n 3 L évolution du taux de maintenance de SAP : enjeux et actions par Christiane Féral-Schuhl

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "n 3 L évolution du taux de maintenance de SAP : enjeux et actions www.usf.fr par Christiane Féral-Schuhl"

Transcription

1 Trimestriel - Avril 2009 Le club des Utilisateurs SAP Francophones n 3 Le magazine des Utilisateurs des progiciels de gestion SAP L évolution du taux de maintenance de SAP : enjeux et actions par Christiane Féral-Schuhl page 4 A lire : Transférer des données dans SAP en évitant ABAP? un «jeu» pour Alstom Power Service page 8 UNIBÉTON : un système d information bien «bétonné» page 8 Groupe de Travail Real Estate : un travail concret d influence et de partenariat avec l éditeur page 14

2 LES 14 et 15 OCTOBRE 2009 au CNIT de Paris - La Défense Ateliers Plénières Exposants CONVENTION USF 2009 L USF fête ses 20 ANS à Paris! l évènement Retrouvez incontournable de l écosystème SAP Plus de 70 partenaires pour répondre à vos besoins. 2 jours de conférences et ateliers «retour d expérience». Plus de 80 ateliers. Et surtout les réponses aux questions que vous vous posez sur l éditeur et la solution! Retrouvez toutes les informations sur : Le club des Utilisateurs SAP Francophones

3 l usf n 3 Le magazine des Utilisateurs des progiciels de gestion SAP édito Après plusieurs mois de discussion au sein du SUGEN (SAP User Group Executive Network) et de récents échanges au niveau français, l USF a demandé à SAP France de revoir sa position sur l augmentation du prix de la maintenance. Elle réclame en substance, des aménagements de la politique tarifaire en France qui soient comparables à ceux accordés aux clients Allemands et Autrichiens. La base adhérente de l USF s impatiente à juste titre et attend dorénavant des réponses significatives dans ce domaine. Cette impatience est d autant plus grande pour les praticiens, que l éditeur n a pas été en mesure à ce jour de démontrer concrètement la valeur correspondant à cette augmentation. Elle est encore plus accentuée dans un contexte économique qui exacerbe la sensibilité des entreprises face à toute nouvelle dépense. Aujourd hui, quelles que soient les avancées de l Enterprise Support en matière de TCO, les investissements sont tendanciellement à la baisse et cette exigence de SAP semble totalement à contre courant de la réalité des entreprises. L USF justifie cette attitude de fermeté essentiellement par souci de protéger les investissements des entreprises. Elle ne remet pas en cause la foi partagée par les clients dans l offre produit de l éditeur qui demeure la meilleure ambassadrice de sa réputation. Il serait dommage en effet, que ce dossier de l Enterprise Support écorne cette valeur commune. Toutefois, l USF ne souhaite pas favoriser une radicalisation de son action mais considère que SAP doit clairement faire évoluer sa position en reconnaissant les difficultés que l Enterprise Support fait peser sur les entreprises françaises. Fort de ce constat, l USF a contacté, dès le mois de décembre 2008, le cabinet d avocats FERAL-SCHUHL / SAINTE-MARIE pour nous aider à étudier des pistes juridiques. Je vous invite à lire l article en page 4 qui décrit ces pistes. Aujourd hui, nous n abandonnons pas pour autant la recherche d un compromis avec l éditeur qui laisse entendre, à l heure où nous mettons sous presse, un net infléchissement de sa position. En effet, les évènements se sont précipités dans les toutes dernières semaines, suite à la pression que nous avons exercée auprès du SUGEN et de SAP France. L éditeur accepterait un étalement de l augmentation du coût de la maintenance et favoriserait la recherche d un consensus sur un système d évaluation de la qualité de service de l Enterprise Support, élaboré en commun. Nous nous félicitons notamment de ce dernier point, car il marque une réelle volonté de SAP de «jouer le jeu» dans un domaine où jusqu alors, aucun éditeur ne s était engagé. Ainsi, les initiatives prises par l USF et le temps consacré à ces négociations, n ont apparemment pas été vains. Je vois, à travers cette évolution, un signe positif de l éditeur, que nous saluons, de vouloir poursuivre un dialogue ouvert et constructif. C est dans cette approche, qui a toujours été la nôtre, que nous agissons et continuerons d agir au nom de l association. Au-delà des polémiques, nous souhaitons aller encore plus loin dans notre démarche constructive. Nous avons décidé, d une part d organiser une journée de travail sur l Enterprise Support pour vous permettre d approfondir vos connaissances sur le contenu réel de l offre. D autre part, nous lançons la réalisation d un livre blanc sur Solution Manager, outil essentiel pour tirer partie de l Enterprise Support. Nous reviendrons plus en détail sur ces deux initiatives dans le prochain numéro de notre magazine. Jean LEROUX Président de l USF Enjeux L évolution du taux de maintenance de SAP : enjeux et actions page 4 Décryptage & Actualités Actualités : Business Suite 7 : une lisibilité et une cohérence très attendues page 6 Retours d expérience Transférer des données dans SAP en évitant ABAP? un «jeu» pour Alstom Power Service page 8 UNIBÉTON : un système d information bien «bétonné» page 8 Commissions Comment créer un groupe de travail?... page 10 Comment maintenir les connaissances après la phase de déploiement? page 11 Groupe de Travail Real Estate : un travail concret d influence et de partenariat avec l éditeur page 14 Ce magazine se veut être le reflet de la notion «d échanges et de partages» chère à notre esprit, n hésitez donc pas à nous faire partager vos avis et remarques : USF 64, rue du Ranelagh PARIS Tél. : Fax : L USF n 3 - Avril p. 3 Le club des Utilisateurs SAP Francophones

4 Enjeux Enjeux Enjeu L ÉVOLUTION DU TAUX DE MAINTENANCE DE SAP : ENJEUX ET ACTIONS L USF a proposé au cabinet d avocats FERAL-SCHUHL / SAINTE-MARIE (1), de conclure un accord de partenariat visant à faire bénéficier l USF et ses adhérents d une assistance juridique qui peut prendre diverses formes. Plusieurs actions ont d ores et déjà été prévues, notamment : L analyse des conditions contractuelles de maintenance proposées par SAP à ses clients et prospects L objectif est ici de formaliser les clauses-type ou un contrat-type avec les outils permettant aux membres de l USF d anticiper les principaux risques en la matière. Le premier de ces risques est le défaut de pérennité du logiciel, qui peut tenir tant à l évolution de l éditeur (par exemple une fusion) qu à l obsolescence du produit. Face à ce risque, il est important de prévoir l engagement de l éditeur d apporter son support pendant une durée minimale, à définir, ceci malgré la tendance des éditeurs à ne proposer que des contrats de durée annuelle renouvelable tacitement. Le deuxième risque est lié à la dépendance du client à l égard de l éditeur. Il est donc également important d autoriser l intervention de prestataires autres que l éditeur, non seulement pour les prestations d intégration mais aussi pour des prestations comme la tierce maintenance applicative. Enfin, pour ce qui est du prix, la meilleure solution est de prévoir une clause de révision avec un indice public. Différentes formules de révision existent, et elles peuvent n être utilisées qu à titre de plafond, comme c est déjà le cas pour un certain nombre de clients SAP. L USF dispose d une analyse de risques plus complète qu elle enrichira au fur et à mesure de ses discussions avec l éditeur et des retours d expérience de ses membres. Ces précisions données, il convient de procéder bien sûr à une analyse au cas par cas du dispositif contractuel. Si l éditeur est toujours libre de fixer les conditions de prix de ses produits et services ainsi que les modalités d exécution de ses services, il doit respecter les termes du contrat conclu. S il modifie les conditions initiales du contrat et notamment le contenu de son offre, l évolution ne peut se faire qu avec le consentement de son client, dans le cadre d un avenant contractuel exprès, ou bien dans le cadre du renouvellement du contrat comme c est le cas ici. Pour les clients qui ne souhaiteraient pas passer au niveau de service entreprise, le seul choix que SAP leur laisse est de ne pas renouveler leur contrat de maintenance du tout. Sauf clause spécifique ayant anticipé cette difficulté, il semblerait que le contrat standard SAP puisse être dénoncé par l une ou l autre partie avec un préavis de quelques mois à peine, délai qui ne serait pas suffisant pour choisir et installer un logiciel de substitution. Or, selon la durée de la relation commerciale existante, une tentative de l éditeur visant à imposer son nouveau contrat, sans un préavis suffisant, pourrait être sanctionnée comme constituant une rupture abusive. La rupture serait d autant plus préjudiciable que l on peut observer que les éléments prétendus de différenciation entre l offre «Entreprise» et l offre initiale (désormais p. 4 - Avril L USF n 3

5 Enjeux Enjeux retirée du catalogue) ne sont pas spécifiés et que SAP semble se refuser à communiquer les précisions indispensables. La mise en place et la maintenance d un service de FAQ via le cercle de réflexion «Enterprise Support» D ores et déjà FERAL-SCHUHL / SAINTE-MARIE a répondu à la première question qui lui était adressée : «Face à l augmentation imposée du niveau de service et du prix de la maintenance, les clients de SAP peuvent-ils refuser de payer leur facture de 2009 pour la maintenance?». L avis du Cabinet est accessible en ligne, sur le site intranet réservé exclusivement aux adhérents. Par souci d efficacité, il a été convenu que toutes les questions seraient centralisées auprès du Bureau de l USF, à charge pour lui de répercuter les questions qui ont vocation à être mutualisées au profit du plus grand nombre. Les questions sont à adresser via le site web de l USF à compter de ce jour. Des ateliers de formation Ces sessions, sur demande des adhérents ou à l initiative du Bureau de l USF, pourront porter sur des thèmes aussi variés que «la sécurité dans l entreprise : anticiper les risques», «comment négocier un contrat informatique», «quels sont les principaux risques d un projet informatique» Elles permettent d approfondir certains sujets et de faire bénéficier les participants d une méthodologie simple et efficace, avec pour objectif de leur permettre de mieux maîtriser les contraintes de leur environnement juridique. Ces sessions peuvent s inscrire dans le cadre de conventions de formation à conclure au cas par cas. En marge de ces différentes actions, les adhérents de l USF pourront accéder à la veille juridique hebdomadaire du Cabinet FERAL-SCHUHL / SAINTE- MARIE, accessible via le site web de l USF. Les adhérents qui le souhaitent pourront également bénéficier, à leur demande, d une assistance juridique personnalisée, au taux préférentiel négocié par l USF. Au-delà des règles générales énoncées, l objectif est de permettre une consultation «sur mesure» pour tenir compte des cas particuliers. (1) FERAL-SCHUHL / SAINTE-MARIE est un cabinet d avocats spécialisés dans le domaine des technologies de l information. Avec plus de 20 ans d expérience, cette équipe d une vingtaine de personnes, a acquis une solide réputation dans les secteurs de l informatique, de l internet et des médias (www.feral-avocats.com). L USF n 3 - Avril p. 5

6 Décryptage & Actualités Décryptage & Actualités Actualités BUSINESS SUITE 7 : UNE LISIBILITÉ ET UNE COHÉRENCE TRÈS ATTENDUES Point de vue d Eric Rémy au sujet de SAP Business Suite 7. SAP vient d annoncer sa nouvelle Business Suite 7 présentée comme plus simple à implémenter, moins cher à exploiter et plus souple à utiliser, tout en mettant en avant l architecture SOA. Parmi les membres de la commission technologie que je représente, personne n a pu jusqu à présent vérifier tous ces aspects, puisque le produit ne sera disponible qu à partir d avril Par conséquent, nous nous contenterons pour l instant, de l analyse fonctionnelle des éléments annoncés. Notons qu auparavant il existait une offre intitulée Business Suite, mais qui n était pas identifiée par un numéro de version. Elle contenait l ensemble des produits SAP, telles que les composants : ECC, CRM, PLM où tout était inclus de façon hétérogène, chaque composant ayant un niveau de version différent lié à des rythmes de changement indépendants les uns des autres. Aujourd hui, avec Business Suite 7, nous allons enfin disposer de versions alignées de nature à favoriser une rationalisation et une plus grande lisibilité de l offre. Nous considérons ce point comme essentiel. En effet, les composants livrés dorénavant avec le niveau de version 7, appartiendront réellement à une suite homogène fondée sur le cœur ECC6. On retrouve en fait, la même logique proposée sur Microsoft Office : chaque application est alignée sur les autres et lorsqu une nouvelle version est proposée, tous les composants sont mis à jour simultanément. Ce «toilettage» répond à des griefs remontés à l éditeur depuis plusieurs années par l USF, car il était très difficile de se repérer dans l offre. Nous disposons ainsi d une meilleure garantie d interopérabilité entre les modules, de manière à bénéficier d un ensemble cohérent, globalement à jour en même temps, avec des processus métiers cohérents de bout en bout et un socle technique identique. Avec Business Suite 7, les échanges entre les composants sont facilités, l administration, la formation et la compétence technique acquises sur un composant sont en grande partie exploitables sur les autres. Autre élément positif : l intégration des composants, à partir d une vision globale, permet au client de choisir le composant qu il acquière et de pouvoir décider plus tard de faire l acquisition d une autre application, tout en ayant la garantie du même niveau de mise à jour. Certains s interrogent malgré tout sur le risque d obsolescence des versions actuellement utilisées dans les entreprises. Il va de soi qu à travers cette annonce, l éditeur trouve un moyen fort de pousser sa clientèle à effectuer la migration vers ECC6, en tant que cœur de Business Suite 7. Les impacts en termes de migration Avec cette nouvelle offre, le modèle change. Jusqu à présent, pour bénéficier de nouvelles fonctionnalités au sein des différents composants de la Business Suite, il fallait effectuer une migration vers la dernière version. ECC6 a été le premier composant à ouvrir la voie de l ajout de nouvelles fonctionnalités sans migration via les Enhancement Packages (EHP). Au mois d avril, sort l EHP 4 d ECC6 et l EHP 1 de NetWeaver en même temps que les nouveaux composants en version 7 de SRM, SCM, PLM et CRM. Toutes ces versions seront stabilisées sur plusieurs années, grâce à cette démarche des EHP, pour les faire évoluer sans migration. Cette approche constitue pour nous un gros progrès. Néanmoins, il ne faut pas minimiser le travail correspondant à l implémentation des EHP. C est, certes, moins lourd qu une migration, mais cela reste un travail important, plus conséquent que le passage de Support Package (dont leur passage est un pré-requis p. 6 - Avril L USF n 3

7 Décryptage & Actualités Décryptage & Actualités en fonction du niveau d où l on vient). C est un projet à part entière à mettre en œuvre. L arrivée de la Business Suite impose-t elle une renégociation du contrat? Nous avons été rassurés sur ce sujet, eu égard à nos inquiétudes datant de la version ECC5. Avec Business Suite 7 la réponse est claire, il n y a aucun impact, ni financier ni contractuel. Une Version entièrement SOA SAP fait manifestement un pas de plus dans cette voie. Cependant, sur les 2800 services basés sur SOA, il reste encore un grand nombre de services SAP conçus à l ancienne avec des RFC. La démarche SOA, qui vise à passer tout en web services est clairement engagée mais elle est encore loin d atteindre les 100%. La volonté est forte et somme toute positive, mais elle n est pas encore aboutie. Une plus grande interopérabilité et des processus métiers plus fluides Avec Business Suite 7, le socle de NetWeaver en version EHP 1 est nettement plus riche en termes d échanges entre les composants. SAP donne désormais accès à 2800 services d échanges entre composants afin de faciliter l interopérabilité et la modélisation de processus métiers élaborés de façon indépendante du composant dans lequel il doit s exécuter. Le but est de masquer les différents composants à travers des écrans unifiés. En effet, jusqu à maintenant les utilisateurs qui se connectaient une fois sur ECC, une fois dans CRM, puis quelquefois sur SRM, devaient s adapter à chaque opération à un environnement de travail différent. Aujourd hui, l interface graphique est unifiée et plus ergonomique. Cette ergonomie était très attendue car elle constituait une faiblesse de la part de SAP. Quant aux 150 fonctions nouvelles ajoutées à Business Suite 7, il est encore trop tôt pour juger de leur intérêt. Certaines paraissent intéressantes comme le fait d intégrer un système de reporting identique dans chacun des composants. Historiquement, chaque composant disposait de requêtes propres peu puissantes et peu esthétiques. Dorénavant, le moteur BW intégré à chaque composant, apporte des possibilités de graphiques, de courbes dynamiques, d intégrations synchrones entre la partie reporting et la partie transactionnelles. De plus, avec le rachat de BO, certains reporting standard utilisent le composant Exelcius, qui permet, lorsque l on fait appel aux modèles standard proposés par SAP, d obtenir des solutions de reporting sans supplément de coût. Autre élément positif en matière d interopérabilité avec Microsoft, les 20 services Duet livrés en plus, sont en effet de nature à faciliter la vie des utilisateurs métiers qui peuvent ainsi rester dans l application bureautique (outlook, par exemple) pour interagir dans SAP sans ouvrir de session SAP. Cette évolution était également très attendue. LES PRINCIPALES AVANCÉES DE BUSINESS SUITE 7 Un gros effort de lisibilité de l offre. Des processus métiers plus faciles à mettre en œuvre et qui s affranchissent des barrières entre les composants. Un système de mise à jour moins contraignant à travers les Enhancement Packages. Une ergonomie améliorée et unifiée. Une approche SOA renforcée mais non aboutie. SAP NetWeaver Composition SAP PLM SAP ERP SAP CRM SAP SCM SAP SRM SAP NetWeaver Integration SAP Business Suite Industry Applications Supplementary Applications Enhancement packages Enhancement packages L USF n 3 - Avril p. 7

8 Retours d expérience Retours d expérience TRANSFÉRER DES DONNÉES DANS SAP EN ÉVITANT ABAP? UN «JEU» POUR ALSTOM POWER SERVICE TÉMOIGNAGE André Czerner, responsable des Systèmes d information d Alstom Power Service. Depuis 2000, André Czerner est responsable des SI de l activité APS en France. Cette entité, qui regroupe 1900 personnes en France, Belgique, Algérie, Maroc, Tunisie et Nigéria, a décidé d uniformiser sa gestion avec SAP. Actuellement chargé du déploiement d une solution SAP (modules PS, SI, CO, MM et SD) en Algérie, André Czerner intervient en qualité de chef de projet. Or, pour chaque déploiement se pose le problème de la migration de données. En effet, le transfert de données en masse des systèmes anciens vers les nouvelles applications SAP est un élément fondamental de la réussite de la mise en place de l ERP. La première méthode consiste à écrire des programmes ABAP sur mesure. Beaucoup d entreprises, via leur département informatique, ont développé ce genre de programmes personnalisés pour des opérations de chargement volumineux de données. Cependant, créer des programmes de ce type, lorsqu ils ne sont pas exploités de façon récurrente, s avère très coûteux et peu rentable. Dans le cas de APS, chaque déploiement sur site nécessitait des intégrations supplémentaires, en raison notamment de particularités pour gérer un stock. Cela aurait conduit à reprendre le programme ABAP pour l adapter à chaque site, ce qui n était pas envisageable. Ainsi, APS a évalué des outils tiers certifiés par SAP, tel que la solution transactionshuttle de Winshuttle que la filiale anglaise avait fortement conseillée. «Nous avons donc découvert cette solution en 2005, lors du déploiement d une solution SAP à Vélizy, après avoir réalisé un benchmarking d injecteurs de données dans SAP. Cet outil nous a rendu un grand service lors de ce déploiement. Son usage était ciblé sur la reprise de données d un ancien système (mise en forme et tables de transcodage) pour les réinjecter dans SAP. Au fur et à mesure du déploiement de SAP en France, nous avons réutilisé cet outil dans différents sites et à chaque fois, il a contribué à une réduction sensible des coûts budgétés sur le projet France au titre de la reprise des données. Il nous a évité de développer des programmes ABAP spécifiques pour chaque site. En effet, cette méthode est longue et fastidieuse. Elle génère pas mal de problèmes de tests, alors que dans la solution retenue, on obtient un scenario et un script en une demi-journée, avec un résultat qui correspond à 99 % de nos besoins. Cela nous permit d être plus rapide dans nos déploiements. De plus, comme chaque utilisateur dispose d Excel et sait le manipuler, il est relativement facile d injecter des données vers SAP en ayant auparavant structuré les données dans la feuille de calcul. Le choix d Excel ou d Access, comme fichier de transit, s avère judicieux, car il nous facilite la préparation des données à injecter. Une fois les déploiements effectués, les utilisateurs métiers se sont appropriés l outil et souhaitaient le conserver pour des saisies de données récurrentes (Exemples : nouvelles fiches articles ou commandes d un certain nombre de lignes). Aujourd hui, sur tous les sites, des financiers, des logisticiens, des contrôleurs de gestion et des acheteurs, emploient cet outil au quotidien. «Au départ nous étions perplexes sur cette appropriation. En fait, pour exploiter TransactionShuttle, il suffit d avoir une bonne connaissance fonctionnelle de SAP et de savoir utiliser Excel. Dans ce cas, l écriture d un script est relativement facile. Par ailleurs, nous avons sollicité SAP pour savoir s il existait un outil-maison. À ce titre, nous avons reçu une formation sur CATT, produit similaire mais peu souple, car basé principalement sur des fichiers CSV. De plus, il faut une bonne connaissance technique de SAP pour pouvoir l utiliser. Autre élément à souligner, le service fourni en France par Winshuttle est très satisfaisant, aussi bien en termes de réactivité que de qualité». UNIBÉTON : UN SYSTÈME D INFORMATION BIEN «BÉTONNÉ» TÉMOIGNAGE Par Yves Behaghel, DSI d UNIBÉTON. Partenaire : Oresys. Filiale du 5 ème cimentier mondial, Italcementi Group, UNIBÉTON a reconstruit son système d information suite à un problème d impasse technologique provoqué par l obsolescence de la plate-forme matérielle. Ce système répondait en grande partie aux besoins, p. 8 - Avril L USF n 3

9 Retours d expérience Retours d expérience mais pas de façon homogène sur le périmètre France Belgique. De plus, il souffrait de problèmes de fiabilité dans les échanges d informations, et s avérait impossible à faire évoluer. La difficulté était liée à l implantation géographique des 200 centrales à béton en France et Belgique, accentuée par des problèmes de communication avec les plates-formes régionales. Chaque direction régionale pilote une trentaine de centrales pour récupérer tout le travail de back office, la facturation et la préparation en amont des contrats et des données clients, et surtout de la formulation des bétons. Le système a pour vocation de gérer l ensemble des processus de gestion opérationnelle de l activité béton prêt à l emploi. Celle-ci couvre l ensemble des fonctionnalités depuis la conception (formulation) jusqu à la commercialisation, la distribution et la facturation. La formulation du béton correspond à un mélange d ingrédients défini selon la destination et son environnement (plancher, structure, milieu agressif ). Le système traite jusqu à 400 formules différentes par centrale dont 80% utilisées couramment. Pour les ouvrages particuliers, de nouvelles formules innovantes sont recherchées pour maximiser la performance et optimiser la fabrication et les coûts en fonction des matières premières. Le système gère tous les composants, les fichiers de formules, l achat de matières pre- mières, la gestion des clients, les prix, le catalogue produits, le contrôle des achats de transport, la facturation. «Le système précédent était technologiquement obsolète, mais c était la partie communication qui nous posait le plus de problèmes de fiabilité. Nous avons saisi cette opportunité pour reconstruire toute l application en changeant de technologies. La société de conseil Oresys a participé à ce changement au niveau de la phase de recettes pour l ingénierie de préparation et l exécution des tests,» précise Yves Behaghel, DSI d UNIBÉTON. Auparavant cette entreprise possédait déjà SAP pour les modules financiers et achats, mais pas sur le périmètre Béton prêt à l emploi. À cette occasion, le périmètre a été considérablement élargi. Le nouveau système aujourd hui repose principalement sur SAP, tandis que la gestion de production et des formules fait appel à du spécifique. «Ce projet de modernisation était trop lourd à gérer seul et nous avions assez peu d expériences et de maîtrise dans l ingénierie de recettes et la gestion des tests. À ce niveau, Oresys nous a été d un grand soutien en nous apportant une réelle méthodologie et des compétences tout en restant souple et pragmatique. Il fallait surtout avoir une bonne vision, une bonne méthodologie, un pilotage bien structuré.» Comment essuyer les plâtres pour une entreprise de bétons Selon Yves Behaghel, l une des difficultés a été l utilisation de technologies nouvelles, encore peu maîtrisées à l époque (2003), notamment la plateforme de développement.net et l EAI de Microsoft BizTalk pour assurer l interfaçage entre SAP et le logiciel spécifique. «Nous avons malgré tout gagné notre pari : une centrale doit toujours produire et servir le client. Elle doit fonctionner en mode asynchrone, c est-à-dire que les échanges peuvent s effectuer en différé. Ce choix a été pensé pour permettre aux centrales de travailler en mode non connecté afin de pouvoir continuer à travailler en cas de rupture de réseau. En effet, chaque centrale à béton possède une base de données interne qui lui permet de fonctionner quelques jours en autonome. Un projet qui a bousculé les habitudes La solution mise en œuvre n a pas été transparente pour les utilisateurs. Le changement a quelquefois été vécu difficilement car les habitudes de travail ont brutalement été remises en cause. Même si un certain nombre de concepts fonctionnels sont restés les mêmes, ce fut un changement très important pour les utilisateurs, notamment par l articulation entre SAP et le logiciel spécifique. En termes d ergonomie et de logique de systèmes, le changement a été manifeste. «Nous n avions pas imaginé que le projet serait si long. Nous avons rencontré des difficultés à la fois techniques et humaines. Aujourd hui, le système fonctionne, même s il reste relativement jeune et doit encore évoluer. Il existe encore des points à améliorer, notamment au niveau des statistiques. Nous utilisons BW de SAP et nous avons été contraints d effectuer une montée de version, ce qui a ralenti nos projets.» L USF n 3 - Avril p. 9

10 Commissions Commissions COMMENT CRÉER UN GROUPE DE TRAVAIL? Par Didier Danthez, Vice-président de l USF. Amorcer un groupe de travail au sein de l USF ne relève pas du miracle. Il est le fruit, soit d une opportunité, telle que l arrivée d une nouvelle version d un module SAP qui suscite des interrogations, soit d un adhérent qui recherche d autres personnes de l association qui seraient confrontées à un problème qu il a rencontré. Dans ce dernier cas, nous proposons à l adhérent de prendre le leadership d un groupe et de monter une première réunion en définissant un ordre du jour. Cependant, cette perspective effraie généralement nos adhérents par crainte de devoir y consacrer trop de temps. Or, nous sommes là, Laure et moi-même, pour mettre le pied à l étrier et faciliter la mise en place de cette réunion. Nous lui suggérons, lorsque le sujet semble porteur et fédérateur, d organiser une première journée «retours d expériences» avec des sociétés pour témoigner et un expert du domaine pour apporter un peu de recul sur cette problématique. Ainsi, le sujet est introduit et un premier tour de table permet le partage des expériences et l identification des sujets qui pourraient être évoqués pour la suite. Le premier pas est alors accompli en douceur et dans la plupart des cas, le groupe est lancé. Comment partager l expertise acquise au sein des commissions? Au démarrage d un projet, nous sommes déjà de fins connaisseurs car chacun apporte des solutions à travers son expérience de la construction d un projet. Mais très vite, des utilisateurs, confrontés à des cas particuliers qu ils ont résolus, deviennent de vrais experts. Or, les tests qui ont fonctionnés ou les solutions trouvées ne sont pas forcément rendus publics. Notre rôle est donc d arriver à organiser la diffusion de toute cette connaissance au travers du réseau des membres de l USF. n DERNIÈRE MINUTE! LE WEB MEETING AU SERVICE DE L USF Vous pouvez dorénavant participer à des réunions de commissions ou groupe de travail via une Web Conférence. En effet, l USF s est doté d un système de conférence de type Web meeting ouvert aux adhérents qui ont des difficultés à se rendre dans nos locaux. Chaque adhérent peut ainsi suivre par internet les présentations commentées en audio sur leur PC. Pour connaître la procédure à suivre, allez sur le lien ci-après : http: //www.usf.fr/les_thematiques/ wiki/l_usf_et_la_web_conference/ la_web_conference n UN ACCÈS À L ASUG POUR LES ADHÉRENTS USF! L USF a le plaisir de vous informer que vous pouvez dès maintenant adhérer gratuitement à l ASUG, le club des utilisateurs SAP américains, dans le cadre de l adhésion à l USF. Compte tenu des difficultés budgétaires ambiantes, nous avons décidé de vous offrir cet accès, et de le prendre en charge, sans augmentation des cotisations. Le processus consiste simplement à transmettre votre demande d inscription à Laure Mazuel [laure. et à rafraîchir votre mémoire de vos connaissances de la langue de Shakespeare. p Avril L USF n 3

11 Commissions Commissions COMMENT MAINTENIR LES CONNAISSANCES APRÈS LA PHASE DE DÉPLOIEMENT? Stéphane Echavidre, animateur du Groupe de Travail Formation et Directeur Organisation et Méthodes chez Go Sport, répond à nos questions. Pourquoi avez-vous choisi ce thème au sein de votre groupe de travail? La plupart des entreprises qui changent de système d information sont tôt ou tard confrontées à la problématique de la gestion des connaissances des utilisateurs. Go Sport a déployé SAP en février 2008, tous nos collaborateurs ont donc été formés à un nouvel outil informatique et nous nous posons la question de savoir comment maintenir leur niveau de compétence et comment éviter que chacun puisse, peu à peu, employer des méthodes individuelles de travail au lieu de conserver les réflexes hérités des bonnes pratiques enseignées au départ. Nous avons remarqué, que cette seconde approche conduisait fréquemment à pervertir le système d information. Ce constat, partagé au sein du Groupe de Travail, est d autant plus problématique qu un gros effort de formation est consenti au moment où l on change le système. Lors de cette étape clé, tout le monde est mobilisé pour faire en sorte que le nouveau système soit bien utilisé, que les utilisateurs soient bien formés avec un accompagnement très important. Or, après 3 ou 4 ans, le retour sur investissement n est pas forcément évident car beaucoup de paramètres ont changé : la théorie a été confrontée à la pratique du quotidien, à la vraie vie du système d information et l investissement initial n est plus porteur car il s est dilué dans les pratiques individuelles. Comment, malgré les formations initiales, des pratiques individuelles s installent et faussent un peu la donne? En premier lieu, les formations initiales sont toujours animées par le souci de gérer les changements induits par l arrivée d un nouveau système d information. C est-à-dire que l on explique aux utilisateurs comment ils vont passer d un mode de fonctionnement à un autre, d un outil à un autre. Ce sera la pierre angulaire de la construction des formations et du matériel pédagogique créé à cette occasion, qui ont comme objectif de faire accepter le changement aux utilisateurs. Cette étape ne survient qu une seule fois au moment du changement, ensuite il faut adapter l accompagnement, la documentation, les supports de cours, non plus à la conduite du Après changement, mais à la quelques pratique opérationnelle de années, la théorie se heurte à l utilisation de l outil. la pratique Le besoin en lui-même, du quotidien évolue une fois que la phase de changement est acceptée. Les besoins de formations, d outils, d aide en ligne deviennent alors très différents car ce n est plus la résistance au changement qu il faut vaincre, mais un besoin opérationnel de savoir comment trouver dans le système la réponse à telle ou telle fonctionnalité. De plus, les organisations bougent : les individus ne sont pas figés à leur poste et il faut bien tenir compte des nouveaux arrivants. Ces derniers n ont pas de réticence au changement puisqu ils arrivent dans une nouvelle entreprise et sont donc très ouverts et favorables à une formation sur de nouveaux outils qu ils découvrent. D autres, qui changent de métier ou de fonction au sein de l entreprise, doivent également s approprier l outil. Et enfin, il faut prendre en compte les Suite page 12 L USF n 3 - Avril p. 11

12 Commissions Commissions COMMENT MAINTENIR LES CONNAISSANCES APRÈS LA PHASE DE DÉPLOIEMENT? (suite) évolutions du système qui, lui aussi, n est pas figé dans l éternité. Les besoins de formations ont donc évolué et nous sommes donc davantage confrontés à des besoins individuels qui ne sont pas de même nature. Au début, tout le monde est au même niveau en découvrant un nouveau produit. Or, après quelques années, les niveaux deviennent très hétérogènes et les personnes qui ont bien assimilé le fonctionnement n ont pas besoin de formations complémentaires, tandis que pour d autres, il est nécessaire de revoir en profondeur leur manière d utiliser l outil. En conséquence, la première problématique qui se dégage est la suivante : Comment réaligner tous les opérateurs sur l utilisation de bonnes pratiques, plutôt que de laisser s installer des pratiques individuelles qui peuvent parfois avoir des effets indésirables? Quelle est la typologie des entreprises qui participent à ce groupe de travail? Nous réunissons entre 12 et 15 personnes représentant une douzaine d entreprises qui partagent la même préoccupation. Une première différence tient à la période où cette problématique est prise en compte par l entreprise. Ensuite selon les cas, le système en lui-même sera plus ou moins stable dans le temps selon le secteur d activité ou l évolution stratégique de l entreprise. Même si la problématique n apparaît pas toujours au même moment, nous faisons tous le même constat : lorsque l investissement dans un outil très sophistiqué a été effectué, et que l on a passé des centaines ou milliers d heures à former nos utilisateurs, qu en reste-t-il? Comment fait-on pour que cet effort ne soit pas complètement vain? Avez-vous réussi à dégager une méthodologie à partir de ce groupe de travail? Pour l instant, après une première réunion, nous avons tous partagé la même conception de la problématique et cela nous a paru très intéressant Comment car les participants venaient d horizons différents et avec des profils très divers. Certains appartiennent à l informatique, d autres aux ressources humaines. Tous sont concernés par la formation et le maintien de la compétence des collaborateurs. Personnellement, j interviens chez Go Sport au niveau de l organisation, de l assistance à maîtrise d ouvrage, et j assure le lien entre les métiers et l informatique. Même si cela est prématuré, peut-on d ores et déjà tirer quelques conclusions? réaligner Nous avons défini un plan de tous les opérateurs travail à partir de quatre grands sur l utilisation de thèmes : bonnes pratiques, Quels outils peuvent être afin d éviter de laisser s installer des utilisés pour gérer et partager pratiques individuelles la connaissance entre les parfois néfastes? fournisseurs de systèmes informatiques et les utilisateurs métiers? Comment pérenniser le dispositif après la phase de démarrage du projet? Quelle démarche mettre en place pour favoriser la formation continue? Quels sont les outils qui permettent de générer du support après la phase d accompagnement? Comment évaluer les besoins des utilisateurs et évaluer les résultats du dispositif mis en place? Comment viser juste sur ce dispositif et sur ce qu on apporte au métier entre l autoévaluation et la mesure du résultat du dispositif mis en place? p Avril L USF n 3

13 Commissions Commissions Pensez-vous évaluer des solutions de gestion des connaissances? Nous avons évoqué le sujet à propos d un certain nombre d outils, notamment celui de SAP : Solution Manager, qui outre ses fonctions de surveillance et de help desk, permet de formaliser des processus dans le système, de mettre en ligne l information et de la partager. Ce produit permettrait, à travers l interface d aide, d y intégrer de la connaissance sur les bonnes pratiques. Un autre outil, tel que Infopak RWD permet de construire une aide en ligne intégrée à SAP et de la rendre accessible à travers les transactions. Au-delà de la problématique du maintien des connaissances, la réflexion abordée par votre groupe de travail semble s inscrire dans une thématique plus large qui touche à la mise en valeur du capital humain de l entreprise, qu en pensez-vous? Oui, vous avez raison, c est une manière d aborder le sujet au travers de l outil informatique. Les bonnes pratiques, les processus métiers et le capital humain de l entreprise sont bien sûr au cœur du sujet. L USF n 3 - Avril p. 13

14 Commissions Commissions GROUPE DE TRAVAIL REAL ESTATE : UN TRAVAIL CONCRET D INFLUENCE ET DE PARTENARIAT AVEC L ÉDITEUR COMPTE RENDU DE LA COMMISSION USF SUR REAL ESTATE Trois questions à Claude Molly-Mitton. Pourquoi ce groupe de travail? Suite à une demande des membres de la commission «service public» que je préside et anime, un groupe de travail sur la gestion de biens immobiliers (SAP/RE - Real Estate) a été créé mi Mais nous nous sommes vite aperçus que le sujet concernait de façon assez similaire tous les secteurs d activité, tant publics que privés. Aussi avons-nous décidé immédiatement que nous devions ouvrir ce groupe de travail à tous les adhérents de l USF. Aujourd hui d ailleurs, près des 3 quarts de ses participants à ce groupe sont issus en fait d entreprises privées de tous secteurs d activité. Ce Groupe de Travail se justifiait d autant plus par rapport à l évolution du produit dans sa dernière version dite «RE-FX». Il était donc bien utile de faire un point sur ses évolutions et ses mises en œuvre pratiques. De plus, nous avions constaté à l époque que ce module n était pas vraiment considéré à sa juste importance au sein de SAP France. Nous souhaitions donc que l éditeur prenne plus en considération le module de gestion des biens immobiliers. Quels sont les principaux travaux du groupe de travail? Le premier travail a consisté à recenser les quelques compétences parmi les intégrateurs et les indépendants sur ce module. Ce travail était nécessaire car il y en a assez peu (quelques petites dizaines). Chacun des participants a Du côté de SAP France, les choses ont évolué dans le bon sens donc pu compléter un tableau nominatif des compétences qu il avait pu rencontrer au sein de ses projets, tableau aujourd hui partagé exclusivement entre les membres utilisateurs actifs de ce groupe. Ce tableau a d ailleurs fait l occasion d une déclaration à la CNIL. Le second travail a consisté à recenser les manques fonctionnels ou spécifiques aux besoins français dans le but de demander à SAP le lancement d un programme officiel de localisation et donc de participer à l amélioration du module RE en France. Quels sont les résultats? Nous avons eu environ une année d échanges, d arbitrages entre les différentes demandes des membres du groupe, de précisions et de justifications légales de ces demandes (contraintes légales ou fiscales françaises notamment). Aujourd hui, même si nous n en sommes encore qu au début du véritable processus, force est de reconnaître que du coté de SAP France, les choses ont évolué dans le bon sens. D abord, et ce depuis 2008, le module RE semble vraiment devenu un module plus stratégique pour SAP France. Surtout, SAP France vient de confirmer officiellement lors de la dernière réunion du p Avril L USF n 3

15 Commissions Commissions groupe de travail (27 janvier 2009) qu il avait bien pris en compte nos différentes demandes d évolution ou de localisation. Les spécifications détaillées de ces demandes sont actuellement en cours de rédaction chez l éditeur, à partir des travaux du groupe de travail de l USF. Pour certains points, SAP a néanmoins choisi de proposer plutôt des solutions alternatives (éventuellement temporaires) en considérant que la demande de localisation n était pas justifiée. Dans certains cas, ceci peut être acceptable, dans d autres, ce n est pas le cas et il va falloir encore pour les membres du groupe mieux préciser et expliquer les raisons de certaines de nos demandes. En fonction de ces spécifications détaillées, le département «globalization» de SAP AG se prononcera d ici quelques semaines sur les demandes réellement acceptées qui seront prises en compte par SAP ainsi que sur un calendrier prévisionnel de réalisation. Au final, nous pouvons donc espérer, sans doute pour début 2010, que le module SAP RE-FX évolue dans le sens souhaité par le groupe de travail. Ce groupe aura alors prouvé qu une collaboration fructueuse avec l éditeur est tout à fait possible, dans l intérêt mutuel de SAP et de ses utilisateurs, pour peu que chacun veuille bien y mettre un peu du sien. Il faut toutefois rester encore extrêmement vigilant car le processus réel n est qu à peine amorcé et rien de concret n a pour l heure été confirmé. Souhaitons donc que les espoirs légitimes levés par ce groupe puissent se concrétiser dans les mois à venir. SAP France prend en compte les demandes d évolution ou de localisation du Club Quel est le programme des réunions en 2009? Nous avons échangé en séance le 27 janvier dernier sur les prochains thèmes à traiter, au-delà des travaux récurrents du groupe de travail. En voici la liste, parmi laquelle les thèmes 2009 devront être déterminés : n Reprise des données au sein d un projet RE. n Impacts organisationnels et RSI d un projet RE. n Formations à SAP/RE. n Gestion documentaire, rattachement de documents. n Simulation de gestion immobilière (ex : révision de prix). n Gestion cadastrale (SAP/LUM - Land Use Management) versus SAP/RE. n Liens et fonctionnalités complémentaires des modules RE-FX et SAP PM (Gestion de la maintenance). L USF n 3 - Avril p. 15

16 L USF réalise pour vous des études pour répondre à vos problématiques métiers! Les Livres Blancs à votre disposition En 2008 : n Livre Blanc BI - Quels choix pour valoriser la Business Intelligence et les applications décisionnelles? n Livre Blanc Technologie - Migrer et évoluer avec SAP ERP En 2009 à venir : n Livre Blanc - Solution Manager n Livre Blanc - Support SAP n Livre Blanc BI - volume 2 n Livre Blanc - Formation Utilisateurs «L USF» le magazine du Club des Utilisateurs SAP Francophones. Edité par l USF - 64, rue du Ranelagh Paris. Directeur de publication : Jean Leroux Président du comité de rédaction : Claude Molly-Mitton Rédacteur en chef : Norbert Spitéri Coordination : Laure Mazuel Conception graphique : Crédits photos : Fotolia et USF Impression : Imprimerie NPC Toute reproduction totale ou partielle d un article du magazine l USF est soumis à l accord préalable du Club Utilisateurs SAP Francophones. Vous désirez voir un sujet traité dans nos pages, n hésitez pas à nous en informer. Vous désirez témoigner de votre expérience, faîtes nous la partager. Le club des Utilisateurs SAP Francophones

Comment réussir la mise en place d un ERP?

Comment réussir la mise en place d un ERP? 46 Jean-François Lange par Denis Molho consultant, DME Spécial Financium La mise en place d un ERP est souvent motivée par un constat d insuffisance dans la gestion des flux de l entreprise. Mais, si on

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

Solutions de pilotage. Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir?

Solutions de pilotage. Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir? Solutions de pilotage Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir? Juin 2008 Préface L année 2007 a été particulièrement riche en

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans le cadre de la gestion d un projet informatique

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Lorraine Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans

Plus en détail

Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises.

Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises. Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises. Mai 2009 Préface Les PME ont aujourd hui accès aux technologies déjà déployées dans les grandes entreprises. En

Plus en détail

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan (Extract du livre blanc) Introduction... 2 Continuité des pratiques

Plus en détail

L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises. Novembre 2007

L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises. Novembre 2007 L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises Novembre 2007 Sommaire Analyse des taux d adoption des différents outils Présentation des spécificités par outil Les nouvelles

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

MICROSOFT DYNAMICS CRM & O Val

MICROSOFT DYNAMICS CRM & O Val MICROSOFT DYNAMICS CRM & O Val O Val Operational Value JSI Groupe 2, rue Troyon 92310 Sèvres 1 AGENDA 1. QUI SOMMES-NOUS? 2. NOS OFFRES 3. UNE ORGANISATION COMMERCIALE DÉDIÉE À NOS CLIENTS 4. O VAL : OPERATIONAL

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant profondément les structures des organisations et par conséquence

e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant profondément les structures des organisations et par conséquence e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant Alain Fernandez Consultant indépendant, il intervient depuis plus de 15 ans auprès des grands comptes et des PME sur la conception des systèmes

Plus en détail

Product Life-Cycle Management

Product Life-Cycle Management Offre de prestations en Product Life-Cycle Management Contact : Pascal MORENTON CentraleSupélec 1, campus de Chatenay-Malabry 06 13 71 18 51 pascal.morenton@centralesupelec.fr http://plm.ecp.fr Nos formations

Plus en détail

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines?

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? DOSSIER SOLUTION Package CA Clarity PPM On Demand Essentials for 50 Users Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? agility made possible CA Technologies

Plus en détail

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique Page 1/ 17 Page 2/ 17 6RPPDLUH,1752'8&7,21 A QUI S ADRESSE CE MANUEL?... 6 QUEL EST L OBJECTIF DE CE MANUEL?... 6 /(6)$&7(856'(5(866,7(3285/

Plus en détail

Convergence, Communication Unifiée, Nouvelle ère logicielle Microsoft 2007: quelles perspectives d adoption pour l entreprise?

Convergence, Communication Unifiée, Nouvelle ère logicielle Microsoft 2007: quelles perspectives d adoption pour l entreprise? Dossier Spécial Technologies Microsoft 2007 GROUPE PERMIS INFORMATIQUE Livre Blanc par Thierry Choserot, Responsable des Partenariats D I S C E R N E R L I N T E R E T D E S T E C H N O L O G I E S 2 0

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

Copyright Agirc-Arrco Mars 2012. 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC)

Copyright Agirc-Arrco Mars 2012. 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC) 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC) SOMMAIRE (1/3) ENJEUX DE L INFORMATIQUE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE 1. Depuis quand un programme de convergence informatique

Plus en détail

L Edition Pilotée XL

L Edition Pilotée XL L Edition Pilotée XL Piloter son activité, une nécessité Processus décisionnel: «Exploiter les données de l entreprise dans le but de faciliter la prise de décision» Etre informé en permanence sur l état

Plus en détail

Réussir le choix de son SIRH

Réussir le choix de son SIRH Réussir le choix de son SIRH Pascale Perez - 17/09/2013 1 L évolution du SI RH 1960 à 1970 : le progiciel de paie. Le système d information RH apparaît dans les années soixante avec la construction des

Plus en détail

Périmètre d Intervention. Notre Offre

Périmètre d Intervention. Notre Offre 5 Nos Références 4 Nos Valeurs 3 Périmètre d Intervention 1 2 Notre Offre 1 La société La Société Qui sommes nous? 20 ans d expérience - 4 ans d existence Management des Systèmes d information Performance

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition)

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Le service Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) vous aide à migrer vos applications

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Conseil en organisation et systèmes d information

Conseil en organisation et systèmes d information Charte Cigref - Syntec informatique Conseil en organisation et systèmes d information Avant-propos Le Cigref et Syntec informatique ont signé le 24 février 2003 une charte qui engage les deux associations

Plus en détail

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu Fiche Produit IBM Cognos TM1 Aperçu Cycles de planification raccourcis de 75 % et reporting ramené à quelques minutes au lieu de plusieurs jours Solution entièrement prise en charge et gérée par le département

Plus en détail

LA SOLUTION DE GESTION D AFFAIRES CONÇUE POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV

LA SOLUTION DE GESTION D AFFAIRES CONÇUE POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV LA SOLUTION DE GESTION D AFFAIRES CONÇUE POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV CONSTRUCTION FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS MAINTENANCE INDUSTRIELLE BUREAUX D'ÉTUDES SERVICES INFORMATIQUES NETTOYAGE «NaviOne n est pas

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat Poursuites d études Le diplômé peut occuper un des métiers suivants : Ingénieur d affaires avant-vente Ingénieurs d étude Consultant ingénieur informatique Ingénieur informatique études / développement

Plus en détail

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise.

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. IBM Global Services Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. Les services d infrastructure et d intégration IBM Pour une infrastructure informatique qui participe

Plus en détail

Migration SAP HANA de PASàPAS : SAP BI, la suite logique

Migration SAP HANA de PASàPAS : SAP BI, la suite logique SAP Customer Success Story Services & IT PASàPAS 2014 SAP AG or an SAP affiliate company. All rights reserved. Migration SAP HANA de PASàPAS : SAP BI, la suite logique Crédit photos : Rédaction OnChannel

Plus en détail

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh?

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? 1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? «Le social et la RH, vont encore me compliquer la vie» «On ne sait jamais ce qui va nous tomber dessus, il y a toujours quelque chose que

Plus en détail

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives Danièle LAJOUMARD Inspecteur Général des Finances Chorus : résultats et perspectives Le projet Chorus destiné à permettre la mise en œuvre intégrale de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF)

Plus en détail

Ligne 100 pour PME-PMI. La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE. La solution de gestion commerciale avancée pour le Service

Ligne 100 pour PME-PMI. La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE. La solution de gestion commerciale avancée pour le Service Ligne 100 pour PME-PMI La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE La solution de gestion commerciale avancée pour le Service L éditeur partenaire des PME Capitalisez sur l expertise

Plus en détail

Présentation Etude CC 360

Présentation Etude CC 360 Présentation Etude CC 360 «Quels modèles d organisation des centres de compétences SAP : quelles sont les nouvelles tendances?» Atelier du 8 Octobre 2014 M. Bernard Cottinaud Président de la Commission

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Solu%on de Business Intelligence leader pour la ges%on de la performance d entreprise. myssii www.myssii.fr - 2012 Jedox AG, www.jedox.

Solu%on de Business Intelligence leader pour la ges%on de la performance d entreprise. myssii www.myssii.fr - 2012 Jedox AG, www.jedox. by Solu%on de Business Intelligence leader pour la ges%on de la performance d entreprise 2014 Jedox by myssii Pour toute entreprise, l informatique d aide à la décision est devenue une arme de compétitivité

Plus en détail

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle Comment répondre aux nouveaux enjeux des DRH du 21 ème siècle? Besoin n 1 : innover et développer de nouveaux usages métier en décloisonnant les différents

Plus en détail

Contexte. Objectif. Enjeu. Les 3 questions au cœur du Pilotage de la Performance :

Contexte. Objectif. Enjeu. Les 3 questions au cœur du Pilotage de la Performance : Contexte Il est naturel de construire et d adapter son système d information à son métier pour répondre aux besoins opérationnels et quotidiens. Facturation, production, gestion de stocks, ressources humaines,

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

La B.I. au secours des Managers de transition 72

La B.I. au secours des Managers de transition 72 T r i b u n e Depuis quelques années, la demande d interventions ponctuelles en Supply Chain est croissante. Améliorer la gestion des flux de l entreprise, piloter un projet ambitieux de restructuration

Plus en détail

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment. www.absyscyborg.com

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment. www.absyscyborg.com Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment Beaucoup plus qu un logiciel de suivi de chantier, NaviBat est un véritable outil de pilotage. Navibat n est pas qu un simple logiciel de suivi

Plus en détail

DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER

DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER DÉMATÉRIALISATION DES DOCUMENTS ET AUTOMATISATION DES PROCESSUS UN PREMIER PAS VERS LA BANQUE SANS PAPIER Pour les banques, le papier devrait servir à imprimer des billets ; pas à en garder la trace dans

Plus en détail

LE LOGICIEL DE GESTION D AFFAIRES CONÇU POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV. www.navione.fr

LE LOGICIEL DE GESTION D AFFAIRES CONÇU POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV. www.navione.fr LE LOGICIEL DE GESTION D AFFAIRES CONÇU POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV www.navione.fr Un ERP est un logiciel de gestion unique, partagé par tous les collaborateurs, qui couvre tous les domaines de l entreprise,

Plus en détail

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats.

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. LE SRM : SOCLE D UN SI ACHATS PERFORMANT Le référentiel fournisseurs ou

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

Guide d Intégration PPM et ERP:

Guide d Intégration PPM et ERP: LIVRE BLANC Guide d Intégration PPM et ERP: Stratégies d intégration de logiciels dans les entreprises organisées par projet De: Neil Stolovitsky E-mail: sales@geniusinside.com Website: www.geniusinside.com

Plus en détail

La gestion globale des contenus d entreprise

La gestion globale des contenus d entreprise Gonzague Chastenet de Géry La gestion globale des contenus d entreprise Le projet ECM, une nouvelle approche de la gestion de l information é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des ouvrages

Plus en détail

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS Une enquête auprès des DAF et dirigeants de l industrie en France Paris, le 20 octobre 2010 Olaf de Hemmer International Business Manager Purchasing Department 16,

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

16 Fondements du pilotage

16 Fondements du pilotage $YDQWSURSRV Le pilotage des systèmes de production est un sujet qui revêt une importance grandissante, au fur et à mesure que l automatisation de ceux-ci d une part, la multiplication des contraintes de

Plus en détail

Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs

Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs smart solutions for smart leaders Le «Big Data» assurément Rédigé par Pascal STERN Architecte d Entreprise Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs Un avis rendu par la cour de justice

Plus en détail

Sofiprotéol : la gestion de portefeuille de projets au carré

Sofiprotéol : la gestion de portefeuille de projets au carré www.itbusinessreview.fr N 4 Sofiprotéol : la gestion de portefeuille de projets au carré page 16 N 4 - Avril 2013 RETOUR D EXPéRIENCE Un centre de services pour mieux gérer les applications à l INA études

Plus en détail

Les acteurs de la carte d'achat

Les acteurs de la carte d'achat CHAPITRE 3 Les acteurs de la carte d'achat Pour mettre en œuvre une exécution des marchés publics par carte d achat, l acheteur et le gestionnaire public vont devoir s adresser à un fournisseur de services

Plus en détail

Jedox rafraîchit les rapports du fabricant de boissons MBG

Jedox rafraîchit les rapports du fabricant de boissons MBG Jedox rafraîchit les rapports du fabricant de boissons MBG «Nous pouvons désormais réaliser plus efficacement notre reporting et la planifi cation de nos ventes grâce à Jedox, et avons même soif de plus

Plus en détail

Technologie data distribution Cas d usage. www.gamma-soft.com

Technologie data distribution Cas d usage. www.gamma-soft.com Technologie data distribution Cas d usage www.gamma-soft.com Applications stratégiques (ETL, EAI, extranet) Il s agit d une entreprise industrielle, leader français dans son domaine. Cette entreprise est

Plus en détail

Ici, le titre de la. Tableaux de bords de conférence

Ici, le titre de la. Tableaux de bords de conférence Ici, le titre de la Tableaux de bords de conférence pilotage d entreprise, indicateurs de performance reporting et BI quels outils seront incontournables à l horizon 2010? Les intervenants Editeur/Intégrateur

Plus en détail

L outillage du Plan de Continuité d Activité, de sa conception à sa mise en œuvre en situation de crise

L outillage du Plan de Continuité d Activité, de sa conception à sa mise en œuvre en situation de crise Auteur : Robert BERGERON Consultant en Sécurité des Systèmes d Information et Management de la Continuité d Activité Quel outil pour le PCA? de sa conception à sa mise en œuvre en situation de crise Introduction

Plus en détail

Les Systèmes d Information au service des Ressources Humaines

Les Systèmes d Information au service des Ressources Humaines Les Systèmes d Information au service des Ressources Humaines La DRH fait face à de nouveaux défis Quelle stratégie adopter pour que toutes les filiales acceptent de mettre en place un outil groupe? Comment

Plus en détail

Application COBOL sur le Web

Application COBOL sur le Web Application COBOL sur le Web Roger Engel Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09116-8 2000 Avant-propos En informatique, nous vivons actuellement des temps fort captivants, caractérisés par de profonds bouleversements,

Plus en détail

Je découvre Lina Maintenance

Je découvre Lina Maintenance Je découvre Lina Maintenance Une interface simple et ergonomique pour optimiser la maintenance de vos équipements 1 Sommaire Présentation 4 La plateforme Lina 5 Référentiel 6 Agenda et données personnelles

Plus en détail

www.opex-management.com

www.opex-management.com Paris Luxembourg Bruxelles Casablanca PROGRAMME des formations certifiantes Lean Management et Lean Six Sigma De nouvelles compétences pour les collaborateurs De nouveaux leviers de compétitivité pour

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

Gestion commerciale. Ligne PME. informatique QPC. Nous compliquer la tâche pour vous simplifier la vie LIGNE PME

Gestion commerciale. Ligne PME. informatique QPC. Nous compliquer la tâche pour vous simplifier la vie LIGNE PME Ce mois-ci : dossier complet sur La ligne Gestion commerciale Gestion commerciale Ligne La ligne Gestion commerciale offre une maîtrise totale des achats, des ventes, des stocks et dispose de fonctionnalités

Plus en détail

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Le CIGREF, dans son livre blanc de 2002, précise que «l alignement stratégique de l organisation sur le métier est le fait de mettre en

Plus en détail

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance Sage 100 pour les PME Faites de votre gestion un levier de performance À propos de Sage Leader des éditeurs de logiciels de gestion sur le marché des PME dans le monde* Plus de 6 millions d entreprises

Plus en détail

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de 1 2 «Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de Copie, seules les références bibliographiques peuvent

Plus en détail

8 modèles de groupement pour «Réussir Ensemble»

8 modèles de groupement pour «Réussir Ensemble» 8 modèles de groupement pour «Réussir Ensemble» Le niveau d implication des partenaires d un programme Réussir Ensemble qui souhaitent se regrouper pour mieux «chasser en meute est variable en fonction

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies - - - 1 - MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies Novembre 2011 1 - - - 2 - Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 4 Domaine

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

Performances de Sage ERP X3. étude réalisée par Ernst & Young Advisory auprès de moyennes et grandes entreprises

Performances de Sage ERP X3. étude réalisée par Ernst & Young Advisory auprès de moyennes et grandes entreprises Performances de Sage ERP X3 étude réalisée par Ernst & Young Advisory auprès de moyennes et grandes entreprises Edito En tant qu acteur majeur du marché du conseil, nous nous devons de tenir informés nos

Plus en détail

1 Présentation de l Apur 2. 2 Contexte général du projet 3. 3 Prestation attendue 4

1 Présentation de l Apur 2. 2 Contexte général du projet 3. 3 Prestation attendue 4 APUR.2015.1 Cahier des charges d appel à concurrence Accompagnement de la mise en place d outils de formulaires et de gestion électronique des processus métiers (workflow) avec le logiciel K2 autour d

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

informatisé de l'entreprise

informatisé de l'entreprise M542 - Fonctionnement informatisé de l'entreprise PLAN : Fonctionnement informatisé de l'entreprise 6h de cours 2h : progiciels, ERP & IAE 1h : Echange de données 1h : Intranet-Extranet 1h : Sécurité 1h

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

La vision 360 pour gérer tous les financements

La vision 360 pour gérer tous les financements La vision 360 pour gérer tous les financements Votre spécialiste de tous les métiers du financement Du 1 er contact commercial jusqu à la gestion comptable Quelle que soit la taille de votre entreprise

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Présentation de la solution SAP Solutions SAP Crystal 2011. Une solution de Business Intelligence d entrée de gamme complète

Présentation de la solution SAP Solutions SAP Crystal 2011. Une solution de Business Intelligence d entrée de gamme complète Présentation de la solution SAP Solutions SAP Crystal Solutions SAP Crystal 2011 Une solution de Business Intelligence d entrée de gamme complète SOMMAIRE ^4 ^ 5 ^ 6 ^ 7 ^ 8 ^ 9 Créez les fondements de

Plus en détail

Concevoir et déployer un data warehouse

Concevoir et déployer un data warehouse Concevoir et déployer un data warehouse Ralph Kimball Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09165-6 2000 2 Le cycle de vie dimensionnel Avant d étudier de plus près les spécificités de la conception, du développement

Plus en détail

Reprendre une entreprise. Nous allons faire un bout de chemin ensemble!

Reprendre une entreprise. Nous allons faire un bout de chemin ensemble! Le Livret d accueil du Repreneur Reprendre une entreprise. Nous allons faire un bout de chemin ensemble! 2 3. Sommaire Le CRA Ce livret a pour vocation de vous aider à utiliser d une manière optimale l

Plus en détail

Méthodologie de conceptualisation BI

Méthodologie de conceptualisation BI Méthodologie de conceptualisation BI Business Intelligence (BI) La Business intelligence est un outil décisionnel incontournable à la gestion stratégique et quotidienne des entités. Il fournit de l information

Plus en détail

La Business Intelligence & le monde des assurances

La Business Intelligence & le monde des assurances Conseil National des Assurances Séminaire - Atelier L information au service de tous Le 09 Novembre 2005 La Business Intelligence & le monde des assurances Karim NAFIE Regional Presales Manager EEMEA Operations

Plus en détail

SOLUTIONS E-PROCUREMENT : PRIORITES ET LEVIERS D ACTION DES DIRECTIONS ACHATS

SOLUTIONS E-PROCUREMENT : PRIORITES ET LEVIERS D ACTION DES DIRECTIONS ACHATS SOLUTIONS E-PROCUREMENT : PRIORITES ET LEVIERS D ACTION DES DIRECTIONS ACHATS «L e-procurement est un outil au service de la stratégie achats des grandes entreprises. Automatiser intégralement le processus

Plus en détail

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Sortir des murs, démultiplier les contacts 2013 T A L E N T E D T O G E T H E R Unissons nos Talents 1 Introduction Entre discours incantatoires

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Secteur Finance - Assurance

Secteur Finance - Assurance Secteur Finance - Assurance isatech est spécialiste des solutions de gestion d entreprise Microsoft Dynamics ERP, CRM et Office365 Les problématiques du secteur financier Selon l INSEE, en 2011, le secteur

Plus en détail

Secteur Recherche Santé

Secteur Recherche Santé Secteur Recherche Santé isatech est spécialiste des solutions de gestion d entreprise Microsoft Dynamics ERP, CRM et Office365 Les problématiques du secteur de la santé Selon l INSEE, le secteur de la

Plus en détail

Contexte. Objectif. Enjeu. Les 3 questions au cœur du Pilotage de la Performance :

Contexte. Objectif. Enjeu. Les 3 questions au cœur du Pilotage de la Performance : Les 3 questions au cœur du Pilotage de la Performance : Contexte Il est naturel de construire et d adapter son système d information à son métier pour répondre aux besoins opérationnels et quotidiens.

Plus en détail

CACEIS capitalise sur la gestion des assemblées générales

CACEIS capitalise sur la gestion des assemblées générales CACEIS capitalise sur la gestion des assemblées générales CACEIS Corporate Trust, la filiale française de CACEIS spécialisée dans les services aux émetteurs, conjugue simplicité et réduction des coûts

Plus en détail

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services ITIL V3 Objectifs et principes-clés de la conception des services Création : janvier 2008 Mise à jour : juillet 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a

Plus en détail

Cas d application client

Cas d application client Cas d application client Synolia, partenaire Gold de SugarCRM, implémente et personnalise la solution Sugar, en adéquation avec les spécificités métiers du GESEC. GESEC développe une vision à 360 de ses

Plus en détail

HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé

HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé www.thalesgroup.com SYSTÈMES D INFORMATION CRITIQUES ET CYBERSÉCURITÉ HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé Le cloud computing et la sécurité au cœur des enjeux informatiques L informatique

Plus en détail

CONNECTIVITÉ. Options de connectivité de Microsoft Dynamics AX. Microsoft Dynamics AX. Livre blanc

CONNECTIVITÉ. Options de connectivité de Microsoft Dynamics AX. Microsoft Dynamics AX. Livre blanc CONNECTIVITÉ Microsoft Dynamics AX Options de connectivité de Microsoft Dynamics AX Livre blanc Ce document décrit les possibilités offertes par Microsoft Dynamics AX en terme de connectivité et de montée

Plus en détail

Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture

Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture Enjeux L accélération des délais de clôture ou Fast Close s est tout d abord très largement répandu dans les grandes entreprises

Plus en détail

Guide des solutions Microsoft Server

Guide des solutions Microsoft Server Guide des solutions Microsoft Server Quel serveur choisir pour les petites et moyennes entreprises? Guide Partenaires Dans le monde des entreprises d aujourd hui, les PME doivent faire beaucoup de choses

Plus en détail

DataStudio. Solution d intégration des données et de diffusion de l information

DataStudio. Solution d intégration des données et de diffusion de l information DataStudio Solution d intégration des données et de diffusion de l information L ETL, cœur de la performance des entreprises La forte intégration des applications est désormais une condition indispensable

Plus en détail