LA CRISE DU CHAMBON ET L EMPLOI : Résultats

LA CRISE DU CHAMBON ET L EMPLOI : Résultats LA CRISE DU CHAMBON ET L EMPLOI : Résultats Quelle est la situation des employeurs et des employés suite à la fermeture du tunnel? Les pertes d'emploi, les non embauchés, les temps partiels, les dégradations

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE NOVEMBRE 28 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières Auvergne Tendances régionales novembre 28 Page 1 sur 8 Vue d ensemble

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail