Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO *

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO *"

Transcription

1 Note de recherche du ROP LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO * L Union africaine (UA) a élaboré une architecture continentale de paix et de sécurité dont le financement représente un défi majeur. Face à une demande croissante, la pénurie de ressources prévisibles et durables, cumulée avec des contraintes opérationnelles critiques, limite fortement la capacité d action de l UA à s acquitter des engagements pris en matière de maintien de la paix et de la sécurité sur le continent. En effet, depuis 1989, l UA et les organisations sousrégionales africaines ont déployé huit opérations de maintien de la paix dont quatre ont débouché sur des missions onusiennes et une, toujours en cours, est devenue une opération hybride ONU-UA. Ces expériences ont conduit à conclure à la nécessité de mettre en place une capacité d appui aux opérations afin de déployer des missions dotées de moyens suffisants dans les délais voulus. C est pour tenter d apporter une réponse à cette demande que le Conseil de sécurité, par sa résolution 1809 (2008) du 16 avril 2008, a validé la proposition du Secrétaire général de charger un groupe d experts UA-ONU de réfléchir aux modalités d appui aux opérations de maintien de la paix de l Union africaine menées sous mandat des Nations Unies. Dans cette résolution, le Conseil reconnaissait la nécessité de rendre plus prévisible, plus durable et plus souple le financement des organisations régionales lorsqu elles entreprennent des missions de maintien de la paix sous mandat des Nations Unies. Le Groupe d experts UA-ONU constitué le 12 décembre 2008 a rendu ses conclusions et fait des recommandations visant à renforcer les liens entre les deux organisations et à leur permettre de coopérer efficacement sur les questions d intérêt commun, et * Mme Ozolo Modo est doctorante au CESICE (Centre d Études sur la Sécurité Internationale et les Coopérations Européennes), Université de Grenoble II, France. Cette note de recherche a été publiée le 19 novembre 2009 et peut être consultée dans la section «Lexique» du site

2 particulièrement en ce qui concerne des mécanismes de financement permanents. En septembre 2009, l ONU a répondu à ce rapport. I. Les recommandations du Groupe d experts Le groupe d experts devait réfléchir aux modalités d appui aux opérations de maintien de la paix sous mandat de l ONU et particulièrement à la façon dont l ONU et l UA pourraient rendre plus prévisible, plus durable et plus souple le financement de ces opérations, en mettant l accent sur la rapidité du déploiement effectif de contingents bien équipés et sur l adoption de dispositions efficaces d appui aux missions. Leur travail portait par ailleurs sur la nature mais également sur la structure du partenariat entre l ONU et l UA, l objectif étant de renforcer la coopération entre le Conseil de sécurité et le Conseil de paix et de sécurité de l Union africaine (CPS) ainsi que les secrétariats des deux organisations. Les recommandations émises portent ainsi principalement sur, d une part, la redéfinition des relations entre les deux organisations et, d autre part, le financement des missions de l UA entreprises sous mandat de l ONU. A. Sur les relations entre les deux organisations Ces relations évoluent de façon positive mais n ont pas encore atteint le niveau d engagement stratégique nécessaire pour appuyer une approche commune. En effet, les relations entre les deux organisations souffrent d un manque de cadre de coopération clair et de ce fait, d un manque de clarté dans les relations entre le Conseil de sécurité et le CPS. Le groupe conclut ainsi à la nécessité d une relation stratégique claire entre l ONU et l UA. Une telle relation nécessite de : - clarifier les relations entre le Conseil de sécurité et le CPS ainsi qu entre le secrétariat général de l ONU et la Commission de l Union africaine, de manière à ce que les responsabilités soient clairement définies et que les deux organisations puissent mettre à profit leurs avantages comparatifs respectifs ; - procéder ensemble à une évaluation stratégique afin de recenser les questions d intérêt commun qui sous-tendent leurs relations ; - procéder à des échanges de personnel, en particulier pour les services chargés de la gestion financière et de la logistique. Pour ce faire, l UA devra dresser une liste hiérarchisée de ses besoins en matière de formation, en particulier dans les domaines concernant la gestion financière, la logistique et l administration. B. Sur le financement des missions de maintien de la paix de l UA entreprises sous mandat de l ONU Les deux organisations doivent adopter des mesures concrètes pour rendre plus prévisible, plus durable et plus souple le financement des opérations entreprises par l Union africaine sous mandat des Nations Unies. Pour l ONU, deux mécanismes de financement sont proposés : a) Procéder à la mise en recouvrement de contributions obligatoires pour financer des opérations spécifiques. Ce mécanisme vise à renforcer le rôle prééminent du Conseil de sécurité tout en ménageant une grande latitude d action à l organisation régionale. La mise en recouvrement, effectuée au cas par cas, permettrait d appuyer, en nature, pendant une durée maximale de six mois, les opérations de paix de l UA autorisées par le Conseil de sécurité. L appui apporté

3 pourrait couvrir notamment le transport de troupes, le coût des contingents, les transmissions et différentes formes de soutien logistiques. Ce financement nécessite que deux conditions soient réunies : l approbation par le Conseil de sécurité et de l Assemblée générale et l accord entre les deux organisations sur le transfert de l opération à l ONU dans les six mois. b)créer un fonds d affectation spéciale multidonateurs alimenté par des contributions volontaires et placé sous contrôle africain pour financer les capacités de maintien de la paix de l Union africaine. Ce fonds permettrait de regrouper les financements de sources diverses et de mobiliser des ressources additionnelles sur le modèle de l instrument financier pour la paix institué par l Union européenne. Les moyens mobilisés dans ce cadre seraient destinés aux activités de l UA relatives à l alerte rapide, à la prévention et au règlement des conflits ainsi qu au renforcement des institutions. Un effort est également demandé à l organisation africaine qui est invitée à se doter d un système de financement de ses opérations de maintien de la paix par des contributions obligatoires qui viendraient alimenter son fonds pour la paix. Elle doit ainsi se doter d un plan global pour la constitution d une capacité permanente de paix financé par le fonds d affectation multidonateurs et géré par un conseil d administration composé de représentants de l UA, de l ONU et des donateurs. Par ailleurs, l amélioration des mécanismes de financement doit s accompagner d un renforcement des organes de gestion financière de l Union africaine. C. Sur les besoins en matière logistique Il est proposé : - que l Union africaine puisse bénéficier de la base de soutien logistique de l ONU située à Brindisi (Italie) ; - d instaurer des relations de travail étroites entre les logisticiens des deux organisations, y compris des échanges de personnel ainsi qu un transfert de savoir-faire de l ONU vers l Afrique ; - d organiser des programmes complets de formation à l intention du personnel de l UA et des organisations sous régionales africaines. II. Le Rapport du Secrétaire général de l ONU du 18 septembre 2009 L évaluation des recommandations du Groupe d experts par le Secrétaire général de l ONU fait apparaître une évolution dans la recherche d une relation plus stratégique entre les organes de l ONU et ceux de l organisation africaine. Elle fait état des mesures déjà prises pour mettre en œuvre les recommandations relatives au financement des opérations de maintien de la paix. Cependant, des insuffisances sont constatées dont certaines font l objet de perspectives d amélioration. Document S/2009/470 «Appui aux opérations de maintien de la paix de l Union africaine autorisées par l organisation des Nations Unies».

4 Les avancées observées 1. Un partenariat stratégique et la clarification des relations entre les deux organisations Concernant la nécessité de clarifier les relations entre le Secrétariat de l ONU et la Commission de l UA et de mettre en place un dispositif de consultation officielle sur les questions d intérêt commun, le Secrétaire général de l ONU et le Président de la Commission de l UA entretiennent un contact étroit et une consultation régulière est établie entre leurs adjoints respectifs dans les domaines d intérêt commun. Des échanges sont également établis entre le Secrétariat et le Bureau des observateurs permanents de l UA auprès de l ONU d une part, et la Commission et les représentants du secrétariat de l ONU au siège de l UA d autre part. Le Programme décennal de renforcement des capacités, adopté en 2006 sert de cadre général à l assistance apportée par l ONU à l Union africaine dans le domaine de la paix et de la sécurité. Plusieurs mécanismes sont déjà mis en place pour soutenir la mise en œuvre de ce Programme. Ainsi par exemple, des réunions consultatives annuelles pour la prévention, la gestion et le règlement des conflits ou les échanges de fonctionnaires sont effectués sous la houlette du Département des affaires politiques de l ONU. Une démarche d information semble être établie entre les deux organisations, la Commission de l UA intégrant désormais les vues du Conseil de sécurité dans ses rapports au Conseil de paix et de sécurité et le CPS transmettant au Conseil de sécurité ses communiqués portant sur des questions d intérêt commun. Sur le plan opérationnel, le partenariat entre les deux organisations est déjà effectif et celles-ci collaborent sur les situations au Darfour, en Somalie, sur le renforcement des capacités des missions, les missions de médiation et sur les systèmes d alerte rapide, notamment au Kenya, en Mauritanie et à Madagascar. 2. Évaluation des mesures financières proposées La recommandation du Groupe d experts sur un mécanisme de mise en recouvrement des contributions obligatoires par l ONU semble avoir été suivie d effet. L Assemblée générale a autorisé la mise en place de plans de soutien pour les opérations de l UA approuvées par le Conseil de sécurité, en vue d assurer la continuité des opérations et de faciliter le transfert de la responsabilité d une opération à l ONU. Ces plans de soutien autorisaient la mise en recouvrement de contributions dans le cadre du dispositif d appui limité et renforcé pour la Mission de l Union africaine au Soudan (MUAS) et du dispositif de soutien logistique pour la Mission de l Union africaine en Somalie (AMISOM). Dans le cadre de ces opérations, les contributions mises en recouvrement ont servi à financer la plupart des catégories de dépenses applicables à une mission de maintien de la paix de l ONU. Pour le fonds d affectation spéciale multidonateurs, conformément à la résolution 1863 (2009) du Conseil de sécurité, l ONU et l UA ont organisé en avril 2009, une conférence internationale de donateurs sur la Somalie afin de soutenir la création de

5 ce fonds pour l AMISOM. Au final, trois mécanismes différents ont appuyé l AMISOM : un plan de soutien logistique des Nations Unies financé par des contributions mises en recouvrement par l ONU, le versement de contributions volontaires par le biais d un fonds d affectation spéciale des Nations unies et des modalités de financement et d appui à l échelon bilatéral. Quant à l Union africaine, elle a décidé d accroître le montant prélevé sur le budget ordinaire destiné au fonds africain pour la paix. 3. Le renforcement des capacités institutionnelles des opérations de maintien de la paix L ONU, à travers ses départements des affaires politiques, des opérations de maintien de la paix et de l appui aux missions, apporte déjà son soutien à une série d activités dans le cadre du Programme décennal de renforcement des capacités africaines de l UA. La collaboration avec la Commission de l UA a permis d arrêter les principes suivants : - des consultations entre les deux secrétariats préalablement au déploiement d une opération de maintien de la paix de l UA ; - la détermination de ses besoins par l UA ; - la prise en compte des demandes concurrentes de soutien aux opérations de l ONU sur le terrain lors du soutien à l opération de l UA ; - le développement par l UA de capacités adaptées à se propres besoins, y compris spécifiques, et non une simple transposition de mécanismes de l ONU ; - une assistance technique de l ONU dispensée par du personnel qualifié et ayant une expérience dans les opérations de maintien de la paix en Afrique. Globalement, des avancées notables sont constatées mais des insuffisances demeurent et nécessitent que des mesures supplémentaires soient prises par l ONU pour aider l Union africaine à renforcer ses capacités. A. Les insuffisances relevées Si l amélioration des relations stratégiques entre l ONU et l UA est effectivement bien amorcée, le partenariat stratégique entre les deux organisations est à renforcer. La création d une équipe spéciale conjointe sur la paix et la sécurité qui se réunira au niveau des secrétaires généraux adjoints pour l ONU et des commissaires pour l UA et sera chargée de revoir les questions stratégiques et opérationnelles n est pas réalisée. Quant aux mécanismes de financement, ils ne sont pas encore totalement effectifs. Ainsi par exemple, les exemples de la MUAS et de l AMISOM montrent que les plans de soutien autorisés dans le cadre de ces missions l ont été avec un retard d entre 18 et 24 mois après la mise en place des opérations sur le terrain. Or, il importe que ces plans soient autorisés le plus rapidement possible et soient dotés de tous les moyens requis pour être pleinement efficaces. De même, le fonds d affectation spéciale permanent recommandé à l UA, avec l ONU en appui, pour assurer l utilisation optimale des contributions volontaires reste à l état de recommandation d après le Rapport du Secrétaire général du 18 septembre dernier.

6 Par ailleurs, il apparaît que les différentes initiatives de renforcement des capacités dans le domaine de la paix et de la sécurité ne sont pas encore parfaitement coordonnées et se chevauchent souvent. Dans le cas de l AMISOM, la diversité des sources de financement, bien que coordonnée, a créé des structures de gestion et de responsabilité parallèles pour la même opération. B. Les perspectives d amélioration Des mesures de collaboration sont envisagées à court et à moyen ou long terme afin de rendre la coopération entre les deux organisations de plus en plus effective et efficace. Ces mesures prévoient également l implication d autres partenaires. A court terme, il s agit de : - permettre à la Commission de l UA d accéder au site intranet des missions de paix des Nations Unies pour l autoformation de l UA ; - de continuer à mettre en commun les retours d expérience et les connaissances sur les opérations des bases logistiques ; - mettre en place un dispositif et des modèles d élaboration des budgets de maintien de la paix des Nations Unies dont bénéficiera la Commission de l UA et établir des liens entre les systèmes budgétaires des deux organisations, de manière à faciliter l établissement de rapports financiers harmonisés ; - organiser des visites de familiarisation sur le terrain des opérations de maintien de la paix ainsi qu au siège de l ONU ; - permettre l accès aux capacités de la base de soutien logistique des Nations Unies à Brindisi ; - permettre aux responsables des ressources humaines de l UA de découvrir directement au siège le système de fonctionnement des Nations Unies ; - procéder à des échanges d informations concernant les fournisseurs et les contrats des Nations Unies ; A moyen et long terme, il est envisagé : - la création par l ONU d un système de forces et moyens en attente pour aider l UA à déployer une mission ; - l accès au personnel de l UA à des programmes de formation et de renforcement des capacités offerts par les départements de l ONU ; - la mise en place d un programme d affectations temporaires pour permettre au personnel de l UA d être déployé au siège et auprès des opérations de Nations Unies ; - l appui de l ONU à la création d une capacité de formation spécialisée et intégrée couvrant toutes les activités de la Commission Le groupe d experts a répertorié 130 aides différentes assorties chacune de règles spécifiques en matière d établissement de rapports et de suivi. Le Rapport S/2009/470 du SG NU répertorie cinq mécanismes de financement des opérations de maintien de la paix de l UA : les contributions statutaires de l Union, les contributions des pays fournisseurs de contingents, les contributions volontaires, des plans de soutien financés par les contributions mises en recouvrement par l ONU et une combinaison de tous ces mécanismes.

7 Par ailleurs, l ONU ainsi que d autres partenaires, doit apporter son appui à l Union africaine pour mettre au point un plan et une feuille de route interdépartementaux sur le renforcement des capacités. Cette feuille de route constituera le cadre dans lequel les partenaires et donateurs axeront leurs efforts sur les programmes d assistance, le calendrier de mise en œuvre ainsi que les mécanismes de financement. L ONU envisage de lancer un certain nombre d initiatives susceptibles d aider l UA à remédier à certaines de ses principales faiblesses, notamment dans les domaines des finances, de la logistique, des ressources humaines et de la passation des marchés. D ores et déjà, le Secrétariat et la Commission doivent travailler ensemble à l établissement d une liste des besoins de l UA en matière de renforcement des capacités. Afin de relever les défis pragmatiques et administratifs inhérents à l ensemble des programmes financés par les donateurs de l UA, une coordination des programmes par ces derniers est nécessaire. L ONU peut faciliter ce processus, notamment par la possibilité de mettre au point, en concertation avec l UA et ses partenaires, un cadre de gestion administrative et financière susceptible de consolider le financement. Une priorité, le renforcement La question de la nature et de la structure du partenariat entre l ONU et les organisations régionales, et particulièrement l Union africaine, est récurrente dans les recommandations du Secrétaire général de l ONU. Un partenariat stratégique est en train de se mettre en place entre les deux organisations et la relation entre leurs organes respectifs a été renforcée. Cependant, les paramètres de ce partenariat peuvent être améliorés grâce à une élaboration coordonnée d évaluations stratégiques et de schémas communs d opération. Une coordination et une consultation stratégiques et opérationnelles rigoureuses entre le Secrétariat général et la Commission de l UA et entre le Conseil de sécurité et le Conseil de paix et de sécurité restent nécessaires avant la mise sur pied d une opération de maintien de la paix de l Union africaine. Une telle coopération permettrait de définir en amont les conditions nécessaires pour soutenir les capacités financières et les capacités de maintien de la paix de l UA et de préparer une éventuelle transition vers une opération des Nations Unies. En tout état de cause, la constitution d un système de financement et le renforcement de moyens matériels au bénéfice de l UA, pour lui donner les moyens d agir rapidement et avec souplesse en cas de crise, ne doivent pas exonérer le Conseil de sécurité de la responsabilité principale qui lui incombe en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales. Le renforcement du partenariat doit être accentué, notamment par la mise au point d une capacité de réponse qui permettrait aux deux organisations de travailler ensemble à prévenir les conflits plutôt que de devoir y réagir a posteriori. Enfin, la création de capacités complémentaires est nécessaire et, l Union africaine, parallèlement à la recherche d une issue aux crises, doit faire du renforcement de ses capacités institutionnelles une priorité.

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI SEPTEMBRE 2004 1. PRÉSENTATION Le Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) exprime le programme

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

P. O. Box 3243, Addis Ababa, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5517700 Fax: (251-11) 5517844 www.au.int AVIS DE VACANCE DE POSTE COMMISSAIRE DE POLICE

P. O. Box 3243, Addis Ababa, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5517700 Fax: (251-11) 5517844 www.au.int AVIS DE VACANCE DE POSTE COMMISSAIRE DE POLICE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE 1. Poste: AVIS DE VACANCE DE POSTE COMMISSAIRE DE POLICE UNIÃO AFRICANA P. O. Box 3243, Addis Ababa, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5517700 Fax: (251-11) 5517844 www.au.int Titre

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2003 PFA. Fonds pour les systèmes informatiques. a) Système de vote électronique

Conseil d administration Genève, novembre 2003 PFA. Fonds pour les systèmes informatiques. a) Système de vote électronique BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.288/PFA/6 288 e session Conseil d administration Genève, novembre 2003 Commission du programme, du budget et de l administration PFA SIXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996)

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) Préambule Les chefs d État et de Gouvernement, réunis lors de leur sixième

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DE LA COMMISSION SUR LE PROCESSUS DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA REGION DES GRANDS LACS

RAPPORT DU PRESIDENT DE LA COMMISSION SUR LE PROCESSUS DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA REGION DES GRANDS LACS AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA P.O. Box: 3243, Addis Ababa, Ethiopia, Tel.:(251-1) 51 38 22 Fax: (251-1) 51 93 21 Email: oau-ews@telecom.net.et CONSEIL DE PAIX ET DE SECURITE 32 EME REUNION

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Faire en sorte que l OMS soit capable de se préparer et de répondre à des flambées et des urgences de grande ampleur et prolongées

Faire en sorte que l OMS soit capable de se préparer et de répondre à des flambées et des urgences de grande ampleur et prolongées CONSEIL EXÉCUTIF Session extraordinaire sur Ebola Point 3 de l ordre du jour provisoire EBSS/3/3 CONSEIL EXÉCUTIF Cent trente-sixième session 9 janvier 2015 Point 9.4 de l ordre du jour provisoire Faire

Plus en détail

Formation des formateurs

Formation des formateurs Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.24 Procédures opérationnelles permanentes Formation des formateurs Approbation

Plus en détail

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Nations Unies UNW/2015/CRP.15 Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Deuxième session ordinaire de 2015 15-16 septembre 2015 Point

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr.: Générale 3 octobre 2001 Français Original: Anglais E/CN.7/2001/15 Commission des stupéfiants Reprise de la quarante-quatrième session Vienne, 12-14 décembre

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Réunions des comités régionaux Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Rapport du Secrétariat aux comités régionaux 1. Le présent rapport est soumis aux comités régionaux pour faire suite

Plus en détail

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) COUNTRY MULTILATERAL D O N O R MOPAN Réseau d évaluation de la performance des organisations multilatérales (MOPAN). Note de synthèse L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIEP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIEP) POLITIQUE N O 2 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIEP) Modifiée le 12 mai 2015 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration :optée lu conseil d administration :

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CP.TEIA/2008/5 2 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR

Plus en détail

Le Conseil ministériel,

Le Conseil ministériel, DÉCISION No 3/11 ÉLÉMENTS DU CYCLE DU CONFLIT LIÉS AU RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DE L OSCE EN MATIÈRE D ALERTE PRÉCOCE, D ACTION RAPIDE, DE FACILITATION DU DIALOGUE ET DE SOUTIEN À LA MÉDIATION, AINSI

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE. Titre fonctionnel P-3 Économiste. Département/Division/Section RITD-ATPC

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE. Titre fonctionnel P-3 Économiste. Département/Division/Section RITD-ATPC UNITED NATIONS NATIONS UNIES Réf. No. HRSS/15/08/1262 AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE Classe Titre fonctionnel P-3 Économiste Département/Division/Section RITD-ATPC Groupe professionnel Affaires Économiques

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA)

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INTRODUCTION Lors de sa 23 ème réunion ordinaire tenue à Abuja le 18 janvier 2000, le Conseil des

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds Nations Unies Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services d appui aux projets

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-quinzième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-quinzième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-quinzième session 195 EX/5.INF.2 PARIS, le 24 septembre 2014 Anglais et français seulement Point 5 de l'ordre du jour provisoire PLAN D ACTION RÉVISÉ EN VUE DE L AMÉLIORATION

Plus en détail

I. Contexte. Termes de références Mission n 12INI135 TCHAD / MISSION D EXPERTISE TECHNIQUE DANS LE DOMAINE FIDUCIAIRE Demandeur : HCNC

I. Contexte. Termes de références Mission n 12INI135 TCHAD / MISSION D EXPERTISE TECHNIQUE DANS LE DOMAINE FIDUCIAIRE Demandeur : HCNC Termes de références Mission n 12INI135 TCHAD / MISSION D EXPERTISE TECHNIQUE DANS LE DOMAINE FIDUCIAIRE Demandeur : HCNC I. Contexte Le Tchad a bénéficié de quatre subventions sous la Série 8 du Fonds

Plus en détail

Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines. Chapitre Paragraphes Page

Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines. Chapitre Paragraphes Page Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 49 e réunion Distr. restreinte 7 septembre 2010 Français Original: anglais Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX?

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? L AEDH a pris connaissance avec intérêt de la décision du Conseil européen de Bruxelles d élargir le mandat de l Observatoire européen des phénomènes racistes

Plus en détail

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 MISE À JOUR DE L ENQUÊTE À L ÉTABLISSEMENT KENT (mars 2014) La gestion des ressources

Plus en détail

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Adoptée au comité de Régie interne du 1er mars 2016 1. Introduction Notre système d assurance qualité comprend déjà toutes les composantes

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE INITIATIVE DE SOLIDARITÉ AFRICAINE EN APPUI À LA RECONSTRUCTION ET AU DÉVELOPPEMENT POST CONFLIT EN AFRIQUE

NOTE DE CADRAGE INITIATIVE DE SOLIDARITÉ AFRICAINE EN APPUI À LA RECONSTRUCTION ET AU DÉVELOPPEMENT POST CONFLIT EN AFRIQUE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Abéba, Éthiopie B.P. 3243 Tél: (251 11) 551 38 22 Télécopie (251 11) 551 93 21, (251 11) 5514227 Courriel: situationroom@africa union.org NOTE DE CADRAGE

Plus en détail

GUIDE DE PROCEDURES DU GROUPE DES AMIS DU PARAGRAPHE 47

GUIDE DE PROCEDURES DU GROUPE DES AMIS DU PARAGRAPHE 47 47. Nous sommes conscients de l importance de la communication, par les entreprises, d informations sur l impact environnemental de leurs activités et les encourageons, en particulier s agissant des entreprises

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 2CO/F/6.8 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 1. Le Congrès s engage à appuyer le

Plus en détail

VALEURS FONDAMENTALES : INTEGRITE, PROFESSIONALISME, RESPECT DE LA DIVERSITE TERMES DE REFERENCE

VALEURS FONDAMENTALES : INTEGRITE, PROFESSIONALISME, RESPECT DE LA DIVERSITE TERMES DE REFERENCE VALEURS FONDAMENTALES : INTEGRITE, PROFESSIONALISME, RESPECT DE LA DIVERSITE TERMES DE REFERENCE Agence des Nations Unies : Titre : Lieu : Durée : Bureau Régional de l ONUDC pour l Afrique de l'ouest et

Plus en détail

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales.

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales. Titre: Type de document: Expéditeur: Auteur(s) principal(aux)/ contact(s): Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales Présentation

Plus en détail

EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi. LOT N 11: Macroéconomie, Finances publiques et aspects réglementaires DEMANDE N 2009/204525/1

EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi. LOT N 11: Macroéconomie, Finances publiques et aspects réglementaires DEMANDE N 2009/204525/1 EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11: Macroéconomie, Finances publiques et aspects réglementaires DEMANDE N 2009/204525/1 TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES Pour l évaluation des dispositifs de préparation

Plus en détail

Atelier de validation du Cadre panafricain d assurance qualité et d accréditation Accra (Ghana), 29-30 juillet 2015 DOCUMENT VALIDÉ

Atelier de validation du Cadre panafricain d assurance qualité et d accréditation Accra (Ghana), 29-30 juillet 2015 DOCUMENT VALIDÉ Atelier de validation du Cadre panafricain d assurance qualité et d accréditation Accra (Ghana), 29-30 juillet 2015 DOCUMENT VALIDÉ En vue de mettre en œuvre la Décision du Conseil exécutif de l UA sur

Plus en détail

Aide-mémoire élaboré par la France et le Pérou

Aide-mémoire élaboré par la France et le Pérou Première série de consultations ministérielles informelles en vue de préparer la COP21 Paris, les 20 et 21 juillet 2015 Aide-mémoire élaboré par la France et le Pérou Paris, le 31 juillet 2015 Introduction

Plus en détail

HSP. HSP/GC/25/L.2 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains

HSP. HSP/GC/25/L.2 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains NATIONS UNIES HSP HSP/GC/25/L.2 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains Distr.: limitée 23 avril 2015 Français Original : anglais Vingt-cinquième session

Plus en détail

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP)

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) Le projet d Intervention Panafricaine dans le domaine Coopératif (INPACOOP) est un projet qui émanait de la volonté du gouvernement du Canada

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/4/6 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Programme Cours Avancé sur la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) Ecole de maintien de la paix (EMP) de Bamako 1-5 juin 2015

Programme Cours Avancé sur la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) Ecole de maintien de la paix (EMP) de Bamako 1-5 juin 2015 Programme Cours Avancé sur la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) Ecole de maintien de la paix (EMP) de Bamako 1-5 juin 2015 Description: La communauté internationale a progressivement mis l'accent

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/ENERGY/GE.7/2015/3 Conseil économique et social Distr. générale 28 juillet 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

Projet d action commune révisé en faveur de l OTICE. PROJET ACTION COMMUNE 2006/ /PESC DU CONSEIL du

Projet d action commune révisé en faveur de l OTICE. PROJET ACTION COMMUNE 2006/ /PESC DU CONSEIL du Conseil de l Union européenne Bruxelles, le 2 mars 2006 SN 4007/2/05 REV 3 LIMITE NOTE Objet : Projet d action commune révisé en faveur de l OTICE PROJET ACTION COMMUNE 2006/ /PESC DU CONSEIL du concernant

Plus en détail

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 16/21 Réexamen des activités et du fonctionnement du Conseil des droits de l homme

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 16/21 Réexamen des activités et du fonctionnement du Conseil des droits de l homme Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 12 avril 2011 Français Original: anglais A/HRC/RES/16/21 Conseil des droits de l homme Seizième session Point 1 de l ordre du jour Questions d organisation

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE. Deuxième session ordinaire du Conseil d administration. Rome, 9 13 novembre 2009

F Distribution: GÉNÉRALE. Deuxième session ordinaire du Conseil d administration. Rome, 9 13 novembre 2009 Deuxième session ordinaire du Conseil d administration Rome, 9 13 novembre 2009! "#$% F Distribution: GÉNÉRALE 9 octobre 2009 ORIGINAL: ANGLAIS Le tirage du présent document a été restreint. Les documents

Plus en détail

Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe. Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014

Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe. Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014 Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014 Déclaration de Charm el cheikh pour la réduction des risques

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

Expert international en Education

Expert international en Education Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Dans une liberté plus grande : développement, sécurité et respect des droits de l homme pour tous

Dans une liberté plus grande : développement, sécurité et respect des droits de l homme pour tous Nations Unies A/59/2005/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 23 mai 2005 Français Original: anglais Cinquante-neuvième session Points 45 et 55 de l ordre du jour Application et suivi intégrés et coordonnés

Plus en détail

Projet d ordre du jour annoté

Projet d ordre du jour annoté CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 51 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 23 au 27 novembre 2015 SC51-01 bis Rev.2 51 e Réunion du Comité permanent Projet d ordre du jour annoté

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU Préambule: Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée de promouvoir

Plus en détail

3.1 Le réseau des points focaux du projet d appui (Start-up) sera complété dans les meilleurs délais.

3.1 Le réseau des points focaux du projet d appui (Start-up) sera complété dans les meilleurs délais. Conclusions et recommandations du Comité de Pilotage du projet d Appui au démarrage du programme MASE pour l Afrique Orientale et Australe et l Océan Indien 1 e Réunion des points focaux anti-piraterie

Plus en détail

QUATRE-VINGT-QUATORZIEME SESSION

QUATRE-VINGT-QUATORZIEME SESSION Original: anglais 9 novembre 2007 QUATRE-VINGT-QUATORZIEME SESSION STRATEGIE DE L OIM Page 1 STRATEGIE DE L OIM I. INTRODUCTION 1. L'objectif du présent document est d'offrir une version claire et définitive

Plus en détail

Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN

Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN Les participants au Forum régional sur «les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest», réunis

Plus en détail

507 189 USD 45 000 USD (de jan.16 % des fonds engagés / budget total approuvé : 390 000 USD % des dépenses / budget total : (taux de dépense)

507 189 USD 45 000 USD (de jan.16 % des fonds engagés / budget total approuvé : 390 000 USD % des dépenses / budget total : (taux de dépense) Agence récipiendaire rapport de milieu d année FORMULAIRE 4.3!!!!!! [PAYS : MADAGASCAR] ÉTAT D AVANCEMENT DU PROJET EN MILIEU D ANNÉE PÉRIODE CONSIDÉRÉE : JANVIER JUIN 2016 Numéro de projet et titre :

Plus en détail

Convention-cadre sur les changements climatiques

Convention-cadre sur les changements climatiques NATIONS UNIES Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. GÉNÉRALE 24 août 2004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS ORGANE SUBSIDIAIRE DE MISE EN ŒUVRE Vingt et unième session Buenos Aires, 6-14 décembre

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE GESTION DES MIGRATIONS DANS LE PAYS XX

RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE GESTION DES MIGRATIONS DANS LE PAYS XX RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE GESTION DES MIGRATIONS DANS LE PAYS XX Type de projet : Coopération technique Type de projet secondaire : Renforcement des capacités en matière de gestion des migrations

Plus en détail

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations Termes de Référence Recrutement d un volontaire de l OMT pour le projet «Augmenter l impact du développement touristique sur l économie locale dans la région de Jacmel, Haïti» dans le cadre du Programme

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Cent dixième session. Rome, 19 23 septembre 2005. Rapport d activité sur la mise en œuvre du Plan d action sur les ressources humaines. I.

Cent dixième session. Rome, 19 23 septembre 2005. Rapport d activité sur la mise en œuvre du Plan d action sur les ressources humaines. I. Août 2005 F COMITÉ FINANCIER Cent dixième session Rome, 19 23 septembre 2005 Rapport d activité sur la mise en œuvre du Plan d action sur les ressources humaines I. Résumé 1. Le présent document a pour

Plus en détail

SERVICE DE LA TECHNIQUE STRATEGIE ET PROGRAMME DE TRAVAIL

SERVICE DE LA TECHNIQUE STRATEGIE ET PROGRAMME DE TRAVAIL ORGANISATION INTERGOUVERNEMENTALE POUR LES TRANSPORTS INTERNATIONAUX FERROVIAIRES ZWISCHENSTAATLICHE ORGANISATION FÜR DEN INTERNATIONALEN EISENBAHNVERKEHR INTERGOVERNMENTAL ORGANISATION FOR INTERNATIONAL

Plus en détail

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA BANQUE NATIONALE DU CANADA CONSEIL D ADMINISTRATION Les administrateurs sont élus annuellement par les actionnaires pour superviser la gestion, en vertu de la loi, des activités commerciales et des affaires

Plus en détail

AVIS D INITIATIVE A.1200 RELATIF AU RAPPORT DE L ENVOYÉ PME WALLON

AVIS D INITIATIVE A.1200 RELATIF AU RAPPORT DE L ENVOYÉ PME WALLON AVIS D INITIATIVE A.1200 RELATIF AU RAPPORT DE L ENVOYÉ PME WALLON ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 20 OCTOBRE 2014 FDe/PBx/CRi 2014/A.1200 PRÉSENTATION DU DOSSIER Le «Small Business Act pour l Europe»

Plus en détail

Cent cinquante-huitième session. Rome, 11 13 mai 2015

Cent cinquante-huitième session. Rome, 11 13 mai 2015 Avril 2015 FC 158/10/Add.1 Rev.1 F COMITE FINANCIER Cent cinquante-huitième session Rome, 11 13 mai 2015 Réponse de la direction du PAM aux recommandations issues du rapport du Commissaire aux comptes

Plus en détail

Profil, fonctions, règles de désignation et statut du Secrétaire général et du Secrétaire général adjoint

Profil, fonctions, règles de désignation et statut du Secrétaire général et du Secrétaire général adjoint Écoles Européennes Bureau du Secrétaire général Secrétariat général Réf. : 2010-D-362-fr-6 Orig. : en Version : fr Profil, fonctions, règles de désignation et statut du Secrétaire général et du Secrétaire

Plus en détail

Politique institutionnelle d évaluation des programmes du Cégep de Drummondville

Politique institutionnelle d évaluation des programmes du Cégep de Drummondville RAPPORT D EVALUATION Politique institutionnelle d évaluation des programmes du Cégep de Drummondville Décembre 2015 Introduction Le Cégep de Drummondville a adopté une nouvelle version de sa Politique

Plus en détail

Rapport annuel sur les technologies de l information et les télécommunications

Rapport annuel sur les technologies de l information et les télécommunications COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-neuvième réunion Point 3.4 de l ordre du jour provisoire EBPBAC19/4 27 décembre 2013 Rapport annuel sur les technologies de

Plus en détail

SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO. Résumé

SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO. Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-onzième session 191 EX/27 PARIS, le 25 mars 2013 Original anglais Point 27 de l'ordre du jour provisoire SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO Résumé Conformément

Plus en détail

Renforcement des compétences pour la Promotion de l Egalité entre les sexes en Afrique et dans les pays d Asie de l ouest

Renforcement des compétences pour la Promotion de l Egalité entre les sexes en Afrique et dans les pays d Asie de l ouest Division de la Promotion de la Femme, Département des Affaires économiques et sociales et Centre africain pour le Genre et le Développement, Commission économique pour l Afrique Renforcement des compétences

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie :

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie : Termes de référence du conseiller technique principal du Ministère de l Eau, de l Assainissement et de l Hydraulique Villageoise (MEAHV) 1. Contexte et justification Le principal défi du MEAHV réside dans

Plus en détail

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé.

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé. Gouvernement du Nunavut Rapport d'étape relatifs aux recommandations du Comité permanent sur les opérations gouvernementales et les comptes publics Avril 2013 Rapport sur l examen du rapport de 2011 de

Plus en détail

PREPARATION ET REPONSE D URGENCE I. INTRODUCTION II. ENVIRONNEMENT OPERATIONNEL

PREPARATION ET REPONSE D URGENCE I. INTRODUCTION II. ENVIRONNEMENT OPERATIONNEL COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. Restreinte EC/54/SC/CRP.4 25 février 2004 COMITE PERMANENT FRANÇAIS 29 e réunion Original : ANGLAIS PREPARATION ET REPONSE D URGENCE I. INTRODUCTION

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 Optimiser la coopération au développement pour atteindre les ODD concernant la santé 1. Introduction Le programme de travail du Partenariat international pour

Plus en détail

Synthèse de l évaluation de la Fondation pour la Formation Continue UNIL-EPFL (FCUE)

Synthèse de l évaluation de la Fondation pour la Formation Continue UNIL-EPFL (FCUE) Synthèse de l évaluation de la Fondation pour la Formation Continue UNIL-EPFL (FCUE) Janvier 2016 1. Introduction L évaluation de la FCUE a été réalisée en 2014, 5 ans après sa création. Une création assez

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217 Nations Unies A/58/217 Assemblée générale Distr. générale 5 août 2003 Français Original: anglais Cinquante-huitième session Point 122 de l ordre du jour provisoire* Budget-programme de l exercice biennal

Plus en détail

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) ***

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** 2 Après avoir consulté la commission permanente «Politique générale

Plus en détail

COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2011

COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2011 COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DU 30 SEPTEMBRE 2011 D APPROBATION : 24 SEPTEMBRE 2010 1. Pour faciliter l obtention de bons résultats sur les plans

Plus en détail

RAPPORT D ETAPE DU GROUPE DE TRAVAIL DE LA CADHP SUR LES POPULATIONS/COMMUNAUTES AUTOCHTONES

RAPPORT D ETAPE DU GROUPE DE TRAVAIL DE LA CADHP SUR LES POPULATIONS/COMMUNAUTES AUTOCHTONES RAPPORT D ETAPE DU GROUPE DE TRAVAIL DE LA CADHP SUR LES POPULATIONS/COMMUNAUTES AUTOCHTONES Période d intersession entre la 44 e et la 45 e sessions ordinaires de la CADHP Ce bref rapport d étape porte

Plus en détail

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME EVALUATION DES BESOINS GLOBAUX I. INTRODUCTION

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME EVALUATION DES BESOINS GLOBAUX I. INTRODUCTION COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. RESTREINTE EC/60/SC/CRP.14 29 mai 2009 COMITE PERMANENT FRANCAIS 45 e réunion Original : ANGLAIS EVALUATION DES BESOINS GLOBAUX I. INTRODUCTION 1.

Plus en détail

Le Comité des Ministres, conformément à l article 15.b du Statut du Conseil de l Europe,

Le Comité des Ministres, conformément à l article 15.b du Statut du Conseil de l Europe, Recommandation CM/Rec(2009)4 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l éducation des Roms et des Gens du voyage en Europe (adoptée par le Comité des Ministres le 17 juin 2009, à la 1061e réunion

Plus en détail

CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS

CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS PLUS DE TRENTE COMITÉS NATIONAUX EXISTENT DÉJÀ. SEREZ-VOUS LE PROCHAIN PAYS? SOMMAIRE Guide de création d un comité national - 2 1. ÉTAPE 1 : MIEUX CONNAÎTRE

Plus en détail

Directives d organisation

Directives d organisation Table des matières 0. Introduction 1. Lignes de conduite 2. Comité Directeur 3. Signatures et règles d engagement des dépenses 4. Etat-major du Comité Directeur 5. Commission de l Assemblée des Délégués

Plus en détail

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.13 29 mai 2009

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.13 29 mai 2009 COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. RESTREINTE EC/60/SC/CRP.13 29 mai 2009 COMITE PERMANENT FRANCAIS 45 e réunion Original : ANGLAIS QUESTIONS RELATIVES A LA SURETE ET A LA SECURITE

Plus en détail

CADRE opérationnel harmonisé pour la remise d espèces (HACT) Groupe des Nations Unies pour le développement

CADRE opérationnel harmonisé pour la remise d espèces (HACT) Groupe des Nations Unies pour le développement CADRE opérationnel harmonisé pour la remise d espèces (HACT) Groupe des Nations Unies pour le développement Février 2014 Table des matières TABLE DES MATIERES Table des matières... i Acronymes... i 1.

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

Conseil Économique, Social et Environnemental de Lorraine Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles (CPRDFP)

Conseil Économique, Social et Environnemental de Lorraine Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles (CPRDFP) Conseil Économique, Social et Environnemental de Lorraine Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles (CPRDFP) Avis de la 2 ème Commission Séance Plénière du 24 juin 2011

Plus en détail

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action NATIONS UNIES DOCUMENT DE TRAVAIL POUR LE DIALOGUE MINISTERIEL SUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EP Conférence ministérielle africaine sur l environnement Version non éditée Distr.: Générale

Plus en détail

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL...

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL... CADRE DE TRAVAIL Caisses non membres d une fédération, sociétés de fiducie et sociétés d épargne désirant adopter une approche standard pour le calcul des exigences de fonds propres au titre du risque

Plus en détail

Propositions de Social Economy Europe pour la Présidence Luxembourgeoise en matière d Economie Sociale

Propositions de Social Economy Europe pour la Présidence Luxembourgeoise en matière d Economie Sociale Propositions de Social Economy Europe pour la Présidence Luxembourgeoise en matière d Economie Sociale Social Economy Europe: Social Economy Europe est l organisation représentative de l économie sociale

Plus en détail

JPO / Chargé de Programme Gouvernance. Lead Cluster Gouvernance, UNDP Mali

JPO / Chargé de Programme Gouvernance. Lead Cluster Gouvernance, UNDP Mali PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT TERMES DE REFERENCE I. Position Information Job Code Title: Pre-classified Grade: Superviseur: JPO / Chargé de Programme Gouvernance Lead Cluster Gouvernance,

Plus en détail