Traitement des sols fins compactés : contribution à la reconnaissance des conditions défavorables

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traitement des sols fins compactés : contribution à la reconnaissance des conditions défavorables"

Transcription

1 Traitement des sols fins compactés : contribution à la reconnaissance des conditions défavorables d à la prise Thèse Tangi Le Borgne Directeur de thèse : F. Masrouri (LAEGO) Conseillers d étude : O. Cuisinier (LAEGO) et D. Deneele (LCPC) Paris, le 13 novembre /11/2008 1/15

2 Plan de la présentation Contexte de l étude Première partie de l étude : identification des perturbateur de la prise lors du traitement des sols Deuxième partie de l étude : mise en évidence de l aptitude d un sol à un traitement, influence des paramètres de cure Planning prévisionnel de la fin de l étude 13/11/2008 2/15

3 Situation des travaux de terrassement en France Terrassements = opérations de mouvement des terres (déblais et remblais) Situation (2000) : volume des terrassements : 90 millions de m 3 de sols déplacés ; aujourd hui : 30 à 50 % des sols fins sont traités à la chaux et/ou au liant hydraulique pour atteindre les performances mécaniques voulues ; mais beaucoup encore mis en dépôt, dont 2 millions m 3 car inaptes au traitement. Une explication possible = présence de perturbateurs au traitement des sols 13/11/2008 3/15

4 Exemples 13/11/2008 4/15

5 État des connaissances sur les perturbateurs Outil technique actuel = Guide du traitement des sols (LCPC-SETRA, 2000) Éléments perturbateurs cités par le GTS : sulfates et sulfures ; matières organiques ; ATTENTION à l analogie avec les Bétons phosphates et nitrates ; chlorures, Peu d éléments bibliographiques pour le traitement des sols (sauf cas du soufre) Objectifs 1ère partie de l étude déterminer leurs effets réels sur le traitement des sols existence de seuils? comment mettre en évidence? 13/11/2008 5/15

6 Comment aborder le problème de l identification l des perturbateurs? 2 méthodes de travail : travail sur sols naturels (Cabane, 2005); travail sur sols reconstitués (Le Borgne, ). Ajout d un élément chimique à une concentration donnée dans un sol de référence (sol pour lequel le traitement a été reconnu efficace) Mesure de l impact de ce rajout en termes de performance mécanique et d aptitude au traitement 2 s représentatifs d une situation «courante» en France : Dosage minimum : concentration moyenne des sols français Dosage maximum : concentration forte dans sols français Deux sols «modèles): LVE Sable de Bouër 13/11/2008 6/15

7 Exemple de résultats r de la 1ère 1 partie d éd étude % CaO + 6 % CEM I 7 Essai Rc Cas du limon + CaO + CEM I Conservation des échantillons à teneur en eau constante Rc (MPa) forte [chlorure] faible [chlorure] forte [nitrate] faible [nitrate] forte [phosphate] faible [phosphate] forte [sulfate] faible [sulfate] Limon + CEM I Temps de cure (Jours) Peu d effet du rajout de composés chimiques au sol sur les résistances mécaniques 13/11/2008 7/15

8 Synthèse des résultats r 1ère 1 partie Sable de Bouër Essais minimum Chlorures maximum minimum Nitrates maximum minimum Phosphates maximum minimum Sulfates maximum Aptitude - Rtb CEM I Rc - (à 28j 59%) - 20% à 180j - 25% à 180j - 37% à 180j Rci Aptitude Gv% CEM II Rc % à 28j Rci Rajout de composés chimiques = augmentation des résistances mécaniques CaCl2 = accélérateur de prise (Taylor, 1998) Augmentation du gonflement lors du rajout de sulfate, surtout pour le limon traité au CEM II Gonflement ettringitique (Hunter, 1988) 13/11/2008 8/15

9 Résultats 1ère 1 partie Limon du Val d Europe Essais minimum Chlorures Nitrates Phosphates Sulfates maximum minimum maximum minimum maximum minimum maximum Aptitude Gv% CEM I Rc % à 180j - - Rci Aptitude Gv% CEM II Rc % à 180j - -18% à 180j - -16% à 180j Rci % Rajout de fertilisant = altération des effets du traitement mais les caractéristiques mécaniques restent suffisantes Augmentation du gonflement lors du rajout de sulfate, surtout pour le limon traité au CEM II Gonflement ettringitique (Hunter, 1988) 13/11/2008 9/15

10 Conclusions 1ère 1 partie Ajout de chlorure au sable : = accélération de prise (analogie béton) Altération du traitement par les fertilisants (Rc), mais toujours caractéristiques mécaniques suffisantes Importance du type d essai pour mettre en évidence l aptitude au traitement d un sol contenant du sulfate Difficulté pour faire émerger un seuil universel!!! Conclusions valables pour le système sol / perturbateur (nature et ) / liant (type et ) pour des conditions d essai données 13/11/ /15

11 Essais d aptitude : Quel(s) essai(s) choisir pour déterminer d l aptitude au traitement d un d sol? Rtb = 0,364 MPa OK Inaptitude au traitement Gv = 13,3% > 5% Immersion après délai de maniabilité dans une eau à 40 C pendant 7jours (échantillons pour mesure Rtb conservé dans leurs étuis lors de l immersion) Essais Rc : Rc à 60 jours = 3,864 MPa OK Rci/Rc = 0,93 OK Rc = conservation à teneur en eau constante Rci = conservation à teneur en eau constante pendant 28 jours, puis immersion dans une eau à 20 C pendant 32 jours Bon comportement mécanique Rôles des conditions de cure sur la mise en évidence de l aptitude d un sol au traitement? 13/11/ /15

12 Objectifs 2 ème partie de l él étude Rôles des conditions de cure sur le traitement des sols : Importance de l eau disponible (Mitchell, 1986 ; Baryla, 2000 ; ) Importance de la température (Wang, 2003) Objectifs de la deuxièmes partie d étude : Connaître l influence des différents paramètres de cure (la température, l immersion, temps de cure avant immersion, Mode de conservation lors de la cure, ) Élaborer une méthodologie ou un essai afin de mieux appréhender l aptitude au traitement d un sol. Étude sur sols naturels et reconstitués : Sols reconstitués perturbés avec éléments soufrés (sulfate et sulfure) Sols naturels présentant des problèmes de prise 13/11/ /15

13 Travail sur sols reconstitués Objectifs : connaître les effets des différents paramètres de cure sur le traitement d un sol contenant un perturbateur, afin de mieux appréhender son aptitude vis-à-vis d un traitement Variations des conditions de cure : immersion dans de l eau à 20 C ; immersion dans de l eau à 40 C ; variation de la cure avant traitement. Choix des sols: LVE + sulfate LVE + pyrite Augmentation des s [S] = 5% Rc (MPa) temps de cure (jour) LVE Pymax tt2 LVE TT2 LVE nat 13/11/ /15

14 Exemple de résultats r de la deuxième partie d éd étude Essais d aptitude sur le mélange LVE + sulfate traité au CEM II Gonflement volumique (%) Gonflement volumique LVE TT2 [SO 4 2- ] = 6,2 g/kg [SO 4 2- ] = g/kg Rtb (MPa) 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 LVE TT2 Rtb [SO 4 2- ] = 6,2 g/kg [SO 4 2- ] = g/kg 0 0,0 Augmentation de [S] = même Augmentation de [S] = légère gonflement volumique mesuré augmentation des Rtb Gonflement axial 3% Influence du mode de conservation (étuis / hors étuis) 13/11/ /15

15 Cure à 40 C : Gv (%) Essais Rci et Gv sur mélange m LVE + sulfate Temps avant immersion = délai de maniabilité Cure à 40 C Cure à 20 C de 90% du gonflement le premier jour d immersion ; prise mécanique. Cure à 20 C: Temps de cure (jours) 90 % du gonflement en 7 jours ; Pas de prise mécanique. Gonflement volumique Rc Rc (MPa) 13/11/ /15 Gv (%) Temps de cure (jours) Gonflement volumique Rc Comportements différents suivant la température de l eau 2 1,8 1,6 1,4 1,2 1 0,8 0,6 0,4 0,2 0 Rc (MPa)

16 Travail sur un sol naturel : limon de Louches Objectifs = appliquer une nouvelle méthodologie d étude du traitement des sols, à partir des résultats obtenus sur les sols reconstitués Identification des mécanismes de perturbation = en cours Limon de Louches LVE LVE non traité Limon de Louches, LVE et SB 1,5% CaO + 6% CEM II Rc (MPa) Temps de cure (jours) Perturbation du limon = présence de matières organiques? 13/11/ /15

TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES. Joseph ABDO

TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES. Joseph ABDO TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES Joseph ABDO LE CONTEXTE LA ROUTE, UNE NÉCESSITN CESSITÉ La route : moyen de communication nécessaire au développement. - Mais, sa construction et son

Plus en détail

Sommaire REMERCIEMENTS 3 INTRODUCTION 4 1. LES POLLUANTS CONSIDERES - LES ENGRAIS : 5

Sommaire REMERCIEMENTS 3 INTRODUCTION 4 1. LES POLLUANTS CONSIDERES - LES ENGRAIS : 5 Sommaire REMERCIEMENTS 3 INTRODUCTION 4 1. LES POLLUANTS CONSIDERES - LES ENGRAIS : 5 1.1. Nature, origine et quantité: 5 1.. Connaissances actuelles : 6 1..1. Perturbations attribuées au phosphate : 7

Plus en détail

DOCUMENTATION TECHNIQUE. Le traitement des sols à la chaux et/ou aux liants hydrauliques pour l exécution des remblais et des couches de forme

DOCUMENTATION TECHNIQUE. Le traitement des sols à la chaux et/ou aux liants hydrauliques pour l exécution des remblais et des couches de forme DOCUMENTATION TECHNIQUE Routes n 89 Septembre 2004 Le traitement des sols à la chaux et/ou aux liants hydrauliques pour l exécution des remblais et des couches de forme Le traitement des sols en place

Plus en détail

LES LIANTS HYDRAULIQUES POUR L AMELIORATION DES CARACTERISTIQUES MECANIQUES DES SOLS ET LE RETRAITEMENT DE CHAUSSEES. Ludovic CASABIEL VICAT

LES LIANTS HYDRAULIQUES POUR L AMELIORATION DES CARACTERISTIQUES MECANIQUES DES SOLS ET LE RETRAITEMENT DE CHAUSSEES. Ludovic CASABIEL VICAT LES LIANTS HYDRAULIQUES POUR L AMELIORATION DES CARACTERISTIQUES MECANIQUES DES SOLS ET LE RETRAITEMENT DE CHAUSSEES Ludovic CASABIEL VICAT LE CONTEXTE LA ROUTE, UNE NÉCESSITÉ La route : moyen de communication

Plus en détail

Changements de dimension

Changements de dimension Changements de dimension Le béton peut être soumis à des changements de dimension les causes principales pour ces changements sont: CHARGE MÉCANIQUE FLUAGE VARIATION D HUMIDITÉ SECHAGE VARIATION DE TEMPERATURE

Plus en détail

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06 NC 235 : 2005 06 REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON Paix Travail Patrie Peace Work Fatherland ========= ========= MINISTERE DE L INDUSTRIE, DES MINES ET DU MINISTRY OF INDUSTRY, MINES AND DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Traitement et amélioration des sols aux liants ou additifs

Traitement et amélioration des sols aux liants ou additifs Journée technique «CFMS FNTP» Traitement et amélioration des sols aux liants ou additifs Ouvrages en terre Préparation des matériaux traités Daniel GANDILLE SPTF / entreprise GUINTOLI 1 PRESENTATION 1

Plus en détail

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Chapitre Les bétons courants.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid.7.1 - Le bétonnage par temps chaud 3 Granulats Les conditions climatiques lors de la mise en œuvre ont une grande influence sur

Plus en détail

2. Les différents types de sols et liants

2. Les différents types de sols et liants Page 1 / 6 Rapport technique / domaine du génie-civil Contenu : La stabilisation Rédaction : Geffroy Loïc / Tilleuls 3 / 1422 Grandson Date : 05 décembre 2006 Stabilisation à la chaux et au ciment Table

Plus en détail

Chaux pour le traitement des sols

Chaux pour le traitement des sols Chaux pour le traitement des sols 1. Qu entend-on par traitement des sols à la chaux? Le traitement à la chaux des sols trop humides et/ou trop plastiques,tels les sols argileux ou limoneux, est une solution

Plus en détail

Le traitement de sol.

Le traitement de sol. Le traitement de sol. 1 ) Intro : Pourquoi un traitement à la chaux? Les sols fins ont naturellement une qualité médiocre qui empêche de les utiliser en l état. Ils peuvent gonfler, devenir plastique en

Plus en détail

Principales agressions et attaques du béton

Principales agressions et attaques du béton Principales agressions et attaques du béton Michaël DIERKENS CETE de LYON - DLL 15 novembre 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction

Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction Présenté par : Catherine Lavoie ing. M.Sc. Agente technique Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction

Plus en détail

Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations :

Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations : PATHOLOGIE DU BETON Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations : Physiques : - retrait - actions thermiques - actions mécaniques Chimiques - internes - externes Electrochimiques

Plus en détail

Chapitre II ; Le ciment Portland 2011

Chapitre II ; Le ciment Portland 2011 CHPITRE II LE CIMENT 2.1 Définitions a. Liant hydraulique : des poudres finement brayées qui avec le contact d eau font prise et durcissent sous des processus physico-chimiques complexes. b. Ciment : Le

Plus en détail

Chapitre V. Exercices pratiques

Chapitre V. Exercices pratiques Chapitre V Exercices pratiques Exercice n 1 Enoncé : Une cimenterie exploite une carrière de craie dont la composition chimique est donnée sur matière brute dans le tableau suivant. Craie SiO² % 1,00 Al²O3

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

BÉTONS DE GRANULATS RECYCLÉS

BÉTONS DE GRANULATS RECYCLÉS Technodating «Matériaux durables pour le gros œuvre en construction humide» 17 mai 2013 BÉTONS DE GRANULATS RECYCLÉS (ET AUX LAITIERS DE HAUTS FOURNEAUX) Braymand Sandrine F.Feugeas, C. Fond, N.Serres,

Plus en détail

Spécificités des dégradations dans les bétons du patrimoine. Luc COURARD et Astrid LEJEUNE Université de Liège, Belgique

Spécificités des dégradations dans les bétons du patrimoine. Luc COURARD et Astrid LEJEUNE Université de Liège, Belgique Spécificités des dégradations dans les bétons du patrimoine Luc COURARD et Astrid LEJEUNE Université de Liège, Belgique Journée d études, Beez, 9 novembre 2012 Situation actuelle 1 Facteurs contribuant

Plus en détail

Déterminer la qualité de l enrobé grâce aux essais préliminaires. Le laboratoire mobile WLB 10 S pour la mousse à bitume

Déterminer la qualité de l enrobé grâce aux essais préliminaires. Le laboratoire mobile WLB 10 S pour la mousse à bitume Déterminer la qualité de l enrobé grâce aux essais préliminaires Le laboratoire mobile WLB 10 S pour la mousse à bitume Qu est-ce que la mousse à bitume? Bitume chaud Eau Air Chambre d expansion avec buse

Plus en détail

Décanteur dynamique NEMEAU 450 et valorisation de matériaux fins

Décanteur dynamique NEMEAU 450 et valorisation de matériaux fins XII èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Cherbourg, 12-14 juin 2012 DOI:10.5150/jngcgc.2012.117-M Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online Décanteur

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Valéry Ferber LCPC Sommaire Objectifs Tassements induits par l humidification des sols fins compactés Conception

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Guide d utilisation Version abrégée Table des matières 1 OBJECTIFS... 2 2 VERSION... 2 3 SPÉCIFICATION DU BÉTON À

Plus en détail

ä ãéåíë=åä ë=çé=äû~ëëìê~ååé=èì~äáí =ÇÉë= ÅçìÅÜÉë=ÇÉ=ÑçêãÉ=íê~áí Éë=

ä ãéåíë=åä ë=çé=äû~ëëìê~ååé=èì~äáí =ÇÉë= ÅçìÅÜÉë=ÇÉ=ÑçêãÉ=íê~áí Éë= = Note d'information ^ìíéìêë=w=p íê~= o ëé~ì=`bqb= à~åîáéê=ommv= = ä ãéåíë=åä ë=çé=äû~ëëìê~ååé=èì~äáí =ÇÉë= ÅçìÅÜÉë=ÇÉ=ÑçêãÉ=íê~áí Éë= `Ü~ìëë Éë= a ééåç~ååéë= NNU= Les différents guides techniques et autres

Plus en détail

2.5 Les bétons : fabrication et transport

2.5 Les bétons : fabrication et transport .5 Les bétons : fabrication et transport.5.1 - La fabrication du béton Avant d aborder la fabrication du béton, il n est pas inutile de rappeler qu il s agit d un matériau obtenu en mélangeant un ensemble

Plus en détail

SONDAGE A LA PELLE MECANIQUE PM01 sondage OBJET EXTENSION STATION D EPURATION DU VABRE OPERATEUR D. VINCONT X LIEU 83 - BRIGNOLES MACHINE TRACTO-PELLE Y CLIENT REGIE DES EAUX DU PAYS BRIGNOLAIS GODET (cm)

Plus en détail

ANNEXES. Annexes LISTE DES ANNEXES. tel-00800952, version 1-14 Mar 2013

ANNEXES. Annexes LISTE DES ANNEXES. tel-00800952, version 1-14 Mar 2013 ANNEXES Annexes LISTE DES ANNEXES Annexe 1. Qualité de l eau de gâchage... 316 Annexe 2. Compositions chimiques de liants hydrauliques... 317 Annexe 3. Compositions chimiques de sols... 318 Annexe 4. Plan

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Les mortiers de réparation

Les mortiers de réparation Les mortiers de réparation Pathologie du béton et la réparation du béton Déroulement de l opération 1 Diagnostic Evaluer la maladie et son étendue Réparations Structurelles / Superficielles 2 Préparation

Plus en détail

CFMS : Journée Technique Géotechnique et Protection de l Environnement. Maîtrise d œuvre de stockage des déchets

CFMS : Journée Technique Géotechnique et Protection de l Environnement. Maîtrise d œuvre de stockage des déchets CFMS : Journée Technique Géotechnique et Protection de l Environnement. Maîtrise d œuvre de stockage des déchets Présentation : La Conception réglementaire et technique des Centres de Stockages de Déchets

Plus en détail

Utilisation de granulats de laitier cristallisé comme matériau de construction en technique routière

Utilisation de granulats de laitier cristallisé comme matériau de construction en technique routière Utilisation de granulats de laitier cristallisé comme matériau de construction en technique routière H. Cherfa 1 & K. Ait Mokhtar 1 1 Faculté de génie civil/ Université des sciences et de la technologie

Plus en détail

T 47. Cas des bétons coulés en place. Durabi

T 47. Cas des bétons coulés en place. Durabi Col l e c t i o n T e c h n i q u e C i m b é t o n T 47 Guide de prescription des ciments pour des constructions durables Cas des bétons coulés en place Durabi ilitédurabilité Sommaire 1 - Notion de durabilité...

Plus en détail

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICE 4 MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS Au même titre que la matière organique, la prise en compte du statut acido-basique du sol est un préalable

Plus en détail

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008 3 Liants 3.1 Ciments Les ciments Portland (CEM I) et ciments Portland composés (CEM II) doivent être conformes à la norme NF EN 197-1. NOTE 1 La marque NF-Liants hydrauliques, ou son équivalent dans les

Plus en détail

des bétons soumis au gel et aux sels de déverglaçage

des bétons soumis au gel et aux sels de déverglaçage Chapitre4 Durabilité des bétons soumis au gel et aux sels de déverglaçage 4.1 - Mécanismes développés par le gel et les sels de déverglaçage 4.2 - Document de référence 4.3 - Principes de prévention 37

Plus en détail

M.I.D.I. bobinage 66 rue du Soufre 34110 FRONTIGNAN FRANCE

M.I.D.I. bobinage 66 rue du Soufre 34110 FRONTIGNAN FRANCE QUALITE COMPACTE FIABILITE LEGERE EFFICACITE PUISSANTE M.I.D.I. bobinage 66 rue du Soufre 34110 FRONTIGNAN FRANCE TEL. + 33 (0)4 67.48.17.15 - FAX. +33 (0)4 67.48.17.21 E-mail. : info@midibobinage.fr -

Plus en détail

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Myriam Bouichou - Elisabeth Marie-Victoire Les ciments naturels dans le patrimoine européen: histoire,

Plus en détail

IMPACT DU TRAITEMENT DE SOL SUR L EROSION INTERNE DES SOLS FINS COMPACTES

IMPACT DU TRAITEMENT DE SOL SUR L EROSION INTERNE DES SOLS FINS COMPACTES IMPACT DU TRAITEMENT DE SOL SUR L EROSION INTERNE DES SOLS FINS COMPACTES IMPACT OF SOIL TREATMENT ON INTERNAL EROSION OF FINE COMPACTED SOILS Abdelwadoud MEHENNI 1,2, Olivier CUISINIER 1, Farimah MASROURI

Plus en détail

FORMATION TECHNIQUE BQ 2012 FRÉDÉRIC NOËL ING.

FORMATION TECHNIQUE BQ 2012 FRÉDÉRIC NOËL ING. FORMATION TECHNIQUE BQ 2012 FRÉDÉRIC NOËL ING. Le contrôle de la mise en œuvre des liants d accrochage par le MTQ o Seulement dans les cas de malfaçon o Les malfaçons sont décrites dans le CCDG Selon le

Plus en détail

Il s agit de raisonner et piloter ensemble deux techniques culturales majeures : l irrigation et la fertilisation.

Il s agit de raisonner et piloter ensemble deux techniques culturales majeures : l irrigation et la fertilisation. Conduite de l irrigation fertilisante mars 2007 Cette pratique consiste à utiliser le réseau d irrigation pour apporter en solution dans l eau tout ou partie de la fertilisation. Elle est accessible à

Plus en détail

UNIMIX un système de réglage compact et universel pour le chauffage par le sol. member of

UNIMIX un système de réglage compact et universel pour le chauffage par le sol. member of UNIMIX un système de réglage compact et universel pour le chauffage par le sol member of UNIMIX UNIMIX EST UN SYSTÈME DE RÉGLAGE COMPACT ET UNIVERSEL POUR LE CHAUFFAGE PAR LE SOL QUI FONCTIONNE SUR LE

Plus en détail

L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers

L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers N.Tenoutasse Les liants hydrauliques se transforment en hydrates dans les bétons et mortiers, ces hydrates sont responsables des performances

Plus en détail

CETE. Graves de valorisation Graves chaulées. Guide Rhône-Alpes d utilisation en Travaux Publics. de Lyon. Mars 2013

CETE. Graves de valorisation Graves chaulées. Guide Rhône-Alpes d utilisation en Travaux Publics. de Lyon. Mars 2013 CETE de Lyon Guide Rhône-Alpes d utilisation en Travaux Publics Mars 2013 Graves de valorisation Graves chaulées Ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité GRAVIMETRIE 1 - Principe de la gravimétrie Cette méthode d analyse quantitative a pour but d obtenir une séparation quantitative (c'est-àdire totale) d'un cation ou d'un anion (en solution aqueuse) par

Plus en détail

Augmentation de la portance des pieux existants du Data Center à Pantin Serge Lambert

Augmentation de la portance des pieux existants du Data Center à Pantin Serge Lambert Augmentation de la portance des pieux existants du Data Center à Pantin Serge Lambert www.keller-france.com Keller Fondations Spéciales 1 Présentation du projet Avenue du Général Leclerc Data Center de

Plus en détail

Sommaire. Conseils pratiques 4-5 La gamme ciments 6-7 La gamme chaux 8-9 Fondations Béton de propreté et semelle 10-11

Sommaire. Conseils pratiques 4-5 La gamme ciments 6-7 La gamme chaux 8-9 Fondations Béton de propreté et semelle 10-11 Sommaire 03 pratiques 4-5 La gamme ciments 6-7 La gamme chaux 8-9 Fondations Béton de propreté et semelle 10-11 Murs Montage blocs béton 12-13 Montage de pierres 14-15 Rejointoiement 16-17 Montage de briques

Plus en détail

ÉCOLE DOCTORALE. Année 2007 N B.U. : Thèse de DOCTORAT. Diplôme délivré conjointement par L'École Centrale de Nantes et l'université de Nantes

ÉCOLE DOCTORALE. Année 2007 N B.U. : Thèse de DOCTORAT. Diplôme délivré conjointement par L'École Centrale de Nantes et l'université de Nantes Ecole Centrale de Nantes Université de Nantes ÉCOLE DOCTORALE MECANIQUE, THERMIQUE ET GENIE CIVIL Année 2007 N B.U. : Thèse de DOCTORAT Diplôme délivré conjointement par L'École Centrale de Nantes et l'université

Plus en détail

Bétons «bas carbone», bétons à la carte Mieux maîtriser l impact environnemental de la construction

Bétons «bas carbone», bétons à la carte Mieux maîtriser l impact environnemental de la construction Bétons «bas carbone», bétons à la carte Mieux maîtriser l impact environnemental de la construction www.ecocem.fr Service de presse ECOCEM Cardinale, 116 rue de Charenton, 75012 Paris tél 01 47 23 44 77

Plus en détail

Durabilité des ouvrages en béton

Durabilité des ouvrages en béton Chapitre1 Durabilité des ouvrages en béton 1.1 Notions de durabilité des béton 1.2 Phénomènes influents sur la durabilité 1.3 Recommandations pour la durabilité des bétons 7 Chapitre 1 Durabilité des ouvrages

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

Formulation et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale. Alan Carter, ÉTS

Formulation et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale. Alan Carter, ÉTS et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale Formation sur le retraitement à froid des chaussées souples Montréal, 4-6 décembre 2007 Plan de la présentation Méthode

Plus en détail

Valorisation des sédiments marins par solidification/stabilisation à base de ciment et additifs dans le domaine routier

Valorisation des sédiments marins par solidification/stabilisation à base de ciment et additifs dans le domaine routier Valorisation des sédiments marins par solidification/stabilisation à base de ciment et additifs dans le domaine routier Salim MEZAZIGH 1, Ernesto SILITONGA 2 Université de CAEN, Laboratoire "Morphodynamique

Plus en détail

DECLARATION DES PERFORMANCES N 1

DECLARATION DES PERFORMANCES N 1 DECLARATION DES PERFORMANCES N 1 Résistance mécanique C18 EN 1912 : 2012 + EN 338 :2009 DECLARATION DES PERFORMANCES N 2 Résistance mécanique C24 EN 1912 : 2012 + EN 338 :2009 DECLARATION DES PERFORMANCES

Plus en détail

Appel à projet C2D2 2009 Période 2010-2013 Coordinateur LCPC-IFSTTAR

Appel à projet C2D2 2009 Période 2010-2013 Coordinateur LCPC-IFSTTAR Projet PieuxBois Appel à projet C2D2 2009 Période 2010-2013 Coordinateur LCPC-IFSTTAR Transparent-1 Groupement de 5 partenaires Coordinateur du projet Scierie CANONICA CARTIGNIES ARCHITECTES BatiPlus Contrôle

Plus en détail

Chaque élément compte

Chaque élément compte Le Sulfate de Potassium de Tessenderlo Group Chaque élément compte Tessenderlo Group Fertilizers giving nature a helping hand www.sopib.com Tessenderlo Group: qualité et expérience Tessenderlo Group est

Plus en détail

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier)

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier) XI èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Les Sables d Olonne, 22-25 juin 2010 DOI:10.5150/jngcgc.2010.081-O Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online Simulation

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

Unité de stripping d ammoniac à partir de digestat Valorisation en solution fertilisante

Unité de stripping d ammoniac à partir de digestat Valorisation en solution fertilisante XVIII èmes Rencontres Professionnelles Colmar, 15 décembre 2011 «Engrais minéraux issus de l organique : intérêts et limites» Unité de stripping d ammoniac à partir de digestat Valorisation en solution

Plus en détail

SYSTÈME DE CANALISATIONS ASSAINISSEMENT PVC. Bipeau CR16

SYSTÈME DE CANALISATIONS ASSAINISSEMENT PVC. Bipeau CR16 SYSTÈME DE CANALISATIONS ASSAINISSEMENT PVC Bipeau CR16 1 LE TUBE PVC Bipeau CR16 La réponse en matière d assainissement public ou privé. Une solution renforcée pour les réseaux d assainissement. 1. Domaine

Plus en détail

CERTIFICAT MÉDICAL (Document valable 2 ans)

CERTIFICAT MÉDICAL (Document valable 2 ans) N 11245*02 N du permis de conduire CERTIFICAT MÉDICAL (Document valable 2 ans) établi en application de l art. R 127 du code de la route RÉSERVÉ À L ADMINISTRATION PERMIS DE CONDUIRE DU GROUPE 1LÉGER (A,

Plus en détail

CATALOGUE AKTA Chaux-Chanvre : Pôle Habitat Ecologique 2013

CATALOGUE AKTA Chaux-Chanvre : Pôle Habitat Ecologique 2013 CATALOGUE AKTA Chaux-Chanvre : Pôle Habitat Ecologique 2013 AKTA - Chanvre Chènevotte calibrée pour le béton de chanvre et enduits isolants Domaine d emploi AKTA Chanvre est issu d un chanvre non-roui.

Plus en détail

DANS LA CONSTRUCTION DE LA LIGNE FERROVIAIRE A GRANDE VITESSE RHIN-RHONE. -L expérience dans le réemploi des matériaux évolutifs

DANS LA CONSTRUCTION DE LA LIGNE FERROVIAIRE A GRANDE VITESSE RHIN-RHONE. -L expérience dans le réemploi des matériaux évolutifs LE REEMPLOI DES MATERIAUX MARNEUX DANS LA CONSTRUCTION DE LA LIGNE FERROVIAIRE A GRANDE VITESSE RHIN-RHONE Yves GUERPILLON - Présentation de l opération -L expérience dans le réemploi des matériaux évolutifs

Plus en détail

BETOCRETE C-16 - BETOCRETE C-17 (BV)

BETOCRETE C-16 - BETOCRETE C-17 (BV) Consulter la fiche technique disponible sur le site www.benfer.it / www.schomburg.de Additifs Imperméabilisants Liquides Cristallins pour structures en béton 292 Additifs Imperméabilisants Cristallins

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

Sur 28 échantillons analysés. 21 échantillons de GNR 7 échantillons de FOD

Sur 28 échantillons analysés. 21 échantillons de GNR 7 échantillons de FOD L analyse de qualité du GNR et du FOD et Les critères d une bonne tenue au froid Suite à l enquête i «GNR et GRAND FROID» menée par le BCMA en février dans les départements les plus touchés par la vague

Plus en détail

RENFORCEMENT D UN CADRE BETON ARME PAR INCLUSIONS RIGIDES

RENFORCEMENT D UN CADRE BETON ARME PAR INCLUSIONS RIGIDES RENFORCEMENT D UN CADRE BETON ARME PAR INCLUSIONS RIGIDES REINFORCEMENT OF A CONCRETE FRAME BY RIGID INCLUSIONS Laurent BRIANÇON (1), Vincent KELLER (2), Michel BUSTAMANTE (3), OLIVIER GAY (4), Elisabeth

Plus en détail

Aires industrielles. Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13)

Aires industrielles. Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13) Aires industrielles Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13) 19 20 Plateforme logistique de Bain-de-Bretagne (35) Identification Lieu : ZI de Bain-de-Bretagne (35) Maître d ouvrage

Plus en détail

ETUDES GEOTECHNIQUES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES TYPE

ETUDES GEOTECHNIQUES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES TYPE ETUDES GEOTECHNIQUES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES TYPE Maître d ouvrage : Opération : Situation des études et travaux : Version 1.0 Février 2005 SOMMAIRE Chapitre 1 - Dispositions générales...

Plus en détail

Avis Technique non valide

Avis Technique non valide Procédé de mur en béton léger Wall with insulating light concrete Wand auf Basis von isolierenden leichten Betons Constat de Traditionalité n 20/10-170 Edition corrigée du 1 er décembre 210 Procédé de

Plus en détail

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS Stockage et Epandage Etude réalisée pour le compte de l ADEME par : SOLAGRO : M. Christian COUTURIER AQUASOL : M. Thierry BRASSET Coordination technique

Plus en détail

Quantification des performances mécaniques en fatigue d un lœss d Alsace traité aux liants Hydrauliques

Quantification des performances mécaniques en fatigue d un lœss d Alsace traité aux liants Hydrauliques Quantification des performances mécaniques en fatigue d un lœss d Alsace traité aux liants Hydrauliques Page 1/x Les sols fins traités aux LH: méthode bien connue dans le domaine des infrastructures routières

Plus en détail

La valorisation du digestat

La valorisation du digestat La valorisation du digestat EREP SA Chemin du Coteau 28 CH - 1123 Aclens Tél. : +41 21 869 98 87 Fax : +41 21 869 01 70 Courriel : info@erep.ch www.erep.ch Le traitement et la gestion du digestat 1. Propriétés

Plus en détail

CIMENT NATUREL UNIQUE ET DURABLE. Eau & assainissement

CIMENT NATUREL UNIQUE ET DURABLE. Eau & assainissement LE PROMPT VICAT CIMENT NATUREL Eau & assainissement Le prompt Vicat POUR L EAU et L ASSAINISSEMENT Imperméabilisez et réparez vos ouvrages! LE PROMPT VICAT est un ciment naturel, de couleur ocre clair,

Plus en détail

HIGH GRADE. L'alternative économique aux fibres d'acier et armatures en acier.

HIGH GRADE. L'alternative économique aux fibres d'acier et armatures en acier. HIGH GRADE L'alternative économique aux fibres d'acier et armatures en acier. Avantages Résistance à la compression 4 Résistance à la traction par flexion 5 Comportement aux fissures de retrait au jeune

Plus en détail

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette.

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. CONTROLE D'UNE EAU On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. Données : couleur des complexes : Ca-NET : rouge ; Mg-NET

Plus en détail

Vapeur, Eau : analyses, résultats attendus et conséquences

Vapeur, Eau : analyses, résultats attendus et conséquences Vapeur, Eau : analyses, résultats attendus et conséquences Frédy Cavin : expert en stérilisation CHUV Journées des formateurs de la SSSH, 12.2.2013 «Plus une eau est pure, moins elle a de poissons» Proverbe

Plus en détail

Systèmes de soutènement

Systèmes de soutènement FrankiFoundations Belgium Systèmes de soutènement Synthèse des techniques approche b Ir M.Bottiau FrankiFoundations Belgium DeputyGeneral M ABEF President Systèmes de soutènement Dimensionnement: en cours

Plus en détail

TERRASSEMENTS ET ASSISES DE CHAUSSÉES. Traitement des sols aux liants hydrauliques

TERRASSEMENTS ET ASSISES DE CHAUSSÉES. Traitement des sols aux liants hydrauliques COLLECTION TECHNIQUE C I M B É T O N T 70 TERRASSEMENTS ET ASSISES DE CHAUSSÉES Traitement des sols aux liants hydrauliques TERRASSEMENTS ET ASSISES DE CHAUSSÉES Traitement des sols aux liants hydrauliques

Plus en détail

Les pieux rainurés. Serge Borel. > Un principe et trois variantes opérationnelles

Les pieux rainurés. Serge Borel. > Un principe et trois variantes opérationnelles GEOTECHNICAL AND CIVIL ENGINEERING CONTRACTORS Les pieux rainurés Serge Borel Les pieux rainurés > Contexte et enjeux > Un principe et trois variantes opérationnelles > Modélisation du comportement > Pieux

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

DES BÉTONS PLUS DURABLES GRÂCE

DES BÉTONS PLUS DURABLES GRÂCE DES BÉTONS PLUS DURABLES GRÂCE À L ADJONCTION DE GRANULATS DE PNEUS USAGÉS NON RÉUTILISABLES «Les plastiques et caoutchoucs pour un bâtiment performant et durable» 6 et 7 novembre 2013 - Paris Aliapur

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot David GOUTALAND CETE de Lyon

Plus en détail

Détermination expérimentale des performances de différents enduits de protection incendie du béton

Détermination expérimentale des performances de différents enduits de protection incendie du béton Détermination expérimentale des performances de différents enduits de protection incendie du béton C. Lanos, C. Baux, Y. Mélinge LGCGM EA 3913 Equipe MT-Rhéo Rennes, France. Christophe.lanos@univ-rennes1.fr

Plus en détail

CATALOGUE 2015 QUÉBEC MÉTROPOLITAIN, CHAUDIÈRE-APPALACHES, BEAUCE ET TÉMISCOUATA-SUR-LE-LAC. VOS DÉFIS, NOTRE POLYVALENCE! cimentquebec.com bcr.

CATALOGUE 2015 QUÉBEC MÉTROPOLITAIN, CHAUDIÈRE-APPALACHES, BEAUCE ET TÉMISCOUATA-SUR-LE-LAC. VOS DÉFIS, NOTRE POLYVALENCE! cimentquebec.com bcr. CATALOGUE 2015 QUÉBEC MÉTROPOLITAIN, CHAUDIÈRE-APPALACHES, BEAUCE ET TÉMISCOUATA-SUR-LE-LAC VOS DÉFIS, NOTRE POLYVALENCE! cimentquebec.com bcr.cc Les prix, avec ou sans air, seront établis après l analyse

Plus en détail

La norme béton NF EN 206-1

La norme béton NF EN 206-1 Chapitre2 La norme béton NF EN 206-1 2.1 - Contexte de la norme NF EN 206-1 2.2 - Domaines d application 2.3 - Évolutions de la norme 9 Chapitre 2 La norme béton NF EN 206-1 2.1 - Contexte de la norme

Plus en détail

Mise aux normes de la STEP de Vongy (74)

Mise aux normes de la STEP de Vongy (74) Mise aux normes de la STEP de Vongy (74) Construction d un bassin d orage en site sensible O. Pal / F. Durand Journée technique CFMS 24/10/07 1 Mise aux normes de la station d épuration de Thonon (74),

Plus en détail

RENFORCEMENT DE SOL COMPRESSIBLE PAR INCLUSIONS RIGIDES SOUS DALLAGE : MODELISATION EN CENTRIFUGEUSE

RENFORCEMENT DE SOL COMPRESSIBLE PAR INCLUSIONS RIGIDES SOUS DALLAGE : MODELISATION EN CENTRIFUGEUSE RENFORCEMENT DE SOL COMPRESSIBLE PAR INCLUSIONS RIGIDES SOUS DALLAGE : MODELISATION EN CENTRIFUGEUSE SOFT SOIL REINFORCEMENT BY STIFF PILES UNDER FLOOR SLAB : CENTRIFUGE MODELLING Gaëlle BAUDOUIN 1, Gérard

Plus en détail

RAPPORT D'ANALYSE. IDRA ENVIRONNEMENT Mr Guillaume DEBRIL La Haye de Pan 35170 BRUZ. Conservation de vos échantillons

RAPPORT D'ANALYSE. IDRA ENVIRONNEMENT Mr Guillaume DEBRIL La Haye de Pan 35170 BRUZ. Conservation de vos échantillons IDRA ENVIRONNEMENT Mr Guillaume DEBRIL La Haye de Pan 35170 BRUZ RAPPORT D'ANALYSE Page 1/5 N Ech Matrice Référence échantillon Observations 001 Sol S1-0-0,5 m 002 Sol S2-0-0,5 m (116) 003 Sol S3-0-0,5

Plus en détail

Norme enduits superficiels NF EN 12271

Norme enduits superficiels NF EN 12271 N 18 - Version 2* Octobre 2009 Cftr - info Norme enduits superficiels NF EN 12271 La présente note a pour objet d informer la maîtrise d œuvre et la maîtrise d ouvrage sur la norme européenne NF EN 12271

Plus en détail

Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques

Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques Alain SELLIER Objectif des essais en retrait gêné Analyser finement le comportement THM au jeune âge d une structure type (RG8) Analyser

Plus en détail

Effet des granulats de caoutchouc sur les propriétés d un mortier de ciment

Effet des granulats de caoutchouc sur les propriétés d un mortier de ciment Effet des granulats de caoutchouc sur les propriétés d un mortier de ciment Amar Benazzouk, Omar Douzane, Thierry Langlet, Katiba Mezreb, Fayçal Labbani, Jean-Marc Roucoult Laboratoire des Technologies

Plus en détail

Chapitre 3 : Formules chimiques

Chapitre 3 : Formules chimiques Chapitre 3 : Formules chimiques Objectifs L élève doit être capable! de définir la notion de valence,! de déduire du T.P.E. la valence d un élément appartenant aux groupes principaux,! d établir les formules

Plus en détail

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette.

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette. 2 nde : Sciences et laboratoires (SL) Activité : Etude qualitative d une eau minérale Objectif : Comparer les résultats expérimentaux observés avec les valeurs données sur les étiquettes de quelques eaux

Plus en détail

Projet ARGIC Module B Quelques formations géologiques argileuses étudiées dans le cadre du projet

Projet ARGIC Module B Quelques formations géologiques argileuses étudiées dans le cadre du projet Projet ARGIC Module B Quelques formations géologiques argileuses étudiées dans le cadre du projet Armines-Centre de Géosciences, BRGM, ECP-LMSSMat, ENPC- CERMES, Fondasol, INERIS, INPL-LAEGO, INRA, Insavalor-LGCIE,

Plus en détail

Réalisation des voiries agricoles : l essor des structures en béton

Réalisation des voiries agricoles : l essor des structures en béton DOCUMENTATION TECHNIQUE Routes n 97 Septembre 2006 Réalisation des voiries agricoles : l essor des structures en béton Au-delà du trafic automobile tel qu on peut le concevoir dans les zones urbaines ou

Plus en détail

Les dispositions constructives préventives

Les dispositions constructives préventives Les dispositions constructives préventives Prise en considération des contraintes Détail des dispositions constructives associées Jean-Sébastien MAIRE / IRIS CONSEIL Armand JOLY / Provence Impressions

Plus en détail

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX

APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX Communauté urbaine de Bordeaux APTITUDE A L INFILTRATION SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX CAHIER DES CHARGES DES RECONNAISSANCES ET ETUDES DE SOL A REALISER SEPIA CONSEILS - 53, rue

Plus en détail