État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire"

Transcription

1 2014 État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire Avec le soutien de l ARS Pays de la Loire et le financement du FIR

2

3 REMERCIEMENTS L URPS Médecins Libéraux des Pays de la Loire remercie les établissements, ainsi que leur personnel, pour leur participation et leur collaboration à cette enquête. Dr Gasser, Président de l URPS Médecins Libéraux Dr Mercier, Coordonnateur commission EHPAD

4

5 SOMMAIRE OBJECTIFS ET METHODOLOGIE... 6 A. Objectifs... 6 B. Méthodologie... 6 RÉSULTATS... 6 A. Participation et établissements participants Participation Profils des établissements participants... 6 B. Le poste de médecin coordonnateur dans les EHPAD participants Besoins théoriques et occupation du poste de médecin coordonnateur Les EHPAD ayant un médecin coordonnateur Les EHPAD qui n ont pas de médecin coordonnateur Recrutement des médecins coordonnateurs Médecins salariés en EHPAD... 9 C. Les médecins libéraux intervenant dans les EHPAD en zones fragiles... 9 D. L environnement sanitaire des EHPAD en zones fragiles «Offre» sanitaire à l échelle de la communauté de communes Conditions d intervention et coordination des soins en interne Permanence des soins ambulatoire La télémédecine en EHPAD E. Difficultés rencontrées par les EHPAD dans les interventions des médecins généralistes libéraux Les dossiers médicaux Echanges avec les médecins libéraux intervenant dans leur EHPAD Organisation de la visite médicale Les prescriptions Classement des difficultés DISCUSSION...12 A. Besoins en médecin coordonnateur peut être plus importants pour les EHPAD en zones fragiles B. Des difficultés de recrutement des médecins coordonnateurs Un taux d occupation des postes plus faible que dans les autres EHPAD de la région Des difficultés de recrutement identifiées C. Difficultés dans le fonctionnement avec les médecins généralistes libéraux CONCUSION...13

6 OBJECTIFS ET METHODOLOGIE A. Objectifs Au travers de cette enquête, l URPS Médecins Libéraux des Pays de la Loire souhaite d une part mesurer la part des médecins libéraux ayant une fonction de médecins coordonnateurs d EHPAD et, d autre part, identifier les difficultés de recrutement de médecins coordonnateurs par les EHPAD localisés en zones fragiles (définie par l arrêté de la DG ARS du 14 mai 2012). B. Méthodologie Un questionnaire de 3 pages a été adressé par mail le 8 juillet 2013 aux directions des 108 EHPAD identifiés en zone fragile 1 (définie par l arrêté de la DG ARS du 14 mai 2012) dans la région des Pays de la Loire. Il s agit de 108 structures physiques pour 99 directions sollicitées, certains établissements pouvant avoir des directions communes. Dans ce cas, le choix était laissé aux directions de compléter un seul questionnaire pour l ensemble de leur établissement ou un questionnaire par établissement. Complété sous format informatique ou papier, le questionnaire était à retourner par mail ou par courrier avant le 14 septembre Entre temps, quatre relances ont été adressées par mail aux directions n ayant pas répondu les 19 juillet, 1 er et 14 août, 2 septembre RÉSULTATS A. Participation et établissements participants. 1. Participation Parmi les 108 EHPAD recensés en zones fragiles (soit 99 directions), 66% ont répondu de façon exploitable au questionnaire (soit 64% des directions). Sollicitation Participation Nombre directions Nombre structures Nombre directions Nombre structures % 3 100% % 14 52% % 14 56% % 25 78% % 15 71% Total % 71 66% Au total, 63 directions, représentant 71 EHPAD, ont complété 1 questionnaire. 63 questionnaires ont donc été saisis dans le logiciel de traitement de données. 2. Profils des établissements participants 32% des EHPAD participants sont localisés en Sarthe (30% de l ensemble des EHPAD en zone fragile), 24% en Vendée (19% des EHPAD en zones fragiles), 22% en Mayenne (23% des EHPAD en zones fragiles), 18% en Maine et Loire (25% des EHPAD en zones fragiles) et 5% en Loire-Atlantique (3% des EHPAD en zones fragiles). 38% des EHPAD participants sont des établissements hospitaliers (24 EHPAD), 25% des établissements privés non lucratifs (16 EHPAD), 21% des établissements publics territoriaux (21%) et 16% des établissements publics autonomes (10 EHPAD ne relevant ni d un établissement hospitalier, ni d une collectivité territoriale). Le seul EHPAD privé lucratif sollicité n a pas répondu à cette enquête. 1 Zones fragiles définies définie par l arrêté de la DG ARS du 14 mai

7 56% des EHPAD participants sont en tarification partielle (35 EHPAD) et 44% en tarification globale (28 EHPAD). Les EHPAD participants ont un besoin en niveau de soins, mesuré par le PMP (Pathos Moyen Pondéré), de 156,61 (PMP national=192 2 ; PMP régional=147 3 ) et un niveau de dépendance, mesurée par le GMP (GIR Moyen Pondéré) de 654,1 (GMP national=694 ; GMP régional=639). En termes de capacité en hébergement permanent, les EHPAD participants comptent en moyenne 93 places, avec un minimum de 22 places et un maximum de 411 places (une direction pouvait répondre pour plusieurs établissements). En excluant ce dernier établissement, la capacité moyenne des EHPAD participants est de 88 places. L âge moyen des résidents des EHPAD en zones fragiles est de 85 ans et la répartition par classe d âge est la suivante : 10% ont moins de 75 ans, 9% ont entre 75 et 79 ans, 18% ont entre 80 et 84 ans, 30% entre 85 et 89 ans et 33% ont 90 ans ou plus. B. Le poste de médecin coordonnateur dans les EHPAD participants 1. Besoins théoriques et occupation du poste de médecin coordonnateur Pour 2/3 des EHPAD en zones fragiles (42 EHPAD), le poste de médecin coordonnateur est occupé à l été Pour 51 EHPAD (sur 54 répondants, soit plus de 90%) le poste de médecin coordonnateur requiert 0,6 ETP ou moins, dont 32 nécessitent entre 0,4 et 0,6 ETP. Pour les 3 autres EHPAD, le poste requiert plus de 0,8 ETP. 2. Les EHPAD ayant un médecin coordonnateur Parmi les 42 EHPAD qui ont un médecin coordonnateur à l été 2013 (dont 1 non réponse non prise en compte dans les pourcentages) : Pour 28 EHPAD (68% des 41 répondants) le poste n est pas mutualisé avec d autres établissements, pour 13 EHPAD (32%) le poste est mutualisé entre 2 et 4 établissements différents. Pour 14 EHPAD (45% de 31 répondants), ce poste est occupé pour 100% de l ETP théorique. Pour 2 EHPAD le poste est occupé pour 75% de l ETP théorique ; pour 4 EHPAD le poste est occupé pour les 2/3 du temps théorique ; pour 9 EHPAD le poste est occupé pour 50% de l ETP théorique et pour 2 EHPAD il est occupé pour ¼ du temps théorique. Pour 14 EHPAD (33% de 31 répondants), le médecin coordonnateur est en poste depuis plus de 5 ans, pour 8 EHPAD (19%) le poste est occupé depuis 1 an ou moins, pour 9 EHPAD (29%) il est présent depuis 2 ans. 16 EHPAD (39% des répondants) déclarent que leur médecin coordonnateur exercent une activité libérale en dehors de leur activité salariée, 26 médecins coordonnateurs (61%) n ont pas d activité libérale en dehors de 2 Observatoire national des EHPAD de 2013, KPMG 3 Source : ARS Pays de la Loire 7

8 l établissement (19 EHPAD publics (72%), 7 EHPAD privés non lucratifs (28%) aucun EHPAD privé lucratif n a participé à l enquête). 14 EHPAD (34% des 41 répondants) déclarent que leur médecin coordonnateur fait du soin auprès des résidents en dehors des situations d urgences. 23 EHPAD ont connu 1 seul médecin coordonnateur durant les 5 années précédentes, 18 EHPAD ont eu 2 médecins coordonnateurs différents et 1 EHPAD en a eu Les EHPAD qui n ont pas de médecin coordonnateur Parmi les 21 EHPAD qui n ont pas de médecin coordonnateur à l été 2013 : 14 postes (70% des 21 répondants) ne sont pas mutualisés entre différents EHPAD et 7 (30%) le sont entre 2 et 4 EHPAD différents. Pour 6 EHPAD (31% des 19 répondants) le poste de médecin coordonnateur est vacant depuis 5 ans ou plus, pour 3 EHPAD le poste est vacant depuis 3 ou 4 ans ; pour 3 EHPAD il est vacant depuis 2 ans et pour 7 EHPAD depuis un an ou moins. 12 EHPAD expliquent cette vacance de poste par la faible démographie médicale, 7 par l absence de candidature au poste, 6 du fait de la difficulté à concilier médecine libérale surchargée et activité de médecin coordonnateur, 5 EHPAD du fait de la méconnaissance de la fonction par les médecins et 3 EHPAD du fait de l aspect trop administratif de ce poste. 7 EHPAD n ont eu aucun médecin coordonnateur durant les 5 dernières années, 11 EHPAD ont eu 1 médecin coordonnateur, 2 EHPAD en ont eu 2 et 1 EHPAD en a eu Recrutement des médecins coordonnateurs - Difficultés rencontrées Parmi l ensemble des EHPAD participants, 70% (44 EHPAD) estiment avoir des difficultés pour recruter le médecin coordonnateur de leur structure, 24% estimant ne pas en avoir. Parmi ces 44 structures, 39 mettent en avant l indisponibilité des professionnels libéraux pour occuper ce poste ou un problème de démographie médicale, 23 l isolement géographique de la structure, 21 la méconnaissance de la fonction, 16 le trop faible temps d ETP pour le poste ou la fonction trop administrative et trop peu soignante. Pour 11 structures il s agit d un problème de rémunération trop faible ; pour 4 EHPAD un manque d échanges interprofessionnels du fait de l environnement sanitaire de l EHPAD et 2 EHPAD mettent en avant les outils non adaptés au recrutement. A noter que 2 EHPAD ont répondu «Autre», mettant en avant le manque de motivation des médecins «pour coordonner des soins, notamment pour intervenir auprès d autres collègues libéraux» et le problème de cumul des tâches dans un contexte de démographie médicale fragile car «la tâche du médecin coordonnateur est de ce fait [de la démographie médicale] énorme sur un temps de présence limité, il est à la fois médecin 8

9 coordonnateur et à la fois médecin quand il n est pas possible de joindre les médecins traitants pour une hospitalisation, un retour L accompagnement des personnes âgées n est pas non plus valorisé dans les études de médecine». - Recrutement d un médecin libéral comme médecin coordonnateur? Lors du recrutement de leur médecin coordonnateur, 26 EHPAD (41% des répondants) déclarent privilégier le recrutement d un médecin généraliste libéral installé sur leur territoire de proximité, 31 EHPAD (49%) déclarent ne pas le faire. 36 EHPAD (67% des répondants) estiment que le fait que le médecin coordonnateur soit également médecin libéral en dehors de l établissement soit bénéfique pour la coordination des soins entre l établissement et la médecine de ville (pour 9 EHPAD cela est «très bénéfique», pour 27 cela est «assez bénéfique»). Pour 14 EHPAD (26%) cela est «peu bénéfique» et pour 4 EHPAD (7%) cela n est «pas bénéfique du tout». 5. Médecins salariés en EHPAD 4 EHPAD déclarent avoir salarié un médecin pour suivre les résidents de leur EHPAD, parmi lesquels 3 EHPAD ont précisé pour combien d ETP ce médecin est salarié : 1 EHPAD=0,3 ETP ; 1 EHPAD=0,5 ETP ; 1 EHPAD=0,7ETP. Pour 1 seul EHPAD (parmi les 4), ce médecin est le médecin traitant de l ensemble des résidents de l EHPAD et assure aussi la fonction de médecin coordonnateur de l établissement. Cependant, l EHPAD laisse libre au choix aux résidents de choisir leur médecin, ce qui semble contradictoire. Parmi les EHPAD n ayant pas salarié de médecin, 10 pensent le faire dans le futur (27 déclarent ne pas penser à le faire, 22 non réponses). C. Les médecins libéraux intervenant dans les EHPAD en zones fragiles En moyenne, 9 médecins traitants libéraux interviennent dans les EHPAD en zones fragiles qui ont participé à l enquête : pour 5 EHPAD (8%) moins de 5 médecins interviennent ; pour 32 EHPAD (51% des participants) entre 5 et 9 médecins traitants libéraux interviennent ; pour 17 EHPAD (27%) il y a entre 10 et 14 médecins libéraux qui interviennent ; pour 5 EHPAD entre 15 et 19 médecins et pour 2 EHPAD plus de 20 médecins. Dans 3 EHPAD participants tous les médecins généralistes libéraux intervenant ont signé un contrat type 4. Parmi ces 3 établissements, 2 refusent que le médecin traitant intervienne auprès de ses patients sans avoir signé le contrat. Dans 21 EHPAD «certains médecins traitants libéraux» ont signé un contrat type et dans 39 EHPAD, aucun médecin n a signé ce contrat (ou un autre type de contrat, différent de celui fixé par décret). D. L environnement sanitaire des EHPAD en zones fragiles 1. «Offre» sanitaire à l échelle de la communauté de communes 29 EHPAD déclarent l existence d un ou plusieurs pôles et maisons de santé pluri professionnels sur leur territoire de proximité (communauté de communes). 28 EHPAD n ont pas ce type de structure sur leur territoire et 2 EHPAD ne savent pas (4 non réponses). 60 EHPAD, sur les 63 participants, déclarent qu il y a un ou plusieurs médecins généralistes libéraux sur leur communauté de communes, 1 EHPAD ne sait pas (2 non-réponses). 4 Contrat type des médecins généralistes libéraux fixé par le décret du 30 décembre

10 Sur leur communauté de communes, 59 EHPAD déclarent la présence d infirmiers libéraux (1 EHPAD ne sait pas et 3 non réponses) ; 58 EHPAD déclarent la présence de masseurs-kinésithérapeutes (1 déclare ne pas en avoir, 1 ne sait pas et 3 non réponses) ; 38 EHPAD déclarent la présence d orthophonistes libéraux (15 déclarent ne pas en avoir, 6 ne savent pas, 4 non réponses) ; 52 EHPAD déclarent la présence de pédicures-podologues (4 déclarent ne pas en avoir, 3 ne savent pas, 4 non réponses). Le faible taux de réponses aux questions «combien» pour chaque profession (35%) ne permet pas d en décrire les résultats. 2. Conditions d intervention et coordination des soins en interne 23 EHPAD participants (36%) organisent des réunions entre professionnels médicaux et paramédicaux de leur EHPAD et les intervenants libéraux : en moyenne 2 réunions par an, 1 seule pour 14 EHPAD (61%) et plusieurs pour 9 EHPAD (2 à 3 réunions par an pour 6 EHPAD ; 4 à 5 réunions par an pour 2 EHPAD et 10 pour 1 EHPAD). 7 EHPAD (sur 23) déclarent que les médecins libéraux qui interviennent dans leur établissement participent à ces réunions, 16 déclarent que les médecins n y participent pas. Dans 11 EHPAD (sur 23) les médecins sont indemnisés pour leur participation à ces réunions. Dans 50 EHPAD (80% des participants), les médecins généralistes libéraux doivent se présenter au personnel médical ou paramédical à leur arrivée dans l établissement. Dans 36 EHPAD (57%) un lieu de consultation est à disposition des médecins libéraux. 3. Permanence des soins ambulatoire 16 EHPAD (25% des participants) déclarent avoir contractualisé pour la permanence des soins ambulatoires, 46 EHPAD (73%) ne l ont pas fait (1 non réponse). Parmi ces 16 établissements, 5 ont contractualisé avec l ADOPS 5, 9 avec l hôpital et 2 avec une autre association (centre médical, CAPS 6 ). 11 EHPAD rencontrent des difficultés liées à la PDSA, parmi lesquels 1 EHPAD qui a contractualisé (avec l hôpital), 23 EHPAD déclarent ne pas rencontrer de difficulté (29 non réponses). Parmi les difficultés rencontrées, ont été citées : Les délais de déplacements pour les visites, La disponibilité la nuit, Les certificats de décès le weekend, La prise en charge et la gestion du transport vers les urgences libérales, Le temps d accès au bon interlocuteur. 4. La télémédecine en EHPAD 48 EHPAD répondants (76%) estiment que la «télémédecine» est à développer en EHPAD, notamment pour les spécialités de gériatrie (31 EHPAD, 65% des participants), dermatologie (26 EHPAD, 54%), cardiologie (21 EHPAD, 44%), psychiatrie (19 EHPAD, 40%), médecine générale (19 EHPAD, 40%), neurologie (17 EHPAD, 35%). Parmi ces 48 EHPAD, 25 (51% des répondants) estiment que leur équipe soignante est favorable au développement de la télémédecine dans leur établissement (4 EHPAD = très favorable, 21 EHPAD = assez favorable). 5 EHPAD estiment leur équipe soignante peu favorable à son déploiement, aucun ne déclare être «pas du tout favorable», 17 EHPAD ne savent pas. 5 ADOPS : Association Départementale pour l Organisation de la Permanence des Soins 6 CAPS : Centre d Accueil et de Permanence des Soins 10

11 E. Difficultés rencontrées par les EHPAD dans les interventions des médecins généralistes libéraux 1. Les dossiers médicaux 30 EHPAD (sur 54, soit 56%) estiment avoir «beaucoup de difficultés» pour faire renseigner le dossier médical informatique par les médecins traitants libéraux intervenant dans leur structure, 15 EHPAD (soit 28%) ont «quelques difficultés». 11 EHPAD (sur 59, soit 19%) ont «beaucoup de difficultés» pour le renseignement du dossier médical papier par les médecins (et 22 EHPAD, soit 37%, ont «quelques difficultés»). 2. Echanges avec les médecins libéraux intervenant dans leur EHPAD 8 EHPAD (sur 63, soit 13%) estiment avoir «beaucoup de difficultés» pour rencontrer et échanger avec les médecins libéraux lors de leurs visites ; 21 estiment avoir «quelques difficultés» (soit 33%) ; 27 ont «peu de difficultés» et 7 (11%) n ont «aucune difficulté» à échanger avec les médecins lors de leurs visites. Concernant les échanges en dehors des murs des établissements, 5 EHPAD (sur 63, soit 8%) estiment avoir «beaucoup de difficultés» à contacter les médecins libéraux à leur cabinet, 21 EHPAD rencontrent «quelques difficultés» (33%), 27 (43%) ont «peu de difficultés» et 10 EHPAD n ont «aucune difficulté» à les contacter à leur cabinet. 3. Organisation de la visite médicale 2 EHPAD (sur 60, soit 3%) ont «beaucoup de difficultés» pour l organisation et l anticipation des visites médicales du médecin traitant libéral en amont (préparation du patient par exemple), 21 EHPAD (35%) rencontrent «quelques difficultés», 27 (soit 45%) ont «peu de difficultés» et 10 (17%) n ont «aucune difficulté». 4. Les prescriptions 5 EHPAD (sur 61, soit 8%) rencontrent «beaucoup de difficultés» quant à l organisation, l anticipation et l administration des prescriptions des médecins généralistes libéraux intervenant auprès de leur résidents (lisibilité, renouvellement, réévaluation, ). 25 EHPAD (soit 41%) ont «quelques difficultés», 21 EHPAD (34%) ont «peu de difficultés» et 10 EHPAD (16%) n ont «aucune difficulté». 5. Classement des difficultés Après pondération des résultats pour chaque question (dossiers médicaux, échanges avec les médecins libéraux, organisation de la visite médicale et les prescriptions), de 1 pour la modalité «beaucoup de difficultés» à 4 pour «aucune difficulté», le classement des difficultés les plus rencontrées par les EHPAD sont dans l ordre décroissant : Renseignement du dossier médical informatique par le médecin traitant libéral (score=1,63 7 ). Renseignement du dossier médical papier par le médecin traitant libéral (score=2,31). Rencontrer et échanger avec les médecins libéraux intervenant dans l EHPAD (score=2,52). Organisation, anticipation et administration des prescriptions (lisibilité, renouvellement, réévaluation ) (score=2,59). Contacter les médecins traitants libéraux à leur cabinet (score=2,67). Organisation, anticipation de la visite médicale du médecin traitant libéral en amont (préparation du patient avant l arrivée du médecin, ) (score=2,75). 7 Exemple de calcul : «beaucoup de difficultés» =30 EHPAD ; «quelques difficultés»=15 EHPAD ; «peu de difficultés»=8 EHPAD ; «Aucune difficulté»=1 EHPAD. 54 EHPAD ont répondu à la question. Calcul pondération = [30x1 + 15x2 + 8x3 + 1x4]/54 = 88/54 = 1,63 11

12 DISCUSSION A. Besoins en médecin coordonnateur peut être plus importants pour les EHPAD en zones fragiles Les EHPAD localisés en zones fragiles semblent présenter des besoins en soins et en prise en charge de la dépendance plus importants, avec des PMP et GMP plus élevés que la moyenne régionale. De plus, les patients des EHPAD en zones fragiles semblent présenter un profil légèrement plus âgés que l ensemble des EHPAD de la région, notamment pour les 85 ans et plus (tableau ci-dessous). EHPAD de la région EHPAD en zones fragiles Taux 8 Cumulés décroissants Taux EHPAD répondants Cumulés décroissants < 75 ans 10% 100% 10% 100% ans 11% 90% 9% 90% ans 22% 79% 18% 81% ans 28% 57% 30% 63% 90 ans 29% 29% 33% 33% Total 100% 100% Une population plus âgée et des niveaux de soins et de dépendance plus importants que dans les EHPAD de la région peuvent laisser supposer des besoins plus conséquents, d une part en médecin coordonnateur, d autre part en professionnels de santé libéraux. Les zones fragiles des Pays de la Loire couvrent principalement, voire exclusivement, des zones rurales. D après l enquête menée auprès de l ensemble des médecins généralistes libéraux des Pays de la Loire 9, la proportion des médecins généralistes libéraux également coordonnateurs d EHPAD est plus élevée chez les médecins exerçant en zone rurale : ils sont 14% à exercer cette activité contre 6% des médecins libéraux exerçant en zone semi-rurale et 6% des médecins exerçant en zone urbaine. B. Des difficultés de recrutement des médecins coordonnateurs 1. Un taux d occupation des postes plus faible que dans les autres EHPAD de la région Des données précédentes estimaient le taux d occupation des postes de médecin coordonnateur en EHPAD dans l ensemble de la région Pays de la Loire entre 74% 10 et 82% 11, soit des taux supérieurs par rapport aux EHPAD en zones fragiles qui ont répondu à cette enquête (66%). Par ailleurs, une faible majorité des médecins coordonnateurs en poste n occupent pas cette fonction pour les 100% de son ETP 12 théorique et moins de la majorité est en poste depuis au moins cinq ans. Moins d un médecin coordonnateur sur deux est également libéral. La mutualisation des postes de médecin coordonnateur ne permet pas, à priori, de garantir une «meilleure» occupation du poste. En effet, la proportion de postes mutualisés est la même parmi les postes occupés et parmi les postes inoccupés (proche des 70%). 2. Des difficultés de recrutement identifiées La majorité des EHPAD connaissent des difficultés de recrutement pour le poste de médecin coordonnateur de leur structure. La démographie médicale et la disponibilité des professionnels de santé libéraux qui exercent 8 Accompagnement des personnes en situation de handicap Aux trois périodes de la vie : enfants, adultes, personnes âgées - ARS Pays de la Loire Décembre 2011 (p.13) 9 État des lieux des pratiques des médecins généralistes libéraux en EHPAD dans la région des Pays de la Loire URPS-ML Financement des soins dispensés dans les établissements pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)- Évaluation de l'option tarifaire dite globale Inspection Générale des Affaires Sociales 2011 P L accompagnement personnalisé en EHPAD Etat des lieux des pratiques & Recommandations ARS Avril Équivalent temps plein 12

13 sur leur territoire est mise avant par les directions d EHPAD qui, pour certains, privilégient les professionnels de santé libéraux lors du recrutement car estiment bénéfique pour la coordination des soins ville/ehpad le fait que le médecin coordonnateur soit également médecin libéral. Par ailleurs, d après l enquête auprès des médecins généralistes libéraux 9, les médecins exerçant en zone rurale se disent très légèrement moins intéressés pour exercer cette fonction : ils sont 11%, contre 13% des médecins exerçant en semi-rural et 13% en zone urbaine. Par ailleurs, cette disponibilité des professionnels de santé libéraux dans ces zones fragiles incite également parfois les médecins coordonnateurs d EHPAD à réaliser des actes de soins auprès des résidents d EHPAD en dehors des situations d urgences, contrairement à ce que prévoit l article D du Code de l Action Sociale et des Familles (CASF) qui fixe les treize missions du médecin coordonnateur d EHPAD. Dans ce contexte, certaines structures peuvent faire le choix de salarier un médecin traitant pour l ensemble de leurs résidents. Si peu d EHPAD ont déclaré l avoir fait à ce jour, il semble être plus nombreux à vouloir développer le salariat dans le futur. L isolement géographique de la structure est également mis en avant par les directions d EHPAD qui reconnaissent des difficultés de recrutement de leur médecin coordonnateur. Malheureusement, cette enquête ne permet pas d une part d identifier si l environnement sanitaire des établissements peut avoir un impact sur l occupation du poste de médecin coordonnateur, et, d autre part d analyser cet impact. La méconnaissance de la fonction de médecin coordonnateur en EHPAD par les médecins libéraux peut être un frein au recrutement de ce poste. Davantage de communication et d information sur cette fonction envers les médecins généralistes libéraux permettrait peut-être de mieux identifier les missions et les rôles du médecin coordonnateur. C. Difficultés dans le fonctionnement avec les médecins généralistes libéraux L utilisation du dossier médical informatique est la principale difficulté rencontrée par les directions d EHPAD dans les «relations» avec les médecins généralistes libéraux. Cela peut être consolidé par l enquête menée auprès des médecins généralistes libéraux de la région 13, qui sont confrontés à l hétérogénéité des systèmes d information dans les EHPAD dans lesquels ils interviennent. L homogénéisation des systèmes d information, interopérable avec les logiciels métiers des médecins libéraux, est indispensable pour garantir une bonne information entre les professionnels. A noter également que l anticipation de la visite médicale du médecin traitant en amont (préparation du patient avant l arrivée du médecin, ) n est pas une difficulté identifiée par les EHPAD en zones fragiles alors qu il s agit de la difficulté la plus souvent citée par les médecins généralistes de la région interrogés dans le cadre de l état des lieux de leurs pratiques en EHPAD. CONCUSION Les EHPAD en zones fragiles semblent éprouver davantage de difficultés à recruter leur médecin coordonnateur, du fait de la démographie médicale et de la surcharge de travail des professionnels de santé libéraux de leur territoire. Cette situation a pu encourager des EHPAD, peu à l heure actuelle, à salarier des médecins traitants pour prendre en charge leurs résidents et assurer la coordination de leur établissement. On a pu constater que cette «solution», qui pourrait remettre en cause le libre choix du médecin traitant par le résident, pourrait se développer dans le futur. 13 État des lieux des pratiques des médecins généralistes libéraux en EHPAD dans la région des Pays de la Loire URPS-ML

L exercice libéral de la médecine en EHPAD

L exercice libéral de la médecine en EHPAD Sandor Kacso - Fotolia.com Reproduction interdite DOSSIER DE PRESSE L exercice libéral de la médecine en EHPAD Deux études de l URPS Médecins Libéraux des Pays de la Loire dressent l état des lieux de

Plus en détail

État des lieux des pratiques des médecins généralistes libéraux en EHPAD dans la région des Pays de la Loire

État des lieux des pratiques des médecins généralistes libéraux en EHPAD dans la région des Pays de la Loire 201 État des lieux des pratiques des médecins généralistes libéraux en EHPAD dans la région des Pays de la Loire Avec le soutien de l ARS Pays de la Loire et le financement du FIR REMERCIEMENTS L URPS

Plus en détail

«Les actions publiques en faveur de l action aux soins de proximité»

«Les actions publiques en faveur de l action aux soins de proximité» «Les actions publiques en faveur de l action aux soins de proximité» Mai 2014 La définition de territoires prioritaires : les espaces d équipes de soins fragiles et sous vigilances Enjeux des espaces d

Plus en détail

Infirmiers. La santé observée. dans les Pays de la Loire. L'essentiel. Mars 2015

Infirmiers. La santé observée. dans les Pays de la Loire. L'essentiel. Mars 2015 Observatoire régional de la santé des Pays de la Loire Mars 2015 www.santepaysdelaloire.com La santé observée dans les Pays de la Loire Infirmiers L'essentiel 616 800 personnes exercent la profession d

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. 4. Le questionnaire adressé aux EHPAD dans le cadre de la 1 ère phase de l étude

FICHE TECHNIQUE. 4. Le questionnaire adressé aux EHPAD dans le cadre de la 1 ère phase de l étude Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique Ministère de la santé et des sports DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE Paris, le 28 avril 2010 «nometab»

Plus en détail

Maison ou un Pôle de santé

Maison ou un Pôle de santé Les 4 points clés pour créer une Maison ou un Pôle de santé pluri-professionnel De nouveaux modes d exercice coordonné et regroupé : L exercice médical dans les villes et dans les campagnes est aujourd

Plus en détail

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Séminaire FHF-RA - 24 septembre 2015 - Jean-Pierre BERNARD, Directeur du Centre Hospitalier de Valence - Denis GOSSE, Directeur du Centre Hospitalier

Plus en détail

Maisons de santé Soutien aux projets en Pays de la Loire

Maisons de santé Soutien aux projets en Pays de la Loire Maisons Soutien aux projets en Pays de la Loire L a démographie des professionnels est une problématique au croisement de la santé et de l aménagement du territoire : un territoire sans professionnel n

Plus en détail

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES,

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES, CFDT 2008 Enquête Santé L enquête CFDT sur la santé des français s est déroulée dans 4 régions (Ile de France, Lorraine, Pays de la Loire, et Bretagne) entre mars et septembre 2008, auprès d un échantillon

Plus en détail

Première partie. La définition des fonctions

Première partie. La définition des fonctions Première partie La définition des fonctions 4. La définition du périmètre des fonctions de la secrétaire médicale varie selon son statut, salarié ou agent de la fonction publique hospitalière, et, éventuellement,

Plus en détail

Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012

Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012 Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012 Martine HADDAD Secrétaire Générale FHP Ile-de-France SOMMAIRE -LES ETABLISSEMENTS DE SANTE

Plus en détail

Répartition des temps des missions

Répartition des temps des missions Le temps alloué au médecin coordonnateur est-il compatible avec ses missions? 1 ère partie : analyse et calcul de sa charge de travail Le décret ministériel du 27 mai 2005 relatif à la qualification aux

Plus en détail

URPS. La question de l astreinte. Les rendez-vous en urgence. La répartition des professionnels de santé fait régulièrement le buzz

URPS. La question de l astreinte. Les rendez-vous en urgence. La répartition des professionnels de santé fait régulièrement le buzz e 20 12 n 1 - No ve m br Permanence des Soins La question de l astreinte Continuité des Soins Les rendez-vous en urgence Démographie La répartition des professionnels de santé fait régulièrement le buzz

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

sommaire Introduction...11 L hôpital d hier et d aujourd hui

sommaire Introduction...11 L hôpital d hier et d aujourd hui Titre partie sommaire Introduction..............................11 L hôpital d hier et d aujourd hui «L hôpital a vocation à accueillir tout le monde.».......19 «L hôpital n a pas su se réformer.»...................25

Plus en détail

Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes

Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes La MSJB sur un territoire urbain et rural Communauté de communes 90 000 habitants : Cholet 55000 habitants 13 communes périphériques:

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

«BIENTRAITANCE DES PERSONNES AGEES ACCUEILLIES EN EHPAD» QUESTIONNAIRE EHPAD 2015

«BIENTRAITANCE DES PERSONNES AGEES ACCUEILLIES EN EHPAD» QUESTIONNAIRE EHPAD 2015 «BIENTRAITANCE DES PERSONNES AGEES ACCUEILLIES EN EHPAD» QUESTIONNAIRE EHPAD 2015 A- Données sur le profil de l établissement 1. Nombre de places installées au 31/12/2014 (inombre total de lits ou de logements

Plus en détail

Méthode de validation des coupes PATHOS

Méthode de validation des coupes PATHOS Méthode de validation des coupes PATHOS Formation nationale validation coupes PATHOS 2013 Etablissements éligibles en 2013 Etablissements prioritaires 2013 : renouvelant leur convention en 2013, une fois

Plus en détail

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé CONVENTION CADRE ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé ENTRE Le Conseil Général des Vosges, 8 Rue de la Préfecture, 88000 EPINAL,

Plus en détail

Les centres de santé infirmiers aujourd hui et demain

Les centres de santé infirmiers aujourd hui et demain Les centres de santé infirmiers aujourd hui et demain Implantés en milieu urbain ou rural, et bien souvent dans des zones déficitaires en professionnels de santé ou dans des zones sensibles, les centres

Plus en détail

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation DU et Capacité «médecin coordonnateur en EHPAD» Le 15 décembre 2010 Katy Jarny Responsable Conseil & Formation - I - Les différentes formules

Plus en détail

Membres du groupe de travail : Marie-Claire MORA chef de projet Thierry BIES Inès DI CERTO Caroline SAINT-CRICQ

Membres du groupe de travail : Marie-Claire MORA chef de projet Thierry BIES Inès DI CERTO Caroline SAINT-CRICQ FORMATION INITIALE 52 ème promotion, 2013-2014 RECHERCHE- ACTION LES PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES : LES HOSPITALISATIONS EVITABLES DES RESIDENTS EN EHPAD Membres du groupe de travail : Marie-Claire

Plus en détail

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA BILAN D ETAPE 1 MATERIEL MEDICAL : UN CHAMP D INTERVENTION QUI SUSCITE DES ATTENTES FORTES RESUME Au printemps 2013, l URPS

Plus en détail

Réingénierie aides-soignants (AS) et auxiliaires de puériculture (AP) Synthèse des travaux sur les évolutions ayant un impact sur ces métiers

Réingénierie aides-soignants (AS) et auxiliaires de puériculture (AP) Synthèse des travaux sur les évolutions ayant un impact sur ces métiers Réingénierie aides-soignants (AS) et auxiliaires de puériculture (AP) Synthèse des travaux sur les évolutions ayant un impact sur ces métiers 1 - Les objectifs des travaux Explorer les contours des métiers

Plus en détail

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES OBJECTIFS ET MÉTHODES L évaluation de l action a pour objectif de mesurer l efficacité de la campagne en termes de santé, l intérêt financier à engager une telle action, d appréhender le degré de compréhension

Plus en détail

Madame Anita HAMON, conseillère municipale représentant le Maire du Quillio

Madame Anita HAMON, conseillère municipale représentant le Maire du Quillio COMPTE-RENDU REUNION du CONSEIL de la VIE SOCIALE Le 3 juillet 2014 à 15h, les membres du Conseil de la Vie Sociale de l établissement se sont réunis à la maison de retraite. Etaient présents : Madame

Plus en détail

Analyse de l enquête auto-évaluation des EHPAD sur la bientraitance. Octobre 2011

Analyse de l enquête auto-évaluation des EHPAD sur la bientraitance. Octobre 2011 Analyse de l enquête auto-évaluation EHPAD sur la bientraitance Octobre 2011 La bientraitance est une dimension essentielle de l amélioration de la qualité de l accompagnement personnes âgées.. C est une

Plus en détail

Piloter la performance avec le tableau de bord partagé du secteur médico-social

Piloter la performance avec le tableau de bord partagé du secteur médico-social Piloter la performance avec le tableau de bord partagé du secteur médico-social POURQUOI UN TABLEAU DE BORD PARTAGÉ POUR LE MÉDICO-SOCIAL? UN SECTEUR EN PROFONDE MUTATION Depuis une dizaine d années, le

Plus en détail

PAERPA 9-10-19_ARS-IDF

PAERPA 9-10-19_ARS-IDF Présents : PAERPA 9-10-19_ARS-IDF Relevé de décisions / Première Réunion EHPAD 30 septembre 2014 - EHPAD Les Parentèles EHPAD Alice Guy / 10 rue de Colmar - 75019 Paris - Benoit Vandermeersch, Directeur

Plus en détail

e Réseau Qualité-Risques Picardie entre dans sa phase opérationnelle.

e Réseau Qualité-Risques Picardie entre dans sa phase opérationnelle. R é s e a u S A N T E Q U A L I T E R I S Q U E S P i c a r d i e e Réseau Qualité-Risques Picardie entre dans sa phase opérationnelle. Après avoir rencontré la quasi-totalité des établissements adhérents

Plus en détail

L APPEL A CANDIDATURE RELATIF A LA CREATION, A TITRE EXPERIMENTAL, D UN EHPAD HORS LES MURS OU POLE DE SERVICES

L APPEL A CANDIDATURE RELATIF A LA CREATION, A TITRE EXPERIMENTAL, D UN EHPAD HORS LES MURS OU POLE DE SERVICES L APPEL A CANDIDATURE RELATIF A LA CREATION, A TITRE EXPERIMENTAL, D UN EHPAD HORS LES MURS OU POLE DE SERVICES PREAMBULE Les diverses structures de prise en charge des personnes âgées (HAD, SSIAD, SAD,

Plus en détail

Concilier vie privée et vie professionnelle, un enjeu pour tous les acteurs de l entreprise

Concilier vie privée et vie professionnelle, un enjeu pour tous les acteurs de l entreprise Concilier vie privée et vie professionnelle, un enjeu pour tous les acteurs de l entreprise Stabilité de la confiance des dirigeants de PME-ETI Paris, 17 octobre 2013 La Banque Palatine, banque des moyennes

Plus en détail

Résultats d enquête. L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? En partenariat avec

Résultats d enquête. L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? En partenariat avec Résultats d enquête Dr Régis MOURIES, Président En partenariat avec L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? Conférence de Presse du 25/11/14 Philippe

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Projet de santé. Accès et continuité des soins. Education thérapeutique et prévention. Coordination, partage d information pluridisciplinaire

Projet de santé. Accès et continuité des soins. Education thérapeutique et prévention. Coordination, partage d information pluridisciplinaire é t n a s e d s n o s i a m s e L s e r i a n i l p i c s i d i plur e i d n a m r o N en Haute Projet de santé Accès et continuité des soins Education thérapeutique et prévention Coordination, partage

Plus en détail

IDE Unité de Psychiatrie Générale

IDE Unité de Psychiatrie Générale IDE Unité de Psychiatrie Générale CONTEXTE : Centre Hospitalier de Dax Côte d Argent Directeur d établissement : Mr CAZENAVE Direction fonctionnelle : Mme FRECON Site : Yves du MANOIR Pôle d activité :

Plus en détail

Etat de santé bucco-dentaire et organisation des soins

Etat de santé bucco-dentaire et organisation des soins Etat de santé bucco-dentaire et organisation des soins Monique Largot Infirmière en hygiène hospitalière inter établissement CH ST MARCELLIN,CH VINAY, EHPAD ROYBON, RESIDENCE D ACCUEIL ET DE SOINS LE PERRON

Plus en détail

PAERPA 9-10-19_ARS-IDF

PAERPA 9-10-19_ARS-IDF PAERPA 9-10-19_ARS-IDF Relevé de décisions / Deuxième Réunion EHPAD 3 novembre 2014 - EHPAD Herold Présents : EHPAD Alice Guy / 10 rue de Colmar - 75019 Paris - Benoit Vandermeersch, Directeur - Carol

Plus en détail

plus par semaine et les 10 % qui en effectuent le moins travaillent au maximum 41 heures.

plus par semaine et les 10 % qui en effectuent le moins travaillent au maximum 41 heures. Les emplois du temps > des médecins généralistes des Les médecins généralistes ligériens ont une durée de travail élevée, en moyenne 57 heures par semaine. L enquête menée début 211 auprès d un échantillon

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

«La vie de parent au quotidien» Union Départementale des Associations Familiales de la Vienne

«La vie de parent au quotidien» Union Départementale des Associations Familiales de la Vienne Union Départementale des Associations Familiales de la Vienne 8 ème enquête de l Observatoire départementale de la Famille «La vie de parent au quotidien» Sommaire Introduction... 3 Les difficultés supposées

Plus en détail

Proyecto Telemedicina

Proyecto Telemedicina Seminario Internacional Desarrollo de Servicios Sociales para Personas Mayores 3-4 octubre 2013 Proyecto Telemedicina Dr Jean-Philippe Flouzat Médico geriatra, Consejero Médico Social de la Agencia Regional

Plus en détail

Médecins. Date : 04 08 2012 Mise en place des nouvelles options conventionnelles relatives à la démographie

Médecins. Date : 04 08 2012 Mise en place des nouvelles options conventionnelles relatives à la démographie Médecins Date : 04 08 2012 Mise en place des nouvelles options conventionnelles relatives à la démographie La convention nationale des médecins libéraux, signée le 26 juillet 2011, a défini dans son article

Plus en détail

Présentation pratique du dépistage du cancer colorectal. par le Dr Martine VALETTE. FMC de La Châtre mardi 06 octobre 2009

Présentation pratique du dépistage du cancer colorectal. par le Dr Martine VALETTE. FMC de La Châtre mardi 06 octobre 2009 Présentation pratique du dépistage du cancer colorectal par le Dr Martine VALETTE FMC de La Châtre mardi 06 octobre 2009 ASPECTS PRATIQUES DU DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL POUR LES MÉDECINS GÉNÉRALISTES

Plus en détail

Diagnostic sanitaire et social du Lot

Diagnostic sanitaire et social du Lot Diagnostic sanitaire et social du Lot Présentation du diagnostic territorial 2014 Ce document est un support de présentation, pour des informations plus complètes, vous pouvez vous référer au diagnostic

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

«Etat de la radioprotection en milieu médical : le point de vue de l ASN» Jean-Luc Godet Direction des Rayonnements Ionisants et de la Santé ASN

«Etat de la radioprotection en milieu médical : le point de vue de l ASN» Jean-Luc Godet Direction des Rayonnements Ionisants et de la Santé ASN «Etat de la radioprotection en milieu médical : le point de vue de l ASN» Jean-Luc Godet Direction des Rayonnements Ionisants et de la Santé ASN SFRP Tours 22 juin 2011 1 Introduction Etat de la radioprotection

Plus en détail

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES Formalisation des engagements réciproques entre l EPS Ville-Evrard et les internes Ressources humaines médicales Delphine LEBIGRE AAH NOVEMBRE 2012 Objectifs L établissement

Plus en détail

Les besoins de qualification des. métiers de la petite enfance. Branche professionnelle des. acteurs du lien social et. familial.

Les besoins de qualification des. métiers de la petite enfance. Branche professionnelle des. acteurs du lien social et. familial. Les besoins de qualification des métiers de la petite enfance Branche professionnelle des acteurs du lien social et familial. Résultats de l'enquête menée en 2013 SOMMAIRE La méthodologie mise en place

Plus en détail

AVIS D APPEL A PROJETS MEDICO-SOCIAL RELEVANT DE LA COMPETENCE DE

AVIS D APPEL A PROJETS MEDICO-SOCIAL RELEVANT DE LA COMPETENCE DE AVIS D APPEL A PROJETS MEDICO-SOCIAL RELEVANT DE LA COMPETENCE DE L AGENCE REGIONALE DE SANTE D ALSACE RELATIF A LA CREATION DE PLACES DE SERVICES DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE (SSIAD) ARS Alsace Cité

Plus en détail

L exercice pluriprofessionnel des soins primaires en Maison et Pôle de Santé

L exercice pluriprofessionnel des soins primaires en Maison et Pôle de Santé L exercice pluriprofessionnel des soins primaires en Maison et Pôle de Santé Dr Jean Jacques ANTOINE FEMALOR 14 Juin 2012 METZ 57 1 Déclara'on d intérêts J ai actuellement ou j ai eu au cours des trois

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Module 1 Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne ACCUEIL ET HEBERGEMENT DE LA PERSONNE AGEE

Module 1 Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne ACCUEIL ET HEBERGEMENT DE LA PERSONNE AGEE 1 Hospices Civils de Beaune Module 1 Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne Institut de formation d aides-soignants Promotion 2015-2016 Date : 3/9/15 Durée : 1h30 ACCUEIL ET

Plus en détail

Observation du territoire Parisien

Observation du territoire Parisien Observation du territoire Parisien Les services à la personne Septembre 2007 Le marché des services à la personne à Paris en 2005 A Paris, en 2005, 80,8 % du marché total des services à la personne en

Plus en détail

Lancement de Sterenn, solution de télémédecine de la région Bretagne

Lancement de Sterenn, solution de télémédecine de la région Bretagne Dossier de presse Saint-Brieuc, le 21 juillet 2014 Lancement de Sterenn, solution de télémédecine de la région Bretagne La communauté de santé de Bretagne se mobilise pour la télémédecine, au service des

Plus en détail

1 ère Phase : Diagnostic territorial de santé

1 ère Phase : Diagnostic territorial de santé Rappel : contexte et objectif Mobilisation des élus de la ville du Creusot face au risque de désertification médicale Volonté d élaborer un projet de santé global, mobilisateur, à l échelle du bassin de

Plus en détail

«Pacte territoire-santé» : 12 engagements pour un meilleur accès de tous les francs-comtois à des soins de qualité

«Pacte territoire-santé» : 12 engagements pour un meilleur accès de tous les francs-comtois à des soins de qualité «Pacte territoire-santé» : 12 engagements pour un meilleur accès de tous les francs-comtois à des soins de qualité Sommaire Des débats organisés avec les Conseils généraux Quelles suites à ces débats?

Plus en détail

Le GPSPB «GPS» Groupement de Professionnels de Santé : une réponse adaptée pour la coordination territoriale des soins

Le GPSPB «GPS» Groupement de Professionnels de Santé : une réponse adaptée pour la coordination territoriale des soins 29/03/2014 Le PB Groupement de Professionnels de Santé : une réponse adaptée pour la coordination territoriale des soins Groupement des Professionnels de Santé du Pays Beaunois 19 route de Gigny 21200

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Aménagement urbanisme développement et prospective Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir

Plus en détail

Transports sanitaires

Transports sanitaires Observatoire régional de la santé des Pays de la Loire Juillet 2015 www.santepaysdelaloire.com La santé observée dans les Pays de la Loire Transports sanitaires L'essentiel En 2014, 5,6 millions de patients

Plus en détail

budgétaire médico-sociale 2014

budgétaire médico-sociale 2014 Journée d information sur la campagne Journée d information sur la campagne budgétaire médico-sociale 2014 Ordre du jour Le bilan de la campagne budgétaire médico-sociale 2013 Les orientations stratégiques

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

ENQUETE SUR L EMPLOI DES TRAVAILLEURS HANDICAPES

ENQUETE SUR L EMPLOI DES TRAVAILLEURS HANDICAPES ENQUETE SUR L EMPLOI DES TRAVAILLEURS HANDICAPES 2009 Une étude sur l emploi des travailleurs handicapés au sein des établissements de la Branche de l hospitalisation privée sanitaire et médico-sociale

Plus en détail

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT 1 CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT Dr Bertrand ISAAC Pharmacien Praticien Hospitalier Centre Hospitalier Loire Vendée Océan

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 Date : février 2015 Auteurs : Catherine Pourin, Jean-Luc Quenon et toute l équipe du CCECQA Le programme de travail du CCECQA est décliné selon les axes retenus en 2015 : Indicateurs

Plus en détail

ENQUÊTE 2010 SUR LES SERVICES D ACCOMPAGNEMENT SOCIAL

ENQUÊTE 2010 SUR LES SERVICES D ACCOMPAGNEMENT SOCIAL 42, rue de Marseille 69007 LYON Tel : 04 72 71 96 99 Fax : 04 72 73 09 02 E-mail : mais@mais.asso.fr Web : www.mais.asso.fr ENQUÊTE 2010 SUR LES SERVICES D ACCOMPAGNEMENT SOCIAL complémentaire sur les

Plus en détail

Contrat d engagement de service public (CESP) 4 Indemnité forfaitaire de déplacement 5 Bourses d études 6

Contrat d engagement de service public (CESP) 4 Indemnité forfaitaire de déplacement 5 Bourses d études 6 AIDES à l installation et au maintien des professionnels de santé en Auvergne AIDES à l installation et au maintien des professionnels de santé en Auvergne SOMMAIRE 1 ETUDIANT OU INTERNE EN MEDECINE ETUDIANT

Plus en détail

Programme 2015 du RéQua-Sanitaire. 14 octobre 2015

Programme 2015 du RéQua-Sanitaire. 14 octobre 2015 Programme 2015 du RéQua-Sanitaire 14 octobre 2015 Conception du programme Enquête de satisfaction et des attentes réalisée auprès de tous les adhérents Enquête sur les grandes orientations pressenties

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

L UNPS rappelle que la permanence et la continuité des soins est assurée à domicile comme en établissement par des professionnels de santé libéraux.

L UNPS rappelle que la permanence et la continuité des soins est assurée à domicile comme en établissement par des professionnels de santé libéraux. POSITION DE L UNPS SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA PERSONNE ÂGÉE EN PERTE D AUTONOMIE Présentation de l UNPS L Union Nationale des Professionnels de Santé (UNPS) est l institution crée par la loi qui regroupe

Plus en détail

esanté LES RENCONTRES 2012 Infos pratiques / Contacts Comité d Organisation :

esanté LES RENCONTRES 2012 Infos pratiques / Contacts Comité d Organisation : esanté LES RENCONTRES 2012 Infos pratiques / Contacts Comité d Organisation : Docteur Marc Sapene, pour la commission ETP / Maladies Chroniques de l'urps ML Aquitaine msapene@wanadoo.fr Docteur Jean-Bernard

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique

Plan Local de Santé Publique Plan Local de Santé Publique Martigues/Port-de-Bouc n 2 2010-2013 Axes et Objectifs prioritaires Atelier Santé Ville Martigues/Port-de-Bouc PLSP2 - Juin 2010 Axes prioritaires (Sont mentionnés en vert

Plus en détail

Résultats préliminaires de l enquête sur la dématérialisation du processus d achat public

Résultats préliminaires de l enquête sur la dématérialisation du processus d achat public Résultats préliminaires de l enquête sur la dématérialisation du processus d achat public Juillet 2008 Dans le cadre d une recherche doctorale en Management des systèmes d information Institut de recherche

Plus en détail

Principaux points des décrets publiés au Bulletin officiel 6038 du 12/04/2012

Principaux points des décrets publiés au Bulletin officiel 6038 du 12/04/2012 Principaux points des décrets publiés au Bulletin officiel 608 du 1/0/01 Décret n -1-95 modifiant le décret n -99-69 du 6 octobre 1999 relatif à la protection et à l'indemnisation de certaines catégories

Plus en détail

Cahier des charges Objet :

Cahier des charges Objet : Cahier des charges Objet : Expérimentation de nouveaux modes d organisation des soins destinés à optimiser les parcours de soins des personnes âgées en risque de perte d autonomie en prévenant leur hospitalisation

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H Psychiatrie infanto-juvénile UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION Edition : Août 2015 Franck RENAUDIN U.P.A.H Pavillon «l Orme» 20 avenue du 19 mars 1962 72703 ALLONNES Cédex 02.43.43.51.20

Plus en détail

DISCOURS VŒUX. 17 janvier 2014

DISCOURS VŒUX. 17 janvier 2014 DISCOURS VŒUX 17 janvier 2014 Madame la Ministre de la Réforme de l Etat, de la Décentralisation et de la Fonction Publique Monsieur le Sous Préfet, Madame le Maire de Morlaix et Présidente du Conseil

Plus en détail

La Mutualité Française

La Mutualité Française La Mutualité Française en Pays de la Loire Un mouvement pour une santé solidaire en région en Pays de la Loire : une représentation régionale pour défendre l accès à la santé pour tous Les mutuelles Premier

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Mise en place d actions de prévention des chutes en EHPAD

Mise en place d actions de prévention des chutes en EHPAD 20 CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS Mise en place d actions de prévention des chutes en EHPAD Date de lancement : 06 septembre 2013 Date de clôture : 11 octobre 2013 Contexte et objectifs de l appel

Plus en détail

CROIX-ROUGE FRANÇAISE Hôpital d'enfants Margency. 18, rue Roger Salengro Tél 01 34 27 42 00 95580 - MARGENCY Fax 01 34 27 45 91

CROIX-ROUGE FRANÇAISE Hôpital d'enfants Margency. 18, rue Roger Salengro Tél 01 34 27 42 00 95580 - MARGENCY Fax 01 34 27 45 91 18, rue Roger Salengro Tél 01 34 27 42 00 95580 - MARGENCY Fax 01 34 27 45 91 DOSSIER ADMINISTRATIF DU PATIENT A renvoyer à Christine ANDRIEUX 18, rue Roger Salengro 95580 MARGENCY Tél 01.34.27.42.09 Fax

Plus en détail

Accompagnement et formation des personnels en contrats aidés des EHPAD de l académie de POITIERS * CUI et emplois d avenir *

Accompagnement et formation des personnels en contrats aidés des EHPAD de l académie de POITIERS * CUI et emplois d avenir * Accompagnement et formation des personnels en contrats aidés des EHPAD de l académie de POITIERS * CUI et emplois d avenir * Vous venez d être recruté en contrat aidé (CUI ou emploi d avenir) au sein d

Plus en détail

H/F CDI à temps partiel (0.8 équivalent temps plein)- statut cadre

H/F CDI à temps partiel (0.8 équivalent temps plein)- statut cadre Appel à candidature édité le 09/06/15 COORDINATEUR de la plateforme d éducation thérapeutique des territoires de santé n 1 et n 2 du FINISTERE («ETP29») H/F CDI à temps partiel (0.8 équivalent temps plein)-

Plus en détail

Panel. L exercice en cabinet de groupe. en médecine générale. des médecins généralistes des Pays de la Loire. Pays de la Loire 2010-2012.

Panel. L exercice en cabinet de groupe. en médecine générale. des médecins généralistes des Pays de la Loire. Pays de la Loire 2010-2012. L exercice en cabinet de groupe > des médecins généralistes des Dans les, 67 % des médecins généralistes sont installés en groupe, taux qui atteint 88 % chez les moins de 45 ans. L enquête menée début

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Ressources humaines et communication Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir des diplômés

Plus en détail

Bilan de l activité d accueil de jour et d hébergement temporaire en direction des personnes âgées dépendantes en 2010

Bilan de l activité d accueil de jour et d hébergement temporaire en direction des personnes âgées dépendantes en 2010 Bilan de l activité d accueil de jour et d hébergement temporaire en direction des personnes âgées dépendantes en 2010 Le suivi de l activité des établissements ayant une activité d accueil de jour et

Plus en détail

SOCIALES ENQUÊTES & OBSERVATIONS. Sommaire. www.unccas.org. Les logements-foyers gérés par les CCAS et CIAS OCTOBRE 2012 N 4. Les enquêtes de l UNCCAS

SOCIALES ENQUÊTES & OBSERVATIONS. Sommaire. www.unccas.org. Les logements-foyers gérés par les CCAS et CIAS OCTOBRE 2012 N 4. Les enquêtes de l UNCCAS www.unccas.org Sommaire ENQUÊTES & OBSERVATIONS SOCIALES Les enquêtes de l UNCCAS OCTOBRE 2012 N 4 Les logements-foyers gérés par les CCAS et CIAS Document édité par l Union nationale des centres communaux

Plus en détail

Présentation des grandes lignes du guide méthodologique de la DGOS sur l évolution des réseaux

Présentation des grandes lignes du guide méthodologique de la DGOS sur l évolution des réseaux Union Nationale des Réseaux de Santé UNR.santé Présentation des grandes lignes du guide méthodologique de la DGOS sur l évolution des réseaux Mars 2012 UNR.santé Principes directeurs du guide Complète

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

TIC, Ethique et protection des données médicales

TIC, Ethique et protection des données médicales TIC, Ethique et protection des données médicales P. Biron Oncologue T. Durand Directeur de l Information Hospitalière Centre Léon Bérard 16 JUIN 2014 Le partage de l information La prise en charge est

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

Nous vous en remercions par avance et vous souhaitons un prompt rétablissement.

Nous vous en remercions par avance et vous souhaitons un prompt rétablissement. Madame, Mademoiselle, Monsieur, Toute l équipe de MédiHAD vous souhaite la bienvenue. Nous vous remercions d avoir choisi notre structure d Hospitalisation A Domicile pour votre prise en charge médicale

Plus en détail

Date limite de remise des offres

Date limite de remise des offres Cahier des Charges Maître d ouvrage : Communauté de communes de la Vallée de l Ance Marché de services: SELECTION D UN CABINET DE RECRUTEMENT POUR l INSTALLATION D UN MEDECIN GENERALISTE LIBERAL Date limite

Plus en détail

Accompagner l évolution des pratiques professionnelles dans les consultations jeunes consommateurs

Accompagner l évolution des pratiques professionnelles dans les consultations jeunes consommateurs Accompagner l évolution des pratiques professionnelles dans les consultations jeunes consommateurs Objectifs de l action : L objectif central de ce projet est d accompagner l évolution des pratiques professionnelles

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE NOTE d INFORMATION 96.31 Juillet 1996 La fonction de conseiller d éducation et conseiller principal d éducation DIRECTION

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 4ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique Thème de la journée contributive : Junior ESSEC 04/02/2015

Plus en détail

Mots clés : psychiatrie, santé mentale, planification, concertation, allocation de ressources, handicap psychique.

Mots clés : psychiatrie, santé mentale, planification, concertation, allocation de ressources, handicap psychique. Ministère de la Santé et des Solidarité Direction des établissements et services médico-sociaux DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction de l organisation du système

Plus en détail