ELECTRICITE ET ESSOR DU «CAPITAL FINANCIER» EN SUISSE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ELECTRICITE ET ESSOR DU «CAPITAL FINANCIER» EN SUISSE"

Transcription

1 ELECTRICITE ET ESSOR DU «CAPITAL FINANCIER» EN SUISSE Par Dominique Dirlewanger et Gian Franco Pordenone Caractériser l'économie suisse par son manque de matières premières représente un des lieux communs les plus généralement admis de l'historiographie contemporaine. Toutefois, l'existence en Suisse d'un potentiel hydraulique a constitué un facteur d'industrialisation dès la première moitié du XIX e siècle. Cette richesse a permis de pallier l'absence de ressources minières importantes et l'inexistence d'un réseau de transport suffisant pour importer du charbon en grande quantité. Dans ces conditions, la possibilité d'exploiter les nombreuses rivières et chutes d'eau a favorisé l'éclosion d'une industrie textile progressivement mécanisée et d'une industrie des machines spécialisée dans l'électrotechnique. Il suffit de mentionner ici l'exemple de la maison zurichoise «Escher, Wyss & Co.», dont la production de filatures est mécanisée depuis le début du XIX e siècle et qui entreprend dès 1806 la construction de roues hydrauliques sur le principe des premiers moulins à eau. En 1835, avec près de 400 ouvriers, elle se lance dans la production spécifique de roues métalliques. Avec l'innovation des turbines hydrauliques dans la décennie 1840, il devient possible d'utiliser la force de n'importe quel cours d'eau et d'en transmettre le mouvement. Largement supérieures techniquement aux roues à eau, les turbines laissent envisager une application plus étendue des ressources hydrauliques. Le savoir-faire helvétique devient dans ce domaine un gage de qualité et les exportations de cette production croissent en flèche. Ainsi «Escher Wyss», qui construit des turbines depuis 1840, en produit près de 800 entre 1844 et 1875, dont 80% pour l'exportation. Profitant du savoir-faire issu des expériences hydrauliques réalisées dans les décennies précédentes, l'industrie des machines s'intéresse immédiatement au nouveau secteur électrique (1). Le développement de l'électricité souffre néanmoins d'un inconvénient majeur: le courant continu développé jusqu'alors limite le transport de l'électricité à quelques centaines de mètres seulement entre la centrale de production et son lieu de consommation. C'est ainsi que, lors de l'exposition électrotechnique de Francfort en 1891, une innovation sans précédent va dynamiser considérablement les applications industrielles de l'électricité. Pour la première fois, un transport de force d'environ 300 CV à courant alternatif est réalisé sur une distance de 175 kilomètres. Cette aménagement est orchestré par la collaboration de deux ingénieurs, Charles Brown ( ), des «Ateliers de constructions Oerlikon» qui fournissent la génératrice et les transformateurs, et Michail von Dolivo-Dobrowolsky, de «l'allgemeine Elektrizitäts-Gesellschaft» (AEG), principale entreprise électrotechnique allemande, qui livre les moteurs. La réussite de ce transport d'électricité ouvre la voie à la décentralisation entre le lieu de production et le lieu de consommation électrique. Conséquence directe pour la production et la consommation d'énergie électrique en Suisse, l'utilisation des ressources hydrauliques n'est plus limitée aux régions proches des cours d'eau. 1

2 L'introduction du courant alternatif entraîne une expansion significative du secteur électrique. Tout d'abord, le secteur hydroélectrique profite à la constitution de nouvelles entreprises en Suisse. C'est en 1891 que naît la célèbre fabrique «Brown, Boveri & Co.» à Baden, qui produit notamment des générateurs, des moteurs et des transformateurs électriques. Cinq ans plus tard, en 1896, c'est la société «Landys & Gyr», spécialisée dans la fabrication de compteurs électriques pour courant alternatif, qui est fondée à Zoug. La nouvelle industrie électrotechnique suisse joue alors un rôle de premier plan sur la scène internationale, à côté des grands leaders allemands («Allgemeine Elektrizitäts- Gesellschaft», «Siemens & Halske») et américains («Edison General Company», «Westinghouse Electric Company»). Ensuite, les champs d'application de l'électricité s'étendent dans deux directions. D'un côté, l'éclairage électrique commence à s'imposer de plus en plus dans les villes, concurrençant directement les anciennes énergies éclairantes comme le gaz ou le pétrole. De l'autre, les fabriques suisses équipées d'un moteur électrique passent de 0,1% en 1888 à 4,3% en 1895, 20,5% en 1901 et 53,4% en 1911 (2). Finalement, cette demande croissante d'électricité conduit à la mise en valeur de ressources hydrauliques encore inutilisées, comme le montre la construction des usines électriques de Rheinfelden en La création de la centrale électrique de Rheinfelden Les usines Rheinfelden sont construites sous l'instigation de l'aeg qui s'associe à un consortium bancaire dirigé par la «Berliner Handels-Gesellschaft», auquel participe également le «Crédit Suisse» à hauteur de 7% du capital (3). Cette association profite également aux industriels suisses qui fournissent une partie des installations, signalons entre autres: «Escher, Wyss & Co.» de Zurich, la société «Zschokke & Co.» de Aarau et la «Fabrique de machines Oerlikon». A la fin du XIX e siècle, la centrale électrique de Rheinfelden (Argovie) représente un des plus importants centres de production électrique de Suisse. D'une puissance de près de 16'000 HP, les forces motrices de Rheinfelden stimulent l'industrialisation croissante de la région. Plusieurs entreprises nécessitant beaucoup de courant électrique décident d'y installer des filiales, citons notamment «l'aluminium-industrie A.G.» de Neuhausen et «l'elektrochemischen Werke» de Bitterfeld. En bref, le développement de la production électrique permet à la région de Rheinfelden d'affermir son essor industriel (4). L'essor industriel de Rheinfelden se réalise ainsi grâce à une étroite collaboration entre les milieux industriels et bancaires des deux côtés du Rhin. Emergence des sociétés financières pour l'électricité L'affaire Rheinfelden ne demeure pas un cas isolé. Au contraire, début février 1895, le plus puissant institut bancaire allemand, la «Deutsche Bank» prend contact avec la direction du «Crédit Suisse». Arthur von Gwinner ( ), membre de la direction de l'établissement allemand, propose alors de constituer 2

3 une société financière en Suisse, spécialisée dans le financement et le développement des entreprises électriques. Cette proposition s'effectue en étroite collaboration avec Emil Rathenau ( ), directeur de l'aeg. Le 29 juillet 1895, l'affaire aboutit à la fondation de la «Banque pour le financement des entreprises électriques», abrégée «Elektrobank». A nouveau, le cas de «l'elektrobank» n'est pas unique. Au moins deux conglomérats financiers, alliant industries suisses et allemandes d'un côté avec des banques suisses et allemandes de l'autre, méritent d'être mentionnés. La même année que la fondation de «l'elektrobank» se constitue à Baden la «Motor für angewandte Elektrizität». A la base de ce projet, nous trouvons en Suisse la «Banque Leu & Co.» de Zurich et la «Banque de Winterthur» (future «Union de Banques suisses») et en Allemagne «l'allgemeine Deutsche Kreditanstalt» de Leipzig. Comme pour «l'elektrobank», cette société financière s'associe avec des industriels des deux côtés de la frontière: la société de machine «Brown, Boveri & Co.» de Baden et la «Metallgesellschaft» de Francfort. En 1896, c'est exactement la même configuration qui est au cœur de la fondation de la «Société suisse pour l'industrie électrique», appelée aussi «Indelec». Les instituts bancaires promouvant le projet proviennent de Suisse («Banque commerciale» de Bâle et «Banque Leu & Co.» de Zurich) et d'allemagne («Rheinische Kreditanstalt» de Mannheim). La participation de «Siemens & Halske» de Berlin, principale société électrique allemande après l'aeg, montre que «l'indelec» est également créée pour répondre à la récente constitution de «l'elektrobank» (5). Avant le tournant du siècle, nous devons encore signaler la constitution de la «Société Franco-Suisse pour l'industrie Electrique» à Genève en Cette foisci ce n'est pas une alliance avec le capital allemand qui est en jeu, mais une association entre banques et industries françaises et helvétiques. L'initiative vient du groupe français «Schneider Creusot» qui cherche alors à s'implanter dans le secteur électromécanique. Du côté des banques, nous trouvons à nouveau des instituts de plusieurs pays: «l'union financière» de Genève et la «Banque de Paris et des Pays-Bas». La «Franco-Suisse» sera surtout active en France et en Italie où elle financera entre autres la «Société Générale de Force Lumière» de Grenoble, la «Compagnie d'electricité de l'ouest parisien», ou encore la «Società Meridionale di Elettricità» à Naples (6). L'objectif des sociétés financières Les sociétés financières sont des établissements dont l'objectif est de se procurer des capitaux pour le compte d'une ou plusieurs entreprises, au moyen de l'émission d'actions ou d'obligations. Cet instrument financier est issu du financement des sociétés de chemins de fer, comme la «Banque suisse des chemins de fer» («Schweizerische Eisenbahnbank») fondée en 1878 ou la «Banque des Chemins de Fer orientaux» («Orientbank») fondée en Cette stratégie de financement permet aux grandes banques de séparer les opérations courantes du financement proprement dit des entreprises électriques. En autonomisant ainsi les importants placements pour le développement des industries, les banques réussissent à isoler les risques liés au fait que ce type d'investissements n'est rentable que sur le moyen terme. Pour les entreprises 3

4 électriques, ce mode de financement leur permet de se désengager de la recherche des capitaux nécessaires à leur expansion, dans un contexte où elles n'ont pas encore donné la preuve de leurs potentialités et ne sont donc pas à même d'émettre avec succès leurs propres titres sur le marché du capital (7). «L'Elektrobank» et le développement du «capital financier» helvétique Comme l'ont montré la création de la centrale électrique de Rheinfelden et la constitution des sociétés financières au cours de la décennie 1890, l'essor de l'industrie électrique se conjugue avec une interpénétration croissante entre industries et banques. Cette interpénétration est notamment décrite par Rudolf Hilferding ( ) sous la formule du «capital financier»: «Le capital financier signifie en fait l'unification du capital. Les secteurs, autrefois distincts, du capital industriel, commercial et bancaire, sont désormais sous le contrôle de la haute finance, où les magnats de l'industrie et des banques sont étroitement associés.» (8) La présentation des principaux traits de la constitution et de l'évolution de «l'elektrobank» permet d'analyser les caractéristiques centrales de l'essor du «capital financier» en Suisse. Quels sont les principaux traits de «l'elektrobank»? Tout d'abord, son capitalactions est internationalisé. Ensuite, son évolution est caractérisée par une conflictualité entre intérêts allemands et helvétiques. En outre, son expansion repose sur un renforcement de l'exportation du capital. Finalement, son siège social est basé à Zurich, ce qui renvoie au rôle particulier de la place financière suisse. La combinaison de ces différents traits se révélera une formule rentable. En effet, la somme des bilans de «l'elektrobank» croît de 50 millions de francs suisses en 1897 à 185 millions en 1914, c'est-à-dire un accroissement de 370%. De même, les dividendes passent de 5% dans la période à 10% au cours des années (9). Ces résultats contribuent à l'essor du «Crédit Suisse». Ainsi, les bénéfices retirés par l'établissement zurichois de la possession de titres et de la participation à divers syndicats d'émission évolue de 1,3 millions de francs suisses en 1897 à 4,3 millions en 1913 (10). Passons maintenant en revue ces différents traits. Un capital-actions internationalisé Au moment de la fondation de «l'elektrobank», son capital-actions est de 30 millions de francs suisses. Celui-ci est composé à 76% de capital allemand (14% appartiennent à l'aeg et 62% au consortium dirigé par la «Deutsche Bank») et 20% de capital suisse (7% en mains du «Crédit Suisse»). Les 4% restant sont propriétés du «Credito Italiano». La dimension internationale du capital de «l'elektrobank», qui fait de cette société une véritable «multinationale», n'est que l'expression d'une époque où le financement des entreprises électriques nécessitent des quantités importantes de capitaux et où les marchés se conquièrent de plus en plus à un niveau international. Cette composition du capital se répercute dans la formation des instances dirigeantes en 1895: le conseil d'administration regroupe 8 allemands et 6 suisses, 4

5 alors que les milieux financiers italiens n'occupent aucun siège. La présidence du conseil est attribuée à Carl Abegg-Arter ( ), président du «Crédit Suisse» (11). Si avec 20% du capital-actions les représentants helvétiques obtiennent pas moins de 43% des sièges du conseil d'administration ainsi que sa présidence, il n'en demeure que les représentants allemands sont dans une position de force au sein de «l'elektrobank». Toutefois, cette répartition des sièges révèle une collaboration étroite entre milieux industriels et bancaires allemands et suisses. Notons à ce propos que, en élargissant la perspective aux années , les milieux bancaires sont hégémoniques. En effet, la composition du conseil d'administration de «l'elektrobank» regroupe au cours de cette période 30 représentants des milieux bancaires contre seulement 7 pour les milieux industriels (12). Des intérêts conflictuels Lors du processus de création de «l'elektrobank», une conférence est tenue entre les représentants du «Crédit Suisse» et de l'aeg à Lucerne le 15 avril A cette occasion, les représentants du «Crédit Suisse» soulignent que: «( ) l'elektrobank, notamment en considération de certains intérêts nationaux, ne peut pas être fondée uniquement pour le financement des affaires et des entreprises de l'aeg, mais aussi, éventuellement, pour prendre en considération des propositions d'entreprises suisses affiliées et actives dans ce secteur, comme la "Fabrique de machines Oerlikon" et la fabrique de machines "Escher Wyss & Co.".» (13) La réaction de l'aeg, par la voix de son directeur Emil Rathenau, se montre pleine de compréhension. Celui-ci déclare soutenir la position du «Crédit Suisse» et rassure les dirigeants zurichois en leur promettant que «l'elektrobank» soutiendra également les projets de l'industrie suisse. Toutefois, les affaires se corsent quelques mois plus tard, lorsque «l'elektrobank» refuse de financer un projet de la fabrique «Escher Wyss» qui projette de construire une centrale électrique à Novara (nord de l'italie). Toujours en 1895, un projet de construction d'un tramway électrique entre Schwanden et Elm dans le canton de Glaris, proposé cette fois par la «Fabrique de machines Oerlikon», ne trouve pas d'écho au sein de la nouvelle société financière. Ce n'est que deux ans plus tard que «l'elektrobank» se décide à participer de manière importante au financement d'un projet helvétique. En effet, c'est en 1897 que la société financière acquiert un sixième du capital-actions de la «Fabrique de machines Oerlikon» lors de son entrée en bourse (14). Il faudra attendre les bouleversements de la Première Guerre mondiale pour que le rapport de force entre les intérêts du capital allemand et du capital suisse au sein de «l'elektrobank» s'inverse. L'exportation du capital Alors que la participation des milieux financiers italiens à la fondation de «l'elektrobank» est faible au niveau quantitatif, elle revêt une importance qualitative. Les premières affaires de «l'elektrobank» se tournent, en effet, vers le développement de l'éclairage public de la ville de Gênes, une des principales 5

6 villes industrielles italiennes. En outre, la production électrique dans cette ville doit également servir au réseau des tramways électriques. Dans ce cadre, l'aeg fournit non seulement les analyses techniques de l'affaire, mais elle participe également à la construction des tramways et à la réalisation du réseau d'éclairage électrique. Cette affaire illustre bien les difficultés auxquelles est confrontée une entreprise électrique du type de l'aeg à la fin du XIX e siècle. Comme le note Heinrich Grossmann: «( ) le besoin d'énergie électrique ne voulait et ne pouvait pas émerger par lui-même, les grandes entreprises productrices ont créé elles mêmes, sans trop hésiter, la demande de leurs produits. Elles ont ainsi fondé des centrales électriques, acheté des tramways à traction animale pour les transformer en tramways électriques, constitué des centrales régionales pour montrer de près à l'industrie et à l'agriculture les avantages de l'électricité» (15). Du côté des banques, et plus particulièrement du «Crédit Suisse», la participation à «l'elektrobank» contribue à étendre les affaires au niveau international. L'établissement bancaire zurichois peut ainsi profiter des engagements internationaux de «l'elektrobank». A la veille de la Première Guerre mondiale, les investissements de la société financière se répartissent en premier lieu vers l'allemagne (53% des investissements totaux), puis l'italie (18%), l'espagne et le Portugal (5%). En comparaison, à la même époque, «l'indelec» répartit ses investissements principalement vers l'allemagne (39%) et l'italie (39%), mais aussi vers la Russie (18%). Pour sa part, la «Motor» met un accent tout particulier vers l'italie (26%) et les pays d'amérique latine (10% de ses investissements) (16). De plus, la collaboration avec le géant électrique allemand permet au «Crédit Suisse» de rentrer dans le consortium bancaire de l'aeg qui lui offre une quotepart fixe de 5% de son syndicat d'émission (17). A la fin du siècle, l'élargissement international des affaires acquiert pour le «Crédit Suisse» une importance toute particulière. En effet, comme le souligne justement Walter-Adolf Jöhr: «( ) l'exportation du capital depuis la Suisse offrait un débouché à l'épargne qui ne pouvait plus être rentabilisé suffisamment dans le pays.» (18) La place financière suisse Pour quels motifs, la «Deutsche Bank» et l'aeg ont-elles insisté pour que le siège social de «l'elektrobank» soit en Suisse? Certes, le «Crédit Suisse» avait démontré à plusieurs reprises ses capacités de placements au niveau international. Néanmoins, les raisons principales sont ailleurs, notamment dans deux atouts de la place financière suisse, à savoir sa faible imposition fiscale et la politique de neutralité de la Confédération. Sur le premier avantage, Hans Rudolf Schmid note: «il est probablement correcte d'affirmer que le transfert à Zurich du siège social des banques actives au niveau international est lié à des avantages fiscaux, qui résultent de la législation suisse.» (19) En ce qui concerne la neutralité suisse, Manfred Pohl souligne: «les banques allemandes ont choisi la Suisse comme siège social, afin de mieux valoriser les 6

7 débouchés du marché des capitaux depuis ce poste et afin de pouvoir utiliser la situation de neutralité politique de la Suisse.» (20) En effet, pouvoir afficher la couleur de la neutralité offre à «l'elektrobank» un atout de première importance pour mener à bien sa stratégie d'expansion internationale dans un contexte marqué par un renforcement des rivalités inter-impérialistes conduisant au développement d'un nationalisme de plus en plus agressif. La Première Guerre mondiale: autonomisation du «capital financier» helvétique La Première Guerre mondiale constitue un tournant dans le développement de «l'elektrobank» et plus largement des sociétés financières active dans le secteur électrique. Au cours du conflit, l'emprise allemande pose de plus en plus de problèmes aux affaires internationales de «l'elektrobank», notamment dans les pays alliés comme l'italie. Accusée d'être, derrière la façade helvétique, une entreprise germanique, la société financière est conduite à valoriser de plus en plus son caractère suisse, cherchant à jouir du statut de pays neutre. Ainsi, comme le souligne Andreas Steigmeier: «entre 1914 et 1920, l'elektrobank s'émancipe progressivement de son fondateur AEG» (21). Au cours de cette période, le poids de l'aeg, et plus largement des milieux allemands, diminue progressivement dans la composition du capital actionnaire et obligataire de «l'elektrobank». Ainsi, le 90% des obligations de la banque sont en mains suisses après la Guerre (22). Cette évolution se répercute dans la formation du conseil d'administration de la société financière: si, en 1914, les deux tiers des administrateurs se recrutent en Allemagne, ce sont les Suisses qui occuperont, après 1918, 16 des 24 sièges du conseil d'administration. Le rapport de force au sein de cette instance dirigeante se retourne alors à l'avantage des représentants helvétiques, ce qui se traduit dans une nouvelle répartition des investissements. En effet, la part des investissements en Suisse augmente considérablement, passant de 8,6% du total en à 17,2% en Cette évolution se fait notamment au détriment des investissements en Allemagne qui reculent de 53% du total en à 7,5% en (23). Ce processus conduit à un double résultat. D'un côté, le «Crédit Suisse» s'affirme comme le pôle dominant au sein de «l'elektrobank». De l'autre, cette évolution, qui se retrouve dans les cas d'autres sociétés financières électriques comme «l'indelec» et la «Motor», exprime une autonomisation du «capital financier» helvétique par rapport au grand voisin allemand. Néanmoins, cette autonomisation a un prix. L'effondrement du mark allemand à la fin de la Guerre entraîne une dévaluation du patrimoine financier de «l'elektrobank» qui s'était fortement engagée dans des sociétés allemandes. Pour la première fois dans son histoire, la banque ne peut pas verser de dividendes entre 1918 et Ce n'est qu'à la suite d'un profond assainissement dans la première moitié des années 1920 que «l'elektrobank» retrouve son essor. Il faudra attendre 1927 pour les dividendes atteignent à nouveau les taux d'avantguerre (10%). Mais c'est là une nouvelle page de l'histoire de «l'elektrobank» et plus largement du capitalisme helvétique. 7

8 Notes: (1) Cf. H. Sitterding et al., 150 Jahre Escher-Wyss , Zurich: Siegfried, 1955, p. 13. (2) Calculé sur la base de: Département Fédéral de l'industrie, Statistique suisse des fabriques d'après l'inspectorat fédéral des fabriques du 5 juin 1911, Bümplitz: Buchdruckerei Benteli A.G., (3) Andreas Steigmeier, Power on. Elektrowatt , Zurich: Elektrowatt A.G., 1995, pp (4) Cf. Karl Schib, Geschichte der Stadt Rheinfelden, Herausgegeben von der Einwohnergemeinde Rheinfelden, 1961, p (5) Cf. Peter Hertner, «Les sociétés financières suisses et le développement de l industrie électrique jusqu à la Première Guerre Mondiale», in: Fabienne Cardot (éd.), Un siècle d électricité dans le monde, Paris: P.U.F, 1987, pp (6) Cf. Luciano Segreto, «Stratégie et structure des sociétés financières suisses pour l industrie électrique ( )» in: David Gugerli (éd.), Allmächtige Zauberin unserer Zeit. Zur Geschichte der elektrischen Energie in der Schweiz, Zurich: Chronos Verlag, 1994, p. 59. (7) Cf. Robert Liefmann, Beteiligungs- und Finanzierungsgesellschaften. Eine Studie über den Effektenkapitalismus, Jena, 2 ème édition, 1913, p. 97; cité par Peter Hertner, «Les sociétés financières suisses et le développement de l'industrie électrique jusqu'à la Première Guerre Mondiale», op. cit., p (8) Le capital financier, Paris: Ed. de Minuit, 1970, p (9) Cf. Andreas Steigmeier, op. cit., p (10) Walter-Adolf Jöhr, op. cit., p (11) Cf. Andreas Steigmeier, op. cit., p. 16. (12) Andreas Steigmeier, op. cit., annexe. (13) Procès verbal de la séance, cité par: Manfred Pohl, Emil Rathenau und die AEG, Frankfurt am Main et Berlin: v. Hase & Koehler, 1988, p (14) Andreas Steigmeier, op. cit., p. 21. (15) Heinrich Grossmann, Die Finanzierung der Bank für Elektrische Unternehmungen in Zürich, Zurich: Art. Institut Orell Füssli, 1918, p. 3. (16) Cf. Luciano Segreto, op. cit., p. 61. (17) Walter-Adolf Jöhr, Schweizerische Kreditanstalt , Zurich: Schweizerische Kreditanstalt, 1956, p (18) Walter-Adolf Jöhr, op. cit., p (19) Hans Rudolf Schmid, Die Familie Abegg von Zürich und ihre Unternehmungen, Zurich: Berichthaus, 1972, p. 69. (20) Manfred Pohl, op. cit., p (21) op. cit., p. 11. (22) ibid., p. 44. (23) ibid., p

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016 La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Edition 2015/2016 Avant-propos Pour la région zurichoise, la place bancaire de Zurich revêt une importance décisive. Elle apporte une contribution significative

Plus en détail

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Ce document illustrera comment cette réussite est arrivée, il est composé des parties suivantes : 1. Qu'est

Plus en détail

L'HOMME QUI BRANCHA'' LA FRANCE

L'HOMME QUI BRANCHA'' LA FRANCE Référence : http://www.lexpansion.com/economie/l-homme-qui-brancha-la-france_2234.html EN 1898, PIERRE AZARIA FONDAIT LA COMPAGNIE GENERALE D'ELECTRICITE L'HOMME QUI BRANCHA'' LA FRANCE jacques marseille

Plus en détail

ACHETER, CRÉER, GÉRER SON ENTREPRISE EN ALLEMAGNE

ACHETER, CRÉER, GÉRER SON ENTREPRISE EN ALLEMAGNE ACHETER, CRÉER, GÉRER SON ENTREPRISE EN ALLEMAGNE 1 INTRODUCTION L Allemagne se caractérise tout d abord par un poids industriel conséquent. Le secteur industriel représente en effet 28,6 % du PIB allemand

Plus en détail

Intégration de la Suisse au réseau électrique européen. Pour un approvisionnement en électricité sûr et rentable

Intégration de la Suisse au réseau électrique européen. Pour un approvisionnement en électricité sûr et rentable Intégration de la Suisse au réseau électrique européen Pour un approvisionnement en électricité sûr et rentable 2 Il est nécessaire d'intégrer le réseau suisse dans le réseau européen pour garantir la

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Circulaire du Comité du 23 juin 1999 1. Remarque préliminaire La présente circulaire remplace les circulaires 2.33 (du 14 août 1973),

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

r i RECHERCHE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

r i RECHERCHE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL RECHERCHE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL r i Bureau Paris : 10, rue St-Marc (2 e ) Adresse postale : 2, rue Traversière 71200 Le Creusot Tél : 33-3 85 55 84 77 Fax :33-3 85 55 84 78 drouet@rdi-consultant.com

Plus en détail

Travaux dirigés de géographie économique TD 12 : Géographie économique de la transition énergétique en Allemagne

Travaux dirigés de géographie économique TD 12 : Géographie économique de la transition énergétique en Allemagne Université Paris IV L1GEECOT Travaux dirigés de géographie économique TD 12 : Géographie économique de la transition énergétique en Allemagne Questions 1. Quelle est la ressource mobilisée aujourd hui

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales Les tendances du marché de la production d électricité dans le monde Samir Allal La globalisation économique a favorisé une plus grande expression des mécanismes concurrentiels. Désormais la concurrence

Plus en détail

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts Philippe Waechter Directeur de la recherche économique de Natixis AM L a dynamique de l'économie française est-elle franchement différente de celle

Plus en détail

Statuts. de la. Société Suisse des Officiers

Statuts. de la. Société Suisse des Officiers Statuts de la Société Suisse des Officiers mai 996 Version du 6 mars 04 I. Nom et siège Art. La Société Suisse des Officiers (ci-après SSO) est une association au sens des articles 60 et ss du Code Civil

Plus en détail

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL. Fonds Michel Vautrin, documentation technique

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL. Fonds Michel Vautrin, documentation technique ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL Fonds Michel Vautrin, documentation technique 2007 056 INTRODUCTION Activités Electricité Présentation de l entrée Monsieur Vautrin, qui eu une carrière dans l électricité,

Plus en détail

Rénovation de l alimentation électrique des pompes du Jet d eau de Genève Michel Giannoni, ing. EPFL, Dr ès sc., journaliste RP

Rénovation de l alimentation électrique des pompes du Jet d eau de Genève Michel Giannoni, ing. EPFL, Dr ès sc., journaliste RP Rénovation de l alimentation électrique des pompes du Jet d eau de Genève Michel Giannoni, ing. EPFL, Dr ès sc., journaliste RP Les Services Industriels de Genève sont à la fois propriétaires et exploitants

Plus en détail

Débat public pour un stockage de gaz à Pouillon et de conduites d'eau salée jusqu'à la mer.

Débat public pour un stockage de gaz à Pouillon et de conduites d'eau salée jusqu'à la mer. Débat public pour un stockage de gaz à Pouillon et de conduites d'eau salée jusqu'à la mer. Comme le dit fort justement la plaquette de présentation : n'est encore tranché." "...rien Introduction. Nous

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Les énergies Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain Fiche

Plus en détail

République et Canton de Genève Département des finances

République et Canton de Genève Département des finances République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Direction Générale Le directeur général Hôtel des Finances Rue du Stand 26 Case postale 3937 1211 Genève 3 AUX ASSOCIATIONS

Plus en détail

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE Partie 3: Quelle est la place de l'union Européenne dans l'économie globale? Être capable de définir Notions à acquérir

Plus en détail

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne)

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) Réf. : n 2010-61 PARTIE A INFORMATIONS ESSENTIELLES 1 RÉSUMÉ La motorisation individuelle, qui a presque 150 ans d histoire, a donné naissance

Plus en détail

L'âge industriel (XIXème siècle).

L'âge industriel (XIXème siècle). L'âge industriel (XIXème siècle). Introduction : A partir de la fin du XVIIIème siècle, un certain nombre de pays ont connu la plus profonde mutation que les sociétés humaines ont expérimenté : la révolution

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

Investissement direct (WOFE) 1

Investissement direct (WOFE) 1 Investissement direct (WOFE) 1 2 Pourquoi créer une WFOE en Chine? Les sociétés commerciales à capitaux étrangers ont la capacité de s'engager dans les activités suivantes: L'achat en Chine pour l'export

Plus en détail

Axpo réalise un résultat opérationnel solide dans un contexte difficile

Axpo réalise un résultat opérationnel solide dans un contexte difficile Communiqué de presse Baden, le 19 décembre 2014 Axpo réalise un résultat opérationnel solide dans un contexte difficile Le faible niveau des prix sur le marché de gros de l'électricité en Europe a continué

Plus en détail

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement Fondation de libre passage Independent Règlement de placement Sur la base de l'art. 5 de l acte de fondation de la Fondation de libre passage Independent (Fondation) ainsi que sur la base de l'art. 49a

Plus en détail

Dossier de présentation Hydr Open

Dossier de présentation Hydr Open Dossier de présentation Hydr Open Prix de l Ingénierie du futur 2015 Introduction Le projet consiste à développer une technologie libre de micro-turbine hydraulique pour l électrification rurale et de

Plus en détail

Stratégie pour L approvisionnement

Stratégie pour L approvisionnement Stratégie pour L approvisionnement de la Suisse en électricité dans le contexte européen --------------------------------------------------- Urs Meister (Traduction : Jan Marejko) ---------------------------------------------------

Plus en détail

Scb,fleider ACCORD EUROPEEN. C,FEiectric. Entre. La Direction du groupe Alstom 1. représentée par

Scb,fleider ACCORD EUROPEEN. C,FEiectric. Entre. La Direction du groupe Alstom 1. représentée par Scb,fleider C,FEiectric \ ACCORD EUROPEEN Entre La Direction du groupe Alstom 1 représentée par Monsieur Patrick Du bert Directeur des Ressources Humaines La Direction du groupe Schneider Electric 1 représentée

Plus en détail

Dispositions générales. Nom et siège. But

Dispositions générales. Nom et siège. But Statuts Schweizerische Vereinigung der Pflegedienstleiterinnen und -leiter Association Suisse des Directrices et Directeurs des Services Infirmiers Associazione Svizzera dei Capi Servizio Cure Infermieristiche

Plus en détail

François Dessemontet, professeur à l'université de Lausanne, docteur en droit, avocat. Les langues et la Loi en Suisse

François Dessemontet, professeur à l'université de Lausanne, docteur en droit, avocat. Les langues et la Loi en Suisse François Dessemontet, professeur à l'université de Lausanne, docteur en droit, avocat Les langues et la Loi en Suisse I. Historique A. Géographie et histoire La Suisse compte quatre langues nationales,

Plus en détail

Un système bonus-malus à valeur cible pour mieux protéger le climat

Un système bonus-malus à valeur cible pour mieux protéger le climat Étude sur un système de crédits d'émissions négociables pour les voitures neuves Un système bonus-malus à valeur cible pour mieux protéger le climat Les émissions de CO 2 des voitures neuves se maintiennent

Plus en détail

Nouvelles exigences pour les entreprises et les réviseurs

Nouvelles exigences pour les entreprises et les réviseurs Nouvelles exigences pour les entreprises et les réviseurs Modifications du droit des sociétés et introduction d une surveillance de la révision Décembre 2005 Modifications du droit des sociétés En décembre

Plus en détail

barometredesprix.ch : Questions fréquentes (FAQ)

barometredesprix.ch : Questions fréquentes (FAQ) barometredesprix.ch : Questions fréquentes (FAQ) Pourquoi le site www.barometredesprix.ch se contente-t-il d'indiquer les différences de prix sans discuter des causes (différences de coûts)? La décision

Plus en détail

STATUTS. Fondation de la VASK Suisse Samedi 20 Juin 1998. Adaptation Samedi 14 avril 2007. Adaptation Samedi 16 mai 2009 (Article 4)

STATUTS. Fondation de la VASK Suisse Samedi 20 Juin 1998. Adaptation Samedi 14 avril 2007. Adaptation Samedi 16 mai 2009 (Article 4) Organisation faîtière des proches des malades psychiques STATUTS Fondation de la Suisse Samedi 20 Juin 1998 Adaptation Samedi 14 avril 2007 Adaptation Samedi 16 mai 2009 (Article 4) Adaptation Mercredi

Plus en détail

A quoi sert un brevet?

A quoi sert un brevet? A quoi sert un brevet? C'est une bonne question à se poser lorsque l'on a l'impression que l'on est en face d'une innovation qui mérite d'être protégée. Cette question revient souvent car la protection

Plus en détail

Cantons et villes dans le système statistique suisse

Cantons et villes dans le système statistique suisse Gian Antonio Paravicini Bagliani Président de la conférence des offices régionaux de statistique de la Suisse CORSTAT Cantons et villes dans le système statistique suisse La fonction statistique s'est

Plus en détail

COMPREHENSION DU MARCHE DE L ELECTRICITE

COMPREHENSION DU MARCHE DE L ELECTRICITE COMPREHENSION DU MARCHE DE L ELECTRICITE Compréhension du marché de l électricité Sommaire Evolution des prix Les fournisseurs présents sur le marché Etat des lieux des contrats en cours Consultation des

Plus en détail

2.1.4. L'équilibre général des échanges

2.1.4. L'équilibre général des échanges 2.1.4. L'équilibre général des échanges La prise en compte des offres et des demandes de l'ensemble des pays participants au commerce mondial permet la détermination des prix mondiaux. L'existence d'un

Plus en détail

ÉTUDE DES EXPORTATIONS - IMPORTATIONS D'ÉLECTRICITÉ ENTRE LA FRANCE ET L'ALLEMAGNE

ÉTUDE DES EXPORTATIONS - IMPORTATIONS D'ÉLECTRICITÉ ENTRE LA FRANCE ET L'ALLEMAGNE ÉTUDE DES EXPORTATIONS - IMPORTATIONS D'ÉLECTRICITÉ ENTRE LA FRANCE ET L'ALLEMAGNE Dans son bilan annuel 2012 RTE dresse ce constat : RTE distingue deux modes d'échanges (source RTE 2011) : LES ECHANGES

Plus en détail

Coffre-fort de données : comment la Suisse peut rester un site d excellence pour les datacenter dossierpolitique

Coffre-fort de données : comment la Suisse peut rester un site d excellence pour les datacenter dossierpolitique Schweizerischer Verband der Telekommunikation Association Suisse des Télécommunications Swiss Telecommunications Association Coffre-fort de données : comment la Suisse peut rester un site d excellence

Plus en détail

Informations à valeur ajoutée sur les warrants pour les investisseurs online européens.

Informations à valeur ajoutée sur les warrants pour les investisseurs online européens. Bruxelles, le 23 novembre 2000 Informations à valeur ajoutée sur les warrants pour les investisseurs online européens. Citibank Warrants Belgium et VMS-Keytrade.com annoncent la signature d'un accord de

Plus en détail

Gérer votre portefeuille de projets Les clés pour dynamiser vos projets

Gérer votre portefeuille de projets Les clés pour dynamiser vos projets Gérer votre portefeuille de projets Les clés pour dynamiser vos projets Rue Voltaire 1 CH-1006 Lausanne T 021 617 55 75 F 021 617 55 76 iteral@iteral.ch www.iteral.ch Gérer votre portefeuille de projets

Plus en détail

Fipavie Premium. Assurance vie

Fipavie Premium. Assurance vie Assurance vie Fipavie Premium Le contrat haut de gamme : > souple et évolutif > transparent > avec plus d'avantages fiscaux > avec un accès à la multigestion Fipavie Premium Un contrat souple et évolutif

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014

La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014 La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014 Les mesures préparatoires et procédurales entre 2010 et 2013 10.2010 Communication

Plus en détail

Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales

Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales Proposition de mise en œuvre des nouveaux programmes de troisième Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales Thème 2 : L évolution du système de production et ses

Plus en détail

Le présent communiqué est publié en application de l article 6 du règlement 2002-04 de la Commission des opérations de bourse.

Le présent communiqué est publié en application de l article 6 du règlement 2002-04 de la Commission des opérations de bourse. 12 mars 2004 Le présent communiqué est publié en application de l article 6 du règlement 2002-04 de la Commission des opérations de bourse. L Offre et la diffusion au public de la note d information restent

Plus en détail

Article. «Une histiore d eau et d électricité» Jacques Lecours. Continuité, n 37, 1987, p. 30-33.

Article. «Une histiore d eau et d électricité» Jacques Lecours. Continuité, n 37, 1987, p. 30-33. Article «Une histiore d eau et d électricité» Jacques Lecours Continuité, n 37, 1987, p. 30-33. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/18777ac Note : les

Plus en détail

Règlement d'investissement

Règlement d'investissement SCHWEIZERISCHE BÄUERLICHE BÜRGSCHAFTSGENOSSENSCHAFT C A I S S E A G R I C O L E S U I S S E D E G A R A N T I E F I N A N C I È R E Règlement d'investissement SCHWEIZERISCHE BÄUERLICHE BÜRGSCHAFTSGENOSSENSCHAFT

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

La Matmut, un assureur innovant et compétitif

La Matmut, un assureur innovant et compétitif La Matmut, un assureur innovant et compétitif La conception de notre métier d'assureur est d'accompagner au mieux nos assurés à chaque étape de leur vie. Cela nous conduit à rechercher en permanence des

Plus en détail

ENGINEERING YOUR SUCCESS... EN TANT QUE DISTRIBUTEUR... PARKER EN AFRIQUE...

ENGINEERING YOUR SUCCESS... EN TANT QUE DISTRIBUTEUR... PARKER EN AFRIQUE... ENGINEERING YOUR SUCCESS... EN TANT QUE DISTRIBUTEUR... PARKER EN AFRIQUE... 2 CONCEVOIR DES SOLUTIONS TECHNIQUES PERFORMANTES EN PARTENARIAT Parker se trouve sur et autour de tout ce qui bouge. Nous fabriquons

Plus en détail

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL Dernières analyses jurisprudentielles NEWSLETTER 14 259 du 3 FEVRIER 2015 ANALYSE PAR JACQUES DUHEM ET PASCAL JULIEN SAINT AMAND* *Notaire à

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Company

Wealth & Tax Planning Private Company Wealth & Tax Planning Private Company Parties dans une Private Company Structure simplifiée Mandant = Actionnaire Procure des recommandations Conseil d administration Les actions peuvent être détenues

Plus en détail

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html Avis d Energie-Cités Projet de Directive Performance énergétique des bâtiments Octobre 2001 Proposition de Directive du Parlement européen et du Conseil présentée par la Commission [COM(2001) 226 final

Plus en détail

Université de Lyon 21.01.2011 Essaim: Incubateur de la Chambre genevoise de l ESS

Université de Lyon 21.01.2011 Essaim: Incubateur de la Chambre genevoise de l ESS Université de Lyon 21.01.2011 Essaim: Incubateur de la Chambre genevoise de l ESS Un projet novateur en Suisse, inspiré des bonnes pratiques internationales, en lien étroit avec les autres acteurs publics

Plus en détail

Le Marché d assurance chinois

Le Marché d assurance chinois Le Marché d assurance chinois Présentation à l AFCDE par Bin GAO Adjoint BSD Asie-Pacifique & Responsable Chine du Groupe AXA A La Maison du Barreau, salle Jean Martel 5 décembre 2012 Sommaire Assurance

Plus en détail

La politique sociale comme marché? Quelques perspectives historiques

La politique sociale comme marché? Quelques perspectives historiques La politique sociale comme marché? Quelques perspectives historiques Matthieu Leimgruber, Université de Genève Congrès annuel de l Association suisse de politique sociale, 18.09.2014 Paul Pflüger Der schweizerische

Plus en détail

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION Dernière révision du document : juillet 2012 Voici en 4 étapes clé quelques conseils à respecter afin de réaliser une campagne de sensibilisation efficace en matière

Plus en détail

SafeNet La protection

SafeNet La protection SafeNet La protection des données La conception à l'action, SafeNet protège intelligemment les informations pendant tout leur cycle de vie Les informations peuvent faire progresser votre activité, mais

Plus en détail

N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982. Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI

N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982. Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982 Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI de développement de {'actionnariat, de {'épargne et de {'emploi, PRÉSENTÉE Par MM.

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

SPONSOR. In cooperation with. Media partners

SPONSOR. In cooperation with. Media partners SPONSOR In cooperation with Media partners «NEW OPPORTUNITIES FOR THE LUXEMBOURG INVESTMENT FUNDS ENVIRONMENT» Mr. Fabio SALVIATO - Directeur General SEFEA SC 2 SEFEA Le groupe 3 LE GROUPE SEFEA Soc. Coop.

Plus en détail

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (statuts de la SCH) du xx juin 2015 L assemblée générale de la SCH (société), vu l art. 12, al. 1, de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

ASSOCIATION SUISSE DES VEHICULES ROUTIERS ELECTRIQUES ET EFFICIENTS SCHWEIZERISCHER VERBAND FÜR ELEKTRISCHE UND EFFIZIENTE STRASSENFAHRZEUGE

ASSOCIATION SUISSE DES VEHICULES ROUTIERS ELECTRIQUES ET EFFICIENTS SCHWEIZERISCHER VERBAND FÜR ELEKTRISCHE UND EFFIZIENTE STRASSENFAHRZEUGE ASSOCIATION SUISSE DES VEHICULES ROUTIERS ELECTRIQUES ET EFFICIENTS SCHWEIZERISCHER VERBAND FÜR ELEKTRISCHE UND EFFIZIENTE STRASSENFAHRZEUGE ASSOCIAZIONE SVIZZERA DEI VEICOLI STRADALI ELETTRICI ED EFFICIENTI

Plus en détail

LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO

LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO 1 LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO Le 16 février 2012, RCI Banque a lancé en France le livret d épargne

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité Quote-part fiscale de la Suisse : des apparences trompeuses dossierpolitique 21 février 2011 Numéro 2 Quote-part fiscale. Dans la statistique annuelle de l OCDE, la Suisse affiche une quote-part fiscale

Plus en détail

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3 SOMMAIRE : Sommaire page 1 Introduction page 2 L'énergie solaire page 2 Le panneaux solaires thermiques page 3 Les panneaux solaires photovoltaïques page 4 Glossaire page 5 Conclusion page 7 Bibliographie

Plus en détail

France-Allemagne : Une coopération énergétique nécessaire. Les caractéristiques électriques des deux pays et les défis communs

France-Allemagne : Une coopération énergétique nécessaire. Les caractéristiques électriques des deux pays et les défis communs France-Allemagne : Une coopération énergétique nécessaire Les caractéristiques électriques des deux pays et les défis communs Paris, 19 Juin 2014 1 1 Evolution de la consommation finale d électricité Dans

Plus en détail

Statuts de l association «Réseau Danse Suisse»

Statuts de l association «Réseau Danse Suisse» Statuts de l association «Réseau Danse Suisse» I. DÉNOMINATION Article premier : Dénomination et siège Sous la dénomination «Réseau Danse Suisse» est constituée une association au sens des articles 60

Plus en détail

Statuts de l Association Suisse des Employés de Banque 14 juin 2013. Statuts français

Statuts de l Association Suisse des Employés de Banque 14 juin 2013. Statuts français Statuts de l Association Suisse des Employés de Banque 14 juin 2013 Statuts français Statuts de l Association Suisse des Employés de Banque 14 juin 2013 Table des matières I. DISPOSITIONS GENERALES 4 Art.

Plus en détail

L INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET SA PROMOTION DANS LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE

L INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET SA PROMOTION DANS LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE Le Progrés Technique N.3-1993 - pp. 43-48 L INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET SA PROMOTION DANS LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE Angelo BONOMI Consultant TIE S.A. International Business Park Archamps, France

Plus en détail

La transi)on énergé)que est- elle en échec? Discours et réalités Pierre Veya, journaliste Mars 2015

La transi)on énergé)que est- elle en échec? Discours et réalités Pierre Veya, journaliste Mars 2015 La transi)on énergé)que est- elle en échec? Discours et réalités Pierre Veya, journaliste Mars 2015 vision centrée sur la Suisse La transi)on se limite à l électricité La catastrophe de Fukushima (2011)

Plus en détail

Automatiser le Test Fonctionnel de Logiciels Embarqués Temps-Réel

Automatiser le Test Fonctionnel de Logiciels Embarqués Temps-Réel White Paper Le logiciel embarqué est au cœur de l'innovation industrielle. Nombre de fonctionnalités d'un produit, qu'elles soient nouvelles ou notablement améliorées, permettent de prendre ou de garder

Plus en détail

Réseau développement durable aux Hautes Ecoles Spécialisées Suisses. Gerhard Schneider

Réseau développement durable aux Hautes Ecoles Spécialisées Suisses. Gerhard Schneider Réseau développement durable aux Hautes Ecoles Spécialisées Suisses Gerhard Schneider Ma personne Dr Gerhard Schneider Etudes de chimie, doctorat en biologie Depuis 2008 Co-responsable de l Unité Management

Plus en détail

Les transferts de technologies en perspective historique Intérêt du cas suisse

Les transferts de technologies en perspective historique Intérêt du cas suisse Les transferts de technologies en perspective historique Intérêt du cas suisse L histoire et la sociologie des techniques ont massivement orienté leur analyse sur la phase de recherche et de développement

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

ASSOCIATION SUISSE POUR L'AMÉNAGEMENT DES EAUX (ASAE) STATUTS. Fondée le 2 avril 1910 à Zurich

ASSOCIATION SUISSE POUR L'AMÉNAGEMENT DES EAUX (ASAE) STATUTS. Fondée le 2 avril 1910 à Zurich ASSOCIATION SUISSE POUR L'AMÉNAGEMENT DES EAUX (ASAE) STATUTS Fondée le 2 avril 1910 à Zurich STATUTS de l'association suisse pour l'aménagement des eaux I. Nom et siège social Art. 1 L'«Association suisse

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 7 Conclusions clés La transition énergétique L Energiewende allemande Par Craig Morris et Martin Pehnt Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 www. 7 Conclusions clés La

Plus en détail

Immobilisations et entretien. Systèmes d'alimentation et distribution électrique. 1.0 Objet. 2.0 Portée. 3.0 Autorisations et références

Immobilisations et entretien. Systèmes d'alimentation et distribution électrique. 1.0 Objet. 2.0 Portée. 3.0 Autorisations et références Guide sur les Programmes pour les Indiens Volume 1 Immobilisations et entretien Systèmes d'alimentation et distribution électrique 1.0 Objet 1.1 La présente directive énonce la politique du ministère des

Plus en détail

Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine.

Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine. Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine. Depuis des milliers d'années déjà, l'or est un moyen de paiement. Les médias en parlent de plus en plus fréquemment.

Plus en détail

Les études de cas Responsable: Monika Niederhuber, Pauline Bart

Les études de cas Responsable: Monika Niederhuber, Pauline Bart Geographic Information Technology Training Alliance (GITTA) presents: Les études de cas Responsable: Monika Niederhuber, Pauline Bart Table des matières 1. Les études de cas...2 1.1. Définitions et commentaires...

Plus en détail

Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse

Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse Universität Zürich Institut für Politikwissenschaft Forschungsbereich Policy-Analyse & Evaluation Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse Sur mandat de l Office fédéral de la santé publique Thomas

Plus en détail

SAWI - garantie d excellence. Facteurs déterminants permettant de chois ir une formation auprès du SAWI

SAWI - garantie d excellence. Facteurs déterminants permettant de chois ir une formation auprès du SAWI SALES DIRECTOR Formation professionnelle supérieure en management de la vente préparant au Diplôme SAWI de Sales Director et au Diplôme fédéral de Chef de vente 1 SAWI - garantie d excellence Facteurs

Plus en détail

Pictet CH Solutions, fonds de placement de droit suisse du type «autres fonds en placements traditionnels» Modifications du contrat de fonds

Pictet CH Solutions, fonds de placement de droit suisse du type «autres fonds en placements traditionnels» Modifications du contrat de fonds Pictet CH Solutions, fonds de placement de droit suisse du type «autres fonds en placements traditionnels» Modifications du contrat de fonds Suite à la publication du 1 er juin 2015 relative au repositionnement

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DU RÔLE DE LA COMPTABILITÉ ARTICLE 101

L'ÉVOLUTION DU RÔLE DE LA COMPTABILITÉ ARTICLE 101 L'ÉVOLUTION DU RÔLE DE LA COMPTABILITÉ ARTICLE 101 L'histoire de la comptabilité et l'évolution de sa technique et de ses objectifs sont liées au développement du commerce et de l'industrie et aux besoins

Plus en détail

23,5 609 796 312 789 28,7 356 499 673 279. en % du chiffre d affaires net 4,4 5,3 8,4 3,0. Investissements / Désinvestissements nets 116 404

23,5 609 796 312 789 28,7 356 499 673 279. en % du chiffre d affaires net 4,4 5,3 8,4 3,0. Investissements / Désinvestissements nets 116 404 2014 Alpiq en bref Alpiq est un fournisseur d électricité et prestataire de services énergétiques leader en Suisse, à orientation européenne. L entreprise est active dans la production d électricité ainsi

Plus en détail

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE Plan des consultations avec les parties prenantes extérieures pendant la phase 2 de l examen et de la

Plus en détail

Archives des ministères des Affaires étrangères des États membres AUTRICHE

Archives des ministères des Affaires étrangères des États membres AUTRICHE Archives des ministères des Affaires étrangères des États membres AUTRICHE 1. Dénomination exacte du ministère et du service des archives Bundesministerium für auswärtige Angelegenheiten (ministère fédéral

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

L hebdo Finance de la MACS

L hebdo Finance de la MACS - DU 16 AU 23 NOVEMBRE 2006 - Numéro 5 DÉFINITION DE LA SEMAINE : Portefeuille NASDAQ NYSE DOSSIER DE LA SEMAINE : Rating d une entreprise par Moody s NOUVELLE DE LA SEMAINE : L opération secrète de la

Plus en détail

Programme nucléo-énergétique du Brésil

Programme nucléo-énergétique du Brésil Programme nucléo-énergétique du Brésil Les études faites par le gouvernement brésilien sur la situation énergétique du pays pour les 25 ou 30 années à venir montrent que les centrales hydroélectriques

Plus en détail

La démocratie sociale et la participation des syndicats et des représentants des salariés aux décisions économiques en France

La démocratie sociale et la participation des syndicats et des représentants des salariés aux décisions économiques en France Conférence internationale sur le modèle social européen organisée par EURISPES et la Fondation Friedrich Ebert à Rome 10-11 mai 2007 La démocratie sociale et la participation des syndicats et des représentants

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail