Proposition de normes de planifcation / construction. par. Guodong WANG Architecte urbaniste IAUG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Proposition de normes de planifcation / construction. par. Guodong WANG Architecte urbaniste IAUG"

Transcription

1 Le radon dans les bâtiments : approche scientifque, technique et législative Cours de formation continue de l EPFL, en collaboration avec l UNIL, l USI, l OFSP et la SIA. Proposition de normes de planifcation / construction par Guodong WANG Architecte urbaniste IAUG AVERTISSEMENT Les analyses réalisées pour le présent rapport ont été faites en conditions de ventilation particulières et alors que des interventions techniques avaient déjà eu lieu : elles servent exclusivement aux buts du projet de remédiation et ne sont pas utilisables en regard de la législation en vigueur (OraP). Les mesures ayant été effectuées sur un temps limité, elles n ont pas davantage la prétention d être exhaustives. Le présent document ne constitue pas une expertise labellisée de l EPFL, n a pas de valeur juridique ou commerciale, et ne doit pas être divulgué de quelque façon qu il soit. Février 2010 EPFL - ENAC

2 Table des matières 1. Introduction 2. Etat de la situation 3. Bases légales applicables 4. Proposition de normes de planifcation / construction 5. Analyse critique 6. Estimation des coûts 7. Plan de réception de l ouvrage et de surveillance post-interventions Annexes 1. INTRODUCTION Dans le cadre de la session de cours : «Le radon dans les bâtiments» enseigné à l EPFL, un travail pratique basé sur une étude de cas doit être présenté. Le présent rapport vise à fournir un cadre qui permet de tenir compte du radon en amont de la construction d habitations dans une région à risque élevé. En particulier, le sujet traité ici, décrit - Proposition de normes de planifcation / construction L étude de cas présentée ici, s inscrit dans la commune neuchâteloise de la Chaux-du-Milieu, située dans la Vallée de la Brévine (District du Locle). Comme illustrée ci-dessous, elle est localisée en zone rouge, soit en région à risque élevé de radon. Figure 1 : carte du risque en radon du canton de Neuchâtel (Jaune = faible, orange = moyen, rouge = élevé) 1

3 2. ETAT DE LA SITUATION Lors de la visite sur le terrain du 13 novembre 2009, nous avons découvert un terrain en pente douce. La roche calcaire est recouverte par une couche de terrain meuble d une épaisseur de quelques dizaines de centimètre seulement. Sur les bords de la parcelle, la roche affeure (c.f. fgure 2). En faisant une coupe à travers la vallée, on remarque que le terrain se situe sur les fancs du synclinal, ce qui confrme la faible épaisseur de terrain meuble (c.f. fgure 3). Figure 2 Photo du bord du terrain. On y voit la roche calcaire affeurante, surmontée d une faible couche de terrain meuble. Un appareil électronique de mesure du radon, a été disposé dans le sol et on a pu y mesurer une valeur avoisinant les Bq/m3 (mesure sur une durée d environ 45 min, c.f. Figure 4) - sur la durée de la mesure, on obtient une moyenne d environ Bq/m3. Selon le procédé décrit en annexe, on se trouve dans une zone à concentration élevée de radon. En observant la variation de la pression atmosphérique durant le mois courant (c.f. fgure 10 en annexe), on constate que la mesure du radon s est faite pendant une période de pression atmosphérique moyenne. Cela signife donc qu il faut s attendre à des valeurs plus élevées de concentration de radon. Mise à part la valeur mesurée, d autres indicateurs permettent de confrmer la présence d une quantité importante de radon. En effet, la parcelle est entourée de plusieurs autres villas, qui maintenant, cherchent un moyen pour assainir le problème radon, qui n'a pas été prévu (et n'était peut-être pas connu) lors de la construction. Pour la suite du rapport, comme il s'agit de proposer des mesures de protection contre le radon pour la construction de nouveaux bâtiments, nous n'allons pas nous arrêter sur une mesure précise du radon, mais plutôt sur le fait que le gaz est présent en grandes quantités sur la parcelle et qu'il s'agit là d'un réel problème à résoudre, pour la santé des futurs habitants. 2

4 Figure 3 - Profl en travers de la vallée, au droit de La Chaux-du-Milieu Figure 4 - Mesure de la concentration de radon sur le terrain communal (les pics correspondent à 6 mesures en points différents du terrain) 3

5 3. BASES LÉGALES APPLICABLES ( SUISSE ) ET ÉVT AUTRES BASES LÉGALES (FRANCE, UE...) 3.1 Suisse Droit public: Loi sur la radioprotection (LraP), art 24. Droit cantonal et communal en matière de construction et planifcation. Ordonnance sur la radioprotection (ORaP) du 22 juin Valeur limite: Bq/m3 dans les lieux d habitation Bq/m3 dans les lieux de travail. Valeur directrice: 400 Bq/m3 pour nouveaux bâtiments et assainissement des anciens bâtiments Droit privé: Recommandations de l Offce fédéral de la santé publique. Code des Obligations (contrat de bail, d entreprise, de vente, responsabilité civile). Normes SIA 380, Recommandation SIA 112/ Le Conseil d'etat de la République et Canton de Neuchâtel, Vu l'article 44, alinéa 1 de la loi sur radioprotection (LRaP), du 22 mars Vu l'ordonnance sur la radioprotection ( ORaP), du 22 juin Vu la loi sur l'organisation du Conseil d'etat et de l'administration cantonale (LCE), du 22 mars sur la proposition du conseiller d'etat, chef du Département de la gestion du territoire. arrête: Article premier 1Le Conseil d'etat exerce la haute surveillance en matière de protection contre le radon. 2 II peut déléguer certaines tâches à une commune qui dispose du personnel et du matériel spécialisé nécessaire. Loi cantonale sur l'aménagement du territoire (LCAT), octobre 1991, art 2, RSN Loi sur les constructions (LConstr.), 25 mars 1996, art 12, RSN UE Recommandation de la Commission, du 21 février 1990, relative à la protection de la population contre les dangers résultant de l'exposition au radon à l'intérieur des bâtiments - 90/143/Euratom Journal offciel n L 080 du 27/03/1990 p *Recommandation de la Commission du 20 décembre 2001 concernant la protection de la population contre l'exposition au radon dans l'eau potable [notifée sous le numéro C(2001) 4580] Journal offciel n L 344 du 28/12/2001 p France La réglementation en vigueur et autres textes [27 octobre 2008]. Cette recommandation fxe notamment les niveaux d actions de 400 Bq/m3 pour les bâtiments existants et 200 Bq/m3 pour les bâtiments à construire. Le niveau de 400 Bq/m3 a été repris dans la réglementation française. Décret no du 4 avril 2002 relatif à la protection générale des personnes contre les dangers des rayonnements ionisants. CIRCULAIRE DGS n 2001/303 du 2 juillet 2001, relative à la gestion du risque lié au radon dans les établissements recevant du public (ERP). 3.4 Radon international OMS - Valeur de référence : 100 Bq/m3 - Valeur à ne pas dépasser: 300 Bq/m3 CIPR - Dans l habitat: 300 Bq/m3 (10 msv/a) - Place de travail : Bq/m3 CE (BSS) révision en cours: Anciens bâtiments: 400 Bq/m3, Nouveaux bâtiments: 200 Bq/m3. 4

6 4. PROPOSITION DE NORMES DE PLANIFICATION / CONSTRUCTION 4.1 Evaluation du site (la-chaux-du-milieu) Le territoire communal de la Chaux-du-milieu est considéré comme sensible au gaz radon selon le cadastre cantonal et les mesures effectuées pendant la visite de groupe d'étude. Des mesures de précaution devraient être prises lors de la planifcation et de la réalisation pour garantir la sécurité des habitants. Figure 5 Carte nationale Zone OFSP: concentration élevée Figure 6 Moteur de recherche par commune (état 2009), Conditions locales - Morphologie: Contenu dans une vallée. - Géologie (lieu de la production du radon): profonde et possible en couche de roche supérieur en contacte avec des bâtiments. - Voie de migration diffuse concentrée: fssures. - Hydrogéologie: Ressource en eau, zone moyenne-faible. - Urbanisation: Voies artifcielles préférentielles (réseaux souterrains). - Situation météorologique (été-hiver) Evolution de la perméabilité superfcielle saisonnière et momentanée (pluies) Présence de vents dominants aptes à infuencer la pression différentielle entre sous-sol et atmosphère/bâtiments Présence de neige et gel pouvant inhiber la diffusion de radon du sol, mais les fux de radon sont très concentrés vers les ouvertures du sol: puits, fondation de bâtiment non étanché... 5

7 Provenance du radon - Terrain Le radon peut provenir de zone profonde et possible en couche de roche supérieur en contacte avec des bâtiments. - Réseaux artifciels Par les conduites des canalisations (eau, électricité, gaz...). - Matériaux de construction Le radon peut être émis par des matériaux de construction. - Eau potable Le radon peut être transmis par l'eau potable par exemple, en particulier par l eau chaude. 4.2 Proposition de normes Normes d'intervention pour la planifcation Terrain - Identifer la zone à construire par des spécialistes du radon et des géologues: évaluation du site et mesure de la concentration de radon dans le terrain. - Référencer la concentration de radon dans les bâtiments voisins. - Interdire la construction de bâtiments sur les zones de dolines. - Eviter de construire aux alentours de la station de puits (captage eau...). Réseau urbain souterrain - Centraliser les réseaux. - Intercepter le radon en dehors du bâtiment, en le captant et en l'émettant dans l'atmosphère à une distance adéquate. Le radon n'atteint pas les murs extérieurs et les points d'entrée des réseaux urbains Normes d'intervention pour la construction - Réduire au minimum la surface de contact entre le terrain et les fondations, par exemple: vide sanitaire, séparation entre cave et habitation. - Interception du radon avant l'introduction de réseaux et bonne étanchéité sur le passage dans la dalle. - Eviter de créer des locaux d'habitations au niveau du sous-sol. - Eviter des passages directs entre locaux du sous-sol et étage, idéalement, on disposera l'escalier de la cave à l'extérieur du bâtiment. - Eviter de construire des bâtiments perpendiculaire à la fssuration du terrain. - Recommandation normes SIA 380 et SIA 112/1. - Contrôle du radon dans les matériaux de construction est recommandé. - Dalle en béton d un seul tenant avec drain sous la dalle de fondation, avec possibilité de raccordement pour une éventuelle mise en dépression du sol. etc... 6

8 Politique d'aménagement du territoire pour la protection contre le radon - Renforcer l information des acteurs: public, professionnel de la construction et immobilière, administration... - Prévention contre le radon à la phase de demande de permis de construire: Obligation d'appliquer des techniques constructives dans les zones à risque élevé, par exemple, pas de locaux d'habitation au sous-sol (chambre, salle de jeux..); Vide sanitaire; Pas d'escalier direct entre cave et étage, tuyau perforé sous la dalle de fondation, etc... - Mesure de contrôle obligatoire après l'achèvement. - Demande d'autorisation obligatoire en cas de changement d'utilisation des caves en habitations. - Surveillance de radon dans les bâtiments existants, et information des propriétaires ou utilisateurs des dangers du radon. - Développement de recherches scientifques: Identifcation de zone de radon dans les sols et dans les bâtiments. Faciliter le système de mesure (effcace, rapide, économique) Techniques d'interventions d'assainissement et de prévention pour les nouvelles constructions Amélioration des bases légales: - Adapter la valeur limite de radon pour fxer une limite dans la mesure du possible, par exemple: * la valeur limite applicable aux concentration de gaz radon dans les locaux d'habitation et de séjour est de 300 Bq/m3 en moyenne par année. * La valeur limite applicable aux concentration de gaz radon dans les secteurs de travail est de 1'000 Bq/m3 en moyenne par horaire mensuel de travail. * Pour autant que des travaux de construction simples permettent de l'atteindre, la valeur directrice de 100 Bq/m3 est applicable en matière de construction ou de transformation de bâtiments ainsi que d'assainissement de bâtiments. - Clarifer les articles dans OraP: Selon les spécialistes de lois (juriste, avocat) et les professionnels de la construction, ORaP est encore fou, les défnition doivent êtres encore justifées et clarifées, car beaucoup d'articles créent des confusions d'interprétation pour l'application des lois. 7

9 4.3 Proposition de planifcation pour un terrain constructible (Parcelle N 1020, la Chaux-du-Milieu) Zone d'habitation à moyenne densité (ZHMD) Objectif: planifcation de la valeur limite du radon: 300Bq/m Parcelle: située au centre du village. Les mesures de radon dans le sol sont prises lors de la visite de terrain: 18'000Bq/m3 25'000Bq/m3 (c.f. fgure 4). Topographie en pente depuis le Sud descendant ver le Nord. Le projet est de découper le terrain en 3 parcelles et chaque parcelle permet de construire une villa individuelle. Un chemin d'accès au Nord de la parcelle permet de relier les 3 parcelles et l'introduction de réseaux serons centralisés sous ce chemin Implantation: les maisons en bande orientées Nord -Sud sont situées au Nord de la parcelle, au bord du chemin d accès. Cette implantation libère un jardin tranquille au Sud avec vue sur la colline, et également un magnifque paysage panoramique au Nord vers le centre du village. Les maisons suivent le sens de fssures de terrain (direction Nord-Sud). En proftant de la pente du terrain, le volume à creuser pour créer un sous-sol est réduit au minimum diminuant encore le contact avec la terrain. Figure 7 - Plan situation 8

10 4.3.3 Principales recommandations pour la protection contre le radon Les maisons en bande suivent le sens des fssures de terrain. Réduire au minimum la surface de contact entre le terrain et les fondations Ventilation par vide sanitaire (avec possibilité d'accès pour installation de ventilation) ou système similaire... Pas d'habitation au niveau de la cave. Demande d'autorisation obligatoire en cas de changement d'utilisation des caves en habitations. Norme SIA 380 et SIA 112/2. Regard pour sortie de radon avec enrobage d'argile au raccordement du réseau urbain pour éliminer le radon en dehors du bâtiment, en le captant et en l'émettant dans l'atmosphère à une distance adéquate. Le radon n'atteint pas les murs extérieurs et les points d'entrée des réseaux urbains. Les tuyaux d'installation de ventilation sou sle radier ne doivent pas être en PVC à cause de la fragilité de ce matériau. Figure 8 Coupe 9

11 5. ANALYSE CRITIQUE DE LA PROPOSITION: POINTS FORTS ET POINTS FAIBLES 5.1 Points forts: Le projet de planifcation est simple, exploite les situations de terrain pour chaque maison, proftant des mêmes qualités d'espace, d'architecture et de problème de radon. Facilité de centraliser les réseaux urbains. Ce projet peut servir d'exemple pour d'autres sites similaires. La planifcation a déjà tenu compte du problème de radon. La prévention contre le radon peut éviter l'assainissement après la construction. 5.2 Points faibles: Malgré que le radon soit un gaz naturel, les travaux de protection contre le radon soulèvent un certain coût de construction. Les interventions contre le radon peuvent modifer l'humidité et la température dans le bâtiment, dont il faut tenir compte dans le projet de construction. 6.ESTIMATION DES COÛTS 6.1 Planifcation: terrain et équipement Le projet tient déjà compte du problème de radon, le coût ne sera pas surélevé par rapport aux autres régions à concentration de radon léger Frais supplémentaires pour les spécialistes de radon: 5'375.00Fr Base de calcul : coût horaire moyen = 150 Fr/h Travaux d'interception du radon sur le point de raccordement des réseaux urbain: 1'500Fr/bloc X 3villas = 4'500.00Fr Total HT: 9'875.00Fr ( Fr par villa) 6.2. Construction des villas: Coût des travaux pour la protection contre le radon, voir les projets de notre groupe: M. Yanik Trokay: Proposition constructive pour un nouveau bâtiment Minergie E: environs 12'000.00Fr HT M. Pierre-Alain Ruchti: Proposition constructive pour un nouveau bâtiment traditionnel: environs 22'000.00Fr HT 10

12 7. PLAN DE RÉCEPTION DE L OUVRAGE ET DE SURVEILLANCE POST-INTERVENTION Planifcation: Réception de l'ouvrage: Pour vérifer l'effcacité de l'interception du radon, il faudrait faire une mesure avant de se raccorder sur les attentes de réseaux urbains (dans le regard de sortie de radon et après le regard et avant le mur extérieur de la maison). Dans le cas de passage de radon, l'amélioration d'assainissement est obligatoire. Surveillance post-intervention: Si la planifcation n'a pas tenu compte des problèmes de radon, en cas d' infltration de radon dans le bâtiment, il sera diffcile de corriger les défauts. Etant donné qu'il n'est pas possible de repositionner ou de déplacer une maison, les travaux et le coût d'assainissement du bâtiment seront très élevés. En cas de dépassement de la concentration limite du radon dans le bâtiment, il faut commencer les contrôles depuis l'extérieur du bâtiment: le raccordement au réseau, la ventilation du vide sanitaire ou le radier, et voir s'il y existe des fssures dans le sol et les murs de la cave en contact avec le terrain. Construction: Réception de l'ouvrage: Contrôler si tous les travaux de protection contre le radon sont bien réalisés selon les règles de l'art. Mesure de contrôle obligatoire après achèvement de la maison. Surveillance post-intervention: Contrôle général du radon en cours d'utilisation, pose de dosimètre pendant la période chauffage durant 3 mois tous les 5 ans En cas de dépassement de la valeur limite (300Bq/m3) l'amélioration d'assainissement est obligatoire. Causes possibles d'infltration du radon dans un bâtiment: Défaut de projet d'assainissement: architecte, ingénieur ainsi que les spécialistes du radon en seront responsables. Défaut d'exécution des travaux: Entreprises des travaux (maçon, sanitaire, ventilation, étanchéité, électricité) en seront responsables. Références: Documentation des cours radon EPFL Règlement d'aménagement, Commune de la chaux-du-milieu, ATESA, octobre 1992 Plan directeur communal, Commune de la chaux-du-milieu, ATESA, octobre 1992 Normes SIA 180 et SIA 112/2 11

13 ANNEXE Concentration du radon dans le terrain: Afn de déterminer la concentration de radon dans un terrain, il faut placer une sonde à 1 mètre de profondeur et y faire la mesure avec un appareil électronique par exemple. Selon la valeur maximale obtenue durant la mesure, on entre dans une des classes de concentration de radon décrites ci-dessous : Concentration très élevée si la valeur mesurée est supérieure à Bq/m3. Concentration élevée si la valeur mesurée est comprise entre et Bq/m3. Concentration faible si la valeur mesurée est comprise entre et Bq/m3. Concentration très faible si la valeur mesurée est inférieure 2 000Bq/m3. Date de mesure du radon: 12.Novembre 2009 Figure 10 Pression atmosphérique durant le mois de novembre 2009 pour Les Eplatures (source : 12

Ecole primaire d Orsières Assainissement Radon Etude de cas, secteur ludothèque

Ecole primaire d Orsières Assainissement Radon Etude de cas, secteur ludothèque Ecole primaire d Orsières Assainissement Radon Etude de cas, secteur ludothèque LaurentdeThiémard, Technicien-géomètre Brevet Fédéral Formation Radon automne 2014 par l OFSP et l EPFL 2 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Protection contre le radon dans les maisons : mesures prises pour les nouvelles constructions et les rénovations

Protection contre le radon dans les maisons : mesures prises pour les nouvelles constructions et les rénovations Protection contre le radon dans les maisons : mesures prises pour les nouvelles constructions et les rénovations Dr Joëlle Goyette Pernot Déléguée radon de l OFSP pour la Suisse romande Ecole d ingénieurs

Plus en détail

Situation en Suisse - Déroulement de la mesure du radon

Situation en Suisse - Déroulement de la mesure du radon Situation en Suisse - Déroulement de la mesure du radon Valeurs légales: art. 110 ORaP Locaux d habitation et de séjour Ecoles! Pas les caves! Secteurs de travail Valeurs légales: Bâtiments existants:

Plus en détail

CHAPITRE IV- DISPOSITIONS APPLICABLE A LA ZONE NAUE

CHAPITRE IV- DISPOSITIONS APPLICABLE A LA ZONE NAUE CHAPITRE IV- DISPOSITIONS APPLICABLE A LA ZONE NAUE Caractère de la zone : Cette zone correspond aux secteurs destinés à l accueil d activités, touristiques, commerciales, de services et d équipements

Plus en détail

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A 105 CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A SECTION I - NATURE DE L OCCUPATION ET DE L UTILISATION DU SOL Article 1 A - Occupations et utilisations du sol interdites 1. Les bâtiments à usage d habitation,

Plus en détail

Le cas d un bâtiment altéré

Le cas d un bâtiment altéré Le radon dans les bâtiments : approche scientifique, technique et législative Cours de formation continue de l EPFL, en collaboration avec l UNIL, l USI, l OFSP et la SIA. Le cas d un bâtiment altéré par

Plus en détail

Ordonnance sur le Registre fédéral des bâtiments et des logements

Ordonnance sur le Registre fédéral des bâtiments et des logements Ordonnance sur le Registre fédéral des bâtiments et des logements du 31 mai 2000 Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 10, al. 3 bis, de la loi du 9 octobre 1992 sur la statistique fédérale 1, arrête: Section

Plus en détail

Méthodes de remédiation et de prévention du radon dans l habitat

Méthodes de remédiation et de prévention du radon dans l habitat Méthodes de remédiation et de prévention du radon dans l habitat Sante-Radon ne peut pas être tenu pour responsable des dommages directs ou indirects résultant de l utilisation des informations mises à

Plus en détail

Arrêté concernant les dispositifs d'alarme contre les agressions, l'effraction et le vol. Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel,

Arrêté concernant les dispositifs d'alarme contre les agressions, l'effraction et le vol. Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel, Arrêté concernant les dispositifs d'alarme contre les agressions, l'effraction et le vol Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel, vu la loi sur la police cantonale, du 23 mars 1988 1)

Plus en détail

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CHAPITRE II : APPLICABLES A LA ZONE N Caractère de la zone : Il s agit d une zone naturelle et forestière protégée en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur

Plus en détail

Sommaire. Les lotissements à partir du 1er mars 2012. Février 2012. Caractéristiques d un lotissement...2. Constitue un lotissement...

Sommaire. Les lotissements à partir du 1er mars 2012. Février 2012. Caractéristiques d un lotissement...2. Constitue un lotissement... Les lotissements à partir du 1er mars 2012 Février 2012 Sommaire Caractéristiques d un lotissement...2 Constitue un lotissement...2 Ne constitue pas un lotissement...2 Les procédures applicables et leur

Plus en détail

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de la santé publique Service de l aménagement du territoire Service

Plus en détail

Comparaison entre les législations européenne et suisse en radioprotection

Comparaison entre les législations européenne et suisse en radioprotection B Eidgenössische Kommission für Strahlenschutz und Überwachung der Radioaktivität Commission fédérale de protection contre les radiations et de surveillance de la radioactivité Commissione federale della

Plus en détail

CHAPITRE NCa POS APPROUVE LE 27/09/01 ET MODIFIE LE 29/09/05

CHAPITRE NCa POS APPROUVE LE 27/09/01 ET MODIFIE LE 29/09/05 POS APPROUVE LE 27/09/01 ET MODIFIE LE 29/09/05 CHAPITRE NCa ZONE DE RICHESSES NATURELLES, OU LA POSSIBILITE D'EXPLOITER DES CARRIERES DOIT ETRE PRESERVEE. SECTION 1 - NATURE DE L'OCCUPATION DU SOL ARTICLE

Plus en détail

Préavis pour l'octroi d'un crédit d'étude en vue de la révision du plan général d'affectation (PGA) Commune de LAVEY-MORCLES

Préavis pour l'octroi d'un crédit d'étude en vue de la révision du plan général d'affectation (PGA) Commune de LAVEY-MORCLES Commune de LAVEY-MORCLES Préavis de la Municipalité au Conseil communal N 09/2015 Préavis pour l'octroi d'un crédit d'étude en vue de la révision du plan général d'affectation (PGA) Lavey, le 30 juillet

Plus en détail

7.3 présentation des demandes de permis de construction 7.3.1 demande écrite 7.3.2 documents d accompagnement 7.3.3 autres autorisations

7.3 présentation des demandes de permis de construction 7.3.1 demande écrite 7.3.2 documents d accompagnement 7.3.3 autres autorisations Permis de construction Table des matières 7.1 champ d application 7.2 interventions régies 7.3 présentation des demandes de permis de construction 7.3.1 demande écrite 7.3.2 documents d accompagnement

Plus en détail

PREFECTURE DE L'OISE

PREFECTURE DE L'OISE PREFECTURE DE L'OISE RÈGLEMENT DU PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS MOUVEMENT DE TERRAIN SUR LES COMMUNES DE BEAULIEU-LES-FONTAINES, CANDOR, ECUVILLY ET MARGNY-AUX-CERISES (OISE) FEVRIER 2009 TITRE

Plus en détail

La problématique du radon en Belgique

La problématique du radon en Belgique La problématique du radon en Belgique DOSSIER Sommaire : 1. Origine du radon 2. Rôle du contexte géologique en Belgique 3. Le radon dans les habitations 4. Les effets sur la santé 5. Mesure du radon 6.

Plus en détail

SEMAINE ENAC EPFL 2011. Radon et énergie dans l environnement construit GROUPE 6

SEMAINE ENAC EPFL 2011. Radon et énergie dans l environnement construit GROUPE 6 SEMAINE ENAC EPFL 2011 Radon et énergie dans l environnement construit GROUPE 6 Faivre Léna Pfund Esther Revaz Pauline Sancar Derya Semaine ENAC 2011 Radon Groupe 6 1 I- Contexte Le radon est un élément

Plus en détail

Concernant la révision et l actualisation du règlement communal sur l évacuation et l épuration des eaux usées

Concernant la révision et l actualisation du règlement communal sur l évacuation et l épuration des eaux usées Commune de Lutry Direction des travaux Préavis municipal no 1096/2006 Concernant la révision et l actualisation du règlement communal sur l évacuation et l épuration des eaux usées Au Conseil communal

Plus en détail

Vous allez construire? Protégez-vous contre le radon!

Vous allez construire? Protégez-vous contre le radon! Vous allez construire? Protégez-vous contre le radon! FICHES D INFORMATION SUR LA PRÉVENTION RADON Avant de construire, renseignez-vous sur le taux de radon dans votre région Le radon est un gaz présent

Plus en détail

Démarche de formation et d accompagnement des spécialistes du bâtiment

Démarche de formation et d accompagnement des spécialistes du bâtiment Dr. Joëlle Goyette-Pernot Déléguée radon pour la Suisse Romande Joelle.goyette@hefr.ch Démarche de formation et d accompagnement des spécialistes du bâtiment Introduction o La problématique radon du point

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE 1. MAITRE DE L OUVRAGE (proposant et futur souscripteur du contrat) 1.1. Nom ou raison sociale : 1.2. Adresse précise : 1.3.

Plus en détail

POUR TOUTE INFORMATION

POUR TOUTE INFORMATION Installation d Assainissement Non Collectif Fiche de renseignements Mairie de PLOUGOURVEST Bourg 29400 PLOUGOURVEST Téléphone : 02 98 68 53 49 Télécopie : 02 98 68 55 89 mairie.plougourvest@wanadoo.fr

Plus en détail

ANNEXE 52 COMMUNE DE FERNELMONT. DECLARATION URBANISTIQUE PREALABLE (article 263 du C.W.A.T.U.P.)

ANNEXE 52 COMMUNE DE FERNELMONT. DECLARATION URBANISTIQUE PREALABLE (article 263 du C.W.A.T.U.P.) ANNEXE 52 (adaptée sur la base de l article 263 du C.W.A.T.U.P. modifié par l arrêté du Gouvernement wallon du 18 juin 2009, publié au Moniteur belge de septembre 2009) COMMUNE DE FERNELMONT DECLARATION

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

DIAGNOSTICS IMMOBILIERS

DIAGNOSTICS IMMOBILIERS DIAGNOSTICS IMMOBILIERS Le dossier de diagnostic technique DDT permet à l acquéreur ou au locataire de mieux connaître les éléments essentiels du logement pouvant avoir des conséquences sur la sécurité

Plus en détail

«Radon dans l environnement construit un problème de santé publique» Projet personnel

«Radon dans l environnement construit un problème de santé publique» Projet personnel «Radon dans l environnement construit un problème de santé publique» Projet personnel Etude de cas d une maison assainie Description du projet : Assainissement d une maison contaminée par du radon Lieu

Plus en détail

Règlement relatif aux plans d utilisation du sol de la Ville de Genève LC 21 211. Dispositions générales

Règlement relatif aux plans d utilisation du sol de la Ville de Genève LC 21 211. Dispositions générales Règlement relatif aux plans d utilisation du sol de la Ville de Genève LC 21 211 Adopté par le Conseil municipal le 20 février 2007 Approuvé par le Conseil d Etat le 27 février 2008 Avec les dernières

Plus en détail

LE PERMIS DE CONSTRUIRE D'UNE MAISON INDIVIDUELLE

LE PERMIS DE CONSTRUIRE D'UNE MAISON INDIVIDUELLE LE PERMIS DE CONSTRUIRE D'UNE MAISON INDIVIDUELLE INTRODUCTION Quand peut-on démarrer les travaux d'aménagements ou de construction? Certains projets sont dispensés de formalité, d autres sont obligatoirement

Plus en détail

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5 Le présent document donne des informations sur les normes applicables à la construction ou la modification d une installation septique pour un usage résidentiel de six chambres à coucher ou moins et qui

Plus en détail

Modifiant le règlement adopté par le Conseil général en date du 16 octobre 1973 Date d'entrée en vigueur : 30 décembre 1981 (seul le document original fait foi) Le Conseil général de la Commune de Gorgier,

Plus en détail

Aide à l'application EN-14 Décompte individuel des frais de chauffage et d'eau chaude (DIFC) Edition janvier 2010

Aide à l'application EN-14 Décompte individuel des frais de chauffage et d'eau chaude (DIFC) Edition janvier 2010 Aide à l'application EN-14 Décompte individuel des frais de chauffage et d'eau chaude (DIFC) Contenu Le présent document traite des exigences relatives au décompte individuel des frais de chauffage et

Plus en détail

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX CARACTERE ET VOCATION DE LA ZONE UX Il s agit d une zone d activité créée à l Est de l agglomération, sous la forme d un lotissement dont les règles

Plus en détail

Radon. Un sujet important dans le domaine de l immobilier. L Office fédéral de la santé publique

Radon. Un sujet important dans le domaine de l immobilier. L Office fédéral de la santé publique Radon Un sujet important dans le domaine de l immobilier L Office fédéral de la santé publique Table des matières Avant-propos 3 Situation juridique 4 Application: situation actuelle 4/5 Signification

Plus en détail

ROF 2003_096. Ordonnance. modifiant certaines dispositions relatives à la sécurité des ascenseurs. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg

ROF 2003_096. Ordonnance. modifiant certaines dispositions relatives à la sécurité des ascenseurs. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Ordonnance du 1 er juillet 2003 Entrée en vigueur : 01.07.2003 modifiant certaines dispositions relatives à la sécurité des ascenseurs Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi fédérale du 19 mars

Plus en détail

DIRECTIVE STOCKAGE HYDROCARBURES. République et Canton de Neuchâtel

DIRECTIVE STOCKAGE HYDROCARBURES. République et Canton de Neuchâtel DIRECTIVE STOCKAGE HYDROCARBURES République et Canton de Neuchâtel Service de l'énergie et de l environnement version mars 2011 3 Directive cantonale d'application de la loi fédérale sur la protection

Plus en détail

A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente

A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente Mise à jour : Septembre 201 2 I Etablissements recevant du public (ERP) Références réglementaires : Code de la construction et de l habitation

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE. Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10.

COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE. Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10. COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux Epandage en pente: Cette

Plus en détail

des Risques d'inondation

des Risques d'inondation des Risques d'inondation PAR DÉBORDEMENT DE LA RIVIÈRE MARNE SUR LE SECTEUR DE CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE GUIDE DE RECOMMANDATIONS POUR L'INTERPRÉTATION DE LA BANDE D'INCERTITUDE DU ZONAGE RÉGLEMENTAIRE À L'ÉCHELLE

Plus en détail

TITRE II - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES URBAINES

TITRE II - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES URBAINES COMMUNE DE JARRIE PLAN D OCCUPATION DES SOLS UA Juillet 2006 TITRE II - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES URBAINES Chapitre 1 - ZONE UA CARACTERE DE LA ZONE : Il s agit de la zone urbaine traditionnelle

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département de la Savoie Commune de Saint-Alban-Leysse Plan Local d Urbanisme Rapport de présentation Modification simplifiée n 3 Mise à disposition du public Du 7 décembre 2015 au 11 janvier 2016 inclus

Plus en détail

Conditions particulières. de la. Société Electrique de la Vallée de Joux SA (ci-après SEVJ) relatives au raccordement en moyenne tension

Conditions particulières. de la. Société Electrique de la Vallée de Joux SA (ci-après SEVJ) relatives au raccordement en moyenne tension Conditions particulières de la Société Electrique de la Vallée de Joux SA (ci-après SEVJ) relatives au raccordement en moyenne tension L Orient, le 1 janvier 2009 Version 1.0 du 01.01.09 Société Electrique

Plus en détail

Aide à l'application Décompte individuel des frais de chauffage et d'eau chaude (DIFC) dans les bâtiments à construire Edition décembre 2007

Aide à l'application Décompte individuel des frais de chauffage et d'eau chaude (DIFC) dans les bâtiments à construire Edition décembre 2007 Aide à l'application Décompte individuel des frais de chauffage et d'eau chaude (DIFC) dans les bâtiments à construire 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

POUR TOUTE INFORMATION

POUR TOUTE INFORMATION Installation d Assainissement Non Collectif Fiche de renseignements (à remplir recto/verso) Communauté de Communes du Pays Léonard, 29 rue des Carmes, B.P. 116, 29250 Saint Pol de Léon Téléphone : 02.98.69.10.44

Plus en détail

1 о ш iss3 I BAT 工 MENT DU SIEGE. Rapport du Directeur général sur 1 1 avancement des travaux

1 о ш iss3 I BAT 工 MENT DU SIEGE. Rapport du Directeur général sur 1 1 avancement des travaux WORLD HEALTH ORGANIZATION ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE CONSEIL EXECUTIF Trente et unième session Point 6.6.2 de l'ordre du jour provisoire 1 о ш iss3 I EB31/37 8 janvier 1963 ORIGINAL : ANGLAIS BAT

Plus en détail

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels Réunion Information- Formation À l attention des professionnels A.N.C. Assainissement Non Collectif Par >, on désigne: tout système d'assainissement effectuant la collecte,

Plus en détail

Guide technique. Le radon dans les bâtiments

Guide technique. Le radon dans les bâtiments Guide technique Le radon dans les bâtiments Guide pour la remédiation dans les constructions existantes et la prévention dans les constructions neuves Diagnostic technique Techniques de remédiation et

Plus en détail

R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements

R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements Attention: les informations relatives au Code du logement seront mises à jour très prochainement;

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 15 septembre 2006 relatif au

Plus en détail

Dossier d autorisation du droit des sols

Dossier d autorisation du droit des sols Dossier d autorisation du droit des sols» Permis de Construire» Permis de Démolir» Déclaration Préalable L imprimé CERFA Il existe plusieurs imprimés CERFA selon le type de demande d autorisation : Édito

Plus en détail

510.624. Ordonnance sur la géologie nationale (OGN) Dispositions générales. du 21 mai 2008 (Etat le 1 er septembre 2013)

510.624. Ordonnance sur la géologie nationale (OGN) Dispositions générales. du 21 mai 2008 (Etat le 1 er septembre 2013) Ordonnance sur la géologie nationale (OGN) 510.624 du 21 mai 2008 (Etat le 1 er septembre 2013) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 5, 6, 9, al. 2, 12, al. 2, 15, al. 3, 19, al. 1, 26 et 27, al. 3,

Plus en détail

Strasbourg PLAN LOCAL D URBANISME. Commune d ECKBOLSHEIM. 6.2. Annexe sanitaire Eau potable. Département du Bas-Rhin

Strasbourg PLAN LOCAL D URBANISME. Commune d ECKBOLSHEIM. 6.2. Annexe sanitaire Eau potable. Département du Bas-Rhin Strasbourg Communauté Urbaine Communauté Urbaine de Strasbourg Commune d ECKBOLSHEIM Département du Bas-Rhin PLAN LOCAL D URBANISME 6.2. Annexe sanitaire Eau potable Dossier approuvé Décembre 2007 Communauté

Plus en détail

LIVRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX LIEUX DE TRAVAIL. TITRE Ier : OBLIGATIONS DU MAÎTRE D'OUVRAGE POUR LA CONCEPTION DES LIEUX DE TRAVAIL

LIVRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX LIEUX DE TRAVAIL. TITRE Ier : OBLIGATIONS DU MAÎTRE D'OUVRAGE POUR LA CONCEPTION DES LIEUX DE TRAVAIL LIVRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX LIEUX DE TRAVAIL TITRE Ier : OBLIGATIONS DU MAÎTRE D'OUVRAGE POUR LA CONCEPTION DES LIEUX DE TRAVAIL Chapitre II : Aération et assainissement Article R4212-1 Le

Plus en détail

ANNEXE 14 - FORMULAIRE P RECOURS AU GOUVERNEMENT WALLON (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION

ANNEXE 14 - FORMULAIRE P RECOURS AU GOUVERNEMENT WALLON (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION ANNEXE 14 - FORMULAIRE P RECOURS AU GOUVERNEMENT WALLON (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION Le Ministre, Vu le Code wallon de l'aménagement du Territoire, de l'urbanisme, du Patrimoine

Plus en détail

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES NOUVELLES RÈGLES SOMMAIRES POUR LE STOCKAGE DES PRODUITS PÉTROLIERS Depuis septembre 2006, suivant le décret de Juillet 2004 STOCKAGE AU REZ-DE-CHAUSSEE OU EN SOUS-SOL D'UN BATIMENT Les réservoirs et équipements

Plus en détail

CONCEVOIR UNE INSTALLATION NEUVE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

CONCEVOIR UNE INSTALLATION NEUVE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF 1 Service Assainissement CONCEVOIR UNE INSTALLATION NEUVE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF 1 - DEFINITION L assainissement non collectif ou autonome ou individuel est un système de collecte, de prétraitement

Plus en détail

REGLEMENT COMMUNAL SUR LE CHAUFFAGE A DISTANCE

REGLEMENT COMMUNAL SUR LE CHAUFFAGE A DISTANCE La commune de Collombey-Muraz - Vu la loi fédérale sur l énergie du 26 juin 1998 - Vu l ordonnance fédérale du 7 décembre 1998 - Vu la loi cantonale sur l énergie du 15 janvier 2004 - Vu la loi cantonale

Plus en détail

4.5 Les nuisances. bruit des aéroports civils.

4.5 Les nuisances. bruit des aéroports civils. 4.5 Les nuisances Le bruit La lutte contre les nuisances sonores est régie par l Ordonnance fédérale sur la protection contre le bruit (OPB), du 1 er avril 1987. Celle-ci donne aux cantons la compétence

Plus en détail

Toulouse - Le Mirail. Généralités. Historique. Maître d'ouvrage SETOMIP, puis Ville de Toulouse. Gestionnaire Ville de Toulouse.

Toulouse - Le Mirail. Généralités. Historique. Maître d'ouvrage SETOMIP, puis Ville de Toulouse. Gestionnaire Ville de Toulouse. Toulouse - Le Mirail Généralités Maître d'ouvrage SETOMIP, puis Ville de Toulouse Gestionnaire Ville de Toulouse Linéaire 840 m Année de construction 1972 Description générale Réalisation d'une galerie

Plus en détail

Retours d expériences : Prise en compte du radon dans le bâtiment en Bretagne

Retours d expériences : Prise en compte du radon dans le bâtiment en Bretagne Retours d expériences : Prise en compte du radon dans le bâtiment en Bretagne Antonin POTELON Juin Décembre 2015 Partenariat Réseau Breton Bâtiment Durable / Agence Qualité Construction Le Radon, Le Radon,

Plus en détail

Le service public d assainissement non collectif. Communauté de Communes de la Vallée d Aspe Conseil des Maires du 08 septembre 2011

Le service public d assainissement non collectif. Communauté de Communes de la Vallée d Aspe Conseil des Maires du 08 septembre 2011 Le service public d assainissement non collectif Communauté de Communes de la Vallée d Aspe Conseil des Maires du 08 septembre 2011 Définition de l assainissement autonome «Tout système d assainissement

Plus en détail

DEMOLITION DE LA SALLE DES FETES

DEMOLITION DE LA SALLE DES FETES NATURE DES TRAVAUX: Démolition de la salle des fêtes Affaire N : 1129 Maître d'ouvrage : Mairie de Sainte-Marie-de-Ré 32, rue de la République 17740 Sainte-Marie-de-Ré SALLE D'ANTIOCHE DEMOLITION DE LA

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION 1. REGLEMENTATION Code du travail articles R. 4222-1 à 26, R. 4412-149 et 150, R. 4722-1, 2, 13, 14, 26, R. 4724-2 et 3 et R. 4212-1 à 7; Arrêté du 8 octobre 1987: contrôle périodique des installations

Plus en détail

Exercice 2013 Rapport d'activités des services exploités en régie Service de l Assainissement Non Collectif PREAMBULE

Exercice 2013 Rapport d'activités des services exploités en régie Service de l Assainissement Non Collectif PREAMBULE Exercice 2013 Rapport d'activités des services exploités en régie Service de l Assainissement Non Collectif Ce rapport annuel constitue une obligation légale pour le maire qui doit le présenter chaque

Plus en détail

financement de la première étape des travaux d'assainissement de << La Ville >.

financement de la première étape des travaux d'assainissement de << La Ville >. L'lsle, le 10 novembre 2014 CONSEIL COMMUNAL deetà 1148 L'lsle Préavis No 11-2014 Demande de crédit de CHF 2'855'000.00 pour le financement de la première étape des travaux d'assainissement de

Plus en détail

Logement, logement salubre, logement collectif, pièce d habitation, petit logement individuel

Logement, logement salubre, logement collectif, pièce d habitation, petit logement individuel Permis de INFORMATIONS GÉNÉRALES Un permis de est la décision préalable de l'autorité administrative compétente (la Commune) d'autoriser, pour les petits logements individuels et les logements collectifs,

Plus en détail

Arrêté du 11 sept. 03 consolidé 1/10

Arrêté du 11 sept. 03 consolidé 1/10 Arrêté du 11 septembre 2003 portant application du décret n 96-102 du 2 février 1996 et fixant les prescriptions générales applicables aux sondage, forage, création de puits ou d'ouvrage souterrain soumis

Plus en détail

Rappel du contexte réglementaire de la démarche en matière de dématérialisation des documents d'urbanisme

Rappel du contexte réglementaire de la démarche en matière de dématérialisation des documents d'urbanisme Rappel du contexte réglementaire de la démarche en matière de dématérialisation des documents d'urbanisme Présentation du 23 avril 2015 / JAC CIGAL Strasbourg Dominique ESNAULT Directeur d'études Rappel

Plus en détail

REGLEMENT. Dossier de modification Pièce n 2

REGLEMENT. Dossier de modification Pièce n 2 MODIFICATION DU PLAN LOCAL D URBANISME GENTILLY [DÉPARTEMENT DU VAL DE MARNE] REGLEMENT Dossier de modification Pièce n 2 Pour approbation par délibération du Conseil Municipal TITRE I DISPOSITIONS GENERALES

Plus en détail

24 février 2014. ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Réunion de Préparation Aux diagnostics de l existant MAVILLY MANDELOT / NANTOUX / MELOISEY

24 février 2014. ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Réunion de Préparation Aux diagnostics de l existant MAVILLY MANDELOT / NANTOUX / MELOISEY 24 février 2014 ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Réunion de Préparation Aux diagnostics de l existant MAVILLY MANDELOT / NANTOUX / MELOISEY Présentation du SPANC Présentation du contrôle : JDBE Questions diverses

Plus en détail

PLU OBJECTIF PLAN LOCAL D URBANISME QU EST CE QUE LE PLU?

PLU OBJECTIF PLAN LOCAL D URBANISME QU EST CE QUE LE PLU? QU EST CE QUE LE PLU? Le Plan local d urbanisme (PLU) porte et accompagne un véritable «projet de ville» et encadre les interventions publiques et privées en matière d urbanisme. Il oriente ainsi la fabrique

Plus en détail

Stratégies d optimisation de la radioprotection dans les situations d exposition au radon

Stratégies d optimisation de la radioprotection dans les situations d exposition au radon Stratégies d optimisation de la radioprotection dans les situations d exposition au radon Montbéliard, 30-31 mars 2011 Cynthia Réaud, Thierry Schneider, CEPN Isabelle Nétillard, PMA Christophe Murith,

Plus en détail

ANNEXE 32 - FORMULAIRE E SAISINE DU FONCTIONNAIRE DELEGUE (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION

ANNEXE 32 - FORMULAIRE E SAISINE DU FONCTIONNAIRE DELEGUE (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION ANNEXE 32 - FORMULAIRE E SAISINE DU FONCTIONNAIRE DELEGUE (1) DECISION - D'OCTROI - DE REFUS - DU PERMIS D'URBANISATION Le Fonctionnaire délégué, Vu le Code wallon de l'aménagement du Territoire, de l'urbanisme,

Plus en détail

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-F et P4-F 185 (Modèle standard) P2-F et P4-F 170 MODELE P2/4-F 170 P2/4-F 185 (Standard) P2/4-F 195 P2-F et P4-F 195 H 325 340 350 DH 156 171 181

Plus en détail

Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.)

Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.) Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.) Qu est-ce que c est? L'article R123-2 du Code de la Construction et de l'habitation précise : "... constituent des établissements recevant du public tous

Plus en détail

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes:

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes: SYNDICAT INTERCOMMUNAL ALEX LA BALME DE THUY DINGY SAINT CLAIR Mairie de Dingy Saint Clair 74230 DINGY SAINT CLAIR Tél. : 04.50.02.06.27 Fax : 04.50.32.12.55 Notice Technique Filière Fosse septique toutes

Plus en détail

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL à l'appui de l'approbation du plan spécial Garage Bonny, situé entre les rues du Collège et de la Ronde, et à l appui de la vente et de l acquisition

Plus en détail

VILLE DE WATERLOO RÈGLEMENT SUR LE PROGRAMME DE SUBVENTION RELATIF À L INSTALLATION DE DISPOSITIFS ANTIREFOULEMENT RÉSIDENTIELS

VILLE DE WATERLOO RÈGLEMENT SUR LE PROGRAMME DE SUBVENTION RELATIF À L INSTALLATION DE DISPOSITIFS ANTIREFOULEMENT RÉSIDENTIELS VILLE DE WATERLOO RÈGLEMENT # 15-888 RÈGLEMENT SUR LE PROGRAMME DE SUBVENTION RELATIF À L INSTALLATION DE DISPOSITIFS ANTIREFOULEMENT RÉSIDENTIELS Avis de motion donné le 18 août 2015 Adopté le 8 septembre

Plus en détail

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-f & P4-f - 185/180 - Standard P2-f & P4-f - 170/165 - Compact P2-f & P4-f - 200/195 - Confort MODELE H DH P2f-4f - 185/180 - Standard 340 171 P2f-4f - 170/165 - Compact

Plus en détail

Demande d installation d un système d assainissement non collectif

Demande d installation d un système d assainissement non collectif Tél : 05.61.04.09.40 Bureaux ouverts : 8h à 12h et 13h30 à 18h DIRECTION du DEVELOPPEMENT Service Aménagement / Assainissement Non Collectif Demande d installation d un système d assainissement non collectif

Plus en détail

Règlement d'application de l'ordonnance réglant le placement d'enfants à des fins d'entretien et en vue d'adoption (RAOPEE)

Règlement d'application de l'ordonnance réglant le placement d'enfants à des fins d'entretien et en vue d'adoption (RAOPEE) 13 novembre 2002 Règlement d'application de l'ordonnance réglant le placement d'enfants à des fins d'entretien et en vue d'adoption (RAOPEE) Etat au 1 er janvier 2008 Le Conseil d'etat de la République

Plus en détail

Radon dans les bâtiments : Support pédagogique à destination des professionnels du bâtiment Bernard Collignan

Radon dans les bâtiments : Support pédagogique à destination des professionnels du bâtiment Bernard Collignan Radon dans les bâtiments : Support pédagogique à destination des professionnels du bâtiment Bernard Collignan La Gestion du Radon dans les Pays de la Loire Ecole Supérieure du Bois, 14 novembre 2013 Sommaire

Plus en détail

Guide du logiciel PEB

Guide du logiciel PEB Guide du logiciel PEB pour les pompes à chaleur General Pour certificateurs PEB et architectes Ce manuel vous guide dans l intégration de notre bibliothèque de produits General dans votre logiciel PEB.

Plus en détail

CHAPITRE 2: CARACTERISTIQUES DES ZONES. Article 6.- Secteurs d'habitat à caractère rural.

CHAPITRE 2: CARACTERISTIQUES DES ZONES. Article 6.- Secteurs d'habitat à caractère rural. CHAPITRE 2: CARACTERISTIQUES DES ZONES Article 6.- Secteurs d'habitat à caractère rural. a) Les secteurs d'habitat à caractère rural sont destinés à recevoir des habitations, des petites et moyennes entreprises

Plus en détail

Reconnaître et comprendre le phénomène...2. Identifier les éléments qui contribuent au phénomène...5

Reconnaître et comprendre le phénomène...2. Identifier les éléments qui contribuent au phénomène...5 TABLE DES MATIÈRES 1 2 3 4 5 6 Reconnaître et comprendre le phénomène...2 Identifier les éléments qui contribuent au phénomène...5 Évaluer le risque pour la construction d un nouveau bâtiment...7 Poser

Plus en détail

BATIMAT 2007 Comparaison des contextes réglementaire et technique entre la Pologne et la France

BATIMAT 2007 Comparaison des contextes réglementaire et technique entre la Pologne et la France BATIMAT 2007 Comparaison des contextes réglementaire et technique entre la Pologne et la France Yannick LEMOIGNE CSTB Direction Technique Chef du Pôle Evaluations européennes, Certification et Développement

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION DES RISQUES DE MOUVEMENTS DE TERRAIN VERSANT NORD DU MONT CANISY SUR LA COMMUNE DE BENERVILLE SUR MER PIECE 3 REGLEMENT

PLAN DE PREVENTION DES RISQUES DE MOUVEMENTS DE TERRAIN VERSANT NORD DU MONT CANISY SUR LA COMMUNE DE BENERVILLE SUR MER PIECE 3 REGLEMENT PREFECTURE DU CALVADOS direction départementale de l'équipement Calvados service urbanisme PLAN DE PREVENTION DES RISQUES DE MOUVEMENTS DE TERRAIN VERSANT NORD DU MONT CANISY SUR LA COMMUNE DE BENERVILLE

Plus en détail

Assainissement du Plateau de Lancy Avenue du Petit-Lancy

Assainissement du Plateau de Lancy Avenue du Petit-Lancy Assainissement du Plateau de Lancy Avenue du Petit-Lancy Séance d information 10 mars 2014 2 Message de bienvenue par M. Renevey, Conseiller administratif Présentation du futur concept d assainissement

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Ville de Noisy-le-Sec Direction des Finances et le la Commande Publique Service des Marchés Publics Place du Maréchal Foch 93134 NOISY-LE-SEC Cedex Tél: 01 49 42 66 00 INSTALLATION

Plus en détail

Le radon. Collection thématique

Le radon. Collection thématique Le radon Gaz radioactif d origine naturelle, le radon représente le tiers de l exposition à la radioactivité reçue chaque année par la population française Collection thématique Que faut-il savoir du radon?

Plus en détail

SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTÉ DE COMMUNES ISLES DU DOUBS 1

SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTÉ DE COMMUNES ISLES DU DOUBS 1 SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTÉ DE COMMUNES ISLES DU DOUBS 1 L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF : ANC Objectifs : Protection de la santé et de la salubrité publique Préservation

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND. Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56. Notice Technique

SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND. Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56. Notice Technique SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56 Notice Technique Filière Fosse septique - Filtre à sable vertical non drainé: Cette filière a été élaborée

Plus en détail

Du radon dans votre maison Vous pouvez vous protéger

Du radon dans votre maison Vous pouvez vous protéger Information générale Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN / FANC) Rue Ravenstein 36 1000 BRUXELLES Tél. : 02/ 289.21.11 Fax : 02/ 289.21.12 E-mail : info@fanc.fgov.be Site web : www.fanc.fgov.be

Plus en détail

CHAPITRE IV - ZONE UC

CHAPITRE IV - ZONE UC ZONE UC CHAPITRE IV - ZONE UC Caractère de la zone UC : Il s'agit d'un espace urbain péricentral de densité moyenne principalement destiné à l'habitat et aux services, où les bâtiments sont construits

Plus en détail

Dispositions applicables aux zones naturelles N

Dispositions applicables aux zones naturelles N Dispositions applicables aux zones naturelles N PRÉAMBULE (EXTRAIT DU RAPPORT DE PRÉSENTATION) La zone N regroupe les espaces naturels et forestiers à protéger en raison de leur caractère d espace naturel

Plus en détail

CHAPITRE 2: CARACTERISTIQUES DES ZONES

CHAPITRE 2: CARACTERISTIQUES DES ZONES CHAPITRE 2: CARACTERISTIQUES DES ZONES Article 7.- Secteur de faible densité. a) Les secteurs d'habitation de faible densité comprennent les parties du territoire communal réservées aux maisons d'habitation

Plus en détail

PRESENTATION DU 26-6-2012 AU SYNDICAT DES ARCHITECTES

PRESENTATION DU 26-6-2012 AU SYNDICAT DES ARCHITECTES PRESENTATION DU 26-6-2012 AU SYNDICAT DES ARCHITECTES «LES DERNIERES REFORMES EN MATIERE D URBANISME» DIRECTION DU DEVELOPPEMENT URBAIN SERVICE DES AUTORISATIONS D URBANISME LE LOTISSEMENT TEXTES Ordonnance

Plus en détail