CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE"

Transcription

1 CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC L R. Q., c. C-23.1 Résumé du Code Août 2012 COMMISSAIRE À L ÉTHIQUE ET À LA DÉONTOLOGIE

2 CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC L R. Q., c. C-23.1 Résumé du Code Août 2012 COMMISSAIRE À L ÉTHIQUE ET À LA DÉONTOLOGIE

3

4 Table des matières INTRODUCTION 5 VALEURS ET PRINCIPES ÉTHIQUES 7 RÈGLES DÉONTOLOGIQUES 7 DÉCLARATIONS DES INTÉRÊTS 9 SOMMAIRE 12 AVIS DU COMMISSAIRE 15 DEMANDE D ENQUÊTE 16 RAPPORT D ENQUÊTE 16 DÉCISION DE L ASSEMBLÉE NATIONALE 17 JURISCONSULTE 17 PERSONNEL DE CABINETS 18

5

6 RÉSUMÉ du code * INTRODUCTION Le Code d éthique et de déontologie des membres de l Assemblée nationale (Code) a été sanctionné le 8 décembre Il s applique à tous les députés, y compris les membres du Conseil exécutif. Le commissaire à l éthique et à la déontologie (commissaire) a été nommé par une résolution unanime de l Assemblée nationale du 9 décembre suivant. Le Code de 133 articles comprend six Titres et plusieurs chapitres. Le Parlement proclame au premier chef l importance du rôle du député et reconnaît les attentes de la population à son égard. Dans un geste unanime, les députés énoncent et adhèrent aux valeurs de l Assemblée nationale. Ils fixent les principes éthiques et les règles déontologiques qu ils entendent respecter et élaborent des mécanismes d application et de contrôle de ces règles. S appuyant sur les principes de base de la démocratie, le Code offre à la population et aux élus d importantes garanties éthiques et déontologiques entourant l exercice de la charge de membre de l Assemblée nationale et, le cas échéant, de membre du Conseil exécutif. (*) Le présent texte constitue un résumé indicatif des principales dispositions du CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC, pour l information générale du lecteur uniquement. Il ne constitue pas une interprétation du Code ou un avis quelconque du commissaire concernant ce Code. Pour toute question, le lecteur est prié de se référer au texte officiel du Code, L. R. Q., chapitre C CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC 5

7

8 VALEURS ET PRINCIPES ÉTHIQUES En tout premier lieu, le Code proclame les valeurs de l Assemblée nationale, comprenant le respect ainsi que l amélioration des conditions sociales et économiques des Québécois. Au Titre des valeurs et des principes éthiques, l article 6 énonce des engagements de bienveillance, de droiture, de convenance, de sagesse, d honnêteté, de sincérité et de justice. Dans le cadre de l objectif démocratique qu ils partagent, les députés reconnaissent que le respect de ces valeurs constitue une condition essentielle au maintien de la confiance de la population. RÈGLES DÉONTOLOGIQUES Pour que leur engagement déontologique soit défini et public, les membres de l Assemblée nationale ont pris soin de codifier des règles déontologiques applicables à tous les députés et d ajouter des règles déontologiques particulières pour les membres du Conseil exécutif. Pour tous les députés : Parmi les règles déontologiques applicables à tout député, le Code énumère les fonctions incompatibles, notamment celle d élu municipal ou scolaire, et, certains des emplois rémunérés pour un gouvernement provincial, territorial, fédéral ou étranger ainsi que pour un organisme public du Québec. Pour éviter les conflits d intérêts, le député ne peut pas se placer dans une situation où son intérêt personnel peut influencer son indépendance de jugement dans l exercice de sa charge. De la même façon, il ne peut pas utiliser des renseignements qui ne sont généralement pas à la disposition du public, de façon à favoriser ses intérêts personnels, ceux d un membre de sa famille immédiate, ceux d un de ses enfants non à charge ou, d une manière abusive, ceux de toute autre personne. Sous réserve des exceptions qu il énonce, le Code prévoit qu un député ne peut, directement ou indirectement, participer à un marché avec le gouvernement, un ministère ou un organisme public. Certaines activités professionnelles ou didactiques CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC 7

9 sont toutefois permises. Lorsqu il est placé dans une situation de conflits d intérêts, le député doit y mettre fin dans un délai de 60 jours. Les dons, marques d hospitalité ou autres avantages doivent être considérés, sur le plan déontologique, en fonction de trois situations. Premièrement, le député ne peut pas solliciter ou recevoir pour lui ou une autre personne quelque avantage, en échange d une intervention ou d une prise de position. Deuxièmement, si un don ou un avantage peut influencer son indépendance de jugement ou risquer de compromettre son intégrité, le député doit agir pour régulariser la situation, peu importe la valeur du don. Il peut le refuser ou le retourner au donateur. Troisièmement, dans les autres cas, lorsque le don ou l avantage ne risque pas d influencer son indépendance de jugement ou de compromettre son intégrité, le député doit, s il le conserve et qu il vaut plus de 200 $, le déclarer au commissaire. En effet, tout don ou avantage de plus de 200 $ que le député choisit de ne pas retourner au donateur ou de ne pas remettre au commissaire doit lui être déclaré, sauf s il est reçu dans le contexte d une relation purement privée. Le commissaire tient un registre public des déclarations reçues. Des lignes directrices concernant les dons, avantages et marques d hospitalité sont à la disposition des députés et du public (www.ced-qc.ca). Les règles déontologiques applicables à tous les députés comprennent également une interdiction de recevoir un salaire ou une indemnité d un parti politique ou d une instance d un parti politique, l obligation de faire preuve d assiduité dans l exercice de leurs fonctions et l engagement à n utiliser les biens et services de l État que pour l exercice de leur charge. Pour les membres du Conseil exécutif : Le membre du Conseil exécutif ne peut exercer d autres activités, il doit se consacrer exclusivement à l exercice de ses fonctions. En matière de conflits d intérêts, le membre du Conseil exécutif doit, notamment, se départir de ses intérêts dans des entreprises dont les titres sont inscrits à une bourse ou les transporter dans une fiducie ou un mandat sans droit de regard dont le fiduciaire ou le mandataire est indépendant. Il peut toutefois conserver ses intérêts dans un fonds mutuel de placements à capital variable, un certificat de placement garanti ou un instrument 8 CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC

10 financier analogue, notamment. Sous réserve des situations particulières prévues au Code, l entreprise dans laquelle le membre du Conseil exécutif ou un membre de sa famille immédiate a un intérêt doit s abstenir de faire un marché avec le gouvernement, un ministère ou un organisme public. L acquisition d un terrain ou d intérêts dans une propriété foncière, à des fins de spéculation, est interdite. Lorsqu il est placé dans une situation de conflits d intérêts, au sens des règles déontologiques applicables à tous les députés, le ministre doit aviser le commissaire et le secrétaire général du gouvernement et s engager, tant que la situation n est pas régularisée, à ne pas discuter, même en privé, des dossiers qui peuvent être liés, ne pas exercer d influence et demander que les informations pertinentes ne soient pas portées à son attention. Après avoir terminé un mandat, le membre du Conseil exécutif doit se comporter de façon à ne pas tirer d avantages indus de ses fonctions antérieures. De la même façon, il ne doit pas divulguer une information confidentielle dont il a pris connaissance à l occasion ou dans l exercice de ses fonctions ou donner des conseils fondés sur cette information. Il ne peut pas agir relativement à certaines procédures, négociations ou opérations. En outre, dans les deux ans qui suivent la cessation de ses fonctions, il ne peut accepter certaines nominations ni intervenir pour le compte d autrui dans certaines circonstances. DÉCLARATIONS DES INTÉRÊTS Après avoir énoncé les valeurs, les principes éthiques et les règles déontologiques applicables aux députés et aux membres du Conseil exécutif, le Code élabore une mesure préventive permettant à chaque élu de considérer sa situation en fonction des obligations prévues au Code et de consulter le commissaire. Ainsi, des déclarations d intérêts personnels du membre de l Assemblée nationale et des intérêts personnels des membres de sa famille immédiate doivent être déposées annuellement par les députés, les membres du Conseil exécutif et par le commissaire. Les déclarations annuelles sont déposées au plus tard à la date fixée par le commissaire. Le contenu de la déclaration diffère selon qu il s agit d un député et du commissaire ou d un membre du Conseil exécutif. CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC 9

11 En résumé, le député déclare : 1. la valeur, la nature et la source de tout revenu ou avantage reçu au cours des 12 mois précédant la déclaration ou qu il doit recevoir au cours des 12 prochains mois pour une prestation déjà effectuée; 2. les biens immeubles sur lesquels le député ou un membre de sa famille immédiate détient un droit réel, à des fins autres que résidentielles personnelles; 3. l avis d expropriation sur un bien détenu par le député ou un membre de sa famille immédiate; 4. le nom, l occupation et l adresse du créancier ou du débiteur qui n est pas une institution financière ou un membre de la famille immédiate, pour un emprunt d argent du député ou d un membre de sa famille immédiate excédant $ et une indication du solde dû s il excède $; 5. la nature de toute activité professionnelle, commerciale ou industrielle exercée par le député ou un membre de sa famille immédiate, au cours des 12 mois précédant la déclaration, en indiquant le nom de l employeur, de l entreprise ou le fait que l activité est exercée à son propre compte, sauf pour l emploi d un enfant à charge, si le revenu n excède pas $; 6. tout avantage reçu par le député ou un membre de sa famille immédiate au cours des 12 mois précédant la déclaration ou qu il doit recevoir au cours des 12 prochains mois, dans le cadre d un marché conclu avec le gouvernement, un ministère ou un organisme public, sauf si la somme est reçue conformément à une loi, un règlement, un programme ou qu il s agit de titres émis à des conditions identiques pour tous en indiquant l objet, la valeur et la nature; 7. l identification de l entreprise dont les titres sont transigés à une bourse ou pour lesquels il existe un marché organisé et pour laquelle le député ou un membre de sa famille immédiate détient un intérêt notamment sous forme d actions, de parts ou d avantages, en indiquant la nature et la valeur; 8. l identification de toute autre entreprise à l égard de laquelle le député ou un membre de sa famille immédiate détient un intérêt, en précisant, notamment, les liens que cette entreprise peut entretenir avec le gouvernement, un ministère ou un organisme public; 9. le nom de toute personne morale, association ou société au sein de laquelle le député ou un membre de sa famille immédiate a occupé au cours des 12 mois précédant la déclaration un poste d administrateur, de dirigeant, d associé, de commandité ou de commanditaire; 10. les renseignements relatifs à une succession ou une fiducie dont le député ou un membre de sa famille immédiate est bénéficiaire, pour une valeur de $ ou plus; 11. les autres renseignements que le commissaire pourrait exiger. 10 CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC

12 De son côté, le membre du Conseil exécutif déclare : 1. les revenus, avantages, éléments d actif ou de passif suivants pour lui et les membres de sa famille immédiate : a) les biens immeubles ou meubles sur lesquels lui ou un membre de sa famille immédiate détient un droit réel ou est locataire, sauf les biens meubles destinés à l usage personnel, mais en ajoutant tout bien faisant l objet d un avis d expropriation; b) la valeur, la nature et la source de tout revenu ou avantage reçu au cours des 12 mois précédant la déclaration ou qu il doit recevoir au cours des 12 prochains mois pour une prestation déjà effectuée, sauf pour le revenu d un enfant à charge qui n excède pas $; c) les renseignements relatifs à une succession ou une fiducie dont lui ou un membre de sa famille immédiate est bénéficiaire pour une valeur de $ et plus; d) le nom, l occupation et l adresse d une personne qui n est pas une institution financière ou un membre de la famille immédiate, dont le membre du Conseil exécutif ou un membre de sa famille immédiate est créancier ou débiteur pour un emprunt d argent excédant $ et l indication du solde dû s il excède $; e) toute autre dette ou caution de plus de $, sauf si cette dette concerne un bien meuble à usage personnel ou le solde d une carte de crédit; 2. la nature de toute activité professionnelle, commerciale ou industrielle exercée par le membre du Conseil exécutif au cours des 12 mois précédant son assermentation, en indiquant le nom de l employeur, de l entreprise ou le fait que l activité est exercée à son propre compte; 3. la nature de toute activité professionnelle, commerciale ou industrielle exercée par un membre de sa famille immédiate au cours des 12 mois précédant la déclaration, en indiquant le nom de l employeur, de l entreprise ou le fait que l activité est exercée à son propre compte, sauf pour l emploi d un enfant à charge si le revenu n excède pas $; 4. tout avantage reçu au cours des 12 mois précédant son assermentation ou par la suite, dans le cadre d un marché entre le membre du Conseil exécutif et le gouvernement, un ministère ou un organisme public, sauf si la somme est reçue conformément à une loi, un règlement, un programme ou qu il s agit de titres émis à des conditions identiques pour tous en indiquant l objet, la valeur et la nature; 5. tout avantage reçu par un membre de la famille immédiate du membre du Conseil exécutif au cours des 12 mois précédant la déclaration ou qu il doit recevoir au cours des 12 prochains mois, dans le cadre d un marché conclu avec le gouvernement, un ministère ou un organisme public, sauf si la somme est reçue conformément à une loi, un règlement, un programme ou qu il s agit de titres émis à des conditions identiques pour tous en indiquant l objet, la valeur et la nature; CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC 11

13 6. l identification de l entreprise dont les titres sont transigés à une bourse ou pour laquelle il existe un marché organisé à l égard de laquelle le membre du Conseil exécutif ou un membre de sa famille immédiate détient un intérêt sous forme d actions, de parts ou d avantages, en indiquant la nature et la valeur; 7. l identification de toute autre entreprise à l égard de laquelle le membre du Conseil exécutif ou un membre de sa famille immédiate détient un intérêt en précisant, notamment, les liens que cette entreprise peut entretenir avec le gouvernement, un ministère ou un organisme public; 8. le nom de toute personne morale, association ou société au sein de laquelle le membre du Conseil exécutif a occupé, au cours des 12 mois précédant son assermentation, un poste d administrateur, de dirigeant, d associé, de commandité ou de commanditaire; 9. le nom de toute personne morale, association ou société au sein de laquelle un membre de la famille immédiate du membre du Conseil exécutif a occupé, au cours des 12 mois précédant la déclaration, un poste d administrateur, de dirigeant, d associé, de commandité ou de commanditaire; 10. les renseignements relatifs à des recours devant un tribunal judiciaire ou un organisme de nature juridictionnelle impliquant le membre du Conseil exécutif comme partie; 11. une somme reçue d une instance ou d un parti politique en application de l article 50; 12. les autres renseignements que le commissaire pourrait exiger. Le Commissaire peut demander à un député ou à un membre du Conseil exécutif de le rencontrer en vue de vérifier la conformité de la déclaration et de discuter des obligations aux termes du Code. SOMMAIRE Dans l objectif du respect et de la promotion des valeurs démocratiques, le législateur a introduit au Code des garanties de transparence. Par exemple, le commissaire doit rendre public un sommaire de la déclaration d intérêts reçue. Ce document indique, de façon générale, les intérêts mentionnés dans la déclaration, notamment les renseignements prévus par le Code. Le commissaire informe le député ou le membre du Conseil exécutif du sommaire qu il a préparé et rendu public dans son site Internet (www.ced-qc.ca). 12 CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC

14 Pour le député, le sommaire ne concerne que ses intérêts personnels. Dans le cas du membre du Conseil exécutif, le sommaire concerne les intérêts personnels de l élu ainsi que les intérêts personnels des membres de sa famille immédiate. Concernant le député, le sommaire indique : 1. la nature et la source des revenus ou avantages mentionnés dans la déclaration, à l exception : a) de revenus ou avantages dont le total est de moins de $ durant les 12 mois qui précédent; b) des autres revenus qui, de l avis du commissaire, n ont pas à être divulgués; 2. une mention de tout immeuble visé par un avis d expropriation; 3. la nature de toute activité professionnelle, commerciale ou industrielle exercée au cours des 12 mois précédant la déclaration en indiquant le nom de l employeur, de l entreprise ou le fait que l activité est exercée à son propre compte; 4. l objet et la nature de tout marché conclu avec le gouvernement, un ministère ou un organisme public (visé au paragraphe 6 de l article 38); 5. tout intérêt faisant l objet d une fiducie ou d un mandat sans droit de regard, le nom et l adresse du fiduciaire ou du mandataire (article 18); 6. les noms des entreprises, personnes morales, sociétés, associations, successions et fiducies mentionnées dans la déclaration avec mention de l intérêt en cause; 7. tout autre renseignement que le commissaire juge utile de rendre public. Concernant le membre du Conseil exécutif, le sommaire indique : 1. la nature, la source des revenus, des avantages et des éléments d actif ou de passif, à l exception : a) d un élément d actif ou de passif pour une valeur inférieure à $; b) des revenus ou avantages dont le total est de moins de $ durant les 12 mois qui précèdent la date considérée; c) des éléments d actif ou de passif ou des revenus ou avantages qui, de l avis du commissaire, n ont pas à être divulgués; CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC 13

15 2. la mention d un immeuble visé par un avis d expropriation; 3. le nom, l occupation et l adresse du créancier du membre du Conseil exécutif visé à l article 52 (1) d) et le montant dû, s il excède $; 4. la nature de toute activité professionnelle, commerciale ou industrielle au cours des 12 mois précédant son assermentation, en indiquant le nom de l employeur, de l entreprise ou le fait que l activité est exercée à son propre compte; 5. l objet et la nature d un marché avec le gouvernement, un ministère ou un organisme public (visé à l article 52 (4)); 6. tout intérêt faisant l objet d une fiducie ou d un mandat sans droit de regard, en indiquant les nom et adresse du fiduciaire ou du mandataire et la date de l acte; 7. les noms des entreprises, personnes morales, sociétés et associations mentionnées dans la déclaration en précisant l intérêt en cause; 8. la nature et la source d un avantage provenant d une instance ou d un parti politique autorisé, dans le cadre de l article 50; 9. tout autre renseignement que le commissaire juge utile de rendre public. Concernant les membres de la famille immédiate du membre du Conseil exécutif, le sommaire indique : 1. l identification de l entreprise visée à l article 52 (6) dont les titres sont transigés à une bourse ou pour laquelle il existe un marché organisé et dont le membre de la famille immédiate détient un intérêt, sauf si l intérêt est transféré dans une fiducie sans droit de regard ou fait l objet d un mandat sans droit de regard, en indiquant les nom et adresse du fiduciaire ou du mandataire et la date de l acte; 2. l identification de l entreprise, dite privée, visée à l article 52 (7) pour laquelle un membre de sa famille immédiate détient un intérêt; 3. une mention des immeubles d une valeur de $ ou plus à l égard desquels il détient un droit réel, sauf à des fins résidentielles personnelles; 4. une mention de tout immeuble faisant partie de son actif visé par un avis d expropriation; 5. les renseignements relatifs aux successions et fiducies mentionnées dans la déclaration dont il est bénéficiaire pour $ ou plus; 6. le nom, l occupation et l adresse du créancier du membre de la famille immédiate visé à 52(1) d), en indiquant le montant du solde dû s il excède $; 7. tout autre renseignement que le commissaire juge utile de rendre public. 14 CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC

16 AVIS DU COMMISSAIRE Pour permettre à un député ou un membre du Conseil exécutif d être conseillé au moment opportun, le Code confie au commissaire et, dans certains cas, au jurisconsulte, comme nous le mentionnons plus loin, le mandat de donner, dans un délai de 30 jours, sur demande écrite d un député, des avis écrits et motivés, le cas échéant, assortis de recommandations. Sauf si le député en décide autrement, l avis est confidentiel. À l égard des mêmes faits, le député, qui aura préalablement obtenu un avis du commissaire concluant qu un acte ou une omission n enfreint pas le Code, sera réputé n avoir commis aucun manquement au Code. Le commissaire est aussi appelé à donner un avis au député lorsqu il s agit de retourner au donateur un don ou un avantage qui pourrait influencer son indépendance de jugement ou compromettre son intégrité. Non seulement, le commissaire exprime son opinion sur des situations particulières sous forme d avis, mais également, il est appelé à rendre certaines décisions sur la base des faits. Ainsi, dans différentes situations précisées au Code, le commissaire peut permettre l exercice d activités didactiques rémunérées ou d une profession. Il peut également permettre au député, aux conditions qu il fixe, de conserver un intérêt dans une entreprise, lorsque les circonstances prescrites par le Code sont rencontrées. Le commissaire peut aussi autoriser une entreprise dans laquelle un membre de la famille immédiate d un membre du Conseil exécutif a un intérêt, de participer, à certaines conditions, à un marché avec le gouvernement, un ministère ou un organisme public. Le commissaire n est pas uniquement un conseiller sur des sujets particuliers, il peut également élaborer des orientations générales qu il publie sous forme de lignes directrices. Le commissaire doit organiser des activités afin de renseigner les députés et le public sur son rôle et l application du Code. Après avoir prescrit les valeurs de l Assemblée nationale, les principes éthiques et les règles déontologiques, élaboré des mesures préventives de conseils et d orientations, le Code introduit des éléments coercitifs pour la mise en œuvre des obligations que doivent respecter les députés et les membres du Conseil exécutif ainsi que les membres de leur famille immédiate. CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC 15

17 DEMANDE D ENQUÊTE Une demande d enquête ne peut pas être soumise au commissaire par un citoyen. Le Code prescrit qu une demande d enquête concernant les articles 10 à 40 et 42 à 61 est soumise au commissaire par un député. Celui-ci doit avoir des motifs raisonnables de croire qu un manquement à été commis. La demande est présentée par écrit et énonce les motifs du député. Le commissaire transmet une copie de la demande d enquête au député concerné. Le commissaire peut, de sa propre initiative, après avoir donné par écrit au député un préavis raisonnable, faire enquête relativement à un présumé manquement à l égard de l ensemble des valeurs, principes éthiques et règles déontologiques du Code. Le cas échéant, le commissaire peut autoriser spécialement une personne à faire l enquête. Des enquêtes conjointes peuvent avoir lieu, notamment avec le Vérificateur général ou le Commissaire au lobbyisme. L enquête se tient à huis clos, avec toute la diligence possible. Le député qui fait l objet de l enquête peut présenter une défense pleine et entière. Ses observations peuvent porter sur l existence d un manquement, puis sur la sanction qui pourrait lui être imposée. Le commissaire ne peut commenter publiquement une vérification ou une enquête. Il peut seulement confirmer qu une demande a été reçue, qu une vérification ou une enquête a commencé ou a pris fin, ou indiquer pourquoi il a décidé de ne pas tenir d enquête. Si une demande n est pas fondée, le commissaire met fin à l enquête et peut vérifier, sur demande ou à son initiative, si elle a été présentée de mauvaise foi ou dans l intention de nuire. RAPPORT D ENQUÊTE Lorsqu il a terminé une vérification ou une enquête, le commissaire doit, sans délai, remettre au président de l Assemblée nationale son rapport d enquête comprenant ses motifs, conclusions et recommandations. Il le remet également au député et au chef parlementaire concerné. Il n est pas tenu de produire un rapport si l enquête est effectuée à son initiative. 16 CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC

18 Si le commissaire conclut que le député a commis un manquement, il l indique dans son rapport et peut recommander ou non l une des sanctions suivantes : une réprimande, une pénalité, la remise ou le remboursement de l avantage, le remboursement de profits illicites, le remboursement des indemnités, la suspension du droit de siéger et de recevoir des indemnités et des allocations pour la durée du manquement, la perte du siège de député, la perte du statut de membre du Conseil exécutif. Les mêmes sanctions peuvent être recommandées si le commissaire conclut que la demande d enquête a été présentée de mauvaise foi ou dans l intention de nuire. Enfin, le commissaire peut formuler dans son rapport d enquête des lignes directrices concernant l interprétation générale du Code ou des recommandations quant à sa modification. DÉCISION DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Dans les trois jours de sa réception, le président de l Assemblée nationale dépose le rapport du commissaire devant l Assemblée nationale. Dans les cinq jours suivants, le député qui fait l objet du rapport a le droit de répondre pour une durée maximale de 20 minutes au cours de la période des affaires courantes. La règle est différente si la personne concernée par le rapport n est pas membre de l Assemblée nationale. À la séance suivante, l Assemblée nationale procède au vote sur le rapport du commissaire au moment de la rubrique des votes reportés. Aucun débat ni aucun amendement au rapport n est recevable. S il y a lieu, la sanction est applicable dès que le rapport est adopté aux deux tiers des membres de l Assemblée nationale. Pour le remboursement d une somme d argent, l Assemblée nationale peut faire homologuer la décision par le tribunal compétent. JURISCONSULTE La fonction de jurisconsulte est continuée en vertu du nouveau Code d éthique et de déontologie des membres de l Assemblée nationale. Le jurisconsulte est nommé à l unanimité par le Bureau. Il fournit à tout député qui en fait la demande, des avis CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC 17

19 en matière d éthique et de déontologie. L avis du jurisconsulte est confidentiel, sauf si le député permet la divulgation. Il faut souligner que l avis du jurisconsulte ne lie pas le commissaire. Le jurisconsulte ne peut pas donner un avis si une vérification ou une enquête du commissaire est en cours. PERSONNEL DE CABINETS À la suite d une modification à la Loi sur l exécutif apportée par l article 123 du Code, le commissaire doit adopter, par règlement, après consultation du premier ministre, des règles de déontologie applicables aux membres du personnel d un cabinet. Ce règlement est publié à la Gazette officielle. À l égard de ces règles, les nouvelles dispositions de la Loi sur l exécutif prévoient que le commissaire peut, notamment, donner des avis, publier des lignes directrices et faire une enquête. Une demande d enquête peut lui être soumise par le premier ministre ou le ministre de qui le membre du personnel de cabinet concerné relève. De la même façon, le Bureau de l Assemblée nationale peut, après consultation du commissaire, adopter des règles de déontologie applicables aux membres du personnel des cabinets de l Assemblée nationale ainsi qu aux membres du personnel des députés. Ces règles sont rendues publiques. 18 CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC

20

21

22

23

24

25 Direction des communications et Division de la reprographie et de l imprimerie de l Assemblée nationale du Québec Août 2012

26 Pour toute information : Le Commissaire à l éthique et à la déontologie 800, place D Youville 4 e étage, Bureau 4.02 Québec (Québec) G1R 3P4 Téléphone : Télécopieur : Courriel : Site Internet :

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE I (MEMBRE)

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE I (MEMBRE) DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE I (MEMBRE) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 51, 52 et 53) Nom

Plus en détail

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE)

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 51, 52

Plus en détail

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT)

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT) DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 51, 52 et 53)

Plus en détail

DONS, D HOSPITALITÉ. Lignes directrices 1. mai 2012 COMMISSAIRE À L ÉTHIQUE ET À LA DÉONTOLOGIE

DONS, D HOSPITALITÉ. Lignes directrices 1. mai 2012 COMMISSAIRE À L ÉTHIQUE ET À LA DÉONTOLOGIE DONS, AVANTAGES ET MARQUES D HOSPITALITÉ Lignes directrices 1 mai 2012 COMMISSAIRE À L ÉTHIQUE ET À LA DÉONTOLOGIE 1 En application de l article 89 du Code, le commissaire peut publier des lignes directrices

Plus en détail

MISE À JOUR DE LA DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU DÉPUTÉ FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE)

MISE À JOUR DE LA DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU DÉPUTÉ FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) MISE À JOUR DE LA DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU DÉPUTÉ FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 37 et 38)

Plus en détail

RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE DU CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE DU CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE COMMISSAIRE À L ÉTHIQUE ET À LA DÉONTOLOGIE RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE DU CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Pour toute information : Le Commissaire à l éthique et

Plus en détail

CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE

CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE Victoriaville CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE Règlement numéro 986-2011 Adopté le 2011 Entrée en vigueur le 2011 ARTICLE 1 : TITRE Le titre

Plus en détail

SOMMAIRE. Déclaration des intérêts personnels d un membre du Conseil exécutif et des intérêts personnels des membres de sa famille immédiate 2011

SOMMAIRE. Déclaration des intérêts personnels d un membre du Conseil exécutif et des intérêts personnels des membres de sa famille immédiate 2011 DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC L.R.Q., chapitre C-23.1 SOMMAIRE Déclaration des intérêts personnels d un membre du Conseil exécutif et des intérêts personnels des membres de sa famille

Plus en détail

Article du procès-verbal : Politique : Code d éthique et de déontologie (Gouvernance)

Article du procès-verbal : Politique : Code d éthique et de déontologie (Gouvernance) Politique : Code d éthique et de déontologie (Gouvernance) Code numérique : PG-007 Article du procès-verbal : Entrée en vigueur le : Dernière révision le : Prochaine révision prévue le : 1. Titre 1.1.

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES 1. CHAMP D APPLICATION Le présent code d éthique et de déontologie s applique à tout commissaire au sens de la Loi sur l instruction publique. Il s applique

Plus en détail

LOI SUR LA COMMISSION DE LA CAPITALE NATIONALE

LOI SUR LA COMMISSION DE LA CAPITALE NATIONALE LOI SUR LA COMMISSION DE LA CAPITALE NATIONALE À jour au 1 er février 2013 Préambule. CONSIDÉRANT que Québec est la capitale nationale du Québec; CONSIDÉRANT que ce statut de capitale nationale a des impacts

Plus en détail

RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES

RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES Article Titre abrégé art. 1 Définitions art. 2 Exigences applicables aux permis

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme public Juin 2015 1 INTRODUCTION... 4 À QUI S ADRESSE

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 64 Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par Madame Monique

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS ET DIRIGEANTS DE LA SOCIÉTÉ DE TÉLÉDIFFUSION DU QUÉBEC MISSION La Société de télédiffusion du Québec (ci-après «la Société») a pour but d exploiter

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS Référence : Type de politique : Références juridiques : Autres références : INTRODUCTION Gouvernance autonome Code des professions, Code civil du Québec

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

code de conduite des employés de la Ville de Montréal

code de conduite des employés de la Ville de Montréal code de conduite des employés de la Ville de Montréal Les valeurs de la Ville de Montréal L intégrité Franchise, droiture et honnêteté sont des qualités auxquelles la Ville de Montréal s attend de ses

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions courantes des documents sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE POUR LES PERSONNES SOUMISES À DES RESTRICTIONS

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE du Fonds de placement immobilier BTB à l intention des fiduciaires et dirigeants SECTION I - DÉFINITIONS

CODE D ÉTHIQUE du Fonds de placement immobilier BTB à l intention des fiduciaires et dirigeants SECTION I - DÉFINITIONS CODE D ÉTHIQUE du Fonds de placement immobilier BTB à l intention des fiduciaires et dirigeants SECTION I - DÉFINITIONS 1. Dans le présent code, à moins que le contexte n indique un sens différent, les

Plus en détail

Projet de loi n o 93. Présentation. Présenté par M. Claude Béchard Ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques

Projet de loi n o 93. Présentation. Présenté par M. Claude Béchard Ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 93 Loi modifiant la Loi électorale concernant les règles de financement des partis politiques et modifiant d autres dispositions législatives

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 DÉFINITIONS... 2 DISPOSITIONS GÉNÉRALES...

TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 DÉFINITIONS... 2 DISPOSITIONS GÉNÉRALES... CODE D'ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS 2011 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. DÉFINITIONS... 2 2. DISPOSITIONS GÉNÉRALES... 4 2.1. Objet... 4 2.2. Champs d application... 4 2.3. Adoption,

Plus en détail

PROJET DE MODIFICATION MODIFIANT LA NORME CANADIENNE 21-101 SUR LE FONCTIONNEMENT DU MARCHÉ

PROJET DE MODIFICATION MODIFIANT LA NORME CANADIENNE 21-101 SUR LE FONCTIONNEMENT DU MARCHÉ PROJET DE MODIFICATION MODIFIANT LA NORME CANADIENNE 21-101 SUR LE FONCTIONNEMENT DU MARCHÉ L article 1 de la Norme canadienne 21-101 sur le fonctionnement du marché est modifié : 1 par le remplacement

Plus en détail

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11)

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection

Plus en détail

Inutilisable. transaction. Spécimen

Inutilisable. transaction. Spécimen Inutilisable FORMULAIRE OBLIGATOIRE À COMPTER DU 1 ER JANVIER 2015 CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE MAISON MOBILE SUR TERRAIN LOUÉ NOTE Le présent formulaire doit être utilisé à compter du 1 er janvier

Plus en détail

Demande de bourse spéciale de longue durée 2015-2020

Demande de bourse spéciale de longue durée 2015-2020 Demande de bourse spéciale de longue durée 2015-2020 Cette bourse est demandée par des parents qui sont dans une situation financière difficile. Directives à suivre : 1. Le formulaire doit être rempli

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS ET DE PÉRIODES D INTERDICTION TOTALE DES OPÉRATIONS GROUPE STINGRAY DIGITAL INC.

POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS ET DE PÉRIODES D INTERDICTION TOTALE DES OPÉRATIONS GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS ET DE PÉRIODES D INTERDICTION TOTALE DES OPÉRATIONS GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. LE 21 AVRIL 2015 POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS ET DE PÉRIODES

Plus en détail

Accord entre la Confédération Suisse et Jersey sur l échange de renseignements en matière fiscale

Accord entre la Confédération Suisse et Jersey sur l échange de renseignements en matière fiscale Accord entre la Confédération Suisse et Jersey sur l échange de renseignements en matière fiscale Considérant que le Conseil fédéral suisse et le Gouvernement de Jersey souhaitent renforcer et faciliter

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉ

POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉ POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉS APPROUVÉE PAR LE COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE LE 25 AVRIL 2013 APPROUVÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 2 MAI 2013 - 2 - POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation 1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012 I - But de la fondation Article 1 er L établissement dit fondé en a pour but de..

Plus en détail

Plaintes et procédures d enquête dans le secteur immobilier

Plaintes et procédures d enquête dans le secteur immobilier Plaintes et procédures d enquête dans le secteur immobilier Condominiums Immobilier rural Immobilier commercial Ventes de maisons neuves Gestion immobilière Immobilier résidentiel Division de l immobilier

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Demande de bourse de soutien

Demande de bourse de soutien Demande de bourse de soutien Cette bourse est demandée par des parents qui sont dans une situation financière difficile. Directives à suivre : 1. Le formulaire doit être rempli et signé par la personne

Plus en détail

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE LES PREMIÈRES DÉMARCHES Devenir tuteur familial Une gestion prudente et avisée Vous venez d être nommé tuteur d un majeur à protéger La tutelle est un régime de

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA

TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA SECURITE FINANCIERE (FRANCE) ET DE LA LOI RELATIVE AU RENFORCEMENT DE LA SECURITE DES RELATIONS FINANCIERES

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE RELATIF A L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIERE FISCALE Considérant que le Gouvernement de

Plus en détail

LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES L assemblée nationale a délibéré et adopté, le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit : CHAPITRE

Plus en détail

PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT. entre

PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT. entre PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT entre Monsieur/Madame NOM NOM À LA NAISSANCE PRÉNOM DATE DE NAISSANCE ADRESSE PERMANENTE ADRESSE DE CORRESPONDANCE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE

Plus en détail

Révision du dispositif de protection des personnes inaptes. Volume 3, mars 2009. Quelques moyens autres que les mesures de protection légales

Révision du dispositif de protection des personnes inaptes. Volume 3, mars 2009. Quelques moyens autres que les mesures de protection légales Révision du dispositif de protection des personnes inaptes Volume 3, mars 2009 Quelques moyens autres que les mesures de protection légales Cette publication a été produite sous la direction du Bureau

Plus en détail

DAVID SOLOMON, CA, PAIR - SYNDIC DE FAILLITE 514-482-3773

DAVID SOLOMON, CA, PAIR - SYNDIC DE FAILLITE 514-482-3773 DAVID SOLOMON, CA, PAIR - SYNDIC DE FAILLITE 514-482-3773 FORMULAIRE CONFIDENTIEL Veuillez répondre au meilleur de votre connaissance. Pour toute question, appelez-nous. Lorsque vous aurez complété, appelez-nous

Plus en détail

Annexe I CODE DE DÉONTOLOGIE ET RÈGLES D ÉTHIQUE DES ADMINISTRATEURS PUBLICS DE L ÉCOLE NATIONALE DES POMPIERS DU QUÉBEC (L ENPQ) Adopté par le conseil d administration 6 juin 2003 Code d éthique et de

Plus en détail

ANNEXE 11 REGLEMENT SUR LA COLLABORATION AVEC LES INTERMEDIAIRES

ANNEXE 11 REGLEMENT SUR LA COLLABORATION AVEC LES INTERMEDIAIRES ANNEXE 11 REGLEMENT SUR LA COLLABORATION AVEC LES INTERMEDIAIRES Interprétation Ce règlement a été rédigé pour répondre aux exigences contenues dans le Règlement FIFA sur la collaboration avec les Intermédiaires

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

1.2 Les membres délèguent au Conseil d administration le choix du nom définitif de l association.

1.2 Les membres délèguent au Conseil d administration le choix du nom définitif de l association. STATUTS ADOPTES PAR LA PREMIERE ASSEMBLEE GENERALE DE L ASSOCIATION DES MEMBRES DU BARREAU OEUVRANT HORS QUEBEC (AHQ) / ASSOCIATION OF QUEBEC BAR MEMBERS ABROAD («Avocats Hors Québec» / «Quebec Lawyers

Plus en détail

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du Code Civil)

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du Code Civil) Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du Code Civil) présentée à par : Votre identité Monsieur ou Madame le Juge des Tutelles TRIBUNAL D INSTANCE 27

Plus en détail

Entreprises en difficultés

Entreprises en difficultés Entreprises en difficultés PROCEDURES COLLECTIVES Lois : Loi du 1 er mars 1984 Loi du 25 janvier 1985 Loi du 10 juin 1994 Les instruments de détection : - Le droit d alerte du commissaire aux comptes dans

Plus en détail

Décret 686-2008, 25 juin 2008

Décret 686-2008, 25 juin 2008 3988 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 9 juillet 2008, 140 e année, n o 28 Partie 2 Cet avis doit préciser en termes généraux les effets de la continuation ou de la formation, notamment quant à la responsabilité

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

Loi sur la sécurité privée

Loi sur la sécurité privée DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 88 (2006, chapitre 23) Loi sur la sécurité privée Présenté le 16 décembre 2004 Principe adopté le 31 mai 2006 Adopté le 14 juin 2006 Sanctionné

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE OBJECTIFS La présente politique constitue une politique de gestion contractuelle instaurant des mesures conformes à celles exigées en vertu de l article 938.1.2 du Code

Plus en détail

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives Présenté le 26 avril 2005

Plus en détail

Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada?

Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada? Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada? Me Jacques Lemieux, MBA Associé Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. 20 mars 2015 : Centre d entreprises et d innovation

Plus en détail

STATUTS DU COMITE TERRITORIAL DE RUGBY DU PERIGORD-AGENAIS

STATUTS DU COMITE TERRITORIAL DE RUGBY DU PERIGORD-AGENAIS STATUTS DU COMITE TERRITORIAL DE RUGBY DU PERIGORD-AGENAIS I - OBJET ET BUTS POURSUIVIS Art. 1 Dénomination Objet Durée Siège Social L Association dite «Comité Territorial du Périgord-Agenais de la Fédération

Plus en détail

BETON MOBILE ST-ALPHONSE INC.

BETON MOBILE ST-ALPHONSE INC. BETON MOBILE ST-ALPHONSE INC. DEONTOLOGIE Code de déontologie des administrateurs, des dirigeants et des gestionnaires La Société s est dotée d un premier code d éthique formel et écrit s adressant à ses

Plus en détail

RÈGLEMENT 32. Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec. concernant

RÈGLEMENT 32. Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec. concernant RÈGLEMENT 32 Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec concernant La procédure d examen des plaintes des usagers Règlement adopté par le conseil d administration,

Plus en détail

Village de Sainte-Pétronille EXTRAIT DE RÉSOLUTION

Village de Sainte-Pétronille EXTRAIT DE RÉSOLUTION Village de Sainte-Pétronille EXTRAIT DE RÉSOLUTION À la session régulière du conseil du Village de Sainte-Pétronille tenue le 1 er octobre 2012 et à laquelle étaient présents : Monsieur Harold Noël, maire

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport

Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport La mission première du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport est de s assurer que des services éducatifs de qualité sont dispensés au Québec.

Plus en détail

Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D.

Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D. Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D. Réservé à l usage del organisme de réglementation Approuvé N o du permis Date de délivrance Date d expiration 1. Renseignements personnels

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Résolution CM13 0552 du conseil municipal le 17 juin 2013 et Résolution CG13 0246 du conseil d agglomération du 20 juin 2013 CONTEXTE L article 573.3.1.2 de la Loi sur les cités et villes oblige les municipalités

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC.

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. GÉNÉRALITÉS 1. OBJET ET RESPONSABILITÉ DU CONSEIL En approuvant le présent

Plus en détail

DEMANDE D AIDE FINANCIÈRE AUX ÉTUDES

DEMANDE D AIDE FINANCIÈRE AUX ÉTUDES DEMANDE D AIDE FINANCIÈRE AUX ÉTUDES Depuis presque 20 ans la Fondation St-Jean-Vianney offre une aide financière aux élèves du Collège St-Jean-Vianney dans le cadre où les parents éprouvent des problèmes

Plus en détail

La Fondation Isabelle-Viens 630, rue Girouard Ouest Saint-Hyacinthe (Québec) J2S 2Y3

La Fondation Isabelle-Viens 630, rue Girouard Ouest Saint-Hyacinthe (Québec) J2S 2Y3 Informations importantes : La Fondation Isabelle-Viens 630, rue Girouard Ouest Saint-Hyacinthe (Québec) J2S 2Y3 DEMANDE DE BOURSE ANNÉE SCOLAIRE 2016-2017 Chacune des demandes sera traitée de manière confidentielle;

Plus en détail

Principes et pratiques relatifs à la vente de produits. et services par les courtiers en assurance de dommages

Principes et pratiques relatifs à la vente de produits. et services par les courtiers en assurance de dommages Principes et pratiques relatifs à la vente de produits La déclaration intitulée Principes et pratiques relatifs à la vente de produits et services par les courtiers en assurance de dommages a été élaborée

Plus en détail

FONDS DE REVENU VIAGER POUR L ONTARIO (FRV de l Ontario)

FONDS DE REVENU VIAGER POUR L ONTARIO (FRV de l Ontario) FONDS DE REVENU VIAGER POUR L ONTARIO (FRV de l Ontario) CONTRAT COMPLÉMENTAIRE À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE ÉTABLISSANT UN FONDS DE REVENU VIAGER AUX TERMES D UN FONDS DE REVENU DE RETRAITE (ANNEXE 1.1

Plus en détail

Le Gouvernement de la République Populaire de Chine et le Gouvernement de la République de Madagascar (ci-après dénommés les Parties Contractantes),

Le Gouvernement de la République Populaire de Chine et le Gouvernement de la République de Madagascar (ci-après dénommés les Parties Contractantes), ACCORD SUR LA PROMOTION ET LA PROTECTION RECIPROQUES DES INVESTISSEMENTS ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE DE MADAGASCAR Le Gouvernement de la

Plus en détail

LOI N 08/010 DU 07 JUILLET 2008 FIXANT LES REGLES RELATIVES A L ORGANISATION ET A LA GESTION DU PORTEFEUILLE DE L ETAT

LOI N 08/010 DU 07 JUILLET 2008 FIXANT LES REGLES RELATIVES A L ORGANISATION ET A LA GESTION DU PORTEFEUILLE DE L ETAT 1 JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République LOI N 08/010 DU 07 JUILLET 2008 FIXANT LES REGLES RELATIVES A L ORGANISATION ET A LA GESTION DU PORTEFEUILLE

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Section I : Dispositions générales 1. But La Ville de Kirkland établit par la présente politique des règles en matière de gestion contractuelle afin de favoriser la transparence,

Plus en détail

L entente de Représentation

L entente de Représentation L entente de Représentation FedEx Trade Networks Transport et Courtage (Canada), Inc. 7075 Ordan Drive Mississauga, ON L5T 1K6 Directives Pour Remplir L entente de Représentation Signez trois copies de

Plus en détail

SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES

SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES Thème : La reddition des comptes de gestion d un Etablissement Public Administratif INTRODUCTION : Aux termes de la loi n 99/016 du 22 décembre 1999,

Plus en détail

Politique de gestion contractuelle de la SHDM

Politique de gestion contractuelle de la SHDM Politique de gestion contractuelle de la SHDM Adoptée par les membres du conseil d administration le 22 octobre 2013 Direction des affaires juridiques et corporatives Politique de gestion contractuelle

Plus en détail

Politique sur les conflits d intérêts de la CAJO. Objet. Divergences entre les dispositions. Définitions

Politique sur les conflits d intérêts de la CAJO. Objet. Divergences entre les dispositions. Définitions Politique sur les conflits d intérêts de la CAJO Objet La Commission des alcools et des jeux de l Ontario occupe une place unique dans la réglementation des activités associées à l alcool et aux jeux en

Plus en détail

US ET COUTUMES DE L ORDRE DES AVOCATS

US ET COUTUMES DE L ORDRE DES AVOCATS US ET COUTUMES DE L ORDRE DES AVOCATS I. PRINCIPES 1. Le privilège souverain de l avocat réside en son indépendance absolue, notamment à l égard de son client. Cette indépendance doit être comprise comme

Plus en détail

Fonds de placement immobilier RioCan

Fonds de placement immobilier RioCan FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER Fonds de placement immobilier RioCan Notice d offre décrivant les modalités d un régime de réinvestissement des distributions à l intention des porteurs de parts et d un régime

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification AUDIT DES COMPTES D UN CANDIDAT À UNE ÉLECTION FÉDÉRALE AOÛT 2015 Modèle de lettre de mission d audit, modèle de lettre d acceptation et modèle de rapport de l auditeur indépendant

Plus en détail

Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension.

Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension. Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension. Bourse de Casablanca Sommaire CHAPITRE PREMIER- DISPOSITIONS GENERALES...3 CHAPITRE II - DES MODALITES DE CONCLUSION DES OPERATIONS DE PENSION...3 CHAPITRE

Plus en détail

««agence de notation désignée» : une agence de notation désignée au sens de la Norme canadienne 81-102 sur les fonds d investissement;

««agence de notation désignée» : une agence de notation désignée au sens de la Norme canadienne 81-102 sur les fonds d investissement; PROJET DE MODIFICATIONS À LA NORME CANADIENNE 31-103 SUR LES OBLIGATIONS ET DISPENSES D INSCRIPTION ET LES OBLIGATIONS CONTINUES DES PERSONNES INSCRITES 1. L article 1.1 de la Norme canadienne 31-103 sur

Plus en détail

Faillite et insolvabilité. Les renseignements donnés dans le présent bulletin vous seront utiles si vous êtes :

Faillite et insolvabilité. Les renseignements donnés dans le présent bulletin vous seront utiles si vous êtes : Avril 2007 Bulletin fiscal Faillite et insolvabilité Les renseignements donnés dans le présent bulletin vous seront utiles si vous êtes : un syndic de faillite un contrôleur un séquestre un créancier garanti

Plus en détail

Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation et sur la cessation d exercice des ingénieurs forestiers

Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation et sur la cessation d exercice des ingénieurs forestiers Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation et sur la cessation d exercice des ingénieurs forestiers Loi sur les ingénieurs forestiers (chapitre I-10, r. 13) SECTION I DISPOSITION

Plus en détail

LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation

LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation Cette loi (n 2005-845 du 26 Juillet 2005, publiée au Journal

Plus en détail

Introduction et sommaire

Introduction et sommaire Mémoire de l Association canadienne des professionnels de l insolvabilité et de la réorganisation Introduction et sommaire 277, rue Wellington Ouest Toronto (Ontario) M5V 3H2 Tél. : 416-204-3242 Téléc.

Plus en détail

DISSOLUTION DE SARL PAR DECISION DES ASSOCIES

DISSOLUTION DE SARL PAR DECISION DES ASSOCIES DISSOLUTION DE SARL PAR DECISION DES ASSOCIES 27/02/2015 Les causes de dissolution d'une société sont multiples. On peut citer par exemple l'arrivée du terme, la réalisation de l'objet social, la dissolution

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. Interprétation «administrateur indépendant» désigne un administrateur qui n entretient pas avec la Compagnie ou avec une entité reliée,

Plus en détail

Chapitre 10. LOI SUR LE RÉGIME DE PENSION DES NORTHERN EMPLOYEE BENEFITS SERVICES (Sanctionnée le 17 mars 2015)

Chapitre 10. LOI SUR LE RÉGIME DE PENSION DES NORTHERN EMPLOYEE BENEFITS SERVICES (Sanctionnée le 17 mars 2015) Chapitre 10 LOI SUR LE RÉGIME DE PENSION DES NORTHERN EMPLOYEE BENEFITS SERVICES (Sanctionnée le 17 mars 2015) Sur l avis et avec le consentement de l Assemblée législative, la commissaire du Nunavut édicte

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

des tiers, de leurs agents financiers et de leurs vérificateurs

des tiers, de leurs agents financiers et de leurs vérificateurs Manuel sur la publicité électorale des tiers, de leurs agents financiers et de leurs vérificateurs EC 20227 Juillet 2015 Cette page blanche a été laissée intentionnellement. Table des matières À PROPOS

Plus en détail

US ET COUTUMES I. PRINCIPES

US ET COUTUMES I. PRINCIPES US ET COUTUMES I. PRINCIPES Art. Indépendance Le privilège souverain de l avocat réside en son indépendance absolue, notamment à l égard de son client. Cette indépendance doit être comprise comme un devoir

Plus en détail

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DE MOINS DE 5 LOGEMENTS EXCLUANT LA COPROPRIÉTÉ

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DE MOINS DE 5 LOGEMENTS EXCLUANT LA COPROPRIÉTÉ NOTE Le présent formulaire doit être utilisé lorsqu un contrat de courtage est conclu avec une personne physique. 1. IDENTIFICATION DES PARTIES VIA CAPITALE DU MONT-ROYAL NOM DE L AGENCE DU CRTIER FORMULAIRE

Plus en détail

5 ème Journée de la Prévention. Conciliation/sauvegarde/redressement judiciaire : Une boîte à outils pour plusieurs acteurs

5 ème Journée de la Prévention. Conciliation/sauvegarde/redressement judiciaire : Une boîte à outils pour plusieurs acteurs 5 ème Journée de la Prévention Conciliation/sauvegarde/redressement judiciaire : Une boîte à outils pour plusieurs acteurs 12 novembre 2013 Table ronde animée par William Nahum Intervenants: Olivier Bafunno,

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS 2014-2015 TABLE DES MATIÈRES P RÉAMBULE... 1 1. DÉFINITIONS... 2 2. DIS P OS ITIONS GÉNÉRALES... 4 2.1. Objet... 4 2.2. Champs d application... 4 2.3.

Plus en détail

Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée

Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée Direction de l amélioration de la performance et de la conformité Ministère de la Santé et

Plus en détail

DEMANDE DE BOURSES D ÉTUDES ANNÉE SCOLAIRE 2015-2016

DEMANDE DE BOURSES D ÉTUDES ANNÉE SCOLAIRE 2015-2016 DEMANDE DE BOURSES D ÉTUDES ANNÉE SCOLAIRE 2015-2016 Section 1 Identification des élèves à charge fréquentant le Collège et pour lesquels une bourse d études est demandée A- IDENTITÉ DE L ÉLÈVE Nom de

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

INVENTAIRE ÉTABLI LE par. le tuteur le curateur le mandataire spécial l'administrateur légal MAJEUR PROTÉGÉ

INVENTAIRE ÉTABLI LE par. le tuteur le curateur le mandataire spécial l'administrateur légal MAJEUR PROTÉGÉ Tribunal d instance de Service de la Protection des majeurs Références Tribunal : DOSSIER N : MAJEUR PROTÉGÉ : INVENTAIRE ÉTABLI LE par le tuteur le curateur le mandataire spécial l'administrateur légal

Plus en détail

GUIDE SUR LES MUTUELLES DE FORMATION. Règlement sur les mutuelles de formation

GUIDE SUR LES MUTUELLES DE FORMATION. Règlement sur les mutuelles de formation GUIDE SUR LES MUTUELLES DE FORMATION Règlement sur les mutuelles de formation GUIDE SUR LES MUTUELLES DE FORMATION Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION SEPTEMBRE 2010 Dans le cadre d une entente

Plus en détail

FONDS NÉGOCIÉS EN BOURSE VANGUARD RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DISTRIBUTIONS

FONDS NÉGOCIÉS EN BOURSE VANGUARD RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DISTRIBUTIONS MTL01: 2557258: v1 1. Introduction FONDS NÉGOCIÉS EN BOURSE VANGUARD RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DISTRIBUTIONS Chaque Fonds négocié en bourse Vanguard précisé à l occasion à l annexe A ci-jointe (chacun

Plus en détail