Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012"

Transcription

1 SEPTEMBRE 2012 PRAIRIES Luzerne : limiter les mauvaises herbes p. 3 Ravageurs : une lutte surtout agronomique p. 6 MAÏS Tasser et protéger le silo pour éviter l'entrée d'air p. 8 Ajuster la ration des vaches laitières au maïs p. 10 Le maïs grain humide séduit de plus en plus p. 12 DÉROBÉES Profiter de la valeur alimentaire des intercultures p. 14 COPRODUITS Bien adaptés aux jeunes charolais p. 16 OLÉO- PROTÉAGINEUX Des sources de protéines au cœur des bassins d'élevage p. 18 Du tourteau de colza pour tous les ruminants p. 20 Jouer la complémentarité pois/tourteau de colza en porcs p. 22 Pois et féveroles avantageux en filières volailles de qualité p. 23 Fourrages et tourteaux Optimiser l'alimentation de ses troupeaux Membres de

2 8 Maïs Tasser et protéger le silo pour éviter l entrée d air Très bien adapté à l ensilage, le maïs n est pas à l abri des pertes en matière sèche et en qualité. Pour les éviter, maintenir le maïs à l abri de l air, du premier au dernier jour, constitue le principal enjeu de la réussite de la conservation du maïs fourrage. Cela passe par un bon tassement et un silo correctement fermé. Grâce à sa richesse en matière sèche à la récolte, qui évite l écoulement de jus, et à sa composition chimique riche en sucres mais pauvre en protéines et matières minérales, qui favorise l acidification rapide, le maïs est le fourrage le mieux adapté à l ensilage. Comme avec tout fourrage humide, des pertes de matières sèches et de qualité peuvent néanmoins survenir pendant l utilisation du silo, notamment au front d attaque. Il est donc impératif de maintenir le maïs à l abri de l air. Tout se joue lors de la mise en silo. Tasser pour enfermer moins d oxygène Plus le maïs fourrage est récolté vert et humide, moins le silo tassé conserve de porosité, et plus vite le peu d oxygène retenu est consommé par la respiration du végétal ou l activité microbienne. À 30 % de MS, seul environ 1 litre d air par kg de matière sèche (MS) est enfermé dans le silo. En 3 à 4 heures, l oxygène disparaît. Levures et moisissures n ont pas le temps de se multiplier. Les bonnes fermentations, qui transforment les sucres de la plante en acide lactique, abaissent le ph et facilitent la conservation, se déroulent rapidement. À 30 % de MS, seul environ 1 litre d air par kg de matière sèche (MS) est enfermé dans le silo. Lorsque le maïs fourrage est plus sec (plus de 35 % de MS), chaque m 3 du silo est plus difficile à tasser. 2 à 4 litres d air par kg de matière sèche sont enfermés dans le silo, voire beaucoup plus en haut du tas. Les cellules encore vivantes du maïs fourrage sont moins actives : il faut donc 3 à 5 jours, pour épuiser l oxygène enfermé. Pendant ce délai, les bonnes fermentations lactiques ne démarrent pas, mais les levures et moisissures se multiplient! Si le silo est bien hermétique, celles-ci se mettent Bien dimensionner son silo Au désilage, pour limiter les pertes, le front d attaque doit avancer plus vite que la reprise des fermentations. 3 mètres par mois en hiver et 6 au printemps et en été permettent généralement d éviter les échauffements. Pour s y tenir, largeur et hauteur des silos doivent être adaptées à la taille des troupeaux, mais aussi à la part de maïs dans la ration ainsi qu à la saison d utilisation. Par exemple, pour un troupeau de 50 vaches laitières consommant chacune 15 kg de MS d ensilage, il faut chaque jour d hiver 3,25 m 3 (230 kg de MS par m 3 en silo couloir). La surface du front d attaque peut donc aller jusqu à 32,5 m 2 (12 m x 2,70 m). Si le silo reste ouvert au moment du pâturage, la consommation par vache peut descendre à 4 kg de MS : il suffit de désiler 200 kg de MS par jour, soit 1 m 3 de silo taupinière dont le front d attaque ne doit alors pas dépasser 5 m 2. Un cordon continu de sable autour du silo renforce l étanchéité du silo. en vie ralentie mais, plus tard, en présence d air (trou dans la bâche, front d attaque), les dégradations reprennent de plus belle : c est la principale cause de pertes de matière sèche lors de la conservation du maïs fourrage. Dans ce type de cas, un hachage fin du maïs peut aider : il augmente la densité de matière sèche et chaque m 3 et laisse moins de place pour la circulation de l'air. Protéger au maximum de l air Pour réduire au minimum le renouvellement de l oxygène, qui relance les échauffements, le silo doit être fermé le plus hermétiquement possible le jour de la récolte. Comment? avec une bâche plastique de qualité, bien posée et bien protégée. Elle doit être choisie selon ses caractéristiques géométriques (largeur, régularité de l épaisseur) et mécaniques (résis-

3 Maïs 9 Un fourrage propre Apportée par les roues des tracteurs et des remorques, la terre constitue une source de spores butyriques. Même si ces germes ont peu de chances de se multiplier dans le maïs, l ensilage peut contaminer les bouses et le lait lors de la traite. Pour éviter ce risque, il faut préférer les silos en sol bétonné, les zones de circulation proches du silo en terrain stabilisé (empierrement, sols goudronnés ). Les silos «boudins» permettent aussi de garder le fourrage propre. tance à la perforation ou à l étirement), son seuil maximal de microporosité et la tenue dans le temps de ces qualités face à l exposition aux rayons ultraviolets. Il est possible de poser deux films : l un en dessous pour l herméticité, l autre au-dessus pour la protection. Les bâches multi Pour réduire au minimum le renouvellement de l oxygène, qui relance les échauffements, le silo doit être fermé le plus hermétiquement possible le jour de la récolte. couches, par exemple bicolores, sont a priori de bonne qualité. La technologie employée, la coextrusion, nécessite l emploi de matières premières très homogènes. Les bonnes bâches sont signées : en cas de problème, il est possible de remonter jusqu au fabriquant via le revendeur. Il faut donc garder les justificatifs d achat (factures, étiquettes ). Une répartition régulière des masses garantit un bon contact avec le fourrage. Des sacs en toile de polypropylène remplis de sable ou des pelletées bien réparties remplacent avantageusement les pneus jointifs placés sur la bâche. L idéal consiste en une couche continue de matériaux sableux : grâce à sa charge, elle assure un tassement des couches superficielles tout en permettant une isolation thermique. Elle évite les entrées d air consécutives à l alternance de la chaleur du jour (dilatation de l air) et au refroidissement de la nuit (aspiration d air frais). Si cette solution demande de la main-d œuvre, c est toutefois la seule efficace lorsqu un problème de conservation est pressenti en raison du manque de qualité initiale du fourrage. Une seconde bâche, éventuellement usagée, ou un filet de protection en polypropylène peut protéger le film assurant l étanchéité du silo. Ce dispositif évite les trous dus aux oiseaux ou à la divagation des bovins et il limite l exposition au soleil. Une seconde protection Des tentatives de couverture «végétalisée» (semis de céréales au-dessus du silo) ont été faites, mais cette technique occasionne des pertes importantes sur au moins 20 cm d épaisseur. Autre solution, à proximité des usines de transformation de pommes de terre, le dépôt sur le tas de maïs d une couche de «purée-pelure» : c est une protection efficace, qui améliore le tassement, reste comestible et peut se renouveler durant la conservation du fourrage. À l ouverture du silo, la gestion du front d attaque, sans éboulements et avec une avancée rapide, doit limiter au maximum la pénétration en profondeur de l air qui réactiverait d autant plus les fermentations. Réussir sans conservateur Quand la porosité du silo est maîtrisée par un bon tassement, l incorporation de conservateur dans l ensilage n apporte aucune amélioration du point de vue de la conservation, ni pour les fermentations lactiques juste après la récolte, ni pour contrecarrer le développement de moisissures. Cependant, l application d un conservateur «anti-moisissures», chimique ou biologique, peut intervenir quand une porosité trop élevée est attendue, par exemple quand la récolte n a pu avoir lieu à moins de 35 % de matière sèche. Cette application peut ne concerner que la couche la plus exposée aux dégradations, soit les 20 à 30 derniers centimètres du silo. Le conservateur a alors pour effet d allonger le délai de stabilité de l ensilage, ce qui rend l échauffement plus tardif Quant au sel, son incorporation ne sert qu à limiter la multiplication des bactéries butyriques dans des zones de condensation à la surface des silos. Une couche continue de matériaux sableux Un silo boudin permet de garder la propreté du maïs fourrage. La pose de la bâche doit préserver les qualités initiales. Il est donc important de faire attention au vent, aux piétinements, etc Dans le cas de silos couloirs, la liaison au sol et aux murs doit être parfaite, assurée par un cordon continu tout autour du silo (bourrelet de sable, sacs remplis de sable ou de gravier). Moins d air dans les ensilages moins secs Air 250 l Air 500 l Eau 545 l MS 205 l Composition d un mètre cube d ensilage à 30 % de MS Eau 320 l MS 180 l Composition d un mètre cube d ensilage à 40 % de MS

4 10 Maïs Ajuster la ration des vaches laitières à la valeur du maïs Bien évaluer la composition de son maïs permet de mieux déterminer le moment de l ensilage mais aussi d optimiser son incorporation dans la ration des vaches laitières. Une teneur de 22 à 25 % d amidon dans la ration garantit à la fois une bonne ingestion et une bonne digestion. La valeur énergétique du maïs s exprime habituellement par sa teneur en unité fourragère lait (UFL). Mais ce critère n est pas suffisant pour calculer la place du maïs dans la ration des vaches. ARVALIS-Institut du végétal propose depuis plusieurs années de décomposer sa valeur énergétique en deux éléments : la teneur en amidon, représentative des grains, et la digestibilité de la matière organique «non amidon» (DMOna), qui caractérise la partie végétative de la plante (figure 1). L amidon du maïs correspond à un apport de concentré. La DMOna représente la digestibilité des «tiges et feuilles». Sa plage de variation est presque aussi large que celle qui sépare un ensilage d herbe et une paille de céréale Deux types de fourrages qui ne sont pas équivalents dans la ration des vaches! Jeune, le maïs présente une forte DMOna et une faible teneur en amidon. Lorsqu il est mature, son profil s inverse : l amidon s est développé alors que la DMOna a chuté. La valeur UFL de la plante entière n est en fait que la moyenne pondérée de ces deux éléments, ce qui signifie que des maïs de même valeur UFL (représentées sur la figure 1 par des lignes obliques «iso UFL») ont des compositions très différentes. Ne pas récolter trop tard Le stade «optimal» de récolte est atteint quand le maïs ne progresse plus en rendement UFL par hectare. À ce stade, la richesse en amidon est en moyenne de 30 % (centre Le stade «optimal» de récolte est atteint quand le maïs ne progresse plus en rendement UFL par hectare. de la figure 1) : la digestibilité des tiges et feuilles est celle d un foin correct et, dans les grains, l amidon est présent sous trois formes (un peu laiteux, surtout pâteux, un peu vitreux). Ce fourrage se conserve bien, sans écoulement de jus ni difficultés de tassement. Plus tôt, la valeur des tiges et feuilles est certes plus élevée, mais le fourrage n a pas atteint le maximum de rendement et l on peut craindre un écoulement de jus au silo. Plus tard, l augmentation de la teneur en amidon se fait au détriment des tiges en train de se dessécher et de se lignifier. Pour la récolte en grains, c est une étape importante, mais pas quand on s intéresse à la plante entière. Aux stades tardifs, le maïs devient plus difficile à conserver, les valeurs énergétiques et azotées réelles sont inférieures aux valeurs annoncées, car les équations de prédiction ne sont plus valides. En effet le maïs contient de plus en plus d amidon vitreux qui, dans le rumen, ne participe pas à la synthèse de protéines microbiennes. En année moyenne, le stade optimal correspond à une teneur en matière sèche (MS) voisine de 33 à 35 %. Si la part de grains est faible, par exemple en raison des semis tardifs, il peut être atteint dès % de MS. Quand les épis sont développés, ce même stade se rencontre au-delà de 35 % de MS, avec plus d amidon. Des analyses pour bien «chiffrer son coup d œil» Il est possible d estimer au champ les écarts entre un maïs observé avant la récolte et une culture «moyenne», en observant précisément le développement végétatif (hauteur ) et les épis (nombre, grosseur, stade ). Mais seules les analyses sur un ou plusieurs échantillons représentatifs de la récolte permettent de disposer de valeurs objectives de teneur en amidon et valeur énergétique. Attention, le calcul des valeurs protéiques à partir des résultats d analyse est adapté aux maïs récoltés à moins de 35 % de MS : il surévalue donc les maïs plus secs. AGPM GIE Tous les maïs fourrage peuvent être incorporés dans une ration destinée aux vaches laitières, à condition d être correctement complémentés.

5 11 Caractériser son maïs selon ses teneurs en amidon et en fibres Composante " tiges+feuilles " : DMOna % ,8 UFL Très précoce Précoce Pauvre Riche Moyen Tardif 1 UFL Pour bien digérer les fourrages, la vache passe beaucoup de temps à mastiquer. L excès d amidon peut dérégler la digestion Composante " grain " : Amidon % Certaines fibres déterminent l ingestion Pour donner au maïs sa bonne place dans la ration, il faut l imaginer en trois fractions : l amidon et la partie «digestible» de ses fibres constituent un apport énergétique essentiel, tandis que la partie «indigestible» des fibres régule l ingestion. Comment? Les bactéries du rumen permettent aux vaches de digérer une partie de l énergie contenue dans les fibres de cellulose. Le rumen ayant un volume fixe, la vache ne peut en faire sortir chaque jour qu une quantité limitée de fibres de cellulose rendue indigestible par la lignine. Plus l aliment est «lignifié», plus l animal passe de temps à «ruminer». Cette mastication réduit les fibres du fourrage en petits morceaux et active la sécrétion de salive. Or celle-ci contient du bicarbonate de soude qui régule le ph du rumen entre 6 et 6,5, l acidité optimale pour les bactéries qui digèrent les fibres Plus la ration est fibreuse, mieux le fourrage est digéré, mais moins la vache consomme de matière sèche et d énergie. C est donc la teneur en fibres «indigestibles» qui permet de «piloter» l ingestion en adaptant la quantité ingérée aux besoins. Équilibrer amidon et fibres digestibles dans la ration Dans la ration des vaches à haut potentiel, la Très tardif Le maïs optimal se trouve au centre du cercle vert clair. Les courbes sont des iso UFL. La courbe verte en pointillé est la trajectoire d'un maïs. place des fibres lignifiées est faible, celle des éléments digestibles étant très élevée. À première vue, le maïs, pourvu en énergie, convient bien aux vaches ce qui est vrai, à condition que l amidon qu il apporte ne perturbe pas la digestion. En effet, Plus la ration est fibreuse, mieux le fourrage est digéré, mais moins la vache consomme de matière sèche et d énergie. l équilibre entre les fibres digestibles et l amidon est essentiel pour préserver le bon fonctionnement du rumen. Tout excès d amidon peut entraîner un «dérèglement» du rumen ou acidose avec des perturbations de la production et même des conséquences fatales pour la vache. Attention à l excès d amidon Les résultats expérimentaux montrent que l énergie de la ration des vaches laitières est valorisée à 100 % quand la teneur en amidon de celle-ci ne dépasse pas 22 % : les apports en UFL correspondent exactement aux besoins d entretien et de production laitière. Avec le même maïs, pour une ration à 25 % d amidon, l ingestion augmente, mais la vitesse de transit également : une partie de l énergie n a donc pas le temps d être digérée. En début de lactation, ce gaspillage atteint 1 UFL par jour. À 28 % d amidon dans la ration, la perte atteint 2 UFL et les signes d acidose se multiplient. Pour concilier ingestion, apports énergétiques et azotés tout en évitant l acidose, la seule solution consiste à associer au maïs des concentrés et des fourrages ne contenant pas ou peu d amidon, mais beaucoup de fibres plus digestibles : ensilage d herbe, luzerne déshydratée, pulpe de betteraves, etc. Il y a toujours une solution qui convient, la meilleure étant celle qui coûte le moins cher pour le même résultat. Construire sa ration en fonction des caractéristiquesde son maïs - Exemples Type de maïs très précoce précoce Maïs moyen tardive très tardive Riche en énergie Pauvre en énergie MS 23,7 30,6 32,2 34,1 48,0 33,2 35,3 UFL/kg MS 0,92 0,92 0,92 0,91 0,89 0,98 0,86 Amidon % MS 11,6 21,2 30,1 34,8 39,4 30, Ingestion totale MS 23,1 22,9 23,3 23,5 23,6 24,1 23,5 Maïs F (kg MS) 14,3 15,4 16,7 12,4 11,1 18,0 10,1 Ensilage Herbe («) ,9 5,1-4,7 T. colza (kg brut) 2,7 3,1 3,4 3,0 2,6 3,8 2,4 T. soja (kg brut) 2,5 2,7 2,6 2,5 3,1 1,8 2,5 Triticale (kg brut) 3,4 1,4 0,1 1,4 1,4-3,7 concentrés 34,5 29,2 24,7 26,7 27,5 21,7 33,3 amidon/ration 16,0 17,9 22,0 22,0 22,0 23,0 22,0 (1): cette ration permet aussi une reprise de poids d environ 400 g/jour Dans ces exemples, les vaches (30 % de primipares, produisant 35 kg de lait à 42 g/kg de taux butyreux et 33 g/kg de taux protéique) reçoivent toujours 1 kg brut de foin et environ 350 g d aliment minéral. La complémentation azotée et énergétique combine du tourteau de colza, du tourteau de soja et du triticale.

6 12 Maïs Des éleveurs de plus en plus séduits par le maïs grain humide La proportion de maïs grain humide ne cesse d augmenter depuis quelques années. Lorsque l itinéraire technique est bien conduit, ce produit permet aux éleveurs d enrichir les rations et d accroître leur autonomie tant d un point de vue alimentaire qu énergétique. Le maïs grain humide devient un aliment de base pour les jeunes bovins à l engraissement. et tassés pour favoriser la disparition de l oxygène et le travail des bactéries anaérobies, qui transforment les sucres du maïs en acide lactique. Le maïs grain humide peut être ensilé en silos «couloir», «boudin» ou «tour». AGPM GIE En France, plus de ha de maïs grain sont aujourd hui conservés sous forme humide. Grâce à un choix de variétés de précocité adaptée à chaque zone de production, à des techniques de conservation simples et efficaces, cette pratique s est fortement développée ces dernières années. Elle a d autant plus d intérêt que l absence de frais de séchage la rend économiquement intéressante. Une récolte précoce et un grain sain Reste à bien conduire l itinéraire technique, ce qui passe par une récolte précoce d un grain sain et une mise en silo soignée. Cela se prépare dès le choix de la précocité des variétés et des dates de semis, à adapter aux conditions pédoclimatiques de la région ainsi qu aux objectifs de l éleveur. Il est ensuite impératif de s assurer de la bonne qualité sanitaire du maïs au champ avant la récolte. Afin de limiter les risques sanitaires de fin de cycle, celle-ci doit intervenir le plus tôt possible, soit à la maturité physiologique, c est-à-dire dès l apparition du point noir à la pointe des grains. Ce stade peut être atteint vers 35 % d humidité du grain dans les zones septentrionales, mais vers 30 à 32 % plus au sud. Au-delà, il n y a plus rien à gagner à laisser le maïs au champ, hormis une réduction d humidité sans intérêt voire dommageable pour une conservation sous forme humide. Après la récolte, la mise en silo doit être effectuée rapidement, proprement, de façon hermétique, en veillant à bien tasser s il s agit de grain broyé. Pour le maïs ensilé, il faut préserver les conditions d une bonne exploitation, favorisant notamment une bonne vitesse d avancement journalière du front d attaque (silo boudin, silo couloir). Ensiler ou inerter Quelle que soit la solution retenue, il est fondamental de stocker sans attendre après la récolte et de mettre le grain, broyé ou entier, à l abri de l oxygène pour garantir une bonne conservation. Deux méthodes existent : l ensilage et l inertage. La première se pratique sur des maïs récoltés entre 30 et 38 % d humidité. Juste après la récolte, les grains sont broyés Il est fondamental de stocker sans attendre après la récolte et de mettre le grain, broyé ou entier, à l abri de l oxygène pour garantir une bonne conservation. La seconde méthode, l inertage, consiste à conserver les grains humides entiers, toujours en l absence d oxygène. Les grains sont récoltés plus secs, entre 26 et 35 % d humidité. Ils sont stockés en big-bag, silos souples ou «tours» hermétiquement clos (encadré). La respiration des grains ainsi que la microflore consomment rapidement l oxygène interstitiel et le remplacent par du gaz carbonique. Adapter le mode de stockage Mode de stockage le moins coûteux, les big bag sont bien adaptés aux élevages de petites tailles et particulièrement à la conservation du maïs humide par inertage. Ils s utilisent généralement dans les élevages de bovins viande. Les sacs, qui contiennent en moyenne 800 kg de maïs humide, sont stockés sur une plate-forme propre et stabilisée. Le silo souple offre pour sa part une capacité de stockage de 30 à 160 tonnes. En acier vitrifié, le silo tour est adapté aux grandes unités d élevage (à partir de 300 tonnes de stockage). Il est surtout utilisé par les élevages de porcs et les gros ateliers de gavage de canards.

7 Maïs 13 Un aliment de fond pour l engraissement des bovins Pour les vaches laitières, les éleveurs privilégient l ensilage de maïs plante entière. Le maïs grain humide constitue cependant un complément alimentaire énergétique idéal Pratique et énergétiquement correct r des grains humides permet d abord d élargir les plages de récolte et facilite l organisation des chantiers. Dans les cas exceptionnels (semis tardifs, conditions climatiques difficiles ), ce mode de récolte peut également aider à préserver la qualité et le rendement. Récolté tôt, le maïs humide libère les terres afin d implanter des cultures hivernales ou des couverts végétaux. Il a également l avantage de valoriser les fumures organiques appliquées avant culture ou au stade 5/6 feuilles. L absence de séchage améliore le bilan environnemental de la culture de maïs en réduisant la consommation en énergie primaire et les émissions de gaz à effet de serre. La valorisation de cet aliment de haute qualité, appétant et énergétique, permet d utiliser ses propres productions, à la fois à un coût diminué et maitrisé (pas de séchage et de transport) tout en apportant une garantie totale sur l origine des aliments. pour des périodes comme le pâturage. Les vaches peuvent en consommer de 2 à 6 kg par jour, en fonction des autres composants de la ration. Aucun problème digestif n apparaît tant que la limite de 28 % d amidon dans la ration n est pas dépassée. L optimum d efficacité se situe entre 22 et 25 %. Pour l engraissement des bovins, le maïs grain humide se développe. D une valeur énergétique de 1,29 UFV (Unité fourragère viande) au kg de matière sèche, il devient un aliment de base pour des animaux à fort potentiel de croissance comme les taurillons. En engraissement de jeunes bovins de la race blonde d Aquitaine, la distribution d une ration complète et équilibrée à base de maïs grain humide à 90 PDI/UFV (1) augmente les performances de croissance. Cela ne crée pas de problème métabolique et contribue à fournir une qualité de carcasse reconnue. Le maïs est dans ce cas souvent distribué en grains entiers ou simplement aplatis lorsque l humidité est plus faible. À la base de la ration chez les porcs Sur porcs, des études de digestibilité menées par ARVALIS-Institut du végétal en 2009 et 2011 ont montré que le maïs grain humide broyé et ensilé fournit une valeur énergétique significativement supérieure à celle du maïs grain sec. Elle est intermédiaire avec celle du maïs grain humide inerté entier. De fait, pour l engraissement des porcs, le maïs grain humide est à la base de l alimentation de nombreux élevages du grand ouest et du sudouest de la France. Incorporé jusqu à 70 % de la ration, il assure les apports énergétiques et améliore l efficacité alimentaire. Il permet en plus de préserver la qualité des carcasses et des gras pour l industrie de la salaisonnerie mais également de réduire les quantités de phosphore excrété. Encore sous la mère, les porcelets apprécient déjà le maïs grain humide. Avant et après le sevrage, les éleveurs constatent une nette régression des problèmes digestifs, en relation avec l acidité de cet aliment. Il est également utilisé pour les truies en gestation et en lactation. Pour l engraissement des porcs, le maïs grain humide est à la base de l alimentation de nombreux élevages du grand ouest et du sudouest de la France. Des essais sur les canards L utilisation du maïs grain humide dans le gavage des canards connaît un développement plus récent. De nombreux essais réalisés au «Palmipôle» d Artiguères (40), ainsi que des suivis chez des éleveurs ont démontré que les performances de gavage et de qualité des produits sont aussi bonnes qu il s agisse de maïs grain sec ou humide. L alimentation à base de maïs humide est également compatible avec l engraissement des agneaux, des volailles de chair et avec le régimes des poules pondeuses. Pour les zones d élevage, l approvisionnement en maïs grain humide permet au final de couvrir les besoins énergétiques, garantir la qualité des produits, bénéficier de l intérêt économique tout en contribuant à réduire l impact environnemental. (1) Protéines digestibles au niveau de l intestin/unité fourragère viande Les silos boudins constituent l une des formes de stockage du maïs grain humide ensilé.

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012 SEPTEMBRE 2012 PRAIRIES Luzerne : limiter les mauvaises herbes p. 3 Ravageurs : une lutte surtout agronomique p. 6 MAÏS Tasser et protéger le silo pour éviter l'entrée d'air p. 8 Ajuster la ration des

Plus en détail

APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE

APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE Alimentation Energie et azote Les apports énergétiques et azotés recommandés pour les chèvres laitières sont mesurés respectivement par les unités UFL

Plus en détail

A L I M E N T A T I O N

A L I M E N T A T I O N www.pep.chambagri.fr Dossier : Raisonner l alimentation des chèvres laitières, les principes de base L M E O Favoriser au maximum l ingestion des fourrages grossiers 1- La part des fourrages doit représenter

Plus en détail

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont Bien alimenter et abreuver FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont indispensables pour assurer un bon niveau de production et une bonne santé aux animaux du troupeau. Les fiches

Plus en détail

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Yves Beckers Université de Liège Gembloux Agro-Bio Tech Unité de Zootechnie Yves.beckers@ulg.ac.be Henri-Chapelle 16 décembre 2009 Unité

Plus en détail

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit LES MATIERES GRASSES : De l auge à l assiette Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit en contenir. On les trouve dans le beurre, l huile, mais

Plus en détail

Récolte. Principe - Technique. Moyens de stockage. Organisation du chantier. (récolte avancée-15 jours)

Récolte. Principe - Technique. Moyens de stockage. Organisation du chantier. (récolte avancée-15 jours) Conservation du maïs grain humide broyé : L ensilage Récolte Principe - Technique A la moissonneuse batteuse : à 34-3838 % d'humidité (récolte avancée-15 jours) - Bactéries lactiques fermentent les glucides

Plus en détail

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique -

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intervenant : Samuel MAIGNAN Zootechnie : Intérêt nutritionnel de la luzerne déshydratée Intérêt nutritionnel de la luzerne

Plus en détail

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères Alimentation hivernale des bovins charolais Recommandations et repères Hiver 0/0 Les conditions climatiques défavorables de cette année 0 n ont pas permis de constituer suffisamment de stocks hivernaux

Plus en détail

Valorisation de l Energie par les brebis. Jean-Marc ARRANZ 15 mars 2007

Valorisation de l Energie par les brebis. Jean-Marc ARRANZ 15 mars 2007 Valorisation de l Energie par les brebis Jean-Marc ARRANZ 15 mars 2007 Plan Rappel système INRA Le rumen et son fonctionnement Les sucres Les fibres Indices de fibrosité Régulation du transit et du PH

Plus en détail

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège Plan L ensilage de maïs en général Caractéristiques anatomiques

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr.

Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr. Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr. Stratégie de groupage Valorisation des fourrages Choix des ingrédients Digestion de la ration Stratégie d additifs Stratégie de groupage

Plus en détail

Fiche technique : Culture de canne fourragère

Fiche technique : Culture de canne fourragère Fiche technique : Culture de canne fourragère Sujet : Cette fiche technique vous donne les éléments clés permettant de mettre en place une surface de canne fourragère. Les différentes cannes fourragères

Plus en détail

Les sous-produits... peut-on en tirer profit?

Les sous-produits... peut-on en tirer profit? JOHANNE CAMERON, agr. M.Sc. Responsable en vulgarisation au CEPOQ Ovin Québec, Octobre 2007 Les sous-produits... peut-on en tirer profit? Bonjour. J ai toujours aimé contrôler mon coût de production en

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

Utilisation des légumineuses à graines

Utilisation des légumineuses à graines Colloque Utilisation des légumineuses dans les systèmes de production animale JL Peyraud, JY Dourmad, M Lessire, F Médale, C Peyronnet Les légumineuses pour des systèmes agricoles et alimentaires durables

Plus en détail

Fiche technique n 3 : l alimentation des porcs

Fiche technique n 3 : l alimentation des porcs Fiche technique n 3 : l alimentation des porcs L alimentation est très importante pour la réussite de l élevage de porcs. Quelques données sur l alimentation des porcs Le porc n est pas très exigeant quant

Plus en détail

Quel équilibre entre protéines animales et végétales pour une alimentation durable?

Quel équilibre entre protéines animales et végétales pour une alimentation durable? Quel équilibre entre protéines animales et végétales pour une alimentation durable? Didier RÉMOND, Unité de Nutrition Humaine, Clermont-Fd SIA 2015 26/03/2015.01 Gaz à effet de serre H2O Biodiversité Alloca)on

Plus en détail

Le tourteau de colza, source. de protéines. de qualité. bovins. pour vos

Le tourteau de colza, source. de protéines. de qualité. bovins. pour vos Le tourteau de colza, source de protéines pour vos de qualité bovins fleurs de colza Grâce à ses qualités nutritionnelles, le tourteau de colza remplace facilement le tourteau de soja dans l alimentation

Plus en détail

CARACTERISATION DES ESPECES DE CHAMPIGNONS ET DE MYCOTOXINES CONTAMINANT DES ENSILAGES EN BELGIQUE

CARACTERISATION DES ESPECES DE CHAMPIGNONS ET DE MYCOTOXINES CONTAMINANT DES ENSILAGES EN BELGIQUE CARACTERISATION DES ESPECES DE CHAMPIGNONS ET DE MYCOTOXINES CONTAMINANT DES ENSILAGES EN BELGIQUE Héloïse Bastiaanse et François Van Hove, Mycothèque de l UCL (BCCM TM /MUCL) Projet de recherche financé

Plus en détail

Nos métiers. EVIALIS et le Porc. Un des premiers Centres de Recherche d Europe. Un laboratoire d analyses pour des réponses ciblées

Nos métiers. EVIALIS et le Porc. Un des premiers Centres de Recherche d Europe. Un laboratoire d analyses pour des réponses ciblées Merilis Porcilis Nos métiers Un des premiers Centres de Recherche d Europe Le centre de recherche EVIALIS, avec ses réseaux d élevages témoins et ses partenaires extérieurs, étudie les besoins nutritionnels

Plus en détail

ALIMENTATION ANIMALE 1.- LES RUMINANTS

ALIMENTATION ANIMALE 1.- LES RUMINANTS ALIMENTATION ANIMALE L'alimentation des animaux a une répercussion sur la qualité des produits animaux dérivés Cette alimentation doit répondre aux besoins des animaux pour leur entretien, leur production,

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

Prémix. Minéraux. Aliments 1er âge. Aliments diététiques. Matières premières. Biosécurité

Prémix. Minéraux. Aliments 1er âge. Aliments diététiques. Matières premières. Biosécurité Prémix Minéraux Aliments 1er âge Aliments diététiques Matières premières Biosécurité Des solutions pour chaque élevage La valeur sûre de votre élevage Calcialiment a été fondée il y plus de 80 ans en Bretagne.

Plus en détail

MEDIAREPRO Granulé et la reproduction

MEDIAREPRO Granulé et la reproduction MEDIAREPRO Granulé et la reproduction POURQUOI Y - A T - IL AUTANT DE PROBLEMES DE REPRODUCTION? Les récentes études menées par l EDE du Finistère, l INRA et l URCEO ont démontré que la raison principale

Plus en détail

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE REFERENCES TECHNICO ECONOMIQUES : SAISONNALITE DE LA PRODUCTION DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE RESEAUX Rhône Alpes D ELEVAGE FACTEURS DE REUSSITE ET RISQUES DE DERIVES POURQUOI CETTE FICHE?

Plus en détail

Gramitherm Panneaux d isolation en herbe

Gramitherm Panneaux d isolation en herbe Gramitherm Panneaux d isolation en herbe Documentation technique Été 2009 Informations générales sur la matière première et le procédé Informations générales sur le produit Homologation technique européenne

Plus en détail

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon»

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Mémento de plantation Crédit photos et dessins : Dominique Mansion, Jean-Louis Corsin, Arbre et Paysage 32

Plus en détail

Les qualités nutritives des tourteaux de colza

Les qualités nutritives des tourteaux de colza 1 Les qualités nutritives des tourteaux de colza Composition chimique du tourteau de colza Version du 26 octobre 2005 Remarque :!!! Données dans les tableaux pour tourteau non gras!!! Bien équilibré en

Plus en détail

DESIKOTE MAX MC. Antitranspirant réducteur de l égrenage USAGE AGRICOLE. Alcool éthoxylé... 9 % p / p Hydrocarbures terpéniques...

DESIKOTE MAX MC. Antitranspirant réducteur de l égrenage USAGE AGRICOLE. Alcool éthoxylé... 9 % p / p Hydrocarbures terpéniques... DESIKOTE MAX MC Antitranspirant réducteur de l égrenage USAGE AGRICOLE GARANTIE : Alcool éthoxylé...... 9 % p / p Hydrocarbures terpéniques... 55 % p / p DESIKOTE MAX forme une membrane semi-perméable

Plus en détail

Le maïs sous toutes ses formes pour l alimentation des bovins

Le maïs sous toutes ses formes pour l alimentation des bovins Le maïs sous toutes ses formes pour l alimentation des bovins Le maïs sous toutes ses formes pour l alimentation des bovins Récolte plante entière «Fourrage» Récolte «Epis» «Grain Humide» Récolte «Grain

Plus en détail

ANC. Un concentré de nutriments essentiels riches en vitamines naturelles PETFOOD

ANC. Un concentré de nutriments essentiels riches en vitamines naturelles PETFOOD ANC PETFOOD Extrait Concentré de Luzerne Un concentré de nutriments essentiels riches en vitamines naturelles Une source de protéines équilibrée de haute qualité Un apport d acides gras oméga 3 Des pigments,

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire Juin 2014 Compte-rendu 00 14 301 027 collection résultats Carole Jousseins 1, Edmond Tchakérian 2, Catherine de Boissieu 3, Emmanuel Morin 4, Thomas Turini 5 1. Institut de l Élevage. Département Techniques

Plus en détail

L humain manque d oligo-éléments. L humain mange des animaux et des végétaux.

L humain manque d oligo-éléments. L humain mange des animaux et des végétaux. L a s a n t é p a r l e s o l L humain manque d oligo-éléments. L humain mange des animaux et des végétaux. Alimenter les cultures végétales avec GENOSOL, permet aux plantes d être plus riche en oligo-éléments.

Plus en détail

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Objectif. Il y a 4 ans je m installait dans une ferme de 100Ha. Apres 2 ans observant l'état si pauvre et usé de la terre, j ai devenu

Plus en détail

La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières

La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières Stefan JURJANZ 19 juin 2014 1 Filière -lait de vaches Actualité : prix fluctuants subventions, abandon des quotas, ouverture des marchés

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie)

3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie) 3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie) 3 3.3 Environnement du site (Extrait photo aérienne) 4 3.4 Synoptique Eau 5 6 3.1 Contexte environnemental et sensibilités

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 55 SOMMAIRE Les fibres Mieux connaître les fibres Focus sur les rôles des fibres Les apports conseillés Les sources de fibres Le Complément Alimentaire à Base

Plus en détail

Les coproduits. de l industrie de la pomme de terre: une solution intéressante pour l alimentation des ruminants

Les coproduits. de l industrie de la pomme de terre: une solution intéressante pour l alimentation des ruminants Les coproduits de l industrie de la pomme de terre: une solution intéressante pour l alimentation des ruminants Février 2001 SOMMAIRE Avant-propos..............................................................

Plus en détail

SÉANCES PLÉNIÈRES. 10 Avril 2008

SÉANCES PLÉNIÈRES. 10 Avril 2008 SÉANCES PLÉNIÈRES 10 Avril 2008 119 120 LA QUALITE : DU SOL AU LAIT Ekaitz Mazuste 1, Maité Goienetxe 1, Anne Haegelin 2 1 Association B.L.E., 32 rue de la Bidouze 64120 Saint-Palais 2 Pôle Scientifique

Plus en détail

Précautions préalables à la mise en terre. Mode

Précautions préalables à la mise en terre. Mode Les plants forestiers 1 préalables à la mise en terre par Pascal Balleux 2 et Philippe Van Lerberghe 3 La reprise et la croissance d un plant forestier sont bonnes à condition de veiller à la qualité des

Plus en détail

7.3 Le bétonnage. par temps chaud. par temps froid

7.3 Le bétonnage. par temps chaud. par temps froid 7.3 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Le bétonnage par temps chaud Les conditions climatiques ont une grande influence sur la qualité finale du béton. Il convient de se préoccuper de cette sensibilité

Plus en détail

EDUCATION-SANTE-AGRICULTURE-INFORMATIQUE. Licence pour Documents Libres, Version 1.1 Copyright ( ) 2000 Guilde des Doctorants.

EDUCATION-SANTE-AGRICULTURE-INFORMATIQUE. Licence pour Documents Libres, Version 1.1 Copyright ( ) 2000 Guilde des Doctorants. EDUCATION-SANTE-AGRICULTURE-INFORMATIQUE Licence pour Documents Libres, Version 1.1 Copyright ( ) 2000 Guilde des Doctorants. Paris DOCUMENTS PEDAGOGIQUES LIBRES c/n : (rapport entre le carbone et l azote)

Plus en détail

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba synthèse Engazonnement hivernal Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba Caractéristiques de la moutarde : Brassicacée 1, sélectionnée pour sa capacité à produire du fourrage. Système racinaire pivotant

Plus en détail

L UTILISATION DU MAÏS HUMIDE EN ALIMENTATION PORCINE

L UTILISATION DU MAÏS HUMIDE EN ALIMENTATION PORCINE L UTILISATION DU MAÏS HUMIDE EN ALIMENTATION PORCINE - Enquête auprès de 28 éleveurs de porcs de Basse-Normandie - PREAMBULE En raison des fluctuations du prix des matières premières, qui se sont accélérées

Plus en détail

Composition du sac de déchet d origine résidentielle**

Composition du sac de déchet d origine résidentielle** 2016 Composition du sac de déchet d origine résidentielle** 12% RDD Textiles Matières 2% 3% diverses 3% 21% ** Recyc-Québec Caractérisation des matières résiduelles du secteur résidentiel 2010 QU EST-CE

Plus en détail

COMPTE RENDU Journée formation

COMPTE RENDU Journée formation COMPTE RENDU Journée formation Agriculture de conservation des sols Profils de sol 1. Vincent Etchebarne à St Jean le Vieux prairie 2. Alain Claverie à Behasque sol nu / couverts multiples 3. Bernard Hourquebie

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

Mise en place des pains

Mise en place des pains Mise en place des pains Préparation de la nouvelle culture 3/3 Dès la livraison 1 Stocker de préférence à l abri. Stocker dans une zone sèche et propre, à l écart de la vieille culture. 3 Ne pas gerber

Plus en détail

Composter, c est naturel!

Composter, c est naturel! Composter, c est naturel! Le compostage consiste à décomposer la matière organique par l action de l air, des bactéries et organismes vivants du sol pour la transformer en humus. Réduire la quantité de

Plus en détail

LES EMBALLAGES ALIMENTAIRES Démonstration pour les adolescents et les adultes

LES EMBALLAGES ALIMENTAIRES Démonstration pour les adolescents et les adultes LES EMBALLAGES ALIMENTAIRES Démonstration pour les adolescents et les adultes Les emballages permettent de prolonger la durée de conservation des denrées alimentaires. Leur rôle est, entre autres, de maintenir

Plus en détail

La conservation des légumes d hiver

La conservation des légumes d hiver La conservation des légumes d hiver L optimisation de la conservation des légumes d hiver est importante afin de limiter les pertes, étaler la commercialisation et proposer une diversité de légumes jusqu

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Des protéines aussi dans l herbe

Des protéines aussi dans l herbe Des protéines aussi dans l herbe Comment bien les valoriser chez le ruminant? Yves Beckers Unité de Zootechnie FUSAGx Gembloux 24 mars 2009 Régions tempérées : herbe Disponible en quantité SAU sous prairies

Plus en détail

La biomasse, source d énergie?

La biomasse, source d énergie? Paul MATHIS mathis.paul@orange.fr Editions Quae Dijon Le 11 octobre 2012 L énergie, c est quoi? L énergie, c est ce qui permet : de se chauffer, de cuire les aliments, de se déplacer, de faire marcher

Plus en détail

Equilibres microbiens dans les Elevages

Equilibres microbiens dans les Elevages Equilibres microbiens dans les Elevages Tech&Bio Juin 2012 Gilles GROSMOND - Vétérinaire HIPPOLAB La vie sur la terre Apparition de l UNIVERS 13,7 Ga Apparition de la TERRE 5 Ga Apparition de la VIE Autoduplication

Plus en détail

David, agriculteur en Dordogne

David, agriculteur en Dordogne David, agriculteur en Dordogne David, âgé de 32 ans, s est associé avec ses parents sur une exploitation où il élève 160 vaches. Il a, depuis ces 5 dernières années, changé ses habitudes de travail : il

Plus en détail

Alimentation à la dérobée de veaux de boucherie

Alimentation à la dérobée de veaux de boucherie Bovins de boucherie Alimentation à la dérobée de veaux de boucherie Par : Alain Fournier, agronome, M.Sc. Conseiller en productions laitière et bovine MAPAQ, Région Centre-du-Québec http://www.agr.gouv.qc.ca

Plus en détail

CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN

CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN CAC/RCP 63-2007 1. PRÉAMBULE Les mycotoxines, en particulier l'ochratoxine A (OTA), sont des métabolites secondaires produits

Plus en détail

La Maîtrise de la Fermentation Malolactique

La Maîtrise de la Fermentation Malolactique La Maîtrise de la Fermentation Malolactique La fermentation malolactique est une évolution très souvent recherchée dans le process d élaboration du champagne. Les vins sont généralement tirés «avec malo»

Plus en détail

Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE

Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE 1/9 Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE 1 Intérêt La teneur en matière sèche des tubercules (constituée essentiellement d amidon) est un facteur important qui détermine en partie la tenue à la

Plus en détail

VISIO. Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W. Le nouveau végétarisme sort ses griffes!

VISIO. Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W. Le nouveau végétarisme sort ses griffes! VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W Le nouveau végétarisme sort ses griffes! De plus en plus de personnes se laissent tenter par le végétarisme. En toile de fond, la conversion a parfois lieu

Plus en détail

Elevage Infos. Bilan de la campagne d analyse d herbe 2013. Résultats 2013 SOMMAIRE

Elevage Infos. Bilan de la campagne d analyse d herbe 2013. Résultats 2013 SOMMAIRE Elevage Infos SOMMAIRE Bilan campagne d analyse d herbe p 1 AgriNIR p 2 Cap ECO p 3 Ovins p 5 Bovins Lait p 6 GEHODES p 8 Contact EDE Chambre d Agriculture Elevage - Tél 02.54.61.61.54 www.indre.chambagri.fr

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant :

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant : DIRECTIVE NITRATES Argumentaires micro-économiques concernant : Le projet d arrêté complémentaire version du 23 octobre 2012 La révision des zones vulnérables Introduction La France est concernée par deux

Plus en détail

CREATION OU EXTENSION DE BATIMENTS AGRICOLES FICHE DE RENSEIGNEMENTS

CREATION OU EXTENSION DE BATIMENTS AGRICOLES FICHE DE RENSEIGNEMENTS CREATION OU EXTENSION DE BATIMENTS AGRICOLES FICHE DE RENSEIGNEMENTS JOINDRE : - 1 demande de déclaration ou d'autorisation, - 1 plan de situation (1/25000 ème ) des bâtiments et des zones d'épandage,

Plus en détail

LA VALEUR ALIMENTAIRE DE LA LUZERNE

LA VALEUR ALIMENTAIRE DE LA LUZERNE LA VALEUR ALIMENTAIRE DE LA LUZERNE AF : acide formique (doses données par tonne de vert) AGV : acides gras volatils CB : cellulose brute DMO : digestibilité de la matière organique MAT : matière azotée

Plus en détail

La gestion de la propreté et de la manutention des produits

La gestion de la propreté et de la manutention des produits COLEACP: 40 ANNEES AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT Principes généraux d hygiène La gestion de la propreté et de la manutention des produits 4 Le COLEACP met cette brochure à disposition des producteurs et

Plus en détail

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63 La nutrition simple et rentable Catalogue FORMATIONS N Formateur : 83 63 04246 63 Introduction FORMATIONS Vous tenez dans vos mains le catalogue de formations BDM. Leader français du Conseil Indépendant

Plus en détail

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Ce guide est une introduction à l isolation thermique du bâtiment. Il permet de saisir les principales notions techniques entourant

Plus en détail

Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an

Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an 29 Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an Il est important de rappeler que cette quantité ne traduit pas un droit à épandre mais un plafond : la quantité réelle à épandre est déterminée à partir de l

Plus en détail

Plus que la seule détection des chaleurs. Détection des chaleurs Nedap. Détection des chaleurs de précision avec Contrôle sanitaire

Plus que la seule détection des chaleurs. Détection des chaleurs Nedap. Détection des chaleurs de précision avec Contrôle sanitaire Plus que la seule détection des chaleurs Détection des chaleurs Nedap de précision avec Contrôle sanitaire de précision avec Contrôle sanitaire Rendement et efficacité de la gestion sont les facteurs clés

Plus en détail

Adélia la nutrition de la vache laitière, signée Triskalia

Adélia la nutrition de la vache laitière, signée Triskalia DOSSIER DE PRESSE Mars 2011 Adélia la nutrition de la vache laitière, signée Triskalia SOMMAIRE Communiqué de presse..................................................................................................................

Plus en détail

Changements climatiques L agriculture peut réduire ses émissions de gaz à effet de serre : des actions concrètes, des résultats positifs!

Changements climatiques L agriculture peut réduire ses émissions de gaz à effet de serre : des actions concrètes, des résultats positifs! Jeanne Camirand, agronome, chargée de projet Jérémie Vallée, agronome, agent de projet Geneviève Arsenault-Labrecque, agente de projet Changements climatiques L agriculture peut réduire ses émissions de

Plus en détail

Mobilisation du modèle de simulation du secteur des aliments composés industriels de la filière agrobiologique

Mobilisation du modèle de simulation du secteur des aliments composés industriels de la filière agrobiologique Mobilisation du modèle de simulation du secteur des aliments composés industriels de la filière agrobiologique Analyse de quelques problématiques liées au développement du marché des aliments composés

Plus en détail

Le potentiel d incorporation du soja local par les fabricants d aliments du bétail. Patricia Le Cadre - Frédéric Pressenda

Le potentiel d incorporation du soja local par les fabricants d aliments du bétail. Patricia Le Cadre - Frédéric Pressenda Le potentiel d incorporation du soja local par les fabricants d aliments du bétail Patricia Le Cadre - Frédéric Pressenda 1 Répartition de l alimentation des animaux en France 2 Schéma de fonctionnement

Plus en détail

1 Quel est le principe d une centrale thermique?

1 Quel est le principe d une centrale thermique? Physique-Chimie Deuxième partie Le défi énergétique Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) Séance 9 Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) (correspond au chapitre 10 du

Plus en détail

Coproduits de la betterave en alimentation animale

Coproduits de la betterave en alimentation animale Coproduits de la betterave en alimentation animale Table Ronde COPRALIM CFGC-W 25 avril 2008 15.02.07 MINAGRI Présentation 1 Table des matières 2 Table des matières 3 1.1 Qualité de la filière: Processus

Plus en détail

CANN ELEC. ou l électricité verte

CANN ELEC. ou l électricité verte CANN ELEC ou l électricité verte Denis Pouzet (CIRAD), Caroline Lejars (CIRAD), Roland Guichard (IRIS Ingénierie) Contacts : denis.pouzet@cirad.fr caroline.lejars@cirad.fr iris.ing@neuf.fr présentation

Plus en détail

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Editeur responsable: Gil Houins Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire WTC III 21

Plus en détail

Nutrition et viande bovine Française

Nutrition et viande bovine Française Nutrition et viande bovine Française Rôle et missions du CIV Contribuer à la connaissance et la compréhension des éléments scientifiques relatifs aux questions sociétales des filières élevage et viandes

Plus en détail

B7-II Nourrir les volailles

B7-II Nourrir les volailles B7-II Nourrir les volailles Moyen d enseignement pour la formation professionnelle de base de l avicultrice, de l aviculteur en 3 ème année d apprentissage II Nourrir les volailles Table des matières 1

Plus en détail

AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT

AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT Cet appui comporte 2 étapes : Un diagnostic qui démarre par une mise à plat de la problématique de l éleveur (Quelle est sa perception de la situation, est il ou non satisfait?quelles

Plus en détail

Fiche 08 : Les récifs coralliens

Fiche 08 : Les récifs coralliens CD-rom Biodiversité A / Description de l animation Le corail est une colonie d animaux (les polypes) qui vivent grâce à la présence d un végétal (une algue) dans leurs tissus. Cette collaboration entre

Plus en détail

Réussir ses récoltes de luzerne

Réussir ses récoltes de luzerne Réussir ses récoltes de luzerne Travaux 2012-2013 LUZFIL Dans le cadre du Projet régional LUZFIL* financé par : Partenaires : TERRENA, ARVALIS Institut du végétal, IDELE, Chambres d agricultures 44, 49,53

Plus en détail

Bien choisir sa variété de maïs ensilage

Bien choisir sa variété de maïs ensilage Bien choisir sa variété de maïs ensilage Le maïs ensilage n est pas une culture difficile à cultiver. Pour choisir sa variété, l agriculteur dispose aujourd hui d une multitude de critères : attention

Plus en détail

Bienvenue dans la maison des céréales

Bienvenue dans la maison des céréales Bienvenue dans la maison des céréales Papier, médicaments, emballages, dentifrice, gel douche, lessives, peinture, matériaux de construction, vêtements, pneu leur point commun? Ils contiennent tous des

Plus en détail

La cuisine moléculinaire

La cuisine moléculinaire La cuisine moléculinaire Projet scientifique Ecole Georges Dagneaux, CM2 Élèves de l IMED, intégrés dans la classe de CM2 Avec la participation de Jean Matricon Atelier amidon La farine est un mélange

Plus en détail

LA TONTE. compact et solide

LA TONTE. compact et solide LA TONTE Une tonte régulière est une condition sine qua non pour un gazon compact et solide Si coupes fréquentes (+) formation de nombreuses pousses périphériques et augmentation de la densité des feuilles

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

GUIDE DU PRODUCTEUR DE LAIT

GUIDE DU PRODUCTEUR DE LAIT Filière Epoisses La production de lait destiné à l AOP Epoisses répond à des règles précises et originales qui participent au renforcement du lien au terroir d origine et à l amélioration de la qualité

Plus en détail

Revêtements de surface DeLaval

Revêtements de surface DeLaval Revêtements de surface DeLaval Des surfaces de qualité supérieure pour résister aux conditions difficiles Les revêtements de surface époxy DeLaval Sûrs, hygiéniques et antidérapants Les revêtements de

Plus en détail

Des porcs à valeur ajoutée nourris aux «bons gras»!

Des porcs à valeur ajoutée nourris aux «bons gras»! ALIMENTATION Nathalie Plourde, chargée de projets, Centre de développement du porc du Québec inc. Des porcs à valeur ajoutée nourris aux «bons gras»! Viande de porc enrichie en oméga-3 ou en acides linoléiques

Plus en détail

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Dans un contexte économique fluctuant, tracer les chemins de l aprèsquota à l horizon 2015 est primordial. Les 14 groupes lait issus des GEDA (Groupes

Plus en détail

ACIDOSE AIGUË DU RUMEN

ACIDOSE AIGUË DU RUMEN ACIDOSE AIGUË DU RUMEN Epidémiologie Symptômes Lésions Diagnostic Traitement Prévention - Bibliographie Epidémiologie - perturbation de la digestion se traduisant par une baisse du ph ruminal en-dessous

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail