Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes"

Transcription

1 Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA

2 Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8 Italie Espagne Royaume-Uni Économies développées - Extra Europe États-Unis Japon Économies émergentes Chine Russie Inde Brésil

3 Activité, prix et emploi Zone euro En 2014, le produit intérieur brut de la zone euro a progressé de 0,9% en volume par rapport à l année précédente. La croissance de l activité économique de la zone euro devrait se renforcer en 2015 selon les prévisions du FMI (+1,). Croissance de l'activité (a/a) Répartition de la valeur ajoutée par secteur en Autres activités de services, Administratio n publique, sécurité sociale, éducation, santé, 2 Industrie, 19% Agriculture, sylviculture, pêche, Activités scientifiques et techniques, 1 Contruction, Immobilier, 1 Distribution, réparations,, hébergement, services alimentaires, 19% Information et Communicati on, Assurances et banques, Sources : Datastream,OCDE Le taux d inflation est devenu négatif en fin d année dans la zone euro, après plusieurs trimestres de ralentissement. Le taux de chômage a quant à lui poursuivi son lent repli entamé en Taux de chômage (G) Taux d'inflation harmonisé (D) hors énergie, produits alimentaires, alcool, tabac (D) 3 Taux de chômage ans 24 ans et plus Femmes Hommes Sources : Datastream, OCDE 2

4 Administrations publiques, ménages et entreprises non financières Sur l année 2014, le solde agrégé des comptes publics a enregistré un déficit de 2,9% du produit intérieur brut. Le niveau d endettement brut global des administrations publiques de la zone euro s élevait en 2014 à 9 du PIB. L endettement privé a poursuivi sa baisse entamée il y a plusieurs années. Dette publique (%PIB, G) Soldes des comptes publics (%PIB, D) % Sources : Datastream, FMI Dette des entreprises non financières (%PIB) Dette des ménages (%PIB) Sources : Datastream, Banque de France La consommation des ménages de la zone euro a enregistré une hausse en 2014 grâce à la progression de leurs revenus disponibles bruts. En revanche, l investissement reste faible, malgré un léger rebond, en raison de la profitabilité toujours dégradée des entreprises. Croissance du revenu disponible brut des ménages (G) Croissance de la consommation des ménages en valeur (D) 7% 3, 2, 2, 1, 1, 0, 0, -0, -1, - -1, - -2, 40, 39, 39, 38, 38, 37, 37, Excédent bruts d'exploitation et revenus mixtes (%PIB, cumul 4T, G) Croissance de l'investissement privé en valeur (D) 36,

5 Relations économiques extérieures En 2014, le taux d ouverture de l économie de la zone euro (la moitié de la somme des importations et des exportations rapportée au produit intérieur brut) a atteint 4. La valeur totale des exportations de la zone euro s est élevée à 1939 milliards d euros, tandis que la valeur des importations s est élevée à 1742 milliards. La zone euro a donc présenté donc un excédent commercial de 197 milliards d euros pour l année La balance courante (qui ajoute les transferts courants et les revenus sur les actifs extérieurs à la balance commerciale) s est élevée à +240 milliards d euros (soit +1, du PIB). La position extérieure de la zone euro (différence entre actifs et passifs de la zone euro vis-à-vis de l extérieur) s élevait à -1 de son PIB en Exports (Millions d'euros) Imports (Millions d'euros)

6 Activité, prix et emploi Allemagne En 2014, le produit intérieur brut allemand a progressé de 1, en volume par rapport à l année précédente. La croissance devrait rester solide en 2015 (+1, selon les prévisions du FMI). Croissance de l'activité (a/a) Sources : Datastream, FSO Répartition de la valeur ajoutée par secteur en 2013 Industrie, 2 Autres activités de services, Administratio n publique, sécurité sociale, éducation, santé, 2 Agriculture, sylviculture, pêche, Contruction, Activités scientifiques et techniques, 1 Distribution, réparations,, hébergement, services alimentaires, 1 Information et Communicati on, Assurances et banques, Immobilier, 1 Sources : Datastream,OCDE Le taux de chômage continue de baisser en Allemagne grâce à la solidité de la croissance. L inflation a continué de ralentir en 2014, passant en territoire négatif en fin d année. 4, 3, 3, 2, 2, 1, 1, 0, 0, -0, Taux d'inflation harmonisé (G) hors énergie, produits alimentaires, alcool, tabac (G) Taux de chômage (D) -1, Sources : Datastream, FSO Taux de chômage ans 24 ans et plus femmes hommes, OCDE 5

7 Administrations publiques, ménages et entreprises non financières Les comptes publics allemands sont à l équilibre (voire excédentaires) depuis quelques années. Ces bons résultats ont permis un recul du niveau d endettement brut des administrations publiques allemandes, qui s élevait à 7 du PIB en L endettement privé, notamment des ménages, est également en baisse depuis plusieurs années Dette publique (%PIB, G) Soldes des comptes publics (%PIB, D) Prévisions CE Sources : Datastream, FMI Dette des entreprises non financières (%PIB) Dette des ménages (%PIB) Sources : Datastream, Banque de France La consommation des ménages allemands a augmenté en 2014 grâce à une progression de leurs revenus disponibles bruts. L investissement a également progressé, alors que les taux de marge sont restés relativement stables. En 2014, le nombre de défaillances d entreprises en Allemagne a enregistré une baisse de par rapport à 2013, selon les estimations de l assureur-crédit Euler Hermes. Croissance du revenu disponible brut des ménages (G) Croissance de la consommation des ménages en valeur (D) 6, 5, 4, 3, 2, 1, - 0, - -1, - -2, % 3 37% 3 Excédent bruts d'exploitation et revenus mixtes (%PIB, cumul 4T, G) Croissance de l'investissement privé en valeur (D)

8 Relations économiques extérieures En 2014, le taux d ouverture de l économie allemande (la moitié de la somme des importations et des exportations rapportée au produit intérieur brut) a atteint 4. La valeur totale des exportations allemandes s est élevée à 1137 milliards d euros, tandis que la valeur des importations s est élevée à 919 milliards. L Allemagne a donc présenté donc un excédent commercial de près de 218 milliards d euros pour l année La balance courante (qui ajoute les transferts courants et les revenus sur les actifs extérieurs à la balance commerciale) s est élevée à 215 milliards d euros (soit +7, du PIB). La position extérieure de l Allemagne (différence entre actifs et passifs allemands vis-à-vis de l extérieur) s élevait à +4 de son PIB en Exports (Millions d'euros) Imports (Millions d'euros) Sources : Datastream, Bundesbank Synthèse des relations commerciales de l Allemagne Clients MM$ exports Rang imports MM$ Fournisseurs France 132,0 9, 1 8,9% 106,7 France États-Unis 117,8 8, 2 8, 98,7 États-Unis Royaume-Uni 94,6 6, 3 7, 84,3 Royaume-Uni Pays-Bas 90,6 6, 4 5, 66,4 Pays-Bas Chine 89,5 6, 5 5, 62,8 Chine Autriche 73,3 5, 6 4, 51,9 Autriche Italie 70,2 4, 7 4, 51,5 Italie Suisse 63,6 4, 8 4, 49,5 Suisse Pologne 56,0 3, 9 4, 48,1 Pologne Belgique 55,2 3, 10 4, 47,5 Belgique Produits exportés MM$ exports Rang 683,2 46, 1 32, 385,7 216,6 14,9% 2 14, 174,0 imports MM$ Produits importés Articles manufacturés 181,3 12, 3 12, 148,5 Articles manufacturés Articles manufacturés divers 148,5 10, 4 12, 147,8 Articles et transactions 79,8 5, 5 11, 136,8 Articles manufacturés divers Produits alimentaires et animaux vivants 68,0 4,7% 6 6, 72,4 Produits alimentaires et animaux vivants 41,2 2, 7 5,9% 69,9 Articles et transactions 24,9 1,7% 8 3, 45,2 Boissons et tabacs 11,2 0, 9 0, 9,5 Boissons et tabacs 3,8 0, 10 0, 4,7 Chiffres 2013, source : Unctadstat 7

9 France Activité, prix et emploi En 2014, le produit intérieur brut français a progressé de 0, en volume par rapport à l année précédente. En 2015, le FMI prévoit un léger renforcement de la croissance (+0,9%). Croissance de l'activité (a/a) Source : Eurostat Répartition de la valeur ajoutée par secteur en 2013 Industrie, 1 Autres activités de services, Administration publique, sécurité sociale, éducation, santé, 2 Activités scientifiques et techniques, 1 Agriculture, sylviculture, pêche, Contruction, Immobilier, 1 Distribution, réparations,, hébergement, services alimentaires, 1 Information et Communicatio n, Assurances et banques, Sources : Datastream,OCDE L atonie de la croissance économique française a fait le lit d une poussée progressive du chômage, qui dépasse désormais la barre des 1. A l affaiblissement de l inflation observé depuis plusieurs années, s ajoute désormais la baisse des prix du pétrole qui l ont fait passer en territoire négatif. Taux d'inflation harmonisé hors énergie, produits alimentaires, tabac, alcool Taux de chômage Sources : Datastream, INSEE Taux de chômage Taux de chômage ans 24 ans et plus Femmes Hommes, OCDE

10 Administrations publiques, ménages et entreprises non financières Sur l année 2014, le solde des comptes publics a enregistré un déficit de 4, du produit intérieur brut (contre 4, en 2013). Le niveau d endettement brut des administrations publiques françaises continue donc de progresser, et dépasse désormais 95 % du PIB. La hausse de l endettement privé se poursuit, notamment pour les entreprises Dette publique (%PIB, G) Soldes des comptes publics (%PIB, D) Prévisions CE Sources : Datastream, Commission européenne, FMI Dette des entreprises non financières (%PIB) Dette des ménages (%PIB) Sources : Datastream, Banque de France La consommation des ménages progresse toujours faiblement, dans le sillage des revenus disponibles bruts. La situation de l investissement est plus préoccupante, puisque la chute s est poursuivie en 2014, alors que les taux de marge demeurent extrêmement faibles. En 2014, le nombre de faillites d entreprises en France a enregistré une hausse de par rapport à 2013 selon les prévisions de l assureur-crédit Euler Hermes. Croissance du revenu disponible brut des ménages (G) Croissance de la consommation des ménages en valeur (D) 7% 3, 2, 2, 1, 1, 0, 0, -0, -1, - -1, 37, 36, 36, 35, 35, 34, 34, 33, 33, Excédent bruts d'exploitation et revenus mixtes (%PIB, cumul 4T, G) Croissance de l'investissement privé en valeur (D) , -1

11 Relations économiques extérieures Le taux d ouverture de l économie française (la moitié de la somme des importations et des exportations rapportée au produit intérieur brut) a atteint 3 en La valeur totale des exportations françaises s est élevée à 439 milliards d euros, tandis que la valeur des importations s est élevée à 492 milliards. La France a donc présenté donc un déficit commercial de 53 milliards d euros pour l année La balance courante (qui ajoute les transferts courants et les revenus sur les actifs extérieurs à la balance commerciale) s est élevée à -22 milliards d euros (soit 1, du PIB). La position extérieure de la France (différence entre actifs et passifs français vis-à-vis de l extérieur) s élevait à -1 de son PIB fin Exports (Millions d'euros) Imports (Millions d'euros) Sources : Datastream, DGDDI Synthèse des relations commerciales de la France Clients MM$ exports Rang imports MM$ Fournisseurs Allemagne 93,2 16, 1 17, 114,2 Allemagne Belgique 43,6 7,7% 2 8, 53,8 Belgique Italie 40,2 7, 3 7, 52,4 Italie Royaume-Uni 39,1 6,9% 4 7, 47,7 Royaume-Uni Espagne 38,3 6, 5 6, 43,4 Espagne États-Unis 35,8 6, 6 6, 40,7 États-Unis Pays-Bas 23,3 4, 7 4, 28,9 Pays-Bas Chine 19,6 3, 8 4, 27,5 Chine Suisse 17,4 3, 9 2, 16,9 Suisse Fédération de Russie 10,2 1, 10 2, 14,1 Fédération de Russie Produits exportés MM$ exports Rang 216,3 38, 1 32, 219,2 101,4 17,9% 2 16, 110,1 Articles manufacturés divers 63,5 11, 3 13,9% 92,9 imports MM$ Produits importés Articles manufacturés 61,8 10,9% 4 13, 92,0 Articles manufacturés divers Produits alimentaires et animaux vivants 53,2 9, 5 11, 79,2 Articles manufacturés 22,2 3,9% 6 7, 49,9 Boissons et tabacs 18,4 3, 7 2, 15,3 Produits alimentaires et animaux vivants Articles et transactions 15,6 2,7% 8 1, 6,5 Boissons et tabacs 12,8 2, 9 0, 2,5 1,7 0, 10 0, 1,1 Articles et transactions Chiffres 2013, source : Unctadstat

12 Activité, prix et emploi Italie En 2014, le produit intérieur brut italien a baissé de 0, en volume par rapport à l année précédente. Selon le FMI, la production devrait croitre faiblement en 2015 (+0,). Croissance de l'activité (a/a) Répartition de la valeur ajoutée par secteur en 2013 Autres activités de services, 1 Industrie, 1 Administration publique, sécurité sociale, éducation, santé, 2 Activités scientifiques et techniques, Immobilier, 1 Agriculture, sylviculture, pêche, 1 Contruction, Distribution, réparations,, hébergement, services alimentaires, Information et Communicatio n, 1 Assurances et banques, Sources : Datastream,OCDE L atonie de l économie italienne depuis plusieurs années provoque une hausse du chômage qui atteint désormais près de 1 de la population active. L inflation a continué de ralentir en 2014, passant en territoire négatif à la fin de l année. Taux d'inflation harmonisé (G) hors énergie, produits alimentaires, alcool, tabac (G) Taux de chômage (D) Taux de chômage ans 24 ans et plus femmes hommes Sources : Datastream, OCDE

13 Demande et agents domestiques Sur l année 2014, le solde des comptes publics italiens est resté stable à - du PIB, comme en 2012 et en Le niveau d endettement brut des administrations publiques italiennes a donc continué à progresser, atteignant 137% du PIB en Le désendettement privé est très ralenti par la morosité de l activité et des prix Dette publique (%PIB, G) Soldes des comptes publics (%PIB, D) Prévisions CE Sources : Datastream, FMI, Commission européenne Dette des entreprises non financières (%PIB) Dette des ménages (%PIB) Sources : Datastream, Banque de France La consommation des ménages italiens a progressé en 2014 grâce au rebond de leurs revenus disponibles bruts. En revanche, l investissement a continué de reculer en 2014 en Italie, alors que les taux de marge des entreprises continuent de s affaiblir. En 2014, le nombre de faillites d entreprises en Italie a enregistré une hausse de 1 par rapport à 2013, selon les prévisions de l assureur-crédit Euler Hermes. Croissance du revenu disponible brut des ménages (G) Croissance de la consommation des ménages en valeur (D) % 4 47% 4 4 Excédent bruts d'exploitation et revenus mixtes (%PIB, cumul 4T, G) Croissance de l'investissement privé en valeur (D)

14 Relations économiques extérieures En 2014, le taux d ouverture de l économie italienne (la moitié de la somme des importations et des exportations rapportée au produit intérieur brut) a atteint 27%. La valeur totale des exportations italiennes s est élevée à 399 milliards d euros, tandis que la valeur des importations s est élevée à 356 milliards. L Italie a donc présenté un excédent commercial de 43 milliards d euros pour l année La balance courante (qui ajoute les transferts courants et les revenus sur les actifs extérieurs à la balance commerciale) s est élevée à +30 milliards d euros (soit +1, du PIB). La position extérieure de l Italie (différence entre actifs et passifs français vis-à-vis de l extérieur) s élevait à -3 de son PIB en Exports (Millions d'euros) Imports (Millions d'euros) Sources : Datastream, Istat Synthèse des relations commerciales de l Italie Clients MM$ exports Rang imports MM$ Fournisseurs Allemagne 63,7 12, 1 14,7% 69,8 Allemagne France 55,5 10,7% 2 8, 39,8 France États-Unis 35,8 6,9% 3 6, 30,4 États-Unis Suisse 27,1 5, 4 5,7% 27,3 Suisse Royaume-Uni 25,7 5, 5 5, 26,6 Royaume-Uni Espagne 22,5 4, 6 4, 21,3 Espagne Belgique 14,9 2,9% 7 4, 19,6 Belgique Fédération de Russie 14,3 2, 8 3, 15,3 Fédération de Russie Produits exportés T urquie 13,2 2, 9 2,9% 13,9 T urquie Chine 13,0 2, 10 2,7% 12,6 Chine MM$ exports Rang 178,8 34, 1 22, 107,4 Articles manufacturés 95,9 18, 2 20, 95,1 Articles manufacturés divers 92,0 17, 3 15, 73,8 Produits alimentaires et animaux vivants imports MM$ Produits importés 63,2 12, 4 14, 68,9 Articles manufacturés 30,1 5, 5 11, 52,4 Articles manufacturés divers 24,8 4, 6 8, 39,6 Articles et transactions 13,8 2,7% 7 4, 20,7 Produits alimentaires et animaux vivants Boissons et tabacs 9,3 1, 8 1,9% 9,1 Articles et transactions 6,2 1, 9 0,9% 4,4 Boissons et tabacs 2,5 0, 10 0, 4,0 Chiffres 2013, source : Unctadstat

15 Activité, prix et emploi Espagne En 2014, le produit intérieur brut espagnol a progressé de 1, en volume par rapport à l année précédente. La croissance devrait se renforcer en 2015 et atteindre selon le FMI. Croissance de l'activité (a/a) Répartition de la valeur ajoutée par secteur en 2013 Autres activités de services, Industrie, 17% Administratio n publique, sécurité sociale, éducation, santé, 2 Activités scientifiques et techniques, 7% Agriculture, sylviculture, pêche, Immobilier, 1 Contruction, Distribution, réparations,, hébergement, services alimentaires, 2 Information et Communicatio n, Assurances et banques, Sources : Datastream,OCDE Le niveau du taux de chômage, qui touche près du quart de la population active, a poursuivi son mouvement de reflux en L inflation déjà légèrement négative s est encore affaiblie sous l effet de la chute des prix du pétrole en fin d année. Taux d'inflation harmonisé (G) hors énergie, produits alimentaires, alcool, tabac (G) Taux de chômage (D) Taux de chômage ans 24 ans et plus femmes hommes Sources : Datastream, OCDE

16 Administrations publiques, ménages et entreprises non financières Sur l année 2014, le solde des comptes publics a enregistré un déficit de 5, du produit intérieur brut (contre 7, en 2013). Le niveau d endettement brut des administrations publiques espagnoles a continué de progresser et s approche du niveau de 10 du PIB. En revanche, l endettement du secteur privé baisse rapidement Dette publique (%PIB, G) Soldes des comptes publics (%PIB, D) Prévisions CE Sources : Datastream, FMI Dette des entreprises non financières (%PIB) Dette des ménages (%PIB) Sources : Datastream, Banque de France La consommation des ménages espagnols a rebondi en 2014, alors que les revenus disponibles bruts des ménages restent handicapés par le chômage de masse qui freine les revenus salariaux. L investissement a également redémarré en Espagne, grâce à une meilleure profitabilité des entreprises. En 2014, le nombre de faillites d entreprises en Espagne a enregistré une forte baisse de 27% par rapport à 2013, selon les prévisions de l assureur-crédit Euler Hermes. Croissance du revenu disponible brut des ménages (G) Croissance de la consommation des ménages en valeur (D) , 44, 43, 43, 42, 42, 41, 41, 40, 40, Excédent bruts d'exploitation et revenus mixtes (%PIB, cumul 4T, G) Croissance de l'investissement privé en valeur (D) , -3

17 Relations économiques extérieures En 2014, le taux d ouverture de l économie espagnole (la moitié de la somme des importations et des exportations rapportée au produit intérieur brut) a atteint 3. La valeur totale des exportations espagnoles s est élevée à 243 milliards d euros, tandis que la valeur des importations s est élevée à 265 milliards. L Espagne a donc présenté un déficit commercial de 22 milliards d euros pour l année La balance courante a été excédentaire de 1 milliards d euros en 2014 (soit +0, du PIB). La position extérieure de l Espagne (différence entre actifs et passifs espagnol vis-à-vis de l extérieur) s élevait à -10 de son PIB en Exports (Millions d'euros) Imports (Millions d'euros) Sources : Datastream, BoS Synthèse des relations commerciales de l Espagne Clients MM$ exports Rang imports MM$ Fournisseurs France 50,0 16, 1 11, 36,9 France Allemagne 31,3 10, 2 10,9% 36,2 Allemagne Portugal 23,2 7, 3 6,9% 23,1 Portugal Italie 21,8 7, 4 5, 19,4 Italie Royaume-Uni 20,9 6,7% 5 4, 13,6 Royaume-Uni États-Unis 11,5 3,7% 6 3,9% 13,1 États-Unis Produits exportés Pays-Bas 9,0 2,9% 7 3,9% 13,1 Pays-Bas Belgique 8,1 2, 8 3,9% 13,0 Belgique Maroc 7,3 2, 9 3,7% 12,2 Maroc T urquie 6,4 2, 10 3, 10,9 T urquie MM$ exports Rang 100,3 32, 1 25, 84,8 Articles manufacturés 48,4 15, 2 22, 75,9 Produits alimentaires et animaux vivants 41,6 13, 3 14, 47,6 imports MM$ Produits importés 37,9 12, 4 11, 38,2 Articles manufacturés divers Articles manufacturés divers 28,1 9, 5 10, 34,5 Articles manufacturés 21,5 6,9% 6 8, 28,0 Articles et transactions 15,6 5, 7 4,7% 15,5 Produits alimentaires et animaux vivants 8,3 2,7% 8 1, 4,1 Boissons et tabacs Boissons et tabacs 5,2 1,7% 9 0,7% 2,4 4,2 1, 10 0, 1,3 Articles et transactions Chiffres 2013, source : Unctadstat

18 Activité, prix et emploi Royaume-Uni En 2014, le produit intérieur brut britannique a progressé de 2, en volume par rapport à l année précédente. La croissance devrait rester solide en 2015 selon les prévisions du FMI (+2,7%). Croissance de l'activité (a/a) Répartition de la valeur ajoutée par secteur en Autres activités de services, Administratio n publique, sécurité sociale, éducation, santé, 2 Industrie, 1 Activités scientifiques et techniques, 1 Agriculture, sylviculture, pêche, Contruction, Distribution, réparations,, hébergement, services alimentaires, 1 Information et Communicati on, Assurances et banques, Immobilier, 1 Sources : Datastream,OCDE Le niveau taux de chômage est passé sous la barre des en L inflation s est tassée en 2014, notamment en fin d année en raison de la baisse des prix énergétiques. Taux d'inflation harmonisé (G) hors énergie, produits alimentaires, alcool, tabac (G) Taux de chômage (D) 9% %, ONS Taux de chômage ans 24 ans et plus femmes hommes Sources : Datastream, OCDE

19 Administrations publiques, ménages et entreprises non financières Sur l année 2014, le solde des comptes publics a enregistré un déficit de 5, du produit intérieur brut (contre 5, en 2013). Le niveau d endettement brut des administrations publiques britanniques continue de progresser et dépasse désormais 9 du PIB. L endettement privé, et notamment des entreprises, a baissé nettement en Dette publique (%PIB, G) Soldes des comptes publics (%PIB, D) Dette des entreprises non financières (%PIB) Dette des ménages (%PIB) Sources : Datastream, FMI Sources : Datastream, Banque de France La consommation des ménages britanniques a poursuivi son rebond en 2014, grâce à la bonne tenue du marché du travail et des revenus salariaux. L investissement est également en progression mais demeure encore en dessous de son niveau d avant crise. En 2014, le nombre de faillites d entreprises au Royaume-Uni a enregistré une baisse de par rapport à 2013, selon Euler Hermes. Croissance du revenu disponible brut des ménages (G) Croissance de la consommation des ménages en valeur (D) 9% 7% 7% , 37, 36, 36, 35, 35, 34, 34, 33, 33, Excédent bruts d'exploitation et revenus mixtes (%PIB, cumul 4T, G) Croissance de l'investissement privé en valeur (D) , -2

20 Relations économiques extérieures En 2014, le taux d ouverture de l économie britannique (la moitié de la somme des importations et des exportations rapportée au produit intérieur brut) a atteint 3. La valeur totale des exportations britanniques s est élevée à 292 milliards de livres, tandis que la valeur des importations s est élevée à 412 milliards. Le Royaume-Uni a donc présenté un déficit commercial de 120 milliards de livres pour l année La balance courante (qui ajoute les transferts courants et les revenus sur les actifs extérieurs à la balance commerciale) s est élevée à -74 milliards de livres (soit -5, du PIB) sur les trois premiers trimestres de La position extérieure du Royaume-Uni (différence entre actifs et passifs britanniques vis-à-vis de l extérieur) s élevait à - de son PIB en Exports (Millions de livres) Imports (Millions de livres) Sources : Datastream, ONS Synthèse des relations commerciales du Royaume-Uni Clients MM$ exports Rang imports MM$ Fournisseurs Suisse 71,2 13, 1 14, 93,3 Suisse États-Unis 62,9 11, 2 8, 55,5 États-Unis Allemagne 48,3 8, 3 8, 53,5 Allemagne Pays-Bas 37,6 6,9% 4 7, 46,2 Pays-Bas France 35,2 6, 5 6, 39,4 France Irlande 28,4 5, 6 5, 34,4 Irlande Belgique 21,3 3,9% 7 4,7% 30,6 Belgique Chine 18,1 3, 8 3, 25,0 Chine Émirats arabes unis 15,6 2, 9 3, 20,4 Émirats arabes unis Chine (RAS de Hong Kong) 14,1 2, 10 2, 18,7 Chine (RAS de Hong Kong) Produits exportés MM$ exports Rang 153,8 28, 1 31, 203,3 imports MM$ Produits importés Articles et transactions 111,6 20, 2 14, 95,0 Articles manufacturés divers 73,1 13, 3 13, 90,7 62,7 11, 4 11, 76,0 Articles manufacturés divers 57,4 10, 5 11, 74,9 Articles manufacturés Articles manufacturés 49,7 9, 6 8, 53,2 Produits alimentaires et animaux vivants Produits alimentaires et animaux vivants 18,2 3, 7 5, 37,0 Articles et transactions Boissons et tabacs 11,3 2, 8 2, 14,8 10,3 1,9% 9 1, 8,8 Boissons et tabacs 0,8 0, 10 0, 2,2 Chiffres 2013, source : Unctadstat

21 Activité, prix et emploi Etats-Unis En 2014, le produit intérieur brut des Etats-Unis a progressé de 2, en volume par rapport à l année précédente. La croissance de l activité américaine devrait accélérer en 2015 à 3, selon les prévisions du FMI. Croissance de l'activité (a/a) Sources : Datastream, BEA Répartition de la valeur ajoutée par secteur en 2013 Gestion des déchêts, Activités scientifiques et techniques, Activité de gestion, Services aux entreprises, 1 Santé - social, Educatio n, Arts, spectacle, loisirs, Hébergement, restauration, Sylviculture, chasse et Secteur public, pêche, 1 Servies d'intérêt public, Immobilier, location, Commerce de crédit-bail, gros, 9% Information, Commerce de détail Assurances - Transport et banques, entrepôt, Esploitation minière, Construction, Secteur manufacturier, 1 Sources : Datastream,OCDE Le taux de chômage américain, en baisse régulière depuis plusieurs années, est passé sous la barre de en L inflation a faibli en 2014, mais demeure positive. Taux d'inflation (G) hors énergie, produits alimentaires, alcool, tabac (G) Taux de chômage (D) Sources : Datastream, BLS, BEA Taux de chômage ans 24 ans et plus femmes hommes Sources : Datastream, OCDE

22 Administrations publiques, ménages et entreprises non financières Sur l année 2014, le solde des comptes publics a enregistré un déficit de 5, du produit intérieur brut Le niveau d endettement brut des administrations publiques américaines atteint près de 10 du PIB. Le secteur privé se désendette grâce aux ménages, alors que la situation financière des entreprises est stable sur ce plan Dette publique (%PIB, G) Soldes des comptes publics (%PIB, D) Sources : Datastream, FMI Dette des entreprises non financières (%PIB) Dette des ménages (%PIB) Sources : Datastream, Banque de France La consommation des ménages a connu un renforcement progressif au cours de l année L investissement a été vigoureux, grâce à la profitabilité élevée des entreprises. En 2014, le nombre de faillites d entreprises aux Etats-Unis a enregistré une baisse de 1 par rapport à 2013, selon Euler Hermes. Croissance du revenu disponible brut des ménages (G) Croissance de la consommation des ménages en valeur (D) Sources : Datastream, BEA 7% Excédent nets d'exploitation et revenus mixtes (%PIB, cumul 4T, G) Croissance de l'investissement privé en valeur (D) Sources : Datastream, BEA

23 Relations économiques extérieures En 2014, le taux d ouverture de l économie américaine (la moitié de la somme des importations et des exportations rapportée au produit intérieur brut) a atteint 1. La valeur totale des exportations américaines s est élevée à 1635 milliards de dollars, tandis que la valeur des importations s est élevée à 2372 milliards. Les Etats-Unis ont donc enregistré un déficit commercial de 737 milliards de dollars pour l année La balance courante (qui ajoute les transferts courants et les revenus sur les actifs extérieurs à la balance commerciale) a enregistré un déficit de 300 milliards de dollars (soit 2, du PIB) sur les trois premiers trimestres de La position extérieure des Etats-Unis (différence entre actifs et passifs des Etats-Unis vis-à-vis de l extérieur) s élevait à -3 de son PIB en Exports (Millions de dollars) Imports (Millions de dollars) Sources : Datastream, US Census Bureau Synthèse des relations commerciales des Etats-Unis Clients MM$ exports Rang imports MM$ Fournisseurs Canada 300,2 19, 1 19, 460,0 Canada Mexique 226,2 14, 2 14, 336,7 Mexique Chine 122,0 7,7% 3 12, 283,0 Chine Japon 65,1 4, 4 6, 142,1 Japon Royaume-Uni 47,3 3, 5 5, 116,9 Royaume-Uni Allemagne 46,9 3, 6 2, 65,0 Allemagne Brésil 44,1 2, 7 2, 53,6 Brésil Pays-Bas 42,7 2,7% 8 2, 53,1 Pays-Bas Chine (RAS de Hong Kong) 42,4 2,7% 9 2, 46,3 Chine (RAS de Hong Kong) Corée, République de 41,6 2, 10 1,9% 43,3 Corée, République de Produits exportés MM$ exports Rang 532,7 33, 1 38, 902,9 208,6 13, 2 16,7% 389,1 imports MM$ Produits importés Articles et transactions 183,0 11, 3 14,9% 346,0 Articles manufacturés divers Articles manufacturés divers 156,2 9,9% 4 10, 245,6 Articles manufacturés 148,3 9, 5 8, 200,0 Articles manufacturés 144,8 9, 6 4, 93,2 Produits alimentaires et animaux vivants Produits alimentaires et animaux vivants 107,0 6, 7 3,7% 86,5 Articles et transactions 86,7 5, 8 1, 37,0 Boissons et tabacs 7,2 0, 9 0,9% 21,8 Boissons et tabacs 3,6 0, 10 0, 6,1 Chiffres 2013, source : Unctadstat

24 Activité, prix et emploi Japon En 2014, le produit intérieur brut japonais a baissé de 0, en volume par rapport à Selon le FMI, la croissance économique du Japon devrait être faible en 2015 (+0,). Croissance de l'activité (a/a) Répartition de la valeur ajoutée par secteur en Autres activités de services Industrie, 1 Administration publique, sécurité sociale, éducation, santé, 1 Immobilier, 1 Agriculture, sylviculture, pêche, 1 Contruction, Distribution, réparations,, hébergement, services alimentaires, Information et Communicatio n, 9% Assurances et banques, 9% Sources : Datastream,OCDE Le Japon est sorti de la déflation grâce à la hausse de la TVA et à une politique monétaire agressive. Dans la droite ligne des précédentes années, le taux de chômage a continué de baisser progressivement en Taux d'inflation (G) hors énergie, produits alimentaires, alcool, tabac (G) Taux de chômage (D) Sources : Datastream, MIC 1 1 Taux de chômage ans 24 ans et plus femmes hommes, OCDE

25 Administrations publiques, ménages et entreprises non financières Sur l année 2014, le solde des comptes publics a enregistré un déficit de 7, du produit intérieur brut (contre 8, en 2013). Le niveau d endettement brut des administrations publiques japonaises s élevait à 24 du PIB en L endettement privé est relativement stable depuis plusieurs années Dette publique (%PIB, G) Soldes des comptes publics (%PIB, D) Dette des entreprises non financières (%PIB) Dette des ménages (%PIB) Sources : Datastream, FMI Sources : Datastream, Banque de France La consommation des ménages japonais a connu une baisse importante en 2014 en raison de la hausse de la TVA. L investissement privé a également chuté. En 2014, le nombre de faillites d entreprises au Japon a enregistré une baisse de par rapport à 2013, selon les prévisions de l assureur-crédit Euler Hermes. Croissance du revenu disponible brut des ménages (G) Croissance de la consommation des ménages en valeur (D) Sources : Datastream, Cabinet Office Excédent nets d'exploitation et revenus mixtes (%PIB, cumul 4T, G) Croissance de l'investissement privé en valeur (D) Sources : Datastream, Cabinet Office

26 Relations économiques extérieures En 2014, le taux d ouverture de l économie japonaise (la moitié de la somme des importations et des exportations rapportée au produit intérieur brut) a atteint 1. La valeur totale des exportations japonaises s est élevée à 73 billions de yens, tandis que la valeur des importations s est élevée à 86 billions. Le Japon a donc présenté donc un déficit commercial de 13 billions de yens pour l année La balance courante (qui ajoute les transferts courants et les revenus sur les actifs extérieurs à la balance commerciale) s est élevée à +3 billions de yens (soit +0, du PIB). La position extérieure du Japon (différence entre actifs et passifs japonais vis-à-vis de l extérieur) s élevait à +6 de son PIB en Exports (milliards de yens) Imports (milliards de yens) Sources : Datastream, Ministry of Finance Synthèse des relations commerciales du Japon Clients MM$ exports Rang imports MM$ Fournisseurs États-Unis 134,5 18, 1 21,7% 181,0 États-Unis Chine 129,4 18, 2 8, 72,0 Chine Corée, République de 56,5 7,9% 3 6, 51,0 Corée, République de Province chinoise de Taiwan 41,6 5, 4 6, 49,9 Province chinoise de Taiwan Chine (RAS de Hong Kong) 37,4 5, 5 5, 42,5 Chine (RAS de Hong Kong) T haïlande 35,9 5, 6 4, 36,9 T haïlande Singapour 21,0 2,9% 7 4, 35,8 Singapour Allemagne 19,0 2,7% 8 3, 29,7 Allemagne Indonésie 17,0 2, 9 3, 28,9 Indonésie Australie 17,0 2, 10 2,9% 23,8 Australie Produits exportés MM$ exports Rang 414,4 57,9% 1 33, 281,6 Articles manufacturés 94,3 13, 2 22,7% 188,8 imports MM$ Produits importés 75,8 10, 3 12, 99,6 Articles manufacturés divers Articles manufacturés divers 55,9 7, 4 7,9% 65,6 Articles et transactions 41,1 5,7% 5 7, 61,7 Articles manufacturés 16,7 2, 6 7, 58,6 12,4 1,7% 7 6,7% 56,2 Produits alimentaires et animaux vivants Produits alimentaires et animaux vivants 3,8 0, 8 1, 11,9 Articles et transactions Boissons et tabacs 0,6 0, 9 0,9% 7,6 Boissons et tabacs 0,2 0, 10 0, 1,6 Chiffres 2013, source : Unctadstat

27 Activité, emploi et prix République Populaire de Chine En 2014, le produit intérieur brut chinois a progressé de 7, en volume par rapport à l année précédente. La croissance de l activité devrait rester importante, bien qu elle subirait un fléchissement en 2015 (+6, selon les prévisions du FMI) Taux d'inflation Taux de chômage Croissance économique (a/a) Sources : Datastream, NBS Répartition de la valeur ajoutée par secteur en 2013 Industrie, 37% Autres activités de services, 1 Agriculture, sylviculture, pêche, 1 Contruction, 7% Distribution, réparations,, hébergement, services alimentaires, 1 Assurances et banques, Immobilier, Sources : Datastream,OCDE Endettement des administrations publiques et crédit au secteur privé Sur l année 2014, le déficit des comptes publics est resté modéré. Le niveau d endettement brut des administrations publiques chinoises continue de progresser, et dépasse désormais 4 du PIB Dette publique (%PIB, G) Soldes des comptes publics (%PIB, D) 1, 0, 0, -0, -1, -1, -2, -2, -3, -3, Sources : Datastream, FMI Encours du crédit bancaire au secteur privé (%PIB) Sources : Datastream, Banque Mondiale

28 Relations économiques extérieures En 2014, le taux d ouverture de l économie chinoise (la moitié de la somme des importations et des exportations rapportée au produit intérieur brut) a atteint 27%. La valeur totale des exportations chinoises s est élevée à 2343 milliards de dollars, tandis que la valeur des importations s est élevée à 1963 milliards. La Chine a donc présenté donc un excédent commercial de près de 380 milliards de dollars pour l année La balance courante (qui ajoute les transferts courants et les revenus sur les actifs extérieurs à la balance commerciale) s est élevée à 213 milliards de dollars. La position extérieure de la Chine (différence entre actifs et passifs chinois vis-à-vis de l extérieur) était positive de milliards de dollars en Exports (centaines de millions de dollars) Imports (centaines de millions de dollars) Sources : Datastream, China Customs Clients Synthèse des relations commerciales de la Chine MM$ exports Rang imports MM$ Fournisseurs Chine (RAS de Hong Kong) 385,0 17, 1 10, 201,7 Chine (RAS de Hong Kong) États-Unis 369,1 16,7% 2 9, 178,9 États-Unis Japon 150,0 6, 3 8,9% 172,8 Japon Corée, République de 91,2 4, 4 8, 162,1 Corée, République de Allemagne 67,4 3, 5 5, 103,8 Allemagne Pays-Bas 60,3 2,7% 6 5, 101,0 Pays-Bas Royaume-Uni 51,0 2, 7 3, 66,2 Royaume-Uni Fédération de Russie 49,6 2, 8 3, 61,9 Fédération de Russie Produits exportés Viet Nam 48,6 2, 9 3, 59,2 Viet Nam Inde 48,5 2, 10 3, 59,0 Inde MM$ exports Rang imports MM$ Produits importés 1031,1 46,7% 1 33, 651,9 Articles manufacturés divers 557,0 25, 2 18, 352,0 Articles manufacturés 367,5 16, 3 17, 340,0 Produits alimentaires et animaux vivants 134,0 6, 4 11, 222,8 60,6 2,7% 5 8,9% 173,1 Articles manufacturés 40,0 1, 6 7, 152,8 Articles manufacturés divers 16,0 0,7% 7 2, 41,0 Boissons et tabacs 2,9 0, 8 0, 12,0 Produits alimentaires et animaux vivants 0,6 0, 9 0, 4,4 Boissons et tabacs Chiffres 2013, source : Unctadstat

29 Activité, emploi et prix Fédération de Russie En 2014, selon les dernières prévisions du FMI, le produit intérieur brut russe a progressé de 0, en volume par rapport à l année précédente. La Russie devrait être en récession sévère en 2015 (- selon les prévisions du FMI). 1 Croissance de l'activité (a/a) 1 Taux d'inflation Taux de chômage Sources : Datastream, FSSS Sources : Datastream, FSSS Endettement des administrations publiques et crédit au secteur privé Sur l année 2014, le solde des comptes publics a enregistré un déficit de - du PIB. Le niveau d endettement brut des administrations publiques russes est resté modéré en 2014 à 1 du PIB Dette publique (%PIB, G) Soldes des comptes publics (%PIB, D) Sources : Datastream, FMI Encours du crédit bancaire au secteur privé (%PIB) Sources : Datastream, Banque Mondiale

30 Relations économiques extérieures En 2014, le taux d ouverture de l économie russe (la moitié de la somme des importations et des exportations rapportée au produit intérieur brut) a atteint 27%. La valeur totale des exportations russes s est élevée à 497 milliards de dollars, tandis que la valeur des importations s est élevée à 308 milliards. La Russie a donc présenté donc un excédent commercial de près de 189 milliards de dollars pour l année Exports (Milliards de dollars) Imports (Milliards de dollars) La balance courante (qui ajoute les transferts courants et les revenus sur les actifs extérieurs à la balance commerciale) s est élevée à 56 milliards de dollars Sources : Datastream, Banque centrale de Russie Synthèse des relations commerciales de la Fédération de Russie Clients MM$ exports Rang imports MM$ Fournisseurs Pays-Bas 55,4 10,7% 1 16, 52,0 Pays-Bas Allemagne 42,4 8, 2 13, 43,7 Allemagne Chine 35,2 6, 3 5, 16,5 Chine Italie 28,4 5, 4 5, 16,5 Italie Ukraine 25,7 5, 5 4, 14,3 Ukraine T urquie 25,1 4, 6 3,9% 12,6 T urquie Bélarus 21,1 4, 7 3, 11,7 Bélarus Japon 20,7 4, 8 3, 11,1 Japon Pologne 19,6 3, 9 3, 10,5 Pologne États-Unis 17,8 3, 10 3, 10,1 États-Unis Produits exportés MM$ exports Rang imports MM$ Produits importés 348,2 67, 1 42, 137,3 Articles manufacturés 64,7 12, 2 13,7% 44,6 Articles manufacturés divers 33,1 6, 3 13, 43,6 Articles manufacturés Produits alimentaires et animaux vivants 26,5 5, 4 12, 39,0 19,3 3,7% 5 11, 36,8 14,0 2,7% 6 2, 9,2 Produits alimentaires et animaux vivants Articles manufacturés divers 6,4 1, 7 1, 5,7 Articles et transactions 3,6 0,7% 8 1, 3,7 Boissons et tabacs 1,6 0, 9 1, 3,1 Articles et transactions Boissons et tabacs 1,5 0, 10 0, 1,4 Chiffres 2013, source : Unctadstat

31 Activité, emploi et prix Inde En 2014, le produit intérieur brut a progressé de 7, en volume par rapport à l année précédente. En 2015, la croissance devrait rester dynamique selon les prévisions du FMI. Croissance de l'activité (a/a) Sources : Datastream, CSO 1 Taux d'inflation (G) Taux de chômage (moyenne 4Q, D) 7% Sources : Datastream, CSO Endettement des administrations publiques et crédit au secteur privé Sur l année 2014, le solde des comptes publics a enregistré un déficit de 7, du PIB. Malgré cela, le niveau de la croissance permet une baisse du niveau d endettement brut des administrations publiques indiennes, qui s élevait en 2014 à 6 du PIB Dette publique (%PIB, G) Soldes des comptes publics (%PIB, D) Sources : Datastream, FMI Encours du crédit bancaire au secteur privé (%PIB) Sources : Datastream, Banque Mondiale 30

32 Relations économiques extérieures En 2014, le taux d ouverture de l économie indienne (la moitié de la somme des importations et des exportations rapportée au produit intérieur brut) a atteint 2. La valeur totale des exportations indiennes s est élevée à milliards de roupies, tandis que la valeur des importations s est élevée à milliards. L inde a donc présenté donc un déficit commercial de près de milliards de roupies pour l année La balance courante (qui ajoute les transferts courants et les revenus sur les actifs extérieurs à la balance commerciale) s est élevée à milliards de roupies (soit -1, de son PIB) sur les trois premiers trimestres La position extérieure de l Inde (différence entre actifs et passifs indiens vis-à-vis de l extérieur) s élevait à -17, de son PIB en Exports (Milliards de roupies) Imports (Milliards de roupies) Sources : Datastream, Ministry of commerce Clients Synthèse des relations commerciales de l Inde MM$ exports Rang imports MM$ Fournisseurs États-Unis 42,0 12, 1 11, 53,6 États-Unis Émirats arabes unis 34,0 10, 2 8, 37,5 Émirats arabes unis Chine 16,4 4,9% 3 7, 34,2 Chine Singapour 14,2 4, 4 5, 23,6 Singapour Chine (RAS de Hong Kong) 13,7 4, 5 4, 20,9 Chine (RAS de Hong Kong) Arabie saoudite 12,4 3,7% 6 3,9% 18,1 Arabie saoudite Royaume-Uni 10,6 3, 7 3, 15,4 Royaume-Uni Pays-Bas 9,2 2,7% 8 3, 15,0 Pays-Bas Allemagne 8,1 2, 9 3, 14,9 Allemagne Japon 7,3 2, 10 3, 14,5 Japon Produits exportés MM$ exports Rang Articles manufacturés 83,0 24,7% 1 40, 187,4 69,6 20,7% 2 16,7% 77,9 imports MM$ Produits importés 46,1 13,7% 3 13, 62,0 Articles manufacturés 39,4 11,7% 4 9, 45,7 Articles manufacturés divers 38,9 11, 5 8, 38,2 Articles et transactions Produits alimentaires et animaux vivants 33,6 10, 6 5, 23,4 16,1 4, 7 3, 14,5 Articles manufacturés divers Articles et transactions 7,5 2, 8 2, 10,1 Boissons et tabacs 1,3 0, 9 1, 6,4 Produits alimentaires et animaux vivants 1,1 0, 10 0, 0,4 Boissons et tabacs Chiffres 2013, source : Unctadstat 31

33 Activité, emploi et prix Brésil En 2014, selon les dernières prévisions du FMI, le produit intérieur brut brésilien a progressé de 0, en volume par rapport à l année précédente. La croissance sera toujours affaiblie en 2015 (+0, selon les prévisions du FMI). Croissance de l'activité (a/a) Sources : Datastream, OCDE Taux d'inflation (G) Taux de chômage (D) 1 7% Sources : Datastream, IBGE Endettement des administrations publiques et crédit au secteur privé Sur l année 2014, le solde des comptes publics s est creusé à près de du PIB. Le niveau d endettement brut des administrations publiques brésiliennes s élevait en 2014 à 6 du PIB Dette publique (%PIB, G) Soldes des comptes publics (%PIB, D) Sources : Datastream, FMI Encours du crédit bancaire au secteur privé (%PIB) Sources : Datastream, Banque Mondiale 32

34 Relations économiques extérieures En 2014, le taux d ouverture de l économie brésilienne (la moitié de la somme des importations et des exportations rapportée au produit intérieur brut) a atteint 1. La valeur totale des exportations brésiliennes s est élevée à 225 milliards de dollars, tandis que la valeur des importations s est élevée à 229 milliards. Le Brésil a donc présenté donc un déficit commercial de près de 4 milliards de dollars pour l année La balance courante (qui ajoute les transferts courants et les revenus sur les actifs extérieurs à la balance commerciale) s est élevée à -91 milliard de dollars. La position extérieure du Brésil (différence entre actifs et passifs brésiliens vis-à-vis de l extérieur) s élevait à -3 de son PIB en Exports (Millions de dollars) Imports (Millions de dollars) Sources : Datastream, MDIC Clients Synthèse des relations commerciales du Brésil MM$ exports Rang imports MM$ Fournisseurs Chine 46,0 19, 1 15, 37,3 Chine États-Unis 24,9 10, 2 15, 36,3 États-Unis Argentine 19,6 8, 3 6,9% 16,5 Argentine Pays-Bas 17,3 7, 4 6, 15,2 Pays-Bas Japon 8,0 3, 5 4, 9,6 Japon Allemagne 6,6 2,7% 6 4, 9,5 Allemagne Venezuela (République bolivarienne du) 4,8 2, 7 3, 7,1 Venezuela (République bolivarienne du) Corée, République de 4,7 1,9% 8 2, 6,7 Corée, République de Chili 4,5 1,9% 9 2,7% 6,5 Chili Panama 4,4 1, 10 2,7% 6,4 Panama Produits exportés Produits alimentaires et animaux vivants MM$ exports Rang 69,7 28, 1 38, 91,1 54,0 22, 2 19, 45,7 44,2 18, 3 18,9% 45,3 imports MM$ Produits importés Articles manufacturés 24,9 10, 4 10, 25,1 Articles manufacturés 17,8 7, 5 6, 15,9 Articles manufacturés divers 14,3 5,9% 6 4, 9,9 Articles et transactions 7,5 3, 7 2, 5,0 Articles manufacturés divers 4,5 1,9% 8 0, 1,0 Produits alimentaires et animaux vivants Boissons et tabacs 3,4 1, 9 0, 0,6 Boissons et tabacs 1,8 0,7% 10 0, 0,0 Articles et transactions Chiffres 2013, source : Unctadstat 33

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Chiffre d'affaires par ligne de services

Chiffre d'affaires par ligne de services Troisième trimestre 2010 des revenus: EUR 1.210 millions Réservez au projet de loi: 90%, même par rapport au troisième trimestre 2009, 2010 Cash Flow Opérationnel s'élève à EUR 83 millions dans les neuf

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry *

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * 1) Base de données 2) Sources et définitions * Alix de Saint Vaulry est économiste au CEPII, responsable de la production de la base de données

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec Édition 2013 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

Le ver est dans le fruit Délais et retards de paiement, impayés et défaillances d entreprises : nos prévisions pour 2015

Le ver est dans le fruit Délais et retards de paiement, impayés et défaillances d entreprises : nos prévisions pour 2015 Les défaillances d entreprises dans le monde Le Bulletin Économique N 1211-1212 CE DOCUMENT est un extrait de notre Bulletin économique N 1211-1212 (octobre novembre 2014). Pour recevoir ce numéro et vous

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI»

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» La SOPARFI n'est pas régie par une loi spécifique, mais se définit comme une société de capitaux luxembourgeoise soumise à une fiscalité tant directe

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 البنك المركزي التونسي BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 SOMMAIRE Pages Introduction... 5 Endettement extérieur

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION S.M.A.R.T. Production 2004-2005 - Tous droits de reproduction réservés. Par les mêmes organisateurs : 40 ateliers gratuits sur

Plus en détail

Le Marché du à la consommation en Europe à fin 2007

Le Marché du à la consommation en Europe à fin 2007 Le Marché du Crédit à la consommation en Europe à fin 7 Une étude de SOFINCO Evry, le juin 8 Nicolas Pécourt Le crédit à la consommation en Europe Synthèse (/) Cette étude porte sur le marché du crédit

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Compétitivité française : Quelques constats

Compétitivité française : Quelques constats Compétitivité française : Quelques constats Gilbert Cette Banque de France et Université d Aix-Marseille Gilbert Cette 1 Sommaire 1.1 Dégradation alarmante 1.2 Dégradation stoppée 1.3 En particulier vis-à-vis

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

DIVERSITÉ CULTURELLE JOURS FÉRIÉS Pour en savoir Plus, veuillez vous adresser à :

DIVERSITÉ CULTURELLE JOURS FÉRIÉS Pour en savoir Plus, veuillez vous adresser à : Le Manitoba en bref Le Manitoba : Province du Canada depuis 1870. Manitoba signifie «lieu où vit l Esprit» dans les langues des peuples autochtones de la province. Chef politique : Premier ministre (Greg

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

13.1. L encours de crédit à la consommation en Europe à fin 2007 137,5 103,4 97,9

13.1. L encours de crédit à la consommation en Europe à fin 2007 137,5 103,4 97,9 Pour un développement responsable du crédit en France 3. FICHE PAYS 3.. L encours de crédit en Europe à fin 007 en Europe à fin 007 (en milliards d euros) Roy aume-uni Allemagne France Espagne Italie Grèce

Plus en détail

Fonds de secours des employés Demande de bourse

Fonds de secours des employés Demande de bourse Fonds de secours des employés Demande de bourse Le fonds de secours des employés de MeadWestvaco a été établi pour répondre aux besoins immédiats des employés éligibles pendant les premières semaines cruciales

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux 21 novembre 2014 Gilbert Cette 1. Définitions et sources Valeur ajoutée aux coûts des

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014 LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE Demande placée 125 700 m² +41% : confirme son retour en grâce sur le marché locatif, en dépit d un 3 ème trimestre 2014 beaucoup moins flamboyant que le précédent,

Plus en détail

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise ÉTUDE EN BREF Octobre 2011 L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise Pour les investisseurs, l Europe de l immobilier de bureaux n est pas celle qui est délimitée par les accords

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE. Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine

FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE. Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine Clément DORNIER Caroline FERTÉ Audrey LEGRAND Marie-Anne MILAN 1 UN ÉVENTAIL DE

Plus en détail

Chiffre d affaires du premier trimestre 2015

Chiffre d affaires du premier trimestre 2015 Chiffre d affaires du premier trimestre 2015 Chiffre d affaires : 286,6 millions d euros, croissance organique de +4,0% Flux de trésorerie disponible : 31,9 millions d euros, en progression de +10,4% Croissance

Plus en détail

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Octobre 2012 RESULTATS DE L ANALYSE DES COUPLES PAYS/SECTEURS PORTEURS EN FAVEUR DU COMMERCE EXTERIEUR DE LA FRANCE SOMMAIRE Résumé 2

Plus en détail

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014

L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014 L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014 Introduction L économie canadienne est tributaire des exportations, en particulier dans les secteurs agricoles et

Plus en détail

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier.

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. Sommaire Synthèse 1 Arrivées hôtelières par pays 2 Nuitées

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

Présentation Altran. Octobre 2008

Présentation Altran. Octobre 2008 Présentation Altran Octobre 2008 Le Groupe Altran: identité Pionnier du conseil en innovation technologique Leader en Europe Créé en 1982, soit plus de 25 années d expertise dans le domaine du conseil

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell. Guide de démarrage de votre nouveau service de Bell

Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell. Guide de démarrage de votre nouveau service de Bell Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell Guide de démarrage de votre nouveau service de Bell Table des matières Bienvenue au service d audioconférence sans réservation de Bell...

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

AXA COMMUNIQUÉ DE PRESSE

AXA COMMUNIQUÉ DE PRESSE AXA COMMUNIQUÉ DE PRESSE PARIS, 6 MAI 2015 Indicateurs d activité T1 2015 Chiffre d affaires en hausse de 10% en publié, bénéficiant d effets de change positifs Variation en comparable (à taux de change

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée.

2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée. COMMUNIQUE DE PRESSE 6 décembre 2013 Résultats annuels 2013 2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée. Volume d activité Villages stable à taux

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

11 511 milliards de $EU. Statistiques du commerce international. total. milliards de $EU. total Services commerciaux 4 170 milliards de $EU

11 511 milliards de $EU. Statistiques du commerce international. total. milliards de $EU. total Services commerciaux 4 170 milliards de $EU Statistiques du commerce international Exportation mondiales 2011 total Services commerciaux 4 170 milliards de $EU total MARCHANDISES 17 816 milliards de $EU Voyages 1 065 milliards de $EU Transports

Plus en détail

11 848 milliards de $EU. Statistiques du commerce international 2014 TOTAL MARCHANDISES. milliards de $EU PRODUITS MANUFACTURÉS

11 848 milliards de $EU. Statistiques du commerce international 2014 TOTAL MARCHANDISES. milliards de $EU PRODUITS MANUFACTURÉS Statistiques du commerce international 2014 Voyages 1 185 milliards de $EU Exportations mondiales 2013 TOTAL SERVICES COMMERCIAUX 4 645 milliards de $EU Transport 905 milliards de $EU Autres services commerciaux

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Région Haute-Normandie. Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie

Région Haute-Normandie. Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie Région Haute-Normandie Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie Novembre 2013 ! "# $"% &%'' $ (')#!*+,*'-#&+,./ 0 $1&/2+,(.'1&/2+,(.'' 3,/,// 4 (553 5#+' 2 '+ 0 6 #

Plus en détail

Comité Coproduits. Situation des marchés (V e quartier) 30 juin 2015. Montreuil

Comité Coproduits. Situation des marchés (V e quartier) 30 juin 2015. Montreuil Comité Coproduits Situation des marchés (V e quartier) juin 21 Montreuil LE MARCHE DES PRODUITS TRIPIERS Production de produits tripiers tonnes Evolution sur mois 21/21 Abats de bovins : + 2,2 % Abats

Plus en détail

Montpellier. 24 mai 2011

Montpellier. 24 mai 2011 Montpellier 24 mai 2011 SOMMAIRE Le Groupe AXA Retour sur 2010, une année charnière Performance en 2010 et indicateurs d activité 2011 Priorités pour 2011 et après Christian RABEAU Directeur de la Gestion

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

Euronext simplifié (dérivés: level 1, actions: level 2) Pays-bas, France, Belgique 2,00 EUR 59,00 EUR

Euronext simplifié (dérivés: level 1, actions: level 2) Pays-bas, France, Belgique 2,00 EUR 59,00 EUR Cours en temps réel - Europe Euronext simplifié (dérivés: level 1, actions: level 2) -bas, France, Belgique 2,00 EUR 59,00 EUR Euronext total (dérivés: level 2, actions: level 2) -bas, France, Belgique

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015

REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015 REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015 2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040 2045 2050 2055 2060 en % du PIB UN FINANCEMENT DES RETRAITES TOUJOURS PAS ASSURÉ Solde financier

Plus en détail

MSH INTERNATIONAL pour le compte de l ASFE

MSH INTERNATIONAL pour le compte de l ASFE 2014 RELAIS EXPAT L ASSURANCE SANTÉ EN COMPLÉMENT DE LA POUR EXPATRIÉS MSH INTERNATIONAL pour le compte de l ASFE L ASSURANCE SANTÉ SANS FRONTIÈRES Le contrat Relais Expat de l ASFE : pourquoi vous couvrir?

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014

BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014 BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014 INTERVENANTS Daniel Wertel, Président de la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin François-Marie Grau, Secrétaire Général de la Fédération

Plus en détail

les étudiants d assas au service des professionnels

les étudiants d assas au service des professionnels les étudiants d assas au service des professionnels 2 3 Présentation Générale Les avantages de l Association Pour les professionnels QUI SOMMES-NOUS? Assas Junior Conseil est une association à caractère

Plus en détail

de résultat opérationnel courant (3) en hausse de 20,7 % (4) Ratings AA-, perspective stable par Fitch Ratings et A2, perspective stable par Moody s

de résultat opérationnel courant (3) en hausse de 20,7 % (4) Ratings AA-, perspective stable par Fitch Ratings et A2, perspective stable par Moody s REGARD SUR COFACE / Le Groupe Coface est un leader mondial de l assurance-crédit et un expert reconnu des risques commerciaux. Il propose aux entreprises du monde entier des solutions pour les protéger

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Tarif des principales opérations sur titres

Tarif des principales opérations sur titres Tarif des principales opérations sur titres 01 janvier 2015 Ordres Euronext... 2 Bourse étrangère... 3 Euro-obligations... 4 Fonds de placement KBC (1)... 4 Produits d investissement KBC émis par KBC AM...

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

notre vision CARTE DE VISITE

notre vision CARTE DE VISITE 360 notre vision CARTE DE VISITE 2012 Malgré un durcissement de la conjoncture économique à partir du second semestre 2011, le Groupe SEB a maintenu son cap et consolidé ses positions sur la plupart des

Plus en détail

Le défi numérique et les enjeux du e-learning Comment renforcer la compétitivité?

Le défi numérique et les enjeux du e-learning Comment renforcer la compétitivité? Le défi numérique et les enjeux du e-learning Comment renforcer la compétitivité? Rhena TIC DAYS Mulhouse 2011 Le défi numérique : Le développement des téléphones mobiles, d Internet et des technologies

Plus en détail

Wali. Directeur général. commissaire Du gouvernement. conseil. M. Abdellatif JOUAHRI. M. Abdellatif FAOUZI. M. Le Wali. M. Le Directeur Général

Wali. Directeur général. commissaire Du gouvernement. conseil. M. Abdellatif JOUAHRI. M. Abdellatif FAOUZI. M. Le Wali. M. Le Directeur Général EXERCICE 2014 Wali M. Abdellatif JOUAHRI Directeur général M. Abdellatif FAOUZI commissaire Du gouvernement conseil M. Le Wali M. Le Directeur Général M. Abdellatif BELMADANI M. Mohammed BENAMOUR Mme

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

Institut des comptes nationaux. Statistique du commerce extérieur. Bulletin mensuel 2015-01

Institut des comptes nationaux. Statistique du commerce extérieur. Bulletin mensuel 2015-01 Institut des comptes nationaux Statistique du commerce extérieur Bulletin mensuel 2015-01 Contenu de la publication Les règlements européens cités dans la notice méthodologique en fin de publication prescrivent

Plus en détail