La mémoire du mitterrandisme au sein du Parti socialiste

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La mémoire du mitterrandisme au sein du Parti socialiste"

Transcription

1 PRIX DE LA FONDATION JEAN-JAURES 2002 Remi Darfeuil La mémoire du mitterrandisme au sein du Parti socialiste Mémoire pour le DEA de sociologie politique de l Institut d études politiques de Paris, sous la direction de Gérard Grunberg septembre

2 RÉSUMÉ DU MÉMOIRE Comme l indique l intitulé, le mémoire a pour objet le souvenir du mitterrandisme, défini de manière neutre comme la période allant de 1971 à 1995, durant laquelle François Mitterrand, successivement Premier secrétaire puis Président de la République, est demeuré le principal leader du Parti socialiste. Ayant fait le choix d interroger le rapport à ce passé proche au sein du seul Parti socialiste, nous avions pour ambition d étudier la mémoire sous son triple visage de contenu, d objet en construction, et d enjeu de pouvoir : quelle trace François Mitterrand a-t-il laissé au sein du parti? Comment s élabore une représentation partagée de ce passé? En quoi constitue-t-il un enjeu de pouvoir au moment de la mise en place d une nouvelle équipe dirigeante? L objectif empirique était double : saisir d un côté l image que gardait les socialistes d une période particulièrement marquante dans leur histoire, avec l accession puis la permanence au pouvoir, mais aussi d importants renoncements idéologiques et un lourd discrédit concrétisé dans la déroute électorale de 1993 ; comprendre d un autre côté, les mécanismes de gestion de la mémoire qui avaient permis la réussite de la transition après S y articulait en outre une problématique plus théorique, centrée autour de la notion de mémoire collective et de son application en sociologie politique. À travers ce sujet, nous voulions ainsi tester la validité d un modèle d étude de la mémoire partisane, construit à partir du cas du PCF, en l appliquant à l organisation plus souple que constitue le PS. Au principe de ce modèle, se trouve le refus de la position anthropomorphiste qui assimile la mémoire partisane au seul discours sur le passé produit par les instances dirigeantes, lui-même analysé du seul point de vue de leurs intérêts stratégiques. Sans nier cette dimension, mais avec la volonté de redonner une place au vécu individuel des militants, le cadre théorique choisi définit la mémoire au sein d un parti comme point de rencontre entre deux pôles, celui de la mémoire officielle d un côté, celui des souvenirs individuels de l autre. Plus précisément, les discours historiques produits par les dirigeants fournissent des cadres interprétatifs, que les militants vont mobiliser plus ou moins complètement pour reconstruire le récit de leur passé, selon l adéquation avec leur vécu personnel. La structure de ce modèle théorique détermine la progression du plan, les discours officiels sur le mitterrandisme étant analysés dans la deuxième partie, avant d être confrontés dans la troisième à des souvenirs militants recueillis en situation d entretien. La première partie est consacrée à la définition du cadre d analyse et à l examen des problèmes posés par l application au PS d un modèle construit pour le PCF. En effet, la lecture officielle du passé, facile à identifier et univoque dans le cas du PCF, s incarnant même parfaitement dans les écrits historiques de l Institut Maurice Thorez, apparaît à la fois plus diffuse et plus diverse au PS. Prenant la forme de grands principes d interprétation plutôt que d un récit circonstancié, elle s exprime à 5

3 travers divers médias, discours, bulletins internes, production historique à visée commémorative, ou encore témoignages de dirigeants. A côté des instances dirigeantes du parti, les fondations intellectuelles qui gravitent autour de lui jouent ici un rôle important. Corollaire de cette pluralité des moyens d expression, se fait ainsi jour une pluralité des lectures du passé, pouvant se réclamer d une certaine légitimité officielle. Si une mémoire officielle au sens strict peut ainsi être identifiée à travers les propos du Premier secrétaire et du porte-parole du parti, il est également possible de distinguer des «mémoires autorisées», versions divergentes que font entendre certains dirigeants bénéficiant d une légitimité partisane suffisante et d un espace pour s exprimer, et qui peuvent constituer des cadres alternatifs pour la reconstruction des souvenirs individuels. Ce sont ces différents courants de mémoire que nous avons analysés dans la deuxième partie de notre mémoire, à partir du dépouillement des discours dirigeants prenant pour objet ou faisant référence à la période mitterrandienne, des articles parus dans L Hebdo des Socialistes, des productions historiques des fondations, et encore des témoignages collectifs ou individuels publiés en librairie. La difficulté provient du fait que notre étude prenant pour objet une période de transition, ce que nous avons appelé la mémoire officielle au sens strict est elle-même mouvante. À une mémoire anticipée du temps de François Mitterrand célébrant le bilan et notamment l accession au pouvoir, succède après 1995, une mémoire plus distanciée, qui sépare des premières années de pouvoir idéalisées dans la continuité d une décennie de conquête et un second septennat occulté. Par rapport à cet axe central, nous identifions deux courants antagonistes qui ressortissent des mémoires autorisées : un courant anti-mitterrandiste, essentiellement porté par les rocardiens, qui s oppose presque point par point à la mémoire officielle première manière ; et un courant pro-mitterrandiste, véhiculé entre autres par l Institut François Mitterrand, qui prend lui le contre-pied de la mémoire officielle deuxième manière en mettant l accent sur la continuité, la gratitude et la responsabilité collective pour le passé. Schématique, cette représentation réduit la complexité d une configuration mémorielle où s entrechoquent positionnements stratégiques et attachements affectifs au passé. Elle a cependant le mérite d identifier les différents cadres susceptibles d être mobilisés par les militants pour reconstruire leurs souvenirs. Deuxième matériau empirique analysé, ceux-ci ont été recueillis au travers d une vingtaine d entretiens réalisés auprès de militants de deux sections, aux caractéristiques sociales et politiques diverses. L analyse de ces entretiens et leur confrontation aux résultats obtenus dans le pôle de la mémoire officielle, font émerger une double structuration. En fonction d une part de la proximité par rapport au parti, qui varie en fonction de la date d adhésion, du degré de responsabilité et du sexe, et qui commande la mobilisation de cadres mémoriels internes au parti, de préférence à des cadres externes, familiaux ou générationnels ; d autre part de l appartenance de courant, qui détermine le point de 6

4 vue au travers duquel est relue l histoire du parti et donc laquelle des mémoires autorisées est actualisée. Révélant le poids d évènements fondateurs, producteurs de clivages structurants qui marquent durablement les mémoires individuelles et leur organisation, comme le congrès de Metz ou la prise de distance de Lionel Jospin en 1995 autour du thème du droit d inventaire, l analyse pousse à conclure à une cohérence supérieure entre discours officiels et souvenirs individuels au niveau des courants qu à celui du parti. Toutefois, les dernières évolutions du discours officiel, vers une célébration plus appuyée de l héritage mitterrandien associée à une occultation constante du second septennat, peuvent laisser supposer l émergence d une mémoire collective a minima du mitterrandisme. La problématique construite permet à cet égard de réinterpréter les évolutions du discours officiel à partir de la thématique initiale du droit d inventaire, non plus seulement au regard des seuls impératifs tactiques, mais dans la perspective de la construction d une mémoire collective apaisée, permettant la réconciliation au sein d un même itinéraire collectif et individuel des souvenirs positifs de 1981 et de ceux, traumatiques de Au-delà toutefois de la complexification d un modèle d analyse de la mémoire partisane et de cette interprétation renouvelée des enjeux mémoriels de la transition à la tête du Parti socialiste, le travail permet également de mieux apprécier la trace laissée par le mitterrandisme au sein du parti. Sont très largement reconnus comme apports l Union de la Gauche, la vocation gouvernementale et l accession au pouvoir, mais c est surtout la dimension affective de la mémoire qui se révèle, dimension qui affleure à l évocation du souvenir du 10 mai, porteur d un fort potentiel de mobilisation et qui se manifeste dans l identification entre l homme et la période. La dimension d incarnation par un homme d une expérience collective et donc aussi de chaque trajectoire militante peut ainsi expliquer le caractère passionné des débats suscités par l homme François Mitterrand. SOURCES Vendredi et L Hebdo des Socialistes (Office universitaire de recherche socialiste) Bulletin de l Institut François Mitterrand (Institut François Mitterrand) Dossiers de presse sur François Mitterrand (Institut d études politiques de Paris) Pascal LEBRUN Pour mémoire Paris, Bruno Leprince Éditeur, 1995, 128 p. 7

5 François Mitterrand d Épinay à l Élysée L hommage du PS Paris, Bruno Leprince Éditeur, 1996, 130 p. Daniel BENOIST Mémoires de LUI et de MOI Sury-en-Vaux, Éditions du terroir, 2000, 206 p. Michel CHARASSE 55, faubourg Saint-Honoré. Entretien avec Robert Schneider Paris, Grasset, 1996, 332 p. Claude ESTIER De Mitterrand à Jospin : trente ans de campagnes présidentielles Paris, Stock, 1995, 350 p. Laurent FABIUS Les Blessures de la vérité Paris, Flammarion, 1995, 276 p. Jean GLAVANY Mitterrand, Jospin et nous Paris, Grasset, 1998, 308 p. Lionel JOSPIN L invention du possible Paris, Flammarion, 1991, 322 p. Jean LACOUTURE, Patrick ROTMAN Mitterrand, Le Roman du pouvoir Paris, Le Seuil, 2000, 285 p. François MITTERRAND, Élie WIESEL Mémoires à deux voix Paris, Odile Jacob, 1995, 225 p. François MITTERRAND Mémoires interrompus Paris, Odile Jacob, 1996, 257 p. Hubert VÉDRINE Les Mondes de François Mitterrand Paris, Fayard, 1996, 784 p. 8

"Il y avait une gerbe à déposer au monument aux morts, obligé de suivre le train, en tête de la colonne bien sûr, parce que je voulais pas laisser la place aux cocos et aux autres. [...] les C.R.S. ont

Plus en détail

Charte des Partenariats - p1 -

Charte des Partenariats - p1 - Charte des partenariats de Nature & Société Depuis sa création dans le milieu des années soixante-dix Nature & Société n a cessé de favoriser, en Ile-de-France, l'information du citoyen et l'éducation

Plus en détail

Suivi du séminaire du RAPF du 4 décembre 2013 : Etude sur l état des lieux de la formation professionnelle francophone

Suivi du séminaire du RAPF du 4 décembre 2013 : Etude sur l état des lieux de la formation professionnelle francophone Réseau des associations professionnelles francophones (RAPF) Suivi du séminaire du RAPF du 4 décembre 2013 : Etude sur l état des lieux de la formation professionnelle francophone Objet : Le RAPF souhaite

Plus en détail

Discours. Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris

Discours. Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris Discours Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris Monsieur le Président, Cher Bruno Racine, Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Note complémentaire n 4 : essai de simulation d usage du compte en fonction des statuts

Note complémentaire n 4 : essai de simulation d usage du compte en fonction des statuts Note complémentaire n 4 : essai de simulation d usage du compte en fonction des statuts [1] Pour illustrer la mise en œuvre du compte au long de la vie, la mission IGAS a procédé à une simulation de son

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

Table des matières. Première partie FRANÇOIS MITTERRAND ET LE PS EN VOYAGE TOUT UN ÉVÉNEMENT

Table des matières. Première partie FRANÇOIS MITTERRAND ET LE PS EN VOYAGE TOUT UN ÉVÉNEMENT Table des matières Avant-propos d Alain Bergounioux et de Serge Berstein... 7 Abréviations et sigles... 9 Préface de Sophie Cœuré... 11 Introduction... 15 Première partie FRANÇOIS MITTERRAND ET LE PS EN

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L ASSOCIATION FRANCAISE DES MAGISTRATS DE LA JEUNESSE ET DE LA FAMILLE des 16 et 17 MAI 2014

ASSEMBLEE GENERALE DE L ASSOCIATION FRANCAISE DES MAGISTRATS DE LA JEUNESSE ET DE LA FAMILLE des 16 et 17 MAI 2014 ASSEMBLEE GENERALE DE L ASSOCIATION FRANCAISE DES MAGISTRATS DE LA JEUNESSE ET DE LA FAMILLE des 16 et 17 MAI 2014 LA JUSTICE DES MINEURS : CAP SUR L AVENIR La Garde des Sceaux a lancé une vaste consultation

Plus en détail

G uide M éthodologique

G uide M éthodologique MESURES DE PROTECTION DES MINEURS Suivez le guide!!! AVRIL 2015 G uide M éthodologique Document actualisé le 07 avril 2015 par Le Service en charge des Mesures de Protection des Mineurs de l UDAF de la

Plus en détail

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ Section Méthodologie Cette section provient intégralement du rapport Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire Enquête sur la tolérance à l insécurité routière détenteurs de permis de conduire

Plus en détail

DEDUCTION D IMPÔTS --- LES DEMARCHES

DEDUCTION D IMPÔTS --- LES DEMARCHES DEDUCTION D IMPÔTS --- LES DEMARCHES Ce qu'il faut retenir Une association Familles Rurales est susceptible de recevoir des dons occasionnant une réduction d impôt aux donateurs, les cotisations et les

Plus en détail

Discours de François Hollande à Quimper le 23 avril 2012

Discours de François Hollande à Quimper le 23 avril 2012 Discours de François Hollande à Quimper le 23 avril 2012 Mes chers amis, après ce premier tour, je voulais que mon premier déplacement soit ici en Bretagne, pour vous exprimer ma gratitude. Car si je suis

Plus en détail

Forums et ateliers Éléments saillants

Forums et ateliers Éléments saillants Forums et ateliers Éléments saillants Atelier n 9 : Faire réseau : pourquoi? Comment? Animateur : Johan CHANAL, Carrefour des Pays Lorrains Intervenante : Sarah BOYRIE, présidente de l'association des

Plus en détail

Calendrier des formations de l année en bref (voir les descriptions aux pages suivantes) Date. Formation

Calendrier des formations de l année en bref (voir les descriptions aux pages suivantes) Date. Formation E M M A R G N PRO O I T A M R O F E D 6 1 0 2 5 1 20 Calendrier des formations de l année en bref (voir les descriptions aux pages suivantes) Date Formation Jeudi 24 septembre de 9h à 16h De la revendication

Plus en détail

Une French touch dans l analyse des politiques publiques?

Une French touch dans l analyse des politiques publiques? Une French touch dans l analyse des politiques publiques? Sous la direction de Laurie Boussaguet Sophie Jacquot Pauline Ravinet Mise en perspective de Pierre Muller Catalogage Électre-Bibliographie (avec

Plus en détail

Stage de printemps. «Deuils et Renouveau»

Stage de printemps. «Deuils et Renouveau» Stage de printemps «Deuils et Renouveau» Se faire du bien quand on a mal Date du document : 24 Août 2015 Eric BELMONT 9 rue Anne FRANK 38400 St Martin d hères 06 45 21 66 38 belmonteric@gmail.com Coralie

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Observatoire des personnalités politiques BVA - Le Figaro - LCI : Dominique Strauss-Kahn. L image du Parti socialiste. Perception de Ségolène Royal

Observatoire des personnalités politiques BVA - Le Figaro - LCI : Dominique Strauss-Kahn. L image du Parti socialiste. Perception de Ségolène Royal Politique Juin 2006 Observatoire des personnalités politiques BVA - Le Figaro - LCI : Dominique Strauss-Kahn Questions d actualité : L image du Parti socialiste Perception de Ségolène Royal Ce sondage

Plus en détail

N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 13 février 2006 N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 8 février 2006. RAPPORT

Plus en détail

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger DOCUMENT PROJET Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger Synthèse de l étude Réunion CPU du 18 juin 2009 Membre du réseau Ernst & Young Global Limited Les

Plus en détail

COACHING 2004? «ou le devenir d un métier porteur de sens et de changements»

COACHING 2004? «ou le devenir d un métier porteur de sens et de changements» COACHING 2004? «ou le devenir d un métier porteur de sens et de changements» L accompagnement du changement au coeur de nos entreprises et du quotidien des responsables, qui doivent s engager efficacement

Plus en détail

Consolider le doctorat

Consolider le doctorat Consolider le doctorat Éléments de travail pour l élaboration de positions sur le système doctoral Texte adopté par le Conseil d Administration de l ANDèS en mai 2007 Les recommandations qui suivent s

Plus en détail

Dossier. Master «Enfance Enseignement Education» 2 nd année. Site de Montigny-Lès-Metz

Dossier. Master «Enfance Enseignement Education» 2 nd année. Site de Montigny-Lès-Metz Dossier Master «Enfance Enseignement Education» 2 nd année Site de Montigny-Lès-Metz UE 1019-9 : Unité et spécificités de la didactique des sciences, technologies et mathématiques : Réalisation et analyse

Plus en détail

Jaurès. et la réforme fiscale. Benoît Kermoal* UN LONG DÉBAT : L IMPÔT SUR LE REVENU

Jaurès. et la réforme fiscale. Benoît Kermoal* UN LONG DÉBAT : L IMPÔT SUR LE REVENU NOTE n 7 - Fondation Jean- / 2014 année - 28 février 2014 - page 1 Benoît Kermoal* * Doctorant à l EHESS, enseignant en histoire au lycée Saint-Exupéry, Mantes-la-Jolie Dans l Humanité du 7 mars 1914,

Plus en détail

Mise en copropriété des immeubles HLM

Mise en copropriété des immeubles HLM Mise en copropriété des immeubles HLM Opportunités et risques Soraya DAOU, architecte DPLG Sommaire Anah Enjeux de la vente HLM PLH et politique de l habitat Leviers L Anah L'Anah, établissement public

Plus en détail

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH».

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Compte Rendu Café RH Dauphine du 7 avril 2014 «Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Ce compte rendu vise à faire une synthèse des différents points abordés

Plus en détail

Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise

Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise Article paru dans la revue de l Association des Directeurs de Comptabilité et de Gestion, décembre 2007. Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise

Plus en détail

Ph. Geluck. 18.11.2010 Page 1

Ph. Geluck. 18.11.2010 Page 1 Ph. Geluck 18.11.2010 Page 1 La formation de l opinion publique Damien Cottier «Université d automne des acteurs politiques suisses» Lausanne, IDHEAP 13.11.2010 18.11.2010 Page 2 Formation de l opinion

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

17 ème COLLOQUE INTERNATIONAL ETIENNE THIL 15-16-17- Octobre 2014 A PARIS-IX-Dauphine

17 ème COLLOQUE INTERNATIONAL ETIENNE THIL 15-16-17- Octobre 2014 A PARIS-IX-Dauphine 17 ème COLLOQUE INTERNATIONAL ETIENNE THIL 15-16-17- Octobre 2014 A PARIS-IX-Dauphine APPEL A COMMUNICATIONS Atelier Doctoral le 17 Octobre après-midi Visite de concepts commerciaux innovants le 15 Octobre

Plus en détail

MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION

MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION Ø Un Master orienté vers l éducation, le jeu, la formation et l intervention, hors l école Le master en sciences de l éducation EFIS, Éducation, Formation, Intervention

Plus en détail

CENTRE DE LA MINE ET DU CHEMIN DE FER EXPOSITION A BONDUES (59), 5 AU 20 NOVEMBRE 2011

CENTRE DE LA MINE ET DU CHEMIN DE FER EXPOSITION A BONDUES (59), 5 AU 20 NOVEMBRE 2011 CENTRE DE LA MINE ET DU CHEMIN DE FER EXPOSITION A BONDUES (59), 5 AU 20 NOVEMBRE 2011 CMCF62 (FFMF) Extraits de La Gazette des Petites Échelles déc. 2011 Cette exposition tombe fort à propos pour célébrer

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Belgique sont-ils sur la voie du changement?

Belgique sont-ils sur la voie du changement? Mots clefs : soins de santé primaires, santé publique. C O U R S E Les services de santé de première ligne en Belgique sont-ils sur la voie du changement? Notre système de santé est basé sur un modèle

Plus en détail

CAFDES Communication Communiquer, c est quoi?

CAFDES Communication Communiquer, c est quoi? CAFDES Communication Communiquer, c est quoi? Communiquer, c est parler v En Grèce antique, Rome, la communication était synonyme d éloquence Ø Le talent de communicateur était assimilé à l art de bien

Plus en détail

Pour entreprendre autrement... M aster Management de Projets. Spécialité Economie Sociale, Solidaire et Associative

Pour entreprendre autrement... M aster Management de Projets. Spécialité Economie Sociale, Solidaire et Associative Plaquette ESSA 2 20/09/05 16:06 Page 1 M aster Management de Projets Spécialité Economie Sociale, Solidaire et Associative Université du Littoral Côte d Opale Pour entreprendre autrement... Plaquette ESSA

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire «Les ateliers d écriture», Expérimentation d un outil en Education pour la Santé Patrick Berry sociologue chargé de mission IREPS

Plus en détail

La dette du Québec est-elle légitime?

La dette du Québec est-elle légitime? Louis GILL Économiste, retraité de l UQÀM (1 er avril 2012) La dette du Québec est-elle légitime? Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, professeur de sociologie au

Plus en détail

Petit bréviaire des idées reçues en management

Petit bréviaire des idées reçues en management CriM Sous la direction d Anne Pezet et de Samuel Sponem Petit bréviaire des idées reçues en management Logo 3 Remerciements. Nous aimerions remercier ici tout particulièrement Alain Burlaud et Bernard

Plus en détail

DISCOURS. Ambassadeur du Gabon près la République Fédérale d Allemagne. A l occasion de la célébration du Cinquantenaire de l Indépendance de Gabon

DISCOURS. Ambassadeur du Gabon près la République Fédérale d Allemagne. A l occasion de la célébration du Cinquantenaire de l Indépendance de Gabon DISCOURS Prononcé par son Excellence Monsieur Jean Claude BOUYOBART Ambassadeur du Gabon près la République Fédérale d Allemagne A l occasion de la célébration du Cinquantenaire de l Indépendance de Gabon

Plus en détail

Dossier d information. Dossier de campagne media CASDEN 2 ème semestre 2011. Noisiel, le 10 octobre 2011

Dossier d information. Dossier de campagne media CASDEN 2 ème semestre 2011. Noisiel, le 10 octobre 2011 Dossier d information Noisiel, le 10 octobre 2011 Dossier de campagne media CASDEN 2 ème semestre 2011 Après quatre campagnes média successives depuis 2009, la CASDEN ajuste le positionnement de sa communication.

Plus en détail

CHARTE FONDATRICE DU RÉSEAU TELA BOTANICA. Le Réseau de communication et d échanges des Botanistes Francophones

CHARTE FONDATRICE DU RÉSEAU TELA BOTANICA. Le Réseau de communication et d échanges des Botanistes Francophones CHARTE FONDATRICE DU RÉSEAU TELA BOTANICA Le Réseau de communication et d échanges des Botanistes Francophones 1) LE CONTEXTE DU PROJET La botanique n est pas qu un loisir qui consiste à admirer les nombreuses

Plus en détail

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution Introduction Les questions religieuses connaissent un regain d intérêt dans les espaces publics de nos pays. Au Niger, elles sont devenues préoccupantes en raison des évènements récents qui ont marqué

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

FORMATION INITIALE DU JOUEUR

FORMATION INITIALE DU JOUEUR Colloque EHF - NICE - 8,9 et 10 octobre 2004 Convention RINCK FORMATION INITIALE DU JOUEUR Par M. Esposito Professeur UFRSTAPS Nice Membre groupe de pilotage 9/12 ans FFHB La séance présentée illustre

Plus en détail

18 ème COLLOQUE INTERNATIONAL ETIENNE THIL 14-15-16 Octobre 2015 APPEL A COMMUNICATIONS

18 ème COLLOQUE INTERNATIONAL ETIENNE THIL 14-15-16 Octobre 2015 APPEL A COMMUNICATIONS 18 ème COLLOQUE INTERNATIONAL ETIENNE THIL 14-15-16 Octobre 2015 Dans les locaux de NOVANCIA, Paris 15ème APPEL A COMMUNICATIONS Précédé de l Eiffel Tour : le 14 Octobre (en collaboration avec PROCOS)

Plus en détail

De la copie à la création, l industrie parisienne du bronze au XIX e siècle

De la copie à la création, l industrie parisienne du bronze au XIX e siècle Élodie Voillot Projet de post- doc Titre : De la copie à la création, l industrie parisienne du bronze au XIX e siècle Plateforme n 2 : Représentations, transmission. Séries, copies, multiples Unité d

Plus en détail

brèves du cso n 5 - juin 1997 Centre de Sociologie des Organisations (UPR 710 - CNRS) BENOIT BASTARD

brèves du cso n 5 - juin 1997 Centre de Sociologie des Organisations (UPR 710 - CNRS) BENOIT BASTARD brèves du cso n 5 - juin 1997 Centre de Sociologie des Organisations (UPR 710 - CNRS) BENOIT BASTARD Benoit Bastard travaille dans différents champs - famille, justice, santé - et examine plus particulièrement

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France La rencontre des employeurs et des syndicats salariés dans les organisations

Plus en détail

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Document synthèse Par Geneviève Rodrigue, en collaboration avec Alain Carpentier, Joanne Munn, Valérie Saysset et Christian

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

La Maison Antoine Vitez, un toit pour les traducteurs

La Maison Antoine Vitez, un toit pour les traducteurs Laurent Muhleisen La Maison Antoine Vitez, un toit pour les traducteurs En 1989, les 6 e Assises de la traduction littéraire en Arles avaient pour thème la traduction théâtrale ; pour la première fois

Plus en détail

PARCOURS 1 PROMOUVOIR ET VALORISER LA SOLIDARITE INTERNATIONALE

PARCOURS 1 PROMOUVOIR ET VALORISER LA SOLIDARITE INTERNATIONALE PARCOURS 1 PROMOUVOIR ET VALORISER LA SOLIDARITE INTERNATIONALE INTRODUCTION Le parcours 1 des assises, intitulé «Promouvoir et valoriser la solidarité internationale», était animé par Odile Ambry, directrice

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail

Catalogue de prestations 2015 / 2016

Catalogue de prestations 2015 / 2016 Médiathèque intercommunale du Val de Somme Catalogue de prestations 2015 / 2016 Médiathèque intercommunale du Val de Somme 31b rue Gambetta Enclos de l abbaye 80800 CORBIE Tél. 03 22 96 35 86 www.lecturepublique.valdesomme.com

Plus en détail

Initiatives pour développer l achat public auprès des entreprises collectives

Initiatives pour développer l achat public auprès des entreprises collectives Initiatives pour développer l achat public auprès des entreprises collectives 1 Ce document a été réalisé par la Direction du développement régional et de l économie sociale du ministère des Affaires municipales,

Plus en détail

Vers une nouvelle solidarité Ou «L Economie Sociale et solidaire comme lieu d innovations»

Vers une nouvelle solidarité Ou «L Economie Sociale et solidaire comme lieu d innovations» Paris, le 23 mai 2001 Vers une nouvelle solidarité Ou «L Economie Sociale et solidaire comme lieu d innovations» Emetteurs : Collège des actrices et acteurs français, Paul Picard, Rémi Laurent Objet :

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Bibliothèque 2015. Perspectives stratégiques

Bibliothèque 2015. Perspectives stratégiques 7 octobre 2010 Bibliothèque 2015 Perspectives stratégiques Ce document a pour but de servir à tracer les perspectives d évolution de la bibliothèque pour les cinq années à venir à partir des objectifs

Plus en détail

Le Parti socialiste dans la campagne de François Mitterrand en 1981

Le Parti socialiste dans la campagne de François Mitterrand en 1981 Les Notes de la Fondation Jean-Jaurès Histoire et Mémoire Le Parti socialiste dans la campagne de François Mitterrand en 1981 Thomas Jouteux Préface de Alain Bergounioux N 47 - avril-mai 2005 LES NOTES

Plus en détail

1. Introduction. 2. Définition et tâches. Point fort Travail social en entreprise

1. Introduction. 2. Définition et tâches. Point fort Travail social en entreprise Point fort Travail social en entreprise 1. Introduction C est un plaisir pour moi de présenter à Actualité sociale la notion, les tâches et le contenu du service social d entreprise, car je suis convaincu

Plus en détail

3.0. Pack. Petites Entreprises Notice d utilisation. Conventions. juin 2012. Nouvelle version. d utilisation du Pack PE. www.cncc.

3.0. Pack. Petites Entreprises Notice d utilisation. Conventions. juin 2012. Nouvelle version. d utilisation du Pack PE. www.cncc. Conventions d utilisation du Pack PE Nouvelle version Le Pack PE est à distinguer NEP 910 dite «Norme PE» : il ne correspond pas à une solution pratique de mise en œuvre norme. La notion de «Petite entreprise»

Plus en détail

La complexité humaine, la méthode II, p 333, Flammarion Traité de l'efficacité, François Jullien, p 108/111, Grasset

La complexité humaine, la méthode II, p 333, Flammarion Traité de l'efficacité, François Jullien, p 108/111, Grasset T I O N D E L ' A C L E T I F ƒ R E N R ƒ L E NOTES ACTION ADAPTATION APPRENTISSAGE LISTE AUTONOMIE AUTO ORGANISATION BIFURCATION CAUSALITÉ CHANGEMENT CHAOS La complexité humaine, la méthode II, p 333,

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE

PLANIFICATION STRATÉGIQUE PLANIFICATION STRATÉGIQUE Le CRDITED de Montréal est une organisation innovante qui vise l excellence. Il contribue significativement, avec ses partenaires, à la participation sociale des personnes ayant

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

CHARTE DES PARTENARIATS DE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT

CHARTE DES PARTENARIATS DE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT CHARTE DES PARTENARIATS DE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT Version actualisée au 18 janvier 2010 Depuis plusieurs années, France Nature Environnement construit des partenariats avec de nombreux acteurs socio-économiques

Plus en détail

Vade-mecum sur les regroupements

Vade-mecum sur les regroupements Vade-mecum sur les regroupements Le nouvel article L718-2 du code de l éducation fixe l objectif que «Sur un territoire donné, qui peut être académique ou inter académique, sur la base d'un projet partagé,

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

Stratégie et Plan de communication Programme National des Déchets Ménagers et Assimilés

Stratégie et Plan de communication Programme National des Déchets Ménagers et Assimilés ROYAUME DU MAROC Secrétariat d Etat chargé de l Eau et de l Environnement Département de l Environnement Stratégie et Plan de communication Programme National des Déchets Ménagers et Assimilés Note de

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 L utilisation des indicateurs de performance ne peut se faire de manière pertinente

Plus en détail

Objet : Mise en place du dispositif de formation pour l Entretien Information Retraite (EIR)

Objet : Mise en place du dispositif de formation pour l Entretien Information Retraite (EIR) LETTRE DU CENTRE N 146 Objet : Mise en place du dispositif de formation pour l Entretien Information Retraite (EIR) La mise en œuvre des dispositifs d information aux assurés change la nature des attentes

Plus en détail

SUPPORT D AIDE MEMOIRE.LAVOIXDUNORD.FR

SUPPORT D AIDE MEMOIRE.LAVOIXDUNORD.FR SUPPORT D AIDE MEMOIRE.LAVOIXDUNORD.FR 1 Qu est ce que Memoire.lavoixdunord.fr? Memoire.lavoixdunord.fr est un site qui s adresse aux familles des défunts Parce que nous sommes soucieux de proposer aux

Plus en détail

Locaux de L Association (rue de la Pierre Levée à Paris), par Jean-Yves Duhoo.

Locaux de L Association (rue de la Pierre Levée à Paris), par Jean-Yves Duhoo. Locaux de L Association (rue de la Pierre Levée à Paris), par Jean-Yves Duhoo. INTRODUCTION Björn-Olav Dozo Tanguy Habrand Maud Hagelstein Depuis 1990, L Association anime vigoureusement la scène contemporaine

Plus en détail

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Strasbourg, 10 Mars 2015 DDCP-YD/NHSM (2015) 4F LA FIN DU COMMENCEMENT? Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Centre Européen de la Jeunesse, Strasbourg 27 au 30 Mai 2015 Informations et appel

Plus en détail

ÉVALUATION EXTERNE À MI-PARCOURS

ÉVALUATION EXTERNE À MI-PARCOURS ÉVALUATION EXTERNE À MI-PARCOURS Évaluation externe à mi-parcours Campagne CULTIVONS d Oxfam Résumé CAMPAGNE CULTIVONS D OXFAM Résumé Glenn O Neil & Patricia Goldschmid, Owl RE Octobre 2013 Le présent

Plus en détail

La résolution générale

La résolution générale La résolution générale Placer la solidarité au cœur de nos ambitions! S ajoutant aux difficultés structurelles, la crise financière internationale, qui frappe également notre pays, renforce la fréquence

Plus en détail

Le Registre de Médecine Empirique RME Qualité et compétence dans la médecine empirique

Le Registre de Médecine Empirique RME Qualité et compétence dans la médecine empirique Le Registre de Médecine Empirique RME Qualité et compétence dans la médecine empirique Le Registre de Médecine Empirique RME est une institution indépendante, de droit privé, dont le siège est situé à

Plus en détail

6.1 Méthode des champs de potentiel

6.1 Méthode des champs de potentiel Chapitre 6 Évitement d obstacles L évitement d obstacles est un comportement de base présent dans quasiment tous les robots mobiles. Il est indispensable pour permettre au robot de fonctionner dans un

Plus en détail

Me André Vianès, Avocat, Maître de Conférence à l IEP de Lyon, directeur de mémoire, M. Jean-Michel Rampon, Maître de Conférence à l IEP de Lyon,

Me André Vianès, Avocat, Maître de Conférence à l IEP de Lyon, directeur de mémoire, M. Jean-Michel Rampon, Maître de Conférence à l IEP de Lyon, Me André Vianès, Avocat, Maître de Conférence à l IEP de Lyon, directeur de mémoire, M. Jean-Michel Rampon, Maître de Conférence à l IEP de Lyon, membre du jury de soutenance, Mme Hélène Salaville, Adjointe

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Soutenir une agriculture locale de qualité. Mettre en œuvre des points de vente pour les producteurs locaux et développer les circuits courts

Soutenir une agriculture locale de qualité. Mettre en œuvre des points de vente pour les producteurs locaux et développer les circuits courts Soutenir une agriculture locale de qualité Mettre en œuvre des points de vente pour les producteurs locaux et développer les circuits courts Plan 1- Présentation du Pays «Une autre Provence» 2- La problématique

Plus en détail

Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales

Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales Parcours de vie, inégalités et politiques sociales, p. 2 Droits humains, Diversité et Globalisation,

Plus en détail

Après la Grèce, l Italie doit désigner son nouveau président de la République

Après la Grèce, l Italie doit désigner son nouveau président de la République PRÉSIDENTIELLE EN ITALIE 29 janvier 2015 Observatoire des Élections en Europe Après la Grèce, l Italie doit désigner son nouveau président de la République Corinne Deloy Analyse Résumé : Le président de

Plus en détail

Agriculture et Finances

Agriculture et Finances Agriculture et Finances Quelles régulations pour une allocation optimale des capitaux? Cahier n 12 Présentation générale du Cahier Dans les systèmes d économie de marché des pays développés comme des pays

Plus en détail

Pourquoi des services d archives intégrés à une organisation syndicale? Le cas de la CFDT

Pourquoi des services d archives intégrés à une organisation syndicale? Le cas de la CFDT Pourquoi des services d archives intégrés à une organisation syndicale? Le cas de la CFDT Annie Kuhnmunch, Conservateur des Archives confédérales Dès sa constitution, la CFTC s'est préoccupée de ses archives

Plus en détail

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI!"#-t-! $!#%&'!( PARTIE I? Expliquez ses idées en vos propres mots et commentez-les (environ

Plus en détail

Synthèse des ateliers co-habitat de Bègles -21 mars 2013-

Synthèse des ateliers co-habitat de Bègles -21 mars 2013- Synthèse des ateliers co-habitat de Bègles -21 mars 2013- La difficulté principale de mise en place d un co-habitat tient à la gestion du temps. Tant que les choses sont réversibles, il n y a pas de marque

Plus en détail

Communication publique, communication politique

Communication publique, communication politique Master Retic Master CPI Communication publique, communication politique B. Lafon, 2013-2014 1. La consubstantialité communication politique 2. Les sources des pratiques professionnelles en communication

Plus en détail

XX IÈME EDITION. Bernard Ramanantsoa Directeur Général d HEC Paris

XX IÈME EDITION. Bernard Ramanantsoa Directeur Général d HEC Paris 3 En 2005, trois étudiants de l école lançaient sur le campus le premier Class Gift des Elèves, illustrant par leur action solidaire l entraide qui fait la force du réseau HEC. Jamais démenti depuis, cet

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

LANCEMENT DE FINANTOIT, UN OUTIL PRIVE D INVESTISSEMENT SOLIDAIRE POUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT TRES SOCIAL

LANCEMENT DE FINANTOIT, UN OUTIL PRIVE D INVESTISSEMENT SOLIDAIRE POUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT TRES SOCIAL COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 février 2007 LANCEMENT DE FINANTOIT, UN OUTIL PRIVE D INVESTISSEMENT SOLIDAIRE POUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT TRES SOCIAL FINANTOIT est le premier outil d investissement

Plus en détail

Sainte-Famille, Île d'orléans, le 9 décembre 2010

Sainte-Famille, Île d'orléans, le 9 décembre 2010 Sainte-Famille, Île d'orléans, le 9 décembre 2010 Séance ordinaire du Conseil de la MRC de l'île d'orléans, le mercredi 8 décembre 2010, à 20 heures, à la salle municipale de Sainte-Famille, I.O., endroit

Plus en détail