L évaluation des facteurs de risques psychosociaux en entreprise

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L évaluation des facteurs de risques psychosociaux en entreprise"

Transcription

1 L évaluation des facteurs de risques psychosociaux en entreprise Colloque IRSST Montréal, 18 octobre 2007 Michel Vézina, Conseiller médical en santé au travail, Institut national de santé publique du Québec

2 LES CARACTÉRISTIQUES DES PRINCIPALES APPROCHES EN SANTÉ MENTALE AU TRAVAIL APPROCHES Causaliste Cognitiviste Psychodynamique DOMAINES Sciences expérimentales Psychologie cognitivocomportementale Sciences herméneutiques PRÉMISSES OBJECTIFS Bonne organisation de Travail = État objectivable Identifier les causes des problèmes de santé mentale Problème = échec des efforts d'adaptation de l'individu Modifier les perceptions qu'ont les individus des problèmes et de leurs moyens d y faire face Santé mentale au travail = Interaction dynamique de 3 rationalités : objective, subjective et sociale Comprendre les processus psychiques mobilisés par le travail MÉTHODO- LOGIES Quantitative Qualitative (individuelle) Qualitative (en groupe) 2

3 Problématique générale de la santé et de la sécurité au travail Expositions dans le milieu de travail (types d agresseurs) Physiques Chimiques Mécaniques Biologiques Psychosociaux Caractéristiques individuelles (attributs) Âge Âge Sexe Sexe Appartenance sociodémographique Personnalité, etc. socio- etc. Expositions extraprofessionnelle Vie Vie familiale Activités de de loisir loisir Autres Autres activités hors hors travail travail Manifestations Problèmes de santé: - physiques.accidents de travail. MCV - psychologiques Conséquences:. Consommation. Consultations. Incapacités

4 DYNAMIQUE DE LA SANTÉ MENTALE Trouble mental détresse perçue Bien-être relatif État pathologique État pré-clinique État normal diagnostic + diagnostic - diagnostic - 4

5 Détresse psychologique Indicateur précoce d atteinte à la santé mentale qui mesure la fréquence des symptômes d anxiété, de dépression, d agressivité et de troubles cognitifs mesurés au cours de la semaine précédente. Cet indicateur n est pas une mesure d épuisement professionnel ou de dépression. Il permet d identifier les personnes plus à risque de présenter un problème de santé mentale. 5

6 6 COCHEZ LA RÉPONSE QUI DÉCRIT LE MIEUX VOTRE ÉTAT AU COURS DE LA DERNIÈRE SEMAINE TRÈS ASSEZ DE TEMPS SOUVENT SOUVENT EN TEMPS JAMAIS DÉPRESSION SX PHYSIOLOGIQUE : Avez-vous manqué d appétit? Avez-vous eu des difficultés à vous endormir ou à rester endormi? SX PSYCHOLOGIQUE : Avez-vous pleuré facilement ou vous êtes-vous senti sur le point de pleurer? Avez-vous pensé que vous pourriez

7 Comparaison des indicateurs de santé chez les infirmières de la région de Québec et chez les travailleuses de la province de Québec, en % 36 Travailleuses du Québec (même scolarité) Infirmières de Québec Détresse psychologique Consommation de psychotropes État de santé mauvais ou moyen

8 Indices de santé chez les répondant(e)s de quatre CLSC de la région de Québec (2000) (N = 185) par rapport aux travailleur(euse)s de l ensemble du Québec Pourcentage de sujets % Santé Québec CLSC Détresse psychologique élevée Consultation d'un professionnel de la santé au cours des deux dernières semaines Problèmes de santé mentale à l'origine de la consultation

9 Évolution de l'incidence des épisodes d'absence par 100 personnes années pour des problèmes de santé mentale de à , chez le personnel infirmier de la région de Québec ,7 15, ,9 3,7 5,6 7,3 4,2 10, , années

10 Évolution de la durée moyenne des épisodes d absence pour tout diagnostic et pour des problèmes de santé mentale de à Jours Tout diagnostic Santé mentale 78, ,56 57, , Années

11 FACTEURS PROFESSIONNELS LIÉS AU STRESS* Aspects temporels : Travail posté Temps supplémentaire Double emploi Rémunération au rendement Cadence de travail Variation et interruption Contenu du travail : Travail répétitif Autonomie Utilisation et développement des compétences Concentration requise Exigences claires, contradictoires Moyens insuffisants 11 * Réf. : Kasl, S.V. (1991). «Assessing health risk in the work setting», In: Schroeder, H.E., ed.: New directions in health psychology assessment, N.Y., Hemisphere Publishing,

12 FACTEURS PROFESSIONNELS LIÉS AU STRESS* Relations interpersonnelles (horizontale et verticale) : Interaction avec des collègues Taille et cohésion du groupe Reconnaissance et équité Soutien social Harcèlement Participation à la prise de décision Circulation de l information Profil de l entreprise : Taille Structure hiérarchique Prestige et nature du poste Politiques administratives Responsabilités organisationnelles 12 * Réf. : Kasl, S.V. (1991). «Assessing health risk in the work setting», In: Schroeder, H.E., ed.: New directions in health psychology assessment, N.Y., Hemisphere Publishing,

13 UTILITÉ DES MODÈLES THÉORIQUES Réduisent la complexité des situations de travail à certaines dimensions critiques Sont applicables à un large éventail d occupations et de tâches Facilitent l élaboration et la mise en œuvre d interventions 13

14 ÉLÉMENTS DE L ORGANISATION DU TRAVAIL RECONNUS PATHOGÈNES 1- Forte demande / faible autonomie (Karasek). 2- Faible soutien social (ajout à Karasek ). 3- Déséquilibre : effort/reconnaissance (Siegrist). 4- Harcèlement psychologique Injustice organisationnelle(kivimaki)

15 MODÈLE «demand-control» DU STRESS AU TRAVAIL* ÉLEVÉE Apprentissage actif, motivation à développer de nouveaux types de comportement Autonomie décisionnelle DÉTENDU PASSIF ACTIF TENDU FAIBLE * Karasek et Theorell, 1990 Demande psychologique ÉLEVÉE Risque accru de tension psychologique et de maladies

16 DEMANDE (PSYCHOLOGIQUE) ÉLEVÉE Quantité: quantité excessive de travail demandée 2- Complexité: -Travailler très fort -Concentration intense/longues périodes -Recevoir des demandes contradictoires -Tâche souvent interrompue 3- Contraintes de temps: -Travail très mouvementé -Pas suffisamment de temps -Travailler très vite -Souvent ralenti pour attendre les autres

17 AUTONOMIE / CRÉATIVITÉ Autonomie décisionnelle : Prendre des décisions de façon autonome Décider comment faire son travail Avoir de l influence au travail Utilisation des qualifications : Développer ses habiletés Apprendre des choses nouvelles Niveau élevé de qualifications exigé Travail varié Créativité requise Faire plusieurs choses différentes

18 MESURE D ASSOCIATION AJUSTÉE ENTRE LA DIMENSION D ÉPUISEMENT ÉMOTIONNEL ET CHACUN DES DEGRÉS DE TENSION AU TRAVAIL (*) Rapport de cotes ajusté (1) 8 7, , ,39 2,74 3, ,55 1 1,78 0 TENSION Faible Modérée (actif) Modérée (passif) 1 L ajustement a été effectué pour le soutien social au travail, le nombre d heures travaillées par semaine, l âge, les comportements de type A, les événements stressants survenus au cours des douze mois précédant l enquête et le soutien social hors travail. * Bourbonnais et al., Journal of occupational Health Psychology, 4: (1999). Élevée

19 ATTEINTES À LA SANTÉ RELIÉES AU MODÈLE DE KARASEK* TEMPS 1 re PHASE 2 e PHASE 3 e PHASE DEMANDE ÉLEVÉE ET AUTONOMIE FAIBLE RÉACTIONS PSYCHO- PHYSIOLOGIQUES et COMPORTE- MENTALES PATHOLOGIES RÉVERSIBLES ATTEINTES IRRÉVERSIBLES COMPORTEMENTALES PSYCHO-PHYSIOLOGIQUES Sédentarité et tabagisme Sécrétions accrues d adrénaline Hypertension artérielle Incapacité permanente Réduction des loisirs sociaux et Fatigue et irritabilité Anxiété généralisée Mortalité prématurée : des activités communautaires Troubles de sommeil Troubles d adaptation - maladie cardiovasculaire Consommation de médicaments Réactions anxiodépressives Maladie dépressive Violence et intimidation Troubles musculosquelettiques * Adapté de : Vézina et coll. (1992) «Pour donner un sens au travail».

20 L intensification du travail 1 Aux USA : «Travailler très vite» : 55 % 68 % «Ne jamais avoir assez de temps pour terminer son travail» : 40 % 60 % 2En Europe : «Travail très rapide» : 48 % 54 % 56 % «Échéanciers serrés» : 50 % 56 % 60 % 1 Réf. : Théorell, 1999, Scand. J. Work Env. Health special issue, 25: Réf. : Merllié, D. et Paoli, P., Fondation européenne pour l amélioration des conditions de vie et de travail, Communiqué, mars 2001.

21 Évolution de l intensification du travail en Europe de 1991 à 2005 (1) Pourcentage des travailleurs (*) 70 % % 48% 56% 54% 60% 56% 62% Échéanciers serrés Travail très rapide 60% (1) Fourth European Working Conditions Survey, (*) % des travailleurs qui ont à faire face à des échéanciers serrés ou un travail très rapide pour au moins le quart de leur temps de travail

22 FAIBLE AUTONOMIE DÉCISIONNELLE AU TRAVAIL, SELON LE SEXE ET L ÂGE, POPULATION DE 15 ANS ET PLUS OCCUPANT UN EMPLOI RÉMUNÉRÉ, QUÉBEC, ET % % Hommes 40,3 51,3 Femmes 49,6 61,5 Sexes réunis ans 63,2 70, ans 44,6 55,0 45 ans et plus 36,5 51,9 Total 44,1 55,5 22 Sources: Santé Québec, Enquête sociale et de santé Institut de la statistique du Québec, Enquête sociale et de santé 1998.

23 SOUTIEN SOCIAL «L ensemble des interactions sociales utilitaires qui sont disponibles au travail tant de la part des collègues que des superviseurs» 23

24 Soutien social / esprit d équipe SOUTIEN SOCIO-ÉMOTIONNEL : Degré d intégration sociale et émotionnelle et de confiance entre les collègues et les superviseurs

25 Soutien social /collaboration SOUTIEN INSTRUMENTAL : L importance de l aide et de l assistance donnée par les autres dans l accomplissement des tâches

26 SOUTIEN SOCIAL DU SUPERVISEUR 26 -Me donne confiance au travail -Possibilité de lui demander conseil -Capacité à faire travailler les gens ensemble -Possibilité de lui demander de l aide -Donner le crédit aux employés pour le travail effectué

27 SOUTIEN SOCIAL DES COLLÈGUES -Me donnent l impression que je fais partie de l équipe -Relations amicales -Aide en cas d urgence -S intéressent à moi 27 -Possibilité de les consulter pour des conseils

28 Rapports d incidence (RI) ajustés* des épisodes d absence du travail pour des problèmes de santé mentale en fonction de contraintes de travail des infirmières en (N=1316) 6 RI 5, ,92 2,92 1,25 1,49 2,09 1,07 2,77 1,49 2,87 2,28 1,91 1,62 1,16 1,27 0 Demande psychologique élevée (DP+) Faible latitude décisionnelle (LD-) DP + et LD - Faible soutien social au travail Faible reconnaissance 28 * Ajustés pour l âge et le statut d emploi

29 Le modèle déséquilibre effortreconnaissance (Siegrist 1996) demandes / obligations effort -salaire -estime/respect - promotion/ sécurité reconnais -sance Déséquilibre maintenu si pas d alternative disponible si accepté pour des raisons stratégiques si traits de personnalité présents (surinvestissement)

30 Les composantes de l effort (Siegrist) EFFORT ÉLEVÉ EFFORT EXTRINSÈQUE : - CONTRAINTES DE TEMPS/surcharge - INTERRUPTIONS FRÉQUENTES -RESPONSABILITÉS ÉLEVÉES -EFFORTS PHYSIQUES - TEMPS SUPPLÉMENTAIRE -EXIGENCES ACCRUES EFFORT INTRINSÈQUE : -PRESSÉ PAR LE TEMPS -OMNIPRÉSENCE DU TRAVAIL - INAPTITUDE À SE DISTANCER DU TRAVAIL - TRAVAIL EMPÈCHE DE DORMIR 30

31 RECONNAISSANCE Respect des supérieurs Respect des collègues Soutien satisfaisant dans les situations difficiles Traitement juste Sécurité d emploi menacée Position professionnelle correspondant à la formation Vu tous les efforts : Respect et estime au travail Salaire satisfaisant Bonnes perspectives de promotion

32 Niveau de risque 6 Risques ajustés (*) de mortalité cardiovasculaire en fonction de la tension élevée au travail et du déséquilibre effort-reconnaissance (1) 5,73 5 4, ,20 2,42 1 1,04 1,02 0 Tension élevée au travail Déséquilibre effort-reconnaissance (1) Réf. Kivinmäki et coll., 2002, «Work stress and risk of cardiovascular mortality : prospective cohort study of industrial employees», BMJ, 325: * Ajustés pour l âge, le sexe, la catégorie professionnelle, le tabagisme, l activité physique, la tension artérielle systolique, le cholestérol et l indice de masse corporelle.

33 COMPARAISON DES MODÈLES DE KARASEK ET DE SIEGRIST AU REGARD DES CONCEPTS DE BASE ET DES OBJETS D ANALYSE KARASEK SIEGRIST CONCEPTS Contrôle Réciprocité DE BASE : Habiletés au travail Justice sociale au travail OBJETS Dimensions liées à l organisation Dimensions liées aussi au marché D ANALYSE : du travail : du travail : - Structure de pouvoir au travail - Salaire - Division du travail - Opportunités de carrière - Démocratie au travail - Sécurité d emploi Notions plus globales de : Notions plus globales de : - Apprentissage - Équité - Développement d habiletés - Justice distributive 33

34 MÉLANGE TOXIQUE Demande psychologique + Latitude décisionnelle Soutien social Reconnaissance ATTEINTES À LA SANTÉ

35 LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE * Conduite vexatoire se manifestant soit par des comportements, des paroles, des actes ou des gestes répétés, qui sont hostiles ou non désirés, laquelle porte atteinte à la dignité ou à l intégrité psychologique ou physique du salarié et qui entraîne, pour celui-ci, un milieu de travail néfaste. 35 Une seule conduite grave peut aussi constituer du harcèlement psychologique si elle porte une telle atteinte et produit un effet nocif continu pour le salarié. * Loi n o 143, Loi modifiant la Loi sur les normes du travail et d autres dispositions législatives, art

36 JUSTICE ORGANISATIONNELLE 1. Composante relationnelle -Capacité du supérieur à prendre en considération le point de vue de l employé et à le traiter de façon juste et équitable 2. Composante procédurale -L impartialité (fairness) dans les processus formels de prise de décision 36

37 CONCLUSION Un environnement psychosocial «salutogène» doit répondre aux besoins fondamentaux de l être humain: EFFICACITÉ PERSONNELLE (Self-efficacy) Perception d une personne de ses capacités à accomplir une tâche Sentiment de contrôle ESTIME DE SOI (Self-esteem) Expérience de valorisation Sentiment d approbation et de succès APPARTENANCE (belonging) soutien et réseau social 37

38 Quelques caractéristiques des organisations performantes (1-3) Autonomie et possibilités d apprentissage. Soutien des supérieurs et des collègues pour la réussite du travail. Intérêt de la haute direction pour le bien-être des salariés. Participation de l employé à la prise de décisions dans son unité. La sécurité d emploi (1)Families and Work Institute, «When Work Works survey»,2002. National Study on The Changing Workforce [ 38 (2)Pfeffer, J. «The Human Equation : building profits by putting people first», Harvard Business School Press, Boston, (3) «Un premier pas vers l efficacité de la main-d œuvre : comprendre les points de vue des salariés», étude Mondiale sur la main-d œuvre, Towers Perrin, 2005.

39 Merci de votre attention!

squelettique Importance pressentie des troubles de santé psychologique Sollicitation par les centres d urgence d

squelettique Importance pressentie des troubles de santé psychologique Sollicitation par les centres d urgence d Étude chez les prépos posés s des centres d appels d d urgence : la première phase d une d démarche de prévention des troubles de santé psychologique et musculo-squelettique squelettique Présenté par Louise

Plus en détail

BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Et Hygiène? Dr JC Perréand-Centre Hospitalier Valence

BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Et Hygiène? Dr JC Perréand-Centre Hospitalier Valence BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE Et Hygiène? De quoi parle-t-on? Burn.Out. ou syndrome d épuisement professionnel : «maladie caractérisée par un ensemble de signes, de symptômes et de modifications

Plus en détail

Burn out des professionnels de santé. Quels facteurs? Comment le mesurer? Quelles conséquences?

Burn out des professionnels de santé. Quels facteurs? Comment le mesurer? Quelles conséquences? Burn out des professionnels de santé Quels facteurs? Comment le mesurer? Quelles conséquences? Docteur Jean-Claude PERREAND Centre Hospitalier de Valence De quoi parle t-on? Burn out, ou syndrome d épuisement

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

Le médecin du travail et l usage du chiffre

Le médecin du travail et l usage du chiffre Le médecin du travail et l usage du chiffre Age et TMS De la clinique aux indicateurs La santé perçue Santé Psychique Santé Physique 70% 65% 65% 64% Géricots 2000 60% 54% 57% Répondants 50% 43% 46% Le

Plus en détail

LA CHARGE DE TRAVAIL: UN

LA CHARGE DE TRAVAIL: UN LA CHARGE DE TRAVAIL: UN PROBLÈME COMPLEXE JEAN PIERRE BRUN PROFESSEUR TITULAIRE DE LA CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL www.cgsst.com «Nous vivons dans un monde où l urgence

Plus en détail

Revue de la littérature en épidémiologie sur les facteurs psychosociaux au travail. Anne DUBURCQ Laurène COUROUVE Francis FAGNANI

Revue de la littérature en épidémiologie sur les facteurs psychosociaux au travail. Anne DUBURCQ Laurène COUROUVE Francis FAGNANI Revue de la littérature en épidémiologie sur les facteurs psychosociaux au travail Anne DUBURCQ Laurène COUROUVE Francis FAGNANI Contexte Nombreux modèles sur les facteurs psychosociaux au travail Liens

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES ET DE SANTÉ PSYCHOLOGIQUE DANS LES CENTRES D URGENCE 9-1-1

LES TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES ET DE SANTÉ PSYCHOLOGIQUE DANS LES CENTRES D URGENCE 9-1-1 LES TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES ET DE SANTÉ PSYCHOLOGIQUE DANS LES CENTRES D URGENCE 9-1-1 Georges Toulouse a, Louise St-Arnaud b Renée Bourbonnais bc, Jean Damasse b, Denise Chicoine a a Institut de

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

Entreprises Citoyennes: Sécurité et Risques Industriels. Journées Annuelles du Pétrole. Christiane Muller, Air Liquide. Les Hydrocarbures de l extrême

Entreprises Citoyennes: Sécurité et Risques Industriels. Journées Annuelles du Pétrole. Christiane Muller, Air Liquide. Les Hydrocarbures de l extrême Journées Annuelles du Pétrole Entreprises Citoyennes: Sécurité et Risques Industriels Christiane Muller, Air Liquide Air Liquide en bref Fournisseur de gaz industriels & médicaux et de services associés

Plus en détail

LA SANTE AU TRAVAIL DES SALARIES DE LA SNCF EN REGION BRETAGNE. Synthèse de l enquête auprès des salariés de la SNCF en Bretagne.

LA SANTE AU TRAVAIL DES SALARIES DE LA SNCF EN REGION BRETAGNE. Synthèse de l enquête auprès des salariés de la SNCF en Bretagne. LA SANTE AU TRAVAIL DES SALARIES DE LA SNCF EN REGION BRETAGNE Synthèse de l enquête auprès des salariés de la SNCF en Bretagne Octobre 2010 Marion Brancourt Colette Franciosi Etude «la santé et ses relations

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

ENQUÊTE CARREFOUR SANTÉ SOCIAL 2011. Étude des risques psychosociaux, de l épuisement professionnel et des troubles musculo-squelettiques

ENQUÊTE CARREFOUR SANTÉ SOCIAL 2011. Étude des risques psychosociaux, de l épuisement professionnel et des troubles musculo-squelettiques ENQUÊTE CARREFOUR SANTÉ SOCIAL 2011 Étude des risques psychosociaux, de l épuisement professionnel et des troubles musculo-squelettiques Carrefour Santé Social - 30 janvier 2012 INTRODUCTION Rose SAILLARD,

Plus en détail

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470 RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITES DE SERVICES 1 Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques Yves Cousson - INRS Pour vous aider à : réduire le bruit

Plus en détail

Les effets nocifs du bruit sur l'homme

Les effets nocifs du bruit sur l'homme La santé n'est pas seulement l'absence de maladie mais un état de complet bien être physique, mental et social (OMS) Le bruit est un ensemble confus de sons non désirés (Littré) ou un ensemble de sons

Plus en détail

Démarche de prévention des TMS et outils pour l action

Démarche de prévention des TMS et outils pour l action Démarche de prévention des TMS et outils pour l action Ce document a pour objet de présenter de manière synthétique la démarche de prévention des TMS du membre supérieur avec des outils opérationnels permettant

Plus en détail

La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion

La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion Pierre-Sébastien Fournier Sylvie Montreuil Maude Villeneuve Jean-Pierre Brun Un facteur de risque Intensification

Plus en détail

Le risque TMS chez les intervenants à domicile

Le risque TMS chez les intervenants à domicile Le risque TMS chez les intervenants à domicile Quelques chiffres accident est dû aux manutentions manuelles Quelques chiffres + de 85% des maladies professionnelles sont des T.M.S. 5 tableaux de maladies

Plus en détail

Carlo Diederich Directeur Santé&Spa. Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu

Carlo Diederich Directeur Santé&Spa. Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu Carlo Diederich Directeur Santé&Spa Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu Mondorf Healthcare at work Nouveau service destiné aux entreprises en collaboration avec les Services de Médecine du Travail

Plus en détail

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Les facteurs de pénibilité applicables au 1 er janvier 2015 T R A V A I L D E N U I T T R A V A I L E N É Q U I P E S S U C C E S S I V

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

La démarche ergonomique

La démarche ergonomique La démarche ergonomique Réunion Club Environnement Sécurité Mardi 26 juin 2007 CCI du Mans et de la Sarthe Ce qui est dit «L ergonomie, ça sert à rien» «L ergonomie, ça coute cher» «L ergonomie, c est

Plus en détail

Pistes pour une évaluation économique des politiques de prévention en santé au travail

Pistes pour une évaluation économique des politiques de prévention en santé au travail Pistes pour une évaluation économique des politiques de prévention en santé au travail Hélène Sultan-Taïeb Laboratoire d Economie et Gestion (UMR CNRS 5118) Université de Bourgogne Travaux menés en collaboration

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Tarik Chakor. To cite this version: HAL Id: hal-00584414 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00584414

Tarik Chakor. To cite this version: HAL Id: hal-00584414 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00584414 La promotion du bien-être et la prévention des risques psychosociaux au sein de la sphère professionnelle : des représentations divergentes aux enjeux préventifs Tarik Chakor To cite this version: Tarik

Plus en détail

Ergonomie et Prévention des risques professionnels

Ergonomie et Prévention des risques professionnels Ergonomie et Prévention des risques professionnels Catalogue des formations AVISErgonomique Laurent AVISSE Laurent AVISSE Ergonome Consultant 29, Rue de Montbazon 37 300 JOUE-LES-TOURS Tél : 06 09 44 30

Plus en détail

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28)

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et

Plus en détail

assurance collective Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en assurance collective

assurance collective Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en assurance collective Les forces du changement en assurance collective Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en assurance collective La pénurie de main-d œuvre ralentira la croissance D ici 2030, il manquera 363 000 travailleurs

Plus en détail

Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement

Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement TITRE DU CONSORTIUM : Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement RESPONSABLES : Alexis Descatha, UMS 011, Villejuif ; Yves Roquelaure, LEEST, Angers ; Bradley Evanoff,

Plus en détail

Calendrier des formations INTER en 2011

Calendrier des formations INTER en 2011 Calendrier des formations INTER en 2011 THEMES Liste des formations INTER MOTIVEZ ET DYNAMISEZ VOS EQUIPES 98 % de participants satisfaits et se sentant reconnus à la sortie de nos formations! L environnement

Plus en détail

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA A Sobaszek, A Trichard, De Gaudemaris

Plus en détail

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants Premiers résultats Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Objectifs de l enqul enquête Mieux identifier la souffrance psychique

Plus en détail

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS)

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS) Repères Les troubles musculo-squelettiques (TMS) rassemblent un ensemble large de pathologies qui affectent les muscles, les tendons et les nerfs des membres supérieurs et inférieurs au niveau du poignet,

Plus en détail

Dares Analyses. Pilotage du travail et risques psychosociaux

Dares Analyses. Pilotage du travail et risques psychosociaux Dares Analyses janvier 215 N 3 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Pilotage du travail et risques psychosociaux Selon l enquête Sumer 2, un tiers

Plus en détail

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com Feel Well Work Well POUR MIEUX TRAVAILLER ensemble LE CAPITAL HUMAIN RESTE LA

Plus en détail

La recherche qualitative est-elle nécessairement exploratoire?

La recherche qualitative est-elle nécessairement exploratoire? La recherche qualitative est-elle nécessairement exploratoire? Louis Trudel, Ph.D. Université Laval Claudine Simard, doctorante Université Laval Nicolas Vonarx, Ph.D. Université Laval Résumé Les recherches,

Plus en détail

Risques liés à l'activité physique au travail. Mireille Loizeau

Risques liés à l'activité physique au travail. Mireille Loizeau Risques liés à l'activité physique au travail Mireille Loizeau Cours DIUST Paris Descartes-20 janvier 2015 1 Activité physique 2 Définition Quotidien Travail Loisirs Sports... Définition Organisation Mondiale

Plus en détail

EVALUATION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX (RPS) Document Unique d'evaluation des Risques professionnels

EVALUATION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX (RPS) Document Unique d'evaluation des Risques professionnels EVALUATION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX (RPS) Complément au guide méthodologique d'aide à la réalisation du Document Unique d'evaluation des Risques professionnels Mission Santé et Sécurité Académie de Rouen

Plus en détail

Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi?

Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi? Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi? Prof. N. Burnay Université de Namur Université catholique de Louvain En guise d introduction Important changement démographique

Plus en détail

Elaboration d une méthodologie définissant un indicateur représentatif du risque sanitaire induit par les nuisances sonores en milieu urbain

Elaboration d une méthodologie définissant un indicateur représentatif du risque sanitaire induit par les nuisances sonores en milieu urbain Elaboration d une méthodologie définissant un indicateur représentatif du risque sanitaire induit par les nuisances sonores en milieu urbain Marine Baulac Delphine Bourgois, Solène Marry, Christophe Goeury,

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

AIDE A DOMICILE Etude sur les troubles musculosquelettiques

AIDE A DOMICILE Etude sur les troubles musculosquelettiques AIDE A DOMICILE Etude sur les troubles musculosquelettiques Etude suivie et réalisée en 2008 par un groupe de travail pluridisciplinaire : Docteur Hélène CARLIER, médecin du travail Docteur Catherine GERLIER,

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Où avez-vous entendu parler de la Maison de la Famille Joli-Cœur :

Où avez-vous entendu parler de la Maison de la Famille Joli-Cœur : FORMULAIRE D INSCRIPTION ATELIERS PARENTS/ENFANTS ATELIER Où avez-vous entendu parler de la Maison de la Famille Joli-Cœur : Nom du parent : Date de naissance du parent : Nom de l enfant : Date de naissance

Plus en détail

Question 1 (Relève) Question 2 (Plan d expansion)

Question 1 (Relève) Question 2 (Plan d expansion) Question 1 (Relève) Quel est le pourcentage d employés dans les postes clés qui prendront leur retraite dans les cinq prochaines années? a) Moins de 10 % b) 10 % à 30 % c) 31 % à 50 % d) Plus de 50 % Si

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

2. Présentation d une intervention dans l une des entreprises

2. Présentation d une intervention dans l une des entreprises Approche ergonomique des troubles musculosquelettiques (TMS) au sein de trois entreprises basées en Suisse Juin 2007 Andréa Neiva, Aurélia Pellaux, Daniel Ramaciotti ERGOrama sa Genève & Université de

Plus en détail

L'exposition aux risques professionnels dans la Fonction publique : une première analyse par métier à partir de l'enquête SUMER 2009-2010*

L'exposition aux risques professionnels dans la Fonction publique : une première analyse par métier à partir de l'enquête SUMER 2009-2010* TF 217 L'exposition aux risques professionnels dans la Fonction publique : une première analyse par métier à partir de l'enquête SUMER 2009-2010* SUMER en résumé AUTEUR : E. Davie, département des études

Plus en détail

La santé au travail des salariés de plus de 50 ans

La santé au travail des salariés de plus de 50 ans La santé au travail des salariés de plus de 5 Anne-Françoise Molinié* Les salariés quinquagénaires déclarent souvent des troubles de santé qui sont plus fréquents, et ne coïncident que partiellement avec

Plus en détail

Maîtriser le risque de TMS du membre supérieur lies au travail

Maîtriser le risque de TMS du membre supérieur lies au travail Maîtriser le risque de TMS du membre supérieur lies au travail Dr Michel APTEL Laboratoire de Biomécanique et d'ergonomie Centre de recherche de l'inrs Les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) liés au

Plus en détail

La main au travail : exemple du syndrome du canal carpien

La main au travail : exemple du syndrome du canal carpien La main au travail : exemple du syndrome du canal carpien 27 Mars 2015 Dr Emilie Chazelle, coordonnateur du programme TMS Institut de veille sanitaire Journées d étude de la Société de Réadaptation du

Plus en détail

Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie?

Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie? 18 2 e semestre 2012/HesaMag #06 Dossier spécial 7/34 Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie? La protection du bien-être au travail est un droit des salariés.

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 1 Sommaire Enquête sur les représentations, les attitudes, les connaissances et les pratiques du sommeil des jeunes adultes en France...3 Les durées

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

414.712 Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées

414.712 Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées du 2 septembre 2005 (Etat le 1 er mai 2009) Le Département fédéral de l économie,

Plus en détail

Modèles prédictifs belges de l absentéisme pour cause de maladie ou d accident.

Modèles prédictifs belges de l absentéisme pour cause de maladie ou d accident. Modèles prédictifs belges de l absentéisme pour cause de maladie ou d accident. Avant-propos L étude belge sur le stress au Travail, en abrégé BELSTRESS est une étude multidisciplinaire et longitudinale

Plus en détail

LE MARKETING SOCIAL ET

LE MARKETING SOCIAL ET LE MARKETING SOCIAL ET LA PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE MARIE-HÉLÈNE GAGNÉ 6ème Colloque québécois sur la maltraitance envers les enfants et les adolescents Montréal, 29 octobre 2013 LE FARDEAU DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

Santé mentale et travail : un exemple de réseau r de surveillance épidémiologique en France. Programme SAMOTRACE

Santé mentale et travail : un exemple de réseau r de surveillance épidémiologique en France. Programme SAMOTRACE Santé mentale et travail : un exemple de réseau r de surveillance épidémiologique en France Dr Christine Cohidon Département Santé-Travail Institut de veille sanitaire UMRESTTE (Lyon) 1 Programme SAMOTRACE

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE DIAGNOSTIC RAPIDE DES NIVEAUX DE CPO ET TMS EN ETABLISSEMENTS DE SOIN

QUESTIONNAIRE DE DIAGNOSTIC RAPIDE DES NIVEAUX DE CPO ET TMS EN ETABLISSEMENTS DE SOIN NOTE EXPLICATIVE ORSOSA QUESTIONNAIRE DE DIAGNOSTIC RAPIDE DES NIVEAUX DE CPO ET TMS EN ETABLISSEMENTS DE SOIN Ce document détaille le contenu des questionnaires établis lors de la cohorte ORSOSA 1 et

Plus en détail

INTÉGRATION DE QUESTIONNAIRES PSYCHOSOCIAUX DANS UN CADRE D INTERVENTION ERGONOMIQUE SUR LES TMS

INTÉGRATION DE QUESTIONNAIRES PSYCHOSOCIAUX DANS UN CADRE D INTERVENTION ERGONOMIQUE SUR LES TMS INTÉGRATION DE QUESTIONNAIRES PSYCHOSOCIAUX DANS UN CADRE D INTERVENTION ERGONOMIQUE SUR LES TMS Monique Lortie*, Priscille Hastey** et Kelvin Mo*** * Professeur, Sciences biologiques, UQAM, C.P. 8888

Plus en détail

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence Justice alternative Lac-Saint-Jean Printemps 2013 OBJECTIFS Démystifier la problématique violence. Promouvoir les solutions pacifiques en matière de résolution de

Plus en détail

414.712 Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées

414.712 Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées Ordonnance du DFE concernant les filières d études, les études postgrades et les titres dans les hautes écoles spécialisées du 2 septembre 2005 (Etat le 1 er février 2011) Le Département fédéral de l économie,

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Risques liés à l'activité physique au travail Hyper sollicitation articulaire

Risques liés à l'activité physique au travail Hyper sollicitation articulaire Risques liés à l'activité physique au travail Hyper sollicitation articulaire Mireille Loizeau Cours DIUST Paris Descartes-20 janvier 2015 1 Définition et facteurs de risque 2 Définition Contraintes bio-mécaniques,

Plus en détail

Découvrez un nouveau métier :

Découvrez un nouveau métier : Institut Français de Coaching en Sport - Santé - Bien-Être Découvrez un nouveau métier : 1 er Formation de coaching* réunissant 3 domaines : La Prévention Santé (prévenir les principales maladies de civilisation)

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Une approche interdisciplinaire et intégrative neuropsychologie psychologie neuroanatomie linguistique philosophie SCIENCES COGNITIVES logique/probas neurosciences

Plus en détail

SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI

SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE DES TMS EN ENTREPRISES : LES RESULTATS DU SUIVI A TROIS ANS DE LA COHORTE COSALI Elise CHIRON 1, Yves ROQUELAURE 1, Catherine HA 2, Annie TOURANCHET 3, Annette LECLERC 4, Marcel

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Comment concilier «bienêtre» et «performance collective»? Comment aider les opérationnels à assumer leur responsabilité managériale,

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves

L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves Cet atelier portera sur 1. la recherche dans la documentation de sources pertinentes; 2. l évaluation

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

A. BONNEFOND Maître de conférences en neuroscience cognitive Laboratoire d imagerie et de neuroscience cognitive Université de Strasbourg

A. BONNEFOND Maître de conférences en neuroscience cognitive Laboratoire d imagerie et de neuroscience cognitive Université de Strasbourg Sommeil de courte durée, vigilance et travail de nuit A. BONNEFOND Maître de conférences en neuroscience cognitive Laboratoire d imagerie et de neuroscience cognitive Université de Strasbourg Sommeil de

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Après dix ans de recherche, huit docteurs en Sciences Humaines ont conçu une méthode innovante au service du savoir-être et

Plus en détail

Conseils sur la gestion des risques associés au stress en milieu de travail

Conseils sur la gestion des risques associés au stress en milieu de travail Santé Canada Health Canada Health Canada Santé Canada sur la gestion des risques associés au stress en milieu de travail Ce document a été divisé dans une série de fichiers pour faciliter leur téléchargement

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 novembre 2012 Cadre de mieux-être en Le cadre de notre

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Démarche d évaluation médicale et histoire professionnelle

Démarche d évaluation médicale et histoire professionnelle révention Comment évaluer les troubles musculosquelettiques (TMS) reliés au travail? L histoire professionnelle est le meilleur outil pour dépister les TMS et les prévenir Ce questionnaire de dépistage

Plus en détail

LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC

LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC Par: Jean-Pierre Brun, professeur Éric Plante, Professionnel de recherche Sondage par: Léger Marketing Mars 2004 DÉFINITION DU HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

En quoi consistera ce jeu?

En quoi consistera ce jeu? 1 Projet Comité d Education à la Santé et à la Citoyenneté inter degré Création jeu par les élèves de l école du Gliesberg, de l école Martin Schongauer et du collège Hans Arp de Strasbourg Création d

Plus en détail

LES FACTEURS PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL Une évaluation par le questionnaire de Karasek dans l enquête Sumer 2003

LES FACTEURS PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL Une évaluation par le questionnaire de Karasek dans l enquête Sumer 2003 Mai 2008 - N 22.1 LES FACTEURS PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL Une évaluation par le questionnaire de Karasek dans l enquête Sumer 2003 ENQUÊTE «SUMER 2003» Les femmes sont davantage exposées que les hommes au

Plus en détail

Lettre d information. Secrétariat général du Comité permanent du Conseil d orientation sur les conditions de travail

Lettre d information. Secrétariat général du Comité permanent du Conseil d orientation sur les conditions de travail Secrétariat général du Comité permanent du Conseil d orientation sur les conditions de travail Lettre d information N 5 décembre 2010 Pourquoi une lettre d information du Comité permanent? Cette lettre

Plus en détail

Comment détecter les risques psychosociaux en entreprise?

Comment détecter les risques psychosociaux en entreprise? Pourquoi identifier les risques psychosociaux en entreprise? Pour respecter l obligation de préserver la santé des salariés. Pour diminuer les accidents du travail, les maladies professionnelles, l absentéisme

Plus en détail

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE)

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Ce questionnaire vous aidera à juger si vous devez consulter un clinicien pour votre dépression, si

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent)

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) Colloque Européen et International THS 10, le 14 octobre 2011 Marthylle LAGADEC Marie GRALL-BRONNEC,

Plus en détail

Conférence: Lieux de travail sains : bon pour vous, bon pour les affaires!

Conférence: Lieux de travail sains : bon pour vous, bon pour les affaires! Conférence: Lieux de travail sains : bon pour vous, bon pour les affaires! La cohésion d'équipe et le rôle moteur que l'employeur peut jouer dans un environnement multiculturel croissant Jean-Pierre Faber

Plus en détail

2013-2014. psychologie. UFR des Sciences de l Homme

2013-2014. psychologie. UFR des Sciences de l Homme 2013-2014 DU LYCÉE À L UNIVERSITÉ psychologie UFR des Sciences de l Homme OBJECTIFS de la formation Vous êtes intéressé par les études de psychologie? A l Université Bordeaux Segalen, cette formation s

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation De «pair patient» à «pair aidant» : vers de nouvelles fonctions des destinataires de l action médico-sociale? Présentation Association Trait d Union 07.02.2014 Esther Hartmann, Pro Mente Sana Florence

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION Dans le contexte actuel où la main-d œuvre qualifiée se fait plus rare, où les employés connaissent leur valeur et sont mobiles, le modèle de gestion autoritaire n est plus approprié. De nos

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008 LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES Le 2 décembre 2008 DEROULEMENT DE LA RENCONTRE 1ère partie : les localisations des TMS, les facteurs d'apparition, la prise en charge thérapeutique 2ème partie : les chiffres

Plus en détail