Les mythes et les préjugés autour. et Technologie (ST) des professions reliés à la Science. Jeudi, 26 mars 2015, à 15h30 Atelier JB-11

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les mythes et les préjugés autour. et Technologie (ST) des professions reliés à la Science. Jeudi, 26 mars 2015, à 15h30 Atelier JB-11"

Transcription

1 Les mythes et les préjugés autour des professions reliés à la Science et Technologie (ST) Jeudi, 26 mars 2015, à 15h30 Atelier JB-11 Gabrielle Dionne, Ghislain Samson Ph.D., Jolyane Damphousse, Maxim Landry et Sébastien Leduc

2 Le plan de la présentation Nos intentions aujourd hui Des préoccupations relatives à l éducation scientifique et technologique Plusieurs perspectives d élèves au regard des carrières scientifiques et technologiques Les collaborations fertiles Le calendrier scientifique: un effort de démythification AQISEP (2015) 2

3 Des préoccupations relatives à l éducation scientifique et technologique Des finalités, des enjeux identitaires, des intérêts et des recherches! AQISEP (2015) 3

4 Des préoccupations relatives à l éducation scientifique et technologique Les finalités de l éducation scientifique et technologique Les finalités de l enseignement des sciences (Guilbert, 2003) pour comprendre les visées et les préoccupations Des enjeux identitaires (Archer et coll., 2010) L intérêt des élèves envers la science et la technologie (Bolduc, 2013) Le cas des filles (Germain, 2012) Le programme Place aux sciences et sa démarche évaluative (Samson et coll., 2014) AQISEP (2015) 4

5 Les finalités de l enseignement des sciences (Guilbert, 2003) Élèves Technocratique Humaniste Utilitariste Démocratique Un futur scientifique ou un futur technologue Un être en développement Utilisateur de technosciences Futurs citoyens devant participer aux prises de décisions Savoirs scientifiques et technologiques Fondements du progrès économique et social en lien avec la mondialisation des marchés Développement intellectuel et rehausser le bienêtre Valeur utilitaire Moyen de mieux comprendre les choix qui s offrent à lui et les conséquences qui en découleront Préoccupations L économie Former des individus ayant des compétences qui permet à notre économie de prospérer La personne Valeur intrinsèque de l individu est centrale La personne Développement du sens critique par rapport à une société de consommation Le citoyen engagé Démocratiser l enseignement des ST, échanges dynamiques entre citoyens et chercheurs AQISEP (2015) 5

6 Des enjeux identitaires La recherche d Archer et coll. (2010) Leurs points de départ «Science is failing to engage young people» (Jenkins & Nelson, 2005) À 10 ans: grand intérêt! À la fin du primaire, l intérêt a diminué, et ce, encore plus chez les filles L intérêt pour la science est le fruit des expérience vécues avant 11 ans (Ormerod & Duckworth, 1975) Les intérêts et les choix professionnels se forment vers 13 ans (Lindahl, 2007) Est-ce une question de maturité professionnelle (théorie de Super)? AQISEP (2015) 6

7 Des enjeux identitaires La recherche de Archer et coll. (2010) Démarche: Groupes de discussion Interroger élèves (à 10 ans, à 12 ans et à 14 ans) Suivre 60 élèves et leur parents sur 4 années AQISEP (2015) 7

8 Des enjeux identitaires Les constats de recherche de Archer et coll. (2010): Le clivage entre «faire» et «être» Le cas des garçons! Aime le risque associé à la pratique des sciences On leur attribue souvent une prédisposition Le cas des filles! Ne sont pas attirées par le côté dangereux des sciences On attribue leur mérite à leur bon travail AQISEP (2015) 8

9 Des enjeux identitaires Les constats de recherche de Archer et coll. (2010): Les élèves aiment les défis intellectuels associés à la ST «difficile» «intellectuelle» Être un scientifique: La prédisposition naturelle La motivation Les étiquettes de «nerds» et de «geek» Davantage masculine AQISEP (2015) 9

10 Les intérêts des élèves pour la science et technologique Selon Bolduc (2013): Près de la moitié des 1800 élèves de 5 e année du primaire à la 5 e secondaire participant à la recherche affirment vouloir exercer une profession en lien avec la ST Les garçons s intéresseraient davantage à l ingénierie et à la mécanique Les filles s intéresseraient davantage aux sciences de la santé En cohérence avec les résultats de Germain (2012) et Les filles s intéresseraient aux carrières en santé La relation d aide est importante pour elles! (Germain, 2012) AQISEP (2015) 10

11 Le programme Place aux sciences et sa démarche évaluative Élèves du primaire Primaire Questionnaire sur les attitudes 2 à 4 dessins Enseignants du primaire Questionnaires Entretiens semi-dirigés Groupes de discussion Conseiller(ère)s pédagogiques Entretiens semi-dirigés En présentiel ou au téléphone Élèves du secondaire Secondaire 1: Questionnaire sur les attitudes 4 dessins Secondaire 2 à 5: Questionnaire sur les attitudes 2 questionnaires sur la motivation et la persévérance Enseignants du secondaire Entretiens semi-dirigés Groupes de discussion Directions Entretiens semi-dirigés En présentiel ou au téléphone Groupes de discussion G. Dionne et G. Samson 11

12 Plusieurs perspectives d élèves relativement aux carrières scientifiques et technologiques Des dessins et des entretiens AQISEP (2015) 12

13 À la rencontre de vos conceptions! La science La technologie Un, une ou des scientifique(s) dans leur environnement de travail Un, une ou des ingénieur(e)(s) dans leur environnement de travail AQISEP (2015) 13

14 La perspectives des élèves Comment les élèves voient-ils : La science? La technologie? Les scientifique? Les ingénieurs? AQISEP (2015) 14

15 La perspective des élèves Les dessins Science, technologique, scientifique(s), ingénieur(e)(s) Les participants: élèves du primaires et du secondaire de la région de la Capitale-nationale Des groupes de discussion semi-dirigés menés auprès de 52 élèves du primaire 18 élèves du secondaire AQISEP (2015) 15

16 Une image vaut mille mots? Analyse de dessins en groupe Que remarquez vous sur les dessins: de la science? de la technologie? du scientifique? de l ingénieur(e)? Similitudes avec vos dessins? Retour collectif AQISEP (2015) 16

17 Démarche évaluative de PAS: Les dessins Les dessins de la science et du scientifique 1 er cycle du primaire: Confusion avec la magie Présence de «mad scientist» Prédominance de la chimie: des mélanges, des changements de couleur Influence d émissions de télévision L aspect danger, résultats inconnus 2 e et 3 e cycles du primaire et 1 er cycle du secondaire Moins de confusion avec la magie qu au 1 er cycle 2 e cycle la science-fiction est présente Prédominance de la chimie L aspect danger AQISEP (2015) 17

18 Démarche évaluative de PAS: Les dessins Les dessins de la technologie 2 e et 3 e cycles du primaire et 1 er cycle du secondaire Ipod, Ipad, ordinateur, cellulaire Quelques dessins présentent une comparaison dans le temps! Les dessins de l ingénieur 2 e et 3 e cycles du primaire et 1 er cycle du secondaire Une forte majorité des élèves en début d année scolaire nous disaient ne pas savoir Le «gars de la construction» Le mécanicien AQISEP (2015) 18

19 Démarche évaluative de PAS: Les dessins En général: Prédominance de la chimie Présence de quelques éléments de la nature (la biologie et l écologie sont représentées) Importance des «proches» dans leur représentation et des expériences vécues à la maison L astronomie et la physique sont très faiblement représentées (moins de 0,5%) AQISEP (2015) 19

20 Démarche évaluative de PAS: Les entretiens Démarche: Des questions ouvertes Sur eux Sur leurs conceptions De la science De la technologie Du scientifiques De l ingénieur À catégoriser: Des objets Des métiers et des professions Activités scientifiques et technologiques: à l école à l extérieur de l école à la maison AQISEP (2015) 20

21 Des résultats au primaire Une prédominance de la chimie et confusion avec la magie Faire des expériences = faire des mélanges Il est difficile de nommer des métiers et professions en lien avec la ST Nommer des scientifiques? Les élèves du 3 e cycle: arrivent à tisser des liens entre les objets et la ST aiment manipuler, expérimenter, sortir du cahier disent ne pas faire suffisamment de ST à leur goût! aiment travailler en projet, mais sont parfois «tannés» du travail en équipe AQISEP (2015) 21

22 Des résultats au secondaire La prédominance de la chimie demeure, mais on fait une place à la biologie humaine et dans certain cas à l électronique et l informatique Le plus important pour aimer leur cours de science et technologie: LE PROF! Certains enseignants de sciences sont considérés comme des scientifiques, d autres pas! Ce qu ils aiment de leur cours de science et technologie: Mieux comprendre leur environnement à l aide de ce qu ils apprennent Manipuler, expérimenter, lorsque les cours sont diversifiés (théorie et laboratoire) AQISEP (2015) 22

23 Et leurs projets d avenir? La forte majorité des élèves interrogés étaient incertains par rapport leur choix de carrière Les élèves interrogés ont des projets de carrières diversifiés! Enseignement, psychologie, communication, droit, science de la santé Ceux qui s intéressent à l informatique s associent au domaine de la ST Ceux qui s intéressent aux sciences de la santé ne savent pas s il s agit de professions scientifiques (médecine, médecine dentaire, soins infirmiers ) AQISEP (2015) 23

24 Des résultats Après plusieurs participations à PAS Dessins sont plus diversifiés Réponses en groupes de discussion plus élaborées Dessins influencés par les projets réalisés en classe AQISEP (2015) 24

25 Favoriser l intérêt pour la ST en classe Selon les recherches de Potvin et Hasni (2013) certaines stratégies et approches seraient plus fertiles pour favoriser l intérêt des élèves pour leur cours de ST: Les démarches d investigation scientifique Les approches collaboratives La contextualisation des apprentissages Les démarches de projets AQISEP (2015) 25

26 Deux cas intéressants au secondaire Au premier cycle du secondaire: Ce qu il se passe dans les groupes de Steven Au deuxième cycle du secondaire: Ce qu il se passe dans les groupes d Hélène AQISEP (2015) 26

27 Collaboration avec les milieux extérieurs à l école! Très appréciés, surtout lorsque les organisations s adaptent au besoin de l école Ex.: Zoom nature Autobus est un frein Écoles expérimentées exploitent les ressources communautaires Hausse du sentiment de compétence des enseignants du primaire AQISEP (2015) 27

28 Collaboration avec les milieux extérieurs à l école! Activités appréciées: Élèves Participation active et occasion de manipuler Enseignants Captivent leurs élèves Au secondaire: Formation continue: aiment les activités qui les aident à développer leurs connaissances et à parfaire leurs pratiques AQISEP (2015) 28

29 Le calendrier scientifique: un effort de démythification Un projet en Mauricie! AQISEP (2015) 29

30 Les objectifs: Soutenir le développement de la culture scientifiques et technologique! Contribuer à la mise en œuvre de l approche orientante à l école Encourager la participation des familles Mettre en lumière la Mauricie! L accès: AQISEP (2015) 30

31 L effort de démythification: Les proportions assez égales D hommes et de femmes Des secteurs d activités : Chimie Biologie-écologie Physique Des formations exigées: Professionnelles Collégiales Universitaires Des liens avec le PFÉQ: Primaire Secondaire L éducation scientifique et technologique: le projet d une communauté! Et si vous tentiez le coup dans votre région? AQISEP (2015) 31

32 Des pistes de réflexion Sommes-nous suffisamment conscients de nos propres conceptions sur l activité technoscientifique? Le manque d intérêt envers les carrières scientifiques et technologiques est-il majoritairement une affaire de préjugés? Est-ce un mythe? AQISEP (2015) 32

33 Des pistes de réflexion pour l intervention Que pouvons-nous faire pour démythifier les carrières scientifiques et technologiques? Quels sont nos rôles comme: enseignant? conseiller d orientation? citoyen? parent? Démythification vs promotion À vos yeux: Est-il important de promouvoir les carrières scientifiques et technologiques? Comment? Est-il important de promouvoir les carrières scientifiques et technologiques auprès des jeunes filles? Comment? AQISEP (2015) 33

34 À suivre D autres projets en développement! Promotion de la S&T par une histoire pour les jeunes du primaire Le tout à travers les aventures d un personnage recourant à des machines simples avec l intention de faire apprendre dans un contexte signifiant Les objectifs de: 1) Faire passer une émotion positive face aux sciences et mathématiques à l aide d une aventure 2) Outiller les enseignants et parents dans l accompagnement des jeunes, garçons et filles, face aux sciences et mathématiques 3) Offrir la possibilité aux jeunes filles de considérer, sans biais (ex : stéréotypes, manque de confiance), les sciences et le génie comme domaine d études et de travail AQISEP (2015) 34

35 Coordonnées N hésitez pas à communiquer avec nous! Ghislain Samson Ph.D., Professeur-Chercheur Courriel: Téléphone: poste 3600 Gabrielle Dionne, auxiliaire de recherche et chargée de cours Courriel: Téléphone: poste 3611 AQISEP (2015) 35

UN MONDE D ENGAGEMENT

UN MONDE D ENGAGEMENT UN MONDE D ENGAGEMENT PROJET ÉDUCATIF Le collège Édouard-Montpetit est un établissement d enseignement supérieur public et laïc qui fait partie du réseau des collèges d enseignement général et professionnel

Plus en détail

CONCEVOIR UN PRODUIT OU UN SERVICE DURABLE

CONCEVOIR UN PRODUIT OU UN SERVICE DURABLE Vous êtes ici : Travailler 6 e année AXE : L analyse du cycle de vie CONCEVOIR UN PRODUIT OU UN SERVICE DURABLE 1. FICHE SIGNALÉTIQUE Description deà partir de la méthode de l analyse du cycle de vie,

Plus en détail

J apprends à m affirmer. Programme d intervention en milieu scolaire visant à aider les enfants à faire face à l intimidation

J apprends à m affirmer. Programme d intervention en milieu scolaire visant à aider les enfants à faire face à l intimidation J apprends à m affirmer Programme d intervention en milieu scolaire visant à aider les enfants à faire face à l intimidation Conférence pour les parents Formation pour le personnel enseignant et les éducatrices

Plus en détail

Semaine du mieux-être du Nouveau-Brunswick Questions et réponses

Semaine du mieux-être du Nouveau-Brunswick Questions et réponses Semaine du mieux-être du Nouveau-Brunswick Questions et réponses 1) Qu est-ce que la Semaine du mieux-être du Nouveau-Brunswick? La Semaine du mieux-être du Nouveau-Brunswick a été proclamée afin de nous

Plus en détail

DOCUMENT DE PRÉSENTATION DE LA

DOCUMENT DE PRÉSENTATION DE LA DOCUMENT DE PRÉSENTATION DE LA Tournée régionale de sensibilisation à la diversification des choix professionnels OBJECTIF GÉNÉRAL ET CLIENTÈLE VISÉE La Tournée régionale est un projet mis sur pied pour

Plus en détail

LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT

LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT 2011/2014 Enquête auprès des anciens ou actuels doctorants Cifre ayant participé à une des éditions des 24H Chrono de l entrepreneuriat organisées par l ANRT et

Plus en détail

Recherche-action en cours dans une école SIAA Approche orientante

Recherche-action en cours dans une école SIAA Approche orientante TITRE DE L EXPÉRIENCE Septembre 2003-mai 2004 Approche orientante pour élèves en difficulté d adaptation et d apprentissage ÉCOLE SECONDAIRE SIAA Polyvalente de Disraëli (822040) à Disraëli 474 élèves

Plus en détail

Mobiliser son CA pour maximiser son apport : les déterminants de la participation. Québec, 14 octobre 2014

Mobiliser son CA pour maximiser son apport : les déterminants de la participation. Québec, 14 octobre 2014 Mobiliser son CA pour maximiser son apport : les déterminants de la participation Québec, 14 octobre 2014 Objectifs et déroulement Objectifs : Réfléchir sur ses pratiques et diagnostiquer le niveau d engagement

Plus en détail

Le Comité SOS Pauvreté est une table de concerta7on ayant pour objec7fs de:

Le Comité SOS Pauvreté est une table de concerta7on ayant pour objec7fs de: ! Le Comité SOS Pauvreté est une table de concerta7on ayant pour objec7fs de: Trouver des moyens de sensibiliser la popula3on à la situa3on de la pauvreté locale. Offrir un répertoire de ressources. Par3ciper

Plus en détail

FORMATIONS THEMATIQUES 2016 Pour les professionnels Enfance- Petite Enfance

FORMATIONS THEMATIQUES 2016 Pour les professionnels Enfance- Petite Enfance FORMATIONS THEMATIQUES 2016 Pour les professionnels Enfance- Petite Enfance Tarif : Formation 1 jours (7H) : 115 / personne Formation (2 x 7 h = 14 h) : 230 / personne Formation 3 jours (3 x 7 h = 21 h)

Plus en détail

Bilan de la tournée des régions

Bilan de la tournée des régions Bilan de la tournée des régions Rencontre nationale des gestionnaires Plan de la présentation Contexte de la tournée Information recueillie pendant la tournée Défis que soulève le renouveau pédagogique

Plus en détail

Cultiver le goût d entreprendre à l école Le Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan vous présente son

Cultiver le goût d entreprendre à l école Le Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan vous présente son Cultiver le goût d entreprendre à l école Le Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan vous présente son Guide d ateliers pédagogiques pour les élèves du secondaire 2013-2014 Informations générales En 2004,

Plus en détail

1. L enseignement primaire

1. L enseignement primaire 1. L enseignement primaire Dans les établissements du primaire, les enfants sont répartis en huit classe qui vont de la classe des Junior Infants (dès 4 ans) à la Sixth Class (12 ans). Les objectifs généraux

Plus en détail

Le bilan de compétences

Le bilan de compétences Le bilan de compétences Le bilan de compétences sommaire Informations générales sur le bilan de compétences Pourquoi choisir IF Coaching informations générales À quoi sert le bilan de compétences? Comment

Plus en détail

LES DÉPLACEMENTS ACTIFS ET SÉCURITAIRES. Offre de service Région de la Capitale-Nationale

LES DÉPLACEMENTS ACTIFS ET SÉCURITAIRES. Offre de service Région de la Capitale-Nationale LES DÉPLACEMENTS ACTIFS ET SÉCURITAIRES Offre de service Région de la Capitale-Nationale Septembre 2015 Sylvie Bernier, ambassadrice des saines habitudes de vie de Québec en Forme et présidente de la Table

Plus en détail

L école française pour mon enfant un choix, un droit

L école française pour mon enfant un choix, un droit L école française pour mon enfant un choix, un droit Cette publication s adresse plus particulièrement aux couples francophone-anglophone qui vivent dans des régions où les francophones sont minoritaires.

Plus en détail

Éléments clés des échanges tenus dans le cadre de la Journée de réflexion sur l Initiative concertée pour le développement des jeunes enfants

Éléments clés des échanges tenus dans le cadre de la Journée de réflexion sur l Initiative concertée pour le développement des jeunes enfants Éléments clés des échanges tenus dans le cadre de la Journée de réflexion sur l Initiative concertée pour le développement des jeunes enfants 12 novembre 2015 Les inspirations d ailleurs et la réflexion

Plus en détail

Équipe de chercheurs

Équipe de chercheurs Équipe de chercheurs Louise Ménard, Université du Québec à Montréal Participants Canada: 0 Diane Leduc et Christian Bégin, UQAM 0 Denis Bédard, Université de Sherbrooke 0 France Gravelle, Université d

Plus en détail

Politique institutionnelle relative à l internationalisation

Politique institutionnelle relative à l internationalisation Politique institutionnelle relative à l internationalisation Politique adoptée au conseil administration le 3 avril 2013 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1. DÉFINITIONS... 3 2. FINALITÉS... 6 3. OBJECTIFS

Plus en détail

Des stratégies à mettre en œuvre dès la petite enfance pour soutenir le développement du raisonnement et de la numératie

Des stratégies à mettre en œuvre dès la petite enfance pour soutenir le développement du raisonnement et de la numératie Des stratégies à mettre en œuvre dès la petite enfance pour soutenir le développement du raisonnement et de la numératie Colloque QuébecStrasbourg Octobre 2008 Présenté par Gilles Cantin, Ph.D. Département

Plus en détail

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management?

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management? de management? Voici quatre situations professionnelles : à chaque fois vous avez le choix entre quatre types de comportements. Cochez la case qui, selon vous, correspond le plus au comportement que vous

Plus en détail

ÉLECTIONS SCOLAIRES 2 NOVEMBRE 2014 L ABC D UNE CAMPAGNE. electionsscolaires2014.com

ÉLECTIONS SCOLAIRES 2 NOVEMBRE 2014 L ABC D UNE CAMPAGNE. electionsscolaires2014.com ÉLECTIONS SCOLAIRES 2 NOVEMBRE 2014 L ABC D UNE CAMPAGNE É L E C T O R A L E electionsscolaires2014.com Quoi faire pour réussir une campagne électorale? Connaître le rôle d un élu scolaire. Connaître le

Plus en détail

Do Green Economie Symbiotique au service des territoires en transition

Do Green Economie Symbiotique au service des territoires en transition Do Green Economie Symbiotique au service des territoires en transition Do Green au service d une nouvelle économie Qu est-ce que l économie symbiotique? Comment mettre en place un projet symbiotique sur

Plus en détail

Moments propices à l'apprentissage: «Feedback» qui guérit

Moments propices à l'apprentissage: «Feedback» qui guérit Moments propices à l'apprentissage: «Feedback» qui guérit Manon Fabi, inf. M.Sc. Coach professionnelle certifiée PNL Présentation Un peu de définition Objectifs Réalité quotidienne Stratégie d intervention

Plus en détail

Par Danny Brochu, conseiller d orientation Brigitte Gagnon, conseillère pédagogique Service des ressources éducatives aux jeunes www.csdhr.qc.

Par Danny Brochu, conseiller d orientation Brigitte Gagnon, conseillère pédagogique Service des ressources éducatives aux jeunes www.csdhr.qc. Des SAÉ Orientantes MB-5 JB-14 Par Danny Brochu, conseiller d orientation Brigitte Gagnon, conseillère pédagogique Service des ressources éducatives aux jeunes www.csdhr.qc.ca Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

«Le Grand emprunt, c est nous qui le paierons. Alors faisons-nous entendre!» RESULTATS DE L ENQUETE DE L UNI SUR LE GRAND EMPRUNT NATIONAL

«Le Grand emprunt, c est nous qui le paierons. Alors faisons-nous entendre!» RESULTATS DE L ENQUETE DE L UNI SUR LE GRAND EMPRUNT NATIONAL «Le Grand emprunt, c est nous qui le paierons. Alors faisons-nous entendre!» RESULTATS DE L ENQUETE DE L UNI SUR LE GRAND EMPRUNT NATIONAL Enquête menée auprès des étudiants dans toute la France, en septembre

Plus en détail

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas FERT / Chargé d études sénior 01 44 94 59 62 2 Sondage

Plus en détail

Assises de l éducation prioritaire #educationprioritaire DSDEN de la Corrèze RRS Brive Est secteur collège Rollinat

Assises de l éducation prioritaire #educationprioritaire DSDEN de la Corrèze RRS Brive Est secteur collège Rollinat Document 8 : Concertations synthèse des ateliers 1. Perspectives pédagogiques et éducatives Assises de l éducation prioritaire #educationprioritaire DSDEN de la Corrèze RRS Brive Est secteur collège Rollinat

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Réflexion sur nos interventions de promotion d une saine alimentation

Réflexion sur nos interventions de promotion d une saine alimentation Jeunes : activités d apprentissage Soutien aux familles Écoles et milieux fréquentés par les jeunes : environnements physique et social Communauté CE QUE L ON SAIT Les préférences alimentaires, les connaissances

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

École l Arc-en-ciel 510, rue de l École Téléphone : (418) 386-5541 St-Narcisse-de-Beaurivage (Québec)poste 7131 G0S 1W0 Télécopieur : (418) 475-4431

École l Arc-en-ciel 510, rue de l École Téléphone : (418) 386-5541 St-Narcisse-de-Beaurivage (Québec)poste 7131 G0S 1W0 Télécopieur : (418) 475-4431 École l Arc-en-ciel 510, rue de l École Téléphone : (418) 386-5541 St-Narcisse-de-Beaurivage (Québec)poste 7131 G0S 1W0 Télécopieur : (418) 475-4431 AUTO-ANALYSE DE L ÉCOLE L ARC-EN-CIEL DE ST-NARCISSE

Plus en détail

Contexte POLITIQUE SUR LA FORMATION CONTINUE DU PERSONNEL ENSEIGNANT SECTEUR DES JEUNES. Ensemble, engagés vers la réussite!

Contexte POLITIQUE SUR LA FORMATION CONTINUE DU PERSONNEL ENSEIGNANT SECTEUR DES JEUNES. Ensemble, engagés vers la réussite! POLITIQUE SUR LA FORMATION CONTINUE DU PERSONNEL ENSEIGNANT SECTEUR DES JEUNES Ensemble, engagés vers la réussite! Une vision sans action est seulement un rêve. L action sans vision fait juste passer le

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec -Sondage CROP réalisé pour l AQESSS -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec -Sondage CROP réalisé pour l AQESSS - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec -Sondage CROP réalisé pour l AQESSS - Présentation des résultats Par Alain Giguère Président, CROP inc. 21 Mai 2009 1

Plus en détail

Guide du nouveau mentor. Utilisation réservée aux mentors du groupe de mentors de Brome-Missisquoi Boîte à outils du Réseau M

Guide du nouveau mentor. Utilisation réservée aux mentors du groupe de mentors de Brome-Missisquoi Boîte à outils du Réseau M Guide du nouveau mentor Utilisation réservée aux mentors du groupe de mentors de Brome-Missisquoi Boîte à outils du Réseau M Fondation de l entrepreneurship 7 avril 2010 Table des matières Table des matières...1

Plus en détail

ÉCOLE DU HAVRE - SAINT-ROSAIRE CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE ENTRE L ÉCOLE DU HAVRE ST-ROSAIRE LA COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES

ÉCOLE DU HAVRE - SAINT-ROSAIRE CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE ENTRE L ÉCOLE DU HAVRE ST-ROSAIRE LA COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES ÉCOLE DU HAVRE - SAINT-ROSAIRE CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE ENTRE L ÉCOLE DU HAVRE ST-ROSAIRE ET LA COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE PARTENARIAT 2010-2014

Plus en détail

DOCUMENT DE RESSOURCE POUR LES ÉTUDES DE CAS SUR LES FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN

DOCUMENT DE RESSOURCE POUR LES ÉTUDES DE CAS SUR LES FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN DOCUMENT DE RESSOURCE POUR LES ÉTUDES DE CAS SUR LES FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN Les étudiants travaillent en groupes, chaque groupe recevant une étude de cas différente (Erin, Jenny, Abby ou

Plus en détail

1. Présentation du projet

1. Présentation du projet SONDAGE RAPPROCHER L ÉCOLE DES FAMILLES 1. Présentation du projet Le 31 mars dernier, une soirée d échanges à l intention des parents a été organisée par l Organisme de participation des parents de l école

Plus en détail

Accueillir nos élèves en FP: un outil indispensable à leur réussite.

Accueillir nos élèves en FP: un outil indispensable à leur réussite. Accueillir nos élèves en FP: un outil indispensable à leur réussite. Commission scolaire de la Vallée-des-Tisserands par Francine Jacques conseillère pédagogique en FP, CFP de la Pointe-du-Lac 24 mai 2013,

Plus en détail

LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002

LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002 LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002 LE POINT DE VUE DES MILIEUX DU TRAVAIL Me Claudine Roy Contrairement aux autres conférenciers qui, jusqu à présent, vous ont

Plus en détail

BAROMÈTRE DU COMMERCE ÉQUITABLE. 2 ème édition AVRIL 2008. Contact Presse : laboite com concept Géraldine FERRIER FRUGIER 01 42 78 48 38

BAROMÈTRE DU COMMERCE ÉQUITABLE. 2 ème édition AVRIL 2008. Contact Presse : laboite com concept Géraldine FERRIER FRUGIER 01 42 78 48 38 BAROMÈTRE DU COMMERCE ÉQUITABLE 2 ème édition AVRIL 2008 Contact TNS Sofres : Pôle Actualité Stratégies d Opinion Guillaume PETIT Marie-Colombe AFOTA 01 40 92 46 90 / 45 03 Contact Presse : laboite com

Plus en détail

Couverture: Stojan & Voumard SA, communication visuelle Dessins: Nicole Rossi Mise en page: Fondation Foyer-Handicap, secteur micro-édition des

Couverture: Stojan & Voumard SA, communication visuelle Dessins: Nicole Rossi Mise en page: Fondation Foyer-Handicap, secteur micro-édition des Couverture: Stojan & Voumard SA, communication visuelle Dessins: Nicole Rossi Mise en page: Fondation Foyer-Handicap, secteur micro-édition des Voirets PROGRAMME DE FORMATION JANVIER À JUIN 2016 SOMMAIRE

Plus en détail

Le Bien-être et la performance à portée de Voix. Offres Conférences, Ateliers et Formations

Le Bien-être et la performance à portée de Voix. Offres Conférences, Ateliers et Formations Le Bien-être et la performance à portée de Voix Offres Conférences, Ateliers et Formations 2016 Osteomind Consult Osteomind Consult a été créée par Gabriel Choukroun, Ostéopathe et Coach Comportemental

Plus en détail

Chapitre 2. Champ d activité

Chapitre 2. Champ d activité Chapitre 2 17 Un travail collectif 21 Travail collectif avec les élèves 21 Travail collectif avec les parents et les tuteurs 21 Travail collectif avec les collègues et les autres professionnels 22 Travail

Plus en détail

L intégration des TIC chez les futurs enseignants : votre point de vue

L intégration des TIC chez les futurs enseignants : votre point de vue L intégration des TIC chez les futurs enseignants : votre point de vue Réservé à l administration Futurs enseignants QUESTIONNAIRE FUTURS ENSEIGNANTS Ce questionnaire permettra de recueillir des informations

Plus en détail

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels Texte de la communication présentée par la secrétaire générale du SIDIIEF à l occasion de la VII e conférence des ONG et OSC, 24 juin 2010, Genève, Suisse Atelier Promotion et diffusion des droits économiques,

Plus en détail

Les femmes et l éducation des enfants à l argent. 7 mars 2006

Les femmes et l éducation des enfants à l argent. 7 mars 2006 7 mars 2006 Sommaire Introduction Résultats détaillés 1. Les mères donnent de l argent à leurs enfants, via différents moyens 2. Des enfants déjà assez connaisseurs et équipés 3. Un sujet important dans

Plus en détail

Valoris en Mauricie Des retombées hautement significatives au primaire et au secondaire

Valoris en Mauricie Des retombées hautement significatives au primaire et au secondaire Valoris en Mauricie Des retombées hautement significatives au primaire et au secondaire Denis Morin Directeur-conseil en entrepreneuriat Commission scolaire de l Énergie 1 er forum sur les retombées de

Plus en détail

Guide administratif «Vers une Transition secondaire-cégep réussie»

Guide administratif «Vers une Transition secondaire-cégep réussie» Guide administratif «Vers une Transition secondaire-cégep réussie» CÉGEP de Sherbrooke Produit en collaboration par Jeannine Gouin et le Projet PRÉE OCTOBRE 2012 «À l intention de nos partenaires des écoles

Plus en détail

L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins

L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins Synthèse Ipsos / CNOM Jeudi 30 mars 2006 Ipsos Public Affairs Ipsos a interrogé, en parallèle, 949 personnes constituant un échantillon

Plus en détail

Webinaires de sensibilisation à la santé mentale Guide d animation. Équipe d appui pour la santé mentale dans les écoles, 2012

Webinaires de sensibilisation à la santé mentale Guide d animation. Équipe d appui pour la santé mentale dans les écoles, 2012 Équipe d appui pour la santé mentale dans les écoles Webinaires de sensibilisation à la santé mentale Guide d animation Équipe d appui pour la santé mentale dans les écoles, 2012 Présentation générale

Plus en détail

Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage?

Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage? I Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage? Le milieu interne de l entreprise est un milieu où la négociation est nécessaire et permanente. On a besoin de convaincre son équipe et ses

Plus en détail

L I M M O B I LI E R

L I M M O B I LI E R LES ATOUTS DE LA COMMUNICATION APPLIQUÉS AUX MÉTIERS DE Audrey_Popov /Shutterstock.com L I M M O B I LI E R Une bonne communication est avant tout une affaire humaine. C est l art de se comprendre et d

Plus en détail

Guide d accompagnement pour les parents : Le Plan d intervention

Guide d accompagnement pour les parents : Le Plan d intervention Guide d accompagnement pour les parents : Le Plan d intervention La meilleure façon d aider son enfant à réussir son parcours scolaire : L accompagner S informer Être présent à l école À l intention des

Plus en détail

SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE. Mieux cibler vos besoins en matière de mieux-être, pour une organisation en santé. Santé et Mieux-être

SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE. Mieux cibler vos besoins en matière de mieux-être, pour une organisation en santé. Santé et Mieux-être SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE Mieux cibler vos besoins en matière de mieux-être, pour une organisation en santé Santé et Mieux-être Pourquoi investir dans le mieux-être? Un employé canadien sur deux souffre d au

Plus en détail

Cadre de formation de la profession enseignante

Cadre de formation de la profession enseignante Cadre de formation de la profession enseignante Les membres de l Ordre cherchent à parfaire les connaissances, les compétences et les valeurs énoncées dans les normes d exercice et de déontologie de la

Plus en détail

Cette année, le thème de la semaine des services de garde «Près de toi, prêt pour toi!» a grandement inspiré l équipe du CPE-BC Québec-Centre.

Cette année, le thème de la semaine des services de garde «Près de toi, prêt pour toi!» a grandement inspiré l équipe du CPE-BC Québec-Centre. Cette année, le thème de la semaine des services de garde «Près de toi, prêt pour toi!» a grandement inspiré l équipe du CPE-BC Québec-Centre. Une phrase, qui accompagnait le dévoilement de l illustration,

Plus en détail

Groupe PGP Planification et gestion de projets 5955, rue Saint-Laurent, bureau 201, Lévis (Québec) G6V 3P5 Tél. 418 838-4747 Téléc.

Groupe PGP Planification et gestion de projets 5955, rue Saint-Laurent, bureau 201, Lévis (Québec) G6V 3P5 Tél. 418 838-4747 Téléc. Analyse du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Filière biologique du Québec Groupe PGP Avril 2013 Groupe PGP Planification et gestion de projets 5955,

Plus en détail

Cap sur la prévention Le leadership des directions d école au service de l implantation de la réponse à l intervention dans les écoles

Cap sur la prévention Le leadership des directions d école au service de l implantation de la réponse à l intervention dans les écoles Le leadership des directions d école au service de l implantation de la réponse à l intervention dans les écoles Pascal Lefebvre PhD Université d Ottawa Origine Description Calendrier d implantation Ressources

Plus en détail

INTRODUCTION À LA CCSC Planification de la communication pour la CCSC. 2-6 mai 2011 Haïti

INTRODUCTION À LA CCSC Planification de la communication pour la CCSC. 2-6 mai 2011 Haïti INTRODUCTION À LA CCSC Planification de la communication pour la CCSC 2-6 mai 2011 Haïti COMMUNICATION POUR LE CHANGEMENT SOCIAL ET DU COMPORTEMENT Les caractéristiques qui la définissent : La CCSC est

Plus en détail

Un voyage de 1000 km commence toujours par un pas Lao Tseu

Un voyage de 1000 km commence toujours par un pas Lao Tseu Un voyage de 1000 km commence toujours par un pas Lao Tseu être générateur de transformation individuelle et collective dans les entreprises s appuyer sur la capacité de chacun à changer et à incarner

Plus en détail

17 janvier 2014. Jean-François Desbiens, inf., Ph.D Gabrielle Fortin, T.S., étudiante au doctorat

17 janvier 2014. Jean-François Desbiens, inf., Ph.D Gabrielle Fortin, T.S., étudiante au doctorat 17 janvier 2014 Jean-François Desbiens, inf., Ph.D Gabrielle Fortin, T.S., étudiante au doctorat 1. Introduction o Mieux comprendre comment la formation continue peut contribuer au développement des compétences

Plus en détail

Les jeunes et le Service Civique : connaissance, représentations et potentiel d attractivité

Les jeunes et le Service Civique : connaissance, représentations et potentiel d attractivité Les jeunes et le Service Civique : connaissance, représentations et potentiel d attractivité Les principaux enseignements FD/EP N 113392 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion

Plus en détail

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE TRAVAIL

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE TRAVAIL Vous envisagez de vous lancer en affaires sous la formule «Coopérative»? Une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels

Plus en détail

Promoteur : Pierre Arsenault, responsable et gestionnaire du Centre d accès communautaire internet (CACI)

Promoteur : Pierre Arsenault, responsable et gestionnaire du Centre d accès communautaire internet (CACI) Initiative A2 : École La Relève de Saint-Elzéar Promoteur : Pierre Arsenault, responsable et gestionnaire du Centre d accès communautaire internet (CACI) Intervenante : Édith Arsenault, conseillère pédagogique

Plus en détail

Au primaire, votre enfant a de grands projets. Aidez-le à voir l aventure prendre forme.

Au primaire, votre enfant a de grands projets. Aidez-le à voir l aventure prendre forme. APPRENDRE À ENTREPRENDRE À L ÉCOLE ET Y PRENDRE GOÛT Au primaire, votre enfant a de grands projets. Aidez-le à voir l aventure prendre forme. À l école primaire, l entrepreneuriat permet aux élèves : de

Plus en détail

Une école prête à accueillir des enfants de 4 ans

Une école prête à accueillir des enfants de 4 ans Une école prête à accueillir des enfants de 4 ans à plein temps, en milieu défavorisé. 2013 Nathalie Guimont, consultante en éducation Introduction Comment bien se préparer à accueillir, à l école maternelle,

Plus en détail

Un outil de dépistage des décrocheurs potentiels La TEDP 2.0

Un outil de dépistage des décrocheurs potentiels La TEDP 2.0 Un outil de dépistage des décrocheurs potentiels La TEDP 2.0 Présentation effectuée dans le cadre du 14 e Colloque sur l Approche Orientante Michel Janosz, Ph.D. Directeur Jonathan Lévesque, M.Sc. et Julie

Plus en détail

Opération Vigilance. Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans

Opération Vigilance. Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans Opération Vigilance Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans Certains parents hésitent à parler de sécurité personnelle avec leur enfant par crainte de l effrayer ou d affecter sa

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

BILAN FORMATIF Stage IV

BILAN FORMATIF Stage IV Nom du stagiaire : Programme : Nom de l enseignant associé : École : Nom de la direction de l école : Commission scolaire : Nom du superviseur : BILAN FORMATIF Stage IV AGE EN RESPONSABILITÉ au préscolaire

Plus en détail

OBSERVATION ET SUIVI DES PARTICIPANTS

OBSERVATION ET SUIVI DES PARTICIPANTS THÈME F OBSERVATION ET SUIVI DES PARTICIPANTS Nos objectifs partagés Évaluation de la satisfaction des participants Observation de la fréquentation Une démarche écoresponsable a été engagée sur l événement,

Plus en détail

Rencontre des pays de la Francophonie préparatoire à la sixième Conférence internationale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI)

Rencontre des pays de la Francophonie préparatoire à la sixième Conférence internationale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI) 1 Rencontre des pays de la Francophonie préparatoire à la sixième Conférence internationale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI) «Pour une alphabétisation durable : Prévenir et lutter contre l illettrisme»

Plus en détail

Préparer les étudiants en situation de handicap à leurs stages : travailler en amont et en équipe!

Préparer les étudiants en situation de handicap à leurs stages : travailler en amont et en équipe! Préparer les étudiants en situation de handicap à leurs stages : travailler en amont et en équipe! D ans le cadre du 3 e webinaire organisé par le CAPRES Animation : Anne-Louise Fournier, Coordonnatrice,

Plus en détail

MAINTENIR L ESPRIT D ÉQUIPE EN CONTEXTE DE TURBULENCE PRÉSENTÉ À. CNESST Colloque Côte-Nord

MAINTENIR L ESPRIT D ÉQUIPE EN CONTEXTE DE TURBULENCE PRÉSENTÉ À. CNESST Colloque Côte-Nord MAINTENIR L ESPRIT D ÉQUIPE EN CONTEXTE DE TURBULENCE PRÉSENTÉ À CNESST Colloque Côte-Nord ALIA CONSEIL Leader 1 er en et 2 développement juin 2016 organisationnel Page 1 DÉCOUPAGE MODULE 1 La turbulence

Plus en détail

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël www.snf.ch Wildhainweg 3, case postale 8232, CH-3001 Berne Division Carrières Bourses Evaluation du Programme des bourses du Fonds national suisse (FNS) Résumé du rapport Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe,

Plus en détail

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching AFITEP SOIREE MANAGEMENT DE PROJET LE 19 mai 2003 LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching 1 QUELQUES CHIFFRES Aujourd hui en France, on compte environ 2 000 coachs (40 000 dans

Plus en détail

Actions et formations

Actions et formations Catalogue 2013 Actions et formations en éducation pour la santé 1 l adessa, spécialiste de l éducation pour la santé dans l Ain depuis plus de 30 ans Association loi 1901 elle favorise l éducation pour

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail

ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS

ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS SOMMAIRE 03 ÉCLAIRER. RÉVÉLER. INSPIRER. 05 SERVICES AUX PARTICULIERS 07 GESTION DE CARRIÈRE 08 STRATÉGIE DE RECHERCHE

Plus en détail

ésid ART- COM L ART AU SERVICE DE VOTRE ENTREPRISE Initiez un projet d entreprise fort, innovant et créateur de valeur

ésid ART- COM L ART AU SERVICE DE VOTRE ENTREPRISE Initiez un projet d entreprise fort, innovant et créateur de valeur R La ésid ART- COM ésidence des ARTS & de la COMMUNICATION L ART AU SERVICE DE VOTRE ENTREPRISE Initiez un projet d entreprise fort, innovant et créateur de valeur Faire entrer l art dans son entreprise,

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

CE1 et CM : 8 à 11 ans

CE1 et CM : 8 à 11 ans Documents préparatoires à destination des enseignants PRÉPARER, RÉALISER ET EXPLOITER UNE VISITE À L AQUARIUM DE VANNES Ce dossier, destiné aux enseignants, a été réalisé en concertation entre Julie Naudeau,

Plus en détail

Informations utiles à l intention des parents du groupe 1-11 Musique. Crédit photo : Patrick Roger

Informations utiles à l intention des parents du groupe 1-11 Musique. Crédit photo : Patrick Roger Informations utiles à l intention des parents du groupe 1-11 Musique Crédit photo : Patrick Roger Polyvalente Hyacinthe-Delorme Année scolaire 2015-2016 Éducation physique Jordan Demers Groupe : 07, 08,

Plus en détail

Qu est ce que le RÉCIT en formation professionnelle?

Qu est ce que le RÉCIT en formation professionnelle? Qu est ce que le RÉCIT en formation professionnelle? Réseau de personnes-ressources pour le développement des compétences des élèves par l intégration des technologies Qu est-ce que les TIC? Technologies

Plus en détail

Situations à risque. But de la présentation. Qualité de vie. Qualité de vie. Ce que disent les enseignant-e-s qui ont participé à des séminaires

Situations à risque. But de la présentation. Qualité de vie. Qualité de vie. Ce que disent les enseignant-e-s qui ont participé à des séminaires Comment favoriser la qualité de vie des professionnel-le-s dans les établissements scolaires? Marc Thiébaud Jürg Bichsel But de la présentation Présenter les pratiques développées en Suisse romande pour

Plus en détail

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h LES JEUDIS DE L INSTITUT (Jeudis CDC- IUD) Formation, consultation et enseignement PROGRAMMATION 2013-2014 INITIATION AUX CONCEPTS DE BASE EN DÉPENDANCE 26 septembre 2013 SENSIBILISATION À L APPROCHE MOTIVATIONNELLE

Plus en détail

«Recherche : il y a urgence» Rapport d enquête octobre 2011. Mediaprism 64, rue du Ranelagh -75 016 Paris Tél. : 01 53 29 10 00 www.mediaprism.

«Recherche : il y a urgence» Rapport d enquête octobre 2011. Mediaprism 64, rue du Ranelagh -75 016 Paris Tél. : 01 53 29 10 00 www.mediaprism. «Recherche : il y a urgence» Rapport d enquête octobre 2011 Mediaprism 64, rue du Ranelagh -75 016 Paris Tél. : 01 53 29 10 00 www.mediaprism.com Contexte et objectifs de l étude Après 3 ans de mobilisation

Plus en détail

Les arts et le multimédia. Colloque école orientante 24 mars 2011

Les arts et le multimédia. Colloque école orientante 24 mars 2011 Les arts et le multimédia Colloque école orientante 24 mars 2011 Intentions de l atelier Informer les participants sur les programmes d arts et multimédia du secondaire Présenter quelques avenues professionnelles

Plus en détail

Présentation aux parents 3 février 2015

Présentation aux parents 3 février 2015 Présentation aux parents 3 février 2015 Déroulement de la soirée Choix de cours vers la 3 e secondaire Parcours de sciences Période de questions Choix de cours vers la 4 e secondaire Choix d une séquence

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

Programme Pédagogique National du DUT «hygiène-sécuritéenvironnement

Programme Pédagogique National du DUT «hygiène-sécuritéenvironnement Programme Pédagogique National du DUT «hygiène-sécuritéenvironnement» Présentation des semestres 1/7 Tableau A : tableau synthétique des modules et des Unités d'enseignement (UE) par semestre UE Thème+

Plus en détail

L intégration des TIC chez les futurs enseignants : votre point de vue

L intégration des TIC chez les futurs enseignants : votre point de vue L intégration des TIC chez les futurs enseignants : votre point de vue Réservé à l administration Associés Questionnaire - Enseignants associés 1 QUESTIONNAIRE ENSEIGNANTS ASSOCIÉS Ce questionnaire permettra

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

APPEL À PROJETS 2013. Le parrainage de proximité des enfants en difficulté.

APPEL À PROJETS 2013. Le parrainage de proximité des enfants en difficulté. APPEL À PROJETS 2013 Le parrainage de proximité des enfants en difficulté. Dotation : 375 000 sur trois ans. Date limite de réception des dossiers : 4 janvier 2013 en collaboration avec Argumentaire sur

Plus en détail

Qui sommes-nous? A qui s adresse notre programme de formation?

Qui sommes-nous? A qui s adresse notre programme de formation? Qui sommes-nous? Depuis plus de 10 ans, le Centre Universitaire de Charleroi ASBL (CUNIC) organise des formations pour formateurs tant à destination des demandeurs d emploi que des salariés des organisations

Plus en détail

FICHE. L évaluation et la reddition de comptes

FICHE. L évaluation et la reddition de comptes FICHE # 8 L évaluation et la reddition de comptes L évaluation et la reddition de comptes Pourquoi aborder les questions de l évaluation de la reddition de comptes? Parce qu à travers nos pratiques d évaluation

Plus en détail

Activité AO 1 (dimensions de l identité)

Activité AO 1 (dimensions de l identité) Activité AO 1 (dimensions de l identité) Nom de l activité AO : Une pub changer les choses! Réalisation de l activité (mois/année) : Mars 2012 Discipline : Éthique et culture religieuse (thème de la Tolérance)

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

Stéréogrammes sur Excel Par Vincent Papillon, Collège Jean-de-Brébeuf

Stéréogrammes sur Excel Par Vincent Papillon, Collège Jean-de-Brébeuf ANALYSE PÉDAGOGIQUE ET DIDACTIQUE Stéréogrammes sur Excel Par Vincent Papillon, Collège Jean-de-Brébeuf Critères 1. Développement de l autonomie dans l apprentissage des élèves Évaluation Passif 1 2 3

Plus en détail