Rationalisation et simplification des procédures applicables aux producteurs d électricité à partir de sources d énergies renouvelables

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rationalisation et simplification des procédures applicables aux producteurs d électricité à partir de sources d énergies renouvelables"

Transcription

1 Rationalisation et simplification des procédures applicables aux producteurs d électricité à partir de sources d énergies renouvelables

2 I/ Contexte Européen La communauté européenne a ratifiée le 27 septembre 2001 la directive européenne relative à la promotion de l électricité. L article 6 de cette directive demande aux Etats membres d évaluer «le cadre législatif et réglementaire existant concernant les procédures prévues à l article 4 de la directive 96/92/CE, applicables aux installations de production d électricité à partir de sources d énergies renouvelables (SER) en vue de : réduire les obstacles réglementaires à l augmentation de la production d électricité à partir de SER rationaliser et d accélérer les procédures au niveau administratif approprié, et de veiller à ce que les règles soient objectives, transparentes et non discriminatoires, et tiennent dûment compte des particularités des différentes technologies utilisant des SER». Le présent rapport fait le point sur l état d avancement de ces travaux dans trois pays partenaires du groupe de travail à savoir l Allemagne, la Belgique et la France.

3 II/ Allemagne A/ Etat des lieux et développement des sources d énergies renouvelables en Allemagne Depuis la fin des années 90, le Gouvernement allemande a lancé une campagne de promotion pour l utilisation des énergies renouvelables. Le cadre légal régissant les énergies renouvelables a été défini dans L Acte sur les Energies Renouvelables d avril 2000 qui fixe, dans la phase de développement, les prix d achat de l énergie produite. Depuis 1998, la part de la production d énergie d origine renouvelable allemande est passée de 5,2 % à 8 %. L objectif est d atteindre 14 % d ici L hydroélectricité est très développée et représente 4 % de l énergie annuelle produite en Allemagne. Cependant aucun accroissement majeur n est envisagé pour cette source d énergie renouvelable, principalement à cause du contexte topographique de l Allemagne. Pour promouvoir le développement des énergies renouvelables à l étranger, une Initiative d Exportation des Energies Renouvelables a été réalisée par le gouvernement allemand en Un budget global de 28.5 millions euros a été défini pour promouvoir la technologie allemande sur les énergies renouvelables et pour assister les industries du pays à trouver et développer des marchés à l exportation. Pour renforcer la concertation sur une future politique énergétique, le gouvernement allemand a lancé l idée d une conférence mondiale en 2004 qui aura lieu du 1 er au 4 juin 2004 à Bonn. Le financement des énergies renouvelables, le cadre légal et politique aussi bien que la recherche et développement sont les principaux thèmes de cet évènement. Des plans d actions nationaux et régionaux seront initiés durant ce colloque. B/ Contexte légal allemand Comment fonctionnent les lois allemandes? D une manière simple, il y a quatre niveaux consécutifs. La loi sur les énergies renouvelables garanti le droit à une installation de se connecter à un réseau électrique local et d y injecter l énergie produite sur le site. L opérateur du réseau doit payer l énergie produite qui est injectée sur le réseau à des prix définis dans la loi. L opérateur transporte l électricité jusqu à un producteur d énergie et la revend au même prix qu il a acheté l énergie. Le producteur d électricité peut alors intégrer l électricité d origine renouvelable dans sa propre production globale, ou alors la vendre séparément comme une électricité verte. Dans le premier cas, le producteur répercute le coût d achat de l électricité verte dans le prix de l électricité qu il vend. Dans le second cas, l acheteur qui souhaite acheter uniquement de l «électricité verte» paie les «primes».

4 La loi s applique sur les éoliennes, les installations photovoltaïques, les centrales géothermales, les petites centrales hydroélectriques, installations de valorisation de gaz de décharges ou de station d épurations ou encore issus de mines. La loi s applique aussi aux installations de valorisation de la biomasse jusqu à une puissance de 20 mégawatts. Les primes sont différentiées en fonction de l énergie concernée : Renewable energy source Installed capacity Feed in tariff 2002 [ -Cent/kWh] Feed in tariff 2003 [ -Cent/kWh] Biomass 0.5 MW MW > 5 MW Small hydro 0.5 MW Landfill- and sewage gas > 0.5 MW Wind power Solar C/ Les simplifications administratives Il est important de noter que la plupart des procédures administratives allemandes liées aux petites centrales hydroélectriques sont sous la responsabilité des Länder. Il n y a pas une approche unique allemande des simplifications des procédures administratives régulant les installations hydroélectriques. Bien que la plupart des Lander aient connaissance et conscience de la complexité des procédures administratives qu il faut réaliser pour obtenir l autorisation de créer et d exploiter une petite centrale hydroélectrique, il n y a pas d efforts réels mis en œuvre pour les simplifier.

5 III/ Belgique A/ Cadre actuel : La législation Belge en matière de gestion des cours d eau et plus particulièrement des barrages, retenues d eau, biefs et production d énergie hydroélectrique est plus que floue. Concernant les débits réservés, il n y a aucun texte spécifique. Seuls les débits prélevables sont mentionnés. C est donc à l administration à accorder éventuellement les permissions sur base de ce qu elle juge le plus juste. Et le libre arbitre n y est pas nécessairement la situation la plus stable qui soit C est donc, dans un projet de centrale hydroélectrique le point le plus compliqué à régler étant donné le côté subjectif de la chose et l influence des lobby, principalement de la pèche étonnamment liée aux environnementalistes pour cette cause. L interférence politique n arrange pas les choses non plus. Les droits anciens, qui juridiquement doivent être respectés sont souvent ignorés par les administrations gestionnaires. Nous nous trouvons donc en général dans une situation ou le droit laisse la place au bon juger si pas aux décisions partiales Le droit du seigneur n est pas loin! En province de Luxembourg Belge, pour illustrer le côté subjectif des décisions, nous trouvons dans le règlement provincial que le débit prélevable est égal au tiers du débit d étiage et que des dérogations sont prévues dans certains cas (les moulins et autres usines hydroélectriques étant judicieusement absente de la liste). Charge au porteur de projet d user de tous les stratagèmes possibles pour avoir les bonnes grâces du fonctionnaire responsable de la décision. B/ Simplifications en route : 1) Gestion intégrée par bassin. Suivant les réglementations européennes sur la gestion intégrée des bassins hydrographiques, la Région Wallonne a décidé de supprimer le morcellement de l autorité administrative qui gère les cours d eau. Cette modification de gestion est actuellement en cours. Actuellement, les cours d eau sont gérés par quatre niveaux de pouvoirs entre son point de classement (premier point «officiel» à l amont) et son embouchure. Les administrations communales s occupent des cours d eau de troisième catégorie (amont), les services provinciaux s occupent des cours d eau de deuxième catégorie, la Région Wallonne (DGRNE) s occupant des premières catégories (aval avant de se jeter dans les cours d eau navigables). Ceci pour les cours d eau non navigables. La nouvelle structure ne fera la différence qu entre les cours d eau navigables (aval) et les non navigables (amont). Des portions de cours d eau anciennement navigués, mais plus

6 navigués, étaient en gestion par l Administration qui gère les cours d eau navigables (MET). La nouvelle organisation les places sous la gestion de l Administration gui gère les cours d eau non navigables (DGRNE). On imagine donc aussi que, avec la restructuration en cours, la réglementation variant d une province à l autre va être remplacée par un règlement unique. 2) CWaPE La Région Wallonne a réé un organisme de contrôle de l énergie avec un accent bien maqué pour les énergies renouvelables : la Commission Wallonne Pour l Energie. Cet organisme indépendant des producteurs, distributeurs et autres intervenants est un interlocuteur de choix pour tout problème lié au commerce de l énergie verte. 3) EDORA A l initiative de l APERe, la fédération des producteurs d énergie verte est en création. Cette fédération sera l outil qu en feront les producteurs d énergie verte qui la composent. Il est fort à parier qu elle aidera l Administration dans sa restructuration. EDORA sera probablement l unique interlocuteur représentatif de l ensemble des filières d énergie renouvelable. C/ Simplifications espérées : 1) Débit réservé : Comme il n existe pas de règlement sur le sujet «débit réservé», la loi Française utilisant le 10 ème du module est souvent prise comme base de calcul. Des études longues et complexes sont généralement demandées et les débits ne sont accordés que pour une période transitoire (le temps de terminer les études), ce qui rend les investissements encore plus risqués. Les études biologiques menées pouvant être biaisées par de nombreux autres facteurs non liés à la présence de l installation hydroélectrique. Comment le filtre sera-t-il opéré? 2) OFNI : Les Objets Flottants d origine Non Identifiés posent aussi de problèmes. Si techniquement c est évident il serait aussi intéressant d avoir une législation soutenant les initiatives visant à les extraire du cours d eau et les placer dans une filière de recyclage ou d élimination. Actuellement, rien n est fait en ce sens et les courageux récolteurs d OFNI se voient lourdement pénalisés (+/- 100 / tonne). 3) En réalité : En Région Wallonne, aucune installation de centrale hydroélectrique, partant de rien, n a été envisagée. Seulement des réhabilitations plus ou moins importantes sont réalisées. Les cas les plus «extrêmes» visent à équiper des barrages n ayant jamais été équipés. Des négociations sont souvent entamées pour la modification d installations. Il est alors tenu compte de la situation existante.

7 4) Pour avancer : Une réglementation uniforme pour la Région Wallonne sera un avantage. La prise en compte, dans la nouvelle réglementation, du débit réservé au lieu du débit prélevé sera plus conforme au besoin des turbiniers et à l écologie du cours d eau. Quelque soit la règle proposée, il serait intéressant qu elle donne des indications claires en terme de besoins du cours d eau et de la méthode pour calculer le débit réservé. Ceci pour éviter les réunions interminables sur le sujet. Un bon cadre réglementaire! 5) Risques : Le risque qui existe en demandant une réglementation plus claire est de voir l Administration exiger des anciennes installations une mise à niveau avec pour certaines des probables pertes de revenu, si pas des impossibilités de continuer l exploitation.

8 IV/ France A/ Contexte international et national Suite à la ratification de la directive le 27 septembre 2001, la France annonçait que 21 % de l électricité qu elle consommera en 2010 sera d origine renouvelable, alors que cette proportion n est que 15 % aujourd hui. Afin d atteindre cet objectif, la France s est donné plusieurs types de moyens à travers La loi électrique du 10 février 2000 relative à la modernisation et au développement du service public de l électricité qui instaure deux leviers au développement des énergies renouvelables qui sont : l obligation d achat, par EDF et les autres distributeurs, de l électricité produite par certaines installations utilisant des énergies renouvelables ; les contrats de longue durée avec une rémunération de l énergie produite importante ainsi, l arrêté tarifaire du 25 juin 2001, applicable à l hydroélectricité, prévoit des contrats d une durée de 20 ans et une rémunération de l énergie produite importante en fonction de la puissance de l installation et de la régularité de fonctionnement. Filière Hydraulique Petites installations 36 kw Durée des contrats 20 ans 15 ans Fourchette de tarifs pour les nouvelles installations 6,1 c /kwh (40 cf/kwh) pour les puissances < à 500 kva à 5,49 c /kwh (36 cf/kwh) pour les puissances > + prime comprise entre 0 et 1,52 c /kwh (10 cf/kwh) en hiver selon régularité de la production 7,87 à 9,60 c /kwh (51,6 à 63 cf/ kwh) issu du tarif «bleu» aux clients domestiques Enfin, pour faciliter la mise en œuvre de ces dispositions et favoriser l émergence des projets, la DGEMP a conduit avec le ministère de l Aménagement du territoire et de l Environnement un groupe de travail sur la simplification des procédures administratives applicables aux ENR. Ce groupe a rendu ses conclusions dans les toutes premières semaines de l année 2002 Le présent document a pour objectif de synthétiser les résultats de ce groupe de travail concernant l hydroélectricité. Il est très fortement inspiré du document présentant les conclusions du groupe de travail auquel le CLER a participé. Globalement, 90 % de la production hydroélectrique française est assurée par des équipements de plus de 10 MW de puissance. 54 % de la production est assurée par des centrales au fil de l eau, situées sur les fleuves et qui ne font pas appel à des retenues. Les petites centrales hydrauliques (<10 MW) produisaient 7,3 TWh en Ce chiffre pourrait augmenter grâce à une utilisation plus intensive de l'existant et ou une modernisation du parc existant. La Loi de 1999 sur l aménagement et le développement durable du territoire (LOADDT), instaure un schéma de services collectifs de l énergie qui s intéresse notamment à la valorisation des ressources locales d énergies renouvelables. Ce schéma propose de compléter les mesures nationales en associant les collectivités territoriales à la politique de

9 l énergie et au développement durable du territoire. Il confie à la Commission régionale de l'aménagement et de développement du territoire (CRADT) l'élaboration du volet régional du schéma de services collectifs de l'énergie qui devra notamment comporter un programme d'action pour le développement des énergies renouvelables et l'utilisation rationnelle de l'énergie au niveau local. B/ Procédures générales Trois grands types de procédures sont mises en œuvre pour la réalisation de projets de production d énergie : les textes relatifs à l énergie. Ils se traduisent par des autorisations de production ou d exploitation d énergie ou des certificats ouvrant droit à l'obligation d'achat, le droit des sols qui se traduisent par des autorisations d occupation du sol au titre du code de l urbanisme, enfin, les différents textes sur l'eau et les rivières qui assignent un cadre précis à l'exploitation de l'hydro-électricité. Détail sur les procédures «énergétiques» 1) Autorisation d'exploiter L'article 7 de la loi du 10 février 2000 sur le service public de l'électricité soumet à autorisation la création ou l'extension des installations de production d'électricité. Les titres administratifs délivrés en application de la loi du 16 octobre 1919 relative à l'utilisation de l'énergie hydraulique valent autorisation au sens de la loi électrique. 2) Certificat ouvrant droit à l'obligation d'achat L'article 10 de la loi n du 10 février 2000 relative à la modernisation et au développement du service public de l'électricité institue une obligation d'achat par EDF et les distributeurs non nationalisés (DNN). Pour bénéficier de cette obligation d'achat, le décret du 10 mai 2001 fixe les obligations s'imposant aux producteurs telles que l'obtention d'un certificat ouvrant droit à l'obligation d'achat, délivré par le préfet après instruction par la DRIRE. Pour les plus grosses installations, ce certificat est délivré au vu d'une note prouvant l'impossibilité de trouver un ou des clients éligibles dans ces conditions économiques raisonnables. 3) Raccordement aux réseaux publics Généralement, c est le gestionnaire du réseau concerné qui se charge de la réalisation des ouvrages nécessaires et de l'obtention des autorisations correspondantes en se basant sur les cahiers des charges de concession applicables aux différents réseaux. Les conditions de raccordement sont précisées par les arrêtés du 14 avril 1995, du 21 juillet 1997, du 3 juin 1998 et du 30 décembre 1999 en fonction de la puissance de l'installation. Le décret du 26 avril 2001 fixant les principes généraux de la tarification de l'utilisation des réseaux défini que théoriquement, le renforcement du réseau amont rendu nécessaire par le raccordement d'un producteur ne sera plus mis à la charge de ce producteur.

10 C/ Procédures relatives à l hydroélectricité 1) Vue d'ensemble Les projets de centrales hydroélectriques sont soumis aux prescriptions de la loi du 16 octobre 1919, relative à l utilisation de l énergie hydraulique. Cette loi précise que «nul ne peut disposer de l énergie des marées, des lacs et cours d eau sans une concession ou autorisation». L appartenance au régime de la concession ou de l autorisation est déterminée par la puissance maximum brute de la chute (PMB). Les principaux textes d application de cette loi, fixant les procédures dans le domaine de l hydroélectricité sont : pour les ouvrages relevant du régime de la concession (PMB> 4500KW), le décret du du 13 octobre 1994 relatif à la concession et à la déclaration d utilité publique des ouvrages utilisant l énergie hydraulique, pour les ouvrages relevant du régime de l autorisation (PMB<4500KW) le décret du 29 mars 1993, relatif aux procédures d autorisation et de déclaration prévues au titre de l article 10 de la loi sur l eau n 92-3 du 3 janvier 1992, modifié par le décret du 6 novembre 1995 relatif à l autorisation des ouvrages utilisant l énergie hydraulique. Dans les deux cas ces procédures sont à compléter par les procédures «énergétiques» prévues par la loi électricité de février 2000 : autorisation ou déclaration de production, certificat de rachat de courant. La loi de février 2000 a prévu que les «titres administratifs délivrés en application de la loi du 16 octobre 1919 relative à l utilisation de l énergie hydraulique valent autorisation au sens de la présente loi». 2) Le régime de l autorisation Le décret du 6 novembre 1995, relatif aux projets de chutes hydroélectriques soumis à autorisation porte sur l autorisation initiale et les modifications ultérieures des centrales autorisées. Les projets doivent respecter les règles de fond de la loi sur l eau du 3 janvier 1992 (article 10). Les dispositions du décret n du 29 mars susvisé leur sont applicables sous réserve des dispositions des articles du décret de 1995 (article 1). De la même façon, la composition du dossier de demande est précisée : il est adressé en 7 exemplaires au préfet (article 2 du décret de 1993) et sa composition, détaillée en 17 points, avec des différences selon que la puissance est inférieure ou supérieure à 500 kw, présente les caractéristiques de l ouvrage (dont le débit maintenu dans la rivière), une étude ou notice d impact, les mesures compensatoires, des éléments sur la libre disposition des terrains avant mise à l enquête publique...). En outre, la Loi pêche de 1984 impose de maintenir dans le lit court-circuité d un cours d eau aménagé un débit minimal garantissant en permanence la vie, la circulation et la reproduction des espèces (1/10ème du module pour les nouveaux ouvrages selon l article L du code rural ; et 1/40ème pour les ouvrages existants). L obligation de réaliser une étude d impact, préalable à la réalisation d ouvrages ou d aménagements publics ou privés qui, par leurs dimensions ou leurs effets, peuvent porter atteinte au milieu naturel résulte de la loi du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature (décret du , modifié par le décret ). Depuis 1993, pour les centrales dont la puissance est supérieure à 500 kw, l étude d impact est nécessaire lors des renouvellements d autorisations qui modifient la consistance ou le mode de fonctionnement.

11 Cette modification concerne aussi les notices d impact des ouvrages de puissance inférieure à 500 kw. Le tableau ci après rappelle les principales étapes de la procédure pour les centrales soumises au régime de l autorisation et les délais de réponse théoriques de chaque étape. Il ne détaille que les procédures usuelles. Il ne détaille pas les procédures préalables ou complémentaires telles que : l autorisation de défrichement, l autorisation en périmètre de monument historique classé, le cas de projets situés dans un parc naturel régional, la présentation simultanée ou en cours de l instruction de demandes concurrentes,... Synoptique des procédures réglementaires s appliquant aux projets hydroélectriques soumis à autorisation Référence du texte autorité ou organisme concerné Nature de l intervention décret 93 préfet Accusé de réception du dossier pas de délai décret 93 préfet (1) examen du dossier et délivrance d un avis de réception de la demande régulière et complète ou demande de complément si dossier incomplet décret 93 préfet (1) consultation des services de l Etat intéressés (DIREN, DRIRE, SDA, DDE ou DDAF, SN...) décret 95 services de l Etat (DIREN, DRIRE, SDA, Délai maximum pas de délai ; dépend de la qualité du dossier présenté 30 jours au plus après l avis de réception de la demande complète avis sur le dossier 2 mois à compter réception (réputé favorable en l absence) DDE ou DDAF, SN...) décret 95 Préfet rejet motivé ou mise à l enquête pas de délai pour prendre la décision arrêté de rejet ou de mise à l enquête du projet décret 93 Préfet met à l enquête et fait les consultations décret 93 Commissaire rapport et avis sur la demande enquêteur 45 jours pour l enquête 45 jours pour rendre son avis à compter de la clôture décret 93 Commune Avis sur le projet 15 jours au plus tard après clôture de l enquête décret 95 décret 93 Loi du 02/05/30 sur les sites classés ou Conseil général gestionnaire du domaine public ministre ou préfet pour site classé Avis sur le projet et sur les réserves en eau et en force à lui attribuer pour les chutes de PMB>500KW Avis en site classé délivrance du permis de construire par le ministre (MATE) ou d une autorisation de travaux par le préfet après avis SDAP, DIREN et commission des sites ; en site inscrit 2 mois à compter de l ouverture de l enquête 45 jours à compter de réception pas de délai pour la délivrance du PC par le ministre.

12 sites classés ou inscrits préfet après avis SDAP, DIREN et commission des sites ; en site inscrit le PC est délivré par l autorité compétente après avis SDAP, DIEN, commission des sites décret 93 CDH avis en séance au vu du rapport du décret 93/95 pas de délai de saisine service instructeur Préfet statue sur la demande 6 mois après date d ouverture de l enquête (8 en cas de demandes concurrente) sauf si projet en site classé délivrance de l arrêté d autorisation au titre lois sur l eau et sur l hydroélectricité décret 93/95 Code l urbanism e services avis sur les plans d exécution 2 mois à compter réception des plans de préfet (DDE) avis sur demande de permis de 2 mois à dater du dépôt construire de la demande délivrance ou notification de refus du permis de construire décret 95 préfet (1) visa des plans après avis des services pas de délai et avant début des travaux décret 95 préfet (1) récolement avant mise en service pas de délai délivrance de l autorisation d exploitation de la chute décret du ministre délivrance de du récépissé de 7/09/2000 chargé de déclaration d exploiter (2) (2) l énergie (2) Loi février 2000 de préfet sur instruction DRIRE certificat d obligation d achat dès réception du dossier complet (2) peut en retirer le bénéfice dans les 2 mois suivant la délivrance pas de délai décret 93 : décret n du 29 mars 1993 relatif aux procédures d autorisation et de déclaration au titre de la loi sur l eau décret 95 : décret n du 6 novembre 1995 relatif à l autorisation des ouvrages utilisant l énergie hydraulique et modifiant le décret du 29 mars 1993 (1) en principe il s agit non pas du préfet mais du service instructeur désigné par le préfet (service de police des eaux) qui a reçu délégation pour conduire cette partie de la procédure (2) citée pour mémoire ; dans le cas de centrales hydroélectrique, l autorisation délivrée au titre de la loi du 16 octobre 1919 et de la loi sur l eau vaut déclaration au titre de la loi de février ) Le régime de la concession Nous ne traiterons pas de cette catégorie d installation dans la présente note bien que le seuil défini par le groupe de travail de PREDAC définisse comme seuil de la «petite hydroélectricité» 10 MW.

13 D/ Evaluation des procédures Nous ne traiterons ici que des procédures d'autorisation des ouvrages utilisant l'énergie hydraulique dont la puissance installée est inférieure à 4,5 MW. Les procédures relatives aux concessions ont fait l'objet de mesures de simplification dans le cadre de la modification du décret de procédure du 13 octobre 1994 relatif à la concession et à la déclaration d'utilité publique des ouvrages utilisant l'énergie hydraulique (1999). 1) Cadre général de la procédure d'autorisation La procédure d instruction des autorisations est fixée par deux textes, ce qui conduit à un manque de clarté (la procédure du décret de 1995 se substitue, pour certains articles, à celle de 1993). Concernant l obtention des autorisations, les principales difficultés rencontrées sont liées à l absence de réponse de l administration ou à la durée d instruction du dossier pouvant atteindre plusieurs années. Effectivement, les textes spécifiques à l hydroélectricité ne précisent pas systématiquement l interprétation de la non-réponse au pétitionnaire : on retombe alors dans le droit commun, où l absence de réponse équivaut à une décision implicite de rejet. Il semble ici important de fixer un délai de réponse de la part du Préfet. En effet, l autorisation ayant été donnée, il ne s agit plus que de donner un visa sur les plans. De même il faut prévoir un délai à partir de la demande du permissionnaire pour fixer la date de la visite de récolement, et du PV de récolement qui autorise l exploitant à mettre en service. Le service instructeur est le service chargé de la police de l eau, qui peut être suivant les départements et les cours d eaux concernés la DDE, la DDAF ou le Service de la navigation pour les centrales d une puissance inférieure à 4500 KW. 2) Déroulement de la procédure d'autorisation a - Pièces demandées L administration a tendance à en demander toujours plus que prévu par les textes, à contrario, les services instructeurs ne motivent pas forcément leur décision. La demande de nombreuses pièces peut s expliquer pour partie par les incertitudes ou le manque de pratique des services instructeurs et le risque de contentieux. Une clarification des procédures, l échange d expériences départementales au niveau régional et la mise en place de formations seraient de nature à réduire ce biais. Concernant les pièces demandées, il n est pas nécessaire de demander au pétitionnaire d avoir «la libre disposition des terrains» avant la mise à l enquête, une simple justification qu il l aura s il obtient l autorisation devrait suffire à ce niveau. b - Durée de la procédure L instruction apparaît trop longue (elle peut excéder 5 ans dans certains cas, même si des durées sensiblement moindres sont ordinairement constatées) et son issue est aléatoire. Les débats conduisent néanmoins à constater que le délai d instruction ne peut être inférieur à 2 ans au regard des étapes incompressibles (étude d impacts avec variations saisonnières, enquête d utilité publique). Ainsi, les mesures de suivi hydro-biologique entrant dans l étude d impact pourraient se dérouler sur une période plus réduite qu un an, car ces données sont déjà collectées. Au

14 contraire, il est souligné que la lourdeur, au plan technique, de l étude d un projet de microcentrale, inévitable compte tenu de la difficulté à bien connaître l hydrologie, conduit nécessairement à des délais assez longs. c - Coût de la procédure Le décret de 1995 établit que «les frais de constitution du dossier, d'affichage, de publicité et d'enquête sont à la charge du pétitionnaire» (article 7 décret de 1995). Le budget de développement représente environ une année de chiffre d affaires. Les pétitionnaires jugent excessif le coût des études d avant projet, d impact et de suivi administratif. Dans un autre domaine, l absence de sanction pour recours abusifs sur les recours systématiques est soulignée. Le manque de moyens de la police des eaux est dénoncé. Est soulevée également la question de la révision du classement des rivières et du raccourcissement de la durée des concessions et celle du bilan de la loi sur l eau, qui devait être réalisé 5 ans après la mise en application de cette loi. d - Enchaînement des étapes Les procédures - objectifs, étapes, autorisations - devraient être clarifiées. L articulation et la succession des différentes autorisations (permis de construire, droit d eau..) ne sont pas au point. En pratique, le préfet accuse réception et le service instructeur examine ultérieurement le dossier. Cela peut le conduire à demander des compléments ou des modifications, qui risquent de retarder l issue de l instruction. Des contacts préalables à l instruction des dossiers se révèlent très fructueux : ils permettent de présenter des dossiers complets et argumentés. Dans les cas de renouvellement, les difficultés tiennent à des négligences, qui conduisent à prolonger le mode de fonctionnement antérieur. Les pétitionnaires soulignent que la demande de permis de construire, susceptible de susciter des recours ou blocages, arrive trop tard dans la procédure. Alors que l administration dispose d un temps illimité pour une grande partie de ses réponses, le pétitionnaire, lui, n est informé que 8 jours avant le passage en Comité Départemental d Hygiène (CDH) et ne reçoit le rapport transmis au CDH qu en même temps qu il en est informé, cela ne lui permet ni d apporter des modifications au rapport, ni d établir un dossier en réponse à transmettre aux membres du CDH. Il est prévu dans la loi que l autorisation peut être retirée si les travaux ne sont pas terminés dans les délais impartis par l arrêté d autorisation. Il est souligné ici que l achèvement des travaux est fonction de la rapidité de réponse du Préfet au projet de travaux. e - Portée de la procédure Le pétitionnaire est tenu de fournir une étude d impact qui comprend une étude hydrobiologique, faite par un scientifique. Très souvent, l administration demande un débit réservé supérieur à celui résultant de l étude d impact sans toujours donner de raisons scientifiques. A l heure actuelle, la valeur du débit réservé est égale à 1/10eme du module. Des débits supérieurs sont très rarement obtenus. La composition du CDH est discutée, car le préfet s en remet à son avis. L avis du commissaire enquêteur, s il est défavorable, est une cause de rejet, alors que s il est favorable, il n est pas forcément suivi par le CDH. Les exploitants demandent à bénéficier d une autorisation permanente pour interventions d entretien, sous contrôle du service chargé de la police des eaux.

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

Cadre réglementaire régissant la production de l électricité à partir des énergies renouvelables et/ou des systèmes de cogénération en Algérie

Cadre réglementaire régissant la production de l électricité à partir des énergies renouvelables et/ou des systèmes de cogénération en Algérie Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz لجنة ضبط الكھرباء و الغاز Journée d information organisée par RENAC Berlin le 28 mai 2014 AHK (26 février 2013, Berlin Allemagne) Cadre réglementaire

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Le PCS ne peut intervenir que si le projet est élaboré par un architecte ou une société d architecture.

Le PCS ne peut intervenir que si le projet est élaboré par un architecte ou une société d architecture. Propositions pour la création d un PC simplifié Le permis de construire simplifié (PCS) Cette autorisation d urbanisme ne concernera que le marché des particuliers (locaux à usage d habitation exclusivement)

Plus en détail

MODIFICATION DU CODE DES MARCH S PUBLICS

MODIFICATION DU CODE DES MARCH S PUBLICS N 7 - MARCHES n 1 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 08 janvier 2009 ISSN 1769-4000 MODIFICATION DU CODE DES MARCH S PUBLICS L essentiel Trois décrets sont venus modifier le code des marchés

Plus en détail

Choc de simplification

Choc de simplification Choc de simplification Le choc de simplification souhaité par le Président de la République rejoint les besoins identifiés par le Syndicat des énergies renouvelables qui a défini six grands axes de modernisation

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

Des formulaires-types de récépissés sont disponibles en suivant ce lien : http://www2.equipement.gouv.fr/formulaires/fic_pdf/13409pcpartie1.

Des formulaires-types de récépissés sont disponibles en suivant ce lien : http://www2.equipement.gouv.fr/formulaires/fic_pdf/13409pcpartie1. 1 / 04/2014 Département Ville Urbanisme et Habitat NF/JM 07.09.242 FORMALITES A ACCOMPLIR PAR LES COMMUNES EN QUALITE DE GUICHET UNIQUE DURANT LE PREMIER MOIS A COMPTER DE LA RECEPTION D UN DOSSIER DE

Plus en détail

ADOPTE PAR LE BUREAU DU CESW LE 16 DECEMBRE

ADOPTE PAR LE BUREAU DU CESW LE 16 DECEMBRE AVIS A. 1156 Relatif à l avant- projet de décret modifiant le décret du 12 avril 2001 relatif à l organisation du marché régional de l électricité, visant à instaurer une base juridique pour le financement

Plus en détail

De la notation à l entretien professionnel : L expérimentation.

De la notation à l entretien professionnel : L expérimentation. T@mT@m/CFTC.FAE ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Fédération CFTC des Fonctionnaires et agents

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION DE L'EAU Sous-Direction de l'action territoriale, De la directive cadre

Plus en détail

Vers de nouvelles modalités d instruction et de facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité

Vers de nouvelles modalités d instruction et de facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité Vers de nouvelles modalités d instruction et de facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité 1 Le raccordement jusqu à présent Jusqu à présent, un raccordement au réseau

Plus en détail

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE Une précision liminaire : les édifices désignés comme monuments historiques dans la présente fiche sont ceux, inscrits ou classés, protégés par la loi du

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris Le caractère exécutoire des décisions prises par le maire sur les demandes d autorisation d urbanisme, la transmission au préfet de ces décisions et le contrôle de légalité. Francis Polizzi, Sous-directeur

Plus en détail

Développement des Energies Renouvelables en Tunisie : Contexte & enjeux

Développement des Energies Renouvelables en Tunisie : Contexte & enjeux Développement des Energies Renouvelables en Tunisie : Contexte & enjeux Tunis, le 13/06/2015 Abdessalem EL KHAZEN Agence Nationale pour la Maîtrise de l Energie ʺANMEʺ Le Contexte Energétique Tunisien

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Dans le cadre de la loi du 10. Les charges de service public liées à la cogénération et aux énergies renouvelables. Les dispositifs de soutien

Dans le cadre de la loi du 10. Les charges de service public liées à la cogénération et aux énergies renouvelables. Les dispositifs de soutien T e n d a n c e s Les charges de service public liées à la cogénération et aux énergies renouvelables C est le consommateur final qui, en France, finance les dispositifs de soutien à la cogénération et

Plus en détail

PROJET DE LOI ----- ETUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ----- ETUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1018125L PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives TOURCOING 27 septembre 2013 Marie-Hélène LEFEBVRE Éléments de contexte depuis les 30 dernières années : augmentation de 20% de la consommation

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

Présentation France Hydro Electricité

Présentation France Hydro Electricité Présentation France Hydro Electricité Syndicat national de la petite hydroélectricité ADEME Bourgogne 3 ème rencontre de l'hydroélectricité en Bourgogne / Franche-Comté 1 Sommaire 1. Présentation de France

Plus en détail

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie Suite à la Loi n 2008-776 du 4 août 2008 de Modernisation de l Economie (plus particulièrement ses articles 102 et 105) qui a modifié

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

Raccordements électriques : les conséquences de la réforme du code de l urbanisme et de la loi électricité par les lois SRU UH

Raccordements électriques : les conséquences de la réforme du code de l urbanisme et de la loi électricité par les lois SRU UH Raccordements électriques : les conséquences de la réforme du code de l urbanisme et de la loi électricité par les lois SRU UH Le contexte politique Le législateur cherche la cohérence entre le droit de

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Objet : Passation de conventions, de contrats et de marchés

Objet : Passation de conventions, de contrats et de marchés 0352686E ACADEMIE DE RENNES LYCEE GENERAL ET TECHNOLOGIQUE ANITA CONTI ESPLANADE DU LYCEE 35174 BRUZ CEDEX Tel : 0223501700 ACTE TRANSMISSIBLE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Objet : Passation de conventions,

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES

LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES Septembre 2015 ID Comprendre le secteur de l électricité en un seul clic LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES Note de conjoncture À partir du 1er janvier 2016, les

Plus en détail

Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental

Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT DECRETE : CHAPITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article

Plus en détail

AVIS. 19 décembre 2013

AVIS. 19 décembre 2013 AVIS Projet d ordonnance modifiant l ordonnance du 19 juillet 2001 relative à l'organisation du marché de l'électricité en Région de Bruxelles-Capitale et l ordonnance du 1er avril 2004 relative à l'organisation

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Instruction interministérielle

Instruction interministérielle Paris, le 14 Août 2007 La directrice des Archives de France du ministère de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les préfets Archives départementales La directrice de l hospitalisation

Plus en détail

MARCHE PUBLIC Procédure adaptée (art. 28 du CMP) Marché à Bon de Commande (art. 77 du CMP) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP)

MARCHE PUBLIC Procédure adaptée (art. 28 du CMP) Marché à Bon de Commande (art. 77 du CMP) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) MARCHE PUBLIC Procédure adaptée (art. 28 du CMP) Marché à Bon de Commande (art. 77 du CMP) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Pouvoir adjudicateur COMMUNAUTE DE COMMUNES DES ETANGS représentée

Plus en détail

La mise en conformité des statuts des associations syndicales de propriétaires

La mise en conformité des statuts des associations syndicales de propriétaires La mise en conformité des statuts des associations syndicales de propriétaires Fiche n 13 Références : Article 60 de l ordonnance (O) n 2004-632 du 1er juillet 2004 relative aux associations syndicales

Plus en détail

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM)

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM) DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES Sous-direction des élus locaux et de la fonction publique territoriale Bureau de l emploi territorial Paris, le 20 avril 2009 et de la protection sociale FP3

Plus en détail

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement»

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Résultat : 1. Obtenir les meilleures conditions d approvisionnement possibles, en termes de prix, de

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Analyse du marché de fourniture en gros de services Internet (haut débit et très haut débit) en Tunisie

Analyse du marché de fourniture en gros de services Internet (haut débit et très haut débit) en Tunisie REPUBLIQUE TUNISIENNE INSTANCE NATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS DE TUNISIE CONSULTATION N 15/2013 Analyse du marché de fourniture en gros de services Internet (haut débit et très haut débit) en Tunisie

Plus en détail

Une réforme attendue

Une réforme attendue 1 Introduction Une réforme attendue 2 000 000 d actes d urbanisme par an Une législation très touffue et complexe Source d insécurité pour les porteurs de projet et les communes Critique unanime des usagers

Plus en détail

Conclusions du commissaire enquêteur

Conclusions du commissaire enquêteur Bernard DORVAL 12, route d Istournet 12850 SAINTE RADEGONDE Commissaire Enquêteur Tél : 05 65 42 37 37 Mèl : bernard.dorval@wanadoo.fr Commune de BERTHOLENE DEPARTEMENT DE L AVEYRON ENQUETE PUBLIQUE Du

Plus en détail

SURVEILLANT DE PORT DE PLAISANCE: UN NOUVEAU METIER PLEIN D AVENIR

SURVEILLANT DE PORT DE PLAISANCE: UN NOUVEAU METIER PLEIN D AVENIR SURVEILLANT DE PORT DE PLAISANCE: UN NOUVEAU METIER PLEIN D AVENIR 6 ème rencontres nationales Activités portuaires & développement durable - La Baule le 28 mars 2012 Maître Geneviève REBUFAT-FRILET Avocat

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

*** Le Conseil de Régulation de l Autorité de Régulation du Sous-secteur de l Electricité :

*** Le Conseil de Régulation de l Autorité de Régulation du Sous-secteur de l Electricité : 1 PREMIER MINISTERE BURKINA FASO --------- ------- Autorité de Régulation du Unité - Progrès - Justice Sous-secteur de l Electricité (ARSE) --------- Conseil de Régulation DELIBERATION N 2014-07/PM/ARSE/CR

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE

CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES POUR L ACHAT D'ÉLECTRICITÉ Approuvée le Par délibération du... en date du : Préambule : Depuis le 1er juillet 2004, le marché de l énergie est ouvert à la concurrence. Cette

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

DÉCRET n. relatif aux comptes des comités interentreprises, à la désignation du trésorier et à la procédure d alerte du commissaire aux comptes

DÉCRET n. relatif aux comptes des comités interentreprises, à la désignation du trésorier et à la procédure d alerte du commissaire aux comptes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social DÉCRET n relatif aux comptes des comités interentreprises, à la désignation du trésorier et

Plus en détail

Charte des fournisseurs de gaz naturel

Charte des fournisseurs de gaz naturel Charte des fournisseurs de gaz naturel dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

Groupe de travail «Distribution d énergies de réseau et transition énergétique. Contribution de la FNCCR. Réunion du 2 juillet 2013

Groupe de travail «Distribution d énergies de réseau et transition énergétique. Contribution de la FNCCR. Réunion du 2 juillet 2013 Groupe de travail «Distribution d énergies de réseau et transition Contribution de la FNCCR Réunion du 2 juillet 2013 I distinction structurelle entre les réseaux soumis à une obligation d universalité

Plus en détail

Règlement d intervention du Fonds de coopération régionale de Mayotte

Règlement d intervention du Fonds de coopération régionale de Mayotte Règlement d intervention du Fonds de coopération régionale de Mayotte Le Comité de gestion du Fonds de coopération régionale de Mayotte (FCR) décide de se doter d un règlement d intervention précisant

Plus en détail

ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ( E.R.P )

ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ( E.R.P ) ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ( E.R.P ) 1 1 1 I. DEFINITION D UN E R P Article R123-2 du C.C.H (décret 2007-1327 du11.09.2007) Constitue un établissement recevant du public tout bâtiment,

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 01 2013 OBJET. 1/Le plafond de loyer à appliquer afin de pouvoir bénéficier du dispositif Duflot

INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 01 2013 OBJET. 1/Le plafond de loyer à appliquer afin de pouvoir bénéficier du dispositif Duflot INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 01 2013 RUBRIQUE Fiscalité Décret 2012-1532 du 29 déc. 2012 NOR : ETLL1240760D Journal officiel du 30 déc. 2012 Loi de finances pour 2013 du 29 déc. 2012 NOR : EFIX1234869L

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»),

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»), Avis n 2014-0659 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 juin 2014 relatif à une modification du catalogue des prestations internationales du service universel

Plus en détail

A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination?

A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination? A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination? La transformation d un garage attenant à une habitation ne constitue pas un changement de destination en vertu

Plus en détail

Guide du consommateur d'électricité et de gaz naturel à l usage des clients professionnels

Guide du consommateur d'électricité et de gaz naturel à l usage des clients professionnels La Commission de régulation de l'énergie (CRE) est une autorité administrative indépendante qui concourt, au bénéfice des consommateurs finals, au bon fonctionnement des marchés de l électricité et du

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité»

Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité» Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité» Objectifs : Le Conseil Régional de Lorraine, la DRAC de Lorraine et

Plus en détail

Grenelle de l environnement. Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative

Grenelle de l environnement. Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative Grenelle de l environnement Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative 1. Projet de loi Grenelle 1 Le Groupe Chambres d agriculture propose, concernant le projet de loi Grenelle

Plus en détail

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante D-99-49 R-3415-98 6 avril 1999 PRÉSENTS : M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs Société en commandite Gaz Métropolitain (SCGM) Demanderesse Et Association

Plus en détail

UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE. Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises

UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE. Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises 1 OBJECTIFS Permettre aux entreprises de réaliser des investissements dans une démarche globale et structurée comprenant

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction des professions paramédicales et des personnels hospitaliers

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN et Jean-Pierre SOTURA, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN et Jean-Pierre SOTURA, commissaires. Délibération Délibération du 16 juillet 2014 de la Commission de régulation de l énergie portant proposition de décret modifiant le décret n 2010-1022 du 31 août 2010 relatif aux dispositifs de comptage

Plus en détail

SIGNALE. Le ministre de l intérieur. Mesdames et messieurs les préfets Secrétariat général NOR/INT/A/02/00126/C

SIGNALE. Le ministre de l intérieur. Mesdames et messieurs les préfets Secrétariat général NOR/INT/A/02/00126/C DIRECTION GENERALE DE L ADMINISTRATION DIRECTION DES PERSONNELS, DE LA FORMATION ET DE L ACTION SOCIALE SOUS-DIRECTION DES PERSONNELS BUREAU DES PERSONNELS DE PREFECTURE SECTION C AFFAIRE SUIVIE PAR :

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées

Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées Pourquoi et comment remplir son Agenda d Accessibilité Programmée (Ad AP) SYNOPSIS DE RAPPEL DES OBLIGATIONS RÉGLEMENTAIRES LES 6

Plus en détail

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ;

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ; Règlement général de la Centrale de marchés de l intercommunale Interfin pour l achat d énergie au profit des Pouvoirs locaux de la Région de Bruxelles-Capitale Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

FICHE PRATIQUE 02 LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES RÈGLES SPÉCIFIQUES

FICHE PRATIQUE 02 LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES RÈGLES SPÉCIFIQUES LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES RÈGLES SPÉCIFIQUES FICHE PRATIQUE 02 LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUELLES SONT LES RÈGLES À SUIVRE POUR L'ÉLABORATION DE VOTRE PROJET

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA DÉCISION

SOMMAIRE DE LA DÉCISION Communiqué La Régie de l'énergie rend sa décision relative à la demande de modifier les tarifs de distribution d Hydro-Québec, en appliquant une hausse tarifaire de2,9 % pour l ensemble des tarifs et de

Plus en détail

Réformes dans la Fonction Publique

Réformes dans la Fonction Publique Réformes dans la Fonction Publique Précisions et propositions supplémentaires I.- Les avancements automatiques Il est précisé que le Gouvernement, en utilisant les termes «peut» ou «peuvent» dans les textes

Plus en détail

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 L ENTRETIEN PROFESSIONNEL L E S S E N T I E L L article 76-1 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée prévoit, à titre expérimental, la mise en place de l entretien

Plus en détail

aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE ET LA MISE EN PLACE CONTROVERSEE DU SYSTEME FRANÇAIS

aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE ET LA MISE EN PLACE CONTROVERSEE DU SYSTEME FRANÇAIS aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE Céline IDE Novembre 2009 Dans la perspective de mise en place d un véritable marché unique et dans le but de renforcer les conditions

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

LE COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÈCURITÉ ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL (LE CHSCT)

LE COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÈCURITÉ ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL (LE CHSCT) CIRCULAIRE CDG90 07/15 LE COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÈCURITÉ ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL (LE CHSCT) Décret 85-603 du 10 juin 1985 relatif à l hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu à la médecine professionnelle

Plus en détail

Mission Audit Interne et Inspection CAHIER DES CHARGES FORMATION. Auditeurs internes : formation 2011

Mission Audit Interne et Inspection CAHIER DES CHARGES FORMATION. Auditeurs internes : formation 2011 Mission Audit Interne et Inspection Equipe AGC CAHIER DES CHARGES FORMATION Auditeurs internes : formation 2011 1. Présentation de l Inra L Inra (Institut national de la recherche agronomique), premier

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

La protection des pièces détachées en droit communautaire

La protection des pièces détachées en droit communautaire MODÈLE I Historique La protection des pièces détachées en droit communautaire Le processus d harmonisation du droit européen sur la protection juridique des modèles industriels a été lancé par le Livre

Plus en détail

Commission de régulation de l énergie

Commission de régulation de l énergie Commission de régulation de l énergie Délibération du 28 juillet 2015 portant avis sur le projet d arrêté relatif aux tarifs réglementés de vente de l électricité NOR : CRER1518070X Participaient à la

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

------ GAP, le 17 juin 2009

------ GAP, le 17 juin 2009 Liberté Egalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PREFECTURE DES HAUTES-ALPES DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES COLLECTIVITES LOCALES BUREAU DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES ------ GAP,

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 40 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 21 novembre 2012 PROJET DE LOI relatif à la mise en œuvre du principe

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR : ESRS0905375D

Plus en détail