Baromètre santé Poitou-Charentes 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Baromètre santé Poitou-Charentes 2010"

Transcription

1 Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 CONTEXTE Le dépistage est défini par l OMS comme «l identification présomptive de maladies ou troubles non reconnus, par l application de tests, d examens ou d autres procédés pouvant être rapidement exécutés». Il existe différents dépistages pour différentes pathologies : VIH, IST, cancer du sein, cancer du col de l utérus, cancer colorectal, cancer de la prostate Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par la DGS en 1994 tandis que le programme de dépistage du cancer colorectal s est généralisé depuis L ensemble des maladies chroniques touche environ 15 millions de personnes en France soit près de 20 % de la population totale. Certaines personnes peuvent souffrir de plusieurs maladies à la fois. Une maladie chronique est une maladie de longue durée, évolutive, souvent associée à une invalidité et à la menace de complications graves. Leurs prises en charge comme la prise en charge du handicap constitue donc un enjeu de grande importance et une priorité y compris au niveau régional en lien avec l éducation thérapeutique, pour une amélioration de la qualité de vie des patients. COMPARAISON ET EVOLUTION Par rapport à la situation nationale, la fréquence des recours aux dépistages dans la région est comparable, qu il s agisse du dépistage du sida dans la vie ou dans l année, du respect des recommandations en ce qui concerne le frottis vaginal, la mammographie, et la recherche de sang dans les selles. En revanche, de fortes évolutions sont constatées en ce qui concerne les mammographies et la recherche de sang dans les selles, le pourcentage du respect des recommandations passant respectivement entre 2000 et 2010 de 46 % à 81 %, et de 7 % à 46 %. Les données montrent également une proportion moins importante de personnes de ans atteintes par une maladie chronique : 23,5 % contre 24,5 % en France, et cette proportion n a pas évolué depuis La situation en ce qui concerne le handicap n a pas évoluée depuis 2000 et est comparable au niveau national. Concernant le recours aux soins, aucune différence n est mis en évidence depuis Comparativement au niveau national, les fréquences de recours dans l année sont identiques sauf pour les consultations chez le «psy» (psychologue, psychiatre, psychothérapeute) qui sont moins fréquentes en Poitou-Charentes : 4,2 % des ans domiciliés dans la région ont consulté au moins une fois le «psy» dans l année contre 7,1 % des français de ans. En % Dépistage du sida dans la vie chez les 15 ans et plus Dépistage du sida dans l année chez les 15 ans et plus Frottis vaginal dans les 3 ans chez les femmes de 15 ans plus Mammographie dans les 2 ans chez les femmes de 50 ans et plus Recherche de sang dans les selles dans les 2 ans chez les hommes de 50 ans et plus France ans Poitou-Charentes 2010 Poitou- Charentes 2000 ns 59,3 - nd ns 12,0 12,3 ns ns 66,6 75,6 ns ns 73,2 81,4 45,7 ns 43,8 45,8 7,3 Maladie chronique 24,5 23,5 21,6 ns Handicap perçu ns 12,9 10,7 ns Consultation chez le généraliste dans l année ns 85,1 84,3 ns Consultation chez le «psy» dans l année 7,1 4,2 4,4 ns Hospitalisation au moins une nuit dans l année ans ns 13,5 - nd Sources : Baromètre santé Poitou-Charentes 2010, Baromètre santé 2010 France, Baromètre santé Poitou-Charentes 2000 Notes de lecture du tableau : - Dans la colonne «Poitou-Charentes 2010», deux valeurs sont présentées. La valeur de gauche concerne les ans et est comparée à la valeur nationale. La valeur de droite concerne les ans et est comparée à la valeur régionale de Les proportions en gras mettent en évidence une différence significative sur les données France/Poitou-Charentes ou 2010/ ns : différence non significative - nd : Non Disponible 17, rue Salvador Allende Poitiers Tél Sites gérés par l ORS :

2 DEPISTAGES Le dépistage du sida Un peu plus de 40 % des ans n ont jamais réalisé un test de dépistage du sida (hors don du sang), 47 % en ont réalisé un il y a plus d un an et 12 % il y a moins d un an. Les femmes sont un peu plus d un tiers à n en avoir jamais réalisé contre plus de 45 % des hommes. La proportion de personnes n ayant jamais fait de test est plus importante parmi les ans et parmi les ans. Elle dépasse la moitié de l effectif. Cependant, c est également parmi les plus jeunes que la proportion de test dans les 12 derniers mois est la plus importante. Les facteurs associés à la réalisation d un test de dépistage dans la vie mis en évidence sont le fait d être une femme, d être âgé entre 26 et 45 ans par rapport aux ans, ainsi que le fait d avoir un diplôme de niveau inférieur au bac ou de ne pas être diplômé par rapport à ceux qui ont au moins le bac. Le frottis vaginal Environ 16 % des femmes de ans de l échantillon n ont jamais réalisé un frottis vaginal. Près de 60 % des jeunes femmes âgées entre 15 et 25 ans n en ont jamais fait. Cette proportion n atteint pas 1 % chez les ans. Parmi les femmes ayant déjà réalisé un frottis, plus de 40 % l ont réalisé dans l année, plus d un quart dans les 2 ans. Pour 14 % d entre elles, il a eu lieu il y a plus de 5 ans. Les deux tiers des femmes de 15 ans et plus ont respecté la recommandation : un frottis tous les 3 ans. Les facteurs associés au respect de la recommandation pour ce test sont un âge inférieur à 66 ans, être dans toute situation professionnelle autre qu étudiante (chômage, travail, retraite, autre), être à l aise financièrement par rapport à ceux qui sont dans une situation difficile. La mammographie Un peu plus de 8 femmes sur 10 âgées entre 40 et 85 ans ont déjà fait une mammographie. Selon l âge, cette proportion diffère, elle est ainsi de 53 % entre 40 et 45 ans pour atteindre 96 % entre 56 et 65 ans. Parmi les femmes ayant réalisé une mammographie, un tiers l a réalisée dans la dernière année et 44 % dans les deux dernières années. Moins des trois quarts des femmes suivent la recommandation : tous les 2 ans chez les femmes de 50 ans et plus. Selon les résultats des analyses multivariées, les femmes âgées entre 56 et 75 ans ont une probabilité plus grande d avoir respecté la recommandation pour la réalisation de la mammographie. C est également le cas des femmes ayant consulté un professionnel de santé dans l année ainsi que des femmes faisant du sport au moins une fois par mois. La recherche de sang dans les selles Ce thème n est abordé qu auprès des hommes de ans. Environ 40 % des hommes de ans ont fait une recherche de sang dans les selles. Cette proportion augmente jusqu à la tranche d âge ans où elle atteint 60 %, puis elle est moindre chez les ans (41 %). Parmi les hommes ayant réalisé ce test, 43 % l ont réalisé dans l année et un tiers entre 1 et 2 ans. Près d un sur dix l ont réalisé il y a plus de 5 ans. Plus de 40 % des hommes ont suivi la recommandation : tous les 2 ans chez les hommes de ans sans différence Réalisation d un test de dépistage du sida selon le sexe par tranche d âge (%) Hommes Femmes N = 643 Valeurs manquantes = 30 Réalisation du dernier frottis vaginal dans les 3 ans N = 716 Valeurs manquantes = 17 Réalisation d une mammographie dans les 2 ans chez les femmes de ans par tranche d âge(%) N = 429 Valeurs manquantes = 4 Réalisation dans la vie d une recherche de sang dans les selles chez les hommes de ans par tranche d âge (%) N = 389 Valeurs manquantes = 2 2

3 MALADIES CHRONIQUES Les maladies chroniques sont définies dans l enquête comme des maladies qui durent longtemps (au moins six mois) et qui peuvent nécessiter des soins réguliers (par exemple : diabète, asthme, etc.). En cas d hésitation de la personne interrogée, l enquêteur devait considérer qu il s agissait d une maladie chronique. La fréquence des maladies chroniques Près d un quart des ans déclare souffrir d une maladie chronique. Cette proportion augmente avec l âge : elle est de 8,8 % chez les ans et atteint un quart des ans, pour dépasser 40 % à partir de ans. Selon les analyses multivariées, il existe un petit sur risque d être atteint d une maladie chronique chez les hommes. C est également le cas chez les personnes déclarant être limitées physiquement. Enfin, avoir une maladie chronique est associée à une qualité de vie moindre sur la dimension mentale ainsi qu au fait d avoir vécu ou de vivre un épisode dépressif caractérisé (EDC). Les maladies les plus fréquemment déclarées sont les maladies cardio-vasculaires, les maladies endocriniennes ou métaboliques, les maladies respiratoires puis les maladies des os ou des articulations. Les hommes sont significativement plus fréquemment atteints d une maladie cardio-vasculaire que les femmes (9 % contre 6 %) tandis que les maladies des os et des articulations touchent plus fréquemment les femmes (4 % contre 2 %). Ce sont surtout pour les maladies cardiovasculaires et dans une moindre mesure pour les maladies endocriniennes, que l augmentation des prévalences avec l âge est la plus importante. Les premières sont marginales jusqu à la tranche d âge ans, elles concernent près de 6 % des ans pour atteindre 23 % chez les ans. Les consultations des personnes atteintes d une maladie chronique La presque totalité des personnes atteintes d une maladie chronique ont consulté au moins une fois un professionnel de santé dans l année. Seules 6 personnes atteintes d une maladie chronique déclarent ne pas être allé consulté un professionnel de santé dans l année. Le médecin généraliste a été consulté au moins une fois par plus de 95 % d entre eux ce qui en fait le professionnel le plus fréquemment consulté devant le spécialiste (76 %), l infirmière (34 %), le kinésithérapeute (27 %) et le diététicien (5 %). Prévalence des maladies chroniques par sexe Classes des maladies chroniques déclarées des ans Classe Pourcentage Effectif Maladies cardio-vasculaires 7,5 152 Maladies endocriniennes ou métaboliques 6,0 114 Maladies respiratoires 4,0 75 Maladies des os ou articulations 2,9 60 Maladies digestives 1,6 25 Cancers 1,4 21 Maladies de peau 1,1 11 Maladies neurologiques 0,9 15 Maladies mentales 0,9 20 Maladies urinaires ou génitales 0,4 9 Maladies ophtalmologiques 0,3 8 Autres maladies 1,5 27 N = Prévalence des deux principales maladies chroniques déclarées par tranche d âge (%) Les différences observées selon l âge et le sexe ne sont pas significatives. N =

4 HANDICAPS ET LIMITATIONS Les limitations à cause d une maladie ou d un handicap Environ 13 % des hommes et des femmes de ans déclarent être limités dans les activités habituelles, depuis au moins six mois : 5 % le sont fortement et 8 % pas fortement. Deux cassures correspondant à une augmentation de ces proportions sont observées : la première intervient entre la tranche d âge ans et ans, et la deuxième entre la tranche d âge ans et ans. Près des trois quarts des personnes concernées sont limitées par des douleurs, puis par le fait de se fatiguer rapidement, et/ ou par un problème moteur pour environ la moitié. Un quart est limité par des problèmes cardiologiques ou respiratoires. Plus l âge avance, plus la proportion de personnes limitées par une fatigue rapide est importante : ils sont moins d un tiers des personnes limitées à évoquer cette raison dans la tranche d âge ans pour atteindre 85 % chez les ans. De même, les douleurs sont plus fréquemment évoquées par les plus âgés : ils sont près de 43 % entre 15 et 25 ans contre environ 75 % entre 66 et 85 ans, mais c est entre 36 et 55 ans que cette proportion est la plus importante avec plus de 85 % des personnes limitées physiquement. Enfin, les problèmes cardiaques et respiratoires ont été évoqués de façon moindre chez les personnes limitées âgées entre 26 et 55 ans (entre 11 et 15 %) par rapport aux plus jeunes et aux ans (entre 28 et 38 %). Le rôle de l âge Pour plus de 40 % des personnes concernées, les limitations subies sont liées à l avancée en âge. Cette proportion atteint plus de 90 % chez les ans et près de 80 % chez les ans. Les principales difficultés éprouvées Entendre et comprendre ce qui se dit dans une conversation est la principale difficulté éprouvée par les personnes déclarant être limitées (15 % d entre eux), juste devant lire et reconnaître un visage à quelques mètres (14 %), puis se concentrer plus de 10 minutes (13 %), s habiller ou se déshabiller seul (12 %), sortir du domicile (11 %), et effectuer une démarche administrative simple (8 %). Les aides perçues Un cinquième seulement des personnes déclarant être limitées par un handicap ou une perte d autonomie perçoivent une allocation ou une aide financière pour cette raison, et un dixième reçoit l aide d une personne dans la vie quotidienne. La perception du handicap Finalement 13 % des ans considèrent qu ils ont un handicap, les hommes sont 15 % dans ce cas contre 11 % des femmes. Environ 2 % des ans disent avoir un handicap mais cette proportion augmente régulièrement avec l âge pour concerner 15 % des ans, et atteindre 30 % des ans. Selon les résultats de l analyse multivariée, les personnes les plus à risque de déclarer être limitées dans les activités que font habituellement les gens, depuis au moins six mois, ont une probabilité plus importante d avoir renoncé à des soins pour des raisons financières. Ils ont également un risque plus important d avoir des troubles du sommeil et de souffrir d une maladie chronique. De plus, la limitation est associée à un score de qualité de vie moindre sur la dimension mentale ainsi qu aux tentatives de suicide, le risque de passage à l acte étant deux fois plus élevé. Limitations ressenties depuis au moins 6 mois selon l intensité par tranche d âge (%) Causes des limitations liées à une maladie ou un handicap Causes des limitations Pourcentage Effectif par un problème moteur 49,0 124 par des problèmes cardiologiques ou respiratoires 23,6 57 par un problème visuel 16,7 47 par un problème d'audition (sourd ou malentendant) 12,1 19* par un problème de mémoire 15,2 30* par des problèmes d'orientation dans le temps et l'espace 8,2 16* par des difficultés d'apprentissage ou de compréhension 8,1 14* par des douleurs 73,0 131* par le fait de se fatiguer rapidement 52,1 102* par un autre problème 19,0 35* * ces items n étaient proposés qu à une sous partie de l échantillon, soit 177 personnes au lieu des 252 personnes concernées par une limitation physique dans l échantillon principal. Perception d un handicap par tranche d âge (%) N = 743 Valeurs manquantes = 2 p < 0,008 N = Valeurs manquantes = 2 Professionnels de santé consultés dans l année effectif Professionnels de santé Pourcentage effectif ayant répondu Médecin ou infirmière scolaire (étudiant) 34, Médecin généraliste (hors malades chroniques) 81, Pédiatre (moins de 20 ans et hors malades chroniques) 4, Gynécologue (femme) 44, Psychologue, psychiatre, psychanalyste 4, Dentiste 56, Homéopathe 8, Acupuncteur ou mésothérapeute 3, Autre médecin spécialiste (hors malades chroniques) 29,

5 CONSULTATIONS Le médecin généraliste est le professionnel de santé le plus fréquemment consulté. C est ensuite le dentiste, devant le gynécologue pour les femmes et le médecin ou infirmière scolaire chez les étudiants. Les femmes consultent plus fréquemment le médecin généraliste (88,4 % contre 75,1 %), le psychologue ou psychiatre (5,8 % contre 2,6 %), le dentiste (63,1 % contre 50,5 %), l homéopathe (10,2 % contre 7 %), et l acupuncteur (4,5 % contre 1,7 %). Le médecin généraliste Plus de 80 % des ans ont consulté le médecin généraliste dans l année. Chez les femmes il n y a pas de différence selon la tranche d âge. Chez les hommes, un peu moins des deux tiers ont consulté dans l année. Cette proportion atteint presque 80 % chez les ans pour redescendre à un peu moins de 70 % chez les ans. Au-delà, les proportions d hommes ayant consulté dans l année atteignent 95 %. Les facteurs associés aux consultations chez le médecin généraliste sont le fait d être une femme, d être âgé d au moins ans. Ne pas avoir de diplôme est associé à une probabilité moindre d avoir consulté dans l année ainsi que vivre seul. Enfin, les personnes ayant un score de qualité de vie dégradé ont une probabilité plus importante d avoir eu recours au généraliste dans l année notamment sur les dimensions mentale et physique. La consultation de routine chez le généraliste Les consultations de routine sont les consultations réalisées en dehors de tout traumatisme, maladie ou problème de santé. Sont également considérées comme consultation de routine les renouvellements de médicaments tandis que les visites chez le médecin du travail ne sont pas prises en compte. Environ 60 % des ans ont bénéficié d une consultation de ce type dans l année quand 14 % déclarent n en avoir jamais eu et 6 % il y a plus de 5 ans. Le pourcentage de femmes ayant consulté dans l année pour un contrôle de routine est plus important que celui des hommes (63,6 % contre 58 %). En revanche, le pourcentage des femmes n ayant jamais consulté pour un contrôle de routine est plus important que celui des hommes (16,7 % contre 11,4 %). Chez les femmes, aucune différence n a pu être mise en évidence selon la tranche d âge. Chez les hommes, c est entre 26 et 45 ans que l absence de consultation est la plus fréquente. Les consultations récentes (moins de un an) concernent plus fréquemment les plus âgés. C est à partir des ans que l augmentation est la plus importante avec une proportion qui passe de 57 % chez les ans à 84 %. Recours aux professionnels de santé dans l année selon le sexe (%) Consultation des hommes chez le généraliste dans l année N = 385 p < 0,002 Contrôle de routine des hommes chez le généraliste dans l année (%) La consultation chez le «psy» (psychiatre, psychologue, psychanalyste ou psychothérapeute) Plus souvent consulté dans l année par les femmes (5,8 % contre 2,6 %), le «psy» l est aussi plus fréquemment par les ans (de 5,5 à 6,5 %) que par les plus âgés (moins de 2 %). Les analyses multivariées confirment l âge en tant que facteur associé et montrent également le rôle joué par la structure du foyer, les personnes vivant dans une famille monoparentale ayant une probabilité plus importante d avoir consulté un «psy» dans l année. Enfin, le risque est également plus grand pour ceux qui ont eu des pensées suicidaires dans les 12 mois ainsi que pour ceux qui ont un score de qualité de vie moindre sur la dimension mentale. N = 517 Valeurs manquantes = 5 5

6 La consultation d un gynécologue Seules les femmes sont concernées, et elles ont plus fréquemment consulté lorsqu elles sont âgées entre 26 et 45 ans. Ensuite la proportion diminuent chez les ans (entre 45 et 50 %) jusqu à ne concerner qu un peu plus d une femme sur dix chez les ans. La consultation d un dentiste Plus de la moitié des ans (56,9 %) ont déclaré avoir consulté un dentiste dans les 12 derniers mois. Cette proportion est plus importante chez les femmes (62,9 % contre 50,5 %) mais ne diffère pas selon l âge. L étude des facteurs associés confirme que les femmes ont une probabilité plus importante d avoir consulté. C est également le cas des habitants des agglomérations de plus de habitants par rapport à ceux qui vivent en zone rurale, ainsi que des personnes ayant une activité sportive au moins mensuelle, et de celles qui ne souffrent pas d un trouble du sommeil. Enfin, sont également associés à cette consultation des scores de qualité de vie relativement élevés sur les dimensions sociale et mentale. Consultation des femmes chez le gynécologue dans l année Consultation chez les dentiste dans l année par sexe (%) Homme N = 717 Valeurs manquantes = 0 Femme HOSPITALISATIONS Un peu plus d une personne âgée entre 15 et 85 ans sur dix a été hospitalisée au moins une nuit au cours des 12 derniers mois. Ces proportions sont comparables selon le genre et varient en fonction de l âge uniquement chez les femmes : A partir de 76 ans, plus d un tiers d entre elles a déclaré avoir été hospitalisé au moins une nuit dans l année. Ce pourcentage atteint 5 % chez les ans, près de 20 % chez les ans, puis aux alentours de 10 % entre 36 et 75 ans. Parmi les personnes concernées, un peu plus d une personne sur dix a dû être hospitalisée plus de 15 jours. N = Hospitalisation au moins une nuit dans l année chez les femmes Toutes choses égales par ailleurs, le fait d être âgé d au moins 76 ans est un facteur associé à un risque plus important d avoir été hospitalisé dans l année. C est également le cas pour les personnes non diplômées et ayant obtenu un diplôme inférieur au bac, pour les personnes souffrant d une maladie chronique ainsi que pour celles qui ont un score de qualité de vie faible sur la dimension physique. N = 716 Valeur manquante = 1 Rédacteur : S. Robin EN SAVOIR PLUS Membres du groupe de travail : S. Dujoncquoy (Réseau «Onco Poitou-Charentes»), M. Vivier-Darrigol (ARS) Publication : juin 2012 Drees. L état de santé de la population en France. Rapport suivi des objectifs annexés à la loi de santé publique Bounaud v., Raguenaud M.V., Le VIH/Sida en Poitou-Charentes. Bulletin Observation Santé. ORS Poitou-Charentes. Décembre Pubert M., Texier N., Chubilleau C. Le diabète en Poitou-Charentes. Bulletin Observation Santé. ORS Poitou-Charentes. Novembre Debarre J., Robin S., Le cancer en Poitou-Charentes. Bullentin Observation Santé. ORS Poitou-Charentes. Octobre ORS Poitou-Charentes. Offre de prévention, Etat de santé, Pathologies in Panorama de la santé Poitou-Charentes Dispositifs de dépistage. Mars Vous pouvez vous procurer l ensemble des fiches sur le site de l ORS : 6

Qualité de vie des Franciliens de 60 ans ou plus : agir sur les limitations physiques

Qualité de vie des Franciliens de 60 ans ou plus : agir sur les limitations physiques 20 Qualité de vie des personnes âgées Qualité de vie des Franciliens de 60 : agir sur les limitations physiques A l heure où «la révolution de la longévité» est engagée se pose avec acuité la question

Plus en détail

Enquête nationale sur la santé des étudiants - Région La Réunion

Enquête nationale sur la santé des étudiants - Région La Réunion Enquête nationale sur la santé des étudiants - Région La Réunion Carte d identité régionale Démographie 1 En 2009, la région compte 8816 364 habitants. Les moins de 25 ans représentent 40.8% de la population

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Introduction. L enquête

Introduction. L enquête Enquête sur le mal- être et la détresse psychologique des personnes sourdes, malentendantes, devenues sourdes et/ou acouphéniques : Analyse des résultats du point de vue des personnes devenant sourdes

Plus en détail

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T À l attention du bénéficiaire : BILAN SANTÉ RETRAITE AUTO-QUESTIONNAIRE Ce questionnaire servira de fil conducteur à la consultation avec votre médecin traitant. À l issue de l entretien, vous pouvez soit

Plus en détail

Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011

Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011 Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Avec plus de 29 000 en 2007, le revenu net imposable moyen des habitants du Sud de l Oise est le

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités.

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités A/ Enjeux L activité physique évolue en même temps que la société. Si le labeur excessif des périodes antérieures a contribué à un vieillissement prématuré

Plus en détail

La dépression : prévalence, facteurs associés et consommation de soins

La dépression : prévalence, facteurs associés et consommation de soins 459 La dépression : prévalence, facteurs associés et consommation de soins Yannick Morvan Ana Prieto Xavier Briffault Alain Blanchet Roland Dardennes Frédéric Rouillon Béatrice Lamboy InTRoduCTIon La dépression

Plus en détail

Épreuves du concours

Épreuves du concours Épreuves du concours 1. Quelle est l épreuve écrite d admissibilité? 2. Quelle est l épreuve orale d admission? 3. Quel est le programme des épreuves? Les épreuves de sélection du concours d entrée en

Plus en détail

Questionnaire de l enquête complémentaire emploi «Insertion professionnelle des personnes handicapés»

Questionnaire de l enquête complémentaire emploi «Insertion professionnelle des personnes handicapés» Questionnaire de l enquête complémentaire emploi «Insertion professionnelle des personnes handicapés» Texte introductif, à lire à haute voix par l enquêteur : «La question qui suit concerne les problèmes

Plus en détail

Etude sur la santé mentale des étudiants

Etude sur la santé mentale des étudiants Observatoire Expertise et Prévention pour la Santé des Etudiants Etude sur la santé mentale des étudiants Premiers résultats Novembre 2007 Objectifs et méthode A la demande de La Mutuelle des Etudiants,

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants

La Mutuelle Des Etudiants 4ème Enquete sur la ^ Nationale Santé des Etudiants Etat de santé des étudiants en France Premiers résultats de l Enquete Nationale sur la Santé des Etudiants 2014 (ENSE4) La Mutuelle Des Etudiants www.lmde.com

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 2003-2004

Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 2003-2004 OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL BRUXELLES OBSERVATORIUM VOOR GEZONDHEID EN WELZIJN BRUSSEL Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 23-24 2 8 Commission communautaire commune 2 COLOPHON

Plus en détail

Baromètre de la protection sociale Vague 3

Baromètre de la protection sociale Vague 3 pour Baromètre de la protection sociale Vague 3-2 ème conférence nationale de la protection sociale - Contacts : Frédéric Dabi Directeur Général Adjoint de l Ifop 10 avril 2013 Note méthodologique Etude

Plus en détail

Info Parcours psy EDITO. N 4 2 août 2013. Le mot de Francis JAN Pilote associé. Francis JAN, Co-Pilote du parcours

Info Parcours psy EDITO. N 4 2 août 2013. Le mot de Francis JAN Pilote associé. Francis JAN, Co-Pilote du parcours EDITO Un point fort et original de la démarche du parcours des personnes en situation de handicap psychique est la place faite aux regards et aux questions des familles et des personnes concernées par

Plus en détail

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades Définitions : 1. OMS en 1988 définit la Santé Publique : Un concept social et politique qui vise une amélioration de la santé, une plus grande longévité et un accroissement de la qualité de la vie de toutes

Plus en détail

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires ANNUAIRE SANTE Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires IREPS : Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Poitou-Charentes (4 antennes

Plus en détail

MRC d abitibi LA SANTÉ ET LA QUALITÉ DE VIE LES PORTRAITS DE LA. La démographie. Situation sociale. Population vivant seule et en couple

MRC d abitibi LA SANTÉ ET LA QUALITÉ DE VIE LES PORTRAITS DE LA. La démographie. Situation sociale. Population vivant seule et en couple Mai 2015 Territoire en synergie Planification territoriale MRC d Abitibi LES PORTRAITS DE LA MRC d abitibi LA SANTÉ ET LA QUALITÉ DE VIE La démographie En 2013, la population de la MRC d Abitibi se chiffrait

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Avantages - Voordelen. Organisation - Organisatie

Avantages - Voordelen. Organisation - Organisatie Organisation Organisatie Mutualité Socialistes du Brabant Wallon 305 Chaussée de Mons 228 1480 TUBIZE Tél. : (02) 391 09 11 Fax : (02) 355 46 80 Acupuncture Avantages Voordelen Aide à domicile (ménagère,

Plus en détail

VIH et Vieillissement

VIH et Vieillissement LIVRET D INFORMATION VIH et Vieillissement en Haute-Normandie Bien vieillir avec le VIH 1 2 VIH/SIDA la prise en charge des personnes vivant avec le VIH en Haute-Normandie Plus de 15 000 patients vivant

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA SANTE Poitou-Charentes ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES Enquête auprès des établissements de Poitou-Charentes Etude commanditée

Plus en détail

santé Les personnes âgées en institution

santé Les personnes âgées en institution et DOSSIERS Les personnes âgées en institution N 22 2011 Selon le volet «pathologies et morbidité» de l enquête réalisée par la Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques

Plus en détail

q u estions santé d économie de la analyse Repères Précarités, risque et santé Enquête menée auprès des consultants de centres de soins gratuits

q u estions santé d économie de la analyse Repères Précarités, risque et santé Enquête menée auprès des consultants de centres de soins gratuits Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé analyse Repères Le CREDES a réalisé de septembre 1999 à mai 2000 une enquête sur l état de santé et les logiques de recours

Plus en détail

ZOOM SUR LES AIDANTS PRINCIPAUX NON PROFESSIONNELS

ZOOM SUR LES AIDANTS PRINCIPAUX NON PROFESSIONNELS LES AIDES ET LES AIDANTS DES PERSONNES AGEES VIVANT A DOMICILE A LA REUNION Ce document s intéresse aux aides et aux aidants de la population des personnes âgées de 60 ou plus. Il utilise les résultats

Plus en détail

Programme DPC des infirmiers

Programme DPC des infirmiers Catalogue de formations de la FNFCEPPCS pour l année 2015 Programme DPC des infirmiers Le catalogue peut évoluer en cours d année ; nous vous en tiendrons informés. 1 L INFIRMIER DE CENTRE DE SANTÉ FACE

Plus en détail

questions Pourcentage de personnes ayant recours au moins une fois au médecin en un mois Agriculteur Ouvrier non Ouvrier qualifié qualifié

questions Pourcentage de personnes ayant recours au moins une fois au médecin en un mois Agriculteur Ouvrier non Ouvrier qualifié qualifié Bulletin d information en économie de la santée questions d économie de la santé résultats Re pè res Les résultats sont issus de l enquête Santé et Protection sociale (ESPS), menée tous les deux ans par

Plus en détail

Quand il fait CHAUD POUR. Prudence!

Quand il fait CHAUD POUR. Prudence! Quand il fait CHAUD POUR MOURIR Prudence! Comment la chaleur affecte-t-elle la santé? L été, le soleil et le beau temps sont sources de nombreux plaisirs Par contre, lorsque la chaleur est trop intense,

Plus en détail

Baromètre Santé 2015. Les agents du Ministère de l Intérieur et la prévention. Intériale mutuelle. Résultats de la 2 ème vague

Baromètre Santé 2015. Les agents du Ministère de l Intérieur et la prévention. Intériale mutuelle. Résultats de la 2 ème vague Intériale mutuelle Les agents du Ministère de l Intérieur et la prévention en partenariat avec le Ministère de l Intérieur Baromètre Santé 2015 Résultats de la 2 ème vague Pour accompagner ses adhérents

Plus en détail

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Synthèse des échanges du CCRPA du 17 mai 2013, à NANTES Thème de la journée : la santé et l accès aux soins 31 participants

Plus en détail

Collectif Santé Précarité Montpellier. Groupe de travail : Accès aux droits et aux soins CR de la rencontre du 15/10/10, MDM

Collectif Santé Précarité Montpellier. Groupe de travail : Accès aux droits et aux soins CR de la rencontre du 15/10/10, MDM Groupe de travail : Accès aux droits et aux soins CR de la rencontre du 15/10/10, MDM Au menu de la rencontre : préparation du 17/10/10 - Etat des lieux : Alerte dégradation accès aux droits et aux soins

Plus en détail

Tableau de bord de suivi des suicides et tentatives de suicide en Poitou-Charentes

Tableau de bord de suivi des suicides et tentatives de suicide en Poitou-Charentes Février 2014 TERRITOIRES DE SANTE TABLEAU DE BORD Tableau de bord de suivi des suicides et tentatives de suicide en Poitou-Charentes FEVRIE SUICIDES ET TENTATIVES DE SUICIDE Rapport n 154 Février 2014

Plus en détail

Le carnet de santé des Français

Le carnet de santé des Français Le carnet de santé des Français Sondage réalisé par pour Levée d embargo le 15 mai 2015 à 06h00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés par Internet les 7 et

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

D E M A N D E D A D M I S S I O N

D E M A N D E D A D M I S S I O N RESIDENCE de l' YZE 10, route de Chanteloup 35150 CORPS-NUDS T e l : 0 2. 9 9. 4 4. 0 0. 1 4 F a x : 0 2. 9 9. 4 4. 0 3. 3 4 D E M A N D E D A D M I S S I O N DEMANDEUR NOM :... Prénom :... Date de naissance

Plus en détail

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité Congrès de l AEEP Bordeaux 2013- vendredi 29 novembre 2013 Promotion de la santé des élèves : axes de travail actuels dans l académie de Bordeaux Dr Colette Delmas, médecin de santé publique, médecin conseiller

Plus en détail

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées SYNTHÈSE BP 823-98845 Nouméa Nouvelle-Calédonie (687) 27 54 81 isee@isee.nc www.isee.nc Directeur de la publication Alexandre Gautier Conception et réalisation Département publications Synthèse N 3 Édition

Plus en détail

«L insomnie est signe d anxiété.»

«L insomnie est signe d anxiété.» «L insomnie est signe d anxiété.» Ni pavot, ni mandragore Ni aucun sirop de sommeil au monde Ne te rendront jamais ce sommeil délicieux Que tu possédais hier. Shakespeare, Othello, 1604 N est-ce pas l

Plus en détail

Contacts avec le médecin généraliste

Contacts avec le médecin généraliste Contacts avec le médecin généraliste Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642

Plus en détail

VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A : ce que vous devez savoir

VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A : ce que vous devez savoir French VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A : ce que vous devez savoir La grippe. Protégez-vous et protégez les autres. 1 Sommaire Qu est-ce que la grippe porcine, dite grippe A? 3 Le vaccin contre la grippe

Plus en détail

Jean GAUTIER. Vice président association ASALEE j.gautier@medsyn.fr http://www.asalee.fr

Jean GAUTIER. Vice président association ASALEE j.gautier@medsyn.fr http://www.asalee.fr Jean GAUTIER Vice président association ASALEE j.gautier@medsyn.fr http://www.asalee.fr ASALEE Action de santé libérale en équipe Une expérimentation de coopération interprofessionnelle Médecins Généralistes

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Contexte Présentation de l étude Protocole Réalisation de l étude pilote Le contexte Contexte Contexte réglementaire

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

Questionnaire santé et soins médicaux pour les moins de 16 ans

Questionnaire santé et soins médicaux pour les moins de 16 ans _0_ An Vag Enq N adresse N individuel... Prénom Année de naissance (réservé enquêteur) Questionnaire santé et soins médicaux pour les moins de 6 ans Enquête sur la Santé et la Protection Sociale 00 Prénom

Plus en détail

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne O B S E R V A T O I R E R E G I O N A L D E L A S A N T E D E M I D I - P Y R E N E E S Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne Novembre 2007 SYSTEME

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

santé solidarité Spécialistes et patients face au parcours de soins coordonnés: comportements et opinions N 11 2009 DOSSIERS

santé solidarité Spécialistes et patients face au parcours de soins coordonnés: comportements et opinions N 11 2009 DOSSIERS et DOSSIERS Spécialistes et patients face au parcours de soins coordonnés: comportements et opinions N 11 2009 Le parcours de soins coordonnés a été mis en place en août 2004 par la loi réformant l Assurance

Plus en détail

GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES. Assurance individuelle

GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES. Assurance individuelle GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES Assurance individuelle TABLE DES MATIÈRES À propos du guide... 4 Conditions médicales Accident vasculaire cérébral (AVC)...5 Accident ischémique transitoire (AIT)...5

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants

La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants Laurent Michel Délégué Général de l USEM Marie Portal Etudiante en Master 2 Promotion de la santé, ISPED Stagiaire à l USEM L USEM et les SMERS

Plus en détail

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE)

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Ce questionnaire vous aidera à juger si vous devez consulter un clinicien pour votre dépression, si

Plus en détail

Etat de santé des jeunes martiniquais âgés de 16 à 25 ans bénéficiaires du Crédit de Formation Individualisé

Etat de santé des jeunes martiniquais âgés de 16 à 25 ans bénéficiaires du Crédit de Formation Individualisé Etat de santé des jeunes martiniquais âgés de 16 à 25 ans bénéficiaires du Crédit de Formation Individualisé Septembre 2008 SOMMAIRE I. Introduction... 3 II. Méthode... 3 III. Résultats... 4 1. Caractéristiques

Plus en détail

Etats de santé et conditions de vie des personnes âgées en Provence Alpes Côte d Azur

Etats de santé et conditions de vie des personnes âgées en Provence Alpes Côte d Azur Etats de santé et conditions de vie des personnes âgées en Provence Alpes Côte d Azur Lucile Harissart, Marielle Aulagnier, Yolande Obadia La région Provence Alpes Côte d Azur (PACA) comptait au 01/01/2004

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie (Ordonnance sur les prestations de l assurance des soins, OPAS) Modification du 14 juin 2010 Le Département

Plus en détail

3. Pouvez-vous décrire en quelques mots ce qu est, selon vous, une donnée de santé sensible? (Question ouverte non obligatoire)

3. Pouvez-vous décrire en quelques mots ce qu est, selon vous, une donnée de santé sensible? (Question ouverte non obligatoire) Parler de santé sur le web, quel(s) risque(s)? Ce sondage est destiné à recueillir l opinion des personnes publiant ou ayant publié un ou plusieurs éléments concernant leur santé ou celle d un proche sur

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie de Crohn

La prise en charge de votre maladie de Crohn G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie de Crohn Vivre avec une maladie de Crohn Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis

Plus en détail

Accès aux soins de santé

Accès aux soins de santé Accès aux soins de santé Stefaan Demarest Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 94 E-mail : srefaan.demarest@wiv-isp.be

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Rapport de recherche. Perception du système de santé par les patients québécois

Rapport de recherche. Perception du système de santé par les patients québécois Rapport de recherche Perception du système de santé par les patients québécois Projet 13054-005 Octobre 2013 Canada Montréal Québec Toronto Edmonton Calgary États-Unis Philadelphie, PA Denver, CO Tampa,

Plus en détail

BAROMÈTRE DE LA SANTÉ DES TRAVAILLEURS DANS L'AIRE URBAINE DE MONTPELLIER

BAROMÈTRE DE LA SANTÉ DES TRAVAILLEURS DANS L'AIRE URBAINE DE MONTPELLIER BAROMÈTRE DE LA SANTÉ DES TRAVAILLEURS DANS L'AIRE URBAINE DE MONTPELLIER 2015 - SOMMAIRE 4- L'AIPALS, qui sommes-nous? 5- POURQUOI un baromètre annuel de la santé au travail dans l'aire urbaine de Montpellier?

Plus en détail

Les Français et leur santé pendant les vacances

Les Français et leur santé pendant les vacances Juillet 2013 N 111201 UPSA Contact : Damien Philippot 01 45 84 14 44 damien.philippot@ifop.com Les Français et leur santé pendant les vacances La méthodologie Etude réalisée pour : Echantillon : Echantillon

Plus en détail

Soins de courte durée, de suite & de réadaptation. lien. créent du. Les Etablissements MGEN. Quand les soins. Suivi. Médecins.

Soins de courte durée, de suite & de réadaptation. lien. créent du. Les Etablissements MGEN. Quand les soins. Suivi. Médecins. Quand les soins créent du lien Equipes soignantes Qualité des soins Environnement Prise en charge Médecins Animateurs Séjours personnalisés Soins de courte durée, de suite & de réadaptation Les Etablissements

Plus en détail

Etat de la connaissance sur la santé des immigrants au Canada

Etat de la connaissance sur la santé des immigrants au Canada Etat de la connaissance sur la santé des immigrants au Canada Marie Hélène Chomienne PLRS 2011 Université d Ottawa IRHM 4E COLLOQUE INTERNATIONAL DES PROGRAMMES LOCAUX ET RÉGIONAUX DE LA SANTÉ (PLRS) 27

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

«LA SOLITUDE DES SENIORS» ENQUÊTE. 42 Éducation à la santé et à la vie quotidienne dans les Hauts-de-Seine. Objectifs

«LA SOLITUDE DES SENIORS» ENQUÊTE. 42 Éducation à la santé et à la vie quotidienne dans les Hauts-de-Seine. Objectifs ENQUÊTE «LA SOLITUDE DES SENIORS» La canicule de l été 2003 a montré combien les personnes isolées étaient vulnérables. Depuis cet événement, l Institut des Hautsde-Seine s est attaché à proposer aux seniors

Plus en détail

PROGRAMME «BOUGER SUR PRESCRIPTION» DOCUMENT D INFORMATIONS Destiné aux professionnels de santé

PROGRAMME «BOUGER SUR PRESCRIPTION» DOCUMENT D INFORMATIONS Destiné aux professionnels de santé PROGRAMME «BOUGER SUR PRESCRIPTION» DOCUMENT D INFORMATIONS Destiné aux professionnels de santé Sommaire I. Pourquoi le programme «Bouger sur prescription» en Savoie?... 2 II. Le programme «Bouger sur

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

Parents Note H1N1 : n o 3

Parents Note H1N1 : n o 3 École primaire Laurentia Parents Note H1N1 : n o 3 Destinataires : Tous les parents de L ÉCOLE PRIMAIRE LAURENTIA Date : Le 16 novembre 2009 Objet : Expéditrice : Transport des élèves vers les centres

Plus en détail

Votre limite globale Silver Gold Platinum 1 000 000 USD 800 000 EUR 650 000 GBP. Vos garanties médicales standard Silver Gold Platinum

Votre limite globale Silver Gold Platinum 1 000 000 USD 800 000 EUR 650 000 GBP. Vos garanties médicales standard Silver Gold Platinum Assurance médicale internationale Nos assurances disposent de 3 niveaux de couverture distincts : Silver, Gold et Platinum. Choisissez votre niveau de couverture à l'aide du tableau ci-dessous. Tous les

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques?

Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques? Janvier 2011 Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques? Introduction Les soins dispensés aux patients souffrant d affections chroniques

Plus en détail

La santé des Canadiens

La santé des Canadiens La santé des Canadiens La santé d une personne est influencée par toute une série de facteurs, allant de sa composition génétique, à ses conditions de vie et de travail, et à la qualité et la disponibilité

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D'EVALUATION DES RISQUES

DOCUMENT UNIQUE D'EVALUATION DES RISQUES DOCUMENT UNIQUE D'EVALUATION DES RISQUES COGESTEN 63 rue Castellion 01100 OYONNAX Mis à jour le 30/06/2012 1 / 13 FEUILLE D'EMARGEMENT NOM PRENOM FONCTION DATE SIGNATURE 2 / 13 LES NIVEAUX DE RISQUES Le

Plus en détail

PREUVE D ASSURABILITÉ DESCRIPTION DE LA PROTECTION

PREUVE D ASSURABILITÉ DESCRIPTION DE LA PROTECTION PREUVE D ASSURABILITÉ DESCRIPTION DE LA PROTECTION La présente demande d assurance comprend deux formulaires : Preuve d assurabilité Description de la protection et Questionnaire relatif aux renseignements

Plus en détail

PREUVE D ASSURABILITÉ DESCRIPTION DE LA PROTECTION

PREUVE D ASSURABILITÉ DESCRIPTION DE LA PROTECTION PREUVE D ASSURABILITÉ DESCRIPTION DE LA PROTECTION La présente demande d assurance comprend deux formulaires : Preuve d assurabilité Description de la protection et Questionnaire relatif aux renseignements

Plus en détail

Arrêts de travail pour maladie : exemples de travaux à partir des données du Sniiram Nadine Colinot, Christelle Gastaldi-Ménager

Arrêts de travail pour maladie : exemples de travaux à partir des données du Sniiram Nadine Colinot, Christelle Gastaldi-Ménager 1 Arrêts de travail pour maladie : exemples de travaux à partir des données du Sniiram Nadine Colinot, Christelle Gastaldi-Ménager CNAMTS Direction de la Stratégie, des Etudes et des Statistiques (DSES)

Plus en détail

Avant-propos. Bonne lecture

Avant-propos. Bonne lecture Avant-propos Comme annoncé dans le dossier d inscription diffusé au mois de Juillet dernier, voici la liste des hébergements traités par l équipe du CDSA 64. Celle-ci détaille deux types d hébergement.

Plus en détail

La clientèle des établissements d hébergement pour personnes âgées

La clientèle des établissements d hébergement pour personnes âgées La clientèle des établissements d hébergement pour personnes âgées Au 31 décembre 2007, près de 31 000 résidents vivent dans un établissement d hébergement pour personnes âgées (EHPA). La clientèle est

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE PERTE DE PROFESSION INSTRUMENTISTE ARTISTE LYRIQUE LUTHIER

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE PERTE DE PROFESSION INSTRUMENTISTE ARTISTE LYRIQUE LUTHIER FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE PERTE DE PROFESSION INSTRUMENTISTE ARTISTE LYRIQUE LUTHIER Date d'effet : Échéance Annuelle : Périodicité : Annuelle Semestrielle Durée : 1. LE PROPOSANT (sera le preneur

Plus en détail

Réflexions sur la mise en place d un hôpital de jour en oncogériatrie au sein de la clinique St Vincent. Dr J.FARRET Onco gériatre

Réflexions sur la mise en place d un hôpital de jour en oncogériatrie au sein de la clinique St Vincent. Dr J.FARRET Onco gériatre Réflexions sur la mise en place d un hôpital de jour en oncogériatrie au sein de la clinique St Vincent Dr J.FARRET Onco gériatre Clinique St Vincent Groupe médical :100 praticiens Anesthésie réanimation

Plus en détail

IMAGES ET REALITES DE LA SANTE MENTALE EN POITOU-CHARENTES

IMAGES ET REALITES DE LA SANTE MENTALE EN POITOU-CHARENTES Association Régionale Poitou-Charentes pour l Information Médicale et l Epidémiologie en Psychiatrie (ARPCIMEP) Observatoire Régional de la Santé de Poitou-Charentes (ORSPEC) IMAGES ET REALITES DE LA SANTE

Plus en détail

Fait à Le. Signature du responsable légal (Tuteur, vacancier lui même)

Fait à Le. Signature du responsable légal (Tuteur, vacancier lui même) Participant : NOM : Prénom : Date de naissance : Sexe : M F N de Licence FFSA : Adresse :.. Code Postal :.. Ville : Choix du séjour : Loisirs et Nature Sports et Découverte Autonomie : Basse Moyenne Bonne

Plus en détail

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques 2 V o l u m e Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques Volume 2 : Epidémiologie - Situation et actions Recherche des données d incidence estimée des cancers au Maroc Recherche des données

Plus en détail

Des modèles mathématiques et statistiques pour étudier les cancers

Des modèles mathématiques et statistiques pour étudier les cancers Des modèles mathématiques et statistiques pour étudier les cancers M. Filoche Laboratoire de Physique de la Matière Condensée CNRS, Ecole Polytechnique En collaboration avec L. Schwartz, Hôpital de la

Plus en détail

FICHE DE PRE-ADMISSION EN SSR. Informations administratives et sociales

FICHE DE PRE-ADMISSION EN SSR. Informations administratives et sociales 3442 ANNEXE I FICHE DE PRE-ADMISSION EN SSR Informations administratives et sociales Date d admission souhaitée / / Date de la demande / / Date d admission prévue avec le SSR / / Date d admission réelle

Plus en détail

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012 Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SANTÉ "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une

Plus en détail

Actif Santé. Votre complémentaire santé ENTRE NOUS, C EST FACILE DE SE COMPRENDRE

Actif Santé. Votre complémentaire santé ENTRE NOUS, C EST FACILE DE SE COMPRENDRE Actif Santé Votre complémentaire santé ENTRE NOUS, C EST FACILE DE SE COMPRENDRE Actif Santé Votre complémentaire santé Avec PRÉVOIRPRO Actif Santé : Bénéficiez d une offre dédiée aux indépendants et à

Plus en détail

Proposition pour l International Health Plan

Proposition pour l International Health Plan Proposition pour l International Health Plan Le présent formulaire doit être rempli par le proposant ou son représentant légal. Il convient de répondre de manière complète à toutes les questions et de

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne Groupement Régional de Santé Publique Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne Novembre 2007 Etude réalisée dans le cadre du Programme Régional Etudes

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE SPORT

LES ACCIDENTS DE SPORT LES ACCIDENTS DE SPORT Service formation sport SDIS 86 / 2006 Fracture Fracture de fatigue Périostite LES ACCIDENTS DE SPORT OSSEUX TENDINEUX Tendinite Rupture tendineuse ARTICULAIRE Entorse Luxation trouble

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail