Cette sûreté est un effet de commerce qui peut faire l objet ou non de dépossession.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cette sûreté est un effet de commerce qui peut faire l objet ou non de dépossession."

Transcription

1 WARRANT 22/12/2014 Le warrant est une sûreté mobilière dévolue aux professionnels qui permet à ces derniers d obtenir du crédit en donnant en gage des éléments de leurs exploitations. Cette sûreté est un effet de commerce qui peut faire l objet ou non de dépossession. Dans certains cas l emprunteur conserve le bien faisant l objet d un warrant. Ainsi sont distingués les warrants des magasins généraux et les autres warrants tels que le warrant agricole, hôtelier, pétrolier ou industriel. 1/23

2 I. WARRANT AVEC DÉPOSSESSION 2/23

3 3/23

4 A. EXISTENCE DE MAGASINS GÉNÉRAUX B. WARRANT DES MAGASINS GÉNÉRAUX II. WARRANT SANS DÉPOSSESSION A. WARRANT AGRICOLE B. WARRANT HÔTELIER C. WARRANT INDUSTRIEL D. WARRANT PÉTROLIER 4/23

5 I. WARRANT AVEC DÉPOSSESSION Il s agit du warrant des magasins généraux se traduisant par un titre représentant des marchandises placées dans un magasin général. A. EXISTENCE DE MAGASINS GÉNÉRAUX Les magasins généraux sont des entrepôts dans lesquels les industriels, commerçants, agriculteurs ou artisans peuvent déposer des marchandises, denrées ou des produits fabriqués. Ces magasins généraux sont soumis à un agrément délivré par arrêté préfectoral motivé sachant que l exploitant ne peut exercer aucun commerce ni spéculation ayant pour objet les marchandises pour lesquelles il souhaite délivrer des warrants. Lors de la demande d agrément, l exploitant est tenu de fournir un cautionnement proportionnel à la surface affectée au magasinage. L exploitant est responsable de la garde et de la conservation des dépôts dans la limite de la valeur déclarée. Le magasin est également tenu d assurer les marchandises déposées contre l incendie. Cependant, il n est pas responsable des avaries et déchets naturels provenant de la nature et du conditionnement. Il en est de même en cas de force majeure. 5/23

6 De plus, l exploitant a l obligation de tenir un livre de récépissé et de warrant ainsi qu un livret à souches permettant de constater les consignations effectuées. Enfin, les magasins généraux font l objet d une surveillance de la part du préfet, notamment par l intermédiaire d un compte rendu général de leur activité qui doit être adressé chaque année au préfet. Remarque : Des sanctions pénales sont encourues en cas d ouverture d un magasin sans agrément. B. WARRANT DES MAGASINS GÉNÉRAUX 1. Remise du récépissé warrant au déposant Suite au dépôt, l exploitant du magasin général délivre au déposant un récépissé, qui constitue un certificat de dépôt de la marchandise, et auquel est annexé un bulletin de gage dénommé le warrant. Ces documents doivent contenir obligatoirement certaines mentions : - nom, profession et domicile du déposant - nature de la marchandise déposée et les indications propres à en établir l identité et à en déterminer la valeur 6/23

7 - mention précisant si les marchandises sont ou non assurées contre l incendie par l assurance du magasin 2. L endossement du récépissé et du warrant L endossement du récépissé et du warrant consiste pour le porteur du titre, dénommé «endosseur», à le transférer à un nouveau porteur dénommé «endossataire». Le premier endossement a pour vocation de créer le warrant, les endossements postérieurs n ont qu une fonction de transmission. Le premier endossataire du warrant doit immédiatement faire transcrire l endossement sur les registres du magasin avec indication de son domicile alors que concernant les endossements postérieurs, il ne s agit que d une faculté. Ces documents peuvent être transmis ensemble ou séparément. Dans tous les cas, l endossement doit être daté et signé par l endosseur. a) Endossement des deux documents Cet endossement a pour effet de transmettre au porteur la possession et la propriété des marchandises déposées. L endossataire a donc la possibilité d endosser à son tour les deux titres ensemble ou séparément. b) Endossement du warrant uniquement 7/23

8 L endossement du warrant seul vaut nantissement de la marchandise au profit de l endossataire du warrant. Dans ce cas, le warrant doit également comporter les mentions suivantes : - le montant de la créance garantie, en capital et intérêts - la date de l échéance - nom, domicile et profession du créancier c) Endossement du récépissé uniquement L endossement du récépissé a pour effet de transmettre à l endossataire le droit de disposer de la marchandise. Cependant pour pouvoir en disposer il devra soit payer la créance garantie par le warrant, soit en laisser payer le montant sur le prix de la vente de la marchandise. Remarque : la remise du warrant seul et non endossé est dénuée de portée et ne peut conférer au porteur un droit de gage La remise du récépissé seul ou du récépissé-warrant sans endossement peut correspondre à la constitution d un gage ordinaire 3. Issues du mécanisme 8/23

9 a) L exercice du droit de rétention Le porteur du warrant bénéficie d un droit de rétention sur les marchandises qui est exercé par le magasin général. Le droit de rétention consiste à retenir la chose au débiteur tant que celui-ci n a pas payé. L exploitant du magasin général est ainsi tenu de s opposer au retrait des marchandises sauf si le porteur du récépissé présente le warrant réglé ou s il consigne la somme. b) Le paiement Le paiement doit être effectué à l échéance entre les mains du porteur du warrant par le propriétaire des marchandises càd le porteur du récépissé. Le paiement est constaté par une mention suivie de la signature du créancier sur le warrant et le titre est remis à l auteur du paiement. Il a pour effet de libérer les marchandises du gage. Une opposition au paiement est cependant possible en cas de perte ou de vol du warrant ou du redressement judiciaire du porteur. Remarque : Le paiement peut avoir lieu avant l échéance au profit du porteur du warrant. Par contre, si le porteur du warrant est inconnu, le porteur du récépissé peut consigner la somme entre les mains de l exploitant du magasin général c) Le défaut de paiement : la réalisation du gage 9/23

10 Après l échéance, si le paiement n a pas été effectué, le porteur du warrant fait dresser protêt (acte d huissier de justice permettant de constater le défaut de paiement). Dans le délai de 8 jours après l établissement du protêt, il peut faire procéder à la vente aux enchères et en gros de la marchandise engagée. Le porteur du warrant a un privilège sur le prix provenant de la vente des marchandises. Il est payé par préférence aux autres créanciers exceptés des : - contributions indirectes, droits de douane dus par la marchandise - frais de vente, de magasinage et autres frais pour la conservation de la chose d) Recours du porteur du warrant Recours contre les endosseurs Le porteur du warrant peut exercer un recours contre les endosseurs à condition que : - le porteur du warrant ait procédé à la vente des marchandises dans le mois du protêt - le porteur du warrant doit avoir dénoncé le protêt à son endosseur dans le délai de 4 jours à compter de la vente des marchandises. Ensuite chaque endosseur doit aviser son propre endosseur dans les 2 jours Ce recours peut être exercé, individuellement ou collectivement et il a lieu sur le montant du warrant, les intérêts à taux légal à compter de l échéance et les frais exposés. Recours contre les porteurs du récépissé 10/23

11 Le porteur du warrant a également un recours contre le porteur du récépissé et les endosseurs successifs du récépissé. e) Incidents relatifs au warrant La dette garantie peut être éteinte en raison de différentes causes ; - La prescription : court à compter du jour de la vente des marchandises et est acquise au bout de : - 3 ans pour les actions contre le souscripteur - 1 an à l égard des autres endosseurs - 6 mois pour les actions récursoires entre endosseurs ou contre déposants - La compensation : Cela correspond à l hypothèse selon laquelle à l échéance, le porteur du warrant serait débiteur d une somme égale au montant du titre - La confusion : si à l échéance les qualités de créancier et de débiteur sont réunies sur la même tête, la dette garantie est éteinte sauf si le warrant revient entre les mains du souscripteur par endossement. - Novation : Le warrant est également éteint lorsque le créancier consent le renouvellement du warrant au lieu d exiger le paiement à l échéance. Un second warrant est donc délivré. 11/23

12 II. WARRANT SANS DÉPOSSESSION Le dépôt de biens dans des magasins généraux n étant pas toujours envisageable, au vu notamment d infrastructures indisponibles ou de la nécessité de ces biens dans le cadre du fonctionnement de l entreprise emprunteuse. Certains warrants particuliers ont ainsi été crées afin de permettre à un emprunteur de conserver les biens sur lesquels le warrant est porté. A. WARRANT AGRICOLE Le warrant agricole est une sûreté permettant à un agriculteur d emprunter une somme déterminée en conférant au bénéficiaire un gage sur les biens de son exploitation, tout en conservant les biens en cause. 1. Conditions de constitution a) Qualité du constituant Il doit s agir : - d un agriculteur (y compris ostréiculteur ou viticulteur) - d une société coopérative agricole 12/23

13 Les commerçants en sont donc exclus. Si la personne à l initiative du warrant n est pas le propriétaire de l exploitation, elle doit aviser le propriétaire de son intention d émettre un warrant par lettre recommandée par l intermédiaire du greffe du tribunal du lieu de situation des objets warrantés Si des loyers sont impayés, le propriétaire doit faire opposition dans le délai de 8 jours de la date d envoi. A défaut, il verra sa dette primée par le porteur du warrant. b) Biens visés Il s agit : - des produits d exploitation y compris les animaux et le sel marin - du matériel de toute nature servant à contenir les produits warrantés - des récoltes pendantes sur les racines et les fruits non encore recueillis - de toute chose composant le matériel affecté à l exploitation agricole Il peut s agir d immeuble par nature ou d immeubles par destination non scellés au mur telles que des serres. c) Forme Le greffier du Tribunal d instance rédige le warrant devant comporter certaines mentions : - la nature, quantité, valeur et le lieu de situation des biens warrantés - le montant de la somme empruntée - clauses et conditions particulières arrêtées par les parties 13/23

14 - déclaration de l emprunteur indiquant si les immeubles warrantés sont ou non grevés d hypothèques - mention du volume et du numéro de transcription - mention des warrants préexistants sur les mêmes objets - mention précisant si les objets warrantés sont assurés ou non 2. Publicité Le warrant doit faire l objet d une publicité sur un registre spécial par le greffe du tribunal d instance. Cette publicité a pour effet de rendre le warrant opposable aux tiers Le greffier délivrera à tout requérant un état des warrants inscrits au nom de l'emprunteur ou un certificat établissant qu'il n'existe pas d'inscription. 3. Endossement du warrant Le warrant peut être transmis. Les mentions de la date, la signature de l endosseur, les nom, profession et domicile des parties doivent être présentes. La cession du warrant doit être ensuite notifiée au greffe du Tribunal d Instance par lettre recommandée dans les 8 jours sauf clause contraire. 4. Issues du mécanisme 14/23

15 Avant l échéance, l emprunteur peut rembourser la créance garantie par le warrant. A l échéance, le porteur du warrant doit exiger le paiement à l emprunteur. En l absence de paiement, il doit réitérer sa demande par lettre recommandée avec accusé de réception. Si dans les 5 jours de l envoi de la lettre, l emprunteur n a toujours pas payé, le porteur du warrant a l obligation de dénoncer le défaut de paiement par avertissement à chaque endosseur par l intermédiaire du greffier du tribunal d instance, 15 jours francs au plus tard après l échéance. Le greffier avise les endosseurs dans un délai de 8 jours par lettre recommandée avec accusé de réception. En cas de refus de paiement, il est procédé à la vente publique des biens engagés en vertu d une ordonnance du juge du tribunal d instance rendue sur requête fixant les jour, lieu et heure de la vente. Le porteur sera alors directement payé sur le prix de vente sous déduction des contributions directes et des frais de vente. Si le prix est insuffisant à désintéresser le porteur, il peut exercer un recours contre les endosseurs pour le solde dans le délai de 1 mois à compter de la vente. Remarque : ce dernier recours n est possible qu à la condition d avoir dénoncé le défaut de paiement. B. WARRANT HÔTELIER Le warrant hôtelier est un mécanisme permettant à l exploitant d un hôtel d emprunter sur les meubles servant à son exploitation sans pour autant en perdre l usage. 15/23

16 1. Conditions de constitution a) Qualité du constituant La loi vise tout exploitant, propriétaire ou non, d hôtel de tourisme. Ce qui exclut donc les exploitants de bars, de cafés ou encore de restaurants. Si l exploitant n est pas propriétaire de l immeuble, l exploitant doit aviser le propriétaire par acte d huissier et il doit mentionner la nature, la quantité et la valeur des objets warrantés et le montant des sommes garanties. Cet avis doit être réitéré par le greffe du tribunal d instance du lieu d exploitation de l hôtel. Dans le délai de 15 jours francs, le propriétaire a alors la possibilité de former opposition si des loyers sont impayés. Si le propriétaire ne se manifeste pas, la non opposition est présumée. b) Biens visés Les biens visés sont le mobilier commercial, le matériel et l outillage servant à l exploitation. Remarque : l exploitant même s il n est propriétaire de l immeuble doit être propriétaire des biens engagés par le warrant c) Forme du warrant 16/23

17 Le warrant est rédigé par le greffe du tribunal de commerce dans le ressort duquel l hôtel est exploité et tient un registre à souche relatif aux warrants. Des mentions doivent être portées sur la souche et sur le volant : - noms, professions et domiciles des parties - nature des objets mis en gage, leur lieu de situation et les indications permettant de les identifier et d en déterminer la valeur - l absence de tout privilège ou de gage sur les objets en cause - nom de la compagnie d assurance à laquelle les biens et l immeuble sont assurés contre l incendie - montant de la créance garantie et date de l échéance - date de la notification de l exploit d huissier adressé au bailleur et celle de sa réponse - montant du loyer annuel de l hôtel et justification du paiement de ces loyers Le warrant est ensuite remis à l emprunteur, et le warrant est signé par ce dernier et daté. 2. Publicité Le warrant fait l objet d une inscription valable 5 ans renouvelable. Le greffier doit délivrer à la demande de tout prêteur, un état des warrants ou un certificat établissant qu il n existe pas d inscription. Il en est de même à l égard de tout hôtelier mais uniquement concernant le fonds exploité par lui. 17/23

18 3. Endossement du warrant Le premier endossement permet de réaliser effectivement la constitution du gage. Ce premier endossement fait l objet d une transcription sur le registre dans les 5 jours et une inscription est également réalisée sur le warrant. Les autres endossements ne doivent pas être transcrits sur le registre, il doit comporter les mentions du nom de l endossataire, la signature et la date. L endossataire est tenu d aviser le greffe de l endossement dans le délai de huit jours par lettre recommandée. Néanmoins, cette obligation peut être contournée par l insertion d une mention spécifique par le greffe permettant de dispenser les porteurs d aviser le greffe de l endossement. 4. Issues du mécanisme Avant l échéance, l emprunteur peut rembourser la créance garantie par le warrant. A l échéance, le porteur du warrant doit exiger le paiement à l emprunteur. En l absence de paiement, il doit réitérer sa demande par lettre recommandée avec accusé de réception. Si dans les 5 jours de l envoi de la lettre, l emprunteur n a toujours pas payé, le porteur du warrant a l obligation de dénoncer le défaut de paiement par avertissement à chaque endosseur par l intermédiaire du greffier du tribunal d instance, 15 jours francs au plus tard après l échéance. Le greffier avise les endosseurs dans un délai de 8 jours par lettre recommandée avec accusé de réception. En cas de refus de paiement, il est procédé à la vente publique des biens engagés en vertu d une ordonnance du juge du tribunal d instance rendue sur requête fixant les jour, lieu et heure de la 18/23

19 vente. Le porteur sera alors directement payé sur le prix de vente sous déduction des contributions directes et des frais de vente. Si le prix est insuffisant à désintéresser le porteur, il peut exercer un recours contre les endosseurs pour le solde dans le délai de 1 mois à compter de la vente. Remarque : ce dernier recours n est possible qu à la condition d avoir dénoncé le défaut de paiement. C. WARRANT INDUSTRIEL Le warrant industriel est une garantie due à l Etat en contrepartie de l agrément donné par ce dernier. 1. Constitution du warrant a) Qualité de l emprunteur Ce warrant permet à tout industriel ou artisan d emprunter en donnant en gage les produits fabriqués à la demande d un ministère par le biais d une lettre d agrément. Une telle lettre constitue une invitation adressée par un ministère à des industriels ou artisans d entreprendre la fabrication d un produit. b) Biens visés 19/23

20 Seuls les biens fabriqués sont visés, ce qui exclut les matières premières, produits en cours de fabrication ainsi que les biens acquis dans le but de les vendre en l état. c) Constitution Transcription du warrant industriel sur un registre auprès du tribunal de commerce. 2. Publicité La publicité se fait par le biais de la transcription sur le registre tenu par le tribunal de commerce et cette formalité est destinée à remplacer l absence de dépossession. Les warrants non publiés restent valables entre les parties. 3. Endossement Les conditions sont identiques à celles du warrant hôtelier. 4. Issues du mécanisme A l échéance, le porteur du warrant doit exiger le paiement à l emprunteur. 20/23

21 En cas de non-paiement dans les 5 jours, le porteur dispose d un délai de 15 jours francs à dater de l échéance pour le dénoncer à chaque endosseur et avaliseur par un avertissement remis au greffe du tribunal de commerce, qui en donne récépissé. Le greffier prévient les avalistes et endosseurs par lettre recommandée avec accusé de réception. La vente aura lieu dans les 15 jours de ladite lettre recommandée, en vertu d une ordonnance rendue sur requête par le Président du tribunal de commerce. Si le prix de vente des marchandises ne suffit pas à le désintéresser, le porteur dispose d un délai d un mois pour exercer son recours contre les différents signataires du warrant. D. WARRANT PÉTROLIER Le warrant pétrolier permet aux compagnies pétrolières de se procurer du crédit sur les stocks de produits pétroliers sans qu il y ait dépossession de ce produit. 1. Conditions de constitution a) Qualité de l emprunteur L emprunteur peut être tout opérateur, détenteur de stock de pétrole brut ou de produits pétroliers. 21/23

22 b) Biens visés Il s agit du pétrole brut, dérivés et résidus. Remarques : - le même stock peut faire l objet de plusieurs warrants - il s agit de biens fongibles : pendant la durée du warrant, l emprunteur a l obligation de maintenir le stock de produits ayant la qualité retenue lors du warrant. c) Forme du warrant Le warrant est rédigé par le greffe du tribunal de commerce dans le ressort duquel sont situés les biens en cause. Le warrant doit comporter certaines mentions : - la nature, quantité, qualité, valeur et le lieu de situation des produits - le montant de la somme empruntée - clauses particulières convenues entre les parties - nom de l assurance - signature de l emprunteur 2. Publicité 22/23

23 Le warrant est transcrit sur un registre spécial par le greffe du tribunal et la transcription est mentionnée sur le warrant. Le greffier doit délivrer à tout requérant un état des warrants inscrits depuis moins de cinq ans. Remarque : le warrant est valable 3 ans, renouvelable pour 3 ans. 3. Endossement Les conditions sont identiques à celles de l endossement du warrant hôtelier. 4. Issues du mécanisme A l échéance, en cas de défaut de paiement, la procédure est identique à celle du warrant industriel, à la différence que le créancier que le prix de vente des stocks ne suffit pas à désintéresser, possède deux droits de recours différents. Il s agit tout d abord d un droit de recours contre les endosseurs et leur aval, qui doit être intenté dans le mois mais également d un droit de recours contre l emprunteur qui doit être intenté dans les 3 ans de la vente des stocks. CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin 10, place Gutenberg Strasbourg cedex CCI de Colmar et du Centre-Alsace 1, place de la Gare - BP Colmar cedex CCI Sud-Alsace Mulhouse 8, rue du 17 Novembre BP Mulhouse cedex /23

Ils ne peuvent porter que sur des marchandises appartenant à des commerçants.

Ils ne peuvent porter que sur des marchandises appartenant à des commerçants. Art. 1 er. - Le warrant et sa cédule sont des titres de commerce, transmissibles par endossement. Ils ne peuvent porter que sur des marchandises appartenant à des commerçants. Art. 2. - Les warrants et

Plus en détail

REGISTRES OBLIGATOIRES CONFORMEMENT AU DROIT DU TRAVAIL

REGISTRES OBLIGATOIRES CONFORMEMENT AU DROIT DU TRAVAIL REGISTRES OBLIGATOIRES CONFORMEMENT AU DROIT DU TRAVAIL 16/12/2014 Tout employeur doit tenir un certain nombre de registres destinés à l'information des administrations. Leur nombre varie en fonction de

Plus en détail

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION Entre les soussignés : - - M (indiquer identité et adresse) - M (indiquer identité et adresse) Il est établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société en participation

Plus en détail

DEPART A LA RETRAITE DU PRENEUR

DEPART A LA RETRAITE DU PRENEUR DEPART A LA RETRAITE DU PRENEUR 28/08/2014 Le titulaire d un bail commercial, commerçant ou artisan, qui entend faire valoir ses droits à la retraite ou qui devient titulaire d une pension d invalidité,

Plus en détail

L du 03 mai 1934 (Mém. n 27 du 12 mai 1934, p.567)

L du 03 mai 1934 (Mém. n 27 du 12 mai 1934, p.567) Loi du 3 mai 1934 portant remplacement de celle du 14 février 1900 sur les warrants agricoles. - base juridique de: AGD du 08 août 1934 (Mém. A - 46 du 25 août 1934, p. 841) - citant: L du 27 novembre

Plus en détail

CESSION DE FOND DE COMMERCE

CESSION DE FOND DE COMMERCE CESSION DE FOND DE COMMERCE Remarque : Le présent acte de vente de fonds de commerce n est donné qu à titre indicatif. Les parties peuvent donc librement l aménager sous réserve, toutefois, que soient

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE

COMMERCE ELECTRONIQUE COMMERCE ELECTRONIQUE 17/11/2011 Le commerce électronique est en pleine expansion, il s inscrit maintenant dans un cadre juridique précis. Le Code civil, le Code de la consommation et la loi pour la confiance

Plus en détail

I. Le document contractuel, support de la clause de prévention des impayés LES CLAUSES RELATIVES A LA PRÉVENTION DES RISQUES D IMPAYES

I. Le document contractuel, support de la clause de prévention des impayés LES CLAUSES RELATIVES A LA PRÉVENTION DES RISQUES D IMPAYES PREVENIR LES IMPAYES 28/08/2014 Les entreprises, outre les possibilités qui leur sont offertes de se renseigner sur la situation financière de leurs clients[1], peuvent également prévenir les risques d

Plus en détail

REVISION DU LOYER COMMERCIAL

REVISION DU LOYER COMMERCIAL REVISION DU LOYER COMMERCIAL 04/03/2011 Les parties sont libres quant à la fixation du loyer initial. En revanche, le révision du loyer fait l objet d une réglementation spécifique. Il faut distinguer

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Quelles sont les étapes obligées qu un justiciable doit franchir pour pouvoir contraindre un débiteur au paiement de sa dette? Si chaque État européen doit veiller à ce que tout justiciable bénéficie du

Plus en détail

BAIL DE LOCATION D UN EMPLACEMENT DE STATIONNEMENT

BAIL DE LOCATION D UN EMPLACEMENT DE STATIONNEMENT BAIL DE LOCATION D UN EMPLACEMENT DE STATIONNEMENT Parking / Garage / Box Soumis aux dispositions des articles 1709 et suivants du Code civil ENTRE LES SOUSSIGNÉS M. Mme Mlle. né(e) le à demeurant éventuellement

Plus en détail

RECOUVREMENT DES CHEQUES SANS PROVISION 23/08/2010 Il y a émission de chèque sans provision dès lors qu un débiteur remet en paiement au créancier un chèque bancaire ou postal alors qu'il ne possède pas

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU

CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU Entre les soussignés : Monsieur, Madame Né (e) le.. 19. à et demeurant à B.P : Téléphone. Ci-après dénommé «Le Bailleur», d une part, Monsieur, Madame Né (e) le 19. à..

Plus en détail

I. DELIVRANCE OBLIGATOIRE D UN BULLETIN DE PAIE II. FORME ET CONTENU DU BULLETIN DE PAIE III. SANCTION IV. CONSERVATION DU BULLETIN DE PAIE V

I. DELIVRANCE OBLIGATOIRE D UN BULLETIN DE PAIE II. FORME ET CONTENU DU BULLETIN DE PAIE III. SANCTION IV. CONSERVATION DU BULLETIN DE PAIE V BULLETIN DE PAIE 29/01/2015 L'employeur doit délivrer à chaque salarié un bulletin de paie lors du versement de la rémunération sans que l intéressé ait à le lui demander. Cette obligation s étend à toute

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente ARTICLE 1 : ACCEPTATION DE COMMANDE 1.1 : Champ d application : Les présentes conditions générales régissent toutes nos ventes en magasin, sans préjudice d éventuelles conditions

Plus en détail

Comores. Réglementation des warrants agricoles

Comores. Réglementation des warrants agricoles Réglementation des warrants agricoles Décret du 10 mai 1932 [NB - Décret du 10 mai 1932, réglementant les warrants agricoles Modifié par le décret du 19 mars 1937] Art.1.- Tout agriculteur peut emprunter

Plus en détail

LOCATION - GERANCE D'UN FONDS DE COMMERCE

LOCATION - GERANCE D'UN FONDS DE COMMERCE LOCATION - GERANCE D'UN FONDS DE COMMERCE 22/03/2010 Il s'agit d'un "contrat par lequel le propriétaire ou l'exploitant d'un fonds de commerce ou d'un établissement artisanal, concède totalement ou partiellement

Plus en détail

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015 L'AGENT COMMERCIAL 30/07/2015 L agent commercial est un intermédiaire de commerce indépendant et qui agit au nom et pour le compte d une autre entité. Son statut est régi par les articles L134-1 et suivants

Plus en détail

CESSION DE CREANCES PAR BORDEREAU DAILLY

CESSION DE CREANCES PAR BORDEREAU DAILLY CESSION DE CREANCES PAR BORDEREAU DAILLY 28/08/2014 La cession Dailly est un mécanisme par lequel un créancier, «le cédant», transmet à un établissement de crédit, «le cessionnaire», la propriété de créances

Plus en détail

CESSION DU FONDS DE COMMERCE

CESSION DU FONDS DE COMMERCE CESSION DU FONDS DE COMMERCE 02/05/2011 Le fonds de commerce composé d éléments incorporels (clientèle, autorisation, brevet ) et d éléments corporels (marchandises, matériel) correspond à l activité commerciale

Plus en détail

Particuliers & Immobilier

Particuliers & Immobilier Particuliers & Immobilier Consignations Les particuliers et les consignations en matière immobilière L a Caisse des Dépôts est une institution financière publique, en charge de missions d intérêt général

Plus en détail

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial -

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

ACTION EN CONCURRENCE DELOYALE

ACTION EN CONCURRENCE DELOYALE ACTION EN CONCURRENCE DELOYALE 05/09/2014 L action en concurrence déloyale se distingue de l action en contrefaçon. En effet, la première exige la réalisation d une faute (agissements fautifs) à l encontre

Plus en détail

ENTREPRENDRE EN FAMILLE

ENTREPRENDRE EN FAMILLE ENTREPRENDRE EN FAMILLE Lorsqu une personne décide de créer ou de reprendre une entreprise, le futur chef d entreprise est confronté au financement de son projet, mais aussi, à la protection de ses biens

Plus en détail

I. LES CONDITIONS DU DROIT DE RETENTION II. LE REGIME DU DROIT DE RETENTION

I. LES CONDITIONS DU DROIT DE RETENTION II. LE REGIME DU DROIT DE RETENTION DROIT DE 08/09/2014 Le droit de rétention est le droit pour la personne qui détient une chose appartenant à son débiteur de conserver cette chose par de vers elle en attendant le règlement intégral de

Plus en détail

I. CONDITIONS DE VALIDITÉ DE LA SOUS-LOCATION II. EFFETS DE LA SOUS-LOCATION III. IRRÉGULARITÉ DE LA SOUS-LOCATION

I. CONDITIONS DE VALIDITÉ DE LA SOUS-LOCATION II. EFFETS DE LA SOUS-LOCATION III. IRRÉGULARITÉ DE LA SOUS-LOCATION SOUS-LOCATION 28/08/2014 La sous-location est le contrat par lequel une personne (le locataire principal) qui a la jouissance de locaux en vertu d'un bail remet à son tour la jouissance de tout ou partie

Plus en détail

Le contrat de prêt immobilier

Le contrat de prêt immobilier Le contrat de prêt immobilier samedi 8 septembre 2007, par Gabriel Neu-Janicki (Date de rédaction antérieure : 8 septembre 2007). LE CONTRAT DE PRET IMMOBILIER I. Les documents à fournir pour une demande

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE B TO B 1 - PRINCIPES : 2 - OUVERTURE DE COMPTE 3 - COMMANDES 4 - ARTICLES DANS/HORS CATALOGUE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE B TO B 1 - PRINCIPES : 2 - OUVERTURE DE COMPTE 3 - COMMANDES 4 - ARTICLES DANS/HORS CATALOGUE CONDITIONS GENERALES DE VENTE B TO B 1 - PRINCIPES : Les ventes sont soumises aux présentes CGV qui prévalent sur toutes conditions d achat, sauf dérogation préalable et écrites de SEA2. Elles ne sauraient

Plus en détail

La lettre de change et le billet à ordre

La lettre de change et le billet à ordre La lettre de change et le billet à ordre 1. Identifiez, parmi ces différents instruments ou titres, ceux que l on peut qualifier d effet de commerce : a. la lettre de change b. le billet à ordre c. le

Plus en détail

LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981)

LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981) LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981) JO n 16 du 15 août 1976 TITRE I. DISPOSITIONS PRÉLIMINAIRES

Plus en détail

Statuts Roche Holding SA

Statuts Roche Holding SA Statuts Roche Holding SA 4 mars 2008 I. Raison sociale, but, siège et durée de la société 1 Sous la raison sociale «Roche Holding AG» «Roche Holding SA» «Roche Holding Ltd» existe une société anonyme qui

Plus en détail

Les avant-contrats Promesse de vente Offre d achat Compromis de vente

Les avant-contrats Promesse de vente Offre d achat Compromis de vente Les renseignements contenus dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations, consultez votre

Plus en détail

1.1.1. Création d une société nouvelle

1.1.1. Création d une société nouvelle L EURL La loi n 2005-882 du 2 août 2005 en faveur des petites et moyennes entreprises (dite Loi PME) a simplifié les règles de constitution et de fonctionnement de l'eurl. 1. Constitution de l EURL 1.1.

Plus en détail

Immobilier Détériorations Immobilières Annexe à la police Loyers Impayés Réservée aux professionnels de l immobilier Obligatoirement conditionnée à la souscription de la garantie Loyers Impayés COMPAGNIE

Plus en détail

Charte de la Médiation de l eau

Charte de la Médiation de l eau Charte de la Médiation de l eau 1 La Médiation de l eau a pour objectif de favoriser le règlement amiable des litiges entre les consommateurs et leur service d eau ou d assainissement en leur proposant

Plus en détail

Compromis de vente immobilier

Compromis de vente immobilier Compromis de vente immobilier Compromis de vente immobilier 2/7 Entre les soussignés : (nom(s), prénom(s), profession, domicile, TVA) 1....... Et (nom(s), prénom(s), adresse, raison sociale, siège social)

Plus en détail

DROIT DE COMMUNICATION DES ASSOCIES DE SARL

DROIT DE COMMUNICATION DES ASSOCIES DE SARL DROIT DE COMMUNICATION DES ASSOCIES DE SARL 27/02/2015 Le Code de Commerce prévoit que chaque associé dispose d un droit d information sur les affaires sociales. Il s agit, d une part, d un droit de communication

Plus en détail

VENTE DES ACTIFS IMMOBILIERS DEPENDANT D UNE LIQUIDATION JUDICIAIRE. Cahier des conditions de vente

VENTE DES ACTIFS IMMOBILIERS DEPENDANT D UNE LIQUIDATION JUDICIAIRE. Cahier des conditions de vente VENTE DES ACTIFS IMMOBILIERS DEPENDANT D UNE LIQUIDATION JUDICIAIRE Cahier des conditions de vente Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat Article 12 et Annexe n 3 Version consolidée

Plus en détail

La cession du bail commercial. Inforeg CCI de la Nièvre

La cession du bail commercial. Inforeg CCI de la Nièvre La cession du bail commercial Inforeg CCI de la Nièvre La cession du bail commercial Le droit de préemption de la commune Comment céder son bail commercial? Le droit de préemption des communes Le conseil

Plus en détail

I. CHAMP D'APPLICATION. A. Quant à la nature de l entreprise

I. CHAMP D'APPLICATION. A. Quant à la nature de l entreprise MICRO ENTREPRISE 06/01/2011 La micro-entreprise n'est pas une structure juridique en soi mais un simple régime fiscal applicable, dans certaines conditions, aux entreprises individuelles. Les bénéfices

Plus en détail

Les formes de financement

Les formes de financement Les formes de financement Lorsque l on étudie le financement d une entreprise, on distingue : Les sources à court terme (moins d une année). Les sources à moyen terme (entre 2 et 5 ans). Les sources à

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex: une somme d argent). Au Luxembourg, il 2 types de saisies de meubles incorporels. (I) -arrêt de droit

Plus en détail

EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE «ATB SUBORDONNE 2009»

EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE «ATB SUBORDONNE 2009» EMISSION D UN EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE L OBLIGATION SUBORDONNEE SE CARACTERISE PAR SON RANG DE CREANCE CONTRACTUELLEMENT DEFINI PAR LA CLAUSE DE SUBORDINATION VISA du Conseil du Marché Financier

Plus en détail

Financement du projet : Les garanties sur les opérations de crédit

Financement du projet : Les garanties sur les opérations de crédit Financement du projet : Les garanties sur les opérations de crédit Pour être assurés du remboursement des crédits accordés, les prêteurs prennent des garanties, encore appelées «suretés». Les suretés sont

Plus en détail

VENTE D IMMEUBLES EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT (VEFA)

VENTE D IMMEUBLES EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT (VEFA) VENTE D IMMEUBLES EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT (VEFA) SOMMAIRE I. CADRAGE II. DEFINITION III. CONTENU DE LA VEFA IV. OBLIGATIONS CONTRACTUELLES V. CONSERVATION DES DROITS DE L ACQUEREUR VI. RETARD ET PENALITES

Plus en détail

Réglementation des loyers des locaux d habitation

Réglementation des loyers des locaux d habitation Réglementation des loyers des locaux d habitation Page 1 S O M M A I R E DECRET N o 146/PG-RM DU 27 SEPTEMBRE 1967 TITRE PREMIER TITRE II Du maintien dans les lieux et du droit de reprise page 3 TITRE

Plus en détail

VENTES A DISTANCE 31/07/2015

VENTES A DISTANCE 31/07/2015 VENTES A DISTANCE 31/07/2015 Aux termes de l article L121-16 du code de la consommation, constitue un "contrat à distance" tout contrat conclu entre un professionnel et un consommateur, dans le cadre d'un

Plus en détail

RUPTURE ANTICIPEE DU CONTRAT A DUREE DETERMINEE

RUPTURE ANTICIPEE DU CONTRAT A DUREE DETERMINEE RUPTURE ANTICIPEE DU CONTRAT A DUREE DETERMINEE 22/10/2010 La conclusion d un contrat de travail à durée déterminée engage, en principe, les parties jusqu au terme de ce contrat. Le législateur a toutefois

Plus en détail

CONJOINT (à préciser si celui ci est également propriétaire) Date et lieu de naissance :...

CONJOINT (à préciser si celui ci est également propriétaire) Date et lieu de naissance :... MANDAT «EXPERT» NON EXCLUSIF DE VENTE Loi du 7 mai 1946 instituant l Ordre des géomètres-experts, décret du 31 mai 1996 portant règlement de la profession et code des devoirs professionnels N au registre

Plus en détail

LES EFFETS DE COMMERCE. Définition. Le chèque. Le warrant. La lettre de change

LES EFFETS DE COMMERCE. Définition. Le chèque. Le warrant. La lettre de change LES EFFETS DE COMMERCE Définition L effet de commerce est un titre négociable qui constate l existence d une créance au profit du propriétaire (le porteur). Le chèque, le billet à ordre, le warrant et

Plus en détail

CONVENTION DE CESSION DE FONDS DE COMMERCE

CONVENTION DE CESSION DE FONDS DE COMMERCE http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net CONVENTION DE CESSION DE FONDS DE COMMERCE Auteur: Me Arnaud Carlot, avocat E-mail: (Bruxelles) arnaudcarlot@skynet.be Tel / @lex4u.com 02.346.00.02 Fax:

Plus en détail

LA LOCATION-GERANCE : UN BON INSTRUMENT DE TRANSMISSION

LA LOCATION-GERANCE : UN BON INSTRUMENT DE TRANSMISSION FICHE PRATIQUE : LA LOCATION-GERANCE : UN BON INSTRUMENT DE TRANSMISSION La location-gérance (appelée également «gérance libre») est un contrat par lequel le propriétaire d un fonds de commerce (ou artisanal)

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 3 janvier 2013 relative à la présentation du décret n 2012-1515 du 28 décembre 2012 portant diverses dispositions relatives à la procédure civile et à l organisation judiciaire NOR : JUSC1243674C

Plus en détail

Projet de loi n o 156

Projet de loi n o 156 PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 156 Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection et à la réhabilitation

Plus en détail

Contrat-type de bail à réhabilitation

Contrat-type de bail à réhabilitation ANNEXE 5 Contrat-type de bail à réhabilitation Entre : (dénomination sociale et adresse de la société bailleresse). Et (nom, prénom, adresse du ou des locataires) Il a été convenu ce qui suit : Objet Article

Plus en détail

Avons arrêté et arrêtons: Section unique. - De la prestation du serment des membres du tribunal spécial.

Avons arrêté et arrêtons: Section unique. - De la prestation du serment des membres du tribunal spécial. Assainissement de créances privilégiées et hypothécaires Arrêté grand-ducal du 31 octobre 1935, complétant la loi du 17 août 1935, concernant l'assainissement de certaines créances privilégiées et hypothécaires.

Plus en détail

I. CADRE ADMINISTRATIF ET FISCAL

I. CADRE ADMINISTRATIF ET FISCAL FORMATION 23/07/2012 Cette matière est régie, pour l essentiel, par la loi du 24 février 1984 et la loi du 4 juillet 1990 relative au contrôle du financement des actions de formation professionnelle continue

Plus en détail

Procédure de convocation de l assemblée générale fixation de l ordre du jour établissement des rapports

Procédure de convocation de l assemblée générale fixation de l ordre du jour établissement des rapports Dissolution de sociétés avant le 1 er 10 % octobre 2014 au taux de Dans notre précédente lettre d information, nous vous avons parlé de la mesure transitoire prévue par la loi-programme du 28 juin 2013

Plus en détail

Dispositions générales

Dispositions générales Loi (9444) sur la caisse publique de prêts sur gages (D 2 10) Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Chapitre I Dispositions générales Art. 1 Statut juridique La caisse

Plus en détail

LOI N 21/95/ADP PORTANT CREATION, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS

LOI N 21/95/ADP PORTANT CREATION, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS La loi du 2195 ADP du 16 MAI 1995 LOI N 21/95/ADP PORTANT CREATION, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS L ASSEMBLEE DES DEPUTES DU PEUPLE Vu la Constitution Vu la résolution n 01/ADP

Plus en détail

REGLEMENT DES LITIGES RELATIFS AUX BAUX COMMERCIAUX

REGLEMENT DES LITIGES RELATIFS AUX BAUX COMMERCIAUX REGLEMENT DES LITIGES RELATIFS AUX BAUX COMMERCIAUX 30/09/2014 En cas de désaccords relatifs au statut des baux commerciaux ou plus particulièrement à la fixation du loyer lors du renouvellement ou de

Plus en détail

Plan. I- Cadre juridique. II- Définition de Période d observation. III- Durée du période d observation

Plan. I- Cadre juridique. II- Définition de Période d observation. III- Durée du période d observation Plan I- Cadre juridique II- Définition de Période d observation III- Durée du période d observation IV- Le paiement des créances pendant la période d'observation I- Cadre juridique Loi n 95-34 du 7 avril

Plus en détail

Licitation Cahier des charges et conditions de vente. Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat

Licitation Cahier des charges et conditions de vente. Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat Licitation Cahier des charges et conditions de vente Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat Article 12 et Annexe n 2 Version consolidée Septembre 2012 Annexe à l article 12 du

Plus en détail

Emprunt obligataire subordonné UBCI 2012 139, Avenue de la liberté- 1002 Tunis Belvédère.

Emprunt obligataire subordonné UBCI 2012 139, Avenue de la liberté- 1002 Tunis Belvédère. VISAS du Conseil du Marché Financier : Portée du visa du CMF : Le visa du CMF, n implique aucune appréciation sur l opération proposée. Le prospectus est établi par l émetteur et engage la responsabilité

Plus en détail

SAINT TRIVIER DE COURTES,

SAINT TRIVIER DE COURTES, Le maire de SAINT TRIVIER DE COURTES, Vu, le code général des collectivités territoriales et, notamment ses articles L 2121-29, L 2212-1 et 2 et L 2224-18 ; Vu, la délibération du conseil municipal en

Plus en détail

OPERATION «ZAC DE L ETOILE» A STRASBOURG SECTEUR DAUPHINE AUSTERLITZ AVIS DE MARCHE MARCHE DE TRAVAUX

OPERATION «ZAC DE L ETOILE» A STRASBOURG SECTEUR DAUPHINE AUSTERLITZ AVIS DE MARCHE MARCHE DE TRAVAUX OPERATION «ZAC DE L ETOILE» A STRASBOURG SECTEUR DAUPHINE AUSTERLITZ AVIS DE MARCHE MARCHE DE TRAVAUX POUVOIR ADJUDICATEUR : S.E.R.S., 10, rue Oberlin BP 50011 67080 STRASBOURG CEDEX Site internet : www.sers.eu

Plus en détail

Statuts de l ASP. ASP Fondatrice, Accompagnement, développement en Soins Palliatifs

Statuts de l ASP. ASP Fondatrice, Accompagnement, développement en Soins Palliatifs Statuts de l ASP Création : Dépôt légal 13 décembre 1984 Journal officiel du 2 janvier 1985 Modifications des statuts approuvées par l Assemblée générale des 17 mai 1999, 06 mai 2003, 17 mai 2005 et 22

Plus en détail

Lors de la conclusion du bail le prix du loyer est fixé librement, étant généralement fondé sur la valeur locative des locaux.

Lors de la conclusion du bail le prix du loyer est fixé librement, étant généralement fondé sur la valeur locative des locaux. Le bail commercial Le bail commercial est un contrat relatif à la location d'un immeuble en vue de l'exercice d'une activité artisanale ou commerciale, qui permet au locataire de bénéficier d'une protection

Plus en détail

N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015

N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015 N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015 1 Thèmes Avant la loi Après la loi Plafonnement des frais d incidents et

Plus en détail

Les textes régissant ces manifestations commerciales sont les articles R.762-1 à R.762-14 et L.762-1 à L.762-3 du Code de commerce.

Les textes régissant ces manifestations commerciales sont les articles R.762-1 à R.762-14 et L.762-1 à L.762-3 du Code de commerce. SALON PROFESSIONNEL 26/08/2015 Le législateur ne distingue plus les foires des salons. Le salon professionnel est ainsi défini comme étant «une manifestation commerciale consacrée à la promotion d un ensemble

Plus en détail

MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE PERSONNE MORALE

MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE PERSONNE MORALE Inscription au registre des mandats : Mandat n :. MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE PERSONNE MORALE Etabli par la FAPIL conformément à la loi n 70-9 du 2 janvier 1970 et au décret n 72-678 du 20 juillet 1972

Plus en détail

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs S O M M A I R E Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs Page 1 CHAPITRE I Dispositions générales page 1 CHAPITRE II Organisation et compétence page 1 CHAPITRE III Procédures page 2

Plus en détail

Contrat/mandat de représentation directe

Contrat/mandat de représentation directe Contrat/mandat de représentation directe Les passages soulignés sont à remplir. Les passages en italique indiquent la possibilité de choisir la disposition appropriée. Les soussignés, Donneur d ordre /

Plus en détail

ARCHIVES COMMERCIALES

ARCHIVES COMMERCIALES ARCHIVES COMMERCIALES 26/04/2013 L'exercice d une activité commerciale génère un nombre important de documents (registres, correspondances, factures, bordereaux, quittances, talons de chèques, relevés

Plus en détail

CONTRAT DE PRET N [ ]

CONTRAT DE PRET N [ ] CONTRAT DE PRET N [ ] REGI PAR LES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE N 2014-559 DU 30 MAI 2014 RELATIVE AU FINANCEMENT PARTICIPATIF AINSI QUE CELLES CONTENUES DANS LE DECRET N 2014-1053 DU 16 SEPTEMBRE 2014

Plus en détail

Statuts de Givaudan SA

Statuts de Givaudan SA Statuts de Givaudan SA Avril 2013 TABLE DES MATIÈRES Section 1 Raison Sociale, Siege et But... 3 Section 2 Capital... 4 Section 3 Organisation... 7 Section 4 Etablissement des Comptes et Emploi du Bénéfice...

Plus en détail

Chambre des huissiers de justice du Québec

Chambre des huissiers de justice du Québec Chambre des huissiers de justice du Québec 507, Place d Armes, bureau 970 Montréal (Québec) H2Y 2W8 Téléphone: (514) 721-1100 Télécopieur: (514) 721-7878 chjq@chjq.ca TARIF D HONORAIRES DES HUISSIERS DE

Plus en détail

MODULE : TECHNIQUES BANCAIRES

MODULE : TECHNIQUES BANCAIRES MODULE : TECHNIQUES BANCAIRES 5 - L ouverture de compte : L ouverture d un compte de dépôt pour un par un particulier participe à la satisfaction de trois besoins : La sécurité (ses fonds seront à l abri

Plus en détail

Offre d achat immeuble à revenus*

Offre d achat immeuble à revenus* Offre d achat immeuble à revenus* (usage résidentiel seulement) 1. IDENTIFICATION DES PARTIES ACHETEUR 1 : ACHETEUR 2 : VENDEUR 1 : Ci-après l «Acheteur» VENDEUR 2 : 2. OBJET DU CONTRAT Ci-après le «Vendeur»

Plus en détail

Cahier des conditions de vente. Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat

Cahier des conditions de vente. Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat VENTE DES ACTIFS IMMOBILIERS DEPENDANT D UNE LIQUIDATION JUDICIAIRE Cahier des conditions de vente Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat Article 12 et Annexe n 3 Version avril

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE Version du 13 mai 2016 NOTE AU LECTEUR Le Programme de financement de l agriculture est entré en vigueur le 15 octobre 2001 (2001, G.O. 1, 1113). La présente version

Plus en détail

BAIL PROFESSIONNEL. Entre les soussignés : BAVELAER Serge. Demeurant au 03 ter Rue MONTRICHARD 77250 MORET SUR LOING/ORVANNE

BAIL PROFESSIONNEL. Entre les soussignés : BAVELAER Serge. Demeurant au 03 ter Rue MONTRICHARD 77250 MORET SUR LOING/ORVANNE BAIL PROFESSIONNEL Entre les soussignés : BAVELAER Serge Demeurant au 03 ter Rue MONTRICHARD 77250 MORET SUR LOING/ORVANNE Représenté par l'un de ses co-gérants en exercice ci-après dénommée «le bailleur»,

Plus en détail

SOCIETE EN PARTICIPATION

SOCIETE EN PARTICIPATION SOCIETE EN PARTICIPATION 02/03/2015 La société en participation est une société que les associés ont convenu de ne pas immatriculer. Elle n a pas la personnalité morale et n est pas soumise à publicité

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES

CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES En cas de litige survenu en cours l exécution du contrat de travail lequel oppose :

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 2 DU 11 JANVIER 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 13 L-13-10 INSTRUCTION DU 29 DECEMBRE 2010 AVIS RENDUS PAR LE COMITE DE L ABUS DE DROIT FISCAL SEANCES N 0s

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION A USAGE D HABITATION

CONTRAT DE LOCATION A USAGE D HABITATION CONTRAT DE LOCATION A USAGE D HABITATION Loi n 89-462 du 6 juillet 1989 modifié par la loi n 94-624 du 21 juillet 1994 LOCAUX VIDES Entre les soussignés, M. (nom, prénom et adresse) désigné ci-après sous

Plus en détail

Attijari bank Siège social : 95, avenue de la Liberté -1002 Tunis Belvédère-

Attijari bank Siège social : 95, avenue de la Liberté -1002 Tunis Belvédère- Augmentation de capital Visa du Conseil du Marché Financier : Portée du visa du CMF : Le visa du CMF n implique aucune appréciation sur l opération proposée. Le prospectus est établi par l émetteur et

Plus en détail

GUIDE DE LA PROCÉDURE POUR LA VENTE DES IMMEUBLES EN DÉFAUT DE PAIEMENT DES TAXES

GUIDE DE LA PROCÉDURE POUR LA VENTE DES IMMEUBLES EN DÉFAUT DE PAIEMENT DES TAXES GUIDE DE LA PROCÉDURE POUR LA VENTE DES IMMEUBLES EN DÉFAUT DE PAIEMENT DES TAXES DOCUMENT PRODUIT PAR LA VILLE DE SAINT-PIE SERVICE DU GREFFE 19 OCTOBRE 2015 TABLE DES MATIÈRES 1. Référence légale autorisant

Plus en détail

ACCORD DE GARANTIE N / GP1 () du. entre

ACCORD DE GARANTIE N / GP1 () du. entre entre Compagnie Française d Assurance pour le Commerce Extérieur agissant pour le compte et avec la garantie de l Etat français ci-après «Coface» et ci-après le «Prêteur» conjoints et solidaires au titre

Plus en détail

DISSOLUTION DE SARL PAR DECISION DES ASSOCIES

DISSOLUTION DE SARL PAR DECISION DES ASSOCIES DISSOLUTION DE SARL PAR DECISION DES ASSOCIES 27/02/2015 Les causes de dissolution d'une société sont multiples. On peut citer par exemple l'arrivée du terme, la réalisation de l'objet social, la dissolution

Plus en détail

Mesures en cas de décès Aide-mémoire pour les communes

Mesures en cas de décès Aide-mémoire pour les communes Préfectures du canton de Berne www.be.ch/prefectures Mesures en cas de décès Aide-mémoire pour les communes 1. Mise sous scellés (art. 552 CCS, art. 58 et 59 LiCCS, art. 8 à 18 de l ordonnance sur l établissement

Plus en détail

LES SUCCESSIONS VACANTES

LES SUCCESSIONS VACANTES Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LES SUCCESSIONS VACANTES Textes Loi du 23 juin 2006 Articles 809 à 810-12 du Code civil Articles 1342 à 1353 du Code de procédure civile SOMMAIRE 1. L OUVERTURE

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international NATIONS UNIES CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL NATIONS UNIES

Plus en détail

SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES. Introduction

SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES. Introduction SYNTHESE PROCEDURES COLLECTIVES Introduction - Objectifs poursuivis par la loi du 26 juillet 2005 entrée en vigueur le 1 er janvier 2006 : Renforcement de la prévention (mandat ad hoc, conciliation), Anticipation

Plus en détail

MANDAT NON EXCLUSIF DE VENTE N

MANDAT NON EXCLUSIF DE VENTE N MANDAT NON EXCLUSIF DE VENTE N ENTRE LES SOUSIGNEES : La SCCV LES TERRASSES DE MOUISSEQUES, Société Civile Immobilière de Construction Vente au capital de 1 000 inscrite au RCS d EVRY sous le numéro 803

Plus en détail

Comores. Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis

Comores. Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis Décret n 67-223 du 17 mars 1967 [NB - Décret n 67-223 du 17 mars 1967 portant règlement d administration publique pour

Plus en détail

OHADA Acte uniforme sur le droit commercial

OHADA Acte uniforme sur le droit commercial Acte uniforme sur le droit commercial Acte adopté le 17 avril 1997 et paru au JO n 1 du 1 er octobre 1997 Index [NB - les chiffres renvoient aux numéros des articles] Acte de commerce : 2 s Agents commerciaux

Plus en détail

SOMMAIRE. Bulletin de souscription

SOMMAIRE. Bulletin de souscription SOMMAIRE Flash-emprunt «Tunisie Leasing 2012-2» Chapitre 1 : Responsables de la note d opération 1.1. Responsables de la note d opération 1.2. Attestation des responsables de la note d opération 1.3. Attestation

Plus en détail

Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers.

Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. La faillite Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés et simplifiés,

Plus en détail