Baromètre santé Poitou-Charentes 2010

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Baromètre santé Poitou-Charentes 2010"

Transcription

1 Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 CONTEXTE Le dépistage est défini par l OMS comme «l identification présomptive de maladies ou troubles non reconnus, par l application de tests, d examens ou d autres procédés pouvant être rapidement exécutés». Il existe différents dépistages pour différentes pathologies : VIH, IST, cancer du sein, cancer du col de l utérus, cancer colorectal, cancer de la prostate Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par la DGS en 1994 tandis que le programme de dépistage du cancer colorectal s est généralisé depuis L ensemble des maladies chroniques touche environ 15 millions de personnes en France soit près de 20 % de la population totale. Certaines personnes peuvent souffrir de plusieurs maladies à la fois. Une maladie chronique est une maladie de longue durée, évolutive, souvent associée à une invalidité et à la menace de complications graves. Leurs prises en charge comme la prise en charge du handicap constitue donc un enjeu de grande importance et une priorité y compris au niveau régional en lien avec l éducation thérapeutique, pour une amélioration de la qualité de vie des patients. COMPARAISON ET EVOLUTION Par rapport à la situation nationale, la fréquence des recours aux dépistages dans la région est comparable, qu il s agisse du dépistage du sida dans la vie ou dans l année, du respect des recommandations en ce qui concerne le frottis vaginal, la mammographie, et la recherche de sang dans les selles. En revanche, de fortes évolutions sont constatées en ce qui concerne les mammographies et la recherche de sang dans les selles, le pourcentage du respect des recommandations passant respectivement entre 2000 et 2010 de 46 % à 81 %, et de 7 % à 46 %. Les données montrent également une proportion moins importante de personnes de ans atteintes par une maladie chronique : 23,5 % contre 24,5 % en France, et cette proportion n a pas évolué depuis La situation en ce qui concerne le handicap n a pas évoluée depuis 2000 et est comparable au niveau national. Concernant le recours aux soins, aucune différence n est mis en évidence depuis Comparativement au niveau national, les fréquences de recours dans l année sont identiques sauf pour les consultations chez le «psy» (psychologue, psychiatre, psychothérapeute) qui sont moins fréquentes en Poitou-Charentes : 4,2 % des ans domiciliés dans la région ont consulté au moins une fois le «psy» dans l année contre 7,1 % des français de ans. En % Dépistage du sida dans la vie chez les 15 ans et plus Dépistage du sida dans l année chez les 15 ans et plus Frottis vaginal dans les 3 ans chez les femmes de 15 ans plus Mammographie dans les 2 ans chez les femmes de 50 ans et plus Recherche de sang dans les selles dans les 2 ans chez les hommes de 50 ans et plus France ans Poitou-Charentes 2010 Poitou- Charentes 2000 ns 59,3 - nd ns 12,0 12,3 ns ns 66,6 75,6 ns ns 73,2 81,4 45,7 ns 43,8 45,8 7,3 Maladie chronique 24,5 23,5 21,6 ns Handicap perçu ns 12,9 10,7 ns Consultation chez le généraliste dans l année ns 85,1 84,3 ns Consultation chez le «psy» dans l année 7,1 4,2 4,4 ns Hospitalisation au moins une nuit dans l année ans ns 13,5 - nd Sources : Baromètre santé Poitou-Charentes 2010, Baromètre santé 2010 France, Baromètre santé Poitou-Charentes 2000 Notes de lecture du tableau : - Dans la colonne «Poitou-Charentes 2010», deux valeurs sont présentées. La valeur de gauche concerne les ans et est comparée à la valeur nationale. La valeur de droite concerne les ans et est comparée à la valeur régionale de Les proportions en gras mettent en évidence une différence significative sur les données France/Poitou-Charentes ou 2010/ ns : différence non significative - nd : Non Disponible 17, rue Salvador Allende Poitiers Tél Sites gérés par l ORS :

2 DEPISTAGES Le dépistage du sida Un peu plus de 40 % des ans n ont jamais réalisé un test de dépistage du sida (hors don du sang), 47 % en ont réalisé un il y a plus d un an et 12 % il y a moins d un an. Les femmes sont un peu plus d un tiers à n en avoir jamais réalisé contre plus de 45 % des hommes. La proportion de personnes n ayant jamais fait de test est plus importante parmi les ans et parmi les ans. Elle dépasse la moitié de l effectif. Cependant, c est également parmi les plus jeunes que la proportion de test dans les 12 derniers mois est la plus importante. Les facteurs associés à la réalisation d un test de dépistage dans la vie mis en évidence sont le fait d être une femme, d être âgé entre 26 et 45 ans par rapport aux ans, ainsi que le fait d avoir un diplôme de niveau inférieur au bac ou de ne pas être diplômé par rapport à ceux qui ont au moins le bac. Le frottis vaginal Environ 16 % des femmes de ans de l échantillon n ont jamais réalisé un frottis vaginal. Près de 60 % des jeunes femmes âgées entre 15 et 25 ans n en ont jamais fait. Cette proportion n atteint pas 1 % chez les ans. Parmi les femmes ayant déjà réalisé un frottis, plus de 40 % l ont réalisé dans l année, plus d un quart dans les 2 ans. Pour 14 % d entre elles, il a eu lieu il y a plus de 5 ans. Les deux tiers des femmes de 15 ans et plus ont respecté la recommandation : un frottis tous les 3 ans. Les facteurs associés au respect de la recommandation pour ce test sont un âge inférieur à 66 ans, être dans toute situation professionnelle autre qu étudiante (chômage, travail, retraite, autre), être à l aise financièrement par rapport à ceux qui sont dans une situation difficile. La mammographie Un peu plus de 8 femmes sur 10 âgées entre 40 et 85 ans ont déjà fait une mammographie. Selon l âge, cette proportion diffère, elle est ainsi de 53 % entre 40 et 45 ans pour atteindre 96 % entre 56 et 65 ans. Parmi les femmes ayant réalisé une mammographie, un tiers l a réalisée dans la dernière année et 44 % dans les deux dernières années. Moins des trois quarts des femmes suivent la recommandation : tous les 2 ans chez les femmes de 50 ans et plus. Selon les résultats des analyses multivariées, les femmes âgées entre 56 et 75 ans ont une probabilité plus grande d avoir respecté la recommandation pour la réalisation de la mammographie. C est également le cas des femmes ayant consulté un professionnel de santé dans l année ainsi que des femmes faisant du sport au moins une fois par mois. La recherche de sang dans les selles Ce thème n est abordé qu auprès des hommes de ans. Environ 40 % des hommes de ans ont fait une recherche de sang dans les selles. Cette proportion augmente jusqu à la tranche d âge ans où elle atteint 60 %, puis elle est moindre chez les ans (41 %). Parmi les hommes ayant réalisé ce test, 43 % l ont réalisé dans l année et un tiers entre 1 et 2 ans. Près d un sur dix l ont réalisé il y a plus de 5 ans. Plus de 40 % des hommes ont suivi la recommandation : tous les 2 ans chez les hommes de ans sans différence Réalisation d un test de dépistage du sida selon le sexe par tranche d âge (%) Hommes Femmes N = 643 Valeurs manquantes = 30 Réalisation du dernier frottis vaginal dans les 3 ans N = 716 Valeurs manquantes = 17 Réalisation d une mammographie dans les 2 ans chez les femmes de ans par tranche d âge(%) N = 429 Valeurs manquantes = 4 Réalisation dans la vie d une recherche de sang dans les selles chez les hommes de ans par tranche d âge (%) N = 389 Valeurs manquantes = 2 2

3 MALADIES CHRONIQUES Les maladies chroniques sont définies dans l enquête comme des maladies qui durent longtemps (au moins six mois) et qui peuvent nécessiter des soins réguliers (par exemple : diabète, asthme, etc.). En cas d hésitation de la personne interrogée, l enquêteur devait considérer qu il s agissait d une maladie chronique. La fréquence des maladies chroniques Près d un quart des ans déclare souffrir d une maladie chronique. Cette proportion augmente avec l âge : elle est de 8,8 % chez les ans et atteint un quart des ans, pour dépasser 40 % à partir de ans. Selon les analyses multivariées, il existe un petit sur risque d être atteint d une maladie chronique chez les hommes. C est également le cas chez les personnes déclarant être limitées physiquement. Enfin, avoir une maladie chronique est associée à une qualité de vie moindre sur la dimension mentale ainsi qu au fait d avoir vécu ou de vivre un épisode dépressif caractérisé (EDC). Les maladies les plus fréquemment déclarées sont les maladies cardio-vasculaires, les maladies endocriniennes ou métaboliques, les maladies respiratoires puis les maladies des os ou des articulations. Les hommes sont significativement plus fréquemment atteints d une maladie cardio-vasculaire que les femmes (9 % contre 6 %) tandis que les maladies des os et des articulations touchent plus fréquemment les femmes (4 % contre 2 %). Ce sont surtout pour les maladies cardiovasculaires et dans une moindre mesure pour les maladies endocriniennes, que l augmentation des prévalences avec l âge est la plus importante. Les premières sont marginales jusqu à la tranche d âge ans, elles concernent près de 6 % des ans pour atteindre 23 % chez les ans. Les consultations des personnes atteintes d une maladie chronique La presque totalité des personnes atteintes d une maladie chronique ont consulté au moins une fois un professionnel de santé dans l année. Seules 6 personnes atteintes d une maladie chronique déclarent ne pas être allé consulté un professionnel de santé dans l année. Le médecin généraliste a été consulté au moins une fois par plus de 95 % d entre eux ce qui en fait le professionnel le plus fréquemment consulté devant le spécialiste (76 %), l infirmière (34 %), le kinésithérapeute (27 %) et le diététicien (5 %). Prévalence des maladies chroniques par sexe Classes des maladies chroniques déclarées des ans Classe Pourcentage Effectif Maladies cardio-vasculaires 7,5 152 Maladies endocriniennes ou métaboliques 6,0 114 Maladies respiratoires 4,0 75 Maladies des os ou articulations 2,9 60 Maladies digestives 1,6 25 Cancers 1,4 21 Maladies de peau 1,1 11 Maladies neurologiques 0,9 15 Maladies mentales 0,9 20 Maladies urinaires ou génitales 0,4 9 Maladies ophtalmologiques 0,3 8 Autres maladies 1,5 27 N = Prévalence des deux principales maladies chroniques déclarées par tranche d âge (%) Les différences observées selon l âge et le sexe ne sont pas significatives. N =

4 HANDICAPS ET LIMITATIONS Les limitations à cause d une maladie ou d un handicap Environ 13 % des hommes et des femmes de ans déclarent être limités dans les activités habituelles, depuis au moins six mois : 5 % le sont fortement et 8 % pas fortement. Deux cassures correspondant à une augmentation de ces proportions sont observées : la première intervient entre la tranche d âge ans et ans, et la deuxième entre la tranche d âge ans et ans. Près des trois quarts des personnes concernées sont limitées par des douleurs, puis par le fait de se fatiguer rapidement, et/ ou par un problème moteur pour environ la moitié. Un quart est limité par des problèmes cardiologiques ou respiratoires. Plus l âge avance, plus la proportion de personnes limitées par une fatigue rapide est importante : ils sont moins d un tiers des personnes limitées à évoquer cette raison dans la tranche d âge ans pour atteindre 85 % chez les ans. De même, les douleurs sont plus fréquemment évoquées par les plus âgés : ils sont près de 43 % entre 15 et 25 ans contre environ 75 % entre 66 et 85 ans, mais c est entre 36 et 55 ans que cette proportion est la plus importante avec plus de 85 % des personnes limitées physiquement. Enfin, les problèmes cardiaques et respiratoires ont été évoqués de façon moindre chez les personnes limitées âgées entre 26 et 55 ans (entre 11 et 15 %) par rapport aux plus jeunes et aux ans (entre 28 et 38 %). Le rôle de l âge Pour plus de 40 % des personnes concernées, les limitations subies sont liées à l avancée en âge. Cette proportion atteint plus de 90 % chez les ans et près de 80 % chez les ans. Les principales difficultés éprouvées Entendre et comprendre ce qui se dit dans une conversation est la principale difficulté éprouvée par les personnes déclarant être limitées (15 % d entre eux), juste devant lire et reconnaître un visage à quelques mètres (14 %), puis se concentrer plus de 10 minutes (13 %), s habiller ou se déshabiller seul (12 %), sortir du domicile (11 %), et effectuer une démarche administrative simple (8 %). Les aides perçues Un cinquième seulement des personnes déclarant être limitées par un handicap ou une perte d autonomie perçoivent une allocation ou une aide financière pour cette raison, et un dixième reçoit l aide d une personne dans la vie quotidienne. La perception du handicap Finalement 13 % des ans considèrent qu ils ont un handicap, les hommes sont 15 % dans ce cas contre 11 % des femmes. Environ 2 % des ans disent avoir un handicap mais cette proportion augmente régulièrement avec l âge pour concerner 15 % des ans, et atteindre 30 % des ans. Selon les résultats de l analyse multivariée, les personnes les plus à risque de déclarer être limitées dans les activités que font habituellement les gens, depuis au moins six mois, ont une probabilité plus importante d avoir renoncé à des soins pour des raisons financières. Ils ont également un risque plus important d avoir des troubles du sommeil et de souffrir d une maladie chronique. De plus, la limitation est associée à un score de qualité de vie moindre sur la dimension mentale ainsi qu aux tentatives de suicide, le risque de passage à l acte étant deux fois plus élevé. Limitations ressenties depuis au moins 6 mois selon l intensité par tranche d âge (%) Causes des limitations liées à une maladie ou un handicap Causes des limitations Pourcentage Effectif par un problème moteur 49,0 124 par des problèmes cardiologiques ou respiratoires 23,6 57 par un problème visuel 16,7 47 par un problème d'audition (sourd ou malentendant) 12,1 19* par un problème de mémoire 15,2 30* par des problèmes d'orientation dans le temps et l'espace 8,2 16* par des difficultés d'apprentissage ou de compréhension 8,1 14* par des douleurs 73,0 131* par le fait de se fatiguer rapidement 52,1 102* par un autre problème 19,0 35* * ces items n étaient proposés qu à une sous partie de l échantillon, soit 177 personnes au lieu des 252 personnes concernées par une limitation physique dans l échantillon principal. Perception d un handicap par tranche d âge (%) N = 743 Valeurs manquantes = 2 p < 0,008 N = Valeurs manquantes = 2 Professionnels de santé consultés dans l année effectif Professionnels de santé Pourcentage effectif ayant répondu Médecin ou infirmière scolaire (étudiant) 34, Médecin généraliste (hors malades chroniques) 81, Pédiatre (moins de 20 ans et hors malades chroniques) 4, Gynécologue (femme) 44, Psychologue, psychiatre, psychanalyste 4, Dentiste 56, Homéopathe 8, Acupuncteur ou mésothérapeute 3, Autre médecin spécialiste (hors malades chroniques) 29,

5 CONSULTATIONS Le médecin généraliste est le professionnel de santé le plus fréquemment consulté. C est ensuite le dentiste, devant le gynécologue pour les femmes et le médecin ou infirmière scolaire chez les étudiants. Les femmes consultent plus fréquemment le médecin généraliste (88,4 % contre 75,1 %), le psychologue ou psychiatre (5,8 % contre 2,6 %), le dentiste (63,1 % contre 50,5 %), l homéopathe (10,2 % contre 7 %), et l acupuncteur (4,5 % contre 1,7 %). Le médecin généraliste Plus de 80 % des ans ont consulté le médecin généraliste dans l année. Chez les femmes il n y a pas de différence selon la tranche d âge. Chez les hommes, un peu moins des deux tiers ont consulté dans l année. Cette proportion atteint presque 80 % chez les ans pour redescendre à un peu moins de 70 % chez les ans. Au-delà, les proportions d hommes ayant consulté dans l année atteignent 95 %. Les facteurs associés aux consultations chez le médecin généraliste sont le fait d être une femme, d être âgé d au moins ans. Ne pas avoir de diplôme est associé à une probabilité moindre d avoir consulté dans l année ainsi que vivre seul. Enfin, les personnes ayant un score de qualité de vie dégradé ont une probabilité plus importante d avoir eu recours au généraliste dans l année notamment sur les dimensions mentale et physique. La consultation de routine chez le généraliste Les consultations de routine sont les consultations réalisées en dehors de tout traumatisme, maladie ou problème de santé. Sont également considérées comme consultation de routine les renouvellements de médicaments tandis que les visites chez le médecin du travail ne sont pas prises en compte. Environ 60 % des ans ont bénéficié d une consultation de ce type dans l année quand 14 % déclarent n en avoir jamais eu et 6 % il y a plus de 5 ans. Le pourcentage de femmes ayant consulté dans l année pour un contrôle de routine est plus important que celui des hommes (63,6 % contre 58 %). En revanche, le pourcentage des femmes n ayant jamais consulté pour un contrôle de routine est plus important que celui des hommes (16,7 % contre 11,4 %). Chez les femmes, aucune différence n a pu être mise en évidence selon la tranche d âge. Chez les hommes, c est entre 26 et 45 ans que l absence de consultation est la plus fréquente. Les consultations récentes (moins de un an) concernent plus fréquemment les plus âgés. C est à partir des ans que l augmentation est la plus importante avec une proportion qui passe de 57 % chez les ans à 84 %. Recours aux professionnels de santé dans l année selon le sexe (%) Consultation des hommes chez le généraliste dans l année N = 385 p < 0,002 Contrôle de routine des hommes chez le généraliste dans l année (%) La consultation chez le «psy» (psychiatre, psychologue, psychanalyste ou psychothérapeute) Plus souvent consulté dans l année par les femmes (5,8 % contre 2,6 %), le «psy» l est aussi plus fréquemment par les ans (de 5,5 à 6,5 %) que par les plus âgés (moins de 2 %). Les analyses multivariées confirment l âge en tant que facteur associé et montrent également le rôle joué par la structure du foyer, les personnes vivant dans une famille monoparentale ayant une probabilité plus importante d avoir consulté un «psy» dans l année. Enfin, le risque est également plus grand pour ceux qui ont eu des pensées suicidaires dans les 12 mois ainsi que pour ceux qui ont un score de qualité de vie moindre sur la dimension mentale. N = 517 Valeurs manquantes = 5 5

6 La consultation d un gynécologue Seules les femmes sont concernées, et elles ont plus fréquemment consulté lorsqu elles sont âgées entre 26 et 45 ans. Ensuite la proportion diminuent chez les ans (entre 45 et 50 %) jusqu à ne concerner qu un peu plus d une femme sur dix chez les ans. La consultation d un dentiste Plus de la moitié des ans (56,9 %) ont déclaré avoir consulté un dentiste dans les 12 derniers mois. Cette proportion est plus importante chez les femmes (62,9 % contre 50,5 %) mais ne diffère pas selon l âge. L étude des facteurs associés confirme que les femmes ont une probabilité plus importante d avoir consulté. C est également le cas des habitants des agglomérations de plus de habitants par rapport à ceux qui vivent en zone rurale, ainsi que des personnes ayant une activité sportive au moins mensuelle, et de celles qui ne souffrent pas d un trouble du sommeil. Enfin, sont également associés à cette consultation des scores de qualité de vie relativement élevés sur les dimensions sociale et mentale. Consultation des femmes chez le gynécologue dans l année Consultation chez les dentiste dans l année par sexe (%) Homme N = 717 Valeurs manquantes = 0 Femme HOSPITALISATIONS Un peu plus d une personne âgée entre 15 et 85 ans sur dix a été hospitalisée au moins une nuit au cours des 12 derniers mois. Ces proportions sont comparables selon le genre et varient en fonction de l âge uniquement chez les femmes : A partir de 76 ans, plus d un tiers d entre elles a déclaré avoir été hospitalisé au moins une nuit dans l année. Ce pourcentage atteint 5 % chez les ans, près de 20 % chez les ans, puis aux alentours de 10 % entre 36 et 75 ans. Parmi les personnes concernées, un peu plus d une personne sur dix a dû être hospitalisée plus de 15 jours. N = Hospitalisation au moins une nuit dans l année chez les femmes Toutes choses égales par ailleurs, le fait d être âgé d au moins 76 ans est un facteur associé à un risque plus important d avoir été hospitalisé dans l année. C est également le cas pour les personnes non diplômées et ayant obtenu un diplôme inférieur au bac, pour les personnes souffrant d une maladie chronique ainsi que pour celles qui ont un score de qualité de vie faible sur la dimension physique. N = 716 Valeur manquante = 1 Rédacteur : S. Robin EN SAVOIR PLUS Membres du groupe de travail : S. Dujoncquoy (Réseau «Onco Poitou-Charentes»), M. Vivier-Darrigol (ARS) Publication : juin 2012 Drees. L état de santé de la population en France. Rapport suivi des objectifs annexés à la loi de santé publique Bounaud v., Raguenaud M.V., Le VIH/Sida en Poitou-Charentes. Bulletin Observation Santé. ORS Poitou-Charentes. Décembre Pubert M., Texier N., Chubilleau C. Le diabète en Poitou-Charentes. Bulletin Observation Santé. ORS Poitou-Charentes. Novembre Debarre J., Robin S., Le cancer en Poitou-Charentes. Bullentin Observation Santé. ORS Poitou-Charentes. Octobre ORS Poitou-Charentes. Offre de prévention, Etat de santé, Pathologies in Panorama de la santé Poitou-Charentes Dispositifs de dépistage. Mars Vous pouvez vous procurer l ensemble des fiches sur le site de l ORS : 6

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE

OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE PREMIÈRE ANNÉE DE LICENCE ANNÉE UNIVERSITAIRE 2006-2007 PLAN GÉNÉRAL INTRODUCTION p. 2 I. Représentativité de l'échantillon p. 3 1) Sexe

Plus en détail

3. Analyse exploratoire

3. Analyse exploratoire Bilan de l étude de faisabilité «prévention des traumatismes d origine accidentelle» Mouloud Haddak, INRETS-UMRESTTE 1 / Handicap International 1. Préambule Il faut d abord souligner que cette étude de

Plus en détail

La sexualité et la contraception chez les jeunes Champardennais

La sexualité et la contraception chez les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes La sexualité et la contraception chez les jeunes Champardennais Généralement, les premiers sentiments amoureux et l éveil de la sexualité apparaissent à l adolescence. Ce moment

Plus en détail

La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais

La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais La représentation de la maladie, des risques et de la santé de chacun, c est-à-dire de la perception

Plus en détail

Structure et environnement des repas en Ile-de-France

Structure et environnement des repas en Ile-de-France 28 Structure et environnement des repas en Le modèle alimentaire traditionnel français, tant selon la norme sociale qu individuelle, s organise autour de trois prises alimentaires quotidiennes : d une

Plus en détail

Les protections juridiques des personnes en institution

Les protections juridiques des personnes en institution Les protections juridiques des personnes en institution Florence Livinec, Jean-François Ravaud, Alain Letourmy - Cermès Les protections juridiques concernent aujourd hui un très grand nombre de personnes

Plus en détail

ROLE DES PROCHES DANS LE MAINTIEN DANS L EMPLOI. Projet EQUAL, DRTEFP Aquitaine Enquête menée auprès des services de santé au travail Décembre 2007

ROLE DES PROCHES DANS LE MAINTIEN DANS L EMPLOI. Projet EQUAL, DRTEFP Aquitaine Enquête menée auprès des services de santé au travail Décembre 2007 ROLE DES PROCHES DANS LE MAINTIEN DANS L EMPLOI Projet EQUAL, DRTEFP Aquitaine Enquête menée auprès des services de santé au travail Décembre 2007 INTRODUCTION Étude menée dans le cadre du projet «Maladies

Plus en détail

L activité physique au Canada

L activité physique au Canada Progrès en Prévention ISSN 1205-7037 L activité physique au Canada Selon les résultats du Sondage indicateur de l activité physique en 1995, près de 20 % des adultes au Canada sont suffisamment pour en

Plus en détail

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 En France, en 1995 la dépense de soins et biens médicaux 2 s'est

Plus en détail

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA Semaine européenne de prévention du cancer du col de l utérus Le lundi 24 janvier 2011 à 9h30 à l Observatoire régional de la santé Provence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP

ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP ROHLim - rapport d activité année 213 ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP 1 Il existe en Limousin 3 Centres de Coordination

Plus en détail

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu 5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse Aperçu En Nouvelle-Écosse, la population change; et la proportion des personnes âgées est de plus en plus importante. Entre 2007 et 2033, le nombre d aînés (65

Plus en détail

Utilisation des services de soins à domicile par les personnes âgées par Gisèle Carrière

Utilisation des services de soins à domicile par les personnes âgées par Gisèle Carrière Utilisation des services de soins à domicile par les personnes âgées 47 Utilisation des services de soins à domicile par les personnes âgées par Gisèle Carrière Mots-clés : activités de la vie quotidienne,

Plus en détail

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale?

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale? Santé mentale Termes clés Maladie mentale : affection médicale qui perturbe les pensées d une personne, ses sensations, son humeur, sa capacité à établir des relations avec les autres et sa vie quotidienne.

Plus en détail

MORTALITE AUX ANTILLES GUYANE

MORTALITE AUX ANTILLES GUYANE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPÉES N 12 - OCTOBRE 2003 MORTALITE AUX ANTILLES GUYANE Taux brut de Mortalité (décès pour 1.000 habitants) Guadeloupe Martinique Guyane Métropole

Plus en détail

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Baromètre santé nutrition 2008 Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité

Plus en détail

Les opinions des français vis-à-vis de la maîtrise des dépenses de santé

Les opinions des français vis-à-vis de la maîtrise des dépenses de santé Les opinions des français vis-à-vis de la maîtrise des dépenses de santé Robert LAUNOIS (1-2), Daniel. BENAMOUZIG (3) ENQUETE SOFRES 2002 (Contrat de l Union Européenne n QLG6-CT-1999-00554) (1) REES France

Plus en détail

LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE.

LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE. LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE. INTRODUCTION. La France connaît une évolution favorable au plan sanitaire : record français des gains annuels d espérance de vie à la naissance. Elle fait partie

Plus en détail

Des dépenses de santé très élevées chez les 80 ans et plus

Des dépenses de santé très élevées chez les 80 ans et plus Des dépenses de santé très élevées chez les 80 ans et plus Le vieillissement de la population s est accompagné d un accroissement de l espérance de vie et en particulier d un allongement de la durée de

Plus en détail

N. Thomas a, J. Zitouni b, A. Bocquier c, E. Lewandowski d, S. Finkel e, O. Favier a, F. Champion b, M. Jardin c. Provence-Alpes-Côte d Azur

N. Thomas a, J. Zitouni b, A. Bocquier c, E. Lewandowski d, S. Finkel e, O. Favier a, F. Champion b, M. Jardin c. Provence-Alpes-Côte d Azur Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 L3 - Évaluation de la qualité du chaînage des séjours hospitaliers : préalable nécessaire

Plus en détail

L épargne en prévision de la retraite : comportement de détention DREES

L épargne en prévision de la retraite : comportement de détention DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil L épargne

Plus en détail

EMPLOI - CHÔMAGE CHÔMAGE

EMPLOI - CHÔMAGE CHÔMAGE Données de cadrage Taux de chômage en décembre 1996 13, % pour Poitou-Charentes contre 1,7 % pour la France 15,1 % pour la Charente-Maritime 13,5 % pour la Charente 1 % pour la Vienne 11,6 % pour les Deux-Sèvres

Plus en détail

y ç g g 2001. d) Immunisation hépatite B

y ç g g 2001. d) Immunisation hépatite B Population 1 Période N A % État de santé générale 7 Période N A Mesure B Mtl Mesure B Mtl % Écart à Tendance C Écart à Tendance C Population totale 2006 216 702 na 8 Espérance de vie Hommes 2001-2003 na

Plus en détail

Les Français et les déserts médicaux

Les Français et les déserts médicaux Collectif Inter-associatif Sur la Santé Les Français et les déserts médicaux Octobre 2015 Résultats complets Anne-Laure GALLAY Directrice des études institutionnelles BVA Opinion Thomas Genty Chargé d

Plus en détail

Que savez-vous de la ménopause?

Que savez-vous de la ménopause? Que savez-vous de la ménopause? La ménopause est synonyme de bouleversements dans la vie affective et physique de la femme. Quels en sont les symptômes et les conséquences? Faut-il suivre des traitements

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail

Les causes médicales d entrée en invalidité en 2007

Les causes médicales d entrée en invalidité en 2007 N 01 octobre 2008 Les causes médicales d entrée en invalidité en 2007 L année 2007 est la première année de plein exercice du contrôle médical du RSI sur l ensemble des prestations d invalidité. Avant

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Bac SMS : Mathématiques Métropole Juin 2002

Bac SMS : Mathématiques Métropole Juin 2002 Bac SMS : Mathématiques Métropole Juin 2002 L'usage des calculatrices et des instruments de calcul est autorisé. Une feuille de papier millimétré est nécessaire pour le problème. EXERCICE (8 points) Chaque

Plus en détail

En 2011, 483 000 enfants de

En 2011, 483 000 enfants de Octobre 13 N 411 Une diversité des familles à, avec plus de foyers monoparentaux qu ailleurs et moins de familles Population A, 32 enfants de moins de 25 ans, soit 7 % des enfants parisiens, vivent dans

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

Les difficultés face à l écrit : quelques éléments d explication

Les difficultés face à l écrit : quelques éléments d explication À partir du module biographique de l enquête, certains éléments dans l enfance des enquêtés peuvent éclairer les difficultés des personnes en situation d illettrisme. Les difficultés à l écrit sont vécues

Plus en détail

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 Point d information mensuel Jeudi 5 juillet 2007 Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 L évolution des dépenses de santé et les modalités de leur prise en charge sont au cœur de nombreuses réflexions

Plus en détail

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une

Plus en détail

Résultats pour la Région Wallonne Contacts avec le Médecin Spécialiste Enquête de Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Région Wallonne Contacts avec le Médecin Spécialiste Enquête de Santé, Belgique, 1997 7.2.1. Introduction Les consultations ambulatoires chez un médecin spécialiste constituent en Belgique, par le fait que les soins de deuxième ligne sont directement accessibles, une part importante de

Plus en détail

Les drogues illicites et les jeunes Champardennais

Les drogues illicites et les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes Les drogues illicites et les jeunes Champardennais Synthèse Les résultats de l enquête ESCAPAD de 8 1 montrent que le cannabis arrive troisième parmi les substances psychoactives

Plus en détail

Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009

Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009 Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Le Sud de l Aisne a un indice conjoncturel de fécondité (ICF) plus élevé qu en Picardie et

Plus en détail

Deuxième Monitoring de l état de santé de la population migrante en Suisse (GMM II)

Deuxième Monitoring de l état de santé de la population migrante en Suisse (GMM II) Büro für arbeits- und sozialpolitische Studien BASS AG Konsumstrasse 20. CH-3007 Bern Tel. +41 (0)31 380 60 80. Fax +41 (0)31 398 33 63 info@buerobass.ch. www.buerobass.ch Departement Gesundheit Technikumstrasse

Plus en détail

Quelques mois après la naissance d un bébé,

Quelques mois après la naissance d un bébé, Naître en France L organisation familiale après la naissance L organisation du couple, puis de la famille, est modifiée par la naissance d un enfant. Comment les parents se répartissent-ils les rôles?

Plus en détail

CHAPITRE II : LE VIEILLISSEMENT NORMAL ; DONNEES

CHAPITRE II : LE VIEILLISSEMENT NORMAL ; DONNEES CHAPITRE II : LE VIEILLISSEMENT NORMAL ; DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES ET SOCIOLOGIQUES I- Vieillissement démographique A- La démographie en général : définition, indicateurs utilisés B- La population âgée

Plus en détail

à Parcours des bacheliers professionnels

à Parcours des bacheliers professionnels #32 #21 observatoire régional Synthèse régionale février avril 2013 2012 à Parcours des bacheliers professionnels Néo-bacheliers professionnels aquitains 2006 entrés d l enseignement supérieur en 2006-2007

Plus en détail

Le stress au travail chez les prestateurs de soins de santé par Kathryn Wilkins

Le stress au travail chez les prestateurs de soins de santé par Kathryn Wilkins Le stress au travail chez les prestateurs de soins de santé 35 Le stress au travail chez les prestateurs de soins de santé par Kathryn Wilkins Mots-clés : santé au travail, charge de travail, professions

Plus en détail

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 Point d information mensuel 19 octobre 2007 Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 En France, 10,5 millions

Plus en détail

sur la statistiques et indicateurs Observatoire Régional de la Santé de Midi-Pyrénées

sur la statistiques et indicateurs Observatoire Régional de la Santé de Midi-Pyrénées TABLEAU DE BORD sur la statistiques et indicateurs MIDI-PYRÉNÉES - 2010 Observatoire Régional de la Santé de Midi-Pyrénées > PRÉSENTATION Ce «tableau de bord régional sur la santé en MidiPyrénées» rassemble

Plus en détail

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Si globalement l épidémiologie des cancers (cf. points négatifs) n est pas bonne sur le

Plus en détail

Les Français et l arrêt cardiaque

Les Français et l arrêt cardiaque pour Les Français et l arrêt cardiaque Novembre 2010 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Fédération Française de Cardiologie Echantillon : Echantillon de 1007 personnes, représentatif

Plus en détail

L état de santé des adultes en Zus en 2010

L état de santé des adultes en Zus en 2010 Chiffres clés L état de santé des adultes en L état de santé des adultes en en 2010 Un peu plus de la moitié des habitants des se déclarent en bonne ou très bonne santé. C est moins que ce qui est observé

Plus en détail

Parcours d acquisition de la résidence principale :

Parcours d acquisition de la résidence principale : www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité JUIN 2015 sommaire PAGE 02 synthèse PAGE 04 Du rêve à la réalité

Plus en détail

Dares Analyses. La situation professionnelle des bénéficiaires de l allocation aux adultes handicapés

Dares Analyses. La situation professionnelle des bénéficiaires de l allocation aux adultes handicapés Dares Analyses mai 2015 N 036 publication de la direction de l'animation de la recherche, étu et statistiques La situation professionnelle l allocation aux adultes handicapés Fin 2012, les personnes qui

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

Les urgences en médecine générale

Les urgences en médecine générale Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES SÉRIE STATISTIQUES DOCUMENT DE TRAVAIL Les urgences en médecine générale Marie Gouyon n 94 avril 2006 MINISTÈRE DE L EMPLOI,

Plus en détail

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ;

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ; Association reconnue d Intérêt général et agréée au niveau national par le Ministère de la Santé et des Solidarités agrément n N2006AGD43 - Siret : 50880038000026 Association Loi 1901 n W 751190228 site

Plus en détail

Mai 2010 Mandatory credit : AIVI/IPSOS Nobody s Unpredictable

Mai 2010 Mandatory credit : AIVI/IPSOS Nobody s Unpredictable Etat des lieux de la situation des personnes victimes d inceste : vécu, état de santé et impact sur la vie quotidienne Mai 2010 Mandatory credit : AIVI/IPSOS Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage

Plus en détail

Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010

Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010 Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010 Etude réalisée par Préambule L analyse de la littérature et des

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

SANTÉ DE LA REPRODUCTION 8

SANTÉ DE LA REPRODUCTION 8 SANTÉ DE LA REPRODUCTION 8 Dr Ahmed Laabid Au cours de l'enquête, des informations ont été collectées sur la santé des mères et sur celle de leurs enfants nés au cours des cinq années qui ont précédé l'enquête.

Plus en détail

Le traumatisme cranio-cérébral (TCC) léger

Le traumatisme cranio-cérébral (TCC) léger Le traumatisme cranio-cérébral (TCC) léger Guide à l intention des personnes qui présentent des symptômes persistants plus de 3 mois après avoir subi un TCC léger Centre de réadaptation Estrie, 2014 Qu

Plus en détail

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES DÉCEMBRE 2014 N 10 SOMMAIRE P.2 LA SITUATION AU REGARD DE L EMPLOI VARIE EN FONCTION DE L AIDE P.3 QUATRE BÉNÉFICIAIRES SUR DIX DÉCLARENT AVOIR FAIT DES CONCESSIONS POUR RETROUVER

Plus en détail

examen médical périodique de l adulte vivant avec le virus de l immunodéficience humaine (VIH)

examen médical périodique de l adulte vivant avec le virus de l immunodéficience humaine (VIH) Juin 2013 examen médical périodique de l adulte vivant avec le virus de l immunodéficience humaine (VIH) Outil pratique pour les professionnels de la santé du Québec Édition : La Direction des communications

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats LE FINANCEMENT DES PME ET TPE Synthèse des résultats Le 17 décembre 2007 I- Les besoins de financement des PME et TPE Les besoins de financement des PME et TPE varient fortement en fonction de la taille

Plus en détail

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES De quoi s agit-il? La mesure des risques discriminatoires dans les carrières professionnelles au sein d une organisation présente des difficultés.

Plus en détail

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans 6. Les retraites A. Les départs à la retraite des personnels du secteur public en 213 111 B. Un nombre de départs à la retraite tendanciellement en diminution depuis 23 112 C. Le nombre de retraités de

Plus en détail

État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire

État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire Cette étude rétrospective est la première de grande ampleur réalisée en France, chez 38 sujets connus des services de médecine

Plus en détail

9.1 Alcool. Christophe Palle

9.1 Alcool. Christophe Palle 9.1 Alcool Christophe Palle 204 Drogues et addictions, données essentielles Associé au plaisir de la table, à la richesse et la diversité des terroirs et des paysages de France, l alcool, consommé sous

Plus en détail

"BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005

BANDELETTES POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005 "BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE Rapport d enquête Décembre 2005 Afssaps, décembre 2005 SOMMAIRE CONTEXTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE 4 MÉTHODOLOGIE 5 Information des établissements 5 Recueil de données

Plus en détail

SYNTHÈSE DU PORTRAIT TYPE

SYNTHÈSE DU PORTRAIT TYPE POUR UNE APPRÉCIATION DE L ÉTAT DE SANTÉ DE LA POPULATION SYNTHÈSE DU PORTRAIT TYPE DU RLS DE LA HAUTE-YAMASKA Personne-ressource Mario Richard Direction de santé publique Avril 2012 CONTEXTE Dans la foulée

Plus en détail

La santé en france. Définition

La santé en france. Définition Concours ambulancier préparation et entraînement fiche 1 Santé La santé en france Définition La santé est un état de bien être physique et mental d absence de maladie et d absence de handicap. Depuis toujours,

Plus en détail

Suivi et insertion professionnelle des étudiants diplômés d un Master II en 2007 18 mois après l obtention du diplôme

Suivi et insertion professionnelle des étudiants diplômés d un Master II en 2007 18 mois après l obtention du diplôme Numéro 19 Novembre 2009 Suivi et insertion professionnelle des étudiants diplômés d un Master II en 2007 18 mois après l obtention du diplôme Près de 7 diplômés sur 10 sont en emploi en février 2009 Situation

Plus en détail

Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie

Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie Etude du CRP-Santé Conférence de presse 26 Septembre 2013 SOMMAIRE Contexte Méthodologie Résultats Quelques chiffres clés Le cadre politique

Plus en détail

Prestations ambulatoires dans les hôpitaux et les cliniques

Prestations ambulatoires dans les hôpitaux et les cliniques Fiche d information Prestations ambulatoires dans les hôpitaux et les cliniques Berne, 20.05.2014. La croissance des prestations des hôpitaux et des cliniques dans le secteur ambulatoire est due aux raisons

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Les aînés et le suicide dans Lanaudière : que nous disent les chiffres?

Les aînés et le suicide dans Lanaudière : que nous disent les chiffres? Les aînés et le suicide dans Lanaudière : que nous disent les chiffres? PAR PATRICK BELLEHUMEUR ANDRÉ GUILLEMETTE GENEVIÈVE MARQUIS (COLL.) SERVICE DE SURVEILLANCE, RECHERCHE ET ÉVALUATION DIRECTION DE

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses

Vaccination contre le HPV Questions et réponses Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Etat au 04.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses 1. Qu est-ce que le

Plus en détail

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique 1 ére Observation de la santé des nantais GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique Déterminants de santé La santé des habitants n est pas l apanage des soignants elle est influencée

Plus en détail

Conduites addictives : description et regards croisés

Conduites addictives : description et regards croisés ( santé jeunes Enquête réalisée dans le département de l (France) et la province du (Belgique) en 23-24 Conduites addictives : description et regards croisés Le tabac, l alcool et les drogues illicites

Plus en détail

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Cette étude visait à dresser un état des lieux précis qui prenne en compte la diversité (âge, situation géographique,

Plus en détail

Les enfants handicapés en internat en 1998

Les enfants handicapés en internat en 1998 De moins en moins d enfants handicapés sont pris en charge en internat au sein des établissements médico-sociaux : 45 500 en 1998 alors qu ils étaient 57 500 treize plus tôt. L externat, regroupant 48

Plus en détail

L insertion professionnelle des masseurs-kinésithérapeutes en 2015

L insertion professionnelle des masseurs-kinésithérapeutes en 2015 Observatoire régional des métiers du sanitaire et du social Enquêtes sur l insertion professionnelle des jeunes diplômés L insertion professionnelle des masseurs-kinésithérapeutes en 2015 - Diplômés 2014

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

«Recherche : il y a urgence» Rapport d enquête octobre 2011. Mediaprism 64, rue du Ranelagh -75 016 Paris Tél. : 01 53 29 10 00 www.mediaprism.

«Recherche : il y a urgence» Rapport d enquête octobre 2011. Mediaprism 64, rue du Ranelagh -75 016 Paris Tél. : 01 53 29 10 00 www.mediaprism. «Recherche : il y a urgence» Rapport d enquête octobre 2011 Mediaprism 64, rue du Ranelagh -75 016 Paris Tél. : 01 53 29 10 00 www.mediaprism.com Contexte et objectifs de l étude Après 3 ans de mobilisation

Plus en détail

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Michel Duée, Fella Nabli* On voit en moyenne un peu plus souvent sa famille que ses amis. En 2006, 51 % des personnes de 16 ans ou plus voient

Plus en détail

Vieillissement : et conséquences médicales et sociales. Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes

Vieillissement : et conséquences médicales et sociales. Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes Vieillissement : et conséquences médicales et sociales Professeur Pierre JOUANNY Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes La vieillesse Qu est-ce qu un sujet âgé? Définitions variables selon les besoins

Plus en détail

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR FÉCONDITÉ 4 Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR Les informations collectées au cours de l EDSN-MICS-III sur l'histoire génésique des femmes permettent d'estimer les niveaux de la fécondité, de dégager

Plus en détail

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Nous vivons dans des sociétés vieillissantes Les démences un réel problème de santé mondial. le

Plus en détail

Santé. Tableaux Économiques de Midi-Pyrénées 2008

Santé. Tableaux Économiques de Midi-Pyrénées 2008 7 Santé Présentation Au 1 er janvier 2006, Midi-Pyrénées compte 54 établissements de soins dans le secteur public et 100 dans le privé. La part du secteur privé (48 % en lits), supérieure de huit points

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////// 14 e Rapport d activité. Synthèse. Fonds d Indemnisation des Victimes de l Amiante

//////////////////////////////////////////////////////////// 14 e Rapport d activité. Synthèse. Fonds d Indemnisation des Victimes de l Amiante 2014 //////////////////////////////////////////////////////////// 14 e Rapport d activité Synthèse Fonds d Indemnisation des Victimes de l Amiante 2014 lement du Conseil d administration au terme d un

Plus en détail

Les risques d alcoolisation excessive des patients ayant recours aux soins un jour donné

Les risques d alcoolisation excessive des patients ayant recours aux soins un jour donné Les risques d alcoolisation excessive des patients ayant recours aux soins un jour donné Gérard Badéyan Chargé de mission auprès du Haut Comité de la santé publique Article réalisé à partir de la publication

Plus en détail

La santé mentale - une priorité pour le Département de la santé et de l action sociale

La santé mentale - une priorité pour le Département de la santé et de l action sociale La santé mentale - une priorité pour le Département de la santé et de l action sociale Nouvelle orientation stratégique La volonté du Département est inscrite dans le programme de législature 2007-2012

Plus en détail

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Ile-de-France

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Ile-de-France 28 Perceptions et connaissances nutritionnelles en Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité (le partage de la table), alors que pour les

Plus en détail

1. Données de cadrage

1. Données de cadrage 1. Données de cadrage Avant de détailler les indicateurs de précarité recueillis par sous thème, cette première partie présente les principales données démographiques sur La Réunion (population, densité,

Plus en détail

Lancement de la campagne de sensibilisation et d éducation à la santé bucco-dentaire de l UFSBD

Lancement de la campagne de sensibilisation et d éducation à la santé bucco-dentaire de l UFSBD Dossier de presse Lancement de la campagne de sensibilisation et d éducation à la santé bucco-dentaire de l UFSBD L école : un terrain de prévention incontournable Sommaire : Les progrès des politiques

Plus en détail

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE Qui cotise à un REER? Un nouvel examen Boris Palameta LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE (REER) sont l un des plus importants avoirs financiers de la population canadienne 1 (Statistique Canada,

Plus en détail

Association Internationale Pour le Développement, le Tourisme et la Santé http://www.aidetous.org

Association Internationale Pour le Développement, le Tourisme et la Santé http://www.aidetous.org Association Internationale Pour le Développement, le Tourisme et la Santé http://www.aidetous.org Siège social France : Florence Pasnik Tel. : 33 (0)1 43 44 97 01, 25 Bd Poniatowski, 75012 Paris aidetous@wanadoo.fr

Plus en détail

CFE CGC Baromètre Stress Vague 15 Novembre 2010

CFE CGC Baromètre Stress Vague 15 Novembre 2010 CFE CGC Baromètre Stress Vague 15 Novembre 2010 De : Charlotte Le Gaillard et Pauline Misset Novembre 2010 OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

Traumatisme crânien léger et stress post traumatique : Evaluation des patients de la cohorte ESPARR, 6 mois après l accident

Traumatisme crânien léger et stress post traumatique : Evaluation des patients de la cohorte ESPARR, 6 mois après l accident Traumatisme crânien léger et stress post traumatique : Evaluation des patients de la cohorte ESPARR, 6 mois après l accident M. Hours (1), P. Charnay (1), E. Fort (1), M. Bernard (1), V. Bonnavion (1),

Plus en détail

Mobilités professionnelles

Mobilités professionnelles Mobilités professionnelles Note de synthèse Mai 2009 CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI Laurence GAUNE Contact TNS Sofres : Département Stratégies d opinion Eric CHAUVET / Raphaël RAYNAUD : 01 40 92 45

Plus en détail

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement Sous l égide de la Fondation Notre Dame APPEL A PROJET 2015 Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement A la suite d un premier appel à projet lancé par la Fondation en 2014 et compte tenu du

Plus en détail

Les arrêts de travail au régime agricole Prescripteur, bénéficiaire, médecin conseil : des perceptions différentes

Les arrêts de travail au régime agricole Prescripteur, bénéficiaire, médecin conseil : des perceptions différentes Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques ETUDE juillet 2014 Les arrêts de travail au régime agricole Prescripteur, bénéficiaire, médecin conseil : des perceptions différentes www.msa.fr

Plus en détail