TABLE DES MATIÈRES. 1. L émission L importation La détention en vue d émission LARCIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TABLE DES MATIÈRES. 1. L émission... 19 2. L importation... 20 3. La détention en vue d émission... 20 LARCIER"

Transcription

1 TABLE DES MATIÈRES PAGES CHAPITRE I. Le faux-monnayage... 7 Julien MOINIL INTRODUCTION SECTION 1. LA FAUSSE MONNAIE MÉTALLIQUE Éléments matériels de l infraction I. L objet de l infraction : des pièces ayant cours légal II. Un comportement infractionnel A. La contrefaçon de la monnaie B. L altération de la monnaie C. L usage d une monnaie contrefaite ou altérée L émission L importation La détention en vue d émission D. Comportements particuliers Élément moral de l infraction Les peines applicables I. La contrefaçon II. L altération III. L usage IV. Comportements particuliers V. La peine d interdiction VI. La peine de confiscation SECTION 2. LES FAUX BILLETS ET EFFETS PUBLICS Éléments matériels de l infraction I. L objet de l infraction II. Les comportements punissables Élément moral de l infraction Les peines applicables I. La contrefaçon et la falsification II. L usage III. La peine d interdiction IV. La peine de confiscation SECTION 3. LA PROTECTION DES SIGNES MONÉTAIRES AYANT COURS LÉGAL Émission de monnaie sans habilitation... 29

2 484 LES INFRACTIONS CONTRE LA FOI PUBLIQUE 2. Utilisation de monnaie comme support d un message Rendre l usage de la monnaie plus difficile SECTION 4. LES SCEAUX, TIMBRES, POINÇONS ET MARQUES Le sceau de l État ou d un État étranger Les poinçons, matrices, coins, carrés et clichés servant à la fabrication de la monnaie Les timbres-poste et autres timbres à valeur faciale Le timbre national Le coupon de transport Sceau, timbre ou marque des autorités et des particuliers Le nom du fabricant SECTION 5. RÈGLES PARTICULIÈRES DE DROIT PÉNAL GÉNÉRAL La cause d excuse absolutoire I. Être coupable d une infraction prévue par l article II. Une dénonciation avant toute émission III. Une dénonciation à l autorité IV. Une dénonciation avant toute poursuite V. Une dénonciation complète et sincère La récidive spécifique en matière de faux monnayage I. Une condamnation rendue par un État membre de l Union européenne II. Une condamnation pour des faits de faux-monnayage La tentative en matière de faux-monnayage I. Tentative de délit de faux-monnayage II. Tentative assimilée à l infraction consommée SECTION 6. RÈGLES PARTICULIÈRES DE PROCÉDURE PÉNALE La prescription de l action publique La compétence extraterritoriale I. Compétence réelle II. Compétence universelle Les visites domiciliaires L office central pour la répression du faux-monnayage ORCF-M CHAPITRE II. Faux en écritures authentiques et publiques, en écritures de commerce ou de banque et en écritures privées et usage de ces faux Frédéric LUGENTZ SECTION 1. DÉFINITION ET CLASSIFICATION Un cadre général et des dispositions au champ d application restreint distinction avec les faux étrangers au Code pénal I. La loi spéciale prime la loi générale II. Application conjointe des articles 193 et suivants du Code pénal et de la loi spéciale le concours idéal d infractions... 51

3 TABLE DES MATIÈRES Les textes applicables en droit commun SECTION 2. LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS GÉNÉRAUX DU FAUX Éléments matériels I. Une forme incriminée d altération de la vérité A. Faux matériel et faux intellectuel B. Les formes d altération de la vérité prévues par loi Une incrimination large qui équivaut à couvrir toute forme d altération de la vérité? Fausse signature, altération ou contrefaçon de signature Altération ou contrefaçon d écritures Supposition de personnes Fabrication ou insertion après coup dans les actes, de conventions, dispositions, obligations ou décharges Écritures faites ou intercalées sur des registres ou d autres actes publics, depuis leur confection ou clôture Fausses déclarations commises par un fonctionnaire ou officier public Addition ou altération de clauses, de déclarations ou de faits que les actes avaient pour objet de recevoir ou de constater II. Les écrits protégés A. Actes authentiques et publics Qualité de fonctionnaire ou d officier public et notions voisines Un acte de ses fonctions Faux en écritures authentiques et publiques établies sous forme informatique La responsabilité pénale des personnes morales au regard des articles 194 et 195 du Code pénal B. Autres écrits Les écritures de commerce ou de banque Les écritures privées C. La portée de l acte falsifié III. La possibilité d un préjudice A. L écrit protégé et son contrôle par le destinataire : un acte susceptible de faire preuve à l égard des tiers le risque de porter préjudice B. Notion de préjudice et critique de son autonomie C. Conclusion Élément moral : le dol spécial I. Le dol spécial en matière de faux de droit commun A. Dol spécial l incrimination d une volonté particulière dans le chef de l agent au moment de l établissement du faux B. Dol spécial et participation criminelle C. Dol spécial et faux particuliers les conséquences de la pluralité d intentions délictueuses II. L intention frauduleuse A. Définition et indifférence des mobiles du faussaire

4 486 LES INFRACTIONS CONTRE LA FOI PUBLIQUE B. Faux par référence à l objectif illicite poursuivi : absence de lien nécessaire avec une autre infraction, mais possibilité, en pratique, de démontrer l élément moral lorsqu elle est recherchée par le faussaire C. Nature de l avantage illicite recherché D. Indifférence du consentement de la victime III. Le dessein de nuire SECTION 3. LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DE L USAGE DE FAUX Distinctions Les éléments matériels I. Les éléments matériels généraux II. Un fait d usage A. L usage du faux par référence à des éléments de fait La détermination de l usage de faux et l appréciation de l effet utile du faux L usage de faux et la pluralité d effets utiles B. La fin de l usage de faux par référence à la volonté ou au but poursuivi par l auteur La fin de l usage de faux en raison de la volonté de l utilisateur et l aveu La fin de l usage de faux en raison de circonstances étrangères à la volonté de l auteur Essai de synthèse III. Un préjudice potentiel L élément moral I. Notion II. L auteur du faux et celui de son usage sont une seule et même personne III. L auteur du faux et celui de son usage sont deux personnes distinctes SECTION 4. LES PEINES ET MESURES ADMINISTRATIVES RÉSULTANT D UNE CONDAMNATION DU CHEF DE FAUX OU D USAGE DE FAUX Les principes et l assimilation de l usage de faux au faux Les peines principales I. Les peines privatives de liberté II. La peine de travail III. L amende applicable aux personnes morales condamnées du chef de faux ou d usage de faux Les peines accessoires I. L amende II. La destitution III. L interdiction de certains droits A. L article 31 du Code pénal Le jugement du faux par la cour d assises Le jugement du faux par le tribunal correctionnel

5 TABLE DES MATIÈRES 487 B. Les interdictions faites à certains condamnés d exercer certaines fonctions, professions ou activités L article 1er de l arrêté royal n 22 du 24 octobre Les interdictions découlant automatiquement d une condamnation du chef de faux et d usage de faux, en vertu de la loi Les interdictions ou refus d agrément décidés par une autorité administrative et découlant d une condamnation du chef de faux et d usage de faux IV. La confiscation A. La confiscation obligatoire B. La confiscation facultative Les peines applicables aux personnes morales I. L amende applicable aux personnes morales II. La confiscation spéciale III. La dissolution IV. L interdiction temporaire ou définitive d exercer une activité relevant de l objet social et les autres interdictions V. La fermeture temporaire ou définitive d un ou de plusieurs établissements de la personne morale VI. La publication ou la diffusion de la décision SECTION 5. QUESTIONS PARTICULIÈRES DE DROIT PÉNAL GÉNÉRAL La nature des infractions de faux et d usage de faux et ses implications pratiques en droit pénal général et en procédure pénale I. Selon le taux de la peine II. Selon la durée de l infraction A. Le faux est une infraction instantanée B. L usage de faux est une infraction instantanée ou continue C. Le faux peut être une infraction continuée en raison de son usage par le faussaire III. Selon l élément moral de l infraction La tentative de faux ou d usage de faux Les causes de justification et d excuse La participation criminelle SECTION 6. QUESTIONS PARTICULIÈRES DE PROCÉDURE Localisation de l infraction en cas d usage de faux Les actes d information et d instruction soumis à la condition dite de proportionnalité L entraide judiciaire et les extraditions I. L entraide judiciaire et les extraditions demandées par un État extérieur à l Union européenne II. L entraide judiciaire et les extraditions demandées par un État membre de l Union européenne et les demandes adressées à ces États par les autorités belges

6 488 LES INFRACTIONS CONTRE LA FOI PUBLIQUE 4. Le recours à l expertise graphologique et les frais de justice y afférents La saisie des faux et les procédures particulières y relatives La prescription de l action publique I. La prise de cours de la prescription et la notion d effet utile du faux la constitutionnalité de l interprétation donnée par la Cour de cassation à cette notion II. Le calcul de la prescription de l action publique L effet suspensif de la prescription résultant d une plainte du chef de faux sur une procédure dans le cours de laquelle il est fait usage des pièces arguées de faux La rectification des faux Les aspects purement civils CHAPITRE III. Des faux commis dans les passeports, documents visés par la loi sur les armes, livrets, feuilles de route, certificats et registres d hôtels Damien DILLENBOURG SECTION 1. NOTIONS GÉNÉRALES Considérations liminaires Raisons d être d un régime spécifique Application du droit pénal général I. La loi spéciale prime la loi générale II. La tentative III. La participation punissable A. La participation aux faux dans les passeports, documents visés par la loi sur les armes et livrets, et le faux certificat médical B. La participation dans les faux certificats délivrés par l autorité publique C. Mode spécial de participation par «dons ou promesses» Application des règles générales en matière de faux I. Intention frauduleuse II. Risque de préjudice III. Usage SECTION 2. FAUX ET USAGE DE FAUX DANS LES PASSEPORTS, DOCUMENTS VISÉS PAR LA LOI SUR LES ARMES ET LIVRETS (ARTICLES 198 ET 199 DU CODE PÉNAL) Écrits protégés I. Passeport A. Notion B. Passeport étranger C. Carte d identité La carte d identité est-elle protégée par l article 198 du Code pénal? La carte d identité électronique II. Document visé par la loi sur les armes

7 TABLE DES MATIÈRES 489 III. Livret A. Livret de travail B. Livret de marin Intention frauduleuse Notion de préjudice Modes de réalisation I. Notions II. Concours prêté à la délivrance de faux documents par supposition de nom A. Par le titulaire du document B. En tant que témoin ayant permis l établissement du document Altération de la vérité Usage Peines I. Privation de liberté II. Amende SECTION 3. CESSION DE DOCUMENTS D IDENTITÉ ET NON-RESPECT DES DÉCISIONS DE RETRAIT (ARTICLE 199BIS DU CODE PÉNAL) Usage frauduleux (article 199bis, 1, du Code pénal) Défaut d obtempérer à une décision de retrait d un passeport (article 199bis, 2, du Code pénal) Peines I. Privation de liberté II. Amende SECTION 4. FAUX ET USAGE DE FAUX DANS LES FEUILLES DE ROUTE (ARTICLES 200 ET 201 DU CODE PÉNAL) Écrits protégés notion de «feuille de route» Modes de réalisation Intention frauduleuse Altération de la vérité Peines I. Privation de liberté II. Amende SECTION 5. DÉLIVRANCE PAR L OFFICIER PUBLIC DE FAUX PASSEPORTS, DE PORTS D ARMES, LIVRETS ET FEUILLES DE ROUTE (ARTICLE 202 DU CODE PÉNAL) Notions Auteur de l infraction Intention frauduleuse Participation punissable Peines I. Privation de liberté II. Amendes

8 490 LES INFRACTIONS CONTRE LA FOI PUBLIQUE III. Interdiction SECTION 6. FAUX DANS LES CERTIFICATS ET REGISTRES D HÔTEL (ARTICLE DU CODE PÉNAL) Faux certificats Faux certificats de maladie ou d infirmité I. Auteur de l infraction II. Modes de réalisation III. Intention frauduleuse spécifique A. Hypothèses visées B. Hypothèses non visées IV. Risque de préjudice V. Usage de faux VI. Circonstance aggravante Faux certificats de bienveillance (article 205 du Code pénal) I. Généralités II. Modes de réalisation A. Sous le nom d un fonctionnaire public B. Sous le nom d un particulier III. Altération de la vérité IV. Type d écrits A. Notions B. Cas d espèce V. Risque de préjudice VI. Usage Faux certificats pouvant compromettre des intérêts publics ou privés (article 206 du Code pénal) I. Notions II. Modes de réalisation III. Altération de la vérité IV. Types d écrits V. Risque de préjudice VI. Usage Faux certificats délivrés par un fonctionnaire ou un officier public (articles 208 et 209 du Code pénal) I. Notions II. Modes de réalisation III. Altération de la vérité IV. Types d écrits V. Risque de préjudice Renvoi VI. Usage VII. Participation

9 TABLE DES MATIÈRES Registres des logeurs et des aubergistes (article 210 du Code pénal) I. Notions II. Modes de réalisation III. Auteur IV. Intention frauduleuse Peines CHAPITRE IV. Faux commis dans les dépêches télégraphiques et usage de ces faux Frédéric LUGENTZ SECTION 1. LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DU FAUX DANS LES DÉPÊCHES TÉLÉGRAPHIQUES Les éléments matériels I. Le type de document protégé par la loi II. La qualité de l auteur de l infraction comme élément constitutif de celle-ci 324 III. L altération de la vérité et le caractère préjudiciable du faux L élément moral SECTION 2. L USAGE DE FAUX DANS LES DÉPÊCHES TÉLÉGRAPHIQUES SECTION 3. LA PEINE ET LES QUESTIONS PARTICULIÈRES DE DROIT PÉNAL GÉNÉRAL CHAPITRE V. Du faux témoignage et du faux serment Marie-Aude BEERNAERT INTRODUCTION SECTION 1. LE FAUX TÉMOIGNAGE (ART ET C. PÉN.) Notion Éléments constitutifs I. Éléments matériels A. Un témoignage B. En justice C. Sous serment D. Mensonger E. De nature à causer un préjudice possible F. Irrévocable II. Élément moral Circonstances aggravantes I. La gravité de la condamnation prononcée à charge de l accusé contre lequel le faux témoin a déposé (art. 216 C. pén.) II. L esprit de lucre du faux témoin (art. 224 C. pén.) Sanctions

10 492 LES INFRACTIONS CONTRE LA FOI PUBLIQUE I. Le faux témoignage en matière criminelle II. Le faux témoignage en matière correctionnelle III. Le faux témoignage en matière de police IV. Le faux témoignage en matière civile V. L interdiction de certains droits VI. L amende comme peine complémentaire sanctionnant l esprit de lucre du faux témoin (art. 224 C. pén.) Règles spécifiques de droit pénal général I. Pas de tentative punissable II. Concours idéal avec le faux en écritures Règles spécifiques de droit de la procédure pénale I. La preuve du faux témoignage II. Conséquences du faux témoignage sur le déroulement de l affaire principale A. Faux témoignage relevé avant le prononcé du jugement sur l affaire principale B. Faux témoignage poursuivi après le jugement au principal III. Prescription de l action publique SECTION 2. LES FAUSSES DÉCLARATIONS EN MATIÈRE CRIMINELLE (ART. 217 C. PÉN.) Notion Éléments constitutifs Circonstances aggravantes Sanctions I. Des peines privatives de liberté réduites d un degré II. L interdiction de certains droits III. L amende comme peine complémentaire sanctionnant l esprit de lucre du faux témoin (art. 224 C. pén.) IV. La cause d excuse absolutoire en faveur des mineurs de moins de 16 ans ou des parents et alliés (art. 225 C. pén.) SECTION 3. LES FAUSSES DÉCLARATIONS D INTERPRÈTE OU D EXPERT (ART. 221 C. PÉN.) Notion Éléments constitutifs I. La qualité du prévenu : interprète ou expert II. L objet de la (fausse) déclaration Circonstances aggravantes Sanctions SECTION 4. LES ATTEINTES À L INTÉGRITÉ OU À LA CONFIDENTIALITÉ DE L ENREGISTREMENT LITTÉRAL D UNE ENQUÊTE EN MATIÈRE CIVILE (ART. 221BIS ET 223BIS C. PÉN.) SECTION 5. LA SUBORNATION DE TÉMOINS (ART. 223 C. PÉN.) Notion Éléments constitutifs

11 TABLE DES MATIÈRES 493 I. Éléments matériels A. Une forme de provocation B. Une fausse déclaration faite par le témoin II. Élément moral Sanctions Règles spécifiques de droit pénal général et de droit de la procédure pénale I. Tentative punissable II. Prescription de l action publique SECTION 6. LE FAUX SERMENT (ART. 226 C. PÉN.) Notion Éléments constitutifs I. Éléments matériels A. Un serment en justice Le faux serment déféré ou référé en matière civile Le faux serment lors d une apposition de scellés Le faux serment lors d un inventaire B. Des déclarations mensongères ou incomplètes II. Élément moral Sanctions Règles spécifiques de droit pénal général I. Pas de tentative punissable II. Concours idéal avec le faux en écritures Règles spécifiques de droit de la procédure pénale I. Pas de constitution de partie civile possible du chef de faux serment décisoire II. La preuve de l infraction III. Prescription de l action publique CHAPITRE VI. L usurpation de fonctions, de titres ou de nom Gian-Franco RANERI SECTION 1. DÉFINITION ET CLASSIFICATION SECTION 2. RAPPROCHEMENTS TRANSVERSAUX AVEC D AUTRES DISPOSITIONS LÉGALES SECTION 3. L USURPATION DE FONCTIONS PUBLIQUES Éléments constitutifs I. Éléments matériels II. Élément moral III. Cas d application Circonstances aggravantes Peines Tentative

12 494 LES INFRACTIONS CONTRE LA FOI PUBLIQUE 5. Éléments de procédure Rapprochements SECTION 4. L USURPATION DE TITRE OU DE GRADE L usurpation de titre ou grade publics I. Éléments constitutifs A. Éléments matériels B. Élément moral L usurpation du titre ou du grade de l officier en service actif I. Éléments constitutifs A. Éléments matériels B. Élément moral Circonstances aggravantes Peine Tentative Éléments de procédure Rapprochements SECTION 5. L USURPATION DU TITRE D AVOCAT Éléments constitutifs I. Éléments matériels II. Élément moral Circonstances aggravantes Peine Tentative Éléments de procédure Rapprochements SECTION 6. L USURPATION DE COSTUME, D UNIFORME, DE DÉCORATION, DE RUBAN OU AUTRES INSIGNES D UN ORDRE Les éléments constitutifs I. Éléments matériels II. Élément moral Circonstances aggravantes Peines Tentative Éléments de procédure Rapprochements SECTION 7. LE PORT ILLÉGAL DE DÉCORATION, DE RUBAN OU AUTRES INSIGNES D UN ORDRE ÉTRANGER Éléments constitutifs I. Éléments matériels II. Élément moral Circonstances aggravantes

13 TABLE DES MATIÈRES Peine Tentative Éléments de procédure SECTION 8. L USURPATION DE TITRES DE NOBLESSE Éléments constitutifs I. Éléments matériels II. Élément moral Circonstances aggravantes Peine Tentative Éléments de procédure Rapprochements SECTION 9. L USURPATION DU NOM PATRONYMIQUE Éléments constitutifs I. Éléments matériels II. Élément moral Circonstances aggravantes Peines Éléments particuliers de droit pénal Éléments de procédure Rapprochements SECTION 10. L ATTRIBUTION ILLÉGALE DE NOMS OU DE TITRES DE NOBLESSE PAR DES FONCTIONNAIRES OU OFFICIERS PUBLICS Éléments constitutifs I. Éléments matériels II. Élément moral Circonstances aggravantes Peine Tentative Élément de procédure Rapprochements Table des matières Index alphabétique des matières traitées dans les 5 volumes de l ouvrage «Les infractions»

Table des matières. Partie 1 Responsabilité civile... 19. Engagements pris au nom d une société en formation... 21

Table des matières. Partie 1 Responsabilité civile... 19. Engagements pris au nom d une société en formation... 21 Table des matières Avant-propos... 7 Préface... 9 Liste des abréviations... 11 Introduction générale... 15 1. Sociétés concernées... 15 2. Dérogations au principe de la responsabilité limitée... 16 3.

Plus en détail

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES 1 Action en justice C est la possibilité de réclamer en justice le respect ou la reconnaissance d un droit. Désigne également

Plus en détail

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes.

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Ziad LATTOUF 1 LZ Pour entrer en Algérie, l étranger doit accomplir quelques formalités. Etre détenteur d'un

Plus en détail

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 mai 2014. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 152 25 juillet 2011. S o m m a i r e PROTECTION DES ENFANTS CONTRE L EXPLOITATION ET LES ABUS SEXUELS

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 152 25 juillet 2011. S o m m a i r e PROTECTION DES ENFANTS CONTRE L EXPLOITATION ET LES ABUS SEXUELS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2233 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 152 25 juillet 2011 S o m m a i r e PROTECTION DES ENFANTS CONTRE

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE TABLE DES MATIÈRES PLAN................................................................ 5 LISTE DES PRINCIPALES ABRÉVIATIONS...................................... 7 LES TITULAIRES DE LA CHAIRE DE DROIT

Plus en détail

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise FICHE N 27 LES INFRACTIONS SEXUELLES DONT SONT VICTIMES LES MINEURS I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise Ces agressions sont punies quel que

Plus en détail

TABLE ANALYTIQUE DES MATIÈRES Les chiffres renvoient aux numéros (en caractère gras) de l ouvrage

TABLE ANALYTIQUE DES MATIÈRES Les chiffres renvoient aux numéros (en caractère gras) de l ouvrage Table analytique des matières / 845 TABLE ANALYTIQUE DES MATIÈRES Les chiffres renvoient aux numéros (en caractère gras) de l ouvrage Préliminaires... 1 I. Les intérêts du droit pénal spécial... 2 II.

Plus en détail

Modifiée par : - Délibération n 2005-26 APF du 28 janvier 2005 ; JOPF du 10 février 2005, n 6, p. 630 (1) L assemblée de la Polynésie française,

Modifiée par : - Délibération n 2005-26 APF du 28 janvier 2005 ; JOPF du 10 février 2005, n 6, p. 630 (1) L assemblée de la Polynésie française, 1 DELIBERATION n 98-63 APF du 11 juin 1998 fixant les règles de délivrance de la carte de négociant en perles de culture de Tahiti. (JOPF du 25 juin 1998, n 26, p. 1193) Modifiée par : - Délibération n

Plus en détail

Contrefaçon en Belgique: comment se défendre?

Contrefaçon en Belgique: comment se défendre? Contrefaçon en Belgique: comment se défendre? Leen DE CORT, Attaché Affaires juridiques et internationales Office de la Propriété intellectuelle SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie Genève, le

Plus en détail

Projet de loi. 2. Tout intéressé peut demander l application des mesures visées au paragraphe 1er.

Projet de loi. 2. Tout intéressé peut demander l application des mesures visées au paragraphe 1er. Projet de loi concernant certaines modalités d application et la sanction du règlement (UE) N 995/2010 du Parlement Européen et du Conseil du 20 octobre 2010 établissant les obligations des opérateurs

Plus en détail

Quelques particularités en droit pénal fiscal. A. Van Rompay

Quelques particularités en droit pénal fiscal. A. Van Rompay Quelques particularités en droit pénal fiscal A. Van Rompay Eléments envisagés Inculpations Preuves Enquêtes Peines 08:15 2 Inculpations En droit fiscal Infraction au CIR Faux fiscal Prescription > Obstruction

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. (Pages 1563 à 1792.)

TABLE DES MATIÈRES. (Pages 1563 à 1792.) TABLE DES MATIÈRES (Pages 1563 à 1792.) Abus de confiance. Éléments constitutifs. Mise en demeure. I, 1734 Abus de confiance. Nature. Moment de la réalisation. I, 1734 Accident du travail. Réparation.

Plus en détail

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION Article premier En l absence de traités, les conditions, la procédure et les effets

Plus en détail

ART. 11 DE LA LOI DU 31 DECEMBRE 1971 MODIFIEE

ART. 11 DE LA LOI DU 31 DECEMBRE 1971 MODIFIEE ART. 11 DE LA LOI DU 31 DECEMBRE 1971 MODIFIEE Nul ne peut accéder à la profession d avocat s il ne remplit les conditions suivantes : 1 - Être français, ressortissant d un État membre des Communautés

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 83 6 mai 2011. S o m m a i r e EXERCICE DE CERTAINES PROFESSIONS DE SANTÉ

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 83 6 mai 2011. S o m m a i r e EXERCICE DE CERTAINES PROFESSIONS DE SANTÉ MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1285 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 83 6 mai 2011 S o m m a i r e EXERCICE DE CERTAINES PROFESSIONS DE

Plus en détail

Droit du commerce électronique

Droit du commerce électronique Droit du commerce électronique Auteur(s) : Céline Castets-Renard Présentation(s) : Maître de conférences de droit privé, HDR, Université de Toulouse I CapitoleCo-directrice du Master 2 Droit et informatique

Plus en détail

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants NATIONS UNIES CAT Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. GÉNÉRALE CAT/C/MUS/Q/3 20 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CONTRE LA

Plus en détail

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Numéro du document : 1209-04 Adoptée par la résolution : 109 1209 En date du : 8 décembre 2009 Remplacée

Plus en détail

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Table des matières L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Damien Dillenbourg et Michaël Fernandez-Bertier Introduction 7 Section 1 Contexte de l adoption de la

Plus en détail

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Les principales mesures de la nouvelle loi visent à mieux protéger des violences les femmes, notamment

Plus en détail

Convention entre la Suisse et le Portugal, concernant l extradition réciproque des malfaiteurs

Convention entre la Suisse et le Portugal, concernant l extradition réciproque des malfaiteurs Texte original Convention entre la Suisse et le Portugal, concernant l extradition réciproque des malfaiteurs 0.353.965.4 Conclue le 30 octobre 1873 Approuvée par l Assemblée fédérale le 10 juin 1874 1

Plus en détail

LA RECIDIVE A - LE PREMIER TERME DE LA RÉCIDIVE : UNE PREMIERE CONDAMNATION

LA RECIDIVE A - LE PREMIER TERME DE LA RÉCIDIVE : UNE PREMIERE CONDAMNATION LA RECIDIVE La récidive est la principale cause qui permet au juge de dépasser le maximum normal de la peine. Le délinquant après avoir été condamné pour une première infraction en commet une seconde.

Plus en détail

QUELLES SANCTIONS POUR LES AUTEURS MINEURS DE VIOLENCE SEXUELLE?

QUELLES SANCTIONS POUR LES AUTEURS MINEURS DE VIOLENCE SEXUELLE? CRIAVS-LR FORMATION «MINEURS AUTEURS ET/OU VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES» 7/8 JUIN 2012 QUELLES SANCTIONS POUR LES AUTEURS MINEURS DE VIOLENCE SEXUELLE? Marc TOUILLIER Doctorant, chargé d enseignement

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 110 22 mai 2009. A N 85 6 mai 2013. S o m m a i r e. S o m m a i r e EAUX DE BAIGNADE.

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 110 22 mai 2009. A N 85 6 mai 2013. S o m m a i r e. S o m m a i r e EAUX DE BAIGNADE. MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 989 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 110 22 mai 2009 A N 85 6 mai 2013 S o m m a i r e S o m m a i

Plus en détail

L'ORGANISATION JUDICIAIRE PENALE (S04-J1-3)

L'ORGANISATION JUDICIAIRE PENALE (S04-J1-3) (S04-J1-3) Parallèlement à l organisation des structures de la Police et de la Gendarmerie Nationales, à leurs enquêtes, existe une organisation de la justice pénale. Cette organisation repose sur un certain

Plus en détail

Code de procédure pénale suisse Genève, 12 janvier 2011. Documents d appui

Code de procédure pénale suisse Genève, 12 janvier 2011. Documents d appui Code de procédure pénale suisse Genève, 12 janvier 2011 Présentation générale aux membres de l ASTJ Prof. Bernhard Sträuli Documents d appui A. L organisation judiciaire B. Les autorités pénales C. Les

Plus en détail

Base Jurisprudence Janvier 2015

Base Jurisprudence Janvier 2015 Base Jurisprudence Janvier 2015 150 nouveaux arrêts publiés sur www.artemis.ma Juridiction Date Mots clé et chemin dans la table des matières 01/03/2013 01/03/2013 Mots clé : Bail commercial résiliation

Plus en détail

LE PROXENETISME HOTELIER

LE PROXENETISME HOTELIER LE PROXENETISME HOTELIER Le fait, par quiconque, agissant directement ou par personne interposée : 1 De détenir, gérer, exploiter, diriger, faire fonctionner, financer ou contribuer à financer un établissement

Plus en détail

1.1.1. Création d une société nouvelle

1.1.1. Création d une société nouvelle L EURL La loi n 2005-882 du 2 août 2005 en faveur des petites et moyennes entreprises (dite Loi PME) a simplifié les règles de constitution et de fonctionnement de l'eurl. 1. Constitution de l EURL 1.1.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Brevet Contrefaçon Mesure conservatoire Propriété intellectuelle Circulaire de la DACG n CRIM 08 10/G3 du 11 avril 2008 relative aux aspects pénaux de la loi n 2007 1544 du 29 octobre 2007 de lutte contre

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE LUTTE CONTRE LE FAUX MONNAYAGE

LE DISPOSITIF DE LUTTE CONTRE LE FAUX MONNAYAGE LE DISPOSITIF DE LUTTE CONTRE LE FAUX MONNAYAGE I - les incriminations réprimant le faux monnayage II - les juridictions interrégionales spécialisées III - quelques procédures Les incriminations réprimant

Plus en détail

Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010. M. Alain D. et autres

Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010. M. Alain D. et autres Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010 M. Alain D. et autres La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 22 septembre 2010,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête)

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Commentaire Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 30 mai 2011 par la Cour de cassation (chambre criminelle, arrêt

Plus en détail

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance Livret à destination des encadrants présents sur le terrain Pourquoi ce livret? La spécificité des entreprises de l industrie des

Plus en détail

GUIDE DE L INVESTISSEUR EN ASSURANCE

GUIDE DE L INVESTISSEUR EN ASSURANCE MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union - Discipline - Travail DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE GUIDE DE L INVESTISSEUR EN

Plus en détail

Loi fédérale pour la protection des armoiries publiques et autres signes publics*

Loi fédérale pour la protection des armoiries publiques et autres signes publics* Loi fédérale pour la protection des armoiries publiques et autres signes publics* du 5 juin 9 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les articles 64 et 64 bis de la constitution fédérale )

Plus en détail

LOI N 2001 / 020 DU 18 DECEMBRE 2001 PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LOI N 2001 / 020 DU 18 DECEMBRE 2001 PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE LOI N 2001 / 020 DU 18 DECEMBRE 2001 PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER L Assemblée Nationale a délibéré et adopté, Le Président de la République

Plus en détail

Que faire face à une situation de discrimination à l embauche?

Que faire face à une situation de discrimination à l embauche? Que faire face à une situation de discrimination à l embauche? 1 SOMMAIRE p. 3 > Les différentes formes de discrimination p. 4 > La protection contre les discriminations p. 9 > Les preuves de discriminations

Plus en détail

E-réputation : sanction de la vengeance en ligne et du harcèlement de son concubin

E-réputation : sanction de la vengeance en ligne et du harcèlement de son concubin E-réputation : sanction de la vengeance en ligne et du harcèlement de son concubin Article juridique publié le 01/09/2015, vu 1538 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM De plus en plus, la toile est utilisée

Plus en détail

Angleterre/ Pays de Galles

Angleterre/ Pays de Galles Inscription du mot «inceste» dans le Code pénal France Allemagne Belgique Canada Pas infraction spécifique il s agit d une lorsqu il est commis par un ascendant légitime, naturel ou adoptif, ou par toute

Plus en détail

LES MANDATS SUCCESSORAUX

LES MANDATS SUCCESSORAUX Promotion Jacques de Maleville du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, janvier 2013 LES MANDATS SUCCESSORAUX

Plus en détail

DECRET N 97-534/PRES/PM/MATS PORTANT REGELEMNTATION DES ACTIVITES DES SOCIETES PRIVEES D INVESTIGATIONS.

DECRET N 97-534/PRES/PM/MATS PORTANT REGELEMNTATION DES ACTIVITES DES SOCIETES PRIVEES D INVESTIGATIONS. DECRET N 97-534/PRES/PM/MATS PORTANT REGELEMNTATION DES ACTIVITES DES SOCIETES PRIVEES D INVESTIGATIONS. VU la Constitution ; LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTES VU VU VU le Décret

Plus en détail

Section I : La liberté du commerce. Le principe de liberté du commerce ( 1) peut parfois être assorti de conditions ( 2).

Section I : La liberté du commerce. Le principe de liberté du commerce ( 1) peut parfois être assorti de conditions ( 2). Chapitre I Le commerçant Si la liberté du commerce est, pour le commerçant, de principe (section I), il n en reste pas moins que l exercice du commerce est encadré (section II). Section I : La liberté

Plus en détail

Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique

Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique (Modification du code pénal, du

Plus en détail

DECLARATION 21/06/2016. AU 06 Exercice des activités notariales

DECLARATION 21/06/2016. AU 06 Exercice des activités notariales DECLARATION 21/06/2016 AU 06 Exercice des activités notariales EXERCICE DES ACTIVITÉS NOTARIALES (Déclaration N 06 ) L autorisation unique n AU-006 concerne les traitements mis en œuvre par les offices

Plus en détail

GUIDE DE POCHE SUR LA CYBERCRIMINALITE

GUIDE DE POCHE SUR LA CYBERCRIMINALITE GUIDE DE POCHE SUR LA CYBERCRIMINALITE A/ DEFINITIONS On peut définir la cybercriminalité comme étant l ensemble des infractions pénales susceptibles de se commettre sur les réseaux de télécommunications

Plus en détail

www.lafourriere.com JORF n 135 du 13 juin 2003 texte n 1 LOI LOI n 2003-495 du 12 juin 2003 renforçant la lutte contre la violence routière (1)

www.lafourriere.com JORF n 135 du 13 juin 2003 texte n 1 LOI LOI n 2003-495 du 12 juin 2003 renforçant la lutte contre la violence routière (1) Email : contact@lafourriere.com www.lafourriere.com Source : Legifrance JORF n 135 du 13 juin 2003 texte n 1 LOI LOI n 2003-495 du 12 juin 2003 renforçant la lutte contre la violence routière (1) NOR:

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2016-394 du 31 mars 2016 relative aux sociétés constituées pour l exercice en commun

Plus en détail

Saisine : Ministre de la Justice (19 mai 2015) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de la Justice (19 mai 2015) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 30 juin 2015 Objet : Projet de loi n 6820 portant modification: 1) de la loi du 29 mars 2013 relative à l organisation du casier et aux échanges d informations extraites du casier judiciaire

Plus en détail

CHIENS DE 1 ère ou 2 ème CATEGORIE Permis de détention

CHIENS DE 1 ère ou 2 ème CATEGORIE Permis de détention CHIENS DE 1 ère ou 2 ème CATEGORIE Permis de détention La loi n 2008-582 du 20 juin 2008 impose à tout propriétaire ou détenteur d un chien de 1 ère ou de 2 ème catégorie l obtention d un permis de détention

Plus en détail

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin République du Cameroun /p.48/ /p.49/ Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin Loi N 90-36 du 10 août 1990 Loi N 90-36 du 10 août 1990 Relative à l exercice et à l organisation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2016-261 du 3 mars 2016 relatif aux traitements automatisés du contrôle des personnes placées sous surveillance électronique

Plus en détail

I. - Texte du projet de loi

I. - Texte du projet de loi Projet de loi portant réforme de l exécution des peines et modifiant : - le Code d instruction criminelle ; - le Code pénal ; - la loi modifiée du 7 mars 1980 sur l organisation judiciaire, et - la loi

Plus en détail

Concordat sur les entreprises de sécurité

Concordat sur les entreprises de sécurité Concordat sur les entreprises de sécurité du 18 octobre 1996 Approuvé par le Département fédéral de justice et police le 17 décembre 1996 I. Généralités Art. 1 Parties Sont parties au concordat les cantons

Plus en détail

CONVENTION. d entraide judiciaire en matière pénale. entre le Gouvernement de la République française. et le Gouvernement du Royaume du Maroc

CONVENTION. d entraide judiciaire en matière pénale. entre le Gouvernement de la République française. et le Gouvernement du Royaume du Maroc CONVENTION d entraide judiciaire en matière pénale entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement du Royaume du Maroc signée à Rabat le 18 avril 2008 3 CONVENTION d entraide judiciaire

Plus en détail

JORF du 5 mars 2002. Texte n 3. LOI LOI n 2002-305 du 4 mars 2002 relative à l autorité parentale (1) NOR: JUSX0104902L

JORF du 5 mars 2002. Texte n 3. LOI LOI n 2002-305 du 4 mars 2002 relative à l autorité parentale (1) NOR: JUSX0104902L Le 28 avril 2014 JORF du 5 mars 2002 Texte n 3 LOI LOI n 2002-305 du 4 mars 2002 relative à l autorité parentale (1) NOR: JUSX0104902L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République

Plus en détail

BELGIQUE EXAMEN DE L APPLICATION DE LA CONVENTION ET DE LA RECOMMANDATION DE 1997

BELGIQUE EXAMEN DE L APPLICATION DE LA CONVENTION ET DE LA RECOMMANDATION DE 1997 BELGIQUE EXAMEN DE L APPLICATION DE LA CONVENTION ET DE LA RECOMMANDATION DE 1997 A. APPLICATION DE LA CONVENTION Questions formelles La Convention a été signée le 17 décembre 1997. Le projet de loi sur

Plus en détail

Mali. Liberté des prix et de la concurrence

Mali. Liberté des prix et de la concurrence Liberté des prix et de la concurrence Ordonnance n 92-021/P-CTSP du 13 avril 1992 Titre 1 - Des dispositions générales Art.1.- Les règles définies à la présente ordonnance s appliquent à toutes les activités

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R.

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R. Commentaire Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015 Consorts R. (Procédure de restitution, au cours de l information judiciaire, des objets placés sous main de justice) La Cour de cassation a renvoyé

Plus en détail

DIRECTIVES EUROPÉENNES

DIRECTIVES EUROPÉENNES DIRECTIVES EUROPÉENNES 201 5 textes coordonnés à jour au 11 JUILLET 2008 Recueil réalisé par le MINISTÈRE D ÉTAT - SERVICE CENTRAL DE LÉGISLATION www.legilux.lu 2 Directives Européennes Sommaire Traité

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIEME SECTION DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 56616/00 présentée par

Plus en détail

Art. L. 243-1. Les articles L.234-1 à L.234-11 sont applicables à la Nouvelle-Calédonie dans la rédaction suivante :

Art. L. 243-1. Les articles L.234-1 à L.234-11 sont applicables à la Nouvelle-Calédonie dans la rédaction suivante : 0BUCIRCULATION ROUTIERE Partie législative du code de la route métropolitain. 1BUCHAPITRE 3 3BUDISPOSITIONS APPLICABLES A LA NOUVELLE-CALEDONIE Art. L. 243-1. Les articles L.234-1 à L.234-11 sont applicables

Plus en détail

A lire avant de compléter le formulaire de déclaration d enfant(s) à charge

A lire avant de compléter le formulaire de déclaration d enfant(s) à charge A lire avant de compléter le formulaire de déclaration d enfant(s) à charge TRES IMPORTANT : si vous avez un ou des enfants à charge répondant aux conditions énoncées ci-dessous, vous avez un intérêt majeur

Plus en détail

Eléments pour le rapport explicatif

Eléments pour le rapport explicatif http://www.coe.int/pharmacrime 26 février 2009 PC-S-CP (2009) 1 FR pc-s-cp/docs 2009/pc-s-cp (2009) 01FR Eléments pour le rapport explicatif Projet de Convention du Conseil de l Europe sur la contrefaçon

Plus en détail

Fichier judiciaire national automatisé des auteurs d infractions sexuelles ou violentes (FIJAIS)

Fichier judiciaire national automatisé des auteurs d infractions sexuelles ou violentes (FIJAIS) Fichier judiciaire national automatisé des auteurs d infractions sexuelles ou violentes (FIJAIS) Circulaire de la DACG n o CRIM 08 16/Q du 29 octobre 2008 concernant l application de l article 42 de la

Plus en détail

Chapitre 1. Les aliments : Obligation d entretien, de formation et d éducation des enfants

Chapitre 1. Les aliments : Obligation d entretien, de formation et d éducation des enfants Chroniques notariales vol. 57 Table des matières Chapitre 1. Les aliments : Obligation d entretien, de formation et d éducation des enfants....................................... 19 Section 1. Contenu

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 22 octobre 2014 de présentation des dispositions de droit pénal et de procédure pénale de la loi n 2014-790 du 10 juillet 2014 visant à lutter contre la concurrence sociale déloyale NOR :

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. TEXTE ADOPTÉ n 308 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME

Plus en détail

Section 4 bis - Des crimes qualifiés d actes terroristes ou subversifs 87 bis 87 bis 10 30-32

Section 4 bis - Des crimes qualifiés d actes terroristes ou subversifs 87 bis 87 bis 10 30-32 REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE PRESSIIDENCE DE LA REPUBLIIQUE SSeeccrrééttaarri iaatt Géénnéérraal l dduu Goouuvveerrnneemeenntt Année 2009 SOMMAIRE PREMIERE PARTIE PRINCIPES GENERAUX

Plus en détail

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS»

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS» Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes

Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes Page 1/15 Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes Application du décret n 2007-1605 du 13 novembre 2007 Page 2/15 Table des Matières

Plus en détail

Avant Projet de Loi sur la Lutte contre la Traite des Personnes

Avant Projet de Loi sur la Lutte contre la Traite des Personnes Avant Projet de Loi sur la Lutte contre la Traite des Personnes Préparé par le Groupe Interministériel composé des points focaux des ministères suivants: Ministère de la Justice, partenaire principal Ministère

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 55 29 avril 2008. S o m m a i r e PROTECTION DES CONSOMMATEURS

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 55 29 avril 2008. S o m m a i r e PROTECTION DES CONSOMMATEURS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 759 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 55 29 avril 2008 S o m m a i r e PROTECTION DES CONSOMMATEURS Loi du

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. (Pages 2085 à 2384.) de percevoir. Notification de la décision. Délai d appel. Conditions. 2105

TABLE DES MATIÈRES. (Pages 2085 à 2384.) de percevoir. Notification de la décision. Délai d appel. Conditions. 2105 TABLE DES MATIÈRES (Pages 2085 à 2384.) Abus de droit. Notion. Convention. Contrat de location d un engin agricole. 2278 Action civile. Matière répressive. Victime mineure d âge. Représentation en justice.

Plus en détail

Table des matières. Code civil du Bas Canada LIVRE TROISIÈME DE L ACQUISITION ET DE L EXERCICE DES DROITS DE PROPRIÉTÉ [...]

Table des matières. Code civil du Bas Canada LIVRE TROISIÈME DE L ACQUISITION ET DE L EXERCICE DES DROITS DE PROPRIÉTÉ [...] Table des matières Avant-propos........................................... vii Table des abréviations..................................xxxix Code civil du Bas Canada LIVRE TROISIÈME DE L ACQUISITION ET

Plus en détail

Loi sur les dessins et modèles

Loi sur les dessins et modèles Loi sur les dessins et modèles (no 125 du 13 avril 1959, modifiée en dernier lieu par la loi no 116 de 1994)* TABLE DES MATIÈRES** Chapitre I er : Chapitre III : Chapitre III : Chapitre IV : Section 1

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs S O M M A I R E Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs Page 1 CHAPITRE I Dispositions générales page 1 CHAPITRE II Organisation et compétence page 1 CHAPITRE III Procédures page 2

Plus en détail

Jean-Pierre JACQUES Assistant en droit international à l UCL Avocat au Barreau de Liège Chargé de cours à l HELMo Plan de la présentation 1. Mise en perspective 2. Les bénéficiaires 3. La procédure 4.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 295358 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 3ème et 8ème sous-sections réunies M. Martin, président Mme Anne Egerszegi, rapporteur M. Glaser Emmanuel, commissaire du gouvernement

Plus en détail

LES MESURES ADOPTÉES PAR LE PÉROU EN MATIÈRE D EXTRADITION COMME INSTRUMENT DE COOPÉRATION

LES MESURES ADOPTÉES PAR LE PÉROU EN MATIÈRE D EXTRADITION COMME INSTRUMENT DE COOPÉRATION LES MESURES ADOPTÉES PAR LE PÉROU EN MATIÈRE D EXTRADITION COMME INSTRUMENT DE COOPÉRATION NELLY CALDERON N. Bureau du Procureur général République du Pérou L extradition représente un mécanisme de coopération

Plus en détail

Table des matières. Vincent Bodson Président de la Conférence du jeune barreau de Bruxelles. Laurent Kennes

Table des matières. Vincent Bodson Président de la Conférence du jeune barreau de Bruxelles. Laurent Kennes Table des matières Remerciements... 5 Vincent Bodson Président de la Conférence du jeune barreau de Bruxelles Introduction... 7 Laurent Kennes 1 Principes et mécanisme T.V.A.... 11 Benoît Vanderstichelen

Plus en détail

Demande d indemnisation adressée à la Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions (C.I.V.I)

Demande d indemnisation adressée à la Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions (C.I.V.I) Nous sommes là pour vous aider Demande d indemnisation adressée à la Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions (C.I.V.I) 12825*01 (Articles 706-3 et suivants, R 50-1 à R.50-28 du code de procédure

Plus en détail

RÈGLEMENT D APPLICATION DE LA CARTE PROFESSIONELLE

RÈGLEMENT D APPLICATION DE LA CARTE PROFESSIONELLE RÈGLEMENT D APPLICATION DE LA CARTE PROFESSIONELLE Article 1er But Dans le but de surveiller l application des CCT qui adhérent au système de «Carte professionnelle», notamment le respect des conditions

Plus en détail

Table des matières. Partie 1 Les libéralités... 13. Titre 1 Les conditions de fond de formation des libéralités... 15. Sommaire...

Table des matières. Partie 1 Les libéralités... 13. Titre 1 Les conditions de fond de formation des libéralités... 15. Sommaire... Sommaire................................ 5 Partie 1 Les libéralités........................... 13 1. Propos introductifs Notion de libéralité.......................... 14 Titre 1 Les conditions de fond

Plus en détail

Index alphabétique. CO CC LFus ORC LSR OSRev. Conversion 622 Cours d émission 624 Destruction 659,732a Division 623

Index alphabétique. CO CC LFus ORC LSR OSRev. Conversion 622 Cours d émission 624 Destruction 659,732a Division 623 Index alphabétique CO CC LFus ORC LSR OSRev A Accès aux locaux Entreprises de révision sous surveillance de l Etat 13 Acte authentique Constitution (SA) 629 Constitution (Sàrl) 777 Décision de fusion 20

Plus en détail

DIU DROIT DE L'EXPERTISE MÉDICO-LÉGALE

DIU DROIT DE L'EXPERTISE MÉDICO-LÉGALE DIU DROIT DE L'EXPERTISE MÉDICO-LÉGALE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Diplôme universite niv. form. bac + 4 Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Présentation La loi du 11 février 2004

Plus en détail

LE VIOL UN ACTE DE PENETRATION SEXUELLE UN ACTE COMMIS SUR LA PERSONNE D AUTRUI. L article 222-23 du C.P. définit et réprime le viol.

LE VIOL UN ACTE DE PENETRATION SEXUELLE UN ACTE COMMIS SUR LA PERSONNE D AUTRUI. L article 222-23 du C.P. définit et réprime le viol. LE VIOL Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu il soit, commis sur la personne d autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol. I - E L E M E N T L E G A L L article

Plus en détail

JORF n 0228 du 2 octobre 2014. Texte n 1. LOI LOI n 2014-1104 du 1er octobre 2014 relative aux taxis et aux voitures de transport avec chauffeur (1)

JORF n 0228 du 2 octobre 2014. Texte n 1. LOI LOI n 2014-1104 du 1er octobre 2014 relative aux taxis et aux voitures de transport avec chauffeur (1) Le 2 octobre 2014 JORF n 0228 du 2 octobre 2014 Texte n 1 LOI LOI n 2014-1104 du 1er octobre 2014 relative aux taxis et aux voitures de transport avec chauffeur (1) NOR: INTX1414821L L Assemblée nationale

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE

LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE Le Pontet le 30 01 2014 1 Distinction entre la Responsabilité Civile et Pénale RESPONSABILITE PENALE C est l obligation légale pour

Plus en détail

Table des matières. Préambule... 7. Chapitre 1 Le régime matrimonial primaire... 9

Table des matières. Préambule... 7. Chapitre 1 Le régime matrimonial primaire... 9 Table des matières Préambule............................ 7 Chapitre 1 Le régime matrimonial primaire................ 9 Devoir de secours entre époux (art. 213)........................ 10 1. Frais funéraires

Plus en détail

A/- Les services consulaires

A/- Les services consulaires A/- Les services consulaires Le Consulat Général a pour mission de porter assistance aux ressortissants de son pays à l étranger. A ce titre, il est amené à prendre, au nom de certaines administrations

Plus en détail

A R R E T. En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers.

A R R E T. En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers. Numéro du rôle : 4723 Arrêt n 8/2010 du 4 février 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

Djibouti. Règles régissant l activité de promotion immobilière

Djibouti. Règles régissant l activité de promotion immobilière Règles régissant l activité de promotion immobilière Loi n 13/AN/13/7ème L du 7 juillet 2013 [NB - Loi n 13/AN/13/7ème L du 7 juillet 2013 fixant les règles régissant l activité de promotion immobilière]

Plus en détail

LES TIERS AUTORISES 1

LES TIERS AUTORISES 1 LES TIERS AUTORISES 1 La loi permet à certaines administrations/autorités publiques de se faire communiquer, sous certaines conditions et dans le cadre de leurs missions particulière ou de l exercice d

Plus en détail

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES adoptée par l Assemblée de l Union de Paris pour la protection de la propriété industrielle et l Assemblée générale de l Organisation Mondiale

Plus en détail

Vous êtes cité. devant le tribunal de police devant le tribunal correctionnel

Vous êtes cité. devant le tribunal de police devant le tribunal correctionnel Vous êtes cité devant le tribunal de police devant le tribunal correctionnel Introduction Si vous devez comparaître devant le tribunal de police ou le tribunal correctionnel, vous vous posez peut-être

Plus en détail

COMITÉ JURIDIQUE 34 e SESSION

COMITÉ JURIDIQUE 34 e SESSION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL LC/34-WP/2-1 31/7/09 COMITÉ JURIDIQUE 34 e SESSION (Montréal, 9 17 septembre 2009) Point 2 : Examen des rapports du Sous-Comité spécial

Plus en détail