Gestion de l humidité dans le bâtiment de démarrage

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion de l humidité dans le bâtiment de démarrage"

Transcription

1 FICHE D INFORMATION Gestion de l humidité dans le bâtiment de démarrage

2 Une litière humide peut s avérer l une des conditions environnementales les plus onéreuses pour un poulailler, à la fois sur le plan financier et au niveau du confort de la dinde/bien-être animal. Une litière plus humide peut avoir un impact négatif sur la qualité de l air et favoriser le développement de micro-organismes pathogènes. L un comme l autre ont un impact sur la santé de la dinde puisqu ils réduisent la consommation d aliments et que les dindes se mettent à manger la litière. L entérite légère qui en résulte vient aggraver l humidité de la litière, jusqu à un taux inacceptable. De mauvaises conditions environnementales et de litière s amplifient mutuellement, les dindes continuent d avoir des fientes molles, l humidité de la litière continue d augmenter, ce qui stresse la dinde, diminue sa résistance et accroît la gravité des problèmes intestinaux. Au final, cela risque d entraîner une conversion alimentaire et un gain de poids insuffisants, un lot disparate, une mauvaise qualité des carcasses (y compris pustules et ampoules de bréchet), des dermatites des coussinets, de l entérite et des problèmes respiratoires. Outre les problèmes de performances mentionnés, la réduction de l impact environnemental s accompagne de coûts énergétiques élevés. En tant que gestionnaires, nous devons en comprendre les raisons afin de définir les techniques de gestion sanitaire les mieux adaptées pour mettre fin à ce cercle vicieux. Cet article se penchera sur les facteurs de gestion clés pour la maîtrise des conditions sanitaires, y compris la compréhension du processus de digestion, la ventilation (circulation de l air et chaleur) et la gestion de la litière. Effets de la ventilation sur l environnement du poulailler et l état de la litière La ventilation par temps froid est des plus importantes pour contrôler l état de la litière et l environnement du poulailler. Généralement, la ventilation est réduite, voire supprimée, pour maintenir une température qui garantit le confort des dindes. Face à l augmentation des prix de l énergie, le combustible destiné au confort des dindes devient de plus en plus crucial. Le combustible ne se limite pas au propane, généralement utilisé en Amérique du Nord, mais comprend également l énergie des aliments que les dindes consomment. La plage de températures neutre pour les dindes adultes se situe entre 13 C et 24 C. Par conséquent, quand la température effective (ressentie par les dindes) est supérieure ou inférieure à cette plage, l énergie des aliments sert à maintenir les fonctions métaboliques plutôt que le poids corporel. Pour les jeunes dindes, cette plage est plus critique et la température minimum augmente. Non seulement la température de l ensemble du poulailler est importante par temps froid, mais l uniformité de la température d une extrémité à l autre et d un côté à l autre à l intérieur du poulailler peut faire toute la différence entre des dindes qui mangent pour gagner du poids et des dindes qui mangent et s entassent pour survivre. Il est par conséquent indispensable de maintenir une circulation d air et une température appropriées à travers tout le poulailler et ce, tout au long du cycle de croissance. En termes de ventilation des poulaillers par temps froid, nous passons 95 % du temps à gérer les niveaux d humidité des bâtiments/de la litière. C est un fait reconnu que l augmentation d humidité de la litière s accompagne d une augmentation des niveaux a) d ammoniac qui affecte les voies respiratoires, b) des bactéries comme la salmonelle et c) des problèmes de pattes dus à la dermatite des coussinets. En règle générale, pour 0,45 kg (1 lb) d aliments ingérés, une dinde boira environ 0,91 kg (2 lb) d eau. L eau vient s ajouter à l environnement par le biais de la respiration des dindes et les déjections fécales, ainsi que le chauffage. À 2 semaines, dindons produisent 47 litres d eau qui seront rejetés dans le poulailler. À 4 semaines, la quantité d eau passe à 188 litres par jour et à 6 semaines à 300 litres. De 10 à 18 litres supplémentaires par dindes viennent s ajouter chaque jour pendant le démarrage comme sous-produit du chauffage par propane. La plus grande partie de l humidité doit être retirée du poulailler afin de maintenir une bonne qualité de litière et des niveaux d humidité acceptables. Cela se fait en remplaçant l air humide du poulailler par de l air froid sec venant de l extérieur, sans refroidir les dindes et sans gaspiller de combustible. L une des méthodes les plus efficaces pour éliminer l humidité des poulaillers est l utilisation de la dépression/ ventilation minimum. Les extracteurs et les arrivées d air sont conçus pour créer une dépression dans le poulailler, permettant ainsi d éliminer (de maîtriser) l humidité, tout en économisant du combustible et en utilisant au maximum la chaleur générée par les dindes, ainsi que la chaleur artificielle. L une des premières conditions d une bonne ventilation minimum est que le poulailler soit bien étanche, afin que l air ne pénètre que par les arrivées d air FICHE D INFORMATION GESTION DE L HUMIDITÉ DANS LE BÂTIMENT DE DÉMARRAGE 2

3 désignées. Dans ce cas, et quand une pression statique correcte (pascals) est obtenue, l air froid peut se mélanger à l air chaud humide concentré à hauteur du plafond. N oubliez pas : l air chaud généré par les dindes et les chauffages se concentrera au niveau du plafond, puisque l air chaud monte et l air froid descend. Photo Un générateur de fumée est utilisé pour évaluer la circulation d air, laquelle est insuffisante dans le cas présent. On peut voir l air froid «tomber» directement au sol. Une bonne ventilation minimum permet à l air froid de se mélanger à l air chaud humide. Cela permet d atteindre deux objectifs. Premièrement, l air froid ne tombe pas directement au sol, ce qui aurait pour résultat a) des dindes qui ont froid, et qui par conséquent s entassent et manquent des repas, ce qui donne ensuite lieu à des épisodes de boulimie b) de la condensation au sol due à l air froid, et c) une diminution de la chaleur nécessaire pour chauffer l air froid entrant. Deuxièmement, l air chaud au niveau du plafond tempère l air froid entrant, dilatant ce dernier, ce qui permet d accroître sa capacité de rétention d eau. Une fois l air chauffé à 11 C, sa capacité de rétention d eau double. Donc, quand on chauffe 28 m³ (1 000 ft³) d air contenant environ 177 m³ (6 oz.) d eau de 4 C à 16 C, ces mêmes 28 m³ (1 000 ft³) d air peuvent contenir 354 m³ (12 oz.) d eau. Lorsque l air est préchauffé et dilaté pour contenir de l humidité, il peut se mélanger avec l air proche du sol, absorber l humidité et l éliminer par le biais des ventilateurs à dépression. Une fois les dindes suffisamment âgées pour produire une quantité significative d humidité, les niveaux d humidité devraient être maintenus à 60 % ou moins. La litière qui recouvre le sol agit comme une éponge. Si le taux de ventilation et la direction de la circulation d air ne suffisent pas à éliminer l humidité supplémentaire qui s ajoute chaque jour, l éponge finit par être gorgée d eau. Ce processus peut prendre plusieurs jours sans être remarqué. Une fois l éponge gorgée d eau, soit du fait de problèmes digestifs, d entérite, de mauvaise gestion des abreuvoirs ou de mauvaises techniques de ventilation, la litière est saturée et se croûte. On constate alors un niveau élevé d ammoniac lié à une mauvaise qualité de l air, des petites brûlures sur les coussinets, et des niveaux d humidité élevés. Pour éviter que cela ne se produise, on peut surveiller les niveaux d humidité et les maintenir au-dessous de 60 %, dans la plupart des cas, et les responsables seront alertés lorsque les taux de ventilation minimum sont insuffisants pour éliminer l excédent d humidité. Des tableaux sont disponibles comme indication de la capacité de ventilation minimum, en fonction de l âge de la dinde, de la consommation d eau, ainsi que des niveaux d humidité et des températures intérieures et extérieures (www.poultryventilation.com ou Par temps chaud, la ventilation destinée à éliminer l humidité n est pas problématique, car le principal problème réside dans la température. Les taux de ventilation sont par conséquent élevés. La litière peut se croûter du fait de problèmes entériques à cette époque. Gestion des gaz supplémentaires Outre le contrôle de l humidité dans les poulaillers, le dioxyde de carbone (CO 2 ) et le monoxyde de carbone (CO 2 ) peuvent, s ils ne sont pas maîtrisés, avoir un impact considérable sur les performances des dindes. Selon la recherche effectuée par Frame (2010), il est prouvé que les niveaux de CO supérieurs à 25 ppm et les niveaux de CO 2 supérieurs à ppm augmentent les incidences de cardiomyopathie spontanée et réduisent l activité thyroïdienne chez les dindonneaux. Christensen et al (1995) ont montré que les niveaux de CO 2 supérieurs à ppm entraînent une modification du métabolisme, un appauvrissement des réserves de glycogène et une FICHE D INFORMATION GESTION DE L HUMIDITÉ DANS LE BÂTIMENT DE DÉMARRAGE 3

4 diminution de la glycémie. Une baisse du métabolisme a un impact négatif sur la consommation d aliments et d eau, d où une mauvaise santé intestinale et des performances insuffisantes au fil du temps. Par conséquent, il est indispensable de surveiller les niveaux de CO et de CO 2 et de les maintenir au-dessous de 25 ppm pour le CO et au-dessous de ppm pour le CO 2. Configuration de dépression et ventilation minimum en bâtiment de démarrage 1) Vérifiez l étanchéité du bâtiment Fermez les rideaux et/ou trappes Vérifiez que toutes les ouvertures sont bouchées autour des murs, des portes extérieures, etc. Allumez les ventilateurs minimum. Cela correspond pratiquement à 1,0 cfm par pied carré (18 cmh/m²). La pression statique (SP) doit être de 0,15 0,20 SP (34 50 Pa) si le bâtiment est étanche. 2) Commencez à ouvrir les trappes. N oubliez pas que l ouverture minimum des trappes est d environ 2 3 (5 8 cm) de largeur (toute ouverture inférieure bouchera la trappe et ne permettra pas à l air d être pulsé correctement). L ouverture totale approximative des trappes est d environ pouces carrés par cfm ( cm² par 1700 cmh de capacité de ventilation). Ouvrez les trappes jusqu à ce que la pression statique soit de 0,10-0,12 (25 30 Pa) pour une largeur de 50 (15 m) ou plus et de 0,08-0,10 (20 25 Pa) pour une largeur inférieure à 50 (15 m). Cela représente le nombre minimum de trappes devant être utilisées avec les ventilateurs minimum. Les ventilateurs minimum seront sur minuterie et les premiers ventilateurs à se déclencher simultanément via thermostat si la température du bâtiment s élève. 3) Le réglage minimum de la minuterie sera suffisant pour maintenir l humidité au-dessous de 60 % et les niveaux de dioxyde de carbone (CO 2 ) au-dessous de ppm (de préférence au-dessous de ppm pendant les 5 premiers jours de démarrage). Généralement, 30 secondes par semaine d âge sur un cycle de minuterie de cinq minutes (une minute pour un cycle de minuterie de dix minutes) suffiront. Cependant, en fonction du type de bâtiment, de la température et de l étanchéité du poulailler, il peut ne pas y avoir suffisamment de volume d air pour contrôler les paramètres d humidité et de CO 2 mentionnés ci-dessus. Si c est le cas, augmentez la durée du cycle à intervalles de 15 secondes jusqu à amélioration des paramètres de la qualité de l air. 4) Réglez le thermostat des ventilateurs minimum à 1 C au-dessus de la température cible. Tous les ventilateurs minimum devraient être reliés ensemble à un thermostat pour maintenir une pression statique constante. 5) Les ventilateurs à thermostat supplémentaires seront réglés à 0,5 C au-dessus des réglages des ventilateurs minimum afin qu ils se déclenchent quand le bâtiment se réchauffe. Pour les bâtiments dotés de trappes automatiques, celles-ci s ouvriront automatiquement suite à une élévation de la pression statique avec plus de ventilateurs. Pour les bâtiments dotés de trappes manuelles, celles-ci devront être ouvertes manuellement ou le volet baissé manuellement pour abaisser la pression statique quand le thermostat déclenche des ventilateurs supplémentaires. 6 ) Ventilateurs sur minuterie des ventilateurs sur minuterie supplémentaires devront peut-être être ajoutés quand les dindes commencent à grandir. Cela ne devrait se produire que quand les ventilateurs minimum atteignent des cycles de 4 minutes sur 5. Il se peut que des trappes supplémentaires doivent être ouvertes pour compenser l augmentation de pression statique avec plus de ventilateurs. FICHE D INFORMATION GESTION DE L HUMIDITÉ DANS LE BÂTIMENT DE DÉMARRAGE 4

5 Conclusions La gestion sanitaire des dindes commerciales est sans aucun doute un sujet qui regroupe quantité d informations. Les responsables de production de dinde doivent pouvoir identifier ces questions. La ventilation, l état de la litière et la gestion des abreuvoirs sont des tâches quotidiennes que nous pouvons contrôler en tant qu éleveurs. Par temps froid, il est indispensable de maintenir les niveaux d humidité au-dessous de 60 % pour maîtriser l humidité ambiante et celle de la litière. En même temps, si la ventilation minimum/dépression est correcte, nous pouvons réduire la consommation énergétique, conserver une litière sèche et améliorer la qualité de l air. Une bonne gestion de la litière et des abreuvoirs peut contribuer à une litière sèche sans croûte. En Amérique du Nord, les taux d ammoniac (généralement moins de 25 ppm), la dermatite des coussinets et la qualité de la litière (sans croûte) figurent parmi les points des programmes d audits sur le bien-être animal. Les responsables d élevages doivent contrôler et assurer constamment une bonne ventilation et une bonne qualité de l air pour produire une qualité de litière idéale, stimuler l ingestion d aliments et garantir une bonne santé intestinale. Alors que les dindes deviennent plus performantes et prennent du poids, le maintien d une litière sèche devient de plus en plus important pour améliorer la santé des dindes, maintenir une bonne qualité des carcasses et offrir un environnement optimal aussi bien dans une optique de performances que de bien-être animal. Hybrid Turkeys Cette fiche est un document de référence qui vient compléter vos propres compétences en gestion du lot. Pour de plus amples informations sur chaque principe fondamental référencé, merci de visiter : resources.hybridturkeys.com ou de contacter notre équipe technique : FICHE D INFORMATION GESTION DE L HUMIDITÉ DANS LE BÂTIMENT DE DÉMARRAGE 5

Comment ventiler votre poulailler en hiver? Par Bruno Marquis, ing. CFM Système Inc.

Comment ventiler votre poulailler en hiver? Par Bruno Marquis, ing. CFM Système Inc. Comment ventiler votre poulailler en hiver? Par Bruno Marquis, ing. CFM Système Inc. PLAN DE PRÉSENTATION Révision Principes de Base Apport en Oxygène Humidité Relative Autres Contaminants (NH 3, CO 2

Plus en détail

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) dans la production de dindes info.hybrid@hendrix-genetics.com www.hybridturkeys.com Dans la production de dindes, la performance

Plus en détail

Guide technique des produits commerciaux Hybrid Turkeys

Guide technique des produits commerciaux Hybrid Turkeys Guide technique des produits commerciaux Hybrid Turkeys info.hybrid@hendrix-genetics.com www.hybridturkeys.com Table des matières 3. Biosécurité La clé de la prévention sanitaire 5. Nettoyage et désinfection

Plus en détail

3,5 millions de ces chaudières ont 20 ans ou plus.

3,5 millions de ces chaudières ont 20 ans ou plus. les chaudières performantes Depuis 20 ans... hier... ++ Des chiffres révélateurs Le chauffage et la production d eau chaude représentent les deux tiers de la facture d énergie des ménages. Par ailleurs,

Plus en détail

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001 MAÎTRISER LA VENTILATION MINIMUM POUR DIMINUER LES COÛTS DE CHAUFFAGE Article publié dans Porc Québec Août 2001 BÂTIMENT FRANCIS POULIOT Ingénieur agricole Centre de développement du porc du Québec Avec

Plus en détail

Comparaison des différents systèmes de production d'eau chaude

Comparaison des différents systèmes de production d'eau chaude Choisir un système de production d'eau chaude Comparaison des différents systèmes de production d'eau chaude - 1. Le chauffe eau instantané - 2. Le boiler électrique - 3. Le boiler combiné avec une chaudière

Plus en détail

T.P. Colonne de refroidissement

T.P. Colonne de refroidissement T.P. Colonne de refroidissement INTRODUCTION L'objectif de ce TP est d étudier les caractéristiques de fonctionnement d'un système de refroidissement par évaporation. L'influence des débits d'eau et d'air

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse :

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse : Diagnostic pour les logements à chauffage individuel ------------------------------------------------------------------------------ Les consommations sont établies à partir d un calcul conventionnel Diagnostic

Plus en détail

Ventilations d habitations, présentation et comparaison

Ventilations d habitations, présentation et comparaison DOSSIER VENTILATION Page 1 / 7 Ventilations d habitations, présentation et comparaison INTRODUCTION Nous passons 90 % de notre temps chez nous, dans des bureaux ou des usines, des moyens de transports,

Plus en détail

Economie d énergie et respect de l environnement de série. Chaudières bois. Chaudières à combustion inversée BVG-Lambda / BVG

Economie d énergie et respect de l environnement de série. Chaudières bois. Chaudières à combustion inversée BVG-Lambda / BVG Economie d énergie et respect de l environnement de série Chaudières bois Chaudières à combustion inversée BVG-Lambda / BVG Chaudière bois à combustion inversée BVG-Lambda Chaudière à combustion inversée

Plus en détail

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable

FICHE DE LECTURE. Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Réduire les consommations énergétiques, tester une énergie alternative Agriculture durable Projet de Fin d Etudes réalisé au Ctifl Par Emilie AUGER Tuteur

Plus en détail

Protocole de Test d Ebullition de l Eau Comparatif

Protocole de Test d Ebullition de l Eau Comparatif Protocole de Test d Ebullition de l Eau Comparatif Ce protocole a été mis au point pour trouver une alternative aux tests internationaux qui ont fixé un postulat non compatible avec la variabilité des

Plus en détail

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Ce document fournit des informations utiles sur la performance énergétique du bâtiment (PEB). Des explications et informations complémentaires plus détaillées figurent dans les pages suivantes. Place Emile

Plus en détail

VOTRE LOGO. Sommaire. En bref : gérer l énergie pour l avenir. EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001.

VOTRE LOGO. Sommaire. En bref : gérer l énergie pour l avenir. EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001. Sommaire En bref : gérer l énergie pour l avenir EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001 Etudes de cas En bref : gérer l énergie pour l avenir VOTRE LOGO Gérer l énergie pour l avenir Des

Plus en détail

ADExpertises 67 Avenue de la Paix 28300 LEVES Téléphone : 02 37 36 00 76 Télécopie : 02 37 21 45 77 Email : adexpertise@wanadoo.fr

ADExpertises 67 Avenue de la Paix 28300 LEVES Téléphone : 02 37 36 00 76 Télécopie : 02 37 21 45 77 Email : adexpertise@wanadoo.fr ADExpertises 67 Avenue de la Paix 28300 LEVES Téléphone : 02 37 36 00 76 Télécopie : 02 37 21 45 77 Email : adexpertise@wanadoo.fr DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14 septembre

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Jean Haust N : 122 Boîte : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Jean Haust N : 122 Boîte : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Type de bâtiment : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole:

Plus en détail

Nom du diagnostiqueur : Olivier Sauner N de certification : CPDI1623 Délivré par : ICERT Signature :

Nom du diagnostiqueur : Olivier Sauner N de certification : CPDI1623 Délivré par : ICERT Signature : DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006 et arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments à usage principal d habitation

Plus en détail

PCE Instruments France EURL 76, Rue de la Plaine des Bouchers 67100 Strasbourg France Tel: +33 (0) 972 3537 17 Fax: +33 (0) 972 3537 18

PCE Instruments France EURL 76, Rue de la Plaine des Bouchers 67100 Strasbourg France Tel: +33 (0) 972 3537 17 Fax: +33 (0) 972 3537 18 PCE Instruments France EURL 76, Rue de la Plaine des Bouchers 67100 Strasbourg France Tel: +33 (0) 972 3537 17 Fax: +33 (0) 972 3537 18 info@pce-france.fr www.pce-instruments.com/french COMFORT CONTROL

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse. Nicolas Merigeau NewCap. Tél. : 01 44 71 94 98 nmerigeau@newcap.fr

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse. Nicolas Merigeau NewCap. Tél. : 01 44 71 94 98 nmerigeau@newcap.fr DOSSIER DE PRESSE COGENTEC, http://www.cogentec.fr, entreprise française spécialisée dans la distribution de solutions de cogénération pour les particuliers et les professionnels, annonce aujourd hui le

Plus en détail

AF616944. Poêle ILÔT Référence : 6169 44. Poêle à bois ILÔT. Référence 6169 44. LC, le 20/11/2014 Page 1 sur 10

AF616944. Poêle ILÔT Référence : 6169 44. Poêle à bois ILÔT. Référence 6169 44. LC, le 20/11/2014 Page 1 sur 10 Poêle ILÔT Référence : 6169 44 Poêle à bois ILÔT Référence 6169 44 LC, le 20/11/2014 Page 1 sur 10 Notice particulière d utilisation et d installation Consulter attentivement ce complément notice particulière

Plus en détail

Bienvenue dans le guide du projet qui a pour objectif de vous aider à définir votre projet de rénovation :

Bienvenue dans le guide du projet qui a pour objectif de vous aider à définir votre projet de rénovation : Bienvenue dans le guide du projet qui a pour objectif de vous aider à définir votre projet de rénovation : Les questions et informations suivantes vous permettronw de répondre à ces questions : - Quels

Plus en détail

ECOM DUO DIAG. Multi-contrôleur pour le DIAGNOSTIC GAZ

ECOM DUO DIAG. Multi-contrôleur pour le DIAGNOSTIC GAZ ECOM DUO DIAG Multi-contrôleur pour le DIAGNOSTIC GAZ Notice d utilisation AVANT- PROPOS Vous venez de prendre possession d un ECOM DUO DIAG et nous vous en félicitons. L ECOM DUO DIAG vous suivra lors

Plus en détail

Quelles aides pour mes travaux de rénovation énergétique

Quelles aides pour mes travaux de rénovation énergétique Ségolène Royal soutient la rénovation énergétique des logements et la création d emplois pour la croissance verte en permettant le cumul de l éco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ) et du crédit d impôt transition

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue de Dison N : 95/97 Boîte : 1er étage CP : 4800 Localité : Verviers Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue de Dison N : 95/97 Boîte : 1er étage CP : 4800 Localité : Verviers Type de bâtiment : CP : 4800 Localité : Verviers Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : pas de référence Construction :

Plus en détail

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts (JORF n 253 du 31 octobre 2009) NOR : DEVE0918467A Vus Le ministre d Etat,

Plus en détail

pmp Plate-forme Maison Passive a.s.b.l

pmp Plate-forme Maison Passive a.s.b.l Synthèse - NBN EN 13829 Performance thermique des bâtiments Détermination de la perméabilité à l air des bâtiments Méthode de pressurisation par ventilateur (ISO 9972 : 1996, modifiée) 1. Introduction

Plus en détail

Confort thermique & Economies d énergie. Bien se chauffer en hiver sans faire flamber sa facture!

Confort thermique & Economies d énergie. Bien se chauffer en hiver sans faire flamber sa facture! COMMUNIQUE DE PRESSE www.voseconomiesdenergie.fr Rénovez, Economisez! CHAUFFAGE ISOLATION Confort thermique & Economies d énergie Bien se chauffer en hiver sans faire flamber sa facture! Les professionnels

Plus en détail

Focus THERMOLIFT. Sécheur et alimentateur de granulés de matière plastique combinés. www.arburg.com

Focus THERMOLIFT. Sécheur et alimentateur de granulés de matière plastique combinés. www.arburg.com Focus THERMOLIFT Sécheur et alimentateur de granulés de matière plastique combinés www.arburg.com En bref 1 Design compact Le THERMOLIFT a été conçu pour assurer un séchage optimal des granulés de toutes

Plus en détail

Systèmes d admission. Une admission d air frais idéale pour chaque poulailler

Systèmes d admission. Une admission d air frais idéale pour chaque poulailler Systèmes d admission Une admission d air frais idéale pour chaque poulailler Systèmes d admission - la bonne solution pour chaque bâtiment! Pour vous garantir une admission d air performante, Big Dutchman

Plus en détail

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Ce guide est une introduction à l isolation thermique du bâtiment. Il permet de saisir les principales notions techniques entourant

Plus en détail

COMMUNICATION INTERNE LA REFRIGERATION SOLAIRE A ADSORPTION

COMMUNICATION INTERNE LA REFRIGERATION SOLAIRE A ADSORPTION LA REFRIGERATION SOLAIRE A ADSORPTION 36 ème Salon International des Inventions des Techniques et Produits Nouveaux Genève-Palexpo 2 au 6 avril 2008 Yverdon, le 9 avril 2008 Page 1 sur 6 Introduction Le

Plus en détail

Tél. : 02 99 09 13 30 Fax 09 70 61 39 31 contact@edelweiss-expertises.fr www.edelweiss-expertises.fr

Tél. : 02 99 09 13 30 Fax 09 70 61 39 31 contact@edelweiss-expertises.fr www.edelweiss-expertises.fr Généralités La ventilation : une nécessité vitale... et réglementaire! La ventilation est une obligation légale pour tous les logements construits après 1982. Les textes imposent notamment «une aération

Plus en détail

Version n 3 du 11 décembre 2009

Version n 3 du 11 décembre 2009 SYNTHESE de l étude thermique Projet de Maison Individuelle Basse Consommation Maîtres d ouvrage : M. et Mme Enjolras Lieu : La Bâtie Divisin (38) Version n 3 du 11 décembre 2009 SOMMAIRE : 1. Hypothèses

Plus en détail

CHAUFFAGE CÉRAMIQUE À GAZ. Nouvelle génération de radiants conçus pour réaliser des économies. Un nouveau concept de chauffage

CHAUFFAGE CÉRAMIQUE À GAZ. Nouvelle génération de radiants conçus pour réaliser des économies. Un nouveau concept de chauffage Nouvelle génération de radiants conçus pour réaliser des économies Un nouveau concept de chauffage Choix d'une température de confort adaptée à chaque poussin Haute performance Améliorer la PRODUCTIVITÉ

Plus en détail

Ce guide vous aidera à en savoir plus et vous donnera peut-être l envie d en installer un chez vous [1] Mise à jour le 06/04/2008

Ce guide vous aidera à en savoir plus et vous donnera peut-être l envie d en installer un chez vous [1] Mise à jour le 06/04/2008 Un système de rafraîchissement hérité des romains est sorti de l'oubli : on l'appelle puits canadien quand il sert à préchauffer l'air extérieur l'hiver, puits provençal quand il sert à rafraîchir l'été,

Plus en détail

Le Diagnostic de Performance Energétique (DPE) Depuis le 1 er juillet 2007 la remise du DPE est obligatoire lors de la signature de tout nouveau bail.

Le Diagnostic de Performance Energétique (DPE) Depuis le 1 er juillet 2007 la remise du DPE est obligatoire lors de la signature de tout nouveau bail. www.nlazur-hlm.fr Le Diagnostic de Performance Energétique (DPE) Depuis le 1 er juillet 2007 la remise du DPE est obligatoire lors de la signature de tout nouveau bail. 1 - Objectif du DPE Ce document

Plus en détail

Consommations d énergie en élevage de volailles de chair.

Consommations d énergie en élevage de volailles de chair. Consommations d énergie en élevage de volailles de chair. Travaux menés par l ITAVI, les Chambres Régionales d Agriculture de Bretagne et Pays de la Loire. Etudes réalisées avec le soutien financier de

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006 et arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments à usage principal d habitation

Plus en détail

ATELIER D'ÉCHANGES PROFESSIONNELS -QUALITÉ DE L'AIR INTÉRIEUR ET VENTILATION. Concilier ventilation efficace et économies d'énergie

ATELIER D'ÉCHANGES PROFESSIONNELS -QUALITÉ DE L'AIR INTÉRIEUR ET VENTILATION. Concilier ventilation efficace et économies d'énergie ATELIER D'ÉCHANGES PROFESSIONNELS -QUALITÉ DE L'AIR INTÉRIEUR ET VENTILATION Concilier ventilation efficace et économies d'énergie Jeudi 28 Novembre 2013 Pourquoiventiler? L OMS (Organisation mondiale

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) Valable jusqu au : 27/01/2026 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : Non renseignée Surface habitable : 49 m 2 Adresse : 58 CHEMIN DE GIBBES Propriétaire : Nom : DIR REG FIP PACA ET BOUCHES

Plus en détail

Hydratation - eau. Alimentation du sportif: apports en eau

Hydratation - eau. Alimentation du sportif: apports en eau Alimentation du sportif: apports en eau 1 L eau représente 40 à 70% de la masse corporelle (selon son âge, son sexes et sa composition corporelle). Elle représente 65 à 75 % de sa masse musculaire et environ

Plus en détail

Pour 2012, selon la Loi de. Investissements bénéficiant du crédit d'impôt Equipements de production d'énergie utilisant éolienne ou hydraulique

Pour 2012, selon la Loi de. Investissements bénéficiant du crédit d'impôt Equipements de production d'énergie utilisant éolienne ou hydraulique Petit Rappel Quelles sont les conditions pour en bénéficier en 2012? Votre situation : Vous êtes locataire, propriétaire occupant ou occupant à titre gratuit ; Vous êtes fiscalement domicilié en France.

Plus en détail

Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées

Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées Les différents rapports d enquête sur la canicule 2003 ont souligné que le rafraîchissement des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic

Plus en détail

Quelques infos pour commencer

Quelques infos pour commencer Traquer les courants d air Quelques infos pour commencer LIENS UTILES Les problématiques d étanchéité à l air et de VMC sont souvent accompagnées de questions concernant la qualité de l air intérieur.

Plus en détail

Le Crédit d Impôts Développement Durable 2013

Le Crédit d Impôts Développement Durable 2013 Le Crédit d Impôts Développement Durable 2013 Qu'est-ce que le crédit d'impôt développement durable? C'est une disposition fiscale permettant aux ménages de déduire de leur impôt sur le revenu une partie

Plus en détail

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Avenue de l'optimisme 49 1140 EVERE ème DROIT Superficie brute: 85 m² 1 Performance énergétique du bâtiment Très économe

Plus en détail

ventilez chauffez votre eau CRÉDIT D IMPÔTS* vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 facilité d intégration

ventilez chauffez votre eau CRÉDIT D IMPÔTS* vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 facilité d intégration vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 Les P r o d u i t s facilité d intégration facilité d installation gains énergétiques renforcés : rendement stable quelle que soit la température

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

Conception des systèmes de chauffage par pompe à chaleur

Conception des systèmes de chauffage par pompe à chaleur Conception des systèmes de chauffage par pompe à chaleur NBN EN 15450:2008 Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction

Plus en détail

Cultiver les plantes hors-sol

Cultiver les plantes hors-sol Cultiver les plantes hors-sol Pour appréhender la culture des plantes horssol, il faut avoir à l esprit que l on a affaire à un milieu qui n a pas la capacité de se régénérer spontanément. Il est cependant

Plus en détail

Les bouquets sont classés par ordre croissant d ambition, sous les appellations suivantes : - premium - premium+ - medium - optimum

Les bouquets sont classés par ordre croissant d ambition, sous les appellations suivantes : - premium - premium+ - medium - optimum Présentation des s de travaux et des Gains en économies d énergie générés par la réalisation des travaux préconisés, en logement ancien de taille moyenne La définition de bouquets de travaux a pour objectif

Plus en détail

Perfinox. Perfinox 4024 BVI R - 4028 BVI R - 4034 BVI R. Perfinox 4024 VI R - 4034 VI R CHAUDIÈRE GAZ À CONDENSATION

Perfinox. Perfinox 4024 BVI R - 4028 BVI R - 4034 BVI R. Perfinox 4024 VI R - 4034 VI R CHAUDIÈRE GAZ À CONDENSATION CHAUDIÈRE GAZ À CONDENSATION Perfinox CHAUDIÈRE GAZ À CONDENSATION MODULANTE Perfinox 4024 BVI R - 4028 BVI R - 4034 BVI R Chauffage et production d eau chaude sanitaire accumulée (ballon ACI 105 ou 131

Plus en détail

Contrainte thermique Les effets sur le corps

Contrainte thermique Les effets sur le corps Un partenariat Contrainte thermique Les effets sur le corps La contrainte thermique, par la chaleur ou par le froid, enclenche des mécanismes physiologiques de régulation permettant au corps de maintenir

Plus en détail

RADIATEUR A FLUIDE CALOPORTEUR

RADIATEUR A FLUIDE CALOPORTEUR RADIATEUR A FLUIDE CALOPORTEUR INSTALLER LE RADIATEUR 1/ Préparer l installation du radiateur Règles d installation - Ce radiateur a été conçu pour être installé dans un local résidentiel. Dans tout autre

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DIAG AZUR PERICHAULT 6 impasse Lou Pénéqué 13950 CADOLIVE Tél : 04 42 32 46 39 Cel : 06 20 76 89 36 EMAIL : jean-louis.perichaut@wanadoo.fr DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14

Plus en détail

L évolution de l efficacité : pompe à chaleur Inverter 33 HT

L évolution de l efficacité : pompe à chaleur Inverter 33 HT POMPE À CHALEUR AIR EAU L évolution de l efficacité : pompe à chaleur Inverter 33 HT Idéale pour la rénovation PARTICULIÈREMENT EFFICACE GRÂCE À LA TECHNOLOGIE INVERTER ET L INJECTION DE VAPEUR INTERMÉDIAIRE

Plus en détail

Générateurs d air chaud

Générateurs d air chaud WARMLUFTHEIZUNGEN Générateurs d air chaud Modèles Prestige-SE et Optimal-E La technologie moderne du chauffage à air chaud Montée en température rapide Générateurs d air chaud selon le principe modulaire

Plus en détail

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw Guide de la mesure pour chaudières de 4 à 400 kw Selon le nouvel arrêté du 15/09/2009 nous mettons à votre disposition : les attestations au format PDF - Dans les mallettes des analyseurs de combustion

Plus en détail

Le Potentiel d Oxydoréduction (POR) :

Le Potentiel d Oxydoréduction (POR) : FICHE D INFORMATION Le Potentiel d Oxydoréduction (POR) : un nouvel outil pour évaluer la qualité de l eau info.hybrid@hendrix-genetics.com www.hybridturkeys.com Une eau propre et saine est l un des facteurs

Plus en détail

Financement des coûts de l administration et de la gestion

Financement des coûts de l administration et de la gestion SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/10 Point 11.6 de l ordre du jour provisoire 9 mai 2014 Financement des coûts de l administration et de la gestion Rapport du Secrétariat 1. Un examen

Plus en détail

Le confort qui préserve la nature. Une ressource économique et inépuisable. Une énergie respectueuse de l environnement

Le confort qui préserve la nature. Une ressource économique et inépuisable. Une énergie respectueuse de l environnement Énergie bois Eco-conception by C H A U D I È R E À C O M B U S T I B L E S S O L I D E S ADVANCE Le confort qui préserve la nature >> Une ressource économique et inépuisable >> Une énergie respectueuse

Plus en détail

STESSI sarl. Plomberie Chauffage Electricité. La Passion et le Confort de votre Espace Vie

STESSI sarl. Plomberie Chauffage Electricité. La Passion et le Confort de votre Espace Vie STESSI sarl Plomberie Chauffage Electricité La Passion et le Confort de votre Espace Vie Solaire Granulés Double Flux L ECO Artisan s engage :. A vous conseiller sur des solutions performantes adaptables

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES TEMPÉRATURES ET DU TEMPS

LE CONTRÔLE DES TEMPÉRATURES ET DU TEMPS LE CONTRÔLE DES TEMPÉRATURES ET DU TEMPS 1 Résumé HOT PAT Contrôler ces deux T (temps-température) assure l innocuité des aliments. On peut empêcher le développement des microorganismes en : maîtrisant

Plus en détail

Comment s en protéger

Comment s en protéger Comment s en protéger et économiser de l énergie en supprimant les courants d air grâce à l enveloppe de bâtiment spécial économie d énergie de SIGA Notre histoire débute par une magnifique journée de

Plus en détail

ACCONA INSTRUCTIONS GENERALES PRECAUTIONS D'EMPLOI COMPOSITION

ACCONA INSTRUCTIONS GENERALES PRECAUTIONS D'EMPLOI COMPOSITION Notice de Pose et d'utilisation Gamme ACCONA INSTRUCTIONS GENERALES AVANT L'INSTALLATION ET L'UTILISATION NOUS VOUS REMERCIONS DE LIRE ATTENTIVEMENT CETTE NOTICE RESPECTER LES PRESCRIPTIONS SUIVANTES:

Plus en détail

qualité des prestations des

qualité des prestations des Plateforme d appui aux entreprises et à la formation technique du BTP Renforcer la qualité des prestations des entreprises pour augmenter leurs opportunités de marché Renforcer la qualité des prestations

Plus en détail

Foyer 800 Double ouverture Panoramique à contre poids

Foyer 800 Double ouverture Panoramique à contre poids Foyer 800 Double ouverture Panoramique à contre poids Référence 6887 44 LC 26/01/2010 page 1/6 579 1156.5 Foyer 800 DO Panoramique à contre poids Notice particulière d utilisation et d installation AD688744

Plus en détail

L isolation éco-biologique

L isolation éco-biologique L isolation éco-biologique thermique Les animaux à sang froid s adaptent à la température du milieu ; les mammifères, eux, ont besoin de maintenir une température interne constante. Pour introduire une

Plus en détail

Pompes à chaleur Vous y gagnez, la planète aussi. Des solutions pour économiser DE l énergie dans votre foyer. Indépendance.

Pompes à chaleur Vous y gagnez, la planète aussi. Des solutions pour économiser DE l énergie dans votre foyer. Indépendance. eau chaude énergies RENOUVEL ABLES chauffage Pompes à chaleur Vous y gagnez, la planète aussi Des solutions pour économiser DE l énergie dans votre foyer Indépendanc Indépendance Indépendan STIEBEL ELTRON.

Plus en détail

Cette fiche vous fournit les éléments essentiels qui vous permettront de mieux comprendre les enjeux du chauffage dans votre logement.

Cette fiche vous fournit les éléments essentiels qui vous permettront de mieux comprendre les enjeux du chauffage dans votre logement. Si vous voulez construire une nouvelle maison ou entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du bien-être

Plus en détail

Besoins énergétiques et impact environnemental du chauffage des bâtiments résidentiels au Maroc

Besoins énergétiques et impact environnemental du chauffage des bâtiments résidentiels au Maroc Besoins énergétiques et impact environnemental du chauffage des bâtiments résidentiels au Maroc Rachida IDCHABANI 1 *, Mohamed ELGANAOUI 2, Mohamed GAROUM 1 1 Laboratoire d Energie, Matériaux et Environnement,

Plus en détail

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Editeur responsable: Gil Houins Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire WTC III 21

Plus en détail

recommandations de Gestion des ProdUits de santé soumis À La chaîne du Froid entre +2 c et +8 c À L officine

recommandations de Gestion des ProdUits de santé soumis À La chaîne du Froid entre +2 c et +8 c À L officine RECOMMANDATIONS recommandations de GESTION DES PRODUITS DE SANTÉ SOUMIS À LA CHAÎNE DU FROID ENTRE +2 C ET +8 C À L OFFICINE édition de décembre 2009 SOMMAIRE 1 Introduction 3 2 Respect des engagements

Plus en détail

Comfosystems Zehnder PremiVent système de ventilation sur les fenêtres

Comfosystems Zehnder PremiVent système de ventilation sur les fenêtres Comfosystems Zehnder PremiVent système de ventilation sur les fenêtres Chauffage Rafraîchissement Air frais Air pur Vorteile Comment avoir des nouvelles fenêtres avec davantage d air frais. Il est inconcevable

Plus en détail

Groupes électrogènes à gaz

Groupes électrogènes à gaz cat CG260 Groupes électrogènes à gaz Cat CG260 DES SOLUTIONS ÉNERGÉTIQUES PLUS INTELLIGENTES SECTEURS TERTIAIRE ET INDUSTRIEL Les centres de production industriels, les complexes de loisirs, les centres

Plus en détail

sçíêé=ã~áëçå Le choix d un déshumidificateur

sçíêé=ã~áëçå Le choix d un déshumidificateur sçíêé=ã~áëçå CF 27 Les déshumidificateurs servent à éliminer l humidité dans l air intérieur. Ils sont habituellement utilisés pour régler les problèmes d humidité, comme de la condensation sur les fenêtres

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement Flux énergétiques dans le système de chauffage/ecs sur base de trois exemples Jonathan FRONHOFFS

Plus en détail

Conseils +++ Des conseils pour moins et mieux consommer ainsi que sur la sécurité

Conseils +++ Des conseils pour moins et mieux consommer ainsi que sur la sécurité Conseils +++ Des conseils pour moins et mieux consommer ainsi que sur la sécurité Lampe Favorisez la lumière naturelle. Les couleurs claires reflètent mieux la lumière et vous aideront à en bénéficier.

Plus en détail

Le chauffage. Défi FAEP

Le chauffage. Défi FAEP Le chauffage Défi FAEP Les aspects abordés L impact du chauffage sur les consommations Les bonnes questions à se poser Lutter contre les parois froides Exemple avec une famille moyenne La part du chauffage

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2)

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 15 septembre 2006, Arrêté du 27 janvier 2012 modifiant l arrêté

Plus en détail

CARACTERISTIQUES A PRENDRE EN COMPTE

CARACTERISTIQUES A PRENDRE EN COMPTE Jean-Pierre L. Consultant logistique spécialiste en entreposage. DIALOGIS METHODE L implantation du picking : enjeu majeur de la mise en oeuvre d une chaîne de préparation mécanisée RESUME L exploitation

Plus en détail

4 RUE PASLETTE 35 000 RENNES Dossier n :1447

4 RUE PASLETTE 35 000 RENNES Dossier n :1447 Rennes : 02 janvier 2008 4 RUE PASLETTE 35 000 RENNES Dossier n :1447 APPARTEMENT T2 Dans la cour sur la gauche 1er ETAGE 1447_ARPA_DPE21 1 / 6 N : 1447 Valable jusqu au : 01/01/2018 Type de bâtiment :

Plus en détail

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LA SITUATION À PARIS V.1 - FAVORISER LA SOBRIÉTÉ ÉNERGÉTIQUE La maîtrise de l énergie et plus largement la politique de lutte contre les changements

Plus en détail

LA MAISON ET L ENERGIE

LA MAISON ET L ENERGIE LA MAISON ET L ENERGIE Objectif(s) : L objectif de l activité est d enseigner aux élèves des notions d économie d énergie et d efficacité énergétique, y compris les conséquences sur les coûts. Elle se

Plus en détail

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K L HYDRAULIQUE 1) Formules de notions de base Puissance nécessaire pour élever une certaine quantité d eau d un différentiel de température Puissance (W) = 1.163 x Volume (l) x T ( C) Débit nécessaire en

Plus en détail

Outil d aide au dimensionnement de Pompe à chaleur et des systèmes Hybrid Saunier Duval. «Outil PAC et Genia Hybrid v6»

Outil d aide au dimensionnement de Pompe à chaleur et des systèmes Hybrid Saunier Duval. «Outil PAC et Genia Hybrid v6» Outil d aide au dimensionnement de Pompe à chaleur et des systèmes Hybrid Saunier Duval «Outil PAC et Genia Hybrid v6» Notice d emploi version 6 Février 2012 SOMMAIRE 1 PRESENTATION GENERALE DE L OUTIL...

Plus en détail

La meilleure source de chaleur vient d en haut!

La meilleure source de chaleur vient d en haut! 1 DOCUMENTATION TECHNIQUE MONTAGE DE FILMS CHAUFFANTS POUR PLAFOND RAYONNANT PLÂTRE Edition juin 2013 La meilleure source de chaleur vient d en haut! efilm conseil: 06 62 38 05 41 SOS maison et bâtiment

Plus en détail

Plans de mesures correctives

Plans de mesures correctives Les plans de mesures correctives décrivent les moyens que les membres de la famille ou du personnel doivent mettre en œuvre pour corriger les problèmes qui surviennent. Les plans de mesures correctives

Plus en détail

Flash information : Juin 2010

Flash information : Juin 2010 Flash information : Juin 2010 Comment rendre son logement plus performant Le coût de l énergie, son impact polluant sur notre environnement, nous mènent aujourd hui à favoriser et à développer chez chacun

Plus en détail

Poêle à bois OVE référence 6149 44. Poêle à bois OVE. Référence 6149 44. SP le 30 05 2013 Page 1 sur 9

Poêle à bois OVE référence 6149 44. Poêle à bois OVE. Référence 6149 44. SP le 30 05 2013 Page 1 sur 9 Poêle à bois OVE Référence 6149 44 SP le 0 05 01 Page 1 sur 9 110 795 AD614944 Poêle à bois OVE référence 6149 44 Notice particulière d utilisation et d installation Consulter attentivement ce complément

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE SARL 12 Lot le Vignaud 1 30980 LANGLADE Tel/Fax : 04 66 01 18 19 Mobile : 06 84 66 90 70 Email : g-diatic@orange.fr D P E DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006 et

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Juin 2005 Série technique 05-100 Incidence de la température de consigne des thermostats sur la consommation d énergie introduction Les occupants d une maison règlent habituellement

Plus en détail

Conditions d'autorisation pour établissements de stockage de matériel d origine de matériel de catégorie 3.

Conditions d'autorisation pour établissements de stockage de matériel d origine de matériel de catégorie 3. Conditions d'autorisation pour établissements de stockage de matériel d origine de matériel de catégorie 3. Annexe III.8.11. de l arrêté royal du 16 janvier 2006 fixant les modalités des agréments, des

Plus en détail

Son emplacement : vérifier les dimensions, le sens d'ouverture des portes de l'appareil et les possibilités de branchement.

Son emplacement : vérifier les dimensions, le sens d'ouverture des portes de l'appareil et les possibilités de branchement. Avant l'achat d'un appareil électroménager, être vigilent à... Son emplacement : vérifier les dimensions, le sens d'ouverture des portes de l'appareil et les possibilités de branchement. Sa consommation

Plus en détail

Atelier sur la qualité de l air intérieur

Atelier sur la qualité de l air intérieur Atelier sur la qualité de l air intérieur Évaluation des contaminants atmosphériques courants dans les systèmes de ventilation Dru Sahai Santé publique Ontario Atelier sur la qualité de l air intérieur

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES D UNE ETUDE DE FAISABILITE INTEGREE

LIGNES DIRECTRICES D UNE ETUDE DE FAISABILITE INTEGREE LIGNES DIRECTRICES D UNE ETUDE DE FAISABILITE INTEGREE 0. CONTEXTE Dans le cadre de l Ordonnance relative à la performance énergétique et au climat intérieur des bâtiments du 7 juin 2007, une étude de

Plus en détail

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques La santé dans toutes les politiques, de quoi s agit-il? La santé dans toutes les politiques est une approche intersectorielle des politiques

Plus en détail

Titre du projet : Bibliothèque multifonctionnelle éconergétique «Net Zéro» de Varennes

Titre du projet : Bibliothèque multifonctionnelle éconergétique «Net Zéro» de Varennes Titre du projet : Bibliothèque multifonctionnelle éconergétique «Net Zéro» de Varennes Nom de la municipalité : Ville de Varennes Description du projet : La Ville de Varennes s'est engagée à construire,

Plus en détail

LES SECRETS DU CONFORT. Découvrez pourquoi un appareil de chauffage CONVECTAIR procure un confort inégalé.

LES SECRETS DU CONFORT. Découvrez pourquoi un appareil de chauffage CONVECTAIR procure un confort inégalé. LES SECRETS DU CONFORT Découvrez pourquoi un appareil de chauffage CONVECTAIR procure un confort inégalé. L IMPORTANCE D UN BON CALCUL PAYEZ-VOUS VOS FACTURES AU «pif»? Non? Pourquoi songer à chauffer

Plus en détail