Plateforme de la Filière Automobile. Club des Acteurs Régionaux de l Industrie Automobile. Associations Régionales de l Industrie Automobile

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plateforme de la Filière Automobile. Club des Acteurs Régionaux de l Industrie Automobile. Associations Régionales de l Industrie Automobile"

Transcription

1 Plateforme de la Filière Automobile Club des Acteurs Régionaux de l Industrie Automobile Associations Régionales de l Industrie Automobile ENQUETE DE PERFORMANCE INDUSTRIELLE 2009/2010

2 Comme chaque année, depuis 16 ans, nous vous présentons les résultats de l enquête de performance industrielle, réalisée auprès des industriels de la sous-traitance automobile dans les régions de France qui y collaborent (8 régions cette année). L enquête de cette année se distingue de celles des années précédentes par trois points : Elle a été réalisée directement par les ARIAs de 8 régions participantes. Elle porte sur 17 indicateurs de performance, en effet nous y avons intégré trois nouveaux indicateurs. Elle intègre une enquête de processus d amélioration mis en place dans les entreprises pour l amélioration de la performance. Elle résulte d une démarche commune conduite avec les ARIAs en région : ARIA Nord-Pas de Calais, AUTEO (Bretagne), AUTOESSOR (Lorraine), Institut automobile du Mans (Pays de Loire), Pôle Véhicule du Futur/Perfoest (Alsace, Franche-Comté). Pôle Automobile Région Centre, Pôle Automobile Rhône-Alpes, Autobourgogne (Bourgogne). L objectif de cette enquête est de permettre aux industriels d analyser les performances de leurs sites de production d une façon objective, de les positionner par rapport à celles de leurs confrères et d identifier ainsi les voies d action les plus pertinentes. 2

3 Première partie INDICATEURS DE PERFORMANCE 3

4 CHIFFRES MOYENS ET COMMENTAIRES GLOBAUX. Echantillon : 149 sites industriels ont répondu à cette enquête Représentativité économique de l échantillon : Chiffre d affaire 2010 : 7,858 Milliards d (pour 146 sites qui ont renseigné le CA) Effectif total 2010 : personnes (pour les mêmes entreprises) Cette année, les résultats de l enquête sont marqués par une sortie de la crise qui a débuté en 2008, en effet, sur les 140 entreprises (sur un total de 149) qui ont renseigné leur chiffre d affaires et le nombre de leurs effectifs, 120 entreprises ont vu leur CA augmenter contre 20 entreprises qui l ont vu baisser, avec une augmentation nette du CA de 1015 Millions d. Les résultats de l enquête montrent que les entreprises ont accompagné l évolution du CA par un effort sur la productivité, l évolution de l effectif n enregistre pas la même tendance que celle du CA, ceci se traduit par une nette amélioration de la Valeur ajoutée/pers (+15%) CA (Million d ) Effectif Augmentation diminution net Nbre entreprises CA Nbre entreprises Effectif Moyennes : le tableau ci-dessous met en perspective les moyennes de 4 années, ainsi que le nombre de réponses reçues par indicateurs. Nota : 2007, 2008 et 2009 = copie du document de l an dernier. 4

5 COURBES DES TENDANCES SUR QUATRE ANS (2007/2010). Les courbes des tendances ci-dessous mettent l éclairage sur les évolutions des indicateurs de performance sur les quatre ans (2007 à 2010). Elles positionnent les moyennes respectives des indicateurs par rapport au niveau «Bon =Zone verte» de cet indicateur. Les trois indicateurs 15, 16 et 17 n ayant pas de données en 2007 et 2008, leurs courbes de tendance n ont que deux valeurs. 5

6 Retours usines clients Coût des rebuts et retouches , ,7 1,7 1,8 1,6 Rotation des stocks Temps de défilement ,0 15,0 17,0 19, ,0 28,0 23,0 19,

7 Temps de changement de fabrication Taux de service , , Taux de rendement synthétique Chiffre d'affaires K /m² , ,0 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0,0 3,3 3,1 2,90 2,8 7

8 Nombre de propositions par personne et par an Valeur ajoutée par personne K ,6 2,4 2,3 2, , ,0 CA par personne K ,

9 Taux de fréquence des accidents du travail Taux de gravité des accidents du travail ,70 21,90 21,50 24,5 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,72 0,57 0,71 0,6 10 0,3 5 0,2 0,1 0 0, Taux d'absentéisme 4,23 4,23 4,32 4, Dépenses de formation / masse salariale 2,40 2, Pourcentage d'investissements sur 3 ans 4,01 3,6 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0,0 Performance économique environnementale 0,80 0,7 9

10 EVOLUTION DES INDICATEURS DE PERFORMANCES ENTRE 2009 ET 2010 Indicateurs Niveau Bon Moyenne 2009 Moyen ne 2010 Tendance 2009 / 2010 Chiffre d'affaires M 46,8 53,8 hausse effectif pers baisse 1 Retours usines clients p.p.m ,1 335,3 baisse 2 Coût des rebuts et retouches % CA 2 1,7 1,6 baisse 3 Rotation des stocks nombre 20 18,9 19,0 hausse 4 Taux de rendement synthétique % 85 69,6 70,5 stable 5 Chiffre d'affaires par m² K /m2 3,5 2,4 2,8 hausse 6 VA par personne K /pers 75 57,7 66,4 hausse 7 Chiffre d'affaires par personne K /pers ,8 185,6 hausse 8 Temps de défilement Jours 15 21,7 19,2 baisse Temps de changement de 9 fabrication Minutes ,9 118,5 baisse 10 Taux de service % 98 92,4 91,1 baisse Suggestions par personne et par 11 an nombre 10 3,0 3,6 hausse Taux de fréquence des accidents 12 du travail nombre 5 23,3 24,5 hausse Taux de gravité des accidents du 13 travail Nombre 0,2 0,7 0,6 baisse 14 Taux d'absentéisme % 3 4,3 4,6 hausse Dépenses de formation/masse 15 salariale % 4 2,4 2,6 hausse 16 Pourcentage d'investissement % 8 4,0 3,6 baisse Performance économique 17 environnementale % 0,2 0,75 0,65 baisse Notez ici votre tendance Légende Amélioration Dégradation : Stabilité : Sur les 17 indicateurs utilisés, 13 enregistrent une amélioration, mais la marge de progression reste importante notamment en ce qui concerne les indicateurs liés au personnel (suggestions par personne par an, taux de fréquence, taux de gravité). Un effort important doit être mené avec des actions d envergure pour ramener ces indicateurs vers le niveau «Bon». REPARTITION DES ENTREPRISES AUTOUR DU NIVEAU «BON» PAR INDICATEUR 10

11 11

12 Axe des ordonnées : 4 intervalles définis entre les valeurs Mini et Maxi des réponses. Axe des abscisses : nombre des réponses. Barres bleues : nombre des réponses pour cet intervalle. Ligne verte : niveau Bon. Longueur de la zone de graphique est proportionnelle aux nombres des réponses reçues pour l indicateur 12

13 COURBES DES POSITIONNEMENTS/EVOLUTIONS PAR ENTREPRISE ET PAR INDICATEUR Les courbes suivantes permettent aux entreprises de se positionner les unes par rapport aux autres grâce à leur numéro d identification sur l axe des abscisses (pour respecter l anonymat), mais aussi par rapport au niveau «bon» et par rapport à la moyenne nationale de l indicateur. 13

14 14

15 15

16 16

17 17

18 18

19 19

20 20

21 21

22 Deuxième partie L ENQUETE DE PROCESSUS 22

23 L objectif de l enquête de processus est de mettre l éclairage sur le processus d amélioration continue dans les entreprises, de connaître ses origines (éléments déclencheurs) les attentes et objectifs, ainsi que la priorité qu ont donnée les entreprises lors du déploiement de leur démarche Lean. Sur les 133 entreprises interrogées (hors AUTEO), 123 déclarent avoir déployé une démarche Lean, 23 déclarent ne pas l avoir déployée et 8 pas n ont pas répondu. ELEMENTS DECLENCHEURS Le premier indicateur concerne les éléments déclencheurs : (Si vous êtes engagé dans une action Lean, quels ont été les éléments déclencheurs?). Il montre que l origine d une démarche Lean reste les exigences groupes pour les entreprises qui appartiennent à des groupes industriels, en deuxième position viennent les ARIAs avec des répartitions inégales entre les différentes ARIAs. CONSEIL; 7% AUTRES, Non précisé; 30% Eléments déclencheurs ARIA; 20% PRESSE; 1% Groupe; 40% CCI; 3% ATTENTES ET OBJECTIFS Les attentes (niveau de 1 à 5) et les objectifs exprimés montrent une orientation forte dans les entreprises pour l amélioration de la productivité (ressources et surfaces) ainsi que pour la mise en place d une culture Lean. Moyenne niveau attente Moyenne des objectifs fixés par les entreprises (%) Ré-équilibrer la chaîne de soustraitance; Accroître la 2,9 performance de la filière; 3,5 Accroître la performance de l'entreprise; 4,6 Motivation des équipes ; 3,9 De meilleures conditions de travail; 3,4 Installer la culture de l amélioration continue ; 4,3 Amélioration de la qualité; 19,4 Réduction des surfaces de production; 14,3 Gains de productivité interne ; 12,1 Gains de parts de marché dans l automobile ; 14,0 Réduction de délais ; 14,8 23

24 1. Retours usines clients 2. Coût des rebuts et 3. Rotation des stocks 4. Taux de rendement 5. Utilisation des surfaces 6. Valeur ajoutée par 7. Chiffres d'affaires par 8. Temps de défilement 9. Temps du changement de 10. taux de service 11. Suggestions par 12. Accidentalité (taux de 13. Accidentalité (Taux de 14. Absentéisme maladie 15. Dépenses de formation / 17. Performance DEPLOIEMENT DES ELEMENTS LEAN Les éléments mis en place par les entreprises sont orientés terrain et équipes de production (groupes de progrès, accompagnement des équipes). La mise en place de boîte à idées reste un élément sous exploité et nécessite un plus grand effort. Les éléments Lean mises en place par les entreprises Accompagne ment des équipes; 86% Animateur Lean; 70% Accompagne ment du dirigeant; 57% Groupe de progrès; 88% Objectifs d amélioratio n pluriannuels; 80% Boîte à idée; 41% IMPACT DE LA DEMARCHE LEAN SUR LES EVOLUTION DES INDICATEURS L étude comparative des évolutions des indicateurs (2009 / 2010) entre les entreprises qui déclarent avoir mis en place une démarche Lean et celles qui déclarent le contraire montre que les évolutions (pour 12 indicateurs ur 17) sont plus favorables et importantes dans les entreprises qui partiquent le Lean. Même sur les indicateurs en recul, la détérioration est moins importante pour les entreprises qui sont dans le premier cas. 40,00% Comparaison évolution des moyennes des indicateurs de performance Entreprises Lean/ Entreprises Non lean 30,00% 20,00% 10,00% 0,00% évolution moyennes 2009/2010 pour les entreprises Non lean évolution moyennes 2009/2010 pour les entreprises lean -10,00% -20,00% -30,00% 24

25 Troisième partie ANNEXES 25

26 DEFINITION DES INDICATEURS Indicateurs 1. Retours Usines client (p.p.m) Production en Série Production, par lot ou non, de grandes quantités de pièces identiques. Quantité de produits rejetés par les clients sur l année et reconnus comme défectueux par le fournisseur, divisée par la quantité totale de produits livrés sur la même période, multipliée par 1 Million. Production Unitaire / Petite Série Production de pièces unitaires ou petite série de pièces identiques Quantité de produits rejetés par les clients sur l année et reconnus comme défectueux par le fournisseur, divisée par la quantité totale de produits livrés sur la même période, multipliée par Mille. 2. Coût des rebuts et retouches (% CA) 3. Rotation des stocks (nombre) 4. Taux de rendement synthétique (%) Valorisation en coût complet de revient des rebuts et surconsommations matières (hors «chutes techniques»), additionnée au temps passé en retouche multiplié par le taux horaire standard, le tout rapporté au chiffre d affaires hors négoce et multiplié par 100. Chiffre d affaires de l année divisé par la valeur des stocks (matières premières + en-cours ou semi-ouvrés + produits finis) en fin d année (inventaire légal). Tous les stocks appartenant à l entreprise doivent être pris en compte, y compris ceux non situés sur le site industriel (stock consignation chez les clients, magasins extérieurs, etc. ) 1) choisir le ou les équipements le(s) plus stratégique(s) ou représentatif(s) de votre activité principale : capacitaire ou menant (temps de cycle le plus élevé dans des machines en série) ou principal investissement. 2) calculer Quantité de pièces bonnes produites multipliée par le temps de cycle, pièce à pièce, et divisé par le temps d ouverture du site ; le tout multiplié par 100. exemple : Temps d ouverture : du lundi à vendredi = 5X24=120h=432000s Temps de cycle = 60 secondes Pièces bonnes produites : 6500 TRS = (6500X60/ ) X 100=90,27% 5. Utilisation des surfaces (K /m2) 6. Valeur ajoutée par personne (K /pers) Chiffre d affaires de l année de l unité de production, divisé par les surfaces dédiées à cette unité (y compris stockage extérieur et bureaux mais hors Recherche et Développement). Chiffre d affaires hors négoce moins les achats de matières premières, composants et frais généraux usine de l année divisé par l effectif total moyen de l entreprise sur la même période (y compris intérimaires et CDD). 7. Chiffre d'affaires par personne (K /pers) Chiffre d affaires hors négoce et hors vente d outillage spécifique pour l année, divisé par l effectif total moyen de l entreprise sur la même période (y compris intérimaires et CDD). 26

27 8. Temps de défilement (Jours) 9. Temps du changement de fabrication (Minutes) 1) Choisir le produit ou la ligne de produit le(s) plus stratégique(s) représentant la famille la plus consommée ou la plus représentative de votre activité principale. 2) Calculer le Temps que passe le composant, dans le site entre le moment où il est réceptionné et celui où, après transformation, il est expédié chez le client sous forme de produit fini. A défaut, somme des stocks physiques, pour ce composant (inclus ; en-cours et produits finis) multiplié par le temps de cycle le plus élevé dans le processus que suit ce composant. Exemple : Stock : 6500 pièces Temps cycle maxi : 60 secondes Temps de défilement =6500*60/3600=108,3 h=4,51 jours 1) Choisir le processus goulot ou celui mis en œuvre pour le flux de produits majeurs 2) Mesurer le Temps écoulé entre le dernier produit bon d une série et le premier produit bon de la série suivante aux conditions nominales. Temps que passe une commande dans le site entre sa réception et son expédition chez le client sous forme de produit fin. (inclus, préparation, ordonnancement, emballage et stockage avant expédition) Temps moyen mesuré entre la fin de la production d une commande (contrôle et emballage compris) et le démarrage de la production de la commande suivante. (inclus temps de rangement et de préparation de la zone de travail) 10. taux de service (%) 11. Suggestions par personne par an (nombre) 12. Taux de fréquence (TF1) (nombre) Nombre de lignes de commandes clients livrées dans les délais, selon la quantité, la qualité et les références demandées sur l année, divisé par le nombre total de lignes livrées sur cette même période. Nombre de propositions réalisées ou en-cours de mise en place sur l année divisé par l effectif total moyen de l entreprise sur la même période (y compris intérimaires et CDD, personnels ateliers et administratifs). (inclus les suggestions issues des chantiers d amélioration, des campagnes de sensibilisation etc ) Nombre d accidents avec arrêt de travail supérieur à un jour, survenus au cours d'une période de 12 mois révolus, par million d'heures de travail. Taux de fréquence = (nombre d accidents avec arrêt X ) / nombre d heures travaillées (Inclus les CDD et les intérimaires) 13.Taux de gravité (Nombre) Nombre de journées indemnisées, suite à accident de travail, c'est à dire le nombre de journées perdues par incapacité temporaire, survenus au cours d'une période de 12 mois révolus, pour heures travaillées Taux de gravité = (nombre de jours indemnisés X 100) / nombre d heures travaillées (Inclus les CDD et les intérimaires) 27

28 14. Absentéisme maladie agents (%) Nombre total d heures d absences subies : Maladies (d une durée inférieure à 3 mois), accidents du travail (hors congés de maternité), divisé par le nombre d heures de présence théorique multiplié par Dépenses de formation / masse salariale (%) Montant total annuel des dépenses de prestations de formation (internes et externes) divisé par la masse salariale totale multiplié par 100. (Inclus cotisation organisme collecteur de la taxe de formation, les heures payées durant la formation, les DIF) 16. Pourcentage d'investissements sur 3 ans (%) 17. Performance économique environnementale (%) Montant de l investissement des trois dernières années rapporté au chiffre d affaires des trois années multiplié par 100. Quotient : (Coût global annuel de traitement des déchets (euros) /Chiffre d affaires annuel (euros)) X 100 Coût global annuel de traitement des déchets: coûts externes hors investissements, hors matières valorisées et hors coûts internes de valorisation (main d œuvre notamment). Coûts externes : prestations (ex : locations de bennes, enlèvement, traitement,..), taxes (TGAP, Ademe, Agence de l eau ) dont déductions de taxes, Consommables (eau, produits de traitements, granulés absorbants, gants ). Chiffre d affaires annuel, dont vente de déchets. 28

29 DEFINITION DES METIERS 1-Transformation des plastiques et des caoutchoucs 2-Forge et Fonderie 3-Usine, décolletage, visserie, boulonnerie 4-Assemblage 5-industrie électrique et électronique 6-Découpage et emboutissage, transformation du fil et du tube 7- Autres (préciser lequel) 29

ENQUÊTE 2015 DE PERFORMANCE INDUSTRIELLE COMITÉ DE PERFORMANCE INDUSTRIELLE. Sur les exercices 2014 et 2013

ENQUÊTE 2015 DE PERFORMANCE INDUSTRIELLE COMITÉ DE PERFORMANCE INDUSTRIELLE. Sur les exercices 2014 et 2013 ENQUÊTE 215 DE PERFORMANCE INDUSTRIELLE COMITÉ DE PERFORMANCE INDUSTRIELLE Sur les exercices 214 et 213 Qu est-ce que l enquête? 16 indicateurs de qualité, coûts, efficacité d exploitation, implication

Plus en détail

Epreuve de synthèse - Durée 4 heures Organisation et Gestion de la Production

Epreuve de synthèse - Durée 4 heures Organisation et Gestion de la Production HEI5 Le 26 Mars 2004 Epreuve de synthèse - Durée 4 heures Organisation et Gestion de la Production Sans document Calculatrice autorisée Nom : Prénom : Enseignant responsable : Thierry Lenclud Cette épreuve

Plus en détail

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes Rapport financier 2007 Budget prévisionnel 2008 Rapport du commissaire aux comptes Parc Euromédecine 209 rue des Apothicaires 34196 Montpellier cedex 5 Tél 04 67 52 64 17 Fax 04 67 52 02 74 E-mail contact@ors-lr.org

Plus en détail

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION CENTRE LORRAIN DE GESTION Des Métiers et Professions Indépendantes COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION Siège : 1, Avenue Foch 57000 METZ Tel : 03.87.74.20.51 - Fax : 03.87.36.52.73 * Site Internet : www.cglor.fr

Plus en détail

Les calculs fondamentaux pour son entreprise

Les calculs fondamentaux pour son entreprise Les calculs fondamentaux pour son entreprise 1. Seuil de rentabilité et point mort : Définition et calcul Seuil de Rentabilité et Point Mort sont deux facettes d un même concept. Petite-entreprise. net

Plus en détail

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace.

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. LES RATIOS 1) GENERALITES 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. 2) utilité Illustrer des informations Mesurer des objectifs

Plus en détail

Chapitre II : Gestion des stocks :

Chapitre II : Gestion des stocks : Chapitre II : Gestion des stocks : Section I : Présentation générale de la problématique des stocks I. 1. DEFINITION DES STOCKS : Un stock est une quantité de biens ou d articles mis en réserve pour une

Plus en détail

MANUEL QUALITÉ Domaine d application: réalisation de toutes pièces d assemblage en frappe à froid Exclusion: chapitre 7-3 conception

MANUEL QUALITÉ Domaine d application: réalisation de toutes pièces d assemblage en frappe à froid Exclusion: chapitre 7-3 conception Page 1/13 Fabricant de rivets axes visserie MANUEL QUALITÉ Domaine d application: réalisation de toutes pièces d assemblage en frappe à froid Exclusion: chapitre 7-3 conception Notre ambition : être les

Plus en détail

CORRECTION : ANALYSE DES PERFORMANCE DU PUY DU FOU

CORRECTION : ANALYSE DES PERFORMANCE DU PUY DU FOU CORRECTION : ANALYSE DES PERFORMANCE DU PUY DU FOU I. LA PERFORMANCE FINANCIÈRE DE L ORGANISATION A partir des éléments contenus dans le document 1, observez puis analysez comment se mesure et s apprécie

Plus en détail

VOTRE CAMPING AUJOURD HUI... ET DEMAIN!

VOTRE CAMPING AUJOURD HUI... ET DEMAIN! RATIOS DE GESTION VOTRE MPING AUJOURD HUI... ET DEMAIN! Après avoir mis en exergue les caractéristiques intrinsèques du camping diagnostic économique, il y a lieu de quantifier objectivement les potentialités

Plus en détail

COMMENT MESURER L EFFICACITE DE LA MAINTENANCE?

COMMENT MESURER L EFFICACITE DE LA MAINTENANCE? I INDICATEURS ET TABLEAUX DE BORD : 11 Définitions : Indicateur : chiffre significatif d une situation économique pour une période donnée. Tableau de bord : ensemble d informations traitées et mises en

Plus en détail

- 04 - LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS. Principes d'évaluation des stocks : coût moyen, Gestion des stocks en quantité et en valeur.

- 04 - LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS. Principes d'évaluation des stocks : coût moyen, Gestion des stocks en quantité et en valeur. - 04 - LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS Objectif(s) : o o Pré requis : o o Cadence d'approvisionnement, Optimisation de la gestion des stocks. Principes d'évaluation des stocks : coût moyen,

Plus en détail

«moteur» de la chaîne logistique

«moteur» de la chaîne logistique Le transport, «moteur» de la chaîne logistique Pascal Devernay Chef de Service Logistique Industrielle, RENAULT S il est vrai que la logistique doit être globale et intégrée, il est non moins vrai que

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES CHARGES DANS LES CENTRES D'ANALYSE

LE TRAITEMENT DES CHARGES DANS LES CENTRES D'ANALYSE LE TRAITEMENT DES CHARGES DANS LES CENTRES D'ANALYSE Finalité de la démarche Répartir les charges indirectes dans les centres d'analyse en vue de leur imputation aux coûts. Prérequis Notions de charges

Plus en détail

Chapitre 14 Le plan de financement

Chapitre 14 Le plan de financement Chapitre 14 Le plan de financement Entraînement Exercice 14.7 *** Besoin en fonds de roulement prévisionnel plan de financement La société Printania prévoit un développement de ses activités en N+1. Elle

Plus en détail

MIEUX CONNAITRE LA GESTION DE PRODUCTION INITIATION A LA GESTION DE PRODUCTION LES ENJEUX

MIEUX CONNAITRE LA GESTION DE PRODUCTION INITIATION A LA GESTION DE PRODUCTION LES ENJEUX MIEUX CONNAITRE LA GESTION DE PRODUCTION INITIATION A LA GESTION DE PRODUCTION LES ENJEUX 1 En Économie de Production, le prix de vente est fixé par l entreprise : PRIX DE VENTE = ( COUT DE REVIENT ) +

Plus en détail

Master 1 Droit et Management

Master 1 Droit et Management Master 1 Droit et Management Cours de Management Financier 24 h CM MCC : écrit terminal de 2 h Enseignant : Jean-Marc Bascourret Management Financier Objectif : appréhender et maîtriser les principales

Plus en détail

Les relations entre. Externalisation sur les sites industriels. Concilier performances économiques et environnementales

Les relations entre. Externalisation sur les sites industriels. Concilier performances économiques et environnementales Externalisation sur les sites industriels Concilier performances économiques et environnementales L externalisation, une pratique qui se généralise parce que chacun des partenaires y est gagnant : l industriel

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Fiche Bilan Final TECHNE. Reportage photo sur l'entreprise : pages 5 & 6. Année 1 Année 2 Année 3 Variation

Fiche Bilan Final TECHNE. Reportage photo sur l'entreprise : pages 5 & 6. Année 1 Année 2 Année 3 Variation TECHNE RHONE-ALPES (69) Activité : Industrie du caoutchouc et des plastiques (Fabrication et négoce de pièces plastiques et métalliques) Effectif 2006 : 100 Chiffres d affaires 2006 : 17 960 K Euros Principales

Plus en détail

Méthodes des coûts complets : La comptabilité analytique d Exploitation. Préparé par : Mr Larbi TAMNINE, professeur agrégé d Economie et Gestion

Méthodes des coûts complets : La comptabilité analytique d Exploitation. Préparé par : Mr Larbi TAMNINE, professeur agrégé d Economie et Gestion Méthodes des coûts complets : La comptabilité analytique d Exploitation Préparé par : Mr Larbi TAMNINE, professeur agrégé d Economie et Gestion Important : Chers lectures, n hésitez pas à m envoyer vos

Plus en détail

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Lamine LAKHOUA Lic. ès Sciences Commerciales et Industrielles C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Maturité Suisse I M P O R T A N T Ce document est un support de cours.

Plus en détail

LA COMPTABILITE A BASE D'ACTIVITES Méthode Activity Based Costing (ABC) Découverte de la méthode des coûts par activité.

LA COMPTABILITE A BASE D'ACTIVITES Méthode Activity Based Costing (ABC) Découverte de la méthode des coûts par activité. LA COMPTABILITE A BASE D'ACTIVITES Méthode Activity Based Costing (ABC) Objectif(s) : o Pré requis : o Découverte de la méthode des coûts par activité. Connaissance des processus d'organisations des activités.

Plus en détail

Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis

Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis Ivry, le 17 février 2016 Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis Stabilité du chiffre d affaires consolidé en 2015 Poursuite de la croissance

Plus en détail

Confirmation du dynamisme commercial et renforcement de l assise financière

Confirmation du dynamisme commercial et renforcement de l assise financière Le Groupe Crédit Mutuel Centre Est Europe Sud-Est Ile-de-France Savoie-Mont Blanc et CIC en 2007 Confirmation du dynamisme commercial et renforcement de l assise financière Résultat net : 2 161 millions

Plus en détail

Rapport financier semestriel

Rapport financier semestriel Le 1 er juin 2012 Rapport financier semestriel Au cours du premier semestre 2012, le Groupe a enregistré une forte croissance de son activité (+8,1%), notamment liée à une période de soldes hiver favorables,

Plus en détail

LA GESTION DES STOCKS * * * * *

LA GESTION DES STOCKS * * * * * THEME 10 LA GESTION DES STOCKS * * * * * L approvisionnement régulier de l entreprise en matière première est primordial pour assurer tant la régularité de la production que celle des ventes. Elle doit

Plus en détail

A. Le traitement des charges par la comptabilité analytique de gestion

A. Le traitement des charges par la comptabilité analytique de gestion CHAPITRE 1 : Les Coûts Complets Les coûts peuvent être complets ou partiels, selon qu on y incorpore tout ou une partie des charges de la comptabilité générale. Tout au long de ce chapitre nous allons

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE CABINET DU PRÉFET Pôle de la communication interministérielle Strasbourg, le 1 er avril 2016 COMMUNIQUE DE PRESSE PACTE DE RESPONSABILITE Entrée en vigueur de la deuxième tranche le 1 er avril 2016 Stéphane

Plus en détail

FICHE ACTIONS ISORE BATIMENT

FICHE ACTIONS ISORE BATIMENT FICHE ACTIONS ISORE BATIMENT ACTIONS GLOBALES Certifications ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001 Charte DD de la direction depuis 2008 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Création de son propre pôle de formation

Plus en détail

Analyse de cycle de vie

Analyse de cycle de vie Valorisation des déchets plastiques des ménages Analyse de cycle de vie Note de synthèse 17 mars 2014 1. Contexte de l étude La taxe sur les sacs à ordures ménagères (dite «taxe au sac») introduite dans

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONNALISANT PERFORMANCE INDUSTRIELLE

PARCOURS PROFESSIONNALISANT PERFORMANCE INDUSTRIELLE PARCOURS PROFESSIONNALISANT PERFORMANCE INDUSTRIELLE Financement dans le cadre de la «Charte Agroalimentaire» et du programme «AGIR pour l AGROALIMENTAIRE» Le parcours proposé se découpe en 10 grands domaines

Plus en détail

FICHE DE SELECTION CONTRAT STRATEGIQUE FILIERE AUTOMOBILE Internationalisation/Export 2013 2014

FICHE DE SELECTION CONTRAT STRATEGIQUE FILIERE AUTOMOBILE Internationalisation/Export 2013 2014 FICHE DE SELECTION CONTRAT STRATEGIQUE FILIERE AUTOMOBILE Internationalisation/Export 2013 2014 Nom Prénom (de la personne responsable du dossier) : Coordonnées (tél courriel) Société : Adresse : Code

Plus en détail

Midi Pyrénées- Aveyron RESPONSABLE DE PRODUCTION

Midi Pyrénées- Aveyron RESPONSABLE DE PRODUCTION Midi Pyrénées- Aveyron RESPONSABLE DE PRODUCTION Pour une entreprise de transformation de produits carnés, sous la responsabilité du Directeur Général, assurera : La responsabilité du déploiement de la

Plus en détail

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 Chiffre d affaires 2010 : 540 m - Réduction de l'activité en immobilier d'entreprise Hausse du carnet de

Plus en détail

Anaïs HAMELIN. Gestion Financière

Anaïs HAMELIN. Gestion Financière MASTER 1 DROIT Examen du 2 ème semestre 2014/2015 Première session Anaïs HAMELIN Gestion Financière Durée de l épreuve : 1 heure Matériel autorisé : Calculatrice (Téléphone portable interdit) Document(s)

Plus en détail

Chap III : La valorisation du stock

Chap III : La valorisation du stock Chap III : La valorisation du stock I. Méthode ABC pour l analyse des stocks I..1 Principes et intérêt de la méthode Le gestionnaire de stock a souvent un nombre d article très important à gérer. Les ressources

Plus en détail

Processus Conception. Processus SAV. Processus Gestion des stocks. Activité de contrôle production

Processus Conception. Processus SAV. Processus Gestion des stocks. Activité de contrôle production Liste non exhaustive d indicateurs Processus commercial - Nombre de clients visités chaque semaine. - kilométrage moyen parcouru par visite. - Total des heures productions vendues - Indice de Satisfaction

Plus en détail

Maximiser la Valeur Ajoutée de l Entreprise!

Maximiser la Valeur Ajoutée de l Entreprise! Maximiser la Valeur Ajoutée de l Entreprise! en conjuguant Modélisation, Optimisation et Simulation par Paul-Louis Brodier -1- La Valeur ajoutée de l Entreprise dépend de La Valeur Ajoutée Directe des

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de production des Industries Chimiques : niveau III* Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification * le niveau auquel il est fait référence est celui

Plus en détail

Des immobilisations importantes

Des immobilisations importantes Des immobilisations importantes Comme dans toute industrie capitalistique, les investissements corporels revêtent une importance particulière, puisqu ils alimentent les immobilisations ; ces dépenses s

Plus en détail

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 - 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 Objectif(s) : o o Pré requis : o o o Contraintes de production, Optimisation de la gestion de la production. Coût de production, Production sous contraintes,

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Novembre 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

UE 11 - CONTRÔLE DE GESTION

UE 11 - CONTRÔLE DE GESTION UE 11 - CONTRÔLE DE GESTION Niveau L : 210 heures 18 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier (10 heures) Le contrôle

Plus en détail

Corrigé - Les Laboratoires Cattier

Corrigé - Les Laboratoires Cattier CIE4DME Session 2009 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé - Les Laboratoires Cattier PARTIE I : L ÉTUDE

Plus en détail

Politique Achats. Fournisseurs Clients Internes Conditions Achats Prix Acteurs du processus Achats. p. 1/8

Politique Achats. Fournisseurs Clients Internes Conditions Achats Prix Acteurs du processus Achats. p. 1/8 Politique Achats Fournisseurs Clients Internes Conditions Achats Prix Acteurs du processus Achats p. 1/8 Fournisseurs Objectifs Principes / Moyens Indicateurs / Preuves Améliorer le niveau de qualité fourni.

Plus en détail

Enquête sur les besoins en formation de la 1 ère transformation

Enquête sur les besoins en formation de la 1 ère transformation Enquête sur les besoins en formation de la 1 ère transformation Compte rendu synthétique Novembre 2012 2 sur 10 CONTEXTE DE L ENQUÊTE Cette enquête a été menée par Midi-Pyrénées Bois, en partenariat avec

Plus en détail

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création.

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. DU RESULTAT AU FLU DE TRESORERIE Cette étude a pour objet : de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. de faire des simulations à partir d un tableur et

Plus en détail

PGE L3 2015/2016 COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS

PGE L3 2015/2016 COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS EXERCICES PARTIE 2 : INTERPRETATION DES ETATS FINANCIERS SKEMA Business School 1/19 Exercice 1 : VRAC 2 En reprenant le bilan comptable de l exercice 1 Partie 1 (VRAC),

Plus en détail

SOMEFI est une entreprise dédiée à la fabrication de convoyeurs et d éléments modulaires de manutention continue. Depuis plus de 40 ans, SOMEFI

SOMEFI est une entreprise dédiée à la fabrication de convoyeurs et d éléments modulaires de manutention continue. Depuis plus de 40 ans, SOMEFI ergonomie SOMEFI est une entreprise dédiée à la fabrication de convoyeurs et d éléments modulaires de manutention continue. Depuis plus de 40 ans, SOMEFI propose une gamme complète d appareils industriels,

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

La Gestion de Production Méthode MRP A. BOUAISSI

La Gestion de Production Méthode MRP A. BOUAISSI La Gestion de Production Méthode MRP A. BOUAISSI Généralités Objet de la gestion de production Introduction 1.1 Objet de la gestion de production La gestion de production a pour objectif de répondre aux

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

Le salaire. en 7 questions

Le salaire. en 7 questions Le salaire en 7 questions Sommaire Comment lire ma fiche de paie? p.4 Comment se calcule mon salaire? p.6 Quelle est la différence entre salaire brut et salaire net? La qualification, c est quoi? p.8 C

Plus en détail

Thème : GESTION ET CREATION DE VALEUR. Comment la gestion d une organisation contribue-t-elle à la création de valeur?

Thème : GESTION ET CREATION DE VALEUR. Comment la gestion d une organisation contribue-t-elle à la création de valeur? Thème : GESTION ET CREATION DE VALEUR Comment la gestion d une organisation contribue-t-elle à la création de valeur? La valeur est une notion qui revêt de multiples facettes et implique plusieurs acteurs

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

Supermarché CHAMPION CORRIGE

Supermarché CHAMPION CORRIGE BTS Management des Unités Commerciales EPREUVE E4 : Management et Gestion des Unités Commerciales Supermarché CHAMPION CORRIGE Remarque préalable : l introduction et la conclusion ne sont plus demandées

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

FICHE ACTIONS POSSON PACKAGING S.A.S

FICHE ACTIONS POSSON PACKAGING S.A.S FICHE ACTIONS POSSON PACKAGING S.A.S ACTIONS GLOBALES Communication avec l ensemble des salariés via un réseau intranet ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Une démarche de progrès continu validée par les certifications

Plus en détail

Le suivi des résultats RH à la Banque Nationale : Passez des indicateurs à l action!

Le suivi des résultats RH à la Banque Nationale : Passez des indicateurs à l action! Le suivi des résultats RH à la Banque Nationale : Passez des indicateurs à l action! Christian Duplessy, Conseiller senior planification stratégique RH 18 septembre 2013 La Banque Nationale : quelques

Plus en détail

Partie 1 : De la compréhension de SAP à l utilisation dans le contrôle de gestion

Partie 1 : De la compréhension de SAP à l utilisation dans le contrôle de gestion Partie 1 : De la compréhension de SAP à l utilisation dans le contrôle de gestion A Présentation générale de SAP(Software Application Product) 1 Philosophie d un ERP Un Erp (enterprise requirement planning)

Plus en détail

UE 11 Contrôle de gestion Le programme

UE 11 Contrôle de gestion Le programme UE 11 Contrôle de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Positionnement du

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Session 2008 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 4 Le sujet comporte 5 pages numérotées

Plus en détail

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS.

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS. ANALYSE ET GESTION FINANCIÈRE Épreuve dominante de spécialisation A.D. 2012 Concours externe et interne Documents autorisés : néant Calculatrice électronique autorisée La famille Saint Louis de Mermoz

Plus en détail

Rencontre Ecobiz Créateurs / Jeunes Entreprises Chambre de Commerce et de l Industrie de Grenoble Le 04 novembre 2014

Rencontre Ecobiz Créateurs / Jeunes Entreprises Chambre de Commerce et de l Industrie de Grenoble Le 04 novembre 2014 Rencontre Ecobiz Créateurs / Jeunes Entreprises Chambre de Commerce et de l Industrie de Grenoble Le 04 novembre 2014 Isabelle EMONET 13 Rue des Verdiers 38120 SAINT-EGREVE Tel : 04 80 80 58 80 / Mobile

Plus en détail

GPAO : MAITRISER SA LOGISTIQUE ET SES FLUX A VALEUR AJOUTEE

GPAO : MAITRISER SA LOGISTIQUE ET SES FLUX A VALEUR AJOUTEE Dans les périodes de crise, la capacité des entreprises industrielles à maîtriser leurs modèles économiques et leur apport de valeur ajoutée est une des compétences clés. Les tensions sur les prix de revient

Plus en détail

Fiche Bilan Final SATA. Reportage photo sur l'entreprise : pages 5 & 6. Année 1 Année 2 Année 3 Variation 19,80

Fiche Bilan Final SATA. Reportage photo sur l'entreprise : pages 5 & 6. Année 1 Année 2 Année 3 Variation 19,80 SATA ALSACE (67) Activité : Métallurgie et travail des métaux (Fabrication de ressorts d'embrayages pour l'automobile) Effectif 2006 : 94 Chiffres d affaires 2006 : 10 331 K Euros Principales certifications

Plus en détail

Enquête : les sous-traitants bourguignons

Enquête : les sous-traitants bourguignons Enquête : les sous-traitants bourguignons Octobre 2014 707 établissements bourguignons ont été identifiés comme travaillant en sous-traitance en mécanique générale, assemblage-soudage, chaudronnerie-tôlerie,

Plus en détail

CCE EDF. Séance du 15 Avril 2010

CCE EDF. Séance du 15 Avril 2010 CCE EDF Séance du 15 Avril 2010 Titulaire au CCE Christophe MARTIN Représentant Syndical au CCE Expert : Edouard CAHEN Séance du 15 avril 2010 Ordre du jour Retour d expérience sur le dispositif de Prérecrutement

Plus en détail

Contrôle de gestion approfondi Cours de W. Azan

Contrôle de gestion approfondi Cours de W. Azan Contrôle de gestion approfondi Cours de W. Azan Durée : 3 H Calculatrice autorisée I. Cas Société Choc Source CAPET La société CHOC est à la tête d un groupe industriel agroalimentaire. À l origine, la

Plus en détail

GESTION DE LA PRODUCTION.

GESTION DE LA PRODUCTION. GESTION DE LA PRODUCTION. L entreprise est une organisation qui produit des biens et des services pour un marché. Dans une entreprise industrielle, l activité de production consiste à transformer des matières

Plus en détail

Analyse financière Groupe Magasin Général

Analyse financière Groupe Magasin Général Secteur : Distribution Cours au : 133,400D Nominal : 5D Nombre de titres : 2 296 250 titres Points clés : Doyen du secteur de la distribution avec plus de 80 ans d expérience ; Actionnariat de référence

Plus en détail

A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993.

A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993. INTRODUCTION A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993. I- FONCTIONNEMENT a) Fiscalité Comme nous

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

Entreprise modèle dans la construction métallique Comment dériver les taux de calcul

Entreprise modèle dans la construction métallique Comment dériver les taux de calcul Entreprise modèle dans la construction métallique Comment dériver les taux de calcul 2 1. Introduction Un modèle pour le succès La rentabilité de votre entreprise indique le niveau de bénéfice qui a été

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Mars 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Amélioration continue de la Trésorerie qui augmente de 2 millions d euros et de la Marge Brute qui progresse de 1.7%.

Amélioration continue de la Trésorerie qui augmente de 2 millions d euros et de la Marge Brute qui progresse de 1.7%. Communiqué de Presse 29 Octobre 2008 Résultats du 3ème Trimestre 2008 : - Comptes de Résultat du 3ème trimestre 2008 - Informations spécifiques - Comptes de Résultat cumulé au 30 Septembre 2008 - Prévisions

Plus en détail

Divalto infinity. Production

Divalto infinity. Production Divalto infinity Divalto infinity couvre l ensemble du cycle de la gestion de production. De la conception des données techniques - base fondamentale de la production - des fonctions de simulation aux

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des éléments de

Plus en détail

Même s il confie sa comptabilité à un cabinet d expertise comptable, un bon entrepreneur connaît parfaitement et maîtrise son activité.

Même s il confie sa comptabilité à un cabinet d expertise comptable, un bon entrepreneur connaît parfaitement et maîtrise son activité. Gérer son entreprise Gérer une entreprise et la faire prospérer ne s improvisent pas. Cela nécessite au contraire des connaissances spécifiques, de la réactivité et une grande rigueur. Si votre métier

Plus en détail

20 ème Enquête annuelle sur les besoins en emplois et en formations dans la logistique

20 ème Enquête annuelle sur les besoins en emplois et en formations dans la logistique DOSSIER DE PRESSE LE 13 MAI 2014 20 ème Enquête annuelle sur les besoins en emplois et en formations dans la logistique Synthèse Pour la 20 ème année consécutive, l enquête logistique 2013-2014 de l AFT-IFTIM

Plus en détail

Segment : Tous segments des IAA Module : Approvisionnement TERMES DE RÉFÉRENCE

Segment : Tous segments des IAA Module : Approvisionnement TERMES DE RÉFÉRENCE Segment : Tous segments des IAA Module : Approvisionnement TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 POPULATIONS CONCERNEES... 3 PRE-REQUIS... 3 ACTIVITES ET LIVRABLES...

Plus en détail

Résultats annuels de l exercice 2004-2005. Paris, le 19 octobre 2005

Résultats annuels de l exercice 2004-2005. Paris, le 19 octobre 2005 Résultats annuels de l exercice 2004-2005 2005 Paris, le 19 octobre 2005 1 Sommaire Les perspectives annoncées en fin du premier semestre ont été réalisées Chiffres clés de l exercice 2004-2005 Résultats

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ETLL1420785A Intitulé du texte : Arrêté modifiant l arrêté du 30 mars 2009 relatif aux conditions d application de dispositions concernant les avances

Plus en détail

La performance extra-financière des fonds ISR

La performance extra-financière des fonds ISR La performance extra-financière des fonds ISR Etude de l empreinte sociale et environnementale du fonds Allianz Valeurs Durables 30 septembre 2011 Sommaire 1. Performance, utilité sociale et ISR Question

Plus en détail

Présentation des résultats semestriels 2007

Présentation des résultats semestriels 2007 Présentation des résultats semestriels 2007 Faits marquants du premier semestre 2007 Henri de CASTRIES Président du Directoire Les résultats d AXA du 1 er semestre 2007 sont parfaitement en ligne avec

Plus en détail

Etude de la forme juridique du dirigeant

Etude de la forme juridique du dirigeant Au bonheur des dames 25 rue des fleurs 75010 Paris Etude de la forme juridique du dirigeant SOCIC et Associés 25 Place Albert 1er 04 94 89 05 18 jljavelaud@socic.fr 1 1. Introduction L'objectif de cette

Plus en détail

Le label d engagement Développement Durable

Le label d engagement Développement Durable En partenariat avec Le label d engagement Développement Durable en partenariat avec et PLAN Le contexte international de la RSE Origine du label La démarche de labellisation LUCIE Le label LUCIE: l évaluation

Plus en détail

TECHNIQUES FINANCIERES. Présidée par Inès REINMANN

TECHNIQUES FINANCIERES. Présidée par Inès REINMANN 1 ère réunion du groupe de travail TECHNIQUES FINANCIERES Présidée par Inès REINMANN Contribution GREEN PROPERTY 1 Table des matières Le fonds de compensation page 3 PSE paiement des services environnementaux

Plus en détail

PLAN D ACTION SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE 2013

PLAN D ACTION SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE 2013 PLAN D ACTION SUR L EGALITE PROESSIONNELLE 2013 PREAMBULE Depuis 2005, nous avons, dans l entreprise, un accord sur «le développement de la mixité dans le Groupe». Celuici définit, dans de nombreux domaines,

Plus en détail

GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS

GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS Page : 1 / 19 Gestion des immobilisations et des investissements. 1. CAS DE SYNTHESE... 3 1.1. CALCUL DE RENTABILITE D IMMOBILISATIONS ACQUISES... 3 1.2.

Plus en détail

Informations Rapides Réunion

Informations Rapides Réunion Informations Rapides Réunion N 7 - Décembre 0 Analyse Résultats comptables des entreprises réunionnaises en 00 Les entreprises marchandes dégagent 6 milliards d euros de valeur ajoutée La valeur ajoutée

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Bonnes perspectives pour le second semestre

Bonnes perspectives pour le second semestre Paris, le 10 septembre 2015, 07h00 Systèmes Intelligents de Sûreté Protection en Milieux Nucléaires Projets et Services Industriels Impression 3D Bonnes perspectives pour le second semestre Contacts Groupe

Plus en détail

Fiche Bilan Final PURE IMPRESSION. Reportage photo sur l'entreprise : pages 5 & 6. Année 1 Année 2 Année 3 Variation 1,49

Fiche Bilan Final PURE IMPRESSION. Reportage photo sur l'entreprise : pages 5 & 6. Année 1 Année 2 Année 3 Variation 1,49 PURE IMPRESSION LANGUEDOC-ROUSSILLON (34) Activité : Industrie du papier et du carton, édition et imprimerie (Pré-presse, édition professionnelle, impression numérique) Effectif 2006 : 50 Chiffres d affaires

Plus en détail

CONSTRUCTEUR PROMOTEUR AMÉNAGEUR RÉSULTATS SEMESTRIELS

CONSTRUCTEUR PROMOTEUR AMÉNAGEUR RÉSULTATS SEMESTRIELS CONSTRUCTEUR PROMOTEUR AMÉNAGEUR 2012 RÉSULTATS SEMESTRIELS Un marché marqué au 1 er semestre par Des élections présidentielles bloquantes Une crise économique qui dure Une crise de la dette anxiogène

Plus en détail

DANS UN CONTEXTE TRES DEGRADE RENAULT ANNONCE UN RESULTAT NET DE 599 MILLIONS D EUROS

DANS UN CONTEXTE TRES DEGRADE RENAULT ANNONCE UN RESULTAT NET DE 599 MILLIONS D EUROS COMMUNIQUE DE PRESSE Le 12 février 2009 DANS UN CONTEXTE TRES DEGRADE RENAULT ANNONCE UN RESULTAT NET DE 599 MILLIONS D EUROS Le chiffre d affaires s établit à 37 791 millions d euros, en baisse de 7 %

Plus en détail

Intitulé de votre projet

Intitulé de votre projet Intitulé de votre projet «Nom» «Prénom» «Adresse» «Tél» «e-mail» «Date de réalisation du dossier» 2 SOMMAIRE 1. Présentation personnelle (ou de l équipe)... 4 2. Le projet... 5 3. Le produit et son marché...

Plus en détail