Service Hospitalo-universitaire Psymobile et Centre de Prévention du Suicide

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Service Hospitalo-universitaire Psymobile et Centre de Prévention du Suicide"

Transcription

1 Service Hospitalo-universitaire Psymobile et Centre de Prévention du Suicide Dr Michèle Pacaut-Troncin Centre hospitalier Le Vinatier Pôle ouest Psymobile et centre de prévention du suicide

2 Projet du SHU Service Hospitalo-universitaire du pôle ouest: Soins Enseignements Recherche

3 Objectifs Généraux Développer des outils de soins innovants Contribuer au développement de la recherche au sein du pôle ouest

4 Organisation Deux champs d activités cliniques: 1. Equipe mobile de psychiatrie 2. Centre de Prévention du Suicide

5 Psymobile parce que Les ruptures thérapeutiques: première cause de rechute et de réhospitalisation pour la schizophrénie Beaucoup de patients qui rechutent craignent d être hospitalisés à nouveau Et que les familles peuvent hésiter à utiliser les grands moyens

6 Parce que pour un médecin généraliste Il peut être difficile d avoir un rendezvous avec un psychiatre dans un délai raisonnable Il peut être difficile de convaincre un patient réticent à consulter Ou encore à être hospitalisé

7 Nous proposons Avec PSYMOBILE: D aller vers le patient et de lui proposer une consultation de psychiatrie médico-infirmière

8 Psymobile Objectifs Principe d action Moyens (humains et matériels) Etapes

9 Objectifs Améliorer l accès aux soins des patients Favoriser la reprise de leur parcours de soins psychiatriques Prévenir les décompensations aigues, leurs conséquences et hospitalisations sans consentement

10 Principe d action Aller au devant des patients en rupture ou en besoin de soins psychiatriques Hors situation d urgence et programme de soin de la loi du 05/07/2011 SPDT et SPRE Agir par le biais d une consultation de psychiatrie médico-infirmière accompagnée du demandeur

11 Moyens Matériels: Véhicule Téléphone: 2 lignes attribuées Messagerie: 2 adresses mail Humains: Psychiatres et infirmiers Cadre de santé Psychologue Secrétaire Attachée de recherches cliniques

12 Etapes Appel et enregistrement de la demande Recueil d informations complémentaires Analyse de la pertinence d une intervention Préparation d une intervention Intervention et orientation Retour d expérience

13 Bilan de l activité du SHU Psymobile / CPS au 31/12/2012 Au total 158 demandes ont été enregistrés 96 demandes Psymobile 62 demandes CPS Demandeurs: familles, CMP, bailleurs sociaux, assistantes sociales, médecins des organismes sociaux et médecins généralistes..

14 Psymobile: évolution des demandes Activité Psymobile au 31/12/2012 Activité Psymobile Mois Nombre de demande cumul mensuel demande Nombre de demande cumul mensuel demande Avril Mai 4 14 Juin Juillet Aout Septembre Octobre Avril Mai J uin Juillet Aou t Sep tembre O ctobre Novembre Décembre Novembre Décembre 13 96

15 Psymobile : premiers enseignements L existence de Psymobile est de plus en plus connue même en dehors du territoire du Vinatier Les demandes émanant des CMP indiquent une bonne intégration de ce dispositif Le travail préparatoire avant intervention est intense dans les jours qui suivent la demande Psymobile est en contact régulier avec de très nombreux partenaires: Familles, CMP, CCAS (services d aide à domicile), bailleurs locatifs,, gérants de tutelle, services de santé universitaires, AS de la police,

16 Psymobile : premiers enseignements Beaucoup de situations sont résolues en contactant les proches et les différents partenaires ce qui évite une intervention à domicile Quelques patients en rupture depuis des mois attendaient que «la psychiatrie» vienne vers eux L objectif d éviter l hospitalisation est atteint dans la très grande majorité des cas Deux interventions ont nécessité la mobilisation des forces de l ordre et des pompiers pour garantir la sécurité

17 Centre de Prévention du Suicide (CPS) Objectifs Lignes de soins et de prévention

18 Objectifs Evaluation du potentiel suicidaire et élaboration de plans de protection Soins aux personnes suicidaires et aux suicidants Postvention et accompagnement des endeuillés par suicide Organisation et soutien de la prévention dans les différents milieux Formation initiale et continue Recherche

19 Lignes de soins et de prévention (1) Consultations sur site ou au cabinet du médecin généraliste pour les personnes en crise suicidaire (évaluation et projet de protection) Accompagnement et soutien téléphoniques des patients suicidaires ou suicidants sortant de N (HEH) ou de l UMA

20 Lignes de soins et de prévention (2) Accompagnement des personnes endeuillées: proches ou professionnels Accompagnement des structures, institutions pour la postvention Organisation de la prévention du suicide (formation et organisation de la prévention)

21 Activité de conseil et consultation Sur site: consultation d évaluation ou de suivi durant la crise suicidaire uniquement Partenaires d amont: médecins généralistes, travailleurs sociaux, médecins du travail, services spécialisés Consultation conjointe au cabinet du généraliste pour: Une évaluation ponctuelle Patients réticents pour consulter un psychiatre

22 Accompagnement et soutien téléphonique En amont: demande du service d urgence (N de HEH, UMA du Vinatier) Accord du patient pour être contacté En attente d un rendez vous fixé vers un autre professionnel Appel réalisé par les infirmiers, recours au médecin si nécessaire Action dont l action a été prouvée sur le taux de réitération suicidaire

23 Accompagnement des personnes endeuillées par le suicide Les besoins d aide ont été mis en évidence par l HAS et la FFP Les besoins concernent les proches ainsi les professionnels endeuillés L aide apportée est individuelle.

24 Accompagnement des structures Organisation de la postvention Prévention du suicide (formation et implémentation) Intervention: A la demande des structures, suite à la survenue des décès par suicide (unique ou série) Ou pour organiser la prévention Répondre aux besoins de formation

25 Modalités d intervention Rencontre sur site Analyse des cas de décès Formation Accompagnement pour la structuration de la prévention

26 Etat des lieux à ce jour CPS (1) 62 personnes en crises suicidaires ou endeuillées (voir diapo n 28) N à HEH en cours de mise en place UMA du Vinatier en cours de mise en place Forte demande des EHPAD

27 CPS: évolution des demandes Activité CPS au 31/12/2012 Nombre de demande Cumul mensuel demandes Mois Activité CPS Nombre de demande Cumul mensuel demandes Mai 8 8 Juin Juillet 6 25 Aout 6 31 Septembre Mai Juin Juillet Aout Septembre Octobre Novembre Décembre Octobre Novembre Décembre 4 62

28 CPS Premiers enseignements Les personnes en crise suicidaire ont un degré d urgence élevé et sont souvent adressées par les services d urgence Le CPS s organise pour avoir des délais très courts pour recevoir les personnes en détresse suicidaire Un cas avec projet explicite d homicidesuicide a dû être hospitalisé en urgence

29 Formations Action auprès des EHPAD du Rhône: 12 EHPAD sélectionnés par l ARS 19 formations de 2 jours consécutifs en 7 semaines (de la semaine 45 à 51) pour 311 membres du personnel Un projet de recherche évaluant l impact du dispositif de formation est en cours de réalisation

MAISON DES ADOLESCENTS PROGRAMME 2005 2009

MAISON DES ADOLESCENTS PROGRAMME 2005 2009 MAISON DES ADOLESCENTS PROGRAMME 2005 2009 Région BRETAGNE Département Ille Et Vilaine I La maison des adolescents Date d ouverture : 4 septembre 2006 Nom : Maison des adolescents Nom du responsable :

Plus en détail

L Equipe Mobile d Argelès en Psychiatrie (EMAP)

L Equipe Mobile d Argelès en Psychiatrie (EMAP) C.H THUIR L Equipe Mobile d Argelès en Psychiatrie (EMAP) Charles Alezrah CH Thuir Séminaire de La Bussiére Strasbourg 11-12 juin 2015 la Bussiére 2015 Strasbourg 1 Quand la psychiatrie prend du retard

Plus en détail

«ADAPTATION A L'EMPLOI EN SANTE MENTALE ET EN PSYCHIATRIE : Consolidation et Intégration des savoirs et des pratiques de soin»

«ADAPTATION A L'EMPLOI EN SANTE MENTALE ET EN PSYCHIATRIE : Consolidation et Intégration des savoirs et des pratiques de soin» «ADAPTATION A L'EMPLOI EN SANTE MENTALE ET EN PSYCHIATRIE : Consolidation et Intégration des savoirs et des pratiques de soin» Ce programme s inscrit dans une visée de formation professionnelle continue,

Plus en détail

Troisième COPIL PAERPA. Mardi 16 décembre 2014 14h30 16h30

Troisième COPIL PAERPA. Mardi 16 décembre 2014 14h30 16h30 Troisième COPIL PAERPA Mardi 16 décembre 2014 14h30 16h30 Troisième COPIL PAERPA 16 décembre 2014 Ordre du jour Introduction Gilles Echardour, Délégué territorial de Paris Les actions PAERPA 1. Conventionnements

Plus en détail

État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire

État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire 2014 État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire Avec le soutien de l ARS Pays de la Loire et le financement du FIR REMERCIEMENTS L URPS Médecins

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

LE CISS NORD-PAS-DE-CALAIS PREND A

LE CISS NORD-PAS-DE-CALAIS PREND A LE CISS NORD-PAS-DE-CALAIS PREND A NOUVEAU POSITION SUR LA PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES EN REGION (SYSTEME DES GARDES LIBERALES-PDSA) MARS 2013 HISTORIQUE Depuis quelques années les associations du

Plus en détail

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 1. Contrôle systématique exercé par le Juge des libertés et de la détention (JLD) Exercice d un contrôle systématique

Plus en détail

Dép. 35 «LE SESAME» PRESENTATION DE L ACTION

Dép. 35 «LE SESAME» PRESENTATION DE L ACTION Dép. 35 «LE SESAME» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Sésame, «Service Educatif de Suivis Alternatifs à la Maison de l Enfance», est un dispositif adossé à la Maison

Plus en détail

PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA

PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA Ordre du jour Rappels du contexte et de la phase diagnostic Présentation

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques

L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques LA PLACE DE L EHPAD DANS LA FILIÈRE GÉRIATRIQUE L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques Un réseau de santé, c est quoi Les circulaires 2007-88 du 8 mars 2077, 2007-17 du

Plus en détail

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne 1 Stratégie régionale de l Agence Pourquoi un référentiel? Consolider l offre de santé coordonnée déjà en place Impulser et développer l exercice

Plus en détail

Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV

Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV Bruxelles 26 novembre 2010 Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV Dr Stéphane Morandi Organisation des soins en santé mentale dans le Canton de Vaud Le Canton de Vaud

Plus en détail

CENTRE RESSOURCES AUTISME de BASSE-NORMANDIE *********** PRESENTATION De l Activité de FORMATION Pour l Année 2010-11

CENTRE RESSOURCES AUTISME de BASSE-NORMANDIE *********** PRESENTATION De l Activité de FORMATION Pour l Année 2010-11 CENTRE RESSOURCES AUTISME de BASSE-NORMANDIE *********** PRESENTATION De l Activité de FORMATION Pour l Année 2010-11 Sommaire Généralités Objectifs et moyens, Approche intégrative, Destinataires, Renseignements

Plus en détail

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13 Page 1 sur 6 Métier INFIRMIER Intitulé du poste INFIRMIER EN AMBULATOIRE Villes de rattachements Bobigny, Pantin TITULAIRE DU POSTE : Localisation 48,rue Louise Michel 93000 BOBIGNY Version 1 Composition

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 La maison de l Automne se veut être un lieu de vie, et depuis sa création, n a de cesse de repenser ses actions afin d apporter des réponses adaptées

Plus en détail

Des psys à l hôpital général

Des psys à l hôpital général Des psys à l hôpital général Dr Fabrice BOYER psychiatre Praticien Hospitalier Unité de Psychiatrie d Urgence et de Liaison (UPUL) Hôpital Saint Joseph Saint Luc Parcours personnel - Ancien interne des

Plus en détail

Projet médico-social 2013-2017

Projet médico-social 2013-2017 Projet médico-social 2013-2017 C E N T R E H O S P I T A L I E R R É G I O N A L D O R L É A N S Hôpital Porte Madeleine 1, rue Porte Madeleine BP 2439 45032 Orléans cedex 1 Le service social de par ses

Plus en détail

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA VIE PRIVEE

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA VIE PRIVEE Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA VIE PRIVEE 0 Page2 Sommaire Le droit au respect de la vie privée des personnes hospitalisées et des personnes prises en charge dans des structures médico-sociales... 3 Qu

Plus en détail

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Personnes âgées en risque de perte d autonomie (PAERPA) Claude JEANDEL Pôle de gérontologie CHU Montpellier Université Montpellier Inserm

Plus en détail

Réseau Santé Bucco-Dentaire. Handicap. Le Réseau poursuit 5 objectifs basés sur ses valeurs fondamentales :

Réseau Santé Bucco-Dentaire. Handicap. Le Réseau poursuit 5 objectifs basés sur ses valeurs fondamentales : Réseau Santé Bucco-Dentaire & Handicap Rhône-Alpes Le RÉSEAU SANTE BUCCO-DENTAIRE & HANDICAP RHÔNE ALPES, association loi 1901. Faciliter l accès aux soins bucco-dentaires des personnes en situation de

Plus en détail

Prise en charge coordonnée personne âgée à domicile

Prise en charge coordonnée personne âgée à domicile Quelques chiffres : 2010, création de la coordination pour le Maintien A Domicile (MAD) 2014, file active : 188patients Travail en coopération avec 35 cabinets MG, 27 cabinets IDEL, 15 kinés, 13 pharmacies.

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES I. LES CENTRES MEDICO- PSYCHOLOGIQUES (CMP) CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES Ces centres ont été créés avec trois objectifs fondamentaux pour la psychiatrie communautaire : Promotion

Plus en détail

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Enfants malades ou hospitalisés

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Enfants malades ou hospitalisés Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Enfants malades ou hospitalisés A. Utilité Le Règlement d Ordre Intérieur proposé informe chaque partie des différents aspects de la garde d

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Septembre 2009 Cadre juridique Accompagnement du diagnostic Prérequis à l annonce du diagnostic Cas particuliers Annonce

Plus en détail

Une Equipe Mobile intégrée dans un dispositif spécifique de soins pour Adolescents : Une action de Secteur

Une Equipe Mobile intégrée dans un dispositif spécifique de soins pour Adolescents : Une action de Secteur EPSM des Flandres Bailleul 23 juin 2011 Une Equipe Mobile intégrée dans un dispositif spécifique de soins pour Adolescents : Une action de Secteur Docteur Vincent Garcin Un Dispositif Spécifique de Soins

Plus en détail

Le Réseau Social Rue-Hôpital De quoi s agit-il

Le Réseau Social Rue-Hôpital De quoi s agit-il Le Réseau Social Rue-Hôpital De quoi s agit-il Réseau Social Rue-Hôpital De quoi s agit-il Créé en novembre 2000, le Réseau Social Rue-Hôpital (RSRH) a vocation à faciliter l accès aux soins des personnes

Plus en détail

Quelques réflexions sur le PLAN PSYCHIATRIE ET SANTÉ MENTALE

Quelques réflexions sur le PLAN PSYCHIATRIE ET SANTÉ MENTALE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins de mai 2007 Docteur Irène Kahn-Bensaude Quelques réflexions sur le PLAN PSYCHIATRIE ET SANTÉ MENTALE Le plan psychiatrie et

Plus en détail

Atelier de retour d expérience n 2

Atelier de retour d expérience n 2 Atelier de retour d expérience n 2 Amélioration du service rendu aux personnes âgées en perte d'autonomie et optimisation de l'organisation de l'offre de soins et de services Béatrice Lorrain Pilote MAIA

Plus en détail

Trois structures de crise pour adolescents. Présentation de l unité de crise

Trois structures de crise pour adolescents. Présentation de l unité de crise Trois structures de crise pour adolescents Présentation de l unité de crise Ambulatoire CEPS Le Centre d Etude et de Prévention du Suicide est un lieu de consultation et d information à disposition des

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

Examen d admission dans le cadre de la spécialisation en psychopathologie

Examen d admission dans le cadre de la spécialisation en psychopathologie Centre d Enseignement Supérieur pour Adultes Rue de Courcelles, 10 à 6044 ROUX Tél : 071/45.11.08 Fax : 071/45.53.63 mail : cesa@cesa.be Matricule : 5.355.007 Examen d admission dans le cadre de la spécialisation

Plus en détail

Le DMP pour les EHPAD De la Vienne. Poitiers 03 Avril 2014

Le DMP pour les EHPAD De la Vienne. Poitiers 03 Avril 2014 Le DMP pour les EHPAD De la Vienne Poitiers 03 Avril 2014 Sommaire Le GCS Esanté Poitou-Charentes Focus sur le DMP Le DMP en Poitou-Charentes L utilisation du DMP en EHPAD L accompagnement des EHPAD Réunion

Plus en détail

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE I- Définition et généralités : HAS : la contention physique est l utilisation de tous

Plus en détail

Observatoire régional des données médico-sociales : ADULTES EN SITUATION DE HANDICAP

Observatoire régional des données médico-sociales : ADULTES EN SITUATION DE HANDICAP Observatoire régional des données médico-sociales : ADULTES EN SITUATION DE HANDICAP Monographie CRP - Centre Rééducation Professionnelle, Centre de préorientation, UEROS - Unité d Evaluation, de Réentrainement

Plus en détail

Equipe mobile de suivi intensif dans le milieu. Une approche dans la communauté pour la santé psychique

Equipe mobile de suivi intensif dans le milieu. Une approche dans la communauté pour la santé psychique Equipe mobile de suivi intensif dans le milieu Une approche dans la communauté pour la santé psychique Message Bien que la psychiatrie de secteur ait développé une importante offre de soins dans la communauté,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Convention de téléassistance

Convention de téléassistance Convention de téléassistance Référence de la convention : SAP / 2015 /. SECAD Service communautaire d accompagnement à domicile 15 rue Crech Uguen 22810 BELLE-ISLE-EN-TERRE Tél. 02 96 43 30 68 Fax 02 96

Plus en détail

Bulletin Sentinelles PROGRAMME RÉGIONAL DE FORMATION EN PRÉVENTION DU SUICIDE : DU NOUVEAU. Octobre 2014, volume 7, numéro 1

Bulletin Sentinelles PROGRAMME RÉGIONAL DE FORMATION EN PRÉVENTION DU SUICIDE : DU NOUVEAU. Octobre 2014, volume 7, numéro 1 Octobre 2014, volume 7, numéro 1 Bulletin Sentinelles Ce numéro vise à transmettre une mise à jour de l information concernant le dossier de la prévention du suicide auprès : des gestionnaires-relayeurs

Plus en détail

Organisation des services médicaux en prison : les UCSA

Organisation des services médicaux en prison : les UCSA La santé en prison informations générales Organisation des services médicaux en prison : les UCSA Au sein de chaque établissement, les soins médicaux sont assurés par une UCSA (unité de consultations et

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Juillet 2013 Contexte d utilisation Objet de la prise en charge Autre objet de prise en charge Un projet et

Plus en détail

Un engagement universitaire au cœur de l évolution du système de santé

Un engagement universitaire au cœur de l évolution du système de santé Un engagement universitaire au cœur de l évolution du système de santé Université d été de la e Santé 4 juillet 2013 Technopôle Castres Mazamet Intervention du Pr Louis Lareng Directeur de l Institut Européen

Plus en détail

Dr.Gobin M., Mr Froger A (IDE), Service de Médecine Polyvalente d Urgence CHU de Nantes

Dr.Gobin M., Mr Froger A (IDE), Service de Médecine Polyvalente d Urgence CHU de Nantes Dr.Gobin M., Mr Froger A (IDE), Mmes Barrat N N. et Mballa C.(AS) C (AS) Service de Médecine Polyvalente d Urgence CHU de Nantes Journée Régionale de Soins Palliatifs, Angers, le 2 avril 2015 ATELIER A4

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

rapport d activité 2010

rapport d activité 2010 rapport d activité 2010 Formation Orientation Santé Emploi Logement Mobilité 18/19 formation Pour les jeunes qui n ont pas eu accès à une formation par la voie scolaire, de nombreuses possibilités existent.

Plus en détail

RESPEKT A MWIN. Urgence. Dénoncer. 115 (N d orientation) 17 (Police et Gendarmerie) 15 (Samu) Sa lé pa normal! La pa mwin lotèr!

RESPEKT A MWIN. Urgence. Dénoncer. 115 (N d orientation) 17 (Police et Gendarmerie) 15 (Samu) Sa lé pa normal! La pa mwin lotèr! RESPEKT A MWIN Réagissez si, dans votre couple, vous êtes victime de violences : Sa lé pa normal! Sommaire Urgence 5 Physiques Dénoncer 8 Un parcours pour vous libérer Psychologiques (insultes, harcèlement,

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Signature de la convention cybercollèges avec le CHU de St-Etienne et l Inspection académique de la Loire

Signature de la convention cybercollèges avec le CHU de St-Etienne et l Inspection académique de la Loire Mardi 4 octobre 2011 dossier de presse Signature de la convention cybercollèges avec le CHU de St-Etienne et l Inspection académique de la Loire par Gilles ARTIGUES, vice-président chargé de l Education

Plus en détail

Services pour enfants. Services de santé à l école

Services pour enfants. Services de santé à l école Services pour enfants Services de santé à l école Quand soumettre une demande de services au CASC du Sud-Est? Le personnel de l école devrait-il faire quelque chose d abord? Les enseignants devraient utiliser

Plus en détail

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement Mise en œuvre dans l établissement Une obligation légale La loi n 99-477 du 9 juin 1999 garantit, dans son premier article, le droit d accès aux soins palliatifs «Toute personne malade, dont l état le

Plus en détail

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil Coopérations professionnelles Ophtalmologie Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil 1 Présentation générale Intitulé du Protocole de coopération (PC) Réalisation

Plus en détail

FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté

FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté Le soutien à domicile est toujours la première option considérée lorsqu une personne âgée se retrouve en perte d autonomie et qu

Plus en détail

Soigner et préserver la santé mentale des enfants et adolescents

Soigner et préserver la santé mentale des enfants et adolescents Soigner et préserver la santé mentale des enfants et adolescents Pour chaque enfant et chaque adolescent, la santé mentale est un bien précieux et fragile. La préserver réclame une attention particulière,

Plus en détail

Les services de crise et d urgence psychiatrique pour adultes

Les services de crise et d urgence psychiatrique pour adultes Trousse d information Mars 2009 PHASE 2 La transformation des services en santé mentale Les services de crise et d urgence psychiatrique pour adultes LA FORCE DES LIENS Agence de la santé et des services

Plus en détail

Educateur spécialisé. Le Métier d Educateur spécialisé. Le Concours. Concours Prépa Santé

Educateur spécialisé. Le Métier d Educateur spécialisé. Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Educateur spécialisé Le Métier d Educateur spécialisé L éducateur spécialisé est un travailleur social qui participe à l

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE (Recherche, Enseignement, Soins, Information, Lutte et Initiatives pour les Adolescents et les ENfants atteints de CancEr). 1. CARACTERISTIQUES

Plus en détail

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent PLAN NATIONAL 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l accompagnement en fin de vie SYNTHESE RAPPEL DES 4 AXES AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui

Plus en détail

PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT RETOUR A DOMICILE. Commission paritaire des infirmiers du 24 février 2014 (Extrait de la présentation)

PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT RETOUR A DOMICILE. Commission paritaire des infirmiers du 24 février 2014 (Extrait de la présentation) PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT RETOUR A DOMICILE Commission paritaire des infirmiers du 24 février 2014 (Extrait de la présentation) PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT RETOUR A DOMICILE LE DISPOSITIF Le PRADO s inscrit

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 3 novembre 2014 relatif au cahier des charges national du programme de dépistage

Plus en détail

L aide sociale départementale aux adultes. Le Conseil général vous guide. Edition 2010

L aide sociale départementale aux adultes. Le Conseil général vous guide. Edition 2010 Edition 2010 Informations pratiques - L aide sociale aux adultes Le Conseil général vous guide L aide sociale départementale aux adultes La marche à suivre Edition 2010 www.somme.fr L aide sociale aux

Plus en détail

Droit de la protection de l adulte

Droit de la protection de l adulte 26 CHAPITRE 3 Droit de la protection de l adulte A l issue de longs travaux préparatoires, le droit de la protection de l adulte (art. 360 à 456 CC 21 ) a été adopté par les Chambres fédérales le 19 décembre

Plus en détail

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées 10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées Une part de plus en plus importante de l activité hospitalière concerne la prise en charge des personnes âgées La patientèle âgée concentre une

Plus en détail

Pistes de réflexion pour une valorisation «hors T2A» de l activité transversale en infectiologie

Pistes de réflexion pour une valorisation «hors T2A» de l activité transversale en infectiologie Pistes de réflexion pour une valorisation «hors T2A» de l activité transversale en infectiologie Arnaud Pouillart Centre hospitalier Louis Pasteur de Dole 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise,

Plus en détail

HAD ET RESEAUX DE SOINS Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins

HAD ET RESEAUX DE SOINS Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins 31 mai 2013 HAD Nantes & région mai 2013-BJAUD 2 n SOMMAIRE: - LE DISPOSITIF REGLEMENTAIRE - HOPITAL A DOMICILE: Présentation Objectif Les conditions d admission

Plus en détail

ESSONNE TÉLÉASSISTANCE

ESSONNE TÉLÉASSISTANCE ESSONNE TÉLÉASSISTANCE UNE CENTRALE D ÉCOUTE 24 heures sur 24 7 jours sur 7 www.essonne.fr Édito Partenaire de la vie quotidienne des Essonniens, le Conseil général a mis en place un dispositif de téléassistance

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 Adopté Rédiger ainsi cet article : SANTÉ - (N 2302) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 27 N o AS970 «I. Le code de la santé publique est ainsi modifié

Plus en détail

L HAD dans les EHPAD. Docteur Emmanuel BOVIER Médecin coordonnateur Soins et Santé HAD de LYON. Jeudi 22 Mars 2012

L HAD dans les EHPAD. Docteur Emmanuel BOVIER Médecin coordonnateur Soins et Santé HAD de LYON. Jeudi 22 Mars 2012 L HAD dans les EHPAD Docteur Emmanuel BOVIER Médecin coordonnateur Soins et Santé HAD de LYON Jeudi 22 Mars 2012 Introduction La décision d une hospitalisation conventionnelle chez un résident d EHPAD

Plus en détail

CHAPITRE 4 La gestion des situations de crise suicidaire

CHAPITRE 4 La gestion des situations de crise suicidaire La gestion des situations de crise suicidaire CHAPITRE 4 La crise suicidaire est une crise psychique déclenchée par un facteur précipitant et marquée par des idées suicidaires de plus en plus envahissantes

Plus en détail

RÉGIME DE PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE

RÉGIME DE PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES BUREAUX D ÉTUDES TECHNIQUES CABINETS D INGÉNIEURS-CONSEILS SOCIÉTÉS DE CONSEILS RÉGIME DE PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE DES SALARIÉS MALAKOFF MÉDÉRIC, VOTRE PARTENAIRE POUR

Plus en détail

Règlement sur le cheminement scolaire

Règlement sur le cheminement scolaire Règlement sur le cheminement scolaire Adopté le : 17 décembre 2001 218 e réunion du conseil d administration Amendé le : 10 juin 2008 261 e réunion du conseil d administration Amendé le : 16 décembre 2013

Plus en détail

EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE

EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE Modèles et Orientations? Mireille Saint Etienne Valenciennes novembre 2014 Genèse Emergence de la clinique USA/Canada 1943 : Francis REITER, lance l idée aux

Plus en détail

Comment améliorer la prise en charge médicale en EHPAD : l expérience de l ARS Midi Pyrénées

Comment améliorer la prise en charge médicale en EHPAD : l expérience de l ARS Midi Pyrénées LIMOUSIN LANGUEDOC- ROUSSILLON Midi-Pyrénées Limousin Languedoc-Roussillon MIDI-PYRENEES CONGRES EHPAD 2011-15 avril 2011 - intervention REHPA Comment améliorer la prise en charge médicale en EHPAD : l

Plus en détail

Mardi 24 mai 2011. CLIC, Réseaux, MAI. CLIC et développement de la coordination

Mardi 24 mai 2011. CLIC, Réseaux, MAI. CLIC et développement de la coordination Mardi 3 ème rencontre nationale des Réseaux de santé Personnes Agées CLIC, Réseaux, MAI CLIC et développement de la coordination Intervention : Yvelise ABECASSIS, présidente A.N.C.CLIC - Association Nationale

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die LES RENCONTRES DU MANAGEMENT Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die Dr Florence TARPIN-LYONNET Chef de Pôle des activités de soins et d Hospitalisation à Domicile CH Crest Présidente CME Retour

Plus en détail

Thème 2. Les métamorphoses des politiques de Protection sociale

Thème 2. Les métamorphoses des politiques de Protection sociale Thème 2 Les métamorphoses des politiques de Protection sociale 1 Les métamorphoses de l Assurance maladie Entretien avec Frédéric Van Roekeghem Directeur général de la CNAMTS Interview réalisée le 29 novembre

Plus en détail

et à la PERSONNE en fin de vie

et à la PERSONNE en fin de vie association pour le droit de mourir dans la dignité les DROITS RELATIFS à la PERSONNE MALADE et à la PERSONNE en fin de vie A lire attentivement et à emporter avec vous en cas d hospitalisation Les accueillants

Plus en détail

LA CLÉ DE VOTRE RÉUSSITE Labellisé «MÉTIERS DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL»

LA CLÉ DE VOTRE RÉUSSITE Labellisé «MÉTIERS DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL» DOSSIER D INSCRIPTION ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE Merci de bien vouloir compléter ce dossier avec soin et précision. Madame Monsieur Nom usuel... Nom de naissance... Prénom... Pièce à joindre :

Plus en détail

Équipe mobile PSYCHIATRIE PRECARITE Hôpital de MAISON-BLANCHE E.M.P.P

Équipe mobile PSYCHIATRIE PRECARITE Hôpital de MAISON-BLANCHE E.M.P.P Équipe mobile PSYCHIATRIE PRECARITE Hôpital de MAISON-BLANCHE E.M.P.P Réflexion, mise en place, action Coordination Précarité 18 arrdt. Mai 2013 L accès aux soins psychiatriques aujourd hui! Vous êtes

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS Depuis le début du programme en 2009, les cellules ont accueilli 1139 adhérents. La

Plus en détail

Information des familles en situation de deuil

Information des familles en situation de deuil Information des familles en situation de deuil > Démarches administratives > Espaces d'accueil mortuaire Les Tilleuls à Purpan Les Oliviers à Rangueil > Service des cultes Code 403303 C E N T R E H O S

Plus en détail

NOR: SANH0321568A. Vu le décret n 84-131 du 24 février 1984 modifié portant statut des praticiens hospitaliers ;

NOR: SANH0321568A. Vu le décret n 84-131 du 24 février 1984 modifié portant statut des praticiens hospitaliers ; ARRETE Arrêté du 30 avril 2003 relatif à l organisation et à l indemnisation de la continuité des soins et de la permanence pharmaceutique dans les établissements publics de santé et dans les établissements

Plus en détail

Haute Autorité de Santé 2007

Haute Autorité de Santé 2007 Recommandations professionnelles pour la prise en charge en cas de mort inattendue du nourrisson ( 2ans) Haute Autorité de Santé 2007 www.has-sante.fr Montpellier, 21 novembre 2008 E. Briand-Huchet, centre

Plus en détail

Instructions pour la sauvegarde et l envoi du questionnaire

Instructions pour la sauvegarde et l envoi du questionnaire Instructions pour la sauvegarde et l envoi du questionnaire 1) Pour accéder aux options de sauvegarde et d envoi du questionnaire, veuillez cliquer sur le bouton représenté ci-après, situé en dernière

Plus en détail

EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE FILIERE GERONTOLOGIQUE HOPITAL DE FOURVIERE - CHSJSL

EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE FILIERE GERONTOLOGIQUE HOPITAL DE FOURVIERE - CHSJSL EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE FILIERE GERONTOLOGIQUE HOPITAL DE FOURVIERE - CHSJSL EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE C.H. St Joseph-St Luc et Hôpital de Fourvière Trois gériatres H O P I T A L Trois IDE Une CDS Une

Plus en détail

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme :

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme : Mesdames et Messieurs, Au regard d une analyse de la situation des aidants sur le plan national, au regard des rencontres avec les principaux acteurs de l accompagnement des aidants familiaux en Maine

Plus en détail

Les sorties d hospitalisation des personnes âgées

Les sorties d hospitalisation des personnes âgées 28 Les sorties d hospitalisation des personnes âgées Méthodologie 1) Enquête exploratoire (février 2006 à janvier 2007) sur le retour à domicile des personnes âgées après hospitalisation 2) Analyse - Bilan

Plus en détail

Les Services de Maintien à domicile : une mission de service public? Mardi 19 novembre 2013 CPAS de Liège

Les Services de Maintien à domicile : une mission de service public? Mardi 19 novembre 2013 CPAS de Liège Les Services de Maintien à domicile : une mission de service public? Mardi 19 novembre 2013 CPAS de Liège Plan Introduction Contexte général Contexte liégeois Présentation des services du Maintien à domicile

Plus en détail

COORDINATION SIAO 06. Association GALICE

COORDINATION SIAO 06. Association GALICE COORDINATION SIAO 06 COORDINATION SIAO 06 Association GALICE SIAO URGENCE ALC P.U.I.P. 115 SIAO HEBERGEMENT INSERTION GALICE Bassin Antibois Service logement CASA Bassin Cannois CCAS de Cannes SIAO LOGEMENT

Plus en détail

Devenir une force au servir du plus faible Proposition de mécénat

Devenir une force au servir du plus faible Proposition de mécénat Devenir une force au servir du plus faible Proposition de mécénat Contribuer à former des jeunes au métier d ambulancier Contact : Catherine Scordia - Direction des formations c.scordia@ordredemaltefrance.org

Plus en détail

L enjeu du partage d information dans la coordination des parcours de santé complexes

L enjeu du partage d information dans la coordination des parcours de santé complexes L enjeu du partage d information dans la coordination des parcours de santé complexes Dr Eric KILEDJIAN Chef de projet Territoire de Soins Numérique, organisations et systèmes d information Directeur de

Plus en détail

Personnes actuellement protégées. Dorénavant

Personnes actuellement protégées. Dorénavant Personnes actuellement protégées Les personnes majeures pour cause de: maladie mentale, faiblesse d esprit, ivrognerie, inconduite, prodigalité, mauvaise gestion, faiblesse sénile, infirmité, inexpérience

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE Direction générale de l'offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins, Bureau

Plus en détail

Point d actualité DMP et Messageries Sécurisées de Santé

Point d actualité DMP et Messageries Sécurisées de Santé Point d actualité DMP et Messageries Sécurisées de Santé Assemblée Générale GCS Télésanté Basse Normandie 26 mars 2014 Anne Bertaud Pole Territoire Dossier Médical Personnel 2 DMP : quelques chiffres (février

Plus en détail

Guide sur la sécurité/qualité à l intention des usagers des CLSC.

Guide sur la sécurité/qualité à l intention des usagers des CLSC. Le Centre de santé et de service sociaux de la Vallée-de-la-Gatineau est heureux de vous offrir des services sociaux et communautaires à partir de ses intallations CLSC. Afin de répondre adéquatement aux

Plus en détail

AGRESSIVITE AUX URGENCES. Existe-t-il des moyens simples pour limiter le risque?

AGRESSIVITE AUX URGENCES. Existe-t-il des moyens simples pour limiter le risque? AGRESSIVITE AUX URGENCES Existe-t-il des moyens simples pour limiter le risque? INTRODUCTION Fin 2004 : L établissement a été confronté à une forte augmentation des situations de violence de la part de

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Février 2012 INSERER DANS 5-1 NOTE JURIDIQUE - Hébergement - OBJET : L accueil temporaire Base juridique Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Article L. 314-8 du code de l'action

Plus en détail