Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras"

Transcription

1 Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras Résultats Présentation de l échantillon 2006 Les données centralisées en 2006 en canards et en oies ont été fournies par 14 organisations de production (OP) localisées dans le grand Sud-ouest, principalement Aquitaine et Midi-Pyrénées, mais aussi en bordure de ces régions (Limousin, Auvergne et Languedoc-Roussillon). Près de bandes ont été retenues pour l analyse en légèrement plus qu en issues de 415 ateliers en élevage (pratiquant à la fois le démarrage et la finition des animaux) et 714 en gavage, appartenant tous à la filière longue (une exploitation pouvant regrouper plusieurs ateliers). En terme d effectifs, les résultats 2006 concernent 4,5 millions de têtes en élevage (dont 4,4 millions de canards mulards) et 7,1 millions de têtes en gavage (dont 6,9 millions de canards mulards). Seul l échantillon de gavage de canards mulards est en progression cette année de 2 % par rapport à 2005, les autres étant plutôt en réduction (tableau 1). On conserve un nombre d ateliers suffisant en oie pour produire quelques références, néanmoins les résultats seront moins détaillés. On estime que l échantillon représente autour de 20 % des abattages contrôlés de canards gras en France en 2006 en nombre de têtes (source : SCEES), et près du tiers des abattages contrôlés de canards gras en Aquitaine et Midi-Pyrénées, régions principalement représentées dans l échantillon. L échantillon étant assez important en canards mulards, une distinction est réalisée selon la démarche qualité engagée dans le cadre de l IGP «Canard à foie gras du RÉSUMÉ L ITAVI centralise les résultats technico-économiques des producteurs de palmipèdes à foie gras du Sud-ouest depuis 1987 dans le cadre du programme d appui technique RENAPALM, ce qui permet d établir chaque année des références pour les activités d élevage et de gavage de canards mulards et d oies. Cette synthèse présente les principaux résultats obtenus en 2006 dans les ateliers d élevage et de gavage de canards mulards et d oies en filière longue, ainsi que des analyses spécifiques selon la démarche qualité engagée en production de canards, Certification de Conformité de Produit ou Label Rouge. Après une année 2005 marquée par des marges en nette progression (chute du prix de l aliment par rapport à 2004), les évolutions sont plus limitées en 2006 mais d une façon générale plus positives en Label Rouge qu en certifié. Tableau 1 Evolution de l échantillon RENAPALM entre 2005 et 2006 Nb OP Nb bandes Nb OP Nb bandes Elevage mulard dont part CCP - 56 % - 58 % dont part Label Rouge - 44 % - 41 % dont part standard - 1 % - 1 % Gavage mulard dont part CCP - 77 % - 75 % dont part Label Rouge - 16 % - 16 % dont part standard - 7 % - 9 % Elevage oie Gavage oie CCP : Certification de Conformité de Produit Annick AZARD ITAVI - 28, rue du Rocher PARIS Contact : TeMA nº 3 - juillet/août/septembre 2007 [ 37 ]

2 Sud-ouest» : Certification de Conformité Produit (CCP) ou Label Rouge. Les principales différences entre ces deux cahiers des charges sont l âge de mise en gavage, supérieur à 81 jours en CCP et à 90 jours en Label Rouge, et le gavage des canards label au maïs grain entier. Au niveau national, 62 % des canards gras étaient produits sous signe de qualité en 2004 selon l Enquête Aviculture (SCEES - ITAVI, 2006) ; dans le cadre des GTE, la quasitotalité des bandes transmises est produite soit sous CCP soit sous Label Rouge (tableau 1). En terme d effectifs, 5,6 millions de canards gras certifiés et 0,6 million de canards gras Label Rouge sont suivis. On peut estimer qu environ un tiers des canards CCP et la moitié des canards Label Rouge sont représentés dans l échantillon (source : CIFOG, 2006 d après PALSO, 2005). Les échantillons étudiés en élevage de canards, en élevage d oies, en gavage de canards et en gavage d oies, s ils sont évidemment en évolution, demeurent donc globalement très comparables à ceux de l année précédente en terme de structure, d organisations participantes et de démarches qualité entreprises. 2. Analyse des résultats En gavage, la valorisation des animaux sortis et la marge sur coûts aliment et animaux sont désormais présentées nette de coûts de transports (maigre et gras) et d abattage à la charge du gaveur, ce qui permet de s affranchir des différences de facturation entre organisations et de fiabiliser ainsi les résultats. La marge sur coûts aliment et animaux nette des coûts de transports et d abattage est nommée «marge brute approchée» En élevage de canards mulards Les critères techniques n ont que peu varié entre 2005 et 2006, avec une taille moyenne des bandes un peu réduite (- 1,5 %) et une durée d élevage et une consommation alimentaire en très légère progression (respectivement de 0,5 % et 0,7 %) (tableau 2). Il semblerait que le poids moyen des PAG sortis ait un peu diminué, mais il faut noter que ce critère n est disponible, comme l indice de consommation, que pour moins de la moitié des bandes suivies. Les variations saisonnières observées sont classiques, avec la consommation alimentaire et l indice de consommation maximum au premier Figure 1 - Evolution saisonnière de la consommation d aliment en élevage de canards en 2005 et 2006 (source : RENAPALM) kg/canard sorti J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D trimestre et minimum au troisième trimestre (figure 1), la durée d élevage étant alors la plus élevée et le poids moyen des PAG le plus bas. Le taux de pertes, après une diminution notable de plus d un point en 2005, est en augmentation sur 2006 de 0,15 point en moyenne, mais il est en fait surtout élevé au premier trimestre et on observe ensuite sa baisse régulière au cours de l année. Après la hausse importante de la marge sur coûts aliment et animaux en 2005, en raison notamment de la chute du prix de l aliment exceptionnellement élevé en 2004, les évolutions sur les critères économiques en 2006 sont plus limitées. La valorisation du canard PAG progresse de 0,05, le coût du caneton reste stable en moyenne (mais en réduction semble-t-il sur le dernier trimestre de l année), et le coût alimentaire est légèrement augmenté de 0,03 par canard PAG sorti du fait de la hausse de la consommation alimentaire, le prix de l aliment restant stable. Il semble ainsi que la hausse du coût de l aliment, sensible dès le deuxième semestre 2006 sur l indice ITAVI coût des matières premières de l aliment pour le canard, ne se soit pas encore répercutée sur les résultats Cela risque toutefois fort d être le cas en 2007, avec un indice ITAVI déjà en hausse de 6,2 % en moyenne en 2006 par rapport à 2005, et une moyenne en juin 2007 sur 12 mois glissés en hausse de 16,2 % par rapport à l année précédente. La marge sur coûts aliment et animaux est ainsi en légère progression de 0,02 par canard PAG sorti en 2006 (+ 0,6 %). Elle est minimum au premier trimestre et maximum au troisième trimestre. La proportion de bandes obtenant des marges faibles, inférieures à 1,5 par animal sorti, reste stable à 7 % entre 2005 et Selon la démarche qualité On retrouve les différences attendues entre productions labellisée et certifiée sur les critères techniques (tableau 2) : taille des bandes inférieure en label (1786 contre 2383 animaux en certifié), durée d élevage supérieure (CCP 81 jours minimum vs Label Rouge 90 jours minimum d après les cahiers des charges), consommation alimentaire augmentée de 1,5 kg par canard PAG sorti et indice de consommation plus élevé. Les évolutions observées sur les critères techniques entre 2005 et 2006 doivent être différenciées selon le cahier des charges. En Label Rouge, la taille moyenne des bandes diminue de 10 %, la durée d élevage et la consommation alimentaire sont légèrement augmentées, respectivement de 1,2 % et 1,4 %, et le taux de pertes est plutôt en réduction de 3,13 à 2,96 %. En production sous CCP, la taille des bandes est en augmentation de 3 %, la durée d élevage et la consommation alimentaire sont peu modifiées, mais le taux de pertes progresse assez sensiblement, passant de 1,78 à 2,20 %, tout en demeurant moins élevé qu en production label. Concernant les critères économiques, la valorisation du canard PAG mais aussi le coût alimentaire sont plus élevés en label qu en certifié, respectivement de 0,58 et 0,28 par PAG sorti, avec pourtant un prix de l aliment équivalent, tandis que le coût du caneton est plutôt inférieur en label de 0,18. La marge sur coûts aliment et animaux est finalement supérieure en label (2,53 contre 2,05 par canard PAG sorti en certifié) (figure 2). Il faut toutefois relativiser ce résultat et le ramener à l échelle [ 38 ] TeMA nº 3 - juillet/août/septembre 2007

3 de l atelier : les producteurs en label ont en effet des bandes de taille moins importante pour une durée d élevage supérieure, donc un nombre d animaux sortis par an plus faible, mais aussi un temps de travail et des investissements différents. Cette remarque sera également à garder à l esprit pour les résultats des gaveurs. foies gras sont maximum au premier trimestre et minimum au troisième trimestre. Après une diminution notable en 2005, le taux de pertes augmente de près de 0,1 point en 2006 pour atteindre 2,37 %, avec en particulier un pic à plus de 4 % sur les bandes livrées en juillet, puis une baisse en dessous de la barre des 2 % en moyenne au quatrième trimestre (figure 3). Figure 2 - Distribution de la marge sur coûts aliment et animaux en élevage de canards en 2006 (source : RENAPALM) % d e s b a n d e s CCP Label Rouge 75% 60% 45% 30% 15% 0% moins de 0,5 0,5 à 0,99 1,0 à 1,49 1,5 à 1,99 2,0 à 2,49 2,5 à 2,99 3,0 à 3,49 Marge sur coûts aliment et animaux ( /canard sorti) 3,5 à 3,99 4,0 à 4,49 4,5 et plus % Figure 3 - Evolution saisonnière du taux de pertes en gavage de canards en 2005 et 2006 (source : RENAPALM) J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D Les évolutions des critères économiques entre 2005 et 2006 doivent également être différenciées selon le cahier des charges. En Label Rouge, la valorisation du canard PAG est en progression de 0,17, pour un coût de caneton stable et un coût alimentaire augmenté modérément de 0,09 (conjugaison de hausses légères de la consommation alimentaire et du prix de l aliment), la marge sur coûts aliment et animaux est ainsi en progression de 0,09 par canard PAG sorti en 2006 (+ 3,8 %). En production sous CCP, les critères économiques restent assez stables entre 2005 et 2006, ce qui conduit à une marge sur coûts aliment et animaux de 2,05 par canard PAG sorti en 2006 (- 0,02 par rapport à 2005) En gavage de canards mulards La taille des bandes est en progression de 3,3 % et atteint plus de 700 canards à gaver (tableau 3). La durée de gavage et la quantité de maïs consommé par canard sont en légère réduction en 2006 (respectivement de 0,5 % et 1,0 %), tandis que le poids moyen des foies gras reste presque stable à 547 g. La durée de gavage, la quantité de maïs et le poids des La marge brute approchée avait été nettement améliorée en 2005, en raison en particulier de la baisse importante du prix de l aliment, mais aussi de la hausse de la valorisation du canard gavé. Les évolutions sont moins marquées cette année, mais on observe une valorisation du canard gavé en baisse de 0,11, tandis que le coût du PAG est légèrement augmenté de 0,03. Le coût alimentaire reste stable, la hausse réduite du prix de l aliment de 1 /t étant compensée par la baisse de la quantité de maïs consommé ; à noter néanmoins la hausse plus sensible du prix de l aliment sur la fin de l année Cette évolution du prix de l aliment est confirmée la hausse du prix du maïs rendu Bordeaux Bayonne (source : La Dépêche) sur le deuxième semestre 2006 ; comme en élevage, cette hausse ne s est pas encore répercutée complètement sur les résultats La marge brute approchée est finalement réduite de 0,11 par canard gavé (- 3,2 %) entre 2005 et En 2006, 12 % des bandes suivies ont une marge brute approchée faible, inférieure à 2 par animal sorti, une proportion proche de celle de 2005 (11 %). Tableau 2 Résultats de GTE RENAPALM en élevage de canards mulards ECHANTILLON GLOBAL LABEL ROUGE CERTIFIÉ (CCP) Moyenne2006 CV 2006 Rappel2005 Moyenne2006 Rappel2005 Moyenne2006 Rappel2005 Taille des bandes ,0 % Durée d'élevage (jours) 89,4 6,0 % 89,0 90,6 89,5 88,6 88,5 Consommation aliment (kg) 17,54 11,4 % 17,42 18,40 18,15 16,93 16,85 Indice de consommation 4,12 5,8 % 4,16 4,17 4,20 4,08 4,10 Poids moyen PAG (kg) 4,21 0,9 % 4,27 4,20 4,34 4,21 4,19 Taux de pertes (%) 2,53 % 108,9 % 2,38 % 2,96 % 3,13 % 2,20 % 1,78 % Valorisation ( /canard sorti) 7,95 8,5 % 7,90 8,29 8,12 7,71 7,72 Coût caneton ( /canard sorti) 2,24 10,4 % 2,24 2,14 2,15 2,32 2,30 Prix aliment ( /kg) 0,197 7,5 % 0,197 0,197 0,194 0,197 0,198 Coût aliment ( /canard sorti) 3,46 14,6 % 3,43 3,62 3,53 3,34 3,35 MCAA ( /canard sorti) 2,25 26,8 % 2,23 2,53 2,44 2,05 2,07 Marge sur Coûts Aliment et Animaux TeMA nº 3 - juillet/août/septembre 2007 [ 39 ]

4 Selon la démarche qualité Des différences notables entre production labellisée et certifiée sont mises en évidence (tableau 3) : taille inférieure des bandes en label (377 contre 773 canards à gaver en certifié), durée de gavage allongée de près de 2 jours (12 jours minimum en CCP et Label Rouge dans les cahiers des charges) et quantité de maïs consommé supérieure de 1,7 kg. Le poids moyen des foies gras est supérieur de 20 g en production sous Label Rouge (figure 4), tandis que les taux de pertes sont proches, autour de 2,3-2,4 %. % des bandes 25% 20% 15% 10% 5% 0% Figure 4 - Distribution du poids moyen des foies gras en gavage de canards en 2006 (source : RENAPALM) moins de 375 de 375 à 399 de 400 à 424 de 425 à 449 de 450 à 474 de 475 à 499 de 500 à 524 de 525 à 549 Poids des foies gras (g) Les évolutions observées sur les critères techniques entre 2005 et 2006 doivent être différenciées selon le cahier des charges, à l exception de la taille moyenne des bandes qui progresse dans les deux échantillons, de 2,2 % en certifié et de 3,8 % en label. En production sous Label Rouge, la durée de gavage diminue de 1,0 %, la quantité de maïs consommé par canard gavé est en revanche en hausse de 1,0 %, comme le poids moyen des foies gras qui atteint 565 g (+ 1,0 %) ; le taux de pertes progresse de 0,3 point. En production certifiée, la durée de gavage reste stable mais la quantité de maïs consommé par canard gavé est réduite de 1,3 %, pour des foies gras dont le poids diminue de 0,9 % et atteint 545 g ; le taux de pertes reste stable. Sur les critères économiques, la valorisation est supérieure de 3,57 par canard gavé en production label. Si le coût du PAG est également plus élevé en label de 0,83, ce n est par contre pas le cas du coût alimentaire, CCP Label Rouge de 550 à 574 de 575 à 599 de 600 à 624 de 625 à 649 de 650 à 674 de 675 à et plus inférieur de 0,08, et ceci malgré une consommation alimentaire nettement supérieure, le prix moyen de l aliment étant de 142 /t en label contre 175 /t en certifié. En effet en production label, une part importante du maïs consommé peut être produit sur l exploitation et comptabilisé à un prix de cession interne moins élevé (prix de marché, mais ni de coût de transport, ni de marge fabricant). La marge brute approchée est finalement presque deux fois supérieure en label (5,73 par canard gavé contre 2,90 en certifié), le nombre total d animaux sortis par an étant toutefois moins élevé. Les évolutions entre 2005 et 2006 doivent également être différenciées selon l échantillon. En Label Rouge, la valorisation du canard gavé est améliorée de 0,35, pour un coût du PAG stable et un coût alimentaire en augmentation modérée de 0,06 (conjugaison de hausses légères de la quantité de maïs consommé et du prix de l aliment), la marge brute approchée progresse ainsi sensiblement, passant de 5,28 à 5,73 par canard gavé (+ 8,5 %). Au contraire en production certifiée, la valorisation baisse de 0,21 par canard gavé, ce qui conduit, compte tenu de coût du PAG et de l aliment stable, à une marge brute approchée en réduction de 7,6 %, passant de 3,14 à 2,90 par canard gavé En élevage et gavage d oies Le nombre de bandes analysées en oie tend à diminuer progressivement, cette année de 2 % en élevage et de 3 % en gavage ; ces échantillons sont donc de taille de plus en plus réduite et il convient de rester prudent dans l interprétation des résultats. La taille moyenne des bandes est également en baisse sensible, de 9 % en élevage et de 5 % en gavage. En élevage d oies (tableau 4), les critères techniques varient peu entre 2005 et 2006, seul le taux de pertes progresse de 0,3 point pour atteindre 5,40 %. La valorisation est augmentée nettement de 0,45 par oie PAG sortie, ce qui compense l augmentation importante du coût alimentaire de 0,27 par oie PAG, le prix de l aliment étant en progression de 5,6 % en 2006 par rapport à A noter une diminution progressive de la consommation alimentaire et donc du coût alimentaire au cours de l année La marge sur coûts aliment et animaux reste néanmoins en augmentation de 0,12 en 2006 (+ 2,5 %) et atteint 5,20 par oie PAG sortie. En gavage d oies (tableau 5), la durée de gavage et le poids moyen des foies gras restent stables, mais la quantité de maïs consommé par oie gavée Tableau 3 Résultats de GTE RENAPALM en gavage de canards mulards Echantillon global Label Rouge Certifié (CCP) Moyenne2006 CV 2006 Rappel2005 Moyenne2006 Rappel2005 Moyenne2006 Rappel2005 Taille des bandes ,9 % Durée de gavage (jours) 12,7 11,5 % 12,8 14,3 14,4 12,5 12,5 Quantité maïs (kg/canard sorti) 9,93 10,7 % 10,04 11,42 11,31 9,68 9,80 Poids moyen des foies gras (g) ,1 % Taux de pertes (%) 2,37 % 121,1 % 2,29 % 2,29 % 2,00 % 2,36 % 2,32 % Valorisation ( /canard sorti) 13,67 16,7 % 13,78 16,62 16,27 13,05 13,26 Coût PAG ( /canard sorti) 8,64 8,9 % 8,61 9,29 9,27 8,46 8,44 Prix aliment ( /kg) 0,169 12,4 % 0,168 0,142 0,138 0,175 0,174 Coût aliment ( /canard sorti) 1,67 12,8 % 1,68 1,61 1,55 1,69 1,70 MBA ( /canard sorti) 3,37 62,0 % 3,48 5,73 5,28 2,90 3,14 Valorisation globale de l'animal sorti et Marge Brute Approchée (MBA) nettes des coûts de transport et d'abattage à la charge du gaveur [ 40 ] TeMA nº 3 - juillet/août/septembre 2007

5 Tableau 4 Résultats de GTE RENAPALM en élevage d oies Moyenne2006 CV 2006 Rappel2005 Taille des bandes ,3 % 879 Durée d'élevage (jours) 94,0 8,3 % 93,9 Consommation aliment (kg) 21,92 18,2 % 22,08 Indice de consommation 4,14 17,5 % 4,16 Poids moyen PAG (kg) 5,38 5,5 % 5,30 Taux de pertes (%) 5,40 % 71,4 % 5,09 % Valorisation ( /oie sortie) 15,04 12,5 % 14,59 Coût oison ( /oie sortie) 4,41 6,7 % 4,37 Prix aliment ( /kg) 0,245 18,0 % 0,232 Coût aliment ( /oie sortie) 5,43 29,5 % 5,16 MCAA ( /oie sortie) 5,20 25,3 % 5,08 Marge sur Coûts Aliment et Animaux est réduite de 3,8 %. Le taux de pertes progresse de 0,1 point et atteint plus de 6,0 % en moyenne. La valorisation de l oie gavée est en hausse de 0,40 et le coût alimentaire en baisse de 0,07, ce qui permet, malgré une augmentation du coût de l oie PAG de 0,22, une amélioration de la marge brute approchée de 0,21 entre 2005 et 2006 (+ 2,7 %) pour atteindre 7,64 par oie gavée sortie. Tableau 5 Résultats de GTE RENAPALM en gavage d oies Moyenne2006 CV 2006 Rappel2005 Taille des bandes ,1 % 330 Durée de gavage (jours) 17,0 25,1 % 17,0 Quantité maïs (kg/oie sortie) 16,49 16,6 % 17,15 Poids moyen des foies gras (g) ,1 % 786 Taux de pertes (%) 6,03 % 96,3 % 5,91 % Valorisation ( /oie sortie) 26,80 18,4 % 26,40 Coût PAG ( /oie sortie) 16,10 9,9 % 15,88 Prix aliment ( /kg) 0,186 9,9 % 0,182 Coût aliment ( /oie sortie) 3,10 23,0 % 3,17 MBA ( /oie sortie) 7,64 56,6 % 7,43 Valorisation globale de l'animal sorti et Marge Brute Approchée (MBA) nettes des coûts de transport et d'abattage à la charge du gaveur Conclusion La centralisation des données de GTE dans le cadre du programme RENAPALM permet de suivre de manière précise l évolution des résultats des activités d élevage et de gavage de palmipèdes gras à partir d un échantillon de taille importante depuis Après une année 2005 marquée par des marges en nette progression en raison notamment de la chute du prix de l aliment par rapport à son niveau exceptionnel de 2004, les variations sont plus limitées en 2006 et les marges sont globalement maintenues. Néanmoins, que ce soit en élevage ou en gavage, les évolutions entre 2005 et 2006 semblent finalement plus positives en production Label Rouge qu en production certifiée. Quelques tendances se dégagent sur l évolution des résultats sur le long terme. En élevage, la consommation d aliment est en hausse au cours des dernières années, depuis 2000 en canard, pour une durée d élevage stable mais un poids des canards PAG sortis en progression de 4,06 kg en 2000 à 4,21 kg en Le poids moyen des foies gras a progressé en canard comme en oie de 100 g sur les vingt dernières années, avec néanmoins une stabilisation entre 535 et 550 g pour les foies gras de canards depuis Les taux de pertes ont chuté à la fois en élevage et en gavage par rapport aux niveaux exceptionnels de 2003, avec des taux en 2006 qui, même un peu moins favorables que ceux de 2005, restent quand même à des niveaux plutôt bas en particulier en canard. Les marges sur coûts aliment et animaux sont finalement en tendance baissière sur le long terme en élevage et en gavage, même si la situation semble stabilisée sur ; le contexte actuel, avec un prix de l aliment en forte hausse, laisse néanmoins présager des résultats moins favorables pour Remerciements Aux organisations de production participant au programme RENAPALM, ainsi qu à l Office de l Elevage et au Ministère de l Agriculture et de la Pêche (CAS DAR) pour leur contribution financière. TeMA nº 3 - juillet/août/septembre 2007 [ 41 ]

PROGRAMME RENAPALM CENTRALISATION DES GTE PALMIPEDES GRAS RESULTATS 2006. Comité de pilotage du 05 juin 2006 à Agen

PROGRAMME RENAPALM CENTRALISATION DES GTE PALMIPEDES GRAS RESULTATS 2006. Comité de pilotage du 05 juin 2006 à Agen PROGRAMME RENAPALM CENTRALISATION DES GTE PALMIPEDES GRAS RESULTATS Comité de pilotage du 5 juin à Agen Annick Azard - ITAVI Service Economie Présentation du programme Mis en place en 1987 Concours financiers

Plus en détail

«Un outil réactif au service des gaveurs du Sud-Ouest»

«Un outil réactif au service des gaveurs du Sud-Ouest» Avec le soutien de : L INDICATEUR ECONOMIQUE «Un outil réactif au service des gaveurs du Sud-Ouest» SOMMAIRE 1. Introduction 2 SYNTHESE DU 1 ER SEMESTRE 2013 Descriptif de la situation de l Indicateur

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN Août 29 Tous les commentaires s'appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. LIMOUSIN Tendances régionales Août 29 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DU MARCHE DU FOIE GRAS

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DU MARCHE DU FOIE GRAS SITUATION DE LA PRODUCTION ET DU MARCHE DU FOIE GRAS 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

GESTION TECHNICO-ECONOMIQUE DES ELEVEURS DE LAPINS DE CHAIR Programmes RENACEB et RENALAP

GESTION TECHNICO-ECONOMIQUE DES ELEVEURS DE LAPINS DE CHAIR Programmes RENACEB et RENALAP GESTION TECHNICO-ECONOMIQUE DES ELEVEURS DE LAPINS DE CHAIR Programmes RENACEB et RENALAP RESULTATS 2006 Présentés lors du comité de pilotage du 24 septembre 20 Action réalisée avec les concours financiers

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE SEPTEMBRE 2009 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Picardie Tendances régionales Numéro 20 Page 1 sur 8 Vue d ensemble

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission en Nouvelle-Calédonie entre 1999 et 26 AGENCE DE NOUMÉA Octobre 26 Note de l Institut d émission Établissement public Dotation 1 - SIRET 78 43 111 1 APE 651 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2012 à 14 h 30 «I - Avis technique sur la durée d assurance de la génération 1956 II - Réflexions sur les règles d acquisition des droits

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. BAISSE DU COURS DES CEREALES ET

Plus en détail

Les emplois salariés vacants en Belgique

Les emplois salariés vacants en Belgique 1 Les emplois salariés vacants en Belgique Les emplois salariés vacants en Belgique 1. Les emplois salariés vacants dans le secteur marchand principalement En 2013, 2,6 % des emplois salariés étaient vacants

Plus en détail

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires Tendances régionales La conjoncture en Midi-Pyrénées Décembre 215 La production industrielle a légèrement progressé dans l ensemble des secteurs. Les carnets de commandes sont toujours jugés de bon niveau.

Plus en détail

udesté on it ecl Col

udesté on it ecl Col Collection études LA C EST 49% de la population girondine en 21 * 727 466 habitants (INSEE 21) * 7% de croissance en 1 ans (INSEE) * 27 communes * 4 ème Communauté Urbaine de France (INSEE 28) 53% des

Plus en détail

Rapport de Gestion Exposé Sommaire. Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires. SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004

Rapport de Gestion Exposé Sommaire. Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires. SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004 Rapport de Gestion Exposé Sommaire Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004 SOCIÉTÉ BIC 14, rue Jeanne d Asnières 92116 Clichy Cedex, France

Plus en détail

GTE naisseurs engraisseurs. Calculez vos marges de progrès*

GTE naisseurs engraisseurs. Calculez vos marges de progrès* 2013Résultats PORCS L année 2013 est encore marquée par une nouvelle hausse du prix de l aliment (+ 18 /tonne). La faible augmentation du prix du porc (+ 0,022 /kg de carcasse) ne compense par l augmentation

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

Principaux résultats issus du réseau de fermes de références cunicoles au cours de la campagne 2007-2008 A. JENTZER

Principaux résultats issus du réseau de fermes de références cunicoles au cours de la campagne 2007-2008 A. JENTZER Principaux résultats issus du réseau de fermes de références cunicoles au cours de la campagne 2007-2008 A. JENTZER ITAVI Service Economie - 4, rue de la Bienfaisance - 75008 Paris, France Résumé. Le réseau

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 2014

Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 2014 Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 214 Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Août 214 Au 3 juin 214, le nombre d entreprises inscrites au RM a dépassé

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 599 Janvier 5 Conjoncture de l immobilier Résultats au troisième trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière

Plus en détail

Observatoire des effectifs scolaires du 1 er et 2 nd degrés 10 e édition

Observatoire des effectifs scolaires du 1 er et 2 nd degrés 10 e édition Agglomération de la Région de Compiègne Observatoire des effectifs scolaires du 1 er et 2 nd degrés 10 e édition Années scolaires 1992 à 2012 Mars 2013 Agence d urbanisme et de développement Oise-la-Vallée

Plus en détail

Bilan marketing au deuxième trimestre 2016. Informations cruciales sur les performances du Search, du Social et du Display par terminal

Bilan marketing au deuxième trimestre 2016. Informations cruciales sur les performances du Search, du Social et du Display par terminal SÉRIE TENDANCES/IDÉES Bilan marketing au deuxième trimestre 2016 Informations cruciales sur les performances du Search, du Social et du Display par terminal Introduction Le premier trimestre de l année

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses novembre 13 N 73 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi et chômage des 15-29 ans en 53,7 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans 6. Les retraites A. Les départs à la retraite des personnels du secteur public en 213 111 B. Un nombre de départs à la retraite tendanciellement en diminution depuis 23 112 C. Le nombre de retraités de

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 58 Juillet Conjoncture de l immobilier Résultats au premier trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière au premier

Plus en détail

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants :

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants : 7 ème baromètre annuel Energie-Info sur l ouverture des marchés, réalisé par le médiateur national de l énergie et la Commission de régulation de l énergie. Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au

Plus en détail

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse DAEJ/CAB/2012/55 31 octobre 2012 Note pour le cahier de la Cellule Economique Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse 1- L activité des entreprises

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

RESEAU DE FERMES DE REFERENCES PALMIPEDES A FOIE GRAS

RESEAU DE FERMES DE REFERENCES PALMIPEDES A FOIE GRAS ANTENNE REGION SUD-OUEST Maison de l Agriculture Cité Galliane BP 279 40 005 MONT DE MARSAN CEDEX Tél. : 05 58 85 44 12 Fax : 05 58 85 44 11 Contact : litt@itavi.asso.fr RESEAU DE FERMES DE REFERENCES

Plus en détail

GROUPE BANQUE POPULAIRE

GROUPE BANQUE POPULAIRE Paris, le 28 août 2008 GROUPE BANQUE POPULAIRE UN RENFORCEMENT DES FONDAMENTAUX DE LA BANQUE DE DÉTAIL UN PNB EN HAUSSE À 2 936 M UN RÉSULTAT NET PART DU GROUPE EN PROGRESSION À 660 M DES RÉSULTATS CONSOLIDÉS

Plus en détail

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Historique Le prêt à taux zéro renforcé, PTZ+, était entré en vigueur le 1 er janvier 2011. Il visait à favoriser l accession à la propriété. Réservé aux primo-accédants,

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

Les résultats des élevages de porcs français en 2010

Les résultats des élevages de porcs français en 2010 Les résultats des élevages de porcs français en 10 L année 10 ne restera pas dans les annales. Similaire à 9, elle permet tout juste en moyenne d équilibrer le résultat des éleveurs. Il ne faut pas s y

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015 L a situation économique de Taiwan au ème semestre 1 Résumé L économie taiwanaise subit un ralentissement prononcé au ème trimestre, qui conduit le gouvernement à diviser par deux sa prévision de croissance

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2010/11 Chiffre d affaires en croissance de 23% à 15 M Amélioration de la marge brute à 74,4% Perte d exploitation de 3,1 M

RESULTATS ANNUELS 2010/11 Chiffre d affaires en croissance de 23% à 15 M Amélioration de la marge brute à 74,4% Perte d exploitation de 3,1 M www.tekka.com Brignais, le 22 juillet 2011 RESULTATS ANNUELS 2010/11 Chiffre d affaires en croissance de 23% à 15 M Amélioration de la marge brute à 74,4% Perte d exploitation de 3,1 M tekka (FR0010999425,

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. GROUPE DANONE : Résultats estimés du 1 er semestre 2004

COMMUNIQUE DE PRESSE. GROUPE DANONE : Résultats estimés du 1 er semestre 2004 COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 22 juillet 2004 GROUPE DANONE : Résultats estimés du 1 er semestre 2004 Croissance comparable des ventes de +8,8% Amélioration de la marge opérationnelle de 11,9% à 12,3%

Plus en détail

L ACTUALITÉ DES TPE, PME ET CRÉATIONS D ENTREPRISES

L ACTUALITÉ DES TPE, PME ET CRÉATIONS D ENTREPRISES NEWSLETTER DÉCEMBRE 2015 Sous la direction d André Letowski L ACTUALITÉ DES TPE, PME ET CRÉATIONS D ENTREPRISES Ce mois-ci nous vous proposons 6 axes d analyses La conjoncture : une légère amélioration,

Plus en détail

INDICE PALMIPEDE A FOIE GRAS

INDICE PALMIPEDE A FOIE GRAS 1 INDICE PALMIPEDE A FOIE GRAS Méthodologie et utilisations Agnès BRAINE 2 INDICATEUR ITAVI COÛT MATIERES PREMIERES DES FORMULES VOLAILLES Méthodologie Evolution depuis janvier 2006 3 Méthodologie (1)

Plus en détail

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation 1 Numéro 201, juin 2013 Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation I) Immobilier : un premier trimestre en forte croissance Une partie de la croissance

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

1 er trimestre 2016 UN FLECHISSEMENT DE LA SITUATION ECONOMIQUE SUR LE DEBUT D ANNEE 2016

1 er trimestre 2016 UN FLECHISSEMENT DE LA SITUATION ECONOMIQUE SUR LE DEBUT D ANNEE 2016 1 er trimestre 2016 UN FLECHISSEMENT DE LA SITUATION ECONOMIQUE SUR LE DEBUT D ANNEE 2016 Les dirigeants Drômois misent toutefois sur une stabilisation des indicateurs au prochain trimestre. Suivez l actualité

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001)

Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001) Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001) Le Syndicat national du chauffage urbain et de la climatisation

Plus en détail

Dans le contexte de l après-crise, les interrogations sur le risque d une. Quels secteurs seront créateurs d emplois en 2015? 1

Dans le contexte de l après-crise, les interrogations sur le risque d une. Quels secteurs seront créateurs d emplois en 2015? 1 Quels secteurs seront créateurs d emplois en 2015? 1 Au sein du Centre d analyse stratégique (CAS) a été menée en novembre 2010 une étude sur les évolutions à venir de l emploi à l horizon 2020 avec un

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

États-Unis : la reprise est amorcée, après une année 2009 difficile Novembre 2011

États-Unis : la reprise est amorcée, après une année 2009 difficile Novembre 2011 Communiqué États-Unis : la reprise est amorcée, après une année 2009 difficile Novembre 2011 Chiffres clés de la en 2009 Exportations : 10,15 millions de bouteilles (soit 846 milliers de caisses) pour

Plus en détail

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 SOMMAIRE Faits marquants de l année 2010 Le marché Activité commerciale 2010 Résultat annuel 2010 Evolution du cours de bourse

Plus en détail

Le secteur de la distribution d eau en France : évolution des plaintes de consommateurs et des prix jusqu en 2012

Le secteur de la distribution d eau en France : évolution des plaintes de consommateurs et des prix jusqu en 2012 N 13 Avril 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Le secteur de la distribution d eau en France

Plus en détail

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Suivez l activité des entreprises du Rhône NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre 2014 STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Malgré une fin d année 2013 conclue avec un regain d'activité et des perspectives

Plus en détail

Résumé. Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi

Résumé. Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi Etude comparative des prix des médicaments entre la Suisse, l Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark, la Grande-Bretagne, la France, l Italie et l Autriche Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi Résumé Les coûts

Plus en détail

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015 L Agroindicateur Septembre 2015 Revenu d un milliard : un nouveau seuil? La conjoncture 2015 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer autour d

Plus en détail

SEFAC 2015 - ZOOM SUR LA SANTE FINANCIERE DE 15 000 PME. Evolutions 2008-2014. OBSERVATOIRE A'rH. de l'information financière

SEFAC 2015 - ZOOM SUR LA SANTE FINANCIERE DE 15 000 PME. Evolutions 2008-2014. OBSERVATOIRE A'rH. de l'information financière SEFAC 2015 - ZOOM SUR LA SANTE FINANCIERE DE 15 000 PME Evolutions 2008-2014 OBSERVATOIRE A'rH de l'information financière ATH publie, dans le cadre de son Observatoire de l information financière, une

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

L évolution du marché des fonds à fin décembre

L évolution du marché des fonds à fin décembre L évolution du marché des fonds à fin décembre Le marché de la gestion collective plie de -4,5% en décembre, l équivalent de 38,9 milliards d euros de moins par rapport à fin novembre. L encours total

Plus en détail

*** Confirmation de l objectif 2009 de résultat avant impôt entre 400 et 450 millions d euros

*** Confirmation de l objectif 2009 de résultat avant impôt entre 400 et 450 millions d euros Communiqué de presse Paris, le 19 janvier 2010 Chiffre d affaires 2009 : -7,9% en données comparables Dans un environnement économique encore sévèrement touché par la crise, Chiffre d affaires des Services

Plus en détail

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, Président, Olivier CHALLAN BELVAL et Michel THIOLLIERE, Commissaires.

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, Président, Olivier CHALLAN BELVAL et Michel THIOLLIERE, Commissaires. Délibération Délibération de la ommission de régulation de l énergie du 27 septembre 2012 portant avis sur le projet de décret modifiant le décret n 2011-1597 du 21 novembre 2011 relatif aux conditions

Plus en détail

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2012

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2012 Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2012 FILIERE LONGUE : ELEVAGE 1-Les points clés de «l'atelier type» élevage d'aujourd'hui CANARD DESCRIPTIF OIE 36 000 Volume animal /an 6 000 6 Nb

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 13 novembre COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES RÉSULTATS DES NEUF PREMIERS MOIS RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT : 597 MILLIONS D EUROS (+13%) RÉSULTAT NET HORS ÉLÉMENTS EXCEPTIONNELS : 320 MILLIONS

Plus en détail

Quand l'école est finie

Quand l'école est finie n 34 - janvier 2006 Quand l'école est finie en Franche-Comté L insertion des jeunes de la génération 2001 formés en Franche-Comté - synthèse L'étude exhaustive, réalisée par le Cereq, est téléchargeable

Plus en détail

Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques

Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques Avec le soutien de : Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 1 Septembre 2013

Plus en détail

Amélioration continue de la Trésorerie qui augmente de 2 millions d euros et de la Marge Brute qui progresse de 1.7%.

Amélioration continue de la Trésorerie qui augmente de 2 millions d euros et de la Marge Brute qui progresse de 1.7%. Communiqué de Presse 29 Octobre 2008 Résultats du 3ème Trimestre 2008 : - Comptes de Résultat du 3ème trimestre 2008 - Informations spécifiques - Comptes de Résultat cumulé au 30 Septembre 2008 - Prévisions

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Sylvain Gouteron et Évelyne Fam Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Du

Plus en détail

Neuilly-sur-Seine, le 12 novembre 2007

Neuilly-sur-Seine, le 12 novembre 2007 Neuilly-sur-Seine, le 12 novembre 2007 o Au 30 septembre 2007, revenus en hausse de 19 %, à 8,2 milliards contre 6,9 milliards pour les neuf premiers mois de 2006, reflétant l intégration des activités

Plus en détail

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011 Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2011 FILIERE LONGUE : ELEVAGE 1-Les points clés de «l'atelier type» élevage d'aujourd'hui DESCRIPTIF 36 000 Volume animal /an 6 000 6 Nb de bandes

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation?

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? 1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? En France, la crise n a fait qu accentuer une tendance récente, suscitée par les débats sur l avenir de l État-providence,

Plus en détail

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998 Les crédits au logement consentis aux ménages en Les crédits nouveaux à l habitat mis en force 1 en ont atteint 341,93 milliards de francs en données brutes 2, contre 307,9 milliards en 1997 (+ 11,1 %).

Plus en détail

#295. production audiovisuelle aidée. sommaire. &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5. &02 la fiction...11

#295. production audiovisuelle aidée. sommaire. &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5. &02 la fiction...11 #295 production audiovisuelle aidée sommaire &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5 &02 la fiction...11 &03 le documentaire...21 &04 l animation...31 &05 le...37 &06 le magazine...47

Plus en détail

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF Le contexte du rapport Publié en février 2013, ce rapport est issu d une enquête par questionnaire, réalisée par

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Novembre 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA Note de Conjoncture N 66 Page 1 Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants Effectifs IAA 540 000 530 000 520 000 510 000 500 000 490 000 480 000 Source : Acoss, calculs ANIA

Plus en détail

Après deux années de repli, le nombre de nouveaux

Après deux années de repli, le nombre de nouveaux MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Après deux années de repli, le nombre de nouveaux contrats d apprentissage progresse en Paca en 2011 : +1,3 % par

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE NOVEMBRE 28 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières Auvergne Tendances régionales novembre 28 Page 1 sur 8 Vue d ensemble

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Bilan du parc photovoltaïque français raccordé au réseau fin décembre 2010

Bilan du parc photovoltaïque français raccordé au réseau fin décembre 2010 Association professionnelle de l énergie solaire Bilan du parc photovoltaïque français raccordé au réseau fin décembre 2010 Le parc raccordé national L année 2010 fut synonyme de turbulences pour le secteur

Plus en détail

Conjoncture Filière cheval N 19 Juin 2015

Conjoncture Filière cheval N 19 Juin 2015 Conjoncture Filière cheval N 19 Juin 215 L élevage : premières tendances 215 Course : hausse marquée des naissances enregistrées début 215 Selle et poney : légère hausse des naissances enregistrées en

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

Variation annuelle (en%) -2-4 100 = 2012 T4. 1 L indice du 1 er trimestre 2014 (109.0) a été remplacé par la moyenne de

Variation annuelle (en%) -2-4 100 = 2012 T4. 1 L indice du 1 er trimestre 2014 (109.0) a été remplacé par la moyenne de Numéro 3 Octobre 2015 Le logement en chiffres est une publication commune du STATEC et de l Observatoire de l habitat (service du ministère du Logement dont les travaux sont réalisés en collaboration avec

Plus en détail

L Imprimerie nationale

L Imprimerie nationale L Imprimerie nationale L Imprimerie nationale, qui était un service central du ministère des finances jusqu en 1993, est devenue à partir du 1er janvier 1994 une société anonyme appartenant à l Etat. La

Plus en détail

La compensation des dispositifs d exonération par les recettes fiscales en 2006-2007

La compensation des dispositifs d exonération par les recettes fiscales en 2006-2007 Commission des comptes de la sécurité sociale Secrétariat général n 11 mai 2008 La compensation des dispositifs d exonération par les recettes fiscales en 2006-2007 Les allégements généraux de cotisations

Plus en détail