LEQUERRE et Lucas PAEAMARA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LEQUERRE et Lucas PAEAMARA"

Transcription

1 CA/il ASSEMBLEE TERRITORIALE DELA POLYNESIE FRANÇAISE Papeete, le 29 Août 1991 COMMISSION PERMANENTE N RAPPORT portant avis de l'assemblée Territoriale sur un projet de loi relatif à l'adaptation et au renforcement de la sécurité des chèques et cartes de paiement et modifiant le décret-loi du 30 octobre 1935 modifié unifiant le droit des chèques, présenté au nom de la Commission Permanente / par Messieurs les Conseillers LEQUERRE et Lucas PAEAMARA Jean-Jacques Monsieur le Président, Mesdames/ Messieurs les Conseillers/ Par lettre n 841/DRCL du 20 juin 1991, le Haut-Commissaire a transmis à l'assemblée Territoriale pour avis/ un projet de loi modifiant le décret-loi du 30 octobre 1935 modifié, unifiant le droit des chèques. Ce projet de loi traite de la prévention et de la répression des infractions commises au moyen de chèques et de cartes de paiement. Dans ce domaine, 3 lois sont déjà intervenues, qui ont réformé tour à tour le décret-loi du 30 octobre 1935 : - la loi n du 3 janvier la loi n 75-4 du 3 janvier la loi n du 11 juillet 1985 I) Loi n du 3 janvier 1972 relative à la prévention et à la répression des infractions en matière de chèques Cette loi a prévu l'obligation pour toute personne qui remet un chèque en paiement, de justifier de son identité.

2 En matière de répression des infractions, elle instaure 3 idées-force : 1) Distinguer l'émission sans provision due à la distraction ou à l'imprudence, de l'émission due à une volonté de frauder. 2) Instaurer des peines plus légères (contraventionnelles) pour des émissions sans provision de chèques d'un montant égal ou inférieur à FF ( FCP). 3) Introduire une nouvelle sanction, mais qui ne pouvait être prononcée que par le juge : l'interdiction d'émettre des chèques en paiement. II) Loi n 75-4 du 3 janvier 1975 relative à la prévention et à la répression en matière de chèques Cette loi introduit trois règles originales d'un esprit tout différent : 1) Le banquier peut désormais lui même à la place du juge décider de refuser la délivrance d'un chéquier à son client, ou le lui retirer. 2) Le banquier est tenu d'honorer les chèques d'un montant égal ou inférieur à 100 FF (1.818 FCP), comme si une convention d'ouverture de crédit avait été conclue entre lui et le client. 3) La constatation de l'absence de provision d'un chèque ne suffit plus à la condamnation pénale de l'émetteur du chèque. Il faudra aussi prouver la volonté de ce dernier, de nuire aux droits d'autrui. III) Loi n du 11 juillet 1985 portant diverses dispositions d'ordre économique et financier Cette loi a instauré la procédure du certificat de non paiement. Cet acte est délivré par le tiré (en général un banquier) sur demande du porteur du chèque. Il permet à ce dernier d'obtenir un titre qui, présenté par l'huissier, vaut commandement de payer. objectifs. Ces réformes n'ont cependant pas atteint pleinement leurs L'analyse statistique révèle en effet, que si la progression du nombre de paiement par chèques a tendance à ralentir, la proportion des chèques impayés, continue, elle, d'être importante. (CF tableau Sources = Banque de France)

3 Année Progression des paiements par chèques Progression des chèques impayés % + 2,9 % % % ,2 % ,1 % ,7 % + 12,8 % + 10, 8 % + 8,9 % + 14,3 % + 11,1 % ,8 % + 2 % + 4,3 % + 3,6 % En outre, des constats pratiques révèlent que, sur plusieurs aspects essentiels, les réformes n'ont point abouti : - en ce qui concerne le certificat de non paiement Pour pouvoir bénéficier des avantages de la procédure du certificat de non paiement, la victime du chèque sans provision doit avancer les frais d'huissier. Aussi, cette démarche ne devient-elle intéressante que pour des chèques d'un montant relativement élevé. Pour le reste, c'est-à-dire les chèques d'un faible montant, la victime reste alors généralement impayée. - en ce qui concerne le remboursement des sommes avancées par le banquier Les émetteurs de chèque sans provision ne sont pas réellement incités à rembourser les bénéficiaires. Ils n'ignorent pas en effet que l'interdiction bancaire (interdiction d'émettre des chèques) ne dure qu'un an. Au terme de ce délai, ils pourront réclamer et obtenir un nouveau chéquier. - en ce qui concerne le principe de l'interdiction bancaire Si la loi a prévu que l'interdiction bancaire devait s'appliquer sur tous les comptes bancaires de l'intéressé, elle n'a cependant pas prévu les moyens qui pourraient faciliter l'information interbancaire et rendre opérationnel ce principe. - en ce qui concerne les procédures contentieuses Le contentieux des chèques sans provision mobilise les tribunaux et les services de police et de gendarmerie dans des enquêtes toujours lourdes. Le résultat étant bien souvent des condamnations par défaut ou des relaxes, il serait judicieux que des moyens moins coûteux, mais efficaces, soient proposés.

4 Reprenant certaines de ces observations, le Comité Consultatif des usagers des services bancaires du Conseil National du Crédit a proposé, dès 1989, la révision du système pénal bancaire, mais a également attiré l'attention sur les cartes de paiement dont l'absence de provision au compte ne constitue pas un délit. Aucun texte en effet ne pénalise cette absence de provision. Le projet de loi qui nous est soumis pour avis, propose la mise en place d'un dispositif plus efficace de prévention et de sanction. Ces nouvelles règles sont les suivantes : - Le délai d'un an d'interdiction bancaire est supprimé. Le projet prévoit en effet la possibilité pour l'intéressé d'émettre à nouveau des chèques, dès remboursement de ce qu'il doit et paiement d'une "pénalité Libératoire" au profit du Trésor Public. - Cette pénalité est fixé à 120 TT (2.181 TCP) par tranche de TT ( TCP) due par l'émetteur. Un décret en conseil d'etat précisera les modalités d'application de cette pénalité. - Une dispense de pénalité est prévue. Celle-ci est accordée-, une fois l'an, à t'intéresse en cas de remboursement dans te délai maximum de 15 jours à compter de ta date d'injonction. - L'interdiction bancaire ou l'obligation de verser ta pénalité libératoire pourront être contestées devant le juge civil. Celui-ci pourra même en référé ordonner ta suspension de l'interdiction, en cas de contestation sérieuse. - Le tnontant de la pénalité est doublé dans le cas où te titulaire du compte a déjà procédé à trois régularisations dans l'année qui précède, l'incident de paiement. - Les peines sanctionnant pénalement l'absence de provision sur le compte de l'émetteur du chèque restent tes mêmes.

5 Ainsi, le retrait de la provision effectué après l'émission d'un chèque dans l'intention de porter atteinte aux droits d'autrui, ou, l'opposition au paiement d'un chèque faite dans la même intention, constituent toujours des délits punis d'une peine d'emprisonnement (1 an à 5 ans) et/ou d'une amende (3.600 FF à FF, soit FCP à FCP). Sont passibles des mêmes peines : - ceux (ou leur cotitulaire ou mandataire) qui ne respectent pas l'injonction qui leur aura été adressée, de ne plus émettre de chèques, - ceux qui acceptent en connaissance de cause de recevoir des chèques sans provision, - ceux qui, par des manoeuvres frauduleuses, ont persuadé une personne à accepter un chèque sans provision. - Par rapport aux dispositions actuelles, te projet restreint l'application de Vinterdiction bancaire au cotitutaire ou mandataire en ce qui concerne Ee compte litigieux seulement. Les titulaires et mandataires pourront en conséquence émettre des chèques sur leurs autres comptes personnels. - lin système d'information interbancaire a été étudié. Le projet prévoit que te banquier, rejusant te paiement d'un chèque pour défaut de provision, doit aussitôt avertir ta Banque de franco (ou l'institut d'emission d'outre-mer en ce qui concerne tes Territoires d'outre-mer) de cet incident. Celle-ci communique l'information au Ministre chargé du Budget qui, après consuttation du fichier des comptes bancaires dit FlCOB^, fait connaitre aux banques concernées (c'est-à-dire auk autres banques dans Desquelles t'intéresse détient un compte), ta situation de fauteur de D'incident. Cettes-ci après avoir pris connaissance de cette information sont tenues de faire appliquer te principe de t'interdiction bancaire. - La Banque de France est tenue informée des paiements effectués par l'auteur de l'incident.

6 - Un banquier qui n'aura pas déccaré un incident de paiement sera passible et une amende de FF ( FCP) à FF (1, FCP). XI devra en outre payer tout chèque émis par un client frappé d'interdiction bancaire au moyen de formules qui n'auront pas été réclamées ou qui lui auront été délivrées malgré l'interdiction, ceci en sus d'une amende- limitée à un seuil minimum fixé à TT ( FCP), par décret. - :Afin de permettre un meilleur contrôle de la date de remise des formules à leurs clients, le projet fait obligation aux banquiers de conserver tes justificatifs pendant 5 ans. - Concernant tes infractions par falsification ou contrefaçon de chèque, le projet vient renforcer les sanctions pénates existantes. Il punit d'un emprisonnement d'un an à sept ans et/ou d'une amende de FF ( FCP) à FF ( FCP) : - ceux qui auront contrefait ou falsifié un chèque, - ceux qui, en connaissance de cause, auront fait usage ou tenté de faire usage d'un chèque contrefait ou falsifié. - Ces sanctions sont également applicables en cas d'infractions commises an moyen de cartes de paiement. Il est à relever que ce projet insère, dans les dispositions du décret-loi du 30 octobre 1935 relatif au seul droit des chèques,, et en modifiant ainsi l'intitulé du texte, le droit des cartes de paiement. L'augmentation considérable de ce type de criminalité justifie, nous en conviendrons, une adaptation de la législation actuellement en vigueur. Celle-ci est effectuée à trois niveaux : - par l'aménagement de sanctions civiles automatiques ne nécessitant pas l'intervention d'un juge, - par l'aménagement d'un système pratique d'information interbancaire, - par le renforcement des santions pénates existantes.

7 Tel est le contenu du projet de loi qui vous est soumis et pour lequel les rapporteurs vous demandent, au nom de la Commission Permanente, d'accorder un avis favorable. LES RAPPORTEURS Jean-Jacques LEQUERRE Lucas PAEAMARA Adopté à l'unanimité lors de la troisième séance de la Commission Permanente de l'assemblée Territoriale du 29 août LE PRESIDENT

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005 relative à la prévention et la répression des infractions en matière de chèques (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS Article

Plus en détail

Table des matières. Le chèque

Table des matières. Le chèque Le chèque Table des matières L utilisation...2 Le délai de validité...2 Les mentions obligatoires...2 Le montant :...2 La signature :...2 L'opposition...3 Les cas d'opposition :...3 La procédure :...3

Plus en détail

OBJECTIFS : SAVOIR - Appréhender les principes juridiques concernant le chèque impayé. TEMPS PREVU : 0 h 30

OBJECTIFS : SAVOIR - Appréhender les principes juridiques concernant le chèque impayé. TEMPS PREVU : 0 h 30 ACTIVITE: ASSURER LES TRAVAUX COMPTABLES COURANTS Module 1 : Maîtriser les techniques de base de la comptabilité Séquence 2: Comptabiliser les documents bancaires et effectuer le suivi de la trésorerie

Plus en détail

RECOUVREMENT DES CHEQUES SANS PROVISION 23/08/2010 Il y a émission de chèque sans provision dès lors qu un débiteur remet en paiement au créancier un chèque bancaire ou postal alors qu'il ne possède pas

Plus en détail

Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest (BCEAO),

Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest (BCEAO), INSTRUCTION N 009/07/RSP/2010 DU 26 JUILLET 2010 RELATIVE AU DISPOSITIF DE CENTRALISATION ET DE DIFFUSION DES INCIDENTS DE PAIEMENT DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Le Gouverneur

Plus en détail

TITRE PRELIMINAIRE : TERMINOLOGIE ARTICLE PREMIER. Au sens de la présente ordonnance, il faut entendre par :

TITRE PRELIMINAIRE : TERMINOLOGIE ARTICLE PREMIER. Au sens de la présente ordonnance, il faut entendre par : LA REPRESSION DES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE, DE CARTE BANCAIRE ET D AUTRES INSTRUMENTS ET PROCEDES ELECTRONIQUES DE PAIEMENT (ORDONNANCE 2009-388 DU 1er DECEMBRE 2009 RELATIVE A LA REPRESSION DES

Plus en détail

INSTRUCTION N 01-11 DU 9 MARS 2011 FIXANT LES MODALITES

INSTRUCTION N 01-11 DU 9 MARS 2011 FIXANT LES MODALITES INSTRUCTION N 01-11 DU 9 MARS 2011 FIXANT LES MODALITES D APPLICATION DU REGLEMENT N 08-01 DU 20 JANVIER 2008 RELATIF AU DISPOSITIF DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE L EMISSION DE CHEQUES SANS PROVISION

Plus en détail

I- DÉFINITION DU CHÈQUE

I- DÉFINITION DU CHÈQUE I- DÉFINITION DU CHÈQUE II- UTILISATION ET CONDITION DE FORME DU CHÈQUE - LE CHÈQUE INSTRUMENT DE PAIEMENT - LE CHÈQUE INSTRUMENT DE RETRAIT - LA PROVISION DU CHÈQUE III- ENCAISSEMENT DU CHÈQUE - PAIEMENT

Plus en détail

Note expresse www.iedom.fr

Note expresse www.iedom.fr Incidents de paiement sur chèques, incidents sur crédits aux particuliers et droit au compte NUMERO 1 JUILLET 23 Cette note actualise et complète les informations de la Note expresse n 4 parue en novembre

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal. Tel. (221) 33 839 05 00 / Fax. (221) 33 823 93 35 www.bceao.int

Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal. Tel. (221) 33 839 05 00 / Fax. (221) 33 823 93 35 www.bceao.int LOI UNIFORME RELATIVE A LA REPRESSION DES INFRACTIONS EN MATIÈRE DE CHÈQUE, DE CARTE BANCAIRE ET D'AUTRES INSTRUMENTS ET PROCÉDÉS ÉLECTRONIQUES DE PAIEMENT Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal

Plus en détail

Article 1. a) fausse monnaie;

Article 1. a) fausse monnaie; Arrêté royal n 22 du 24 OCTOBRE 1934 relatif à l'i nterdiction judiciaire faite à certains condamnés et aux faillis d'exercer certaines fonctions, professions ou activités Article 1. Sans préjudice des

Plus en détail

Evry Crédits vous informe : la réglementation bancaire

Evry Crédits vous informe : la réglementation bancaire Interdit bancaire & chèque sans provision : Il y a chèque sans provision lorsqu'il y a défaut de provision sur votre compte le jour ou le chèque est présenté au paiement ou lorsque l'établissement bancaire

Plus en détail

N 007-94 RAPPORT. présenté au nom de la Commission des Affaires administratives, du Statut et des Lois,

N 007-94 RAPPORT. présenté au nom de la Commission des Affaires administratives, du Statut et des Lois, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA Papeete, le 1er février 1994 POLYNESIE FRANÇAISE COMMISSION DES AFFAIRES ADMINISTRATIVES, DU STATUT ET DES LOIS N 007-94 RAPPORT portant avis de l'assemblée territoriale sur

Plus en détail

N émettez pas de chèque sans provision

N émettez pas de chèque sans provision LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 11 N émettez pas de chèque sans provision Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris CEDEX 9 cles@fbf.fr FEDERATION

Plus en détail

Les sanctions relatives au permis de conduire

Les sanctions relatives au permis de conduire Les sanctions relatives au permis de conduire 1- Présentation des sanctions relatives au permis de conduire : Les sanctions relatives au permis de conduire peuvent être de deux ordres : Administratives

Plus en détail

Le chèque : Informations et Recommandations

Le chèque : Informations et Recommandations Le chèque : Informations et Recommandations Protégez vous contre les risques de fraude sur les chèques que vous détenez et émettez. Vous utilisez des chèques bancaires, les recommandations qui suivent

Plus en détail

CHEQUE CONDITIONS DE VALIDITE QUANT A SA FORME

CHEQUE CONDITIONS DE VALIDITE QUANT A SA FORME CHEQUE CONDITIONS DE VALIDITE QUANT A SA FORME 28/07/2014 Le chèque est l'écrit par lequel le tireur donne au tiré, qui doit nécessairement être une banque ou un établissement assimilé, l'ordre de payer

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LA CARTE BANCAIRE

TOUT SAVOIR SUR LA CARTE BANCAIRE TOUT SAVOIR SUR LA CARTE BANCAIRE Carte bancaire : plancher et plafond de paiement Dernière mise à jour le 11 juin 2009 à 09:17 par ericrg Les commerçants sont libres d'accepter ou non les paiements par

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

Bien utiliser le che que

Bien utiliser le che que Bien utiliser le che que Rarement utilisé chez nos voisins européens, le chèque l est de moins en moins en France*. D autres moyens de paiement, en particulier la carte bancaire, le prélèvement, le virement

Plus en détail

Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015

Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015 Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015 Pour faciliter lecture, les textes nouveaux ou ajouts à des textes existants figurent en bleu, les suppressions en rouge. Les textes en noir ne

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

Service pénal Fiche contrevenant

Service pénal Fiche contrevenant Service pénal Fiche contrevenant SOMMAIRE : 1 Vous avez été verbalisé(e), vous recevez une amende forfaitaire : concernant le paiement concernant la contestation 2 Vous êtes poursuivi devant la juridiction

Plus en détail

N émettez pas de chèque sans provision

N émettez pas de chèque sans provision 011 w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent N émettez pas de chèque sans provision L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s FBF -

Plus en détail

LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE

LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE Le cadre général Lorsque le juge aux affaires familiales a fixé la pension alimentaire pour un époux ou pour les enfants, cette décision s'impose

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE

CONVENTION DE COMPTE CONVENTION DE COMPTE COMPTE DE DÉPÔT ET D INSTRUMENTS FINANCIERS PERSONNES MORALES CONDITIONS GÉNÉRALES La présente convention (la «Convention») est conclue conformément aux dispositions législatives et

Plus en détail

ANNONCES ET COMMUNICATIONS

ANNONCES ET COMMUNICATIONS 29 Décret présidentiel du 30 Safar 1433 correspondant au 24 janvier 2012 portant nomination de directeurs de l urbanisme et de la construction de wilayas. Par décret présidentiel du 30 Safar 1433 correspondant

Plus en détail

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation 1. Instruction n 1 du 8 mai 2004 relative à la promotion des moyens de paiements scripturaux et à la détermination des intérêts

Plus en détail

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES.

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES. MINISTERE DE L INTERIEUR ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Paris, le 20/12/06 Le Ministre d Etat, ministre de l'intérieur et de l aménagement du

Plus en détail

Comité interministériel de la sécurité routière (CISR)

Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) 8 novembre 2006 Permis à points : Sur la base des conclusions de la mission d évaluation du Préfet Aribaud COMITÉ INTERMINISTÉRIEL DE LA SÉCURITÉ

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

L'ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

L'ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ---------- NOR : SPT9901853DL L'ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, DELIBERATION N 99-212 APF DU 2 DECEMBRE 1999 ---------------------------------------------------------------

Plus en détail

PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE

PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE Mai 2013 TEXTES : Loi n 70-9 du 2 janvier 1970 Décret n 72-678 du 20 juillet 1972 Agent immobilier : conditions d'exercice de l'activité L'agent immobilier est

Plus en détail

CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE

CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE Annexe juridique Frédéric DEHAN Directeur général des services Affaire suivie par Philippe PORTELLI Tél. : +33 (0)3 68 85 00 12 philippe.portelli@unistra.fr

Plus en détail

1. Identification de l entreprise

1. Identification de l entreprise Ministère chargé des transports Demande de modification d autorisation d exercer ou d inscription au registre (1) : arrêté du 28 décembre 2011 (JO du 30 décembre 2011) Transporteur public routier de marchandises,

Plus en détail

N émettez pas de chèque sans provision LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Nouvelle édition Mars 2007

N émettez pas de chèque sans provision LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Nouvelle édition Mars 2007 011 N émettez pas de chèque sans provision LES MINI-GUIDES BANCAIRES Nouvelle édition Mars 2007 Sommaire 2 4 6 10 11 12 16 20 N émettez pas de chèque sans provision Qu est-ce que la provision et pourquoi

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES. Compte Courant. Si on en parlait?

CONDITIONS GÉNÉRALES. Compte Courant. Si on en parlait? CONDITIONS GÉNÉRALES Compte Courant Si on en parlait? La Société Générale a signé avec les Pouvoirs Publics le 9 janvier 2003 une Charte relative aux Conventions de compte de dépôt qui traduit notre volonté

Plus en détail

LES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE

LES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE LES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE INTRODUCTION L e p h é n o m è n e d e d é v e l o p p e m e n t économique d un pays s accompagne d une progression de la masse monétaire ; Le gonfement de la masse

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de 15 MAI 2007. - Loi relative à la création de la fonction de gardien de la paix, à la création du service des gardiens de la paix et à la modification de l'article 119bis de la nouvelle loi communale (1)

Plus en détail

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine.

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine. COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A DES FINS TERRORISTES FRANCE Avril 2008 Kapitel 1 www.coe.int/gmt A. Politique Nationale 1. Existe-t-il une politique

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE

SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE Article juridique publié le 07/01/2014, vu 1842 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine I- Pourquoi faire opposition? L'ordonnance N 2009-866 du 15 juillet 2009

Plus en détail

N émettez pas de chèque sans provision

N émettez pas de chèque sans provision DÉCEMBRE 2014 N 11 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent N émettez pas de chèque sans provision Ce mini-guide vous est offert par :

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

Comment ouvre-t-on un compte bancaire?

Comment ouvre-t-on un compte bancaire? Comment ouvre-t-on un compte bancaire? Sans compte-chèques, la vie de tous les jours serait bien compliquée. Si la loi accorde à toute personne un droit au compte bancaire, l'ouverture d'un tel compte

Plus en détail

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration.

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration. L'AGENT IMMOBILIER L'agent immobilier est un intermédiaire intervenant dans les opérations d achat, de vente, d échange, de sous-location ou de location de maisons, appartements, fonds de commerce, terrains.

Plus en détail

ARCHITECTURE DE LA CENTRALE DES INCIDENTS DE PAIEMENT DES ETATS MEMBRES DE L'UEMOA

ARCHITECTURE DE LA CENTRALE DES INCIDENTS DE PAIEMENT DES ETATS MEMBRES DE L'UEMOA ARCHITECTURE DE LA CENTRALE DES INCIDENTS DE PAIEMENT DES ETATS MEMBRES DE L'UEMOA SOMMAIRE > I OBJECTIF > II GENESE > III FONCTIONNEMENT DU DISPOSITIF DE LA CIP > IV PRODUITS REALISES ET UTILISATIONS

Plus en détail

Article 6 Article 7 Article 8

Article 6 Article 7 Article 8 Loi n 98-4 du 2 février 1998, relative aux sociétés de recouvrement des créances telle que modifiée par les textes subséquents et notamment la loi n 2003-42 du 9 juin 2003. Article premier- La présente

Plus en détail

N 113 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1989-1990. Annexe au procès-verbal de la séance du 7 décembre 1989 PROJET DE LOI

N 113 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1989-1990. Annexe au procès-verbal de la séance du 7 décembre 1989 PROJET DE LOI N 113 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1989-1990 Annexe au procès-verbal de la séance du 7 décembre 1989 PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE EN DEUXIÈME LECTURE. relatif

Plus en détail

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies?

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Chantal CUTAJAR Présidente de l OCTFI Directrice du GRASCO (Université de Strasbourg) La Commission des affaires économiques

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

TITRE VI- De diverses infractions liées au commerce électronique

TITRE VI- De diverses infractions liées au commerce électronique TITRE VI- De diverses infractions liées au commerce électronique Présentation des textes Le commerce électronique, l'informatique et les nouvelles technologies de l'information se développent et prennent

Plus en détail

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010.

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010. DROIT FISCAL 64/2012 LES NOUVELLES MISSIONS DES NOTAIRES Les notaires (comme les avocats et les experts comptables) peuvent être habilités par l administration à devenir «tiers de confiance» pour le compte

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443. M. Olivier Yeznikian Rapporteur

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443. M. Olivier Yeznikian Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Olivier Yeznikian Rapporteur M. Charles-Edouard Minet Rapporteur 4ublic Le

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Paris N 11PA02799 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre M. PERRIER, président M. Jean-Marie PIOT, rapporteur M. ROUSSET, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du mercredi

Plus en détail

Les démarches auprès de la justice

Les démarches auprès de la justice Les démarches auprès de la justice SOMMAIRE - A quel tribunal s adresser - Les juridictions civiles - Les juridictions pénales - Les juridictions administratives - Répartition des compétences A quel tribunal

Plus en détail

Décision n 2011 114 QPC. Dossier documentaire

Décision n 2011 114 QPC. Dossier documentaire Décision n 2011 114 QPC Articles L.7232, 1 er et 2ème alinéas et L. 7247 du code de commerce Déchéance de plein droit des juges consulaires Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel

Plus en détail

Vu la loi modifiée du 14 février 1955 concernant la réglementation de la circulation sur toutes les voies publiques;

Vu la loi modifiée du 14 février 1955 concernant la réglementation de la circulation sur toutes les voies publiques; Projet de règlement grand-ducal modifiant le règlement grand-ducal modifié du 26 août 1993 relatif aux avertissements taxés, aux consignations pour contrevenants non résidents ainsi qu'aux mesures d'exécution

Plus en détail

Nathalie Calatayud - Responsabilité juridique de l'infirmière

Nathalie Calatayud - Responsabilité juridique de l'infirmière Responsabilité de l infirmière Que signifie être responsable? Dans le langage juridique Dans le langage courant c'est répondre des conséquences dommageables de ses actes ou de ses abstentions obligation

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES ET PARTICULIERES DE LA CONVENTION DE COMPTES PARTICULIERS

CONDITIONS GENERALES ET PARTICULIERES DE LA CONVENTION DE COMPTES PARTICULIERS CONDITIONS GENERALES ET PARTICULIERES DE LA CONVENTION DE COMPTES PARTICULIERS Convention de compte de Particuliers Banque de St-Pierre et Miquelon, Version février 2014 Convention de compte de dépôt «Particuliers»

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Sanctions pécuniaires - principe de reconnaissance mutuelle Loi du 23 février 2010 relative à l'application du principe de reconnaissance mutuelle aux sanctions pécuniaires. - citant: L du 30 mars 2001

Plus en détail

CODE PENAL (Partie Législative) LIVRE Ier Dispositions générales. TITRE Ier De la loi pénale

CODE PENAL (Partie Législative) LIVRE Ier Dispositions générales. TITRE Ier De la loi pénale CODE PENAL (Partie Législative) LIVRE Ier Dispositions générales TITRE Ier De la loi pénale CHAPITRE Ier : Des principes généraux Article 111-1 Les infractions pénales sont classées, suivant leur gravité,

Plus en détail

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme La loi ALUR réforme notamment la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. En voici les principales nouveautés. ALUR et statut de la copropriété Par Séverine Antunes, consultante à la

Plus en détail

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Condamnations et sanctions prononcées en matière de sécurité routière Année 2011 Les condamnations pour infraction

Plus en détail

http://www.comores-droit.com LE PRESIDENT DE L UNION,

http://www.comores-droit.com LE PRESIDENT DE L UNION, http://www.comores-droit.com DECRET N 05-105/PR, PORTANT REGLEMENTATION DU CHEQUE Moroni, le 28 novembre 2005 LE PRESIDENT DE L UNION, VU la Constitution de l Union des Comores du 23 décembre 2001 ; VU

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Délais de conservation des documents de l association»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Délais de conservation des documents de l association» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Délais de conservation des documents de l association» Points clés Les documents, émis ou reçus par une association dans l'exercice de son activité, doivent être conservés

Plus en détail

(BON. 1930 du 21-10-1949) (BON. 2039 du 23-11-1951) Que l on sache par les présentes puisse Dieu en élever et en fortifier la teneur!

(BON. 1930 du 21-10-1949) (BON. 2039 du 23-11-1951) Que l on sache par les présentes puisse Dieu en élever et en fortifier la teneur! Dahir du 5 kaada 1368 (30 août 1949) relatif à la répression des infractions à la réglementation des changes, tel qu il à été modifié et complété par le dahir du 25 moharrem 1371 (27octobre 1951). LOUANGE

Plus en détail

Fiche 2 - La responsabilité pénale

Fiche 2 - La responsabilité pénale Fiche 2 - La responsabilité pénale Le droit positif belge ne connaît pas la responsabilité pénale des pouvoirs publics tels que l'etat, les Régions, les Communautés, les provinces, les communes. En effet,

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE

CONVENTION DE COMPTE CONVENTION DE COMPTE COMPTE DE DÉPÔT ET D INSTRUMENTS FINANCIERS PERSONNES PHYSIQUES CONDITIONS GÉNÉRALES La présente convention (la «Convention») est conclue conformément aux dispositions législatives

Plus en détail

Vu la Constitution, notamment ses articles 119, 120, 122 et 126 ;

Vu la Constitution, notamment ses articles 119, 120, 122 et 126 ; Loi n 04-16 du 27 Ramadhan 1425 correspondant au 10 novembre 2004 modifiant et complétant la loi n 01-14 du 29 Joumada El Oula 1422 correspondant au 19 août 2001 relative à l'organisation, la sécurité

Plus en détail

Banque Mauritanienne pou-r le Commerce International

Banque Mauritanienne pou-r le Commerce International :i 1-,..L-.II s)~ 1 ~I - 1)-, Q Il.!,1 Il Banque Mauritanienne pou-r le Commerce En/reprise -- cerl!fi".!1! tso 9111//:211110 ~ NU l/ji.!.! SOMMAIRE: VI - RENSEIGNEMENTS 1 RÉCLAMATIONS: PARTIE 1. CONDITIONS

Plus en détail

REPUBL QUE FRANCA SE

REPUBL QUE FRANCA SE CIV.1 A.M COUR DE CASSATION Audience publique du 28 mai 2009 Cassation partielle sans renvoi M. BARGUE, président Pourvoi n S 08-15.802 Arrêt n 608 F-P+B REPUBL QUE FRANCA SE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

Comores. Contrôle de l Etat sur les entreprises d assurances

Comores. Contrôle de l Etat sur les entreprises d assurances Contrôle de l Etat sur les entreprises d assurances Décret du 14 juin 1938 [NB - Décret du 14 juin 1938 unifiant le contrôle de l Etat sur les entreprises d assurances de toute nature et de capitalisation

Plus en détail

La prise illégale d intérêts

La prise illégale d intérêts La prise illégale d intérêts Valeurs sociales protégées : Il s agit simplement de préserver, d une part, la probité dans la gestion des affaires publiques en respectant le vieil adage " nul ne peut servir

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

Formation 12. Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS

Formation 12. Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS Formation 12 Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS A - LES OUTILS INTERNES DE L'ENTREPRISE 1 - Le service commercial

Plus en détail

7 ème partie du rapport

7 ème partie du rapport 3 6 ème partie du rapport SOMMAIRE DU TOME II Avertissement : De très nombreuses modifications purement formelles ont été apportées au texte adopté par le Sénat, sans avoir fait l objet d amendements en

Plus en détail

Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année.

Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année. CONDITIONS GENERALES DE VENTES CAMPING-CAR PARK Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année. PRÉAMBULE

Plus en détail

» Conditions Particulières

» Conditions Particulières Agence HSBC :.. date : CONVENTION «CARTE C.I.B» Conditions Particulières Type d opération : Création Modification N contrat :... Numéro de la carte :. Expire le : Je soussigné(e) Mr, Mme, Melle : TITULAIRE

Plus en détail

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article...

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article... Page 1 sur 5 Code de l'éducation Version consolidée au 31 mars 2011 Partie législative Première partie : Dispositions générales et communes Livre Ier : Principes généraux de l'éducation Titre III : L'obligation

Plus en détail

Agence Francs Bourgeois

Agence Francs Bourgeois CMP BANQUE Agence Francs Bourgeois Siège social : 55 rue des Francs Bourgeois 75004 PARIS : 01 44 61 64 00 RCS Paris 451309728 _Société Anonyme Courriel : banque@creditmunicipal.fr Site web : www.cmpbanque.fr

Plus en détail

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit.

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit. PROJET DE LOI adopté le 2 juillet 1993 N 113 SENAT DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1992-1993 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle

Plus en détail

LE RÈGLEMENT DES DÉPENSES PUBLIQUES

LE RÈGLEMENT DES DÉPENSES PUBLIQUES LE RÈGLEMENT DES DÉPENSES PUBLIQUES PAR CARTE BANCAIRE À DISTANCE (par correspondance, téléphone ou Internet) Le paiement par carte bancaire à distance repose sur la communication par le porteur CB (régisseur

Plus en détail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail les infos DAS - n 051 7 avril 2015 Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail Les entreprises se trouvant régulièrement confrontées à des cas d infraction routières

Plus en détail

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES YS/LD N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme M. Simon Magistrat désigné Audience du 21 mai 2013 Lecture du 18 juin 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

MANUEL DES PROCEDURES D ATTRIBUTION, DE CONTRÔLE ET DE RENOUVELLEMENT DES QUALIFICATIONS ET ATTESTATIONS D IDENTIFICATION

MANUEL DES PROCEDURES D ATTRIBUTION, DE CONTRÔLE ET DE RENOUVELLEMENT DES QUALIFICATIONS ET ATTESTATIONS D IDENTIFICATION MANUEL DES PROCEDURES D ATTRIBUTION, DE CONTRÔLE ET DE RENOUVELLEMENT DES QUALIFICATIONS ET ATTESTATIONS D IDENTIFICATION Edition du 27/10/2011 Organisme de Qualification de l Ingénierie 104, rue Réaumur

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE PARTICULIERS CONDITIONS GENERALES. interviendrait pendant la durée de la convention informations personnelles,

CONVENTION DE COMPTE PARTICULIERS CONDITIONS GENERALES. interviendrait pendant la durée de la convention informations personnelles, La présente convention de compte, établie dans le cadre de l'article L-312-1-1 du Code Monétaire Financier (CMF), concerne tout compte ouvert dans les livres de La Caisse Régionale de Crédit Agricole,

Plus en détail

Convention de gestion de compte Entreprises

Convention de gestion de compte Entreprises Conditions Générales Convention de gestion de compte Entreprises DOCUMENT IMPORTANT À CONSERVER Agence : N de Compte : Date d'ouverture : Chacun de vous mérite une attention unique. CONVENTION DE COMPTE

Plus en détail

RÈGLEMENT 1 0 0 5-05. Règlement sur les systèmes d'alarme.

RÈGLEMENT 1 0 0 5-05. Règlement sur les systèmes d'alarme. RÈGLEMENT 1 0 0 5-05 Règlement sur les systèmes d'alarme. CONSIDÉRANT QUE le Conseil désire réglementer l'installation et le fonctionnement des systèmes d'alarme sur le territoire de la municipalité; CONSIDÉRANT

Plus en détail

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme Avril 2006 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail

Secret professionnel Déontologie Responsabilité de l infirmière. Dr Jérôme LANGRAND Centre Antipoison de Paris

Secret professionnel Déontologie Responsabilité de l infirmière. Dr Jérôme LANGRAND Centre Antipoison de Paris Secret professionnel Déontologie Responsabilité de l infirmière Dr Jérôme LANGRAND Centre Antipoison de Paris 1 SECRET PROFESSIONNEL 2 Secret professionnel Bases juridiques - Code pénal - article 226-13

Plus en détail