EVALUATION DE LA DOULEUR

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EVALUATION DE LA DOULEUR"

Transcription

1 EVALUATION DE LA DOULEUR Catherine GRENIER IADE -Cadre de Santé -Formateur 18/11/2015 CG - Promotion MONET et Promotion VAN GOGH CG - Douleur - Promotion

2 Votre expérience en stage Concernant La prise en charge de la douleur du patient 18/11/2015 2

3 Rappel La douleur c est quoi? 18/11/2015 CG -Douleur Promotion -Promotion MONET et Promotion VAN GOGH CG - Douleur - Promotion

4 Définition de la douleur La douleur est définie par l Association Internationale pour l Etude de la Douleur (IASP) comme : «une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à un dommage tissulaire présent ou potentiel, ou décrite en termes d un tel dommage». 18/11/2015 4

5 La douleur : 18/11/2015 5

6 DOULEUR AIGUE La douleur aigue : signal d alarme Elle est RECENTE, TRANSITOIRE et INTENSE Elle persiste en général jusqu à la fin de la cicatrisation Elle est provoquée par des agressions de types : brûlures piqûres pincements 18/11/2015 6

7 DOULEUR CHRONIQUE Douleur chronique : maladie Une douleur devient chronique lorsqu elle dure plus de 6mois Retentissement sur le quotidien, l appétit, le sommeil On distingue plusieurs types de douleurs chroniques: Douleur par excès de nociception Douleur neuropathique 18/11/2015 7

8 Douleur par excès de nociception : qui sont provoquées par une agression sur les nocicepteurs périphériques entraînant un excès de potentiels d'action empruntant les voies de la douleur. Douleur neuropathique : Toute altération d'une partie du système nerveux périphérique ou central est susceptible dedéclencher des douleurs de type neuropathique. 18/11/2015 8

9 Les sujets présentent souvent des brûlures de fond associées à des décharges électriques paroxystiques. Sont présentes également des dysesthésies, des paresthésies et des sensations d'anesthésie cutanée. La douleur neuropathique est confirmée à l'examen par la présence d'allodynie, c'est-à-dire le déclenchement d'une sensation douloureuse lors d'un simple effleurement tactile de la peau, et d'hypéralgésie, sensation hyperdouloureuse en réponse 18/11/2015 9

10 18/11/

11 Soulager Un devoirdes soignants de soulager la douleur Un droit des personnes malades La douleur ne doit plus être fatalité 18/11/

12 Mais C est une expérience personnelle : chacun ressent et réagit différemment face à la douleur De l entendre 18/11/

13 L évaluation de la douleur 18/11/

14 L intérêt d évaluer et de prévenir la douleur Il faut identifier le patient douloureux L évaluation va permettre d objectiver le vécu douloureux De donner des repères à l équipe 18/11/

15 L intérêt d évaluer et de prévenir la douleur D aider à la compréhension du phénomène douloureux D instaurer des traitements, de les adapter et de surveiller leurs effets 18/11/

16 Démarche d évaluation 18/11/

17 Les premières étapes de l évaluation : L écoute L observation L interrogatoire L examen clinique du patient => elles vont permettre de répondre aux questions suivantes : 18/11/

18 Comment évaluer et de prévenir la douleur P Q R S T Identifier la cause. 18/11/

19 Deux modes d évaluation de la douleur : Il existe 2 modes d évaluation : Auto-évaluation : le patient est le juge de sa douleur Hétéro-évaluation : le patient est non coopérant Par exemple : lors d un réveil, les âges extrêmes de la vie C est alors le médecin, l infirmière qui vont évaluer la douleur 18/11/

20 Deux types d échelles : Echelles unidimensionnelles : elles mesurent l intensité de la douleur Echelles multidimensionnelles : elles apprécient quantitativement et qualitativement la douleur 18/11/

21 EVALUATION Évaluation quantitative Évaluation qualitative 18/11/

22 EVALUATION Évaluation quantitative : Ce sont des échelles unidimensionnelles Évaluation de l intensité de la douleur Se fait à l aide d outils simples, fiables et reproductibles Permette une autoévaluation par le patient de l intensité de sa douleur De juger de l efficacité du traitement 18/11/

23 Evaluation quantitative Simple Rapide Permettre des mesures répétées Permettre des mesures régulières Le même outil pour un même patient Afin que l évaluation soit comparables et interprétables 18/11/

24 Evaluation quantitative Différents outils : L échelle verbale simple (EVS) L échelle numérique (EN) L échelle visuelle analogique (EVA) 18/11/

25 Evaluation quantitative EVA et EN (système gradué) : servent de repère pour indiquer le palier de l antalgique à utiliser 1 à 4 : palier I 4 à 7 : palier II 7 à 10 : palier III => Concernant la douleur par excès de nociception 18/11/

26 ECHELLE UNIDIMENSIONNELLES EVA: Echelle Visuelle Analogique 18/11/

27 EVA Se présente sous la forme d une réglette à deux faces. La face présentée au patient comporte une ligne Horizontale chez l adulte Verticale et triangulaire chez l enfant Un curseur que le patient déplace fonction de l intensité de la douleur Côté soignant : correspondance chiffrée (0 à 10) 18/11/

28 18/11/

29 EVA 18/11/

30 EVA 18/11/

31 L'échelle visuelle électronique 18/11/

32 Echelle douleur en relief pour malvoyants Principe du toucher et du braille 18/11/

33 Echelle tactile analogique 18/11/

34 Echelle Numérique : EN L EN consiste à demander au patient de donner une note allant de 0 à 10 à sa douleur ressentie La note 0 correspond à «pas de douleur» La note 10 correspond à«douleur insupportable» 18/11/

35 Echelle Numérique : EN 18/11/

36 Site pédiadol 18/11/

37 ECHELLE VERBALE SIMPLE EVS : permet d apprécier la douleur ressentie du patient par paliers. Chaque palier correspond à un score que le soignant demande au patient 18/11/

38 EVS : 4 items Absence de douleur : 0 Douleur faible : 1 Douleur modérée : 2 Douleur intense : 3 Douleur atroce : 4 L échelle verbale simple a souvent la préférence des soignants et des patients âgés. En effet, ceux-ci peuvent qualifier leur douleur avec des mots familiers. Elle est simple et rapide à utiliser. A l exception des sujets présentant des troubles cognitifs très sévères, la quasi-totalité des patients est capable de la réaliser. 18/11/ /11/

39 Echelles des visages Est utilisée en pédiatrie afin d évaluer la douleur par rapport au faciès de l enfant en le comparant à des faciès de référence 18/11/

40 Echelles des visages 18/11/

41 Echelles des visages 18/11/

42 Echelles des visages 18/11/

43 18/11/ Promotion CG - Douleur VAN - Promotion GOGH CG

44 18/11/

45 Inconvénients : Pas de différenciation des composantes de la douleur Reposent sur la compréhension et le langage Contre indication ou non adapté chez les patients en mauvais état général, aux fonctions supérieures altérées, selon leur niveau socio-culturel, chez l enfant 18/11/

46 Les échelles multidimensionnelles Apprécient quantitativement et qualitativement 18/11/ CG - Promotion MONET et Promotion VAN GOGH CG

47 Avantages : Aide à préciser la sémiologie de la douleur Oriente vers un mécanisme Donc vers un traitement Notion d intensité est présente 18/11/

48 EVALUATION Évaluation qualitative: Permet de repérer les différentes composantes qui sont : Sensori-discriminative Affectivo-émotionnelle Cognitive comportementale 18/11/

49 EVALUATION Évaluation qualitative : Permet de repérer les différentes composantes Savoir quels sont les mécanismes prédominants : Nociceptif Neuropathique Psychogène Mixte Les Echelles utilisés sont multidimensionnelles Elles concernent plusieurs composantes de la douleur 18/11/

50 ANALYSE 18/11/

51 Composante sensori-discriminative Ce qu il sent Permettant de préciser la localisation et les caractéristiques de la douleur Mécanisme physiologique aboutissant au décodage de la douleur Qualité : serrement, torsion, étau, brûlure, décharge électrique, coup de poignard, arrachement, picotements, fourmillements Durée: brève, continue, crise paroxystique ou bruit de fond permanent L évolution : premier épisode, apparition récente, douleur récidivante Intensité : évaluation objective Localisation du message nociceptif 18/11/

52 Composante affectivo-émotionnelle Ce qu il ressent Correspond à la tonalité : désagréable, pénible, insupportable Contexte psychologique : état d anxiété, syndrome de dépression, des peurs, des troubles de la personnalités 18/11/

53 Composante cognitive Ce qu il comprend Ensemble des processus mentaux, capable d influencer la perception de la douleur : les représentations, les valeurs, les expériences vécues, facteurs socioculturels, l histoire de vie. Les bénéfices secondaires : attirer l attention de l autre, compensations financières, aménagements professionnels 18/11/

54 Composante comportementale Ce qu il dit et montre Manifestations verbales et non verbales observables chez le patient douloureux : plainte, gémissements, positions antalgiques, refus de contact, replis, pleurs Réactions neuro-végétative : tachycardie, augmentation de la pression artérielle Fonction de l âge, du sexe 18/11/

55 LES ECHELLES MULTIDIMENTIONNELLES Inconvénients : Les personnes âgées peuvent rencontrer des difficultés à faire ce test (trouble cognitif, niveau socio-culturel ) Les enfants : elles sont spécifiques Il est important de les adaptées 18/11/

56 LES ECHELLES MULTIDIMENTIONNELLES Questionnaire douleur de Saint-Antoine QDSA adaptation française de la Mac Gill Pain Questionnary (MPQ) Dépister la douleur neuropathique le questionnaire de la douleur neuropathique DN4 Le retentissement de la douleur Echelle du retentissement quotidien de la douleur 18/11/

57 ECHELLES MULTIDIMENSIONNELLES Le questionnaire douleur de Saint Antoine (QDSA) Liste qualitatifs permettant de préciser le type de douleur 18/11/

58 18/11/

59 Il existe des versions abrégées 18/11/

60 ECHELLES MULTIDIMENSIONNELLES Le questionnaire DN4 évaluation des douleurs neuropathiques Question 1 : caractéristique de la douleur Question 2 : symptômes associés dans la zone douloureuse Question 3 et 4 : nécessite l examen clinique du patient afin de repérer les dysesthésies 18/11/

61 18/11/

62 ECHELLES MULTIDIMENSIONNELLES Echelles comportementales : Echelle DOLOPLUS : permet d évaluer la douleur de la personne ne pouvant communiquer.. 18/11/

63 18/11/

64 18/11/

65 18/11/

66 Évaluation composantes anxieuse ou dépressive HADS (Hospital Anxiety and Depression Scale) 18/11/

67 18/11/

68 PEDIATRIE L enfant peut percevoir la douleur à tout âge Avant l acquisition de la verbalisation : la douleur pourrait être méconnue Dans le doute, devant un tableau clinique évocateur de douleur : un traitement antalgique doit être instauré Des modifications de comportements doivent être des signes d appel 18/11/

69 PEDIATRIE Hétéro évaluation : lorsque l enfant est incapable d exprimer sa douleur, un observateur utilise des échelles comportementales validées pour des situations précises tenant à l enfant (nourrisson, handicapé) ou aux circonstances (douleur chronique ou durable post opératoire) Ex : EDIN : échelle d inconfort du nouveau né 18/11/

70 18/11/

71 18/11/

72 18/11/

73 PEDIATRIE 18/11/

74 18/11/

75 18/11/

76 18/11/

77 D autres : Echelle DEGR : elle est spécifique de l enfant cancéreux Echelle ATTIA TISON (0 à 3 mois) Echelle Chéops (1 à 5 ans) 18/11/

78 18/11/ CG - Promotion MONET et Promotion VAN GOGH CG

79 18/11/ Promotion CG - Douleur VAN - Promotion GOGH CG

80 18/11/

81 Bibliographie -WEBOGRAPHIE 18/11/

82 18/11/

83 18/11/

84 18/11/

85 Je vous remercie 18/11/

LA DOULEUR: Signes cliniques, évaluation. Docteur Gérard TERRIER Service d Accompagnement et de Soins palliatifs CHU Dupuytren 87042 Limoges

LA DOULEUR: Signes cliniques, évaluation. Docteur Gérard TERRIER Service d Accompagnement et de Soins palliatifs CHU Dupuytren 87042 Limoges LA DOULEUR: Signes cliniques, évaluation Docteur Gérard TERRIER Service d Accompagnement et de Soins palliatifs CHU Dupuytren 87042 Limoges Définitions: Douleur: Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

Institut UPSA de la Douleur Mini Kit de Formation DOULEUR

Institut UPSA de la Douleur Mini Kit de Formation DOULEUR Institut UPSA de la Douleur Mini Kit de Formation DOULEUR Annexe : Échelles d évaluation de la douleur Echelle Visuelle Analogique Cette échelle est composée, côté verso d une ligne horizontale allant

Plus en détail

Évaluation de la Douleur : de la théorie à la pratique

Évaluation de la Douleur : de la théorie à la pratique Caractère complexe de la douleur Évaluation de la Douleur : de la théorie à la pratique Le patient est le seul expert pour évaluer sa douleur Une douleur exprimée doit toujours être prise en compte, même

Plus en détail

Evaluation douleur personne

Evaluation douleur personne Evaluation douleur personne âgée avec troubles cognitifs Dr N. SAFFON Equipe Résonance Douleur, soins palliatifs, soins de support CHU Toulouse Fondamentaux de l évaluation Rôle propre du soignant A adapter

Plus en détail

Prise en charge de la douleur

Prise en charge de la douleur Prise en charge de la douleur 1 Rappel des obligations La prise en charge de la douleur est une obligation légale. Loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits du malade et à la qualité du système

Plus en détail

La douleur chez l enfant

La douleur chez l enfant La douleur chez l enfant M.M. Landru Hôpital A. Chenevier, Service d Odontologie du Pr. B. Gogly Définition de la douleur expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à un dommage tissulaire

Plus en détail

La douleur en neurologie

La douleur en neurologie La douleur en neurologie Pr. Hamid Ouhabi Chef de pôle Neurologie-Neurophysiologie Hôpital Cheikh Khalifa, Casablanca 22 Mai 2016 DEFINITION : Définition de l IASP : International Association for Study

Plus en détail

Djea SARAVANE, MSc, MD

Djea SARAVANE, MSc, MD Douleur et Schizophrénie: Comment évaluer? Réseau Douleur Basse Normandie, 15 Octobre 2013 Djea SARAVANE, MSc, MD Chef de Service-Directeur de l Enseignement Membre Associé CHUS Sherbrooke-Canada CENTRE

Plus en détail

Dossier de presse des 50 ans Doliprane (paracetamol )*

Dossier de presse des 50 ans Doliprane (paracetamol )* Dossier de presse des 50 ans Doliprane (paracetamol )* Quelle définition pour la douleur La douleur est une «expérience sensorielle et émotionnelle désagréable» Elle exprime une réaction de l organisme

Plus en détail

(Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant)

(Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant) CONSULTATION D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR AUTO-QUESTIONNAIRE (vaut courrier du médecin traitant) (Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant)

Plus en détail

la douleur chez la personne âgée Bernard Pradines anesthésiste-réanimateur gériatre (ancien PH-PT au SLD-Albi)

la douleur chez la personne âgée Bernard Pradines anesthésiste-réanimateur gériatre (ancien PH-PT au SLD-Albi) la douleur chez la personne âgée Bernard Pradines anesthésiste-réanimateur gériatre (ancien PH-PT au SLD-Albi) Saint Julien en Genevois octobre 2010 contexte démographie des personnes âgées et très âgées,

Plus en détail

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Validé par le Dr Schinkel Dé nition - Une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à un lésion

Plus en détail

LES POLYNEUROPATHIES DIABETIQUES UNE NOUVELLE APPROCHE THÉRAPEUTIQUE

LES POLYNEUROPATHIES DIABETIQUES UNE NOUVELLE APPROCHE THÉRAPEUTIQUE LES POLYNEUROPATHIES DIABETIQUES UNE NOUVELLE APPROCHE THÉRAPEUTIQUE Dr Nadia BOUAMRANE Unité Douleur Sce de Médecine Interne Pr Brouri (H.Birtraria) PNP diabétiques Définition, généralités NEUROPATHIES

Plus en détail

L iste des techniques de soins

L iste des techniques de soins L iste des techniques de soins Aider le patient à comprendre et à être compris...57 Angiographie cérébrale ou artériographie...106 Conduite à tenir face à une crise d épilepsie...48 Électroencéphalographie

Plus en détail

Cause Lésion. Cercle vicieux. Contraction musculaire Inactivité Stress Insomnie

Cause Lésion. Cercle vicieux. Contraction musculaire Inactivité Stress Insomnie Cause Lésion Renforcement DOULEUR Apprentissage Mémoire Cercle vicieux Contraction musculaire Inactivité Stress Insomnie Retentissement Affectif Pensée négative Prise en charge pluridisciplinaire Les approches

Plus en détail

Vantomme Patrick, septembre 2002 LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR: Rôle infirmier.

Vantomme Patrick, septembre 2002 LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR: Rôle infirmier. Vantomme Patrick, septembre 2002 LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR: Rôle infirmier. La douleur est un phénomène complexe et subjectif Définition: «Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée

Plus en détail

Outil de détection précoce du burnout

Outil de détection précoce du burnout Outil de détection précoce du burnout Guide d utilisation Objectif de l outil L objectif principal de cet outil est d apporter une aide aux professionnels de la santé pour déceler les signes avant-coureurs

Plus en détail

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger «si c est au plan physique que l on ressent la douleur, c est le psychisme qui la supporte». François BOUREAU Quelques définitions

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

Douleur et Troubles somatoformes

Douleur et Troubles somatoformes Douleur et Troubles somatoformes Françoise Radat Bordeaux Eric Serra Amiens Caen le 15 octobre 2013 Plan La douleur en médecine La somatisation Les diagnostics psychiatriques Pas de conflit d intérêt Les

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Qu'est-ce-que la douleur? La douleur est une sensation désagréable et complexe (sensorielle et émotionnelle). Cette sensation provient de l'excitation

Plus en détail

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Est-ce que ça va faire mal? Pour que chaque soin se déroule au mieux Les traitements utiles pour éviter ou diminuer la douleur 72 73 75 De nombreux

Plus en détail

UNIVERSITE DE CAEN ----------- FACULTE DE MEDECINE THESE POUR L OBTENTION DU GRADE DE DOCTEUR EN MEDECINE -------------

UNIVERSITE DE CAEN ----------- FACULTE DE MEDECINE THESE POUR L OBTENTION DU GRADE DE DOCTEUR EN MEDECINE ------------- UNIVERSITE DE CAEN ----------- FACULTE DE MEDECINE Année 2006 N THESE POUR L OBTENTION DU GRADE DE DOCTEUR EN MEDECINE ------------- Présentée et soutenue publiquement le : par Monsieur Nicolas BOYER Né

Plus en détail

STRESS & GESTION DU STRESS EN SPELEOLOGIE

STRESS & GESTION DU STRESS EN SPELEOLOGIE STRESS & GESTION DU STRESS EN SPELEOLOGIE Ca va? T es fin prêt pour encadrer ta séance? Non! J su Stressé J sais pas utiliser Peau verte pointe!!! FICHE DE SCEANCE D UNE ACTION DE FORMATION POUR LES DESJEPS

Plus en détail

Formation inter-hôpitaux (extra-muros) Douleurs, Souffrances, Démences en gériatrie

Formation inter-hôpitaux (extra-muros) Douleurs, Souffrances, Démences en gériatrie Organisé par C. L. E. F. Formation inter-hôpitaux (extra-muros) Jeudi 27 et vendredi 28 novembre 2014 Douleurs, Souffrances, Démences en gériatrie Programme DPC Conçue et animée par : Docteur Marie Pierre

Plus en détail

Classification des douleurs

Classification des douleurs Classification des douleurs Docteur C. MINELLO Unité d évaluation et de traitement de la douleur Centre G. F. Leclerc - Dijon Définition de la douleur Selon le dictionnaire, la douleur est définie comme

Plus en détail

Les formes de communication

Les formes de communication 12. Les formes de communication On distingue deux grandes formes de communication : la communication verbale et la communication non verbale. La communication verbale Elle est constituée des signaux linguistiques

Plus en détail

Rigoureux, rigide, intelligent, abstrait. Dépendant, obéissant, respectueux, accepte les contraintes

Rigoureux, rigide, intelligent, abstrait. Dépendant, obéissant, respectueux, accepte les contraintes Première STMG Thème 1 : De l individu à l acteur Sciences de gestion Chapitre 1 : Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? SEQUENCE 1 : LES ELEMENTS QUI INFLUENCENT LE COMPORTEMENT

Plus en détail

Conseils pratiques au patient Fonctionnement et utilisation de l appareil de Neurostimulation Transcutanée

Conseils pratiques au patient Fonctionnement et utilisation de l appareil de Neurostimulation Transcutanée Conseils pratiques au patient Fonctionnement et utilisation de l appareil de Neurostimulation Transcutanée TENS Consultation de la douleur C.H.D. Vendée 85925 La Roche sur Yon Tél.: 02 51 44 62 48 Mail:

Plus en détail

Difficultés et troubles des apprentissages

Difficultés et troubles des apprentissages Difficultés et troubles des apprentissages chez l enfant à partir de 5 ans A l usage des structures de soins à domicile Mise en œuvre : Société Française de Gériatrie et Gérontologie avec le soutien de

Plus en détail

La surveillance de la douleur

La surveillance de la douleur 26 La surveillance de la douleur L Association internationale pour l Étude de la douleur définit ainsi le processus douloureux comme : «une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable liée à des

Plus en détail

La prise en charge de la douleur en cancérologie Chapitre 13 Cancérologie - Hématologie

La prise en charge de la douleur en cancérologie Chapitre 13 Cancérologie - Hématologie La prise en charge de la douleur en cancérologie Chapitre 13 Cancérologie - Hématologie Les malades et leurs familles craignent que les douleurs associées au cancer ne puissent être traitées, calmées ou

Plus en détail

Déficiences et activité. Probst Laetitia

Déficiences et activité. Probst Laetitia Probst Laetitia MSP 14-17 B 16.01.2016 Date de réactualisation : 10.01.2016 TABLE DES MATIERES 1 Découpage et échéances du cours... 3 2 Modalités pédagogiques... 3 3 Contenu du support... 3 4 Références

Plus en détail

Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014

Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) sont, avec les troubles cognitifs,

Plus en détail

Bienvenue dans cette leçon portant sur l'identification, l évaluation et la surveillance du syndrome d immobilisation.

Bienvenue dans cette leçon portant sur l'identification, l évaluation et la surveillance du syndrome d immobilisation. 1 Bienvenue dans cette leçon portant sur l'identification, l évaluation et la surveillance du syndrome d immobilisation. À la fin de cette activité, vous serez en mesure d identifier les indicateurs de

Plus en détail

Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis

Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis Journées Santé au Travail dans le BTP -Limoges 27, 28 et 29 mai 2015 Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis Dr Audrey

Plus en détail

Ce résumé de cours de psychologie s'adresse à un public d'étudiants en première année de Licence de soins infirmiers.

Ce résumé de cours de psychologie s'adresse à un public d'étudiants en première année de Licence de soins infirmiers. Ce résumé de cours de psychologie s'adresse à un public d'étudiants en première année de Licence de soins infirmiers. UE11.S1 EC2 LES GRANDS DOMAINES DE LA PSYCHOLOGIE LES GRANDS DOMAINES DE LA PSYCHOLOGIE

Plus en détail

Atelier Gestion de la fatigue

Atelier Gestion de la fatigue Journée Rhônalpine d information sur la Sclérose en Plaques samedi 27 septembre 2014 Atelier Gestion de la fatigue Présentation Centre Médical Germaine Revel Brigitte LUC, Médecin Alexandre GOUY, Educateur

Plus en détail

Dépister le stress en entreprise

Dépister le stress en entreprise PREVENTICA LILLE 22-24 24 janvier 2008 Dépister le stress en entreprise Dépister le stress en entreprise Définition du stress Tests de dépistage Tests pratiqués Enquête: méthodologie et résultats Qu est-ce

Plus en détail

Douleur = perception pénible d une stimulation sensitive. Nociception = processus sensoriel à l'origine du message nerveux qui provoque la douleur

Douleur = perception pénible d une stimulation sensitive. Nociception = processus sensoriel à l'origine du message nerveux qui provoque la douleur Page1 Dr CAILLOCE Prépa IADE 2009 Les voies de la douleur La douleur est une impression anormale et pénible reçue par une partie vivante et perçue par le cerveau. C'est une expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

Métiers du management et de la communication

Métiers du management et de la communication K2 Formation Métiers du management et de la communication 601 Ecriture-creative-et-professionnelle-en-entre_791 Ecriture créative et professionnelle en entreprise - Transmettre sur sa pratique Explorer

Plus en détail

D Marie-Christ s i t ne Dj D ian U ité t Do D uleur CHS H A - Paris

D Marie-Christ s i t ne Dj D ian U ité t Do D uleur CHS H A - Paris DOULEURS DANS LA MALADIE DE PARKINSON Dr Marie-Christine Djian Unité Douleur CHSA - Paris MALADIE DE PARKINSON Eléments majeurs Akinésie Hypertonie Autres Dépression (70%) DOULEUR (50%) Tremblements CARACTERISTIQUES

Plus en détail

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels L entretien infirmier UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels 1 Objectifs Expliquez les éléments participant au cadre d un entretien Citez les différents types d entretiens infirmiers Décrire les différentes phases

Plus en détail

Mesure de l épuisement Professionnel chez les médecins et principes de prévention Monique MARPINARD Médecin du Travail CHU de Toulouse

Mesure de l épuisement Professionnel chez les médecins et principes de prévention Monique MARPINARD Médecin du Travail CHU de Toulouse Mesure de l épuisement Professionnel chez les médecins et principes de prévention Monique MARPINARD Médecin du Travail CHU de Toulouse 1 Les outils de mesure L évaluation du burn - out peut être envisagée

Plus en détail

Les troubles anxieux. Stéphane Dubé, Ph.D., neuropsychologue. Institut Universitaire en Santé Mentale Douglas 8 novembre 2011

Les troubles anxieux. Stéphane Dubé, Ph.D., neuropsychologue. Institut Universitaire en Santé Mentale Douglas 8 novembre 2011 Les troubles anxieux Stéphane Dubé, Ph.D., neuropsychologue Institut Universitaire en Santé Mentale Douglas 8 novembre 2011 Peur, Préoccupation, Anxiété un équilibre vacillant Plusieurs facteurs jouent

Plus en détail

Modèle de management de crise en institution Exemple d une crise d agitation psychomotrice

Modèle de management de crise en institution Exemple d une crise d agitation psychomotrice Modèle de management de crise en institution Exemple d une crise d agitation psychomotrice Florence DELAMARRE DAMIER MD, MBA, Gériatre CH CHOLET et médecin coordonnateur d EHPAD 1/29/2014 1 PLAN 1. Cas

Plus en détail

Le soutien aux aidants familiaux

Le soutien aux aidants familiaux SEFor, Lyon, 15 novembre 2013 Le soutien aux aidants familiaux Inge CANTEGREIL-KALLEN Docteur en Psychologie Clinique et Psychopathologie Aidants naturels Plaintes +++ Mise en échec de l aide proposée

Plus en détail

Diagnostic éducatif. DU Education thérapeutique du Patient Université Bordeaux II 10 décembre 2011. A. Communier et D. Couralet

Diagnostic éducatif. DU Education thérapeutique du Patient Université Bordeaux II 10 décembre 2011. A. Communier et D. Couralet Diagnostic éducatif DU Education thérapeutique du Patient Université Bordeaux II 10 décembre 2011 A. Communier et D. Couralet Objectifs de la matinée Définir le diagnostic éducatif Analyser le déroulement

Plus en détail

COMITE DE LUTTE CONTRE LA DOULEUR

COMITE DE LUTTE CONTRE LA DOULEUR COMITE DE LUTTE CONTRE LA DOULEUR Évaluer la douleur Véronique BLIN Véronique FOURNIER Christelle ROCHETEAU 1 Méthodes d évaluation Critères de choix d une méthode d évaluation Facile et rapidement comprise

Plus en détail

LES ANTI DOULEURS. Comment faire la différence entre une douleur neuropathique et une douleur par excès de nociception :

LES ANTI DOULEURS. Comment faire la différence entre une douleur neuropathique et une douleur par excès de nociception : LES ANTI DOULEURS Attention : Pour l examen le prof veut que l on se base sur les recommandations de l AFFSAPS en ce qui concerne les prescriptions et le reste ; pour être sûr qu il n y ait pas de différence

Plus en détail

Un projet pour votre organisation

Un projet pour votre organisation Un projet pour votre organisation DRH / Salariés 4 jours pour améliorer sa qualité bien-être et la dynamique des équipes Formateur / Animateur : Pierre Pyronnet Siège administratif : 94 Galerie Arlequin

Plus en détail

VOTRE VISITE AUX SOINS INTENSIFS

VOTRE VISITE AUX SOINS INTENSIFS 23 VOTRE VISITE AUX SOINS INTENSIFS Comportement de votre parent ou ami et votre participation à ses soins Hôpital Maisonneuve-Rosemont Adresse postale 5415, boul. de l Assomption Montréal QC H1T 2M4 Téléphone:

Plus en détail

L HYPNOSE DANS LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR :

L HYPNOSE DANS LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR : L HYPNOSE DANS LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR : UNE (RE) NOUVEAUTE THERAPEUTIQUE? Dr Patrick Assoune Consultation Douleur Hôpital Tenon Paris Faculté le 24/01/2006 1 1-14 Et l Hypnose!! Après s un long parcours

Plus en détail

Le paracétamol. Antalgique

Le paracétamol. Antalgique Le paracétamol Antalgique La douleur Présentation La douleur est un mécanisme physiologique ayant pour fonction principale l alerte. Elle informe le cerveau de l existence d une menace. La peau, les muscles

Plus en détail

Table des matières. Connaissances. I. Orientation diagnostique devant

Table des matières. Connaissances. I. Orientation diagnostique devant Avant-propos à la troisième édition................................................ Avant-propos à la deuxième édition................................................ Les auteurs...................................................................

Plus en détail

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Sandrine Thomas, cadre de santé Dr Léila KARAOUI, PH Service de réanimation néonatale Centre Hospitalier de Meaux Bref historique

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AURA 77, 6 Mai 2014 Djea SARAVANE, MSc, MD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AURA 77, 6 Mai 2014 Djea SARAVANE, MSc, MD CENTRE REGIONAL DOULEUR EN SANTE MENTALE ET AUTISME LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AURA 77, 6 Mai 2014 Djea SARAVANE, MSc, MD Chef de Service-Directeur de l Enseignement Membre Associé CHUS Sherbrooke-Canada

Plus en détail

L'EVALUATION DE LA DOULEUR PAR L INFIRMIERE EN CANCEROLOGIE Mme PELLETIER, IDE à l'igr, 2010 1 LA DOULEUR HIER AUJOURD HUI Une Fatalité Sous estimée Ignorée Donnée Majeure de la pratique des soins Une

Plus en détail

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement LES TROUBLES ANXIEUX CHEZ L ENFANT ET L ADOLESCENT DR PAULE GARROS PLAN 1. Introduction 2. Clinique des troubles anxieux 3. Evaluation clinique 4. Traitement 1. INTRODUCTION 1.1. Points de repère 1.2.

Plus en détail

e formation en médecine d urgence http://www.efurgences.net

e formation en médecine d urgence http://www.efurgences.net Les infirmiers à l accueil des urgences Dr Mounir Gazzah, Pr Slah Ghannouchi e formation en médecine d urgence Plan : 1. L accueil : définition, qualité 2. Les urgences : définition, types 3. L infirmier(e)

Plus en détail

Les TCA «extra-ordinaires»

Les TCA «extra-ordinaires» Les TCA «extra-ordinaires» Particularités des Troubles du Comportement Alimentaire (TCA) Atypiques M.Chabrier (Interne), Dr S.Levallois Troubles des conduites alimentaires Centre Diocésain Mardi 29 juin

Plus en détail

OVE - Identification des Situations de Travail au SESSAD Charléty (La Ravoire)

OVE - Identification des Situations de Travail au SESSAD Charléty (La Ravoire) Arrivée des jeunes Arrivée des jeunes avant celle du salarié 5 Inquiétude, stress, charge de responsabilité Activité physique et/ou éducative extérieure Accompagnement d'un jeune ou d un groupe de jeunes

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

Entrainement quotidien pour arriver spontanément à garder le contrôle de l activité cérébrale

Entrainement quotidien pour arriver spontanément à garder le contrôle de l activité cérébrale Entrainement quotidien pour arriver spontanément à garder le contrôle de l activité cérébrale 1. S entrainer à recevoir un maximum de sensations par les différents canaux Eveiller la conscience, dans l

Plus en détail

Annie JOLY AVOCAT Honoraire Formatrice N 82730114873

Annie JOLY AVOCAT Honoraire Formatrice N 82730114873 1/FORMATION GESTION DU STRESS PROPOSITION DE 2 FORMATIONS POUR LES AVOCATS de RHONE ALPES «Gestion du Stress» et «Mieux communiquer» Selon l' American Institute of Stress, ce problème est à l'origine de

Plus en détail

traitement de la SEP *

traitement de la SEP * 4 Le traitement de la SEP * * Sclérose en plaques Cette brochure fait partie d'une série de brochures sur la Sclérose En Plaques (SEP). Bien qu'il n'existe pas à l'heure actuelle de traitement capable

Plus en détail

Comment aider les enfants à gérer le stress en compétition Du rôle des parents, des entraineurs et du/de la jeune sportif/ve

Comment aider les enfants à gérer le stress en compétition Du rôle des parents, des entraineurs et du/de la jeune sportif/ve Comment aider les enfants à gérer le stress en compétition Du rôle des parents, des entraineurs et du/de la jeune sportif/ve Virginie Nicaise Maître de Conférences Université de Lyon Préparatrice Physique

Plus en détail

Djea SARAVANE, MSc, MD

Djea SARAVANE, MSc, MD SOINS PALLIATIFS EN PSYCHIATRIE, au-delà des préjugés LYON, 9 Octobre 2013 Djea SARAVANE, MSc, MD Chef de Service-Directeur de l Enseignement Membre Associé CHUS Sherbrooke-Canada CENTRE REGIONAL DOULEUR

Plus en détail

Dépression et maladie chronique

Dépression et maladie chronique Pr. Grégory NINOT Laboratoire EA4206 Conduites Addictives, de Performance et Santé www.performance-sante.fr Nosologie État de tristesse et diminution de l intérêt pour toutes ou presque toutes les activités

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission qualité de vie Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

Instrument général court - 16 énoncés

Instrument général court - 16 énoncés L a m esure des habitudes de vie Instrument général court - 16 énoncés Une réalisation de En collaboration avec Patrick Fougeyrollas Luc Noreau Céline Lepage Ginette St-Michel Kathy Boschen Édition juin

Plus en détail

Cette faiblesse entraîne une dilatation anormale de l artère touchée.

Cette faiblesse entraîne une dilatation anormale de l artère touchée. Guide d enseignement Direction des soins infirmiers NEUROCHIRURGIE CRANIECTOMIE CLIPPAGE D ANÉVRISME Définition d un anévrisme cérébral : Un anévrisme cérébral est une faiblesse de la paroi d une artère

Plus en détail

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Nous vivons dans des sociétés vieillissantes Les démences un réel problème de santé mondial. le

Plus en détail

TROUBLES PSYCHIQUES DE LA GROSSESSE ET DU POST-PARTUM Q 19. Dr N. Lafay, Dr Nathalie Papet, Dr Cyril Manzanera, Pr Jean Louis Senon

TROUBLES PSYCHIQUES DE LA GROSSESSE ET DU POST-PARTUM Q 19. Dr N. Lafay, Dr Nathalie Papet, Dr Cyril Manzanera, Pr Jean Louis Senon TROUBLES PSYCHIQUES DE LA GROSSESSE ET DU POST-PARTUM Q 19 Dr N. Lafay, Dr Nathalie Papet, Dr Cyril Manzanera, Pr Jean Louis Senon TROUBLES PSYCHIQUES DE LA GROSSESSE ET DU POST-PARTUM... 1 Introduction

Plus en détail

Facteurs pronostics du retour au travail

Facteurs pronostics du retour au travail Facteurs pronostics du retour au travail LES FACTEURS PERSONNELS Facteurs personnels 1. Âge Facteur favorable : la personne à moins de 36 ans en déficience visuelle 4 ; Facteur défavorable : la personne

Plus en détail

Communiquer avec efficacité

Communiquer avec efficacité Communiquer avec efficacité Intégrer les processus d influence Les réactions de chacun, la capacité à intégrer, à analyser une situation, sont directement déterminées par le mode de raisonnement appris.

Plus en détail

Qu est-ce que le bien-être animal?

Qu est-ce que le bien-être animal? Nouvelles tendances en bien-être animal Sciences, et sensibilisation John Webster Université de Bristol Conférence du CNSAE, Ottawa 2007 Qu est-ce que le bien-être animal? Pour eux? Qu entend-on par protection,

Plus en détail

- 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO

- 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO - 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO Association Polio Québec Visitez notre site internet : www.polioquebec.org Appelez-nous : 514-489-1143 / 1-877-765-4672 Écrivez-nous : association@polioquebec.org

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Le Trouble TDAH. Avril 2009 ASH 04 1

Le Trouble TDAH. Avril 2009 ASH 04 1 Le Trouble Déficit de l Attention/ l ttention/hyperactivité TDAH Avril 2009 ASH 04 1 Caractéristiques ristiques Ce trouble est caractéris risé par : des difficultés à se concentrer «je suis très s facilement

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET «SOUFFRANCE AU TRAVAIL» Sonia LANATRIX Psychologue en Santé au Travail CHU Bordeaux

RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET «SOUFFRANCE AU TRAVAIL» Sonia LANATRIX Psychologue en Santé au Travail CHU Bordeaux RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET «SOUFFRANCE AU TRAVAIL» Sonia LANATRIX Psychologue en Santé au Travail CHU Bordeaux PLAN 1. STRESS ET RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2. LA PLAINTE DE «SOUFFRANCE PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL»

Plus en détail

Emotions et adaptation

Emotions et adaptation Emotions et adaptation Béatrice Cahour* et Janick Naveteur** *CNRS Télécom ParisTech **Université de Valenciennes Journées de printemps du GDR Mars 2010 - Nantes Fonction adaptative des émotions >> Les

Plus en détail

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire La scolarisation des élèves présentant des troubles importants des fonctions cognitives Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire INTRODUCTION Une nécessaire coopération entre tous les acteurs présents

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES RESSOURCES HUMAINES. L humain est le capital le plus précieux de votre entreprise FORMATION

RESSOURCES HUMAINES RESSOURCES HUMAINES. L humain est le capital le plus précieux de votre entreprise FORMATION L humain est le capital le plus précieux de votre entreprise FORMATION LA GESTION DES CONFLITS DU STRESS ET DES TENSIONS INDIVIDUELLES Anticiper les risques de conflit. Repérer les facteurs de tensions,

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

TABLE DES MATIERES INTRODUCTION GENERALE 23 PREMIERE PARTIE

TABLE DES MATIERES INTRODUCTION GENERALE 23 PREMIERE PARTIE TABLE DES MATIERES Contributeurs 11 Remerciements 12 de la edition : Serge 13 Preface de la edition : Ronald 15 Glossaire 17 Table des abreviations 20 INTRODUCTION GENERALE 23 PREMIERE PARTIE Troubles

Plus en détail

UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES DEUX-SEVRES FORMATIONS 2016

UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES DEUX-SEVRES FORMATIONS 2016 UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES DEUX-SEVRES FORMATIONS 2016 UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES 05 46 27 96 96 Organisme de formation enregistré sous le n 541 701 203 17 UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES

Plus en détail

Sommaire... 2 Le contexte... 3 Qui sommes nous?... 4 Architecture de la formation... 5 Contenu du programme : Jour 1... 6 Contenu du programme : Jour

Sommaire... 2 Le contexte... 3 Qui sommes nous?... 4 Architecture de la formation... 5 Contenu du programme : Jour 1... 6 Contenu du programme : Jour Développement personnel «MIEUX SE CONNAÎTRE POUR MIEUX COMMUNIQUER» (Vente Management Communication interpersonnelle) Stage interentreprises 18 et 19 décembre 2012 à Montpellier Sommaire Sommaire... 2

Plus en détail

Pr Antoine Guedeney & Dr Ludivine Dubois Module Psychologie P1 2008 Propriété de la Faculté de Médecine Paris 7 Denis Diderot

Pr Antoine Guedeney & Dr Ludivine Dubois Module Psychologie P1 2008 Propriété de la Faculté de Médecine Paris 7 Denis Diderot Le développement psychologique I: de 0 à3 ans Pr Antoine Guedeney & Dr Ludivine Dubois Module Psychologie P1 2008 Propriété de la Faculté de Médecine Paris 7 Denis Diderot Plan 1. Les définitions et les

Plus en détail

Service de douleur aiguë

Service de douleur aiguë Service de douleur aiguë Olivier.m@chu chu-toulouse.fr Quintard M. Delbos A. Keita Meyer H. ETAT DES LIEUX DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE 8 000 000 de français sont opérés chaque année

Plus en détail

CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS

CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS 1. Bien communiquer avec la personne atteinte de la maladie d Alzheimer Même si la personne malade semble se désintéresser de son entourage,

Plus en détail

L EVALUATION DE LA DOULEUR. Evaluation de la douleur

L EVALUATION DE LA DOULEUR. Evaluation de la douleur L EVALUATION DE LA DOULEUR 1 Interrogatoire du patient et de son entourage (mode d apparition topographie, intensité, signes d accompagnements, conséquences fonctionnelles, ATCD, ) Avez-vous mal maintenant?

Plus en détail

Le bilan psychologique en situation transculturelle CONTRIBUTION À UNE AMÉLIORATION DES PRATIQUES

Le bilan psychologique en situation transculturelle CONTRIBUTION À UNE AMÉLIORATION DES PRATIQUES Le bilan psychologique en situation transculturelle CONTRIBUTION À UNE AMÉLIORATION DES PRATIQUES Introduction Le bilan psychologique Importance des mouvements migratoires Les tests ont tous été créés

Plus en détail

Le patient Toxicomane substitué peut-il se permettre d avoir mal?

Le patient Toxicomane substitué peut-il se permettre d avoir mal? Le patient Toxicomane substitué peut-il se permettre d avoir mal? Ou la prise en charge de la douleur modérée à forte chez le patient substitué par buprénorphine ou méthadone 1 Alain HOUCHARD, USS CHU

Plus en détail

«ADAPTATION A L'EMPLOI EN SANTE MENTALE ET EN PSYCHIATRIE : Consolidation et Intégration des savoirs et des pratiques de soin»

«ADAPTATION A L'EMPLOI EN SANTE MENTALE ET EN PSYCHIATRIE : Consolidation et Intégration des savoirs et des pratiques de soin» «ADAPTATION A L'EMPLOI EN SANTE MENTALE ET EN PSYCHIATRIE : Consolidation et Intégration des savoirs et des pratiques de soin» Ce programme s inscrit dans une visée de formation professionnelle continue,

Plus en détail

VIOLENCE A L HÔPITAL FORMATION DU PERSONNEL

VIOLENCE A L HÔPITAL FORMATION DU PERSONNEL VIOLENCE A L HÔPITAL FORMATION DU PERSONNEL Docteur Caquelard François Praticien Hospitalier Urgentiste Formateur en Gestion de la Violence Mulhouse le 8 octobre 2015 Groupe Régional VIOLENCE A L HÔPITAL

Plus en détail

Le modèle biomédical traditionnel se cantonne dans une approche biologique de la maladie.

Le modèle biomédical traditionnel se cantonne dans une approche biologique de la maladie. FACTEURS PSYCHOSOCIAUX DE LA DOULEUR CHRONIQUE I. FENNIRA CTD LA DOULEUR COMME PHENOMENE MULTIDIMENSIONNEL INTRODUCTION Le modèle biomédical traditionnel se cantonne dans une approche biologique de la

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS NEUROPATHIQUES LOCALISÉES

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS NEUROPATHIQUES LOCALISÉES PRISE EN CHARGE DES DOULEURS NEUROPATHIQUES LOCALISÉES LES JEUDIS DE LA DOULEUR Comité de lutte de lutte contre la Douleur Centre hospitalier de Châteauroux 12 mai 2011 Docteur Florentin CLERE Consultation

Plus en détail