Feuille de route pour la diversité linguistique en Europe. Une nouvelle approche des langues dans le cadre de la stratégie Europe 2020

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Feuille de route pour la diversité linguistique en Europe. Une nouvelle approche des langues dans le cadre de la stratégie Europe 2020"

Transcription

1 Feille de rote por la diversité lingistiqe en Erope Une novelle approche des langes dans le cadre de la stratégie Erope 2020

2 Por pls d informations, visitez :

3 La proposition d Résea por la promotion de la diversité (NPLD) relative à la promotion des langes d Erope comme partie intégrante de la diversité 1

4 Vision positive Une novelle approche des langes Diversité lingistiqe Valers commnes 2

5 Feille de rote por la diversité lingistiqe en Erope Une novelle approche des langes dans le cadre de la stratégie Erope 2020 La Feille de rote por la diversité lingistiqe en Erope vise à réaffirmer l engagement de l Union eropéenne en faver de la diversité lingistiqe et à veiller à ce qe les langes parlées en Erope langes internationales, nationales, régionales, minoritaires, menacées de disparition et isses de l immigration soient considérées comme des valers commnes qi ont besoin de sotien et de promotion. La Feille de rote s inscrit dans le contexte actel de l Union eropéenne, où la consolidation d ne économie forte et d ne main-d œvre hatement qalifiée et mobile est a centre des priorités de son agenda politiqe. Il est donc nécessaire d élaborer des initiatives et des politiqes bien planifiées afin de revitaliser les langes et de les associer à la création d économies prospères, à la cohésion sociale et à la constrction d n destin commn en Erope. La Feille de rote por la diversité lingistiqe en Erope est articlée ator de qatre grandes lignes d action concrètes, dont la mise en œvre devrait permettre à l Union eropéenne de tradire sa vision positive de la diversité lingistiqe dans des actions concrètes, tangibles et de grande envergre. 3

6 Feille de rote por la diversité lingistiqe en Erope La voie à sivre Porqoi doit-on sotenir la diversité lingistiqe en Erope? 1. Por qe l Union eropéenne adopte ne politiqe d mltilingisme qi incle totes les langes parlées en Erope L Union eropéenne/les instittions devraient : Apporter ler sotien et donner de la visibilité ax langes d Erope en ler accordant le pls hat degré possible de reconnaissance ; Adopter ne approche éqitable d mltilingisme afin qe totes les langes d Erope pissent participer à des programmes, à des initiatives et à des projets de l UE. 2. Por qe les langes joent n rôle déterminant dans la cohésion sociale, dans le développement personnel, social et économiqe, ainsi qe dans la mobilité professionnelle L Union eropéenne/les instittions devraient : 4 Inclre totes les langes dans ne stratégie eropéenne por la croissance, la compétitivité et la création d emploi dans les économies locales, régionales, nationales et internationales ; Promovoir les langes por les différents types de mobilité : la mobilité internationale, dans laqelle les linga franca et les langes transnationales pevent joer n rôle fondamental, ainsi qe la mobilité régionale o transfrontalière, dans laqelle les langes régionales et minoritaires pevent représenter ne valer ajotée ; Promovoir l sage des langes régionales o minoritaires dans les activités socioéconomiqes et dans le secter privé, notamment dans les prodits de consommatio.

7 3. Por qe les technologies de l information et de la commnication (TIC) soient tilisées a profit de l apprentissage, de la promotion et de la vitalité de totes les langes L Union eropéenne/les instittions devraient : Veiller à ce qe totes les commnatés lingistiqes d Erope, indépendamment de ler nombre de locters, pissent participer à la mise en œvre d initiatives eropéennes en rapport avec les TIC. 4. Por q n sotien soit apporté ax langes régionales, minoritaires et menacées de disparition d Erope les langes les pls vlnérables d Erope L Union eropéenne/les instittions devraient : Encorager les États membres à accorder n statt officiel, à apporter ler sotien et à œvrer à la promotion et à l tilisation des langes régionales, minoritaires et menacées de disparition d Erope ; Appyer la reconnaissance des langes joissant d n statt officiel sr ne partie d territoire d n État membre en tant qe langes officielles de l Union eropéenne, si telle est ler volonté et dans la mesre d possible ; Adopter des mesres de visibilité et de sotien por les langes régionales, minoritaires et menacées de disparition d Erope, et les inclre dans le novea discors sr la croissance et la prospérité de l Erope ; Travailler en étroite collaboration avec le Conseil de l Erope por approfondir davantage les travax sr l impact de la Charte des langes régionales o minoritaires, et veiller à ce qe tos les États membres de l UE signent et ratifient la Charte, dans les limites de ler jridiction ; Appyer l inclsion des droits lingistiqes dans la Charte des droits fondamentax. 5

8 Feille de rote por la diversité lingistiqe en Erope Processs et résltats La Feille de rote por la diversité lingistiqe comprend 7 phases de développement : 1. Origine de la Feille de rote 3. Première ébache de la Feille de rote 2. Résoltion d Parlement eropéen 6

9 4. Période de consltation 6. Mise en œvre 7. Révision 5. Lancement de la Feille de rote 7

10 1. Origine de la Feille de rote por la diversité lingistiqe (2013) Le processs de mise en œvre de la Feille de rote s est amorcé à l occasion d n événement organisé à l Ambassade d Irlande en avril 2013, a cors dqel la sitation actelle d n grand nombre de langes d Erope a été abordée. Un rapport élaboré à la site de cet événement solignait les principax défis axqels les langes sont ajord hi confrontées, notamment les langes régionales, minoritaires et menacées de disparition. Ce rapport a été présenté à l Assemblée générale d Résea por la promotion de la diversité (NPLD, selon le sigle anglais) en jin Résoltion d Parlement eropéen sr «Les langes eropéennes menacées de disparition et la diversité lingistiqe a sein de l Union eropéenne» (septembre 2013) Des porparlers sont engagés avec le grope chargé de l élaboration de la motion présentée a Parlement eropéen sr «Les langes eropéennes menacées de disparition et la diversité lingistiqe a sein de l Union eropéenne». Cette motion prend ensite la forme d ne résoltion d Parlement eropéen le 11 septembre 2013, avec ne majorité de 92 % des voix en faver. La présente Feille de rote s appie sr les recommandations contenes dans cette résoltion. 3. Première ébache de la Feille de rote (mai 2013 octobre 2014) Après l adoption de la motion par le Parlement eropéen, ne série de débats sont engagés ator des langes eropéennes menacées de disparition et de la diversité lingistiqe en Erope. Une fois approvée la résoltion d Parlement eropéen, ces discssions abotissent à la première ébache d projet de Feille de rote por la diversité lingistiqe, dont le conten est débatt par la site entre les membres d NPLD. 8

11 Jsq a mois d octobre 2014, le NPLD a travaillé à l élaboration des éléments à prendre en compte dans la Feille de rote. La phase de consltation pbliqe de la Feille de rote s ovrira en février Période de consltation (février 2015 mai 2015) Site a lancement de la Feille de rote por la diversité lingistiqe en Erope, ne novelle phase s ovre avec la mise en consltation de son conten et de ses recommandations. A terme de ces discssions, n sommet sr la diversité lingistiqe sera organisé, a cors dqel les principax acters d débat, isss des secters pblic, privé o tertiaire, ainsi qe des instittions comme l Union eropéenne o le Conseil de l Erope seront invités à participer à n débat overt sr les modalités de mise en œvre de la Feille de rote. 5. Lancement de la Feille de rote (octobre 2015) Le lancement de la Feille de rote por la diversité lingistiqe en Erope ara lie à Brxelles en octobre 2015 à l occasion d ne conférence de hat nivea à laqelle porront prendre part les principales organisations qi œvrent en faver de la diversité lingistiqe en Erope, le Parlement eropéen, le Conseil, la Commission et d atres organisations eropéennes telles qe le Comité des régions et le Conseil de l Erope. 6. Mise en œvre de la Feille de rote ( ) Pendant la période de consltation, n programme de mise en œvre sera établi avec n calendrier spécifiqe. Les instittions et les principax acters d débat seront invités à apporter lers contribtions. 7. Révision ( ) Le plan de mise en œvre inclt n mécanisme permettant d évaler les progrès accomplis. La première évalation complète sera menée à terme en , avant la pblication d novea programme de financement eropéen por la période

12 Les langes, partie intégrante de la diversité de l Erope Introdction La devise «Unie dans la diversité» a été adoptée par l Union eropéenne en Cette devise caractérise la manière dont les Eropéens se sont rassemblés, en créant l Union eropéenne, por œvrer en faver de la paix et de la prospérité, s enrichissant ainsi des diverses cltres, traditions et langes d continent. Cependant, ces dernières années, l Union eropéenne doit faire face à d importants défis. Le fossé se crese de pls en pls entre les instittions eropéennes et les citoyens. Dans la constrction actelle de son novea discors, l Union eropéenne doit considérer sa diversité lingistiqe comme ne valer ajotée. La consolidation d ne économie forte et d n hat nivea d emploi sont des qestions clés dans ce débat ; cela dit, il fadra encore y verser d atres éléments ax fins de la constrction d ne société pls stable, pls sûre et pls prospère. À l intérier de ses frontières, l Union eropéenne renferme ne riche diversité de langes, non selement celles qi sont propres ax territoires sr lesqels elles sont appares, mais assi celles qi ont été véhiclées a fil des siècles par les poplations isses de l immigration. Sa diversité lingistiqe est le trait qi définit le miex le continent et qi, en même temps, exprime et renforce l identité cltrelle de l Erope. Les langes ne sont pas selement n moyen de commnication. Elles sont assi porteses des valers, des aspirations et des espoirs des hommes. 10

13 Les perspectives d avenir La présente Feille de rote por la diversité lingistiqe en Erope vise à réaffirmer l engagement de l Union eropéenne en faver de la promotion de la diversité lingistiqe et de la reconnaissance des langes en tant qe bien commn. Il sera donc nécessaire d élaborer des politiqes bien planifiées afin de revitaliser les langes et de les associer à la création d ne économie prospère, à la cohésion sociale et à la porsite d n objectif commn en Erope. 1. Le statt légal des langes 1.1 Le degré de vitalité d ne commnaté lingistiqe est étroitement lié a degré de reconnaissance qi li est accordé par les atorités régionales, nationales et internationales. Pls ne lange joit d n sotien légal et d n statt social élevés, pls elle a de chances d être tilisée dans la vie qotidienne. En cas de L Union eropéenne/les instittions devraient : Apporter ler sotien et donner de la visibilité ax langes d Erope en ler accordant le pls hat degré possible de reconnaissance ; Adopter ne approche éqitable d mltilingisme afin qe totes les langes d Erope pissent participer à des programmes, à des initiatives et à des projets de l UE. coexistence d ne lange minoritaire et d ne lange majoritaire, les locters de la lange minoritaire pevent considérer qe la lange dominante est la lange des opportnités, de la prospérité et d progrès économiqe et social, tandis qe la lange régionale, minoritaire o menacée de disparition pet être perçe comme ne lange réservée niqement à la sphère privée. La reconnaissance officielle d ne lange en sitation minoritaire pet joer n rôle essentiel por renverser cette perception et pet contriber à agmenter la confiance et l estime de soi de ses locters Bien qe la responsabilité de donner n statt ax langes incombe avant tot ax governements régionax o nationax, des instittions internationales comme l Union eropéenne devraient œvrer à la promotion d n mltilingisme 11

14 éqitable, dans leqel totes les langes d Erope seraient considérées comme des instrments de cohésion sociale, de croissance et de prospérité por tos les peples d Erope. Garantir la diversité lingistiqe de l Erope doit donc être n objectif commn des instittions, à totes les instances de l Union eropéenne. En tant q instittions majeres représentant les intérêts de tos les citoyens d Erope, le Parlement eropéen et la Commission eropéenne devraient donner ne pls grande visibilité et valer à totes les langes d Erope, en accordant ne attention particlière ax pls vlnérables d entre elles Les instittions eropéennes devraient adopter ne politiqe lingistiqe commne, positive et proactive, fondée sr la promotion de la diversité lingistiqe à l échelle de l Union eropéenne, des États membres et des régions. Cette politiqe devrait avoir por objectif d atteindre n mltilingisme éqilibré, fondé sr la revitalisation et la normalisation des langes régionales et minoritaires, ainsi qe sr l instaration d ne coexistence harmoniese entre les différentes langes en présence. 2. Les compétences lingistiqes, n vecter économiqe, édcatif et cltrel 2.1 L objectif visé par l Union eropéenne est ne Erope dans laqelle chacn pisse parler a moins dex langes étrangères en pls de sa lange maternelle o dans certains territoires de l Union où des langes minoritaires coexistent avec la lange de l État ses dex premières langes. Dans ce contexte, certains États membres et régions d Erope ont mis en place des plans stratégiqes bien strctrés por la promotion et le développement de compétences lingistiqes dans tos les domaines de la connaissance. La prise de conscience de l importance des compétences lingistiqes gagne de pls en pls de terrain dans Les citoyens mltilinges sont miex placés por tirer parti des opportnités personnelles, édcatives, professionnelles et économiqes offertes par le mltilingisme. 12

15 le contexte économiqe actel, où ne main-d œvre mltilinge et mlticltrelle est considérée crciale por la croissance économiqe, la création d emplois de meillere qalité et la compétitivité des entreprises. L Union eropéenne/les instittions devraient : Inclre totes les langes dans ne stratégie eropéenne por la croissance, la compétitivité et la création d emploi dans les économies locales, régionales, nationales et internationales ; Promovoir totes les langes por les différents types de mobilité : la mobilité internationale, dans laqelle les linga franca et les langes transnationales pevent joer n rôle fondamental, ainsi qe la mobilité régionale o transfrontalière, dans laqelle les langes régionales et minoritaires représentent ne valer ajotée ; Promovoir l sage des langes régionales o minoritaires dans les activités socioéconomiqes et dans le secter privé, notamment dans les prodits de consommation. 2.2 Mais n paradoxe important persiste a sein de l Union eropéenne : dans certaines régions, le manqe de personnel qalifié est aggravé par n tax de chômage élevé. Les différents niveax de croissance économiqe et d emploi créent des pénries et des excédents de main-d œvre dans certaines zones d Erope, qi sont ds en partie à ne faible mobilité des personnes sr le marché d travail. Selon le compte-rend d Conseil eropéen sr les compétences lingistiqes visant à améliorer la mobilité, «la mobilité à des fins professionnelles reste fortement entravée par la connaissance limitée de langes». 2.3 Tandis qe des langes dites globales comme l anglais, l espagnol, le français o le chinois joent n rôle primordial dans les relations internationales, le commerce et les affaires, il ne fat pas oblier q ne grande partie de l activité économiqe de l Erope se développe entre les régions transfrontalières. Cette activité favorise le développement économiqe et social de ces régions par ne approche conjointe de lers enjex commns et par ne pls grande coopération entre les personnes de ce territoire, contribant ainsi à la dynamisation de la région. Dans ce contexte, l apprentissage et la promotion des langes régionales présentent d énormes avantages en termes de développement économiqe et de cohésion sociale d territoire. 13

16 2.4 L Union eropéenne a identifié plsiers initiatives phare por ne croissance intelligente, drable et inclsive, qi vise à doter les individs des compétences nécessaires por préparer ler entrée sr le marché d travail d ajord hi et de demain. Totes les langes linga franca, langes nationales, régionales et des poplations isses de l immigration doivent être prises en compte dans cette stratégie afin de rivaliser sr la base de compétences et de connaissances, et non sr la base d ne économie orientée vers la baisse des coûts. Les langes doivent être conçes comme ne opportnité de croissance et de prospérité. 2.5 La mobilité des personnes a sein de l Erope est n facter important de croissance et de création d emploi. La mobilité prend des formes de pls en pls variées : d n côté, ne mobilité de longe distance, pls permanente ; et de l atre, ne mobilité transfrontalière, de corte distance, entre régions dans lesqelles les personnes parlent la lange régionale en pls de celle de l État. Certes, l anglais est en voie de devenir, de facto, la première lange étrangère, voire la dexième lange d n grand nombre de personnes ; mais, à l avenir, c est la maîtrise de pls d ne lange qi fera tote la différence. 2.6 La poplation prend de pls en pls conscience d potentiel économiqe et social des langes régionales et minoritaires tilisées dans la commnication qotidienne, et notamment dans les activités transfrontalières. Les organismes pblics tels qe les conseils mnicipax ainsi qe les petites et moyennes entreprises (PME) opérant à l échelle régionale attachent de pls en pls d importance à la mobilité transfrontalière d personnel, ainsi q à la nécessité de recorir à des agents locax qi parlent la lange de ler territoire por renforcer la coopération transfrontalière d ne manière pls efficace. 2.7 Qelle qe soit sa forme mobilité des étdiants, sélection de personnel transfrontalier o actions de détachement, la mobilité est directement liée à ne employabilité accre. De pls en pls d étdes montrent qe le recrtement de personnel doté de compétences lingistiqes, assi bien dans des langes internationales qe nationales o régionales, a n effet positif sr l agmentation d volme des échanges commerciax. Il permet non selement de créer de bonnes relations avec les clients importants, mais assi de démontrer n engagement à long terme avec le marché, non selement d point de ve économiqe mais assi de l établissement de liens sociax dans les régions. 14

17 3. Les TIC a service de l apprentissage de langes 3.1 Les technologies de l information et de la commnication (TIC) sont n mécanisme efficace por assrer l apprentissage et l enseignement des langes. Les novelles technologies ont fortement inflencé nos modes de commnication, dépassant totes les frontières por nos offrir n accès immédiat à la connaissance et à la commnication diversifiée. Il n a jamais été assi facile d accéder à des contens dans différentes langes ; n large éventail de ressorces lingistiqes et de matériax est disponible dans ne grande variété de langes, ce qi ne laisse acn dote sr le grand potentiel des TIC por les langes. L Union eropéenne/les instittions devraient : Veiller à ce qe totes les commnatés lingistiqes d Erope, indépendamment de ler nombre de locters, pissent participer à la mise en œvre d initiatives eropéennes en rapport avec les TIC. 3.2 L émergence de noveax médias a overt de novelles possibilités ax commnatés lingistiqes, notamment la participation overte, voire la création de réseax par les propres tilisaters et locters de ces langes. Totes les commnatés lingistiqes sont censées povoir tirer avantage de l overtre d résea Internet por créer des contens et commniqer dans lers langes respectives, indépendamment de ler nombre de locters. Grâce ax technologies, totes les langes pevent désormais participer, voire agmenter le nombre de lers locters, dans n environnement jsq alors à prédominance anglophone. 3.3 L Union eropéenne a placé la technologie a cœr de sa Stratégie 2020 car elle y voit n moyen efficace de renforcer la compétitivité en Erope. L UE entend stimler l innovation par le biais de l application de novelles technologies dans les secters privé et pblic, notamment l accès à des services modernes tels qe le Governement électroniqe et les services de santé en ligne. L Union eropéenne préconise ainsi l tilisation des fonds strctrels por atteindre cet objectif. 3.4 Cependant, totes les langes eropéennes ne tirent pas le même profit des technologies de la lange. Les langes eropéennes régionales, minoritaires et 15

18 menacées de disparition, mais assi beacop de langes nationales sont à la traîne par rapport ax langes internationales et ce fossé se crese de jor en jor. Il est largement admis qe la présence d ne lange sr Internet et sr les noveax réseax sociax est n facter clé por son avenir car elle est liée a progrès, à la participation et à l tilité, notamment por les générations les pls jenes. Comme l ont annoncé de nombrex experts, les langes ne progresseront qe si lers locters ont accès à la technologie électroniqe. 3.5 Totes les langes d Erope doivent participer, sr n pied d égalité, a développement de ces otils car ils pevent créer des synergies et des affinités entre tos les acters, assi bien dans le secter pblic qe privé. 4. Sotien ax langes les pls vlnérables d Erope 4.1 En dehors des 24 langes officielles actelles de l Union eropéenne, il existe qelqe langes régionales, minoritaires o menacées de disparition en Erope qi joissent de différents degrés de reconnaissance légale. Parmi ces différentes commnatés lingistiqes, certaines langes joissent d n statt co-officiel à part entière dans ler commnaté, comme c est le cas d basqe, d catalan, d galicien o d gallois, tandis qe d atres sont à peine, voire acnement reconnes sr les plans officiel et légal, bien q elles manifestent la ferme volonté de maintenir ler lange vivante. 4.2 A cors de ces dernières décennies, les instittions eropéennes ont apporté ler sotien ax langes régionales, minoritaires et menacées de disparition d Erope. Jamais aparavant, le patrimoine cltrel et lingistiqe de l Erope n avait été atant mis en exerge dans n traité de l Union comme dans le traité de Lisbonne, qi énonce qe l Union eropéenne devra «respecte[r] la richesse de sa diversité cltrelle et lingistiqe» et «veille[r] à la savegarde et a développement d patrimoine cltrel eropéen». 4.3 La Charte des droits fondamentax de l UE rassemble, dans n sel docment, les droits fondamentax protégés par l UE. L article 22 de la Charte énonce qe «l Union eropéenne respecte la diversité cltrelle, religiese et lingistiqe». Proclamée en 2000, la Charte a été rende légalement contraignante dans l UE avec l entrée en viger d traité de Lisbonne. 4.4 En novembre 2008, le Conseil de l Union eropéenne a adopté ne résoltion sr ne stratégie eropéenne por le mltilingisme. La résoltion solignait qe la diversité lingistiqe et cltrelle devrait faire partie intégrante de 16

19 l identité eropéenne et constiter n atot por l Erope. Le Conseil appelait à redobler d efforts por promovoir l apprentissage des langes et valoriser les aspects cltrels de la diversité lingistiqe à tos les niveax d édcation et de formation, tot en améliorant les informations existantes sr la variété de langes eropéennes et ler diffsion dans le monde. En novembre 2011, dans ses conclsions sr la façon d améliorer les compétences lingistiqes por agmenter la mobilité, le Conseil reconnaissait également la nécessité d offrir n éventail de langes pls large, qi incle les langes régionales, minoritaires et menacées de disparition. L Union eropéenne/les instittions devraient : Encorager les États membres à accorder n statt officiel, à apporter ler sotien et à œvrer à la promotion et à l tilisation des langes constittionnelles, régionales et minoritaires d Erope ; Appyer la reconnaissance des langes joissant d n statt officiel sr ne partie d territoire d n État membre en tant qe langes officielles de l Union eropéenne, si telle est ler volonté et dans la mesre d possible ; Adopter des mesres de visibilité et de sotien por les langes les moins répandes d Erope et les inclre dans le novea discors eropéen sr la croissance et la prospérité ; Travailler en étroite collaboration avec le Conseil de l Erope por approfondir davantage les travax sr l impact de la Charte des langes régionales o minoritaires, et veiller à ce qe tos les États membres de l UE signent et ratifient la Charte, dans les limites de ler jridiction ; Appyer l inclsion des droits lingistiqes dans la Charte des droits fondamentax de l UE. 4.5 Le Parlement eropéen a tojors préconisé n rôle accr des langes régionales et minoritaires en Erope. Depis la première résoltion Arfé (1981), le Parlement a apprové n grand nombre d initiatives et de rapports en faver des langes régionales, minoritaires et menacées de disparition d Erope. La dernière de ces initiatives ne résoltion sr les langes eropéennes menacées de disparition, adoptée le 11 septembre 2013 appelle l UE à apporter n pls grand sotien et davantage de fonds à la promotion des 17

20 petites commnatés lingistiqes d Erope. En règle générale, les initiatives d Parlement eropéen reflètent n effort persistant por inclre dans l agenda parlementaire la protection de la diversité lingistiqe, et pls particlièrement des langes minoritaires, ce qi démontre qe la qestion sscite de pls en pls d intérêt. 4.6 D atres instittions internationales ont assi apporté ler sotien ax langes minoritaires d Erope. Le Conseil de l Erope, à travers la Charte eropéenne des langes régionales o minoritaires et la Convention-cadre por la protection des minorités nationales, a activement appyé la promotion des langes régionales, minoritaires et menacées de disparition. Cette convention-cadre permet d identifier les langes les pls menacées et de les assister dans le processs de mise en œvre de politiqes, ainsi qe dans l identification de besoins et de mesres de savegarde appropriées. De son côté, l UNESCO a également établi ne échelle des différents niveax de vitalité des langes, qi est reflétée dans l Atlas UNESCO des langes en danger. 4.7 En dépit des nombreses initiatives internationales en faver des langes régionales, minoritaires et menacées de disparition d Erope, sele la Charte eropéenne des langes régionales o minoritaires est n instrment jridiqement contraignant, qi contient des actions concrètes por la promotion, l tilisation et la revitalisation des langes. Ajord hi, 25 des 47 États qi forment le Conseil de l Erope ont ratifié la Charte, dont 14 sont des États membres de l UE. 4.8 Une approche inclsive d mltilingisme devrait encorager la présence et l tilisation de plsiers langes a sein des administrations, des systèmes édcatifs et des moyens de commnication (locax, régionax, nationax et eropéens). Elle devrait également contenir ne redéfinition des langes de travail des instittions eropéennes, en harmonisant les critères d efficacité administrative avec la promotion de la diversité lingistiqe. Le concept d efficacité administrative ne devrait pas être tilisé a détriment de la promotion de la diversité lingistiqe, et devrait promovoir totes les langes, y compris les langes régionales, minoritaires et menacées de disparition. 18

21 Conclsion Le développement d ne Erope pls intégrée semble être la soltion prônée par les leaders eropéens por sortir le continent de l impasse dans laqelle il se trove actellement. L Erope doit reprendre la voie de la croissance économiqe et de la prospérité. Et elle arait tort de le faire ax dépens de ses citoyens. Dans la constrction de son novea discors, l Erope devrait prendre en compte la réalité changeante d monde actel, mais elle devrait assi mettre l accent sr le fait qe l avenir de l Union eropéenne ne repose pas selement sr l économie. Cela va bien pls loin : il s agit de la cohésion sociale des citoyens, et de ler sentiment de faire partie d n projet commn et de partager des valers commnes dans n monde globalisé. Il nos incombe d adopter ne approche inclsive qi prenne en compte totes les langes des peples d Erope afin de les inclre dans n projet eropéen commn. 19

22 La diversité lingistiqe, l atot majer de l Erope La vitalité des langes d Erope dépend de plsiers facters : De notre attitde personnelle et de notre volonté d tiliser nos langes dans la vie privée et pbliqe, et de transmettre la/les lange/s maternelle/s à la génération sivante ; De la façon dont les instittions locales, nationales et internationales valorisent le mltilingisme et agissent à l égard des langes ; De la loi, de la politiqe et de l aménagement lingistiqes permettant la reconnaissance et l organisation éqitable de la diversité lingistiqe ax échelles locale, nationale et eropéenne, afin qe les langes soient considérées comme n instrment de développement économiqe et social de totes les commnatés et de lers locters ; Et d fait qe la lange soit considérée comme n instrment de dialoge entre les peples et les cltres d Erope. La diversité lingistiqe, pierre anglaire d novea discors de l Erope. En qoi estelle importante? La constrction de l Erope, a fortiori dans la sitation économiqe et sociale actelle, doit inclre tos les peples qi la forment. Assi la coopération, le respect, la reconnaissance et la compréhension mtelle sont-ils des éléments clés à prendre en compte por mener à bien cette entreprise commne. En 2008, n grope d intellectels mené par l écrivain Amin Maalof a élaboré n rapport perspicace sr la façon dont la mltiplicité des langes porrait consolider l Erope. Bien q il reconnaisse la natre complexe de totes les formes de diversité, y compris la diversité lingistiqe, le grope est arrivé à la conclsion sivante : s il est vrai qe la plpart des nations eropéennes ont été constrites sr la base d ne lange d identité, l Union eropéenne ne pet être constrite qe sr la base de sa diversité lingistiqe. On constate ne prise de conscience croissante d rôle crcial qe totes les langes indépendamment de ler nombre de locters o de ler statt légal joent dans le développement économiqe et social de l Erope, car elles favorisent la diversité cltrelle et le dialoge intercltrel. Les langes sont assi n facter clé por assrer ne édcation de qalité, por renforcer la coopération, por constrire des sociétés inclsives de la connaissance, por préserver le patrimoine cltrel et por favoriser le développement drable de la science et de la technologie. La recherche dans ces champs et dans d atres est nécessaire por exploiter le potentiel de totes les langes dans la constrction éqitable d ne Erope inclsive. Le mltilingisme n est pas ne simple aspiration, mais ne réalité. La coexistence de plsiers langes sr n territoire est n trait distinctif des sociétés eropéennes d ajord hi. Les changements sociax et édcatifs, la mobilité croissante des individs et les novelles technologies aront n impact important sr la ftre gestion d mltilingisme. Il est donc nécessaire d ovrir de novelles voies de recherche qi rendent compte de la sitation des langes en Erope, en constant changement. Face à cette novelle donne, totes les langes doivent être prises en compte de manière éqitable. Les principax mécanismes de financement de l UE por les langes ont été assignés ax programmes d apprentissage tot a long de la vie, qi ont adopté le nom actel d Erasms + por la période Une grande partie des fonds de ces programmes a servi à financer des initiatives en rapport avec l apprentissage de langes. Or, le financement por la promotion des langes non officielles de l Union Eropéenne affiche ne sériese tendance à la baisse. Dans sa politiqe d mltilingisme, la Commission eropéenne vise principalement à encorager l apprentissage des langes, à promovoir la diversité lingistiqe dans la société et à favoriser ne économie mltilinge. L ne des grandes préoccpations des locters de langes régionales o minoritaires est le fait qe le sotien apporté par l Erope à ces langes qi sont celles qi en ont le pls besoin ne cessera de baisser. Il existe des initiatives, des meilleres pratiqes et des projets en Erope, tels qe l EMILE (Enseignement de matières par l intégration d ne lange étrangère), qi doivent être partagés et diffsés. À cette fin, les réseax joent n rôle crcial dans la collecte d informations, dans la sensibilisation à l importance de la diversité lingistiqe et dans la diffsion de connaissances sr les avantages personnels, économiqes et sociax de la diversité lingistiqe, ainsi qe sr les méthodologies et les novelles approches de l apprentissage et de l enseignement des langes. 20

Accompagner les familles d aujourd hui

Accompagner les familles d aujourd hui Mtalité Française et petite enfance Accompagner les familles d ajord hi ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mtalité Française en matière de petite enfance La Mtalité Française est

Plus en détail

Note synthétique sur le problème des libéralités

Note synthétique sur le problème des libéralités Note synthétiqe sr le problème des libéralités Note réalisée à partir d Rapport sr les conditions de travail illégales des jenes cherchers, remis le 6 février 2004 à madame Haigneré, ministre délégée à

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR, DE L'OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Connaître Rédire Aménager Informer

Plus en détail

Generika News. Le dangereux principe du prix le plus bas pour les médicaments entre dans la dernière ligne droite parlementaire

Generika News. Le dangereux principe du prix le plus bas pour les médicaments entre dans la dernière ligne droite parlementaire Generika News Information actelle de l association Intergenerika Septembre 2010 Le dangerex principe d prix le pls bas por les médicaments entre dans la dernière ligne droite parlementaire La ltte parlementaire

Plus en détail

Journal syndical. Numéro spécial audiences publiques. Sommaire NOUS LE SAVONS... NOUS LE DISONS! VOLUME 11 NUMÉRO 10 5 / OCTOBRE JANVIER 2009

Journal syndical. Numéro spécial audiences publiques. Sommaire NOUS LE SAVONS... NOUS LE DISONS! VOLUME 11 NUMÉRO 10 5 / OCTOBRE JANVIER 2009 VOLUME 11 NUMÉRO 10 5 / OCTOBRE JANVIER 2009 Jornal syndical 2051 Nméro spécial adiences pbliqes Sommaire Avenir de la Télé-niversité 2 Proposition «amendée» d SCFP 2051 3 Proposition d SCFP 2051 5 Résoltion

Plus en détail

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention Petite enfance Risqes professionnels et qalité de vie a travail dans les crèches : les pratiqes de prévention Rédaction : Emmanelle PARADIS, Chef de projet «Prévention des risqes professionnels», por CIDES

Plus en détail

Maires - Élus - Promoteurs. Des lieux de vie collectifs adaptés aux retraités : une solution attractive pour les territoires

Maires - Élus - Promoteurs. Des lieux de vie collectifs adaptés aux retraités : une solution attractive pour les territoires Maires - Éls - Promoters Des liex de vie collectifs adaptés ax retraités : ne soltion attractive por les territoires Sommaire Un logement adapté ax besoins des seniors Les différentes formles de liex de

Plus en détail

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention Petite enfance Risqes professionnels et qalité de vie a travail dans les crèches : les pratiqes de prévention Rédaction : Emmanelle PARADIS, Chef de projet «Prévention des risqes professionnels», por CIDES

Plus en détail

itrak Éliminez vos frais mensuels de géolocalisation GPS

itrak Éliminez vos frais mensuels de géolocalisation GPS TM Enterprise Soltion Éliminez vos frais mensels de géolocalisation GPS Offrez-vos les avantages spplémentaires d'ne soltion personnalisée par rapport à ne soltion hébergée Renforcez la sécrité des informations

Plus en détail

GUIDE DU PROPRIETAIRE SOLIDAIRE

GUIDE DU PROPRIETAIRE SOLIDAIRE GUIDE DU PROPRIETAIRE SOLIDAIRE En Rhône-Alpes les clés por ne location sereine et solidaire Edito «J ai n logement, qe je sohaite loer, mais je vex l assrance d ne bonne gestion par n organisme et srtot

Plus en détail

Musique jeune public. Du vinyl au numérique

Musique jeune public. Du vinyl au numérique Msiqe jene pblic D vinyl a nmériqe Alain Schneider Hervé Shbiette «Le nmériqe permet n lien direct avec les gens, et n dialoge immédiat. Chose qi n existait pas à l écote d n disqe chez soi.» Paroles d

Plus en détail

Email Academy 2012. Florence Consultant 231 Route des Camoins 13011 Marseille Siret : 43214620700035 - N formateur : 93130994113

Email Academy 2012. Florence Consultant 231 Route des Camoins 13011 Marseille Siret : 43214620700035 - N formateur : 93130994113 Email Academy 2012 L'emailing et les noveax canax internet La législation de l'emailing et des bases de données Vendre par l'emailing Améliorer la délivrabilité de ses emailing Développer son email en

Plus en détail

JE LÈGUE À L ŒUVRE DES VOCATIONS POUR FORMER NOS FUTURS PRÊTRES NOS RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES LEGS, DONATIONS, ASSURANCES VIE

JE LÈGUE À L ŒUVRE DES VOCATIONS POUR FORMER NOS FUTURS PRÊTRES NOS RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES LEGS, DONATIONS, ASSURANCES VIE Diocèses de Paris, Nanterre, Créteil et Saint-Denis JE LÈGUE À L ŒUVRE DES VOCATIONS POUR FORMER NOS FUTURS PRÊTRES NOS RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES LEGS, DONATIONS, ASSURANCES VIE FAITES DE VOS BIENS

Plus en détail

Guide AFEI - FBF. de mise en œuvre des procédures de déclaration de soupçon d abus de marché

Guide AFEI - FBF. de mise en œuvre des procédures de déclaration de soupçon d abus de marché Gide AFEI - FBF de mise en œvre des procédres de déclaration de sopçon d abs de marché Préamble Sommaire 1. ORGANISATION & PROCéDURE INTERNE 1 A. QUELLE ORGANISATION? 1 A.1 Modèle d organisation interne

Plus en détail

Global Votre assurance complémentaire individuelle

Global Votre assurance complémentaire individuelle Global Votre assrance complémentaire individelle Assrance de base Le minimm légal L assrance obligatoire des soins (LAMal) vos garantit ne covertre de base des frais de santé. Elle prend en charge les

Plus en détail

Les jumelages institutionnels du programme PHARE

Les jumelages institutionnels du programme PHARE Les jmelages instittionnels d programme PHRE La contribtion française MINISTÈRE DES FFIRES ÉTRNGÈRES Le Programme PHRE PHRE est n programme commnataire de coopération créé en 1989 qi est deven, depis la

Plus en détail

Partir 13. (1.1.2) Place Sainctelette 2 1080 BRUXELLES 02/421 86 20 www.eurodyssee.net m.delsaux@mrw.wallonie.be

Partir 13. (1.1.2) Place Sainctelette 2 1080 BRUXELLES 02/421 86 20 www.eurodyssee.net m.delsaux@mrw.wallonie.be Partir Commission for Edcational Exchange (1.2.1) Bolevard de l Emperer 4 1000 BRUXELLES 02/519 57 72 www.flbright.be adviser@flbright.be Programme proposé Between the USA, Belgim and Lxemborg Programme

Plus en détail

Journal syndical. Sommaire. nous le savons... nous le disons! Volume 11 numéro 1510 // NOVEMBRE janvier 2009 2011. Mot de la vice-présidente 2

Journal syndical. Sommaire. nous le savons... nous le disons! Volume 11 numéro 1510 // NOVEMBRE janvier 2009 2011. Mot de la vice-présidente 2 nos le savons... nos le disons! Volme 11 nméro 1510 // NOVEMBRE janvier 2009 2011 Jornal syndical 2051 Sommaire Mot de la vice-présidente 2 J arriiiiive! 3 Hommage à Loise Provencher 4 Novelle chroniqe

Plus en détail

Téléphone analogique. Guide d utilisation. Téléphone analogique à touches pour le système de communication MD110

Téléphone analogique. Guide d utilisation. Téléphone analogique à touches pour le système de communication MD110 Téléphone analogiqe Téléphone analogiqe à toches por le système de commnication MD110 Gide d tilisation Cover Page Graphic Place the graphic directly on the page, do not care abot ptting it in the text

Plus en détail

Microphones d appels Cloud avec message pré-enregistrés intégré

Microphones d appels Cloud avec message pré-enregistrés intégré Microphones d appels Clod avec message pré-enregistrés intégré Clearly better sond Modèles PM4-SA et PM8-SA Description générale Les microphones d appels nmériqes Clod de la gamme PM-SA ont été développés

Plus en détail

AVEC LA DOUANE PRODUIRE EN FRANCE. # produireenfrance. Présentation des entreprises participant aux tables rondes. Octobre 2014 - Bercy

AVEC LA DOUANE PRODUIRE EN FRANCE. # produireenfrance. Présentation des entreprises participant aux tables rondes. Octobre 2014 - Bercy 16 Octobre 2014 - Bercy PRODUIRE EN FRANCE AVEC LA DOUANE Présentation des entreprises participant ax tables rondes # prodireenfrance Live tweet sr le compte officiel de la doane @doane_france la doane

Plus en détail

La Cinémathèque de Toulouse. Page 1. logo de la Cinémathèque de Toulouse. La bibliothèque du cinéma. bibliothèque du. cinéma

La Cinémathèque de Toulouse. Page 1. logo de la Cinémathèque de Toulouse. La bibliothèque du cinéma. bibliothèque du. cinéma Page 1 logo de la Cinémathèqe de Tolose La Cinémathèqe de Tolose < < < < < < < < < < La bibliothèqe d cinéma La bibliothèqe d cinéma La Cinémathèqe de Tolose La bibliothèqe d cinéma Fondée en 1964 par

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2 EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2 Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12347.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié en Mai, 2014

Plus en détail

Pitcher en anglais. Public. Objectifs. Contexte. Avant la formation (online)

Pitcher en anglais. Public. Objectifs. Contexte. Avant la formation (online) Pitcher en anglais Pblic Créaters de startps, porters de projets innovants et professionnels de l écosystème nmériqe. Objectifs - Définir les objectifs de son pitch et les messages q il doit véhicler -

Plus en détail

Edition spéciale sur... la Semaine du Respect!

Edition spéciale sur... la Semaine du Respect! - Le jornal d collège Lcie Abrac- Avril 2009 Nméro 6 Sommaire Edition spéciale sr... la Semaine d Respect! Un novea clb a collège : le Clb Scientifiqe!...p.3 Zoom sr le recylage...p.4 Le qizz d respect...p.7

Plus en détail

La Communauté d Agglomération agit pour le Développement Durable. Petit guide des éco-gestes au bureau

La Communauté d Agglomération agit pour le Développement Durable. Petit guide des éco-gestes au bureau gide_eco:gide eco-gest 07/12/2010 10:40 Page 1 La Commnaté d Agglomération agit por le Développement Drable Petit gide des éco-gestes a brea gide_eco:gide eco-gest 07/12/2010 10:40 Page 2 Épisement des

Plus en détail

Être plus efficient pour mieux servir MTE 93 GRETA MTE 93. Manuel Qualité. Orientation et formation tout au long de la vie à l éducation nationale

Être plus efficient pour mieux servir MTE 93 GRETA MTE 93. Manuel Qualité. Orientation et formation tout au long de la vie à l éducation nationale MTE 93 Être pls efficient por miex servir GRETA MTE 93 Manel Qalité Orientation et formation tot a long de la vie à l édcation nationale P03/MQ/A/23.01.2014 SOMMAIRE I. La FORMATION CONTINUE à l EDUCATION

Plus en détail

La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS. Un nouveau service pour faciliter les paiements

La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS. Un nouveau service pour faciliter les paiements La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS TIPI Titres Payables par Internet Un novea service por faciliter les paiements Un moyen de paiement adapté à la vie qotidienne TIPI :

Plus en détail

LIRE LES RECHERCHES SUR LA LECTURE Jean Foucambert

LIRE LES RECHERCHES SUR LA LECTURE Jean Foucambert Les Actes de Lectre n, mars - Lire les recherches... LIRE LES RECHERCHES SUR LA LECTURE Jean Focambert Les partis pédagogiqes qi s affrontent ator de la lectre tentent assi de se présenter en hérats scientifiqes.

Plus en détail

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Catalogue des formations

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Catalogue des formations Votre expert en flx docmentaires et logistiqes Cataloge des formations Qelles qe soient les entreprises, les salariés pevent sivre, a cors de ler vie professionnelle, des actions de formation professionnelle

Plus en détail

En un coup d œil Nos prestations d assurance maladie

En un coup d œil Nos prestations d assurance maladie En n cop d œil Nos prestations d assrance maladie Assrance de base Le minimm légal L assrance obligatoire des soins (LAMal) vos garantit ne covertre de base des frais de santé. Elle prend en charge les

Plus en détail

PETIT RECUEIL DES QUESTIONS LES PLUS FREQUEMMENT POSEES. u u p CONTENU DE LA POUBELLE / TRI DES DECHETS

PETIT RECUEIL DES QUESTIONS LES PLUS FREQUEMMENT POSEES. u u p CONTENU DE LA POUBELLE / TRI DES DECHETS PETIT RECUEIL DES QUESTIONS LES PLUS FREQUEMMENT POSEES p CONTENU DE LA POUBELLE / TRI DES DECHETS q 1. Qelle qantité de déchets compostables ne personne jette t-elle par an? 2. Qe faire des hiles de fritres

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CONTRAT

PRÉSENTATION DU CONTRAT PRÉSENTATION DU CONTRAT 2 L ASSURANCE VIE UN FANTASTIQUE OUTIL DE GESTION PATRIMONIALE Le fait qe l assrance vie soit, depis plsiers décennies, le placement préféré des Français n est certes pas le frit

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT EXCHANGE 2013

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT EXCHANGE 2013 EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT EXCHANGE 2013 Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12306.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié en Mai,

Plus en détail

Agenda de l exposition Facing time

Agenda de l exposition Facing time Agenda de l exposition Facing time Mars 2015 Dimanche 29 mars - 10h30 à 12h30 - Maison de la Cltre Art Dimanche : visite de l exposition en compagnie de Jean-Philippe Theyskens Art Dimanche consiste en

Plus en détail

Plan de formation pour l Ordonnance sur la formation professionnelle initiale réalisateur publicitaire

Plan de formation pour l Ordonnance sur la formation professionnelle initiale réalisateur publicitaire 79614 Plan de formation por l Ordonnance sr la formation professionnelle initiale réalisater pblicitaire Partie A Compétences opérationnelles Partie B Grille horaire Partie C Procédre de qalification Partie

Plus en détail

Journal syndical. Sommaire. Mot du président 2. Les dossiers de l heure 3. Comité d évaluation et de catégorisation des emplois 5

Journal syndical. Sommaire. Mot du président 2. Les dossiers de l heure 3. Comité d évaluation et de catégorisation des emplois 5 Jornal syndical 2051 Sommaire Mot d président 2 Les dossiers de l here 3 Comité d évalation et de catégorisation des emplois 5 Comité de perfectionnement 6 Le point sr les griefs 9 Comité de retraite et

Plus en détail

mettez le casque et savourez votre calme! Réduction active des bruits de fond (ANC):

mettez le casque et savourez votre calme! Réduction active des bruits de fond (ANC): & pls03/ 2014 Une conversation de vive voix en dit pls qe mille corriers électroniqes Page 3 Série Jabra Evolve Pages 4 5 Micros-casqes UC Pages 6 7 freevoice SondPro 355 Page 8 Jabra PRO925/935 Page 9

Plus en détail

DOCTRINE. Rapport sur la titrisation et le financement des ETI et larges PME Remis le 27 avril 2015 à la Commission européenne 1,

DOCTRINE. Rapport sur la titrisation et le financement des ETI et larges PME Remis le 27 avril 2015 à la Commission européenne 1, Rapport sr la titrisation et le financement des ETI et larges PME Remis le 27 avril 2015 à la Commission eropéenne 1, 17 propositions, Clb Praxis Yann Coatanlem Président d Clb Praxis, Directer de la recherche

Plus en détail

La complémentaire santé. des 16-30 ans CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ. adaptée à vos besoins pour faciliter votre accès aux soins :

La complémentaire santé. des 16-30 ans CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ. adaptée à vos besoins pour faciliter votre accès aux soins : La complémentaire santé des 16-30 ans CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ la réponse santé adaptée à vos besoins por faciliter votre accès ax soins : avec le tiers payant por ne pls avancer vos frais

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SQL SERVER 2012

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SQL SERVER 2012 EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SQL SERVER 2012 Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12307.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés.

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR END USER COMPUTING WITH VMWARE HORIZON VIEW

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR END USER COMPUTING WITH VMWARE HORIZON VIEW EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR END USER COMPUTING WITH VMWARE HORIZON VIEW Version 1.2 Gide de conception et de mise en œvre H12388.2 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié

Plus en détail

pour toute la famille

pour toute la famille La gamme santé solidaire por tote la famille CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ Nos sommes ne vraie mtelle à bt non lcratif. À tot moment, nos vos en donnons les preves : pas de sélection à l entrée

Plus en détail

ScanSoft Inc. 9 Centennial Drive Peabody, MA 01960 U.S.A.

ScanSoft Inc. 9 Centennial Drive Peabody, MA 01960 U.S.A. D R O I T S D A U T E U R Copyright 2002 ScanSoft, Inc. Tos droits réservés. Acne partie de cette pblication ne pet être transmise, transcrite, reprodite o stockée dans n système de récpération de données,

Plus en détail

Étudier si une famille est une base

Étudier si une famille est une base Base raisonnée d exercices de mathématiqes (Braise) Méthodes et techniqes des exercices Étdier si ne famille est ne base Soit E n K-espace vectoriel. Comment décider si ne famille donnée de vecters de

Plus en détail

ECOLE POLYTECHNIQUE DE THIES

ECOLE POLYTECHNIQUE DE THIES REPBLIQE D SENEGAL ECOLE POLYTECHNIQE DE THIES TITRE: GESTION DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES. D BATIMENT ET DES TRAV~X PBLICS DATE: Jillet 99 ATER: OMAR GINDO DIRECTER: NGOR SARR CO-DIRECTER: AONE

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SHAREPOINT 2013

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SHAREPOINT 2013 EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR VIRTUALIZED MICROSOFT SHAREPOINT 2013 Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12308.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié en

Plus en détail

Maitrise Statistique des Procédés

Maitrise Statistique des Procédés Maitrise Statistiqe des Procédés Yannick Monnier ENSIBS-2-GI 2011/2012 Y Monnier () ENSIBS-2-GI v2012-01-18 1 / 66 Plan d cors 1 Introdction 2 Variabilité des procédés de fabrication 3 La Loi Normale 4

Plus en détail

SABATIER. xxxxx. Learning Games apprendre en jouant! Dossier Spécial Patrimoine. PAUL magazine scientifique MARS 2015. n 35. www.univ-tlse3.

SABATIER. xxxxx. Learning Games apprendre en jouant! Dossier Spécial Patrimoine. PAUL magazine scientifique MARS 2015. n 35. www.univ-tlse3. MARS 2015 PAUL magazine scientifiqe SABATIER n 35 xxxxx Learning Games apprendre en joant! Dossier Spécial Patrimoine Délégation Midi-Pyrénées Délégation régionale Midi-Pyrénées, Limosin Avec la participation

Plus en détail

ADMISSIONS. sciencespobordeaux.fr

ADMISSIONS. sciencespobordeaux.fr L I V R E T ADMISSIONS r e n t r é e 0 sciencespobordeax.fr Vivre à Bordeax Capitale de l Aqitaine, Bordeax est jstement considérée comme l ne des pls belles villes d XVIII e siècle en Erope. Le classicisme

Plus en détail

Pour la garde d enfants à domicile, référencez le leader incontesté des recrutements de qualité

Pour la garde d enfants à domicile, référencez le leader incontesté des recrutements de qualité Por la garde d enfants à domicile, référencez le leader incontesté des recrtements de qalité Depis 2005, Edcazen propose ax familles d enfants de 0 à 12 ans des nonos fiables recrtées selon le processs

Plus en détail

Intervention à domicile des équipes de psychiatrie Retour d expériences

Intervention à domicile des équipes de psychiatrie Retour d expériences METTRE EN ŒUVRE ET PARTAGER Intervention à domicile des éqipes de psychiatrie Retor d expériences kj JANVIER 2015 Les pblications de l ANAP s inscrivent dans 3 collections, por transmettre ax professionnels

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE DES AGENCES BANCAIRES : UNE APPLICATION DE LA MÉTHODE DEA

MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE DES AGENCES BANCAIRES : UNE APPLICATION DE LA MÉTHODE DEA MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE DES AGENCES BANCAIRES : UNE APPLICATION DE LA MÉTHODE DEA Ade Hbrecht, Fabienne Gerra To cite this version: Ade Hbrecht, Fabienne Gerra. MESURE DE LA PERFORMANCE GLOBALE

Plus en détail

Poste-publication 41027522

Poste-publication 41027522 Poste-pblication 41027522 DANS CE NUMÉRO... SPÉCIAL 10 E ANNIVERSAIRE PAGE 4 Mot d directer PAGE 5 Mot de la présidente PAGES 6-7 Le RQOH d hier à ajord hi PAGES 8-9 Le défricher PAGE 10 Le pionnier PAGE

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX PRIVATE CLOUDS

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX PRIVATE CLOUDS EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX PRIVATE CLOUDS Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12387.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié en Mai, 2014 EMC estime

Plus en détail

Hôtellerie Restauration

Hôtellerie Restauration Hôtellerie Restaration les métiers et les formations en Avergne Septembre 2011 2/14 Sommaire 3 Le secter 5 Zoom sr les métiers de la cisine et d service en salle 6 L emploi dans la région 7 Interviews

Plus en détail

Demande de subsides de formation

Demande de subsides de formation Service des sbsides de formation SSF Amt für Asbildngsbeitrage ABBA Rote-Neve 7, Case postale, 1701 Friborg T +41 26 305 12 51, F +41 26 305 12 54 borses@fr.ch, www.fr.ch/ssf Demande de sbsides de formation

Plus en détail

BIS - Présentation et Logiciel de base version 2.5

BIS - Présentation et Logiciel de base version 2.5 Engineered Soltions BIS - Présentation et Logiciel de base version 2.5 BIS - Présentation et Logiciel de base version 2.5 www.boschsecrity.fr Gestion d'entreprise complète por ne gestion de la sécrité

Plus en détail

L intégrité du positionnement dans les transports terrestres

L intégrité du positionnement dans les transports terrestres L intégrité d positionnement dans les transports terrestres David Bétaille (Ifsttar/MACS) Form Photogrammétrie - Positionnement et Mesres de Déformation, ENSG, le 0 mars 01 1 Plan de la présentation 1.

Plus en détail

COLLOQUE. Accueil de Monsieur de Forges Directeur Général Adjoint AG 2R La Mondiale

COLLOQUE. Accueil de Monsieur de Forges Directeur Général Adjoint AG 2R La Mondiale La borse ajord hi : qelle attractivité por les entreprises mais assi les épargnants? Évoltion de la réglementation, qête de sens, pédagogie... Qelles réformes por l avenir de la place financière de Paris?

Plus en détail

Dossier de presse. La Mairie de Paris lance une nouvelle gamme de produits Vélib

Dossier de presse. La Mairie de Paris lance une nouvelle gamme de produits Vélib 2013 Dossier de presse La Mairie de Paris lance ne novelle gamme de prodits Vélib 2 Commniqé de synthèse Une gamme de prodits arrive en jin, en botiqes et dans 30 kiosqes parisiens À l'image d'atres places

Plus en détail

annexes circulaire interministérielle n DGUHC 2007-53 du 30 novembre 2007

annexes circulaire interministérielle n DGUHC 2007-53 du 30 novembre 2007 annexes circlaire interministérielle n DGUHC 2007-53 d 30 novembre 2007 relative à l accessibilité des établissements recevant d pblic, des installations overtes a pblic et des bâtiments d habitation Annexes

Plus en détail

& ENTREPRISE groupe monassier france

& ENTREPRISE groupe monassier france grope monassier france Après sept ans de déprime, les signes de reprise dans l immobilier ne manqent pas : les délais de vente raccorcissent; les promesses et les compromis agmentent; les investissers

Plus en détail

COLLABORATION ENTRE LES ACTEURS POUR ACCROÎTRE LA PROFITABILITÉ: ÉTUDE DE CAS DANS L INDUSTRIE FORESTIÈRE

COLLABORATION ENTRE LES ACTEURS POUR ACCROÎTRE LA PROFITABILITÉ: ÉTUDE DE CAS DANS L INDUSTRIE FORESTIÈRE COLLABORATION ENTRE LES ACTEURS POUR ACCROÎTRE LA PROFITABILITÉ: ÉTUDE DE CAS DANS L INDUSTRIE FORESTIÈRE Momen Ellech, Nadia Lehox, Lc Lebel, Sébastien Lemiex To cite this version: Momen Ellech, Nadia

Plus en détail

Les qualifications INSTALLATEURS ÉNERGIES RENOUVELABLES. Forage géothermique. Solaire thermique. Aérothermie et géothermie

Les qualifications INSTALLATEURS ÉNERGIES RENOUVELABLES. Forage géothermique. Solaire thermique. Aérothermie et géothermie INSTALLATEURS ÉNERGIES RENOUVELABLES Les qalifications Edition jillet 2014 Solaire thermiqe Forage géothermiqe Solaire photovoltaïqe Bois énergie Aérothermie et géothermie Les énergies renovelables : des

Plus en détail

«Si l air m était compté...?»

«Si l air m était compté...?» > N 7 > Janvier 2006 > ] «Si l air m était compté...?» Manqerions-nos d air pr à ce point por oser ne telle qestion? Osons! Sans omettre ne atre interrogation indissociable : "Qe pis-je faire, por ma part,

Plus en détail

Des acteurs au service des personnes âgées

Des acteurs au service des personnes âgées GUIDE C L I C Des acters a service des personnes âgées Résea d CLIC Sd Oest Côtes d Armor des acters a service des personnes âgées Édito La solidarité en Côtes d Armor n est pas n vain mot. Les problématiqes

Plus en détail

Maximisation du débit des systèmes OFDM multicast dans un contexte de courant porteur en ligne

Maximisation du débit des systèmes OFDM multicast dans un contexte de courant porteur en ligne MajecSTIC 2009 Avignon, France, d 6 a 8 novembre 2009 Maximisation d débit des systèmes OFDM mlticast dans n contexte de corant porter en ligne Ali Maiga, Jean-Yves Badais et Jean-François Hélard Laboratoire

Plus en détail

Halte-garderie du Faubourg

Halte-garderie du Faubourg Halte-garderie d Faborg Plan d'affaires MODÈLE Noémie Dprès 1212, d Faborg Belleville (Qébec) Z2C 4Z4 Présenté à Monsier X Caisse Poplaire de Belleville Le 13 jin 2000 T able des matières 1. Le sommaire

Plus en détail

Politique africaine n 122 - juin 2011 217 La revue des livres

Politique africaine n 122 - juin 2011 217 La revue des livres Politiqe africaine n 122 - jin 2011 217 La reve des livres Absharaf (Rogaia Mstafa) Transforming Displaced Women in Sdan. Politics and the Body in a Sqatter Settlement Chicago/Londres, The University of

Plus en détail

Les livraisons des fabricants ont augmenté de 0,9 % en mars,

Les livraisons des fabricants ont augmenté de 0,9 % en mars, Le vendredi 22 mai 1998 APERÇU Les livraisons reprennent ler viger Le nivea des livraisons des fabricants s est redressé en mars grâce à ne reprise dans l indstrie des aéronefs. Les prix des biens et services

Plus en détail

Mars 2013. Les solutions de formation Esri France

Mars 2013. Les solutions de formation Esri France Mars 2013 Les soltions de formation Esri France -1- La formation chez Esri France La formation est essentielle à la mise en œvre réssie d n système d information géographiqe (SIG). C est porqoi chez Esri

Plus en détail

Le choix d un contrat d assurance maladie entre traitement et compensation.

Le choix d un contrat d assurance maladie entre traitement et compensation. Le choix d n contrat d assrance maladie entre traitement et compensation. F.YAFIL Avril 3 Résmé : L objectif de cet article est de prendre en considération les différentes formes qe pevent revêtir les

Plus en détail

Facilité d'utilisation et usages des MMS sur les mobiles

Facilité d'utilisation et usages des MMS sur les mobiles Facilité d'tilisation et sages des MMS sr les mobiles Mobilité & Ubiqité 2004 Rachel Demmiex & Farid Habboche (France Télécom R&D - Lannion) Le présent docment contient des informations qi sont la propriété

Plus en détail

Mesures générales de prévention pour l utilisation des compacteurs

Mesures générales de prévention pour l utilisation des compacteurs Le compacter Les compacters servent à compresser les matières récpérées (ex. papier, plastiqe). Ils sont d sage corant dans le secter de l imprimerie. Les compacters doivent être mnis de dispositifs de

Plus en détail

La formation continue se réinventeenligne

La formation continue se réinventeenligne niversités &grandes écoles ILLUSTRATIONS :STEPHANE KHIEL La formation contine se réinventeenligne Le sccès des MOOC, ces cors interactifs, illstre la métamorphose de la formation contine. Mais l efficacité

Plus en détail

Groupe CM4-CIC. Comptes consolidés 2008

Groupe CM4-CIC. Comptes consolidés 2008 Grope CM4-CIC Comptes consolidés 2008 Grope Crédit Mtel Centre Est Erope Sd-Est Ile-de-France Savoie-Mont Blanc et CIC Comptes consolidés 2008 Rapport de gestion consolidé..............................

Plus en détail

L e mobilier, le matériel et le linge au r estaurant

L e mobilier, le matériel et le linge au r estaurant Technologie (baccalaréat Professionnel) L e mobilier, le matériel et le linge a r estarant 1 : L e m o b i l i e r 1. 1 - L e m o b i l i e r d e s t i n é à l a c l i e n t è l e 1.1.1 - Dimensions et

Plus en détail

Réalisez des simulations virtuelles avec des outils de test complets pour améliorer vos produits

Réalisez des simulations virtuelles avec des outils de test complets pour améliorer vos produits SOLIDWORKS Simlation Réalisez des simlations virtelles avec des otils de test complets por améliorer vos prodits SOLUTIONS DE SIMULATION SOLIDWORKS Les soltions de simlation SOLIDWORKS permettent à tot

Plus en détail

OPTIONS MODELISATIONS

OPTIONS MODELISATIONS DSCG OPTIONS MODELISATIONS Notions préliminaires. La loi binomiale La loi binomiale s appliqe ans le cas : ne expérience aléatoire à ex isses, cette expérience étant répétée n certain nombre e fois (n

Plus en détail

BIS - Présentation et progiciel de base version - 4.1

BIS - Présentation et progiciel de base version - 4.1 Engineered Soltions BIS - Présentation et progiciel de base version - 4.1 BIS - Présentation et progiciel de base version - 4.1 www.boschsecrity.fr Gestion d'entreprise complète por ne gestion de la sécrité

Plus en détail

AutoDome - Systèmes intérieures avec caméra mobile

AutoDome - Systèmes intérieures avec caméra mobile Vidéo AtoDome - Systèmes intérieres avec caméra mobile AtoDome - Systèmes intérieres avec caméra mobile www.boschsecrity.fr Versions Jor/Nit, Coler et N/B Zoom optiqe x26 (Jor/Nit) o x18 + zoom nmériqe

Plus en détail

& ENTREPRISE groupe monassier france

& ENTREPRISE groupe monassier france grope monassier france ANDRESY ARRAS BORDEAUX CHOLET EPINAL FORT-DE-FRANCE GARDANNE JOUÉ LES TOURS LILLE MONTPELLIER NANTES NOTRE-DAME DE BONDEVILLE PARIS PAU REIMS RENNES SAINT PRIEST TOULOUSE TRANS EN

Plus en détail

1973-1974 ENQUETE 'SUR LES TRANSPORTS LLI QUESTIONN!,IRE B " AUTOMOBILES ;,

1973-1974 ENQUETE 'SUR LES TRANSPORTS LLI QUESTIONN!,IRE B  AUTOMOBILES ;, REPUBLIQUE FRANÇAISE INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES 29, qai Branly, PARJS (,e) Direction Régionale:....._... ~- ENQUETE 'SUR LES TRANSPORTS 1973-1974 QUESTIONN!,IRE B " AUTOMOBILES

Plus en détail

La VISTA. La VISTA. Banques. Entreprises. Une connexion possible?

La VISTA. La VISTA. Banques. Entreprises. Une connexion possible? Edition jin 2010 La VISTA La VISTA Reve d Information de l Entreprener Landais Banqes Entreprises Une connexion possible? MEDEF Landes Banqes & Entreprises, où en est-on? Dites-nos la vérité, tote la vérité!

Plus en détail

SAVERNE. Couleurs d été. Politique de la ville. Dossier. Retrouvez toutes les informations locales sur internet www.saverne.

SAVERNE. Couleurs d été. Politique de la ville. Dossier. Retrouvez toutes les informations locales sur internet www.saverne. N 27-2015 SAVERNE Colers d été Dossier Politiqe de la ville L E M A G A Z I N E M U N I C I P A L D E S S A V E R N O I S Retrovez totes les informations locales sr internet www.saverne.fr Nméros d rgence

Plus en détail

BIS - Présentation et progiciel de base version 4.0

BIS - Présentation et progiciel de base version 4.0 Engineered Soltions BIS - Présentation et progiciel de base version 4.0 BIS - Présentation et progiciel de base version 4.0 www.boschsecrity.fr Gestion d'entreprise complète por ne gestion de la sécrité

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES RCI ENVIRONNEMENT ET VOUS. À PROPOS DE Profil Territoire Gestion responsable Sensibilisation et action communautaire

TABLE DES MATIÈRES RCI ENVIRONNEMENT ET VOUS. À PROPOS DE Profil Territoire Gestion responsable Sensibilisation et action communautaire RCI ENVIRONNEMENT ET VOUS À PROPOS DE Profil Territoire Gestion responsable Sensibilisation et action commnataire DÉVELOPPEMENT INNOVATION SERVICES Service conseils Programmes et certificats Service constrction

Plus en détail

AUTODATA ONLINE. Les nouveautés d'online 3. NOUVEAU: Courroies d`accessoires. Débranchement et rebranchement de la batterie hybride

AUTODATA ONLINE. Les nouveautés d'online 3. NOUVEAU: Courroies d`accessoires. Débranchement et rebranchement de la batterie hybride BR_EU_SWISSFRENCH_13V3_Layot 1 11/1/01 13:41 Pae 1 AUTODATA ONLINE Les noveatés d'online 3 NOUVEAU: Corroies d`accessoires Post-traitement des az d`échappement diesel Déanchement et reanchement de la batterie

Plus en détail

BIS - Module Access Engine (ACE)

BIS - Module Access Engine (ACE) Engineered Soltions BIS - Modle Access Engine (ACE) BIS - Modle Access Engine (ACE) www.boschsecrity.fr Contrôle d'accès sophistiqé avec gestion directe des alarmes Intégration et interaction transparentes

Plus en détail

Villa L Orée du Parc. MASSY n ESSONNE

Villa L Orée du Parc. MASSY n ESSONNE Villa L Orée d Parc n ESSONNE Villa l Orée d Parc Une résidence de standing Une attention particlière a été portée à l aménagement paysager par l Agence Française de Paysage avec la mise en place d ne

Plus en détail

Charte graphique éléments et notions Université Michel de Montaigne Bordeaux 3. de base. Domaine universitaire 33607 PESSAC cedex

Charte graphique éléments et notions Université Michel de Montaigne Bordeaux 3. de base. Domaine universitaire 33607 PESSAC cedex Charte graphiqe éléments et notions Domaine niversitaire 33607 PESSAC ceex e base Tél. +33 (0)5 57 12 44 44 fax +33 (0)5 57 12 44 90 Corriel : service.commnication@-boreax3.fr www.-boreax3.fr 1. LE SYSTÈME

Plus en détail

CONTACT. Orientation. Focus : Eco-Langues. Voyage à Paris. Collège St-Julien - Ath. tourism. biologie. Journées de réflexion en 2e

CONTACT. Orientation. Focus : Eco-Langues. Voyage à Paris. Collège St-Julien - Ath. tourism. biologie. Journées de réflexion en 2e Belgiqe-België P.P. 7800 ATH I P601149 CONTACT Collège St-Jlien - Ath Année scolaire 2010-2011 Mars 2011 e torism droit s ocial arketing et m pblicité biologie Jornées de réflexion en 2e p.7 Olympiades

Plus en détail

grandir Editorial N 13 mai 2006 Découvrir le diocèse Initiatives Vie pastorale Education et pédagogie Chantiers et projets Quelques brèves...

grandir Editorial N 13 mai 2006 Découvrir le diocèse Initiatives Vie pastorale Education et pédagogie Chantiers et projets Quelques brèves... Blletin d Information et de Liaison de l Enseignement Catholiqe de Saint-Etienne N 13 mai 2006 Editorial Editorial Un le por soff grandir «Die insffla dans les narines de l homme l haleine de la vie, et

Plus en détail

concernant la déclaration d impôt Impôt cantonal et communal Impôt fédéral direct

concernant la déclaration d impôt Impôt cantonal et communal Impôt fédéral direct CANTON DE VAUD Administration cantonale des impôts GUIDE 2013 concernant la déclaration d impôt Impôt cantonal et commnal Délai por le renvoi de la déclaration : 15 mars 2014 Impôt fédéral direct Simplifiezvos

Plus en détail

Sur la route, je gère ma sécurité. Dossier pédagogique A L INTENTION DES ENSEIGNANTS DU TROISIÈME DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE

Sur la route, je gère ma sécurité. Dossier pédagogique A L INTENTION DES ENSEIGNANTS DU TROISIÈME DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Sr la rote, je gère ma sécrité Dossier pédagogiqe A L INTENTION DES ENSEIGNANTS DU TROISIÈME DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Table des matières 1 Introdction 5 1.0 Les objectifs édcatifs 5 1.1 Les liens

Plus en détail

FINANCES JEUNESSE SPORT. Budget 2011 : stabilité des dépenses et des taux d imposition. Modification du périmètre de la carte scolaire

FINANCES JEUNESSE SPORT. Budget 2011 : stabilité des dépenses et des taux d imposition. Modification du périmètre de la carte scolaire DOSSIER Magazine mnicipal de Bailly-Romainvilliers N 5 - printemps - été 2011 Baillymag Romainvilliers Pas de noveax programmes de logements jsq en 2017 FINANCES Bdget 2011 : stabilité des dépenses et

Plus en détail

Maxwell 10. Administration

Maxwell 10. Administration Maxwell 10 Administration Conten Conten Aperç........................................................................... 4 Connexions....................................................................................

Plus en détail

jeux de toujours pour des

jeux de toujours pour des 36 jex de tojors por des «récrés» d ajord hi Damien Fontenoy Frédéric Jacqemin Préface Tos nos remerciements s adressent ax enfants, ax institters, ax professers d édcation physiqe et ax directions de

Plus en détail