Vous avez dit liquidité? septembre 2012 BLACKROCK INVESTMENT INSTITUTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vous avez dit liquidité? septembre 2012 BLACKROCK INVESTMENT INSTITUTE"

Transcription

1 Vous avez dit liquidité? septembre 212 BLACKROCK INVESTMENT INSTITUTE

2 Sommaire Introduction et résumé... 2 Dommages collatéraux... 4 Le problème de la liquidité... 6 Une liquidité quasi inexistante... 9 A propos de BlackRock Investment Institute Le BlackRock Investment Institute s appuie sur l expertise de BlackRock en matière de classes d actifs, de segments de clientèle et de régions pour publier des informations permettant aux gestionnaires de portefeuilles de BlackRock d optimiser leurs investissements et de générer des performances positives pour les clients. Richard Prager Responsable du trading et des stratégies de liquidité de BlackRock Supurna Vedbrat Responsable de l équipe Market Structure et Electronic Trading de BlackRock Chris Vogel Chief Investment Strategist, BlackRock ishares Directeur Responsable de la rédacteur exécutif stratégie d investissement en chef Lee Kempler Ewen Cameron Watt Jack Reerink Ewen Cameron Watt Responsable de la stratégie d investissement, BlackRock Investment Institute Les opinions exprimées le sont au mois de septembre 212 et sont susceptibles de changer si les conditions varient. Vous avez dit liquidité?

3 Les obstacles à la liquidité Les nouvelles réglementations des services financiers sont l une des conséquences de la crise. Elles sont censées réduire le risque d une nouvelle crise du crédit et porter la transparence à des niveaux politiquement acceptables. Banquiers et négociants ont déjà commencé à respecter ces réglementations en se désengageant du marché et en vendant les actifs «risqués». ``Le renforcement des normes de fonds propres : le dispositif de Bâle III impose que les banques accroissent leur ratio de fonds propres à 7 % de leurs actifs pondérés par les risques d ici 219, soit près de trois fois le niveau actuellement exigé. Les banques d envergure mondiale doivent conserver un volant supplémentaire de 2,5 %. Afin de renforcer leurs fonds propres, les banques peuvent soit émettre de nouvelles actions (une opération coûteuse compte tenu de la frilosité actuelle des investisseurs) soit réduire leur exposition aux actifs à risque (ce qui pourrait peser sur la liquidité du marché). Elles doivent détenir suffisamment «d actifs liquides de qualité supérieure» pour faire face aux sorties nettes de trésorerie attendues sur une période de 3 jours calendaires. ``La limitation des activités de trading pour compte propre : la règle Volcker, proposée dans le cadre des réformes Dodd-Frank Wall Street, limite les activités de trading pour compte propre. Les autorités de tutelle d autres pays de la planète sont en train de mettre en œuvre des mesures similaires. ``Les interdictions et les taxes : les interdictions de ventes à découvert réduisent la liquidité des instruments sous-jacents, notamment parce qu elles s appliquent généralement lors de périodes de tensions sur les marchés lorsque la liquidité est déjà faible. Les taxes sur les transactions financières peuvent entraver la liquidité et obliger les investisseurs à acquitter tôt ou tard des coûts plus élevés. ``Le retour à des produits simples : certains produits structurés complexes et opaques ont explosé pendant la crise financière. Aujourd hui, nombreux sont les investisseurs qui se tiennent à l écart de tels produits, ce qui nuit à la liquidité des marchés du crédit. Parallèlement, les autorités de tutelle sont en train de changer la donne en imposant la compensation centralisée de nombreux produits dérivés négociés de gré à gré (OTC). ` ` Les baisses de notation : les agences de notation sont en train de baisser les notations des dettes souveraines et des banques. Cette évolution fait que les banques se voient contraintes de renforcer leurs fonds propres, les dettes souveraines étant désormais jugées trop risquées, et qu elles ne peuvent plus servir de contrepartie pour certaines transactions, celles de gré à gré notamment. BlackRock investment institute [1]

4 Introduction et résumé Le renforcement des exigences de fonds propres, la limitation des activités de trading pour compte propre, l évolution vers une compensation centralisée des swaps et les déclassements réguliers des notes des dettes souveraines et des banques mondiales sont autant de forces qui bouleversent l échiquier financier. Ces vagues réglementaires et ces réformes politiques qui résultent en partie des blessures que s est infligées le secteur financier (pertes de trading, excès) accroissent les risques de diminution de la liquidité. Sur quoi déboucheront-elles? Vraisemblablement sur un marché plus transparent mais moins dynamique pour de nombres titres et des coûts plus élevés pour les investisseurs. Avec à la clef un élargissement des fourchettes entre prix offerts et prix demandés, des écarts de prix imputables à l actualité macroéconomique et surtout moins de latitude pour prendre des positions d une certaine taille sans affecter sensiblement le cours d un titre. Les marchés obligataires montrent les premiers signes de cette nouvelle donne en matière de liquidité. À première vue, ils sont en plein essor. Les nouvelles émissions atteignent des records, les entreprises profitant de taux d intérêt historiquement bas, tandis que les investisseurs en quête de rendement tirent les prix des obligations d entreprise et d autres produits de spread à la hausse. Mais si l on y regarde de plus près, les choses ne sont pas si simples. Pour pouvoir passer leurs ordres, les opérateurs doivent les scinder en blocs de petite taille. La liquidité est concentrée sur les nouvelles émissions d un montant élevé, et diminue sensiblement pour les obligations moins récentes et de taille moindre. De plus en plus souvent, les obligations liquides affichent une prime par rapport aux autres. Et personne n ose imaginer quel sera l impact d un essoufflement, voire d un retournement, de cette tendance haussière sur la liquidité. Pour l heure, la liquidité est toujours abondante et un assèchement apparaît peu probable dans un avenir proche. Mais tout peut aller très vite. Les investisseurs doivent s adapter à cette nouvelle donne, tout en gardant à l esprit que nous n en sommes peut-être qu aux prémices : ``Les beaux jours du crédit du début des années 2 sont bel et bien révolus. La liquidité était alors abondante, le niveau de levier élevé, la profondeur du marché (à savoir sa capacité à absorber facilement des ordres portant sur des montants importants) importante et les fourchettes achat/vente n avaient jamais été aussi étroites. Une telle situation représentait probablement une anomalie. ``Un scénario de type «retour vers le futur» est probable. Cela signifie des marchés avec des poches de liquidité, des écarts de prix s expliquant par la facilité avec laquelle un titre se vend ou s achète et un regain d intérêt pour la capacité à réaliser des transactions financières sur de nombreuses plateformes de négociation. Un tel scénario expose les portefeuilles à des risques mais offre également des opportunités aux investisseurs judicieux. [2] Vous avez dit liquidité?

5 ``Il convient de surveiller la capacité d absorption du marché. Un manque de liquidité empêche parfois les investisseurs d allouer autant de capitaux qu ils le voudraient à leurs meilleures idées d investissement. Un investisseur rigoureux évalue généralement si la profondeur du marché est suffisante pour pouvoir initier une position et surtout pour la céder dans de bonnes conditions. Le marché s apparente en effet parfois, un casier à homards : il est plus facile d y entrer que d en sortir. ``Il n existe pas de couverture parfaite. La crise financière a montré que la liquidité est essentielle et que les stratégies de diversification ne foncationnent pas toujours en période de tensions sur les marchés. En conséquence, de nombreuses couvertures prendront désormais la forme d instruments (liquides) peu sophistiqués négociés sur des marchés réglementés, plutôt que de produits sur mesure intéressants en théorie. Par exemple, les options d achat sur les valeurs du Trésor américain d échéance longue jouent actuellement le rôle de couverture contre les vagues d aversion pour le risque. ``La liquidité peut être utilisée dans le cadre d investissements de valeur relative. Il s agit là d une stratégie incontournable en période de stagnation des marchés caractérisée par une évolution en dents-de-scie de l aversion pour le risque (cf. publication intitulée «La croissance est au point mort mais il est trop tôt pour parler de récession» parue en juillet 212). Les investisseurs peuvent tirer parti de situations dans lesquelles un titre affiche une prime ou une décote de liquidité qui ne reflète pas sa valeur sous-jacente. Ceux dont les horizons d investissement sont lointains peuvent exploiter le manque de liquidité du marché en investissant dans des actifs décotés, qui se négocient difficilement. ` ` L amélioration de la transparence des prix ne se traduira pas nécessairement par un accroissement de la liquidité. Dans les faits, c est même le contraire qui risque de se produire. Les négociants n aiment pas dévoiler leurs positions de peur de ne pouvoir les céder notamment dans une nouvelle ère où il devient plus coûteux de détenir des actifs risqués. Où placer mon argent? TM ``Travail en amont: évaluez l impact probable d un investissement sur le marché. À quels prix pouvezvous initier et dénouer votre position? Certaines de vos meilleures idées d investissement devront peutêtre être reléguées au second plan. ``Opportunités en matière de liquidité: les investisseurs dont l horizon d investissement est plus lointain peuvent tirer parti des écarts de prix entre les titres liquides et ceux qui se négocient difficilement. ``Instruments peu sophistiqués: protégez votre portefeuille à l aide de produits de couverture liquides, négociés sur des marchés réglementés. Ils ne sont peut-être pas parfaits mais ils ont le mérite d être négociables. BlackRock investment institute [3]

6 Dommages collatéraux Le monde semble regorger de liquidités. Les banques centrales ont réduit les taux d intérêt à des niveaux historiquement bas et procédé à des achats massifs d actifs afin de ranimer la croissance économique. Selon la recherche de Deutsche Bank, les achats d emprunts d État et d autres titres, effectués par les banques centrales des États-Unis, de la zone euro, de la Chine, du Japon, de la Grande-Bretagne et de la Suisse ont permis d injecter près de 9 milliards de dollars dans le circuit monétaire depuis 27. Ces injections de liquidités monétaires n ont pas permis de créer autant de crédit que prévu. En fait, au cours de la décennie passée, les multiplicateurs monétaires ont régulièrement diminué dans les pays développés, freinant l inflation dans la majeure partie d entre eux. Le crédit est en effet tributaire du collatéral or, depuis la crise financière, les investisseurs sont devenus nettement plus sélectifs en matière de garanties et accumulent des valeurs refuge telles que les obligations d État américaines, japonaises, allemandes et britanniques. Les nouvelles réglementations comme celle concernant la compensation centralisée des produits dérivés négociés de gré à gré ne font qu alimenter encore la demande d actifs de qualité supérieure et encouragent l accumulation d obligations d État de premier ordre (au demeurant surévaluées à l aune de nombreux indicateurs). L agonie des produits structurés (instruments liés au marché qui utilisent des dérivés négociés de gré à gré) témoigne quant à elle de la frilosité des investisseurs à l égard des actifs jugés trop risqués. L activité de création et de vente de produits structurés a soutenu la majeure partie des opérations sur les instruments obligataires pendant la bulle du début des années 2. (Elle a également permis de dégager d énormes bénéfices dans l activité de trading et de banque d investissement qui se sont évaporés lorsque le marché a implosé.) Autrefois très porteur, ce segment pèse désormais sur la liquidité. Quand la machine du crédit s enraye Encours et émissions de CDO, ÉMISSIONS DE CDO (EN MILLIARDS DE DOLLARS) Émissions Encours 1,5 1, Sources: MUS Securities Industry and Financial Markets Association. N.B. : Données jusqu au deuxième trimestre 212. Contraction des volumes de pensions livrées Tendances du marché européen des pensions livrées, TAILLE DU MARCHÉ (EN MILLIERS DE MILLIARDS D EUROS) Part du marché européen Taille du marché ENCOURS DE CDO (EN MILLIARDS DE DOLLARS) Source : Enquête de l International Capital Market Association sur le marché européen des pensions livrées N.B. : Données basées sur des enquêtes biannuelles. Données jusqu au deuxième trimestre PART DU MARCHÉ EUROPÉEN DES PENSIONS LIVRÉES (EN %) [4] Vous avez dit liquidité?

7 La demande de produits structurés s est tarie, les investisseurs préférant revenir à des stratégies élémentaires et se méfiant de l ingénierie financière et du risque. Du fait du durcissement de la réglementation en matière de fonds propres et du processus généralisé de réduction du risque, les intermédiaires financiers ne sont ni en mesure de créer et de prendre en charge de nouveaux produits structurés et n y sont pas non plus disposés. En conséquence, les émissions de CDO (collateralised debt obligations, obligations adossées à des actifs) ont implosé (cf. graphique «Quand la machine du crédit s enraye»). Cette évolution a freiné l activité sur les autres marchés du crédit même si l offre, la demande et l encours d obligations d entreprise et de dette des marchés émergents n ont jamais été aussi élevés. Le marché des pensions livrées, sur lequel les banques accèdent aux financements du marché monétaire et des fonds de pension dans le cadre d opérations de pension, offre un autre exemple. Son évolution récente témoigne de l aversion pour le risque des investisseurs et montre en quoi la politique monétaire influe sur les opérations et la liquidité du marché. Le marché des pensions livrées s est redressé depuis la crise, période durant laquelle les volumes se sont effondrés sous l effet des inquiétudes relatives au risque de contrepartie et à la sécurité des garanties sousjacentes. Mais de nouvelles tensions sont récemment apparues. La taille du marché européen des pensions livrées s est ainsi contractée de 1 % au premier semestre, atteignant un plus bas de 5 6 milliards d euros. Parallèlement, la part des transactions libellées en euros a évolué aux alentours de 57 %, un niveau historiquement bas (cf. graphique Contraction des volumes de pensions livrées). Ces évolutions témoignent à la fois de la baisse de l appétit pour le risque (défiance à l égard des contreparties) des investisseurs et de la concurrence de la politique monétaire. Les deux opérations de refinancement à long terme (LTRO) de la Banque centrale européenne ont en effet facilité l accès des banques européennes à des liquidités bon marché, réduisant ainsi la nécessité de recourir au marché des pensions livré BlackRock investment institute [5]

8 Le problème de La baisse des stocks est généralement de bon augure. Toute diminution des stocks signale en effet une future hausse de l activité sous l effet soit de la vigueur de la demande, soit de la nécessité dans laquelle se trouvent la liquidité les entreprises de reconstituer leurs stocks, voire des deux. La baisse des stocks est généralement de bon augure pour les investisseurs. Toute diminution des stocks signale en effet une future hausse de l activité sous l effet soit de la vigueur de la demande, soit de la nécessité dans laquelle se trouvent les entreprises de reconstituer leurs stocks, voire des deux. Les choses sont différentes dans l univers du trading. Une baisse des stocks équivaut généralement à une diminution de la liquidité. En effet, moins vous avez de marchandises en stock, moins vous avez de chance de vendre (à moins de casser les prix). C est ce qui s est produit sur le marché des obligations d entreprise. Sous l effet de l aversion pour le risque et en anticipation d un renforcement des normes de fonds propres, les négociants ont vendu tous les titres qu ils détenaient. Actuellement, l inventaire des obligations d entreprise représente au total 59 milliards de dollars, contre 286 milliards de dollars fin 27, soit une baisse de 79 % (cf. graphique de droite). Sur la même période, la taille du marché des obligations américaines de qualité investment grade a quasiment doublé pour atteindre plus de 3 milliards de dollars. Les émetteurs ont en effet cherché à profiter du bas niveau des taux d intérêt et les investisseurs se sont mis en quête de rendement. Le marché américain du haut rendement a également progressé et représente désormais largement plus de 1 milliards de dollars. Ce déséquilibre entre le bas niveau des stocks de titres et le niveau soutenu de la demande et des émissions pèse sur la liquidité. Sous l effet de l «Operation Twist» de la Réserve fédérale américaine (vente de titres d échéance courte et achat simultané d obligations d État d échéance longue), les négociants ont arbitré leurs positions en obligations d entreprise en faveur de valeurs du Trésor américain (essentiellement d échéance courte). Les positions des négociants en titres adossés à des créances hypothécaires américains (MBS) ont progressivement augmenté et dépassent désormais les stocks d obligations d entreprise. Le marché des MBS émis par des organismes paragouvernementaux affiche un certain dynamisme, alimenté par trois catégories d acquéreurs : la Réserve fédérale, les banques accumulant des «actifs de qualité» en vue du respect des nouvelles normes de fonds propres La vague de hausse des coûts des opérations Niveaux Best-to-Cover des marchés obligataires, NIVEAUX BEST-TO-COVER (EN CENTIMES DE DOLLARS) Dette des marchés émergents Obligations européennes à haut rendement Obligations américaines à haut rendement 212 Sources: MarketAxess. N.B.: Le niveau best-to-cover est la différence entre le cours exécuté et le deuxième meilleur cours acheteur ou vendeur. Données en centimes de dollars des cours des obligations. Les données concernant les obligations européennes à haut rendement remontent au 7 avril 28 ; toutes les autres données remontent au 3 janvier 26. Toutes les données s arrêtent au 13 août 212. de Bâle III et les fonds d investissement immobilier (cf. notre publication «In the Home Stretch? The US Housing Market Recovery» parue en juin 212 en version anglaise uniquement). En revanche, la baisse des stocks d obligations d entreprise des négociants commence à entraver la liquidité sur ces marchés. Les contraintes de liquidité ont beau ne pas être encore visibles ou ne pas se faire encore sentir, elles risquent de s aggraver. À première vue, tout va bien. Les niveaux best-to-cover qui mesurent l écart entre le cours exécuté et le deuxième meilleur cours acheteur ont nettement baissé depuis la crise de 28. Ils ont augmenté pendant la crise de la dette souveraine de fin 211, mais ne sont désormais que légèrement supérieurs aux niveaux d avant la crise (cf. graphique de gauche). Les spreads bid-ask des obligations américaines de qualité investment grade font état de légères contraintes de liquidité. Ils sont certes loin de leurs plus hauts des années mais ont augmenté par rapport à l année dernière et aux niveaux d avant la crise (cf. graphique ci-dessus). Ceux des obligations américaines à haut rendement ont suivi un parcours similaire et ressortent actuellement à,31 $ en moyenne, malgré des disparités nettement plus fortes, selon la plateforme de négociation MarketAxess. [6] Vous avez dit liquidité?

9 Le processus de réduction massive du risque Stocks des négociants américains, Vers une nouvelle norme de fourchettes de prix? Spreads bid-ask sur les obligations américaines de qualité investment grade, POSITIONS DES NÉGOCIANTS (EN MILLIARDS DE DOLLARS) 2 1 SPREADS BID-ASK (POINTS DE BASE) Obligations d entreprises Valeurs du Trésor américain Dette des institutions financières spécialisées d intérêt public à capitaux privés (Government-Sponsored Entreprise, GSE) Titres adossés à des créances hypothécaires (MBS) Sources: MarketAxess et Réserve fédérale de New York. N.B. : Données jusqu au 11 juillet 212. Mais surtout, les marchés sont devenus moins profonds. La liquidité est donc de plus en plus concentrée sur les nouvelles émissions, tandis qu elle diminue pour les émissions plus anciennes ou pour les titres qui ne sont plus utilisés comme référence. Ainsi, selon MarketAxess, la première tranche de 2 % d obligations de qualité investment grade par volume a atteint près d un tiers de l ensemble des transactions au premier trimestre, tandis que le premier quintile d obligations par volume a représenté 93 % du volume d échanges total. La liquidité est concentrée sur les nouvelles émissions portant sur des montants élevés. Selon MarketAxess, seules les émissions de plus de 1 milliard de dollars et celles datant de moins d un an ont enregistré une croissance des volumes en 211. Celle des émissions plus anciennes et de plus petite taille a en revanche globalement chuté. Sources: MarketAxess. N.B. : Les spreads bid-ask sont des estimations quotidiennes exprimées en points de base. La ligne bleu foncée représente une moyenne lissée. Données jusqu au 25 juillet 212. En conséquence, de nombreux opérateurs sont désormais contraints de scinder les ordres de grande taille sur les obligations américaines de qualité investment grade afin de trouver des acheteurs et des vendeurs. En juin, la taille moyenne des opérations était de 381 dollars. En un an, elle a donc baissé de 17 %. Les opérations de plus de 5 millions de dollars représentent désormais 36 % du volume global, contre 45 % l année dernière. (cf. graphique de gauche). L insuffisance de la liquidité pèse sur les opérations ce malgré le fait que les investisseurs en quête de rendement tirent les prix à la hausse et que les entreprises profitent du niveau historiquement bas des taux d intérêt pour émettre des obligations. Les volumes de transactions ont atteint un plus haut de près de 3 milliards de dollars en 29 et se sont ensuite stabilisés. Cette année, ils sont sur le point de dépasser légèrement les records de 29 mais ils restent limités en termes de pourcentage de la valeur totale de l encours de dette (cf. graphique en bas à droite). En conséquence, les obligations très liquides affichent actuellement une prime d environ 16 points de base par rapport aux obligations moins liquides, selon la recherche de J.P. Morgan. Ce chiffre est à comparer avec une prime moyenne d environ 6 points de base au cours des sept dernières années (cf. graphique page suivante). La prime de liquidité des MBS (mesurée à l aune du spread entre les titres Fannie Mae et les titres Freddie Mac) s est en revanche stabilisée à 6 points de base. BlackRock investment institute [7]

10 Taille des ordres Taille des opérations sur les obligations américaines de qualité investment grade, Lorsque la liquidité s assèche Volumes de transactions sur les obligations américaines de qualité investment grade, POURCENTAGE DES VOLUMES 5% Opérations sur blocs de titres Lots réguliers Lots irréguliers Micro-opérations Sources: MarketAxess et TRACE. N.B. : Micro-opérations : moins de 1 $ ; Lots irréguliers = entre 1 $ et 1 million $ ; Lots réguliers = entre 1 et 5 millions $; Opérations sur blocs de titres : plus de 5 millions $. Données jusqu en juin 212. VALEUR DU MARCHÉ (EN MILLIERS DE MILLIARDS DE DOLLARS) E Volumes de transactions sur les obligations investment grade du système TRACE Volume de transactions en % de la valeur de marché Valeur de marché 15% Sources : BlackRock, Barclays et TRACE. NB. : Les estimations de 212 sont des données semestrielles annualisées. Valeur de marché au 29 juin POURCENTAGE DE LA VALEUR DE MARCHÉ La prime de liquidité Prime des obligations américaines de qualité investment grade liquides, Le prix de la transparence Nombreuses sont les nouvelles réglementations qui imposent davantage de transparence sur les prix, notamment ceux des produits dérivés négociés de gré de gré et des obligations des collectivités locales américaines. PRIME DE LIQUIDITÉ (POINTS DE BASE) Average Liquidity Premium = 6 bps Liquid Bonds Rich L idée est d uniformiser les règles du jeu et de stimuler la liquidité en attirant de nouveaux intervenants sur le marché. Il se peut toutefois qu elle ait l effet inverse : certains intervenants pourraient en effet décider de se désengager du marché de peur d avoir à dévoiler leurs prix en cas de diffusion de leurs carnets d ordres Liquid Bonds Cheap Sources : BlackRock, Barclays et TRACE. N.B. : La prime de liquidité est l écart entre le cours des obligations américaines de qualité investment grade dont le volume de transactions quotidien est supérieur ou égal à 3 millions de dollars (obligations liquides) et celui des obligations américaines de qualité investment grade du même émetteur et d échéance similaire dont le volume de transactions quotidien est inférieur ou égal à 1 million de dollars (obligations moins liquides). Les spreads sont des moyennes glissantes sur une période d un mois. Données jusqu au 26 juillet Cela ne signifie pas pour autant que la transparence des prix soit néfaste loin de là. Mais il faut se préparer à ce qu elle ait des conséquences inattendues. Des conséquences qui pourraient être temporaires le temps que les marchés s ajustent permanentes ou qui pourraient ne matérialiser du tout. Quoi qu il en soit, il vaut la peine de se préparer. [8] Vous avez dit liquidité?

11 Une liquidité quasi inexistante Sur les marchés d actions, bonne nouvelle, les spreads bid-ask ne cessent de se resserrer. Selon Morgan Stanley, celui des actions du S&P 5 s élève actuellement en moyenne à un peu plus d un centime. Cette évolution est due à la décimalisation, à l automatisation des opérations et à la pratique du trading à haute fréquence et à l apparition de nouvelles plateformes de négociation. Mais ne nous y trompons pas : l étroitesse de ces fourchettes n est pas le reflet d une plus grande liquidité. Certes, le spread est d un centime pour 1 actions. Mais que vaut-il dans le cas où l opération porte sur un million d actions? La plupart des titres n ont pas de marché. En effet : ``Les opérations sur blocs de titres (transactions portant sur 1 actions ou plus) de sociétés du S&P 5 représentent moins de 7 % du volume total, contre près de 5 % au début des années 199 (cf. graphique en bas à gauche) ``La taille moyenne des transactions sur les actions cotées à la Bourse de New York a baissé de 75 % par rapport au début des années 2 (cf. graphique en bas à droite). Une liquidité abondante Spreads bid-ask sur les marchés des changes au comptant BID-ASK SPREAD (BASIS POINTS) Dollar australien-usd Dollar néo-zélandais-usd Euro-USD Euro-Couronne norvégienne 212 Source : Blackrock. N.B. : Données basées sur une enquête trimestrielle de BlackRock sur 15 à 19 négociants en devises. Les spreads bid-ask en points de base sont basés sur le spread moyen d une transaction portant sur 1 millions de dollars dans laquelle les négociants s engagent 9 % du temps. Données jusqu en juin 212. Une liquidité quasi inexistante Opérations sur blocs de titres, taux de rotation et taille des opérations sur les actions américaines POURCENTAGE DES VOLUMES JOURNALIERS 5% NOMBRE D ACTIONS 1, % TAUX DE ROTATION MOYEN Opérations sur blocs de titres du S&P 5 Taux de rotation moyen sur les titres du S&P5 Taille moyenne des opérations sur les actions cotées à Bourse de New York Sources : Morgan Stanley et New York Stock Exchange. N.B. : Les opérations sur blocs de titres du S&P 5 sont calculées en divisant le volume en dollars de chaque composante de l indice S&P 5 par le volume en dollars des opérations portant sur plus de 1 actions. Données journalières jusqu au 26 juillet 212. Le taux de rotation est le volume d échanges quotidien de chaque composante de l indice S&P 5 exprimé en pourcentage de l encours des actions concernées. Données jusqu en juillet 212. Les données concernant la taille des opérations sur les actions cotées à la Bourse de New York s arrêtent en juillet 212. Toutes les données concernent les opérations consolidées. BlackRock investment institute [9]

12 Nos solutions BlackRock invente des solutions innovantes afin de s assurer que ses clients ont accès à un éventail complet d investissements : ``Capital Markets : un nouveau desk qui travaille en collaboration avec les banques d investissement afin d acheter les produits obligataires directement auprès de l émetteur. Ce modèle «originate to manage» devrait nous permettre de répondre aux besoins des clients sur le marché primaire des obligations d entreprise, d élaborer des solutions sur mesure et d offrir des informations sur les tendances du marché. ``Opérations croisées et appariements : de nouvelles plateformes de négociation pour les actions et les obligations. Des réseaux internes permettent l achat et la vente de titres entre les portefeuilles de BlackRock et les comptes des clients. Un réseau de négociation pour clients institutionnels donne accès à un large éventail d intervenants sur le marché. ``Négociation électronique : de nouveaux systèmes qui permettent de profiter de la liquidité des plateformes de négociation électronique. Déjà bien ancrée sur les marchés d actions, la négociation électronique fait ses premiers pas sur les marchés obligataires et des changes. ``De nouveaux courtiers : un nouveau programme de courtiers cible les entreprises détenues par des femmes et des minorités ainsi que les sociétés dont le capital réglementaire est inférieur à 2 millions de dollars. ``Compensation centralisée des produits négociés de gré à gré : une plateforme de compensation centralisée telle que le Chicago Mercantile Exchange pourrait devenir la contrepartie de certaines transactions de gré à gré, ce qui permettrait de réduire le risque. Cet article fait partie d une série préparée par le BlackRock Investment Institute et ne saurait être considéré comme une prédiction, un rapport de recherche ou un conseil d investissement. Il ne constitue pas une recommandation, une offre ou une sollicitation d achat ou de vente de titres ou d adoption d une stratégie d investissement. Les opinions exprimées le sont au mois de septembre 212 et sont susceptibles de changer si les conditions varient. Les informations et les opinions contenues dans cet article sont issues de sources internes et externes jugées fiables par BlackRock, ne sont pas nécessairement exhaustives et leur exactitude n est pas garantie. Cet article peut contenir des informations relatives à l avenir dont la nature n est pas purement historique. De telles informations peuvent comprendre, parmi d autres, des projections ou des prévisions. Aucune garantie n est offerte que ces prévisions se réalisent. La décision de se fier aux informations contenues dans cet article appartient entièrement au lecteur. Ce document est distribué/publié en Australie et en Nouvelle-Zélande par BlackRock Financial Management, Inc. ( BFM ), une entité domiciliée aux Etats-Unis. En Australie, BFM est exempt de par le CO 3/11 australien de l obligation de détenir une licence «Australian Financial Services» et est régulée par la Securities and Exchange Commission selon la législation américaine, différente de la législation australienne. Au Canada, ce document est destiné aux clients autorisés seulement. BFM croit en l exactitude de l information contenue dans ce document, mais aucune garantie d exactitude n est offerte et BFM, son personnel, ses employés et ses agents déclinent toute responsabilité pouvant survenir pour quelle autre raison que ce soit pour toute erreur ou omission (y compris la responsabilité envers toute personne pour cause négligence). Les investissements internationaux comportent des risques, liés notamment aux devises, à une liquidité limitée, à un manque de réglementation gouvernementale, et à la possibilité de volatilité importante due à des événements défavorables de nature politique, économique ou autre. En Amérique Latine, ce document est destiné uniquement aux clients institutionnels et professionnels. Ce document a un but purement éducatif et ne constitue pas une offre ou une sollicitation de vente ni une offre ou une sollicitation d achat d actions ou de fonds (et aucune de ces actions ne sera offerte ou vendue à quiconque) dans les pays d Amérique latine où une offre, une sollicitation, un achat ou une vente serait illégale en vertu des lois sur les titres financiers en vigueur dans ces pays. Certains des fonds mentionnés dans ce document peuvent ne pas avoir fait l objet d un enregistrement auprès des autorités financières du Brésil, du Mexique, du Chili, de la Colombie ou du Pérou, ou de celles d autres pays d Amérique Latine et aucune de ces autorités n a confirmé l exactitude des informations contenues dans ce document. Aucune information présentée ici ne doit être disséminée au public en Amérique Latine. Les informations fournies dans ce document ne constituent ni un conseil fiscal ni un conseil légal. Les investisseurs souhaitant obtenir des informations spécifiques sur leur situation fiscale doivent s adresser à leur conseiller fiscal. Investir comporte des risques. Les deux principaux risques de l investissement obligataire sont le risque de taux d intérêt et le risque de crédit. En général, la hausse des taux d intérêt entraine une baisse de la valeur de marché des obligations. Le risque de crédit relève de la possibilité que l émetteur de l obligation ne puisse pas honorer les paiements de capital et d intérêts. Les valeurs mentionnées ici ne sont pas nécessairement détenues par BlackRock. L investissement international comporte des risques, liés notamment aux devises, à une liquidité limitée, à un manque de réglementation gouvernementale, et à la possibilité de volatilité importante due à des événements défavorables de nature politique, économique ou autre. Ces risques sont souvent exacerbés pour les dans le cas des investissements des pays émergents / en voie de développement ou sur les marchés de capitaux de plus petite envergure. POUR PLUS INFORMATION: 212 BlackRock, Inc. All Rights Reserved. BLACKROCK, BLACKROCK SOLUTIONS, ishares, SO WHAT DO I DO WITH MY MONEY, INVESTING FOR A NEW WORLD et BUILT FOR THESE TIMES sont des marques commerciales enregistrées ou non de BlackRock, Inc. ou de ses filiales aux Etats-Unis et ailleurs. Toutes les autres marques commerciales appartiennent à leurs propriétaires respectifs. ( Sep ) Pour plus d informations blackrock.fr

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 30 septembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 30 septembre 2015 (en millions

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

BLACKROCK GLOBAL FUNDS

BLACKROCK GLOBAL FUNDS CE DOCUMENT EST IMPORTANT ET REQUIERT VOTRE ATTENTION IMMÉDIATE. En cas de doute quant aux mesures à prendre, consultez immédiatement votre courtier, votre conseiller bancaire, votre conseiller juridique,

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Choix des instruments dans la gestion des réserves de change en dollars 1

Choix des instruments dans la gestion des réserves de change en dollars 1 Robert N McCauley +852 2878 7106 robertmccauley@bisorg Ben S C Fung +852 2878 7108 benfung@bisorg Choix des instruments dans la gestion des réserves de change en dollars 1 Il y a deux ans, alors que près

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards

Plus en détail

Une porte d entrée vers un nouveau monde. par Sergio Trigo-Paz

Une porte d entrée vers un nouveau monde. par Sergio Trigo-Paz Une porte d entrée vers un nouveau monde Pour les investisseurs professionnels uniquement par Sergio Trigo-Paz STRATEGIC SOLUTIONS Edition Printemps 2013 Une porte d entrée vers un nouveau monde par Sergio

Plus en détail

Catégorie de société à court terme en dollars US CI

Catégorie de société à court terme en dollars US CI Le présent rapport semestriel de la direction sur le rendement du Fonds contient les faits saillants financiers, mais ne comprend pas les états financiers semestriels ou annuels complets du fonds de placement.

Plus en détail

JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund

JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund Un placement obligataire flexible et une exposition pilotée aux taux d intérêt Insight + Process = Results Sortir de la gestion obligataire classique Après

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC.

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS pour l exercice clos le 3 décembre 204 Fonds d obligations canadiennes Universel BlackRock Sun Life Le

Plus en détail

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT...

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... Sommaire 1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... 3 6. DESCRIPTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE... 3 Date

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité AXA Rendement AXA Rendement est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 30 juin2015

LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 30 juin2015 LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 30 juin2015 Objectif de gestion Style de gestion Modalités de gestion L objectif de gestion du fonds euros de Spirica est de dégager, sur la durée, une performance

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Une étude menée par Vanguard 2012 Sommaire. Au cours d une étude précédente examinant diverses catégories

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

Petits déjeuners investisseurs

Petits déjeuners investisseurs Résolument actifs Résolument actifs Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Perspectives économiques Mars 27 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 2 2 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Résolument

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Alpha Conviction. Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé).

Alpha Conviction. Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé). Alpha Conviction Instrument financier émis par Natixis (Moody s : A2 ; Standard & Poor s : A au 14 janvier 2014) dont l investisseur supportera le risque de crédit. Alpha Conviction est une alternative

Plus en détail

EDMOND DE ROTHSCHILD BOND ALLOCATION (EdR Bond Allocation)

EDMOND DE ROTHSCHILD BOND ALLOCATION (EdR Bond Allocation) INFORMATIONS CLES POUR L'INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Chapitre 2. Le financement au service du développement Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Dans le monde en développement, l Amérique latine fait figure de pionnière

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 En collaboration avec des banques centrales et autorités monétaires du monde entier, la BRI compile et diffuse plusieurs séries de statistiques

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE 1 Section 1. Les instruments dérivés de change négociés sur le marché interbancaire Section 2. Les instruments dérivés de change négociés sur les marchés boursiers organisés

Plus en détail

RÉSERVÉ AUX PROFESSIONNELS DE L INVESTISSEMENT. Détecter les opportunités sur les marchés obligataires avec les ETF ishares

RÉSERVÉ AUX PROFESSIONNELS DE L INVESTISSEMENT. Détecter les opportunités sur les marchés obligataires avec les ETF ishares RÉSERVÉ AUX PROFESSIONNELS DE L INVESTISSEMENT Détecter les opportunités sur les marchés obligataires avec les ETF ishares Présentation générale Les ETF obligataires sont des «blocs essentiels» idéaux

Plus en détail

Deutsche Bank. Les obligations pas à pas

Deutsche Bank. Les obligations pas à pas Deutsche Bank Les obligations pas à pas Les obligations pas à pas Qu est-ce qu une obligation? P. 3 Quelles sont les principales caractéristiques des obligations? P. 3-4 Pourquoi investir dans des obligations?

Plus en détail

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX?

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? Par Céline Bauné, Consultante Depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 28, les acteurs financiers font de plus en plus appel au collatéral : d une part, ses utilisations

Plus en détail

rapport ANNUEL LE RENDEMENT DU FONDS

rapport ANNUEL LE RENDEMENT DU FONDS Le présent Rapport annuel de la direction sur le rendement du Fonds contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers annuels audités du fonds d investissement. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

Phoenix Prima. Brochure commerciale. Phoenix Prima. L indépendance au service de la performance. Instrument financier à capital non garanti

Phoenix Prima. Brochure commerciale. Phoenix Prima. L indépendance au service de la performance. Instrument financier à capital non garanti Phoenix Prima Instrument financier à capital non garanti Brochure commerciale Phoenix Prima Produit alternatif à un placement risqué de type action Durée d investissement conseillée : 6 ans en l absence

Plus en détail

Obligations. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Obligations. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Qu est-ce qu une obligation? 3 Définition 3 Différences entre actions et obligations

Plus en détail

OBLIGATIONS À COUPONS DÉTACHÉS ET ENSEMBLES OBLIGATIONS À COUPONS DÉTACHÉS DOCUMENT D INFORMATION

OBLIGATIONS À COUPONS DÉTACHÉS ET ENSEMBLES OBLIGATIONS À COUPONS DÉTACHÉS DOCUMENT D INFORMATION OBLIGATIONS À COUPONS DÉTACHÉS ET ENSEMBLES OBLIGATIONS À COUPONS DÉTACHÉS DOCUMENT D INFORMATION Nous sommes tenus par la réglementation en valeurs mobilières provinciale de vous remettre ce document

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds Pour la période de six mois close le 30 septembre 2013

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds Pour la période de six mois close le 30 septembre 2013 Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds Pour la période de six mois close le 30 septembre 2013 Le présent rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds renferme

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Table des matières 1 Cœur-satellite : une méthode de placement efficace 3 Avantages d une gestion indicielle pour le cœur du portefeuille 6 La

Plus en détail

Dérivés Financiers Caractéristiques des contrats d options

Dérivés Financiers Caractéristiques des contrats d options Dérivés Financiers Caractéristiques des contrats d options Owen Williams Grenoble Ecole de Management Accréditations > 2 Introduction Une option donne au détenteur le droit de faire quelque chose dans

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part B : FR0010789784 Part C : FR0010800300 Dénomination : AFIM EONOS 5 Forme juridique : FCP de droit français Compartiments/nourricier

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Le premier trimestre 2015 a été marqué par plusieurs faits saillants importants :

Le premier trimestre 2015 a été marqué par plusieurs faits saillants importants : Groupe Ouellet Bolduc CONSEILLERS EN PLACEMENT LE RAPPORTEUR LE RAPPORTEUR PREMIER TRIMESTRE DE 2015 Le premier trimestre 2015 a été marqué par plusieurs faits saillants importants : Des variations rapides

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Profil. Solutions d investissements guidés par le passif. Gestion de Placements TD INVESTISSEMENTS GUIDÉS PAR LE PASSIF SOLUTION SUR MESURE

Profil. Solutions d investissements guidés par le passif. Gestion de Placements TD INVESTISSEMENTS GUIDÉS PAR LE PASSIF SOLUTION SUR MESURE SOLUTION SUR MESURE Solutions d investissements guidés par le passif Les investissements guidés par le passif : de quoi s agit-il? Les investissements guidés par le passif (IGP) constituent un cadre de

Plus en détail

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR Le présent document est une information sur la politique de meilleure exécution de Lyxor Asset Management et de Lyxor International Asset Management (ensemble

Plus en détail

J.P. Morgan Asset Management. Obligations convertibles mondiales

J.P. Morgan Asset Management. Obligations convertibles mondiales DOCUMENT RESERVE AUX PROFESSIONNELS NE PAS DISTRIBUER AU PUBLIC J.P. Morgan Asset Management Obligations convertibles mondiales Antony Vallée, Responsable de la gestion convertibles Philosophie d investissement

Plus en détail

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 30 juin 2014

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 30 juin 2014 LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 30 juin 2014 Objectif de gestion Style de gestion Modalités de gestion L objectif de gestion du fonds euros de Spirica est de dégager, sur la durée, une performance

Plus en détail

Annexe 91-501A3 OBLIGATIONS COUPONS DÉTACHÉS ET ENSEMBLES OBLIGATIONS COUPONS DÉTACHÉS DOCUMENT D INFORMATION

Annexe 91-501A3 OBLIGATIONS COUPONS DÉTACHÉS ET ENSEMBLES OBLIGATIONS COUPONS DÉTACHÉS DOCUMENT D INFORMATION Annexe 91-501A3 OBLIGATIONS COUPONS DÉTACHÉS ET ENSEMBLES OBLIGATIONS COUPONS DÉTACHÉS DOCUMENT D INFORMATION Nous sommes tenus par la réglementation en valeurs mobilières provinciale de vous remettre

Plus en détail

risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance Durée d investissement conseillée Éligibilité

risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance Durée d investissement conseillée  Éligibilité Orange Dégressif Orange Dégressif est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis

Plus en détail

Total Privilège Durée d investissement conseillée Éligibilité

Total Privilège Durée d investissement conseillée  Éligibilité Total Privilège Instrument financier émis par Natixis SA (Moody s : A2, Fitch : A, Standard & Poor s : A au 20 novembre 2014) dont l investisseur supporte le risque de crédit. Total Privilège est une alternative

Plus en détail

annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte.

annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte. annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte. Architas (SA) EUROPEAN EQUITY FUND Présentation succincte Dénomination

Plus en détail

Gaz naturel. Fiche d information. Introduction. Trading sur gaz naturel

Gaz naturel. Fiche d information. Introduction. Trading sur gaz naturel Gaz naturel Fiche d information Introduction Trading sur gaz naturel Aux Etats-Unis, le gaz naturel représente près d un quart de la consommation d énergie, et le contrat à terme sur le gaz naturel de

Plus en détail

MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS

MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS . MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS Objectifs et politique d investissement : Profil de risque et de rendement A risque plus faible, A risque plus élevé,

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Prospérer dans un contexte de faibles taux

Prospérer dans un contexte de faibles taux LEADERSHIP DE LA PENSÉE perspectives AGF Prospérer dans un contexte de faibles taux Comment ajouter de la valeur dans ce contexte difficile pour les titres à revenu fixe Par David Stonehouse, B. Sc. Eng.,

Plus en détail

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée Éligibilité

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée  Éligibilité Total Sélection Instrument financier émis par Natixis SA (Moody s : A2, Fitch : A, Standard & Poor s : A au 20 novembre 2014) dont l investisseur supporte le risque de crédit. Total Sélection est une alternative

Plus en détail

Alternatives d investissement

Alternatives d investissement Trends 09 10.11 Alternatives d investissement Senior Loans une classe d actifs innovante Dirk Wieringa, Alternative Investments Advisory Les emprunts de premier rang également appelés Senior Loans sont

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

La gestion des réserves de change de la Banque du Canada

La gestion des réserves de change de la Banque du Canada La gestion des réserves de change de la Banque du Canada Jacobo De León, département des Marchés financiers Les réserves officielles de change du gouvernement du Canada sont principalement détenues dans

Plus en détail

Investir avec un chef de file en matière de gestion indicielle

Investir avec un chef de file en matière de gestion indicielle Investir avec un chef de file en matière de gestion indicielle Table des matières 1 Une tradition de gestion indicielle 2 Les avantages d investir auprès d un fournisseur à faibles coûts 4 Les avantages

Plus en détail

QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES ET RÉPONSES

QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES ET RÉPONSES 1. QUI EST M. DENNIS GARTMAN? Dennis Gartman est l auteur de «The Gartman Letter» qui publie quotidiennement ses observations concernant les marchés des capitaux et qui traite en particulier des titres

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

ETF. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

ETF. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Introduction 3 2. ETF physiques 4 3. ETF synthétiques 5 Avantages et inconvénients

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les positions vendeuses sur les options, ou vente d options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document

Plus en détail

LOOKBACK TO MAXIMUM NOTE 2

LOOKBACK TO MAXIMUM NOTE 2 Société Générale (Paris) LOOKBACK TO MAXIMUM NOTE Un instrument de créance structuré émis par Société Générale S.A. (Paris) Durée de 8 ans. Mécanisme d observation annuelle dès la ème année égale à la

Plus en détail

ING Turbos. Profitez de la hausse ou de la baisse des cours avec un effet de levier encore plus important!

ING Turbos. Profitez de la hausse ou de la baisse des cours avec un effet de levier encore plus important! ING Turbos 2 Profitez de la hausse ou de la baisse des cours avec un effet de levier encore plus important! @ ING Turbos ING a lancé les Turbos Infinis en France en Janvier 2011. Ceux-ci permettent de

Plus en détail

POUR LES INVESTISSEURS EN SUISSE UNIQUEMENT. PRÉSENTATION DES ETF ishares

POUR LES INVESTISSEURS EN SUISSE UNIQUEMENT. PRÉSENTATION DES ETF ishares POUR LES INVESTISSEURS EN SUISSE UNIQUEMENT PRÉSENTATION DES ETF ishares Les ETF (Exchange Traded Funds) ont révolutionné les méthodes de gestion de portefeuilles des investisseurs. Simples, flexibles

Plus en détail

AFIM MELANION DIVIDENDES RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014

AFIM MELANION DIVIDENDES RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014 AFIM MELANION DIVIDENDES RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part A : FR0011619345 Part B : FR0011619352 Part C : FR0011619402 Dénomination : AFIM MELANION DIVIDENDES Forme juridique

Plus en détail

STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE

STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE 2007-2008 Stratégie de gestion de la dette 2007-2008 Objet L objet de la Stratégie de gestion de la dette est d énoncer les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement

Plus en détail

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT INFORMATIONS CLES POUR L INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

EDMOND DE ROTHSCHILD GLOBAL HEALTHCARE (EdR Global Healthcare) OPCVM soumis au droit français

EDMOND DE ROTHSCHILD GLOBAL HEALTHCARE (EdR Global Healthcare) OPCVM soumis au droit français INFORMATIONS CLES POUR L'INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

Fonds collectif stratégique de rendement GPPMD

Fonds collectif stratégique de rendement GPPMD SÉRIE A Résultats d exploitation Pour le semestre clos le 30 juin 2015, le Fonds a généré un rendement total de 6,82 %. Le Fonds a affiché des résultats positifs pour la première moitié de 2015, tirant

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

Comprendre la liquidité et la négociation des FNB

Comprendre la liquidité et la négociation des FNB Comprendre la liquidité et la négociation des FNB La liquidité et la négociation des FNB peuvent sembler complexes. Par exemple, vous avez peut-être entendu dire que les FNB dont le volume moyen des opérations

Plus en détail

Informations financières sur le fonds de stabilisation

Informations financières sur le fonds de stabilisation Informations financières sur le fonds de stabilisation SNB StabFund Société en commandite de placements collectifs (fonds de stabilisation) constitue, avec ses filiales, un placement collectif fermé au

Plus en détail

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU Fonds actions canadiennes FMOQ AU 30 juin 2015

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU Fonds actions canadiennes FMOQ AU 30 juin 2015 RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU Fonds actions canadiennes FMOQ AU 30 juin 2015 Le présent Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds actions canadiennes FMOQ

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

Reporting AIFM : quelles obligations pour quels gestionnaires? Guide pratique pour répondre aux exigences de la directive AIFM

Reporting AIFM : quelles obligations pour quels gestionnaires? Guide pratique pour répondre aux exigences de la directive AIFM Reporting AIFM : quelles obligations pour quels gestionnaires? Guide pratique pour répondre aux exigences de la directive AIFM La directive AIFM vise à permettre aux régulateurs de surveiller le risque

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES COMMENTAIRE Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES Dans le contexte d une diminution continue des taux d intérêt depuis le milieu des

Plus en détail

Inflation américaine % Chômage américain %

Inflation américaine % Chômage américain % FLASH MARCHÉS Rédigé le 17 juin 2013 Violent décrochage de la dette émergente : l opportunité d accroître ses positions? Le point avec Brigitte Le Bris, directeur taux internationaux et devises, Clothilde

Plus en détail

L environnement macroéconomique

L environnement macroéconomique 6 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG L environnement macroéconomique international L environnement macroéconomique international 8 revue de stabilité financière 011 7 L environnement macroéconomique international

Plus en détail

Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE

Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE Partie I- Généralités Définitions Contexte général Evolutions Définitions

Plus en détail

G&R Europe Distribution 5

G&R Europe Distribution 5 G&R Europe Distribution 5 Instrument financier émis par Natixis, véhicule d émission de droit français, détenu et garanti par Natixis (Moody s : A2 ; Standard & Poor s : A au 6 mai 2014) dont l investisseur

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail