La notion de sortie est étendue

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La notion de sortie est étendue"

Transcription

1 LNBF.NN/Lnbfnn/KL-NN01 janvier 2015 Numéro 01 Année 19 Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt Bruxelles X P Pensions complémentaires La notion de sortie est étendue 1 Epargne-pension La taxe anticipative est ramenée de 10% à 8% 5 Loi-programme Le gel de l épargne-pension à 940 euros crée des complications 7 Expiration du contrat de travail Pensions complémentaires La notion de sortie est étendue La loi du 15 mai 2014 portant des dispositions diverses (MB, 19 juin 2014) a étendu l interprétation de la notion de sortie visée à l article 3, 1 er, 11 de la loi relative aux pensions complémentaires (ci-après: la LPC), et ce tant au niveau sectoriel qu au niveau de l entreprise. Depuis le 29 juin 2014 (date d entrée en vigueur de la loi), la notion de sortie couvre diverses situations, allant de l expiration du contrat de travail à la fin de l affiliation en raison du fait que le travailleur ne remplit plus les conditions d affiliation, en passant par le transfert du contrat de travail dans le cadre du transfert d une (partie d une) entreprise et/ou la fin de l affiliation en raison du fait que l employeur ne relève plus du champ d application du régime de pension sectoriel. La LPC associe toutefois un certain nombre de conditions et conséquences bien précises à chacune de ces circonstances. L expiration du contrat de travail autrement que par le décès ou la mise à la retraite est toujours qualifiée de sortie, avec toutes les conséquences habituelles que la LPC y associe (détermination des réserves et prestations acquises, détermination de la garantie de rendement minimum, possibilité de transfert des réserves acquises ). Dans le cas d un régime de pension sectoriel, la LPC précisait déjà avant la modification apportée par la loi du 15 mai 2014 qu il n est pas question de sortie lorsqu un travailleur conclut ensuite un nouveau contrat de travail avec un autre employeur qui tombe sous le champ d application du même régime de pension que celui de l ancien employeur. La définition modifiée de la notion de sortie conserve cette exception mais y ajoute que dans le cas d un régime de pension multi-organisateurs, il doit exister une convention de sortie qui règle la reprise des droits et obligations. On retrouve une définition similaire au niveau des régimes de pension d entreprise: l expiration du contrat de travail implique une sortie, sauf si le travailleur conclut ensuite un nouveau de contrat de travail avec un employeur qui participe au même régime de pension multi-organisateurs que celui de l ancien employeur et à condition que les deux employeurs aient conclu une convention de sortie. La LPC définit le régime de pension multi-organisateurs comme un régime de pension identique instauré par plusieurs organisateurs dont l'exécution est confiée au même organisme de pension ou aux mêmes organismes de pension. L Exposé des motifs précise que le terme identique doit être interprété de manière restrictive: il faut que le règlement de pension soit le même pour les

2 2 LIFE & BENEFITS N 01 JANVIER 2015 KLUWER différents organisateurs (mais il ne doit pas forcément s agir d un règlement commun, il peut également s agir de règlements identiques distincts). Le but de cette modification dans le cadre d un régime de pension d entreprise est clair. Lorsque différentes sociétés du même groupe participent au même régime de pension, et que le travailleur passe de l employeur A à l employeur B, toutes les parties veulent généralement éviter une sortie (et c était également comme ça que cela se passait par le passé). Cela vaut certainement dans un régime de pension du type prestations définies (une sortie impliquerait en effet que les droits constitués par le passé chez l employeur A ne seraient plus réévalués en fonction des augmentations de salaire chez l employeur B), mais cela peut aussi avoir son importance dans un régime de pension du type contributions définies (les parties veulent généralement que la garantie légale de rendement minimum continue à courir normalement pour les affiliés actifs, et non qu elle prenne fin au moment où le contrat de travail avec l employeur A est résilié). Le législateur a toutefois subordonné cette possibilité à la condition stricte que les deux employeurs concluent une convention de sortie. Au niveau sectoriel également, il est clair que l on veut éviter une sortie lorsqu un travailleur, bien qu il change d employeur, continue de relever du champ d application du régime de pension sectoriel. La loi du 15 mai 2014 y ajoute toutefois comme condition que, lorsqu il s agit d un régime de pension multiorganisateurs, tous les organisateurs concernés doivent conclure une convention de sortie. La mise en pratique de cette condition est moins évidente. Le fait que deux organisateurs prévoient un régime de pension identique et qu ils en confient l exécution au même organisme de pension ne signifie pas automatiquement qu il s agit d un régime de pension multi-organisateurs. Il doit y avoir une volonté des organisateurs de faire gérer conjointement un règlement commun et cette volonté doit transparaître du texte. La possibilité de régimes de pension multi-organisateurs sectoriels et la possibilité de conclusion d une convention de sortie seront sans doute abordées dans les négociations concernant l harmonisation des statuts ouvrier et employé menées au niveau sectoriel. Il existe actuellement déjà plusieurs (sous-)commissions paritaires qui appliquent délibérément un régime de pension sectoriel (quasi) identique. Il ne faut toutefois pas confondre régime de pension multi-organisateurs et régime de pension multisectoriel. Dans ce dernier cas, différentes (sous- )commissions paritaires créent en effet un organisateur unique (par exemple, un fonds de sécurité d existence). Cette possibilité est nouvelle. Notez à cet égard qu un passage du statut ouvrier au statut employé dans la même entreprise ou inversement ne s accompagne généralement pas de la résiliation du contrat de travail. Dans ce cas, il ne sera donc pas question de sortie dans un régime de pension multisectoriel pour deux (sous-)commissions paritaires en miroir, l une pour ouvriers et l autre pour employés. Quoi qu il en soit, le règlement de pension doit indiquer clairement si une telle convention existe ou non. Si elle existe, le règlement de pension doit préciser que le but de la convention est de lever les conséquences de l expiration du contrat de travail. Au niveau de l entreprise, la convention doit régler la reprise des droits et obligations entre les deux employeurs (l ex-employeur et le nouvel employeur). Les parties peuvent régler librement les modalités. Le premier employeur demeure toutefois solidairement responsable envers l affilié en cas de non-respect des obligations par le deuxième employeur. Tout d abord, il s agit en l occurrence d une responsabilité solidaire qui ne joue que si le nouvel employeur de l affilié n honore pas ses obligations (par exemple, apurement des réserves acquises aux moments prévus dans la LPC).

3 KLUWER LIFE & BENEFITS N 01 JANVIER Conditions d affiliation plus remplies L affilié ne peut pas choisir contre quel employeur il se retourne. Qui plus est, nous sommes d avis que cette responsabilité solidaire peut être limitée aux droits constitués pendant la période de service auprès du premier employeur. Autrement dit, le premier employeur ne peut pas, selon nous, être tenu pour solidairement responsable des droits de pension constitués chez le deuxième employeur (ou chez un autre employeur après lui). Dans tous les cas, la convention de sortie doit le préciser clairement. La convention de sortie doit obligatoirement être annexée au règlement de pension. Cela implique que la procédure d information et de consultation prévue à l article 39 de la LPC et les dispositions de l article 5 ou 7 de la LPC devront être respectées lors de l introduction ou de la modification de cette convention. Si cette procédure est respectée, la convention de sortie sera opposable à l affilié. Enfin, l affilié doit en être informé par écrit par son employeur dans les trente jours qui suivent la reprise des droits et obligations. La convention de sortie doit préciser à qui cette obligation d information incombe: au nouvel employeur, à l ancien employeur ou à l organisme de pension. Le fait de ne plus remplir les conditions d affiliation sera désormais aussi considéré comme une sortie, et ce tant au niveau sectoriel qu au niveau de l entreprise. Cette nouvelle disposition rejoint elle aussi la pratique. Par exemple, si un ouvrier devient employé, il ne se constituera plus de droits de pension dans le régime de pension sectoriel pour les ouvriers, mais sera considéré comme un dormant dans ce régime de pension (ces situations se feront de plus en plus rares à mesure que l harmonisation des statuts ouvrier et employé progressera). Cette situation peut également se présenter au niveau de l entreprise, par exemple, si un employé devient cadre et qu il cesse dès lors d être affilié au régime de pension pour les employés et rejoint le régime de pension pour les cadres. Le nouveau cadre sera alors considéré comme un dormant dans le régime de pension pour les employés. La loi du 15 mai 2014 n associe cependant pas toutes les conséquences d une sortie au sens de l expiration du contrat de travail, à cette forme de sortie. Un élément important à cet égard est que la garantie légale de rendement minimum continue à courir normalement pour les affiliés actifs jusqu à la fin du contrat de travail et ne prend pas fin au moment où l affilié cesse de remplir les conditions d affiliation. De même, le transfert éventuel des réserves acquises et les possibilités de choix qui s offrent à l affilié en la matière sont reportés jusqu au moment où le contrat de travail prend fin. La LPC prévoit une seule exception à ce principe: si le fait de ne plus remplir les conditions d affiliation avait pour conséquence que l affilié ne bénéficie plus d une couverture en cas de décès, il peut transférer ses réserves acquises à la structure d accueil, pour autant que le règlement de pension prévoie une telle structure d accueil. L Exposé des motifs précise que cette disposition ne peut être invoquée que si l affilié ne bénéficie d aucune forme de couverture en cas de décès: ni en vertu du régime de pension dont il ne remplit plus les conditions d affiliation, ni en vertu du nouveau régime de pension auquel il sera affilié. La notion de couverture décès s entend au sens large. Il suffit que l un des deux règlements prévoie le paiement des réserves acquises au bénéficiaire en cas de décès pour considérer qu il y a une couverture décès. Si c est le cas dans le cadre du nouveau régime, auquel l affilié sera désormais affilié, cela peut impliquer un important recul au niveau de la couverture décès...

4 4 LIFE & BENEFITS N 01 JANVIER 2015 KLUWER Transfert du contrat de travail et/ou sortie du champ d application de la CCT sectorielle Lorsque, dans le cadre du transfert d une (partie d une) entreprise résultant d une cession conventionnelle ou d une fusion, le cessionnaire reprend le régime de pension du cédant, cette reprise n est pas considérée comme une sortie, même si le contrat de travail du travailleur avec le cédant prend fin. Si le cessionnaire ne reprend pas le régime de pension, il sera bien question d une sortie, avec toutes les conséquences que la LPC y associe. Au niveau des régimes de pension d entreprise, cette forme de sortie n est pas nouvelle. L Exposé des motifs précise que le transfert du régime de pension implique que le cessionnaire reprend les obligations tant pour les années de service passées (chez le cédant) que pour les années de service futures (chez le cessionnaire). Ce point n était pas tout à fait clair par le passé. La loi du 15 mai 2014 prévoit deux nouvelles formes de sortie au niveau sectoriel. Elle offre ainsi également une base légale aux pratiques existantes. Premièrement, lorsqu un employeur change de commission paritaire, par exemple, parce que son activité principale change et que, de ce fait, il ne relève plus du champ d application de la CCT sectorielle qui a introduit le régime de pension, ce changement sera considéré comme une sortie. Autrement dit, bien qu il ne soit pas question de l expiration du contrat de travail, le changement de commission paritaire s accompagnera quand même de toutes les conséquences d une sortie. L article 37 de la LPC continue néanmoins de s appliquer in extenso. Conformément aux dispositions de cet article, le changement de (sous-)commission paritaire ne peut pas entraîner de diminution de l engagement de pension (à moins qu il n en soit décidé autrement conformément aux procédures prévues à l article 7 de la LPC). L employeur qui change de (sous-)commission paritaire devra donc vérifier (i) s il relève du champ d application d un autre régime de pension sectoriel, et (ii) dans l affirmative, si ce régime est au moins équivalent au régime de pension sectoriel de la (sous-)commission paritaire à laquelle il ressortissait précédemment. Si la réponse à l une des questions ci-dessus est négative, l employeur devra organiser son propre régime de pension d entreprise afin de maintenir le niveau de l ancien engagement de pension. Deuxièmement, lorsque le contrat de travail est transféré (par exemple, dans le cadre d un transfert CCT 32 bis) vers un nouvel employeur qui ne relève pas du champ d application de la CCT sectorielle qui a introduit le régime de pension, ce transfert sera également considéré comme une sortie. Les travailleurs transférés seront alors considérés comme des sortants, à nouveau avec toutes les conséquences que la LPC y associe. En l occurrence, l article 37 de la LPC ne joue pas, selon nous, étant donné que l employeur ne change pas de (sous-)commission paritaire. Astuce: adaptez votre règlement de pension à la définition modifiée de la notion de sortie et concluez, le cas échéant, une convention de sortie. Ne tardez pas. La loi est en effet entrée en vigueur le 29 juin An Van Damme (Claeys & Engels)

5 KLUWER LIFE & BENEFITS N 01 JANVIER Epargne-pension La taxe anticipative est ramenée de 10% à 8% Prélèvement anticipatif de 8 % pour l épargnepension Atout supplémentaire pour l épargne-pension Impôt des personnes physiques Chômage avec complément d entreprise Le taux de la taxe anticipative se montait jusque fin 2014 à 10 %. Cet impôt est appliqué à l épargne-pension, ainsi qu à d autres assurances vie individuelles qui entrent en considération pour une réduction d impôt de 30 % pour épargne à long terme. Ce prélèvement anticipatif doit normalement être acquitté lors du 60 e anniversaire du preneur d assurance ou du titulaire du compte. Pour l épargne-pension, le taux de 10% a été ramené à 8 % à partir du 1 er janvier De 2015 à 2019, le prélèvement anticipatif de 8 % sera perçu de manière accélérée: durant cette période, une perception avancée de 1 % sera prélevée chaque année sur les réserves. Ces perceptions avancées de 1 % seront ensuite portées en déduction du prélèvement anticipatif de 8 %. Voilà ce qu enseigne la loi-programme du 19 décembre 2014 (MB, 29 décembre 2014). La réduction du taux d imposition de 10% à 8% vaut uniquement pour l épargne-pension, c est-à-dire pour les assurances épargne (assurances-vie de la branche 21 ou de la branche 23) et les comptes épargne (fonds de placement bancaires) qui remplissent les conditions pour être considérés comme épargnepension, dont une prime/un versement maximum de 940 euros (voyez l article suivant du présent numéro). Pour ces assurances/comptes, une taxe de 8 % sera en principe prélevée, à partir de 2015, sur les réserves ou sur l avoir en compte au 60 e anniversaire du preneur d assurance/titulaire du compte. Le taux applicable aux assurances-vie individuelles qui relèvent du régime de l épargne à long terme classique, est maintenu à 10 %. Cela signifie que l épargne-pension bénéficie d un atout supplémentaire par rapport à ce type d assurances vie individuelles. L épargne-pension avait déjà pour avantage qu elle n était pas soumise à la taxe sur primes de 2%, pas plus que les assurances complémentaires y associées, et que les participations bénéficiaires n étaient pas non plus soumises à la taxe de 9,25 % sur les participations bénéficiaires. Les exonérations et exceptions précédemment applicables, restent d application. Nous pensons notamment aux contrats conclus à partir du 55 e anniversaire, qui ne sont en principe soumis à la taxe anticipative qu après 10 ans. Les assurances décès demeurent quant à elles exonérées de la taxe anticipative et la prestation éventuelle est imposée à l impôt des personnes physiques. Le principe général reste en effet que si la taxe anticipative de 8 % n est pas appliquée, la prestation est imposée à l impôt des personnes physiques. Afin de garantir la cohérence du régime fiscal, un nouveau taux d imposition de 8 % est également introduit à l impôt des personnes physiques et il est prévu que les perceptions avancées d 1 % (voir ci-après) puissent être portées en déduction du montant de l impôt des personnes physiques à payer. Nous ne nous étendons pas davantage sur les modalités de calcul précises. Notons encore qu à l impôt des personnes physiques, le taux d imposition de 33 % sera appliqué à partir de l exercice d imposition 2018 à ceux qui, avant

6 6 LIFE & BENEFITS N 01 JANVIER 2015 KLUWER Perception avancée de 2015 à 2019 Perceptions avancées d 1 % portées en déduction du prélèvement anticipatif de 8 % Exemple l âge de 60 ans, réclament la valeur de rachat ou l avoir en compte à l occasion de leur accès au régime du chômage avec complément d entreprise (l ancienne prépension). Mais comme le Gouvernement a l intention, d ici 2017, de porter l âge d accès à ce régime à 60 ans, cela ne devrait avoir que peu d effet dans la pratique. Car le prélèvement anticipatif de 8 % sera normalement appliqué lors du 60 e anniversaire et aucun impôt des personnes physiques ne devra plus être payé en cas de rachat ultérieur. Le concept des perceptions avancées d 1 % est une innovation. La base imposable durant les années 2015 à 2019 sera à chaque fois la valeur de rachat théorique (pour les assurances vie) ou l avoir en compte (pour les comptes épargne) au 31 décembre Durant les années 2015 à 2019, ces perceptions avancées d 1 % représenteront donc à chaque fois le même montant et doivent être payées par l assureur/établissement de crédit pour le 30 septembre de chacune des années 2015 à En revanche, la loi ne dit pas à quelle date ces perceptions avancées d 1 % peuvent ou doivent effectivement être prélevées sur les réserves/l avoir en compte. Dans la pratique, elles devront l être quelque part entre le 1 er janvier et le 30 septembre. Si le prélèvement anticipatif de 8 % est dû (donc normalement lors du 60 e anniversaire) dans la période , la perception avancée d 1 % ne doit être payée que durant les années civiles qui précèdent. Les nouveaux contrats conclus à partir de 2015 ou les réserves/avoirs en compte supplémentaires constitués à partir de 2015 échappent par conséquent aux perceptions avancées d 1 %. Les réserves à constituer à l avenir seront donc uniquement soumises au prélèvement anticipatif réduit de 8 %. Par la suite, en principe lors du 60 e anniversaire, le prélèvement anticipatif de 8 % sera appliqué. Mais la somme des perceptions avancées d 1 % en sera déduite. Vous trouverez ci-dessous un petit exemple qui vous aidera à mieux comprendre le principe de la perception avancée d 1% et de son imputation sur la taxe anticipative de 8 %. Imaginons que la valeur de rachat d une assurance épargne-pension au 31 décembre 2014 soit de euros. Durant les années 2015 à 2019, une perception avancée d 1 %, soit 100 euros (1 % de euros), sera prélevée chaque année. Au total, 500 euros de perceptions avancées d 1 % seront donc payés. Imaginons que la valeur de rachat de l assurance épargne-pension lors du 60 e anniversaire soit de euros. Entre parenthèses: ces euros sont le résultat après prélèvement des perceptions avancées d 1 % durant les années 2015 à Un prélèvement anticipatif de euros est normalement dû sur ces euros (8 % de euros). Mais ce montant sera diminué de la somme des perceptions avancées d 1 %, soit de 500 euros. Lors du 60 e anniversaire, il faudra donc encore prélever euros dans le cadre de la taxe anticipative de 8 % (2.400 euros 500 euros). Et comme le prélèvement anticipatif de 8 % est payé lors du 60 e anniversaire, les prestations ultérieures seront exonérées d impôt des personnes physiques, même si des versements supplémentaires sont encore effectués après le 60 e anniversaire. Le législateur donne donc un coup de pouce à l épargne-pension, certes en échange d une petite jonglerie sous forme de contribution anticipative, histoire d alimenter les caisses de l Etat pendant les années 2015 à Luc Vereycken

7 KLUWER LIFE & BENEFITS N 01 JANVIER Contexte Epargne-pension Loi-programme Le gel de l épargne-pension à 940 euros crée des complications L une des mesures budgétaires de la récente loi-programme du 19 décembre 2014 (MB, 29 décembre 2014) a été de geler un certain nombre de plafonds de déduction et d exonération à l impôt des personnes physiques pour les prochaines années, et ce déjà avec effet pour l année de revenus La mesure complique les choses, surtout en matière d épargne-pension. Tous les montants ou presque qui jouent un rôle au niveau de l impôt des personnes physiques sont indexés annuellement. Songez aux dépenses qui ouvrent droit à une réduction d impôt, telles l épargne-pension et l épargne à long terme classique. De même, le montant d intérêts sur un livret d épargne qui est exonéré de précompte mobilier augmente lui aussi d année en année en fonction de l inflation. La loi-programme du 19 décembre 2014 gèle à présent, pour les exercices d imposition 2015 à 2018 (années de revenus 2014 à 2017), toute une série de montants, dont ceux de l épargne-pension et de l épargne à long terme classique, au niveau des montants indexés applicables pour l exercice d imposition 2014 (année de revenus 2013). Le gel de l index vaut donc déjà pour l année de revenus En ce qui concerne la tranche exonérée d intérêts sur un livret d épargne, cela implique que, alors que le montant exonéré aurait normalement dû passer de euros pour l année de revenus 2013 à euros pour l année de revenus 2014, ce montant est gelé à euros pour 2014, 2015, 2016 et Et donc aussi pour l année de revenus Bien qu en l espèce, il ne soit juridiquement pas question de rétroactivité (interdite) les règles du jeu fiscales pour l année en cours peuvent encore être changées jusqu au 31 décembre de cette année la perception sera quand même différente. A partir de l exercice d imposition 2019 (année de revenus 2018), les montants seront à nouveau indexés. Mais il n y aura pas de rattrapage pour les quatre années durant lesquelles les montants auront été gelés. Nous subirons donc une sorte de saut d index pendant quatre ans. Comme nous l avons dit, le montant maximum des versements qu un contribuable peut effectuer dans le régime de l épargne pension sera lui aussi affecté par la mesure. Alors que le versement maximum pour l épargne-pension aurait normalement dû passer de 940 euros pour l année de revenus 2013 à 950 euros pour l année de revenus 2014, ce montant est, pour 2014 (et aussi 2015, 2016 et 2017), gelé à 940 euros par la loi-programme du 19 décembre Dont acte, pourrait-on penser. Mais la situation est un peu plus délicate en ce qui concerne l épargne-pension. En effet, nombreux sont les assureurs et banques qui ont pour habitude, au début de chaque année, d inviter leurs clients-titulaires d une épargne-pension à verser le nouveau montant maximal indexé et donc supérieur. Début 2014, les titulaires d une épargne-pension ont donc entendu dire qu en 2014, ils pourraient verser jusqu à 950 euros dans leur contrat d épargne-pension. Et nombreux sont ceux qui ont répondu à cette invitation et ont effectivement versé ces 950 euros dans le courant de l année Et c est évidemment gênant, à présent que le législateur vient de décider à la

8 8 LIFE & BENEFITS N 01 JANVIER 2015 KLUWER Pas pour tout Bonus-logement dernière minute que les titulaires d une épargne-pension ne pourrait introduire fiscalement que 940 euros pour l année de revenus Un régime spécial a dès lors été élaboré. Celui qui, en 2014, a versé un montant de 950 euros, sera présumé avoir versé 940 euros en 2014 et 10 euros en Les assureurs et les banques devront enregistrer cela dans leur administration. Cela signifie également qu en 2015, les assureurs et les banques devront prévenir ces clients qu en 2015, ils ne pourront verser que 930 euros. Etant donné qu en 2015 aussi, le montant maximum restera gelé à 940 euros et que les personnes précitées ayant versé 950 euros en 2014 disposent d une sorte de crédit à reporter de 10 euros, elles ne pourront effectivement verser au maximum que 930 euros en Inutile de dire que non seulement cela entraînera une surcharge administrative, mais qu en plus, cela compliquera considérablement la communication envers les souscripteurs. Et qu en est-il dès lors de la règle selon laquelle un organisme d épargnepension ne peut encaisser, par souscripteur, un montant d épargne-pension supérieur au maximum fiscal? Une disposition spécifique fait en sorte que ces organismes d épargne-pension ne seront pas sanctionnés s ils ont encaissé des versements de 950 euros en Dernière précision. Comme nous l avons dit, la loi-programme dispose que celui qui a versé un montant de 950 euros en 2014, sera réputé avoir versé 940 euros en 2014 et 10 euros en Cette approche ne s étend toutefois pas à tous les domaines. Pour l application de la taxe anticipative (intervenant normalement à l âge de 60 ans) et de la perception avancée de cette taxe anticipative durant les années 2015 à 2019 (voyez l article précédent du présent numéro), les 10 euros de notre exemple seront bel et bien considérés comme ayant été versés en Encore une petite précision pour les gourmets. Conformément à l article 174 CIR, il est requis, dans certains cas, que le contribuable ait effectué des versements d épargne-pension pendant au moins cinq périodes imposables et que ces versements d épargne-pension soient restés investis pendant au moins cinq ans, pour bénéficier du taux réduit de 8 % (nouveau taux, voyez l article précédent du présent numéro) à l impôt des personnes physiques. En ce qui concerne les 10 euros de notre exemple qui sont reportés de 2014 sur 2015, ceux-ci ne seront considérés comme un versement effectué en 2015 que pour déterminer si le contribuable a effectué des versements pendant au moins cinq périodes imposables, mais pas pour déterminer si chaque versement est resté investi pendant au moins cinq ans. Vous suivez toujours? En ce qui concerne le gel des montants maximums pour le bonus-logement, les choses se compliquent encore davantage, sachant qu en 2015, cette matière devient régionale. Dans un prochain numéro, nous nous intéresserons de plus près à la manière dont les différentes régions du pays ont mis en œuvre cette nouvelle compétence. Paul Van Eesbeeck Rédacteur en chef: Paul Van Eesbeeck Comité de rédaction: Isabelle De Somviele, Paul Roels, Paul Van Eesbeeck, Luc Vereycken. Coordination: Anne Sterckx Life & Benefits est une publication de Kluwer - Éditeur responsable: Hans Suijkerbuijk, Waterloo Office Park, Drève Richelle 161L, 1410 Waterloo. Service clientèle: tél , fax , Wolters Kluwer Belgique. Hormis les exceptions expressément fixées par la loi, aucun extrait de cette publication ne peut être reproduit, introduit dans un fichier de données automatisé, ni diffusé, sous quelque forme que ce soit, sans l autorisation expresse et préalable écrite de l éditeur.

Malgré la cotisation de solidarité de 2%, la PCLI tient la corde

Malgré la cotisation de solidarité de 2%, la PCLI tient la corde LNBF.NN/Lnbfnn/KL-NN01 février 2014 Numéro 02 Année 18 Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt Antwerpen X P309269 deuxième pilier pour indépendants Malgré la cotisation de solidarité de

Plus en détail

Bonus logement: les Régions suivent leur propre voie

Bonus logement: les Régions suivent leur propre voie LNBF.NN/Lnbfnn/KL-NN01 fiscalité immobilière Bonus logement: les Régions suivent leur propre voie 1 information financière Evaluation des régimes à contri-butions définies selon IAS19 4 réforme des cotisations

Plus en détail

Un premier commentaire de la nouvelle Loi sur les assurances

Un premier commentaire de la nouvelle Loi sur les assurances LNBF.NN/Lnbfnn/KL-NN01 juin 2014 Numéro 06 Année 18 Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt Bruxelles X P309269 contenu assurances-vie individuelles Un premier commentaire de la nouvelle

Plus en détail

Update@Work. Pensions complémentaires dans la loi du 15.5.2014 portant des dispositions diverses. Actualité en matière de gestion des RH

Update@Work. Pensions complémentaires dans la loi du 15.5.2014 portant des dispositions diverses. Actualité en matière de gestion des RH Aon Hewitt Update@Work Août 2014 - Numéro 5 10 ème année Actualité en matière de gestion des RH Table des matières 01 Sortie 03 Régime multi-organisateurs 03 Banque de données relative aux pensions complémentaires

Plus en détail

Pas d impôts belges à payer

Pas d impôts belges à payer décembre 2007 Numéro 10 11e année Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt 2800 Mechelen 1 P309269 LNBF.NN/Lnbfnn/KL-NN01 pensions complémentaires Pas d impôts belges à payer lorsque l on

Plus en détail

Insolvabilité de l assureur: quelle responsabilité pour l employeur?

Insolvabilité de l assureur: quelle responsabilité pour l employeur? LNBF.NN/Lnbfnn/KL-NN01 décembre 2013 Numéro 10 Année 17 Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt Antwerpen X P309269 pensions complémentaires Insolvabilité de l assureur: quelle responsabilité

Plus en détail

Pension complémentaire et. plafonds Wijninckx : nouveaux développements

Pension complémentaire et. plafonds Wijninckx : nouveaux développements LNBF.NN/Lnbfnn/KL-NN01 avril 2015 Numéro 04 Année 19 Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt Bruxelles X P309269 pensions du secteur public Pension complémentaire et plafonds Wijninckx

Plus en détail

REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+"

REGLEMENT DE GESTION mode de placement Fonds rendement garanti+ REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+" CONTENU 1. INTRODUCTION... 3 2. TAUX D INTERET... 3 3. PARTICIPATION BENEFICIAIRE... 3 3.1. Participation bénéficiaire annuelle... 4 3.2.

Plus en détail

Aspects fiscaux de l assurance vie. Brochure d info

Aspects fiscaux de l assurance vie. Brochure d info Aspects fiscaux de l assurance vie Brochure d info 2 Aspects fiscaux de l assurance vie Préambule La rédaction de cette brochure a été achevée au 31/01/2015 et tient compte de la législation fiscale telle

Plus en détail

Une pension belge à l étranger

Une pension belge à l étranger LNBF.NN/Lnbfnn/KL-NN01 janvier 2014 Numéro 01 Année 18 Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt Antwerpen X P309269 fiscalité Une pension belge à l étranger 1 SEPA Domiciliation européenne

Plus en détail

Octobre 2013 Numéro 08 Année 17 Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt Antwerpen X P309269. pensions complémentaires

Octobre 2013 Numéro 08 Année 17 Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt Antwerpen X P309269. pensions complémentaires LNBF.NN/Lnbfnn/KL-NN01 Octobre 2013 Numéro 08 Année 17 Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt Antwerpen X P309269 contenu pensions complémentaires Vers une class action ou action collective

Plus en détail

sécurité sociale L OSSOM: une couverture de base pour ceux qui travaillent à l étranger

sécurité sociale L OSSOM: une couverture de base pour ceux qui travaillent à l étranger octobre 2005 Numéro 08 9e année Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt 2800 Mechelen 1 P309269 LNBF.NN/Lnbfnn 2005 Lorsqu un travailleur salarié est détaché à l étranger pour travailler

Plus en détail

REGLEMENT DE PENSION POUR LES EMPLOYES RELEVANT DE LA COMMISSION PARITAIRE 220

REGLEMENT DE PENSION POUR LES EMPLOYES RELEVANT DE LA COMMISSION PARITAIRE 220 Annexe 3 REGLEMENT DE PENSION POUR LES EMPLOYES RELEVANT DE LA COMMISSION PARITAIRE 220 Table des matières Table des matières... 1 1 Objet... 2 2 Effet dans le temps... 2 3 Affiliation... 2 4 Droits acquis

Plus en détail

Les assureurs vie devront. renseigner certaines données aux administrations fiscales étrangères

Les assureurs vie devront. renseigner certaines données aux administrations fiscales étrangères LNBF.NN/Lnbfnn/KL-NN01 juin 2015 Numéro 06 Année 19 Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt Bruxelles X P309269 échange international d informations Les assureurs vie devront renseigner

Plus en détail

Le régime fiscal et parafiscal des voitures de société en Belgique

Le régime fiscal et parafiscal des voitures de société en Belgique Le régime fiscal et parafiscal des voitures de société en Belgique Frédéricq Jacquet Conseil fiscal Tax Director, Deloitte Belgique Didier Berckmans Avocat Counsel, cabinet d avocats Laga Kluwer Waterloo

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement.

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L assurance de groupe I QU EST UNE ASSURANCE DE GROUPE? Pour

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement :

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement : boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Le fonds de pension L Institution de Retraite Professionnelle

Plus en détail

Q&A TRAVAILLEUR F2PC PENSIOEN COMPLÉMENTAIRE CHEMIE

Q&A TRAVAILLEUR F2PC PENSIOEN COMPLÉMENTAIRE CHEMIE Q&A TRAVAILLEUR F2PC PENSIOEN COMPLÉMENTAIRE CHEMIE 1 Table des matières QUI ET QUOI?... 3 La pension complémentaire chimie est un complément de la pension légale.... 3 La pension complémentaire chimie...

Plus en détail

La prolongation des mesures anti-crise et la protection complémentaire des ouvriers en cas de licenciement

La prolongation des mesures anti-crise et la protection complémentaire des ouvriers en cas de licenciement La prolongation des mesures anti-crise et la protection complémentaire des ouvriers en cas de licenciement Les dispositions des mesures anti-crise sont valables jusqu au 31 décembre 2010. A. Les mesures

Plus en détail

Branche 23 et fiscalité : un mariage en constante évolution

Branche 23 et fiscalité : un mariage en constante évolution Branche 23 et fiscalité : un mariage en constante évolution BERNARD MARISCAL Conseil fiscal, Senior Manager Deloitte Chargé de cours ESSF LÉON NIESSEN Conseil fiscal, Director Lane, Clark & Peacock Les

Plus en détail

La fausse indépendance

La fausse indépendance La fausse indépendance Gaëlle WILLEMS Avocate, Claeys & Engels Clôture rédactionnelle : 25 août 2009 Kluwer Waterloo Office Park Drève Richelle 161 L B-1410 Waterloo tél. (0800) 16 868 fax (0800) 17 529

Plus en détail

Le transfert d entreprise et l outsourcing pour faire face à la crise: aspects sociaux. Formation CNC 6 juin 2013 Frédéric Baudoux

Le transfert d entreprise et l outsourcing pour faire face à la crise: aspects sociaux. Formation CNC 6 juin 2013 Frédéric Baudoux Le transfert d entreprise et l outsourcing pour faire face à la crise: aspects sociaux Formation CNC 6 juin 2013 Frédéric Baudoux Plan Section 1. Le champ d application matériel de la directive 2001/23

Plus en détail

L'assurance-vie reste intéressante comme. investissement à long terme

L'assurance-vie reste intéressante comme. investissement à long terme janvier 2013 Numéro 01 17e année Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt 2800 Mechelen 1 P309269 LNBF.NN/Lnbfnn/KL-NN01 taxe sur primes de 2% et précompte de 25% L'assurance-vie reste intéressante

Plus en détail

Fiche d infos financières assurance vie

Fiche d infos financières assurance vie Fiche d infos financières assurance vie Assurance solde restant dû sur une tête 1 Type d assurance vie Garanties Groupe-cible Assurance décès (branche 21) avec rendement garanti par Argenta Assurances

Plus en détail

Code social - Sécurité sociale 2012

Code social - Sécurité sociale 2012 Code social - Sécurité sociale 2012 Ce Code est à jour au 15 janvier 2012. Editeur responsable: Hans Suijkerbuijk 2012 Wolters Kluwer Belgium SA Waterloo Office Park Drève Richelle 161 L B-1410 Waterloo

Plus en détail

Congés circonstanciels

Congés circonstanciels Congés circonstanciels Auteurs: Catherine MAIRY Conseillère juridique auprès du secrétariat social d employeurs Partena Francis VERBRUGGE Conseiller juridique, adjoint à la direction juridique du secrétariat

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

DB2P pour employeurs : document explicatif. Version 1.3. 23/01/2015

DB2P pour employeurs : document explicatif. Version 1.3. 23/01/2015 DB2P pour employeurs : document explicatif Version 1.3. 23/01/2015 Introduction Dans ce document, les employeurs trouveront toutes les informations nécessaires concernant le contenu de leur dossier DB2P

Plus en détail

La réforme des pensions expliquée

La réforme des pensions expliquée La réforme des pensions expliquée TABLE DES MATIÈRES 1. LA PENSION ANTICIPÉE... 2 1.1. SITUATION AVANT LA RÉFORME... 2 1.2. SITUATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013... 2 1.3. LES MESURES DE TRANSITION...

Plus en détail

Analyse 2012/17 31 octobre 2012

Analyse 2012/17 31 octobre 2012 Analyse 2012/17 31 octobre 2012 État des lieux des "pensions complémentaires" dans un état critique! À découvrir dans cette analyse «Épargne pension. Épargnez-vous un job d étudiant à la retraire!». On

Plus en détail

Rentes garanties. Chacun des avantages ci-dessus est discuté plus en détail dans les pages qui suivent.

Rentes garanties. Chacun des avantages ci-dessus est discuté plus en détail dans les pages qui suivent. Rentes garanties La structure financière «adossée» ou fondée sur une «rente garantie» est un concept très familier pour la plupart des planificateurs financiers. Elle décrit la situation selon laquelle

Plus en détail

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2 IS 1 O 900 CA CE RT IFI BC ED FIRM 51.30.259 07/14 VITA INVEST.2 VITA INVEST.2 CONDITIONS GENERALES DEFINITIONS A. Preneur d assurance La personne qui conclut le contrat avec l entreprise d assurances.

Plus en détail

Droit de l énergie et immobilier. Isabelle Gerkens Conseiller Senior Mécanismes de Marché & Tarifs Elia

Droit de l énergie et immobilier. Isabelle Gerkens Conseiller Senior Mécanismes de Marché & Tarifs Elia Droit de l énergie et immobilier Isabelle Gerkens Conseiller Senior Mécanismes de Marché & Tarifs Elia Editeur responsable: Hans Suijkerbuijk Waterloo Office Park Drève Richelle 161 L B-1410 Waterloo Tél.:

Plus en détail

Réduction individuelle et temporaire des prestations

Réduction individuelle et temporaire des prestations L adaptation temporaire du temps de travail de crise Mesure : Il s agit d une réduction collective du temps de travail s appliquant à l ensemble des travailleurs de l entreprise ou à une catégorie spécifique

Plus en détail

Véhicules de pension pour gérants et administrateurs indépendants

Véhicules de pension pour gérants et administrateurs indépendants Octobre 2009 Véhicules de pension pour gérants et administrateurs indépendants A côté de la Pension Libre Complémentaire pour Indépendants (PLCI), véhicule de pension très intéressant, les mandataires

Plus en détail

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1 Fiche d informations financières assurance vie Argenta-Flexx 1 Type d assurance vie Assurance vie (branche 21) avec rendement garanti par Argenta Assurances SA (dénommée ci-après l Assureur ). Depuis le

Plus en détail

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires.

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Chers clients, Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Lors de l'élaboration du budget 2012, le gouvernement a pris différentes mesures qui ont un impact important sur

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23 Top Rendement 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle avec taux d intérêt garanti (branche 21). En ce qui concerne

Plus en détail

Addendum. L addendum en un clin d œil

Addendum. L addendum en un clin d œil Addendum L addendum en un clin d œil Dans le premier volet de votre addendum, vous trouverez 12 notions qui changent d appellation la description juridique de l obligation de résultat une explication des

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23 Top Rendement 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle avec taux d intérêt garanti (branche 21). En ce qui concerne

Plus en détail

Plan de pension sectoriel

Plan de pension sectoriel FONDS SOCIAL DE L INDUSTRIE DU BETON en coopération avec Plan de pension sectoriel pour les ouvriers de l industrie du beton FSIB Plan de pension sectoriel 1 2 Plan de pension sectoriel FSIB Préface Sophie

Plus en détail

Contrat épargne pension du type Universal Life

Contrat épargne pension du type Universal Life Contrat épargne pension du type Universal Life Conditions générales Securex A.A.M - Siège Social: Avenue de Tervueren 43, 1040 Bruxelles Entreprise Agréée par arrête royal du 5.1.1982 pour pratiquer les

Plus en détail

Votre prévoyance chez PUBLICA

Votre prévoyance chez PUBLICA Votre prévoyance chez PUBLICA Version abrégée du règlement de prévoyance pour les personnes employées et les bénéficiaires de rentes de la Caisse de prévoyance de la Confédération Cette brochure vous offre

Plus en détail

Tableau 1. Licenciement d un ouvrier CP 124 jusqu au 31 décembre 2013. Ouvrier embauché avant le 1 er janvier 2012

Tableau 1. Licenciement d un ouvrier CP 124 jusqu au 31 décembre 2013. Ouvrier embauché avant le 1 er janvier 2012 01.08.2013 Q.1. Quels délais de préavis faut-il appliquer en cas de licenciement au cours des prochaines semaines (avant le 31 décembre 2013)? Les nouvelles règles en matière de licenciement et de délais

Plus en détail

DB2P pour sociétés : document explicatif

DB2P pour sociétés : document explicatif DB2P pour sociétés : document explicatif Table des matières 1. Introduction... 3 2. DB2P, le contexte... 3 3. Engagements de pensions externes pour dirigeants d entreprise indépendants... 4 4. Financement

Plus en détail

LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012

LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012 LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012 1) Avantage imposable des voitures de société A partir du 1 janvier 2012, l avantage imposable résultant de la mise à disposition gratuite d une voiture de société

Plus en détail

Save Plan 1. Type d assurance-vie

Save Plan 1. Type d assurance-vie Save Plan 1 Type d assurance-vie Garanties Assurance-vie dont les primes nettes (à savoir les primes, compte non tenu des taxes sur primes, des frais d entrée et d éventuelles primes pour garanties additionnelles)

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015

Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015 16 mars 2015 Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015 Bernard Mariscal, Benefits Expert, Deloitte Belgium Publié dans : Lettre d'info Actualités

Plus en détail

Retraite. Date de la retraite

Retraite. Date de la retraite Retraite A quelle date vais-je prendre ma retraite? Vaut-il mieux percevoir une rente ou un capital? Dois-je annoncer mon départ à la retraite? A la fin de la vie professionnelle, tout le monde est confronté

Plus en détail

Cotisations. Mémento des chirurgiens-dentistes

Cotisations. Mémento des chirurgiens-dentistes Mémento des chirurgiens-dentistes Début d activité p. 2 En cours d activité p. 5 Dispenses et réductions de cotisations [non rachetables] p. 10 Dispenses [rachetables] p. 11 Exonération de cotisations

Plus en détail

Pertes de Loyers Comment rassurer vos propriétaires bailleurs?

Pertes de Loyers Comment rassurer vos propriétaires bailleurs? Pertes de Loyers Comment rassurer vos propriétaires bailleurs? Sommaire Mise en place de notre collaboration 2 Le propriétaire Procédure de prise de garantie 3 Paiement de la prime 3 Garantie des loyers

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

Sommaire L ACCORD D INTERESSEMENT... 1 LE SUPPLEMENT D INTERESSEMENT... 4 LE CREDIT D IMPOT EN FAVEUR DE L INTERESSEMENT... 5

Sommaire L ACCORD D INTERESSEMENT... 1 LE SUPPLEMENT D INTERESSEMENT... 4 LE CREDIT D IMPOT EN FAVEUR DE L INTERESSEMENT... 5 Eres a créé cette fiche pour vous aider à mettre en place dans les meilleures conditions un accord d intéressement au sein d une entreprise. En effet, l accord d intéressement nécessite un certain formalisme,

Plus en détail

PenSIonS extralegales

PenSIonS extralegales PenSIonS extralegales Nos tuyaux pour une meilleure retraite Version mise à jour - Mai 2013 PENSION EXTRALEGALE 2013.indd 1 15/05/13 06:54 Introduction La Commission Vie de FEPRABEL a mis à votre disposition,

Plus en détail

NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014

NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014 NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014 Dans la dernière édition du Moniteur belge de l année 2013, pour respecter les traditions, certaines nouvelles mesures fiscales ont été insérées. Dans ce tax alert nous passons

Plus en détail

Loi n 2008-1258 du 3 décembre 2008 en faveur des revenus du travail

Loi n 2008-1258 du 3 décembre 2008 en faveur des revenus du travail Loi n 2008-1258 du 3 décembre 2008 en faveur des revenus du travail Décrets n 2009-350 et n 2009-351 du 30 mars 2009 portant diverses mesures en faveur des revenus du travail I. L intéressement Le crédit

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Fiche info financière pour assurance vie fiscale

Fiche info financière pour assurance vie fiscale Fiche info financière pour assurance vie fiscale Valable à partir du 24/3/2015 DL Strategy Type d assurance vie Assurance vie à taux d intérêt garanti par la compagnie d assurances (Branche 21). Garanties

Plus en détail

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Année 2005 DOCUMENT n 1 Analyses et études LE DIVORCE INTERNATIONAL EN BELGIQUE Rue de la croix, 22 1050 Bruxelles Téléphone

Plus en détail

PREVOYANCE FRAIS DE SANTE

PREVOYANCE FRAIS DE SANTE PREVOYANCE FRAIS DE SANTE Les clauses de recommandation: applicable sans modulation du forfait social (Article 14 - LFSS) Par décision du 13 juin 2013, le Conseil Constitutionnel a remis en cause 30 ans

Plus en détail

ACCORD DU 3 DÉCEMBRE 2009

ACCORD DU 3 DÉCEMBRE 2009 MINISTÈRE DE L ALIMENTATION, DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DANS LA COOPÉRATION BÉTAIL ET VIANDE ACCORD

Plus en détail

des pensions complémentaires Le volet fiscal de la réforme enfin au Parlement!

des pensions complémentaires Le volet fiscal de la réforme enfin au Parlement! Pensions complémentaires Le volet fiscal de la réforme enfin au Parlement! JEAN BAETEN Conseiller fiscal de la FEB Conseil fiscal Dans le cadre de la réforme des pensions complémentaires mise en oeuvre

Plus en détail

Cotisation Wyninckx : ne pas en sous-estimer la symbolique

Cotisation Wyninckx : ne pas en sous-estimer la symbolique février 2013 Numéro 02 17e année Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt 2800 Mechelen 1 P309269 LNBF.NN/Lnbfnn/KL-NN01 Si au cours d une année, plus de 30.000 euros sont affectés à l engagement

Plus en détail

R A M B. Fondation pour la Retraite Anticipée de la Métallurgie du Bâtiment à Genève

R A M B. Fondation pour la Retraite Anticipée de la Métallurgie du Bâtiment à Genève R A M B Fondation pour la Retraite Anticipée de la Métallurgie du Bâtiment à Genève 2004 1 FONDATION POUR LA RETRAITE ANTICIPEE DE LA METALLURGIE DU BATIMENT (FONDATION RAMB) REGLEMENT En application des

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS SUR LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE CCN HPA

FOIRE AUX QUESTIONS SUR LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE CCN HPA FOIRE AUX QUESTIONS SUR LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE CCN HPA Mise à jour du 3 décembre 2015 PREMIERE PARTIE : INFORMATION GENERALE SUR LA MISE EN PLACE DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS TOUTES

Plus en détail

La pension des indépendants. 7 conseils pour de vieux jours sans souci

La pension des indépendants. 7 conseils pour de vieux jours sans souci La pension des indépendants 7 conseils pour de vieux jours sans souci Commençons par les moins bonnes nouvelles... Commençons par les moins bonnes nouvelles Le système (de répartition) est sous pression:

Plus en détail

Ouvriers - Employés Nouvelles règles de licenciement à partir du 1 er janvier 2014

Ouvriers - Employés Nouvelles règles de licenciement à partir du 1 er janvier 2014 Ouvriers - Employés Nouvelles règles de licenciement à partir du 1 er janvier 2014 Session d information pour l Institut des Réviseurs d Entreprises Henri-François Lenaerts Avocat - Associé Gaëlle Willems

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité Garantie EPARGNE (fiscalité assurance-vie ou P.E.P. sur option) à souscription individuelle Article 1 Objet La présente garantie

Plus en détail

Remboursement des soins. ambulatoires : non imposable

Remboursement des soins. ambulatoires : non imposable mai 2006 Numéro 05 10e année Mensuel Ne paraît pas en juillet & août Bureau de dépôt 2800 Mechelen 1 P309269 LNBF.NN/Lnbfnn/KL-NN01 soins de santé et invalidité Remboursement des soins ambulatoires : non

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Les avis de la Chambre des Métiers. Coopération administrative dans le domaine fiscal

Les avis de la Chambre des Métiers. Coopération administrative dans le domaine fiscal Les avis de la Chambre des Métiers Coopération administrative dans le domaine fiscal CdM/27/01/14-13-105 Projet de loi portant transposition de l article 8 de la directive 2011/16/UE du Conseil du 15 février

Plus en détail

Branche 23 pension plan fisc, pension plan free, pension plan focus règlement de gestion

Branche 23 pension plan fisc, pension plan free, pension plan focus règlement de gestion Branche 23 pension plan fisc, pension plan free, pension plan focus règlement 01/07/2014 I. DESCRIPTION Pension plan fisc, pension plan free et pension plan focus sont des contrats d assurance vie émis

Plus en détail

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.»

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Helvetia Solutions de libre passage. Placer son avoir de prévoyance selon ses besoins. Votre assureur suisse. Le libre passage dans

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE GARDE D ENFANTS Tout savoir sur la PAJE Sommaire Qu est-ce que la PAJE? Page 2 La prime à la naissance ou à l adoption Page 3 L allocation de base Page 4 Le complément de libre choix du mode de garde Page

Plus en détail

Les options sur actions: risques ou opportunités?

Les options sur actions: risques ou opportunités? Les options sur actions: risques ou opportunités? Jean-Louis Davain et Diane Ectors Avocats au barreau de Bruxelles Loyens & Loeff Kluwer Waterloo Office Park, Drève Richelle 161 L, B-1410 Waterloo tél.

Plus en détail

RÉGIME d assurance collective CSQ. À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec

RÉGIME d assurance collective CSQ. À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec RÉGIME d assurance collective CSQ À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec Contrat J9999 Janvier 2010 À tous les membres de la CSQ Cette «nouvelle» brochure

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES BOOST INVEST

CONDITIONS GÉNÉRALES BOOST INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES BOOST INVEST Table des matières Définitions 5 Le contrat 6 Objet du contrat - Garantie 6 Bases du contrat - Incontestabilité 6 Entrée en vigueur du contrat 6 Durée du contrat 6 Fonctionnement

Plus en détail

L assurance-vie. Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions

L assurance-vie. Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions L assurance-vie Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions L assurance-vie Caractéristiques 3 Atouts 7 Solutions 8 2 Caractéristique du contrat d assurance-vie Un contrat d assurance- vie est un contrat en

Plus en détail

Stock-options comparaison et questions pratiques

Stock-options comparaison et questions pratiques Stock-options comparaison et questions pratiques Christophe Delmarcelle Avocat Bird & Bird Kluwer Waterloo Office Park, Drève Richelle 161 L, B-1410 Waterloo tél. 0800 16 868 fax 0800 17 529 www.kluwer.be

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION No 22

CIRCULAIRE D INFORMATION No 22 12 décembre 2000 Dr. Hermann Walser CIRCULAIRE D INFORMATION No 22 Limites pour le rachat dans la prévoyance professionnelle 1. Le 1 er janvier 2001 entrent en vigueur les réglementations limitant le rachat

Plus en détail

La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul. Florence Navarro

La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul. Florence Navarro La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul Déjeuner-débat ELSA Florence Navarro 2 juillet 2014 Le principe des 3 piliers en matière de pension 1 er pilier Sécurité sociale

Plus en détail

ADOPTION DE LA LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX

ADOPTION DE LA LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX Le 24 avril 2014 ADOPTION DE LA LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX Le 26 mars 2014, le projet de loi 27, la Loi sur l assurance médicaments sur ordonnance et médicaments

Plus en détail

la réforme des cotisations sociales des indépendants expliquée

la réforme des cotisations sociales des indépendants expliquée la réforme des cotisations sociales des indépendants expliquée INDEPENDANT Table des matières 1. Principe de base 2 2. Adaptation des cotisations sociales 2 3. Régularisation 4 4. Calcul au prorata pour

Plus en détail

SIMULATIONS CONCERNANT LES PRESTATIONS FAMILIALES

SIMULATIONS CONCERNANT LES PRESTATIONS FAMILIALES Luxembourg, le 21 novembre 2013 SIMULATIONS CONCERNANT LES PRESTATIONS FAMILIALES 1/17 SOMMAIRE 1. Remarques préliminaires : 3 2. Introduction 4 3. Simulations 5 3.1 Le modèle de microsimulation et les

Plus en détail

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT :

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : 1. Un prêteur peut-il décider librement de proposer ou non des contrats de prêt avec bonification d intérêt aux consommateurs et donc de s engager volontairement

Plus en détail

Votre banquier et assureur. La déduction des intérêts notionnels, un encouragement fiscal pour le capital à risque

Votre banquier et assureur. La déduction des intérêts notionnels, un encouragement fiscal pour le capital à risque Votre banquier et assureur La déduction des intérêts notionnels, un encouragement fiscal pour le capital à risque Sommaire 1. La déduction des intérêts notionnels: 3 un stimulant pour les entreprises 2.

Plus en détail

Règlement de gestion du fonds Post Optima FINVEX 08/2023 Exposition à 100% de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis

Règlement de gestion du fonds Post Optima FINVEX 08/2023 Exposition à 100% de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis Règlement de gestion du fonds Post Optima FINVEX 08/2023 Exposition à 100% de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis Ce règlement de gestion est applicable au fonds Post Optima

Plus en détail

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles VS10052 09.03.2012 Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles Précisions pour l'application du code de bonne conduite L'objet de la présente note

Plus en détail

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/187 DÉLIBÉRATION N 08/069 DU 2 DÉCEMBRE 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LA

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Salarié MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles et

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3066 Convention collective nationale IDCC : 292. PLASTURGIE ACCORD DU 29 OCTOBRE

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail