Crise économique et financière: 2008 = 1929? Mathias Dewatripont CEPULB, 4 novembre 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Crise économique et financière: 2008 = 1929? Mathias Dewatripont CEPULB, 4 novembre 2008"

Transcription

1 Crise économique et financière: 2008 = 1929? Mathias Dewatripont CEPULB, 4 novembre

2 Plan 1. Qu est ce qu une banque? 2. Pourquoi les banques sont-elles fragiles? 3. Comment remédier aux chocs bancaires? 4. Comment le secteur et la régulation ontils évolué depuis 1929? 5. Qu attendre aujourd hui comme effets sur l économie réelle? 6. Que faire? 2

3 Plan 1. Qu est ce qu une banque? 2. Pourquoi les banques sont-elles fragiles? 3. Comment remédier aux chocs bancaires? 4. Comment le secteur et la régulation ontils évolué depuis 1929? 5. Qu attendre aujourd hui comme effets sur l économie réelle? 6. Que faire? 3

4 Bilan d une banque (chiffres en % indicatifs de la moyenne belge) Actif Liquidités et titres 60 financiers Crédits au secteur 40 non financier Passif Dettes à court terme 55 Dépôts auprès du 40 public Fonds propres 5 Total 100 Total 100 4

5 Opérations hors-bilan Lignes de crédit non encore utilisées. Produits dérivés: futures, options. Deux types d opérations: hedging et trading. 5

6 Valeur ajoutée sociétale des banques Organiser le système des paiements (via les dépôts). Prêter aux ménages et entreprises qui n ont pas accès direct au marché des capitaux (une très petite minorité des entreprises émet des obligations ou est cotée en Bourse). Remarque: implique qu on prête à plus long terme qu on n emprunte 6

7 Plan 1. Qu est ce qu une banque? 2. Pourquoi les banques sont-elles fragiles? 3. Comment remédier aux chocs bancaires? 4. Comment le secteur et la régulation ontils évolué depuis 1929? 5. Qu attendre aujourd hui comme effets sur l économie réelle? 6. Que faire? 7

8 Quatre sources de fragilité 1. Crédits défaillants 2. Chute de la valeur de marché des titres financiers 3. Non-renouvellement des dettes à court terme 4. Retraits massifs par les déposants 8

9 Crédits défaillants Actif Liquidités et titres 60 financiers Crédits au secteur 40 non financier -x Passif Dettes à court terme 55 Dépôts auprès du 40 public Fonds propres 5 -x Total 100 -x Total 100 -x 9

10 Chute de la valeur de marché des Actif titres financiers Passif Liquidités et titres 60 financiers -x Crédits au secteur 40 non financier Dettes à court terme 55 Dépôts auprès du 40 public Fonds propres 5 -x Total 100 -x Total 100 -x 10

11 Liquidité versus solvabilité Insolvabilité: fonds propres négatifs (5 x < 0), ce qui veut dire que les dettes et dépôts ne peuvent être honorés à 100% par la banque. Problème de liquidité: difficulté d honorer des non-renouvellements de dette ou des retraits de dépôts; conduit à une réduction de solvabilité. 11

12 Non-renouvellement des dettes à court terme Actif Liquidités et titres 60 financiers -x -y Crédits au secteur 40 non financier Passif Dettes à court terme 55 -x Dépôts auprès du 40 public Fonds propres 5 -y Total 100 -x -y Total 100 -x -y 12

13 Retraits massifs par les déposants Actif Liquidités et titres 60 financiers -x -y Crédits au secteur 40 non financier Passif Dettes à court terme 55 Dépôts auprès du 40 public -x Fonds propres 5 -y Total 100 -x -y Total 100 -x -y 13

14 Remarque: panique rationnelle Si un créancier ou un déposant de la banque anticipe que les autres créanciers ne vont pas renouveler leurs prêts ou que les autres déposants vont massivement retirer leurs dépôts, et que ceci va conduire à un problème de solvabilité, ils ont intérêt les imiter (sauf s ils sont couverts par une assurance-dépôt), car leur créance ou dépôt ne sera pas honoré à 100% ( équilibre de Nash ). 14

15 Plan 1. Qu est ce qu une banque? 2. Pourquoi les banques sont-elles fragiles? 3. Comment remédier aux chocs bancaires? 4. Comment le secteur et la régulation ontils évolué depuis 1929? 5. Qu attendre aujourd hui comme effets sur l économie réelle? 6. Que faire? 15

16 Deux solutions (microéconomiques) à court terme 1. Si seulement problème de liquidité: Prêts de la banque centrale 2. Si problème de solvabilité: Recapitalisation 16

17 Prêts de la banque centrale Actif Liquidités et titres 60 financiers Crédits au secteur 40 non financier Passif Dettes à court terme 55 +x Dépôts auprès du 40 public -x Fonds propres 5 Total 100 Total

18 Recapitalisation Actif Liquidités et titres 60 financiers +y Crédits au secteur 40 non financier -x Passif Dettes à court terme 55 Dépôts auprès du 40 public Fonds propres 5 -x +y Total 100 -x +y Total 100 -x +y 18

19 Plan 1. Qu est ce qu une banque? 2. Pourquoi les banques sont-elles fragiles? 3. Comment remédier aux chocs bancaires? 4. Comment le secteur et la régulation ontils évolué depuis 1929? 5. Qu attendre aujourd hui comme effets sur l économie réelle? 6. Que faire? 19

20 Crise de 1929 et de la première moitié des années 30 Choc initial: éclatement de la bulle boursière. Chocs pour les banques: pertes à l actif (actions + crédits). Perte de confiance des déposants. Très peu d interventionnisme public. Multiples paniques bancaires. Effet en cascade sur l activité économique. 20

21 Période 1935 années 70 Encadrement du secteur. Forte spécialisation des banques. Barrières à l entrée. Taux d intérêt régulés. Ratios de fonds propres / de capitalisation. Garantie des dépôts. Conséquence: secteur très stable mais peu productif et peu innovateur! 21

22 Depuis les années 70 Déréglementation progressive, pour permettre la concurrence et l innovation financière. Maintien de ratios de capitalisation (avec pondération par le risque), et de la garantie des dépôts (pour éviter les paniques). 22

23 Bilan des trente dernières années Les paniques sont (étaient?) devenues très rares. Les crises ne le sont par contre pas: USA (années 80: coût total pour le contribuable = 3,2% du PIB (annuel)), Scandinavie (années 90: coût total entre 4 et 11% du PIB), Japon (années 90: coût total = 24% du PIB), 23

24 Pourquoi ces crises? Chocs macroéconomiques. Imperfections de la réalité comptable. Amplification due à la concurrence entre banques combinée à l assurance-dépôt: problème incitatif. 24

25 Problème incitatif Une banque insolvable ou illiquide est tentée de monter les taux de ses dépôts pour obtenir des fonds et les investir dans des actifs risqués ou faire des crédits risqués en espérant avoir de la chance. Si elle a de la malchance, l assurance-dépôt paiera, donc les déposants n hésitent pas à lui confier de l argent. 25

26 Ingrédients supplémentaires de la crise actuelle Tendance au surendettement des ménages (surtout aux USA). Titrisation et complexification des produits financiers. 26

27 Titrisation Définition: mutualisation d un portefeuille de crédits, placé auprès de divers investisseurs (principe du fonds commun de placement). Avantage: diversification du risque. Inconvénients: (i) déresponsabilisation ; (ii) contamination. 27

28 Produits structurés Définition: découpage d une créance en diverses tranches (ex: junior et senior ), avec des degrés de priorités différents lors du remboursement de la créance, et donc un risque plus important pour les créances juniors. Avantage: éventail de produits financiers plus riche offert aux investisseurs. Inconvénient: complexification accrue de ces produits financiers et illusion d un risque réduit. 28

29 Ingrédients supplémentaires de la crise actuelle Tendance au surendettement des ménages (surtout aux USA). Titrisation et complexification des produits financiers (en partie encouragée par la régulation). Course au return on equity. Rôle (et conflits d intérêt) des agences de notation. Rôle de la globalisation comme incitation à la dérégulation. 29

30 Plan 1. Qu est ce qu une banque? 2. Pourquoi les banques sont-elles fragiles? 3. Comment remédier aux chocs bancaires? 4. Comment le secteur et la régulation ontils évolué depuis 1929? 5. Qu attendre aujourd hui comme effets sur l économie réelle? 6. Que faire? 30

31 Effets réels en Chute du PNB (USA: plus de 25%). 2. Chute des prix (USA: 10% par an). 3. Hausse du chômage (USA: jusqu à 25%). 4. Exacerbée par la baisse de l offre de monnaie et la rigueur budgétaire (période pré-keynésienne!) 5. Exacerbée aussi par des dévaluations compétitives et des politiques protectionnistes. 31

32 Effets réels aujourd hui 1. Resserrement du crédit. 2. Récession, jusqu a présent modérée. 3. Ralentissement de la hausse moyenne des prix (chute des prix de l immobilier et des matières premières). 4. Hausse du chômage. 32

33 Plan 1. Qu est ce qu une banque? 2. Pourquoi les banques sont-elles fragiles? 3. Comment remédier aux chocs bancaires? 4. Comment le secteur et la régulation ontils évolué depuis 1929? 5. Qu attendre aujourd hui comme effets sur l économie réelle? 6. Que faire? 33

34 I. Sauvetage des banques à court terme La création de liquidité ne suffit pas, les recapitalisations sont nécessaires. Privatisation des profits, socialisation des pertes? En fait, on ne peut pas/plus laisser tomber en faillite des banques systémiques (même Lehman Brothers, qui ne prêtait pas au grand public). 34

35 II. Soutien macroéconomique Baisse des taux d intéret (mais: (i) effet limité si absence de demande; (ii) c est ce qu on reprochait a Alan Greenspan ). Expansion budgétaire (notamment via des investissements publics). 35

36 III. Rerégulation: Changements dans la continuité Mieux réguler les banques: plus d exigences en capital, restrictions sur certains actifs et opérations hors-bilan, moindre complexité des produits financiers. Traquer les conflits d intérêt: protection des consommateurs, responsabilité du management, des administrateurs, des agences de notation, Centraliser les contrôles et assurances: au moins au niveau européen, voire plus: la réglementation doit suivre la taille des entreprises. 36

37 IV. Pistes plus radicales? Quel rôle pour l Etat: rester durablement dans le capital des banques? Pour quoi faire? Revenir à la philosophie du protocole d autonomie bancaire (idée générale de la séparation propriété/contrôle)? Attention cependant, on a besoin de l amortisseur actionnarial. 37

38 V. Pistes plus radicales? Réduire l influence des marchés? On souffre de leur très forte volatilité (via la market value accounting, les stock options, ). Avec l Euro, on a bien supprimé des marchés Piste potentielle: interdire ou décourager les opérations spéculatives (hausse de leur ratio en capital, taxe Tobin). Idée: découpler le secteur bancaire des spéculateurs purs. 38

39 VI. Objectif fondamental La clef est d inciter les banques à se concentrer sur leurs missions essentielles en faveur de l économie réelle : le service à leurs déposants et à leurs débiteurs (en particulier les petites entreprises): on ne veut pas passer du crédit trop facile au credit crunch! Outre cela, moraliser le capitalisme? Dépasse le seul secteur bancaire: en partie lié à la globalisation, qui accroît l inégalité. La solution n est-elle pas plutôt fiscale? 39

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE Virginie TERRAZA Associate professor, CREA Université du Luxembourg Ces dernières années, les établissements bancaires européens ont eu massivement

Plus en détail

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Jean-Pierre Aubry, économiste et fellow associé au CIRANO 1. Principes macroéconomiques

Plus en détail

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP L Union bancaire européenne : un remède anti-crise Les Rencontres de l IEFP Les principaux facteurs à l origine de la crise financière Un évènement déclencheur (les «subprimes») mais des origines multiples

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos Politique Economique Introduction Générale 1. Crise des «subprimes» et politique économique 1.1.Une explosion des crédits

Plus en détail

1 Les fonctions et les formes de la monnaie

1 Les fonctions et les formes de la monnaie 1 Les fonctions et les formes de la monnaie A. Les fonctions de la monnaie 1 Quels sont les effets du troc? a. il permet d accélérer les échanges b. il ralentit les échanges c. il peut permettre l accès

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009.

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009. LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009 Durée : 1 heure Aucun document autorisé Moyenne 7,3 Extrêmes : [0,20] PETITES QUESTIONS

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Quelles certitudes pour un décideur de coopérative HLM?

Quelles certitudes pour un décideur de coopérative HLM? 2éme grande dépression mondiale Quelles certitudes pour un décideur de coopérative HLM? Toutes les crises accélèrent le déclin des entreprises aux stratégies incertaines (J-M Dru TBWA) 25ème séminaire

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Il n'y a pas d'économie dynamique sans banques fortes. Pour restaurer la compétitivité, il faut être capable d'accompagner les

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Question 1 : Soit un marché du travail initialement en équilibre et on observe une vague d'immigration

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Réglementation, prêteur en dernier ressort et garantie de dépôt. Kerkour, Regouli, Baranes. Magistère d Economie Ecole d Economie de Paris

Réglementation, prêteur en dernier ressort et garantie de dépôt. Kerkour, Regouli, Baranes. Magistère d Economie Ecole d Economie de Paris Le filet européen de sécurité financière Réglementation, prêteur en dernier ressort et garantie de dépôt Kerkour, Regouli, Baranes Magistère d Economie Ecole d Economie de Paris Kerkour, Regouli, Baranes

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques BANKING BUSINESS CONSULTING Luxembourg Paris Brussels POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques 11/05/2012 Luxembourg Paris Brussels La réforme Bâle III a énoncé de

Plus en détail

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session NOTES IMPORTANTES : 1. Cette épreuve contient 30 questions à choix multiples. Une seule réponse est valide par question.

Plus en détail

Communication externe. Qui sommes-nous?

Communication externe. Qui sommes-nous? Communication externe Qui sommes-nous? La Banque nationale de Belgique Partout dans le monde, les banques centrales ont pour missions principales de mettre les billets en circulation, de conduire la politique

Plus en détail

30 avril 2010 N. 204

30 avril 2010 N. 204 avril 1 N. Conséquences probables de la crise des dettes souveraines dans la zone euro : ni un défaut, ni une restructuration, ni la sortie de l euro, ni l inflation, mais le retour en récession de la

Plus en détail

L intermédiation entre les besoins de financement et les investisseurs : exemple du financement immobilier

L intermédiation entre les besoins de financement et les investisseurs : exemple du financement immobilier 1 L intermédiation entre les besoins de financement et les investisseurs : exemple du financement immobilier Thibault de SAINT PRIEST ACOFI Séminaire EIFR 12 FEVRIER 2013 Titrisation / fonds de prêts :

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie

Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie TP d actualité économique Prof.: M. Dewatripont - C. Soil - C. Fuss Solvay Brussels School of Economics & Management ULB Année académique 2012-2013

Plus en détail

L IMPACT DE BÂLE III SUR LES PRÊTS AUX PME : L HEURE DE VÉRITÉ APPROCHE

L IMPACT DE BÂLE III SUR LES PRÊTS AUX PME : L HEURE DE VÉRITÉ APPROCHE L IMPACT DE BÂLE III SUR LES PRÊTS AUX PME : L HEURE DE VÉRITÉ APPROCHE JEAN-FRANÇOIS PONS* BENJAMIN QUATRE** Depuis la publication de la première mouture des accords de Bâle III en décembre 2010, et tout

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

LES ÉLECTIONS AMÉRICAINES: SCÉNARIOS GÉOPOLITIQUES ET FINANCIERS

LES ÉLECTIONS AMÉRICAINES: SCÉNARIOS GÉOPOLITIQUES ET FINANCIERS LES ÉLECTIONS AMÉRICAINES: SCÉNARIOS GÉOPOLITIQUES ET FINANCIERS Présentation à l ASDEQ-Outaouais, le 25 octobre, 2012 Pierre Fournier Analyste Géopolitique Groupe Financier Banque Nationale 1 Les États-Unis

Plus en détail

Chapitre 1 : L économie financière

Chapitre 1 : L économie financière Chapitre 1 : L économie financière Quels sont les causes de l augmentation des mouvements de capitaux : Augmentation des besoins de financement (état, entreprise) Surpression des obstacles aux mouvements

Plus en détail

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation?

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? 1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? En France, la crise n a fait qu accentuer une tendance récente, suscitée par les débats sur l avenir de l État-providence,

Plus en détail

Novembre 2013 Adamson RASOLOFO, Economiste Principal

Novembre 2013 Adamson RASOLOFO, Economiste Principal Les instruments de la politique monétaire et ses canaux de transmission Novembre 2013, Economiste Principal Plan de la présentation i. Les objectifs de la politique monétaire ii. Les instruments de la

Plus en détail

PRESENTATION 4P S. Ordody

PRESENTATION 4P S. Ordody PRESENTATION 4P S. Ordody 15 mai 2013 Groupe de Recherche «Responsabilité sociétale de la finance» RAPPELS SEANCE DU 17 avril 2013 Le rêve d'une finance sans risque, rémunérée Les «Trente Euphoriques»

Plus en détail

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création.

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. DU RESULTAT AU FLU DE TRESORERIE Cette étude a pour objet : de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. de faire des simulations à partir d un tableur et

Plus en détail

En partenariat avec. Pour quelles raisons nous vous conseillons d investir en location meublée?

En partenariat avec. Pour quelles raisons nous vous conseillons d investir en location meublée? Pour quelles raisons nous vous conseillons d investir en location meublée? Pour quelles raisons nous vous conseillons d investir en location meublée? Pour sécuriser votre Patrimoine Sécuriser votre Patrimoine

Plus en détail

Un placement adapté pour les investisseurs cherchant...

Un placement adapté pour les investisseurs cherchant... Eurostoxx Autocall 0 stratégie P. Si les Bourses européennes montent à court ou moyen terme, vous pourrez tabler sur cet élément via ce nouvel investissement. si, après an, l indice Eurostoxx50 a augmenté

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

La solvabilité et liquidité financière

La solvabilité et liquidité financière Ce qu il faut retenir sur La solvabilité et liquidité financière LA SOLVABILITE La solvabilité traduit la capacité d une entreprise à faire face à ses engagements financiers c est-à-dire la capacité à

Plus en détail

db Inflation Protect Coupon Plus besoin d un bocal pour protéger votre argent

db Inflation Protect Coupon Plus besoin d un bocal pour protéger votre argent db Inflation Protect Coupon Plus besoin d un bocal pour protéger votre argent De manière générale, on cherche toujours à se protéger au mieux et à prêter une attention particulière à ce qui nous est cher.

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Soyez paré à une hausse éventuelle des taux.

Soyez paré à une hausse éventuelle des taux. Crédit Agricole CIB (AA- / Aa) Anticipation Bond 06 II STRATÉGIE p. Pendant une durée de 6 ans, Crédit Agricole CIB Anticipation Bond 06 II vous permettra de profiter d une éventuelle remontée des taux

Plus en détail

Comptabilité appliquée à l officine

Comptabilité appliquée à l officine Comptabilité appliquée à l officine I. Le compte de résultat spécifique Rappel ; qu est ce qu un compte de résultat? Il sert à analyser le résultat de l activité : PRODUIT 7. CHARGES 6. = résultat Il sert

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts ANNEXE III Rapport de la commission au Parlement européen et au conseil sur le réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts (COM(2010)369/2) 1 FR FR FR COMMISSION EUROPÉENNE

Plus en détail

Etats Unis : «La crise économique actuelle : causes, conséquences et solutions»

Etats Unis : «La crise économique actuelle : causes, conséquences et solutions» Introduction : Dans tous les pays capitalistes, c'est-à-dire presque tous les pays du monde car nous sommes dans société mondialisée, nous pouvons constater que l activité économique n est pas régulière,

Plus en détail

Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012. Economie Finance et Stratégie

Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012. Economie Finance et Stratégie Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012 I. Les changements règlementaires 1. Les changements règlementaires concernent non seulement les banques mais aussi l ensemble du système

Plus en détail

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque.

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. Crédit Agricole (A+ / Aa3) Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Crédit Agricole CIB est une obligation émise en livre turque (TRY) par Crédit

Plus en détail

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Avril 2016 Banque Nationale du Canada Strictement privé et confidentiel Agenda Contenu de la présentation:

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 02 08 juin 2016 Encours* Variations depuis 03/06/16 03/06/15 31/12/15 27/05/16 Reserves Internationales Nettes (RIN) 243,6 25,4% 8,5% 0,1% * En milliards de dirhams

Plus en détail

PROBLÈMES POSÉS PAR LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE VERTE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

PROBLÈMES POSÉS PAR LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE VERTE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii PROBLÈMES POSÉS PAR LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE VERTE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Problèmes généraux posés par le cycle financier et l impact de la crise financière 2 A partir des

Plus en détail

Diagnostique financier

Diagnostique financier Diagnostique financier Biographie : Analyse financière, Grandguillot, Gualino, Memento LMD Analyse financière, De la Bouleri, Dunot, Gestion-Finance Partie 1 : Analyse financière Analyse financière = Analyse/redécoupage

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Le système financier entre libéralisation et règlementation 17 Janvier 2012

Le système financier entre libéralisation et règlementation 17 Janvier 2012 17 Janvier 2012 I. Le système financier 1. Définition Le cadre : des frontières floues Les acteurs : Banques Compagnies d assurance Entreprises d investissement (sociétés de gestion d actifs) Intermédiaires

Plus en détail

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise.

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise. Chapitre 1 L ANALYSE FINANCIÈRE DÉFINITION L analyse financière à terme regroupe l ensemble des techniques destinées à étudier la gestion à terme de l entreprise pour prévoir, et pallier les besoins de

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

Globalisation des marchés et crise financière globale 2009-2015

Globalisation des marchés et crise financière globale 2009-2015 Globalisation des marchés et crise financière globale 2009-2015 1. Impact de la crise globale et du «printemps arabe» sur l économie tunisienne Dr. Michel Henry Bouchet ESC-Sfax Février 2015 2. Impact

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS Ce document ne prétend pas décrire tous les risques inhérents aux investissements en instruments financiers. Il a plutôt pour

Plus en détail

Budget fédéral de 2015

Budget fédéral de 2015 Mémoire de l Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Budget fédéral de 2015 à l intention du Comité permanent des finances de la Chambre des communes Août 2014 1 RÉSUMÉ L Association

Plus en détail

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE?

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES MARCHÉS AUX ÉTATS-UNIS, FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? PATRICK ARTUS* Les entreprises aux États-Unis sont

Plus en détail

Visez un rendement potentiellement intéressant

Visez un rendement potentiellement intéressant Société Générale Acceptance Interest Linked Bond Callable 09 II À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Société Générale Acceptance Interest Linked Bond Callable 09 II est un instrument de dette structuré. Le produit

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Stabilité financière et développements du secteur bancaire en Algérie : leçons à tirer de la crise financière internationale

Stabilité financière et développements du secteur bancaire en Algérie : leçons à tirer de la crise financière internationale Stabilité financière et développements du secteur bancaire en Algérie : leçons à tirer de la crise financière internationale 1. De la stabilité macro financière Les performances économiques enregistrées

Plus en détail

Examen de contrôle continu : Analyse financière 13 juin 2006 (2h)

Examen de contrôle continu : Analyse financière 13 juin 2006 (2h) Examen de contrôle continu : Analyse financière 13 juin 2006 (2h) Vous souhaitez analyser la situation financière de l entreprise Arnault et disposez pour cela de la liasse fiscale de l année N (Bilan

Plus en détail

Ce ratio est mieux connu sous le nom de : Nombre de foi les revenus. Mieux connu sous l appellation Nombre de foi le revenu net

Ce ratio est mieux connu sous le nom de : Nombre de foi les revenus. Mieux connu sous l appellation Nombre de foi le revenu net RATIOS D ANALYSES À COMPRENDRE Un ratio est une simple équation mathématique utilisée pour exprimer une relation entre des chiffres. L utilisation des ratios lors de l analyse de multi-logements est essentielle

Plus en détail

Dénomination du fonds Le fonds est dénommé Smart Invest Bon Deep Value 90 Europe 1.

Dénomination du fonds Le fonds est dénommé Smart Invest Bon Deep Value 90 Europe 1. SMART INVEST BON Deep Value 90 Europe 1-REGLEMENT DE GESTION DU FONDS LIE AU PRODUIT SMART INVEST PORTFOLIO Exposition à 100% du montant net investi via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis Ce règlement

Plus en détail

Crise économique actuelle. KOB Formation Conseil-Nancycourriel:kobfc@free.fr

Crise économique actuelle. KOB Formation Conseil-Nancycourriel:kobfc@free.fr Crise économique actuelle 1 Diagnostic Baisse tendancielle du taux de profit (BTTP) Baisse de la rentabilité/innovation/hausse de la rentabilité Épuisement des ressources et développement des externalités

Plus en détail

FINANCEMENT DANS UN MARCHE ACTIONS DIFFICILE ET DES CONDITIONS DE RESTREINTES

FINANCEMENT DANS UN MARCHE ACTIONS DIFFICILE ET DES CONDITIONS DE RESTREINTES LES EMISSIONS OBLIGATAIRES : UN MOYEN DE FINANCEMENT DANS UN MARCHE ACTIONS DIFFICILE ET DES CONDITIONS DE (RE)FINANCEMENT BANCAIRE DE PLUS EN PLUS RESTREINTES Comme nous l écrivions dans nos précédentes

Plus en détail

RAPPORT SUR LES FACTEURS DE RISQUE

RAPPORT SUR LES FACTEURS DE RISQUE RAPPORT SUR LES FACTEURS DE RISQUE Risques relatifs aux marchés financiers Dans le cadre de sa gestion de trésorerie, le Groupe Snef a recours à des instruments financiers, de type swap de taux ou de devises

Plus en détail

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 :

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 : 26 Février 2009 Résultats 2008 : Informations financières spécifiques (basées sur les recommandations du Forum de Stabilité Financière en matière de transparence financière) Expositions sensibles basées

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Chapitre 2 : Analyse du bilan, L approche fonctionnelle... 2 I. Introduction... 2 II. La conception

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin 6 N 68 Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie La Réserve Fédérale et la BCE, probablement parce que cela rend leur communication

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Le marché de l immobilier résidentiel est-il redevenu plus sain aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et dans la zone euro (hors Allemagne)?

FLASH ÉCONOMIE. Le marché de l immobilier résidentiel est-il redevenu plus sain aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et dans la zone euro (hors Allemagne)? ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 5 mars 5 N 86 Le marché de l immobilier résidentiel est-il redevenu plus sain aux, au et dans la zone euro (hors Allemagne)? Pour savoir si un marché de l immobilier résidentiel

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2 Instruments et produits financiers Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

LE FINANCEMENT PAR EMPRUNT. Il est essentiellement constitué des emprunts indivis et des emprunts obligataires :

LE FINANCEMENT PAR EMPRUNT. Il est essentiellement constitué des emprunts indivis et des emprunts obligataires : Une firme pour financer ces investissements, à le choix entre 2 options ; soit le financement par fonds propre ; soit le financement par l endettement. Dans cette fiche, nous allons définir et décrire

Plus en détail

Croissance et financement de long terme

Croissance et financement de long terme Croissance et financement de long terme Conférence LEFI 17-18 décembre, Lyon Michel Aglietta Université Paris Ouest (EconomiX), CEPII et Groupama-AM Qui prend en charge le long terme et comment? Les perspectives

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. L anticipation de l action des Banques Centrales l emporte sur les mécanismes normaux de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. L anticipation de l action des Banques Centrales l emporte sur les mécanismes normaux de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE er juillet N 78 L anticipation de l action des Banques Centrales l emporte sur les mécanismes normaux de l économie L exemple présent du Royaume-Uni montre à nouveau le rôle

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

2009 : crise ou reprise?

2009 : crise ou reprise? Conférence de presse 2009 : crise ou reprise? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Bernier-Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.bernier-resch@empruntis.com Les prix aujourd hui Les taux

Plus en détail

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21 Vos ratios en poche Sommaire Introduction 3 Les bases pour comprendre les ratios 4 Les ratios de rentabilité 8 Les ratios de valeur ajoutée 11 Les ratios de liquidité 14 Les ratios de solvabilité 17 Aller

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement de spécialité Economie approfondie Thème n 3 : Instabilité financière et régulation

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Octobre 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Comment redéfinir la relation bancaire

Comment redéfinir la relation bancaire Comment redéfinir la relation bancaire 22 novembre 2011 1 A quoi ressemblera une banque demain? 2012: risque d augmentation des défaillances d entreprises Polémique sur la séparation des activités de détail

Plus en détail

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION?

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? Norbert Gaillard* La crise financière qui a éclaté en 2007 et la grave récession économique qui a suivi ont conduit les principaux dirigeants politiques

Plus en détail

Pourquoi avons-nous besoin de la monnaie? Aurélien Eyquem, ENS Lyon Université Ouverte 2011-2012

Pourquoi avons-nous besoin de la monnaie? Aurélien Eyquem, ENS Lyon Université Ouverte 2011-2012 Pourquoi avons-nous besoin de la monnaie? Aurélien Eyquem, ENS Lyon Université Ouverte 2011-2012 Introduction Pourquoi a-t-on besoin de la monnaie? Quelles sont les grandes questions que pose l'économie

Plus en détail

Comment favoriser le financement participatif d'entreprises? Par Guillaume Desclée, Founder & Platform Manager chez Mymicroinvest

Comment favoriser le financement participatif d'entreprises? Par Guillaume Desclée, Founder & Platform Manager chez Mymicroinvest Comment favoriser le financement participatif d'entreprises? Par Guillaume Desclée, Founder & Platform Manager chez Mymicroinvest 1. Contexte Qu est-ce que le crowdfunding? Le crowdfunding, littéralement

Plus en détail

Les principales causes d échec d une création d entreprise

Les principales causes d échec d une création d entreprise CHAPITRE 1 Les principales causes d échec d une création d entreprise Introduction «[ ] Échouer, c est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente [ ]» Henry Ford Depuis ces dix dernières

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu Les valeurs à dividende et comment les choisir Qu est-ce qu un dividende et comment une entreprise le verse-t-elle? Le dividende

Plus en détail

Essentiel Cliquet. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements

Essentiel Cliquet. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Essentiel Cliquet Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Instrument financier garanti en capital à l échéance* Une durée d investissement conseillée de 8 ans Indexation à l indice de référence

Plus en détail

LA TITRISATION DANS LA ZONE UEMOA. Par Le Dr Raymond MBADIFFO KOUAMO

LA TITRISATION DANS LA ZONE UEMOA. Par Le Dr Raymond MBADIFFO KOUAMO LA TITRISATION DANS LA ZONE UEMOA Par Le Dr Raymond MBADIFFO KOUAMO Depuis mars 2010, la zone UEMOA dispose d un cadre juridique nouveau sécurisant les opérations de titrisation. Les caractéristiques principales

Plus en détail

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE)

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) 1. En temps normal, lorsque le taux d intérêt à un jour s approche du taux d escompte, la Banque du Canada: a) retire des fonds déposés

Plus en détail

Landesbank Saar Ursulinenstraße 2 66111 Sarrebruck TÉL +49 681 383-1362 FAX +49 681 383-1200. service@saarlb.de www.saarlb.de. HRA 8589 TI Sarrebruck

Landesbank Saar Ursulinenstraße 2 66111 Sarrebruck TÉL +49 681 383-1362 FAX +49 681 383-1200. service@saarlb.de www.saarlb.de. HRA 8589 TI Sarrebruck Communiqué de presse La SaarLB en 2014 : meilleure performance et moins de risques l approche commerciale de la «banque régionale franco-allemande» est bien établie et donne de bons résultats Très bon

Plus en détail

TALKING POINTS Nouveau monde, nouveaux enjeux, nouvelle pensée Turbulences sur le yuan, faut-il craindre une guerre des monnaies?

TALKING POINTS Nouveau monde, nouveaux enjeux, nouvelle pensée Turbulences sur le yuan, faut-il craindre une guerre des monnaies? TALKING POINTS Nouveau monde, nouveaux enjeux, nouvelle pensée Turbulences sur le yuan, faut-il craindre une guerre des monnaies? 25 janvier 2016, Paris/Hong Kong Talking Points Sommaire Nouveau monde,

Plus en détail

BRYAN GARNIER CREDIT FUND

BRYAN GARNIER CREDIT FUND BRYAN GARNIER CREDIT FUND L'investisseur est invité à consulter la page 6 de ce document, qui contient une définition des facteurs de risque du fonds. L investisseur est également invité à consulter la

Plus en détail

Aucun document n est autorisé. Les calculatrices le sont.

Aucun document n est autorisé. Les calculatrices le sont. GESTION Ce cas a été rédigé par l ESC Lille. Consignes Aucun document n est autorisé. Les calculatrices le sont. La pondération des différentes questions est la suivante : Question n 1 : 3 points Question

Plus en détail