Rationalisation et simplification des procédures applicables aux producteurs d électricité à partir de sources d énergies renouvelables

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rationalisation et simplification des procédures applicables aux producteurs d électricité à partir de sources d énergies renouvelables"

Transcription

1 Rationalisation et simplification des procédures applicables aux producteurs d électricité à partir de sources d énergies renouvelables

2 I/ Contexte Européen La communauté européenne a ratifiée le 27 septembre 2001 la directive européenne relative à la promotion de l électricité. L article 6 de cette directive demande aux Etats membres d évaluer «le cadre législatif et réglementaire existant concernant les procédures prévues à l article 4 de la directive 96/92/CE, applicables aux installations de production d électricité à partir de sources d énergies renouvelables (SER) en vue de : réduire les obstacles réglementaires à l augmentation de la production d électricité à partir de SER rationaliser et d accélérer les procédures au niveau administratif approprié, et de veiller à ce que les règles soient objectives, transparentes et non discriminatoires, et tiennent dûment compte des particularités des différentes technologies utilisant des SER». Le présent rapport fait le point sur l état d avancement de ces travaux dans trois pays partenaires du groupe de travail à savoir l Allemagne, la Belgique et la France.

3 II/ Allemagne A/ Etat des lieux et développement des sources d énergies renouvelables en Allemagne Depuis la fin des années 90, le Gouvernement allemande a lancé une campagne de promotion pour l utilisation des énergies renouvelables. Le cadre légal régissant les énergies renouvelables a été défini dans L Acte sur les Energies Renouvelables d avril 2000 qui fixe, dans la phase de développement, les prix d achat de l énergie produite. Depuis 1998, la part de la production d énergie d origine renouvelable allemande est passée de 5,2 % à 8 %. L objectif est d atteindre 14 % d ici L hydroélectricité est très développée et représente 4 % de l énergie annuelle produite en Allemagne. Cependant aucun accroissement majeur n est envisagé pour cette source d énergie renouvelable, principalement à cause du contexte topographique de l Allemagne. Pour promouvoir le développement des énergies renouvelables à l étranger, une Initiative d Exportation des Energies Renouvelables a été réalisée par le gouvernement allemand en Un budget global de 28.5 millions euros a été défini pour promouvoir la technologie allemande sur les énergies renouvelables et pour assister les industries du pays à trouver et développer des marchés à l exportation. Pour renforcer la concertation sur une future politique énergétique, le gouvernement allemand a lancé l idée d une conférence mondiale en 2004 qui aura lieu du 1 er au 4 juin 2004 à Bonn. Le financement des énergies renouvelables, le cadre légal et politique aussi bien que la recherche et développement sont les principaux thèmes de cet évènement. Des plans d actions nationaux et régionaux seront initiés durant ce colloque. B/ Contexte légal allemand Comment fonctionnent les lois allemandes? D une manière simple, il y a quatre niveaux consécutifs. La loi sur les énergies renouvelables garanti le droit à une installation de se connecter à un réseau électrique local et d y injecter l énergie produite sur le site. L opérateur du réseau doit payer l énergie produite qui est injectée sur le réseau à des prix définis dans la loi. L opérateur transporte l électricité jusqu à un producteur d énergie et la revend au même prix qu il a acheté l énergie. Le producteur d électricité peut alors intégrer l électricité d origine renouvelable dans sa propre production globale, ou alors la vendre séparément comme une électricité verte. Dans le premier cas, le producteur répercute le coût d achat de l électricité verte dans le prix de l électricité qu il vend. Dans le second cas, l acheteur qui souhaite acheter uniquement de l «électricité verte» paie les «primes».

4 La loi s applique sur les éoliennes, les installations photovoltaïques, les centrales géothermales, les petites centrales hydroélectriques, installations de valorisation de gaz de décharges ou de station d épurations ou encore issus de mines. La loi s applique aussi aux installations de valorisation de la biomasse jusqu à une puissance de 20 mégawatts. Les primes sont différentiées en fonction de l énergie concernée : Renewable energy source Installed capacity Feed in tariff 2002 [ -Cent/kWh] Feed in tariff 2003 [ -Cent/kWh] Biomass 0.5 MW MW > 5 MW Small hydro 0.5 MW Landfill- and sewage gas > 0.5 MW Wind power Solar C/ Les simplifications administratives Il est important de noter que la plupart des procédures administratives allemandes liées aux petites centrales hydroélectriques sont sous la responsabilité des Länder. Il n y a pas une approche unique allemande des simplifications des procédures administratives régulant les installations hydroélectriques. Bien que la plupart des Lander aient connaissance et conscience de la complexité des procédures administratives qu il faut réaliser pour obtenir l autorisation de créer et d exploiter une petite centrale hydroélectrique, il n y a pas d efforts réels mis en œuvre pour les simplifier.

5 III/ Belgique A/ Cadre actuel : La législation Belge en matière de gestion des cours d eau et plus particulièrement des barrages, retenues d eau, biefs et production d énergie hydroélectrique est plus que floue. Concernant les débits réservés, il n y a aucun texte spécifique. Seuls les débits prélevables sont mentionnés. C est donc à l administration à accorder éventuellement les permissions sur base de ce qu elle juge le plus juste. Et le libre arbitre n y est pas nécessairement la situation la plus stable qui soit C est donc, dans un projet de centrale hydroélectrique le point le plus compliqué à régler étant donné le côté subjectif de la chose et l influence des lobby, principalement de la pèche étonnamment liée aux environnementalistes pour cette cause. L interférence politique n arrange pas les choses non plus. Les droits anciens, qui juridiquement doivent être respectés sont souvent ignorés par les administrations gestionnaires. Nous nous trouvons donc en général dans une situation ou le droit laisse la place au bon juger si pas aux décisions partiales Le droit du seigneur n est pas loin! En province de Luxembourg Belge, pour illustrer le côté subjectif des décisions, nous trouvons dans le règlement provincial que le débit prélevable est égal au tiers du débit d étiage et que des dérogations sont prévues dans certains cas (les moulins et autres usines hydroélectriques étant judicieusement absente de la liste). Charge au porteur de projet d user de tous les stratagèmes possibles pour avoir les bonnes grâces du fonctionnaire responsable de la décision. B/ Simplifications en route : 1) Gestion intégrée par bassin. Suivant les réglementations européennes sur la gestion intégrée des bassins hydrographiques, la Région Wallonne a décidé de supprimer le morcellement de l autorité administrative qui gère les cours d eau. Cette modification de gestion est actuellement en cours. Actuellement, les cours d eau sont gérés par quatre niveaux de pouvoirs entre son point de classement (premier point «officiel» à l amont) et son embouchure. Les administrations communales s occupent des cours d eau de troisième catégorie (amont), les services provinciaux s occupent des cours d eau de deuxième catégorie, la Région Wallonne (DGRNE) s occupant des premières catégories (aval avant de se jeter dans les cours d eau navigables). Ceci pour les cours d eau non navigables. La nouvelle structure ne fera la différence qu entre les cours d eau navigables (aval) et les non navigables (amont). Des portions de cours d eau anciennement navigués, mais plus

6 navigués, étaient en gestion par l Administration qui gère les cours d eau navigables (MET). La nouvelle organisation les places sous la gestion de l Administration gui gère les cours d eau non navigables (DGRNE). On imagine donc aussi que, avec la restructuration en cours, la réglementation variant d une province à l autre va être remplacée par un règlement unique. 2) CWaPE La Région Wallonne a réé un organisme de contrôle de l énergie avec un accent bien maqué pour les énergies renouvelables : la Commission Wallonne Pour l Energie. Cet organisme indépendant des producteurs, distributeurs et autres intervenants est un interlocuteur de choix pour tout problème lié au commerce de l énergie verte. 3) EDORA A l initiative de l APERe, la fédération des producteurs d énergie verte est en création. Cette fédération sera l outil qu en feront les producteurs d énergie verte qui la composent. Il est fort à parier qu elle aidera l Administration dans sa restructuration. EDORA sera probablement l unique interlocuteur représentatif de l ensemble des filières d énergie renouvelable. C/ Simplifications espérées : 1) Débit réservé : Comme il n existe pas de règlement sur le sujet «débit réservé», la loi Française utilisant le 10 ème du module est souvent prise comme base de calcul. Des études longues et complexes sont généralement demandées et les débits ne sont accordés que pour une période transitoire (le temps de terminer les études), ce qui rend les investissements encore plus risqués. Les études biologiques menées pouvant être biaisées par de nombreux autres facteurs non liés à la présence de l installation hydroélectrique. Comment le filtre sera-t-il opéré? 2) OFNI : Les Objets Flottants d origine Non Identifiés posent aussi de problèmes. Si techniquement c est évident il serait aussi intéressant d avoir une législation soutenant les initiatives visant à les extraire du cours d eau et les placer dans une filière de recyclage ou d élimination. Actuellement, rien n est fait en ce sens et les courageux récolteurs d OFNI se voient lourdement pénalisés (+/- 100 / tonne). 3) En réalité : En Région Wallonne, aucune installation de centrale hydroélectrique, partant de rien, n a été envisagée. Seulement des réhabilitations plus ou moins importantes sont réalisées. Les cas les plus «extrêmes» visent à équiper des barrages n ayant jamais été équipés. Des négociations sont souvent entamées pour la modification d installations. Il est alors tenu compte de la situation existante.

7 4) Pour avancer : Une réglementation uniforme pour la Région Wallonne sera un avantage. La prise en compte, dans la nouvelle réglementation, du débit réservé au lieu du débit prélevé sera plus conforme au besoin des turbiniers et à l écologie du cours d eau. Quelque soit la règle proposée, il serait intéressant qu elle donne des indications claires en terme de besoins du cours d eau et de la méthode pour calculer le débit réservé. Ceci pour éviter les réunions interminables sur le sujet. Un bon cadre réglementaire! 5) Risques : Le risque qui existe en demandant une réglementation plus claire est de voir l Administration exiger des anciennes installations une mise à niveau avec pour certaines des probables pertes de revenu, si pas des impossibilités de continuer l exploitation.

8 IV/ France A/ Contexte international et national Suite à la ratification de la directive le 27 septembre 2001, la France annonçait que 21 % de l électricité qu elle consommera en 2010 sera d origine renouvelable, alors que cette proportion n est que 15 % aujourd hui. Afin d atteindre cet objectif, la France s est donné plusieurs types de moyens à travers La loi électrique du 10 février 2000 relative à la modernisation et au développement du service public de l électricité qui instaure deux leviers au développement des énergies renouvelables qui sont : l obligation d achat, par EDF et les autres distributeurs, de l électricité produite par certaines installations utilisant des énergies renouvelables ; les contrats de longue durée avec une rémunération de l énergie produite importante ainsi, l arrêté tarifaire du 25 juin 2001, applicable à l hydroélectricité, prévoit des contrats d une durée de 20 ans et une rémunération de l énergie produite importante en fonction de la puissance de l installation et de la régularité de fonctionnement. Filière Hydraulique Petites installations 36 kw Durée des contrats 20 ans 15 ans Fourchette de tarifs pour les nouvelles installations 6,1 c /kwh (40 cf/kwh) pour les puissances < à 500 kva à 5,49 c /kwh (36 cf/kwh) pour les puissances > + prime comprise entre 0 et 1,52 c /kwh (10 cf/kwh) en hiver selon régularité de la production 7,87 à 9,60 c /kwh (51,6 à 63 cf/ kwh) issu du tarif «bleu» aux clients domestiques Enfin, pour faciliter la mise en œuvre de ces dispositions et favoriser l émergence des projets, la DGEMP a conduit avec le ministère de l Aménagement du territoire et de l Environnement un groupe de travail sur la simplification des procédures administratives applicables aux ENR. Ce groupe a rendu ses conclusions dans les toutes premières semaines de l année 2002 Le présent document a pour objectif de synthétiser les résultats de ce groupe de travail concernant l hydroélectricité. Il est très fortement inspiré du document présentant les conclusions du groupe de travail auquel le CLER a participé. Globalement, 90 % de la production hydroélectrique française est assurée par des équipements de plus de 10 MW de puissance. 54 % de la production est assurée par des centrales au fil de l eau, situées sur les fleuves et qui ne font pas appel à des retenues. Les petites centrales hydrauliques (<10 MW) produisaient 7,3 TWh en Ce chiffre pourrait augmenter grâce à une utilisation plus intensive de l'existant et ou une modernisation du parc existant. La Loi de 1999 sur l aménagement et le développement durable du territoire (LOADDT), instaure un schéma de services collectifs de l énergie qui s intéresse notamment à la valorisation des ressources locales d énergies renouvelables. Ce schéma propose de compléter les mesures nationales en associant les collectivités territoriales à la politique de

9 l énergie et au développement durable du territoire. Il confie à la Commission régionale de l'aménagement et de développement du territoire (CRADT) l'élaboration du volet régional du schéma de services collectifs de l'énergie qui devra notamment comporter un programme d'action pour le développement des énergies renouvelables et l'utilisation rationnelle de l'énergie au niveau local. B/ Procédures générales Trois grands types de procédures sont mises en œuvre pour la réalisation de projets de production d énergie : les textes relatifs à l énergie. Ils se traduisent par des autorisations de production ou d exploitation d énergie ou des certificats ouvrant droit à l'obligation d'achat, le droit des sols qui se traduisent par des autorisations d occupation du sol au titre du code de l urbanisme, enfin, les différents textes sur l'eau et les rivières qui assignent un cadre précis à l'exploitation de l'hydro-électricité. Détail sur les procédures «énergétiques» 1) Autorisation d'exploiter L'article 7 de la loi du 10 février 2000 sur le service public de l'électricité soumet à autorisation la création ou l'extension des installations de production d'électricité. Les titres administratifs délivrés en application de la loi du 16 octobre 1919 relative à l'utilisation de l'énergie hydraulique valent autorisation au sens de la loi électrique. 2) Certificat ouvrant droit à l'obligation d'achat L'article 10 de la loi n du 10 février 2000 relative à la modernisation et au développement du service public de l'électricité institue une obligation d'achat par EDF et les distributeurs non nationalisés (DNN). Pour bénéficier de cette obligation d'achat, le décret du 10 mai 2001 fixe les obligations s'imposant aux producteurs telles que l'obtention d'un certificat ouvrant droit à l'obligation d'achat, délivré par le préfet après instruction par la DRIRE. Pour les plus grosses installations, ce certificat est délivré au vu d'une note prouvant l'impossibilité de trouver un ou des clients éligibles dans ces conditions économiques raisonnables. 3) Raccordement aux réseaux publics Généralement, c est le gestionnaire du réseau concerné qui se charge de la réalisation des ouvrages nécessaires et de l'obtention des autorisations correspondantes en se basant sur les cahiers des charges de concession applicables aux différents réseaux. Les conditions de raccordement sont précisées par les arrêtés du 14 avril 1995, du 21 juillet 1997, du 3 juin 1998 et du 30 décembre 1999 en fonction de la puissance de l'installation. Le décret du 26 avril 2001 fixant les principes généraux de la tarification de l'utilisation des réseaux défini que théoriquement, le renforcement du réseau amont rendu nécessaire par le raccordement d'un producteur ne sera plus mis à la charge de ce producteur.

10 C/ Procédures relatives à l hydroélectricité 1) Vue d'ensemble Les projets de centrales hydroélectriques sont soumis aux prescriptions de la loi du 16 octobre 1919, relative à l utilisation de l énergie hydraulique. Cette loi précise que «nul ne peut disposer de l énergie des marées, des lacs et cours d eau sans une concession ou autorisation». L appartenance au régime de la concession ou de l autorisation est déterminée par la puissance maximum brute de la chute (PMB). Les principaux textes d application de cette loi, fixant les procédures dans le domaine de l hydroélectricité sont : pour les ouvrages relevant du régime de la concession (PMB> 4500KW), le décret du du 13 octobre 1994 relatif à la concession et à la déclaration d utilité publique des ouvrages utilisant l énergie hydraulique, pour les ouvrages relevant du régime de l autorisation (PMB<4500KW) le décret du 29 mars 1993, relatif aux procédures d autorisation et de déclaration prévues au titre de l article 10 de la loi sur l eau n 92-3 du 3 janvier 1992, modifié par le décret du 6 novembre 1995 relatif à l autorisation des ouvrages utilisant l énergie hydraulique. Dans les deux cas ces procédures sont à compléter par les procédures «énergétiques» prévues par la loi électricité de février 2000 : autorisation ou déclaration de production, certificat de rachat de courant. La loi de février 2000 a prévu que les «titres administratifs délivrés en application de la loi du 16 octobre 1919 relative à l utilisation de l énergie hydraulique valent autorisation au sens de la présente loi». 2) Le régime de l autorisation Le décret du 6 novembre 1995, relatif aux projets de chutes hydroélectriques soumis à autorisation porte sur l autorisation initiale et les modifications ultérieures des centrales autorisées. Les projets doivent respecter les règles de fond de la loi sur l eau du 3 janvier 1992 (article 10). Les dispositions du décret n du 29 mars susvisé leur sont applicables sous réserve des dispositions des articles du décret de 1995 (article 1). De la même façon, la composition du dossier de demande est précisée : il est adressé en 7 exemplaires au préfet (article 2 du décret de 1993) et sa composition, détaillée en 17 points, avec des différences selon que la puissance est inférieure ou supérieure à 500 kw, présente les caractéristiques de l ouvrage (dont le débit maintenu dans la rivière), une étude ou notice d impact, les mesures compensatoires, des éléments sur la libre disposition des terrains avant mise à l enquête publique...). En outre, la Loi pêche de 1984 impose de maintenir dans le lit court-circuité d un cours d eau aménagé un débit minimal garantissant en permanence la vie, la circulation et la reproduction des espèces (1/10ème du module pour les nouveaux ouvrages selon l article L du code rural ; et 1/40ème pour les ouvrages existants). L obligation de réaliser une étude d impact, préalable à la réalisation d ouvrages ou d aménagements publics ou privés qui, par leurs dimensions ou leurs effets, peuvent porter atteinte au milieu naturel résulte de la loi du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature (décret du , modifié par le décret ). Depuis 1993, pour les centrales dont la puissance est supérieure à 500 kw, l étude d impact est nécessaire lors des renouvellements d autorisations qui modifient la consistance ou le mode de fonctionnement.

11 Cette modification concerne aussi les notices d impact des ouvrages de puissance inférieure à 500 kw. Le tableau ci après rappelle les principales étapes de la procédure pour les centrales soumises au régime de l autorisation et les délais de réponse théoriques de chaque étape. Il ne détaille que les procédures usuelles. Il ne détaille pas les procédures préalables ou complémentaires telles que : l autorisation de défrichement, l autorisation en périmètre de monument historique classé, le cas de projets situés dans un parc naturel régional, la présentation simultanée ou en cours de l instruction de demandes concurrentes,... Synoptique des procédures réglementaires s appliquant aux projets hydroélectriques soumis à autorisation Référence du texte autorité ou organisme concerné Nature de l intervention décret 93 préfet Accusé de réception du dossier pas de délai décret 93 préfet (1) examen du dossier et délivrance d un avis de réception de la demande régulière et complète ou demande de complément si dossier incomplet décret 93 préfet (1) consultation des services de l Etat intéressés (DIREN, DRIRE, SDA, DDE ou DDAF, SN...) décret 95 services de l Etat (DIREN, DRIRE, SDA, Délai maximum pas de délai ; dépend de la qualité du dossier présenté 30 jours au plus après l avis de réception de la demande complète avis sur le dossier 2 mois à compter réception (réputé favorable en l absence) DDE ou DDAF, SN...) décret 95 Préfet rejet motivé ou mise à l enquête pas de délai pour prendre la décision arrêté de rejet ou de mise à l enquête du projet décret 93 Préfet met à l enquête et fait les consultations décret 93 Commissaire rapport et avis sur la demande enquêteur 45 jours pour l enquête 45 jours pour rendre son avis à compter de la clôture décret 93 Commune Avis sur le projet 15 jours au plus tard après clôture de l enquête décret 95 décret 93 Loi du 02/05/30 sur les sites classés ou Conseil général gestionnaire du domaine public ministre ou préfet pour site classé Avis sur le projet et sur les réserves en eau et en force à lui attribuer pour les chutes de PMB>500KW Avis en site classé délivrance du permis de construire par le ministre (MATE) ou d une autorisation de travaux par le préfet après avis SDAP, DIREN et commission des sites ; en site inscrit 2 mois à compter de l ouverture de l enquête 45 jours à compter de réception pas de délai pour la délivrance du PC par le ministre.

12 sites classés ou inscrits préfet après avis SDAP, DIREN et commission des sites ; en site inscrit le PC est délivré par l autorité compétente après avis SDAP, DIEN, commission des sites décret 93 CDH avis en séance au vu du rapport du décret 93/95 pas de délai de saisine service instructeur Préfet statue sur la demande 6 mois après date d ouverture de l enquête (8 en cas de demandes concurrente) sauf si projet en site classé délivrance de l arrêté d autorisation au titre lois sur l eau et sur l hydroélectricité décret 93/95 Code l urbanism e services avis sur les plans d exécution 2 mois à compter réception des plans de préfet (DDE) avis sur demande de permis de 2 mois à dater du dépôt construire de la demande délivrance ou notification de refus du permis de construire décret 95 préfet (1) visa des plans après avis des services pas de délai et avant début des travaux décret 95 préfet (1) récolement avant mise en service pas de délai délivrance de l autorisation d exploitation de la chute décret du ministre délivrance de du récépissé de 7/09/2000 chargé de déclaration d exploiter (2) (2) l énergie (2) Loi février 2000 de préfet sur instruction DRIRE certificat d obligation d achat dès réception du dossier complet (2) peut en retirer le bénéfice dans les 2 mois suivant la délivrance pas de délai décret 93 : décret n du 29 mars 1993 relatif aux procédures d autorisation et de déclaration au titre de la loi sur l eau décret 95 : décret n du 6 novembre 1995 relatif à l autorisation des ouvrages utilisant l énergie hydraulique et modifiant le décret du 29 mars 1993 (1) en principe il s agit non pas du préfet mais du service instructeur désigné par le préfet (service de police des eaux) qui a reçu délégation pour conduire cette partie de la procédure (2) citée pour mémoire ; dans le cas de centrales hydroélectrique, l autorisation délivrée au titre de la loi du 16 octobre 1919 et de la loi sur l eau vaut déclaration au titre de la loi de février ) Le régime de la concession Nous ne traiterons pas de cette catégorie d installation dans la présente note bien que le seuil défini par le groupe de travail de PREDAC définisse comme seuil de la «petite hydroélectricité» 10 MW.

13 D/ Evaluation des procédures Nous ne traiterons ici que des procédures d'autorisation des ouvrages utilisant l'énergie hydraulique dont la puissance installée est inférieure à 4,5 MW. Les procédures relatives aux concessions ont fait l'objet de mesures de simplification dans le cadre de la modification du décret de procédure du 13 octobre 1994 relatif à la concession et à la déclaration d'utilité publique des ouvrages utilisant l'énergie hydraulique (1999). 1) Cadre général de la procédure d'autorisation La procédure d instruction des autorisations est fixée par deux textes, ce qui conduit à un manque de clarté (la procédure du décret de 1995 se substitue, pour certains articles, à celle de 1993). Concernant l obtention des autorisations, les principales difficultés rencontrées sont liées à l absence de réponse de l administration ou à la durée d instruction du dossier pouvant atteindre plusieurs années. Effectivement, les textes spécifiques à l hydroélectricité ne précisent pas systématiquement l interprétation de la non-réponse au pétitionnaire : on retombe alors dans le droit commun, où l absence de réponse équivaut à une décision implicite de rejet. Il semble ici important de fixer un délai de réponse de la part du Préfet. En effet, l autorisation ayant été donnée, il ne s agit plus que de donner un visa sur les plans. De même il faut prévoir un délai à partir de la demande du permissionnaire pour fixer la date de la visite de récolement, et du PV de récolement qui autorise l exploitant à mettre en service. Le service instructeur est le service chargé de la police de l eau, qui peut être suivant les départements et les cours d eaux concernés la DDE, la DDAF ou le Service de la navigation pour les centrales d une puissance inférieure à 4500 KW. 2) Déroulement de la procédure d'autorisation a - Pièces demandées L administration a tendance à en demander toujours plus que prévu par les textes, à contrario, les services instructeurs ne motivent pas forcément leur décision. La demande de nombreuses pièces peut s expliquer pour partie par les incertitudes ou le manque de pratique des services instructeurs et le risque de contentieux. Une clarification des procédures, l échange d expériences départementales au niveau régional et la mise en place de formations seraient de nature à réduire ce biais. Concernant les pièces demandées, il n est pas nécessaire de demander au pétitionnaire d avoir «la libre disposition des terrains» avant la mise à l enquête, une simple justification qu il l aura s il obtient l autorisation devrait suffire à ce niveau. b - Durée de la procédure L instruction apparaît trop longue (elle peut excéder 5 ans dans certains cas, même si des durées sensiblement moindres sont ordinairement constatées) et son issue est aléatoire. Les débats conduisent néanmoins à constater que le délai d instruction ne peut être inférieur à 2 ans au regard des étapes incompressibles (étude d impacts avec variations saisonnières, enquête d utilité publique). Ainsi, les mesures de suivi hydro-biologique entrant dans l étude d impact pourraient se dérouler sur une période plus réduite qu un an, car ces données sont déjà collectées. Au

14 contraire, il est souligné que la lourdeur, au plan technique, de l étude d un projet de microcentrale, inévitable compte tenu de la difficulté à bien connaître l hydrologie, conduit nécessairement à des délais assez longs. c - Coût de la procédure Le décret de 1995 établit que «les frais de constitution du dossier, d'affichage, de publicité et d'enquête sont à la charge du pétitionnaire» (article 7 décret de 1995). Le budget de développement représente environ une année de chiffre d affaires. Les pétitionnaires jugent excessif le coût des études d avant projet, d impact et de suivi administratif. Dans un autre domaine, l absence de sanction pour recours abusifs sur les recours systématiques est soulignée. Le manque de moyens de la police des eaux est dénoncé. Est soulevée également la question de la révision du classement des rivières et du raccourcissement de la durée des concessions et celle du bilan de la loi sur l eau, qui devait être réalisé 5 ans après la mise en application de cette loi. d - Enchaînement des étapes Les procédures - objectifs, étapes, autorisations - devraient être clarifiées. L articulation et la succession des différentes autorisations (permis de construire, droit d eau..) ne sont pas au point. En pratique, le préfet accuse réception et le service instructeur examine ultérieurement le dossier. Cela peut le conduire à demander des compléments ou des modifications, qui risquent de retarder l issue de l instruction. Des contacts préalables à l instruction des dossiers se révèlent très fructueux : ils permettent de présenter des dossiers complets et argumentés. Dans les cas de renouvellement, les difficultés tiennent à des négligences, qui conduisent à prolonger le mode de fonctionnement antérieur. Les pétitionnaires soulignent que la demande de permis de construire, susceptible de susciter des recours ou blocages, arrive trop tard dans la procédure. Alors que l administration dispose d un temps illimité pour une grande partie de ses réponses, le pétitionnaire, lui, n est informé que 8 jours avant le passage en Comité Départemental d Hygiène (CDH) et ne reçoit le rapport transmis au CDH qu en même temps qu il en est informé, cela ne lui permet ni d apporter des modifications au rapport, ni d établir un dossier en réponse à transmettre aux membres du CDH. Il est prévu dans la loi que l autorisation peut être retirée si les travaux ne sont pas terminés dans les délais impartis par l arrêté d autorisation. Il est souligné ici que l achèvement des travaux est fonction de la rapidité de réponse du Préfet au projet de travaux. e - Portée de la procédure Le pétitionnaire est tenu de fournir une étude d impact qui comprend une étude hydrobiologique, faite par un scientifique. Très souvent, l administration demande un débit réservé supérieur à celui résultant de l étude d impact sans toujours donner de raisons scientifiques. A l heure actuelle, la valeur du débit réservé est égale à 1/10eme du module. Des débits supérieurs sont très rarement obtenus. La composition du CDH est discutée, car le préfet s en remet à son avis. L avis du commissaire enquêteur, s il est défavorable, est une cause de rejet, alors que s il est favorable, il n est pas forcément suivi par le CDH. Les exploitants demandent à bénéficier d une autorisation permanente pour interventions d entretien, sous contrôle du service chargé de la police des eaux.

Choc de simplification

Choc de simplification Choc de simplification Le choc de simplification souhaité par le Président de la République rejoint les besoins identifiés par le Syndicat des énergies renouvelables qui a défini six grands axes de modernisation

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER Administration générale MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, EN CHARGE DES TECHNOLOGIES VERTES ET DES NÉGOCIATIONS SUR LE CLIMAT Secrétariat général Service des politiques et

Plus en détail

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme 1 La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme Présentation générale de la réforme Information aux Maires Introduction Une réforme à la fois technique et politique Une réforme, fruit

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Vendredi 18 mars 2011 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES FOCUS SUR L ELECTRICITE

Vendredi 18 mars 2011 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES FOCUS SUR L ELECTRICITE 2011 Vendredi 18 mars 2011 ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES FOCUS SUR L ELECTRICITE TABLE DES MATIÈRES Le cas de la France... 3 Le mix électrique en 2010... 3

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les futurs clients éligibles. 25 septembre 2002

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les futurs clients éligibles. 25 septembre 2002 Paris, le 17 octobre 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les futurs clients éligibles 25 septembre 2002 *** I La fourniture d électricité... 2 Les clients éligibles peuvent-ils acheter leur électricité

Plus en détail

ADOPTE PAR LE BUREAU DU CESW LE 16 DECEMBRE

ADOPTE PAR LE BUREAU DU CESW LE 16 DECEMBRE AVIS A. 1156 Relatif à l avant- projet de décret modifiant le décret du 12 avril 2001 relatif à l organisation du marché régional de l électricité, visant à instaurer une base juridique pour le financement

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif NEBEF 1): synthèse des propositions de Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de RTE 16 octobre 2013 Expérimentation sur la valorisation

Plus en détail

La mise en oeuvre de la réforme du droit des sols. Laurent LEBON DDE 59 SUCT/ADS 1

La mise en oeuvre de la réforme du droit des sols. Laurent LEBON DDE 59 SUCT/ADS 1 La mise en oeuvre de la réforme du droit des sols Laurent LEBON DDE 59 SUCT/ADS 1 Les textes de référence : ordonnance n 2005-1527 du 8 décembre 2005 relative au permis de construire et aux autorisations

Plus en détail

Intervention de Fabrice Cassin Forum Intégration des EnR - Site Internet sur les Smart grids

Intervention de Fabrice Cassin Forum Intégration des EnR - Site Internet sur les Smart grids Intervention de Fabrice Cassin Forum Intégration des EnR - Site Internet sur les Smart grids L intervention de Fabrice Cassin éclaire, sous l angle du producteur, les problématiques juridiques de l intégration

Plus en détail

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >,

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, <AUTORITE DE GESTION> Version finale : Trame commune [FEDER/FSE] 2014-2020 Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, Entre < l

Plus en détail

MAIRIE DE BRENNILIS LE BOURG 29690 BRENNILIS EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE BRENNILIS.

MAIRIE DE BRENNILIS LE BOURG 29690 BRENNILIS EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE BRENNILIS. MAIRIE DE BRENNILIS LE BOURG 29690 BRENNILIS EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE BRENNILIS. L'an deux mille douze, le 7 janvier à 10h30. Le Conseil Municipal de BRENNILIS, dûment

Plus en détail

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme 1 PREAMBULE Quelques dates pour situer la réforme du permis de construire 2 Le permis de construire en quelques dates 1852 : décret relatif

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll

LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll Le projet de loi de programmation pour la transition énergétique, dont les grands axes ont été présentés mercredi 18 juin

Plus en détail

MODIFICATION DU CODE DES MARCH S PUBLICS

MODIFICATION DU CODE DES MARCH S PUBLICS N 7 - MARCHES n 1 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 08 janvier 2009 ISSN 1769-4000 MODIFICATION DU CODE DES MARCH S PUBLICS L essentiel Trois décrets sont venus modifier le code des marchés

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie Suite à la Loi n 2008-776 du 4 août 2008 de Modernisation de l Economie (plus particulièrement ses articles 102 et 105) qui a modifié

Plus en détail

Le ministre de l'intérieur. La ministre des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative

Le ministre de l'intérieur. La ministre des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative MINISTERE DE L INTERIEUR MINISTERE DES SPORTS, DE LA JEUNESSE, DE L EDUCATION POPULAIRE ET DE LA VIE ASSOCIATIVE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION

Plus en détail

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREFET DU LOIRET COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC VOUS ETES MAIRE! QUEL EST VOTRE ROLE ET QUELLES SONT VOS RESPONSABILITES? PREFECTURE DU LOIRET CABINET

Plus en détail

Règlement d attribution de PM up

Règlement d attribution de PM up Règlement d attribution de PM up Le Conseil régional d Ile-de-France a mis en place le programme PM up pour soutenir le développement des petites et moyennes entreprises à fort potentiel de croissance

Plus en détail

Programme national «très haut débit»

Programme national «très haut débit» Liberté. Égalité. Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Programme national «très haut débit» - 1 - Sommaire I. ENJEU 3 II. DESCRIPTION GENERALE 4 III. PILOTAGE DU PROGRAMME 4 IV. PHASE DE LANCEMENT DU PROGRAMME

Plus en détail

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME Version du 17/04/2014 Approuvée par le comité de pilotage de la Marque QUALITE TOURISME Déposée à l'inpi le 07/07/2014 et publiée au BOPI n 2014-32

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

CGET/MAE/SNOTTIN/MADEVERON. Références juridiques applicables au niveau européen et national :

CGET/MAE/SNOTTIN/MADEVERON. Références juridiques applicables au niveau européen et national : Projet d instruction CGET/DMAT/DHUP visant à préciser les modalités de gestion des opérations d efficacité énergétique dans le logement social cofinancées par le FEDER en fin de période de programmation

Plus en détail

2. DROIT DE PREEMPTION P.

2. DROIT DE PREEMPTION P. SOMMAIRE 1. PLANIFICATION P. 2 - Un PLU est exécutoire même en l absence de publication au recueil des actes administratifs de la délibération l approuvant 2. DROIT DE PREEMPTION P. 2 - L avis des domaines

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * République Algérienne Démocratique et Populaire * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * Présidence de le république * * * * * * * * * * * * * Direction Générale de la Fonction Publique

Plus en détail

Consultation publique 2-30 juillet 2014

Consultation publique 2-30 juillet 2014 DATE : 30/07/2014 Proposition de Méthodologie Tarifaire transitoire applicable aux gestionnaires de réseau de distribution d électricité actifs en Wallonie pour la période 2015-2016 Consultation publique

Plus en détail

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL COMMUNE DE... Textes législatifs CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment l article L5211-4-2

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Les énergies Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain Fiche

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) 5 Circulaires de la direction de la protection judiciaire de la jeunesse Signalisation des circulaires du 1er janvier au 31

Plus en détail

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL Ministère des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Fonds pour le développement de la vie

Plus en détail

Changer plus facilement d opérateur de télécommunications. Consultation publique

Changer plus facilement d opérateur de télécommunications. Consultation publique Changer plus facilement d opérateur de télécommunications Consultation publique Le développement d un marché concurrentiel des services de communications électroniques suppose que les consommateurs puissent

Plus en détail

Réforme du dispositif de soutien aux filières sous obligation d achat

Réforme du dispositif de soutien aux filières sous obligation d achat Réforme du dispositif de soutien aux filières sous obligation d achat Mars 2014 Le cri d alarme du 10 septembre 2013 au Parlement européen des 9 «utilities» européennes illustre la gravité de la situation

Plus en détail

Modalités d application de l article L 4113-6 du CSP après la parution du décret 2007-454 du 25 mars 2007

Modalités d application de l article L 4113-6 du CSP après la parution du décret 2007-454 du 25 mars 2007 24 mai 2007 MAJ du 11 septembre 2007 Modalités d application de l article L 4113-6 du CSP après la parution du décret 2007-454 du 25 mars 2007 La loi du 4 mars 2002 avait prévu les dispositions suivantes,

Plus en détail

n 13-09 relative aux énergies renouvelables Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement

n 13-09 relative aux énergies renouvelables Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement n 13-09 relative aux énergies renouvelables énergie, eau et environnement Juin 2010 Loi n 13-09 relative aux énergies

Plus en détail

LES CONSTRUCTIONS EN ZONE AGRICOLE

LES CONSTRUCTIONS EN ZONE AGRICOLE Direction départementale des territoires PRÉFET DES HAUTES-ALPES Service d'appui territorial Application du droit des sols LES CONSTRUCTIONS EN ZONE AGRICOLE D'une manière générale, les zones naturelles

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MONOSITE Indice 2 Page 1/12 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes La loi n 2000-1028 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain, dite «loi SRU», avait instauré une participation

Plus en détail

LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006

LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006 LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006 Débat présidé par M. André Merlin sur le thème : «Quelle articulation souhaitable avec

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général Paris, le 5 juin 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les clients éligibles 15 mai 2002 *** INTRODUCTION par M. Thierry TUOT, Directeur Général Ce deuxième atelier était destiné à permettre aux clients

Plus en détail

Le développement des effacements

Le développement des effacements Le développement des effacements LA CAPACITE, OU COMMENT GARANTIR LA SECURITE D APPROVISIONNEMENT Afin d assurer la sécurité d alimentation en électricité, l UFE milite depuis plusieurs années pour la

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

Aides publiques à la recherche, au développement et à l innovation en faveur de l économie luxembourgeoise

Aides publiques à la recherche, au développement et à l innovation en faveur de l économie luxembourgeoise Aides publiques à la recherche, au développement et à l innovation en faveur de l économie luxembourgeoise Loi du 5 juin 2009 relative à la promotion de la recherche, du développement et de l innovation

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1511839D Intitulé du texte : Ministère à l origine de la mesure : Ministère des finances et des comptes publics Date d établissement de la présente

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

Pierre-Marie ABADIE. Directeur de l énergie. CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque

Pierre-Marie ABADIE. Directeur de l énergie. CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque Pierre-Marie ABADIE Directeur de l énergie CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque Paris, 13 janvier 2009 Pierre-Marie ABADIE MEEDDAT/DGEC/Direction de l énergie Introduction En régime de monopole

Plus en détail

Observ ER. Institut français d émission des certificats verts

Observ ER. Institut français d émission des certificats verts Observ ER Institut français d émission des certificats verts Prouver l origine renouvelable de l électricité Assurer la traçabilité de l électricité verte Garantir les échanges entre producteur et consommateur

Plus en détail

Raccordements électriques : les conséquences de la réforme du code de l urbanisme et de la loi électricité par les lois SRU UH

Raccordements électriques : les conséquences de la réforme du code de l urbanisme et de la loi électricité par les lois SRU UH Raccordements électriques : les conséquences de la réforme du code de l urbanisme et de la loi électricité par les lois SRU UH Le contexte politique Le législateur cherche la cohérence entre le droit de

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières ( CCAP )

Cahier des Clauses Administratives Particulières ( CCAP ) PREFET DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE, PREFET DE PARIS Direction de la Modernisation et de l Administration Mission des moyens généraux Bureau des marchés et de la logistique, 75911 PARIS CEDEX 15 pref-marches75@paris.gouv.fr

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

Point de. électricité et gaz. Xavier Righetti. responsable de l unité étude énergétiques. v1.0 du 05.12.2013

Point de. électricité et gaz. Xavier Righetti. responsable de l unité étude énergétiques. v1.0 du 05.12.2013 Point de situation ti Libéralisation des marchés électricité et gaz Ecube -6 décembre 2013, Auberge communale de Puidoux Xavier Righetti responsable de l unité étude énergétiques SILCom - Direction des

Plus en détail

n 47-09 relative à l efficacité énergétique Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement

n 47-09 relative à l efficacité énergétique Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement n 47-09 relative à l efficacité énergétique énergie, eau et environnement PREAMBULE n 47-09 relative à l efficacité énergétique

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant orientations sur le cadre de régulation du système de comptage évolué de GrDF Participaient à la séance : Olivier

Plus en détail

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION DE L'EAU Sous-Direction de l'action territoriale, De la directive cadre

Plus en détail

Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat

Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat Projet de parc éolien en mer de Fécamp Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat ************************* OUVERTURE DE LA REUNION Plus d une vingtaine de personnes étaient réunies le samedi

Plus en détail

Le règlement 1907/2006 CE (REACh)

Le règlement 1907/2006 CE (REACh) Le règlement 1907/2006 CE (REACh) Jérémie VALLET Présentation du 22 octobre 2010 1/34 Présentation REACH - Vendredi 22 octobre 2010 Sommaire de la présentation Le règlement L action de l Inspection des

Plus en détail

En voici, entre autres, les raisons principales, car il s agit de dénoncer :

En voici, entre autres, les raisons principales, car il s agit de dénoncer : ARGUMENTAIRES TECHNIQUES POUR REFUSER DE RATIFIER EN L ETAT L ORDONNANCE SUR L ACCESSIBILITE Seconde version suite à la publication de textes réglementaires La publication, entre autres, de l Arrêté du

Plus en détail

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIERES ET DES ENTREPRISES Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance Ces bonnes pratiques, préparée par le Comité des assurance de l'ocde, ont été

Plus en détail

Vers de nouvelles modalités d instruction et de facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité

Vers de nouvelles modalités d instruction et de facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité Vers de nouvelles modalités d instruction et de facturation des raccordements au réseau public de distribution d électricité 1 Le raccordement jusqu à présent Jusqu à présent, un raccordement au réseau

Plus en détail

Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH

Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION DE L AVIS N 2009-13 DU 1 er OCTOBRE 2009 Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH Sommaire

Plus en détail

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 CONSEIL DEPARTEMENTAL DU JURA APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 PON FSE 2014-2020 Axe 3 «Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion» Programme Départemental d Insertion 2015 Date de lancement

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant proposition d approbation du lancement du déploiement généralisé du système de comptage évolué de GrDF Participaient

Plus en détail

Les quotas et certificats échangeables sont un moyen

Les quotas et certificats échangeables sont un moyen AIR ET BRUIT Par Armelle SANDRIN Avocat à la Cour Shearman & Sterling LLP Les certificats verts : une méthode d incitation à la production d énergies renouvelables BDEI 259 Les certificats verts sont des

Plus en détail

ANALYSE. La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle

ANALYSE. La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle Florence Chapuis et Nicolas Goldberg Souvent présenté comme un modèle, le programme allemand de développement des énergies renouvelables

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION CRPMDTR110 077 B4 CONFERENCE DES REGIONS PERIPHERIQUES MARITIMES D EUROPE CONFERENCE OF PERIPHERAL MARITIME REGIONS OF EUROPE 6, rue Saint-Martin, 35700 RENNES - FR Tel. : + 33 (0)2 99 35 40 50 - Fax :

Plus en détail

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal :

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal : 1 LE METIER DE SYNDIC Avec près de 8 millions de logements en Copropriété, la plupart des Français sont en relation avec un Syndic qui administre les parties communes de leur habitat collectif. Ils payent

Plus en détail

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DE LA REFORME DE L'ETAT ET DE LA SIMPLIFICATION

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : JUSC1502013D Intitulé du texte : décret relatif à la liste limitative des prestations particulières et au contrat type de syndic prévus à l article 18-1

Plus en détail

Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel

Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel Traduction non officielle du texte diffusé fin avril 2014 par le Conseil du Développement Durable (Allemagne) dans le cadre de la consultation

Plus en détail

Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau

Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau Etude Volumes Prélevables sur les Usses 2010-2012 5 avril 2013 SMECRU Syndicat Mixte d Etude du Contrat de Rivières des Usses Le bassin

Plus en détail

Electricité solaire et autoconsommation. Le retour d expérience allemand

Electricité solaire et autoconsommation. Le retour d expérience allemand Electricité solaire et autoconsommation Le retour d expérience allemand Autoconsommation Evolution du cadre réglementaire au cours des dernières années Janvier 2009 : introduction d un tarif d achat à

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

«Urbanisme de projet» - Fiche mesure 9 REFORME DE L APPLICATION DU DROIT DES SOLS

«Urbanisme de projet» - Fiche mesure 9 REFORME DE L APPLICATION DU DROIT DES SOLS «Urbanisme de projet» - Fiche mesure 9 REFORME DE L APPLICATION DU DROIT DES SOLS Présentation et description de la mesure Constat / Enjeux L article 25 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 portant

Plus en détail

Le droit et les hydrocarbures «non conventionnels»

Le droit et les hydrocarbures «non conventionnels» Le droit et les hydrocarbures «non conventionnels» Colloque LIED mardi 2 avril 2013 «Une énergie non conventionnelle : les hydrocarbures de roches mères approche interdisciplinaire». Gaz de schiste et

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN et Jean-Pierre SOTURA, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN et Jean-Pierre SOTURA, commissaires. Délibération Délibération du 16 juillet 2014 de la Commission de régulation de l énergie portant proposition de décret modifiant le décret n 2010-1022 du 31 août 2010 relatif aux dispositifs de comptage

Plus en détail

Version du 1 er septembre 2011

Version du 1 er septembre 2011 Régie du Syndicat Electrique Intercommunal du Pays Chartrain Version du 1 er septembre 2011 Barème pour la facturation du raccordement au réseau public de distribution d électricité GRD RSEIPC 01/09/11

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE)

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) DU SAGE DE LA DOLLER - * REGLES DE FONCTIONNEMENT * - ADOPTE PAR LA CLE LE JOUR MOIS ANNEE MODIFIEE LE Remarque préliminaire : le décret d application de la Loi sur l Eau

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES (R)141023-CDC-1371

LIGNES DIRECTRICES (R)141023-CDC-1371 Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz Rue de l'industrie, 26-38 1040 Bruxelles Tél. : 02/289.76.11 Fax : 02/289.76.09 COMMISSION DE REGULATION DE L ELECTRICITE ET DU GAZ LIGNES DIRECTRICES

Plus en détail

RÉVISION DU PLAN D OCCUPATION DES SOLS ET SA TRANSFORMATION EN PLAN LOCAL D URBANISME

RÉVISION DU PLAN D OCCUPATION DES SOLS ET SA TRANSFORMATION EN PLAN LOCAL D URBANISME 1/6 PROCEDURE ADAPTEE RÉVISION DU PLAN D OCCUPATION DES SOLS ET SA TRANSFORMATION EN PLAN LOCAL D URBANISME MARCHÉ PUBLIC D ETUDES ET D ASSISTANCE [MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES] passé selon la

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Erreur! Argument de commutateur inconnu. DELIBERATION N DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON, VU le Code général des collectivités

Plus en détail

Circulaire du 15 novembre 2012 relative à la mise en application du décret n o 2012-189 du 7 février 2012 relatif aux commissions de suivi de site

Circulaire du 15 novembre 2012 relative à la mise en application du décret n o 2012-189 du 7 février 2012 relatif aux commissions de suivi de site Prévention des risques MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Direction générale de la prévention des risques Service des risques technologiques Sous-direction des risques chroniques

Plus en détail

Vers la création d un service d appui aux consommateurs en Wallonie

Vers la création d un service d appui aux consommateurs en Wallonie Question de point de vue Rue de Gembloux, 48-5002 Saint-Servais Tél : 081/73.40.86 - Fax : 081/74.28.33 secretariat@equipespopulaires.be Vers la création d un service d appui aux consommateurs en Wallonie

Plus en détail

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme Avril 2006 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry L OFAEnR Origines & Objectifs Crée en 2006 par les gouvernements français & allemand Bureau au ministère

Plus en détail

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2 Initiative du CICM Proposition au Sommet de la GR "Green Deal en vue d une politique énergétique et climatique efficiente dans la GR en coopération avec les PME de l artisanat" L Artisanat de la Grande

Plus en détail

REUNION D INFORMATION ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE - ERDF 9/6/08 LA TOUR DU PIN

REUNION D INFORMATION ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE - ERDF 9/6/08 LA TOUR DU PIN REUNION D INFORMATION ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE - ERDF 9/6/08 LA TOUR DU PIN La distribution de gaz naturel et d électricité en France depuis le 1er janvier 2008 24 avril 2008 2 Un service commun

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER OU MODIFIER UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (ERP) guide d'aide pour l'instruction

AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER OU MODIFIER UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (ERP) guide d'aide pour l'instruction Direction Départementale des Territoires Cher Service Urbanisme Habitat Ville Bureau Construction Accessibilité 6, place de la Pyrotechnie 18019 BOURGES CEDEX AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER

Plus en détail

Aperçu du marché des énergies renouvelables en Allemagne en 2013

Aperçu du marché des énergies renouvelables en Allemagne en 2013 Aperçu du marché des énergies renouvelables en Allemagne en 2013 Roman Buss, Renewables Academy (RENAC) AG Voyage d affaires de la CCI allemande Energies renouvelables pour la consommation propre dans

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste Appel à projets " Plan Climat Régional» Soutien de l investissement participatif dans les énergies renouvelables et la maîtrise de l énergie au bénéfice des territoires 1 Contexte : Les grands objectifs

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail