Radon et radiations ionisantes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Radon et radiations ionisantes"

Transcription

1 1 Radon et radiations ionisantes Boris Melloni Service de Pneumologie Limoges L homme est exposé à une irradiation X naturelle de cause cosmique, tellurique et alimentaire et une irradiation artificielle provenant essentiellement de l imagerie médicale et exceptionnellement des activités nucléaires civiles ou militaires. Cette irradiation est évaluée en unité d équivalent de dose ou millisieverts (msv). L irradiation tellurique, liée essentiellement à l inhalation du radon et de ses descendants constitue la première cause d irradiation humaine (2 msv par an). L utilisation médicale des rayons X à des fins diagnostiques délivre en moyenne 1mSv par an. Nous allons donc voir les deux expositions majeures pour l homme, l exposition naturelle au radon et l irradiation liée aux examens radiologiques. Nous insisterons sur les mesures préventives nécessaires. 1. Exposition au radon et risque de cancer bronchique primitif 1.1 Le radon Le radon est un gaz inerte, radioactif, provenant de la désintégration naturelle de l uranium-238 contenu dans les sous-sols granitiques et volcaniques. Le radon est un émetteur alpha à demi-vie courte (3,5 jours) qui diffuse à travers les roches pour se disperser dans l atmosphère à faible concentration (1,2). Cependant, le radon peut se concentrer dans les mines, l eau, les matériaux de construction et les habitations elles-mêmes. Le radon donne naissance à des petites molécules solides (Fig. 1). Ces descendants particulaires peuvent s associer à des poussières, être inhalés et se déposer sur l épithélium le long des voies aériennes. Ces derniers, principalement le polonium-218 et le polonium-214, peuvent délivrer une irradiation alpha au niveau des noyaux des cellules épithéliales. La particule alpha est composée de deux protons et de deux neutrons, l irradiation résultante a un trajet court avec une forte énergie. Cela induit des modifications génétiques irréversibles, aboutissant à un processus de cancérisation (1). Le risque lié au radon est avant tout celui de développer un cancer broncho-pulmonaire. 1.2 Exposition chez les mineurs Les études épidémiologiques ont permis de montrer une association significative entre le risque de cancer pulmonaire et l exposition au radon avec une relation dose effet (2). Les niveaux d irradiation pour les mineurs d uranium ou d autres minerais sont en moyenne 10 à 100 fois plus élevés que le niveau des expositions domestiques. De plus, les travailleurs sont exposés à d autres agents cancérigènes : arsenic, silice, amiante, chrome, cobalt ou substances organiques (diesel, fumées). Le tabac reste le facteur confondant majeur des études épidémiologiques. En tenant compte du tabagisme, l excès de risque relatif propre au radon est 2 fois plus important chez les non-fumeurs que chez les fumeurs (3,4).

2 2 1.3 Exposition domestique Depuis les années , l accent est mis sur le rôle du radon dans l irradiation naturelle qui constitue 80 % de notre exposition aux radiations ionisantes (3,5,6). Des concentrations élevées de radon ont été retrouvées dans des habitations aux États-Unis, en Scandinavie et en France. L exposition domestique est exprimée en becquerel par mètre cube (Bq/m 3 ) ; le becquerel est l unité internationale de radioactivité qui correspond à une désintégration par seconde. Le risque de cette exposition a d abord été extrapolé à partir des données obtenues chez les mineurs, sujets masculins, adultes et souvent fumeurs. L exposition environnementale est chronique sur l ensemble d une vie. Les études épidémiologiques ont alors été développées selon deux approches : les études écologiques et les études cas témoins (4) : - Les études écologiques sont des études descriptives qui comparent le taux moyen de radon d une région avec les taux d incidence de cancers du poumon ou de décès par cancer du poumon. Les résultats de ces études sont contradictoires. L erreur méthodologique probable repose sur le fait que l exposition moyenne d une population ne peut pas déterminer la moyenne du risque. De plus, le tabagisme, facteur de risque majeur du cancer du poumon, est un facteur confondant majeur de ces études. - Les études cas témoins évaluent le risque individuel de cancer du poumon lié à l exposition au radon dans les habitations. Plus de 30 études ont été publiées à ce jour. Les études réalisées depuis 1990 ont permis d effectuer des mesures directes de concentration de radon au sein de l habitat. Les biais de ces études sont multiples, mais l individualisation de la relation exposition effet limite l erreur. La concentration de radon au sein de l habitation varie en fonction de la saison, en fonction du temps (travaux de rénovation) et en fonction de l étage de la pièce, de son type de chauffage ou d aération (5). Les personnes exposées au radon domestique peuvent également changer d habitation et être exposées sur leur lieu de travail. D autres expositions sont possibles et le tabagisme reste un facteur confondant majeur. Pour pallier le manque de puissance de chaque étude, l analyse conjointe de plusieurs études nord-américaines ou européennes a été entreprise. Les résultats des méta-analyses sont concordants et retrouvent un risque de cancer du poumon lié à l exposition domestique au radon. Les estimations ont été faites en fonction du niveau ajusté d exposition (Tableau I). La relation paraît compatible avec une relation linéaire sans seuil. Le rôle de l exposition au radon peut être évalué à 10 % des cas de cancer du poumon (6).

3 3 Niveau d exposition Bq/m Odd Ratio 1,07 (1,04-1,11)* 1,15 (1,07-1,24)* 1,24 (1,11-1,38)* 1,33 (1,15-1,54)* 1,43 (1,19-1,72)* Tableau I : Résultats des méta-analyses sur l exposition domestique au radon et cancer du poumon. * Intervalle de confiance à 95 % (6). 1.4 Mesures préventives Les résultats des études épidémiologiques doivent faire envisager un principe de précaution dans la gestion du risque radon et exposition domestique (4). Sur la base d un modèle linéaire sans seuil, il est nécessaire de diminuer l exposition domestique en la ramenant au niveau de la concentration de radon à l extérieur qui varie en France entre 4 et 40 Bq/m 3. En France, les disparités régionales sont importantes, certains départements ont des moyennes supérieures à 150 Bq/m 3 : Creuse, Haute- Vienne, Corrèze, Loire, Finistère et Corse. Dans ces régions, certaines habitations ont été recensées à plus de 1000 Bq/m 3. La Direction régionale de la santé et le conseil supérieur d hygiène publique ont diffusé en 1999 une circulaire préfectorale sur la gestion du risque radon en France. Trois niveaux ont été distingués : < 400 Bq/m 3 pas d action ; > 400 et < 1000 Bq/m 3 actions correctrices simples ; > 1000 Bq/m 3 actions urgentes. Il faut séparer les nouvelles normes pour la construction et les mesures d assainissement des maisons anciennes. Pour les nouvelles constructions, une valeur guide de 200 Bq/m 3 est préconisée. Les actions permettant de limiter le niveau de radon dans les habitations sont simples et peu coûteuses : amélioration de la ventilation, drainages, aérations. En France, la priorité a été faite sur des zones cibles : écoles, lieux de travail, bâtiments publics. Pour l habitat privé, une campagne d information a été réalisée dans les départements concernés. Au total, le radon est le deuxième agent carcinogène impliqué dans la genèse du cancer du poumon mais son implication est moindre que le tabac. Néanmoins, il paraît fondamental de poursuivre des campagnes de réduction de l exposition de l être humain au radon. 2. Irradiation médicale et ses risques Une radiographie thoracique correspond à une irradiation de 0,2 à 0,3 msv et un scanner thoracique à 0,2 à 6 msv. Le risque est important pour les sujets sensibles

4 aux radiations comme les enfants, les adolescents, les jeunes femmes et les femmes enceintes. Les prescriptions d examens radiologiques doivent donc être limitées. Les indications d examens radiologiques doivent être pesées dans le cadre du diagnostic, du traitement et de la surveillance des maladies respiratoires. Sur le plan technologique, les doses administrées se réduisent avec les progrès de l imagerie médicale. Le pneumologue doit donc essayer de réduire l irradiation de ces patients et le radiologue doit veiller à une évolution permanente technologique permettant la réduction de l irradiation (7). 4

5 5 Bibliographie : 1. Melloni B, Vergnenègre A, Lagrange P, Bonnaud F. Radon et exposition domestique. Rev Mal Respir 2000 ; 17 : Darby S, Hill D, and Doll R. Radon: a likely carcinogen at all exposures. Annals of Oncology 2001 ; 12 : National Research Council. Health Effects of Exposure to Radon (BEIR VI). Washington, DC : National Academy Press, De Brouwer C, Lagasse R. Le principe de précaution appliqué au risqué de cancer du poumon causé par le radon domestique. Rev Epidemiol Santé Publique 2002 ; 50 : Baysson H, Tirmarche M. Exposition domestique au radon et risque de cancer du poumon : bilan des études cas-témoins. Rev Epidemiol Santé Publique 2002 ; 52 : Pavia M, Bianco A, Pileggi C, Angelillo IF. Meta-analysis of residential exposure to radon gas and lung cancer. Bulletin of the World Health Organisation 2003 ; 81 : Rémy J, Rémy-Jardin M, Mastora I. Faut-il réduire l irradiation en imagerie thoracique? Lettre du Pneumologue 2002 ; 6 :

Le radon en Franche-Comté : - Mesure de l exposition domestique - Evaluation de l impact sanitaire - Réflexions sur les stratégies de prévention

Le radon en Franche-Comté : - Mesure de l exposition domestique - Evaluation de l impact sanitaire - Réflexions sur les stratégies de prévention Le radon en Franche-Comté : - Mesure de l exposition domestique - Evaluation de l impact sanitaire - Réflexions sur les stratégies de prévention F Clinard, O Catelinois, K Aury, P Pirard, L Nourry, A Hochard,

Plus en détail

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.).

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.). Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LES RADIATIONS IONISANTES Introduction La radioactivité La radioactivité est un phénomène naturel lié à la structure

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 SOMMAIRE 1. Epidémiologie 1. Incidence du cancer bronchique 2. Mortalité liée au cancer bronchique 3. Facteurs de risque

Plus en détail

LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS

LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS Afin d adapter cette brochure numérique à tous les navigateurs, nous en avons figé les thèmes en sept rubriques : la matière (R-1), la radioactivité (R-2),

Plus en détail

Séverine KIRCHNER. Qualité de l air intérieur : un enjeu de santé publique

Séverine KIRCHNER. Qualité de l air intérieur : un enjeu de santé publique >Journée scientifique bi-académique Académie nationale de Pharmacie et Académie des Technologies Qualité de l air : de l échelle locale à l échelle planétaire Compréhension implications 25 01 12 Qualité

Plus en détail

Différentes approches épidémiologiques possibles, mais leur capacité de réponse au problème posée est variable

Différentes approches épidémiologiques possibles, mais leur capacité de réponse au problème posée est variable EVALUATION DU RISQUE DE CANCER LIE A L INHALATION DE RADON Margot Tirmarche, Dominique Laurier, Hélène Baysson, Olivier Catelinois IRSN/DPHD/SEGR/LEADS Contexte Le radon pénètre dans l'organisme avec l'air

Plus en détail

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie Septembre 2008 ; N 17 IMAGERIE THORACIQUE Principales causes des examens inutiles Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics Prescription d un examen d imagerie Grossesse et protection de l embryon

Plus en détail

Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il?

Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il? Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il? Service Interprofessionnel de Santé au Travail de la Manche www.sistm50.com SOMMAIRE Principales utilisations...p.2 Modes d exposition...p.2-3 Effets biologiques...p.3

Plus en détail

Ecole primaire d Orsières Assainissement Radon Etude de cas, secteur ludothèque

Ecole primaire d Orsières Assainissement Radon Etude de cas, secteur ludothèque Ecole primaire d Orsières Assainissement Radon Etude de cas, secteur ludothèque LaurentdeThiémard, Technicien-géomètre Brevet Fédéral Formation Radon automne 2014 par l OFSP et l EPFL 2 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Cancers broncho-pulmonaires professionnels (hors amiante)

Cancers broncho-pulmonaires professionnels (hors amiante) Cancers broncho-pulmonaires professionnels (hors amiante) Pascal ANDUJAR Service de Pneumologie et de Pathologie Professionnelle CHI Créteil UPEC - INSERM U955 - Faculté de Médecine - Créteil DES Pneumologie

Plus en détail

Rayonnements ionisants - Notions fondamentales

Rayonnements ionisants - Notions fondamentales 2 Rayonnements ionisants - Notions fondamentales 2.1 Manifestation de la radioactivité Les éléments radioactifs, d origine naturelle ou artificielle, sont caractérisés par l instabilité de leur noyau.

Plus en détail

Comparaison entre les législations européenne et suisse en radioprotection

Comparaison entre les législations européenne et suisse en radioprotection B Eidgenössische Kommission für Strahlenschutz und Überwachung der Radioaktivität Commission fédérale de protection contre les radiations et de surveillance de la radioactivité Commissione federale della

Plus en détail

Le radon, un élément cancérigène «ignoré» dans l habitat P.MICHAL 2008

Le radon, un élément cancérigène «ignoré» dans l habitat P.MICHAL 2008 Le radon, un élément cancérigène «ignoré» dans l habitat 1 ORIGINE DU RADON Carte géologique simplifiée du site d Aix les Bains CHAMBOTTE (JURA) N CHARVE (JURA) LES BAUGES (ALPES) 2 ORIGINE DU RADON Coupe

Plus en détail

Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic

Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic Les rayonnements ionisants, c est quoi? Dans le domaine du radiodiagnostic, les rayonnements ionisants sont des rayons X produits à partir

Plus en détail

La problématique du radon en Belgique

La problématique du radon en Belgique La problématique du radon en Belgique DOSSIER Sommaire : 1. Origine du radon 2. Rôle du contexte géologique en Belgique 3. Le radon dans les habitations 4. Les effets sur la santé 5. Mesure du radon 6.

Plus en détail

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC)

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) SOMMAIRE I. Réglementation II. Radioprotection du personnel III. Effets des rayonnements ionisants I. Réglementation

Plus en détail

Place de l optimisation dans les nouveaux BSS de la Commission Européenne

Place de l optimisation dans les nouveaux BSS de la Commission Européenne Place de l optimisation dans les nouveaux BSS de la Commission Européenne L. Lebaron-Jacobs, J.L. Godet, A. Rannou Experts Article 31 Traité EURATOM Rôle de l'union européenne Traité Euratom (1957) permettre

Plus en détail

Le radon. Collection thématique

Le radon. Collection thématique Le radon Gaz radioactif d origine naturelle, le radon représente le tiers de l exposition à la radioactivité reçue chaque année par la population française Collection thématique Que faut-il savoir du radon?

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des rayonnements ionisants

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des rayonnements ionisants Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des rayonnements ionisants (OIMRI) du 7 décembre 2012 Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu les art. 5, al. 2, 8, al. 2, 16, al. 2, 17,

Plus en détail

LES RAYONNEMENTS IONISANTS

LES RAYONNEMENTS IONISANTS P o u r l a s a n t é a u t r a v a i l LES RAYONNEMENTS IONISANTS L'homme est soumis aux rayonnements ionisants émis par la radioactivité naturelle de l'environnement : rayonnement cosmique, rayonnement

Plus en détail

Valeurs limites d exposition professionnelle. Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes

Valeurs limites d exposition professionnelle. Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes Valeurs limites d exposition professionnelle Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes 1 HISTORIQUE VLEP (France) Premières valeurs contraignantes > Benzène (décret du 9/11/73) >

Plus en détail

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon?

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon? Un dépistage précoce est-il possible ou envisageable pour le cancer primitif du poumon? Cancer primitif du poumon une fréquence majeure 40 000 nouveaux cas / an en France 2e cancer chez l'homme (après

Plus en détail

Baromètre santé environnement 2007

Baromètre santé environnement 2007 Baromètre santé environnement 2007 Sous la direction de Colette Menard Delphine Girard Christophe Léon François Beck Préface de Philippe Lamoureux 7 Les auteurs Geneviève Baumont, expert «Gestion sociétale

Plus en détail

Pollution intérieure

Pollution intérieure Pollution intérieure Effets Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2 nd ) I. Introduction De nombreuses enquêtes montrent que nous passons de plus en plus de temps dans des espaces clos (habitat, lieu

Plus en détail

BPCO professionnelles

BPCO professionnelles J. Ameille Jacques.ameille@rpc.aphp.fr AP-HP, Unité de pathologie professionnelle, Hôpital Raymond Poincaré, 92380 Garches Université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines Définition Maladie chronique,

Plus en détail

Nouvelles recommandations concernant le suivi des salariés français exposés à l amiante (HAS 2010)

Nouvelles recommandations concernant le suivi des salariés français exposés à l amiante (HAS 2010) Nouvelles recommandations concernant le suivi des salariés français exposés à l amiante (HAS 2010) J.D. Dewitte, B. Loddé Université de Bretagne Occidentale Jeune Equipe «Ethique, Professionnalisme et

Plus en détail

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection La radioprotection est la discipline qui coordonne les recherches, les travaux et les techniques concernant les moyens

Plus en détail

Compétences pour la Reconnaissance / Enregistrement Professionnelle de l ACRP

Compétences pour la Reconnaissance / Enregistrement Professionnelle de l ACRP Guide du curriculum Ce document peut être utilisé comme guide lors de l'élaboration de matériel didactique afin de satisfaire les compétences requises. Ce n est pas l intention de l association de dicter

Plus en détail

La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots. Pierre NAULET

La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots. Pierre NAULET La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots Pierre NAULET Quelques QCM L'irradiation naturelle par an en France est de l'ordre de : Ø A : 3 Gy Ø B : 3,5 msv Ø C : 3500 Bq Ø D : 10 msv

Plus en détail

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008 Synthèse du rapport IPSN-INVS INVS Décembre 2000 L accident de Tchernobyl du 26 Avril 1986 a donné lieu à d importants rejets radioactifs dans l atmosphl atmosphère, qui se sont déposd posés s de façon

Plus en détail

Complément: Sources naturelles de rayonnement

Complément: Sources naturelles de rayonnement Complément: Sources naturelles de rayonnement 1 Notions de dose Dose absorbée en 1 point (D) unité: Jkg -1 ou gray (Gy) valeur moyenne de l énergie impartie (déposée) à la matière par unité de masse à

Plus en détail

FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE

FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE Séance n 4 : FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE A. QUE SE PASSE-T-IL AU CŒUR DU REACTEUR D UNE CENTRALE NUCLEAIRE? 1. LA REACTION DE FISSION C est grâce à l uranium, un métal relativement abondant dans l écorce

Plus en détail

LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS =

LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS = LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS = Effets biologiques des rayonnements et voies d atteinte. Irradiation localisée : Radiodermites. Service de chirurgie plastique-h.i.a. PERCY RAYONNEMEMTS IONISANTS

Plus en détail

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES (1) Chapitre 4 : Radioactivité, décroissance radioactive Pré requis : La structure de l atome et de son noyau vue en nde et en 1 ère S (composition, ordre de grandeur

Plus en détail

CONTEXTE SANTE ENVIRONNEMENT

CONTEXTE SANTE ENVIRONNEMENT CONTEXTE SANTE ENVIRONNEMENT Séverine KIRCHNER Société de Médecine et de Santé au Travail Dauphiné-Savoie 18 Annecy, 18 PAGE 1 Plan National Santé-Environnement 2009-2013 Plan national (PNSE 2) publié

Plus en détail

LE CANCER DU REIN. Codes CIM 8 : «189» CIM 9 : «189» CIM 10 : «C64-C66», «C68»

LE CANCER DU REIN. Codes CIM 8 : «189» CIM 9 : «189» CIM 10 : «C64-C66», «C68» ATLAS DE LA MORTALITÉ PAR CANCER EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ÉVOLUTION 19-2004 141 LE CANCER DU REIN Codes CIM 8 : «189» CIM 9 : «189» CIM 10 : «C64-C66», «C68» UN ACCROISSEMENT DES ÉCARTS ENTRE LES HOMMES

Plus en détail

Cohorte des travailleurs du nucléaire à Électricité de France : mortalité des agents statutaires sur la période 1968 2003

Cohorte des travailleurs du nucléaire à Électricité de France : mortalité des agents statutaires sur la période 1968 2003 Cohorte des travailleurs du nucléaire à Électricité de France : mortalité des agents statutaires sur la période 1968 2003 Q1: Pour quelle raison a-t-on organisé le suivi de cette cohorte? Les rayonnements

Plus en détail

Irradiation Médicale et Grossesse

Irradiation Médicale et Grossesse Nucléaire et Santé février 2013 Irradiation Médicale et Grossesse Médecin chef des services Laroche Professeur au Val de grâce Service de Protection Radiologique des Armées INTRODUCTION Manque de connaissance

Plus en détail

Terminale STI2D-STL, Physique-chimie (TC), Santé, «Quelles protections face à «la» radioactivité?». Quelles protections face à «la» radioactivité?

Terminale STI2D-STL, Physique-chimie (TC), Santé, «Quelles protections face à «la» radioactivité?». Quelles protections face à «la» radioactivité? Terminale STI2D-STL, Physique-chimie (TC), Santé, «Quelles protections face à «la» radioactivité?». Classe : Terminale Enseignement : Physique-chimie STI2D-STL THEME du programme : Santé Sous-thème : Prévention

Plus en détail

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans Professeur Michel Bourguignon Commissaire de l Autorité de Sûreté Nucléaire Professeur de biophysique

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Arrêté du 18 mai 2004 relatif aux programmes de formation portant sur la radioprotection des patients exposés

Plus en détail

Le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection ASN, rôle et relations avec les médecins du travail

Le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection ASN, rôle et relations avec les médecins du travail Le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection ASN, rôle et relations avec les médecins du travail David Krembel Autorité de sûreté nucléaire Direction des centrales nucléaires 1 L organisation

Plus en détail

RADON. en province de Luxembourg

RADON. en province de Luxembourg Le RADON en province de Luxembourg TABLE DES MATIÈRES 1 Qu est-ce que le radon? 2 Comment pénètre-t-il dans les bâtiments? 3 Quel est le risque pour la santé? 4 Quelles sont les normes? 5 Y a-t-il des

Plus en détail

Sensibilisation à la Radioprotection

Sensibilisation à la Radioprotection Sensibilisation à la Radioprotection Version du 11/2011 Xavier Fléchard/Jean-Louis Gabriel Service de Radioprotection LPC CAEN Sensibilisation à la Radioprotection 11/2011 LPC 1 Pourquoi cette sensibilisation

Plus en détail

NOR : SANC0323527A. (Journal officiel du 13 novembre 2003)

NOR : SANC0323527A. (Journal officiel du 13 novembre 2003) Arrêté du 1er septembre 2003 définissant les modalités de calcul des doses efficaces et des doses équivalentes résultant de l'exposition des personnes aux rayonnements ionisants SP 4 436 354 NOR : SANC0323527A

Plus en détail

RADIOPROTECTION ET NATUREL RENFORCE - A L G A D E -

RADIOPROTECTION ET NATUREL RENFORCE - A L G A D E - RADIOPROTECTION ET NATUREL RENFORCE Sylvain BERNHARD - A L G A D E - Les expositions professionnelles liées à la radioactivité naturelle Le contexte réglementaire Titre VII de la Directive 96/29/Euratom

Plus en détail

Analyse des modalités de protection de la femme enceinte contre les radiations ionisantes recommandations de la CPR

Analyse des modalités de protection de la femme enceinte contre les radiations ionisantes recommandations de la CPR B Eidgenössische Kommission für Strahlenschutz und Überwachung der Radioaktivität Commission fédérale de protection contre les radiations et de surveillance de la radioactivité Commissione federale della

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

Forum Tchernobyl - principales conclusions. 6 & 7 septembre 2005 AIEA 1, OMS 2, PNUD 3

Forum Tchernobyl - principales conclusions. 6 & 7 septembre 2005 AIEA 1, OMS 2, PNUD 3 Forum Tchernobyl - principales conclusions 6 & 7 septembre 2005 AIEA 1, OMS 2, PNUD 3 Le 5 septembre 2005 le Forum Tchernobyl 4 a publié, sous l égide de l AIEA, de l OMS et du PNUD, un rapport de 600

Plus en détail

Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath) Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières Préambule... 3 1. Prérequis... 3 2. Mésothéliome malin... 3 2.1. Généralités...

Plus en détail

Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR. Modèle de questionnaire d évaluation. Marc AMMERICH

Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR. Modèle de questionnaire d évaluation. Marc AMMERICH Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR Modèle de questionnaire d évaluation Marc AMMERICH Vous allez trouver un certain nombre de questions qui vont vous permettre

Plus en détail

LE RISQUE RADON EN BOURGOGNE

LE RISQUE RADON EN BOURGOGNE PRÉFECTURE DE LA RÉGION DE BOURGOGNE DIRECTION RÉGIONALE DES AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES LE RISQUE RADON EN BOURGOGNE Éléments pour une campagne de communication et de mesure de l'exposition au risque

Plus en détail

Volet santé-environnement des conventions tripartites ARS EHPAD CG. Notice à l attention des établissements

Volet santé-environnement des conventions tripartites ARS EHPAD CG. Notice à l attention des établissements ANNEXE 4 Volet santé-environnement des conventions tripartites ARS EHPAD CG Notice à l attention des établissements Ce volet couvre le champ de la prévention des risques légionelles, amiante, radon et

Plus en détail

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Formation obligatoire depuis juin 2009 (L.1333-11, R.1333-74 du Code de la Santé) But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Programme de la formation

Plus en détail

Etude KBP-2000-CPHG (N=5667)

Etude KBP-2000-CPHG (N=5667) Tableau 1 : Description de la population Etude KBP-2000-CPHG (N=5667) Effectifs Moyenne±écart-type Valeurs [Mini-Maxi] Patient Age en années 5664 64,3±11.5 [27-96] Age en 4 classes 50 ans 783 13,8 51-60

Plus en détail

Exposition environnementale à l amiante : état des données et conduite à tenir

Exposition environnementale à l amiante : état des données et conduite à tenir SYNTHÈSE Exposition environnementale à l amiante : état des données et conduite à tenir Janvier 2009 Version finale 1 Cette synthèse est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service

Plus en détail

La dosimétrie «Radon»

La dosimétrie «Radon» École d été de dosimétrie La Baule, le 4 septembre 2009 Pierre 1SIEFRIDT Les missions de l ASN Assurer, au nom de l État, le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection pour protéger les travailleurs,

Plus en détail

Environnement et Santé, une évidence pour l opinion, un défi pour la Connaissance

Environnement et Santé, une évidence pour l opinion, un défi pour la Connaissance Environnement et Santé, une évidence pour l opinion, un défi pour la Connaissance André ETCHELECOU Université de Pau et des Pays de l Adour. La relation entre l environnement et la santé humaine est un

Plus en détail

Le radon dans les bâtiments

Le radon dans les bâtiments Le radon dans les bâtiments La présente brochure est destinée aux professionnels du bâtiment Le radon est un gaz radioactif d origine naturelle. Il provient de la désintégration de l uranium et du radium

Plus en détail

Radioactivité et radon : quelles expositions dans le bâtiment?

Radioactivité et radon : quelles expositions dans le bâtiment? Radioactivité et radon : quelles expositions dans le bâtiment? Julien SYREN Ingénieur géologue Responsable du service radon au laboratoire CRIIRAD julien.syren@criirad.org Radioactivité dans les bâtiments

Plus en détail

LABORATOIRE DE LA CRIIRAD 04 75 41 82 50 http://www.criirad.org 471, avenue Victor HUGO 26000 VALENCE 04 75 81 26 48 balises@criirad.

LABORATOIRE DE LA CRIIRAD 04 75 41 82 50 http://www.criirad.org 471, avenue Victor HUGO 26000 VALENCE 04 75 81 26 48 balises@criirad. SURVEILLANCE DE LA RADIOACTIVITE ATMOSPHERIQUE BALISE DU PEAGE-DE-ROUSSILLON RAPPORT MENSUEL JANVIER 2009 Document réalisé par le laboratoire de la CRIIRAD pour le Conseil Régional Rhône-Alpes, le Conseil

Plus en détail

LES RISQUES CANCEROGENES MUTAGENES ET REPROTOXIQUES EN ENTREPRISE : réglementation et étiquetage des produits chimiques

LES RISQUES CANCEROGENES MUTAGENES ET REPROTOXIQUES EN ENTREPRISE : réglementation et étiquetage des produits chimiques LES RISQUES CANCEROGENES MUTAGENES ET REPROTOXIQUES EN ENTREPRISE : réglementation et étiquetage des produits chimiques Groupe Toxicologie - Département ASMT du CISME - 2012 1 Importance du risque cancérogène

Plus en détail

Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005)

Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005) Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005) Pré-Requis : Test de comparaison de proportions (chi

Plus en détail

Inégalités d exposition aux produits Cancérogènes, Mutagènes ou Reprotoxiques (CMR) en milieu professionnel

Inégalités d exposition aux produits Cancérogènes, Mutagènes ou Reprotoxiques (CMR) en milieu professionnel Inégalités d exposition aux produits Cancérogènes, Mutagènes ou Reprotoxiques (CMR) en milieu professionnel Premiers enseignements de l enquête SUMER 2010 N. Havet, A. Penot, M. Morelle, L. Perrier, B.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 21 mai 2010 portant homologation de la décision n o 2010-DC-0175 de l Autorité de sûreté nucléaire du 4 février

Plus en détail

Consultation de repérage des causes potentiellement environnementales (dont professionnelles) chez des patients atteints de cancer

Consultation de repérage des causes potentiellement environnementales (dont professionnelles) chez des patients atteints de cancer Consultation du Risque Consultation de repérage des causes potentiellement environnementales (dont professionnelles) chez des patients atteints de cancer Cancers professionnels : étendue et invisibilité

Plus en détail

Qualité de l air intérieur Focus sur la réglementation

Qualité de l air intérieur Focus sur la réglementation Qualité de l air intérieur Focus sur la réglementation Marie-Claude LILAS DREAL Bretagne 02/12/14 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDE Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie

Plus en détail

Les risques de l irradia-on liés à l usage répété de l imagerie médicale. JP Trigaux, UCL Mont- Godinne

Les risques de l irradia-on liés à l usage répété de l imagerie médicale. JP Trigaux, UCL Mont- Godinne Les risques de l irradia-on liés à l usage répété de l imagerie médicale JP Trigaux, UCL Mont- Godinne Plan de l'exposé! Risque des pe-tes doses! Quelle dose pour quel examen?! Conduites pra-ques à tenir

Plus en détail

PRÉFET DE LA MAYENNE. La surveillance de la qualité de l air intérieur dans certains établissements recevant du public (ERP)

PRÉFET DE LA MAYENNE. La surveillance de la qualité de l air intérieur dans certains établissements recevant du public (ERP) PRÉFET DE LA MAYENNE Direction départementale des Territoires Dossier de presse 8 juillet 2014 La surveillance de la qualité de l air intérieur dans certains établissements recevant du public (ERP) I -

Plus en détail

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique.

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. de lecture Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. Afin d aider le lecteur à se forger une opinion sur la

Plus en détail

Annexe 1 Rappels sur la radioactivité et ses effets sur l organisme

Annexe 1 Rappels sur la radioactivité et ses effets sur l organisme Annexe 1 Rappels sur la radioactivité et ses effets sur l organisme André Aurengo Académie nationale de médecine Les rayonnements émis par les substances radioactives sont dits «rayonnements ionisants»

Plus en détail

PROCEDURE GENERALE DE LA RADIOPROTECTION DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE

PROCEDURE GENERALE DE LA RADIOPROTECTION DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE 1/8 Dans le cadre de l optimisation de la radioprotection, on s attachera : à utiliser les valeurs des paramètres d exposition les plus adaptés : temps, voltage, ampérage, longueur explorée et surtout

Plus en détail

Bilan du programme expérimental de réduction du risque radon dans l habitat privé en Limousin 2007-2009. LARD 20, 21 et 22 octobre 2010 - Nantes

Bilan du programme expérimental de réduction du risque radon dans l habitat privé en Limousin 2007-2009. LARD 20, 21 et 22 octobre 2010 - Nantes Bilan du programme expérimental de réduction du risque radon dans l habitat privé en Limousin 2007-2009 LARD 20, 21 et 22 octobre 2010 - Nantes Niort Isabelle, Decossas Jean-Louis, Berland Alexandre Société

Plus en détail

CANCERS PROFESSIONNELS. Dr Corinne MARTINAUD DIRECCTE MIDI PYRENEES 15 OCTOBRE 2014 1

CANCERS PROFESSIONNELS. Dr Corinne MARTINAUD DIRECCTE MIDI PYRENEES 15 OCTOBRE 2014 1 CANCERS PROFESSIONNELS Dr Corinne MARTINAUD DIRECCTE MIDI PYRENEES 15 OCTOBRE 2014 1 PLAN I/ Cancers d origine professionnelle et agents cancérogènes II/ Cancers: repérage et maîtrise des risques III/

Plus en détail

Factsheet Rayonnements ionisants

Factsheet Rayonnements ionisants Version décembre 2012 Factsheet Rayonnements ionisants Lisa Pedrazzi, Dr Klaus Stadtmüller 1 Rayonnements ionisants Les rayonnements ionisants sont un terme générique désignant les rayonnements particulaires

Plus en détail

LE RADON EN MILIEU INTÉRIEUR: ÉTAT DE LA SITUATION

LE RADON EN MILIEU INTÉRIEUR: ÉTAT DE LA SITUATION CONFÉRENCE SCIENTIFIQUE DE L' Ministère de la santé et des services sociaux Dr Jean-Claude Dessau Direction de santé publique des Laurentides Objectifs de la présentation 1. Le radon et le risque à la

Plus en détail

Youssef Ech chaykhy Master TNRP

Youssef Ech chaykhy Master TNRP Youssef Ech chaykhy Master TNRP 1 1. Généralités PLAN 2. Protection contre les rayonnements ionisants 3. Principes de la protection contre l irradiation externe 4. Objectifs de la protection et de la sûreté

Plus en détail

ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP

ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP ROHLim - rapport d activité année 213 ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP 1 Il existe en Limousin 3 Centres de Coordination

Plus en détail

COLLECTION NORMES DE SÛRETÉ DE L AIEA

COLLECTION NORMES DE SÛRETÉ DE L AIEA COLLECTION NORMES DE SÛRETÉ DE L AIEA Radioprotection professionnelle PARRAINÉ CONJOINTEMENT PAR L AGENCE INTERNATIONALE DE L ÉNERGIE ATOMIQUE ET LE BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GUIDE DE SÛRETÉ Nº RS-G-1.1

Plus en détail

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité...

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité... Table des matières Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques................... 12 2 Etendue de la physique nucléaire..................... 13 3 Découverte de la radioactivité.......................

Plus en détail

La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire-

La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire- La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire- En radiologie conventionnelle 1. Tube radiogène produisant des rayons X 2. Faisceau incident homogène 3. Patient

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 5 : Déterminants de santé Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

Sommaire MILIEU INTERIEUR

Sommaire MILIEU INTERIEUR Sommaire Préfaces, par François GREMY XI MILIEU INTERIEUR Chapitre 1. Compartiments liquidiens de l organisme 3 Liquides et solutions 3 L eau et les solutés dans l organisme 9 Mesure des stocks d eau et

Plus en détail

Radioactivité dans le matériel de valeur historique et les constructions de l'armée suisse

Radioactivité dans le matériel de valeur historique et les constructions de l'armée suisse Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports DDPS Office fédéral de la protection de la population OFPP Laboratoire de Spiez Markus Zürcher, le 10 juin 2013 Radioactivité

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Dépistage du cancer pulmonaire pour les personnes exposées à l'amiante. Etat de la situation en Suisse

Dépistage du cancer pulmonaire pour les personnes exposées à l'amiante. Etat de la situation en Suisse Dépistage du cancer pulmonaire pour les personnes exposées à l'amiante Etat de la situation en Suisse Formation en pneumologie du 30 avril 2015 Dr Régis Otasevic Importations d amiante (tonnes) Mésothéliomes

Plus en détail

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie D. Régent, D. Mandry, V. Croise-Laurent, A. Oliver, F. Jausset, V. Lombard RÉSUMÉ Le tube radiogène reste le facteur limitant dans

Plus en détail

amiante RISQUES POUR LA SANTE Informations à destination des Mairies de l Ain Dr P. POROT ASTBTP DE L AIN

amiante RISQUES POUR LA SANTE Informations à destination des Mairies de l Ain Dr P. POROT ASTBTP DE L AIN amiante RISQUES POUR LA SANTE Informations à destination des Mairies de l Ain Dr P. POROT ASTBTP DE L AIN L amiante, roche fibreuse, comprend 2 groupes: -Les serpentines, dont la chrysotile («amiante blanc»),

Plus en détail

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Introduction Le cancer du sein est une maladie multifactorielle La susceptibilité génétique

Plus en détail

Code de l environnement, notamment ses articles L.596-1 et suivants Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Code de l environnement, notamment ses articles L.596-1 et suivants Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2013-022353 Lyon, le 18 Avril 2013 CERMEP 59 boulevard Pinel 69677 BRON Cedex Objet : Inspection de la radioprotection du 29 mars 2013 Installation

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE ET PREVENTION DES EXPOSITIONS

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE ET PREVENTION DES EXPOSITIONS EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE ET PREVENTION DES EXPOSITIONS Guerbet Guerbet est un groupe pharmaceutique international dédié à la recherche et à la fabrication de produits de contraste destinés à l imagerie

Plus en détail

Newsletter N 17/E5 10 avril 2013

Newsletter N 17/E5 10 avril 2013 Newsletter N 17/E5 10 avril 2013 Cher(e)s collègues, cher(e)s ami(e)s, Après quelques mois de silence qui ne signifient pas pour autant quelques mois d inactivité, bien au contraire, nous avons le plaisir

Plus en détail

Effets sur la santé, exposition dans l habitat, cadre réglementaire. Roselyne Améon (IRSN) Caroline Schemoul (DGS)

Effets sur la santé, exposition dans l habitat, cadre réglementaire. Roselyne Améon (IRSN) Caroline Schemoul (DGS) Effets sur la santé, exposition dans l habitat, cadre réglementaire Roselyne Améon (IRSN) Caroline Schemoul (DGS) Le Rat don? Un animal? Le Radon Gaz radioactif d origine naturelle 4,47.10 9 ans 234 β

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants Dr. Lechevin Véronique Médecin du travail Dépt Surveillance médicale S.C.P.P. ULB - Erasme - Bordet A. Introduction

Plus en détail

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique 1 ére Observation de la santé des nantais GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique Déterminants de santé La santé des habitants n est pas l apanage des soignants elle est influencée

Plus en détail

1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués. 2. Imperméabilisation des sols

1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués. 2. Imperméabilisation des sols DEVELOPPEMENT DURABLE ET QUALITE ENVIRONNEMENTALE en Aménagement du Territoire, Urbanisme, Architecture et Construction 1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués Nouvelle méthodologie

Plus en détail

IMAGERIE par RESONNANCE MAGNETIQUE

IMAGERIE par RESONNANCE MAGNETIQUE IMAGERIE par RESONNANCE Exposition professionnelle MAGNETIQUE SANTE au TRAVAIL Dr Lionel SCTRICK Médecin du travail, CHI.Poissy-St-G.L.78 ANMTEPH, www.anmtph.fr FMC La Baule, 9 octobre 2009 Classification

Plus en détail

Le Programme National de Surveillance du Mésothéliome. Centre local Paca-Corse. (Bilan 2006 2011)

Le Programme National de Surveillance du Mésothéliome. Centre local Paca-Corse. (Bilan 2006 2011) Le Programme National de Surveillance du Mésothéliome Centre local Paca-Corse (Bilan 2006 2011) I. Le PNSM Contexte national Mise en place en 1998 à la demande de la Direction Générale du Travail (DGT)

Plus en détail

DOSIMETRIE ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS

DOSIMETRIE ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS Page 1 sur 5 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 06/M0/003/09/V01 06/M0/003/09/V02 06/M0/003/09/V03 06/M0/003/09/V04 06/M0/003/09/V05 06/M0/003/09/V06 Titre et objet de la révision DOSIMETRIE

Plus en détail